• Accueil
  • > Recherche : thierry suc production

Résultats de votre recherche

Mylène photographiée par Christophe Mourthé

Posté par francesca7 le 13 mai 2016

        

En 2003, le photographe Christophe Mourthé a raconté dans la presse avoir eu une histoire d’amour avec Mylène au début de sa carrière. Ils se sont rencontrés en 1984, et ont collaboré ensemble quelques temps, avant la rupture affective et artistique en 1987.

 

 1

 

Textes de Christophe MOURTHÉ 

- Mylène Farmer 

Tout d’abord il y a eu Jean Marais, Line Renaud, l’équipe des Bronzés, Thierry Le Luron et Yves Mourousi. Puis Fellini, Zeffirelli, Dario Fo, Gassman, Strehler, les filles du Crazy Horse – J’avais 19 ans à peine. Il n’y a pas d’âge pour photographier des stars. Des vraies stars. Par la suite, il y a eu Arielle Dombasle pour Playboy, Jean-Marie Bigard en Penseur de Rodin, Renaud, les adieux de Sheila, Pétula Clark pour un Olympia, les Bee Gees à Paris, César ou Nougaro, Leslie Caron et Michèle Morgan, Zizi Jeanmaire et son truc en plumes, Amanda Lear et Marie Laforêt, Patricia Kaas, Hélène Ségara, Lio ou Patrick Juvet.

Qui d’autres encore ? Combien sont-ils ? 

Mais c’est surtout pour Mylène Farmer que je reçois encore des lettres de fans, 15 ans après. Une courte histoire qui allait marquer l’histoire d’un photographe et de son modèle. Cette collaboration tellement forte qu’on peut même qualifier de fusion me colle à la peau depuis toujours, depuis que nous nous étions rencontrés chez Bertrand Le Page. Nous étions intimidés, étonnés,distants. Bertrand prit les choses en main, et confirma le bien fondé de notre rencontre. Celui-ci avait un grand talent, c’était de découvrir des talents – Et de les faire fusionner. Avec Mylène, nous devions nous apprivoiser, mais nous savions déjà aussi que notre rencontre était une bonne rencontre. 

Notre première séance de photo eut lieu dans un fameux studio de la rue des Acacias à Paris. 

Tout le show business et tout le cinéma sont passés dans cette rue. La grande époque de Salut les Copains et tout ceux qui font rêver les fans. J’y ai moi même déshabillé Arielle Dombasle pour Playboy et réalisé la plupart de mes portraits de vedettes. 

Mylène dû se satisfaire d’une toute petite cabine de maquillage non chauffée et Denis Menendez travailla sur son teint de porcelaine. Elle m’apparut dans la lumière tel un ange. 

Malgré l’intense activité qui régnait dans le studio, elle fût douce, complice déjà, extravertie pour cette fois, et avait compris que nous ferions vraiment un bout de chemin important ensemble. Elle vit ma façon d’éclairer une femme et elle comprit qu’en m’ayant choisi, elle avait trouvé en moi le parfait complément à son univers. Nous nous sommes revus beaucoup, avons partagé des instants de tous les jours, appris à nous connaître. Manger une glace ou des bonbons, aller au zoo ensemble, faire les magasins, c’était simple mais c’était important. 

Nous sommes des artistes à l’âme fragile avec un univers si singulier à fleur de peau. 

Je lui fis connaître mon monde et elle me fit comprendre le sien. Nous nous comprenions si bien que l’osmose était parfaite. 

Mon travail d’images plaisait à Mylène. Pour notre bien à tous deux. Mylène a pu s’abandonner totalement au regard d’un objectif qui ne la mitraillait pas, qui la considérait en douceur. 

Involontairement, j’ai apposé quant à moi sur ma muse une griffe, une patte, et surtout une couleur, celle de cette fameuse chevelure qui fit sa marque de fabrique. 

Quand j’ai connu Mylène, elle venait d’obtenir un succès populaire avec la chanson « Libertine ». les cheveux était d’une couleur rousse mais assez mal définie. 

Trois ans auparavant, c’est le maquilleur et coiffeur de génie Denis Menendez, mon ami, qui avait créé pour moi une couleur de cheveux inhabituelle. 

J’avais réalisé en 1984, pour ma série, les fameux « Casanovas » une image de ma soeur Virginie dans un château très connu de la région de Blois. Cette image présentée avait séduit Mylène, comme toutes les autres photos de la série. C’est ce travail photographique qui a déclenché chez elle le désir de travailler avec moi. La couleur de la perruque que portait virginie est – car personne ne le sait à ce jour – abricot. Comme le rouge que l’on trouve sur un abricot un peu mur. Sur les indications de Denis, les ateliers Poulain, célèbres perruquiers de théâtre des années 80, ont réalisé cette couleur insensée. 

vernissage1

Nous étions au printemps de l’année 1987.

Personne n’a décidé cela en particulier ou tout le monde indirectement. 

En tous les cas, Mylène avait toujours une reproduction de la photographie de Virginie sur une étagère bien en évidence pour mémoire. Elle y réfléchissait sans doute. 

C’est donc tout d’abord un simple de coiffeur de la rue Jean Mermoz à Paris qui a reproduit cette teinture sur les indications de Mylène, photo en main. 

Aujourd’hui, il est aisé de comprendre l’importance de cette période pour l’image de Mylène. Seul Michel Polnareff en France avait compris avant elle l’importance du look pour un artiste et de nos jours, une simple paire de lunettes blanches est synonyme de Polnareff. La couleur abricot sera toujours associée au mythe Farmer. 

Je n’avais pas encore à l’époque de statut de photographe. Seul le N et B fige à jamais sur du papier un Cocteau, une Marilyn, une Piaf, un Zorro ou un Steve McQueen  et renvoie cette personne au rang de Star immortelle. 

Elle permet à son auteur de rentrer dans la cour des grands tel un Newton ou un Doisneau.

Elle était ma star et je me devais de l’immortaliser comme telle. Je désirais lui prouver que j’étais le meilleur pour elle, pour nous.

Il s’agissait de mes premières grandes photos en N et B.

Je connaissais le travail d’Alekan, le meilleur directeur photo des grandes années du cinéma,les films d’Hitchcock ou ceux d’Eric Von Stroheim. Que seraient aujourd’hui une Grâce Kelly, un Harry Baur ou un Gabin sans ses talents inouïs? Je pris aussi exemple sur Harcourt, le studio de photos des Stars mythiques. J’y ai ajouté une touche personnelle à base de réflexion de miroirs et je tenais le cadeau parfait pour ma muse. J’étais heureux. 

Elle est devenue une Star de l’image. J’en suis très fier. 

Le noir et blanc figeait ainsi Mylène à jamais.

Je l’ai ressenti si fort en faisant ces images qu’aujourd’hui elles restent uniques et pour longtemps encore.

Le regard et toute cette sensualité qui s’en dégagent sont incroyables. 

Peu de fois, Mylène a tant donné dans une photo, invitation au rêve, au désir, instants magiques d’une intimité partagée qu’elle ne donnera plus que dans ses chansons. 

Mylène reste gravée en moi. 

Elle m’écrivit un jour cette dédicace intime mais tellement vraie: « tu es un petit diable qui me prends mon âme. Etre photographiée par toi est un plaisir et un honneur. » 

La vie nous a éloigné, Mylène et moi, mais cela devait être ainsi.

L’histoire est close.

 Mylène

Les casanovas 

Les casanovas, c’est tout d’abord une rencontre. Celle d’un photographe et d’un maquilleur en quête de création.

Tout deux à la recherche d’émotions vraies et de magie. 

Au début des années 80, je me fixe entre Paris et Venise et rencontre Denis Menendez, génie authentique du maquillage et de la coiffure. 

De notre complicité naîtront les fameux « Casanovas », personnages androgynes d’un 17/18ème siècle finissant, mis en scène dans des Palais vénitiens sous des lumières crépusculaires. Les « Casanovas » imposent alors un style novateur et audacieux. Une imagerie irréelle proche des plus grands peintres. 

Pour ma part, j’ai toujours été fasciné par l’ univers de splendeur décadente de cette période. 

Le théâtre italien que m’avait fait découvrir mon père Claude Mourthé, les fabuleuses rencontres en Italie avec Fellini et Zeffirelli, la lecture de Goldoni de façon plus studieuse, la commedia dell Arte, Arlequin, les masques, le mystère, puis la séduction cachée, l’ambiguïté de cette époque chez les protagonistes amoureux. 

J’en étais tellement passionné qu’il fallait que je réalise en photo un travail qui touche cette période de frivolité et d’aventures romanesques. 

J’avais en tête le Casanova de Fellini, la version particulière du Casanova de Comencini (la jeunesse de Casanova à Venise) et surtout le Barry Lindon de Stanley Kubrick, ce film merveilleux qui raconte l’ascension et la décadence d’un aventurier au travers de la société d’une fin 17/18 ème. 

Et puis Venise… 

Ca me semblait évident puisque tout à Venise évoque le théâtre, avec une espèce de grandiloquence pleine de références au passé. 

Cette ville est hors du temps et il y règne une atmosphère d’illusion comme dans les décors. 

Il semble qu’elle renvoie aux désirs de chacun, à de profonds fantasmes. Je l’ai aimé et je l’aime toujours. Elle est l’imaginaire de chacun. 

Nous avions 2O ans et nous étions dans un état de grâce pour réaliser ces images aujourd’hui reconnues mondialement. 

Depuis, nous en avons réalisé de nombreuses autres selon notre envie. 

Denis nous quitta en 1994 me laissant le soin de transmettre notre passion et de créer la suite de notre histoire.

Venise est un théâtre. La magie ne meurt jamais.

 

Dita 

Photographier Dita est toujours un vrai bonheur doublé d’un honneur. 

Elle me fait une confiance aveugle depuis presque dix années et me reste très fidèle malgré les nombreuses sollicitations du monde entier. 

Elle est l’incarnation de la Femme et du Fantasme dans toute sa beauté. 

Chaque image est magique et je la découvre un peu plus à chaque instant.

Elle est devenue une autre muse pour moi et succède aujourd’hui à la plupart de mes modèles avec une classe et une élégance inégalée.

 1995-07-d

Chaque photographie devient culte et notre travail est toujours d’une grande beauté et d’une sensualité inouïe. 

Merci Dita d’être une Femme pour moi. 

Christophe MOURTHÉ dans un article paru sur http://www.chezhiggins.com/crbst_204.html

 

Publié dans Mylène et L'ENTOURAGE | Pas de Commentaires »

L’exil américain de MYLENE FARMER

Posté par francesca7 le 12 septembre 2015

 

 

images (1)Une piscine inondée de soleil. Les cheveux relevés en chignon désordonné, Mylène s’y baigne nue. Elle s’est délestée du deux-pièces noir qu’elle portait en arrivant. Il fait trop chaud pour supporter une étoffe. Une caméra la filme, indiscrète. Après quelques mouvements de brasse, elle rejoint le bord de la piscine. Aveuglée par la lumière, elle plisse les yeux. On devine l’arrondi d’un sein lorsqu’elle attrape la serviette qu’une main lui tend – l’homme à la caméra, sans doute. 

Voilà plusieurs semaines qu’elle s’est exilée à Los Angeles, comme pour oublier Paris et fuir le plus loin possible l’échec de Giorgino. Elle y restera neuf mois, le temps d’accoucher d’un nouvel album. Et aussi de passer son permis de conduire – indispensable pour ne pas mourir d’ennui en Californie. Elle a choisi un hôtel réservé à une clientèle huppée, le Sunset Marquis, sur Alta Loma Road – fréquenté notamment par Steven Spielberg. Loué une villa à six cent cinquante euros la nuit avec garage, parc, Jacuzzi, salle de sport et, donc, piscine privée. Ici, aucun risque pour elle d’être dérangée : caméras de surveillance et vigiles veillent à la tranquillité des clients. Chaque jour, aux alentours de midi, un garçon en livrée apporte une bouteille de champagne dans sa chambre pour un brunch pétillant, qu’elle déguste avec Jeff Dahlgren, devenu un partenaire musical privilégié. Guitariste de talent et membre du groupe punk Wasted Youth, il a été invité par la chanteuse à habiller ses nouvelles chansons d’une couleur rock. 

Dans les premiers temps, en débarquant en Californie, au tout début de l’année 2005, Mylène a troqué sa chevelure rousse contre un blond platine qui la rend méconnaissable. Changer de tête pour exprimer ce qui est en train de bouger en elle. Quitter le costume désormais trop lourd à porter de cette rousse mélancolique pour devenir une autre.

Qui ? Elle ne le sait pas encore. Mais le soleil californien, si exotique pour cette enfant du Canada, lui apporte cette brûlure dont elle a besoin pour changer de peau. 

Désarçonnée par le passage à vide que traverse Laurent, elle a songé, un temps, voler de ses propres ailes. Anéanti par l’échec, il n’est plus là pour personne, se terre dans son appartement parisien. Alors elle a songé qu’il lui faudrait peut-être s’inventer un avenir sans lui. Avant de se raviser. Si elle souhaite prendre un virage musical, réaliser un album sans son mentor lui semble un projet insurmontable. Aux dires des musiciens qui ont travaillé à ses côtés, Boutonnat n’est pas seulement un compositeur inspiré capable de s’installer au piano et d’écrire une mélodie en quelques minutes : c’est aussi un véritable chef d’orchestre, fixant la partition de chaque instrument tout en supervisant l’harmonie d’ensemble. Comment Mylène pourrait-elle se passer de lui ? 

Aussi, lorsque Laurent prend enfin l’avion pour Los Angeles, au printemps, toute l’équipe est rassurée. Appelé à la rescousse, l’arrangeur Thierry Rogen débarque lui aussi, orientant Boutonnat et sa muse vers les studios Ocean Way, où enregistre notamment Michael Jackson. Pour autant, l’ambiance ne sera pas des plus décontractée : Boutonnat n’adresse guère la parole à Jeff Dahlgren, ce qui ne facilite pas l’avancée du travail. « Anamorphosée a été très difficile à faire, parce que Laurent était toujours dans l’état d’esprit de l’“après Giorgino”, et qu’il allait très mal », confiera Thierry Rogen. Peu à l’aise dans ce climat destructeur, le mixeur historique de la chanteuse finira par jeter l’éponge, remplacé  au pied levé par Bertrand Châtenet. 

Fuyant au maximum les tensions, Mylène s’isole dans sa villa pour écrire les paroles de ses chansons à partir des premières mélodies qu’elle écoute en boucle sur son baladeur. Au bord de la piscine, elle semble retrouver l’inspiration. Ces derniers temps, un livre ne la quitte pas. Un pavé de sept cent cinquante pages, sa Bible à elle : Le Livre tibétain de la vie et de la mort, de Sogyal Rinpoché. 

« Un vrai détonateur, dira-t-elle. En le lisant, j’étais émue jusqu’aux larmes, car auparavant la mort m’obsédait. L’idée qu’un être disparaisse me donnait un vertige qui m’attirait vers le bas. Je me dis aujourd’hui que la vie n’est pas vaine. Qu’il y a peut-être un passage. Un au-delà qui justifie notre combat. »       

1987-05-aUn chapitre retient particulièrement son attention, celui consacré à l’« impermanence ». « Les amis avec lesquels nous avons grandi, les lieux de notre enfance, les points de vue et opinions que nous défendions autrefois avec tant d’opiniâtreté : tout cela, nous l’avons laissé derrière nous », y écrit l’auteur. Une forme de sagesse libératrice pour Mylène qui, à cet instant précis, veut croire qu’elle peut renaître sous une autre forme. « Ce que nous considérons comme notre caractère fondamental, explique Rinpoché, n’est rien de plus qu’un “courant de pensée”. » La formule a de quoi intriguer Mylène : depuis l’enfance, elle éprouve un mal-être dont elle n’arrive pas à se dépouiller. Plusieurs chansons de l’album, notamment Vertige ou Comme j’ai mal, porteront la trace de cet espoir de changement, de voyage pour l’esprit et le corps. 

Dès le matin, elle se rend aux studios Ocean Way, où elle rejoint les musiciens et l’équipe technique. Laurent Boutonnat règne en maître absolu sur les tables de mixage, barbe fournie et pipe aux lèvres. Jeff Dahlgren, cheveux longs et rebelles, répète quelques accords. Au dernier moment, juste avant d’enregistrer, très concentrée, Mylène corrige les paroles avec un feutre noir, en lettres capitales. Pour la première fois, la chanteuse s’implique également dans les choix musicaux – elle signera même la partition d’un titre, Tomber 7 fois . 

« Le côté rock d’Anamorphosée, témoigne Thierry Rogen, c’est Mylène et Jeff Dahlgren qui l’ont amené et l’ont souhaité. Cette évolution nette a vraiment été le fait de la volonté de Mylène. Elle était très présente dans la production, ce qui n’était pas le cas auparavant. »

 

Si la chanteuse veut un son plus lourd, plus américain, laissant la part belle aux guitares électriques, ce n’est pas seulement pour laisser s’exprimer le talent de Jeff Dahlgren : c’est aussi pour se donner les moyens d’une renaissance artistique. Le miracle, d’ailleurs, c’est que cette atmosphère tendue va générer l’album le plus atypique de Mylène. Au fond, cet exil américain, qui se poursuivra par un séjour d’un mois à New York, permet à la chanteuse de prendre la distance nécessaire pour revenir en force. Le pari n’est pas gagné, mais elle va se battre pour s’imposer à nouveau, tournant la page de ses dix premières années de carrière afin de montrer un nouveau visage, sexy et lumineux. 

Histoire de faire table rase de son image de poupée torturée, Mylène décide de se passer de la caméra de Laurent Boutonnat. La sanction est sévère, mais l’avenir même du duo en dépend. Elle choisit Marcus Niespel, qui a notamment travaillé avec Janet Jackson ou Elton John, pour réaliser le clip de son retour : filmée en noir et blanc, cheveux aux vents, figure de proue d’une locomotive à vapeur des années 1920, elle est méconnaissable. Dans la vidéo comme dans le livret de l’album, on en oublierait même que Mylène est rousse… D’ailleurs, sur la pochette de l’album, elle a pris soin de ne pas exposer son visage : seul son corps apparaît, dans un ensemble noir des plus sexy. 

Par superstition sans doute, ignorant tout de la façon dont elle va être accueillie, elle brille par son absence lors de la sortie du premier single de l’album, XXL. Ce qui lui vaut d’être envoyée en première ligne, sur les plateaux de télévision, par sa maison de disques, qui s’inquiète du démarrage moyen de l’album, pour défendre le deuxième single, L’Instant X. Sortie peu avant Noël, cette chanson de circonstance permettra à la chanteuse de renouer avec le succès et de fixer les bases d’un retour sur scène, qui réamorcera l’amour du public. 

Invitée à s’exprimer, Mylène évoque alors son nouvel état d’esprit, afin que tout le monde puisse constater qu’elle n’est plus la même. « J’ai encore des moments noirs, des instants de dépression. Mais je suis désormais attirée vers le haut et la lumière. » La lumière : le maître mot pour qualifier son retour. Il inspirera une chanson résolument optimiste, Et tournoie…, où la chanteuse semble inviter l’autre à s’extraire des maux qui le rongent pour s’élever vers l’astre solaire : « Sous ton âme ta plainte amère / Panse-la, donne-le / Mets ton âme de lumière. » Là encore, on sent l’influence de Sogyal Rinpoché. 

« Je cesse de me concentrer sur moi-même et mes idées sombres », dit-elle encore. Le discours est bien rodé, d’une grande cohérence. Une opération marketing parfaitement orchestrée ? Pas seulement. Car si Mylène omet de préciser dans quel climat elle a préparé son retour depuis Los Angeles, elle répond toujours avec sincérité lorsqu’on l’interroge sur son attrait pour les États-Unis. Confie son besoin de « se régénérer », de « se ressourcer », son goût des immenses étendues qui ouvrent l’horizon : « J’aime bien cette notion d’espace, de grandeur. » Et puis, elle évoque le plaisir de l’anonymat retrouvé, dans un pays où elle n’est pas une star, ce qui permet un ancrage salutaire dans la réalité. « Ne pas être connue, c’est pour moi une grande liberté. Je peux vivre comme tout le monde. » 

1995-01-bUne chanson sera le symbole de cette renaissance par l’exil : California. Un morceau d’anthologie, un petit bijou musical tout en subtilité, où Mylène mêle avec bonheur références à Apollinaire et anglicismes. « Changer d’optique, prendre l’exit / Et m’envoyer en Amérique », fredonne-t-elle comme une invitation au voyage – dépaysement garanti. C’est là aussi qu’elle emploie le mot qui sert de titre à l’album : l’anamorphose, terme scientifique utilisé en optique, et auquel elle insuffle une seconde vie, poétique cette fois. « Ma perception de la vie s’est élargie », lâche-t-elle, coupant court à toute justification barbante. 

Son histoire d’amour avec les États-Unis est loin d’être terminée. L’horizon élargi que Mylène a découvert va nourrir son imaginaire scénique et accentuer son goût pour les spectacles grandioses. 

L’Amérique sera donc son point d’ancrage lorsqu’elle concevra la tournée de 1996. C’est à New York qu’elle sélectionne la troupe de danseurs, hormis Christophe Danchaud, chargé d’enseigner les chorégraphies. Elle se paye aussi le luxe de débaucher Donna de Lory, la choriste de Madonna. Le nouveau spectacle sera aussi lumineux que celui de 1989 était sombre : avec son écran géant, ses paillettes, ses costumes sexy en diable et ses chorégraphies léchées, il va imposer la nouvelle Mylène, seule chanteuse française à pouvoir rivaliser avec la démesure des stars américaines. C’est à partir de cette période que la presse, bluffée, commence à la surnommer la « french Madonna ». 

En 1999, afin de préparer le « Mylenium Tour », une tournée pharaonique qui s’arrêtera dans quarante-trois villes, Mylène repasse encore par les cases New York, pour le travail avec les danseurs, et Los Angeles, pour les répétitions avec les musiciens. Entre-temps, elle a appris à apprécier New York et se nourrir de cette énergie à la puissance dix qui galvanise les artistes. Une ville dont l’atmosphère lui semble beaucoup plus stimulante que celle de Los Angeles. Vêtue d’un débardeur et d’un pantalon blanc, on la voit se glisser, joyeuse et silencieuse, au centre des danseurs et observer le tableau en mouvement dans le miroir. 

« Plus loin plus haut / L’extase de l’immensité », chante Mylène dans Vertige, qui aborde le thème de l’impermanence cher à Sogyal Rinpoché. Si l’ouvrage du sage bouddhiste lui a ouvert l’esprit dans une direction qui semble, du moins provisoirement, apaiser son âme, le continent américain va durablement s’imposer comme une destination privilégiée. Loin de l’Hexagone, la star ira, chaque fois qu’elle en aura l’occasion, s’aérer la tête. Surtout, elle n’oubliera jamais que c’est là-bas qu’elle a repris en mains sa vie et sa carrière. Une décision qui a tout changé. 

Extrait du livre : MYLÈNE par Hugues ROYER aux Editions Flammarion 2008

Publié dans MYLENE par H.ROYER | Pas de Commentaires »

CHAPITRE 1er de MYLENE

Posté par francesca7 le 22 août 2015

1b« Pourquoi moi ? »

       Plus fort que Madonna. La presse n’en finit pas de commenter l’exploit. Les places pour la prochaine tournée se vendent comme des petits pains. Le 28 avril 2008, jour de l’ouverture des guichets, la totalité des 80 000 places du concert au Stade de France, qui aura lieu le 12 septembre 2009, soit plus d’un an après, s’arrachent en deux heures. Pour satisfaire les fans frustrés, une autre date est ajoutée. 

Cette fois, le show affiche complet en une heure et quinze minutes. Record battu ! Dès lors, Thierry Suc, tourneur et manager de Mylène, peut annoncer que la star se lancera dans une vaste tournée en France, en Belgique et en Suisse. Le 23 mai 2008, lorsque les billets sont disponibles, l’hystérie atteint son comble. 

En vingt-quatre heures, 100 000 places sont prises d’assaut. Quant au concert du 4 septembre 2009, à Genève, il affiche, à son tour, complet en un temps record. 

« Nous avons tous été très, très émus. Et Mylène en premier lieu, évidemment, commente alors Thierry Suc. Tous ces gens qui se sont déplacés, qui ont attendu, qui parfois n’ont pas eu de place. C’est la preuve d’un amour réel du public, d’une relation unique et inexplicable. » Au printemps 2008, c’est le manager de Mylène qui est chargé d’assurer la promotion de la tournée. C’est lui qui accorde les interviews à la presse régionale, tandis que la chanteuse, fidèle à elle-même, se tait. « Je pense que Mylène a duré parce qu’elle n’a jamais cherché à expliquer ou expliciter ce qu’elle fait. Elle livre les choses, c’est tout. Et son public les reçoit. Elle fédère l’amour des gens comme personne. En France, aujourd’hui, il y a Johnny et Mylène. »

 Thierry Suc n’a pas tort. En inscrivant son parcours dans la durée, alors que tant d’autres artistes ont sombré dans l’oubli, Mylène s’est forgé une légitimité. Elle est devenue un monument de la chanson. Aussi n’est-il pas étonnant que le grand public lui rende visite sur scène comme on honore un fleuron du patrimoine national. C’est la famille au grand complet, toutes générations confondues, qui va à un concert de Mylène, afin d’entendre ses tubes incontournables, Libertine, Sans contrefaçon ou Désenchantée. Pas sûr, en revanche, que la majorité des spectateurs connaissent par cœur les chansons du nouvel album, Point de suture. 

                                                     **

 

« Après vingt ans de chansons et de scène, je mesure le succès à l’envie du public qui n’a jamais cessé. Cela est essentiel à mes yeux3 », a récemment déclaré la chanteuse lors d’un entretien à Paris Match. Pourtant, Mylène le sait, le succès n’est jamais acquis. Redoutable position que d’être la première de sa catégorie, la chanteuse qui vend le plus d’albums dans l’Hexagone depuis deux décennies. 

À chaque fois, il lui faut remettre son titre en jeu. Voilà pourquoi il lui arrive de s’étonner, avec une humilité non feinte, fût-ce devant treize mille témoins, d’être toujours au sommet. 

Palais omnisports de Bercy, mardi 17 janvier 2006. Mylène donne le quatrième des treize concerts qui font l’événement en ce début d’année. Elle se tient debout au centre de la scène, au côté d’Yvan Cassar, qui l’accompagne au piano pendant la séquence des ballades. Le recueillement est à son comble. Soudain, au beau milieu de Rêver, elle s’interrompt pour confier quelques mots au public, murmurés d’une voix étranglée de petite fille. « Vous n’imaginez pas l’émotion que ça donne. Je n’arrive pas à dormir en ce moment, je me demande pendant des heures “pourquoi moi” ? » 

8

« Pourquoi moi ? » C’est toute la question, en effet. 

 
Comment expliquer que Mylène Farmer soit la seule rescapée, côté filles, des chanteuses
 ayant commencé leur carrière dans les années 1980 ? 

Et, surtout, par quel prodige a-t-elle réussi à relever ce défi qu’elle aurait, à l’âge de 
quatorze ans, lancé à ses camarades : « Je deviendrai quelqu’un » ? 

L’ambition, aussi démesurée soit-elle, n’explique pas tout, même lorsqu’elle est partagée 
avec un  Pygmalion génial. Il faut croire que, depuis ses débuts, un ange veille sur elle.
 Qu’il la préserve des erreurs qui, à maintes reprises, auraient pu lui être fatales. 

En 1984, Laurent Boutonnat et Jérôme Dahan envoient la maquette de Maman a tort à de
 nombreuses maisons de disques, mais se heurtent à un refus unanime. 

Ils auraient pu en rester là, choisir une autre interprète, ou même renoncer à la chanson – 
Boutonnat rêve surtout de cinéma –, mais non. Têtus, ils décident de réexpédier la même 
version en prétendant qu’il s’agit d’un « mix ». Un mensonge qui fait mouche : François Dacla,
 chez RCA,  mord à l’hameçon. Et Mylène enregistre son premier 45 tours. 
Un succès d’estime qu’elle a bien l’intention de réitérer. « On dit souvent qu’il est
 difficile de durer, moi je mise sur une carrière et je préfère y croire, je cherche 
la continuité. »

Pourtant, après l’échec cuisant de son deuxième single, On est tous des imbéciles, 
l’aventure aurait pu s’arrêter là. Mylène doit trouver une nouvelle maison de disques. 
Le métier lui accorde une seconde chance : Alain Lévy, chez Polydor, qui semble 
croire en son avenir, lui permet d’enregistrer son premier album.

 Tout pourrait sembler idyllique, sauf que le choix de Plus grandir comme single, 
imposé par le patron, risque une fois encore de faire capoter la jeune carrière 
de Mylène. Une grave erreur, selon Laurent Boutonnat et Bertrand Le Page, le manager 
de la chanteuse, qui misent beaucoup sur Libertine. 

« Nous sommes tous fiers de cette chanson, persuadés d’avoir le grand succès du disque, 
racontera Jean-Claude Dequéant, le compositeur. 

Le choix d’Alain Lévy a failli tout compromettre. Finalement, c’est le lancement de 
Libertine qui fera décoller l’album. C’est là que tout démarre vraiment, mais au bord du désastre. » 
Et encore, le succès de Libertine va en partie reposer sur le choc provoqué par le clip. 
Sans le soutien de ce petit chef-d’œuvre de raffinement pervers, qui surclasse toutes les 
productions de l’époque, peut-on imaginer que la chanson aurait connu un destin aussi 
prodigieux ?
 Le comble, c’est que ce court- métrage n’a pu être financé que grâce au soutien bénévole 
de Movie Box, une société de publicité où Laurent Boutonnat avait quelques amis. 
Toute l’équipe du clip, acteurs et techniciens, a accepté de participer à l’aventure
 sans la moindre rémunération.

Extrait du livre : MYLÈNE par Hugues ROYER aux Editions Flammarion 2008

Publié dans MYLENE par H.ROYER | Pas de Commentaires »

LAURENT BOUTONNAT À PROPOS DE « DÉSENCHANTÉE »

Posté par francesca7 le 29 octobre 2014

INTERVIEW INTÉGRALE DE 1998 : Journaliste(s) : Mathias Goudeau

 

18711672.jpg-cx_160_213_x-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxEn mai 1999 paraît aux éditions Jean-Claude Latès « Sur l’air du temps – 30 chansons qui ont changé la France », un ouvrage rédigé par Mathias Goudeau et Patrice Tourne. 
Le principe de ce livre est simple : 30 années, 30 faits de sociétés illustrés chacun par une chanson de l’année concernée pour une remise en perspective du contexte de chacune des époques abordées. Chaque chanson sélectionnée est commentée par un de ses créateurs, qu’il en soit l’interprète, l’auteur ou le compositeur.
 

La chanson sélectionnée par les auteurs pour illustrer l’année 1991 est « Désenchantée ». Le chapitre qui lui est consacré réserve quelques propos pour l’occasion de Laurent Boutonnat, dont les commentaires sur son travail musical sont rarissimes. 

Ce qui suit est un document exceptionnel : il s’agit de l’intégralité de l’entretien téléphonique donné par Laurent Boutonnat à Mathias Goudeau à l’occasion de ce livre, courant 1998. 
D’une durée de 20 minutes, il est entré en notre possession à la faveur des recherches d’archives lors de la création de ce site. Si cette retranscription est un travail personnel, tout le crédit va bien évidemment à l’auteur de l’entretien, Mathias Goudeau, qui signa par ailleurs quelques années plus tard un abécédaire consacré à Mylène Farmer.
 

En plus de dévoiler toutes les réflexions de Laurent Boutonnat au sujet de la chanson, du clip, de sa création ou de son unique version live d’alors, cet entretien nous éclaire également sur la difficile organisation d’une interview de Laurent Boutonnat (et encore plus de Mylène Farmer) ainsi que de son regard sur le phénomène dont il est à l’origine. 

L’enregistrement commence alors que la conversation téléphonique semble avoir commencé depuis quelques instants…

 

Mathias Goudeau : Merci beaucoup d’avoir répondu grâce à l’intermédiaire de votre frère. J’avais essayé de vous contacter par Sony mais je sais pas s’ils vous l’avaient transmis…
Laurent Boutonnat :
 Pas du tout !

Non ? Ha bon, d’accord… Bon !
-Ha, les maisons de disque c’est très compliqué !

On vous a expliqué en deux mots de quoi il s’agissait ? Vous avez reçu mon fax ?
-Oui, j’ai reçu votre fax. La seule chose, c’est que bien sûr je fais partie de cette chanson mais c’est Mylène Farmer qui en est l’auteur du texte, donc je pense qu’elle serait plus apte à vous parler de son texte…

Je vous cache pas que j’ai essayé de la joindre par les maisons de disque mais vous voyez…
-Ha oui, ça, ça doit être très compliqué, en effet. Et en plus elle est pas là, elle est aux Etats-Unis !

Ha, elle est aux Etats-Unis ?
-Enfin…le téléphone marche, hein !

Tout à fait ! C’est ce qu’on a dit à chaque fois, mais même par Thierry Suc ça a été un peu difficile…
-Vous l’avez eu, Thierry Suc ?

images (5)Oui ! Enfin, j’ai toujours eu une secrétaire à lui, jamais lui directement et vraiment ça fait au moins six mois que je rame pour ça et je me demande même si elle l’a eue, l’info. Donc, je sais pas, même par e-mail…Nous on veut bien faire ça par e-mail mais c’est un peu difficile, quoi ! Donc oui, c’est pas vous qui avez écrit le texte ?
-Non. Moi je suis auteur de la musique, de la production, de l’arrangement, du clip, de plein de choses mais pas du texte !

D’accord. Alors, comment ça s’est passé par rapport à cette chanson particulière, comment vous l’avez découverte en fait ? C’est elle, Mylène Farmer, qui un jour vous a apporté le texte ?
-Non, parce que avec Mylène, la plupart du temps, ça commence par la musique et ensuite elle travaille un texte sur la musique et la mélodie. Donc ça commence toujours par la musique. 

Donc, là c’est vous qui avez initié un peu la chanson ?
-La musique, oui. 

Elle vous a dit ‘Moi je vais écrire quelque chose sur ce thème-là’, à peu près… ?
-Non. Je crois que les choses, c’est rare que ça se passe comme ça –enfin, entre Mylène et moi ! C’est plus un travail d’abord musical et après la musique lui évoque des choses et souvent des bribes de phrase, quelques fois un mot sur le refrain. C’est souvent comme ça que ça se passe : ça part de la musique et il n’y a pas vraiment de thème. Elle a sûrement des idées, des choses de côté dans ses cahiers mais je crois que l’explication de la naissance d’une chanson est toujours difficile. 

Vous vous rappelez un peu des circonstances de celle-là ou pas ?
-Ca remonte à très longtemps, quand même ! Il y a moins six ans, sept ans…

1991 ! Enfin, elle sort en 1991 donc elle a peut-être été…
-Oui, c’est ça, ça a été fait à la fin 1990.

Vous travailliez où ? À Paris ?
-Oui, oui ! On était à Paris à ce moment-là. Je travaillais comme d’habitude, c’est-à-dire chez moi, au piano à la base et puis souvent avec Mylène comme ça, ça commence au piano ou au clavier. J’essaie de me rappeler, hein ! C’est très compliqué ! Je me rappelle lui avoir joué au piano les bases, et surtout le refrain et à partir de là il y a le moment où on se dit ‘Tiens, il y a un truc, une excitation’, je sais pas ! Après, je suis allé enregistrer toutes les bases en studio et je crois qu’à partir de là elle a écrit un texte mais le texte a, je crois, commencé par le refrain, comme la plupart des chansons. 

C’est-à-dire ‘Tout est chaos, à côté…’
-Voilà, ‘tous mes idéaux, des mots abimés’. Je m’en rappelle un peu ! (rires)

Vous savez chez elle d’où vient cette idée d’avoir ce thème-là ?
-Ca, je crois que c’est vraiment des questions à lui poser. En tout cas, moi ce que je peux dire par rapport à ce thème, c’est que -bon, ça n’est qu’une chanson, hein !- mais ça me paraît être un peu l’idée du chaos et du désenchantement et ça me paraît être toujours le cas aujourd’hui dans notre société –notre société occidentale en particulier et parmi les gens jeunes. Je sais pas quoi vous dire là-dessus ! On peut partir sur un débat sur la jeunesse, le suicide des jeunes, plein de choses ! (rires)

Disons qu’entre vous sur la création de cette chanson, c’était conscient que c’était ça par rapport à cette jeunesse à ce moment-là. C’est pas tombé innocemment…
-Non, c’est pas tombé innocemment mais ‘à ce moment-là’, je sais pas. C’est-à-dire que je ne crois pas qu’on se dise ‘Ha la jeunesse est comme ça, on va écrire un truc là-dessus’. Non, ce sont des choses ressenties profondément même si on fait un métier artistique, qu’on vit un peu à part ou un petit peu coupé du monde, en tout cas dans la vie de tous les jours –enfin, pas coupé du monde mais c’est vrai que Mylène est quelqu’un qui malheureusement ne peut pas sortir, enfin c’est compliqué, quoi ! Mais en tout cas, la perception des choses et du monde n’est pas déconnectée de la réalité. Enfin, j’espère ! Sinon c’est le début de la fin !(rires)

Justement, c’est exactement ce qui nous intéresse dans une chanson comme celle-là ! Et puis on imaginait qu’elle arrivait début 1991 alors que les idéaux, même si on remonte aux années 70, n’étaient plus là. Il y avait de ça quand même, non ?
-Oui, enfin c’est presque banal de parler de ça parce qu’on est vraiment à un moment, alors c’est la fin du siècle peut-être, mais c’est quand même assez dramatique ce qui se passe là, justement, par rapport à la paix, par rapport à l’envie, aux idéaux…On peut employer tous les mots qu’on veut ! Et ça n’ira qu’en s’empirant, j’ai l’impression !

C’est votre sentiment ?
-Non, mais je sais pas ! Mais c’est très inquiétant –en tout cas en France, c’est très inquiétant mais alentour ça a pas l’air mieux ! Mais ici c’est très inquiétant et très affligeant.

Alors, on va dépasser la création de la chanson. Quelques petits mots : après l’enregistrement, comment ça s’est passé ? Vous aviez la musique, les arrangements, il y a eu des choses particulières sur cette chanson-là ?
-Hé bien curieusement elle a été extrêmement dure, mais ça c’est des petits détails qu’il n’y a même pas à raconter ! Elle a été extrêmement dure à finaliser, ce qui arrivait souvent d’ailleurs avec Mylène sur des chansons qui ont finalement été des chansons qui ont été fortes ou qui ont marché. C’est-à-dire que ça a été assez douloureux ! Alors après on l’écoute, on se dit ‘Ha, mais c’est fort !’‘Ca va marcher !’ etc. Ca a été extrêmement dur parce que j’ai refait, je l’ai produite, j’ai changé la tonalité, je suis revenu à la première tonalité et puis comme la tessiture de Mylène était plus basse sur cette chanson, sa voix était bizarre, je reconnaissais plus sa voix donc on l’a recommencée. Enfin, ça a été très bizarre, quoi ! Très, très douloureux dans le travail, c’était très compliqué pour au final revenir à ce qu’on avait fait au début. Ca arrive souvent ! Voilà. Sinon, y a rien eu de très particulier !

Au final, vous en êtes content, du résultat ?
-Oui, je suis assez content. C’est-à-dire que aujourd’hui, en écoutant le son de cette chanson je ne la produirais ni ne la mixerais pas comme ça aujourd’hui !

Pourquoi ? Le son a changé aujourd’hui ?
-Non, mais moi dans ma perception, dans le travail c’est vrai qu’il y a des choses…Enfin, on bouge, on change ! C’est plus dans le son, les matières de son, voilà. 

Mais sur le moment, vous êtes satisfait ou ça reste une chanson qui est un peu bancale pour vous ?
-Non, non ! Je pense pas qu’elle soit bancale ! (rires) Elle a été compliquée en studio mais c’est difficilement explicable parce que c’est pas rationnel à des gens de l’extérieur de raconter ça. Il faudrait vraiment assister à tout ça –et même en assistant, je crois pas que… C’est comme sur un tournage : quelquefois, il se passe des trucs dingues et vu de l’extérieur c’est ridicule ! ‘Mais pourquoi ils mettent trois heures à faire un truc de trente secondes ?’, vous voyez ?! C’est pas très explicable mais ça c’est pas fait simplement, quoi !

 

images (5)

Et puis elle sort, en même temps elle est choisie comme single…
-Oui, ça a été le premier single de l’album.

Pourquoi ?
-Ben…je sais pas ! Parce que…

C’est vous qui l’avez décidé en partie ?
-Ha oui, oui on l’a décidé, oui. Parce qu’il y avait, en l’écoutant comme ça, quelque chose qui était fort, quoi, dans la musique, probablement dans le texte. Voilà. 

Vous avez pensé que vous vous adressiez à une jeunesse, donc sortir ce single ça pouvait être important ?
-C’est difficile de l’envisager comme ça. On peut pas se dire ça ! Evidemment, quand ça se passe c’est magique ! Vous savez, souvent moi je parlais avec des journalistes et quand ils parlent de Mylène, ils disent ‘Ha, formidable ! Le travail, tout est réfléchi, le marketing, les clips : tout ça, c’est vachement pensé, c’est remarquable’. Mais pas du tout ! Moi je réponds –et c’est un peu pour répondre à votre question- ce n’est pas possible de travailler comme ça ! Ca n’existe pas ! Bien sûr que non, c’est pas pensé, calculé, organisé, fabriqué : les choses se font et se sont toujours faites avec Mylène –que ce soit les clips etc.- sur l’instant, à l’instinct et sans se soucier ni se dire ‘Tiens, on va toucher telle cible, on va parler de telle chose’

D’ailleurs c’est ce qui a fait le choix de cette chanson pour nous, c’est une chanson qui est, j’allais dire, socialement forte, qui tombe à un bon moment. Je parlais pas de marketing, hein ! C’est une chanson qui sort des tripes, quoi…
-C’est vrai qu’à cette époque ça a été assez incroyable, ça a été énorme. Enorme

Vous avez été surpris de ça, du succès qu’elle a ? Ou vous aviez senti artistiquement… ?
-Oui, on sent. C’est vrai qu’on sent quand il y a quelque chose de fort. Maintenant, après on ne sait jamais comment ça se passe ! Mais on sent quand il y a quelque chose de fort, on le voit quand les gens l’écoutent et puis soi-même : quand on a plaisir à l’écouter, à la réécouter, à l’écouter cent fois, même, après avoir travaillé dessus pendant des semaines !

Ce que vous avez fait ?
-Ha oui, oui ! Moi, quand une chanson me plait j’aime bien l’écouter, la réécouter et je m’en lasse pas ! Ca, c’est assez curieux !

C’est une des chansons qui vous restent de Mylène Farmer, dans le sens où si on vous en demande trois, quatre, elle fait partie de celles-là ou pas forcément ?
-Ha oui ! Oui, oui.

Le clip, il est venu comment ce clip ? Puisque là vous pouvez m’en parler, vous êtes le créateur !
-Oui ! (rires) Ha, je me rappelle plus ! Je ne sais plus…

Moi je l’ai très bien en tête, ce clip, avec ces enfants etc. 
-Oui. On reste dans le même sujet, quoi, un peu imagé. Je sais pas quoi vous dire là-dessus, comment c’est venu exactement mais je sais que ces images-là sont venues très vite au moment où il y a eu la décision de faire le clip, ce qui se passe toujours très vite parce qu’on est toujours en retard, qu’il faut aller vite etc. et puis cette idée d’univers carcéral, comme ça, un peu intemporel, c’est venu très vite, quoi. 

Est-ce que vous avez pas un peu aggravé le ton de la chanson, qui était déjà très dur, et vous vous y mettez par l’image un univers, j’allais dire, d’esclavage carrément ?!
-(dubitatif) Oui, sûrement, oui. (il éclate de rire)

Parce que là, c’est vous qui êtes l’auteur du clip, c’est vous qui décidez !
-Oui, enfin on travaille en collaboration mais c’est vrai que souvent ça a toujours été intéressant dans le travail avec Mylène, parce que c’est vrai qu’il y a eu quelques clips –dont« Désenchantée »- qui ont été assez violents, c’était compliqué par rapport à la censure ou même par rapport au public quelques fois mais ce qui est amusant, c’est que ces clips passaient à des heures où tout le monde regarde parce que d’un côté il y avait une image quelques fois très violente, et d’un autre côté il y avait une chanson pop, comme ça, qui se promenait dans les charts etc. Donc c’est assez amusant ! Enfin, je fais pas ça pour m’amuser mais…

Le décalage vous intéresse…
-Oui, j’ai toujours trouvé ça amusant. Je sais que la plupart des clips d’avant de Mylène, je suis pas sûr qu’ils passent. Ils passent aujourd’hui parce qu’ils font partie des clips qu’on a vus, qu’on connait etc. Mais si aujourd’hui on refaisait la même chose, je pense que la censure serait beaucoup plus dure aujourd’hui, quoi. C’est incroyable !

Vous pensez ?
-Ha ben, je le vois, même ! Je le vis ! (rires) Des chaînes comme la 6, c’est incroyable ! On arrive à un truc, ça s’américanise beaucoup dans tout. Il y a une uniformisation mais il y a surtout une peur de sortir d’un type d’images. Je trouve que les images aujourd’hui ne transmettent plus rien, la plupart des vidéos ne transmettent plus rien, même pas d’émotions visuelles. 

Elles n’ont même pas un plus par rapport à la chanson, c’est ce que vous voulez dire…
-Non, c’est de l’image pour l’image, de la forme pure et c’est dommage. 

Un prétexte pour passer de la musique à la télé, quoi…
-Oui. Ha oui c’est ça. À moindre coût pour faire ça en une journée, deux jours parce que ça coûte cher. Mais peu importe les coûts, d’ailleurs parce qu’on arrive à faire des choses avec rien. Il y a plus d’images. Moi je suis frappé quand je regarde la 6 ou MCM le matin, comme ça, tout est pareil ! C’est assez incroyable…

475900.jpg-rx_640_256-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx 

Une dernière chose pour revenir à ce qui nous intéresse, donc l’implication de la chanson par rapport à ce qui se passait dans la société. C’est vrai que la plupart des chansons de Mylène Farmer n’ont jamais été impliquées, je dirais que c’est presque une des plus impliquées socialement. Vous en pensez quoi ?
-Par rapport à ses autres chansons, vous voulez dire ? Moi je crois pas. Que ça touche quelque chose de social, après c’est autre chose. Je pense que dans le travail de Mylène, ce qui a été fait a toujours été lié à l’enfance. Peut-être pas à des choses précises de société, balisées, qu’on reconnait, mais souvent liées à l’enfance, au fantasme, à la terreur, à la sexualité, à ces choses qui font partie de la vie plus que de la société. 

En même temps, il y a ‘je fais partie d’une génération désenchantée’ : c’est peut-être plus direct que « Libertine » ou des choses comme ça qui sont effectivement des fantasmes, plus des rêves…
-« Libertine », oui, on est dans d’autres choses ! Absolument. Mais ce qui était amusant sur « Désenchantée », avec le temps par exemple sur la dernière tournée de Mylène (le Tour 96, nda) donc c’était cinq ans ou six ans après « Désenchantée » et qu’elle l’a chantée en concert, moi je me souviens d’avoir pris conscience comme ça justement de ça : j’étais dans la salle à Bercy à la console son, donc au milieu de la salle, et tout à coup arrive « Désenchantée », donc hurlements et tous les gens chantaient du début à la fin ! Et tout à coup, j’ai pris conscience des paroles –que je connaissais ! Mais je voyais tous ces gens en regardant autour, il y avait plein de jeunes mais il y avait aussi des gens plus âgés qui étaient là, en train de sauter en l’air, de frapper dans les mains en chantant ce texte : « Tout est chaos, à côté… ». C’était assez incroyable, ça ! C’est vrai que, tout à coup, quand on fait attention aux mots c’est assez étrange ! C’est très marrant ! Et c’est ça que je vous expliquais un peu tout à l’heure entre l’image ou les mots un peu durs ou un peu violents et le côté chanson populaire qui fait que les gens dansent ou chantent mais en prononçant des mots quand même qu’ils ne diraient pas dans la vie ou bien sauf s’ils étaient en train de manifester, peut-être je ne sais pas !

Vous pensez qu’ils chantaient ça comme un air de variétés plus qu’ils ressentaient…
-Oui. Je sais pas si en général, quand on chante une chanson on a vraiment conscience de ce qu’on chante, souvent. C’est comme les tubes américains : la plupart des gens connaissent pas le sens des mots et les retiennent phonétiquement !

Ca vous a surpris dans quel sens ? En vous disant ‘Je suis déçu parce qu’ils comprennent pas ce que ça veut dire’ ?
-Ha non, non pas du tout ! Vous savez, quelquefois vous devenez spectateur de quelque chose : là, j’étais dans le spectacle et puis tout à coup, je voyais tous ces bras se lever, les gens sauter et chanter à tue-tête et donc j’étais plus dans le spectacle et j’ai regardé autour de moi, j’entendais tous ces mots et tous ces gens heureux en train de chanter, crier, taper dans les mains en rythme…

Alors que c’était des mots durs !
-Oui ! C’était assez marrant, ça. Une drôle d’impression…

C’est une chanson qui est demandée en concert ?
-C’est pas qu’elle est demandée, mais quand elle arrive dans le concert à peu près aux trois quarts, c’est le moment où ça explose vraiment ! Dans toutes les salles et dans n’importe quelle ville de France, c’était incroyable ! Incroyable ! C’est vraiment un des plus gros hits de Mylène, d’ailleurs.

Vous vous souvenez du nombre de ventes qu’a fait le single ou pas ?
-Le single à l’époque a fait 650.000, je crois. Mais comme l’album est sorti en même temps, la plupart des gens se sont reportés sur l’album et je crois que ce single a drainé 700.000 albums en deux mois. C’était énorme !

Merci beaucoup de tout ça !
-Mais je vous en prie !

téléchargement (1)Je vous pose la question : vous, vous avez un contact auprès de Mylène pour lui écrire… ?
-Oh oui, ça, j’ai des contacts ! (rires)

Ca, je m’en doute ! (rires) Mais où je pourrais lui écrire d’une manière sans avoir des choses trop personnelles ou il faut absolument que je passe par Thierry Suc ?
-Non, ce que vous pouvez faire…

(fin brutale de l’enregistrement) 

 

Publié dans Les Chansons de Mylène | Pas de Commentaires »

CONFÉRENCE DE PRESSE POUR MYLENE

Posté par francesca7 le 9 octobre 2014

 

16 DÉCEMBRE 2004

2004-01-aSi Mylène Farmer a déjà fait des rencontres avec la presse, c’est la première fois qu’elle se prête au jeu de la conférence de presse organisée de façon solennelle. Cette première dans sa carrière prend place au Salon France Amériques, non loin des Champs Elysées, à Paris. La chanteuse, alors totalement absente des médias depuis plus de deux ans, vient y annoncer officiellement son retour sur scène et son prochain album.

Une petite cinquantaine de journalistes est présente. Ils représentent l’ensemble des médias (presse, radio, tv) français, belges et suisses.

Dans le grand salon où se tient la rencontre, éclairé d’une multitude de bougies, prend place une imposante table rectangulaire noire très design avec deux pieds triangulaires posée sur une petite estrade et en fond, un immense triptyque au même motif que celui qui illustrera l’enveloppe promotionnelle du single « Fuck Them All » quelques mois plus tard.

Avec un quart d’heure de retard sur l’horaire annoncé (18h30), Thierry Suc, manager et producteur des spectacles de Mylène Farmer, pénètre dans la pièce et prend la parole face aux journalistes.

Thierry Suc : (…) Le 8 mars 2000, il y a bientôt cinq ans, Mylène Farmer donnait le dernier concert de sa tournée « Mylenium Tour », à Saint-Pétersbourg, en Russie, devant quinze mille spectateurs, et cette tournée, qui a fait à peu près quarante-trois villes, a réuni environ quatre cent mille personnes. Depuis, il n’y a pas eu d’autres concerts. Et je suis là pour vous annoncer qu’elle reviendra sur scène le vendredi 13 janvier 2006 pour treize concerts à Bercy uniquement. Les spectacles précédents, Mylène a toujours souhaité présenter le même spectacle à Paris et en province par respect pour son public, bien évidemment. Là, nous allons concevoir un spectacle qui sera intransportable : l’infrastructure technique ne permettra pas d’aller en province donc ce sera un spectacle unique -j’espère dans tous les sens du terme- et intransportable, comme je vous l’ai déjà dit. On a travaillé depuis quelques temps sur l’organisation de packages de facilités , on va dire, pour les gens de province qui vont venir-je crois qu’il y a pas mal de personnes de province qui sont là.

Donc de toutes les grandes villes de province, il y aura une possibilité d’avoir des tarifs préférentiels avec Air France, on a réservé pas mal de chambres d’hôtel avec des tarifs aussi négociés, et les vendredis et samedis, il y aura une possibilité accrue de disponibilité de places pour les gens de province, de Belgique et de Suisse. Il y aura également des bus qui vont être organisés par les autocaristes pour toutes les villes qui ne sont pas trop loin de Paris qui permettront aux gens de venir et de pouvoir rentrer après sans rester dormir à l’hôtel. Qu’est-ce que je peux vous dire d’autre ? Voilà… Pour vous présenter le schéma de cette production : vendredi 13 janvier 2006, treize concerts. Et je pense que maintenant, on va accueillir Mylène Farmer et Laurent Boutonnat pour parler avec de ce spectacle.

Une porte s’ouvre sur la droite de la scène. Le duo fait son entrée dans un silence étonnant. Pas un bruit, pas un applaudissement. Mylène s’installe au centre, son manager est à sa droite et Laurent à sa gauche. La chanteuse porte des cuissardes noires laissant dépasser des bas blancs, une minijupe blanche, une veste écrue avec des fleurs bleues brodées et un bustier blanc. Elle arbore son éternel chignon roux. Sourire aux lèvres, Mylène est radieuse, mais visiblement intimidée. Laurent, lui, mâchouille un chewing-gum. C’est la première fois qu’il fait face aux journalistes depuis dix ans ! Habillé en noir des pieds à la tête, il a toujours les cheveux en bataille.

Tout le monde est installé ; la première question arrive timidement. Suivant la tradition, les journalistes se lèvent, prennent le micro qui circule à travers la salle et se présentent avant de poser leur question (quelques journalistes cependant omettent de se présenter !)

Yves (« La dernière heure », quotidien belge) : On a déjà annoncé que c’était votre concert d’adieu…

Mylène Farmer : Vous m’annoncez quelque chose que j’ignore. Ce n’est pas mon concert d’adieu. Non, non, je souhaite faire ce métier le plus longtemps possible !

Michel Troadec (« Ouest France ») : Juste une question facile : c’est la symbolique des treize concerts un vendredi 13. Comment est venue l’idée ?

MF : Ecoutez, c’est vraiment un pur hasard. J’avoue qu’on s’amuse de cette idée en tout cas ! (rires) C’est un pur hasard.

TS : Vous savez – juste pour la petite histoire – c’est un vrai hasard parce que Bercy est peu disponible en fait pour les spectacles -c’est une salle de sport avant tou t- et lorsqu’on a téléphoné pour dire qu’on préparait ce spectacle, il y avait une possibilité à partir du vendredi 13 janvier, et il y avait treize soirées de disponibles. Et je peux vous dire que si vous additionnez vendredi 13 janvier, si vous faites 13 janvier 2006 (13 + 01 + 2006, nda), ça fait treize !

MT : Pour continuer, si c’est un spectacle intransportable, ça veut dire que vous avez prévu des choses un peu particulières, en tout cas des choses assez énormes. Est-ce qu’on peut en savoir déjà ?

MF : Vous savez, ça fait pour l’instant à peu près six mois qu’on travaille sur le spectacle, avec quelques idées. Vous dire que ce sera magique, je l’espère ; que ce sera émouvant, je le souhaite. Ma foi, après, il faut continuer pour nous de travailler tous les trois ! (rires) Si monsieur Boutonnat veut ajouter quelque chose…

Laurent Boutonnat : Par rapport au fait que ce soit intransportable, l’idée en fait, c’est d’utiliser toute la salle de Bercy, qui est une salle assez incroyable, de pouvoir l’utiliser complètement. C’est-à-dire de se dire que, tout d’un coup, on n’a pas besoin de restreindre la scène, etc. On peut tout faire ! Avoir plusieurs scènes, maquiller toute la salle, mettre du son partout, mettre des caissons de basse sous tous les gradins. Par exemple, au niveau du son, essayer de mettre du son de façon à ce que tous les gens, où qu’ils soient dans la salle, aient la même direction sonore, c’est-à-dire qu’il n’y ait pas de direction sonore face à une scène.

Donc on essaie plein de choses, on va essayer plein de choses pour ça. Voilà. Plus des tas d’éléments qui font que ce spectacle ne peut pas être transporté.

Daniel Beaucourt (« Télépoche ») : Je voulais vous demander : la stratégie du silence, enfin ce qu’on a qualifié de stratégie du silence, vous a plutôt réussi ces dernières années. Pourquoi vous la brisez aujourd’hui puisque la conférence de presse, c’est pas un exercice auquel vous êtes rompue, je crois, en tout cas pas en France…

MF : Non. Et je suis très intimidée ! (sourire)

DB : Pourquoi vous avez décidé de vous adresser aux médias, cette fois-ci ?

MF : Ecoutez, je l’ai fait vraiment pour une raison : c’est pour répondre à une demande de Thierry Suc qui est mon ami, mon manager et producteur de spectacles, parce que je pense que parfois il faut savoir être quelqu’un d’autre que soi-même. Ma nature profonde est le silence et, peut-être, le mystère. Je ne cultive pas le mystère, contrairement à tout ce qu’on peut dire sur moi. C’est ma nature profonde. J’ai beaucoup de mal à parler de moi-même, j’ai beaucoup de mal à me justifier. Maintenant, je pense qu’il était là important de répondre à cette demande.

Sonia (NRJ) : Est-ce que vous pouvez nous parler du contenu du spectacle ? Nouvel album, pas nouvel album ? Nouvelles chansons sur scène ?

MF : Oui, j’ai un nouvel album qui sortira, je pense, mi-mars. Nous sommes en quasi finalité de cet album, en mixage donc. Vous dire qu’il existera sur scène, certainement, dans sa majorité, et puis bien sûr d’autres chansons d’autres albums. Quant au contenu de la scène, là, j’avoue que je ne peux pas répondre précisément parce que c’est en cours d’élaboration ! (rires)

S : L’atmosphère des chansons, peut-être ?

MF : Ecoutez, l’atmosphère…En terme de production, peut-être qu’il y a un petit changement. Moi, je reste la même donc la même atmosphère…

LB : Vous savez, c’est difficile de répondre précisément sur des choses qu’on fait soi-même, d’avoir du recul dessus, sur ‘Est-ce qu’il y a des choses qui changent ?’, ‘Est-ce que c’est différent ?’. C’est toujours très difficile, ça…

Franck Besnier (« Egéries ») : Je voulais savoir s’il était envisageable d’aller au-delà de ces treize dates que vous avez d’ores et déjà prévues, ou est-ce que c’est treize dates quoiqu’il en soit ?

MF : Là, je pense que c’est plus Thierry Suc qui pourra vous répondre, mais je crois…

TS : (la coupant) Pour l’instant, c’est vraiment treize dates parce que les disponibilités de Bercy ne permettent pas de faire autrement, donc les choses peuvent évoluer encore avec le temps, mais aujourd’hui c’est treize concerts.

X : C’est un énorme travail pour treize représentations. Je voulais vous demander si ce travail de production est un travail que vous adorez, que vous attendez avec impatience, dans lequel vous prenez votre pied…

MF : Mon pied ? Probablement ! (rires) Vous savez, la production d’un spectacle… Le travail… J’aime le travail, j’aime travailler. Ça donne un sens à ma vie. Et la seule chose qui me guide, c’est l’envie d’être sur scène et partager la scène avec le public, donc quel que soit le travail, peu m’importe. Mais c’est beaucoup de travail, en effet !

X : Justement, pour seulement treize fois sur scène !

MF : C’est vrai. C’est aussi une frustration, croyez-moi ! Mais c’est mon choix, donc j’assume ce choix-là. Et puis je sais que je remonterai sur scène dans le futur donc je sais que je retrouverai et la province, et… voilà.

Antoine Menuisier (« Le matin », quotidien suisse) : Est-ce qu’il y aura un DVD du spectacle ?

MF : Oui, bien sûr. Comme pour tous mes spectaclesAM : Et ensuite, à votre avis, la province ce sera pour quand, la province ?

MF : La province ? Mais la province ne peut pas être visitée justement pour toutes ces raisons, parce que nous ne pourrons pas transporter ce spectacle en province. Mais sachez quand même que sur les trois scènes précédentes que j’ai faites, nous avons, et c’était vraiment très important pour aussi le respect du public, et avant tout pour le respect du public, que de transporter le même spectacle à Paris et en province.

Or là, c’est vrai que c’est une décision : parce qu’il n’est pas transportable, je ne peux pas voyager.

LB : Donc l’idée, c’est que les gens viennent la voir.

MF : Voilà. Très humblement, je vais demander aux gens de venir à moi !

TS : D’habiter Bercy complètement, de pouvoir faire des choses dans Bercy qu’on ne peut pas faire lorsqu’on s’installe quatre soirs, cinq soirs ou six soirs.

Virgine Carton (« La voix du Nord ») : Vous avez évoqué quelques éléments du spectacle. Est-ce qu’il y aura aussi des chorégraphies, est-ce que vous savez à peu près combien vous serez sur scène ?

2004-01-bMF : Il y aura des chorégraphies, il y aura des danseurs, il y aura bien sûr des musiciens (rires). Ma foi, combien serons-nous sur scène ? Je ne sais pas actuellement. Peut-être Thierry…

TS : Non, pour l’instant c’est vraiment la phase où les castings vont commencer, etc. C’est un tout petit peu tôt. On a commencé… Pour pouvoir mettre les spectacles en vente -ils vont être en vente à partir de demain matin- il y a un site également qui vient d’être créé qui sera opérationnel demain matin avec la possibilité pour tous les gens de province d’accéder donc à ces fameux packages dont je parlais, pour ceux qui voudront.

Pour pouvoir mettre en vente, on a dû donc avoir un dessin des scènes pour savoir un petit peu où on allait, pour savoir quel serait l’angle de vision à tel endroit ou à tel endroit puisqu’on n’a pas du tout envie d’avoir des gens qui se retrouveraient derrière la scène, contrairement parfois à d’autres spectacles. Donc, c’est la seule chose qu’on sait aujourd’hui, si on a avancé sur l’infrastructure, nous, pour pouvoir dire que les gens placés à tel endroit verront bien, ceux qui sont là, comme ils verront pas, on met pas ces places là en vente, etc.

X : Est-ce que ce sera quelque chose de jamais vu ?

TS : On l’espère !

MF : Ecoutez, ce serait un peu présomptueux de notre part, mais en tout cas le plus magique possible, oui.

LB : Ce qui est bien, c’est qu’on peut tout faire dans un cas comme ça. Alors, le but n’est pas de faire des choses jamais vues -parce qu’il y a des choses, on croit que personne les a jamais vues, et puis on s’aperçoit que…- mais en tout cas, que ce soit surprenant.

Séverine Servat (« Gala ») : Je me demande si c’est pas un peu restrictif de faire ça sur Paris, et quel va être le coût pour les gens qui vont venir vous voir de province ? Je sais que vous avez fan-club très actif, particulièrement fanatique d’ailleurs, mais…

MF : (la coupant) Aimant, peut-être pas fanatique. Je préfère le mot ‘aimant’. (rires)

 

SS : On peut considérer qu’il est très passionnel, votre public, quand même. Mais donc, il va se déplacer pour venir vous voir. Est-ce que ça lui coûte cher ?

MF : Monsieur Thierry Suc ?! (rires)

TS : Alors, les places… Bon je vais vous donner le prix des places. Ça va s’échelonner de cinquante-quatre euros, les moins chères, à cent trente-deux euros, les plus chères, au prix de vente publique. Il y aura des packages, comme je vous l’ai expliqué. Vous pourrez venir de Toulouse ou de Bordeaux, suivant bien évidemment… Chacun pourra choisir. Parce que je crois que ça va être aussi un rendez-vous, peut-être, pour certaines personnes, de dire ‘on vient passer un week-end à Paris’. Il y aura un spectacle, ils auront une nuit d’hôtel, deux nuits d’hôtel. On a des nuits d’hôtels en deux étoiles, trois étoiles…

 

TS : On a fait travailler des gens, des agences de voyage qui ont essayé de négocier dix mille chambres d’hôtel au meilleur tarif possible. On a pris tout ça en amont, on a eu une négociation avec Air France  qui a permis d’obtenir un prix de billet à peu près autour de cent euros d’où que ce soit que les gens viennent, aller-retour, quel que pays d’où ils viennent. Donc, je pense qu’aujourd’hui, bien sûr que c’est de l’argent et on en est très conscients, mais pour moins de trois cents euros, quelqu’un pourra venir voir le spectacle et passer un week-end à Paris, pour un concert le vendredi soir ou le samedi soir, par exemple. Je pense qu’on a essayé vraiment d’obtenir les meilleurs tarifs.

Ça se fait dans plein d’autres villes dans le monde où il y a des villes de spectacles qui attirent les gens qui viennent comme ça régulièrement. Quand il y a un rendezvous lié à un projet artistique, je pense que ça vaut la peine.

Aurélie (M6) : Je voulais savoir pourquoi avoir attendu cinq ans avant de remonter sur scène, et est ce que le public vous a manqué ?

MF : Le public me mange toujours. (elle se reprend aussitôt) C’est un lapsus ! (éclat de rire) Me manque toujours, oui. Pourquoi avoir attendu aussi longtemps ? Parce que j’ai eu besoin d’abord de faire un nouvel album, que j’attendais aussi que Laurent soit disponible. D’autre part, je veux ces moments rares. Je sais que je suis peu montée sur scène -j’ai trois spectacles à mon actif- pour cette raison, parce que j’ai besoin d’avoir probablement une émotion intacte, que j’ai besoin de ces moments de silence pour pouvoir revenir et, j’espère, donner le maximum, et recevoir aussi.

Eric Jean-Jean (RTL) : Deux questions sur l’album. On sait qu’il arrive en mars : qu’est-ce qu’on peut dire dessus ? Comment il va s’appeler ? Et puis qu’est-ce que Mylène, vous, auteur, vous avez envie de raconter dans ce nouvel album ?

MF : Je vais répondre surtout à la première question. L’album s’intitulera « Avant que l’Ombre… » avec trois petits points derrière. Vous dire qu’il y aura de nombreuses chansons -je pense quatorze titres enregistrés.

Et, pour tenter de répondre à la deuxième question, c’est continuer très égoïstement de parler de moi, de mes ombres, de mes lumières, et puis voilà ! (rires)

EJJ : Vous en êtes où dans l’enregistrement, mixage, production ?

MF : Très, très avancé, là.

LB : Oui, l’album sera probablement terminé à la fin de l’année. Le 31, je crois ! (rires) (cette précision de Laurent Boutonnat est sans doute une ‘private joke’ car effectivement, contractuellement l’album « Avant que l’Ombre… » devait être achevé au 31.12.2004 au plus tard et que Laurent Boutonnat avait pris beaucoup de retard sur la réalisation, nda)

TS : Pas le 13 !

LB : Pas le 13 ! (rires de Mylène) Voilà. Ce sera pratiquement terminé à la fin de l’année.

TS : Et il y aura un premier single fin janvier. Fin janvier. (le premier single, « Fuck Them All », sera finalement mis en radio le 9 février 2005, nda)

X (Pink TV) : Je voulais savoir : pourquoi êtes-vous devenue une idole ou une icône pour la communauté gay qui fait partie de votre public ?

MF : Pourquoi… ? Pardon, je n’ai pas compris…

X : Pourquoi êtes-vous devenue une icône, quelque part, une star pour la communauté gay qui vous soutient, qui est très présente dans votre public ?

MF : Pour la communauté gay, c’est ce que vous avez dit ?

X : Oui.

MF : Pourquoi ? C’est probablement plus à eux de répondre pour moi ! (rires) Si ce n’est que la chose qui me vient à l’esprit, c’est peut-être ont-ils une sensibilité exacerbée, comme la mienne. Et puis, quoiqu’il arrive, ça me réjouit !

David Lelait (« Nous deux ») : J’aimerais vous poser une question. Vous présentez, depuis pas mal d’années déjà, des spectacles très impressionnants, vous êtes une show-woman, et j’aimerais savoir si vous n’avez pas envie, par moments, de présenter un spectacle plus intimiste, pourquoi pas l’Olympia, pourquoi pas une petite salle ? Quelque chose qui soit pas un grand spectacle, mais qui soit simplement un tour de chant. Est-ce que ça vous fait pas envie quelque part ?

MF : Ça peut être envisageable dans l’avenir, mais c’est vrai que j’ai encore envie de grandes salles, d’immensité. Mais pourquoi pas, c’est possible ! Je ne connais pas, en tout cas, cette expérience, mais ce dont je suis sûr, c’est que même si on fait un Bercy ou, j’imagine, un Stade de France pour ceux qui ont envie de le faire, on peut tout à fait créer une intimité dans une immensité. Donc ça ne manque pas, à priori, une petite salle. Peut-être pas au Stade de France, me dit Laurent ! (rires) Je ne sais pas.

LB : Non, mais Bercy est bien pour ça.

MF : Peut-être dans l’avenir. Pourquoi pas.

Stéphane Lecarrié (Radio 6, radio de Calais) : Bon nombre de vos clips sont de véritables productions cinématographiques. Est-ce qu’on peut s’attendre à un concert réalisé dans un univers cinématographique, avec des effets 5.1 – c’est à la mode en ce moment – enfin bref un  environnement cinéma…

MF : (à Laurent) A toi ! (rires)

LB : Le problème du 5.1, c’est que ça demande une direction : c’est-à-dire que si vous envisagez du 5.1, il faudrait que les gens soient face à une scène, avec une direction -(en faisant des gestes avec les mains pour mimer les gens face à la scène) un, deux, trois, quatre, cinq, etc. L’idée, effectivement, de jouer avec ça, mais sans avoir de direction, en ayant, ce que je vous disais tout à l’heure, la même direction, pour, où que soient les gens… Par contre, jouer avec le son, avec les basses, avec les effets, ponctuer peut-être entre des moments ou des chansons avec des effets de lumières et de son, oui, bien sûr. C’est vachement bien, ça !

2004-01-c

TS : Ce qu’on peut dire, c’est que le son va être travaillé avec un jeune ingénieur du son très talentueux, avec lequel on a déjà travaillé, qui s’appelle Stéphane Plisson.

Jean-Louis Gérard (MCM) : C’est aussi une question pour Laurent Boutonnat : quelle est la couleur musicale de l’album ? Qu’est-ce qui vous a inspiré ? Vous étiez revenu avec un single aux sonorités électro, « L’Âme-Stram-Gram »…

LB : (simultanément) Il y a longtemps, alors !

JLG : Qu’en est-il cette fois-ci ?

LB : Oh, c’est difficile ! Je crois qu’il y a beaucoup de… (silence) Oh, c’est très difficile pour moi de répondre !

Je sais qu’on aime beaucoup, Mylène et moi-même, les mélanges. C’est un album où il y a beaucoup de musiciens, un mélange de musiciens, de sons électroniques. Beaucoup d’acoustique, un peu d’électronique. Il y a beaucoup d’instruments acoustiques.

MF : Je vais t’interrompre, mais il y a sans doute, par rapport aux autres albums, beaucoup plus de guitares.

LB : Oui, beaucoup plus d’instruments…acoustiques ! (rires)

Jean-Christophe Federici (« Starclub ») : Je souhaiterais vous poser une question par rapport aux concerts : vous vous déplacez assez souvent en concert, est-ce qu’il y a un performer ou un concert récent qui vous a plus ou moins marqué ? Est-ce que vous avez une référence scénique personnelle qui vous tient à cœur ?

MF : La première, ou le premier groupe qui me vient à l’esprit, c’est U2 qui j’avoue, pour sa musique et pour la performance, la voix et l’âme surtout, m’impressionne énormément. (silence) C’est toujours quand on vous pose la question qu’on a un énorme trou ! (rires)

LB : Contrairement à ce que vous dites, Mylène ne va très, très souvent en concert…

JCF : Je crois que vous êtes allée voir Madonna. Qu’est-ce que vous en avez pensé et est-ce qu’elle vous a inspirée justement, peut-être pour ce spectacle ?

MF : Ecoutez, je trouve que c’est évidemment une personne de grand talent, une grande professionnelle. Si je puis formuler une toute petite critique, je trouve que ça manque un tout petit peu de sentiments, manque d’âme. Maintenant voilà, c’est pas à moi d’en juger. Puisque vous me posez la question donc je… Mais, néanmoins, c’est une personne, évidemment, de grand talent.

Daniel Beaucourt (« Télépoche ») : Contrairement à ce que disait ma collègue, ma consoeur (Séverine Servat de « Gala », nda), vous n’avez pas de fan-club, je crois, en France. Vous n’avez jamais voulu en avoir…

MF : Non, je ne l’ai jamais souhaité.

DB : Toutefois, il y a eu beaucoup de…enfin il y a eu des publications qui, je sais pas, ont vu le jour, peut-être avec votre assentiment ou non. En tout cas je pense que « L’Instant Mag » faisait partie de celles-là…

MF : (le coupant) Qui est de qualité, d’ailleurs.

DB : Que vous évoque justement la fin de ce magazine ? (le vingtième et dernier numéro d’ « Instant Mag » est effectivement paru à l’automne précédent pour faire place à une nouvelle publication, « Mylène Farmer & vous », qui a cessé de paraître en 2007, nda)

MF : La fin. Il y a une fin à tout donc je la prends avec…avec quoi ? Avec sérénité. (petit rire) Et je crois qu’ils ont l’intention de faire, de poursuivre un autre magazine, il me semble.

TS : Ils en démarrent un autre, oui.

MF : Ils en démarrent un autre.

TS : Mais rien n’est initié par Mylène ou par son entourage. Les fans qui décident de créer un fan-club peuvent le faire : on les a toujours laissés complètement libres de le faire. Et ceux qui décident d’arrêter quelque chose sont bien évidemment libres de le faire également. C’est leur choix de faire ou de ne pas faire.

DB : Enfin, je pensais que vous aviez quand même un certain droit de regard sur ces publications…

MF : Non, absolument pas !

TS : Rien du tout. Aucune ligne éditoriale n’est contrôlée, regardée. Ils font ce qu’ils veulent, ils disent ce qu’ils veulent.

Gilles Médioni (« L’Express ») : Je croyais que vous aviez des projets cinéma. Est-ce qu’ils sont mis entre parenthèses à cause de la tournée ?

MF : Ecoutez, moi-même j’ai été assez surprise de beaucoup d’annonces concernant le cinéma ! Pour l’instant, il ne s’agit pas pour moi de faire de cinéma. En revanche, j’aime le cinéma. J’espère un jour faire un autre film, et pourquoi  pas m’essayer à la production. En tout cas, c’est un métier qui me passionne et que je sais très, très, très difficile. Mais c’est un univers qui m’intéresse.

GM : Laurent Boutonnat, vous n’aviez pas un autre projet cinéma, aussi ?

LB : C’est plus qu’un projet ! C’est un film qui est en préparation aujourd’hui et qui se tournera en mars prochain.

GM : On peut savoir le sujet ?

LB : C’est une adaptation, une vraie adaptation d’un roman du XIXe siècle qui s’appelle « Jacquou le Croquant ». Voilà ! (le film sortira en janvier 2007 et rencontrera un certain succès, nda)

X : Pourquoi « Giorgino » n’est-il pas sorti en DVD ? Une question de droits ou une volonté de votre part ?

LB : Non, c’est que… Ça a été une histoire assez difficile à vivre, « Giorgino », vu que ce film n’a pas marché du tout. Et, à l’époque, comme j’étais très, enfin j’ai presque financé moi-même presque 80% de ce film, donc c’était…il a fallu rebondir. Et j’ai pu récupérer, en fait, les droits de ce film, les droits d’exploitation vidéo, etc.

Et, à ce moment-là, vous n’avez qu’une envie, c’est prendre les droits, les mettre dans un tiroir, le fermer et ne plus jamais en entendre parler ! Donc voilà, c’est ce qui s’est passé. C’est aussi simple que ça ! Et peut- être un jour, je le sortirai en DVD, oui. Peut-être après un autre film ou un truc comme ça. Voilà. (un double DVD sortira effectivement en décembre 2007 après une ultime projection sur lles Champs-Élysées, en présence de Laurent Boutonnat face à 200 fans vainqueurs d’un concours, nda)

L’attachée de presse prévient que c’est la dernière question…

Sophie Khairallah (« Too Much ») : Je voulais vous poser deux petites questions, en fait. La première était par rapport à l’album. J’avais entendu parler de collaborations, pour les compositions de musique, avec d’autres artistes…

MF : (immédiatement) Absolument pas, non. Jamais. Jamais envisagé. Donc non ! (petit rire)

SK : D’accord ! Et la deuxième, c’était tout simplement : qu’est-ce que vous pensez de la biographie qui est sortie sur vous de Bernard Violet ? (quelques semaines auparavant, l’auteur polémique a sorti une biographie controversée sur Mylène Farmer dont les médias se sont fait largement l’écho, souvent ironiquement, nda)

MF : Bernard qui ?! (rires) C’était facile ! (rires)

LB : Mais tu l’as lue, non ? (sourire embarrassé de Mylène, rires dans la salle suite à sa répartie)

L’attachée de presse clôt la conférence. Les journalistes applaudissent.

MF : Je vous remercie d’être venus, en tout cas. Merci beaucoup.

Le trio se retire.

 

Publié dans Mylène 2003 - 2004, Mylène dans la PRESSE | Pas de Commentaires »

Spectacle de Mylène FARMER avec Thierry FONTAINE

Posté par francesca7 le 5 juin 2014

 

Thierry FONTAINE est le directeur général de Pathé Live, la société chargé de distribuer « Mylène Farmer – Timeless 2013 le Film » dans les cinémas de France, Suisse et Belgique, mais également au Québec et en Russie. Il revient ici sur la mise en place de projet, ainsi que sur son succès. Interview de Sophie Khairallah

ob_2e78b0_timeless

 

Les spectacles (opéras, artistes de variété, comiques) diffusés en direct ou en différé au cinéma se généralisent. D’où vient cette idée ?

Nous avons commencé en 2008, avec le Metropolitan Opera de New York, qui était diffusé en direct dans les salles de cinéma en France. Ensuite, fin 2009/ début 2010, nous avons lancé les Ballets du Bolchoï, en direct au cinéma également ; L’idée, c’était de profiter de la numérisation des salles et de la retransmission par satellite, ce qui permettait – justement parce qu’il n’y avait plus besoin de pellicule – d’offrir un nouveau genre de programme aux spectateurs. Cela attire dans les salles des gens qui n’ont peut-être pas l’habitude d’aller au cinéma, mais permet aussi aux spectateurs de découvrir des œuvres qui ne sont pas accessibles facilement ; On ne va pas à New York ou à Moscou toutes les semaines. C’est donc un bon moyen de démocratiser la culture. Et l’idée a plu puisque le succès a été immédiat.

 

Qu’est-ce qui explique ce succès, selon vous ?

La qualité des programmes, l’accessibilité et le prix. Il y a aussi une vraie dimension de partage. Les spectateurs se retrouvent ensemble, en groupe, pour vivre un événement, qu’il soit en direct, ou comme dans le cas de Mylène, en différé. Pour les fans qui n’auraient pas vu le concert de Mylène, cela leur permet de vivre certaines émotions comme s’ils le voyaient « en vrai ». Pour ceux qui l’on vu, cela leur permet de revivre ces émotions et, surtout de redécouvrir le show d’une autre manière, car ils vont forcément voir des détails qu’ils n’avaient pas remarqués lors du concert. Nous espérons aussi que des gens qui n’ont jamais vu un de ses spectacles profiteront de la diffusion au cinéma pour venir la découvrir.

« L’équipe de Mylène est enchantée que les fans suivent comme ça et qu’il y ait eu cette réactivité. Tout le monde est heureux de pouvoir faire cet événement, et surtout que ce soit un événement de qualité ».

 

Mais l’effervescence dans les salles de cinéma peut-elle être identique à celle qui peut exister dans une salle de spectacle ?

Tout a fait. Il y a une dimension sociale qui est très forte quand même, avec ce sentiment de partage qui est déterminant. Au-delà de l’amour que l’on peut avoir pour l’artiste, c’est quand même plus sympa de partager un moment comme ça tous ensemble que chacun chez soi devant un DVD. La dimension événementielle est très importante aussi. C’est pour ça que l’on concentre ce genre d’événement sur une date précise à une heure précise. Si nous diffusions « Timeless 2013″ Le Film comme un film de cinéma classique, avec plusieurs dates et plusieurs séances par jour, ç n’aurait pas la même dimension. Mieux vaut vivre ce genre d’événement avec des salles pleines que de venir le matin à 11 h dans une salle où il y a trois personnes.

 

Qui est à l’origine de la demande pour la diffusion de « Timeless 2013 Le film » au cinéma ? L’équipe de Mylène ou Pathé Live ?

Tout le monde éprouvait vraiment le besoin de le faire. Il y avait déjà eu une diffusion au cinéma en 2009. Mais pas à une aussi grande échelle. Je vous avoue que j’ai harcelé mon contact chez Universal pendant pas mal de temps pour le fait (rires). On sait que Mylène Farmer est la seule qui arrive, en France, à faire d’aussi grands spectacles, et la seule qui soit vraiment attachée au fait d’offrir ce genre de show à son public. Et on sait que c’est adapté pour le cinéma car la production, l’artiste, et son management ont eu une démarche tournée vers la qualité et la dimension cinématographique dès le départ. Ce tournage a nécessité trente caméras, dont des caméras 2K utilisées pour le cinéma. Et l’image est en format cinémascope, c’est-à-dire un format d’image qui occupe toute la surface de l’écran en largeur. C’est pour ça que le titre « Timeless 2013 Le film » est tout à fait approprié. Il ne s’agit pas techniquement d la projection du DVD (qui proposera le même film que celui diffusé au cinéma) sur un écran. C’est une projection très qualitative, aussi bien au niveau de la définition de l’image que du son. C’est une vraie démarche artistique, et ce depuis le début.

 

Concernant les ventes des places pour ce film, vous attendiez-vous à un tel succès ou est-ce une surprise ?

On s’attendait à ce que ce soit un succès, car nous savons que Mylène et l’artiste française musicale la plus populaire en France, et ce depuis longtemps. Une artiste, en plus, qui a su renouveler son public au fil du temps. Mais nous ne nous attendions pas non plus à un succès de cette ampleur, ni aussi rapidement. Dès qu’on a ouvert la billetterie, 10 000 places se sont vendues en quelques heures. On n’avait jamais vus ça !

 

Sur combien de places mises en vente ?

Il n’y a pas de limite. Les cinémas adaptent la capacité en fonction du niveau de réservation. Ils commencent par envisager d’ouvrir une salle. Et s’ils voient que ç a marche, ils ouvrent une autre salle, le même jour à la même heure. Là, aujourd’hui, il est évident que Mylène va être jouée dans les plus grandes salles de tous les cinémas qui participent à l’événement. Et si les grandes salles sont complètes, comme c’est déjà le cas actuellement dans certaines villes de France, les cinémas ouvriront une deuxième grande salle.

 

Comment avez-vous, à l’origine, déterminé les villes où « Timeless 2013 LE Film » serait projeté ? Avez-vous plus particulièrement ciblé celles où Mylène est passée en tournée ainsi que les villes alentour ?

Non pas du tout. On s’est dit qu’on le faisait partout. On a d’abord mis en vente dans tous les cinémas avec lesquels on a l’habitude  de travailler, c’est-à-dire une centaine. Et après, avec le succès, on a rajouté des salles au fur et à mesure. Pour ce film, beaucoup de salles indépendantes avec lesquelles nous ne travaillions pas habituellement nous ont appelés en nous disant : « On veut Mylène Farmer ». Et dès que nous avions des demandes de fans, que ce soit sur Twitter ou Facebook, nous disant : « Mais pourquoi ne  le faites pas dans tel cinéma ou dans telle ville » nous encouragions les gens à aller au cinéma en question et à demander la diffusion de « Timeless 2013 LE Film « 

 

Avez-vous eu des retours de l’équipe de Mylène  sur ce succès ?

Ils sont enchantés. Enchantés que les fans suivent comme ça et qu’il y ait eu cette réactivité. Tout le monde est heureux d e pouvoir faire cet événement, et surtout que ce soit un événement de qualité. Le but, c’est vraiment que les salles soient pleines. Et certaines le sont déjà…

timeless_2013_cinema-650x300

extrait du magazine Styx TIMELESS 2013 – page 66

 

Publié dans Mylène et L'ENTOURAGE, Mylène TIMELESS 2013 | Pas de Commentaires »

TIMELESS 2013 : Interview Confidence d’un danseur du spectacle de Mylène F.

Posté par francesca7 le 23 mai 2014

 

images (4)MANU GOUFFRAN : Aperçu dans le clip « Du temps », Manu Gouffran est l’un des six danseurs ayant participé à la tournée Timeless 2013 aux côtés de Mylène. Il revient ici sur cette expérience inoubliable, faite de petits tracas physiques – parfois – mais surtout de rencontres tèrs intenses… interview de Sophie Khairallah

 

Avant de participer à Timeless 2013, nous avons pu vous découvrir dans le clip « Du temps ». Comment en êtes-vous arrivé à travailler avec l’équipe de Mylène à ce moment-là ?

J’ai travaillé en tant que danseur sur un défilé pour Who’s Next. Et un jour, le chorégraphe avec lequel j’ai travaillé sur ce projet m’a demandé de lui envoyer des photos et des vidéos pour une artiste. Mais je ne savais pas encore de qui il s’agissait à ce moment-là. Et le lendemain, on m’a appelé pour me dire que j’étais pris pour faire le clip de Mylène Farmer, « Du temps ».

 

Avez-vous été surpris lorsque vous avez appris avec qui vous alliez travailler ?

Oui, j’étais agréablement surpris et en même temps je ne connaissais pas forcément très bien l’univers de Mylène. J’avais entendu ses tubes et vu ses clips, comme tout le monde, c’est tout. Mais c’était très intéressant de vivre cette expérience.

 

Qu’est-ce qui vous a donné l’envie de retravailler avec Mylène pour cette tournée ?

J’ai aimé l’équipe et beaucoup apprécié l’artiste. Et je n’avais jamais participé à une aussi grosse tournée auparavant, ce qui est très enrichissant. Je revenais de quatre mois en Chine lorsque la production m’a appelé, fin janvier, pour savoir si je serais intéressé.

 

Combien de temps ont duré les répétitions ?

On a commencé à répéter début août. Et ça a duré un mois et demi environ. On a fait trois semaines en studio et ensuite dix jours sur scène, en conditions réelles. On commençait à répéter vers 10 H et on repartait vers 17 h ou 18 h.

 

Avez-vous répété essentiellement avec Christophe Danchaud ou Mylène était-elle là la plupart du temps ?

Justement, ce qui était bien, c’est que Mylène était là tous les jours. Elle était un peu partout à la fois car elle répétait aussi avec les musiciens, etc. Mais elle a vraiment donné beaucoup d’énergie pour la danse. Franck Desplanches, qui a chorégraphié la chanson « A l’ombre », était  assez présent également. Quant à Christophe Danchaud et Valérie Bony (ancienne danseuse de Mylène, sur le tour 1996 et le Mylenium Tour), ils étaient là tous les jours, comme Mylène.

 images (3)

Les chorégraphies de ce concert ont été revisitées. Vous et les autres danseurs avez proposé des idées ?

Oui, nous venons, pour la plupart, du milieu hip-hop ou contemporain, ce qui nous permettait d’amener un autre regard sur les chorégraphies. Donc nous proposions parfois des idées qui étaient ou non validées par Mylène et Christophe.

 

L’outro de « Je t’aime mélancolie » était le moment du show où les danseurs étaient vraiment à l’honneur. Avez-vous apprécié de le faire ?

Oui tout à fait. Et le public semble avoir aimé aussi. En fait, à l’origine, cette partie n’était pas prévue. On nous a demandé de la faire une fois arrivés à Bercy, mais on a été agréablement surpris par cette demande.

 

Vous avez été absent sue « A l’ombre » à Strasbourg, le 15 décembre, puis absent sur toutes les chorégraphies le lendemain, sauf celle de « Oui mais… non », ainsi que le 18 octobre à Genève, sauf sur « A l’ombre ». Pourquoi ?

Le 15, je me suis fait  un début de déchirure musculaire sue l’outro de « Je t’aime mélancolie ». Ça m’a un peu inquiété donc je n’ai pas dansé sur « A l’ombre ». Et Christophe Danchaud a préféré que je me repose le lendemain, d’où le fait que j’ai juste dansé sur « Oui mais … non » le 16, et sur « A l’ombre » le 18. Pendant cette tournée, je n’arrêtais jamais. Lorsque j’étais en off, je retournais sur Paris pour travailler sur d’autres projets. Donc au bout d’un moment, mon corps a lâché. Mais la production a vraiment fait en sorte de bien me soigner. C’était important pour mi de remonter sur scène très vite. Et ça a été le cas, donc tant mieux. Mais ç a m’a fait bizarre de voir le spectacle de l’extérieur sans y être.

 

Comment était Mylène avec l’équipe durant la tournée ?

C’est quelqu’un de très sympathique et de bien. Vraiment. C’est une très belle personne, sur le plan humain comme professionnel. C’est vraiment quelqu’un de normal avec de très, très belles qualités. Ce n’est pas du tout une diva. Elle est très intéressante, très intelligente. C’était très agréable de parler avec elle.

 

Que s’est-il passé lorsque Mylène a glissé à Nantes ?

Ce qu’il faut savoir, c’est que nous aussi, pendant les concerts, on est tombés ou on a glissé, mais ça ne se voyait pas forcément parce qu’on se relevait vite. Parfois il faisait très chaud dans la salle, et il y a des gouttes de transpiration ou de l’eau – quand quelqu’un buvait un peu vite – qui tombaient par terre, ce qui rendait le sol glissant ; mais ce soir-là, ce sont les bulles de savon qui sont en cause. Elles revenaient vers la scène au lieu d’aller vers la salle. Même Ivo, qui a accouru vers Mylène, a failli glisser en l’aidant à se relever ! Cette date-là tout le monde a faillé tomber (rires).

 

Avez-vous fêté la fin de la tournée avec Mylène et toute l’équipe ?

Oui on l’a fêtée avec tout le monde, dans un petit restaurant qui a été privatisé pour l’occasion. ça a duré jusqu’à 2 h ou 3 h du matin. Nous avons pu nous retrouver tous ensemble avec les gens de la production, les musiciens, les danseurs, les costumières, les techniciens, etc. J’aimerais d’ailleurs profiter de cette interview pour rendre hommage à Thierry Suc ainsi qu’à toutes les autres personnes qui ont travaillé sur le tournée. Sans eux, il n’y aurait pas eu de concerts possibles, et i n’y aurait pas eu de tournée aussi parfaite. C’est très important pour moi de remercier chaque personne qui a participé à ce projet, car on pense souvent aux artistes, mais pas assez aux gens de l’ombre.

 extrait du magazine Styx TIMELESS 2013 – page 48

Publié dans Mylène et L'ENTOURAGE | Pas de Commentaires »

Moments de tournage de DESENCHANTEE de Mylène F.

Posté par francesca7 le 25 avril 2014

Voici les documents de tournage utilisés pour préparer la venue de l’équipe française, puis ceux utilisés lors du tournage. Certains viennent des régisseurs hongrois de l’époque et d’autre viennent de l’équipe française et certains sont même rédigés de la main même de Laurent Boutonnat. C’est ici la première fois qu’ils sont publiés.

Moments de tournage de DESENCHANTEE de Mylène F. dans Mylène et Boutonnat alearule

l'équpie française (44020 octets)1. Détail de l’équipe française. On remarquera une équipe très réduite de 7 personnes, sans maquilleuse. Tout ce qui ne concerne pas les commandes créatives (directeur de la photographie, décorateur…) et financières (production pour Heathcliff S.A.) étant du ressort de l’équipe hongroise. D’autres français viendront plus tard, juste pour le tournage (photographes) n’ayant pas besoin d’assister aux travaux de préparation.

 

l'équpie hongroise (20620 octets)2. Détail de l’équipe hongroise. On remarque l’équipe de MAFILM, la plus grande firme de production cinématographique hongroise. Avec Imre Bodo (fournisseur de ces archives) on note un deuxième régisseur, dont le rôle était plus de s’occuper de l’hébergement et des transports de la centaine de figurants. Ceux qui ici sont nommés 1er et 2eme assistants-réalisateurs sont en réalité les machinistes dont Laurent Boutonnat et Vincent Canaple se servaient pour pour diriger les scènes avec mouvements de figurants. Certains statuts sont en double de l’équipe française car MAFILM a eu pour mission de concevoir une équipe de tournage propre. On note en bas de document deux interprètes différentes pour Laurent Boutonnat et l’autre pour Mylène Farmer.

 

l'hôtel (75840 octets)3. Le régisseur a pour fonction de préparer matériellement tout le tournage t ses abords. Ici les arrivées échelonnées de l’équipe française sont répertoriées afin de réserver les chambres d’hôtel. Les 16 français sont logés à l’hôtel Intercontinental. On notera qu’après le chef de casting, les premiers qui arriveront (le 12/02/91) sont Laurent Boutonnat et son assistant, la costumière, et la post-productrice. Ils seront suivis deux jours plus tard de la directrice de production, puis le lendemain de Georges Lechaptois. Mylène Farmer elle ne viendra que le 15/02/91 en même temps que le chef opérateur, le manager Thierry Suc et les autres membres de l’équipe de tournage (dont Marianne Resensthiel la photographe de plateau). On notera que la présence du mixeur Thierry Rogen a été rajoutée, probablement pas prévue au départ, car il ne devait initialement pas avoir de prise de son (seulement des bruitages ajoutés lors de la post production). Ce n’est qu’une semaine plus tard que viendront Jean-Louis Murat pour le tournage du clip de Regrets et Paul Van Parys (de Heathcliff S.A.) probablement pour régler les factures des prestataires et pour le développement de la pellicule sur place.

 

feuille de tournage(138174 octets)4. Feuille annotée de la main même de Laurent Boutonnat. Feuille originale de tournage destinée à Cathy Lemeslif (également responsable de la production de Giorgino) repérant les acteurs et prestataires utilisés pour chacun des jours de tournage. On remarquera les annotations météorologiques de Laurent Boutonnat connu pour adapter son tournage au conditions du ciel. On peut se rassurer de la mention à la 1ere date de la feuille qui précise que les cailloux du début de clip sont faux. On remarque que la totalité des cent enfants n’est utilisée que pour la scène finale, les jours précédents seuls 50 ou 60 d’entre eux ont suffit. On peut remarquer que pour la scène finale Laurent Boutonnat avait commandé 4 chevaux qu’il lançait au triple galop, et sur lesquels étaient fixés des squelettes pour une scène impressionnante qui n’a pu être entièrement tournée (voir document suivant). Les notations concernant le monstre se rapporte à l’acteur grimaçant la corde au cou que Mylène libère au milieu du clip. On note pour finir que les lundi 25 et mardi 26 février sont consacrés au tournage de Regrets et que le tramway a été réservé pour les deux jours.

photo de tournage de la scène non terminée5. Photo de tournage par Marianne Rosensthiel. Scène additionnelle à la séquence finale dont le tournage n’a pas été terminé.

 

 

feuille de reperage6. Feuille de service de l’équipe hongroise, à l’époque du projet du film (l’album L’Autre est encore en mixage) 1 mois avant le tournage. Une première partie de l’équipe française est sur place pour les négociations plus les décorateurs producteurs et opérateurs hongrois + les interprètes. On remarque que les lieux repérés sont ceux utilisés finalement mais ceux mentionnés « à confirmer » n’ont pas été utilisées, comme les entrepôts des abattoirs hongrois et les studios de télévision de la chaîne FDI. Pour Désenchantée tout a été filmé dan l’usine de la rue Mariassy. En revanche on peut noter que l’option sur le cimetière juif n’était pas encore confirmée car Il n’était pas encore confirmé que Regrets sortirai en single. On peut d’ailleurs se demander si certains plans du cimetière juif ne seraient pas tournés au studios FDI, comme celui où J.L. Murat et M. Farmer sont couchés sur les tombes, les gardiens du cimetière (ayant supervisé le tournage)  interdisant de toucher les tombes. De plus la fameuse tombe noire où sont assis le couple est introuvable sur les lieux du tournage.

 

feuill des figurants (1005729 octets)7. Feuille des figurants où on en dénombre 119 (au dessus de ce qui était prévu à la préparation). On remarque qu’il y a des frères et des sœurs, que sont mentionnés les foyers d’où ils proviennent et leur noms et prénoms. Le document a été rédigé par l’équipe hongroise.

 

 

 

réservation du cimetière (69680 octets)8. Feuille relative au tournage de Regrets. Résultat des négociations avec le cimetière juif abandonné de la rue Salgótarjáni dans le VIIIe arrondissement.

 

 

 

des201 dans Mylène et Boutonnat    des202

des200    des207    des208

 

 

l'usine (121094 octets)9. Sur les lieux du tournage en 2001 : l’usine depuis longtemps désaffectée a été rasée et à son emplacement actuel est posé un monument aux morts.

 

 

l'usine (135891 octets)10. L’emplacementd e cette usine se trouve rue Mariassy dans le VIIIe arrondissement de Budapest, non loin du cimetière où à été tourné Regrets. Les train du début du clip sont en fait les lignes de tramway Budapest-banlieue de l’époque, toujours présentes mais avec des wagons jaunes plus modernes.

 

 

SOURCE : Jodel Saint-Marc.

(documents fournis grâce au régisseur Imré bodo et János Janurik)

Publié dans Mylène et Boutonnat | Pas de Commentaires »

Journal d’un tournage de Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 9 mars 2014

Avant que l’ombre…à Bercy, journal d’un tournage

Dans le magazine de cinéma Actions paru en septembre 2006, François Hanss s’exprime sur le tournage de Avant que l’ombre…à Bercy au cours d’une longue interview documentée, à laquelle participeront entre autres Dominique Fausset, le directeur de la photographie, et Paul van Parys, le producteur collaborateur de Laurent Boutonnat.

images (3)

    Sous les hurlements d’un public récompensé de sa longue patience, un sarcophage transparent descend très lentement du plafond de Bercy et vient se poser sur la scène en forme de croix de Malte qu occupe une bonne partie de la fosse. A l’intérieur, on devine la silhouette de la star allongée, comme morte. L’entrée est saisissante en même temps que  » signifiante « . Fidèle aux symboles et aux mystères, aux signes et aux messages, Mylène Farmer a transformé pour l’occasion l’immense salle de concert en vaste temple oriental. Sur la scène traditionnelle où la chanteuse accède par un pont amovible, deux portes monumentales renvoient à la  » porte d’or  » du Dôme de Florence. Ce décor monumental et évidemment intransportable est l’œuvre du scénographe Mark Fisher, concepteur des tournées de  » U2  » et des Rolling Stones. Rien que cela. Produit par Thierry Suc, le spectacle est  » à la mesure de sa démesure « .

    Après la tournée 1989, le Tour 96 et le  » Mylenium Tour « ,  « c’est le quatrième spectacle que nous filmons « , explique Paul Van Parys, directeur de la société  » Stuffed monkey « , société de Mylène Farmer productrice de la captation filmée.  » Bercy est une salle difficile. Aux contraintes qui concernent le public et la sécurité, il faut ajouter une jauge de poids à ne pas dépasser. Ce concert est tellement énorme que la moindre caméra supplémentaire devient vite un problème… «  » Filmer un concert de Mylène Farmer revient à se poser dès le départ une mul- titude de questions « , intervient le cinéaste François Hanss pourtant rompu à ce genre de  » performance « . D’abord assistant-réalisateur de Laurent Boutonnat (réalisateur, et compositeur attitré de la star) sur la captation des deux premières séries de concerts, il avait déjà fini seul dans  » l’arène  » au moment du   » Mylenium Tour «  en 1999 (450.000 spectateurs à l’époque).  » Les spectacles de Mylène priment par leur scénographie, poursuit-il. Par définition, le  » live  » est synonyme de liberté. Il n’exclut donc jamais les impondérables. Avec elle, la mise en scène, la lumière, la gestuelle et la chorégraphie sont toujours intéressantes. C’est vraiment quelqu’un qui apporte sans arrêt des choses nouvel- les. Elle a beau multiplier les filages, les mises en place et les répétitions, c’est seulement le jour où elle entre en scène face au public qu’on découvre son spectacle. Filmer un concert de Mylène Farmer, c’est chercher à traduire sa personnalité. Il faut aimer son expression, aimer sa plastique et son visage, aimer la suivre dans des choses intimes. C’est là où le terme de  » captation  » devient peut-être impropre « .

téléchargement (2)     » Certains endroits étaient inaccessibles et il ne fallait pas gêner le public, reprend Paul Van Parys. Il a donc fallu à François une longue observation des répétitions pour savoir comment filmer le mieux possible tous les instants du concert avec le maximum d’axes capables d’offrir un vrai montage de qualité. Avec un réalisateur, le producteur se pose la question des moyens, mais aussi de la manière de les utiliser « .  » Même si au fil des années, la culture du spectacle filmé fait que les spectateurs comprennent et acceptent mieux la présence d’une Louma dans la salle ou d’une caméra dans la fosse, dit François Hanss, on n’avait pas le droit de parasiter la perception du concert par les spectateurs. Cela a toujours été notre credo avec Laurent Boutonnat et Mylène Farmer. Il n’y a ainsi jamais de caméra sur scène, jamais non plus un cadreur ne vient près de l’artiste ou des danseurs. En revanche, comme Mylène l’a toujours pratiqué dans ses films précédents, on va chercher le regard du public sur elle. Ce contrechamp est intéressant, il permet d’échapper au point de vue frontal et ajoute de la dynamique et de l’émotion. Une guitare, une expression ou un mouvement de bras sont des plans sporadiques qui insufflent de la valeur ajoutée au montage. Pour les obtenir, il faut des positions de caméra très précises. Mon cahier des charges est de faire monter en puissance ce qui se passe dans la salle tout en respectant scrupuleusement la logique du déroulement du concert, la logique de la découverte des tableaux et des lumières telle qu’elle est conçue. Chaque chanson étant en soi un tableau de lumière et de chorégraphie, mon défi le plus important est de rendre logique et compréhensible ces chorégraphies dans leur déroulement sans jamais perdre de vue l’artiste, sans jamais la faire disparaître derrière les lumières ou le public. Je procède avec un découpage prévisionnel réparti sur l’ensemble du planning des concerts. Il ne s’agit jamais pour nous de  » filmer pour filmer « . Ma difficulté supplémentaire ici, c’est la présence des deux scènes. Après, on ajoute toujours quelques points de vue un peu spectaculaires et très utiles. Sur un ou deux titres, nous avons ainsi une caméra télécommandée en totale plongée. Les caméras à l’épaule, c’est plus pour l’ambiance, se retrouver à l’intérieur du public ou utiliser des amorces de mains. La vraie structure du film répond forcément aussi à des nécessités de plans beauté sur Mylène. L’esthétique est importante « .

    Huit mois avant le début des représentations parisiennes, la quatrième série de concerts donnée par l’artiste en dix-sept ans de carrière affichait déjà complet. Son titre ?  » Avant que l’ombre… à Bercy « . Revêtue d’une tenue d’amazone lamée or surmontée d’une cape à frange, Mylène Farmer y mélange chansons nouvelles et grands classiques ( » Libertine « , «  Désenchantée « …).  » Au total, nous avons filmé les dix premiers concerts à deux ou trois caméras, précise le producteur Paul Van Parys. Une fois le spectacle bien rodé, nous sommes passés à cinq ou six caméras pour les deux derniers « .  » Nous avons principalement travaillé avec des Aaton, précise de son côté le directeur de la photographie Dominique Fausset. Mais nous avions aussi une Arriflex pour varier la vitesse et l’obturation et une A- Minima, L’ouverture était plutôt agréable, entre 4 et 5.6 avec des profondeurs de champ intéressantes. Un concert est un spectacle vivant extrêmement parti- culier dans la mesure où on doit s’adapter à une multitude de lumières et d’axes différents avec obligation de cohérence au final. (La création lumière est l’œuvre de Frédérique Peveri qui aura toujours été à l’écoute de la fabrication du film).

    Les lumières de  » live  » comme on les appelle, ont de grandes variations de couleurs, de teintes, de mélanges et de puissance d’éclairage. Qui plus est, c’est un type de lumière très particulier. Dans ce contexte, l’idée est d’être le moins intervenant possible et de tout utiliser, jusqu’aux extinctions de lumière qui font partie du show. Le problème de Bercy, c’est qu’on a parfois des distances de caméra extrêmement éloignées – jusqu’à 80 mètres – ce qui crée des présences très différentes à l’image. C’est dire combien le choix du support est prépondérant « . Avec François Hanss, réalisateur de cinéma ( » Corps à corps «  en 2003 co réalisé par Arthur-Emmanuel Pierre), Laurent Boutonnat, (deux longs métrages à son palmarès avec «  Giorgino  » en 1994 et  » Jacquou le Croquant «  cette année) et Mylène Farmer en personne dont les clips ont révolutionné le genre (de vrais courts-métrages, certains en cinémascope), le support de captation ne pouvait évidemment qu’être… argentique.  » Il est évident que Mylène Farmer, Laurent Boutonnat et François Hanss sont des gens culturellement très attachés au cinéma, constate Paul Van Parys. Avec eux, la captation d’un concert équivaut, et tant mieux, à la réalisation d’un véritable film de cinéma, pas à l’enregistrement multi-caméras d’une émission de télévision. L’orientation film faisant partie de leur culture à tous les trois, l’alternative d’un tournage en HD a été très rapidement abandonnée. Au vision- nage de tests suivis d’un télécinéma sur HD, on s’est rendu compte, notamment au niveau de la colorimétrie, que le film apportait beaucoup par rapport à la HD « .  » Dès ses débuts, l’univers musical de Mylène s’est beaucoup imposé par l’image cinéma, souligne François Hanss. Il y a une part de comédienne en elle, elle a le goût de l’image. Dans un souci de beauté autant que de respect vis-à-vis du spectateur, elle a toujours défendu l’image film.

    téléchargement (3)A une époque où la vidéo pouvait se poser comme alter- native, tous ses clips étaient tournés en film. Elle a toujours recherché l’exception, elle a toujours revendiqué une production artistique ambitieuse « . Sur scène ou juchée sur une nacelle en forme de chandelier, Mylène Farmer enchaîne les costumes au fil des numéros, portant justaucorps noir et chapeau haut de forme ou robe violette à cuissardes. Dans un spectacle qui mêle la sensualité et le sacré, l’amour, la mort et la spiritualité, des danseurs habillés de noir se produisent entre deux chansons dans des chorégraphies inspirées du flamenco. De chaque côté de la scène traditionnelle, deux écrans retransmettent les images du spectacle en train de se produire.  » Peut-être mon regard est-il déformé par mon goût du cinéma, mais si nous avions tourné en vidéo, reprend François Hanss j’aurais eu l’impression d’assis- ter à une super émission de télévision. Pour moi, il était impensable de monter ou pré-monter le film dans un car-régie et de le finaliser dans la foulée. C’est au montage que le film va se mettre en place « .  » Techniquement, le support film est de toute façon ce qui se fait de mieux, ajoute le chef-opérateur Dominique Fausset.

    Dans le genre d’exercice où l’on doit retranscrire au plus près possible les sensations du  » live « , la maniabilité de la pellicule est imbattable. L’argentique offre, qui plus est, un choix très intéressant d’outils de post-production. L’avantage de tourner en film, c’est aussi de pouvoir utiliser  des caméras complètement autonomes avec pour seule contrainte l’utilisation d’un code Aaton destiné à synchroniser les rushes. Cela laisse une grande liberté au cadreur qui, sur ce type de films, doit avoir beaucoup de rigueur. C’est ce qui nourrit la qualité de lumière, la qualité de présence des artistes et la cohérence indispensable pour le montage « .  » L’argentique, explique Gilles Gaillard, directeur technique chez Mikros Image, agit comme un pur capteur. En dynamique, la base captée ainsi obtenue est plus large que celle d’un support numérique. C’est un cliché de dire que la capture numérique est plus sensible que la capture argentique. On voit bien que ce n’est pas vrai dès lors que les émulsions deviennent de plus en plus fines. En tirant parti des capacités de captations de la pellicule, les choix créatifs de post- production sont donc forcément plus prononcés, ce qui était nécessaire avec un projet comme celui-ci qui requiert beaucoup de travail en aval. En faveur du film, on cite souvent un plus grand rapport de contraste toléré et une captation différente des couleurs. Mais la captation film permet aussi de repousser l’étape de numérisation sans être gênée par le filtrage quasi-obligatoire de la captation numérique. 

    En numérique, on est contraint de choisir la balance des blancs et le tronçon sur lequel on va travailler au définitif (encore que certaines caméras commencent à mettre de côté ce type de réglages) et du coup, les choix d’image proviennent à 90% de la prise de vues. Ce n’est pas le cas en argentique. Avec une capture argentique, on peut faire des choix différents en post-production, privilégier les ombres ou les hautes lumières. En choisissant le spectre sur lequel on va travailler, on a davantage de liberté sur le rendu de l’image définitive. Si le placement des acteurs est relativement défini quand il s’agit d’un concert, l’emplacement des caméras définit aussi des gammes de rapports de contraste différents. Un personnage qui passe de l’ombre à la lumière se trouve dans une configuration qui fait que le contrôle des rapports de surexposition varie énormément. La latitude étant plus grande au moment de la prise de vues, il devient intéressant de pouvoir effectuer un travail sur le télécinéma au moment de la numérisation pour aller chercher des détails sur l’image plutôt que d’avoir un rendu homogène qui placerait systématique- ment des gens dans l’ombre. Cela permet de placer le spectateur entre  » back- stage  » et pur concert « .

    Au service de la captation, Dominique Fausset a choisi d’expérimenter la toute nouvelle (à l’époque) pellicule Kodak Vision2 7299.  » C’est une pellicule qui va plus loin que ses consœurs de la gamme Vision2 dans les contrastes et les saturations de couleurs, précise-t-il. Pour le type de lumière et la configuration de tournage d’un concert, c’est une pellicule parfaite. Très malléable, elle emmagasine beaucoup d’informations. Il faut simplement la poser le plus  » plat  » possible dans la courbe pour obtenir un maximum de rendu dans les hautes et basses lumières. Le plus surprenant, ce sont les détails qu’elle conserve dans les basses lumières. C’était d’autant plus important pour nous que le stylisme comportait pas mal de noir (certaines tenues, beaucoup de chapeaux…). Malgré ce noir qui présentait parfois des densités très fortes, elle a en permanence continué de faire preuve de finesse. C’est une pellicule qui, malgré des mélanges de textures de néon et de lumière traditionnelle, valorise les natures d’arrière-plans et la profondeur de champ « .  » C’est une pellicule qui pré- sente un possible écart de contraste spectaculaire que les supports numériques ont encore du mal à posséder « , ponctue Gilles Gaillard.  » Quand on filme un concert, il n’est pas question de trouver tel ou tel tableau trop  » sombre  » ou trop  » lumineux « , explique encore le réalisateur. La grande force de l’argentique, c’est de  » capter  » les nuances d’ouverture de lumière et de ne trahir ni les carnations ni la dynamique des couleurs dont la palette est différente pour chaque tableau. Grâce à la latitude d’acceptation de cette pellicule, on peut  » partir  » assez loin et garantir au public la cohérence du spectacle. Sur la performance ou le côté spectral de la Vision2 7299, on voit bien qu’au standard de ce qu’on obtient, on possède déjà une image très douce et très défi- nie. On garde le chatoyant du stylisme de Mylène, il n’y a rien d’ingrat ou de parasite, rien n’est  » cramé  » dans les hautes lumières. Le tableau final par exemple se devait de ressortir magnifiquement. Derrière un rideau de pluie, on découvre un escalier éclairé par différentes sources de lumière qui mettent en trompe-l’œil une perspective. Quand je vois le résultat en film, j’ai l’impression de me trouver devant un rendu technicolor. C’est plein de finesse et de demi-teintes « .  » Sur ce type de tournage, l’utilisation d’une seule émulsion permet aussi d’avoir une continuité de profondeur, de grain et de texture d’image, approfondit Dominique Fausset. Il en résulte une cohérence entre les places de caméra, leurs distances et les variétés d’objectifs utilisés. En accord avec la post-production, j’avais ainsi décidé de ne rien filtrer même si avec ce type de lumière de concert, on récupère beaucoup de  » flair « . Pour moi, cela donne de la vie aux images.

téléchargement (4)

    Une lumière de concert, ça change tout le temps, on passe régulièrement du  » chaud  » au  » froid  » et en intensité, on va de très hautes lumières à des lumières éteintes. Cette Vision2 est une pellicule qui tient très bien les montées de grain, les surexpositions comme les sous-expositions. C’est une pellicule que j’aurais vraiment envie d’utiliser maintenant avec des lumières modernes, de travailler dans la douceur sur des clips ou en publicité. Sur ce tour- nage, elle a été pour moi un véritable confort dans ma collaboration avec le coloriste Jacky Dufresne de chez Mikros Image, lequel m’a accompagné dans ce travail depuis le démarrage des tests jusqu’à la finalisation du master au lustre « .  » Son bémol, intervient Gilles Gaillard, c’est que malgré une émulsion plus douce, on se retrouve vite avec une texture de grain comparable à  » l’ancienne  » 500. (La montée de grain n’était pas encore traitée par la boîte Kodak au moment où nous l’avons essayée). Nous n’avons pas utilisé directement la boîte Kodak pour ce qui est de la fabrication de l’image définitive mais pendant toutes les étapes de recherche créative. En faisant des combinaisons Vision2 7299 + boîte Kodak, on s’aperçoit que si la boîte est un peu stricte en terme de rendu, elle fournit quand même des indications qui permettent de déterminer des ambiances et d’offrir davantage de propositions « .

    Avec un marché du CD en chute libre un peu partout, quelle sera l’exploitation principale du film ?  » Le DVD est devenu un support très important, termine Paul Van Parys, c’est la trace du travail que l’artiste a fourni, un témoignage dans sa carrière, un point de repère dans l’évolution de ses concerts. L’exploitation du DVD est notre objectif aujourd’hui avec éventuellement celle du HD DVD dans la mesure où, quand nous sortirons ce film fin 2006, les lecteurs DVD HD commenceront à se mettre en place. Le fait que le film utilise la pellicule HD Vision2 et le fait qu’on dispose d’une post-production en HD peut nous permettre d’envisager une exploitation salles… même si tout le monde sait qu’elle est difficile à obtenir. Avec la définition d’image dont le film peut aujourd’hui s’enorgueillir, c’est en tout cas une chose possible en privilégiant délibérément la qualité « .

Dominique Maillet, Actions, n°27, Automne 2006.

Publié dans Mylène 2005 - 2006, Mylène AU FIL DES MOTS, Mylène Tour BERCY 2006 | Pas de Commentaires »

Mylène Farmer et des Milliers de fans

Posté par francesca7 le 29 septembre 2013


 Mylène Farmer et des Milliers de fans dans Mylène et L'ENTOURAGE images-15

Quand Mylène Farmer reprend la route, elle n’y va pas par quatre chemins. Jusqu’en décembre, elle aura joué 39 concerts dans 14 villes, de Douai à Nice en passant par Saint-Pétersbourg, pour près de 550 000 fans.

Après une dizaine de concerts à Paris-Bercy, voici donc les 24 semi-remorques et ses dix bus de la tournée « Timeless 2013 » sur la route de Lyon. À partir de demain et jusqu’à samedi, la rousse mythique de la chanson française installe son show à la Halle Tony-Garnier de LYON. Quatre concerts et chaque fois 11 500 fans. 

Les concerts sont quasiment complets. La production vient de rajouter quelques places pour les deux premiers soirs, et le dernier concert, qui a été mis en vente en dernier, propose encore quelques places, en fosse debout. « Il doit rester quelques centaines de billets, au maximum. La production les garde en réserve pour éviter le marché noir. Ils ont fait pareil à Paris », explique un fan.

Ce sont donc au total 46 000 fans qui viendront à la Halle découvrir un spectacle unique. « C’est absolument hors-norme. Au niveau logistique, c’est plus gros que Lady Gaga ou Beyoncé. Certaines technologies ont été développées spécialement pour ce spectacle », s’enthousiasme Thierry Téodori, le directeur de la Halle Tony-Garnier.

Le décor du spectacle a été conçu par le légendaire Mark Fisher, décédé en juin dernier. Créateur de scènes pour les Rolling Stones, U2 ou Johnny Hallyday, c’est là sa dernière œuvre. Une ambiance futuriste, des robots et des vidéos d’inspirations spatiales.

« Il y a toujours deux lectures des spectacles de Mylène Farmer. Un côté divertissement et paillettes, mais aussi une face plus sombre, plus profonde », souligne Thierry Téodori.

Mylène Farmer débarque dans un tourbillon de lumières, comme sortie d’une capsule spatiale. Sanglée dans une combinaison pailletée concoctée par Jean-Paul Gautier, elle lance le premier titre de la soirée, « À force de… », issu de « Monkey Me », son 9e album, publié en décembre 2012. Suivent des anciens titres (« Comme j’ai mal », « C’est une belle journée ») et des titres récents (« Monkey Me », « Elle a dit »), et même un duo virtuel avec Moby sur la chanson « Sleeping away (Crier la vie) ». Et, évidemment, les tubes incontournables : « Désenchantée », « Sans contrefaçon »…

Image de prévisualisation YouTube

Le directeur musical du spectacle est le fidèle Yvan Cassar. Le batteur est toujours Charles Paxson (James Blunt, Tina Turner), et il y a une nouvelle fois Bernard Gregory Suran Jr. à la guitare. Mais on trouve désormais Jonathan Button (« The Who », Shakira) à la basse et Peter Thorn (Alicia Keys), à la seconde guitare. Bref, la crème des musiciens internationaux.

Le spectacle est aussi une succession de chorégraphies, conçues par Mylène Farmer elle-même, pour l’essentiel. Six danseurs accompagnent la chanteuse sur scène. Plus deux robots de deux mètres de haut, qui dansent autour de la diva…

 

Publié dans Mylène et L'ENTOURAGE, Mylène TIMELESS 2013 | Pas de Commentaires »

D’entre les Morts de MYLENE

Posté par francesca7 le 9 août 2013

 

D’entre les Morts de MYLENE dans Mylène AU FIL DES MOTS images-1

Ce spectacle N° 5 ON TOUR est certainement l’un des plus attendus de Mylène : d’abord parce que pour la première fois elle s’offre le Stade de France (deux soirs de suite), ensuite parce que la chanteuse n’a pas fait de tournée depuis neuf ans. L’événement est donc d’importance pour ses admirateurs de province et de l’étranger, qui découvrent dans un premier temps, une affiche très particulière annonçant le spectacle ; on y voit Mylène étalée sur le sol, jambes ouvertes et regard hagard, comme si elle venait de se jeter d’un toit.

Une photo choc pour un spectacle qui ne l’est pas moins, avec Mylène et Laurent Boutonnat à la conception et à la direction artistique, Yvan Cassar à la direction musicale, Alain Escalle pour les images de scène et Thierry Suc à la production. Le spectacle au Stade de France étant sold out en quelques heures, les moyens sont de mise. C’est toujours Mark Fisher qui réalise les décors. Les spectateurs découvrent d’abor un écran géant avec en son centre, une tête de mort (cet accessoire est réservé aux stades ; pour les spectacles en salles, des projecteurs orange sont dirigés vers le public).

La scène, gigantesque bénéficie d’une avancée sur la moitié de la pelouse du stade et se termine en étoile à cinq branches. La tête de mort sur l’écran laisse bientôt sa place à l’œil de Mylène, qui s ’ouvre et referme sur la musique de l’introduction, D’entre les morts

Image de prévisualisation YouTube

Suivant les lieux où elle se trouve et la dimension de la salle, Mylène module son track-linsting. Pour ce qui est des salles en France, type Zénith, elle propose des chansons issues de l’album Point de Suture et ses tubes extraits d’anciens albums… reste A quoi je sers… « orpheline » d’album original, et les instrumentaux D’entre les Morts pour l’introduction et l’Interlude Avant que l’ombre… entre Ainsi soit- je.. et Libertine. Pour ce qui est des spectacles russes, Mylène oublie A quoi je sers… et d’autres chansons. A Saint Pétersbourg, elle chantera également Je t’aime mélancolie. Quant au Stade de France, elle y laisse de côté A quoi je sers… je te rends ton amour et Si j’avais au moins. Elle ajoute en revanche California, Laisse le vent emporter tout, l’Instant X et Fuck Them All.

C’est le track-linsting de la tournée qui sera gravé sur disque, tandis que celui du Stde de France servira pour la captation (DVD et Bly-ray Mylène Farmer Stade de France, respectivement Polydor 532 543-5 et Polydor 532 543-8). A noter que trois titres ajoutés au Stade de France se retrouvent sur un CD dans le coffret collector du DVD Mylène Farmer Stade de France (Polydor 532 543-1) et uniquement, tandis que Laisse le vent emporter tout ne fait l’objet d’aucune version audio gravée sur CD… Pour finir, dans le DVD, filmé par François Hanss, on peut entendre le pianiste Yvan Cassar jouer quelques notes de joyeux anniversaire, entre Rêver et Laisse le vent emporter tout. Normal ; le spectacle a eu lieu et a été filmé le 12 Septembre 2009, jour des 48 ans de Mylène !

issu du livre de Benoît CACHIN sorti en octobre 2012. Aux éditions Gründ. Page 196

 

 

Publié dans Mylène AU FIL DES MOTS | Pas de Commentaires »

Bruno Aveillan et Mylène farmer

Posté par francesca7 le 5 août 2013

 

Diplômé de l’École supérieure des Beaux-Arts de Toulouse, Bruno Aveillan rejoint la société de production QUAD en tant que réalisateur. Il a notamment réalisé de nombreux films publicitaires pour des marques telles que Cartier, Orange, Perrier, Louis Vuitton, Audi, Nike, Paco Rabanne, Quézac, Lanvin, Nissan, Christian Lacroix, Rochas, Lexus, Chanel, Time Warner, Lacoste, Miller,Nintendo1, Gaz de France, Toyota, BMW, etc.

Bruno Aveillan et Mylène farmer dans Mylène en DUOS 936456_10151758601994108_1296927804_n-300x225

Une des premières réalisation de Bruno Aveillan fut le spot Perrier La Foule mettant en scène une pléiade de personnages colorés sortant de leur affiche respective. Outre une avalanche de prix internationaux, le film fut élu « Film préféré des Français » suite à un sondage IPSOS/Stratégie.

En 1999, succédant aux réalisateurs Lars von Trier et Roland Joffé, Bruno Aveillan réalise un nouvel épisode de la saga publicitaire CNP. Il fut également le metteur en scène du film pour le lancement du parfum Oxygène de Lanvin. Considéré comme l’un des plus beaux films de parfum jamais réalisé, il met en scène, pour la première fois à l’écran, Gisèle Bündchen. Il a également filmé un grand nombre de célébrités parmi lesquelles on peut citer : Monica Bellucci, Claudia Schiffer, Amy Smart, Mélanie Thierry, Olga Sherer, Shalom Harlow, Sharon Stone, Milla Jovovich, Jessica Stam, Inna Zobova, Morgane Dubled, Virginie Ledoyen, Mylène Farmer, Daiane Conterato, Vlada Roslyakova, Elsa Benitez, Julia Stegner, Rachel Weisz, Freida Pinto, Leila Bekhti, etc.

Il a ensuite réalisé le film Anthem pour la marque Infiniti qui fut présenté en avant-première lors de la cérémonie des oscars 2002. La même année, il signe un des quatre films de lancement de la marque Orange, aux côtés des réalisateurs Martin Scorsece et Oliver Stone. Il a également travaillé avec le Land artiste Nils Udo pour concevoir l’univers visuel du Parfum Mahora de Guerlain. On peut également citer le film Magnum 5 senses, réalisé avec une approche expérimentale, proche de l’art vidéo.

En 2008, l’entreprise Louis Vuitton fait appel à Bruno Aveillan pour réaliser le premier film publicitaire de son histoire, intitulé Where will life take you. D’un format de 90 secondes et traduit en 14 langues, ce film a remporté de nombreux prix dont un Gold Clio Award, un Gold Award aux London International Awards, un Epica Award, un Cristal. La musique de ce film est signée Gustavo Santaolalla.

En 2010, il réalise une campagne mondiale pour Shangri-La, dont il signe les films et les photos, qui raconte l’histoire d’un homme sauvé par des loups. Plébiscitée par le public et les médias, La campagne a reçu de nombreuses distinctions dont Adfest, Spike Awards, ADstars, et un Lion.

En 2011, Swarovski propose à Bruno Aveillan une collaboration artistique par le biais de la réalisation d’un film court, symbolisant l’héritage de la marque. Le film a été présentée en avant première à Time Square et au Rockfeller Center à New York, au début de l’année 2011.

En 2012, Bruno Aveillan réalise le film L’Odyssée pour Cartier. D’une durée exceptionnelle de trois minutes trente, ce film illustre les grands moments de l’histoire de la marque en mettant en scène le voyage surréaliste d’une panthère, animal symbole de Cartier. Après avoir été présenté en avant première au MOMA de New York et au Grand Palais à Paris12. En trois mois, il a été vu par plus de 160 millions de spectateurs dans le monde

Bruno Aveillan soutient également l’action d’ONG telles que Reporters sans frontières ou la Banque alimentaire pour lesquelles il a réalisé plusieurs films.

Bruno Aveillan (Toulouse, 24 février 1968) est un réalisateur, un photographe et un artiste multimédia français.

Il réalisa The Farmer Project : un court-métrage de plus de 15’ générique compris, pour Mylène Farmer et réunissant les clips de la belle : Dégénération et Si j’avais au moins

Ce clip The Farmer Project sera diffusé pour la première fois sur M6 le 17 Janvier 2009 (une semaine plus tôt sur le Net). Chronologiquement, Universal choisit de découper ce court-métrage en deux et d’en taire l’existence. La partie Dégénération (le début) est ainsi diffusée telle quelle le 10 juillet 2008, sans que personne ne se doute qu ‘il y aura une suite (tournée en même temps) en janvier…. Il s’agira donc du clip de Si j’avais au moins   …., les deux s’enchaînant parfaite pour former un tout, le Farmer Project

Sa Dernière réalisation pour : Orange « The Little Finger »

 

Image de prévisualisation YouTube

Dans sa démarche de plasticien, Bruno Aveillan entend s’éloigner d’une représentation illusoirement réaliste pour privilégier une approche plus impressionniste, fragmentaire et certainement poétique. « Mon travail touche à l’intime, parfois aux frontières de l’abstraction. C’est un panorama mental qui ouvre plus qu’il ne ferme, déploie l’imaginaire du spectateur. » confie l’artiste. Dans un interview récent, il précise au journaliste Stephen Whelan : “Il s‘agit pour moi de proposer des espaces d’incertitudes qui offrent à l’esprit la possibilité de se réapproprier l’instant, à la manière d’un carnet de voyage intuitif et sensoriel. ». La journaliste et critique Zoé Balthus souligne également le “talent affirmé, à l’imagination vive et puissante  de Bruno Aveillan (…), poète en harmonie avec l’invisible, en intelligence avec le sacré, de cette trempe d’hommes en profonde communion avec leur art, qui explore des territoires où il laisse son regard hypersensible apprivoiser l’infime mouvement de la matière, s’immiscer au cœur du mystère des éléments, assister aux subtiles mutations alchimiques de la vie, guetter la grâce indomptable de la lumière… »


Publié dans Mylène en DUOS, Mylène et L'ENTOURAGE | Pas de Commentaires »

AVANT QUE L’OMBRE le spectacle

Posté par francesca7 le 24 juillet 2013

 

AVANT QUE L’OMBRE le spectacle dans Mylène AU FIL DES MOTS mf2000_126a-199x300Ce nouveau spectacle de Mylène Farmer en 2006 est, comme toujours, conçu par Mylène elle-même avec, à la direction artistique, Laurent Boutonnat, à la direction musicale Yvan Cassar, et à la production Thierry Suc.

Là encore, les moyens sont énormes pour concrétiser le vœu de la chanteuse. Le décor, réalisé par Mark Fisher, est particulièrement impressionnant. En entrant dans Bercy, les spectateurs découvrent tout d’abord deux énormes portes sculptées et dorées qui cachent la scène principale. Lorsque le spectacle commence, le public a pourtant la tête en l’air, puisque c’est du « ciel » que Mylène fait son entrée, allongée dans une capsule futuriste et habillée d’or. La capsule se pose sur une avancée en forme de croix aménagée au milieu de la fosse et reliée à al scène principale par un pont escamotable. Des hommes (qui ne sont pas les danseurs, mais des personnes recrutées dans une agence de sécurité…) arrivent alors et transportent la capsule sur la scène principale, à la verticale, alors que les portes s’ouvrent sur des écrans immenses.

Mylène se réveille alors, sort de sa capsule et commence à chanter Peut-être toi. Une entrée particulièrement impressionnante !

Derrière un immense rideau d’eau apparaît Mylène pour sa dernière chanson, Avant que l’ombre… ce rideau  s’ouvre pour laisser passer la chanteuse, et, dans un premier temps, sert d’écran géant. Il se referme derrière Mylène et affiche à l’arrière-plan de la chanteuse le mot « passé » et la silhouette de Mylène. Il ne s’agit pas cette fois d’une projection, mais bien d’eau dans l’eau formant images et mot… un résultat étonnant et un effet unique à l’époque. A la fin du titre, le rideau s’ouvre à nouveau pour laisser passer Mylène, qui retirant sa robe, monte un escalier puis disparaît. Les portes se referment alors, le spectacle est terminé.

Les costumes sont l’œuvre du couturier Franck Sorbier (elle n’en portera en fait que cinq), dont une robe-manteau rouge brodée absolument magnifique pour le final sur Avant que l’ombre .. Côté musiciens, l’équipe du précédent spectacle est renouvelée pour moitié. Des « anciens » Mylène retient Yvan Cassar et Eric Chevalier aux claviers, Abraham Laboriel Jr, à la batterie et Esther Dobong’Na Essienne et Hohanna Manchec aux chœurs. Sont donc nouveaux » : Pereduc Ap Gwyneed et Milton Mc Donald aux guitares, Paul Bushnelle à la basse et Nicolas Montazaud aux percussions. Les chorégraphies, quant à elles, sont assurées par Mylène – en collaboration avec Christophe Danchaud pour C’est une belle journée. Huit danseuses exécutent les chorégraphies (Ayo Berner Jackson, Christine Dejesus, Khetanya Jati Henderson, Tiffany Howard, Sharaya Howell, Edara Johnson, Christianna Toler et Naimah Willoughby), accompagnées par sept frères formant la troupe espagnole Los Vivancos.

Les Los Vivancos exécutent deux époustouflantes chorégraphies (un flamenco modernisé et une autre dans e toujours sans Mylène) après Porno graphique et entre C’est une belle journée et Ange, parle-moi, le temps que la chanteuse se change.

                issu du livre de Benoît CACHIN sorti en octobre 2012. Aux éditions Gründ. Page 172 

Publié dans Mylène AU FIL DES MOTS | Pas de Commentaires »

Jeff Dahlgren et mylène farmer

Posté par francesca7 le 22 juin 2013

Jeff Dahlgren et mylène farmer dans Mylène et L'ENTOURAGE jef

Jeff Dahlgren (né le 9 octobre 1965 à Los Angeles) est un guitariste et producteur musical américain, proche de Mylène Farmer.

Membre du groupe de punk rock Waste Youth dans les années 1980, il collabore ensuite avec Mylène Farmer. On le voit aux côtés de cette dernière dans le film Giorgino réalisé par Laurent Boutonnat en 1994, et dans lequel il tient le rôle-titre, faisant à cette occasion ses débuts de comédien à l’écran. Le film est un échec commercial.

Jeff Dahlgren suit Mylène Farmer en Californie et poursuit avec elle un collaboration musicale. Il participe à l’album Anamorphosée de la chanteuse pour les guitares et est également l’un des musiciens crédités sur l’album Innamoramento. Il est présent, toujours à la guitare, aux concerts du Tour 1996 et du Mylènium Tour du 21 septembre 1999 au 8 mars 2000. En 2001, avec Mylène Farmer et sa boite de production Dichotomie, il produit sans succès une jeune chanteuse, Christia Mantzke. Jeff Dahlgren est en outre membre du groupe de musique KatsüK. Ce groupe basé à Fort Worth au Texas aux États-Unis est constitué de plusieurs membres : Daniel Katsük, Evan O’Jones, Matt Skates, Orion Ritts et Jeff Dahlgren, producteur, guitariste et que l’on retrouve également crédité pour les « voix » avec Daniel Katsük.

Sortie le 17 octobre 1995, après 4 ans d’attente, Anamorphosée est le quatrième album studio de Mylène Farmer. Mylène se sait attendue. Il fait suite à l’échec de Giorgino et à sa retraite californienne qui à suivi. Anamorphosée contient 12 titres dont 5 feront l’objet de tirage single : XXL, L’instant X, California, Comme j’ai mal et Rêver. L’album entièrement produit par Laurent Boutonnat est enregistré à Los Angeles (A & M studios et Record One) et le mixage est confié à Bertrand Châtenet. C’est avec cet album que Thierry Rogen, fidèle des débuts de Mylène Farmer, se sépare du duo.

giorgino dans Mylène et L'ENTOURAGE

Anamorphosée marque un renouveau pour Mylène Farmer. Au niveau sonore, Anamorphosée laisse une place de choix aux arrangements symphoniques, aux ambiances plus rock et aux riffs de guitares électriques. Jeff Dahlgreen (rôle titre dans Giorgino) n’y est pas pour rien. A noter que Mylène compose pour la première fois lors de cet album Tomber 7 fois…. Au niveau de l’inspiration, même s’il l’on retrouve les thèmes chères à la chanteuse, la douleur, la séparation, la mort et le renoncement, le ton est plus apaisé et serein. Mylène s’est tournée vers plus de spiritualité, fini les allusions perverses et érotiques. Mylène déclare son nouvel intérêt pour le bouddhisme et sa lecture du Livre tibétain de la vie et de la mort de Sogyal Rinpoché.

Progressivement l’album fera son chemin et sera un très beau succès pour Mylène Farmer. A remarquer que cet album lui a permis de rencontrer de nouveaux fans et de gagner un nouveau public. En 2005, Mylène Farmer réédite cet album dans une version digipak, suivi le 31 août 2009 d’un 33 tours en tirage limité et numéroté.

Publié dans Mylène et L'ENTOURAGE | Pas de Commentaires »

Spectacle et chansons du Live Bercy de Mylène

Posté par francesca7 le 9 avril 2013

Spectacle et chansons du Live Bercy de Mylène dans Mylène AU FIL DES MOTS bercy-210x300

 

En 1997, qui dit nouveauté dit changement d’équipe. Mylène fait table rase du staff des concerts de 1989. Hormis Laurent Boutonnat pour la conception du show et Thierry Suc pour la production, la chanteuse s’entoure de nouveaux visages ; Yvan Cassar (direction musicale et claviers), Jeff Dahlgren et Brian Ray (guitare), Jerry Watts Jr (basse), Abraham Laboriel Jr (batterie) et Susie Devis (claviers et percussions). Côté danseurs et danseuses, le public découvre augustin Madrid Ocampo Jr. Roberto Martocci, Jermaine Browne, Brian Thomas, Thomas Mariano et les danseuses-choristes Donna De Lory  et Valérie Bony. A noter que le danseur Christophe Danchaud travaille encore à ce jour avec Mylène et que la rivale de Libertine, Sophie Tellier, sort ici et définitivement de l’univers Farmer, par choix, comme l’a expliqué Tellier. Les chorégraphies, quant à elles, sont créées par Mylène Farmer, Christophe Danchaud et Jaime Ortega. Signalons aussi les nouvelles choristes Carole Rowley et Esther Dobong ‘ Na Essienne. Une partie de cette équipe toute neuve suivra désormais Mylène en tournée et lors des shows de 1999-2000. Les costumes eux aussi ont évolué : Thierry Mugler est remplacé par le génial et avant-gardiste Paco Rabanne. Il concocte pour Mylène de magnifiques tenues sexy et lumineuses argentées et blanches. Les décors sont très réussis également ; conçus par Jean Michel Laurent et Xavier Grosbois (L&C Design), ils se caractérisent par un écran géant (le plus imposant d’Europe), une araignée gigantesque où Mylène viendra se percher pour chanter Alice, et l’avant d’un train pour le final sur XXL.

Côté track-listing du concert, Mylène fait un savant mélange de ses quatre albums tout en privilégiant tout de même le dernier, Anamorphosée. De Cendres de Lune, elle chante Libertine, l’Ainsi soit je. Elle chante Sans contrefaçon et Ainsi soi Je… (pour certaines dates), de l’Autre… elle chante l’Autre, Je t’aime mélancolie et Désenchantée, et d’Anamorphosée elle interprète Vertige, California, Et tournoie . L’instant X, Alice, Comme j’ai mal, Mylène s’en fout, Rêver, Laisse le vent emporter tout, Tomber 7 fois.. et XXL . Soit l’intégralité de l’album, excepté Eaunamisme.

Reste Que mon cœur lâche, single sorti en 1992. Une belle surprise attend les spectateurs de Genève et Paris (et uniquement ceux-là), puis que Mylène interprète en duo avec Khaled La Poupée qui fait non, reprise du tube de Michel Polnareff de 1966. Le succès est total (même si la tournée n’st pas « sold out » comme en 1989) et sera l’occasion d’un disque et d’une VHS ainsi que d’un Laser Disc (le DVD sortira en 2000 – Mylène Farmer Live à Bercy, Polydor 0548502). A noter que sur la vidéo (réalisée par Laurent Boutonnat et François Hanss), le spectacle est dédié à Jean-Loup : Mylène rend ainsi hommage à son frère aîné, mort dans un accident le 26 octobre 1996. Sorti le 21 mai 1997, le CD du concert connaîtra un succès foudroyant avec près de 900 000 exemplaires vendus ; Un record absolu pour un Live, tous artistes confondus.

LA POUPEE QUI FAIT NON – (avec Khaled) – C’est pour une émission de télévision que Mylène enregistre un duo avec le chanteur algérien Khaled. C’est le troisième duo de toute sa carrière (après Frantz avec Guy Béart et Regrets avec jean-Louis Murat). Le 24 octobre 1996, alors qu’elle fait une pause forcée pendant sa tournée, Mylène accepte de venir chanter dans l’émission de TF1 « Tip Top ». Outre une courte interview, elle chante Comme j’ai mal et en duo, La Poupée qui fait non, reprise de Michel Polnareff.

Dans le magazine Instant Mag (n° 15, automne 2003), Thierry Rogen, ingénieur du son, se souvient de l’enregistrement : « J’ai aussi participe au single La Poupée qui fait non avec Khaled, où là, Laurent Boutonnat était complètement absent. L’enregistrement s’est fait ici, au studio (Les studios Méga à Suresnes) dans la bonne humeur. Ça a été très rapide, Mylène et Khaled se sont vus quatre heures en tout et pour tout ! » Un enregistrement éclair donc pour une chanson qui colle bien aux deux univers. D’autant que Mylène a toujours déclaré aimer Polnareff et connaître ce titre depuis l’enfance. La Poupée qui fait non fut chantée par Michel Polnareff en 1966 – c’est même son premier disque (EP La poupée qui fait non, Chère Véronique, Beatnik, Ce que je cherche, AZ 1024). Cette chanson de Franck Gérald sera un immense succès et permettre à Polnareff de débuter dans la chanson aux côtés de Sylvie Vartan Johnny Hallyday ou Claude François. Les paroles, comme c’était souvent le cas dans les années 1960, sont gentillettes : l’histoire d’une jeune fille (une poupée) qui ignore les avances d’un prétendant rien de plus. La qualité de la chanson vent donc essentiellement de la musique de Polnareff… En 1996, soit trente ans plus tard, c’est donc Mylène et Khaled qui reprennent ce titre pour une émission de télé. Mais cette version studio (ils chantent en play-back) ne sera jamais commercialisée. Elle reste inédite encore aujourd’hui, mais Khaled rejoindra Mylène lors des concerts à Genève et à Paris Bercy en décembre 1996.

Là, la chanson en live sera bel et bien enregistrée et gravée sur le CD et la vidéo du concert. Ce duo se situe à la fin du concert, juste avant la dernière chanson, XXL, Après Ainsi soit Je…, Mylène accueille donc Khaled sur scène, et ils offrent au public une version de La Poupée qui fait non aux accents arabisants, avec des arrangements d’Yvan Cassar.

                 issu du livre de Benoît CACHIN sorti en octobre 2012. Aux éditions Gründ. Page 105/220

 

Publié dans Mylène AU FIL DES MOTS, Mylène TOUR 1989 | Pas de Commentaires »

Mylène en concert de 1989

Posté par francesca7 le 23 mars 2013

Mylène en concert de 1989 dans Mylène AU FIL DES MOTS bio5

C’est Thierry Rogen, le preneur de son du spectacle, qui se souvient de ces concerts lors d’une interview accordée à Instant-Mag (n°14, été 2003) : « le concert de 1989 est l’une de mes plus belles expériences professionnelles, mais en même temps l’une des pire. Une des plus belles, parce que j’avais suivi de façon presque familiale la carrière de Mylène et que c’était un moment important ; a l’époque, Mylène n’existait que par l’image de ses clips, et se montrer en public était quelque chose de nouveau pour elle. Là où elle m’a épaté, c ’est qu’elle a un tel professionnalisme qu’elle a cassé toutes les barrières. La préparation du concert a aussi été très difficile dans le travail quotidien parce que comme tout ce qui concernait Mylène et selon la volonté de Laurent Boutonnat, il fallait que le spectacle soit « énorme ». Je ne sais pas si nous étions tous préparés à quelque chose d’aussi grand. On a eu peur jusqu’au bout de ne pas être à la hauteur, et je me souviendrai toute ma vie du premier concert à Saint Etienne. On a été les premiers à mettre des synthés et des séquences sur scène, avec une technologie qui n’était pas aussi au point qu’aujourd’hui.

On avait le problème suivant : les disques de Mylène étaient tellement sophistiqués dans la production qu’on ne pouvait pas aller sur scène et placer simplement un batteur, un bassiste et un guitariste. Il fallait que le public retrouve sur scène la couleur des albums, qui comportaient des tonnes de séquences et de programmation. Donc, en plus des choristes et de Mylène sur scène, il y avait aussi certains backings, qui comportaient des séquences de voix. C’est peut-être ce qui a amené la critique, parce que les gens disaient que le son était trop énorme pour ne sortir que de la scène. Mais, quand U2 est en concert, et que The Edge est tout seul sur scène l’énorme son qui sort de sa guitare ne vient pas de lui ! Donc où est la critique ?

Si on veut se prendre un spectacle dans la figure, les détails techniques qui font qu’on met du ruban autour du paquet, qu’est-ce que ça peut faire aux gens ? Tous le monde utilise les séquenceurs sur scène. Donc en quoi est-ce critiquable ? Quand Mickael Jackson ou Madonna font ça, tout le monde les encense, alors qu’à la différence de Mylène, ils chantent en plus en play-back sur scène. Si vous voulez allez assister à un live unplugged à la bougie, allez voir Francis Cabrel parce que ses chansons s’y prêtent ; pas celles de Mylène.

Et Rogen a raison, la critique sera dure avec Mylène. L’attendant au tournant depuis cinq ans, elle fond sur Mylène en prétendant qu’elle ne sait pas chanter, que le spectacle est glacial, que c’est la première et dernière fois que la chanteuse monte sur scène ;.. Bref, rien de tendre, tandis que le public est lui au rendez-vous et se déclare aux anges ! Il faut dire que Mylène a vu grand, très grand. Conçu par Mylène Farmer, Laurent Boutonnat et Gilles Laurent   , le show est un concept avec un début et une fin. Très cohérent, le spectacle met en scène Mylène dans un décor (réalisé par Hubert Monloup) représentant ce qui semble être un cimetière – plus tard, Gilles Laurent précisera qu’il ne s’agit pas d’un cimetière à proprement parler mais de monolithes à la façon du site de Stonehenge. Un moine encapuchonné ouvre d’immenses grilles au début du spectacle avant L’Horloge et les referme après Je voudrais tant que tu comprennes. Les costumes sont de Thierry Mugler et les lumières de Jacques Rouveirollis – la crème de la crème donc. Il n’y a guère que Sylvie Vartan qui, à cette époque en France, soit capable de créer de tels shows (elle est la première à l’avoir fait).

Sur des chorégraphies de Mylène, huit danseurs entourent la chanteuse : Sophie Tellier (la rivale de Libertine et coordinatrice des chorégraphies) Edwige Chandelier    , Christophe Danchaud, Bruno Balto, Georges Barrier, Alicia De la Fuente, Pascal Montrouge et Marianne Filadi (respectivement remplacés par Yann Joans et Dominique Martinelli après la première et le Palais des Sports de Paris). Côté musiciens, là encore Mylène et Boutonnat prennent les meilleurs du moment : Bruno Fontaine     (direction musicale et claviers), Yves Sonna (batterie), Philippe Drai (Percussions), Slim Pezin (guitares, Christian Padovan (basse), Jean-Philippe Audin (violoncelle), Carole Fredericks et Beckie Bell (choristes), ainsi que Patrick Bourgouin (flûte et saxophone, uniquement pour la première et le Palais des Sports).

La tournée est un vrai succès, et plus de 300 000 spectateurs verront Mylène sur scène en 1989. La chanteuse a donc réussi son pari et se paie même le luxe de terminer son marathon par deux dates à Bercy ; elle est aussi la première Française à chanter dans l’énorme POPB (les 7 et 8 décembre 1989).

mylene-89 dans Mylène et mes BLABLASCôté track-listing, Mylène n’a que deux albums à son actif en 1989, elle opère donc un mix des deux ; de Cendres de lune, elle chante Plus grandir, Maman a tort, Tristana et Libertine, et d’ainsi soit je… elle interprète L’Horloge, Sans logique, Pourvu qu’elles soient douces, Allan, Sans contrafaçon, Jardin de Vienne, Déshabillez-moi et Ainsi soit Je… Elle agrémente le tout de deux titres présents seulement sur SP (Puisque et A quoi je sers…) (pour ce dernier uniquement à partir de fin septembre pour le lancement de la tournée) et d’un inédit, une reprise de Marie Laforêt, Je voudrais tant que tu comprennes, pour clore le spectacle. Quinze titres donc pour des chorégraphies endiablées (notamment celles de Libertine et de Tristana, qui reprennent l’idée des clips) et des moments très émouvants où la chanteuse semble en parfait communion avec son public (ainsi soit je… Je voudrais tant que tu comprennes ..)

Bref, de quoi fermer le bec aux détracteurs de Mylène, qui seront bien obligés de reconnaître le succès (et le talent) de la chanteuse. Elle entre alors dans la cour des grands. Le disque de l’intégrale du concert sort au moment des derniers spectacles à Bercy (le 6 décembre 1989) et connait un succès prodigieux (près de 600 000 exemplaires vendus). La vidéo du concert sort, quant à elle, le 5 novembre 1990, soit plus d’un an après le début de la tournée (VHS Mylène Farmer en concert, le film, Polydor 082 814-3).

Une vidéo aujourd’hui épuisée, amputée de deux titres, Allan et Plus grandir, et de l’instrumental Mouvements de lune partie I. là encore le succès sera au rendez-vous, puisque cet enregistrement sera certifié « vidéo de diamant »… Cependant, une polémique subsiste toujours concernant ce film. Comme l’a précisé Bertrand Lepage dans la presse de l’époque (Podium n° 215, de décembre 1989), Boutonnat a retourné des séquences sans le public ce qu’on lui reprochera, car la vidéo apparaît quelque peu sans chaleur à certains moments.

                issu du livre de Benoît CACHIN sorti en octobre 2012. Aux éditions Gründ. Page 59/220

 

Publié dans Mylène AU FIL DES MOTS, Mylène et mes BLABLAS, Mylène TOUR 1989 | 1 Commentaire »

Mylène et Esther Donbong’Na Essienne

Posté par francesca7 le 20 mars 2013

 

Bassiste, chanteuse, productrice, auteur… Esther Donbong’Na Essienne multiplie les visages artistiques. Sur disque ou en concert, elle s’est illustrée chez Manu Dibango, Claude Nougaro, Michael Bolton ou Mariah Carey.

Confidences de Esther Donbong’Na Essienne (Choriste) 2006 – Mylène Farmer et vous

Mylène et Esther Donbong'Na Essienne dans Mylène et L'ENTOURAGE 2263790455_small_2

Le prendriez-vous mal si l’on vous disait que la musique est un peu dans vos gènes ?
Absolument pas, car je suis née dans une famille de mélomanes. Mon père jouait de la guitare et nous a fait écouter très tôt de la musique. Je suis entrée au Conservatoire à cinq ans. J’étais une bonne élève et j’ai rapidement obtenu des prix du piano. J’ai appris la guitare en autodidacte et écrit mes premières compositions vers douze ans. Après le collège, je faisais des escapades dans un complexe de salles de répétitions. J’y ai croisé des musiciens célèbres comme Kamil Rustam qui a joué depuis avec toute la variété française et internationale, et qui vit aujourd’hui à Los Angeles où il accompagne Jessica Simpson ou Jennifer Lopez.

Vous étiez une musicienne pour le moins précoce. Quand avez-vous découvert le chant ?
Je chantonnais naturellement, mais je n’avais jamais étudié le chant. En revanche, j’ai fréquenté très jeune ce milieu infréquentable et j’écoutais tout, jazz, soul, folk, pop et rock. Je me suis découvert une passion pour la basse, un instrument sensuel et rythmique. Depuis, je m’accompagne à la basse en concert. On a créé, avec mes sœurs, une formation reggae, les Blackheart Daughters, où je chantais et jouais de la guitare et de la batterie. Ma sœur Princess Erika a fait son chemin et nous nous sommes retrouvées après l’enregistrement de « Trop de blabla » en 1988. Je me suis fait remarquer lors de séances de voix en studio en créant des chœurs. Des artistes m’ont sollicitée, comme le violoniste Jean-Luc Ponty (ndlr : Tchokolo en 1991 et le Festival de Montreux), et j’ai su que je ne me trompais pas quand j’ai commencé à faire des télés avec ceux qui avaient bercé ma jeunesse comme Le Forestier ou Sylvie Vartan.

Où en étiez-vous quand vous avez été engagée par Mylène Farmer en 1996 pour la deuxième tournée de sa carrière ?
J’avais décliné l’offre de Jean-Luc Ponty qui me proposait une tournée américaine car je venais de signer un contrat en solo. J’avais fait une pub pour Gini qui m’avait ouvert des portes. J’ai enregistré deux singles assez power pop qui ont eu du succès en Angleterre. On m’a d’abord signé chez Polydor UK, puis dans le label IRS Record du groupe Police (ndlr : qui abritait en son sein REM, excusez du peu !) où j’ai sorti une ballade plus classique, « Homeland ». Le projet a atterri chez Chrysalis où il est passé aux oubliettes. Je suis partie, comme Mylène à l’époque, aux Etats-Unis et quand je suis revenue, j’ai été sollicitée par elle.

Votre réputation de choriste studio vous avait-elle précédée ?
Oui, car j’ai reçu un coup de fil de Thierry Rogen. Laurent Boutonnat voulait avoir mes coordonnées afin d’écouter mon travail et pour dire la vérité, je ne savais pas de quoi il s’agissait. Les médias ne parlaient pas encore du retour de Mylène Farmer. Bien vite, j’ai compris qu’il s’agirait d’un évènement de grande ampleur. J’ai envoyé une photo et une cassette audio avec quelques-unes de mes compositions. Nous avons organisé un rendez-vous avec Mylène, on a parlé musique longuement, de son dernier album mais aussi de ma propre expérience. A la fin de la discussion, on a décidé de travailler ensemble.

Étiez-vous attirée par l’univers musical construit par Mylène et Laurent Boutonnat ?
Je connaissais le travail de Mylène depuis longtemps et j’aimais beaucoup ce qu’elle faisait. Je suis toujours très fan des albums qu’elle propose. Ce qu’elle fait est sublime et en plus, c’est une personne particulièrement attachante. Elle est entière et j’ai un plaisir non dissimulé à travailler avec elle. J’étais très attentive aux chœurs qu’on me proposait, car je voulais travailler avec des artistes de qualité. Je suis évidemment très bien tombée.

m9908h-218x300 dans Mylène et L'ENTOURAGEVotre duettiste sur cette tournée 1996, Carole Rowley, avait un CV très étoffé et avait travaillé pour Real Word Record, le label de Peter Gabriel, que Mylène admire…
J’ai eu la chance de rencontrer deux camarades géniales durant ces tournées. Je me souviens de bons moments passés à Los Angeles avec Carole et les fous rires que nos avons souvent avec Johanna Manchec. En 1999, je n’étais pas allée aux Etats-Unis, j’avais rencontré Johanna à Paris et j’ai rejoint l’équipe directement aux répétitions à Marseille. Avec Johanna, on s’entend très bien et on rigole beaucoup. C’est une excellente danseuse et une très bonne chanteuse. Encore quelqu’un qui a une belle personnalité. J’apprécie Eric Chevalier, Yvan Cassar et Paul Bushnell, le bassiste d’Avant que l’ombre… à Bercy, à qui je rendrais forcément visite si je suis de passage en Californie.

Quel est le show auquel vous êtes le plus attachée ?
Chaque spectacle avait ses particularités. La première tournée était une découverte. Il y avait une fraîcheur dans mes rapports avec le staff, on riait beaucoup, notamment avec les danseurs. Le Mylenium Tour était bien plus recueilli, tant en coulisses que sur scène. Il n’y avait pas de retenue, mais probablement plus d’intériorité. Quant aux concerts de janvier dernier, j’étais totalement en confiance. J’ai senti pour ce Bercy une sorte d’accomplissement et d’aisance… Une consécration logique. Mylène était beaucoup plus à l’aise malgré le défi que représentaient ces treize dates.

Avez-vous constaté les progrès vocaux de Mylène sur Avant que l’ombre… à Bercy ?
Pour ma part, j’estime que Mylène n’a pas de « progrès » à faire. Quand on est une artiste comme elle, sa voix est une couleur et un parti pris. Je la trouve très juste. Elle chante comme elle est profondément. L’important n’est pas de vocaliser comme Whitney Houston, c’est d’être soi-même. Prenez Mick Jagger, il est loin de la perfection, mais il a sa griffe vocale !

Quelles sont justement les chansons du répertoire Farmer qui vous ressemblent le plus ?
Sur Avant que l’ombre… à Bercy, j’aimais bien l’intro « Peut-être toi » et surtout « C’est une belle journée » que je trouve très réussie. J’appréciais aussi les parties où l’orchestre jouait seul. Mais ma chanson préférée est « L’autre… ». Elle me fait craquer systématiquement. D’ailleurs, sur la première tournée, à chaque fois qu’elle la chantait, je me mettais à pleurer. C’est une des chansons qui me touchent le plus, et j’aimerais bien la reprendre…

Quels sont vos souvenirs les plus poignants parmi ces trois spectacles ?
Sur Avant que l’ombre… à Bercy, nous étions plus de deux cents hommes et femmes à travailler. Quand on part en tournée, on est en moyenne quatre-vingts personnes dans une ambiance familiale, avec des liens qui se créent. Il y a toujours des émotions particulières. Durant le Mylenium Tour, je me souviens du bonheur que nous avons ressenti quand on a appris vers la fin de la première partie de la tournée que nous partions en Russie. Le pays sortait d’années difficiles. L’émotion est venue plus du public que de nous. Et sur la première tournée, quand Mylène a eu son accident à Lyon, on a été interrompu pendant quelques mois. On était tellement heureux de repartir ensuite sur la route avec elle et de reprogrammer des Bercy !

Après dix ans de bons et loyaux services, s’il fallait définir Mylène en quelques mots ?
Je ne suis pas très bonne au jeu des définitions. Je dirai qu’elle rayonne de l’intérieur et qu’elle donne tout d’elle-même. En peu de mots, c’est dire beaucoup sur sa personnalité.

Autre femme de poigne à forte personnalité : Marianne James, pour qui vous avez enregistré récemment des chœurs sur « Corps et âme » pour son premier album…
Marianne connaissait la famille car ma plus jeune sœur était assistante de production de L’ultime récital. Jacques Ehrhart, son réalisateur, m’a appelée pour un arrangement de voix gospel. J’ai entendu un guitare/voix. Marianne m’a parlé de l’ambiance qu’elle désirait. Je lui ai fait écouter quelques maquettes et j’ai enregistré toutes les voix de ce gospel.

Où verra-t-on votre nom ces prochains mois ?
D’abord sur scène… Et sur la pochette de mon album solo. Depuis que j’ai un site Internet, je suis même sollicitée par des rappeurs américains en Floride ! Je crois qu’il est difficile d’avoir au même moment une carrière solo et une carrière de choriste. Il faut choisir, se faire violence et se donner une discipline de principes pour mener ses projets à bien. J’ai donc décidé de me concentrer sur mes chansons. Je voudrais enregistrer le plus vite possible et sans vous en dire trop… Une partie de l’album devra être réalisée avec un producteur de Las Vegas. Je garderai toutefois le contrôle de la production artistique. Ce sera un travail de longue haleine sous le signe du métissage. Je suis née à Paris, d’origine camerounaise, avec des influences que je qualifie de « cosmiques » : jazz, reggae, soul, classique, musique africaine, musique sacrée et rock. Il y aura tout ça dans cet album !

Mylène Farmer et vous – 2006

Publié dans Mylène et L'ENTOURAGE | Pas de Commentaires »

Apprivoiser Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 22 septembre 2012

J’ai apprivoisé Mylène Farmer. Par Franck Sorbier.

Eté 2005 : je reçois un coup de fil d’un producteur me demandant si je suis intéressé par la création de costumes pour une chanteuse. Ce n’est qu’au deuxième appel que j’apprends son nom. Je sais que Mylène est sensible, complexe, mystérieuse. Je me rends au premier rendez-vous, intrigué, intimidé.

Caroline Tossan – Parismatch.com

Apprivoiser Mylène Farmer dans Mylène dans la PRESSE images-4Je venais de livrer les costumes de « La Traviata » pour « Les opéras en plein air », mis en scène par Henry-Jean Servat. Ma première expérience des costumes de scène. Une photo était parue dans Paris Match, montrant Violetta dans le bustier rouge du premier acte. J’étais en plein essayage pour ma collection de haute couture quand j’ai reçu, en ce début d’été 2005, un coup de fil d’un producteur, Thierry Suc. Il me demandait si j’étais intéressé par la conception des costumes d’une chanteuse, sans préciser de qui il s’agissait. Elle avait flashé sur la photo de « La Traviata ». Pourquoi pas… Ce n’est qu’au deuxième appel que j’apprends qu’il s’agit de Mylène Farmer. Je connaissais ses chansons et, bien sûr, ses clips. Je savais que c’était un personnage sensible, complexe, mystérieux, intimidant. Je me suis présenté à la maison de production avec mes books sous le bras. On m’a conduit dans une salle de réunion. Mylène Farmer se tenait au bout de la table. On nous a laissés seuls. Déjà, j’aimais bien la façon dont elle était habillée : une chemise blanche, un pantalon et une petite veste noirs, les cheveux remontés et de très jolies sandales argentées. Elle était très simple, très calme, pas du tout show off. J’ai commencé à lui expliquer mon travail.

Elle avait aimé le bustier de velours rouge, comme une coulée de sang. Et c’est parti : pendant trois heures nous avons parlé comme si nous nous connaissions depuis toujours. Elle m’a tout expliqué de son show intitulé « Avant que l’ombre ». Elle ouvrirait le spectacle en descendant du plafond dans une capsule sur une scène en forme de croix. J’ai pensé au film de Mankiewicz, où Cléopâtre emmène Jules César devant le cercueil transparent d’Alexandre. Dans ma tête, il y avait déjà des images et des couleurs. Je l’ai invitée à l’atelier. A partir de là, nous n’avons pas cessé de nous voir, jusqu’au 26 décembre, date de livraison des derniers costumes. Nous ne sommes pas des expansifs. Tout était très retenu. J’ai fait des esquisses. Elle me disait : « Bon, j’adore, mais je ne suis pas sûre de tout comprendre. » J’ai construit des panneaux avec des photos anciennes de ballets russes, des gisants, des peintures symbolistes… et proposé des modèles plus précis. J’ai retrouvé avec Mylène mes premières émotions cinématographiques d’adolescence, « L’histoire d’Adèle H » avec Isabelle Adjani, ce XIXe viscéral et romantique où les émotions nous dominent. Je suis de la même génération, celle d’un romantisme noir. J’ai racheté un disque de Siouxie and the Banshees qui m’évoquait la fin des années 70 quand je suis monté à Paris, mon bac en poche. A l’époque, je dévorais le magazine « 100 idées » et les modèles de Kenzo ou d’Anastasia inspiraient ce que je dessinais pour mes copines. La musique était, et reste toujours, un déclencheur d’émotions. Durant mon adolescence, à Biarritz, je suis passé par toutes les phases : Deep Purple, disco, ska. Etudiant à Esmod, je ne pensais qu’à Mugler, Alaïa et Beretta. J’adorais les images de Serge Lutens.

Durant mes longues après-midi de complicité avec Mylène, j’ai revisité toute mon histoire de la mode. Elle venait chez moi quasiment une fois par semaine. On commençait par prendre un thé, puis on travaillait. Les séances pouvaient durer sept heures. Elle a fait preuve d’une incroyable patience durant les essayages, il y a eu aussi de grosses crises de fou rire. Je ne laisserai personne dire qu’elle est capricieuse. Perfectionniste, oui.

L’idée était de ne pas changer son look de libertine, évoqué par le petit marquis du clip de « Pourvu qu’elle soit douce », avec les cuissardes qui collaient à la peau. Mais je la ressentais plus féminine et plus couture. Pour « Déshabillez-moi », nous avons réalisé un minishort et un soutien-gorge dans une guipure sublime, tissée sur un très petit métier mécanique rarissime, réincrustée et redécoupée. Le public ne pouvait pas en voir le raffinement à l’œil nu. Tout le bénéfice était pour Mylène, que ce minuscule morceau d’étoffe aidait à incarner parfaitement le personnage de la chanson. Pour le tableau final, il y avait un manteau de cour Renaissance, rouge, brodé d’or et de perles de Tahiti et cousu de 150 médailles miraculeuses ! Yvan Cassar, le pianiste portait un manteau brodé, et il y avait des kimonos peints à la main. La commande comptait 280 pièces différentes.

MF2000_61a-214x300 dans Mylène et L'ENTOURAGEC’était titanesque. Nous y avons travaillé quinze heures par jour. Il fallait que ça tienne dans le mouvement, que ça soit solide et, surtout, que l’on puisse les enlever vite ! Cet aspect m’a beaucoup intéressé. Plus que l’accrochage du micro ! « Je crois qu’il y a des choses qui vont te faire un peu de peine…», m’a dit gentiment Mylène quand la technique a dû « broder » ses fils sur mon travail.

Quand j’ai vu le show devant les 13 000 spectateurs, j’ai pensé que nous étions allés beaucoup plus loin qu’une simple collaboration. C’était une véritable histoire d’amitié et de complicité. J’ai beaucoup appris de quelqu’un de très vigilant, moi qui suis plus naïf. Je ne dis pas qu’on devait se rencontrer, mais presque. Il y a eu quelque chose de cette phrase d’Oscar Wilde : « L’émotion nous égare, c’est son principal mérite. »

Franck Sorbier est né le 4 janvier 1961, de Georgette Suraud et Raoul Sorbier, des « noms » d’arbres qui le prédestinaient sans doute à un métier poétique… Il fait partie du cercle très fermé des 10 couturiers officiellement reconnus par la Fédération française de la haute couture. Né dans le Var, il a grandi au Pays basque avant de s’installer à Paris en 1980. Elève insolent de l’école Esmod, il présente sa première collection de prêt-à-porter en 1987, mais c’est dans la couture qu’il développe sa plus belle expression. Il s’y consacre exclusivement à partir de 1999.En 2006, il a aussi créé les costumes de scène de Johnny Hallyday.

Issu de Paris Match : http://www.parismatch.com/People

 

Publié dans Mylène dans la PRESSE, Mylène et L'ENTOURAGE | Pas de Commentaires »

Marcus Nispel et Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 30 août 2012

 

Marcus Nispel et Mylène Farmer dans Mylène et L'ENTOURAGE marcusnispel_676Marcus Nispel, né le 15 avril 1963 à Francfort-sur-le-Main en Allemagne, est un réalisateur, producteur de télévision et de cinéma allemand.

Marcus Nispel est né le 15 avril 1963 à Francfort-sur-le-Main dans le Land de Hesse en Allemagne.

Il a fréquenté l’école Leibniz à Höchst (Francfort-sur-le-Main) et débuté dans le monde de la publicité en tant que directeur artistique dans la publicité chez Young & Rubicam.

Marcus Nispel s’est marié à Dyan Humes Nispel, une auteur-compositeur, avec qui il a eu deux fils jumeaux, Armyan Mathaus Nispel et Bruno Tobias Nispel, nés en mars 1999.

décide en 1984 de s’installer aux États-Unis pour étudier avec l’aide d’une bourse. À partir de 1989, il réalise des clips publicitaires et musicaux pour des artistes aussi prestigieux que Janet Jackson, George Michael ou Billy Joel.

Côté français, il a réalisé quatre clips pour Mylène Farmer, en 1995 les tubes XXL et L’instant X, en 1996 le clip de Comme j’ai mal et en 1999 le clip de Souviens-toi du jour…. Il a réalisé aussi des clips tels Mon manège à moi pour Étienne Daho, Mens pour Alain Chamfort et Où est l’élue pour Pascal Obispo.

Depuis cette carrière entamée, il remporte déjà de nombreux prix pour son travail commercial et vidéo, y compris des Clio Awards, le Prix Moebius, le Grand Prix du Promax Awards, quatre MTV Video Music Awards, deux Billboard Music Awards et la MVPA Awards en 2001.

Choisi par le producteur Michael Bay, il signe en 2003 Massacre à la tronçonneuse, remake du classique de l’horreur signé Tobe Hooper en 1974. Le film est diversement accueilli par la critique, le site Rotten Tomatoes comptant 100 critiques négatives pour seulement cinquante deux positives et sera nommé aux Raspberry Award dans la catégorie pire remake en 2004. Cela n’empêcha cependant pas le film d’être un succès mondial.

Interview de Marcus Nispel pour Mylène :

 En 1995, c’est une Mylène scotchée à l’avant d’un train lancé à vive allure qui déboule sur nos écrans, avec dans sa poche un nouveau single « XXL », et un nouveau clippeur, Marcus Nispel. Entretien événement avec le réalisateur.

illogical-redonne-moi-symphonic dans Mylène et L'ENTOURAGEAnouk Nora nous disait que vous avez débuté ensemble dans la production. Qu’est-ce qui vous a mené à la réalisation (ndlr : cf. les Confidences d’Anouk Nora) ?
J’ai étudié l’art et le design en Allemagne, puis j’ai dû partir aux Etats-Unis pour me spécialiser dans le graphisme et la vidéo. C’est à la même époque que les clips musicaux ont vraiment pris de l’essor et le graphisme y tenait toujours une place très importante, alors je me suis lancé à fond dans ce domaine.

Vous souvenez-vous de votre première rencontre avec Mylène ? Aviez-vous déjà entendu parler d’elle auparavant ?
J’ai rencontré Mylène par l’intermédiaire d’Anouk Nora. Il faut savoir qu’aux Etats-Unis, ce n’est pas évident d’avoir une ouverture sur la culture des autres pays ? Et c’est d’ailleurs de pire en pire parce qu’aujourd’hui, avec les radios en ligne, vous pouvez décider de n’écouter que du rap et vous n’entendrez jamais autre chose. Mais un jour, j’étais en France pour faire une publicité pour Renault, je regardais la télé et j’ai vu une vidéo extraordinaire qui n’avait même pas l’air d’un clip mais carrément d’un petit film. J’en suis resté bouche bée. Je suis allé voir Anouk, qui était aussi en France, et je lui ai dit : « Je viens de voir ce clip génial, est-ce que tu sais qui est cette chanteuse ? ». Je ne sais pas comment Anouk a fait, mais peu de temps après, je rencontrais Mylène et nous décidions de travailler ensemble. Ses premiers clips sont vraiment étonnants ; je suis un grand admirateur du travail de Laurent Boutonnat.

D’où est venue l’idée d’attacher Mylène à l’avant d’un train pour « XXL » ? Le tournage comportait-il certains dangers ?
Je crois que c’est Thierry Mugler qui est arrivé avec l’idée d’attacher Mylène à l’avant d’une locomotive. Je me suis dit : « Non, il n’y a aucune chance qu’elle soit d’accord pour faire ça… ». Et elle a pourtant été partante ! C’est un de mes tournages préférés. Avec le recul, je me dis qu’on était complètement dingues. Il y avait un second train qui roulait devant celui sur lequel Mylène était attachée. On avait installé une louma à l’arrière de ce train pour pouvoir filmer Mylène de face. Ce n’est qu’après le tournage que nous avons réalisé que si ce train avait légèrement ralenti ou si l’autre avait légèrement accéléré, Mylène se serait tout simplement fait broyer entre les deux… Je ne sais pas à quel point elle avait conscience du danger, parce qu’elle avait déjà un autre problème à régler : la locomotive brûlante… Quand on y pense, une locomotive n’est rien d’autre qu’un gigantesque réservoir d’eau bouillante assez puissant pour tirer un train entier. A la fin de la journée, elle avait les bras couverts de cloques. On était vraiment inconscients…

Mylène déclare souvent qu’effectivement, ce n’était pas un tournage de tout repos…
Oui, c’était dur pour elle. Mais Mylène et moi avons une chose en commun : nous pensons que la passion vient de la souffrance. Nous sommes tous les deux un peu masochistes et aimons souffrir pour notre art. Pour ce clip et pour les suivants que nous avons faits ensemble, je me suis toujours débrouillé pour qu’elle ait à souffrir un peu, comme ça je savais qu’elle serait partante (rires) ! Non, plus sérieusement, je lui proposais toujours une autre possibilité moins dangereuse, mais elle choisissait invariablement celle où elle risquait de se faire mal…

Beaucoup de collaborateurs de Mylène affirment qu’il est très agréable de travailler avec elle…
Oui, elle est extrêmement professionnelle. Les artistes américains ont souvent la grosse tête et quand ils n’ont pas de scène à tourner, ils restent enfermés dans leur caravane à l’extérieur de l’équipe. Les artistes français aiment rester sur le plateau, discuter avec les techniciens. Ils ont conscience que pour faire un clip, on a souvent peu de temps et un petit budget ; cela implique que tout le monde soit solidaire. Dans le cas de Mylène, elle a en plus une vraie vision de ce qu’elle veut obtenir et participe activement à toutes les étapes du tournage. C’est également vrai pour Björk, par exemple. C’est pour cela qu’à budget égal, un clip de Mylène ou de Björk va être extraordinaire, quand d’autres artistes plus imbus d’eux-mêmes vont se retrouver avec des clips atroces.

Dans le clip de Marilyn Manson « I don’t like the drugs (but the drugs like me) », certaines scènes ressemblent étrangement à « XXL ». Pensez-vous que le réalisateur Paul Hunter se soit inspiré de votre travail ?
Je n’ai pas vu ce clip mais si c’est le cas, c’est plutôt flatteur. De toute façon, Marilyn Manson est beaucoup moins agréable à regarder que Mylène (rires) !

Pourquoi toute cette mousse dans le clip de « L’instant X » ? Comment s’est déroulé le tournage ?
J’avais lu un article qui disait que lorsqu’un incendie se déclare à l’intérieur d’un avion, il y a un système qui remplit complètement la carlingue de mousse en quelques secondes. Je trouvais l’idée amusante, pas trop compliquée à réaliser, et ça me rappelait les soirées-mousse à Ibiza (rires). En fait, je n’aime pas trop les effets spéciaux, je préfère tout faire en vrai avec ma caméra. Pour la locomotive comme pour la mousse, on aurait pu le faire avec des effets spéciaux, mais c’était plus intéressant à réaliser concrètement. On en a parlé avec Mylène et nous avons décidé d’utiliser la mousse à grande échelle, une mousse qui avalerait la terre, un peu comme dans le film « Le blob ». On a trouvé une usine désaffectée à New York et on s’est amusés à balancer de la mousse partout. On a tourné le clip en seulement une journée. C’était l’hiver, il faisait très froid, mais Mylène ne s’est jamais plainte, comme d’habitude (rires).

Pour le clip suivant, « Comme j’ai mal », la rumeur parle d’une première version prévue avec des félins qui auraient saccagé le plateau…
Ca ne me dit rien, peut-être que c’était prévu avec un autre réalisateur… Si ça avait été le cas, j’aurais réfléchi à deux fois avant de m’engager là-dedans… On peut maîtriser de la mousse ou une locomotive, mais c’est plus dur avec des fauves dangereux !

Qui a eu l’idée du scénario de « Comme j’ai mal » tel qu’on le connaît ?
Pour ses clips, Mylène ne fournit pas de scénarios complets, mais seulement des images qu’elle a en tête, en l’occurrence ici une femme qui se transforme en insecte. Après, à moi de voir comment ces images peuvent être reliées avec les paroles de la chanson. Contrairement à la plupart de mes clients américains, qui privilégient la forme sur le fond, Mylène accorde beaucoup d’importance à ce que racontent ses clips. Une victime d’abus trouvant refuge dans un monde peuplé d’insectes était un très bon point de départ pour travailler.


Le costume de papillon que revêt Mylène dans ce clip ne semble pas très simple à porter…

Mylène s’est beaucoup impliquée dans la création de ce costume qu’elle considérait quasiment comme une œuvre d’art. C’était un costume très compliqué à réaliser, tout tenait ensemble grâce à du fil de fer et des épingles… Et c’est une chose de le concevoir, mais c’en est une autre de le porter sur soi et de se mouvoir dedans. Mylène a fait ça très bien, comme toujours.

Pour « Souviens-toi du jour… », le tournage semble encore une fois très dangereux. Comment avez-vous obtenu ce résultat ?
On a construit la maison du clip sur un parking à Los Angeles, car nous avions l’obligation de tourner dans un endroit dégagé, pour des raisons de sécurité. D’ailleurs, la maison n’avait pas de toit pour que la fumée puisse facilement s’évacuer. Mylène portait une robe en plastique et sa coiffure tenait grâce à des tonnes de laque, ce qui n’est pas franchement l’idéal quand on se retrouve entouré par les flammes. On avait couvert sa robe et ses cheveux d’un produit spécial pour retarder la combustion mais malgré tout, les bulles de plastique de sa robe n’arrêtaient pas d’exploser comme des pétards. Encore une fois, nous n’avons pas utilisé d’effets spéciaux, tout était vraiment en feu… Sinon, Mylène n’aurait pas voulu le faire (rires) !

Saviez-vous que le texte évoquait la Shoah ?
Non, vous me l’apprenez… Mais les chansons de Mylène peuvent être sujettes à tellement d’interprétations… En y repensant, je m’en doutais peut-être un peu, inconsciemment…

En 2002, vous réalisez un remake de « Massacre à la tronçonneuse ». Comment ce projet a-t-il vu le jour ?
Quand j’ai voulu faire ce film, tout le monde pensait que c’était très prétentieux de ma part de m’attaquer à un tel monument et que je n’en serais jamais capable. Mais j’ai quand même réalisé près de deux cent cinquante clips et plus de deux mille publicités pour des produits aussi variés que des sodas ou des couches-culotte, alors j’avais envie d’utiliser cette expérience pour un long-métrage et de donner une autre direction à mon travail. Réaliser un film d’horreur, c’était comme peindre avec des couleurs plus sombres qu’auparavant. En fait, c’est ce que j’avais justement eu l’occasion de faire avec les clips de Mylène, mais c’était presque la seule à m’avoir demandé ça par le passé. De plus, ce film m’a permis de m’adresser à un vrai public, ce qui n’est pas toujours le cas quand on réalise des clips ou des pubs. Je suis très fier des films publicitaires que j’ai faits, mais les gens ne les regardent pas vraiment, ils profitent de la pub pour se préparer un sandwich ou aller aux toilettes. Et un film d’horreur fait davantage réagir le public que tous les autres genres de films : les spectateurs crient, bondissent sur leurs sièges… Donc, après des milliers de petits films sans public, j’avais envie de faire bondir les gens. C’était très amusant.

Vos longs-métrages font la part belle à l’aventure, à l’horreur et au fantastique. Honnêtement, on s’attendrait à ce que vous clippiez surtout des groupes de hard-rock…
A une certaine époque, les réalisateurs de clips n’étaient pas crédités sur MTV. Un réalisateur spécialisé dans les clips de hard-rock pouvait donc librement tourner un clip de rap sans que son image s’en retrouve modifiée dans l’esprit des gens. Cette liberté a donné lieu à un grand mélange des gens car les réalisateurs pouvaient se lâcher. Il y a vraiment eu des bijoux à cette époque-là. Une fois que le nom des réalisateurs est apparu à l’écran, leurs choix ont été plus logiques et prévisibles. Si vous vous appeliez Ice-Cube, vous engagiez le type qyui avait fait le clip de Ice-T. Les clips de rap se sont mis à tous se ressembler, pareil pour les clips de hard-rock. Dans mon cas, mon but était de réaliser un jour des longs-métrages, donc je me suis concentré sur des artistes qui avaient une histoire à raconter. Du coup, j’étais un des seuls qui acceptaient de clipper des balades et cela m’a permis de travailler avec Billy Joel ou Elton John, qui sont de grands raconteurs d’histoires. Ce n’est pas souvent le cas avec les groupes de métal, bien que j’aie déjà travaillé avec Faith No More, par exemple. Quoi qu’il en soit, pour durer dans ce métier, il faut raconter des histoires. Ceux qui ne s’appuient que sur l’image tombent vite dans l’oubli.

Pourquoi ne pas avoir tourné d’autres clips avec Mylène ?
Ca s’est trouvé comme ça… Mais je retravaillerais volontiers avec elle. Elle fait partie des rares personnes qui vous donnent envie d’aller au bout de vous-mêmes.

Êtes-vous toujours en contact avec elle et suivez-vous sa carrière ?
Ce n’est pas évident de suivre ça d’ici, en Amérique, d’autant que je ne suis pas très doué avec Internet. Je sais juste qu’elle a fait un doublage pour un film d’animation. Mais cette interview m’a donné envie d’aller regarder ça plus précisément et je vais demander à Anouk si elle a des nouvelles.

Vous avez aussi travaillé avec d’autres chanteurs français comme Etienne Daho, Alain Chamfort ou encore Pascal Obispo… Avez-vous apprécié ces collaborations ?
C’est toujours très agréable de travailler avec des artistes français car ils aiment participer et apportent beaucoup d’idées. J’ai tout particulièrement apprécié Alain Chamfort, un vrai gentleman qui n’aime pas ce qui est trop lisse. Alors qu’aux Etats-Unis, plus c’est lisse, plus les gens sont contents.

Peut-on dire que le clip vidéo est à l’intersection de la publicité et du cinéma, deux genres que vous maîtrisez parfaitement ?
Tourner des clips est ce que j’aime le plus faire. C’est mon premier amour et j’y reviens toujours. Je continue à tourner des pubs parce que j’adore ça aussi et que ce milieu n’arrête pas de se réinventer. Quant au cinéma, je ne suis pas spécialement pressé de m’y remettre. Un long-métrage vous éloigne de votre famille durant plusieurs mois. Avant de tourner « Patrhfinder », mon fils savait à peine parler. Quand j’ai eu terminé, il savait quasiment déjà lire. Je ne veux pas passer à côté des choses importantes.

18c8519-224x300Mylène va certainement tourner un film fantastique tiré du livre de Nathalie Rheims, « L’ombre des autres » (ndlr : le projet est actuellement en stand-bye). L’imaginez-vous volontiers dans ce genre de films ?
Ce que j’aimerais faire, et dans lequel je verrais parfaitement Mylène, c’est un énorme opéra-rock comme il y en avait dans les années 70. J’adore le travail de Baz Luhrmann qui explore un peu cette voie. Dans le même genre, il y a aussi ce projet sur la vie de Freddy Mercury, à partir des chansons les plus autobiographiques de Queen. Mylène joue, chante, sait installer une tension tension dramatique. Elle devrait vraiment écrire un concept-album où toutes les chansons seraient les chapitres d’une histoire, et en faire un opéra-rock. Son univers s’y prêterait tellement bien ! 

Publié dans Mylène et L'ENTOURAGE | Pas de Commentaires »

Mylène F. et J.C Déquéant

Posté par francesca7 le 15 juin 2012


 

Jean-Claude Dequéant, est un auteur-compositeur français.

Il a collaboré avec plusieurs artistes plus ou moins célèbres tel que Anne Mason, Violette Vial, Corinne Catherine (‘Enlève ton Walkman’) et Mylène Farmer dont il a composé la musique de la chanson Libertine, écrit par Laurent Boutonnat en 1986.

 

Mylène F. et J.C Déquéant dans Mylène et L'ENTOURAGE MFBercy2006_59aPour les rares fans qui l’ignoreraient encore, c’est à Jean-Claude Déquéant que nous devons la mélodie de « Libertine ». Et c’est donc finalement un peu grâce à lui que la jeune débutante Mylène Farmer a pu devenir la star que nous connaissons… Un bel entretien qu’il nous livre, revenant sur les premières années d’une carrière frémissante…

 

interviews de Jean-Claude Déqueant (Compositeur de Libertine)

Que faisiez-vous jusqu’en 1984, date à laquelle on retrouve votre nom sur la pochette de « Maman à tort » ?

J’ai commencé par faire une petite carrière comme chanteur avec mes propres compositions et arrangements. C’est comme ça que j’ai appris à écrire une partition d’orchestre et la faire jouer par des musiciens en studio. Il n’y avait pas encore à cette époque ni de machines, ni d’ordinateurs. L’arrangement, c’est ce qu m’intéressait le plus dans la musique.
Écrire et faire jouer ce qui nous a traversés la tête par des musiciens talentueux, voilà une grande réjouissance. Ensuite, j’ai rencontré Yves Simon avec qui j’ai travaillé sur dix albums, depuis « Aux pays des merveilles de Juliet » jusqu’à « Amazoniaque ». J’ai mis ma carrière de chanteur en veilleuse et j’ai participé en tant qu’arrangeur à de nombreux albums pour des artistes extrêmement divers. En dehors d’Yves, l’arrangement que je préfère de cette époque est « Pierrot », la chanson de Renaud sur l’album « Ma gonzesse ». J’ai également composé des albums de musique instrumentale et quelques autres chansons. En 1977, j’ai sorti chez Polydor un album chanté, « Très flou, vent fou », qui me ressemblait assez musicalement. J’avais déjà dans ces sessions des musiciens comme Slim Pezin, Jannick Top, etc. Je crois qu’il n’y a que Jean-Bernard Hébey (RTL) qui aimait cet album où les titres étaient enchaînés. Il y avait une mise en scène sonore, comme un film de cinéma.

Sur la pochette de « Maman à tort », on lit cette mention : « Le studio Matin Calme (JC Déquéant) ». Pouvez-vous nous parler de ce studio d’enregistrement ?


A un certain moment, à la fin des années 70, une crise a secoué le métier. Les arrangeurs n’avaient plus de travail, les chanteurs s’entouraient de quelques musiciens et avaient des velléités de réalisation. L’arrangeur était un créateur de trop qui pouvait trahir l’œuvre de l’artiste. Je devais trouver une solution de survie. Après des années à travailler dans les plus grands studios, j’ai décidé d’ouvrir une petite structure avec, cependant, un matériel de base professionnel (magnétophone 24 pistes, périphériques divers, piano à queue, synthétiseurs, etc.). A l’époque, ce matériel était extrêmement coûteux et j’ai dû investir en m’endettant assez gravement. J’aimais tellement ce métier que je sacrifiais et fragilisais la vie de ma famille. J’ai réussi cependant à continuer de travailler avec cet instrument-studio pendant dix ans. J’ai deux filles originaires de Corée, j’ai donc décidé de nommer mon studio « Le Matin Calme ». La Corée étant appelée le pays du Matin Calme, pour ceux qui ne le sauraient pas !


Comment avez-vous rencontré Mylène Farmer et Laurent Boutonnat ?


Un jeune éditeur manager qui connaissait mon parcours et m’appréciait m’a présenté deux jeunes auteurs compositeurs, Jérôme Dahan et Laurent Boutonnat. Ceux-ci cherchaient quelqu’un comme moi pour maquetter un titre et recherchaient une artiste pour le chanter. Cette chanson était « Maman à tort ». J’avais rarement rencontré dans ce milieu des jeunes aussi sympathiques, doués et déterminés. Nous avons enregistré le play-back de la chanson. J’avais à l’époque un des premiers synthés « ARP Odyssée » avec lequel je fabriquais beaucoup de sons. « Maman a tort » en est l’exemple. Ensuite, ils ont recherché la chanteuse et après un essai infructueux, j’ai vu arriver, accompagnant Jérôme et Laurent, une jeune fille très jolie, timide, respectueuse et très gaie. La voix était étonnamment présente et elle riait après chaque prise en s’écoutant. C’était un vrai plaisir pour tout le monde. On a su instantanément que ce serait elle et personne d’autre qui chanterait.


Êtes-vous intervenu sur la prise de son et le mixage de chaque chanson jusqu’à « Libertine », puis de tout l’album « Cendres de lune » ?


Absolument. Après « Maman à tort », il y a eu « On est tous des imbéciles », puis l’album « Cendres de lune », où Laurent et Jérôme se sont séparés. J’ai présenté le guitariste Slim Pezin, ainsi que les choristes et le saxophoniste Alain Hattot à Laurent. Je connaissais à peu près tous les très bons musiciens de studio, j’en avais employé beaucoup dans mes arrangements. La rencontre avec Slim a été un grand moment quand il s’est mis à jouer comme un fou sur sa guitare le rythme de « Libertine ». Un grand moment ! Ensuite, nous avons mixé la bande au studio du Palais des Congrès. J’étais aux commandes des machines et Laurent avait l’inspiration et la production talentueuse. Je n’ai jamais été aussi heureux dans cette profession qu’à ces moments-là.


Quelle a été la genèse de « L’amour tutti frutti » (ndlr : premier titre composé par Déquéant qui servit de matrice à « Libertine ») ?


MFBercy2006_39a dans Mylène et L'ENTOURAGEJ’ai composé cette musique en 1984 dans ma maison de Normandie que j’avais alors. Dès les premiers accords et les premiers bouts de mélodie, j’ai pensé que je tenais quelque chose de fort. J’ai maquetté et structuré la musique dans mon studio et je l’ai montrée à un ami auteur, Georges Siblod, qui a posé dessus un texte assez glamour, « L’amour tutti frutti ». Nous avons cherché une chanteuse-comédienne car, dans notre esprit, cette chanson devait être autant jouée que chantée. Après avoir fait notre choix, nous avons finalisé la maquette. L’esprit en était très rock music. Et puis nous avons cherché une maison de disques. Mais nous n’avons hélas essuyé que des refus.


Comment cette musique est-elle devenue « Libertine » ?


Laurent, Jérôme et Mylène, qui travaillaient avec moi depuis 1982, connaissaient cette chanson et l’aimaient beaucoup. Eux pensaient qu’elle pouvait être un carton ! Très gentiment, ils m’ont aidé en la montrant à leurs connaissances des labels. Les gens semblaient s’accorder sur le sentiment que ce titre était très fort, néanmoins un petit quelque chose manquait pour concrétiser. J’étais, je l’avoue, un peu découragé. Quand Laurent a pris seul les rennes de la carrière de Mylène, l’équipe venait de signer chez Polygram et devait enregistrer un album. A l’époque, ils n’avaient aucun titre d’avance. Laurent est un garçon à la créativité instantanée, aussi il ne paniquait pas pour autant. Puisque la musique de « tutti frutti », par la force des choses, était disponible, il m’a demandé de la faire chanter par Mylène à condition de changer le texte qui, bien qu’étant de qualité, ne correspondait pas à ce qu’il voulait faire passer de l’image de l’artiste. Le gimmick instrumental est devenu le refrain « Je je suis libertine, etc. », j’ai rajouté une musique de couplet « Cendres de lune, petite bulle d’écume, etc. », la musique du premier pont a été supprimée et celle du deuxième pont gardée. L’arrangement qui était rock est devenu plus pop, correspondant mieux au goût de Laurent. Il a écrit le texte au fur et à mesure de l’avancement du play-back et Mylène chantait les petites bouts de texte concoctés par Laurent, en changeant sur place ce qui n’allait pas. Comme à ma première impression de compositeur, « Libertine » nous a paru à tous très fort.


Pensiez-vous que des paroles aussi coquines étaient adaptées à votre musique ?


Pour être franc, j’étais presque choqué et j’avais peur que ce texte provoque un refus des médias. Mais Laurent est un ouragan dans sa façon de convaincre et j’avais de l’admiration pour son talent multiforme, ce qui fait que je lui ai fait confiance. D’autre part, l’interprétation de Mylène éclairait de façon convaincante l’esprit du texte.


Il a fallu plusieurs semaines pour que la chanson fonctionne. Quel a été selon vous l’élément déclencheur de ce tube ?


Déjà, le choix d’Alain Lévy, le président de Polygram à l’époque, de choisir « Plus grandir » en premier single a bien failli faire capoter définitivement cet album et la carrière de Mylène avec. Nous étions fous de rage de cette erreur. Pour nous tous, « Libertine » était la locomotive et quand enfin le single est sorti, vu l’échec du précédent, ce n’était pas évident que ça marche. Les conseils de management de Bertrand Le Page, et bien entendu principalement le clip réalisé par Laurent, ont contribué à donner le coup de projecteur qui manquait jusque-là. A la rentrée de septembre 1986, les petites copines de ma fille cadette, qui était en maternelle, chantaient « Libertine ». Ca m’a fait un drôle d’effet !


Quelles étaient les réactions de Mylène, Laurent et Bertrand Le Page ?


Heureux, affairés, très professionnels, soignant chaque détail. Nous nous entendions bien à l’époque. Je sentais une harmonie certaine entre nous.


Sentiez-vous à l’époque que la carrière de Mylène venait d’amorcer un tournant ?
Pour moi, c’était une nouvelle génération de gens aux talents évidents et surtout aux possibilités multimodales. Ils avaient une volonté de fer. Sans être devin, on pouvait deviner qu’ils iraient loin.


Après « Libertine », on ne vous voit plus participer à l’aventure Farmer. Fort de ce succès, étiez-vous demandé pour d’autres projets artistiques ?


Hélas, mon plus cher désir était de m’investir encore plus en profondeur dans cette aventure. Malheureusement, l’égocentrisme de chacun entre en action dans ces moments de haute tension. J’étais persuadé d’avoir apporté quelque chose de décisif à cette équipée artistique et je ressentais mal le fait que Laurent et Mylène ne fassent jamais mention de mon apport. Quant à Laurent, il devait prouver qu’il était capable lui-même de fabriquer des tubes aussi forts que « Libertine ». Je lui ai dit ce que j’avais sur la conscience et il a eu l’opportunité de poursuivre ailleurs le travail en rencontrant Thierry Rogen. La suite lui a donné raison puisqu’il y a eu d’autres chansons formidables nées de son cerveau et de celui de Mylène. J’ai par exemple une grande admiration pour une chanson comme « Désenchantée » ou « C’est une belle journée ». Pour finir de répondre à votre question, j’ai beaucoup composé ensuite et j’ai des musiques qui n’ont pas trouvé la bonne équipe, texte et interprète, et qui ont donc été inemployées. J’ai continué à faire des réalisations pour divers artistes. J’ai été victime également de mauvais coups (artistiques, bien entendu) et peu à peu j’ai décroché, lassé par un métier qui ne me satisfait plus.


Avez-vous eu des regrets de ne plus avoir continué votre collaboration avec Mylène ?


Au-delà de l’argent que ça a pu rapporter, je regrette surtout la créativité, le bonheur que j’avais de travailler avec des gens que j’appréciais, plus que beaucoup d’autres dans ma carrière, et l’apport très différent de ma pensée artistique qui aurait pu enrichir (artistiquement !) et différencier un peu plus la carrière de Mylène. Encore une fois très modestement, puisque cette équipe se passe fort bien de moi.


En dehors de vos droits d’auteur, que ressentez-vous lorsque vous entendez la chanson passer à la radio ?


C’est comme un enfant qui a réussi sa carrière ou sa vie. Je suis son papa et j’en suis fier, même si cet enfant ne vient plus me voir…


MFBercy2006_70aPouvez-vous nous parler de la genèse de la reprise de « Libertine » intitulée « Bad girl » et qui n’a jamais été commercialisée ? Qui a écrit les paroles ? Savez-vous pourquoi elle n’a jamais été mise en vente ?


J’ai enregistré la voix de « Bad girl » au Matin Calme, peu après le début du succès de « Libertine » et j’ai fait le premier mixage qui n’était pas bon. Le différent avec Laurent était patent et je n’ai plus suivi de près cette version. Je ne me souviens plus du nom de l’auteur de la version anglaise de « Libertine ». Je pense qu’au final, le résultat n’était pas excellent et qu’il valait mieux ne pas sortir ce disque. Les artistes français ont généralement beaucoup de mal avec les versions anglaises et il vaudrait mieux refaire tout par une bonne équipe du cru, avec un vrai coaching du pays pour la voix. Les artistes français chantent mal l’anglais. Il en est d’ailleurs de même dans l’autre sens, mais le rapport économique n’est pas le même. Cependant, rien ne m’empêchera de penser que « Libertine » pourrait être un tube à l’échelle mondiale. Laurent y a certainement pensé !

Mylène est devenue une immense star. Avez-vous suivi son évolution ?


Bien entendu, de très près. Je n’aime pas toutes ses chansons car comme professionnel, j’y vois les failles et je ne sais jamais rester un innocent auditeur, mais j’en aime beaucoup. Sans flagornerie, je pense qu’il y a peu d’artistes dans notre pays capables d’avoir eu l’intelligence de ne pas faire d’erreurs dans le déroulé de la carrière, d’avoir su approfondir un style de façon très professionnelle et d’avoir travaillé sans faiblesse aussi bien sur les spectacles, les clips, les textes, la musique, au prix de grands sacrifices de vie et de liberté, je suppose. Ce qui fait que sur la durée, le public ne se lasse pas comme pour tant d’autres artistes doués mais fainéants.

Que vous inspire l’évolution de la musique de Laurent Boutonnat ?


En tant que musicien, j’ai beaucoup de mal à ne pas être critique. Je pense que c’est un merveilleux mixeur d’idées musicales venues du monde de la langue anglaise et de sa culture générale très riche. Malgré quelques belles réussites mélodiques, et je suis admiratif et même vibrant pour certaines chansons, je pense que la diversité future de sa musique devrait passer par des mélodies un peu moins « boutonnesques » et des arrangements moins « machinesques ». Excusez-moi ces barbarismes !

Qu’avez-vous pensé de la reprise dance de la flamande Kate Ryan qui a fonctionné un peu partout en Europe ?


Ca me fait plaisir, mais quinze ans après l’originale, cette version ne supporte pas la comparaison avec notre version, même dans les sons. J’aimerais d’ailleurs que la jeune génération s’approprie la chanson afin que nous en ayions une autre vision.

Qu’avez-vous pensé du nouvel habillage de la chanson réalisé par Laurent pour le best-of «Les mots » ?


Rien de bien nouveau, my lord. Mais la pochette… ! J’ai tous les supports, c’est dire !


Avez-vous écouté le dernier album de Mylène ?


Pas encore, sauf le titre radio. Je me réserve toujours des plages de temps éloignées de l’actualité pour en juger sereinement, et surtout savourer s’il y a des réussites.

Pensez-vous aller voir Mylène Farmer en concert en 2006 et que pensez-vous de ce genre de « show » à l’américaine ?

Uniquement si j’étais certain d’avoir une place correcte d’où j’entendrais et je verrais bien. Une place qui ne me rende pas sourd pendant plusieurs jours, car je n’ai plus l’âge du public de Mylène. Je suis plutôt du genre concert à Pleyel pour dégustation de la richesse du compositeur et de la finesse de l’interprétation. Je suis de ceux qui pensent qu’un orchestre symphonique vous colle au siège tout autant qu’un très bon groupe de rock. Mais Laurent saura, j’en suis certain, épater les pupilles et les pavillons d’oreilles, sans détruire les tympans du public
mylénien.

Quels sont vos projets actuels et à venir ?

J’avais tourné la page musicale depuis une douzaine d’années. Cessant prochainement toute activité professionnelle, je vais bientôt avoir beaucoup de liberté. J’ai un gros ordinateur, de beaux logiciels musicaux, mon beau piano à queue, mes guitares et une envie de retravailler cette merveilleuse matière musicale qui n’a jamais quitté mon cœur.

Si vous aviez un dernier message à adresser à Mylène et Laurent, après toutes ces années, que serait-il ?

Que malgré les vicissitudes de la vie, je les aime tous les deux, d’une façon différente de leurs fans, bien entendu, et je leur souhaite encore de longues années de réussite. Je sais également que le plus grand souhait de Laurent serait de réussir enfin un beau et grand film de cinéma. Je le lui souhaite très sincèrement.


Issu des écrits de Mylène Farmer et vous en 2005

Publié dans Mylène et L'ENTOURAGE | Pas de Commentaires »

Mylène Farmer et Chr. Mourthé

Posté par francesca7 le 1 mai 2012

 

Mylène Farmer et Chr. Mourthé dans Mylène et L'ENTOURAGE 35Christophe Mourthé (né le 29 avril 1959 à Bordeaux) est un photographe français vivant à Paris et ayant notamment travaillé sur le thème du fétichisme. Il est le fils de l’écrivain et réalisateur Claude Mourthé

Christophe Mourthé a débuté comme photographe de théâtre et de music-hall à l’âge de 19 ans. Il a collaboré également à divers magazines, comme Playboy, Vogue ou Newlook, et réalisé des commandes pour le monde de la publicité et pour des maisons de disques.

L’industrie de la mode fait également appel à lui. Il collabore avec les plus grands magazines (Playboy– à 22 ans, il est l’un des principaux photographes du magazine-, Newlook, Lui, Vogue, Max…), pour lesquels il photographie les modèles.

Arrivent ensuite des commandes pour le monde la publicité (Dim, Rosy…), les grandes agences de presse (Stills, Sipa, Sygma…) et les maisons de disques (pochettes, affiches…).

Il réalise des travaux photographiques sur le thème du fétichisme depuis les années 1990 et est associé au mouvement Fashion Fetish.Il devient rapidement un précurseur de l’école des ‘fétichistes’. Le fétichisme de Christophe Mourthé devient un style à part entière, annonciateur d’une tendance de la mode dont s’emparera plus tard la haute couture. Ses photos sont enracinées tout à la fois dans la période tumultueuse des libertés des années 70 et dans la période du « safe sex » qui allait donner un coup de frein à l’élan de cette décennie. De nouvelles manières de vivre l’amour voient le jour, et le fétichisme est l’une d’entre elles. Christophe Mourthé appartient aussi et surtout à la génération « Palace », de 1978 à 83, tout comme Mugler, Gaultier, Chantal Thomass, Nina Hagen, Louboutin, Blondie, Ardisson, Paolo Calia, Pacadis, Kenzo, Houellebecq, Pierre et Gilles … dont Fabrice Emaer fut le père spirituel. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages photo sur le sujet.

Textes de Christophe MOURTHÉ  - Mylène Farmer

 

Tout d’abord il y a eu Jean Marais, Line Renaud, l’équipe des Bronzés, Thierry Le Luron et Yves Mourousi. Puis Fellini, Zeffirelli, Dario Fo, Gassman, Strehler, les filles du Crazy Horse – J’avais 19 ans à peine. Il n’y a pas d’âge pour photographier des stars. Des vraies stars. Par la suite, il y a eu Arielle Dombasle pour Playboy, Jean-Marie Bigard en Penseur de Rodin, Renaud, les adieux de Sheila, Pétula Clark pour un Olympia, les Bee Gees à Paris, César ou Nougaro, Leslie Caron et Michèle Morgan, Zizi Jeanmaire et son truc en plumes, Amanda Lear et Marie Laforêt, Patricia Kaas, Hélène Ségara, Lio ou Patrick Juvet.

 

Qui d’autres encore ? Combien sont-ils ?

Mylouxetnoux-vip-blog-com-2592801987ChristopheMourthe213 dans Mylène et L'ENTOURAGE Mais c’est surtout pour Mylène Farmer que je reçois encore des lettres de fans, 15 ans après. Une courte histoire qui allait marquer l’histoire d’un photographe et de son modèle. Cette collaboration tellement forte qu’on peut même qualifier de fusion me colle à la peau depuis toujours, depuis que nous nous étions rencontrés chez Bertrand Le Page. Nous étions intimidés, étonnés, distants. Bertrand prit les choses en main, et confirma le bien fondé de notre rencontre. Celui-ci avait un grand talent, c’était de découvrir des talents – Et de les faire fusionner. Avec Mylène, nous devions nous apprivoiser, mais nous savions déjà aussi que notre rencontre était une bonne rencontre.

 Notre première séance de photo eut lieu dans un fameux studio de la rue des Acacias à Paris.

 Tout le show business et tout le cinéma sont passés dans cette rue. La grande époque de Salut les Copains et tous ceux qui font rêver les fans. J’y ai moi même déshabillé Arielle Dombasle pour Playboy et réalisé la plupart de mes portraits de vedettes.

 

Mylène dû se satisfaire d’une toute petite cabine de maquillage non chauffée et Denis Menendez travailla sur son teint de porcelaine. Elle m’apparut dans la lumière tel un ange.

 Malgré l’intense activité qui régnait dans le studio, elle fût douce, complice déjà, extravertie pour cette fois, et avait compris que nous ferions vraiment un bout de chemin important ensemble. Elle vit ma façon d’éclairer une femme et elle comprit qu’en m’ayant choisi, elle avait trouvé en moi le parfait complément à son univers. Nous nous sommes revus beaucoup, avons partagé des instants de tous les jours, appris à nous connaître. Manger une glace ou des bonbons, aller au zoo ensemble, faire les magasins, c’était simple mais c’était important.

 Nous sommes des artistes à l’âme fragile avec un univers si singulier à fleur de peau.

 Je lui fis connaître mon monde et elle me fit comprendre le sien. Nous nous comprenions si bien que l’osmose était parfaite.

 Mon travail d’images plaisait à Mylène. Pour notre bien à tous deux. Mylène a pu s’abandonner totalement au regard d’un objectif qui ne la mitraillait pas, qui la considérait en douceur.

 Involontairement, j’ai apposé quant à moi sur ma muse une griffe, une patte, et surtout une couleur, celle de cette fameuse chevelure qui fit sa marque de fabrique.

Quand j’ai connu Mylène, elle venait d’obtenir un succès populaire avec la chanson « Libertine ». les cheveux étaient d’une couleur rousse mais assez mal définie.

Trois ans auparavant, c’est le maquilleur et coiffeur de génie Denis Menendez, mon ami, qui avait créé pour moi une couleur de cheveux inhabituelle.

 J’avais réalisé en 1984, pour ma série, les fameux « Casanovas » une image de ma soeur Virginie dans un château très connu de la région de Blois. Cette image présentée avait séduit Mylène, comme toutes les autres photos de la série. C’est ce travail photographique qui a déclenché chez elle le désir de travailler avec moi. La couleur de la perruque que portait virginie est – car personne ne le sait à ce jour – abricot. Comme le rouge que l’on trouve sur un abricot un peu mur. Sur les indications de Denis, les ateliers Poulain, célèbres perruquiers de théâtre des années 80, ont réalisé cette couleur insensée.

 Nous étions au printemps de l’année 1987.

Personne n’a décidé cela en particulier ou tout le monde indirectement.

 En tous les cas, Mylène avait toujours une reproduction de la photographie de Virginie sur une étagère bien en évidence pour mémoire. Elle y réfléchissait sans doute.

 C’est donc tout d’abord un simple de coiffeur de la rue Jean Mermoz à Paris qui a reproduit cette teinture sur les indications de Mylène, photo en main.

 Mylouxetnoux-vip-blog-com-5924041987ChristopheMourthe210Aujourd’hui, il est aisé de comprendre l’importance de cette période pour l’image de Mylène. Seul Michel Polnareff en France avait compris avant elle l’importance du look pour un artiste et de nos jours, une simple paire de lunettes blanches est synonyme de Polnareff. La couleur abricot sera toujours associée au mythe Farmer.

 Je n’avais pas encore à l’époque de statut de photographe. Seul le N et B fige à jamais sur du papier un Cocteau, une Marilyn, une Piaf, un Zorro ou un Steve McQueen  et renvoie cette personne au rang de Star immortelle.

 Elle permet à son auteur de rentrer dans la cour des grands tel un Newton ou un Doisneau.

Elle était ma star et je me devais de l’immortaliser comme telle. Je désirais lui prouver que j’étais le meilleur pour elle, pour nous.Il s’agissait de mes premières grandes photos en N et B.

Je connaissais le travail d’Alekan, le meilleur directeur photo des grandes années du cinéma, les films d’Hitchcock ou ceux d’Eric Von Stroheim. Que seraient aujourd’hui une Grâce Kelly, un Harry Baur ou un Gabin sans ses talents inouïs? Je pris aussi exemple sur Harcourt, le studio de photos des Stars mythiques. J’y ai ajouté une touche personnelle à base de réflexion de miroirs et je tenais le cadeau parfait pour ma muse. J’étais heureux.

 Elle est devenue une Star de l’image. J’en suis très fier.

 Le noir et blanc figeait ainsi Mylène à jamais.

Je l’ai ressenti si fort en faisant ces images qu’aujourd’hui elles restent uniques et pour longtemps encore. Le regard et toute cette sensualité qui s’en dégagent sont incroyables.

 Peu de fois, Mylène a tant donné dans une photo, invitation au rêve, au désir, instants magiques d’une intimité partagée qu’elle ne donnera plus que dans ses chansons.

Publié dans Mylène et L'ENTOURAGE | Pas de Commentaires »

Mylène Farmer et Agnès Mouchel

Posté par francesca7 le 28 février 2012

Agnès Mouchel (Ancienne chef monteuse des spectacles de Mylène)

Mylène Farmer et Agnès Mouchel dans Mylène et GIORGINO ouverture%252520jury%252520doc

Parcours d’Agnès MOUCHEL
Mon parcours est un peu atypique. Pendant 2 ans, après le stage laboratoire, point de départ obligé pour l’obtention de la carta CNC, j’ai travaillé dans une société de production de films publicitaires. Ensuite, comme je voulais travailler sur des longs-métrages, j’ai refait le parcours traditionnel : stages, assistanat, en brûlant un peu les étapes. Assez vite, j’ai monté des courts-métrages, des documentaires, avec des retours épisodiques aux films publicitaires. C’est dans ce cadre que j’ai rencontré Laurent Boutonnat, à qui il arrivait de composer des musiques de publicité pour Movie Box (ndlr : qui a produit entre autres Libertine et Tristana). En 1986, une amie responsable de la postproduction à Movie Box, m’a proposé de monter le clip « d’une jeune mec très sympa ». C’était Libertine, dont elle m’a envoyé le story board, qu était déjà un travail très abouti. Mais à la projection des rushes, j’ai eu un choc! La mise en scène, la lumière, les décors, les costumes, le souci du détails, le format (35 mm, Scope), tout était éblouissant. En plus, j’ai le souvenir d’une matière très riche et très abondante. Ce qui au départ m’avait été présenté comme un petit film devenait un projet très ambitieux. Je savais que le travail allait s’avérer plus compliqué que prévu. Pour Laurent, l’enjeu commercial de Libertine était important (ndlr : après le semi-échec de Plus grandir), car il devait marquer un tournant de sa carrière. Quant à moi, il fallait que je sois à la hauteur. Le montage s’est passé dans une sorte de fièvre, mais sans pression et dans la bonne humeur. J’en garde un souvenir merveilleux, même si ma concentration faisait qu’on ne se parlait pas beaucoup, Laurent et moi. En tout cas, c’est une rencontre qui a beaucoup compté pour moi, qui compte encore, et qui a marqué le début d’une longue et étroite collaboration, de 1986 à 1994. J’ai rencontré Mylène assez tard, puisque je crois que c’était pendant le montage de Tristana, en 1987.

Agnès MOUCHEL et Laurent BOUTONNAT sont dans un studio
Les tournages se sont succédés, avec toujours cette même exigence de qualité. La durée du montage était variable. On considérait que celui-ci était terminé quand Laurent et moi étions satisfaits. Cela pouvait prendre plusieurs semaines. Pourvu qu’elles soient douces a duré un mois, par exemple. Regrets, qui parait plus simples, puisque ce sont de longs plans enchaînés, GiorginoPhotos07 dans Mylène et L'ENTOURAGEa demandé aussi beaucoup de temps pour trouver sa lenteur adéquate. Laurent était rentré épuisé du tournage en Hongrie, qu’il avait enchaîné avec Désenchantée. Et souvent, on arrêtait en plein milieu d’après-midi pour faire une partie d’échecs! Notre seul souci était de faire un beau film, peu importe le temps nécessaire. Nous avions des conditions de travail luxueuses, sans pression, et des moments de vrai plaisir. Laurent supportait difficilement la présence de quelqu’un d’autre dans la salle de montage en permanence. Mylène passait de temps en temps, elle suivait les étapes, donnait son avis, mais elle ne participait pas à l’élaboration du montage. De toute façon, la confiance entre eux était totale, et fondamentalement, je crois qu’elle approuvait le résultat et l’image que le clip donnait d’elle. Le montage d’un clip ou d’un film, c’est la construction à partir de la matière, de la pellicule qui a été tournée. Le montage d’un clip est tributaire de la bande-son, de sa durée, du synchronisme des playbacks quand il y en a. Il se fait plan après plan, sur le rythme ou non de la musique, mais en suivant son déroulement chronologique, en respectant les playbacks ou les chorégraphies, comme c’est le cas pour Je t’aime mélancolie, par exemple. en même temps, il y a une vraie histoire à raconter. Avec Laurent et son sens du perfectionnisme, cela a toujours été un travail de précision, minutieux, jamais mécanique, et toujours au service d’une esthétique. Dans l’intimité de la salle de montage, Laurent était souvent très détendu, très drôle, et des années de complicité professionnelle rendaient le travail très agréable. Cela n’est pas allé sans quelques fous rires! Beyond my control a été le dernier clip que nous ayons monté ensemble. A l’époque, Laurent était déjà dans les affres de la préparation de Giorgino et j’ai l’impression qu’il était un peu à court d’idées pour le clip et qu’il n’avait guère le temps de s’en occuper. Malgré tout, nous l’avons monté avec autant de soin que les précédents et au final, je trouve qu’il est plutôt intéressant.

GiorginoPhotos11Tournage de Giorgino
Le projet de Giorgino a beaucoup évolué depuis la première version écrite par Laurent longtemps auparavant, jusqu’à la version définitive, rédigée avec Gilles Laurent. Même si plusieurs producteurs étaient intéressés, le film ne s’est pas fait de toute de suite. C’était un gros budget, je crois que l’idéal pour Laurent était d’être son propre producteur, ce qu’il a réussi à faire. Le tournage a commencé en janvier 1993 en Slovaquie. L’équipe était basée à Poprad, dans les Tatras. Moi, j’étais aux studios de Barrandow, à Prague, où j’avais ma salle de montage. Je faisais le lien entre le tournage et le laboratoire. Chaque jour, les rushes m’arrivaient par avion de Poprad. Après développement, tirage et synchronisation, je les visionnais, commençais le classement et l’organisation des séquences et je renvoyais les bobines sur le tournage, où Laurent et Jean-Pierre Sauvaire son chef opérateur les voyaient en projection. Je savais que le tournage était compliqué et éprouvant, et que des conditions climatiques imprévues dramatisaient encore la situation. Mais moi, je ne voyais que le bon coté des choses, c’est-à-dire que chaque jour, les rushes étaient sublimes et que c’était un plaisir immense de suivre évolution du tournage. Ensuite, l’équipe et les acteurs sont revenus à Prague pour tourner les intérieurs en studio. Mylène et Jeff étaient très amis, elle l’avait rencontré aux États-Unis t c’est elle qui l’avait présenté à Laurent. Avant cela, il y a eu plusieurs acteurs envisagés, de Peter Gabriel à Pierce Brosnan, en passant par Rutger Hauer. Jeff était quelqu’un de très sympathique, mais timide et taciturne. Et je crois que Mylène l’avait un peu pris sous son aile. Pour moi, ces 5 mois à Prague ont été un enchantement à tous points de vue.

Problèmes au montage de Giorgino
Le montage a commencé en juin 1993 à Paris, peu de temps après le tournage, et au retour d’une cure thermale en Corse, où j’avais accompagné Laurent qui avait besoin de repos! A notre retour, nous disposions de la totalité des rushes, ce qui a permis GiorginoPhotos05un montage chronologique du film. Laurent avait beaucoup tourné : plus de 80 heures de pellicule! Dès le début, nous avons établi une sorte de règlement : horaires de travail réguliers, repas à heures fixes, régime végétarien, une hygiène de sportif, en quelque sorte! Car il fallait tenir la distance, qui a été de 9 mois de montage, rien que pour l’image. J’exécutais moi-même immédiatement les coupes, à la table, ce qui donnait la possibilité de voir tout de suite le résultat. C’est la méthode que Laurent avait choisie. Le montage est un processus de construction qui se fait à deux, réalisateur et monteur. Il est très important d’avoir assez vite une vue d’ensemble, une structure, qui, si le film est bien pensé (et c’était le cas pour Giorgino) est perceptible dès le premier montage, et que l’on rythme par la suite. Or nous avons travaillé dès le début comme si c’était la version finale, en peaufinant les raccords. Un travail de dentelle et de précision, qui a pris beaucoup de temps. On est arrivé ainsi à un premier montage de 4 heures, dont Laurent était ravi. Cette version était techniquement parfaite, mais pour moi, même si elle se présentait bien, il fallait la retravailler. Le film n’avait pas encore son rythme interne. De toute façon, pour le distributeur, il fallait raccourcir. Dans un premier temps, on a dû péniblement enlever 30 minutes, ensuite encore 10 minutes après mixage. Mais là, ça devenait vraiment une galère, car on ne peut faire que des coupes franches : quand le son est mixé, il est impossible de rentrer dans le détail du montage. On a fait des coupes dans le studio de Thierry Rogen, en y passant quelques nuits!

La pression du tournage
GiorginoPhotos26De toute façon, la machine était lancée et Laurent était le seul maître à bord. Et peut-être que le temps lui donnera raison. Même s’il était anxieux, il restait toujours très courtois, sauf peut-être avec les très proches, comme Mylène. Notamment à Londres, lors de la post-synchronisation (ndlr : les acteurs rejouent leur scène comme un doublage, lorsque le son du plateau n’est pas exploitable, par exemple lors de l’utilisation de machines ) neige, de bruits de moteur etc.), il pouvait se montrer impatient. Pour Mylène, qui ne l’avait jamais fait, se post-synchroniser en anglais, avec l’accent, était assez compliqué. Pendant la postproduction, elle passait de temps en temps chez Toutankhamon. Avec Mylène, j’ai toujours eu d’excellents rapports, seins et normaux. C’est quelqu’un de très droit, qui sait ne pas mâcher ses mots, qui peut parfois se montrer dure et sarcastique, mais juste, et qui a le sens de l’humour.

La Rupture
Il y a eu une seule projection de presse, un matin à 9h30, sur les Champs-Élysées. La salle était bondée. Dès la sortie du film, ça a été la curée, les articles tenaient plus du règlement de compte que de la critique du film. Bassesses et méchanceté, tout y est passé. Le handicap du film était peut-être sa durée, mais bon, il avait bien d’autres qualités, infiniment plus importantes, donc personne n’a parlé. En tout cas, c’est une oeuvre assumée, un film merveilleux proche du fantastique, unique dans le cinéma français, et qu’on redécouvrira un jour avec étonnement. L’avant-première était très chaleureuse. Tous les proches et amis de Laurent et Mylène étaient présents. Les parents de Jeff étaient venus des États-unis. A la fin de la soirée, nous nous sommes dits au revoir sur le trottoir, le plus naturellement du monde. Je n’ai jamais revu Laurent depuis. Par contre, j’ai croisé encore quelques fois Mylène chez Toutankhamon. Je savais que Laurent était très malheureux, et qu’il vivait mal l’échec du film. Il ne voulait voir personne et ne répondait pas au téléphone. En tout cas, nous ne sommes absolument pas fâchés, mais il a sans doute voulu tourner une page. Après la sortie du film, l’éventualité d’une version courte de Giorgino a été envisagée avec Paul Van Parys (ndlr : fidèle collaborateur de Mylène et Laurent). Mais je ne voulais rien faire sans l’autorisation de Laurent. En plus, je ne sais pas s’il aurait été d’accord. J’étais moi aussi terriblement affectée. On n’a rien remonté du tout. 

Publié dans Mylène et GIORGINO, Mylène et L'ENTOURAGE | Pas de Commentaires »

A. et B. Reval pour Mylène

Posté par francesca7 le 6 janvier 2012

 

Mylène Farmer : De chair et de sangAuteurs de la biographie Mylène Farmer, de chair et de sang, Annie et Bernard Réval ont eu la gentillesse de m’accorder un peu de leur temps pour répondre à mes questions. Leur biographie, parue en 2004, a reçu un accueil enthousiaste de la part du public. Ouvrage documenté, précis et respectueux de l’artiste, il comporte en outre de nombreux témoignages inédits d’artistes, de proches, qui ont côtoyé Mylène Farmer tout au long de sa carrière. Somme toute, une biographie de référence pour tous les fans. 

Interview réalisée fin août 2006 

« CV:  Annie et Bernard Réval, bonjour.

J’aurais aimé vous poser quelques questions. Tout d’abord, près de deux ans après la sortie de votre biographie, MYLENE FARMER, de chair et de sang, force est de constater que le pari est réussi: Biographie tolérée par la star, et surtout biographie qui fait l’unanimité chez les fans et le public. Est-ce que vous tirez une certaine satisfaction, une fierté, de ce pari réussi? Et vous attendiez-vous à recevoir un accueil aussi positif ?  

Bernard Réval : « Vos propos très sympathiques nous vont droit au cœur. Nous avons en effet ressenti une réelle adhésion de la part des lecteurs qui ont bien voulu discuter avec nous après la parution du livre. C’est toujours agréable de sentir qu’on a été compris… Mylène nous a permis d’entrer dans une sphère qui nous était étrangère. Son originalité nous séduisait et nous donnait envie d’explorer cet univers si différent de celui de Nougaro ou d’Aznavour. Ses fans nous ont suivis, et c’est tant mieux, nous avons fait un travail de bonne foi, c’est une jolie récompense.»

 CV: Écrire une biographie est un exercice difficile mais qui vous est familier, en témoignent vos productions sur les artistes phares de la chanson française. Est-ce que cet exercice vous a paru plus délicat encore, avec cette contrainte de l’interdit farouche qui pèse sur la vie privée de la star? Comment avez-vous appréhendé cette difficulté, avant l’élaboration du livre?

 Annie Réval : « Il y a toujours une notion d’interdit, de « terrain miné » à propos de toute vie privée. Nous essayons d’aller le plus loin possible, en faisant notre propre auto censure. Tout ne peut être dit, bien entendu, mais le lecteur sait lire entre les lignes…

A. et B. Reval pour Mylène dans Mylène dans la PRESSEPour Mylène, nous n’avons pas rencontré de difficultés majeures lors de nos investigations. Certains artistes comme Gilbert Bécaud ou Claude Nougaro ont largement collaboré, d’autres nous ont laissé faire. Chacun réagit différemment, avec généralement la crainte d’être surexposé. Tous ont des « jardins secrets », professionnels ou privés, et nous tentons de les respecter, avec malgré tout une volonté constante de liberté dans notre écriture. Bécaud, par exemple (le premier chanteur à qui nous avons consacré une biographie) a souhaité lire notre manuscrit, par curiosité. Il  fonctionnait à l’instinct : lorsqu’il vous accordait sa confiance, c’était d’un seul bloc et vous ne pouviez pas le décevoir..

En ce qui concerne Mylène Farmer, nous ne lui avons pas soumis le résultat de notre travail avant la parution du livre. Cependant, France Empire (notre éditeur) et Thierry Suc (son producteur) ont eu des contacts au niveau du choix de la photo de couverture et nous avons ainsi pu disposer d’un magnifique cliché, récent.

Pour l’enfance de Mylène, nous sommes partis au Québec afin de mettre nos pas dans les siens, à Pierrefonds, notamment au collège de Sainte-Marcelline (la sœur directrice et l’amicale des anciens élèves nous ont ouvert des pistes intéressantes). Pour les années-lycée à Sèvres et les stages au Centre Equestre à Conches, nous avons retrouvé les camarades de Mylène. Tous, visiblement, étaient ravis de participer, mais pour répondre à votre question avec précision, il ne nous a pas semblé plus compliqué d’aborder Mylène Farmer. Paradoxalement, nos investigations à propos de Jean-Jacques Goldman ont été plus ardues, car c’est un personnage très linéaire, donc plus difficile à saisir. »

  CV: De nombreux fans s’interrogent: y’aura-t-il une version de poche de votre biographie? Une version mise à jour, comme c’est parfois le cas, sera-t-elle mise en place?

 Annie Réval : « Un livre de poche ? Je ne sais pas… C’est encore trop tôt pour le dire – ça ne dépend pas de nous. Quant à une version mise à jour, pourquoi pas, mais pas tout de suite. Après onze livres en dix ans sur Bécaud, Barbara, Aznavour, Nougaro, Goldman, Farmer, Obispo… (notre prochain petit « dernier » paraît en novembre 2006), les mises à jour seraient un vrai travail de forçat ! Nous marquons une pause, histoire de laisser reposer les neurones ! »

 CV: Le seul nom de « Farmer » fait vendre. Pourtant, on ressent, à la lecture de votre travail, mais aussi des témoignages recueillis, un profond respect pour l’artiste, et même, un intérêt sincère pour sa musique et son univers. J’aurais aimé savoir si, après la publication de cet ouvrage, vous avez continué, à vous intéresser aux nouvelles productions de l’artiste, à savoir son nouvel opus, et sa série de treize concerts à Bercy, non plus en tant que biographes, mais en tant que public? Et recueillir vos impressions sur ces « nouveautés ». 

 dans Mylène dans la PRESSEBernard Réval : « Nous étions à l’étranger au moment des concerts de Bercy, en janvier 2006,  pour l’un de nos prochains livres, mais nous avons suivi cette actualité avec curiosité et intérêt. Bien entendu, nous ne manquerons pas de découvrir  le show à la sortie du DVD. Ceci dit, lorsque nous décidons de nous lancer sur un nouveau sujet, il faut que nous ayons pour sa carrière du respect et de l’intérêt. Il en reste toujours quelque chose, un « cousinage ». Annie dit que c’est comme une histoire d’amour qu’on aurait un peu oubliée, mais dont le parfum reste vivace. »

 CV: Enfin, pourriez-vous dévoiler à tous les visiteurs du site vos projets pour les prochains mois?

 Annie Réval : « Ils sont multiples, toutefois notre actualité immédiate, c’est le livre Michel Sardou, l’ombre et la lumière, une biographie co-signée Annie Réval et Caroline Réali. Nous avons déjà écrit ensemble deux ouvrages publiés chez France Empire (Gérard Depardieu voleur d’âmes, et L’aventure des Bronzés trente ans d’amitié),. Entre Mylène et Michel…, nous avons planché sur deux univers aux antipodes, mais pour chaque livre, l’aventure est excitante et la passion aussi vive que  si c’était la première fois ! »

CV: Encore merci d’avoir pris le temps de répondre à mes questions. « 

                                                  Barre mexicain musicien

 

Publié dans Mylène dans la PRESSE | Pas de Commentaires »

Site officiel de Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 5 novembre 2011

Mylène Farmer a t’elle un site officiel ?

 

Site officiel de Mylène Farmer dans Mylène et mes BLABLAS MF80_111aLe Site officiel de Mylène Farmer n’existe pas ! Vous êtes nombreux à nous demander l’adresse du site Internet de Mylène Farmer. Sachez qu’il n’y a pas de réel site officiel pour la chanteuse Mylène Farmer. En revanche nous pouvons vous orienter vers d’autres sites officiels :

- Page officielle de Mylène Farmer sur Universal Music France
- Merchandising officiel de Mylène Farmer sur Charmandising
-
TS3 la société de production de Thierry suc (manager de Mylène Farmer)
-
Page officielle du single « L’amour n’est rien » sur Universal Musique
-
Site officiel de l’album Bleu Noir
- Page officielle du concert « Tour 2009″
- Site officiel « Mylène Farmer au Stade de France »
- Site officiel de l’album « Point de suture »

Inscription à la Newsletter Mylène Farmer : inscrivez-vous à la newsletter Mylène Farmer pour être prévenu de l’arrivée du site officiel de Mylène Farmer.

Plus d’informations sur le site officiel de Mylène Farmer :

Retrouvez toutes les informations sur le site officiel de Mylène Farmer sur le portail communautaire Mylène Farmer.

transmettre-love-la-verite-131324793893 dans Mylène et mes BLABLAS

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaires »

Répétitions du N° 5 On Tour 2009

Posté par francesca7 le 14 octobre 2011

 

Afin de répéter son spectacle, la chanteuse a réservé la Geneva Arena pour y tester les jeux de lumières ainsi que les principaux éléments de mise en scène, tandis que le Stade de Genève est utilisé à partir du 24 août pour répéter le spectacle grandeur nature (ce qui oblige d’ailleurs une équipe de football locale, le FC Sion, à disputer ses matches UEFA au stade de la Pontaise, à Lausanne). La billetterie des deux premiers concerts en Suisse rapportera d’ailleurs environ six millions cinq cent mille francs suisses de bénéfices bruts pour une infrastructure supérieure à celle du concert d’adieu de Johnny Hallyday

 

 

 

Personnes sur scène 

Interprètes : 



  • Mylène Farmer 


Choristes : 



  • Esther Dobong’Na Essienne[8] 

  • Johanna Manchec 

Musiciens : 



  • Direction musicale :Yvan Cassar 

  • Guitares : Bernard Gregory Suran Jr 

  • Guitares : David Levitt 

  • Basses : Paul Bushnell 

  • Batterie : Charles Paxson 

  • Percussions : Nicolas Montazaud 

  • Claviers : Jean-François Berger 

Danseurs : 



  • Miguel Edson 

  • Kyle Bernbach 

  • Cris Cangero 

  • Victor Gonzalez 

  • Reed Kelly 

  • Michael Angelo Melendez 


Danseuses : 



  • Maria Carofano 

  • Mayte Natalio 


Danseuses additionnelles pour les stades : 



  • Ayo Berner Jackson 

  • Alexis Anne Covento 

 

Équipe 

Artistique : 




Administratif : 



  • Production : Thierry Suc 



Son : 



  • Stéphane Plisson 

Visuel : Alain Escalle 





Répétitions du N° 5 On Tour 2009 dans CONCERTS DE MYLENE mylene_farmer_tour_2009

Publié dans CONCERTS DE MYLENE, Mylène N°5 ON TOUR 2009 | Pas de Commentaires »

12
 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...