Résultats de votre recherche

Benoît Cachin nous parle de Mylène F

Posté par francesca7 le 22 juin 2012

 

Benoît Cachin nous parle de Mylène F dans Mylène dans la PRESSELe 12 septembre 2008, le journaliste Benoît Cachin revient sur l’interview de Mylène Farmer qu’il a effectuée pour le magazine gay « Têtu », la seule que la star a accordée à la presse pour la sortie de son album « Point de suture », et qui est parue le 20 août 2008. Il répond aux questions du public de la chanteuse lors d’un chat organisé par le quotidien gratuit « Métro », et dont voici la retranscription intégrale.

Bonjour M. Cachin. Vous qui avez interviewé Mylène Farmer, j’aimerais savoir si au cours de votre entretien vous l’avez trouvée distante ? Assez relâchée ? Détendue ? Vous semblait-elle « elle-même », naturelle ?

Elle était tout à fait naturelle, souriante, détendue. Vous savez, l’interview était prévue donc il n’y avait aucune raison pour qu’elle soit sur ses gardes.

Benoît, pensez-vous que Mylène cultive son côté mystérieux uniquement pour des raisons « commerciales » ?

Absolument pas ! On ne peut pas tenir 25 ans uniquement sur le marketing. Je crois que c’est sa nature profonde (discrète, réservée, mystérieuse). Donc elle ne se force pas, à mon avis…

Est-elle entourée de gardes du corps comme la presse le dit ? Si oui, pensez vous qu’elle se protège d’une peur ?

Je ne sais pas dans la vie courante… Lors de l’interview elle était seule…

Pouvez vous nous éclairer sur les relations qu’entretiennent Mylène et Alizée à l’heure actuelle ?

Grand sujet en effet ! Je crois savoir que les relations sont désormais distantes. Alizée a pris son envol et Mylène produit Lisa…

Selon vous, quelle chanson sera le titre d’introduction de ses concerts ? Le titre final ? Pensez vous que nous pourrions avoir droit à un titre inédit sur un single par exemple (le contenu de l’album étant court) ?
Alors là, c’est une colle ! Je me lance (mais ça n’engage que moi). Je pense que « C’est dans l’air » serait un titre parfait pour entrer en scène… Pour en sortir, « Ave Maria » bien sûr. Mylène reste Mylène. Quand aux inédits, Mylène en a souvent mis en « face B » alors pourquoi pas là ?

Bravo pour votre interview ! Y a-t-il eu des sujets tabou qu’elle vous a demandé, avant l’interview, de ne pas aborder ?
Non mais elle a refusé (avec gentillesse) de répondre à cinq ou six questions. Cependant, je ne voulais aborder que sa carrière pour, enfin, avoir d’autres sujets de conversation avec elle que le noir, la dépression et la solitude. Elle m’a d’ailleurs remercié à la fin de l’interview en me disant que ça lui faisait du bien de ne pas parler de singe ou de cercueil !!!

Comment expliquez vous un tel engouement pour Mylène Farmer ? Comment et sur quoi repose le mythe ?
Comment expliquer un engouement ? Question difficile et seul un psychanalyste pourrait y répondre je pense… Son mythe repose vraisemblablement sur son univers et sa discrétion. Plus les stars sont mystérieuses, plus elle nous fascinent, non ? Elle applique le système des grandes stars hollywoodiennes telles Greta Garbo ou Marlene Dietrich.

Le duo avec Moby est un peu surprenant, non ? Elle essaie de toucher un nouveau public ?
Je ne crois pas. On ne peut certes pas reprocher à Mylène de vouloir toucher un nouveau public, sinon elle aurait choisi de plus fédérateur je pense… Son duo avec Moby est dans la suite de « Crier la vie », leurs deux voix se mèlent parfaitement.

Quid de la relation entre Jean-Louis Murat et Mylène ?
Je ne sais pas. Murat est quelqu’un d’ingérable, capable de faire des compliments à Mylène le lundi et être limite insultant le mardi… Je ne pense pas qu’ils soient souvent en contact…

MF2000_108a dans Mylène dans la PRESSEVous avez écrit deux ouvrages sur Mylène Farmer. Vous a-t-elle dit ce qu’elle en pensait ?
Nous avons parlé du second, Influences. Le premier, le dictionnaire, n’a pas dû l’intéresser beaucoup car elle seule détient la vérité sur ses chansons. En revanche, elle était contente que, dans Influences, je mette en avant ses références pour que d’autres les découvrent et les aiment éventuellement. Elle a beaucoup aimé mon livre sur Etienne Daho que je lui avais offert à sa sortie.

Autour de quelles thématiques tournaient les questions sur lesquelles Mylène n’a pas souhaité s’exprimer ? Sur des sujets de société actuels ? Sur des choses plus personnelles ?
Sur d’autres personnalités ! Par exemple, je lui ai demandé pourquoi elle n’avait jamais posé pour Pierre & Gilles qui, il me semble, pourraient faire des clichés extraordinaires de Mylène. Elle n’a pas voulu répondre. Je n’ai pas mis ses réponses négatives à chaque fois, j’ai juste laissé celle concernant son projet d’album avec Polnareff. Et vous avez lu la réponse (ndlr : en effet, la réponse est on ne peut plus lapidaire !)

Quels sont les artistes qui influencent Mylène ?
Des poètes (Dickinson, Baudelaire, Verlaine…), des auteurs (Primo Levi, Francesco Alberoni…) mais aussi des peintres, des réalisateurs…

Mylène semble très inquiète pour son retour, notamment pour ses concerts au Stade de France. On ressent encore plus d’appréhension que d’habitude, un peur de décevoir. Elle dit qu’elle n’en dort pas, elle l’a encore souligné au J.T. de TF1… Vous en a-t-elle dit plus sur ses appréhensions ? Car quel challenge que de faire le Stade de France, sachant sa réelle timidité !
En effet ! Je ne sais pas si vous vous rendez compte : chanter devant 80 000 personnes !! Personnellement je ne dormirai pas non plus ! Elle n’a pas droit à l’erreur, d’autant que les gens se sont rués sur les places, ce qui prouve qu’il y a une réelle attente… La pression est énorme comme le show le sera, j’en suis persuadé !

Pourquoi donc Mylène Farmer plait tant aux gays ?
C’est LA femme par excellence. Les gays (mais attention à ne pas généraliser trop vite car il y a beaucoup de gays qui la détestent) aiment les femmes très féminines, très sophistiquées en apparence mais qui mènent leur vie « comme des hommes » (comme Vartan par exemple).

Comment expliquez vous l’acharnement des médias a l’encontre de Mylène Farmer ?
Je ne l’explique pas et j’en suis désolé. J’essaie, quand on demande mon avis, de mettre en avant que Mylène est une grande artiste et pas un produit markété comme les médias le prétendent souvent très vite. Malheureusement, dans mes interventions les journalistes ne retiennent souvent qu’une petite phrase bateau. En France, on ne pardonne pas facilement aux gens de réussir et, en plus dans le cas de Mylène, sans faire de promo à outrance !! Je regrette l’attitude des journalistes, vraiment !

J’aimerais savoir si Mylène vous a donné son avis sur tout le travail fait par les fans sur le net (sites, blogs, forums à son effigie…) ? Prend elle le temps, à votre avis, de venir voir ce qui se dit sur elle sur la toile ?
Si elle le fait elle ne le dira sûrement pas. Mais c’est humain de regarder ce qui se dit sur vous. Je pense qu’elle doit avoir des surprises avec l’attitude parfois tellement excessive de certains fans… Ceci dit elle a un grand respect de son public, internaute ou pas.

Pensez vous que l’âge pourrait pousser Mylène à cesser son activité artistique dans les prochaines années ? Ne craint-elle pas pourtant l’oubli de ses fans ? Ou restera t-elle présente, en assumant son âge, mais d’une façon différente ?
Thierry Suc me confiait que lui-même ne savait pas si Mylène allait arrêter un jour ou non, alors moi vous pensez… Mais je pense que oui (c’est un sentiment totalement subjectif), que Mylène arrêtera du jour au lendemain et qu’elle se consacrera à autre chose. De toute façon, il faut être réaliste, Mylène approche des 50 ans. Elle ne pourra pas assurer des shows pharaoniques encore très longtemps… Mais l’Olympia n’a pas l’air d’être pour demain…

Avez-vous des infos sur le second single de l’album, « Appelle mon numéro » ?
Non malheureusement… J’aurai préféré « C’est dans l’air », je sais je me répète, mais Mylène a besoin d’un tube !

Pensez vous qu’elle soit affectée par l’image souvent caricaturale qui est donnée d’elle ? A-t-elle des contacts dans le milieu artistique ou prend-elle ses distances ?
Oui elle a des amis dans le milieu, Etienne Daho en particulier. Elle se fout un peu de la caricature qui est donnée d’elle par certains (comme Nicolas Canteloup). Elle me le dit à demi-mot dans l’interview de « Têtu » d’ailleurs…

Vous aurait-elle donné quelques détails, dont elle aurait refusé la publication, concernant ses futurs shows comme les noms de certains musiciens ?
Non, ce fut catégorique ! En revanche, je ne crois pas qu’elle en soit là. Elle s’occupe des décors, je crois qu’ils vont être énormes, vous vous en doutez. D’ailleurs les décors sont toujours la partie qui est travaillée bien avant le reste, et ceci pour tout le monde.

Mylène est de plus en plus en compagnie de Nathalie Rheims. Savez-vous si son projet de film avance ?
Oui, mais un film peut mettre plusieurs années à se mettre en route. Le projet est toujours d’actualité mais pas avant 2010 je le crains…

LiensMyleneFarmerQue pense Mylene de ses fans « extrêmes » ?
Qu’ils sont extrêmes justement. Je pense que ça peut vraiment la troubler. Cette poignée de fans totalement hystériques font vraiment peur parfois et pas qu’à Mylène ! Il s’agit de musique et de divertissement. Le sort du monde ne dépend pas d’un disque ou d’un spectacle de Mylène. Des fois on a l’impression que pour eux oui. C’est souvent pathétique et toujours triste…

On devine que « Têtu » sollicite Mylène Farmer pour une interview depuis de nombreuses années, ce qu’elle semble avoir toujours décliné. Pourquoi maintenant ?
Eh bien non. « Têtu » n’a jamais été très tendre avec Mylène… Je me bats depuis des années avec la direction pour que nous parlions de Mylène. Il a fallu un changement de rédacteur en chef en juillet dernier pour que mon vœu devienne réalité. Merci à Gilles Wullus, le nouveau rédacteur en chef de « Têtu » qui, lui, n’a pas d’a priori sur Mylène à l’inverse de l’ancien…

Quelle période préférez-vous chez Mylène ?
J’ai 40 ans donc l’album « Ainsi soit-je… » fut un album important pour moi. Cependant, je ne suis pas un nostalgique de mes « tendres années » et j’aime toutes les périodes de Mylène. Sur chaque album je retrouve des chansons que j’aime et la Mylène que j’aime. Ma chanson préférée est « Laisse le vent emporter tout » donc pas une chanson des années 80, donc vous voyez je suis ouvert.

Avez-vous des pistes sur les blessures de Mylène ?
Non je ne suis pas son psy. En revanche, elle a un bon chirurgien visiblement, qui lui fait de beaux points de suture.

Benoît Cachin, pouvez-vous nous dire ce que vous trouvez de sexy chez Mylène ?
Son allure en général, c’est difficile à dire… C’est comme définir le charme de quelqu’un, on l’a ou pas…

Vous définissez Mylène comme une icône gay, comme si elle faisait parti de la culture gay… Sur quoi vous basez-vous pour définir la culture gay ?
Sur ce que plébiscitent les gays, c’est tout ! Allez à un concert de Johnny, vous verrez qu’après personne ne dira que le chanteur fait partie de la culture gay. En revanche, Mylène… Ceci dit il y a une autre question, encore plus intéressante : y a-t-il une culture gay ? Un beau sujet de philo je pense…

Avez-vous abordé ensemble le thème de la chirurgie esthétique ?
Non, car je sais rester gentleman. Plus sérieusement, l’interview n’était pas pour « Elle » ou « Marie-Claire » donc j’ai évité ce type de sujet…

Quelles sont vos convictions sur l’avenir de Mylène ? Toujours la chanson ? Cinéma ? Littérature ? Est-ce c’est un sujet tabou pour elle, une de celles auxquelles elle a refusé de répondre ?
Elle ne veut pas évoquer son futur en effet, après les concerts… Je pense qu’elle va nous surprendre en arrêtant de chanter et en se consacrant à tout autre chose (je pense à l’écriture comme vous). Mais ça n’engage que moi !

Qu’a pensé Mylène du livre du fan qui a passé deux ans devant chez elle ? Un peu fou non ?
Pour moi totalement surréaliste ! Non, nous n’avons pas parlé de lui, désolé.

Lorsque l’on rencontre Mylène, comme vous, on a tendance a être muet, intimidé, ou bien met-elle à l’aise ?
J’ai la chance de faire ce métier depuis longtemps et j’ai rencontré des tas de stars, dont Madonna. On s’habitue car je l’ai rencontrée pour une raison professionnelle, et pas dans le privé. Là, je pense que j’aurai été plus impressionné. Elle m’a mis à l’aise tout de suite avec un très beau sourire et une poignée de main ferme.

Cher Benoit, tout d’abord bravo pour cet interview. Enfin un peu de changements dans les entretiens avec Mylène Farmer… « Y faut qu’ça bouge… » Irez-vous voir Mylene l’année prochaine ? Si oui, ou ça ?

Bien sûr que je vais aller voir Mylène ! Je l’ai vue pour la première fois au Palais des Sports (ndlr : en 1989) et j’ai toujours suivi ses concerts. Normalement, je devrais être au Stade de France le 12 septembre 2009. Rendez-vous dans un an ?

Bonjour Benoît, pourquoi ne jamais véritablement mentionner Laurent Boutonnat en évoquant Mylène Farmer ? Auriez-vous aimé faire une interview avec lui ? Que pensez-vous de son travail ?
Oui j’aimerais beaucoup interviewer Laurent, mais il ne désire pas du tout s’exprimer. A côté de lui, Mylène est une grande communicative !!!! Merci à tous, c’était très sympa. A bientôt. Et vive Mylène et « Métro ».

source : Chat Metro.fr – 2009

Publié dans Mylène dans la PRESSE | Pas de Commentaires »

Mylène F. et J.C Déquéant

Posté par francesca7 le 15 juin 2012


 

Jean-Claude Dequéant, est un auteur-compositeur français.

Il a collaboré avec plusieurs artistes plus ou moins célèbres tel que Anne Mason, Violette Vial, Corinne Catherine (‘Enlève ton Walkman’) et Mylène Farmer dont il a composé la musique de la chanson Libertine, écrit par Laurent Boutonnat en 1986.

 

Mylène F. et J.C Déquéant dans Mylène et L'ENTOURAGE MFBercy2006_59aPour les rares fans qui l’ignoreraient encore, c’est à Jean-Claude Déquéant que nous devons la mélodie de « Libertine ». Et c’est donc finalement un peu grâce à lui que la jeune débutante Mylène Farmer a pu devenir la star que nous connaissons… Un bel entretien qu’il nous livre, revenant sur les premières années d’une carrière frémissante…

 

interviews de Jean-Claude Déqueant (Compositeur de Libertine)

Que faisiez-vous jusqu’en 1984, date à laquelle on retrouve votre nom sur la pochette de « Maman à tort » ?

J’ai commencé par faire une petite carrière comme chanteur avec mes propres compositions et arrangements. C’est comme ça que j’ai appris à écrire une partition d’orchestre et la faire jouer par des musiciens en studio. Il n’y avait pas encore à cette époque ni de machines, ni d’ordinateurs. L’arrangement, c’est ce qu m’intéressait le plus dans la musique.
Écrire et faire jouer ce qui nous a traversés la tête par des musiciens talentueux, voilà une grande réjouissance. Ensuite, j’ai rencontré Yves Simon avec qui j’ai travaillé sur dix albums, depuis « Aux pays des merveilles de Juliet » jusqu’à « Amazoniaque ». J’ai mis ma carrière de chanteur en veilleuse et j’ai participé en tant qu’arrangeur à de nombreux albums pour des artistes extrêmement divers. En dehors d’Yves, l’arrangement que je préfère de cette époque est « Pierrot », la chanson de Renaud sur l’album « Ma gonzesse ». J’ai également composé des albums de musique instrumentale et quelques autres chansons. En 1977, j’ai sorti chez Polydor un album chanté, « Très flou, vent fou », qui me ressemblait assez musicalement. J’avais déjà dans ces sessions des musiciens comme Slim Pezin, Jannick Top, etc. Je crois qu’il n’y a que Jean-Bernard Hébey (RTL) qui aimait cet album où les titres étaient enchaînés. Il y avait une mise en scène sonore, comme un film de cinéma.

Sur la pochette de « Maman à tort », on lit cette mention : « Le studio Matin Calme (JC Déquéant) ». Pouvez-vous nous parler de ce studio d’enregistrement ?


A un certain moment, à la fin des années 70, une crise a secoué le métier. Les arrangeurs n’avaient plus de travail, les chanteurs s’entouraient de quelques musiciens et avaient des velléités de réalisation. L’arrangeur était un créateur de trop qui pouvait trahir l’œuvre de l’artiste. Je devais trouver une solution de survie. Après des années à travailler dans les plus grands studios, j’ai décidé d’ouvrir une petite structure avec, cependant, un matériel de base professionnel (magnétophone 24 pistes, périphériques divers, piano à queue, synthétiseurs, etc.). A l’époque, ce matériel était extrêmement coûteux et j’ai dû investir en m’endettant assez gravement. J’aimais tellement ce métier que je sacrifiais et fragilisais la vie de ma famille. J’ai réussi cependant à continuer de travailler avec cet instrument-studio pendant dix ans. J’ai deux filles originaires de Corée, j’ai donc décidé de nommer mon studio « Le Matin Calme ». La Corée étant appelée le pays du Matin Calme, pour ceux qui ne le sauraient pas !


Comment avez-vous rencontré Mylène Farmer et Laurent Boutonnat ?


Un jeune éditeur manager qui connaissait mon parcours et m’appréciait m’a présenté deux jeunes auteurs compositeurs, Jérôme Dahan et Laurent Boutonnat. Ceux-ci cherchaient quelqu’un comme moi pour maquetter un titre et recherchaient une artiste pour le chanter. Cette chanson était « Maman à tort ». J’avais rarement rencontré dans ce milieu des jeunes aussi sympathiques, doués et déterminés. Nous avons enregistré le play-back de la chanson. J’avais à l’époque un des premiers synthés « ARP Odyssée » avec lequel je fabriquais beaucoup de sons. « Maman a tort » en est l’exemple. Ensuite, ils ont recherché la chanteuse et après un essai infructueux, j’ai vu arriver, accompagnant Jérôme et Laurent, une jeune fille très jolie, timide, respectueuse et très gaie. La voix était étonnamment présente et elle riait après chaque prise en s’écoutant. C’était un vrai plaisir pour tout le monde. On a su instantanément que ce serait elle et personne d’autre qui chanterait.


Êtes-vous intervenu sur la prise de son et le mixage de chaque chanson jusqu’à « Libertine », puis de tout l’album « Cendres de lune » ?


Absolument. Après « Maman à tort », il y a eu « On est tous des imbéciles », puis l’album « Cendres de lune », où Laurent et Jérôme se sont séparés. J’ai présenté le guitariste Slim Pezin, ainsi que les choristes et le saxophoniste Alain Hattot à Laurent. Je connaissais à peu près tous les très bons musiciens de studio, j’en avais employé beaucoup dans mes arrangements. La rencontre avec Slim a été un grand moment quand il s’est mis à jouer comme un fou sur sa guitare le rythme de « Libertine ». Un grand moment ! Ensuite, nous avons mixé la bande au studio du Palais des Congrès. J’étais aux commandes des machines et Laurent avait l’inspiration et la production talentueuse. Je n’ai jamais été aussi heureux dans cette profession qu’à ces moments-là.


Quelle a été la genèse de « L’amour tutti frutti » (ndlr : premier titre composé par Déquéant qui servit de matrice à « Libertine ») ?


MFBercy2006_39a dans Mylène et L'ENTOURAGEJ’ai composé cette musique en 1984 dans ma maison de Normandie que j’avais alors. Dès les premiers accords et les premiers bouts de mélodie, j’ai pensé que je tenais quelque chose de fort. J’ai maquetté et structuré la musique dans mon studio et je l’ai montrée à un ami auteur, Georges Siblod, qui a posé dessus un texte assez glamour, « L’amour tutti frutti ». Nous avons cherché une chanteuse-comédienne car, dans notre esprit, cette chanson devait être autant jouée que chantée. Après avoir fait notre choix, nous avons finalisé la maquette. L’esprit en était très rock music. Et puis nous avons cherché une maison de disques. Mais nous n’avons hélas essuyé que des refus.


Comment cette musique est-elle devenue « Libertine » ?


Laurent, Jérôme et Mylène, qui travaillaient avec moi depuis 1982, connaissaient cette chanson et l’aimaient beaucoup. Eux pensaient qu’elle pouvait être un carton ! Très gentiment, ils m’ont aidé en la montrant à leurs connaissances des labels. Les gens semblaient s’accorder sur le sentiment que ce titre était très fort, néanmoins un petit quelque chose manquait pour concrétiser. J’étais, je l’avoue, un peu découragé. Quand Laurent a pris seul les rennes de la carrière de Mylène, l’équipe venait de signer chez Polygram et devait enregistrer un album. A l’époque, ils n’avaient aucun titre d’avance. Laurent est un garçon à la créativité instantanée, aussi il ne paniquait pas pour autant. Puisque la musique de « tutti frutti », par la force des choses, était disponible, il m’a demandé de la faire chanter par Mylène à condition de changer le texte qui, bien qu’étant de qualité, ne correspondait pas à ce qu’il voulait faire passer de l’image de l’artiste. Le gimmick instrumental est devenu le refrain « Je je suis libertine, etc. », j’ai rajouté une musique de couplet « Cendres de lune, petite bulle d’écume, etc. », la musique du premier pont a été supprimée et celle du deuxième pont gardée. L’arrangement qui était rock est devenu plus pop, correspondant mieux au goût de Laurent. Il a écrit le texte au fur et à mesure de l’avancement du play-back et Mylène chantait les petites bouts de texte concoctés par Laurent, en changeant sur place ce qui n’allait pas. Comme à ma première impression de compositeur, « Libertine » nous a paru à tous très fort.


Pensiez-vous que des paroles aussi coquines étaient adaptées à votre musique ?


Pour être franc, j’étais presque choqué et j’avais peur que ce texte provoque un refus des médias. Mais Laurent est un ouragan dans sa façon de convaincre et j’avais de l’admiration pour son talent multiforme, ce qui fait que je lui ai fait confiance. D’autre part, l’interprétation de Mylène éclairait de façon convaincante l’esprit du texte.


Il a fallu plusieurs semaines pour que la chanson fonctionne. Quel a été selon vous l’élément déclencheur de ce tube ?


Déjà, le choix d’Alain Lévy, le président de Polygram à l’époque, de choisir « Plus grandir » en premier single a bien failli faire capoter définitivement cet album et la carrière de Mylène avec. Nous étions fous de rage de cette erreur. Pour nous tous, « Libertine » était la locomotive et quand enfin le single est sorti, vu l’échec du précédent, ce n’était pas évident que ça marche. Les conseils de management de Bertrand Le Page, et bien entendu principalement le clip réalisé par Laurent, ont contribué à donner le coup de projecteur qui manquait jusque-là. A la rentrée de septembre 1986, les petites copines de ma fille cadette, qui était en maternelle, chantaient « Libertine ». Ca m’a fait un drôle d’effet !


Quelles étaient les réactions de Mylène, Laurent et Bertrand Le Page ?


Heureux, affairés, très professionnels, soignant chaque détail. Nous nous entendions bien à l’époque. Je sentais une harmonie certaine entre nous.


Sentiez-vous à l’époque que la carrière de Mylène venait d’amorcer un tournant ?
Pour moi, c’était une nouvelle génération de gens aux talents évidents et surtout aux possibilités multimodales. Ils avaient une volonté de fer. Sans être devin, on pouvait deviner qu’ils iraient loin.


Après « Libertine », on ne vous voit plus participer à l’aventure Farmer. Fort de ce succès, étiez-vous demandé pour d’autres projets artistiques ?


Hélas, mon plus cher désir était de m’investir encore plus en profondeur dans cette aventure. Malheureusement, l’égocentrisme de chacun entre en action dans ces moments de haute tension. J’étais persuadé d’avoir apporté quelque chose de décisif à cette équipée artistique et je ressentais mal le fait que Laurent et Mylène ne fassent jamais mention de mon apport. Quant à Laurent, il devait prouver qu’il était capable lui-même de fabriquer des tubes aussi forts que « Libertine ». Je lui ai dit ce que j’avais sur la conscience et il a eu l’opportunité de poursuivre ailleurs le travail en rencontrant Thierry Rogen. La suite lui a donné raison puisqu’il y a eu d’autres chansons formidables nées de son cerveau et de celui de Mylène. J’ai par exemple une grande admiration pour une chanson comme « Désenchantée » ou « C’est une belle journée ». Pour finir de répondre à votre question, j’ai beaucoup composé ensuite et j’ai des musiques qui n’ont pas trouvé la bonne équipe, texte et interprète, et qui ont donc été inemployées. J’ai continué à faire des réalisations pour divers artistes. J’ai été victime également de mauvais coups (artistiques, bien entendu) et peu à peu j’ai décroché, lassé par un métier qui ne me satisfait plus.


Avez-vous eu des regrets de ne plus avoir continué votre collaboration avec Mylène ?


Au-delà de l’argent que ça a pu rapporter, je regrette surtout la créativité, le bonheur que j’avais de travailler avec des gens que j’appréciais, plus que beaucoup d’autres dans ma carrière, et l’apport très différent de ma pensée artistique qui aurait pu enrichir (artistiquement !) et différencier un peu plus la carrière de Mylène. Encore une fois très modestement, puisque cette équipe se passe fort bien de moi.


En dehors de vos droits d’auteur, que ressentez-vous lorsque vous entendez la chanson passer à la radio ?


C’est comme un enfant qui a réussi sa carrière ou sa vie. Je suis son papa et j’en suis fier, même si cet enfant ne vient plus me voir…


MFBercy2006_70aPouvez-vous nous parler de la genèse de la reprise de « Libertine » intitulée « Bad girl » et qui n’a jamais été commercialisée ? Qui a écrit les paroles ? Savez-vous pourquoi elle n’a jamais été mise en vente ?


J’ai enregistré la voix de « Bad girl » au Matin Calme, peu après le début du succès de « Libertine » et j’ai fait le premier mixage qui n’était pas bon. Le différent avec Laurent était patent et je n’ai plus suivi de près cette version. Je ne me souviens plus du nom de l’auteur de la version anglaise de « Libertine ». Je pense qu’au final, le résultat n’était pas excellent et qu’il valait mieux ne pas sortir ce disque. Les artistes français ont généralement beaucoup de mal avec les versions anglaises et il vaudrait mieux refaire tout par une bonne équipe du cru, avec un vrai coaching du pays pour la voix. Les artistes français chantent mal l’anglais. Il en est d’ailleurs de même dans l’autre sens, mais le rapport économique n’est pas le même. Cependant, rien ne m’empêchera de penser que « Libertine » pourrait être un tube à l’échelle mondiale. Laurent y a certainement pensé !

Mylène est devenue une immense star. Avez-vous suivi son évolution ?


Bien entendu, de très près. Je n’aime pas toutes ses chansons car comme professionnel, j’y vois les failles et je ne sais jamais rester un innocent auditeur, mais j’en aime beaucoup. Sans flagornerie, je pense qu’il y a peu d’artistes dans notre pays capables d’avoir eu l’intelligence de ne pas faire d’erreurs dans le déroulé de la carrière, d’avoir su approfondir un style de façon très professionnelle et d’avoir travaillé sans faiblesse aussi bien sur les spectacles, les clips, les textes, la musique, au prix de grands sacrifices de vie et de liberté, je suppose. Ce qui fait que sur la durée, le public ne se lasse pas comme pour tant d’autres artistes doués mais fainéants.

Que vous inspire l’évolution de la musique de Laurent Boutonnat ?


En tant que musicien, j’ai beaucoup de mal à ne pas être critique. Je pense que c’est un merveilleux mixeur d’idées musicales venues du monde de la langue anglaise et de sa culture générale très riche. Malgré quelques belles réussites mélodiques, et je suis admiratif et même vibrant pour certaines chansons, je pense que la diversité future de sa musique devrait passer par des mélodies un peu moins « boutonnesques » et des arrangements moins « machinesques ». Excusez-moi ces barbarismes !

Qu’avez-vous pensé de la reprise dance de la flamande Kate Ryan qui a fonctionné un peu partout en Europe ?


Ca me fait plaisir, mais quinze ans après l’originale, cette version ne supporte pas la comparaison avec notre version, même dans les sons. J’aimerais d’ailleurs que la jeune génération s’approprie la chanson afin que nous en ayions une autre vision.

Qu’avez-vous pensé du nouvel habillage de la chanson réalisé par Laurent pour le best-of «Les mots » ?


Rien de bien nouveau, my lord. Mais la pochette… ! J’ai tous les supports, c’est dire !


Avez-vous écouté le dernier album de Mylène ?


Pas encore, sauf le titre radio. Je me réserve toujours des plages de temps éloignées de l’actualité pour en juger sereinement, et surtout savourer s’il y a des réussites.

Pensez-vous aller voir Mylène Farmer en concert en 2006 et que pensez-vous de ce genre de « show » à l’américaine ?

Uniquement si j’étais certain d’avoir une place correcte d’où j’entendrais et je verrais bien. Une place qui ne me rende pas sourd pendant plusieurs jours, car je n’ai plus l’âge du public de Mylène. Je suis plutôt du genre concert à Pleyel pour dégustation de la richesse du compositeur et de la finesse de l’interprétation. Je suis de ceux qui pensent qu’un orchestre symphonique vous colle au siège tout autant qu’un très bon groupe de rock. Mais Laurent saura, j’en suis certain, épater les pupilles et les pavillons d’oreilles, sans détruire les tympans du public
mylénien.

Quels sont vos projets actuels et à venir ?

J’avais tourné la page musicale depuis une douzaine d’années. Cessant prochainement toute activité professionnelle, je vais bientôt avoir beaucoup de liberté. J’ai un gros ordinateur, de beaux logiciels musicaux, mon beau piano à queue, mes guitares et une envie de retravailler cette merveilleuse matière musicale qui n’a jamais quitté mon cœur.

Si vous aviez un dernier message à adresser à Mylène et Laurent, après toutes ces années, que serait-il ?

Que malgré les vicissitudes de la vie, je les aime tous les deux, d’une façon différente de leurs fans, bien entendu, et je leur souhaite encore de longues années de réussite. Je sais également que le plus grand souhait de Laurent serait de réussir enfin un beau et grand film de cinéma. Je le lui souhaite très sincèrement.


Issu des écrits de Mylène Farmer et vous en 2005

Publié dans Mylène et L'ENTOURAGE | Pas de Commentaires »

Mylène Farmer et Chr. Mourthé

Posté par francesca7 le 1 mai 2012

 

Mylène Farmer et Chr. Mourthé dans Mylène et L'ENTOURAGE 35Christophe Mourthé (né le 29 avril 1959 à Bordeaux) est un photographe français vivant à Paris et ayant notamment travaillé sur le thème du fétichisme. Il est le fils de l’écrivain et réalisateur Claude Mourthé

Christophe Mourthé a débuté comme photographe de théâtre et de music-hall à l’âge de 19 ans. Il a collaboré également à divers magazines, comme Playboy, Vogue ou Newlook, et réalisé des commandes pour le monde de la publicité et pour des maisons de disques.

L’industrie de la mode fait également appel à lui. Il collabore avec les plus grands magazines (Playboy– à 22 ans, il est l’un des principaux photographes du magazine-, Newlook, Lui, Vogue, Max…), pour lesquels il photographie les modèles.

Arrivent ensuite des commandes pour le monde la publicité (Dim, Rosy…), les grandes agences de presse (Stills, Sipa, Sygma…) et les maisons de disques (pochettes, affiches…).

Il réalise des travaux photographiques sur le thème du fétichisme depuis les années 1990 et est associé au mouvement Fashion Fetish.Il devient rapidement un précurseur de l’école des ‘fétichistes’. Le fétichisme de Christophe Mourthé devient un style à part entière, annonciateur d’une tendance de la mode dont s’emparera plus tard la haute couture. Ses photos sont enracinées tout à la fois dans la période tumultueuse des libertés des années 70 et dans la période du « safe sex » qui allait donner un coup de frein à l’élan de cette décennie. De nouvelles manières de vivre l’amour voient le jour, et le fétichisme est l’une d’entre elles. Christophe Mourthé appartient aussi et surtout à la génération « Palace », de 1978 à 83, tout comme Mugler, Gaultier, Chantal Thomass, Nina Hagen, Louboutin, Blondie, Ardisson, Paolo Calia, Pacadis, Kenzo, Houellebecq, Pierre et Gilles … dont Fabrice Emaer fut le père spirituel. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages photo sur le sujet.

Textes de Christophe MOURTHÉ  - Mylène Farmer

 

Tout d’abord il y a eu Jean Marais, Line Renaud, l’équipe des Bronzés, Thierry Le Luron et Yves Mourousi. Puis Fellini, Zeffirelli, Dario Fo, Gassman, Strehler, les filles du Crazy Horse – J’avais 19 ans à peine. Il n’y a pas d’âge pour photographier des stars. Des vraies stars. Par la suite, il y a eu Arielle Dombasle pour Playboy, Jean-Marie Bigard en Penseur de Rodin, Renaud, les adieux de Sheila, Pétula Clark pour un Olympia, les Bee Gees à Paris, César ou Nougaro, Leslie Caron et Michèle Morgan, Zizi Jeanmaire et son truc en plumes, Amanda Lear et Marie Laforêt, Patricia Kaas, Hélène Ségara, Lio ou Patrick Juvet.

 

Qui d’autres encore ? Combien sont-ils ?

Mylouxetnoux-vip-blog-com-2592801987ChristopheMourthe213 dans Mylène et L'ENTOURAGE Mais c’est surtout pour Mylène Farmer que je reçois encore des lettres de fans, 15 ans après. Une courte histoire qui allait marquer l’histoire d’un photographe et de son modèle. Cette collaboration tellement forte qu’on peut même qualifier de fusion me colle à la peau depuis toujours, depuis que nous nous étions rencontrés chez Bertrand Le Page. Nous étions intimidés, étonnés, distants. Bertrand prit les choses en main, et confirma le bien fondé de notre rencontre. Celui-ci avait un grand talent, c’était de découvrir des talents – Et de les faire fusionner. Avec Mylène, nous devions nous apprivoiser, mais nous savions déjà aussi que notre rencontre était une bonne rencontre.

 Notre première séance de photo eut lieu dans un fameux studio de la rue des Acacias à Paris.

 Tout le show business et tout le cinéma sont passés dans cette rue. La grande époque de Salut les Copains et tous ceux qui font rêver les fans. J’y ai moi même déshabillé Arielle Dombasle pour Playboy et réalisé la plupart de mes portraits de vedettes.

 

Mylène dû se satisfaire d’une toute petite cabine de maquillage non chauffée et Denis Menendez travailla sur son teint de porcelaine. Elle m’apparut dans la lumière tel un ange.

 Malgré l’intense activité qui régnait dans le studio, elle fût douce, complice déjà, extravertie pour cette fois, et avait compris que nous ferions vraiment un bout de chemin important ensemble. Elle vit ma façon d’éclairer une femme et elle comprit qu’en m’ayant choisi, elle avait trouvé en moi le parfait complément à son univers. Nous nous sommes revus beaucoup, avons partagé des instants de tous les jours, appris à nous connaître. Manger une glace ou des bonbons, aller au zoo ensemble, faire les magasins, c’était simple mais c’était important.

 Nous sommes des artistes à l’âme fragile avec un univers si singulier à fleur de peau.

 Je lui fis connaître mon monde et elle me fit comprendre le sien. Nous nous comprenions si bien que l’osmose était parfaite.

 Mon travail d’images plaisait à Mylène. Pour notre bien à tous deux. Mylène a pu s’abandonner totalement au regard d’un objectif qui ne la mitraillait pas, qui la considérait en douceur.

 Involontairement, j’ai apposé quant à moi sur ma muse une griffe, une patte, et surtout une couleur, celle de cette fameuse chevelure qui fit sa marque de fabrique.

Quand j’ai connu Mylène, elle venait d’obtenir un succès populaire avec la chanson « Libertine ». les cheveux étaient d’une couleur rousse mais assez mal définie.

Trois ans auparavant, c’est le maquilleur et coiffeur de génie Denis Menendez, mon ami, qui avait créé pour moi une couleur de cheveux inhabituelle.

 J’avais réalisé en 1984, pour ma série, les fameux « Casanovas » une image de ma soeur Virginie dans un château très connu de la région de Blois. Cette image présentée avait séduit Mylène, comme toutes les autres photos de la série. C’est ce travail photographique qui a déclenché chez elle le désir de travailler avec moi. La couleur de la perruque que portait virginie est – car personne ne le sait à ce jour – abricot. Comme le rouge que l’on trouve sur un abricot un peu mur. Sur les indications de Denis, les ateliers Poulain, célèbres perruquiers de théâtre des années 80, ont réalisé cette couleur insensée.

 Nous étions au printemps de l’année 1987.

Personne n’a décidé cela en particulier ou tout le monde indirectement.

 En tous les cas, Mylène avait toujours une reproduction de la photographie de Virginie sur une étagère bien en évidence pour mémoire. Elle y réfléchissait sans doute.

 C’est donc tout d’abord un simple de coiffeur de la rue Jean Mermoz à Paris qui a reproduit cette teinture sur les indications de Mylène, photo en main.

 Mylouxetnoux-vip-blog-com-5924041987ChristopheMourthe210Aujourd’hui, il est aisé de comprendre l’importance de cette période pour l’image de Mylène. Seul Michel Polnareff en France avait compris avant elle l’importance du look pour un artiste et de nos jours, une simple paire de lunettes blanches est synonyme de Polnareff. La couleur abricot sera toujours associée au mythe Farmer.

 Je n’avais pas encore à l’époque de statut de photographe. Seul le N et B fige à jamais sur du papier un Cocteau, une Marilyn, une Piaf, un Zorro ou un Steve McQueen  et renvoie cette personne au rang de Star immortelle.

 Elle permet à son auteur de rentrer dans la cour des grands tel un Newton ou un Doisneau.

Elle était ma star et je me devais de l’immortaliser comme telle. Je désirais lui prouver que j’étais le meilleur pour elle, pour nous.Il s’agissait de mes premières grandes photos en N et B.

Je connaissais le travail d’Alekan, le meilleur directeur photo des grandes années du cinéma, les films d’Hitchcock ou ceux d’Eric Von Stroheim. Que seraient aujourd’hui une Grâce Kelly, un Harry Baur ou un Gabin sans ses talents inouïs? Je pris aussi exemple sur Harcourt, le studio de photos des Stars mythiques. J’y ai ajouté une touche personnelle à base de réflexion de miroirs et je tenais le cadeau parfait pour ma muse. J’étais heureux.

 Elle est devenue une Star de l’image. J’en suis très fier.

 Le noir et blanc figeait ainsi Mylène à jamais.

Je l’ai ressenti si fort en faisant ces images qu’aujourd’hui elles restent uniques et pour longtemps encore. Le regard et toute cette sensualité qui s’en dégagent sont incroyables.

 Peu de fois, Mylène a tant donné dans une photo, invitation au rêve, au désir, instants magiques d’une intimité partagée qu’elle ne donnera plus que dans ses chansons.

Publié dans Mylène et L'ENTOURAGE | Pas de Commentaires »

Pourquoi médire Mylène F.

Posté par francesca7 le 8 mars 2012

Pourquoi médire Mylène F. dans Mylène et des CRITIQUES Mylene-Farmer-Be-Me-Sois-MoiFallait pas médire sur Mylène Farmer. Après la publication dans les pages de «Téléstar» d’une critique de son single «Dégénération», les fans ont eu des réactions incendiaires, allant… jusqu’à des menaces de mort. La cible? Le journaliste qui a signé ces lignes, Jean-Rémy Gaudin-Bridet.

«J’évoque l’accueil mitigé des radios à ce single, qui est un peu hors format, explique-t-il à 20minutes.fr. Mais sinon, je trouve ce morceau plutôt sympathique. Je ne pensais pas créer une telle polémique. Il est vrai que Mylène est une star qui ne laisse pas insensible, mais là… Je ne pense pas que je signerai d’autres papiers sur Mylène Farmer.»

Réactions disproportionnées

«Les lettres de menaces envers un journaliste sont inacceptables et injustifiées», dit Sebastien Rozier, en charge de FarmerAddict, un site qui reçoit environ 2.000 visites quotidiennes. Il concède que les réactions des fans sont «disproportionnées» et ajoute: «mais Jean-Rémy Gaudin-Bridet n’a pas fait son devoir de journaliste. C’est un travail bâclé et pas professionnel. Gaudin-Bridet a annoncé que le single était un flop, alors qu’il n’était même pas sorti. Aujourd’hui il est en tête des charts».

Le retour de bâton

Ce qui fait hurler les fans, c’est que Gaudin-Bridet est un ancien des leurs. En effet, il a créé le «Mylène Farmer International Fan Club» en 1995, avec Michael Mouilleron. Fort de son succès, le fan club diffusait même un fanzine à près de 30.000 adhérents. «Un beau jour de 2001, Gaudin-Bridet a fermé le club et adressé une lettre à Thierry Suc, le manager de Mylène, en lui disant que Farmer n’était plus une chanteuse, reprend Sébastien Rozier. Elle était devenu selon lui un produit marketing.»

 dans Mylène et des CRITIQUES«Tout ça me fait flipper»

Même plusieurs années plus tard, les fans connaissent cette histoire et ne ratent pas l’occasion de noter la partialité de Gaudin-Bridet. «Mon site sur Mylène Farmer date d’il y a dix ans, plaide le journaliste. On l’avait monté avec des copains parce que nous étions fans. Et nous l’avons arrêté parce que nous n’étions plus fans. Depuis dix ans, je n’ai aucun rapport ni de loin, ni de près avec Mylène Farmer.»

L’hebdomadaire «Téléstar» a décidé de porter plainte et de mettre en demeure les sites et forums sur lesquels les menaces sont proférées. «Tout ça me fait flipper, soupire Gaudin-Bridet. J’ai même dû rassurer ma mère ce matin.»

AF et MG http://www.20minutes.fr/

Publié dans Mylène et des CRITIQUES | Pas de Commentaires »

Dégénération… précisions

Posté par francesca7 le 8 mars 2012


Dégénération... précisions dans Mylène dans la PRESSE mylene-farmer-degeneration « Dégénération » est l’intitulé du nouveau single de 2008 de Mylène Farmer, selon son manager Thierry Suc, ayant fraîchement été rapporté par le quotidien Ouest France. Tandis que cette information n’a pas été officiellement confirmée par Polydor, « Dégénération » est très certainement le premier single issu du nouvel album studio de Mylène, prévu pour l’automne prochain.

Annoncé par « Dégénération », c’est déjà le septième album studio de Mylène Farmer qui sortira à l’automne prochain. Il s’inscrit dans la continuité de « Avant Que L’ombre… », paru en avril 2005 sur Polydor et encensé grâce aux hits « Fuck Them All », « Peut-être Toi », « Q.I. », « Redonne-moi » et « L’amour N’est Rien… », pour ne citer qu’eux. En parallèle à l’annonce de « Dégénération », les dates de la nouvelle tournée hexagonale de Mylène Farmer sont désormais officiellement connues, d’après un communiqué publié par Universal Music.

En outre, Thierry Suc, le manager de Mylène Farmer a confirmé que sa première tournée hexagonale depuis dix ans ne passera que dans dix villes françaises. « Ce sera un show comme Mylène sait le faire. La différence par rapport au Stade de France, c’est la proximité. Un Zénith, c’est en moyenne 8 000 spectateurs », a-t-il conclu.

Voici, en rappel, les dates de la tournée hexagonale de Mylène Farmer :

Mai 2009
* 02 : NICE – « Nikaïa »
* 05 : CLERMONT-FERRAND – « Zénith »
* 09 : MARSEILLE – « Le Dôme »
* 10 : MARSEILLE – « Le Dôme »
* 15 : TOULOUSE – « Zénith »
* 16 : TOULOUSE – « Zénith »
* 18 : TOULOUSE – « Zénith »
* 23 : NANTES – « Zénith »
* 24 : NANTES – « Zénith »
* 30 : ROUEN – « Zénith »
* 31 : ROUEN – « Zénith »

Juin 2009
* 05 : STRASBOURG – « Zénith »
* 08 : DIJON – « Zénith »
* 12 : LYON – « Halle Tony Garnier »
* 13 : LYON – « Halle Tony Garnier »

Source : musiqueradio.com

Publié dans Mylène dans la PRESSE | Pas de Commentaires »

Duo Seal et Mylène FARMER

Posté par francesca7 le 5 mars 2012

Seal (Chanteur)

Description de l'image  Seal2.jpg.Seal, de son vrai nom Seal Henry Olusegun Olumide Adeola Samuel, est unauteur-compositeur-interprète britannique, né le 19 février 1963 à Londres. Son registre musical est très varié, entre pop, rock, soul ou encore house.

Né à Londres en 1963, d’un père nigérian et d’une mère brésilienne qui l’ont donné à adopter faute de moyens pour l’élever, il entreprend des études d’architecture avant de vivre de petits boulots dans les environs de Londres. Il exerce sa passion pour la musique dans des clubs et des bars avant de rejoindre le groupe Push, dans les années 1980.

C’est au début des années 1990 que le chanteur rencontre ses premiers succès avec Killer, un titre house qu’il interprète pour le groupe Adamski, puis Crazy, un single que l’on pourrait qualifier de soul-pop et qu’il a lui-même composé. Ces deux titres sont inclus dans son album éponyme sorti en 1991.

En 1992, à l’occasion du concert Tribute to Freddie Mercury organisé en souvenir du chanteur de Queen et contre le SIDA au stade mythique deWembley, Seal interprète la chanson Who Wants To Live Forever, composée par Brian May. Il est alors accompagné par les membres restants du groupe Queen.

Deux ans plus tard, Seal sort un deuxième album, portant à nouveau son nom, qui ne connaîtra le succès qu’avec la sortie du single Kiss From A Rose, intégré dans la bande originale du film Batman Forever.

En 1998, la sortie de Human Being, son troisième album, se solde par un échec public.

En 2003, alors qu’un projet d’album, Togetherland, est abandonné, Seal IV sort dans les bacs. Pour cet opus, Seal collabore de nouveau avec Trevor Horn, qui avait notamment travaillé pour Madonna ou Frankie Goes to Hollywood ainsi que sur les deux premiers albums de Seal. Dans la version de Seal IVdestinée à la France, un bonus est ajouté : le titre Les Mots que Seal avait interprété en 2001 en duo avec la chanteuse Mylène Farmer et dont le single s’était vendu à plus de 500 000 copies en France1. L’album comporte aussi une nouvelle version du titre house My Vision qu’il avait interprété pour le groupeJakatta et qui fut numéro un en Angleterre en 2002. La version de l’album est toutefois plus pop que la version originale. De cet album, on retiendra aussiLove’s Divine, disque d’or en France, mais aussi Get it together ou Waiting for you qui connaîtront un meilleur accueil dans d’autres pays.

Quatre ans après Seal IV, le chanteur anglais revient avec l’album System, produit par Stuart Price. Malgré l’échec de l’album, le chanteur projette de sortir une suite.

Duo Seal et Mylène FARMER dans Mylène en DUOS 220px-Emmys-bennett-klum-sealEn 2008, Seal enregiste le titre I Wish avec le rappeur américain DMX. L’album Soul, qui reprend des standards de la soul américaine, sort tout juste un an après System, en novembre 2008. En France, l’album est tout de suite un véritable succès, se classant dès sa première semaine n°1 et cela pendant 13 semaines. En avril 2009, plus de 800 000 exemplaires auront été vendus. Le premier single sorti est le titre initialement interprété par Sam CookeA change is gonna come, qui avait été utilisé lors de la campagne de Barack Obama à la présidence des États-Unis.

Seal a aussi collaboré à de nombreuses bandes originales de film : Batman ForeverToysFamily ManSpace JamLe Sourire de Mona Lisa… Il a également repris en 2010 la chanson You got me, enregistrée préalablement par Nolwenn Leroy en 2009 sur son album Le Cheshire Cat et moi.

 

SEAL se confie lors du duo Les mots avec Mylene Farmer

issu de l’article paru à  Instant-Mag – 2002

Rencontre
News12 dans Mylène en DUOSMylène m’a simplement appelé à Los Angeles. Elle a pris contact avec mon « management ». Ils m’ont dit : « Une certaine Mylène Farmer souhaite faire un duo avec toi. » Bien sûr, je me suis senti flatté. Une telle demande est un honneur, quelque chose d’adorable et de surprenant. Je ne la connaissais pas. Alors je leur ai demandé de me montrer son travail. Je voulais au moins savoir si nos voix se marieraient bien. Ils m’ont donné une série de DVD et d’albums. Je me vois regardant les vidéos… Il y en avait une qu’elle avait faite pour le Mylenium Tour. Incroyable! Absolument ahurissant. J’ai pensé qu’elle avait une voix très angélique, pure et limpide, en contraste avec la mienne. Je suis toujours intéressé par ce genre de voix parce qu’elles vont très bien avec la mienne. J’ai regardé d’autres clips et me suis rendu compte qu’elle était assez controversée et d’avantage, alors j’étais fasciné à l’idée de la rencontrer. Elle avait à faire à Los Angeles et nous avons réalisé les photos et l’enregistrement. C’était une expérience incroyable. Tous, des maquilleurs à son assistant en passant par Thierry Suc et Laurent, son manager et producteur, étaient si respectueux, gentils, bienveillants et accommodants. Ils m’ont rendu l’expérience très plaisante. Alors je me suis immédiatement enthousiasmé pour Mylène. Je me suis senti très protecteur pace que vous savez, she is only a little thing! Elle est très enjouée. J’aimerais vraiment travailler à nouveau avec elle. Je devrais écrire quelque chose pour nous deux. She is such a sweet heart!

Mylène est « à l’extérieur », n’est-ce pas? Elle est en dehors de la ligue du courant dominant. Vous comprenez? C’est l’une de ces personnes qui observent de l’extérieur. Les gens pensent qu’elle est étrange. Elle réalise toujours des vidéos qui sont assez controversées. Et elle a une interprétation inhabituelle. La manière dont elle chante et réalise ses spectacles est très avant-gardiste, abstraite, même si elle vend beaucoup. En Anglais, on dit qu’elle a un « edge« . Elle a quelque chose d’anormal. Vous ne pouvez pas deviner ce qu’elle va faire ensuite. Comme David Bowie. Lui aussi était « à l’extérieur ». Il était constamment en train de penser à ce qu’il allait faire. Je pense qu’une partie de ce constat s’applique à moi aussi. Les gens sont curieux de savoir ce que je vais faire. Peut-être Mylène a-t-elle perçu une part de ça chez moi. Et puis il y a aussi la voix. Ce dont je me souviens le plus concernant l’enregistrement, c’est que Mylène avait une idée très précise de ce qu’elle voulait. Elle était très concentrée. Elle savait parfaitement me donner des directives. Elle l’a produit, tout simplement. Elle avait une vision en tête et savait exactement ce qu’il fallait faire pour la réaliser.

La séance photo aussi était mémorable parce que je devais la tenir. Et donner beaucoup d’amoooour! J’ai bien abordé cette séance (il est mort de rire). Oh dear! Mylène is very easy on the eyes. Vous connaissez cette expression? Ce n’était pas difficile d’aborder ça. Je pense néanmoins qu’elle était un peu timide, mais c’est compréhensible.

Clip sans Seal?
Il y avait un problème d’emploi du temps. Elle était occupée. Elle ne pouvait pas revenir à Los Angeles et je ne pouvais pas aller en France au moment où elle la faisait (ndlr : la vidéo). Alors nous avons dû tourner séparément. Laissez-moi vous dire que j’en ai souffert. Si Mylène avait été là, elle ne les aurait jamais laissé mettre autant d’eau froide sur moi! Pour la promotion, je n’ai participé qu’aux NRJ Music Awards, car je ne pouvais pas faire plus. Je réalisais mon nouvel album (Seal IV, Warner). J’ai revu Mylène à Cannes, l’année dernière. C’est quelqu’un de si compatissant. Quelle que soit la personne à laquelle elle s’adresse, que ce soit moi ou le porteur de bagages, elle a le même respect.

114724934Points communs
Nous avons beaucoup de points en commun. Nous sommes tous deux un peu à l’extérieur. Nous ne sommes pas over-commercial. Mais plus que tout, notre musique est très émotionnelle. Elle écrit du coeur et fait des choses qui viennent de son coeur. J’essaie de prendre la même approche avec ma musique. Quoi d’autres? Je pense qu’elle se préoccupe beaucoup de ses fans et c’est la raison pour laquelle ils l’aiment autant. Elle se préoccupe de ce qu’elle leur donne. Elle sait qu’elle a une responsabilité à leur égard. Et je ressens la même chose. C’est une autre raison pour laquelle elle m’a choisi pour faire ce duo.

Famille
Je suis flatté de faire partie de la « famille », aux yeux des fans. C’est particulièrement satisfaisant car Mylène est quelqu’un de bien. Elle se préoccupe énormément des autres. Alors si je fais partie de la famille, ça me rend très heureux et je sais que ses fans doivent s’identifier à elle en raison du fait qu’elle leur renvoie des sentiments positifs.

Je vois peut-être Mylène, ce soir. J’ai un dîner avec l’équipe de la maison de disque. Si possible, je la reverrai plus tard. Elle est tellement adorable. Vous l’avez déjà rencontrée? C’est quelqu’un de bien. Je l’aime beaucoup.

Publié dans Mylène en DUOS | Pas de Commentaires »

Mylène Farmer et Agnès Mouchel

Posté par francesca7 le 28 février 2012

Agnès Mouchel (Ancienne chef monteuse des spectacles de Mylène)

Mylène Farmer et Agnès Mouchel dans Mylène et GIORGINO ouverture%252520jury%252520doc

Parcours d’Agnès MOUCHEL
Mon parcours est un peu atypique. Pendant 2 ans, après le stage laboratoire, point de départ obligé pour l’obtention de la carta CNC, j’ai travaillé dans une société de production de films publicitaires. Ensuite, comme je voulais travailler sur des longs-métrages, j’ai refait le parcours traditionnel : stages, assistanat, en brûlant un peu les étapes. Assez vite, j’ai monté des courts-métrages, des documentaires, avec des retours épisodiques aux films publicitaires. C’est dans ce cadre que j’ai rencontré Laurent Boutonnat, à qui il arrivait de composer des musiques de publicité pour Movie Box (ndlr : qui a produit entre autres Libertine et Tristana). En 1986, une amie responsable de la postproduction à Movie Box, m’a proposé de monter le clip « d’une jeune mec très sympa ». C’était Libertine, dont elle m’a envoyé le story board, qu était déjà un travail très abouti. Mais à la projection des rushes, j’ai eu un choc! La mise en scène, la lumière, les décors, les costumes, le souci du détails, le format (35 mm, Scope), tout était éblouissant. En plus, j’ai le souvenir d’une matière très riche et très abondante. Ce qui au départ m’avait été présenté comme un petit film devenait un projet très ambitieux. Je savais que le travail allait s’avérer plus compliqué que prévu. Pour Laurent, l’enjeu commercial de Libertine était important (ndlr : après le semi-échec de Plus grandir), car il devait marquer un tournant de sa carrière. Quant à moi, il fallait que je sois à la hauteur. Le montage s’est passé dans une sorte de fièvre, mais sans pression et dans la bonne humeur. J’en garde un souvenir merveilleux, même si ma concentration faisait qu’on ne se parlait pas beaucoup, Laurent et moi. En tout cas, c’est une rencontre qui a beaucoup compté pour moi, qui compte encore, et qui a marqué le début d’une longue et étroite collaboration, de 1986 à 1994. J’ai rencontré Mylène assez tard, puisque je crois que c’était pendant le montage de Tristana, en 1987.

Agnès MOUCHEL et Laurent BOUTONNAT sont dans un studio
Les tournages se sont succédés, avec toujours cette même exigence de qualité. La durée du montage était variable. On considérait que celui-ci était terminé quand Laurent et moi étions satisfaits. Cela pouvait prendre plusieurs semaines. Pourvu qu’elles soient douces a duré un mois, par exemple. Regrets, qui parait plus simples, puisque ce sont de longs plans enchaînés, GiorginoPhotos07 dans Mylène et L'ENTOURAGEa demandé aussi beaucoup de temps pour trouver sa lenteur adéquate. Laurent était rentré épuisé du tournage en Hongrie, qu’il avait enchaîné avec Désenchantée. Et souvent, on arrêtait en plein milieu d’après-midi pour faire une partie d’échecs! Notre seul souci était de faire un beau film, peu importe le temps nécessaire. Nous avions des conditions de travail luxueuses, sans pression, et des moments de vrai plaisir. Laurent supportait difficilement la présence de quelqu’un d’autre dans la salle de montage en permanence. Mylène passait de temps en temps, elle suivait les étapes, donnait son avis, mais elle ne participait pas à l’élaboration du montage. De toute façon, la confiance entre eux était totale, et fondamentalement, je crois qu’elle approuvait le résultat et l’image que le clip donnait d’elle. Le montage d’un clip ou d’un film, c’est la construction à partir de la matière, de la pellicule qui a été tournée. Le montage d’un clip est tributaire de la bande-son, de sa durée, du synchronisme des playbacks quand il y en a. Il se fait plan après plan, sur le rythme ou non de la musique, mais en suivant son déroulement chronologique, en respectant les playbacks ou les chorégraphies, comme c’est le cas pour Je t’aime mélancolie, par exemple. en même temps, il y a une vraie histoire à raconter. Avec Laurent et son sens du perfectionnisme, cela a toujours été un travail de précision, minutieux, jamais mécanique, et toujours au service d’une esthétique. Dans l’intimité de la salle de montage, Laurent était souvent très détendu, très drôle, et des années de complicité professionnelle rendaient le travail très agréable. Cela n’est pas allé sans quelques fous rires! Beyond my control a été le dernier clip que nous ayons monté ensemble. A l’époque, Laurent était déjà dans les affres de la préparation de Giorgino et j’ai l’impression qu’il était un peu à court d’idées pour le clip et qu’il n’avait guère le temps de s’en occuper. Malgré tout, nous l’avons monté avec autant de soin que les précédents et au final, je trouve qu’il est plutôt intéressant.

GiorginoPhotos11Tournage de Giorgino
Le projet de Giorgino a beaucoup évolué depuis la première version écrite par Laurent longtemps auparavant, jusqu’à la version définitive, rédigée avec Gilles Laurent. Même si plusieurs producteurs étaient intéressés, le film ne s’est pas fait de toute de suite. C’était un gros budget, je crois que l’idéal pour Laurent était d’être son propre producteur, ce qu’il a réussi à faire. Le tournage a commencé en janvier 1993 en Slovaquie. L’équipe était basée à Poprad, dans les Tatras. Moi, j’étais aux studios de Barrandow, à Prague, où j’avais ma salle de montage. Je faisais le lien entre le tournage et le laboratoire. Chaque jour, les rushes m’arrivaient par avion de Poprad. Après développement, tirage et synchronisation, je les visionnais, commençais le classement et l’organisation des séquences et je renvoyais les bobines sur le tournage, où Laurent et Jean-Pierre Sauvaire son chef opérateur les voyaient en projection. Je savais que le tournage était compliqué et éprouvant, et que des conditions climatiques imprévues dramatisaient encore la situation. Mais moi, je ne voyais que le bon coté des choses, c’est-à-dire que chaque jour, les rushes étaient sublimes et que c’était un plaisir immense de suivre évolution du tournage. Ensuite, l’équipe et les acteurs sont revenus à Prague pour tourner les intérieurs en studio. Mylène et Jeff étaient très amis, elle l’avait rencontré aux États-Unis t c’est elle qui l’avait présenté à Laurent. Avant cela, il y a eu plusieurs acteurs envisagés, de Peter Gabriel à Pierce Brosnan, en passant par Rutger Hauer. Jeff était quelqu’un de très sympathique, mais timide et taciturne. Et je crois que Mylène l’avait un peu pris sous son aile. Pour moi, ces 5 mois à Prague ont été un enchantement à tous points de vue.

Problèmes au montage de Giorgino
Le montage a commencé en juin 1993 à Paris, peu de temps après le tournage, et au retour d’une cure thermale en Corse, où j’avais accompagné Laurent qui avait besoin de repos! A notre retour, nous disposions de la totalité des rushes, ce qui a permis GiorginoPhotos05un montage chronologique du film. Laurent avait beaucoup tourné : plus de 80 heures de pellicule! Dès le début, nous avons établi une sorte de règlement : horaires de travail réguliers, repas à heures fixes, régime végétarien, une hygiène de sportif, en quelque sorte! Car il fallait tenir la distance, qui a été de 9 mois de montage, rien que pour l’image. J’exécutais moi-même immédiatement les coupes, à la table, ce qui donnait la possibilité de voir tout de suite le résultat. C’est la méthode que Laurent avait choisie. Le montage est un processus de construction qui se fait à deux, réalisateur et monteur. Il est très important d’avoir assez vite une vue d’ensemble, une structure, qui, si le film est bien pensé (et c’était le cas pour Giorgino) est perceptible dès le premier montage, et que l’on rythme par la suite. Or nous avons travaillé dès le début comme si c’était la version finale, en peaufinant les raccords. Un travail de dentelle et de précision, qui a pris beaucoup de temps. On est arrivé ainsi à un premier montage de 4 heures, dont Laurent était ravi. Cette version était techniquement parfaite, mais pour moi, même si elle se présentait bien, il fallait la retravailler. Le film n’avait pas encore son rythme interne. De toute façon, pour le distributeur, il fallait raccourcir. Dans un premier temps, on a dû péniblement enlever 30 minutes, ensuite encore 10 minutes après mixage. Mais là, ça devenait vraiment une galère, car on ne peut faire que des coupes franches : quand le son est mixé, il est impossible de rentrer dans le détail du montage. On a fait des coupes dans le studio de Thierry Rogen, en y passant quelques nuits!

La pression du tournage
GiorginoPhotos26De toute façon, la machine était lancée et Laurent était le seul maître à bord. Et peut-être que le temps lui donnera raison. Même s’il était anxieux, il restait toujours très courtois, sauf peut-être avec les très proches, comme Mylène. Notamment à Londres, lors de la post-synchronisation (ndlr : les acteurs rejouent leur scène comme un doublage, lorsque le son du plateau n’est pas exploitable, par exemple lors de l’utilisation de machines ) neige, de bruits de moteur etc.), il pouvait se montrer impatient. Pour Mylène, qui ne l’avait jamais fait, se post-synchroniser en anglais, avec l’accent, était assez compliqué. Pendant la postproduction, elle passait de temps en temps chez Toutankhamon. Avec Mylène, j’ai toujours eu d’excellents rapports, seins et normaux. C’est quelqu’un de très droit, qui sait ne pas mâcher ses mots, qui peut parfois se montrer dure et sarcastique, mais juste, et qui a le sens de l’humour.

La Rupture
Il y a eu une seule projection de presse, un matin à 9h30, sur les Champs-Élysées. La salle était bondée. Dès la sortie du film, ça a été la curée, les articles tenaient plus du règlement de compte que de la critique du film. Bassesses et méchanceté, tout y est passé. Le handicap du film était peut-être sa durée, mais bon, il avait bien d’autres qualités, infiniment plus importantes, donc personne n’a parlé. En tout cas, c’est une oeuvre assumée, un film merveilleux proche du fantastique, unique dans le cinéma français, et qu’on redécouvrira un jour avec étonnement. L’avant-première était très chaleureuse. Tous les proches et amis de Laurent et Mylène étaient présents. Les parents de Jeff étaient venus des États-unis. A la fin de la soirée, nous nous sommes dits au revoir sur le trottoir, le plus naturellement du monde. Je n’ai jamais revu Laurent depuis. Par contre, j’ai croisé encore quelques fois Mylène chez Toutankhamon. Je savais que Laurent était très malheureux, et qu’il vivait mal l’échec du film. Il ne voulait voir personne et ne répondait pas au téléphone. En tout cas, nous ne sommes absolument pas fâchés, mais il a sans doute voulu tourner une page. Après la sortie du film, l’éventualité d’une version courte de Giorgino a été envisagée avec Paul Van Parys (ndlr : fidèle collaborateur de Mylène et Laurent). Mais je ne voulais rien faire sans l’autorisation de Laurent. En plus, je ne sais pas s’il aurait été d’accord. J’étais moi aussi terriblement affectée. On n’a rien remonté du tout. 

Publié dans Mylène et GIORGINO, Mylène et L'ENTOURAGE | Pas de Commentaires »

Mylène et Thierry SUC

Posté par francesca7 le 24 février 2012

 

Interview de Thierry Suc en 2008, producteur de Mylène Farmer

Mylène et Thierry SUC dans Mylène et L'ENTOURAGE atris774GHDans le métier depuis 26 ans, Thierry Suc, 46 ans en 2008, a produit les concerts de Jean-Jacques Goldman et la dernière tournée de Claude Nougaro. Il a aussi, dans son écurie, Calogero, Raphaël, Yannick Noah, Zazie, Juliette Greco, Henri Salvador jusqu’à il y a quelques semaines. Depuis 20 ans, il est aussi le producteur des concerts de Mylène Farmer. Un an avant la tournée, premières confidences…

« Qu’est-ce qui pousse Mylène Farmer, si discrète en privé, à vouloir toujours jouer sur scène dans le grandiose ? »

Thierry Suc : elle aime le show et est heureuse dans la démesure, dans les grands espaces. Je l’ai toujours connue comme ça depuis le jour de son premier spectacle, il y a 20 ans au Palais des sports de Paris. Un besoin d’avoir du monde devant elle, comme autour d’elle d’ailleurs sur scène.

« Ce nouveau spectacle, il était dans l’air depuis longtemps ? »

Lors de sa dernière conférence de presse, fin 2004, pour annoncer les 13 concerts qu’elle allait donner à Bercy en 2006, Mylène avait promis de revenir en province. Et elle a choisi de le faire en 2009 dans les dix plus grandes salles dont le Zénith toulousain, avant de finir dans les stades : Genève, les 4 et 5 septembre, le Stade de France à Paris les 11 et 12, et enfin Bruxelles, le 19.

« Comment l’avez-vous imaginé ? »

Les premières réunions de préparation commencent à peine, mais rien n’est imaginé encore.

« On a pourtant déjà parlé de « scène de verre »… »

(Rires) Non, vraiment, cela relève du pur imaginaire de certaines personnes. Je peux vous assurer que rien n’est encore décidé. Et même pas un plan de décor ! A ce jour, nous ne connaissons de ce spectacle que les besoins techniques.

MF80_98a dans Mylène et L'ENTOURAGE« Par exemple ? »
Ce sera de l’ordre de onze ou douze semi-remorques, comme pour la dernière tournée.

« Les musiciens ? »
Nous ne savons pas… Mais toute l’équipe sera nouvelle.

« Autour d’Yvan Cassar ? »
Ce n’est pas certain. Parce que Johnny Hallyday sera lui aussi sur les routes en même temps…

« Quel est votre budget ? »
Avec plus de cent personnes tous les soirs, ce sont évidemment des spectacles chers. Au point que techniquement comme financièrement la capacité des salles doit être au minimum de 9 000 places.

« Il y aura donc les stades et les Zénith. Le spectacle présenté au Zénith sera un spectacle « au rabais » ? »
Je suis provincial, je viens de Lyon, et je n’ai jamais fait de spectacle plus petit en province qu’à Paris ! Bien sûr il faudra 30 ou 40 camions pour les stades, mais le spectacle, au iota près et à une personne près sera à l’identique.

« Et ce nouvel album prévu pour l’automne ? »
Laurent Boutonnat et Mylène sont en train de travailler. Pour l’instant, la seule chose certaine, c’est que son premier single, « Dégénération », sera en radio le 19 juin.

« Mylène devrait aussi jouer dans « L’ombre des autres », un film produit par Claude Berri… »
Oui, mais forcément après la tournée!…

Propos recueillis par La Dépêche.

Publié dans Mylène et L'ENTOURAGE | Pas de Commentaires »

Hymne Générationnel

Posté par francesca7 le 19 février 2012

 

Hymne Générationnel dans Mylène dans la PRESSE ClipQMCL03Enfin, la quatrième partie du spectacle où la succession de Libertine, Sans contrefaçon, L’Instant X, Fuck Them All, Dégénération et C’est dans l’air a transformé le stade en un espace mouvant avec l’ensemble du public emporté dans la danse et le chant. Restait le final, Désenchantée, dont la chorégraphie n’a pas été touchée, ou presque, depuis sa création en spectacle en 1996. L’hymne générationnel a figuré dans les spectacles du Tour 1996 (du 25 mai au 15 décembre 1996), Mylenium Tour (du 21 septembre 1999 au 8 mars 2000) et Avant que l’ombre… à Bercy (du 13 au 29 janvier 2006). Il est ici utilisé au rappel, avec un lancer de bandes argentées, des ballons de baudruche amenés par les fans qui se les passent de mains en mains jusque vers la chanteuse. Histoire de garder, jusqu’à la dernière seconde, l’esprit du concert-anniversaire. La multitude de caméras présentes pour filmer les deux concerts du Stade de France n’en perd pas une seconde.

Un DVD devrait paraître en mars 2010. Et Thierry Suc, producteur des cinq tournées de la chanteuse depuis la première en 1989, nous avait indiqué, lors d’un court entretien, le 4 septembre, avant le premier des deux concerts au Stade de Genève, qu’une exploitation en salles de cinéma était «  envisagée… mais pas encore totalement décidée  ».

Article Ecrit par Sylvain Siclier publié dans le Monde.fr

Publié dans Mylène dans la PRESSE | Pas de Commentaires »

Renommée de Mylène

Posté par francesca7 le 6 février 2012

Renommée de Mylène dans CONCERTS DE MYLENE MF2000_111aDiscrète dans les médias, Mylène Farmer l’est également sur scène : en 27 ans de carrière, elle n’a effectué que 5 séries de concerts, dont la dernière l’a menée sur la scène du Stade de France, en 2009.

Dignes des grands shows américains et n’utilisant jamais de playback, ses spectacles sont devenus de véritables références dans le paysage musical français. Assistée de Laurent Boutonnat (sauf pour le Mylenium Tour), Mylène Farmer réserve une place prépondérante aux symboles et à sa relation avec son public.

[afficher]

1989 : Tour 89 (en savoir plus…)Budget : environ 6 millions d’euros

  • Nombre de spectateurs : environ 300 000
  • Produit par Laurent Boutonnat et Thierry Suc
  • Conçu par Mylène Farmer, Gilles Laurent et Laurent Boutonnat
  • Costumes : Thierry Mugler
  • Album live vendu à 600 000 exemplaires – Double disque de Platine
  • Vidéo live vendue à 150 000 exemplaires (K7 vidéo / CD vidéo / CD interactif) – Vidéo de Diamant

 

 

[afficher]

1996 : Tour 1996 (en savoir plus…)Budget : environ 12 millions d’euros

  • Nombre de spectateurs : environ 300 000
  • Produit par Tuxedo Tour en accord avec Thierry Suc
  • Conçu par Mylène Farmer et Laurent Boutonnat
  • Costumes : Paco Rabanne
  • Album live vendu à 900 000 exemplaires
  • Vidéo live vendue à 350 000 exemplaires (DVD / K7 vidéo / CD vidéo) – DVD & Vidéo de Diamant

 

 

[afficher]

1999 : Mylenium Tour (en savoir plus…)Budget : 20 millions d’euros

  • Nombre de spectateurs : environ 460 000
  • Produit par Thierry Suc
  • Conçu par Mylène Farmer
  • Conception du décor : Guy-Claude François (décor de scène créé à partir du tableau # 218 © 1973 H. R. Giger)
  • Costumes : Dominique Borg
  • Album live vendu à 700 000 exemplaires – Double Disque de Platine
  • Vidéo live vendue à 400 000 exemplaires (DVD / Vidéo) – DVD & Vidéo de Diamant

 

 

[afficher]

2006 : Avant que l’ombre… à Bercy (en savoir plus…)Note : Le spectacle a été réalisé spécifiquement pour l’infrastructure de la salle de Bercy et n’a donc pas été présenté ailleurs.

  • Budget : 10 millions d’euros
  • Nombre de spectateurs : 170 000
  • Produit par Thierry Suc pour TS3
  • Conception et direction artistique : Mylène Farmer et Laurent Boutonnat
  • Conception des décors : Mark Fisher
  • Première partie et conception des images de scène : Alain Escalle
  • Costumes : Franck Sorbier
  • Album live vendu à 250 000 exemplaires – Disque d’or en 2 semaines
  • Vidéo live vendue à 500 000 exemplaires – DVD de Diamant

 

 

[afficher]

2009 : Tour 2009 (en savoir plus…)Costumes : Jean-Paul Gaultier

  • Budget : 30 millions d’euros
  • Nombre de spectateurs : 632 000
  • Produit par Laurent Boutonnat et Thierry Suc
  • Conçu par Mylène Farmer et Laurent Boutonnat
  • Conception des décors : Mark Fisher
  • Conception des images de scène : Alain Escalle
  • Première partie au Stade de Genève et au Stade de France : Balé de Rua

 

 

                                                                        MF2000_124a dans CONCERTS DE MYLENE

 

Publié dans CONCERTS DE MYLENE | Pas de Commentaires »

Mylène, la Libertine

Posté par francesca7 le 21 janvier 2012

Livre Mylène Farmer, La libertineMylène Farmer : La libertine

 

Titre: La libertine

Auteur: Thierry Wolf

Édition: Editions de la Lagune

Type de livre: Biographie

Aspect physique: Livre Broché

Date de parution: 23 Octobre 2008

 


La libertine – Biographie de Thierry Wolf

 

Pour ses fans, elle n’est plus qu’un prénom : Mylène… Comme avant elle Janis (Joplin) ou Edith (Piaf)… La diva rousse est définitivement entrée au firmament des icônes, collectionnant sans contrefaçon les disques de diamants, de platine et d’or ainsi que les concerts  » hollywoodiens  » dans les stades de Paris à Moscou. Femme moderne et radicale à la conquête de sa liberté ou simple muse soumise à de vénaux manipulateurs ? Cet ouvrage retrace la carrière de la rousse libertine. De son premier 45 tours  » Maman a tort  » jusqu’à son dernier disque  » Point de Suture « . D’un petit studio d’Aubervilliers jusqu’au stade de France, vingt-cinq années d’une carrière auréolée d’énigmes, de légendes et autres sulfureuses rumeurs. Qui est cette femme au mystère savamment entretenu, submergeant, tel un raz de marée, les billetteries de l’Hexagone à l’annonce de chacun de ses concerts ? Qui se cache réellement derrière le masque de cette  » alchimiste  » des hit-parades ? Une exubérante libertine ou une sage poétesse de la chanson ? Tantôt romantique ou sexy, macabre ou provocante, ce livre – incluant la discographie complète de l’artiste et de nombreux témoignages – raconte pour la première fois vingt-cinq années de la vie de Mylène Farmer, la diva au visage de porcelaine.

 

Biographie de l’auteur

Ecrivain, auteur de plusieurs biographies de référence mais aussi parolier à succès, chroniqueur d’émissions de radio et producteur de nombreuses stars du rock et de la variété française et internationale, Thierry Wolf a également collaboré à de nombreuses collections et biographies autour du cinéma et de la musique.

 

                                                              gifs étoilesgifs étoilesgifs étoiles

Publié dans Mylène et BIOGRAPHIES | Pas de Commentaires »

A. et B. Reval pour Mylène

Posté par francesca7 le 6 janvier 2012

 

Mylène Farmer : De chair et de sangAuteurs de la biographie Mylène Farmer, de chair et de sang, Annie et Bernard Réval ont eu la gentillesse de m’accorder un peu de leur temps pour répondre à mes questions. Leur biographie, parue en 2004, a reçu un accueil enthousiaste de la part du public. Ouvrage documenté, précis et respectueux de l’artiste, il comporte en outre de nombreux témoignages inédits d’artistes, de proches, qui ont côtoyé Mylène Farmer tout au long de sa carrière. Somme toute, une biographie de référence pour tous les fans. 

Interview réalisée fin août 2006 

« CV:  Annie et Bernard Réval, bonjour.

J’aurais aimé vous poser quelques questions. Tout d’abord, près de deux ans après la sortie de votre biographie, MYLENE FARMER, de chair et de sang, force est de constater que le pari est réussi: Biographie tolérée par la star, et surtout biographie qui fait l’unanimité chez les fans et le public. Est-ce que vous tirez une certaine satisfaction, une fierté, de ce pari réussi? Et vous attendiez-vous à recevoir un accueil aussi positif ?  

Bernard Réval : « Vos propos très sympathiques nous vont droit au cœur. Nous avons en effet ressenti une réelle adhésion de la part des lecteurs qui ont bien voulu discuter avec nous après la parution du livre. C’est toujours agréable de sentir qu’on a été compris… Mylène nous a permis d’entrer dans une sphère qui nous était étrangère. Son originalité nous séduisait et nous donnait envie d’explorer cet univers si différent de celui de Nougaro ou d’Aznavour. Ses fans nous ont suivis, et c’est tant mieux, nous avons fait un travail de bonne foi, c’est une jolie récompense.»

 CV: Écrire une biographie est un exercice difficile mais qui vous est familier, en témoignent vos productions sur les artistes phares de la chanson française. Est-ce que cet exercice vous a paru plus délicat encore, avec cette contrainte de l’interdit farouche qui pèse sur la vie privée de la star? Comment avez-vous appréhendé cette difficulté, avant l’élaboration du livre?

 Annie Réval : « Il y a toujours une notion d’interdit, de « terrain miné » à propos de toute vie privée. Nous essayons d’aller le plus loin possible, en faisant notre propre auto censure. Tout ne peut être dit, bien entendu, mais le lecteur sait lire entre les lignes…

A. et B. Reval pour Mylène dans Mylène dans la PRESSEPour Mylène, nous n’avons pas rencontré de difficultés majeures lors de nos investigations. Certains artistes comme Gilbert Bécaud ou Claude Nougaro ont largement collaboré, d’autres nous ont laissé faire. Chacun réagit différemment, avec généralement la crainte d’être surexposé. Tous ont des « jardins secrets », professionnels ou privés, et nous tentons de les respecter, avec malgré tout une volonté constante de liberté dans notre écriture. Bécaud, par exemple (le premier chanteur à qui nous avons consacré une biographie) a souhaité lire notre manuscrit, par curiosité. Il  fonctionnait à l’instinct : lorsqu’il vous accordait sa confiance, c’était d’un seul bloc et vous ne pouviez pas le décevoir..

En ce qui concerne Mylène Farmer, nous ne lui avons pas soumis le résultat de notre travail avant la parution du livre. Cependant, France Empire (notre éditeur) et Thierry Suc (son producteur) ont eu des contacts au niveau du choix de la photo de couverture et nous avons ainsi pu disposer d’un magnifique cliché, récent.

Pour l’enfance de Mylène, nous sommes partis au Québec afin de mettre nos pas dans les siens, à Pierrefonds, notamment au collège de Sainte-Marcelline (la sœur directrice et l’amicale des anciens élèves nous ont ouvert des pistes intéressantes). Pour les années-lycée à Sèvres et les stages au Centre Equestre à Conches, nous avons retrouvé les camarades de Mylène. Tous, visiblement, étaient ravis de participer, mais pour répondre à votre question avec précision, il ne nous a pas semblé plus compliqué d’aborder Mylène Farmer. Paradoxalement, nos investigations à propos de Jean-Jacques Goldman ont été plus ardues, car c’est un personnage très linéaire, donc plus difficile à saisir. »

  CV: De nombreux fans s’interrogent: y’aura-t-il une version de poche de votre biographie? Une version mise à jour, comme c’est parfois le cas, sera-t-elle mise en place?

 Annie Réval : « Un livre de poche ? Je ne sais pas… C’est encore trop tôt pour le dire – ça ne dépend pas de nous. Quant à une version mise à jour, pourquoi pas, mais pas tout de suite. Après onze livres en dix ans sur Bécaud, Barbara, Aznavour, Nougaro, Goldman, Farmer, Obispo… (notre prochain petit « dernier » paraît en novembre 2006), les mises à jour seraient un vrai travail de forçat ! Nous marquons une pause, histoire de laisser reposer les neurones ! »

 CV: Le seul nom de « Farmer » fait vendre. Pourtant, on ressent, à la lecture de votre travail, mais aussi des témoignages recueillis, un profond respect pour l’artiste, et même, un intérêt sincère pour sa musique et son univers. J’aurais aimé savoir si, après la publication de cet ouvrage, vous avez continué, à vous intéresser aux nouvelles productions de l’artiste, à savoir son nouvel opus, et sa série de treize concerts à Bercy, non plus en tant que biographes, mais en tant que public? Et recueillir vos impressions sur ces « nouveautés ». 

 dans Mylène dans la PRESSEBernard Réval : « Nous étions à l’étranger au moment des concerts de Bercy, en janvier 2006,  pour l’un de nos prochains livres, mais nous avons suivi cette actualité avec curiosité et intérêt. Bien entendu, nous ne manquerons pas de découvrir  le show à la sortie du DVD. Ceci dit, lorsque nous décidons de nous lancer sur un nouveau sujet, il faut que nous ayons pour sa carrière du respect et de l’intérêt. Il en reste toujours quelque chose, un « cousinage ». Annie dit que c’est comme une histoire d’amour qu’on aurait un peu oubliée, mais dont le parfum reste vivace. »

 CV: Enfin, pourriez-vous dévoiler à tous les visiteurs du site vos projets pour les prochains mois?

 Annie Réval : « Ils sont multiples, toutefois notre actualité immédiate, c’est le livre Michel Sardou, l’ombre et la lumière, une biographie co-signée Annie Réval et Caroline Réali. Nous avons déjà écrit ensemble deux ouvrages publiés chez France Empire (Gérard Depardieu voleur d’âmes, et L’aventure des Bronzés trente ans d’amitié),. Entre Mylène et Michel…, nous avons planché sur deux univers aux antipodes, mais pour chaque livre, l’aventure est excitante et la passion aussi vive que  si c’était la première fois ! »

CV: Encore merci d’avoir pris le temps de répondre à mes questions. « 

                                                  Barre mexicain musicien

 

Publié dans Mylène dans la PRESSE | Pas de Commentaires »

Clip Du Temps en 2011

Posté par francesca7 le 10 décembre 2011

DU TEMPS……. (clip officiel) 

 

Sorti le 9 décembre 2011 

tournage les 24 et 25 novembre. 

 

 

Image de prévisualisation YouTube

 

On finissait par se demander s’il arriverait un jour, et c’est un joli cadeau pour les fans : le clip de l’inédit Du temps est truffé d’images relatant l’ambiance de sa dernière tournée. C’est donc une Mylène au naturel, la plupart du temps sans maquillage, qu’on aperçoit sur des plans fugaces qui semblent dérobés par un paparazzi. Une Mylène qui, pour la première fois, nous donne en partage certains moments de complicité avec ses proches (on aperçoit notamment Laurent Boutonnat, Anthony Suchet et Thierry Suc). 

Cerise sur le gâteau, la star nous fait une chorégraphie très farmerienne (on ne l’avait pas vue danser dans un clip depuis Je t’aime mélancolie, en 1991).  De quoi regarder la vidéo des dizaines de fois sans se lasser, pour ne pas rater une miette de cette Mylène rieuse et bondissante. 

Etrangement, ce clip sonne presque comme un au revoir. Pourvu que… Non, non, non. 

Mylène Farmer revient avec un nouveau clip « Du temps » afin de promouvoir et annoncer son second best of en vingt-sept années de carrière « Best-Of 2001-2011 », qui couvre sa dernière décennie artistique.

Dans ce clip, vous verrez des images inédites de Mylène Farmer dans la forêt, dans un Hôtel, au restaurant Etc…
Clip Du Temps en 2011 dans Les Clips de Mylène
Best-Of 2001-2011 actuellement dans les bacs avec également « Sois-moi (Be me) », un autre titre inédits. Un beau cadeau de noël en perspective… 

 

 

C’est aujourd’hui, un peu plus d’un mois après la sortie du titre, que Mylène Farmer a levé le voile sur la vidéo de « Du Temps« , premier inédit extrait de son nouveau best-of intitulé « 2001.2011″ et paru lundi. Surprise : on y découvre la célèbre chanteuse rousse dans une chorégraphie, ce qui n’était pas arrivé depuis 1991 et « Je t’aime mélancolie ».

 

Mylène Farmer fait donc quelques pas de danse dans cette nouvelle vidéo, tournée sur fond noir avec un sol mouillé. Le tout est entrecoupé d’images off, issues notamment de la séance photo qui a servi au livret de l’album « Bleu Noir ». La sortie de ce clip devrait aider « Du Temps » à se refaire une santé dans les charts français : lors de sa sortie, début novembre, le titre était parvenu à se hisser en huitième position avant de chuter de 70 places la semaine suivante jusqu’à la sortie, en troisième semaine. 

 

 Sorti lundi, « 2001.2011″, le deuxième best-of de Mylène Farmer aura pour but de faire aussi bien que « Les Mots », paru il y a dix ans. Il contient deux inédits : « Du Temps » et « Sois Moi – Be Me », un titre qui a suscité de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux suite à une forte ressemblance du refrain avec le « Gimme More » de Britney Spears. Cette sortie de best-of est plutôt rapide étant donné que « Bleu Noir », le dernier album studio de la chanteuse, n’est paru qu’en décembre 2010 et que le troisième single extrait, « Lonely Lisa« , ne remonte qu’à juin dernier 

 

D’après les rumeurs, la séance photos de Mylène Farmer aurait été réalisée il y a trois semaines pour le magasine Citizen K. Certains clichés représenteraient Mylène habillée en Jean Paul Gaultier, « lançant des ballons en l’air ». 

 

 

Source : https://www.facebook.com/pages/Influence-Le-Site/105094112866410

Publié dans Les Clips de Mylène | Pas de Commentaires »

Neutralité Mylène sur Wiki

Posté par francesca7 le 10 décembre 2011

Neutralité Mylène sur Wiki dans Mylène et mes BLABLAS MF2000_83aDe toute façon cette biographie va sans arrêt évoluer car les fans de Mylène Farmer n’en font qu’à leur tête : ils décident d’écrire sur elle uniquement ce qu’ils ont envie, ce qui ressemble plus à du révisionnisme. La biographie n’est pas complète, pleins de trous, et celui ou celle qui aura le malheur de réparer les oublis, erreurs etc, se fera trucider par les autres internautes.

 

Aucun mot sur la chanteuse Robert, or il semble important de la mentionner, quasiment rien sur Seal, rien sur Jann Halexander qui a consacré une chanson hommage jazzy à la chanteuse(la seule à ce jour), et en plus on a droit à des phrases du genre

 

Beau pied de nez à la censure, ce clip est aujourd’hui le plus vendu de France ! 

 

Cette phrase, en plus suivie d’un point d’exclamation, exprime un avis ! or une définition encyclopédique se veut neutre!!!!

 

Pas un mot sur la façon dont est perçue la chanteuse par le monde musical français et étranger, des médias comme Libération, pas un mot sur Bertrand LePage ou Thierry Suc. Non cette définition n’est pas neutre et se veut à la gloire de l’artiste. Rappellons aux fans purs et durs que Wikipedia n’est pas un outil de promotion! Et encore moins un outil d’aide au révisionnisme.

 

Je ne vois pas en quoi l’on devrait mentionner Robert dans la biographie de Mylène Farmer ?? Si l’on devait mentionner toutes les personnes ayant approché la chanteuse, on n’aurait pas fini… Idem pour Jann Halexander : un inconnu total qui rend hommage à Farmer. Dans ce cas, pourquoi ne pas mettre Steevy ?!!

 

Bertrand LePage est mentionné. On ne va quand même pas incruster ici les biographies de tout son entourage… Giorgio Volli 10 novembre 2006 à 18:29 (CET)

 

Robert a sa place, car elle a souvent été comparée, Jann Halexander est loin d’être un inconnu total (il suffit de cliquer son nom sur internet, oui le pauvre n’est pas passé sur Tf1, j’oubliais) et Steevy pourrait être mentionné sans aucun souci puisqu’il est le plus ardent défenseur de Farmer dans les médias français.

 

Excuse-moi, mais Jann Halexander est bel et bien un inconnu. Combien de ventes de disques ? Combien d’apparitions mymymymymymyfd2 dans Mylène et mes BLABLASmédiatiques ?

 

Robert a souvent été comparé à Farmer… Melissa Mars aussi, Ysa Ferrer aussi, Michal aussi, Najoua Belyzel aussi… Doit-on tous les citer dans un article retraçant la vie de Farmer ? Mylène est souvent comparée à Madonna, Michael Jackson, Kate Bush ou Greta Garbo. Doit-elle être citée sur leurs pages ? Assurément, non. Giorgio Volli 12 novembre 2006 à 20:36 (CET)

 

Mouais mouais !! ce débat ne date pas d’hier. Pour Jann Halexander, voir sur ramdam http://www.ramdam.com/art/h/jannhalexander.htm il n’a jamais été admis sur wikipedia, tout simplement parce que la neutralité de Wikipedia n’existe pas et que c’est entre les mains de « notables » qui sont là pour faire et défaire les gens. Heureusement que Wikipedia n’est pas incontournable mais étant fan, ça m’énerve toujours de voir ce genre de phrase.

 

Source.wikipédia. 

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaires »

Site officiel de Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 5 novembre 2011

Mylène Farmer a t’elle un site officiel ?

 

Site officiel de Mylène Farmer dans Mylène et mes BLABLAS MF80_111aLe Site officiel de Mylène Farmer n’existe pas ! Vous êtes nombreux à nous demander l’adresse du site Internet de Mylène Farmer. Sachez qu’il n’y a pas de réel site officiel pour la chanteuse Mylène Farmer. En revanche nous pouvons vous orienter vers d’autres sites officiels :

- Page officielle de Mylène Farmer sur Universal Music France
- Merchandising officiel de Mylène Farmer sur Charmandising
-
TS3 la société de production de Thierry suc (manager de Mylène Farmer)
-
Page officielle du single « L’amour n’est rien » sur Universal Musique
-
Site officiel de l’album Bleu Noir
- Page officielle du concert « Tour 2009″
- Site officiel « Mylène Farmer au Stade de France »
- Site officiel de l’album « Point de suture »

Inscription à la Newsletter Mylène Farmer : inscrivez-vous à la newsletter Mylène Farmer pour être prévenu de l’arrivée du site officiel de Mylène Farmer.

Plus d’informations sur le site officiel de Mylène Farmer :

Retrouvez toutes les informations sur le site officiel de Mylène Farmer sur le portail communautaire Mylène Farmer.

transmettre-love-la-verite-131324793893 dans Mylène et mes BLABLAS

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaires »

Répétitions du N° 5 On Tour 2009

Posté par francesca7 le 14 octobre 2011

 

Afin de répéter son spectacle, la chanteuse a réservé la Geneva Arena pour y tester les jeux de lumières ainsi que les principaux éléments de mise en scène, tandis que le Stade de Genève est utilisé à partir du 24 août pour répéter le spectacle grandeur nature (ce qui oblige d’ailleurs une équipe de football locale, le FC Sion, à disputer ses matches UEFA au stade de la Pontaise, à Lausanne). La billetterie des deux premiers concerts en Suisse rapportera d’ailleurs environ six millions cinq cent mille francs suisses de bénéfices bruts pour une infrastructure supérieure à celle du concert d’adieu de Johnny Hallyday

 

 

 

Personnes sur scène 

Interprètes : 



  • Mylène Farmer 


Choristes : 



  • Esther Dobong’Na Essienne[8] 

  • Johanna Manchec 

Musiciens : 



  • Direction musicale :Yvan Cassar 

  • Guitares : Bernard Gregory Suran Jr 

  • Guitares : David Levitt 

  • Basses : Paul Bushnell 

  • Batterie : Charles Paxson 

  • Percussions : Nicolas Montazaud 

  • Claviers : Jean-François Berger 

Danseurs : 



  • Miguel Edson 

  • Kyle Bernbach 

  • Cris Cangero 

  • Victor Gonzalez 

  • Reed Kelly 

  • Michael Angelo Melendez 


Danseuses : 



  • Maria Carofano 

  • Mayte Natalio 


Danseuses additionnelles pour les stades : 



  • Ayo Berner Jackson 

  • Alexis Anne Covento 

 

Équipe 

Artistique : 




Administratif : 



  • Production : Thierry Suc 



Son : 



  • Stéphane Plisson 

Visuel : Alain Escalle 





Répétitions du N° 5 On Tour 2009 dans CONCERTS DE MYLENE mylene_farmer_tour_2009

Publié dans CONCERTS DE MYLENE, Mylène N°5 ON TOUR 2009 | Pas de Commentaires »

Interview Mylénium Tour

Posté par francesca7 le 11 octobre 2011

Interview exclusive de GUY-CLAUDE FRANCOIS Concepteur du décor  

« Le premier projet de statue représentait Mylène » 

Interview Mylénium Tour  dans CONCERTS DE MYLENE mylene-farmer_concerts_mylenium-tour_005

QUESTIONS / REPONSES  Source :  IAO n°7 avril 2006 – spécial Live    

barre-separation-3 dans Mylène MYLENIUM TOUR

 Comment avez-vous été contacté pour travailler sur le « Mylenium Tour » ?  MF99_25a 

Thierry Suc, le producteur de Mylène Farmer, m’avait demandé, par l’intermédiaire de Roger Abriol, le directeur de production, si j’accepterais de collaborer à ce spectacle. J’avais reçu une cassette vidéo de son concert précédent et avais été très impressionné par l’enthousiasme quasi idolâtrique qu’elle inspirait aux spectateurs. 

Quelles étaient les premières instructions données quant au décor de la tournée ? 

Généralement, tout se décide et s’organise à partir de la première esquisse. 

Parlez-nous de cette première esquisse. 

J’avais représenté Mylène comme une déesse portant elle-même la scène. C’était un geste spontané. J’agis souvent de cette façon ne serait ce que  pour provoquer un échange d’idées. Je l’avais fait en me rapprochant du style de Giger, peinte dessinateur surréaliste de s années 1970, parce qu’on m’avait dit que Mylène l’appréciait. Plus tard, nous sommes d’ailleurs allés à sa rencontre chez lui, à Zurich. 

Tout est donc parti de ce croquis ? 

Oui. C’est avec cette première esquisse que je l’ai rencontrée au cours d’un rapide voyage (Je tournais un film à l’étranger à cette époque). Cela a été notre premier contact et le départ de la mise en œuvre de ce décor. 

Comment s’est passé ce premier contact avec Mylène ? 

Le premier contact a été très succinct…. J’étais entre deux avions ! Par la suite, j’ai rencontré Mylène à intervalles réguliers. Elle a suivi de très près la phase de conception et d’études techniques qui se déroulait avec l’ensemble des participants (les lumières, les effets spéciaux vidéo, numériques et mécaniques, la construction de la scène, celle du décor). Elle y a participé avec beaucoup de disponibilité, de connaissance scénique et de conviction quant à ce qu’elle désirait. L’idée de son entrée en scène par la tête vient d’elle, par exemple. 

Et qui a eu l’idée de la tête qui bouge, la main qui bouge, la flamme dans la main ? 

Ce sont des idées qui viennent au cours des réunions de travail, avec Mylène et d’autres collaborateurs, sans que l’on puisse citer les auteurs parce qu’elles sont souvent les réponses à des besoins artistiques techniques ou/et de spectacle, Mylène est la dernière décideuse, voire l’auteur de certains concepts. 

A la base, votre idée état donc que la statue représente Mylène… Pourriez-vous me donner plus de détails sur les différents chemins que vous avez empruntés avant d’arriver au résultat final ? 

MF99_31aDès que j’ai eu présenté la première esquisse que j’avais faite avant de rencontrer Mylène, le projet de la statue a été globalement validé. Puis, au cours des réunions dont je parlais à l’instant, les modifications, les idées et contraintes diverses ont été abordées. Le premier projet de statue représentait Mylène tenant le plateau sur ses jambes repliées. Par la suite elle a préféré la traduire comme Isis, déesse mère, sœur et femme d’Osiris dans la culture de l’Egypte ancienne. J’imagine que Mylène a décidé au bout de quelques temps, de ne pas exagérer le fétichisme dont elle est l’objet. 

Combien de personnes on travaillé sur cette statue ? 

je l’ignore, mais tous corps de métier confondus, je pense qu’environ 150 personnes y ont participé. C’est un chiffre moyen. Dans le cinéma, on peut atteindre 400/500 personnes sur de grosses productions. 

Combien de temps ont demandé la conception et la fabrication de la statue ? 

Six mois. 

En quelle matière était-elle faite ? Quelle était sa hauteur ? 

Sculptée en polystyrène par un sculpteur spécialisé (Francis Poirier), armée par des structures en bois et métal, couverte de résine, peinte, patinée et mécanisée pour les mouvements de la tête, d’un bras et du ventre. C’est l’atelier Arte Fact, dirigé par Dominique Lebourge, qui a réalisé ce décor près d’Orange. Elle devait mesurer environ 11 mètres, je ne me rappelle pas exactement. 

Savez-vous le budget nécessaire pour ce seul décor ? 

Je ne m’en souviens pas, mais d’expérience, je l’estime à environ 300  000 euros

Où et quand la statue a-t-elle été montée pour la première fois ? 

En août 1999, à l’atelier Arte Fact, à l’extérieur parce qu’elle était plus haute que les ateliers ! Puis en septembre, au Dôme de Marseille, pour la première représentation. 

Mylène était-elle effrayée à l’idée de faire une entrée si haut ? 

Non, elle est très courageuse ! 

Ne trouvez-vous pas son entrée un brin mégalo ? 

Si, bien sûr, mais si on n’est pas mégalo en faisant du spectacle ! 

L’entrée et la sortie de scène semblent extrêmement importantes pour Mylène, le comprenez-vous ? 

Très bien. C’est une règle de base dans le spectacle. Déjà le théâtre grec était très attentif à cet usage. Mylène est une véritable et énorme bête de scène

Le fait d’avoir collaboré avec Mylène Farmer vous a-t-il ouvert de nouvelles portes, ou a contrario, en a-t-il fermé ? 

Ni l’un ni l’autre. Certains de mes proches n’ont pas compris que je participe à ce projet, mais je m’en fiche ! 

Comment se passait le transport, la statue était-elle complètement démontable ? 

MF99_02aElle était construire en plusieurs parties (peut être six ou sept). Chacune était transportée par camion. C’était assez spectaculaire de voir un bras dans un seul camion par exemple. 

Quel souvenir gardez-vous de votre collaboration avec Mylène ? A-t-elle une place particulière dans votre parcours ? 

Oui parce que c’était mon premier contact avec le « show-business », qu’l a été positif et qu’il m’a donné l’occasion de collaborer avec une femme de qualité. 

Restez-vous en contact avec elle ? 

Non, c’est la loi du genre. 

Que sont devenus la statue, les maquettes et les dessins ? 

Elles ont été détruites comme c’est l’usage. Je garde les dessins, les études et les maquettes. Elles sont dans un grenier (avec les autres) dans ma maison de campagne. 

Une question bêtement matérialiste : quand Mylène fait faire une petite reproduction de la statue pour un objet visant à assurer la promotion de son double album live, êtes-vous consulté ? Donnez-vous votre autorisation ? Touchez-vous des droits d’auteur ? 

Non, ce n’est plus mon problème depuis longtemps au moment de cette décision. Je ne touche pas de droits d’auteur parce que ce n’était pas prévu dans mon contrat. Mais j’en ai reçu une et je la garde (sourire).

1840185281_small_1

Publié dans CONCERTS DE MYLENE, Mylène MYLENIUM TOUR | Pas de Commentaires »

Interview Mylénium Tour Mylène

Posté par francesca7 le 11 octobre 2011

Interview exclusive de LAURENT BUISSON – Son 

« Il nous est arrivé d’avoir des coupures de courant en plein concert » 

Interview Mylénium Tour Mylène dans CONCERTS DE MYLENE MF99_23a

QUESTION / REPONSES  

Source : IAO 7 avril 2006 – spécial Live    

barre-separation-3 dans Mylène MYLENIUM TOUR

 

Avant tout, expliquez-nous en quoi consiste votre métier ? 

Je suis chargé de la diffusion du son dans la salle. Cela consiste à reprendre tous les micros des chanteurs et instruments indépendamment sur scène pour reproduire un son agréable dans la salle. 

Vous avez travaillé sur les trois tournées de Mylène. Pourquoi n’a-t-on pas fait appel à vous pour les concerts de cette année ? 

Je ne sais pas. Il faut demander à la prod. A l’époque de la tournée d’Alizée, je n’étais pas libre et je me doutais que celui qui ferait Alisée ferait la prochain Mylène. C’est comme ça. Et puis il y a des modes dans ce métier. En ce moment, c’est Stéphane (Plisson, NDLR) qui a la cote, tant mieux pour lui. 

Comment êtes-vous entré dans l’équipe Farmer ? 

Par Thierry Suc, qui m’a fait confiance à l’époque. 

Vous étiez en totale charge du son sur le Tour 96 et le Mylenium Tour alors que vous étiez très en retrait derrière Thierry Rogen et Patrice Carmer en 89. Pourquoi cela ? 

J’étais juste assistant en 89, j’ai fait quelques dates à la place Thierry et de Patrice, je suis ensuite resté pour les autres tournées. 

Quelles sont les principales difficultés de votre job ? 

Avec Mylène, la principale difficulté venait de son filet de voix qui est très petit. Elle chante toujours juste, mais elle n’a pas beaucoup de puissance. Il y a aussi les nombreuses programmations à gérer. Mais ça devient une habitude aujourd’hui. 

Participiez-vous à l’enregistrement des albums live ? 

Non. 

Selon vous, sont-ils fidèles aux concerts sur lesquels vous avez travaillé ? 

Ils sont bien faits, mais ne restitueront jamais les émotions du live. Surtout pour Mylène où l’ambiance dans le public est incroyable ! 

Avec qui travaillez-vous le plus sur un concert de Mylène, Laurent ou Mylène ? 

Avec Laurent Boutonna tour le Tour 96 et Yvan Cassar pour le Mylenium.   

0Mylène a-t-elle recours à du playback ? 

Non, jamais. 

Devez-vous avoir recours à des astuces particulières compte tenu du fait que Mylène a une vois très fluette ? 

Chacun a des astuces de pro. Qui seraient trop longues à expliquer. Disons simplement que la technique des micros a beaucoup progressé. 

Avez-vous le souvenir de gros problèmes de sons sur certains concerts des trois tournées ? 

Il nous est arrivé d’avoir des coupures de courant en plein concert ! Ce qui est curieux, c’est que c’est arrivé une fois par tournée (rire). Pour la dernière (le Mylenium), c’était à Lyon. Je me souviens qu’on n’entendait plus que Abbe (Abrahamm Laborile Jr) qui continuait à taper comme un malade sur sa batterie dans une salle déchaînée, même sans son ! 

Comme réagit Mylène dans ces moments là ? 

Très bien. Il y a toujours eu une bonne ambiance. Mylène est très gentille, vous savez. Et ça n’a duré qu’une minute. 

Lyon ne lui porte pas chance ! Vous rappelez-vous de sa chute de scène lors du Tour 96 ? 

MF99_43aOui bien sûr. Le pire, c’est que c’est arrivé lors d’un rappel qu’elle ne faisait pas habituellement ; 

Mylène participe-t-elle activement à toues les étapes sans rechigner, comme la balance ? 

Mylène ne fait quasiment jamais de balance. 

Quelle est la tournée de Mylène qui vous a demandé le plus de travail ? 

Le Mylenium car il y avait un manque de cohésion au niveau de l’équipe technique – son – façade. 

Est-il particulièrement valorisant ou intéressant de travailler pour Mylène ? 

Oui, car ses shows sont toujours exceptionnels. 

Quelle est votre tournée préférée ? 

Le Tour 96. Au niveau du son, c’est le travail don je suis le plus fier et au niveau lumière, c’est là qu’il y avait la meilleure ambiance. Mais toutes les tournées étaient réussies.

 

BARRE

 

Publié dans CONCERTS DE MYLENE, Mylène MYLENIUM TOUR | 1 Commentaire »

Dates du Concert Bercy 2006

Posté par francesca7 le 9 octobre 2011

 

 

Tout à BERCY en 2006 … Avant que l’ombre…… 

 

DATES 

LES MUSICIENS 

 

13 JANVIER

Paul Bushnell (basse)

14 JANVIER

Yvan Cassar (clavier)

15 JANVIER

Eric Chevalier (claviers)

17 JANVIER

Perry Gwynedd (guitare)

18 JANVIER

Abraham Laboriel Jr (batterie)

20 JANVIER

Milton McDonald (guitare)

21 JANVIER

Nicolas Montazaud (percussions)

22 JANVIER

 

24 JANVIER

 

25 JANVIER

CHORISTES 

27 JANVIER

 

28 JANVIER

Esther Dobong’ Na Essienne

29 JANVIER

Johanna Manchec

   
   
CHANSONS interprétées 

DANSEURS (Los Vivancos) 

   

Peut-être toi

Aaron Hernandez Ruiz

XXL

Cristo Martinez Prunez

Dans les rues de Londres

Josua Martinez Prunez

California

Israël Nadal Sayos

Porno graphique

Josua Nadal Sayos

Sans contrefaçon

Elias Vivancos Lago

QI

Judah Vicancos Lago

C’est une belle journée

 

Ange, parle moi…

 

Redonne-moi

DANSEUSES 

Rêver

 

Ainsi soit-je…

Ayo Berner Jackson

Désenchantée

Christine Dejesus

Nobody knows

Khetanya Jati Henderson

Je t’aime mélancolie

Tiffany Howard

L’amour n’est rien

Sharaya Howell

Déshabillez-moi

Edara Johnson

Les Mots

Christina Toler

Fuck them all

Naimah Willoughby

Avant que l’ombre…

 
   
   
CHORISTE 

COORDINATION DES CHOREGRAPHIES 

 

Esther Dodong ‘Na Essienne

Christophe Danchaud

Johanna Manchec

 
   
   
CONCEPTION ET DIRECTION ARTISTIQUE 

CHOREGRAPHIES 

   

Mylène Farmer

Mylène Farmer

Laurent Boutonnat

Christophe Danchaud

 

Los Vicancos

   
   
DECORS 

COSTUMES 

   

Mark Fisher

Franck Sorbier

   
   
SON 

LUMIERES 

   

Stéphane Plisson

Fred Peveri

   
   
PRODUCTEUR DU SPECTACLE 

DIRECTION MUSICALE 

   

Thierry Suc

Yvan Cassar

 

 

Dates du Concert Bercy 2006 dans CONCERTS DE MYLENE MFBercy2006_50a

Publié dans CONCERTS DE MYLENE, Mylène Tour BERCY 2006 | Pas de Commentaires »

Interview Fred Peveri – Mylène

Posté par francesca7 le 30 septembre 2011

Interview exclusive de FRED PEVERI – concepteur lumière 

« Les exigences de Mylène me permettent d’aller toujours plus loin » 

 

QUESTION / REPONSES  

Source IAO7 avril 2006 – spécial Live  

  

Interview Fred Peveri - Mylène dans CONCERTS DE MYLENE barre-separation-3

Avant tout, expliquez-nous en quoi consiste votre métier ? 

 

1222741920_small dans Mylène TOUR 1996En qualité de concepteur lumière et scénographe, j’imagine et je crée des visuels et des climats dans un espace scénique ou ailleurs. Concernant la scène, je me sers de mes lumières pour habiller les textes ou les musiques des différents artistes avec lesquels je collabore. Par mes couleurs, ou par mes rythmes de graphismes, j’essaie d’emmener les spectateurs dans un monde en adéquation avec les œuvres jouées. 

 

Vous étiez l’assistant de Jacques Rouveyrollis sur la première tournée de Mylène en 1989. Puis seul maître à bord sur les deux suivantes, et sur les derniers concerts de cette année. Comment cela se fait-il ? 

 

Il y a dans la vie des moments où vous ne savez pas exactement ce qui se passe ou, en tous cas, vous n’y aviez pas songé. Après un entretien poussé avec Mylène et Laurent, c’est ce qui s’est passé. Depuis, j’ai réalisé les lumières de tous les spectacles de Mylène. 

 

Cet entretien ayant lieu avant le début de concerts « Avant que l’ombre… », accepterez-vous de nous en parler ? 

 

Non. Un spectacle doit rester une surprise. Je ne pourrais que vous dire que j’ai hâte que ça commence et que ça va être très beau… 

 

Qui sont vos interlocuteurs lorsque vous travaillez un spectacle de Mylène ? 

 

Concernant l’artistique, Mylène et Laurent, Thierry Suc, à qui je dois beaucoup (il m’a permis de travailler avec Mylène), il est toujours présent lors de nos réunions et y participe toujours activement. 

 

Avez-vous des directives ou avez-vous totale liberté ? 

 

Des directives, il peut y en avoir, mais ce sont surtout des discussions entre nous ; on parle des costumes, du décor, des musiques, de ce que l’on ressent naturellement en les évoquant. Après quoi, je fais mes lumières avec mon ressenti et mes émotions, étant bien entendu toujours à l’écoute de Mylène et de Laurent pour essayer de transmettre au mieux ce qu’ils ont envie de voir. Mais j’ai à chaque fois une grande liberté d’expression dans mon domaine. Nous travaillons en confiance. 

 

Vous devez donc être présent à chaque concert ? 

 

Avec Mylène, j’ai toujours été présent sur toutes les dates. 

 

Quelle tournée vous a demandé le plus de travail ? 

 

Chacune est différente, et chacune me demande 100 %. Mais « Avant que l’ombre… » est à l’évidence un cran au-dessus des autres ! 

 

Avez-vous le souvenir d’une demande particulièrement fantaisiste de la part de Mylène en termes de lumières, d’un réel défi à relever quelque chose que vous n’ayez jamais fait avant ? 

 

En 1996, je devais associer écran géant et lumières, tout en créant des atmosphères. C’était un vrai défi ! En 1999, il fallait retranscrire les éléments en lumière, ce qui n’est pas forcément aisé. 

 

Au fil des années avez-vous perçu un changement dans votre collaboration avec Mylène ? 

 

Nous avons appris à mieux nous connaître, et à vraiment nous respecter et je crois nous apprécier mutuellement. Les exigences de Mylène me permettent d’aller toujours plus loin. 

 

Quelle est la tournée de Mylène dont vous êtes le plus fier, quant à votre partie bien entendu ? 

 

Que vous dire ! Je participe à chaque fois à une très belle aventure, exigeante prenante et tellement intéressante que je ne peux pas faire réellement choisir une tournée plutôt qu’une autre. La première a sans doute une place à part puisque c’est celle qui m’a permis de découvrir Mylène. 

 

Pourquoi ne jamais avoir travaillé sur ses clips ? 

 

Cela ne s’est pas présenté, mais j’aimerais bien. J’ai simplement collaboré à une vidéo d’Alizée. 

 

Laquelle ? 

 

« j’ai pas vingt ans ». 

 

Voyez-vous Mylène en dehors des tournées ? 

 

Je suis souvent en déplacement. Mylène aussi. Il nous est donc difficile de nous rencontrer en dehors de ses productions. Mais je sais que je peux toujours la contacter si le besoin ou l’envie s’en font sentir.

8a83095f

Publié dans CONCERTS DE MYLENE, Mylène TOUR 1996 | Pas de Commentaires »

NRJ Music Awards 2009 Mylène

Posté par francesca7 le 29 septembre 2011

 

Le 17 janvier, Mylène interprète Si j’avais au moins lors des « NRJ Music Awards 2009″ sur TF1.

NRJ Music Awards 2009 / Dixième édition des « NRJ Music Awards ». 

 

 


NRJ Music Awards 2009 Mylène dans Mylène 2009 - 2010 aff2009Mylène incontournable puisqu’elle détenait alors le record du nombre d’Awards remportés (sept). On avait eu confirmation de la venue de Mylène à Cannes dès la fin du mois de décembre 2008. On savait même qu’elle chanterait, sans plus de détails. Beaucoup de rumeurs ont précédé cette émission. Beaucoup de spéculations quant au titre chanté: Appelle mon numéro qui connaissait un joli parcours dans les chats ou son nouveau single Si j’avais au moins… diffusé en radios depuis le 15 décembre.

On apprend quelques jours avant la cérémonie que Mylène interprèterait pour la première fois en télévision son nouveau single. Petite polémique puisque Mylène décide d’ampexer sa séquence (comme le groupe Indochine) dans un souci d’offrir une prestation parfaite. Une technique utilisée par Mylène et de nombreux artistes depuis bien longtemps sans que cela n’ait jamais suscité la moindre émotion auparavant.

Le 17 janvier 2009, on découvre Mylène tout de blanc vêtue sur le tapis rouge du Palais des Festivals à Cannes. Il faudra attendre jusqu’à environ 22h15 pour que Mylène apparaisse à nouveau à l’écran pour l’interprétation de Si j’avais au moins… 


Un ange tombé du ciel. Mylène est accompagnée par un orchestre de onze musiciens. Tout est blanc: les costumes, les instruments, même le micro. Un petit intermède au paradis dans une soirée plutôt ennuyeuse et brouillonne.

Ampex oblige, la séquence diffusée en télé est celle enregistrée par Mylène la veille au soir mais, Mylène est présente simultanément sur scène et chante pour le public présent dans la salle. 



 dans Mylène 2009 - 2010Ensuite, Nikos Aliagas, le présentateur méritant de cette soirée, probablement plein de bonnes intentions mais plutôt maladroit remercie Mylène puis demande au public une ovation. Ovation un peu forcée et mollassonne reconnaissons-le de la part d’un public guère acquis à Mylène cette année-là (NRJ et TF1 avaient du  recruter le public ado sensé mettre un peu d’ambiance dans les fans-clubs d’autres « artistes »). Mylène fuit rapidement la scène. Difficile de penser, quand on connaît son goût de la discrétion qu’elle ait appréciée cet instant.

Mylène est nommée dans deux catégories: album français de l’année et artiste féminine française de l’année.

Elle remporte le « NRJ Music Award » pour l’album français de l’année (étaient aussi nommés BB Brunes avec « Blonde comme moi », Julien Doré avec « Ersatz », Renan Luce avec « Repenti » et Christophe Maé avec « Comme à la maison »).

On retrouve Mylène dans la salle entourée par Pascal Nègre et Thierry Suc. Mylène, en bonne comédienne feint la surprise avant de se lever. Alors qu’elle rejoint la scène une petite phrase solennelle comme les affectionne Nikos, qui deviendra l’objet de nombreuses moqueries: « Pascal Nègre se lève pour Mylène Farmer« . Heureusement, sinon Mylène n’aurait pas pu sortir de la rangée ! Sacré Nikos!

Petit discours de remerciements, quelques larmes. 



179317-mylene-farmer-aux-nrj-music-awards-en-637x0-2On ne reverra pas Mylène ensuite puisque l’Award de l’artiste féminine reviendra à Jennifer (les autres nommées étaient Nadiya, Shy’m et Zazie).

La presse évoquera cette cérémonie. On notera que la majorité des articles mettra l’accent sur la présence de Mylène et son huitième « NRJ Music Award », battant son propre record.  

Publié dans Mylène 2009 - 2010 | Pas de Commentaires »

Mylène à Dijon

Posté par francesca7 le 27 septembre 2011

 DIJON, le ZENITH le lundi 08 et mardi 09 Juin 2009 

« Mylène est Mylène, elle n’a jamais été un phénomène de mode » titrait notre journal local ici en Côte d’Or…. Un an avant le spectacle de notre Zénith à nous !

Mylène à Dijon dans Mylène 2009 - 2010 2284653679_3Dans sa rubrique Quartier Libre n° 395, Thierry SUC, manager, producteur et amis de Mylène Farmer, ayant fondé la société TS3 depuis plus de dix ans, organise les spectacles d’artites majeurs de la scène française comme Calogero, Raphaël, Zazie, ou bien encore Yannick Noah. Et à un ans de la venue à Dijon de la rousse la plus connue de l’Hexagone, il a bien vouloir nous en dire un peu plus sur la tournée et le nouvel album de la star qui viendrait bientôt nous rendre visite.

Question : Cela fait dix ans que Mylène Farmer n’avait pas donné de concerts en province, pourquoi avoir attendu si longtemps ? 

Thierry Suc : Lorsqu’elle a fait son dernier spectacle à Bercy en 2006, on était face à un show intransportable. Elle a alors confié, lors d’une conférence de presse, que la prochaine fois elle retournerait en province. Chose promise, chose due. Comme vous l’avez dit, cela faisait dix ans, et la voilà pour dix dates dans les dix plus grandes salles de province !

Question : Après avoir rempli treize soirs de suite Bercy, que peut-on attendre de cette nouvelle tournée ? 

T.S : Je ne peux pas vous répondre aujourd’hui, vous imaginez bien qu’à un an des concerts on ne connaît pas encore la teneur du spectacle, ni les noms des différents intervenants. On vient seulement de commencer les premières réunions.

Question : Les rumeurs évoquent déjà, pour les dates en province, un concert intimiste piano-voix… 

TS : Non, du tout ! Ce sera un show spectaculaire comme els autres shoxs de Mylène, c’est ce qu’elle aime faire et c’est ce qu’elle aime proposer au public.

 

mylene-farmer-tickets-dijon dans Mylène 2009 - 2010Mylène fête cette année ses 48 ans, le 12 septembre au Stade de France, et on parle déjà d’une tournée d’adieu. Un sentiment renforcé par l’affiche des concerts (certains y voient la représentation de Mylène Farmer morte sur le bitume) ! 

(rires) On est encore dans l’imaginaire, ça me fait rire. Vous savez, je sais que beaucoup projettent des désirs ou des fantasmes, qui n’ont jamais été ni évoqués, ni imaginés lors de la création de cette affiche. Concertant l’hypothèse d’une tournée d’adieu, les propos de Mylène sont les suivants :

-          « jamais je ne ferai un profit commercial de l’annonce d’une tournée d’adieu. Si un jour je décide de faire ma dernière tournée, je le déciderai seule et n’en parlerai à personne ».

On a dit les ventes du dernier album de Mylène décevantes. Est-ce pour cela que vous ouvrez les billetteries de concerts un an avant ? Pour créer le buzz avant la sortie du prochain opus ? 

(Hésitant). Pour nous, les ventes de l’album précédent n’étaient pas décevantes. Le marché du disque, aujourd’hui, est très différent vous savez… (Il réfléchit). Concernant les billetteries, j’essaie pour tous mes artistes de proposer les places longtemps à l’avance, pour que chacun puisse acheter la sienne quand il le désire. C’est tout.

Parlons du prochain album. Quand ? comment ? 

TS : Il sort en automne, la date n’est pas encore arrêtée. Ce que je peux vous dire, c’est que le premier extrait sera en radio le 19 Juin et qu’il s’appelle Dégénération. Voilà tout ce que je sais et qui est vrai, pas comme tout ce qu’on peut lire sur internet.

 

On parle d’un album aux sonorités électro et up-tempo… 

Euh, oui… En fait, il y aura un peu tous les univers qui caractérisent les albums de Mylène ; sincèrement.

Même s’il fait partie du mythe, le silence médiatique de Mylène Farmer lasse certains fans. Se fera-t-elle plus présente dans les médias pour la promotion de son nouvel album ? 

Mylène l’a dit, elle ne fait plus de promotion. Mais, bon… on verra ! C’est elle seule qui décide de ce qu’elle a envie de faire ou pas. En tout cas pour l’instant, à part celle parue dans Paris Match, il n’y a pas d’autre interview de prévue. Encore une fois, ce qui arrivera demain, je ne le sais pas !

Vous qui faites partie de l’entourage proche de Mylène Farmer, comment la décririez-vous ? Est-elle la femme triste et mélancolique dont elle renvoie si souvent l’image ? 

Il y a une partie d’elle comme cela. En même temps, c’est la personne avec laquelle je partage mes plus grands fous rires. On s’amuse beaucoup ensemble.

Qu’est-ce qui a changé entre la Mylène d’aujourd’hui et celle qu’elle était à ses débuts ? 

Je ne pense pas qu’elle a changé, je pense simplement qu’elle a évolué, comme tout le monde, et que son éveil artistique s’enrichit au fil du temps. On se connaît depuis plus de vingt ans maintenant et j’adore travailler avec elle !

Pensez-vous qu’après 20 ans de carrière Mylène Farmer peut encore surprendre ? Madonna vient de se mettre au r’n’b, en revanche, Mylène n’a jamais vraiment changé de style… 

Non, parce que Mylène ne suit pas les modes, Mylène est Mylène et n’a jamais été un phénomène de mode. Elle fait des propositions et continue son chemin. Vous me demandez si Mylène peut surprendre ? Tout dépend ce que vous entendez par surprendre. Je pense que les gens qui l’aiment sont là. La preuve, les concerts sont complets et ceux qui aiment l’univers de Mylène n’attendent pas qu’elle aille vers tels ou tels courants qui seraient plus à la mode.

Après la tournée, on parle d’un fils produit pas Claude Berry où Mylène interprèterait le rôle principal… 

C’est possible, mais ce n’est pas confirmé. Vous savez, le cinéma c’est toujours très long .. mais c’est en projet.

Enfin Thierry Suc, peut-on avoir un scoop ? 

Mylène sera en concert à DIJON les 8 et 9 juin 2009. Si ça c’est pas un scoop !

(Rires…)

Propos recueillis par Jonathan Singaye 

2492029139_small_1

Publié dans Mylène 2009 - 2010 | Pas de Commentaires »

Mylène au Stade GENEVE

Posté par francesca7 le 24 septembre 2011


BILAN DE LA SOIREE :


Un concert qui ressemble beaucoup à ceux en salles : Décor identique, sauf qu’il y a une scène en étoile au centre. Les écorchés sont les mêmes, pas plus grands. L’écran central lui est plus grand. Les cases avec les mannequins en fond sont plus nombreuses.

Mylène au Stade GENEVE  dans Mylène 2009 - 2010 8818595_2Concernant la set-list. Les rumeurs ont toutes été vérifiées. A quoi je sers a été remplacé par California. Laisse le vent emporter tout et L’Instant-X ont été ajouté à la setlist. Fuck them all remplace Je te rends ton amour. L’ordre de C’est dans l’air et de Désenchantée a été inversé laissant Désenchantée au final de ces concerts. Si j’avais au moins… ne fait plus partit de la setlist.

Concernant les costumes, ce sont les mêmes. Le costume de l’écorché, puis celui avec la robe rouge à paillette. La robe bleue a été remplacée par une robe blanche lumineuse. Puis vient le costume en tailleur asymétrique. Et enfin le costume de cuir (à confirmer) pour le final.

Le piano apparait au milieu de la scène centrale comme en 2006 à Bercy.

* Concernant le final, le concert se termine bel et bien sur Désenchantée.

Il y a bien eu un problème de son à la fin. Mylène serait restée quelques minutes sans son, puis serait partie. Plusieurs réactions de fans sur place relatent cette situation.

le lendemain ce fut un triomphe, c’était 2 fois mieux que la veille ! Mylène était au top et le public aussi !

PS : Thierry Suc a démenti comme quoi Mylène aurait réservé le stade de France en 2011 pour ses 50 ans ! 

Publié dans Mylène 2009 - 2010 | Pas de Commentaires »

THIERRY SUC

Posté par francesca7 le 18 septembre 2011

Thierry Suc, Mylène Farmer et Laurent Boutonnat
Conférence de presse Décembre 2004
Photo: Claude Gassian 

 

THIERRY SUC 2004cp1

Thierry Suc a le même âge que Mylène et Laurent Boutonnat.

 

C’est déjà un homme d’affaires très performant, propriétaire de plusieurs sociétés dans l’immobilier et dans le spectacle. Il a justement débuté sa carrière dans la production du concert en prenant en charge les premières tournées de Jean-Jacques Goldman et de Jean-Luc Lahaye. Toutefois, il n’est pas le seul à contribuer financièrement aux concerts de Mylène car des sociétés comme Toutankhammon, Polygram et Tuxedo Tour se greffent sur l’aventure.

 

 

Interview de Thierry Suc, producteur de Mylène Farmer 

En  mai 2008    

Dans le métier depuis 26 ans, Thierry Suc, 46 ans, a produit les concerts de Jean-Jacques Goldman et la dernière tournée de Claude Nougaro. Il a aussi, dans son écurie, Calogero, Raphaël, Yannick Noah, Zazie, Juliette Greco, Henri Salvador jusqu’à il y a quelques semaines. Depuis 20 ans, il est aussi le producteur des concerts de Mylène Farmer. Un an avant la tournée, premières confidences… 

« Qu’est-ce qui pousse Mylène Farmer, si discrète en privé, à vouloir toujours jouer sur scène dans le grandiose ? » 


Thierry Suc : Mylène aime le show et est heureuse dans la démesure, dans les grands espaces. Je l’ai toujours connue comme ça depuis le jour de son premier spectacle, il y a 20 ans au Palais des sports de Paris. Un besoin d’avoir du monde devant elle, comme autour d’elle d’ailleurs sur scène. 

« Ce nouveau spectacle, il était dans l’air depuis longtemps ? » 


autrenrj-1Lors de sa dernière conférence de presse, fin 2004, pour annoncer les 13 concerts qu’elle allait donner à Bercy en 2006, Mylène avait promis de revenir en province. Et elle a choisi de le faire en 2009 dans les dix plus grandes salles dont le Zénith toulousain, avant de finir dans les stades : Genève, les 4 et 5 septembre, le Stade de France à Paris les 11 et 12, et enfin Bruxelles, le 19. 

« Comment l’avez-vous imaginé ? » 


Les premières réunions de préparation commencent à peine, mais rien n’est imaginé encore. 

« On a pourtant déjà parlé de « scène de verre »… » 


(Rires) Non, vraiment, cela relève du pur imaginaire de certaines personnes. Je peux vous assurer que rien n’est encore décidé. Et même pas un plan de décor ! A ce jour, nous ne connaissons de ce spectacle que les besoins techniques. 

« Par exemple ? » 


Ce sera de l’ordre de onze ou douze semi-remorques, comme pour la dernière tournée. 

« Les musiciens ? » 


Nous ne savons pas… Mais toute l’équipe sera nouvelle. 

« Autour d’Yvan Cassar ? » 


Ce n’est pas certain. Parce que Johnny Hallyday sera lui aussi sur les routes en même temps… 

« Quel est votre budget ? » 


Avec plus de cent personnes tous les soirs, ce sont évidemment des spectacles chers. Au point que techniquement comme financièrement la capacité des salles doit être au minimum de 9 000 places. 

« Il y aura donc les stades et les Zénith. Le spectacle présenté au Zénith sera un spectacle « au rabais » ? » 


suc_0Je suis provincial, je viens de Lyon, et je n’ai jamais fait de spectacle plus petit en province qu’à Paris ! Bien sûr il faudra 30 ou 40 camions pour les stades, mais le spectacle, au iota près et à une personne près sera à l’identique. 

« Et ce nouvel album prévu pour l’automne ? » 


Laurent Boutonnat et Mylène sont en train de travailler. Pour l’instant, la seule chose certaine, c’est que son premier single, « Dégénération », sera en radio le 19 juin. 

« Mylène devrait aussi jouer dans « L’ombre des autres », un film produit par Claude Berri… » 


Oui, mais forcément après la tournée!… 

Propos recueillis par La Dépêche

Thierry Suc nous livre de nouvelles infos sur le spectacle et dément certaines rumeurs… Il annonce également la sortie évènementielle du DVD live pour mars 2010, il sortirait également sous forme de film au cinéma !!! Une première !

A ceux qui voudraient garder la surprise j’ai noirci volontairement les phrases qui divulguent les parties du concert, c’est à surligner avec votre souris pour les autres!   

 

barre


Quelles sont les nouveautés par-rapport à la tournée indoor ?

atris774GHLe spectacle a été redimensionné. Tout a été rehaussé, agrandi. 4 chansons ont été ajoutées : L’Instant X, California, Fuck them all et Le Vent emporte tout que Mylène Farmer n’avait pas chanté depuis 1996. Deux choristes et deux danseuses ont rejoint l’équipe. C’est la plus grande scène couverte d’Europe conçue pour faire face à des problèmes éventuels de météo.

Que fait Mylène Farmer juste avant un concert ?

Après le temps de maquillage et de coiffure, elle se retire une heure seule dans sa loge. Généralement, elle a très très peur avant d’entrer sur scène. Là encore davantage.

La rumeur a évoqué cet été des menaces d’annulation du spectacle du Stade de France pour cause de grippe A ? Quid des assurances ?

Le show est assuré car le contrat a été souscrit en 2008, avant l’épidémie, il ne comporte pas de clause d’exclusion.

On parle d’un Stade de France en 2011 ?

C’est faux. Et la rumeur ne vient pas de nous.

Quand sortira le live qui sera enregistré les 11 et 12 septembre ?

En mars prochain, sous la forme d’un DVD ou peut-être d’un film pour le cinéma, rien n’est encore décidé. Mais ce ne sera pas en 3D comme j’ai pu le lire.

Quels sont vos passages préférés du concert ?

J’adore le tableau des chansons lentes. Un grand moment d’émotion. 

 

Thierry Suc, se confie sur EUROPE – Mylène Farmer 

VIDEO  Image de prévisualisation YouTube 

En janvier 2006, Mylène s’apprête à monter 13 fois sur la scène de Bercy. Puisque la chanteuse refuse de faire sa promotion, c’est son manager qui s’en charge ! Retranscription de l’entretien accordé par Thierry Suc à l’antenne de RTL. 


Mylène Farmer est de retour sur scène, six ans après ! Elle entame demain soir à Bercy une série de treize concerts qui affichent complet depuis longtemps. Thierry Suc, bonsoir. 


Bonsoir. 


Vous êtes le manager de Mylène Farmer, vous travaillez avec elle depuis dix-sept ans maintenant. Treize dates, vendredi treize, treize mille places à Bercy… Elle est joueuse, superstitieuse ? 


3010860767_1_3_hH9NG9E7Pas du tout ! Très sincèrement, c’est un joli hasard. Lorsque nous avons décidé d’organiser ce spectacle uniquement à Bercy, il s’avère que la période qui était disponible faisait que, vu le nombre de répétitions qu’il nous fallait, je me suis rendu compte que démarrer un vendredi était bien,
avant le week-end, pour que les gens de province puissent venir, il s’est avéré que c’était un vendredi treize. Alors j’ai commencé à calculer, en sachant que Mylène chantait X nombre de soirs par semaine et qu’elle avait besoin de jours de repos, pour l’équipe, etc. Et le hasard a fait qu’on est tombés sur un joli vendredi treize avec treize dates possibles, et lorsque nous avons eu l’idée de faire plusieurs scènes, puisque Mylène va se produire pour la première fois, bien sûr sur une scène comme d’habitude au fond de salle à Bercy, mais également avec plusieurs scènes centrales, c’est-à-dire qu’elle sera au cœur du public par moments dans le show. Et lorsque nous avons eu cette idée, forcément, la sécurité a fait qu’on a perdu environ 3 500 places par rapport à la jauge totale de Bercy, et donc au lieu de 17 000 places habituelles, qui est la capacité totale de la salle de Bercy normalement, nous sommes à 13 500 places, quelque chose comme ça. Donc le vendredi treize, treize concerts, treize mille et quelques places… Je dirais que c’est un joli clin d’œil de la vie. 


Treize concerts, elle aurait pu en remplir beaucoup plus ? 


Beaucoup plus. Je pense que, malheureusement, on aurait pu en faire probablement entre vingt et vingt-cinq… Mylène, le show qu’elle va présenter fait qu’on avait besoin de beaucoup, beaucoup de répétitions, que c’est pas quelque chose qu’on peut répéter ailleurs puisqu’il est intransportable ce spectacle, donc il fallait qu’on soit sur place, et de fait on ne pouvait pas aller plus loin. 


Son dernier disque s’est un peu moins bien vendu que les précédents… 


Oui, alors ça… Pardon, je vous interromps mais… Ca, c’est un raccourci, en ce moment, que tout le monde se plaît à prendre, mais aujourd’hui, nous sommes très contents des chiffres de vente, nous venons de sortir le troisième single qui est rentré numéro sept au Top cette semaine, donc rentrer septième en troisième single c’est très bien. Nous sommes à plus de 500 000 albums, le marché du disque a perdu 40 % de ses ventes, donc si on reprend un petit peu toutes 


les sorties singles… 

 

Mais Johnny vient d’en vendre 800 000 par exemple… Mais de toute façon c’est pas grave de vendre moins, ça arrive, il y a des albums qui se vendent moins bien que d’autres… 


Ah non, non, mais tout va bien ! Tout va bien ! Pour nous tout va bien !
Non, non… 


2356681279_small_1Oui apparemment… 


Et je suis pas sûr que celui-ci se vendra moins bien que les autres parce qu’il est loin d’être terminé, il y a quatorze titres dedans, nous avons encore plusieurs singles, et tout va bien. Et je rappelle aussi que Mylène a fait le choix, lors de la sortie de cet album, de ne faire aucune promotion. 


Le mystère, toujours ? 


Le mystère sur le spectacle ? 


Sur le spectacle, sur elle… 


Sur elle, je crois qu’il y a eu cette émission que beaucoup de gens ont vue récemment… Elle l’a exprimé elle-même, donc je ne vais pas paraphraser ses propos… C’est pas un mystère, c’est pas un calcul, c’est, en tout cas, ce qu’elle ressent elle-même, c’est-à-dire de pas avoir envie de parler d’elle plus qu’elle ne le fait, premièrement, et deuxièmement sur le spectacle, c’est tout simplement par respect pour le public. C’est-à-dire je pense que ceux qui vont être là ce vendredi treize… C’est agréable d’arriver avec des yeux d’enfants, d’ouvrir les yeux et de voir quelque chose qu’on n’a pas déjà lu partout. « Alors elle va rentrer comme-ci, elle va faire comme ça, etc. » Donc il y a eu quelques petites fuites, mais c’est formidable quand on peut garder, non pas le secret pour le secret,mais le secret pour le plaisir. 


Ses fans, justement, ils lui donnent beaucoup, ils attendent beaucoup d’elle. Est-ce que, en retour, elle ne donne pas trop peu ? 


Ca, faut le demander aux fans, mais moi je pense qu’un artiste est là pour donner de l’émotion et du plaisir, et lorsque je les vois tous les soirs face à elle – dans les précédents spectacles en tout cas, puisque celui-ci va démarrer – j’ai pas l’impression qu’elle leur donne trop peu, j’ai l’impression qu’il y a beaucoup de bonheur dans les yeux des gens qui sont là, et que justement, pour
avoir cette qualité d’émotion, il faut que ce soit rare. 


Ca donne lieu à des comportements… Bon, qui ne sont pas majoritaires, mais à des comportements un peu excessifs, de fans qui attendent en bas de chez elle, quasiment ad vitam aeternam, qui sont en état de transe… C’est pas justement parce qu’on ne leur donne pas assez en temps normal, hors concerts ? 


Non, moi, je ne pense pas ça. Je pense que ça concerne beaucoup d’artistes, Mylène l’a dit elle-même dans l’interview qu’elle a faite, elle est pas la seule à avoir cela. C’est vrai que pour elle il y a un attachement très particulier, et peut-être par le fait aussi qu’on la voit peu puisque, comme vous le mentionnez on travaille ensemble depuis dix-sept ans, et c’est le quatrième spectacle que nous produisons, donc, en tout et pour tout en vingt ans de carrière, Mylène ne s’est produite « que » quatre fois sur scène. Les gens l’ont très peu vue en fait… 


Vous la connaissez donc parfaitement. Qu’est-ce qui fait, au bout de dix-sept ans, qu’est-ce que vous pouvez dire de sa force, de ce qui fait sa réussite ? 


Son intelligence, et sa qualité d’écoute, sa qualité d’émotion, sa qualité… Il y en a beaucoup, c’est un être très précieux et très rare. Je ne dis pas ça parce que je travaille avec elle, mais c’est une amie personnelle et très proche pour moi.

Elle disait dans « Sept à Huit » la semaine dernière sur TF1 qu’elle
« a toujours autant de colère en elle », ça veut dire quoi, ça ? 


Ca… Ca lui appartient. 


Elle a parfois de la colère contre son manager ? 


Non. Nous ne sommes pas dans ce genre de relation. 


Parce qu’elle dit de la colère, elle dit beaucoup de peur aussi, ça donne l’image de quelqu’un de fragile… 


Bien sûr. Mais je pense que d’abord tout artiste a une fragilité, ça c’est certain, et puis… Mylène est un être sensible, fragile, et fort à la fois, c’est son paradoxe.
Ce qu’on a pu voir encore une fois dans cet interview, et qu’elle a laissé transparaître d’elle-même. 


Elle a une place à part dans le showbiz, est-ce qu’elle a des amis, déjà, dans le showbiz ? 


Mylène, non, c’est quelqu’un qui ne sort pas, qui ne connaît pas en fait, les gens… Non pas par mépris ou par distance, mais c’est quelqu’un qui se protège beaucoup, et je dirais que, dans les moments où elle ne travaille pas, elle est plutôt à l’étranger, donc lorsqu’on se retrouve aux 


États-Unis, là elle connaît pas mal de gens, là elle rencontre des écrivains, des cinéastes, des acteurs, des actrices, des artistes chanteurs. Donc c’est plutôt à l’étranger, je dirai, que sa vie d’ouverture se passe. 


Elle a dit sur TF1 encore, dimanche dernier, que c’était sa dernière interview. Vous pensez que c’est vrai ? 


Je pense que c’est vrai, oui. 


Elle l’avait déjà dit il y a dix ans, chez Paul Amar… 


Oui, alors voilà, on peut se dire que… Voilà, tous les dix ans, peut-être que dans dix ans il y en aura une autre, j’en sais rien… Mais en tout cas… Il est évident qu’il y en aura pas un mois prochain, ça c’est certain, ou dans un an. 

RTL – 2006 

Publié dans | Pas de Commentaires »

Quelques annonces de concerts Mylène

Posté par francesca7 le 17 septembre 2011

 mylene farmer

C’est en décembre 2007 que commencent à circuler les premières rumeurs autour du 7ème album studio de Mylène. « Paris Match » annonce ce nouvel album pour le premier semestre 2008 et « Closer » précise que Thierry Suc commencerait à réserver des Zénith pour 2009. 

 

Comme avant chaque nouvelle sortie d’un album de Mylène, de nombreux titres circuleront, tous faux évidemment tout comme les multiples tracklist ou extraits proposés. On retiendra « Onirique » car ainsi fut transitoirement baptisé ce nouvel opus, par les fans et même certains médias. Rappelons que cette rumeur, bien que reprise par le net et la presse ne repose initialement que sur un simple commentaire laissé sur le site mylene.net par un visiteur.

On ne peut donc qu’émettre de fortes réserves quant à sa fiabilité. Rappelons par ailleurs que dans le passé, tous les titres d’albums annoncés de nombreux mois à l’avance se sont toujours révélés au final faux.

Cette rumeur aura au moins eu le mérite de stimuler la créativité de certains fans qui se sont amusés avec beaucoup de talent à concevoir les pochettes du prochain album de Mylène.

Publié dans Mylène 2007 - 2008 | Pas de Commentaires »

123456
 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...