Résultats de votre recherche

Interview Mylène dans Têtu…

Posté par francesca7 le 16 septembre 2011

 

Interview Mylène dans Têtu… dans Mylène 2007 - 2008 Mylene_Farmer_barbeEnfin, 20 août 2008, Mylène est à la une du magazine « Têtu » pour une interview exclusive illustrée par des clichés inédits de Robin 


C’est le journaliste Benoît Cachin qui a proposé cette interview pour « Têtu » à Thierry Suc. Mylène a accepté. La « Une » aurait été demandée. Apparemment, il n’était prévu aucune autre interview pour la presse écrite pour la sortie de Point de Suture avant que celle-ci ne soit décidée.

L’interview s’est déroulée le 31 juillet 2008, à 10 heures du matin, dans un salon du Park Hyatt, un grand hôtel près de la place Vendôme. (source: IAO - hiver 2008/2009) 

 

 

 

Question : Votre duo avec Moby, Slipping Away (Crier la vie), fut un beau succès, néanmoins vous restez toujours fidèle au compositeur de vos débuts, Laurent Boutonnat, Vous n’auriez pas envie de confier la composition et la réalisation d’un album à quelqu’un d’autre 

 

On peut tout imaginer ! Mais ce n’est pas d’actualité… Il s’agit de l’album Point de suture .. Je vis le moment présent.. Autant que faire se peut. 

 

Question : Et pourquoi pas un album 100 % Farmer car, peu de gens le savent, mais vous avez composé un titre sur l’album Anamorphosée et cinq sur l’album Innamoramento… 

 

 

Vous êtes têtu (rires de Mylène) 

C’est vrai, mais je préfère je crois, partager ces moments avec quelqu’un, rebondir, apporter une mélodie de voix sur un couplet ou un refrain… Je pourrais recommencer l’expérience, mais je n’en ressens pas vraiment la nécessité. 

 

Question : Votre tournée sera sans nul doute l’événement 2009, notamment vote passage au Stade de France. Sera-t-elle une rétrospective de vos vingt-cinq ans de carrière ou un spectacle axé sur la nouveauté en laissant un peu de côté vos anciens tubes… 

 

mylene farmerJe ne sais pas encore quels titres seront choisis… Mais il me semble assez évident qu’il y aura des titres issus de tous mes albums. A chaque fois que je pense, par exemple, à Désenchantée pendant un spectacle, c’st une émotion inscrite au plus profond de moi ! Le public s’est approprié cette chanson et me bouleverse quand il commence à chanter, à vibrer. C’est incroyablement fort… indescriptible ! 

 

Question : Envisagez-vous d’inviter des guests lors de votre tournée ? Nul ne sait !… 

Les concerts du Stade de France furent sold out en quelques heures. Cela vous aide-t-il à ne plus vous préoccuper de « l’aspect matériel » du spectacle ou, au contraire, ce ras de marée vous met-il encore plus la pression ? 

 

L’immense bonheur que le public m’a procuré en se manifestant de cette manière m’a d’abord fait verser quelques larmes… et s’est bien vitre transformé en une angoisse terrible ! Peur de décevoir… J’ai gravé dans mon cœur l’énergie transmise par seize mille personnes tous les soirs à Bercy, et je sais le cadeau qui m’est fait pour Stade de France, et la tournée… Pourvu que mon cœur ne lâche pas ! 

 

Question : En 2009, cela fera dix ans que vous n’aurez pas fait de tournée en province et à l’étranger. Etes-vous heureuse, impatience, de retrouver votre public « non parisien » ? 

 

A Bercy lors de mon dernier spectacle, le public n’était pas seulement parisien, il est venu de partout en France, et parfois, de l’étranger… Mais oui, je suis heureuse cette fois d’aller vers eux. Vous savez, ce public est unique. J’en suis consciente ! C’est lui qui me donne l’envie de me dépasser à chaque fois. Il m’aide à avancer. 

 

Question : Envisagez-vous de vous produire à nouveau en Russie ou, pour la première fois au Japon ou vous avez de nombreux fans ? 

 

Les dates des concerts viennent d’être définitivement calées pour la Russie, en Juillet 2009 ; J’en suis ravie. 

 

Question : Après la tournée, on annonce votre retour au cinéma. Où en est le projet de film, adaptation du roman de votre amie Nathalie Rheims, L’Ombre des autres 

 

mylene farmerC’est un projet qui me tien à cœur. Mais je préfère rester prudente. Nous ne savons pas encore quand le tournage aura lieu précisément. C’est en cours d’écriture. C’est une histoire et un rôle magnifique ! J’attends.. 

 

Question : Ce retour au cinéma est-il une challenge pour vous, au regard de l’échec commercial de Giorgino en 1994 ? 

 

Si c’est un échec commercial, il n’en reste pas moins que c’est un film que j’aime. Quant au « challenge », comme vous dites, j’y vois moi, plutôt le désir de refaire un film. Tout simplement. 

 

Il y a toujours beaucoup de rumeurs qui vous entourent. Par exemple, on prétend que vous avez acheté les droits de la comédie musicale Peau d’âne. Info ou intox ? 

 

C’est une énorme…. Anerie (rires) 

 

Dans ses mémoires, Michel Polnareff raconte votre projet d’album en commun. Projet assez vite avorté, selon lui. Pouvez-vous nous en dire plus ? 

 

Non. 

 

Vous n’avez pas assez d’être enfermée dans un registre de chanteuse mélancolique, gothique, voire dépressive, alors que dans vos textes vous montrez un réel sens de l’humour et même du second degré ? Je pense précisément à des titres comme Je t’aime mélancolie ou l’Amour n’est rien, où vous semblez vous moquer de vous-même … 

 

Je ne me sens enfermée dans aucun registre. Je suis faite de tout cela et de bien d’autres choses. L’humour est ce qui rend la mélancolie supportable au quotidien. Le second degré est, me semble-t-il une hygiène de vie et rend les choses plus légères… Peut-être ceux dont vous parlez n’ont pas cotre curiosité ? C’est aussi leur droit après tout. 

 

De la même façon sur scène, vous êtes souriante, à l’aise, proche du public. Cependant, les journalistes et souvent le grand public, ne retiennent que les moments d’émotion sur Ainsi soit-je .. ou Redonne-moi … 

 

Cela me parait tout à fait normal. Pourtant, ces moments d’émotion n’existeraient pas sans tout le reste. De même que les mots prennent leur dimension grâce au silence qui les entoure. La scène est une rencontre privilégiée, un échange unique de plus de deux heures où toutes les émotions se bousculent. 

 

mylene farmerVous semblez sensible à l’enfance. Vous avez chanté une chanson sur la BO des Razmoket à Paris, doublé la voix de princesse Sélenia dans Arthur et les Minimoyz de Besson, et vous signez les paroles de la chanson générique du dessin animé Creepie. Quel rapport entretenez-vous avec l’enfance ? 

 

J’ai un rapport amnésique à l’enfance. Je n’ai aucun souvenir ou si peu. J’ai vraiment pris beaucoup de plaisir à travailler sur les projets que vous citez. 

 

Que pensez-vous du téléchargement illégal qui, succès oblige, vous touche de plein fouet ? Comme 52 artistes qui ont soutenu le projet de loi contre le téléchargement illégal, estimez-vous que « le projet de loi (…) nous donne de très bonnes cartes pour qu’internet, la culture et la création soient réconciliés » ? 

 

Je regrette qu’on en soit arrivé là et je m’interroge sur ce qui me paraît être un sujet de société plus profond. La possibilité de disposer gratuitement et à sa guise de l’œuvre d’un autre pour sa satisfaction personnelle. C’est une dévalorisation du travail des artistes, et que serait une société sans artistes ? Qui a intérêt à ce que cela arrive ? C’est absurde. 

 

Pour finir, imaginons qu’une personne ne connaisse absolument pas votre œuvre, par quoi lui diriez-vous de commencer pour vous connaître un peu ? 

 

Par le titre caché dans ce nouvel album, mais chut… c’est un secret !Drag and drop me

 

 

Publié dans Mylène 2007 - 2008 | Pas de Commentaires »

Retour avec Dégénération

Posté par francesca7 le 16 septembre 2011

 

Le 21 mai, dans une interview au quotidien « Ouest France », Thierry Suc révèle que le premier single extrait du nouvel album porte le nom de Dégénération et sera en radio le 19 juin 2008.

 

Retour avec Dégénération dans Mylène 2007 - 2008 clip-degeneration-mylene-farmer-5Texte interview 

«Le premier single du prochain album de Mylène sera en radio le 19 Juin 2008. La chanson s’appelle Dégénération. Quant à l’album, ce sera pour l’automne. Il n’st pas encore terminé », révèle Thierry Suc. Hier à Rennes, son manager a par ailleurs confirmé que la première tournée de la chanteuse depuis dix ans ne passera que dans dix villes françaises dont, à l’Ouest, Nantes (samedi 23 et dimanche 24 mai 2009, ouverture des locations ce vendredi) : ce sera un show comme Mylène sait le faire. La différence par rapport au Stade de France, c’est la proximité. Un Zénith, c’est en moyenne 8000 spectateurs. 

Publié dans Mylène 2007 - 2008 | Pas de Commentaires »

Dégénération

Posté par francesca7 le 16 septembre 2011

Dégénération, l’annonce du retour 2008 de Mylène Farmer.

Dégénération dans Mylène 2007 - 2008 1375910-mylene-farmer-degeneration-diapo-1l’affiche est dévoilée : une Mylène Farmer allongée sur le béton, comme défenestrée, inerte, shootée par Claude Gassian. Un mini buzz s’empare du net, et les médias couvrent l’évènement.
Mais les fans ne savent pas si il y aura une tournée… Et certains se demandent si ce ne sera pas une tournée des stades.

Un mois plus tard les billets étaient mis en vente et la folie des places s’est emparée. Le stade de France s’est vendu en moins de 2 heures, un record jamais vu. Les serveurs des sites internet complètement saturés et les points de vente aussi. Une deuxième date est mise en vente, le 11 septembre 2009, vendue en moins de 2 heures également. Mylène ne fera donc pas de promo en télé. La colère des fans grondent alors qui lancent une pétition contre la revente des places à des prix multipliés parfois par 10 !

C’est le 21 mai qu’est enfin dévoilé le titre du nouveau single de Mylène Farmer « Dégénération », dans une interview donnée par Thierry Suc (manager de la chanteuse) dans le quotidien Ouest-France. On apprend alors que le titre sera diffusé en exclusivité le 19 juin 2008.

Quelques jours plus tard, 30 secondes d’extrait du titre filtrent sur internet. « Sexy coma, sexy trauma ». Une musique changeante, presque électro. Les fans sont ravis. Par la même occasion, une pochette est dévoilée. Beaucoup pensent d’abord à un fake. Mylène, de dos, nue dont la pose rappelle une photographie de l’artiste Man Ray : « Le violon d’Ingres », datant de 1924. Le 14 juin, jour de l’anniversaire de Laurent Boutonnat et 5 jours avant sa diffusion radio, le titre est mis, par erreur, en téléchargement légal sur internet, rendant soit disant « très furieux » Thierry Suc, le manager de la chanteuse. Le nouveau Mylène Farmer c’est donc une déferlante électro à souhait, entrainante avec des paroles susurrées, assez légères ! Certains fans sont dubitatifs par rapport à la légèreté et à la quasi absence de paroles et pensent que cela pourrait être un remix. D’ailleurs, venant de Farmer, cela ne peut qu’être un remix… D’autant qu’il est annoncé que certaines radios diffuseront une version remixée, probablement par Martin Solveig.

Le 19 juin, jour de diffusion du titre sur NRJ, c’est bien la version que l’on connaissait qui est diffusée. Dégénération sera donc un titre (quasi) sans paroles ! La cassure chez les fans est bien nette. Beaucoup n’aiment pas ce nouveau son. Cela ne ressemble pas à du Farmer. Mylène Farmer, ce sont les mots et la poésie. Ce ne sont pas 3 vulgaires syllabes qui riment qui sont enchaînées… Quelque jour plus tard, un CD promotionnel de remixes (fond noir) est édité contenant 2 remixes, un par Tomer G et l’autre par Martin Solveig.

Le clip, réalisé par le publicitaire Bruno Aveillan est diffusé le 10 juillet 2008. Il a été tourné à Pragues et s’inscrit dans la grande tradition farmérienne, renouant avec le genre cinématographique de ses débuts. Mylène Farmer y joue le rôle d’un personnage aux pouvoirs exceptionnels, qui de par ses mains, laisse s’échapper un pouvoir qui fait qu’hommes et femmes s’embrassent, s’enlacent fougueusement et bien plus encore… un clip très esthétique où toutefois, les plans cadrés sur la chanteuse sont rares. Dégénération, une absence de mots et de Mylène Farmer ?

mylene-farmer-le-clip-choc-de-degeneration_6487_w250 dans Mylène 2007 - 2008Il faudra attendre le 12 aout pour que l’album de Mylène Farmer, Point de suture, soit leaké sur le net et ce grâce (à cause) à un site russe qui a mis en vente légale l’album avant sa sortie. A sa sortie, les fans restent assez divisés : certains apprécient le renouveau, le rythme soutenu aux tonalités électro, d’autres aiment moins la légèreté des paroles et la longueur des 11 titres de cet album. Quoi qu’il en soit l’album fait parler de lui et se vendra la première semaine à près de 110 000 exemplaires, un vrai record !

Le 20 août, le magazine TETU consacre sa une à Mylène Farmer (une femme en Une c’est du quasi jamais vu pour ce magazine dédié à la communauté homosexuelle). Une longue interview par Benoît Cachin illustrée par des photos inédites du photographe Robin où Mylène pose en garçon manqué. Mylène parle de son album, de son rapport avec les homosexuels, de sa tournée. « Dans le livret de l’album « Point de suture », il y a une réplique d’Al Pacino qui incarne Carlito dans le film « L’impasse ». Avant de mourir, en voix off, il dit : « Tous les points de suture du monde ne pourront me recoudre. ». C’est aussi ce que je ressens. J’ai pour ma part j’ai choisi l’ambigüité. « Point de suture », ici au singulier, évoque aussi bien qu’il n’y a aucune possibilité de suturer les plaies que l’espoir de guérison ».

Dix jours plus tard, Mylène Farmer est l’invitée en direct du JT de 20H de TF1. Finalement ce sera pour le JT de Claire Chazal et non de Laurence Ferrari (celle-ci aurait refusée le direct et préféré le duplex). La chanteuse est très souriante, gênée et évoque Dégénération : « J’ai le sentiment que la nouvelle génération d’aujourd’hui est dans un monde d’une ultra violence et que c’est un monde qui est très très difficile. 


Un objet promotionnel inédit fait son apparition quelques jours plus tard : un préservatif Mylène Farmer ! De taille normale et logoté par l’association AIDES, celui est enfermé dans un emballage en carton, noir, estampillé en rouge « J’sais pas moi mais faut qu’ça bouge » au recto et « MF Dégénération » au verso. Ces préservatifs étaient soit disant sensés être distribués lors de certaines dates de la tournée 2009.

Publié dans Mylène 2007 - 2008 | Pas de Commentaires »

Si j’avais au moins…

Posté par francesca7 le 13 septembre 2011

Après « Dégénération » qui a déçu par l’absence de paroles et « Appelle mon numéro » qui a déçu par la mièvrerie des paroles, les fans sont tous en attente de LA chanson que Mylène doit commercialiser, LE tube de l’album : « C’est dans l’air ». Des rumeurs naissent sur le net… La plupart des sondages réalisés par les fans le donnent d’ailleurs gagnant avec une large avance !

Si j'avais au moins... dans Mylène 2007 - 2008 slgxtp9pm6Pourtant, mi décembre, le titre « Si j’avais au moins… » est annoncé (en exclu sur ce site) comme nouveau single. Peu de gens y croient et beaucoup sont déçus. Comment promouvoir une chanson aussi lente et particulière auprès du large public ? Le CD promo est envoyé quelques jours plus tard. Le titre est plus diffusé que les précédents singles en radio, notamment sur NRJ. Il faut dire que Mylène Farmer est nominée deux fois pour les NRJ Music Awards 2009 dans les catégories « Album francophone de l’année » et « Artiste féminine francophone de l’année ». Si NRJ veut Mylène sur son plateau télé, il faudra donc jouer le jeu…

Quelques jours plus tard, une info étrange nait sur le net : le clip de « Si j’avais au moins… » serait la suite du clip de « Dégénération ». Autant dire qu’il est difficile d’imaginer une chanson si douce et lente la suite du électro susurré « Dégénération ». Et effectivement, M6 annonce un programme d’une vingtaine de minutes, un vendredi soir, intitulé « The Farmer project », comprenant le film de Bruno Aveillant du même nom ainsi que le making of du clip « Dégénération ». Plusieurs teaser sont également diffusés sur le site Allociné 

Le 17 janvier 2008 a lieu la 10e édition des NRJ Music Awards, émission diffusée sur TF1 et présentée par Nikos Aliagas. Evidemment, Mylène Farmer est invitée : c’est d’ailleurs l’artiste qui a reçu le plus de prix à cette cérémonie. Mais ce soir-là, elle ne remportera qu’un seul prix, celui de l’album francophone pour « Point de suture », le prix de l’artiste féminine francophone ayant été décerné à Jenifer, dont l’actualité en 2008 n’était pas des plus fortes.

1139321 dans Mylène 2007 - 2008« Merci beaucoup. C’est toujours un immense plaisir pour moi de recevoir un prix. Je m’étonne moi même de dire quelque chose comme ceci. Merci au public à nouveau. On m’a dit… (émotion) Et voilà… (émotion) Je suis désolée… Cette fois on m’avait dit si tu reçois un prix, ne pleure pas. Qu’y puis-je après tout ? C’est une émotion autorisée j’espère ! Je voulais remercier toute l’équipe de Polydor, Pascal Nègre en particulier. Remercier NRJ bien sûr. Remercier les gens que j’aime et partager ce prix avec Laurent Boutonnat, qui m’est cher. Remercier tous les gens que z’aime, et j’en bégaille. (rire). Thierry (Suc), Benoit (Di Sabatino), Anthony (Suchet), je vais en oublier. Merci infiniment, merci pour cette soirée ! ». Mylène, lors de la soirée, chantera sa chanson « Si j’avais au moins… » entourée d’un orchestre philarmonique. Mylène toute de blanc vêtue et de rouge chevelue interprète sa chanson « Si j’avais au moins… » (dans un passage ampexé) dans une prestation simple, pure et sincère. Quelle artiste ! A la fin de sa prestation Nikos rejoint Mylène, à sa droite (mauvais profil de la chanteuse). « Vous avez obtenu sept NRJ Music Awards qui vous ont été décernés par le public, c’est le record. Un petit mot pour tous ceux qui vous aiment ». Mylène Farmer est tête baissée et Nikos comprend (sûrement grâce à son oreillette) qu’il faut qu’il passe à sa gauche. « Vous dire que je suis comblée. Que c’est très important pour moi puisqu’il s’agit à chaque fois du vote du public. Vous dire que je vous aime. Que vous dire de plus ? ». La chanteuse avance vers le public (forcée par Nikos) puis s’échappe dans les coulisses…

Pour un quatrième single, les fans pensent que ce sera « Je m’ennuie » ou « Sextonik ». En effet, tout comme « Dégénération », « Appelle mon numéro » et « Si j’avais au moins… », ces deux chansons sont présentes sur le portable « Point de suture », sorti quelques semaines auparavant… Plus personne ne pense à « C’est dans l’air » comme nouveau single, Mylène ne voulant pas exaucer les désirs des fans… pourtant si ils savaient ce qui les attendent… Réponse le 14 mars avec la divulgation du titre du nouveau single : « C’est dans l’air » : une euphorie pour tous ! 

Publié dans Mylène 2007 - 2008 | Pas de Commentaires »

Mylène sort de l’Ombre

Posté par francesca7 le 11 septembre 2011

Comme suite à la conférence de presse donnée le 16 décembre 2004, au Salon France Amérique, avenue Fraklin-Roosevelt, dans le VIIIè arrondissement de Paris, à deux pas des Champs-Elysées, avec la participation de Thierry Suc, de Laurent Boutonnat et.. de Mylène, bien évidemment ; Mylène sort de l’ombre…. 

Mylène sort de l’Ombre dans Mylène 2005 - 2006 conference01

 

On compte une cinquantaine de journalistes dans la salle baignée d’une lumière rouge et décorée, pour l’occasion, d’une multitude de bouges. La conférence de presse dure une demi-heure. Et pas une seconde de plus. C’est Thierry Suc qui prend le premier la parole. Il fait un rapide bilan du Mylenium Tour avant d’annoncer officiellement le retour sur scène de Mylène, fixé le 13 Janvier 2006, et ce pour treize concerts à Bercy ! Et si le chiffre 13 revient souvent, ce n’est pas que le fruit d’un joli hasard. Thierry Suc s’explique :

-          Lorsque nous avons appelé Bercy pour réserver la salle en janvier, elle n’était disponible qu’à partir du 13, et pour seulement 13 dates….

Le manager précise ensuite que, malheureusement, l’infrastructure de ce show étant trop lourde, le spectacle ne peut pas être exporté dans les salles de province. Quant aux tarifs, ils varient de 54 € pour la fosse à 132 € pour la première catégorie en gradins ! Après les dix premières minutes de présentation par Thierry Suc, Laurent Boutonnat et Mylène font leur entrée. Laurent Boutonnat est fidèle à lui-même décoiffé, détendu et grisonnant genre artiste bohème, et Mylène le suit de près. Le visage légèrement fatigué, la star est coiffée de son éternel chignon, vêtue d’une verte écrue (brodée de fleurs bleues) sur un bustier blanc, d’une mini jupe blanche et portant de longues cuissardes noires.

Visiblement stressée, la chanteuse répond néanmoins naturellement aux questions de journalistes qui s’en donnent à cœur joie ! L’occasion est si rare qu’ils ne vont pas bouder ce plaisir inédit. Bien évidemment, la première question fuse : Pourquoi cette conférence ?

Vidéo 

Image de prévisualisation YouTube 

pour ce qui est du prochain album, il devrait être prêt très bientôt, d’ici le mois de mars 2005. La chanteuse insiste sur l’importance des guitares tandis que Laurent Boutonnat met l’accent sur le changement de la production avec beaucoup d’électro et d’acoustique.

jacquou_le_croquant_1280x960 dans Mylène 2005 - 2006Laurent Boutonnat, quant à lui, confirme que le tournage de Jacquou le croquant – après plusieurs mois de retard – commencera mi-mars. Pour la première fois, il accepte aussi de revenir sur le douloureux échec de Giorgino  avec une promesse, dite à mi-mots, qu’une sortie en DVD ne serait pas exclue. Un jour, peut-être.

Publié dans Mylène 2005 - 2006 | Pas de Commentaires »

Mylène au théâtre du Palais Royal

Posté par francesca7 le 11 septembre 2011

N’ayant fait aucune promotion à la télévision, les chiffres de vente plafonnent avec seulement 90 000 exemplaires vendus, un score très médiocre pour la meilleure vendeuse française de disques ! Et pourtant, malgré le silence de Mylène que beaucoup Mylène au théâtre du Palais Royal dans Mylène 2005 - 2006 698543112_smallinterprètent comme du mépris, elle ne néglige pas pour autant ses fans. La preuve : le 28 mars 2005, une pré-écoute de son nouvel album Avant que l’ombre… est organisée dans un lieu tenu secret, il se murmure même que la star pourrait être présente.

Finalement, ce sont quelque 250 fans qui ont rendez-vous au Théâtre du Palais Royal, à deux pas de la place Colette. Accompagnée de son fidèle manager, Thierry Suc, et du PDG d’Universal, Pascal Nègre, Mylène est visiblement émue de rencontrer tous ces jeunes qui ne jurent que par elle ! Habillée tout de noir – un imperméable, des grandes cuissardes, un haut à col roulé et un short – Mylène se présente à ses fans peu maquillée, ses cheveux, d’un roux incroyable, sont sobrement relevés dans un chignon. Dès son entrée dans la salle, Mylène a droit à une immense ovation qui dure plusieurs minutes. Les fans n’en croient pas leurs yeux et tous se lèvent en criant son prénom. Mylène tente de prendre la parole à maintes reprises, mais les applaudissements sont trop forts. 

Elle multiplie alors les « Merci, merci » et réussit enfin à prendre la parole, avouant son bonheur : 

-          « Je suis très contente que vous soyez là aujourd’hui. Ça fait à peu près un an qu’on travaille sur cet album. Vous êtes les premiers à l’écouter, avec la maison de disques. Merci d’être venus. Je vous souhaite une bonne écoute. » 

Après ce court discours, la chanteuse quitte la pièce accompagnée par des cris : « Merci Mylène« . A peine est-elle sortie que des lumières rouges éclairent le rideau du fond, entourant un immense cadre argenté planté au milieu de la scène. Et les premières notes de cet album, tant attendu, retentissent. Absolument enchantés, les fans présents ont la primeur d’écouter tous les titres du nouvel album à l’exception du titre fantôme Nobody Knows. Et, entre eux, de quoi parler des fans de Mylène

Publié dans Mylène 2005 - 2006 | Pas de Commentaires »

Mylène, belle de scène 2006

Posté par francesca7 le 10 septembre 2011

 

L’année 2006 sera Mylène Farmer ou ne sera pas ! 

 

Mylène, belle de scène 2006 dans Mylène 2005 - 2006 2931035935_1_3Pour commencer, l’hebdomadaire VSD publie des clichés de la star pris en mars de l’année précédente par l’Autrichienne Ellen Von Unwerth, des images sulfureuses version porno chic. Le public est ravi car ces photographies laissent présager des concerts fabuleux et puis, surtout, Mylène vient enfin d’accepter une nouvelle interview après avoir répété qu’on ne l’y reprendra plus jamais. En fait, une fois de plus, c’est Thierry Suc qui a poussé Mylène à donner un entretien exclusif à Thomas Hugues et à Laurence Ferrari dans l’émission dominicale Sept à Huit, diffusée sur TF1 le 8 janvier 2006, cinq jours avant le début des concerts. 

 

C’est un vrai succès. Souriante et détendue, Mylène se livre pendant vingt minutes aux intelligentes questions de Thierry Demaizière, même si nous n’apprenons rien de nouveau sur les concerts, la chanteuse ne voulant pas gâcher l’effet de surprise. Et quand le journaliste lui parle de ce fameux rideau d ‘eau et de cette scène centrale en forme de croix, elle répond en souriant ; 

 

-          Ce sont les fameuses rumeurs d’Internet.  

 

Reste le souvenir d’une Mylène souriante, qui confirme son refus de vieillir et son amour pour les fraises Tagada, tout en montrant du doigt ce métier qui peut être dur pour celui qui n’arrive pas à se protéger. Un entretien qui démontre à quel point la chanteuse est réellement devenue la reine de la communication ou plutôt de la non-communication. Pour clore l’émission, cerise sur le gâteau, les premières images du clip Redonne-moi sont diffusées ! 

Publié dans Mylène 2005 - 2006 | Pas de Commentaires »

Le casting du Bercy 2006 de Mylène

Posté par francesca7 le 10 septembre 2011

 

 

Le casting du Bercy 2006 de Mylène dans Mylène 2005 - 2006 868296Dès le début de l’année 2005, le casting des futurs danseurs commençait. C’est à New York que Mylène déniche huit jeunes femmes qu’elle surnomme d’une façon poétique ses « petites abeilles ». Quant aux Los Vivancos, ce groupe connu à travers le monde entier pour ses flamencos acrobatiques, Mylène les découvre grâce à un plateau télévisé français, Le plus grand cabaret du monde. Aussitôt, Thierry Suc contacte le groupe espagnol. La première rencontre avec la star a lieu le 26 Janvier 2005 et la troupe hispanique accepte sans hésiter l’invitation de Mylène. Puis, Hervé Lewis est à son tour approché pour redonner du peps au corps de la chanteuse. 

 

 

Le « Rambo de la gymnastique » lui refait ainsi découvrir les joies du footing, pour que ses abdominaux redeviennent aussi fermes que de l’acier ! Car Mylène devra une nouvelle fois revêtir des tenues sexy… 

 

Pour ce qui est des costumes justement, c’est Franck Sorbier qui en est chargé, Mylène étant tombée sous le charme de ce créateur à l’univers baroque et coloré. Les deux artistes se rencontrent pour la première fois en juillet 2005. Franck Sorbier lui montre le book de ses créations haute couture, qui pourraient correspondre à l’univers particulier de la chanteuse, tandis que Mylène lui dévoile les futurs décors du spectacle. Le deuxième rendez-vous a lieu directement chez Franck Sorbier dans le XIè arrondissement. Suivent alors des discussions, des dessins et des essayages sans fin. Parallèlement, le styliste doit aussi s’occuper des tenues des danseurs, des musiciens et des choristes ! Un réel travail de fourmi à raison de deux rendez-vous par semaine pendant quatre mois car tout est taillé sur mesure. 

 

Ainsi, le fameux manteau rouge du final, brodé d’or et de perles de Tahiti, demandera plus de 400 heures de travail. Et puis, chaque costume est réalisé en double, au cas où le moindre accroc se produirait – à l’exception de quatre costumes de la chanteuse impossibles à dupliquer. 

Publié dans Mylène 2005 - 2006 | Pas de Commentaires »

Mylène et Edwige Chandelier

Posté par francesca7 le 10 septembre 2011

Interview exclusive de EDWIGE CHANDELIER – Danseuse 

 

« Une scène a été coupée pour le clip de Allan » 

 

 

QUESTION / REPONSES 

Source IAO7 avril 2006 – spécial Live 

 

Mylène et Edwige Chandelier dans CONCERTS DE MYLENE barreClients

 

 

Comment est-vous arrivée sur cette tournée ? 

 

je connaissais Sophie Tellier l’éternelle rivale de « Libertine », NDLR). On avait travaillé ensemble sur plusieurs spectacles, comme « l’Amérique, de Fred Astaire à nos jours », une sorte de rétrospective des comédies musicales. Sophie y était surtout chanteuse, et moi danseuse. C’était entre 1987 et 1989. 

 

Elle vous a donc pistonnée auprès de Mylène ? 

 

Non. Elle m’a simplement informée qu’on recherchait des danseurs pour le premier spectacle de Mylène Farmer. J’ai donc donné photos et CV. Au départ, ce devait être une audition in peu privée parce que Mylène ne voulait pas se retrouver avec des milliers de personnes. Finalement, il y avait au moins 500 personnes ! C’était LA grande audition de l’année car on savait que ceux qui seraient choisis auraient du boulot pour un an. De surcroît, Mylène était la seule à proposer un spectacle très théâtralisé et très chorégraphié, donc c’était très intéressant pour les danseurs. 

 

Vous vous intéressiez à son travail avant cette tournée ? 

 

Ah oui, j’adorais ! J’aimais bien ses chansons, ses clips, son univers

 

Où et quand a eu lieu l’audition ? 

 

Je crois que c’était en février 1989. Et ça se déroulait dans les grands studios de répétition du Théâtre des Champs Elysées. 

 

Mylène était-elle là ? 

 

Oui, elle regardait beaucoup, mais intervenait très peu. 

 

Comment s’est passé le casting ? 

 

mr89jg dans Mylène TOUR 1989Sophie avait préparé une petite chorégraphie… sur « Sans logique » je crois. On passait par groupes de dix filles devant Mylène et Sophie. Il me semble que Bertrand Le Page, le manager de Mylène, était là aussi. Ça a duré des heures ! Après une première audition, assez peu de filles sont restées. Mylène a alors demandé à nous revoir. On a passé une seconde audition, quelques jours plus tard. Trois filles et quatre garçons ont été sélectionnés. 

 

Les danseurs ont été les mêmes tout au long de la tournée ? 

 

Non. Car un garçon et une fille nous ont lâchés au moment de la tournée en province, à l’automne 89 ; ils ont juste fait le Palais des Sports au mois de mai. 

 

Pourquoi cela ? 

 

Je crois qu’ils avaient des engagements par ailleurs. 

 

 

Mais vous n’êtes pas tenus par contrat d’aller jusqu’au bout de la tournée ? 

 

Si, bien sûr. Je ne sais pas comment ça s’est passé avec la production. Peut-être ont-ils trouvé un arrangement à l’amiable. 

 

Qui est parti ? 

 

Mariane Filali a prévenu deux ou trois jours avant le début de la tournée. Elle a été remplacée au pied levé par Dominique Martinelli qui avait déjà fait quelques télés avec Mylène. Chez les garçons, c’est Pascal Montrouge qui a quitté le navire ; il a été remplacé par Yann Jonas. 

 

 

Quand ont commencé les répétitions ? 

 

Deux ou trois semaines après les dernières auditions. Dans un premier temps, on a répété près d’un mois, dans ces mêmes studios du Théâtre des Champs Elysées. Puis on est parti répéter dix jours à St Etienne où l’on a donné un concert avant de faire le Palais des Sports. 

 

Comment était Mylène pendant les répétitions ? 

 

Elle était très gentille, très agréable. Mais ce n’était pas évident pour elle, dans la mesure où elle n’avait pas de formation de danseuse. Elle a énormément bossé. 

 

C’était de longues journées ? 

 

On répétait six ou sept heures par jour. Et Mylène avait, en outre, des répétitions avec les musiciens et les choristes. 

 

Au même endroit ? 

 

Non. Je crois me souvenir que c’était aux studios Hocco, à Vitry sur Seine. 

 

Y a-t-il eu d’autres imprévus ? 

 

Oui ! Lors de notre premier filage, les fermetures éclair des costumes ont éclaté à cause des chorégraphies. Du coup, il a fallu faire descendre tout l’atelier de Thierry Mugler à St Etienne pour refaire une partie des costumes afin qu’on puisse bouger dedans. C’était la grosse panique car on était à quelques jours de la première. 

 

1989_MarianneRosenstiehl_2-1_006Comment était l’ambiance pendant la tournée ? 

 

C’était très agréable. C’est vrai que les musiciens restaient de leur côté, et nous, danseurs, du nôtre. Mais ça marchait très bien comme ça. 

 

 

Mylène participait à cette vie de groupe ? 

 

Oui. On dînait souvent ensemble. Du moins quand elle était dans le même hôtel que nous car parfois, à cause de fans qui la pistaient, elle allait dans un autre hôtel. 

 

Elle faisait la route avec vous, dans le bus de la tournée ? 

 

Non. Elle était en voiture avec Bertrand Le Page, son manager, et Thierry Suc, le tourneur. Il est arrivé qu’elle prenne un ou deux danseurs avec elle en voiture. Et elle est venue deux ou trois fois  avec nous dans le car. 

 

Vous la sentiez porche de vous ? 

 

Oui. Même si nos rapports restaient essentiellement professionnels. Elle avait un certain charisme qui imposait le respect ; elle n’inspirait pas la tape dans le dos. Mais ça ne nous empêchait pas d’avoir des discussions très intéressantes. Elle venait parfois avec nous dans les loges, elle nous coiffait, elle nous offrait des petits cadeaux. Je me rappelle par exemple qu’on avait fait un peu de promo à la télé pour le spectacle – même s’il n’en avait pas vraiment besoin puisqu’ils ‘est rempli très vite – et Mylène nous a offert les tenues qui avaient été créées pour l’occasion par Plein Sud. Et à la fin de la tournée, on a tous eu un stylo Bulgari, et un peignoir griffé « Mylène Farmer – Tour 89 ». 

 

Et en comité plus restreint ? 

 

file_42_92Après la tournée, pour les besoins d’un clip, Laurent voulait brûler le décor. Il l’a donc fait reconstitué dans un champ à La Ferté Alais, en région parisienne. Et après le tournage, on a fait un grand repas tous ensemble – Mylène, Laurent, les musiciens, la production et les danseurs. 

 

Quelle relation avez-vous eu avec les fans de Mylène ? 

 

Dans la mesure où Mylène partait rapidement après sa sortie de scène, on servait souvent de palliatif aux fans qui l’attendaient après le concert. On en retrouvait à l’hôtel, au restaurant ; ils nous suivaient partout. Même après la tournée, je recevais des lettres et des coups de fil chez moi – je ne sais pas comment ils faisaient pour avoir mes coordonnées. Mais je n’ai pas donné suite parce que ça me faisait assez peur ce fanatisme. 

 

Pourquoi ? les fans étaient violents ? 

 

Non, pas du tout. Mais ils étaient souvent dans un état émotionnel qui me perturbait car j’ai du mal à comprendre le fanatisme à ce point. 

 

Vous n’avez jamais collaboré à nouveau avec Mylène après le Tour 89 ? 

 

Si, une seule fois. C’était juste après la tournée, pour les besoins du clip de « Allan ». 

 

Mylène a assisté au tournage ? 

 

Oui. Elle est même venue nous aider après car on peinait à se débarrasser de cette boue qui nous collait à la peau. Elle nous a séché les cheveux et nous a coiffées. 

 

Qu’avez-vous fait depuis cette tournée ? 

 

J’ai arrêté la danse presque aussitôt après. Je me suis lancée dans les relations presse. Puis dans le chant. Aujourd’hui, je chante (des chœurs pour Serge Lama, Hervé Vilard, Disney…) et j’enseigne le chant dans les écoles de formation.

barre de séparation

Publié dans CONCERTS DE MYLENE, Mylène TOUR 1989 | Pas de Commentaires »

Mylène et Bruno Fontaine

Posté par francesca7 le 10 septembre 2011

Interview exclusive de BRUNO FONTAINE – Claviers, direction musicale. 

 

« certains soirs, il y avait un quart d’heure de rappel » 

 

 

QUESTIONS / REPONSES 

 

Source IAO7 avril 2006 – spécial Live 

 

Mylène et Bruno Fontaine dans CONCERTS DE MYLENE barreClients

 

 

Comment êtes-vous arrivé sur le Tour 89 de Mylène Farmer ? 

 

Par l’intermédiaire de Thierry Suc qui s’occupait de cette tournée et avec qui je venais de travailler pour Alain Chamfort.il m’a contacté et m’a demandé de travailler sur la première tournée de Mylène. 

 

Avez-vous dit oui aussitôt ou avez-vous demandé à y réfléchir ? 

 

J’ai évidemment pris le temps de la réflexion car une tournée, c’est un vrai investissement au niveau du temps. Ce qui m’a convaincu, c’est la rencontre avec Laurent Boutonnat et Mylène. Ils m’ont expliqué ce qu’ils voulaient faire ; j’ai rapidement été séduit. 

 

danseurs89 dans Mylène TOUR 1989Et la rencontre avec Mylène ? 

 

C’était peu de temps après ma rencontre avec Laurent, à l’ancien studio Mega, Porte de la Muette, tandis que l’on commençait une longue préparation pour cette tournée. Je crois me souvenir que c’était bien six mois en amont. Il s’agissait notamment de préparer des bandes additionnelles et de travailler sur les arrangements. 

 

Vous avez eu un bon feeling avec elle ? 

 

Très bon oui. On a rapidement eu une relation amicale basée, comme pour Laurent, sur pas mal d’intérêts communs, que ce soit en musique ou en littérature. On avait notamment une passion commune pour Cioran (auteur d’essais sur le néant tels que « La tentation d’exister et « de l’inconvénient d’être né », NDLR). Dans un autre domaine, on appréciait tous les deux beaucoup les sushi. Pendant la tournée, et encore quelques temps après, une vraie relation amicale s’est nouée ; on se voyait pas mal. 

 

Mylène donne l’image d’un être torturé, c’était encore plus vrai à l’époque ; avait-elle néanmoins des fous rires parfois sur la tournée ? 

 

Elle est beaucoup plus rigolote qu’on ne l’imagine. On s’est beaucoup  amusé. Laurent aussi. Il a un humour incroyable. 

 

Correspondait-elle à l’image vous pouviez en avoir avant de la rencontrer ? 

 

Disons que je la voyais en icône assez lointaine et cet a priori s’est rapidement dissipé. C’est une fille assez simple finalement. A l’époque du moins car je ne la fréquente plus d’aussi près depuis un moment. 

 

Elle est très en marge dans le paysage musical français. Qu’en pensez-vous ? 

 

Je pense que c’est très sain qu’elle se maintienne ainsi à part des gens du métier. J’ai toujours trouvé qu’elle et  Laurent avaient une manière très intelligente d’appréhender les choses. La façon dont ils ont fabriqué l’image de Mylène est fascinante ; je précise que je ne mets aucune connotation péjorative dans le terme « fabriqué ». 

 

Comment fonctionnait le duo Boutonnat/Farmer sur le Tour 89 ? 

 

Sans entrer dans les détails de leur vie privée, il me semble que c’était très fusionnel entre eux. Ils étaient assez touchants. Mais leur relation pouvait être très électrique parfois ; ça l’est sûrement encore aujourd’hui. 

 

Vous voulez dire qu’il y avait des accrochages fréquents ? 

 

Des conflits artistiques, oui. Ça se chicanait pas mal en studio, lors des préparations de la tournée ou pour la post production. Mais c’était pour la bonne cause. Mais, encore une fois, je les trouvais très touchants. Lors des premiers concerts, ils contemplaient leur œuvre. C’était d’autant plus émouvant que je savais combien ils s’étaient investis là-dedans, à tous points de vue. Je garde un souvenir précis de Laurent à la fin du premier concert, à Saint Etienne ; il était totalement bouleversé. Comme s’il venait de voir leurs réalisations prendre vie. 

 

 

qu’avez-vous pensé du public de Mylène Farmer sur cette tournée ? 

 

 ça m’a totalement scotché ; Il y avait une sorte de vénération pour elle qui était hallucinante ; j’imagine que ça n’a fait que s’accentuer depuis. Je  me souviens que chaque soir, quand elle apparaissait sur scène, c’était la Madone. Je me rappelle aussi de l’hystérie avant la dernière chanson (« Je voudrais tant que tu comprennes », NDLR). Certains soirs, il y avait un quart d’heure de rappel ! Je n’ai jamais vécu un truc aussi fou ! 

 

 

Dans quel état se trouvait Mylène après chaque spectacle ? 

 

Les dernières minutes du concert étaient très chargées émotionnellement. Après la chanson finale, on lançait un instrumental que Laurent et moi avions presque improvisé en studio avant la tournée, en à peine deux heures. Il s’appelait « Mouvements de Lune » ; c’était une sorte de long adagio. Quelque chose de vraiment très intense. Mylène était chaque soir très bouleversée à sa sortie de scène. D’autant qu’il y avait pour elle quelque chose que, par définition, elle ne pourra plus connaître : la découverte qu’elle pouvait le faire. Elle en était très inquiète pendant les sessions préparatoires ; elle avait peur que sa voix ne tienne pas. Elle a beaucoup bossé. Elle a pris des cours de chant pour renforcer sa voix. 

 

 

MFConcert89_10aMylène restait-elle dans sa tour d’ivoire ou se mélangeait-elle à l’équipe ? 

 

Elle voyageait séparément pour pouvoir réellement se reposer, mais sinon elle était assez proche de la troupe. L’ambiance était vraiment très bonne. Même si, au bout des deux tiers de la tournée, les relations entre Mylène et Bertrand le Page, son manager, sont devenues assez tendues. Je crois d’ailleurs qu’elle s’en est séparée après le dernier Bercy. Il est vrai que, pour des raisons que j’ignore et que je ne veux pas connaître, j’ai vu Bertrand totalement basculer à un moment de la tournée. J’ai l’impression qu’il voyait son bébé lui échapper et qu’il aurait voulu avoir plus de crédit pour ce qu’il avait apporté à Mylène. C’était ma théorie en tous cas. Quoiqu’il en soit, ça a créé un climat assez lourd. Mylène et Laurent me semblaient moins détendus sur la fin. Ça a réellement perturbé les quinze derniers jours de la tournée. 

 

Pour ce qui est du film du concert, est-il vrai que vous ayez tourné dans une salle vide pour que Laurent puisse obtenir tous les plans qu’il désirait, puis que le tout ait été mixé à un vrai enregistrement en public ? 

 

Oui, J’avais totalement oublié ça. C’était au Forest, à Bruxelles. 

 

Ce n’est pas une pratique très courante. Cela vous a choqué ? 

 

Non. C’est un grand luxe. 

 

Quelle place tient le Tour 89 dans votre parcours professionnel ? 

 

Une place toute particulière. D’abord parce que j’en suis très fier, d’autant que c’était le premier de Mylène et qu’il est le fruit d’une collaboration très intéressante avec elle et Laurent, deux êtres passionnés et passionnants. C’était un spectacle énorme ; la seule chose comparable à laquelle j’ai participé, c’est Johnny Halliday à Bercy deux ans avant. Ce Tour 89 est particulier pour moi aussi parce que c’est une période assez douloureuse de ma vie ; au moment des dernières répétitions, quelques jours avant la première date, j’ai perdu mon père. Ce spectacle est donc très chargé émotionnellement dans ma mémoire. 

 

Le fait qu’il soit assez morbide – des lumières sombres, un cimetière comme décor – ne devait pas vous faciliter la tâche alors ? 

 

Non, ça allait. A la limite, c’était même presque une manière d’exorciser. 

 

Avez-vous un regret quant à votre travail avec Mylène ? 

 

Que la vie de chacun nous ait ensuite emmenés dans des directions différentes. J’aurais aimé que l’on se perde moins de vue ; je pense qu’elle l’aurait souhaité aussi. C’est vraiment une des rares personnes avec qui j’ai travaillé que j’aurais beaucoup de plaisir à revoir, même en dehors des activités professionnelles. 

 

 

 

 

« lors des premiers concerts, Laurent et Mylène contemplaient leur œuvre. J’avais l’impression d’avoir en face de moi deux gamins émerveillés qui réalisaient leur rêve ». 

 

Publié dans CONCERTS DE MYLENE, Mylène TOUR 1989 | Pas de Commentaires »

Vidéo TOUR 89

Posté par francesca7 le 10 septembre 2011

 

Image de prévisualisation YouTube 

 

Tour 89, Mylène Farmer pour la première fois sur scène 


La première tournée de Mylène Farmer, départ le 11 mai 1989 à Saint-Étienne, avec 46 dates dans 3 pays différents, notamment en France, en Belgique et en Suisse. Une équipe comprenant pas moins de 8 danseurs, 7 musiciens, 3 choristes et 50 techniciens, un chargement de 5 camions pour 38 tonnes de matériel. Fin de la tournée le 8 décembre 1989 à Paris Bercy, pour un budget estimé à l’équivalent aujourd’hui de 6 millions d’euros. Mylène Farmer a réunit lors de cette tournée plus de 300 000 spectateurs. 

 

Vidéo TOUR 89 dans CONCERTS DE MYLENE MFConcert89_07aMylène Farmer a interprétée lors du Tour 89

  • Prologue 

  • L’horloge 

  • Plus grandir 

  • Sans logique 

  • Maman a tort 

  • Déshabillez-moi 

  • Puisque 

  • Pourvu qu’elles soient douces 

  • Allan 

  • A quoi je sers…  (A partir de septembre) 

  • Sans contrefaçon 

  • Jardin de Vienne 

  • Tristana 

  • Ainsi soit je… 

  • Libertine 

  • Mouvements de lune (Partie I) 

  • Je voudrais tant que tu comprennes 

  • Mouvements de lune (Partie II) 

barre de séparation

 

MFConcert89_01a dans Mylène TOUR 1989Production du spectacle : Laurent Boutonnat – Thierry Suc

Direction artistique : Laurent Boutonnat 

Chorégraphies : Mylène Farmer 

Coordination des chorégraphies : Sophie Tellier 

Décor : Hubert Monloup 

Costumes : Thierry Mugler 

Coiffures : Rosa Perez Casais 

Maquillage : Pascal Thiollier 

Lumières : Jacques Rouveyrollis 

Lumières salle: Fred Peveri 

Son : Patrice Cramer 

Ingénieur retour son : Dominique Chalhoub 

Musiciens

  • Bruno Fontaine (Direction musicale/claviers) 

  • Yves Sanna (Batterie) 

  • Philippe (Drai Percussions) 

  • Slim Pezin (Guitares) 

  • Christian Padovan (Basse) 

  • Jean-Philippe Audin (Violoncelle) 

  • Carole Fredericks (Choriste) 

  • Beckie Bell (Choriste) 

 

 

MFConcert89_05aDanseurs

  • Sophie Tellier 

  • Edwige Chandelier 

  • Christophe Danchaud 

  • Bruno Balto 

  • Georges Barrier 

  • Alicia de la Fuente 

  • Yann Jonas 

  • Dominique Martinelli 

 

·         Production : Thierry Suc & Laurent Boutonnat 

·         Directeur de production : Thierry Teodor 

·         Assistant de Laurent Boutonnat : Paul Van Parys 

·         Assistants de Thierry Suc : Anne d’Assignies – Philippe Bascugana 

·         Administrateur de tournée : Marie-Thérèse Boisseau 

Publié dans CONCERTS DE MYLENE, Mylène TOUR 1989 | Pas de Commentaires »

INTERVIEW TV : PPDA et Mylène Décembre 2006

Posté par francesca7 le 6 septembre 2011

 

 

INTERVIEW TV : PPDA et Mylène Décembre 2006 dans Mylène 2005 - 2006 656280663_smallPatrick Poivre d’Arvor

Nous avons le plaisir de recevoir Mylène Farmer dont l’actualité est florissante en ce moment: le DVD de son spectacle à Bercy vient tout juste de sortir, et, on la retrouvera demain au cinéma dans « Arthur et les Minimoys » de Luc Besson, où elle a prêté sa voix à la Princesse Sélénia.

Patrick Poivre d’Arvor: Mylène Farmer, bonsoir. 


Mylène Farmer : Bonsoir.

Patrick Poivre d’Arvor: La dernière fois que je vous avais reçue, c’était d’ailleurs la dernière fois que vous vous étiez exprimée en direct, c’était il y a douze ans. Pourquoi ce mystère? Est-ce qu’il est cultivé? Est-ce qu’il est entretenu? Est-ce que c’est de la timidité? 


Mylène Farmer: Vous m’avez observée depuis dix minutes, je crois, et je suis paniquée à l’idée que de parler de moi, de… C’est un exercice très difficile pour moi. Donc, il n’y a pas de marketing dans le mystère. Ma nature profonde est, je crois, la discrétion et l’humilité. C’est un exercice, je me répète, mais vraiment difficile.


Patrick Poivre d’Arvor: Mais il n’y a pas d’agoraphobie, en revanche. Chanter devant 15 000 personnes, ça ne vous gêne pas… 


Mylène Farmer: Il y a ce fameux paradoxe. Je suis, je crois, plus à l’aise sur scène que sur un plateau de télévision (rires).

Patrick Poivre d’Arvor: Alors, j’ai remarqué, aussi bien sur scène -je suis allé à Bercy – que là, à l’instant, vous fermez souvent les yeux


Mylène Farmer: Oui. C’est une manière de me replier sur moi-même probablement, de me concentrer également.

Patrick Poivre d’Arvor: Alors, Bercy, on va pouvoir voir, on voit déjà un petit peu sur nos écrans et, grâce notamment à ce DVD qui vient de sortir, qui vous ressemble d’ailleurs, puisqu’il faut l’ouvrir, c’est comme une sorte de petit tabernacle, « avant que l’ombre » etc, etc… Et puis, il y a la possibilité de vous découvrir sur les écrans, les grands écrans aujourd’hui, à travers une voix: celle d’une Princesse évidemment, il fallait évidemment que ça soit une princesse… 


Mylène Farmer: Oui, j’ai un joli cadeau. Luc Besson m’a proposé de faire, donc, la voix de la Princesse Sélénia. Et, j’ai pris un très, très grand plaisir 

Patric Poivre d’Arvor: Et, avec Luc Besson, il n’est pas impossible que vous continuiez à travailler, car c’est aussi un producteur… 

Mylène Farmer: Je l’espère. Et, j’ai eu la chance de rencontrer Nathalie Rheims qui est un auteur que vous connaissez également et qui a écrit ce très, très, très beau livre, très, très joli personnage pour moi qui est le personnage de Tess et, « L’ombre des autres »; et puis, l’ultime cadeau de Noël, c’est un scénario de Claude Berri. Donc, j’avoue que je suis comblée; plus un DVD qui a un accueil formidable.

Patrick Poivre d’Arvor: Donc, au fond, l’ombre, ça vous va bien? Plus que la lumière…

Mylène Farmer: J’aime l’ombre et la lumière. J’aime le silence et, parfois, le chant plus que la parole, probablement. 

Patrick Poivre d’Arvor: Alors, votre concert, c’était archi-plein. Il y a beaucoup de gens qui auraient aimé vous voir, notamment, en province. C’est pas possible que vous créez une tournée. 


Mylène Farmer: Non, malheureusement, ça a été quelque chose d’assez difficile, aussi bien pour le producteur Thierry Suc qui m’a accompagné dans cette très, très belle aventure. Et, malheureusement, parce que c’était un spectacle intransportable, on ne pouvait pas aller en province. Donc, là cette fois, dans un manque d’humilité, j’ai demandé aux personnes de venir à moi.

Patrick Poivre d’Arvor: On ne peut pas faire une resucée à Paris quand même, parce qu’il y avait beaucoup de monde qui aurait bien aimé… Non? 


Mylène Farmer: C’est fini et, j’espère remonter sur scène une autre fois, un autre jour.

Patrick Poivre d’Arvor: Ce n’est pas pour l’instant prévu… 


Mylène Farmer: Non. Ce spectacle est vraiment dans sa boîte (en désignant de la tête le DVD, ndlr), fermé, scellé.

Patrick Poivre d’Arvor: D’accord. Il est fermé. On va le refermer. Et, on va mettre fin à votre supplice. 


Mylène Farmer: Non, tout va bien. Merci à vous.

Patrick Poivre d’Arvor: Merci beaucoup Mylène. 

 

1884814495_small_2 dans Mylène 2005 - 2006

 

 

 

Fin décembre2006, Universal Music sabre le champagne et sort les petits fours en annonçant triomphalement que le DVD du concert Avant que l’ombre… A Bercy est, quinze jours après sa sortie, d’ores et déjà la meilleure vente 2006 d’un DVD musical pour un artiste en France. Le DVD est déjà certifié trois fois disque de diamant.

 

 

Publié dans Mylène 2005 - 2006 | Pas de Commentaires »

Interview Mylène presse décembre 2004

Posté par francesca7 le 4 septembre 2011

  

Yves (La dernière heure Belgique) : On a annoncé, à tort ou a raisons, que ce concert serait votre concert d’adieu, que vous n’en feriez plus après, est-ce exact ? 


Interview Mylène presse décembre 2004 dans Mylène 2003 - 2004 0Mylène : Vous m’annoncez quelque chose que j’ignore. Ce n’est pas mon concert d’adieu. Je souhaite faire ce métier le plus longtemps possible. 

Michel Troadec (Ouest France) : Juste une question facile : c’est la symbolique des 13 concerts à partir d’un vendredi 13. Comment est venue l’idée ? 


Mylène : Écoutez, c’est vraiment un pur hasard et j’avoue qu’on s’amuse de cette idée en tout cas (rires). C’est juste un hasard. 


Thierry Suc : Juste pour la petite histoire, c’est un vrai hasard car Bercy est peu disponible pour les spectacles car c’est avant tout une salle de sport. Quand on a téléphoné pour parler de notre projet, une des seules possibilités était à partir de ce vendredi 13 janvier et juste pendant 13 dates… Et si vous additionnez 13 janvier 2006, la somme des chiffres fait encore 13. (Ndlr : 1+3+0+1+2+0+0+6=13) 

 

Un journaliste (anonyme) : Si c’est un spectacle intransportable, c’est que vous avez prévu des choses un peu particulières. Est ce qu’on peut en savoir plus… 


Mylène : Cela fait pour l’instant à peut près 6 mois qu’on travaille sur ce spectacle avec quelques idées, vous dire que ce sera magique, je l’espère… Que ce sera émouvant, je le souhaite,…. Ma foi, après, il faut continuer pour nous de travailler tous les trois (rires). Si monsieur Boutonnat veut rajouter des choses, non ? 


Laurent Boutonnat : Par rapport au fait que ce soit intransportable… L’idée c’est en fait d’utiliser toute la salle de Bercy, qui est une salle assez incroyable, et de pouvoir l’utiliser complètement, c’est à dire de se dire que tout à coup on n’a pas besoin de restreindre la scène… Qu’on peut tout faire : avoir plusieurs scènes, maquiller la salle, mettre du son partout, mettre des caissons de basses sous tous les gradins… Par exemple, mettre du son de façon à ce que tous les gens, où qu’ils soient dans la salle, aient la même vision direction sonore, qu’il n’y ait pas de direction sonore face à une scène. Donc, on essaie plein de choses, on va essayer plein de choses comme ça. Voilà… Plus des tas d’éléments qu’on ne peut pas transporter. 

 

Daniel Beaucourt (Télé Poche) : Je voudrais vous parler de ce qu’on a qualifié de « stratégie du silence », qui vous a plutôt réussi ces dernières années… Pourquoi la brisez-vous  aujourd’hui ? La conférence de presse n’est pas un exercice auquel vous êtes rompue, en tout cas, pas en France… 


Mylène :

 

Daniel Beaucourt : Pourquoi avez vous décidé de vous adresser aux médias de cette façon ?


mylene-farmer-17 dans Mylène 2003 - 2004Mylène : Écoutez, je l’ai fait vraiment pour une raison, pour répondre à une demande de Thierry Suc, qui est mon ami, mon manager et mon producteur de spectacles. Parce que je pense que parfois il faut être quelqu’un d’autre que soi-même. Ma nature profonde est le mystère. Je ne cultive pas le mystère, contrairement à tout ce qu’on peut dire sur moi, c’est ma nature profonde. J’ai beaucoup de mal à me justifier, maintenant je pense qu’il était important de répondre à cette demande. 

 

Sonia (NRJ) : Est ce que vous pouvez parler du contenu du spectacle ? Nouvel album ? Pas de nouvel album ? Nouvelles chansons sur scène ? 


Mylène : Alors, oui j’ai un nouvel album qui sortira, je pense, mi-mars. Nous sommes en quasi-finalité de cet album, en mixage donc. Vous dire qu’il existera sur scène, certainement, dans sa majorité, avec, bien sur, d’autres chansons d’autres albums… Quant au contenu de la scène, là, j’avoue que je ne peux pas répondre précisément car c’est en cours d’élaboration. 

 

Sonia : L’atmosphère des chansons peut être ? 


Mylène : L’atmosphère, ce sera en terme de production qu’il y aura de petits changements, mais moi je reste la même, donc, c’est la même atmosphère (rires). 

Laurent Boutonnat : C’est difficile de répondre précisément sur quelque chose qu’on fait soi-même, d’avoir du recul dessus, sur les choses qui changent, qui sont différentes…

barre fleurs mult...

Publié dans Mylène 2003 - 2004 | Pas de Commentaires »

Mylène Interview partie 2

Posté par francesca7 le 4 septembre 2011

Frank (Egérie) : Je voudrais savoir s’il était envisageable d’aller au-delà de ces 13 dates prévues ou alors est-ce que c’est 13 dates quoi qu’il en soit ? 


Mylène Interview partie 2 dans Mylène 2003 - 2004 86ojw55lMylène : Je pense que c’est plus Thierry Suc qui pourra vous répondre… 


Thierry Suc : Pour l’instant, c’est vraiment 13 dates parce que les disponibilités de Bercy ne permettent pas de faire autrement. Les choses peuvent évoluer, on verra avec le temps, mais aujourd’hui, c’est 13 concerts. 

 

Un journaliste (anonyme) : C’est un énorme travail pour 13 représentations… Est ce que vous attendez ce travail avec impatience, est ce que vous y prenez votre pied ? 


Mylène : Mon pied ? (rires) Vous savez, la production d’un spectacle… Le travail, j’aime le travail. J’aime travailler, ça donne un sens à ma vie. La seule chose qui me guide, c’est l’envie d’être sur scène, de partager la scène avec le public. Donc quel que soit le travail, peu m’importe, mais c’est beaucoup de travail, en effet… 

 

Le journaliste : Mais 13 fois sur scène, c’est vraiment peu ? 


Mylène : C’est vrai, c’est aussi une frustration, croyez-moi, mais c’est mon choix. J’assume ce choix-là. Je sais déjà que je remonterai sur scène dans le futur. Je sais que je retrouverais la province et… Voilà

 

Antoine Menuisier (Le Matin) : Est ce qu’il y aura un DVD du spectacle ? 


Mylène : Oui, bien sur, comme pour tous mes spectacles. 

 

Antoine : Et la province, ce sera pour quand ? 


Mylène (qui n’a pas bien entendu la question ) : La province ne peut pas exister pour toutes ces raisons, mais sachez quand même que pour les trois scènes précédentes que j’ai faites, nous avons, et c’était vraiment très important pour le respect du public, transporter le même spectacle de Paris en province. Or, là, ça n’est pas possible. 

 

Un journaliste (anonyme) : Donc l’idée c’est que les gens viennent à Paris ? 


Mylène : Voilà, très humblement, je vais demander aux gens de venir à moi… 


Thierry Suc : D’habiter Bercy complètement de de pouvoir faire des choses dans Bercy qu’on ne peut pas faire quand on s’installe quatre soirs ou six soirs… 

 

Virginie Carton (La Voix du Nord) : Vous avez évoqué quelques éléments du spectacles, est-ce qu’il y aura aussi des chorégraphies, est ce que vous savez à peu près combien vous serez sur scène ? 


Mylène : Il y aura des chorégraphies, il y aura des danseurs… Il y aura bien sur (rire) des musiciens… Maintenant, combien serons-nous sur scène ? Je ne sais pas actuellement. Peut-être Thierry Suc… 


Thierry Suc : Non, on est dans la phase où les castings vont commencer, c’est un tout petit peu tôt. Pour pouvoir commencer à mettre les spectacles en ventes… Ils vont être en vente à partir de demain matin…. Il y a d’ailleurs un site qui vient d’être créé, qui sera opérationnel dès demain matin avec la possibilité pour tous les gens de province d’accéder aux fameux packages donc je parlais… Pour pouvoir mettre en vente donc, on a dû donc savoir un petit peu où l’on allai, qu’elle serait l’angle de vision à tel endroit ou à tel endroit. On n’a pas du tout envie d’avoir des gens qui se retrouvent derrière la scène, contrairement à d’autres spectacles. C’est la seule chose qu’on sait aujourd’hui : on a avancé sur l’infrastructure… On sait que les gens seront là et verront bien et que comme les places qui seraient là ne verraient rien, on ne les met pas en vente… 

 

Une journaliste (anonyme) : Ca sera quelque chose de jamais vu ? 


Mylène : Écoutez, ce serait présomptueux de notre part, mais, en tout cas, le plus magique possible, oui… 


Laurent Boutonnat : Ce qui est bien, c’est qu’on peut tout faire dans un cas comme ça. Le but n’est pas de faire des choses jamais vues, car les choses qu’on n’a jamais vues, on s’aperçoit souvent que…, mais que ce soit surprenant. 

 

Une journaliste (Gala) : Je me demande si cela n’est pas un peu restrictif de faire ça sur Paris et quel va être le coût pour ceux qui vont venir vous voir de Province… Je sais que vous avez un fan-club très actif, particulièrement, fanatique d’ailleurs… 


Mylène : « Aimant », peut-être. Pas fanatique, je préfère le mot « aimant ». 

 

La journaliste : Votre public est quand même très passionnel, et donc, il va se déplacer pour venir vous voir. Ca lui coût cher ? 


Mylène : Monsieur Thierry Suc ? 


1924927075_1 dans Mylène 2003 - 2004Thierry : Les places… Je vais vous donner les prix des places… Ca va s’échelonner de 54 euros, les moins chères, à 132 euros, les plus chères ; prix de vente public. Il y aura aussi des packages comme je vous l’ai expliqué ». Et puis, ça sera peut-être aussi un rendez-vous pour certaines personnes… L’occasion de passer un week-end à Paris… Avec une nuit d’hôtel, deux nuits, un hôtel une étoile, deux étoiles… On a fait travailler les gens, des agences de voyages qui ont essayé de négocier 10 000 chambres d’hôtel au meilleur tarif possible, on a pris tout ça en amont, on a une négociation avec Air France qui a permis d’obtenir un prix aller-retour à 100 euros de quelque ville que les gens viennent. Bien sûr, c’est de l’argent, on est très conscient. Mais pour moins de 300 euros, quelqu’un pourra venir voir le spectacle et passer un week-end à Paris. Ca se fait dans plein de villes dans le monde. Quand il y a un rendez-vous lié à un projet artistique, je pense que ça vaut la peine. 

 

Aurélie Janssen (M6) : Pourquoi avoir attendu cinq ans avant de remonter sur scène ? Le public vous a manqué? 


Mylène : Le public me mange… me mange toujours (rires) pardon, me manque toujours. Lapsus. Pourquoi avoir attendu aussi longtemps ? Parce que j’ai eu besoin de faire un nouvel album, que j’attendais aussi que Laurent soit disponible (Ndlr : Laurent trouve ça un peu fort…) D’autre part, je veux ces moments rares. Je suis peu montée sur scène ; j’ai trois spectacles à mon actif, pour cette raison. Parce que j’ai besoin d’avoir une émotion intacte, que j’ai besoin de ces moments de silence pour pouvoir revenir et j’espère donner le maximum, et recevoir aussi. 

 

Eric Jean-Jean (RTL) : Deux questions sur l’album, on sait qu’il arrive en Mars, qu’est-ce qu’on peut dire dessus, comment va-t-il s’appeler, qu’est-ce que vous Mylène, en tant qu’auteur, avez envie d’y raconter ? 


Mylène : Je vais surtout répondre à la première question. L’album s’intitulera « Avant que l’ombre » avec trois petits points derrière. Il y aura de nombreuses chansons, je pense 14 titres enregistrés. Et, je vais tenter de répondre à la deuxième question, c’est continuer très égoïstement (sourire) de parler de moi, de mes ombres, de mes lumières, et puis, voilà… 

 

Eric : Vous en êtes où de l’enregistrement, mixage, production ? 


Mylène : Très très avancés là. 


Laurent Boutonnat : L’album sera probablement terminé à la fin de l’année, le 31 probablement. Il sera pratiquement terminé à la fin de l’année et il y aura un premier single fin janvier. 

 

Pierre Yobert (Pink TV) : Pourquoi êtes-vous devenue une idole, une icône gay, pour la communauté gay qui fait partie de votre public ? 

Mylène : Pourquoi ? C’est probablement plus à eux de répondre pour moi! (rires) Si ce n’est que la chose qui me vient à l’esprit, c’est… peut-être ont-ils une sensibilité exacerbée comme la mienne. Et puis, quoi qu’il arrive, ça me réjouit (rires).

c9d1e20a9c.gif

Publié dans Mylène 2003 - 2004 | Pas de Commentaires »

Mylène Interview partie 3

Posté par francesca7 le 4 septembre 2011

David Lelait (Nous Deux) : Vous présentez depuis des années des spectacles très impressionnants, vous êtes une show-woman, je voulais savoir si vous n’aviez pas envie par moment de présenter un spectacle plus intimiste, pourquoi pas à l’Olympia, pourquoi pas un tour de chant


Mylène Interview  partie 3 dans Mylène 2003 - 2004 mylene-farmer-documentaire-inedit-sur-m6-music-hits-15940Mylène : Ca peut être envisageable dans l’avenir, mais c’est vrai que j’ai encore envie de grandes salles, d’immensité… Mais, pourquoi pas ? C’est possible. Je ne connais pas, en tout cas, cette expérience, mais de dont je suis sûre c’est que même si on fait un Bercy ou j’imagine un Stade de France, pour ceux qui ont envie de le faire… on peut tout à fait créer une intimité dans cette immensité, donc ça ne me  manque pas à priori. Peut-être pas au Stade de France, me dit-on (Ndlr : Laurent), je ne sais pas alors (rires). Peut-être dans l’avenir, pourquoi pas ? 

 

 

 

 

 Stéphane Lecarrier (Radio 6 Calais) : Bon nombre de vos clips sont de véritables productions cinématographiques, est-ce qu’on peut s’attendre à un concert réalisé dans un environnement cinématographique avec des effets 5.1


Mylène (s’adressant à Laurent) : A toi ! (rires) 


Laurent : Non, le problème du 5.1 c’est que ça demande une direction. Si vous envisagez du 5.1, il faudrait que les gens soient face à une scène. L’idée est effectivement de jouer avec ça, mais sans avoir de direction, mais d’avoir le même son où que soient les gens. Par contre, jouer avec le son, avec les basses, avec les effets… Ponctuer, entre des moments, des chansons, avec des effets de lumières, de sons, bien sûr… 


Thierry Suc : Le son va être habillé avec un jeune ingénieur du son très talentueux, avec lequel on a déjà travaillé, qui s’appelle Stéphane Bisson. 

 

Jean-Louis Gérard (MCM) : C’est aussi une question pour Laurent Boutonnat, quel est la couleur musicale de l’album, qu’est-ce qui vous a inspiré ? Vous étiez revenu avec un single aux sonorités électro… « L’Âme-Stram-Gram »… Qu’en-est-il cette fois-ci


Laurent Boutonnat : C’est difficile, c’est très difficile. On aime, Mylène et moi-même, les mélanges… C’est un album où il y a beaucoup de musiciens, un mélange de musiciens… de sons électroniques et d’instruments acoustiques


Mylène : Je vais t’interrompre… Mais il y a sans doute, par rapport aux autres albums, beaucoup plus de guitares. 


Laurent : Oui… beaucoup d’instruments … acoustiques ! (rires dans la salle). 

 

Jean-Christophe Fédérici (Star Club) : J’ai une question sur les concerts, vous vous déplacez assez souvent en concert. Est-ce qu’il y a un performer ou un concert récent qui vous a plu ou moins marquée ? Avez-vous une préférence scénique personnelle qui vous tient à cœur


Mylène : La première… Le premier groupe qui me vient à l’esprit, c’est U2, qui j’avoue et pour sa musique et pour la performance, la voix, l’âme… surtout, m’impressionne énormément. C’est toujours quand on vous pose la question qu’on a un énorme trou (rires). 


Laurent : Contrairement à ce que vous dites. Mylène ne va pas très très souvent en concert… 

 

Un journaliste : Je crois que vous êtes allée voir Madonna. Qu’en avez-vous pensé, est-ce que ça vous a inspiré


Mylène : Écoutez, je trouve que c’est évidemment une personne de grand talent, une grande professionnelle. Si je puis formuler une toute petite critique, je trouve que ça manque un tout petit peu de sentiment, manque d’âme… Maintenant, voilà, ce n’est pas à moi d’en juger. Vous me posez la question. J’y réponds. Mais néanmoins, c’est une personne, évidemment de grand talent

 

Daniel Beaucourt (Télé poche) : Contrairement à ce que dis ma consœur, vous n’avez pas de fan club en France, vous n’avez jamais voulu en avoir… 


Mylène : Non, je n’ai jamais souhaité… 

 

Daniel : Toutefois, il y a eu des publications qui, je sais pas, ont vu le jour, peut-être avec votre assentiment ou non. Je pense que l’Instant-Mag faisait partie de celles-là… 


Mylène : Qui est de qualité… 

 

Daniel : Justement, que vous évoque la fin de ce magazine


Mylène : La fin… Il y a une fin à tout. Donc, je la prends avec sérénité et je crois qu’ils ont l’intention de poursuivre un autre magazine, il me semble… 


Thierry Suc : Oui, ils en démarrent un autre. Mais comme rien n’est initié par Mylène, ni par son entourage, en fait, les fans qui décident de créer un fan club, peuvent le faire. On les a toujours laissé complètement libre de le faire. Et ceux qui décident d’arrêter quelque chose sont bien évidemment libres de le faire également. C’est leur choix de faire ou de ne pas faire

 

Daniel : Je pensais que vous aviez un droit de regard… 


Mylène : Non, absolument pas… 


Thierry Suc : Non, aucune ligne éditoriale n’est contrôlée, regardée… Ils font ce qu’ils veulent, ils disent ce qu’ils veulent… 

 

Gilles Médioni (L’Express) : je croyais que vous aviez des projets cinéma. Est-ce qu’ils sont mis entre parenthèses à cause de la scène


Mylène : Écoutez, j’ai été moi-même assez surprise de beaucoup d’annonces concernant le cinéma. Pour l’instant, il ne s’agit pas pour mois de faire de cinéma, en revanche, j’aime le cinéma. J’espère un jour faire un autre film et pourquoi pas m’essayer à la production, en tout cas, c’est un métier qui me passionne… C’est très très difficile, mais c’est un univers qui m’intéresse. 

 

Un journaliste (anonyme) : Laurent Boutonnat, n’avez-vous pas aussi un projet cinéma


Laurent Boutonnat : C’est  plus qu’un projet, j’ai un film en préparation. Il se tournera en mars prochain

 

Le journaliste : On peut savoir le sujet


Laurent : C’est une adaptation du roman de XIXème siècle qui s’appelle « Jacquou le Croquant » (Ndlr : cela a été un téléfilm célèbre des années 70 avec Eric Damain). 

 

Un journaliste (anonyme) : Pourquoi « Giorgino » n’est-il pas sorti en DVD ? C’est une question de droits


Laurent : Non, c’est que cela a été une histoire assez difficile à vivre, « Giorgino ». Ce film n’a pas marché du tout. A l’époque, j’ai presque financé moi-même 80 % de ce film, donc, il a fallu rebondir. J’ai pu en fait récupérer les droits de ce film, d’exploitation vidéo, etc. Et à ce moment-là, je n’avais eu qu’une envie, c’était prendre les droits, les mettre dans un tiroir, le fermer, et ne plus jamais en entendre parler. C’est aussi simple que ça. Peut-être qu’un jour, je le sortirai en DVD. Peut-être après un autre film… Voilà

 

Sophie (Too Much) : Je voudrais vous poser deux petites questions. La première était par rapport à l’album. J’avais entendu parler de collaborations sur les musiques avec d’autres artistes… 


Mylène : Absolument pas, non, jamais, jamais envisagé. 

 

Sophie : et la deuxième, c’était tout simplement ce que vous pensez de la biographie sur vous de Bernard… 


Mylène (Personne n’a entendu le nom) : Bernard qui ? (rires) C’était facile


(Éclat de rires général


Laurent (discrètement à Mylène) : Mais tu l’as lue, non


Mylène : (rires gênés) 

 

(Applaudissements de la salle

Mylène : Je vous remercie d’être venu en tout cas, merci beaucoup.

Barre de Séparation

Publié dans Mylène 2003 - 2004 | Pas de Commentaires »

Mylène, un rêve …

Posté par francesca7 le 4 septembre 2011

19h
Mylène, un rêve … dans Mylène 2003 - 2004 10346373Catherine Battner remercie les journalistes. C’est fini. Mylène sort par la porte par laquelle elle était entrée. Les journalistes sont alors invités à aller dans un autre salon du premier étage pour prendre une coupe de champagne et une petite collation. Si Thierry Suc, Pascal Nègre restent pour répondre aux journalistes, Mylène et Laurent ne réapparaissent pas.
On se demande encore si l’on n’a pas rêvé… 

Interrogé par Le Matin lors du cocktail clôturant la conférence de presse, Pascal Nègre, le président de la compagnie Universal, distributrice des oeuvres de Mylène Farmer, confie avoir entendu quelques extraits d’«Avant que l’ombre…». «C’est assez étonnant, je pense que le public sera étonné», fait-il. Anxieux, avant la sortie de l’album en mars? «Un CD, ce n’est pas comme un film sur lequel la sanction du public tombe rapidement. Un CD, ça vit, son succès se bâtit dans la durée. Et puis Mylène Farmer est la seule chanteuse dont chaque album francophone s’est vendu à plus d’un million d’exemplaires.» 

 

Barre de Séparation

   
Infos
La conférence s’est donc déroulée au Salon France-Amérique, dans la salle Washington.
La location de la salle aurait coûté 12.000 euros !
Plus d’informations sur le site
Salonsfranceameriques.abcsalles.com. 

 

 

Vidéo 

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Mylène 2003 - 2004 | Pas de Commentaires »

Mylène incognito…

Posté par francesca7 le 3 septembre 2011

 

Mylène incognito…  dans Mylène 2001 - 2002 MF2000_03a 

Même si Mylène coache avec attention sa jeune protégée, elle se permet néanmoins quelques petites excursions à Paris quand elle ne s’envole pas à Londres, son nouveau refuge, une ville que Marc Levy lui a fait découvrir et qu’elle apprécie. Très star, accompagnée de son inséparable Thierry Suc et d’une ribambelle de gardes du corps, engagés pour l’occasion, elle fait sensation le 27 Juin 2001 lors de son entrée sur les gradins VIP de Bercy pour assister au dernier concert de sa copine Madonna à l’occasion de son Drowned World Tour. Le public de la star américaine, étant proche du sien, lui réserve une véritable ovation… Mais cette flamboyante rousse, si chaleureusement acclamée, est-elle bien Mylène Farmer ? 

 

Comme elle l’avait fait déjà lors du concert de Cher à Bercy en 1999, n’a-t-elle pas demandé à un sosie de faire diversion. Et alors que tous les regards se tournent vers cette belle rousse, la vraie Mylène, elle est ailleurs. Cette petite brune non loin de là, mais que personne ne reconnaît ; c’est elle… Une manière de rire de sa célébrité et de prendre du recul mais, surtout, de pouvoir garder un certain anonymat au milieu de la foule ! 

 

Quant à Alizée, elle sort le 28 avril 2001 son premier slow, Parler tout bas, Laurent Boutonnat à cette occasion lui concocte un superbe clip onirique où la jeune femme se retrouve entourée de poupées en tissu et qui prennent vie. Quelques mois plus tard, le premier extrait de l’album, le single Gourmandises débarque avec des remixes réussis qui offrent une deuxième  jeunesse à ce titre dansant et frais. Hélas, l’extrait est distribué dans le commerce alors que tous les adolescents préparent leur rentrée scolaire. Et comme ils constituent la majorité de son public, le titre est un tantinet boudé malgré un clip signé Boutonnat, et qui met en scène des jeunes filles et des garçons se gavant de fruits et de crème chantilly lors d’un pique-nique dans une verdoyante forêt…. 

Publié dans Mylène 2001 - 2002 | Pas de Commentaires »

Préparation du Mylénium Tour

Posté par francesca7 le 1 septembre 2011

 

Comme pour ses deux premiers concerts, c’est Thierry Suc, à la tête de sa société TS3, qui est à la production de Mylenium Tour  . Mais cette fois-ci, c’est Mylène qui s’occupe de la conception de la tournée, sans Laurent Boutonnat

 

-          « Cela s’est fait comme ça. Il avait des projets, il suit sa voie et moi la mienne« . 

 

Préparation du Mylénium Tour dans Mylène 1999 - 2000 0Toujours prêt à l’épauler, Thierry Suc contacte, par l’intermédiaire de Roger Abriol, le directeur de production, Guy-Claude François  , un chef décorateur pour le cinéma et scénographe pour le théâtre et l’opéra, un artiste polyvalent qui s’est aussi chargé de la scénographie de la cérémonie de clôture des Jeux Olympiques d’hiver d’Albertville en 1992. C’est lui qui a le privilège de concevoir la création de la partie scénique du Mylenium Tour. Même s’il connaît très peu l’univers de la chanteuse, si ce n’est son nom et quelques-uns de ses clips, il accepte avec enthousiasme de participer à l’aventure

 

Et c’est après avoir visionné la vidéo du concert de Bercy de 1996 qu’il réalise de quelle manière Mylène, cette femme publique, a pris au cours de ces dernières années, une dimension mythique ! Il réalise alors une première esquisse d’une statue grandiose qui représente la déesse Isis sous les traits de Mylène en s’inspirant du style de Ginger, un peintre dessinateur surréaliste des années 1970. Un artiste dont Mylène appréciait énormément son travail et qu’ils rencontreront tous les deux à Zürich quelques mois plus tard. 

 

Ce visage, cette entrée grandiose que Mylène offrira à son public est une idée de la chanteuse qui en a suivi de très près la conception. Mais après réflexion, elle recule devant l’idée que son visage soit représenté. Sans doute par crante d’exacerber le fétichisme dont elle est devenue l’objet ces dernières années. Au final, le décor est conçu avec un budget estimé à 300 000 €. Mais Guy-Claude François ne semble pas étonné : 

 

-          « Mylène a tout compris ! L’entrée et la sortie doivent être des éléments primordiaux, c’est une règle de base dans le spectacle ! Déjà, le théâtre grec était très attentif à cet usage. » 

 

f_5932951 dans Mylène 1999 - 2000Un autre homme indispensable, Fred Pévéri, est appelé pour s’occuper des lumières afin d’éviter que cet énorme décor ne vampirise tout le spectacle. Sa mission sera de faire en sorte que ses lumières réussissent aussi bien à mettre en valeur qu’à atténuer les éléments du décor. 

 

 

Durant ce long été, tout le monde attend impatiemment ce rendez-vous en recherchant la moindre information sur le futur show. Le magazine Voici semble détenir un scoop et de taille ! En effet, il annonce qu’il sera question d’un décor abritant une immense statue aussi haute qu’un immeuble de quatre ou cinq étages tout en évoquant un budget pharaonique. La pression monte et Mylène travaille d’arrache-pied…. 

Publié dans Mylène 1999 - 2000 | Pas de Commentaires »

Mylène 1ère édition des NRJ Music Awards 2000

Posté par francesca7 le 29 août 2011

 

 

Mylène 1ère  édition des NRJ Music Awards 2000 dans Mylène 1999 - 2000 music-award-2000-125275549fLa tournée poursuit son bonhomme de chemin. Pour chaque date, Mylène joue à guichets fermés. Face au succès, c’est décidé, une vingtaine de dates seront rajoutées pour l’an 2000 avec un final qui se déroulera en Russie ! 

 

 

 

 

 

 

 

 Le 22 janvier 2000, Mylène arrive à Cannes pour assister à la première édition des NRJ Music Awards, organisée en même temps que l’ouverture du fameux Midem. Cette soirée est une copie des MTV Awards, une grande cérémonie qui récompense les « meilleurs » artistes nationaux et internationaux par le biais du vote du public. Ce show, qui est retransmis en direct sur TF1, est présenté par Ophélie Winter

 

Vidéo 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

Accompagnée par Pascal Nègre, le nouveau PDG d’Universal, et qui a racheté depuis peu Polydor, et de son manager et ami Thierry Suc, Mylène sublimée par la robe créée par Thierry Mugler, se laisse photographier lors de la montée des marches avant de s’installer au premier rang de l’orchestre, en attendant le résultat des nominations. 

Publié dans Mylène 1999 - 2000 | Pas de Commentaires »

Téléchargement Illégal de Mylène

Posté par francesca7 le 29 août 2011

 

 

Téléchargement Illégal de Mylène dans Mylène 1999 - 2000 MF2000_19aAlors que toutes les plateformes de téléchargement devaient mettre en ligne Dégénération  au moment de sa première diffusion radio, le site Emusic appartenant à Universal le propose par erreur dans la nuit du 14 au 15 Juin 2000. Une méprise qui réjouit des milliers de fans qui le téléchargent illico. Face à cette faute grave, et même si ce n’est pas la première artiste à qui ce genre de malencontreux événement arrive, Mylène ne décolère pas

 

Lors de sa diffusion légale, la surprise est de taille : Dégénération en surprend plus d’un. Si les paroles ne sont pas des plus recherchées, évoquant une génération bloquée dans une sorte de coma statique et extatique, le tempo est différent. Après avoir produit les Good Sex Valdes et confié ses singles à de nombreux DJ, Mylène ose enfin signer pour son propre répertoire un titre à influence techno, calibré pour passer un été sur les dancefloors. La preuve, dès sa sortie il est numéro 1 des téléchargements en France. 

 

Pour son nouvel album, les sonorités techno et bruits électroniques aux beat réguliers et lancinants seront très présents. Les rumeurs affirment que la musique serait même transe et hardcore avec Laurent Boutonnat à la composition et à la production. Comme une belle histoire d’amitié qui continue… encore et toujours ! 

 

Ce soir-là, elle est nommée dans trois catégories différentes : « meilleur album » pour Innamoramento, « meilleur concert » pour le Mylenium Tour et « meilleure artiste féminine francophone de l’année« . La chanteuse a de quoi se réjouir car elle rafle les trois prix ! Elle en profite pour adresser à son public quelques phrases émouvantes et bien choisies. 

 

-          « Merci beaucoup… Je voudrais de nouveau remercier le public. Sans le public, je ne suis rien… Remercier Thierry Suc, qui est le producteur de ce spectacle et qui est assez fou pour m’avoir dit oui. Et je crois que c’est tout. Merci infiniment. » 

 

Vidéo : Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Mylène 1999 - 2000 | Pas de Commentaires »

CLIP – Je t’aime mélancolie – 1991

Posté par francesca7 le 28 août 2011

 

 

Date de tournage:  novembre 1991 

Lieu de tournage: Studios Sets à Stains (France) 

Réalisateur: Laurent Boutonnat 

Durée: 05’13 

Clip présent sur : L’autre… 

 

Production : Heathcliff S.A.
Budget : environ 45.000 €


 

VIDEO CLIP 

Image de prévisualisation YouTube
 

 

Synopsis : Laurent Boutonnat
Directeur de la photographie : Jean-Pierre Sauvaire
Montage : Agnès Mouchel
Costumes : Jean-Paul Gaultier
Costumière : Carine Sarfati
Chorégraphie : Mylène Farmer
Photographe : Claude Gassian

CLIP « JE T’AIME MELANCOLIE » 



Dates du tournage : novembre 1991
- Tournage du clip (Deux jours de tournage (un jour pour le combat de boxe, un jour pour la chorégraphie) aux studios Sets à Stains, dans la Seine-Saint-Denis) 


06/12/1991 – 1ère diffusion du clip (‘Tous à la une’ – TF1) 

 

CLIP - Je t'aime mélancolie - 1991 dans Les Clips de Mylène cbb2acb9Suite au meurtre du réceptionniste de Polydor, Mylène Farmer part aux Etats-Unis (officiellement pour passer son permis de conduire). Elle fuit en fait les réactions qu’a pu provoquer l’acte de cet homme vexé de ne recevoir aucune réponse à ses lettres !

 

Laurent Boutonnat lui, commence à préparer pendant ce temps, le tournage de Giorgino qui commencera exactement dans un an. A cette période, il est en plein repérage dans le Jura avec le décorateur du film : Pierre Guffroy. Il prendra toutefois quatre jours pour tourner le clip de Je t’aime Mélancolie.

 

Après quelques jours de préparation pour la construction (sur mesure) du grand ring de boxe, deux jours de tournage sont consacrés aux scènes de combat. Les deux autres jours de tournage sont eux réservés à la chorégraphie orchestrée par Mylène Farmer. On note que les dix danseuses derrière Mylène sont les mêmes que celles de la promotion de Désenchantée, neuf mois plus tôt.

 

Mis à part Sophie Tellier qui, pour la première fois, n’assure plus la coordination des ballets. Elle a décidé juste avant le clip de cesser momentanément sa collaboration avec Mylène et Laurent pour se consacrer à sa propre carrière. Elle attend le tournage de Giorgino pour revenir ….

 

On pressent déjà la fin proche de l’univers de Laurent Boutonnat pendant Je t’aime Mélancolie. L’histoire se fait mince, la durée se fait courte, et on succombe de lus en plus à l’esthétique du clip. Ses derniers véritables courts-métrages n’ont visiblement pour unique but d’en arriver à l’oeuvre ultime : Giorgino. Après ce film, d’ailleurs comment ne pas comprendre qu’il n’est pas la peine faire autre chose ?… Qu’aurait pu faire Laurent l’année suivante qui n’aurait pas paru comme fade ? Il ressemble tellement à u aboutissement que l’univers semble difficile à prolonger. Vu de cette façon, Je t’aime Mélancolie peut être lu comme un avant-goût de « l’après Mylène » chez Laurent Boutonnat. Des clips comme Populaire se rapprocheront d’ailleurs plus de ce film que de mises en scène plus ambitieuses telles Tristana ou Sans Logique.

 

 

 

Contexte : 

 

melancolie dans Les Clips de MylèneUn homme est à la corde à sauter. Mylène, elle ne s’entraîne pas et semble se concentrer comme pour entrer sur scène. Nous sommes dans un gymnase sombre, juste avant un combat. Des voix masculines se font entendre en bruit de fond, comme si dans une autre pièce, on pariait sur quelqu’un. Nous sommes en fait dans un vestiaire. L’entraînement de l’homme est intensif. La personne qui lui fera face ne devra pas compter sur sa pitié. Mylène elle montre son absence d’attendrissement en éteignant par la seule force du poing la flamme d’une bougie. La partie peut commencer .. Nous sommes au bord d’un ring de boxe aux dimensions irréelles. L’espace l’entourant est quant à lui plongé dans l’obscurité. Les cris lointains d’une foule font penser à des spectateurs placés trop loin pour assister correctement au combat. Les seuls intéressés sont les 2 adversaires et nous-mêmes qui sommes placés idéalement aux premières loges d’un affrontement souvent évoqué au sens figuré, mais jamais au sens propre : la guerre homme-femme, la guerre des sexes. Comme elle aime à le dire la même année que le tournage : Mylène « a encore ici quelques comptes à régler avec la gente masculine », comme précédemment dans Pourvu qu’elles Soient Douces et Pas de Doute.

 

 

Chaque combattant à son propre coach (tous deux des hommes) un arbitre vient sur le ring donner le coup d’envoi du combat (un homme aussi). Les regards sont cruels et promettent une haine réciproque qui semble aller bien au-delà des cordes d’un ring… on pense évidemment au jeu de regards entre Libertine et son adversaire duelliste, lorsque l’issue du combat penchait autant d’un côté que de l’autre partie. Après le coup d’envoi, les deux corps se tournent autour durant tout le premier couplet de la chanson. Les deux personnes sont très sérieuses et ne laissent rien transparaître, contrairement aux sourires pervers entre les adversaires de Libertine et Sans Logique. C’est là où intervient la folie de Boutonnat, éternel adepte du décalage et de l’inversion. Parallèlement au sérieux, à la durée et la virilité du combat, Mylène toute souriante danse avec deux danseuses derrière elle sur la même musique qui rythme les coups des deux adversaires, sensés être sur le même ring. Sa tenue es légèrement différente, s’étant vêtue d’un porte-jarretelle sous une guêpière faisant étrangement référence au sadomasochisme. Contrairement au départ de Thierry Rogen pour le mixage un an plus tard, on ne regrettera pas le départ de Sophie Tellier du clan Farmer-Boutonnat. La chorégraphie de Je t’aime mélancolie est d’une grande élégance et d’une très haute tenue. De plus, elle est une des plus rythmées et dansantes qu’ai inventé la chanteuse. 

 

3f458413Une brève coupure entre les deux rounds ne fera que relancer les regards haineux à défaut de les calmer. Le combat reprend de plus belle, et la tension montant de plus en plus, le combat commence à dégénérer. Les coups bas se multiplient et le soudain acharnement de l’homme sur la femme pour la mettre KO oblige l’arbitre à intervenir. Il se recevra rapidement un coup de poing dans le nez donné par l’homme qui le rendra KO se faisant ridiculement évacuer par les entraîneurs. Désormais plus de pitié, plus personne ne peut arrêter le match qui dégénère. Les deux combattants s’affronteront jusqu’à la mort. Ils enlèvent même leurs gants de boxe pour se livrer à un véritable combat d’arts martiaux. Alors la chorégraphie s’accélère et les danseuses derrière Mylène Farmer ont à présent des gants de boxe aux mains pour exécuter la chorégraphie qui devient infernale. Dans le combat, les hauts coups de pied fusent, au bord de l’épuisement, l’issue du combat est proche et la femme est en faible posture… ; elle utilisera les dernières forces qui lui restent pour tournoyer sur elle-même et envoyer à son malheureux adversaire un coup de pied dans la tête qui le fera passer par-dessus les cordes du ring.

 

[…]

 

 

 

Beaucoup verront dans ce combat l’affrontement entre la chanteuse populaire et la critique, le texte de la chanson y faisant plus ou moins référence. Ce serait plutôt un mélange de réaction vindicative contre une critique douloureuse, de masochisme (la tenue) face à l’homme croyant détenir tous les pouvoirs et de double emploi (toujours récurrent dans le cinéma de Boutonnat) entre le bourreau (elle gagne) et la victime (l’issue du combat ne lui apportant absolument rien).

 

 

 

ANALYSE SVP ………….. 

 

Le tournage de Je t’aime Mélancolie se situe avant les repérages définitifs du long-métrage Giorgino dont les prises de vue débuteront un an plus tard, pendant la promotion de Que mon cœur Lâche. Comme pour laisser la voie libre à l’ambition pour ne pas dire la mégalomanie de Girogino, Boutonnat semble avoir mis un frein sur les moyens qu’il mettait en oeuvre jusqu’à présent.

 

0Au sein de celle-ci la chanteuse interprète certaines parties de la chanson en question. L’avantage de cette structure est à la fois de mettre l’artiste en avant, de justifier tous les avantages scéniques qui lui sont attribués (éclairages, maquillages parfois outranciers, accessoires et danseurs) sans que cela nuis pour autant au récit éventuel, puis de se rapprocher du cinéma de fiction en y intégrant une histoire ou même un fil conducteur ténu qui implique une intrique auquel  le spectateur pourra se rattacher, voire s’identifier.

 

En somme, le problème que pose Je t’aime Mélancolie est sur plusieurs plans un problème de limites ; en se séparant des attributs que lui-même avait créé, comment Laurent Boutonnat peut-il continuer de se faire remarquer pour continuer de créer l’événement, la longueur en moins.

 

Afin de maquer cette carence, Boutonnat joue précisément sur le changement quasi radical au lieu d’adapter, de raccourcir, et de modifier par touches parcimonieuses ce qu’il savait faire et qu’il appliquait sans cesse depuis sept ans. Le réalisateur se décide à se battre avec les mêmes armes que ses confrères au lieu d’en chercher de nouvelles. Puisque c’est finalement bien de promotion dont il s’agit ici, c’est précisément le format-chanson, avec une histoire simple, une imagerie plus légère, des costumes et maquillages plus actuels et sans génériques, sans suite ou presque que les clips postérieurs à Désenchantée ont pu compter sur une exposition plus large dès leur sortie.

 

Peut-être orientés par les paroles de la chanson, certains critiques ont lu le clip comme une métaphore d’un combat de l’interprète contre eux. Dans cette optique, les images peuvent être vues comme l’adaptation de certaines phrases de la chanson dont elles s’inspirent : « Une sauvage née vaut bien d’être estimée, elle fait souvent la nique aux trop bien cultivé […] Pour plaire aux jaloux il faut être ignorée. » ce rapport avec la réalité du métier que subissent Laurent Boutonnat et sa muse au quotidien, le réalisateur ira jusqu’à le figurer  dans son casting ; il fera appel à un vrai boxeur poids-léger yougoslave et à un arbitre français professionnel ; Gérard Boutonet.

 

La tenue de Mylène Farmer pour les plans de chorégraphie (une guêpière en cuir ornée de clous soutenant des porte-jarretelles noirs) laissent penser à un arrière plan sado-maso appuyé par l’isolement de l’homme et de la femme sur un espace scénique (le ring). Soumis au regard d’un public, isl seraient venus sur ce ring pour se faire mal physiquement avec le consentement de l’autre. Seulement ces pistes ne mènent guère très loin par rapport au texte de la chanson, même extrapolé ; la seule suivie à l’époque fut celle de l’hyperbole sur la critique.

 

L’homme sur le ring, symbolisant la critique au sens large, perd le match ; et la phrase-titre reprise comme un leitmotiv régulièrement : « Je t’aime mélancolie », résonnerait comme une revendication face à ceux qui avaient reproché au couple Boutonnat-Farmer leur imagerie négative.

 

Après le retrait symbolique de la critique face aux coups portés par la chanteuse à la fin du clip, celle-ci se retrouve plus seule que jamais désormais livrée à elle-même, coupée du regard extérieur, près de ce public plus silencieux que jamais devant lequel elle devra tôt ou tard livrer un nouveau combat pour le distraire. Le silence de glace qui clos le clip fait pourtant bien comprendre que la gagnante a eu ce qu’elle a voulu ; et que libérée « des jaloux », elle est à présent ignorée. L’ennemi battu, elle n’est pourtant libérée de rien, prisonnière de la scène et écrasée par les faisceaux de ces projecteurs qui l’exposent peut-être davantage qu’elle ne l’aurait voulu.

 

affiche-jtm

Publié dans Les Clips de Mylène | Pas de Commentaires »

M6 Music Awards Mylène 2000

Posté par francesca7 le 28 août 2011

M6 Music Awards Mylène 2000 dans Mylène 1999 - 2000 MF2000_12a                                                                                                                               

Quelques jours avant la sortie du disque, M6 organise en novembre 2000 au Zénith de Lille la première – et unique – édition des M6 Music Awards. Des pointures internationales comme Jennifer Lopez ou Lenny Kravitz sont invités à cette soirée au cours de laquelle Mylène est récompensée pour son clip Optimistique-moi  et Alizée sacrée « victoire de la révélation féminine de l’année ». A la remise de son trophée, Mylène prononce alors des paroles, restées à ce jour mythiques pour les plus inconditionnels devant une Alizée, le visage baigné de larmes : 

 -          » « Je voudrais ce soir, emprunter quelques mots à Barbara… Et pour le public, je voudrais lui dire … « Ma plus belle histoire d’amour, c’est vous »… Merci beaucoup. Et pour terminer, m’adresser à Alizée, et lui dire que je suis très fière d’elle ce soir… Merci… » 

VIDEO  Image de prévisualisation YouTube 

pour célébrer à sa juste valeur la sortie du Mylenium Tour, qui est un véritable événement, les magasins parisiens comme Virgin ou la Fnac organisent, le 4 décembre 2000 une avant-première exceptionnelle à laquelle média et fans sont cordialement conviés. Le principe est simple : ouvrir les portes des magasins à minuit pour que les fans puissent acheter avant tout le monde les différents supports de ce concert d’exception. Une première en France ! 

Ainsi, c’est le cœur heureux et surtout léger que les amoureux de la chanteuse dépensent sans compter pour acquérir l’album live en version normale, composé d’une boîte en laiton, ainsi que la version luxe placée dans une boîte en tissu contenant un épais livret photos. 

 

01150274-photo-pochette-mylenium-tour dans Mylène 1999 - 2000En coulisses, les collaborateurs les plus proches de Mylène et de sa maison de disques, comme Thierry Suc et Pascal Nègre, savourent une coupe de champagne, le sourire aux lèvres : cet événement, qui n’a pas coûté un centime, vaut bien toutes les affiches, toutes les promotions et les spots publicitaires du monde entier.   

Mais une légère déception vient assombrir la joie des admirateurs. En effet, l’enregistrement de ce double album s’avère plutôt décevant. S’il restitue difficilement l’ambiance hystérique et magique des concerts, il n’est pas excellent d’un point de vue musical, comme si des réarrangements musicaux avaient été faits en studio. Tout cela est bien fade au regard du souvenir de ces inoubliables soirées… 

Publié dans Mylène 1999 - 2000 | Pas de Commentaires »

Le duo Mylène / Khaled

Posté par francesca7 le 27 août 2011

Le duo Mylène / Khaled dans Mylène 1997 - 1998 11376272929 avril 1997 Sortie de La poupée qui fait non (live), duo avec Khaled: C’est certainement la collaboration la plus étonnante de Mylène avec un artiste à ce jour. Mais « La poupée qui fait non » est la première chanson apprise par la star à son arrivée en France à l’âge de 8 ans, et le choix de Khaled renforce encore le symbole.

 

La vente de ce single ne rencontrera pas un immense succès dans les bacs, environ 90 000 exemplaires seront vendus seulement. Les diffusions sur radios se sont elles aussi faites très faibles. Pas de passage TV.

 

Le single sera commercialisé sous trois supports avec un visuel extrait de la prestation LIVE des deux  chanteurs. Deux remixes seront notamment réalisés , mais sans Laurent Boutonnat . Cependant, par Mylène Farmer elle-même, avec la collaboration de Thierry Rogen.

Publié dans Mylène 1997 - 1998 | Pas de Commentaires »

Innamoramento à Los Angeles

Posté par francesca7 le 27 août 2011

Enregistrement de l’album Innamoramento à Los Angeles

Innamoramento à Los Angeles dans Mylène 1997 - 1998 4098-84« L’amour naissant, « L’Innamoramento » italien. L’étincelle dans la grisaille quotidienne. Le bonheur mêlé d’inquiétude parce qu’on ignore si ce sentiment est partagé. Un état transitoire qui débouche parfois sur l’Amour. Un phénomène comparable aux mouvements collectifs révolutionnaires ». Voilà l’édito de l’album, une citation du livre Innamoramento e amore du sociologue italien Francesco Alberoni.

Ce mot Innamoramento provient de l’italien : la traduction française la plus proche serait « L’amour naissant », « s’énamourer » ou « l’acte ou sensation de tomber amoureux », ce moment de transition entre deux états – celui de ne pas être amoureux, et celui de l’être.

Après le virage rock de Anamorphosée, la chanteuse renoue avec un style « variétés » en intégrant quelques touches ‘world’.

Empli de références aux livres de Francesco Alberoni, Primo Levi ou encore Le Petit Prince, mais aussi à Bouddha, à la peinture de Egon Schiele et au film La fille de Ryan de David Lean, Innamoramento dévoile une Mylène Farmer maîtrisant son écriture et jouant avec les mots et les doubles sens (Optimistique-moi, L’Âme-Stram-Gram…).

L’album sera un nouveau succès, dépassant les 1 300 000 ventes, et permettra à Mylène Farmer de tout rafler sur son passage : Disque de diamant, disques d’argent pour la plupart des singles extraits, Artiste de l’année 1999 et 2000 aux NRJ Music Awards, Meilleur Album aux NRJ Music Awards, Meilleur Clip aux M6 Awards

1998marinoparisottovay3oh6.th dans Mylène 1997 - 1998Arrangements & Production : Laurent Boutonnat
Prise de son : Bertrand Chatenet, Philippe Colonna & Rik Pekkonen
Mixage : Bertrand Chatenet
Assisté de : Rafa Sardina (Record One), Mike Scotella (Record One), John Sorensen (Ocean Way), Jérôme Devoise (Guillaume Tell)
Enregistrement : studios Ocean Way Recording, Inc.
(Los Angeles) & Record One (Los Angeles)
Mixage : studios Record One (Los Angeles) & Guillaume Tell (Paris) 

Production exécutive : Paul Van Parys – Stuffed Monkey
Management : Thierry Suc – TSM
 

Publié dans Mylène 1997 - 1998 | Pas de Commentaires »

Histoire de « La poupée qui fait non »

Posté par francesca7 le 27 août 2011

Histoire de Voila une chanson bien étrange de Mylène Farmer : c’est à la fois une reprise mais également son deuxième duo avec un artiste inattendu (comme toujours) : le chanteur Khaled ayant eu un énorme succès avec sa chanson « Aïcha ».

Cette chanson sera interprétée spécialement pour une émission télévisée (en playback), « Tip top » présentée par Eric Jean-Jean. « C’est une idée commune. Nous avions envie de chanter ensemble. Nous aimons tous les deux Polnareff. Personnellement c’est, je crois, la première chanson que j’ai apprise, il y a très très longtemps.

Il faut savoir qu’il existe une version studio de ce duo (jamais commercialisée). Thierry Rogen, ingénieur du son a participé à l’enregistrement. Il raconte dans le magazine « Instant mag » n°15 : « J’ai participé au single « La poupée qui fait non » avec Khaled, où là Laurent était absent. L’enregistrement s’est fait au studio Mega à Suresnes dans la bonne humeur. Ca a été très rapide. Mylène et Khaled se sont vus quatre heures en tout et pour tout. ».

363608_2744241 dans Mylène 1995 - 1996La chanson sera interprétée en duo sur scène lors de la tournée 1996 à Paris-Bercy. Cette chanson sera le premier extrait de l’album « Live à bercy » (1997). La version plait au grand public qui aime le mélange des deux voix. Le single sort en CD 2T et en maxi CD (dont une version digipak limitée). C’est la première fois que Mylène remixe une chanson (en compagnie de Thierry Rogen). La qualité des deux remixes est assez mitigée, les paroles ayant pratiquement été abandonnées. Le single se vendra tout de même à 100 000 exemplaires.

Le duo avec un chanteur d’origine maghrébine Khaled n’est pas sans rappeler l’histoire avec Jean-Marie Le Pen. En effet, 1995 était l’année de l’élection de Jacques Chirac. Or le candidat FN pour sa campagne présidentielle conviait des sosies de stars pour animer ses meetings. Mylène, choquée d’apprendre ce procédé portera plainte contre le candidat et gagnera le procès. « Je suis scandalisée d’apprendre que Mr Le Pen ait pu utiliser mon image, détromper les gens de cette façon. Je trouve que ce procédé est révoltant. C’est scandaleux ! Et je suis surtout triste, profondément malheureuse que des gens qui m’aiment bien aient pu penser un instant que je puisse cautionner une telle politique. Il y a des personnes qui ont appelé ma maison de disque et qui ont fait l’amalgame, qui n’ont pas pensé une seconde que c’était un sosie. ».


Certains fans penseront alors que ce duo est une façon pour Mylène de se détacher complètement des opinions politiques de Le Pen, en montrant qu’elle collabore avec des personnes de toutes origines…

Publié dans Mylène 1995 - 1996 | Pas de Commentaires »

123456
 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...