• Accueil
  • > Recherche : robots mylene farmer

Résultats de votre recherche

Une musique pour des Robots

Posté par francesca7 le 17 mai 2015

 

 

Pour la tournée, Philippe Stegemann a utilisé deux robots de 2 mètres et trois de 2,30 mètres. Il s’agit de machines employées à l’origine sur les chaînes de fabrication des industries pharmaceutique ou des semi conducteurs, par exemple. A part l’ajout d’un masque en carbone conçu spécialement par Robolounge, ils ne sont pas modifiés. « Mais on utilise des paramètres jamais utilisés dans l’industrie, notamment des accélérations et des décélérations qui leur donnent des mouvements souples », explique le fondateur. Pour ce spectacle, tous les mouvements sont pré-programmés, mais ils pourraient aussi être programmés pour réagir au BPM ou au style de musique, sur un set non connu à l’avance. 

Image de prévisualisation YouTube

La musique de l’interlude a été composée en fonction des robots

Au départ, Robolounge a créé le tableau de C’est une belle journée en travaillant sur les vidéos de la chorégraphie. Puis l’idée d’assurer le premier interlude, pendant lequel la chanteuse change de tenue au bout d’environ 35 minutes de spectacle, s’est imposée. Et là, ce ne sont pas les robots qui se sont adaptés à la chorégraphie, mais le directeur musical, Yvan Cassar, qui a composé la musique en fonction des robots. « Il a consulté nos vidéos et a très bien analysé notre registre, confie Philippe Stegemann. Cela cadre parfaitement, avec une montée en puissance en partant de la musique classique pour aller vers du dubstep. Chaque tableau a une émotion particulière. » 

Effectivement, l’effet est saisissant. Seuls sur scène, sur une adaptation de Schubert, les cinq robots-danseurs forment un ballet esthétique, puis mettent le feu sous les lasers en bougeant comme des danseurs hip-hop. On oublie complètement qu’ils ne sont même pas humanoïdes, tant l’articulation du cou, du « bassin » et des « épaules », plus le masque, suffit à imaginer des bras et des jambes. Timeless est moins coquin que les précédents shows de la star, dommage car sinon elle aurait pu signer la première chorégraphie « robo-érotique », tant on a l’impression que ces robots peuvent tout jouer. 

« On a travaillé avec Mylène sur l’introduction de la chanson »

image-40Les choses sont plus compliquées quand Mylène et les danseurs sont à côté des robots, car ils doivent respecter une distance de sécurité correspondant à leur rayon d’action. Mieux vaut éviter le choc avec un robot de 115 kg en rotation à pleine vitesse… C’est pourquoi, à ces moments là, ils n’effectuent que des mouvements latéraux. En cas de pépin, Philippe Stegemann a cependant constamment dans la main un poignée de validation et un arrêt d’urgence.  

En tout, la préparation du show a duré un an. « L’équipe de Mylène est très pro, très unie, et attentive. Cela m’a beaucoup aidé, ne venant pas du métier. » Philippe Stegemann a même travaillé en direct avec la star, qui s’est investie aussi dans cet aspect du spectacle. « Ca lui plaisait et ça l’intéressait. C’est très agréable de travailler avec elle. On a travaillé ensemble sur les détails de l’introduction de C’est une belle journée. J’ai été très surpris par la rapidité avec laquelle elle a compris les problématiques techniques, elle pourrait être ingénieur. » 

Une belle aventure, donc, pour ce pionnier de la robotique artistique, à laquelle la tournée Timeless 2013 offre une formidable exposition, au moment où la robotique française, plutôt en pointe dans le monde, est soutenue comme un des secteurs industriels d’avenir par François Hollande. D’ailleurs, Philippe Stegemann ne dit pas tout, mais on devine que cette visibilité s’est déjà traduite en contacts pour de futurs projets. « C’est la chance d’une vie ! Je suis sur un nuage », dit-il encore étonné.  

Read more at http://lexpansion.lexpress.fr

 

Publié dans Mylène 2015 - 2016, Mylène et L'ENTOURAGE, Mylène TIMELESS 2013 | Pas de Commentaires »

Mylène Farmer les appelle « ses filles »

Posté par francesca7 le 17 mai 2015

imagesDes danseuses ?

Il n’y en a aucune sur sa dernière tournée, « Timeless 2013″, qui a débuté le 7 septembre à Bercy. Non, elles, c’est plutôt le gabarit 115 kilos, deux mètres de haut. Des robots. La chanteuse française de tous les records, habituée des mises en scène spectaculaires, a encore une fois créé la surprise avec ses robots-danseurs, une première mondiale pour un show de cette envergure. D’autant que ces robots à usage habituellement industriel ne sont pas un élément parmi d’autres du décor, mais sont intégrés aux chorégraphies et assurent même un peu plus de 4 minutes du spectacle à eux seuls. 

Au troisième morceau, deux bras articulés blancs portant un masque aux yeux lumineux font leur apparition sur scène. Présence menaçante. Mylène Farmer les regarde l’un, puis l’autre, d’un air attendri qui les habille aussitôt d’humanité, avant d’entamer les premiers pas de danse de C’est une belle journée. Les robots embrayent, mimant les mouvements de la star. Six danseurs de chair et d’os rejoindront le tableau, les robots devant. Et ça fonctionne, le public est archi-conquis. 

« Montrer que la robotique peut être artistique »

Le marionnettiste, derrière les vedettes de métal de Timeless 2013, s’appelle Philippe Stegemann. Ce spécialiste en automatismes et en robotique a créé en 2006 sa société de prestations en robotique, après 18 ans passés à programmer des robots industriels. Musicien amateur, il s’amuse alors à programmer des robots pour qu’ils bougent en rythme sur de la musique. En 2008, il crée sa première chorégraphie en hommage à Daft Punk, vite repérée sur YouTube. Ce qui l’incite à creuser ce filon en créant une deuxième activité, roboLounge, dédiée à l’événementiel. « L’idée, c’est de s’amuser avec la robotique et de montrer que cela peut être artistique. J’essaie d’humaniser les robots, de les rapprocher des gens », explique-t-il. 

Tribute to Daftpunk, par roboLounge: 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

Son business fonctionne bien et prend même progressivement le pas sur son activité de conseil dans l’industrie. La société réalise des prestations dans des salons professionnels, pour créer du trafic sur les stands des exposants. Jusqu’à ce que la production de l’émission « La France a un incroyable talent » le remarque, et l’invite à participer au divertissement de M6. Robolounge va jusqu’en demi-finale avec une chorégraphie de trois robots se battant au sabre laser. C’est là que l’équipe de Mylène va le repérer. « Anthony Souchet, le meilleur ami de Mylène, m’a appelé en 2012 pour me rencontrer. J’ai cru à une farce. Il m’a expliqué qu’ils avaient envie de quelque chose de futuriste pour le concert. » De fait, les tableaux avec les robots ont quelque chose de froid mais s’intègrent parfaitement à l’univers de Timeless, dont l’affiche donnait déjà le ton.  

Read more at http://lexpansion.lexpress.fr

 

 

Publié dans Mylène 2015 - 2016, Mylène en VIDEOS, Mylène TIMELESS 2013 | Pas de Commentaires »

Comprendre le message de Myléne du TIMELESS 2013

Posté par francesca7 le 10 mai 2015

téléchargement (1)

Les premières paroles chantées par Mylène Farmer lors de son dernier spectacle Timeless 2013 ne sont-elles pas « à l’envers cette terre », comme la dystopie est une utopie inversée, c’est à dire une représentation du monde souvent futuriste, toujours infernale, cauchemardesque ?

Comment installer cette dystopie ? D’abord par le lieu de ce voyage à travers les étoiles, vers un univers loin, très loin de notre monde, à des années-lumière, du moins en apparence, et l’arrivée d’un personnage énigmatique qui va changer cet univers. Après le noir, au bout de la nuit, les étoiles au début du spectacle qui finissent par former le visage de Mylène tel qu’il apparaît sur l’affiche de la tournée constitue peut-être un effet d’annonce. Une entrée stellaire, un bouillonnement d’étoiles fixes et filantes qui se rejoignent pour former peu à peu un tunnel rectiligne, puis en spirales, un tourbillon évoquant le Tartare grec. Les étoiles semblent elles-mêmes voyager dans le temps et l’espace. Ce passage entre les dimensions débouche sur un vaisseau qui évoque un cratère dans lequel on s’engouffre pour accéder à l’un de ses couloirs qui semble infini, labyrinthique, un dédale spatial, avec déjà le mélange des imaginaires mythologiques et futuristes : au tunnel stellaire succède un tunnel métallique mais toujours virtuel car ces plans sont des images de scène présentées sur un écran gigagéant, qui occupe tout le « mur » du fond de scène.

Sur cette même chanson, les images de scène semblent évoquer le processus de constitution de l’univers depuis le big bang : naissance et mort d’étoiles, explosions et reconstruction de matières nouvelles à partir d’éléments épars. 

Est-ce une façon d’annoncer l’absurdité du monde dystopique, sur lequel l’héroïne vient d’atterrir, qui tourne à vide sur lui-même ou simplement d’évoquer le cœur, l’âme du vaisseau sans lequel il ne pourrait fonctionner ?

Ce monde lui, on le verra, a trahi son pacte avec la nature à l’image des représentations habituelles de planètes lointaines sur le déclin qui se meurent de la surexploitation de leurs ressources .

téléchargement (2)A ce titre, le crâne nu de Moby, filmé de derrière au début du tableau « Slipping away » et bleuté, ressemble étrangement à la surface d’une planète. La voix stellaire de Mylène sur « A force de » vient donner un nouvel éclairage au thème de la chanson : savoir et vouloir espérer et donner l’espoir à l’autre quelque soit le situation, et ce en contemplant la beauté et la force de la nature : « La force des rapides, des vents qui se déchirent, me donnent l’envie de vivre, donner l’envie de vivre ; à force d’étincelles, que la nature est belle ». MF semble ici apporter au sein de la dystopie la voix salutaire d’un ailleurs, d’une nature qui existe encore bien qu’elle soit perdue ici, et qui va renaître au contact de ce personnage féminin, en tenue de voyage, encapée, entourée d’éclairs bleus à son arrivée sur scène comme l’écran derrière elle.

La voilà prête à réveiller le monde…

Cependant sur le titre suivant, « Comme j’ai mal », le soleil naissant d’ « A force de » semble décliner. Ici-bas, la vie se fragilise. La reconcentration, et non plus le déploiement, de ces lignes lumineuses, voire leur repli, qui plus est sur une musique inquiétante, s’opère autour d’une porte des étoiles mauve sombre qui rappelle un soleil noir ou un trou noir – avec le jeu de mots sur le trou noir psychique puisqu’elle chante « ma mémoire se fond dans l’espace ». Ici, la voix stellaire de Mylène devient gutturale, étrange, comme malade, à l’image de l’étoile déclinante dont les rayons, instables, se formant et se déformant, paraissent chavirer, tanguer dans un sens puis dans l’autre : « ma pensée se fige, animale ». Elle qui vient d’un ciel bleu pur, est comme étouffée par ce lieu étrange, dystopique, où elle vient d’atterrir : « je ressens ce qui nous sépare », ici il s’agit sans doute d’elle et du monde où elle pénètre. Elle est animalisée. Sa faculté à ressentir des émotions ou à penser rationnellement est comme absorbée . Elle décide pourtant de continuer son chemin. Et c’est là qu’elle va rencontrer les robots du tableau de « C’est une belle journée »

Nous voilà entrés au sein du monde dystopique. Et qui croisons-nous en premier ? De bien étranges robots, dès l’introduction du 3ème titre du spectacle « C’est une belle journée ». Tels des têtes chercheuses effrayantes, leurs yeux et à leurs bouches mués en lampes torches semblent traquer tout ce qui sortirait d’une « normalité » érigée en dogme non transgressible et en dehors de laquelle il est impossible de vivre dans une anti-utopie.

Or, ces robots soudain s’humanisent, joyeux, dansants, au contact de la seule femme « souveraine » (Mylène) qui subsisterait dans ce monde ou qui venue d’ailleurs sur son vaisseau spatial découvre un monde où les filles sont des robots : « voir des anges à mes pieds ». La simple présence de cette voyageuse semble leur donner l’envie d’aimer , « de paix », puis de s’aimer mutuellement, comme le montrera l’interlude centré sur eux. On peut y voir une explication de la présence dans ce spectacle de danseurs hommes uniquement autour de Mylène, d’où également l’attitude protectrice des mêmes danseurs très proches autour d’elle pendant le pont de « C’est une belle journée », en particulier des deux danseurs de devant (Raphaël Sergio Baptista, Aziz Baki) qui l’entourent de leurs bras : la rareté se doit d’être protégée. Elle dit d’ailleurs à ce moment-là : « comme un aile qu’on ne doit froisser ».

Ces robots sont l’un des épicentres du spectacle si bien qu’un interlude très original leur est consacré. Ils semblent se toiser du regard, se méfier les uns des autres, peut-être se découvrir comme « êtres vivants ». En tous les cas, ces robots irradient, dans un univers bleu froid, une lumière rouge. Celle-ci rappelle les opérations de détection de la chaleur corporelle qui apparaît souvent « rouge » pour ceux qui la traquent, dans certains univers de science-fiction. Les robots sont alors les seuls signes de vie.

On pourrait dès lors y voir l’interlude d’une autre rencontre amoureuse qui a lieu cette fois entre deux être humains : Mylène F. et Gary Jules sur la chanson suivante : « Mad world ». Pour en revenir aux robots, certes ils semblent méfiants mais ils sont surtout curieux, ils s’apprivoisent et quand l’amour est là, conscient et mutuellement ressenti, ils dansent soudainement la joie d’être aimé, malgré cette surveillance, sur une musique dont les arrangements évoquent des bruits « robotiques ». Ils changent de couleur au gré de leurs émotions : heureux de cet innamoramento, ils sont multicolores de même que les faisceaux de lumière les entourant, de plus en plus nombreux qui jaillisent de toutes parts. A cet instant, même les yeux de surveillance semblent entrer dans la danse et oublier leur mission orginelle pour partager un moment de joie.

images (2)L’animal est-il là au sein de la dystopie ? Sur le tableau « Monkey me », il génère cependant un moment de joie, en liaison avec thème de la chanson qui évoque une rencontre entre un animal prisonnier (en attente d’être adopté dans une animalerie) et une femme, et le sentiment quand leurs regards se croisent. Elle semble se reconnaître en lui, éprouver de l’empathie pour sa souffrance, se sentir elle-même prisonnière, d’où la nécessité d’adopter l’animal pour le libérer. Sur le tableau « Monkey me » du concert, on peut observer sur l’écran des pointillés disposés en cercles concentriques qui rappellent une cible : moment de jeu ou représentation du système solaire ? Les guitares couvertes de leds sur ce titre, donc lumineuses, symbolisent la joie associée au singe dans la mythologie japonaise, la chaleur, la vie au sein de la dystopie comme le marquent les couleurs chatoyantes, solaires (rouge, jaune or) du tableau. Sur certaines dates, 3 guitares sont équipées de leds lumineux : pour symboliser chacune un des trois singes de la sagesse ?

Lorsqu’il est fait de chair et de sang, l’homme est l’objet d’un spectacle-défouloir, objet de désir, sur « Oui mais non », où la chorégraphie virile et les costumes des danseurs semblent évoquer l’esclave ou le gladiateur désarmé ou le lutteur, jeté dans l’arène d’un jeu du cirque équivalent à celui de l’Antiquité romaine. On y développe la même martialité quitte ou double : comme on levait la main pour décider de la mort de quelqu’un, MF sur son fauteuil décide qui elle garde et qui elle rejette parmi ces hommes qui paraissent se lover autour d’elle.

A ce titre, les ombres chinoises, tour à tour noires ou blanches (ou les deux) au détour des portes de l’arène qui s’ouvrent et se ferment, sans cesse renaissantes, semblent signifier la multiplicité des peuples (conquis) réunis comme objet de spectacle au sein des Ludi. Leur forme et leurs mouvements rappellent dans leur agencement les amphores grecques ou les frises de l’Egypte antique. D’ailleurs, les doubles blancs des personnages, évanescents, qui volent, en arrière plan, d’une frise à l’autre, de corps en corps, de réincarnation en réincarnation, rappellent les « kâ », doubles spirituels de chacun être humain, naissant en même temps que lui, dans la mythologie égyptienne.

En contraste, l’homme venu d’ailleurs est l’objet de l’amour véritable dans Timeless. Amour d’adultes en un premier temps sur la partie « piano/voix » du concert. La seule relation humaine pour Mylène est passagère : Gary Jules apparaît sur scène dans l’obscurité et surplombé de faisceaux formant une colonne (un tunnel ?) de lumière vertical et blanc qui le transforme d’emblée en homme-ovni. Comme Mylène, il vient d’ailleurs, il n’appartient pas à ce monde dystopique, d’où le fait qu’il le qualifie de « mad world » et qu’il enjoigne ceux qui l’écoutent à s’ouvrir l’esprit : « enlarge your world ». Il devient dès lors le seul amour possible pour celle qui elle non plus « n’[est] pas de ce monde ». thématique si mylénienne de l’ami imaginaire et du voyage à travers le temps futur et passé et les dimensions (au centre du spectacle Timeless) serait dès lors le moment de la rencontre amoureuse, L’amour naissant…

En effet, en commençant le refrain par « si d’aventure je quittais terre », elle permet au doute de s’installer. Elle projette de quitter cet univers (parce qu’il la rend malade ?) comme elle le fera à la fin du concert, en laissant Gary qui n’est déjà plus présent : elle fait sa déclaration d’amour à un absent. Belle résonance avec le thème originel de la chanson, interprétable comme l’aveu d’amour à un enfant tant voulu mais qu’on a jamais eu, peut-être parce qu’il est mort-né , peut-être parce que l’enfantement tel qu’il se fait normalement est interdit dans certains univers dystopiques, pour contrôler les naissances, éviter la profusion des classes miséreuses, laborieuses, dangereuses. Cet enfant perdu est-il la raison de l’absence de Gary ? Le déploiement de l’amour sur « Les mots » occupait l’ensemble de la scène ; ici, point de suture, noir sur la scène (au début) pour accentuer l’absence, traversé de sept rayons blancs protecteurs, et repli de Mylène avec son pianiste sur la partie droite de la scène, comme si la musique sauvait de tout. « Et pourtant » signe la rupture de la relation – à cause de cet enfant non né ? : « mais tes lèvres ont fait de moi un éclat de toi », dit-elle à Gary, toujours absent – et ce même si l’amour persiste, signant la nécessité du départ. A ce moment, l’outro de « Et pourtant » confié à Yvan Cassar seul sur scène semble signifier que si l’amour est terminé, la musique survit et fait renaître. Alors que la musique gagne progressivement en intensité et en beauté, la scène sombre fait place à une lumière de plus en plus intense, statique puis mobile, qui éclaire la pianiste seul puis l’ensemble de la scène. La vie nous est redonnée par la musique.

images (3)Si l’amour d’adultes n’a pu donner lieu à la naissance d’un enfant, celui-ci apparaît tout de même, venu du public, donc d’en dehors de ce monde représenté sur scène : sur « A l’ombre » pour annoncer le renouveau à venir ou « XXL », chanson centrée sur le besoin d’amour de la femme, quelque soit le monde d’où elle vient. Les vaisseaux projetant des rayons formant des X, des images de MF et de ses guitaristes, de leur complicité, marquent à nouveau les moment de joie apportés par l’amour et la musique là encore – comme sur « Et pourtant », mais cette fois le musicien n’est plus seul. Le moment est idéal pour faire entrer sur scène, dans son univers, un enfant, par exemple celui, très mignon, du 11 septembre 2013. Ce contact amoureux avec le hors scène est élargi à l’ensemble du public dans le tableau « Bleu noir » où Mylène chante sur une nacelle mobile qui traverse l’ensemble de la fosse, et ce en liaison avec la thématique de la chanson, ici la vie vaut la peine d’être vécue pour les relations profondes que l’on y noue : « mais la vie qui m’entoure et me baigne me dit quand même ça vaut la peine » « la bataille est belle, celle de l’amour disperce tout ». Faire chanter au public le premier couplet du titre « Maman a tort » participe du même élan : « deux, c’est beau l’amour » « huit, j’m'amuse ».

Dans la même mouvance, mais plus clairement, « Désenchantée » permet de se focaliser sur les marginaux, les révoltés, les prisonniers politiques, les dissidents de cette dystopie : « tous mes idéaux, des mots abîmés ». Ceux-ci sont figurés par les danseurs. Avec la sorcière Mylène, ils sont enfermés hors du regard des « normaux », sur une planète hostile, rouge, peuplés d’insectes menaçants, veuves noires, gardiens lugubres des prisonniers exilés ….

Cette sorcière de « Désenchantée », nous la retrouvons sur « Diabolique mon ange ». Si la croix sur la nuque de Moby (« Slipping away ») semble renvoyer l’idée de religion, de spiritualité, elle aussi, à un lointain passé, de même que sur la partie piano-voix du concert, la croix très discrète sur l’échancrure de la robe pailletée d’étoiles de MF, elle signe surtout définitivement le rejet de la religion dans cet univers, en dehors de ceux qui tiennent encore quelque chose du passé :? D’ailleurs, les cinq soleils de « Bleu noir » reviennent à ce moment précis, non plus blancs, mais jaunes or, plus puissants, regaillardis par cette renaissance dans un tableau faisant référence au pays du Soleil levant, donc naissant ou renaissant et qui accueille, après « Sans contrefaçon », le tout premier titre de la carrière de Mylène, celle qui la fait naître en tant que chanteuse : « Maman a tort ».

« Sans contrefaçon » ? Des dystopies toujours… « Dans ce monde qui n’a ni queue ni tête », apparaissent des simili samouraï, guerriers rouges de la planète Mars, au double sens du dieu grec de la guerre et du sang versé au combat et de la planète rouge : « prenez garde à mes soldats de plomb, c’est eux qui vont tueront ». 

Dans le même ordre d’idées, toujours sur « Je t’aime mélancolie », l’industrialisation effrénée n’aboutit à rien puisqu’elle sert à construire des engins de mort : machine ambulante qui évoque un lieu de pendaison par couperet avec suspendus serpes et marteaux – symboles du communisme soviétique. Elle permet de mettre au point des engins de répression (gants de boxe sur ressort avec aussi une allusion au clip de la chanson de ce tableau) ou encore des machines occupées à un travail vain et inutile : machines à roues dotées de ciseaux géants mobiles servant à la culture d’une terre aride, bateau au sein d’une mer rougeâtre vide ou peuplée de squelettes de poisson, allusion au travail à la chaîne tayloriste (et à sa symbolique chaplinesque) avec ces bouteilles fabriquées en série qui explosent avant même d’être terminées. Plus loin, les visages humains eux-mêmes toujours indéfinissables semblent être produits en série. A noter que les premières dystopies sont nées avec l’industrialisation – destructrice parce qu’irrespectueuse – du XIXème siècle, révolutions industrielles dont l’une a été marquée par une découverte essentielle : l’électricité, ici représentée par une ampoule qui s’allume et s’éteint au milieu d’un visage vaguement défini. 

Vient « Rêver », le moment du départ, où il faut « changer de ciel », l’ultime chanson du concert, l’hymne à la tolérance, mais qui signale tout de même la fragilité du nouveau monde créé et la nécessité d’un agir ensemble pour le préserver.

Pour terminer, sur l’ensemble du spectacle, il faut souligner que, pas de doute, c’est un spectacle très réussi. Chaque membre de l’équipe sur scène a son moment privilégié, où l’attention est concentrée sur lui, marque de partage et de respect infini pour tous les acteurs du show : Gary Jules chante presque seul sa chanson « Mad world », le public chante presque seul le 1er couplet de « Maman a tort » ; il y a l’intro musical de « Et pourtant » qui met en valeur le pianiste Y. Cassar, l’intro de « Je t’aime mélancolie » pour les danseurs, l’intro de « Diabolique, mon ange » pour tous les musiciens et les choristes, la mise en avant des guitaristes sur « Monkey me » et « XXL » (et de l’un d’entre eux sur l’écran au milieu des « soleils » de « Bleu noir ») et bien sûr l’interlude robots. 

images (4)Et la joie présente du début à la fin du concert, en particulier autour de son héroïne toujours souriante, comme un contrepoint à la dystopie et le signe d’un espoir toujours vivant. Qui a dit qu’elle, Laurent B. et toute leur équipe n’étaient pas capables de se renouveler tout en gardant leur identité ? Où s’arrêtera le pinceau d’écume ? Jamais, puisqu’elle est éternelle… 


SOURCE : Cyril H. – à retrouver sur le site originel :  
http://roadmaster-087.skyrock.com

Publié dans LES TEXTES DE MYLENE, Mylène 2013 - 2014, Mylène 2015 - 2016, Mylène et SYMBOLISME | Pas de Commentaires »

Heureux qui comme Mylène a fait un long voyage

Posté par francesca7 le 2 mai 2015

 

 

35401 … Confes­sions de Mylène.

Gala: Vous venez d’ache­ver votre tour­née Time­less 2013. Reve­nir à la vie normale se révèle-t-il plus verti­gi­neux que de se lancer dans une pareille aven­ture?

Mylène Farmer:La fin d’une tour­née est toujours un moment extrê­me­ment brutal. C’est un peu comme la fin d’un voyage astral, il faut réin­té­grer son corps. Le choc est à la mesure des émotions parta­gées avec le public… Mais aussi avec les musi­ciens, les danseurs, les équipes, les proches… Il faut du temps pour reprendre le rythme du quoti­dien. Pour autant, je suis consciente de ne pas vivre une vie tout à fait «normale». Le mot qui me vient à l’es­prit, c’est «réap­pri­voi­ser» le temps, juste­ment. On ne s’ha­bi­tue jamais à une telle charge d’émo­tion. Pendant une tour­née, le corps et l’es­prit déploient des trésors d’in­gé­nio­sité pour trou­ver la force. A présent, le moment est venu pour moi de lâcher prise… Et ce n’est pas simple…  

Gala: Le senti­ment de soli­tude, à la fin d’une tour­née, est donc plus une peine qu’un besoin?

Mylène Farmer: Ce n’est ni une peine, ni un besoin, mais une réalité. Après le dernier spec­tacle, il faut accep­ter de ne plus avoir rendez-vous avec des milliers de personnes. C’est ainsi. Mais l’éphé­mère rend aussi la scène magique et les échanges avec le public excep­tion­nels. Le senti­ment de soli­tude qui s’en suit est le prix à payer.  

Gala: Vous avez pris les routes de France, de Belgique, de Suisse et même de Russie. Le dépay­se­ment, la remise en ques­tion de vos habi­tudes pari­siennes: cela vous demande-t-il un effort ou est-ce une attente?

M.F.: J’aime l’idée de rendez-vous. Aller au devant des autres avec sincé­rité et être reçue de cette façon si extra­or­di­nai­re… C’est un bonheur et une chance. Je suppose que, comme tout le monde, j’ai des habi­tudes, mais ce n’est vrai­ment pas ma spécia­lité. Je m’ennuie vite. La norma­lité me fait peur.  

Gala: Vous n’êtes pas de ces artistes qui se créent des rituels en tour­née?

M.F.: Je vais vous déce­voir! Il n’y a ni rituels mystiques, ni incan­ta­tions vaudous! (Rires) Mais pour être tout à fait honnê­te… Je me surprends à tout ranger, tout remettre droit dans ma loge, avant de la quit­ter. Pour le reste, il est ques­tion de concen­tra­tion, de travail, de répé­ti­tions, de sport, de repos et, plus fonda­men­tal encore, de m’en­tou­rer d’esprits bien­veillants qui essaient de me soute­nir comme si j’al­lais courir un mara­thon.  

Gala: Sur scène, vous étiez entou­rée de six musi­ciens, deux choristes et six danseurs. Avez-vous l’im­pres­sion de recréer une famille à chaque tour­née?

M.F.: Une famille recom­po­sée, en quelque sorte. C’est l’occa­sion de retrou­ver les siens et de décou­vrir les nouveaux venus. Le lien entre tous ces talents est clé.L’esprit d’équipe m’aide beau­coup. Comme dans toute famille, on se redé­couvre aussi avec le temps. C’est une source d’inspi­ra­tion. Une tour­née est une cara­vane qui vit à huis clos des moments intenses. On se sépare à la fin du voyage avec la promesse de se revoir…  

Gala: Quels étaient les défis de ce sixième spec­tacle?

M.F.:J’ai une pensée toute parti­cu­lière pour Mark Fisher qui a imaginé le décor. Il nous a malheu­reu­se­ment quit­tés avant de voir le spec­tacle. C’était un homme discret, créa­tif et élégant. Je l’ai remer­cié chaque soir… Le prin­ci­pal défi artis­tique était de créer de l’inti­mité dans la déme­sure. Huma­ni­ser la tech­no­lo­gie. Faire danser des robots sur une musique de Schu­bert… Les inté­grer dans le spec­tacle non comme des « machines excep­tion­nelles », mais comme des parte­naires de jeux… Philippe Stege­mann, leur créa­teur, a aussi réussi cet exploit… Je ne remer­cie­rai jamais assez Jean-Paul Gaul­tier pour sa géné­ro­sité, sa folie, son humi­lité. Ainsi que toutes les équipes pour leurs talents. Quant à l’ef­fort physique, je remer­cie mes muscles d’avoir encaissé toutes ces cour­ba­tures!  

Gala: On a pu remarquer que vous mettiez désor­mais en avant votre voix.

FanFrancoise3M.F.: C’est un long travail sur soi. La voix est un révé­la­teur de l’âme. Brel confes­sait que pour lui, chan­ter devant un public est anor­mal. Terri­ble­ment impu­dique. J’ai toujours partagé ce senti­ment… Et pour­tant… Cela passe par l’accep­ta­tion de soi et il faut au moins une vie pour s’accep­ter, ne serait-ce qu’un peu. Je ne suis pas encore tota­le­ment en paix avec cela, mais les pour­par­lers ont bien avan­cé…   

Gala: L’amour, comme une irré­pres­sible «force qui va» selon la formule hugo­lienne, impré­gnait très clai­re­ment la tour­née. C’était un parti pris?

M.F.: Pour Victor Hugo, l’amour est une descente abys­sale qui se termine dans le sang. L’homme amou­reux qui détruit tout sur son chemin est mû par une force surna­tu­relle. Cela ne laisse pas beau­coup d’espoir. J’aime à penser que ce grand monsieur a aussi écrit Stella (poème sur la renais­sance du monde, après sa destruc­tion, ndlr). Une lueur peut-être? Reste à savoir si l’amour est de nature à détruire systé­ma­tique­ment. Je commence à comprendre pourquoi je préfé­rais dispa­raître à la fin du spec­tacle dans un nuage de fumée! (Rires) 

Gala: En amour, le plus brûlant, pour vous, c’est: l’es­pé­rer, le vivre ou le pleu­rer?

M.F.: Le faire! Quand l’amour se conjugue au présent, les sens prennent le pouvoir. Au passé ou au futur, il laisse place à la raison et à son cortège de doutes qui exercent leur dicta­ture impi­toyable. 

Gala: Sur cette tour­née, on vous a décou­verte souriante, non dénuée d’hu­mour, voir même presque volu­bi­le…

M.F.: Les clowns tristes ne sont un mystère pour personne. Mais appa­rem­ment, les téné­breux drôles restent une énigme! L’humour est une anti­dote précieuse. Je n’ai jamais cessé de me le rappe­ler, même dans les moments les plus sombres. Un instinct de survie, je suppo­se…  

Gala: Le plai­sir pour vous, aujourd’­hui, c’est…

M.F.: Etre libre de parta­ger les émotions simples du quoti­dien avec ceux que j’aime ou dans ma soli­tude appri­voi­sée … C’est dans cette liberté-là que je recon­nais le plai­sir. Entre l’ombre et la lumière, j’ai choisi la lumière. J’ai choisi une vie de liberté. Avant que l’ombre, je sais, ne s’abatte à mes pieds… 

Gala: La formule Time­less n’était pas sans évoquer l’idée d’im­mor­ta­lité. Est-ce pour vous: une ambi­tion? Un espoir?

M.F.: L’im­mor­ta­lité?  Très peu pour moi. Time­less évoque plutôt l’in­tem­po­ra­lité. S’ex­traire du sablier permet d’en­vi­sa­ger la vie avec plus de séré­nité, de recul. Dans un monde qui accé­lère, c’est un luxe aussi.L’immor­ta­lité est la promesse d’un ennui éter­nel, non? Je laisse cela aux dieux ou aux fous… Pour ma part, je vis chaque instant comme il vient. 

Gala: Le show inspi­rait un voyage dans le temps. Si vous le pouviez, revien­driez-vous dans le passé ou vous projet­te­riez-vous dans le futur?

M.F.: Le temps est une obses­sion humaine. Proba­ble­ment le plus grand péché d’orgueil de l’homme. La vie d’un être est une paren­thèse enchan­tée, avec de longues périodes de désen­chan­te­ments. Le temps est un repère qui permet d’accu­mu­ler des souve­nirs et donne une impres­sion de cohé­rence à ce que l’on vit. Si les amné­siques dérangent, ils n’en sont pas moins vivants. Le bonheur se cache proba­ble­ment dans le droit à l’oubli. 

Gala: Sont-ce vos souve­nirs ou vos rêves à réali­ser qui vous tour­mentent le plus?

M.F.:Nous n’avons aucun pouvoir sur les rêves, même éveillés, ils sont intru­sifs… Ils ne faci­litent pas le bonheur… Mes souve­nirs me laissent en paix, puisque pour la plupart, je les ai oubliés… Enfouis… Égarés. 

1fGala: Etes-vous capable d’in­dul­gence et de pardon pour les proches qui vous auraient déçus?

M.F.: D’in­dul­gence, je ne crois pas… Pour moi, il s’agit d’une posture, d’un renon­ce­ment à son instinct. J’ai le senti­ment qu’a­vec l’in­dul­gence, l’autre n’existe pas…  Le pardon, lui, me semble une néces­sité.Pardon­ner, c’est prendre le chemin de la remise en ques­tion de l’autre et de soi. Chemin certes plus long, mais indis­pen­sable au bonheur. Pour les  boud­dhistes, le pardon permet de savoir que rien ne sera plus jamais comme avant, unique condi­tion pour progres­ser. 

Gala: A plusieurs reprises, durant la tour­née, vous avez fait monter de jeunes enfants sur scène. Vous semblez extrê­me­ment à l’aise avec eux. 

M.F.: Quand je croise leurs regards, ils me boule­ver­sent… Une petite fille, dans mes bras au milieu de cette scène immense, émue aux larmes, est un moment fragile et fort.  

Gala: Vous avez fréquenté le Cours Florent. Si vous aviez le choix: à quel acteur donne­riez-vous la réplique, devant la caméra de quel réali­sa­teur?

M.F.: Si j’avais le choix? Steve McQueen dans un film de David Lean… Ou… Idris Elba dans un film de Jane Campion

Gala: Votre vie a déjà fait l’objet de biogra­phies plutôt «roma­nesques». Etes-vous flat­tée, amusée ou irri­tée d’être «l’hé­roïne» de certains écrits?

M.F.:Je ne lis aucune biogra­phie me concer­nant, mais je suis plutôt amusée par les extra­va­gances qui circulent. Certains ont horreur du vide, alors ils donnent libre cours à leur imagi­na­tion. C’est du fantasme, pas de l’infor­ma­tion. Un signe de notre temps.

 Gala: Un singe capuçin, prénom­mée E.T., a partagé votre quoti­dien pendant près de trente ans. Depuis plus d’un an, c’est au tour d’un berger suisse blanc, Liloup, aux allures de louve. Qu’est-ce que ces deux compa­gnons révèlent de vous? 

M.F.: Je les consi­dère comme des intimes. Ce sont des êtres sensibles pour qui seul le regard suffit. Ils sont la preuve que l’on peut aimer au-delà des mots. 

Gala: A la fin de chacun de vos concerts, vous avez disparu dans un nuage de fumée. Vous quit­te­rez le métier avec autant de douceur?

M.F.: « S’il te plaît prends ma main, ne te fais plus attendre, il est temps de s’étreindre, il est temps de s’éteindre, une dernière ciga­rette ». Comme le chante si bien Saez… Je ne sais que vous répondre puisque… Je n’ai moi-même la réponse. Partir en fumée… De toutes façons… C’est inéluc­table.  

Gala: Mylène Farmer est-elle une insa­tiable?

M.F.:« Souviens-toi que le Temps est un joueur avide qui gagne sans tricher, à tout coup! C’est la loi. » (elle cite le poème L’Hor­loge, de Baude­laire, ndlr) Jouons encore un peu... En atten­dant la fin de la partie.

source : http://www.gala.fr/l_actu/news_de_stars

Publié dans Mylène 2015 - 2016, Mylène Autrement, Mylène dans la PRESSE, Mylène en CONFIDENCES, Mylène et ses longs discours | Pas de Commentaires »

LE MAG de juin 2000 avec Mylène F.

Posté par francesca7 le 22 décembre 2014

 

10 JUIN 2000 : Entretien avec Lynda LACOSTE – MCM

Enregistré fin avril dans un salon de l’hôtel Costes à Paris, cet entretien est particulier dans le sens où Mylène n’a rien à promotionner : le Mylenium Tour s’est achevé quelques semaines auparavant et l’album live ne sortira pas dans le commerce avant plus de six mois. En revanche, au moment de l’enregistrement de l’émission, Mylène est en plein travail avec Alizée sur « Moi…Lolita » qui sera envoyé peu après en radio et qui sera déjà un tube au moment de la diffusion, mais évidemment aucune allusion n’y sera faite pendant l’entretien ! La langue maternelle Lynda Lacoste étant l’anglais, sa syntaxe est parfois bancale. Néanmoins, ses propos sont retranscrits ici tels quels.

2000-01-eLynda Lacoste : Bonjour et bienvenue dans Le Mag. Aujourd’hui, c’est un mag exceptionnel puisqu’il s’agit de Mylène Farmer qui n’accepte que très rarement de venir à la télévision. N’oubliez pas que pour tous les artistes, vous pouvez poser des questions soit par Internet, soit par minitel, soit par téléphone. Allons­y pour la première partie !

Après un générique qui montre l’animatrice pénétrer dans l’hôtel et des assistants décorer le salon privé de bougies, on découvre Mylène habillée d’une veste en jean et d’une longue jupe écru et arbore un chignon sophistiqué.

LL : Bonjour Mylène. Merci beaucoup d’être venue dans Le Mag. Alors, vos concerts sont toujours des spectacles avec une répétition, j’imagine, immense. Mais est­ce que ça vous est arrivée de littéralement ne plus pouvoir marcher sur vos pieds à cause des talons aiguilles, et comment faites-vous pour vous récupérer assez vite ?

Mylène Farmer : Pour me récupérer vite, je me suis beaucoup entraînée avant cette scène : j’ai un entraînement physique. Quant aux talons aiguilles, c’est assez facile de marcher avec, finalement ! (sourire)

LL : Ah bon ?! Moi, j’ai du mal, mais c’est peut­être le fait de danser avec…

MF : Je ne danse pas sur des talons aiguilles, ce sont des talons qui sont un petit peu plus larges, quand même. Mais c’est une difficulté, en tout cas un danger pour les chevilles, mais j’ai pris le parti que de choisir ces chaussures. C’est plus élégant.

LL : Les concerts ne sont pas sans risques : vous êtes tombée accidentellement à Lyon en 1996.

Qu’est­ce que vous vous êtes dit ? Est­ce que vous vous êtes dit ‘Bon, il faut virer quelqu’un tout de suite !’, ‘Est­ce qu’il faut calmer la chorégraphie ? ‘, ‘Est­-ce qu’il faut faire moins de concerts ? Qu’est­ce que vous vous êtes dit ?!

MF : Renvoyer tout le monde ! (rires)

LL : Oh ! On vire tout le monde ?! Ça m’étonnerait ! (Mylène, silencieuse, laisse planer le doute) Oh oui ?!

MF : Non, non. Je ne sais pas bien quoi répondre. Ça a été un grand choc pour moi, en tout cas.

LL : Avec votre dernier album, il y avait quand même encore, même dans l’an 2000, des clips qui ont été censurés le jour. Est­ce que ça vous a choqué ou est­ce que vous cherchez exprès d’avoir des clips qui choquent parce que, comme ça, on parle plus ?

MF : Je crois que ça n’a aucun intérêt que de vouloir choquer à tout prix pour que l’on s’intéresse à vous. Il se trouve que j’aborde des sujets qui sont peut­être épineux, voire tabous. C’est un risque. Maintenant, la censure ­et spécialement en France, je trouve­ est un peu sévère et s’attaque à tout et n’importe quel sujet, ce que je trouve vraiment regrettable.

LL : Même votre premier clip, « Maman a Tort », a été censuré à l’époque. (si certaines émissions ont choisi de ne pas diffuser ce clip à l’époque, celui-­ci n’a en tout cas jamais été interdit, nda) Mais vous êtes quelqu’un qui est capable de faire des clips qui peuvent durer jusqu’à dix­-sept minutes. Quand vous voyez le niveau que vous avez atteint, vous, quelle est votre réaction sur le niveau des clips qu’on peut voir en France en l’an 2000 ?

MF : Là encore, vous me demandez de porter un jugement et j’avoue que c’est quelque chose que je n’aime pas faire. Je peux vous dire en revanche qu’il y a des artistes que j’aime beaucoup et qui font de très beaux clips. J’aime l’univers de Björk, j’aime ce qu’a apporté Peter Gabriel, David Bowie…Il y a beaucoup d’artistes qui ont des clips intéressants.

Diffusion d’un extrait du clip « Optimistique-­Moi »

LL : Sur cet album, vous avez travaillé, bien sûr, avec j’imagine un homme dans lequel vous avez beaucoup de confiance, Laurent Boutonnat (Mylène confirme et sourit), mais vous avez travaillé avec d’autres compositeurs pour cet album­là. Est­ce que…

MF : (la coupant) Non !

LL : C’était que lui qui a fait toutes les chansons ?

MF : J’ai fait, moi, quelques chansons, comme compositeur et comme auteur…

LL : D’accord.

MF : …et c’est tout !

LL : OK. Mais pour les nouveaux gens avec qui vous avez envie de travailler, est­ce que vous demandez à Laurent son avis ou est­ce que vous lui parlez après d’avoir déjà pris votre décision sur les nouveaux gens avec qui vous avez envie de travailler ?

MF : Si vous me parlez de composition, je n’ai jamais eu le souhait que de travailler avec quelqu’un d’autre qu’avec Laurent. Maintenant, en terme de vidéo, oui j’ai fait appel à beaucoup de réalisateurs différents. Est­ce que je demande son avis : non ! (rires)

LL : D’accord. Et, parce que justement vos clips sont d’un tel niveau, est­ce que vous accepteriez de travailler avec des nouveaux talents, ou est­ce qu’il faut toujours quelqu’un qui ait déjà fait leurs preuves pour travailler avec vous ?

2000-01-dMF : C’est d’abord très, très difficile que de trouver un réalisateur, donc je vois beaucoup, beaucoup de cassettes. C’est vrai qu’il m’est difficile d’aller vers quelqu’un qui n’a jamais rien fait parce qu’on ne peut pas s’appuyer sur un travail qui a déjà…enfin, sur des choses qui sont concrètes, réelles. Donc je vais plus facilement vers des réalisateurs qui ont déjà réalisé des vidéos. Voilà. Donc mon choix s’est porté sur Marcus Nispel, Abel Ferrara et Michael Haussman pour le dernier. (« Optimistique­Moi », nda) Diffusion d’un extrait du clip « California »

LL : Vous avez un corps magnifique…

MF : (surprise, elle pouffe de rire) C’est gentil !

LL : Est­ce que, pour vous, votre corps est aussi important dans votre travail que votre voix ?

MF : Non. Non. (dans un rire) Je ne sais pas quoi vous répondre, si ce n’est que je… (silence) Tout est important ! On va dire, aussi bien, alors l’apparence physique que le vêtement, que le verbe aussi : tout est important pour moi. Maintenant, est­ce que je suis obsédée par ma ligne, par mon corps ?

Non, absolument pas. Je ne fais du sport que quand je monte sur scène.

LL : D’accord. OK. Alors, vous êtes la seule artiste française qui est aussi collectionnée ­et même plus collectionnée­ que Johnny Hallyday. Est­ce que vous êtes quelqu’un qui prend plus de temps à choisir les objets que vous avez envie d’associer avec votre nom ? Et est­ce qu’il y avait des objets que vous avez systématiquement refusé ?

MF : Systématiquement refusé, je n’en ai pas le souvenir. Mais je travaille en tout cas avec quelqu’un qui me donne des idées ­ parfois, j’apporte moi­-même des idées. Et là encore, c’est quelque chose que je qualifie d’important. En tout cas, je fais attention, oui, à ce que je propose. Voilà ! (sourire)

LL : Il y a beaucoup de questions sur l’Internet, beaucoup de sites qui vous sont consacrés. Est­ce que ça vous intéresse, l’Internet ? Et est­ce que vous regardez les sites qui sont consacrés sur vous ?

MF : L’Internet m’intéresse, oui. Mais j’utilise mon computer surtout pour les e­mails. J’aime bien correspondre.

(rires)

LL : Et est­-ce que vous regardez les sites qui sont consacrés à vous ?

MF : On va rester… (visiblement embarrassée) Je ne sais… Je m’y intéresse, oui. J’ai du mal à… Le culte de moi­même est quelque chose qui m’est difficile. Maintenant, je sais qu’il y a un travaille qui est fait, et qui est très bien fait. Donc je regarde ça de près et de loin. Je vais rester évasive ! (large sourire)

LL : Alors, sur l’Internet, on dit qu’il y a des sites où on peut vous voir nue. Est­ce que votre entourage est au courant de ça ? Et, si c’est le cas, pourquoi ces sites existent­ils encore aujourd’hui ?

MF : Ecoutez, j’ignore ces sites ! (rires) Maintenant, il est facile de faire arrêt sur image quand on prend une vidéo et puis on va sortir l’image en question. Maintenant, si je suis dénudée ou nue dans une vidéo, qu’y puis-je ?! (soupir) Le faire interdire, c’est très difficile. Très difficile. Même si on interdit, quelqu’un d’autre le fera.

Donc tant pis pour moi ! (sourire)

Diffusion d’un extrait du clip « Libertine »

LL : Pensez­vous qu’on vit dans une société où les jeunes se sentent obligés d’être parfaits, ambitieux, énergiques tous les jours ? Et qu’est­ce que vous pouvez leur conseiller, les gens qui ont envie d’être individuels, uniques et différents ?

MF : De rester unique, c’est très important. (sourire) Qu’est­ce que je peux rajouter ? Qu’il est important, et que je leur souhaite, d’avoir une passion dans la vie. C’est un moteur qui est fondamental pour vivre et survivre.

LL : Vous avez beaucoup d’émotion en vous. Est­ce qu’il y avait des situations où vous vouliez absolument pas pleurer et ça arrive, et vous sentez que ça monte quand même, et est­ce que, puisque ça arrive peut­être souvent, vous avez une ruse pour éviter les larmes ?

MF : Non, ça, je crois, c’est quelque chose que je ne contrôle absolument pas, et je ne veux pas me défendre que d’avoir justement une émotion forte. C’est arrivé énormément de fois en scène, à des moments auxquels je ne m’attendais absolument pas justement. Et, je crois, s’il y a quelque chose qu’on peut partager en scène avec le public, c’est justement une émotion. Donc je n’ai aucune immunition. (sic !) (rire)

LL : Alors, il y a beaucoup de comédiens qui adoreraient avoir autant d’émotions à leur portée. Est­ce que ça vous dirait un jour d’être prof de cinéma ou de théâtre ?

MF : Absolument pas, non ! (rires) Non.

LL : Non ?

MF : Non. Et je crois qu’il y a beaucoup de comédiens qui ont leur propre émotion. (rires)

Diffusion d’un extrait du clip live « Rêver », suivi d’une page de publicité

LL : On se retrouve dans « Le Mag », avec Mylène Farmer : deuxième partie.

Jingle

LL : Alors, un de mes films préférés, c’est un de vos films préférés aussi, c’est « Frances » (Mylène confirme), joué par Jessica Lange, et il y a une scène dans ce film où elle revient chez elle, dans sa ville natale, en tant que grande star, et il y a une femme devant elle qui lui lèche les bottes, et elle dit ‘Vous n’étiez pas la femme qui m’a haïe il y a dix ans, qui m’a traitée comme pire que rien ?’ et donc, tout le monde a bien vu qu’elle l’a bien mis dans sa place. A l’époque où vous étiez mannequin, est­ce que vous avez eu des gens qui vous traitaient peut­être pas bien, quand vous étiez anonyme, et est­ce que vous avez pu vous faire justice aujourd’hui, avec la femme que vous êtes aujourd’hui ?

2000-01-aMF : Ecoutez, je n’ai pas beaucoup de souvenirs, si ce n’est que je vais détourner la question : les personnes qui sont méchantes, vindicatives, il y en a, et j’en rencontre encore aujourd’hui. Maintenant, est­ce que j’ai une réaction ? En général, j’essaie, non, d’avoir la réaction contraire à ses instincts premiers, à savoir que je préfère répondre par la gentillesse à l’arrogance. C’est moins douloureux. (sourire)

LL : Alors justement, vous avez dit que vous êtes dans une époque de votre vie où vous êtes en pleine forme, heureuse, beaucoup plus équilibrée, beaucoup plus de confiance en vous, mais pour les jeunes qui vous adorent, qui peut­être sont en train de vivre des enfances où ils ont du mal à vivre le bonheur, qu’est­ce que vous pouvez leur dire pour qu’ils sortent de là ?

MF : Là encore, je crois que je n’ai aucune, ni solution, ni même conseil, si ce n’est que j’en reviens à la réponse précédente : tenter de trouver une passion, un moteur dans sa vie. Maintenant, je crois qu’au travers de la lecture ­et c’est ce qui m’est arrivé­ on peut découvrir des choses, trouver des pansements, et je crois que, dans le fond, la chose fondamentale, c’est le dialogue, c’est pouvoir trouver une forme de communication.

Diffusion d’un extrait du clip « XXL »

LL : Vous avez travaillé avec beaucoup d’américains, vous avez travaillé pas mal aux Etats­Unis. Que pensez­vous avoir appris avec les américains que vous avez pas pu peut­être apprendre ici, en France ?

MF : Probablement… (soupir et silence) Je pense au travail : ce sont des gens qui sont très investis dans leur travail. Ce sont des personnes qui n’ont pas peur, je crois, ni du succès, et qui le revendiquent même. Je crois que c’est une rigueur dans le travail surtout. Maintenant, est­ce que j’ai appris ça d’eux, je n’en sais rien mais en tout cas, j’ai pu, ne serait­ce que pendant les tournages de vidéos… Chacun est réellement à sa place et s’investit dans son travail. Il n’y a pas de mélange entre le sentiment et la fonction. Alors parfois c’est désagréable, mais parfois c’est agréable parce que c’est efficace et que ça va vite.

LL : Alors, ce qui est rare avec les artistes, c’est que vous avez des fans qui peuvent venir vingt-quatre heures avant un concert pour venir vous voir, et donc ils sont là peut-­être pour être sûrs d’au premier rang, alors peut­-être ils mangent pas, peut­-être ils boivent pas, et le concert commence, ils tombent dans les pommes donc ils voient même pas le concert ! (rires)

MF : C’est un peu dramatique tout ça, non ?! (rires)

LL : Non mais ça existe ! Alors qu’est­ce que vous avez envie de dire à tous ces pauvres gens qui vous adorent, qui ont même pas vu le concert du coup ?

MF : Et bien que c’est dommage pour moi ! (large sourire)

LL : Mais est-­ce que vous pensez que c’est une des raisons pour lesquelles vous aimez bien sortir des live et faire des vidéos de vos concerts ?

MF : Je ne suis pas sûre de comprendre le sens de la question…

LL : S’il y a tellement de gens qui tombent dans les pommes donc ils voient pas le concert, ils vont le voir en vidéo…

MF : (rire…consterné ?) Je ne sais pas. Mais, en tout cas, c’est quelque chose de très intéressant que de travailler sur un live, oui.

LL : Alors, votre dernier concert a été filmé par une douzaine de caméras, je crois. Est­ce que vous vous sentez différente le jour où vous savez que ça va être filmé, et est­ce que votre spectacle s’est organisé en fonction du fait que vous savez qu’il faut que ce soit filmé aujourd’hui ?

MF : Non, absolument aucun changement. Quant à mon comportement, moi­même, je crois qu’on ne peut pas ignorer totalement la présence des caméras. Maintenant, je crois qu’il y a une dimension telle en scène qu’on finit par oublier ces choses­là. Dans les dix premières minutes, c’est assez présent, et après, je fais totalement abstraction. Et le spectacle est totalement le même avant, après.

Diffusion d’un extrait du clip live « La Poupée qui fait Non »

LL : Alors, vous êtes la seule artiste française ­encore une fois ! (rires de Mylène) ­mais cette fois­ci, vous êtes la seule artiste française pour être une artiste diamant : c’est­à­dire que tous les albums que vous vendez, ça se vend à plus de un million. (Mylène confirme) Alors, puisque vous voyez que vous avez un tel succès en France, est­ce que vous avez envie ­parce que, en plus, vous êtes quelqu’un qui adore travailler­ vous avez envie de peut­être apprendre d’autres langues pour  toucher d’autres marchés dans le monde ?

MF : Ecoutez, jusqu’à présent, ça a été un refus de ma part. Plusieurs fois, on m’a j’allais dire ‘proposé’ de faire album anglais ou dans une autre langue. Dans la mesure où j’écris moi-­même mes textes, il m’est difficile d’envisager ou une adaptation de quelqu’un d’extérieur, ou moi­-même, je ne possède pas la langue suffisamment pour pouvoir traduire. Et dans la langue française ­dans ma langue en tout cas­ j’aime bien jouer avec les mots, donc c’est très compliqué de trouver ça dans une langue qui n’est pas la vôtre.

LL : On est souvent touché par les peintres parce qu’ils arrivent à nous toucher vraiment à l’intérieur de nous. Quelle est la dernière exposition que vous avez vue où vous avez été vraiment et réellement touchée ?

MF : C’était dans un musée à New York et… L’art moderne…. Je peux vous dire les peintres que j’aime : Egon Schiele, évidemment. (sourire) J’aime Max Ernst, j’aime Picabia. Et je vais oublier probablement tous ceux que j’aime ! (sourire) Mais j’aime la peinture, oui. Ce sont des moments très privilégiés.

Diffusion d’un extrait du clip « Je te rends ton Amour »

LL : Il y a un moment dans votre concert où il y a quelqu’un qui peut monter sur scène avec vous.

Comment assurez­vous la sécurité dont vous avez besoin ? Parce qu’on sait jamais…

MF : Là encore, je crois que je ne… Est-­ce que c’est de l’inconscience ? J’en sais rien. Mais je ne pense pas à ces moments d’hypothétique danger. Et là encore, c’est un moment spontané. J’ai mis beaucoup de temps avant que de faire monter quelqu’un sur scène, et je préfère là encore une spontanéité. Donc il m’est arrivé ­ce n’est pas systématique­ de faire monter quelqu’un. Et, dans ces cas­là, non, je pense à autre chose qu’à un danger. Plus un partage.

LL : Vous êtes terriblement connue dans les pays francophones. De tous les pays d’Europe, pourquoi avoir choisi la Russie ?

MF : Pourquoi la Russie ? Parce qu’ils ont diffusé, quand j’ai commencé ce métier, ils ont diffusé énormément de vidéos. Et puis il y a des personnes là­-bas qui ont beaucoup travaillé sur moi. Et j’avais très envie de découvrir la Russie, en tout cas son public. Je ne peux pas vous dire que je connais bien la Russie, si ce n’est que Saint­Pétersbourg est une ville magnifique, que j’y ai fait quelques rencontres qui sont assez jolies aussi, avec beaucoup d’artistes, des peintres notamment, et que c’est un changement parce que c’est un public qui n’est pas ‘acquis’ ­si tant est qu’on puisse avoir un public acquis­ mais vraiment là, c’était quelque chose d’assez étonnant. D’autre part, ils sont quand même assez brimés : ils n’ont pas le droit de se lever pendant un concert, ils n’ont pas réellement le droit de manifester leur joie, et ils l’ont quand même fait, à la fin du concert : ils se sont levés, ils se sont approchés au bord de scène. Ce sont des moments assez forts.

Diffusion d’un extrait du clip « Tristana »

 LL : A la sortie d’une tournée, normalement, pour la plupart des gens, c’est des vacances. Mais vous avez déjà envie de retravailler tout de suite ?

MF : Je travaille déjà (rire). Je travaille sur le live en studio, pour le mixage, et bientôt sur le film du live. Et j’ai quelques projets à venir, donc ce sera une période de travail. (personne ne le sait encore au moment de l’enregistrement, mais Mylène prépare avec Laurent Boutonnat à la fois le lancement d’Alizée et de son premier single « Moi…Lolita » et à la fois une participation à la bande originale du long-­métrage d’animation américain « Les Razmoket à Paris » avec le titre inédit « L’Histoire d’une Fée, c’est… », nda)

LL : Est­ce que vous êtes quelqu’un qui peut très bien prendre des vacances, ou est­ce que vous vous sentez tout de suite coupable le jour où vous ne travaillez pas ? Est­ce que vous êtes plus contente quand vous travaillez ?

MF : J’ai cette culpabilité, oui, mais j’ai ça en moi : j’aime le travail. C’est quelque chose que j’aime profondément donc c’est… Là encore, je me nourris de ça très facilement. L’oisiveté ne me sied pas du tout !

(rires)

téléchargementLL : Alors, ce qui est formidable, c’est que vous êtes, je crois, une perfectionniste, et c’est bien dans le travail. Mais est­ce que ça veut dire que, après chaque concert, vous prenez les musiciens, les  chanteurs, les techniciens et que vous faites une espèce de résumé du concert ?

MF : Non, du tout.

LL : Jamais ?

MF : Non, non. Ni avant. Je sais qu’il y a beaucoup d’artistes qui aiment prendre la main de leurs  camarades et faire une prière avant de monter sur scène, j’avoue que je ne connais pas ça. (sourire) Et après le travail, non. Après le travail, c’est terminé. Après, chacun ponctuellement apprécie ou n’apprécie pas le moment, mais c’est plus quelque chose, j’allais dire, un état solitaire, de solitude, en tout cas pendant la première heure. Mais ce qui ne vous empêche pas les éclats de rire. Maintenant, quant au résumé de la situation, de ce qui s’est  passé, non.

LL : Justement, est-­ce que, pendant un concert, vous avez envie de vous éclater de rire, parce que vous voyez un danseur qui a fait un faux pas, ou je sais pas quoi ? Et est­ce que ça vous est arrivé, devant votre public, de sortir de la chanson carrément ? Ou est­ce qu’il y a jamais eu quelque chose comme…

MF : Sortir de la chanson, non. Maintenant, des éclats de rire, oui, bien sûr. Bien sûr. Ce qui fait qu’on n’est pas des robots non plus ! (rires)

Diffusion d’un extrait du clip « Je t’aime Mélancolie »

LL : Il y a quelque chose dans mon émission où les téléspectateurs peuvent poser trois questions.

J’en ai pris trois : première question, c’est que, bien sûr, il y a beaucoup de vos fans qui se sentent frustrés parce qu’ils ne vous entendent pas assez en dehors de la scène, et ils ne vous voient pas assez non plus ­moi, je suis ravie que vous êtes là aujourd’hui ! (sourire de Mylène). Et, est­ce que ça vous dirait un jour d’être un peu plus proche d’eux, dans leur avis ?

MF : Moi je n’ai pas la sensation que d’être loin d’eux, donc, là encore une pirouette probablement, mais j’ai l’impression d’être très proche d’eux. Maintenant, est­ce que ça doit passer par l’interview, par la justification ?

Je n’en suis pas sûre. Je me sens, en tout cas moi, proche d’eux.

LL : OK. Deuxième question : vous avez dit que la vulnérabilité est un compagnon agréable et nécessaire. Est­ce que, finalement, ça vous ennuierait d’être parfaite, même s’il y a des jours où vous tentez à tout prix de l’être ?

MF : Là encore, je ne sais pas ce qu’est un être parfait… (rires après un silence)

LL : Mais y a pas des jours on a quand même envie au moins de faire le mieux qu’on peut faire ?

MF : Perfectionniste, oui. Parfait, absolument pas, non, ce n’est pas une quête en soi. Mais perfectionniste dans mon travail, oui. Là, ça part, je crois, d’un respect de l’autre et respect de soi­même. Je prends du temps avant de faire une pochette, je réfléchis. J’ai envie d’offrir des choses qui, moi, me plaisent vraiment.

LL : Troisième question Internet, et dernière question : pour les gens qui se sentent un peu perdus, peut-­être ils sont athées, je sais pas, qu’est­-ce que vous pensez que le bouddhisme pourrait leur apporter ? Et je crois qu’il y a plusieurs styles de bouddhisme…

MF : Ecoutez, ne serait­ce que par curiosité, découvrir cette philosophie. Dire qu’elle est    probablement plus douce que d’autres philosophies ou religions, qu’elle est probablement ­en tout cas ça l’a été pour moi­ plus convaincante, que ce peut être simplement un passage dans leur vie, mais que c’est, en tout cas, intéressant que de s’ouvrir à cette philosophie : ça peut panser l’âme, ça peut aider en tout cas. Là encore, j’en reviens à l’idée de dialogue : si on n’a pas la chance d’avoir quelqu’un à qui parler, on peut le faire au travers d’une lecture comme ça, parce que vous avez beaucoup de réponses ­en tout cas, si ce ne sont pas des réponses, en tout cas des tentatives de réponses. (sourire)

images (1)LL : OK. Je vous remercie beaucoup d’être venue.

MF : Merci à vous. (sourire)

LL : Et bon travail !

MF : Merci beaucoup.

LL : Merci bien.

MF : Merci.

L’émission se termine sur des images de l’équipe technique rangeant leur matériel dans le salon où a pris place l’entretien, le tout sur la musique de « Optimistique­-Moi »

Publié dans Mylène 1999 - 2000, Mylène dans la PRESSE, Mylène en CONFIDENCES | Pas de Commentaires »

TIMELESS 2013 : LE LIVE

Posté par francesca7 le 2 juin 2014

 

 

L’ALBUM : Le 30 octobre 2013, alors que Mylène est encore en pleine tournée, Polydor/Universal annonce la sortie de l’album « Timeless 2013″. Ce sixième opus live sera disponible dès le 9 décembre nous dit-on, soit quelques jours seulement après la dernière date des concerts, le 6 décembre 2013 à Nice. La photo de la pochette, signée Robin, montre l’entrée en scène de Mylène, ‘lin des moments les plus forts du spectacle. Trois supports physiques sont proposés : un coffret collector, un double CD, et un triple vinyle, dont les précommandes débutent dès le lendemain. Quant au tracklisting, dévoilé le 30 octobre également, il crée tourment ou mécontentement chez certains fans en raison de l’absence (si l’on se réfère à la setlist des quatre concerts des 24, 25, 27 et 28 septembre à la Halle Tonny Garnier de Lyon enregistrés pour cet album) les titres « Elle a dit », « Je te dis tout » et « Et pourtant… ». Manquent également le break « Maman a tort », proposé entre «  Sans contrefaçon » et « Je t’aime mélancolie », ainsi que l’interlude musical durant lequel les robots font leur prestations sur le show.

 

t_cristalcdbooklet_00602537612062_279x210_Mise en page 1

 

Le 22 novembre, le site officiel live-timeless2013.com ouvre ses portes. Un bref premier trailer, composé d’images inédites des concerts, y est diffusé. Pour faire monter la pression jusqu’à la sortie de l’album, la diffusion d ‘autres trailers est annoncée pour les 25 et 29 novembre, puis les 2, 4 et 6 décembre. Mais c’est véritablement le 4 décembre que tout s’accélère ; le premier single, « Diabolique mon ange (live) » est envoyé aux radios. Par ailleurs, des magasins ont déjà reçu les premiers supports de l’album, et certains n’hésitent pas à les mettre en vente. Résultat : l’album live va très vite leaker en intégralité sur internet, obligeant ainsi Polydor/Universal à modifier quelque peu sa stratégie de communication. Dans l’après-midi, le long teaser de « Timeless 2013 le Film » (également disponible sur la plage CD-Rom de l’album live) est proposé sur la chaîne YouTube d’Univsersal Music, ainsi que sur le site officiel. Les deux derniers trailers pour l’album seront également très vite mis en ligne. 

Dès sa mise en vente, l’album « Timeless 2013″ rencontre un joli succès et connaît un démarrage assez incroyable. En France, il se vend, pour sa première semaine d’exploitation, à 71 734 exemplaires, un score nettement supérieur à celui du précédent album live, « N°5 on Tour », en 2009. Après trois semaines, il s’est écoulé à plus de 130 000 exemplaires. Même succès en Belgique francophone, avec un disque d’or décerné dès le 27 décembre. Un succès qui mérite d’autant plus d’être souligné que la promotion autour de la sortie de cet opus a été plutôt discrète. Mylène n’a accordé qu’une seule interview au magazine Gala dont elle fait la Une le 24 décembre, et des spots de publicité de 15, 20, et 30 secondes ont été diffusés sur TF1 à partir du 9 décembre 2013.

slide_timeless_2013_supports

 

LE FILM : Le 13 décembre 2013, la diffusion de « Mylène Farmer – Timeless 2013 Le film » (réalisé par François Hanss) en exclusivité au cinéma le jeudi 27 mars 2014 lors d’une séance unique à 20 h. L’ouverture de la billetterie, le 20 décembre, a permis à Mylène d’établir un nouveau record avec la prévente de 10 000 billets en seulement quatre heures ; et à la date du 3 mars, Pathé Live annonçait plus de 60 000 billets déjà vendus. En raison de ce succès, les villes et cinémas diffusant le film se sont progressivement multipliés, et ce sont plus de 215 cinémas en France, Belgique et Suisse qui participent à cet événement. La sortie du film est également prévue au Québec (le 9 avril 2014) ainsi qu’en Russie (le 2 avril). Par ailleurs, une bande annonce du film, d’une durée d’une minute environ, et destinée à être diffusée dans les cinémas, a été mise en ligne par Pathé Live le 14 janvier 2014. De quoi aiguiser notre curiosité avant de découvrir cette œuvre cinématographique, les concerts à la Hall Tony Garnier de Lyon ayant été filmés en cinémascope avec trente caméras haute définition, et mixé en son Dolby Surround 5.1 spécialement pour le cinéma. Enfin, à l’heure où nous bouclons ce magazine, la sortie du DVD du Blu-Ray et du collector (DVD + Blu-Ray + Livret + Figurine) a été annoncée pour le 16 mai 2014.

 

extrait du magazine Styx TIMELESS 2013 – page 64

 

 

Publié dans Mylène TIMELESS 2013 | Pas de Commentaires »

CRITIQUES DE PRESSE sur le Timeless 2013

Posté par francesca7 le 30 mai 2014

 

 

Si l’album « Monkey Me » a reçu très peu d’éloges de la part de la presse, Mylène Farmer a beaucoup plus convaincu avec son show futuriste Timeless 2013. C’est en tout cas ce qu’i faut retenir des différentes critiques formulées à l’égard de la cinquième tournée – et sixième spectacle – de la chanteuse, ce malgré quelques avis négatifs.

2009-05-25-les-larmes-de-mylene-inondent-le-zenith1

 

Des critiques élogieuses dans l’ensemble

Avant même que la première date du nouveau spectacle de Mylène n’ait lieu le 7 septembre au Palais Omnisports de Paris-Bercy, ‘assiduité des fans-campeurs attendant leur star devant la grande salle, dès le 11 août 2013, faisait déjà culer beaucoup d’encre … Rares sont les artistes qui, au bout de trente ans de carrière (ou presque), génèrent une attitude aussi poussée chez une partie de leur public : il reste donc compréhensible que les médias en soient, encore aujourd’hui, très étonnés, et le relèvent dans leurs articles ; Cependant, et fort heureusement, le 7 septembre au soir, les journalistes se sont focalisés sur l’essentiel : le show… 

Dès le 8 septembre au matin, les premiers articles donnent le ton : « grandiose », « impressionnant » et « spectaculaire » sont les termes que l’on retrouve le plus couramment dans la presse et sur Internet. Il y a « un effet Mylène incontestable » selon Direct Matin, alors que Télé Loisirs évoque très brièvement « un show bien huilé », « Imposant et millimétré », selon l’hebdomadaire belge Télé Moustique, Timeless 2013 est également très bien accueilli par Le Figaro. La journaliste Lena Lutaud ne connaissait visiblement pas très bien Mylène Farmer. Elle est, semble-t-il, ressortie conquise par la « bête de scène » qu’est la chanteuse : « Chapeau bas pour le travail et le professionnalisme de Mylène » lâche-t-elle même en conclusion d’un article très descriptif.

 

Dimension futuriste et prouesse technique

Si les costumes, signés Jean Paul Gaultier, sont très souvent mentionnés dans les articles, aucun avis tranché ne ressort cependant à leur sujet. En revanche, la mise  en scène ainsi que le décor signés Mark Fisher font quasiment l’unanimité. Europ 1 et Métronews remarquent en effet la volonté d’ouverture vers un univers « futuriste ». Par ailleurs, les références au cinéma se multiplient : Europe 1 évoque « Alien » quand Midi Libre pense à Stanley Kubrick en voyant l’immense scène brillante et épurée, ainsi que les projections modernes sur écran géant ; Le Figaro et Métronews eux comparent la chanteuse à la princesse Leia de la saga « Star Wars », tandis que Direct Matin estime que le déluge de lumières de ce show pourrait bien faire pâlir d’envie Georges Lucas. A noter que ce même quotidien se montre tout de même un peu taquin lorsqu’il parle d’un « vide immense » pour décrire la scène de Timeless 2013. 

Unanimité également pour les robots, qui interviennent à plusieurs reprise durant le spectacle et créent la surprise sur le tableau de « C’est une belle journée ». TF1, Le Figaro, et Voici estiment que « c’est LE truc dont toit le monde va parler », tandis que L’Avenir y voit « une prouesse technique ». Le Parisien parle de « serpents robotisés à taille humaine », et Le Matin (quotidien Suisse) de « bras d’usine surmontés d’un masque menaçant », évoquant une « technologie glacée » qui contraste avec la performance humaine. C’est d’ailleurs l’un des autres points marquants qui revient le plus souvent dans la critique : le paradoxe entre la chaleur que dégage le filet de voix de la chanteuse, et l’aspect beaucoup plus froid des robots.

La voix de Mylène justement … Paris Match en parle de façon positive, tout comme Le Monde, qui estime que le show est « plutôt bien porté vocalement ». Nice Matin, pour sa part, rappelle que « malgré son gigantisme, le spectacle reste un vrai tour de chant », quand PureCharts.fr y voit même « une qualité d’interprétation jamais égalée », avec « un chant impeccable ». Seuls 20 minutes et Voici demeurent sceptiques en parlant d’une voix trop « étouffée ». Le magazine people, qui fait allusion aux « fausses notes » de la chanteuse, se moque même gentiment d’elle en se demandant « quand Mylène arrêtera de fumer ».

73f94b4ae6235

 

Des chorégraphies ennuyeuses et pauvres ?

Heureusement, 20 Minutes se montre plus flatteur en présentant la star comme « souriante » sur scène, quand Paris Match la perçoit « plus calme et charnelle ». Plus dur, Midi Libre pense qu’elle ne bouge pas très bien. Ses danseurs non plus, selon le même journal qui a assisté aux shows de Park&Suites Arena à Montpellier, et qui qualifie les chorégraphies (rarement évoquées dans les médias d’ailleurs) de « danse des canards ». Cet article est même très acide : selon le journaliste, « les transitions sont laborieuses », et Mylène est « un peu perdue au milieu des artifices ». On parle alors de « montagnes russes », avec « un coup haut et un coup bas ». Avis radicalement différent pour Le Figaro Magazine, selon lequel les danseurs sont des « athlètes très en rythme ». 

Mais c’est la critique de Ouest France qui est le plus sévère à l’égard du spectacle : malgré « une première demi-heure impeccable », Michel Troadec regrette des « chorégraphies ennuyeuses et pauvres », « un décor futuriste mal exploité », et « des images qui ne sont plus impressionnantes ». Faut-il le prendre comme un avertissement formulé par un nostalgique du Tour 2009 (ayant d’ailleurs, à cette occasion, interviewé la star pour le quotidien le 7 mai 2009) ? Une sévérité que l’on retrouve également dans La Tribune de Genève, pour qui le concert – par « certaines habitudes de scène » perdant de leur authenticité à être « répétées à chaque concert » – peine à séduire les « profanes sympathisants, non adorateurs de la déesse tombée sur terre ». 

Il n’en reste pas moins que les journalistes ont vu de nombreux autres points forts dans ce Timeless 2013, comme une « setliste inventive » selon Métro, qui oscille « entre classiques et nouveautés » selon Europe 1 et Télé Moustique ; Cette dernière publication note d’ailleurs que la chanson « Comme j’ai mal » n’avait pas été reprise depuis 1996 ; bien vu. Il est vrai que nous sommes loin de la setlist-best of du Tour 2009. La plupart des journalistes ont donc bien remarqué que peu de tubes avaient été prévus pour laisser davantage de place aux deux derniers albums, « Bleu noir » et « Monkey Me ». 

La séquence émotion plus appréciée

Si la critique s’avère donc plutôt positive, mais néanmoins plus contrastée que pour la précédente tournée, la grande majorité des médias a été sensible à la dualité entre l’aspect exceptionnel du show et la forte émotion qui s’en dégage, notamment sur la ballade « Je te dis tout », où les larmes de Mylène ont une nouvelle fois inspiré les journalistes ; Cependant, un peu ironisent sur ce qu’ils présentaient auparavant comme un jeu d’actrice. Le Progrès parle, pour sa part, d’ »un traitement intimiste et épuré, transformant la halle en un cabaret enchanté par le piano d’Yvan Cassar », quand le quotidien La Montagne note même une communion des larmes de l’artiste avec « celles de ses fans ». La séquence émotion, avec ses quatre ballades à la suite, et donc plutôt bien perçue, et semble donner un certain crédit au spectacle, la présence de Gary Jules pour les reprises en duo des tubes « Mad World » (de Tears fort Fears) et « les mots » ayant été particulièrement remarquée. 

En conclusion, ce spectacle est une « mise en orbite réussie » agrémenté d’un « déploiement technologique » en faisant l’une des tournées de Mylène les plus appréciées des journalistes. A noter cependant que les médias régionaux se sont souvent davantage attardés sur le rapport entre la chanteuse et ses fans plutôt que de donner une vraie opinion sur la qualité du show. De nombreuses interviews de spectateurs ayant attendu longuement devant les différentes salles de spectacle sont en effet parues, énième témoignage du fantasme que l’artiste incarne toujours aujourd’hui…. 

extrait du magazine Styx TIMELESS 2013 – page 56

 

Publié dans Mylène et des CRITIQUES, Mylène TIMELESS 2013 | Pas de Commentaires »

TIMELESS 2013 : Interview sur la Logistique du spectacle de Mylène F.

Posté par francesca7 le 28 mai 2014

 

 

448477269_640

 

Interview de Koen PEETERS : qui travaille pour WIcreations, la société chargée, sur Timeless 2013, de tous les éléments qui s’articulaient sur le show : les panneaux de l’accélérateur de particules, le cercle de « XXL » et de « Rêver », ainsi que le bras articulé de « Bleu noir ». Pour Styx Magazine, Koen Peeters revient en détail sur les prestations de WIcreations pour ce spectacle gigantesque. Par Sophie Lhairallah.

 

Pouvez-vous nous présenter WIcreations ?

Notre société fournit plusieurs prestations techniques complémentaires pour les productions de spectacles. Nous faisons à la fois de l’éclairage, du son, ainsi que de la construction d’éléments de scène. Nous vérifions avec tous les corps de métiers si leurs envies sont techniquement réalisables. Et nous comme particulièrement spécialisés dans le contrôle des mouvements automatisés comme, par exemple, les panneaux qui bougent tout au long du concert de Mylène, et notamment dès l’ouverture du show.

C’est la première fois que vous travaillez pour Mylène. À partir de quand avez-vous été approchés par son équipe ?
Oui, c’est la première fois pour Mylène, mais nous avons travaillé pour d’autres artistes français avant, comme Florence Foresti, Johnny Hallyday… Pour Timeless 2013, nous avons été approchés par l’équipe de production de Mylène en décembre 2012.

L’équipe de Mylène est-elle arrivée avec des demandes précises, ou est-ce vous qui leur avez suggéré des éléments comme le bras métallique, le cercle ou les panneaux de l’accélérateur de particules ?
Le décor de Mark Fisher ainsi que les idées de mouvement et de l’accélérateur de particules étaient déjà là. Les panneaux, qui forment ce qu’on appelle un « tunnel » au début du concert, sont en réalité la réplique d’un accélérateur de particules, un instrument qui utilise des champs électriques ou magnétiques pour amener des particules chargées électriquement à des vitesses élevées. C’était donc à nous de faire en sorte que tout cela soit possible. L’idée du cercle de lumière sur « XXL » venait de la production. Nous avons fait de nombreux calculs et leur avons proposé de le monter avec des charnières, ce qui permettait de le monter et le démonter très facilement. L’idée du bras articulé était également une idée de Mark Fisher. Nous avons créé un système totalement adapté à la structure de la scène en prenant en compte les robots, les limitations des espaces sous la scène, ainsi que les charges de poids au sol.

Wicreations_Mylene_Farmer_Timeless

Le système d’accroche des panneaux est très sophistiqué. Était-ce compliqué de synchroniser tout ce système avec le poids du décor, des panneaux vidéo et des lumières ?
Oui, nous avons fait plusieurs modèles selon plusieurs calculs très détaillés. Nous avons également fait plusieurs tests en réel chez nous, en Belgique, ainsi qu’à Lyon, afin de définir le centre de gravité des panneaux, car il était clair que ce centre de gravité devait définir la position finale souhaitée. Il était donc crucial de se mettre d’accord très tôt pendant la pré-production sur tous les détails de la construction, des éléments scénique, des panneaux vidéo, des lumières, du câblage…
Artefact a construit le décor de ce show, mais vous avez construit quelques éléments également… Lesquels ?
À part le cercle de lumière pour la chanson « XXL », nous n’avons pas construit d’autres éléments scéniques. Le travail d’Artefact a été exceptionnel, car vous n’imaginez pas toute la technique qui se trouvait sous la scène !

À-t-il été difficile d’intégrer tout le système technique du bras articulé sous la scène ?
L’espace disponible sous la scène était très limité car il y avait de nombreux éléments (les robots, les trappes, la plate-forme qui fait disparaitre Mylène à la fin du show…). Nous avons donc construit le bras avec ses limites. Pascal « George » Meley (responsable technique, ndlr) a intégré toutes ces informations et a vérifié qu’il n’y avait pas de collision possible entre chaque élément.

C’est la première fois que la scène est aussi complexe pour un concert de Mylène Farmer. Y a-t-il eu des contraintes importantes pour intégrer tous ces éléments au décor avec les autres prestataires ?
Non, pas plus que ce que je viens de vous dire, et c’est déjà pas mal ! (Rires)

Avec quelles autres personnes ayant travaillé sur cette tournée avec-vous plus particulièrement collaboré ?
Nous avons surtout travaillé avec la production en général, mais aussi Artefact pour le décor et les panneaux, Alabama pour la vidéo sur les panneaux, et Dimitri Vassiliu pour les lumières.

koen-peetersMylène, participait-elle aux réunions techniques avec vous et son équipe ?
Non, elle n’était pas là pendant ces réunions.

Y a-t-il eu des désirs exprimés par l’équipe de Mylène ou vous-même qui n’ont pu être réalisés pour des raisons techniques ?
Non, nous n’avons connu aucun problème à ce niveau-là. Tout ce qui était souhaité par la production a pu se faire !

 

extrait du magazine Styx TIMELESS 2013 – page 50

 

 

Publié dans Mylène et L'ENTOURAGE, Mylène TIMELESS 2013 | Pas de Commentaires »

REVIEW DU CONCERT TIMELESS 2013 (partie 1)

Posté par francesca7 le 1 mai 2014

 

à partir du 7 septembre 2013, Mylène a brassé large, piochant dans son répertoire un ou plusieurs titres de  chacun de ses albums et enchaînant les surprises, comme le duo virtuel avec Moby sur « Slipping Away (Crier la vie) », les duos réels avec Gary Jules, ou encore le Break « Maman a tort ». Quant aux chorégraphies de la chanteuse, moins nombreuses et énergiques qu’en 2009, elles furent largement compensées par sa présence scénique particulièrement remarquable : Mylène avait beaucoup d’amour à dire à son public. C’est chose faite, et nous espérons tous que ce Timeless 2013 ne sera pas le dernier …

IMG_0015

A FORCE DE….

Si l’ambiance et les couleurs de ce concert ne vont pas sans rappeler le Tour 1996 – un univers épuré, futuriste, composé de blanc, de transparence et de gris métallique – le premier morceau du show a également de quoi nous projeter dix sept ans en arrière ! « A force de mourir / Je n’ai pas su te dire / Que j’ai envie de vivre / Donner l’envie de vivre », clame Mylène à l’entame de ce Timeless 2013. « Plus loin plus haut / J’atteins mon astre / (je vertige de vivre) / plus loin plus haut / L‘esprit voyage / (Je vertige de vivre) », chantait-elle au tout début du concert en 1996 …. Dans les deux cas, une chanson énergique, entraînante, au rythme galopant, et criant un appel à la vie.

Mais il est temps, désormais, pour Mylène de quitter son vaisseau et de venir à la rencontre de son public. Tandis que le bas de l’accélérateur de particules s’est transformé en escalier, elle attend d’avoir chanté le premier couplet et d’entamer le refrain pour en descendre les marches. Laissant ses choristes prendre le relais sur certaines phrases de ce dernier, elle avance sur cette immense scène, s’y promène et assure le reste de la chanson seule, ses musiciens et ses choristes étant encore invisibles au milieu de ce décor très cinématographique rappelant aussi bien « 2001, l’Odyssée de l’espace » que « Stargate » ou « Alien ». Saluant son public puis frappant dans les mains lors du pont musical pour l’entraîner à faire la fête avec elle, Mylène se montre souriante et heureuse d’être là. Sa voix est plus assurée et plus dense qu’à l’habitude ; sans conteste, elle l’a beaucoup travaillé aux côtés de sa coach vocal, Karen Nimereal, et a pour cette série de concerts, davantage misé dessus que sur les chorégraphies.

Mylene-Farmer_inside_right_content_pm_v8

COMME J’AI MAL

Interprétée pour la première et dernière fois sur scène lors du Tour 1996, « Comme j’ai mal »=, quatrième single extrait de l’album « Anamorphosée » (1995), fait sa réapparition en live lors de ce Timeless 2013. L’occasion pour Mylène, de délaisser sa cape et de dévoiler l’entièreté de son costume signé Jean Paul Gaultier ; et l’occasion, pour le public, de découvrir, durant le pont musical, les musiciens qui surgissent des dessous de scène pendant que les éléments de l’accélérateur de particules se séparent pour retrouver leur place initiale.

L’apparition de « Comme j’ai mal » juste après « A force de… » dans la setliste de ce spectacle est particulièrement remarquable ; il est en effet davantage question, dans ce titre, de la mort suivi d’une renaissance (dont-on y lira l’évocation du suicide comme libération ou plutôt l’idée d’une réincarnation » ?) Que d’une ode à la joie, au bonheur et à l’envie de vivre ; deux chansons aux thèmes radicalement opposés, qui se suivent et mettent en exergue l’un des nombreux paradoxes propres à la chanteuse…

C’EST UNE BELLE JOURNEE

Alors que l’univers étoilé fait sa réapparition sur l’écran géant, d’étranges créatures s’invitent sur scène durant l’introduction réorchestrée de « c’est une belle journée » ; deux robots qui pointent leurs yeux rouges et menaçants sur nous, encadrant  une Mylène qui, dans la même tenue que « Comme j’ai mal », semble attendre qu’ils finissent leur « inspection » du public pour avancer davantage vers celui-ci. Mais bientôt, les premières  mesures de piano se font entendre, et tandis que la chanteuse regarde avec sourire et bienveillance ses deux « gardes du corps » effectuer un drôle de ballet, elle débute, à son tour, une chorégraphie. Les deux robots, comme envoûtés, l’observent, puis se mettent à bouger avec elle, rejoints dès la moitié su premier couplet par les danseurs qui patientaient jusqu’alors de part et d’autre de la scène.

timeless-620x330

Premier tableau chorégraphié de ce Timeless 2013, « C’est une belle journée » est un titre que nous avons pu découvrir sur le best of « Les mots » en 2001, et qui a connu un beau succès tant auprès des fans de Mylène que du grand public lors de sa sortie en 2002. Ce titre méritait donc de vivre à nouveau sur scène, puisque sa première et jusqu’alors unique interprétation en live remontait à 2006, durant a série de concerts Avant que l’ombre… à Bercy. Si, en 2006, huit danseuses entouraient Mylène seulement six danseurs l’encadrent cette fois-ci, les deux robots faisant office de remplaçants des deux éléments manquants. Il n’en reste pas moins que, pour cette version 2013, Mylène a fait le choix de reprendre la même chorégraphie que celle effectuée à Bercy il y a sept ans, laquelle diffère quelque peu de celle proposée en télévision (dans le Hit Machine sur M6, le 27 avril 2002, puis dans l’émission Zidane Ela sur France 2, le 19 mai 2002). Sur scène en effet, la chanteuse ne tombe pas dans les bras de ses danseurs durant le refrain, mais laisse le soin à ces derniers de le faire « entre eux ». Par ailleurs, durant le pont, ni Mylène ni ses danseurs ne s’accroupissent ; en revanche, la chanteuse s’assied sur les genoux de ses acolytes avant de se relever et de balancer les bras.

Comme « Désenchantée », « C’est une belle journée » est une chanson qui comporte un paradoxe frappant ; celui d’allier une mélodie entraînante et enjouée à des paroles très sombres évoquant ici le mal-être et le suicide. Si, en ce sens, elles s’inscrivent dans la lignée de « Comme j’ai mal », elles contrastent néanmoins, et là encore, avec celles de « A force de… »

EXTRAIT du Magazine Styx Timeless 2013 page 6

Publié dans Mylène TIMELESS 2013 | Pas de Commentaires »

REVIEW DU CONCERT TIMELESS 2013 (partie 2)

Posté par francesca7 le 1 mai 2014

 

à partir du 7 septembre 2013, Mylène a brassé large pour la Tournée TIMELESS, piochant dans son répertoire un ou plusieurs titres de  chacun de ses albums et enchaînant les surprises, la suite de sa sélection :

mylene-farmer-2009-monkey-004

MONKEY ME

Il aura fallu patienter de nombreux mois pour que « Monkey Me », troisième single extrait du dernier album de Mylène, sorte enfin dans les bacs. Selon les sondages réalisés auprès des fans, ce titre reste l’un de leurs préférés de cet opus mais aussi l’un des plus attendus sur scènes. Joli cadeau donc, que Mylène fait ici à son public. 

Petite particularité  notable ; pas de noir ni de silence absolu entre la fin de « c’est une belle journée » et « Monkey Me », mais un enchaînement musical direct, assuré par quelques mesures de synthétiseur, de charleston puis de guitare saccadée, qui brouillent les pistes pour le spectateur qui se demande alors de quelle chanson il peut bien s’agir ici, avant de découvrir les premières notes de « Monkey Me ». Pour ce titre, Mylène délaisse ses robots et ses danseurs et opte pour une mise en scène sobre aux jeux de lumières rouges et dorées qui permettent une véritable mise à l’honneur de la chanson. Toujours vêtue du même costume, encadrée de ses deux guitaristes et de son bassiste, la chanteuse se place au centre de la scène, face à son micro-pied, ce qui ne l’empêche pas, cependant, de partir à la rencontre de son public.

 

SLIPPING AWAY (CRIER LA VIE) (EN DUO VIRTUEL AVEC MOBY)

 Mylène et Thierry Suc nous avaient promis des surprises pour ce Timeless 2013. Autant dire qu’ils nous ont gâtés. Après les robots, c’st au tour de Moby de faire son apparition sur scène à travers l’écran géant du spectacle pour interpréter, avec Mylène, leur célèbre premier duo « Slipping Away » (Crier la vie). Sorti en septembre 2006, ce single a rencontré un succès de taille auprès du public et restait l’un des grands absents du Tour 2009. 

Alors que les premières notes de la chanson résonnent dans la salle, nous voyons apparaître, sur l’écran, le crâne de Moby, de dos et en très gros plan. Puis c’est en majorité son visage, éternellement impassible, qu’il nous offre durant tout le temps de la chanson à travers des images inédites, sans doute filmées pour l’occasion. Mylène, seule sur scène, éclairée par des jets de lumière blanche faisant écho aux couleurs plutôt froides qui règnent sur l’écran, assure ses couplets avec brio.

Etait-ce la volonté des deux artistes que la chanson soit ainsi présentée sur scène, ou Moby n’a-t-il pu être physiquement aux côtés de Mylène pour d’autres raisons ? Quoiqu’il en soit, outre le plaisir de retrouver enfin ce titre interpréter en live, ce tableau s’inscrit parfaitement dans le scénario de ce Timeless 2013, la présence virtuelle de Moby ajoutant en effet au caractère fantastique du show.

 

moby_concert_12 (1024x768)

ELLE A DIT / L’AMOUR N’EST RIEN

Encore une fois, Mylène a choisi la sobriété pour l’interprétation de « Elle a dit », titre qui ouvre son dernier album « Monkey Me », pas de chorégraphie, pas d’artifices sur scène, juste un éclairage dans les tons violets et une Mylène debout, au milieu de la scène, face à  son micro-pied. Honneur au texte donc, pour cette chanson qui traite d’homosexualité féminine et de la difficulté à accepter et vivre sa différence dans notre société. Inspirée, a priori, de la bande dessinée de Julie Maroch, « Le bleu est une couleur chaude », il aurait été délicat pour Mylène de passer à côté de ce titre sur scène pour deux raisons : non seulement celui-ci est assez populaire auprès de ses fans, mais il fait également écho au film d’Abdellatif Kechiche, « La vie d’Adèle – Chapitres 1 et 2″, librement inspiré de l’oeuvre de Julie Maroch, et sorti en pleine tournée, le 9 octobre 2013, après s’être fait palmer d’or à Cannes lors de la cérémonie 2013 du célèbre festival.

En Russie cependant, lors des concerts à Moscou (le 1er novembre  2013) et à Saint-Pétersbourg (le 4 novembre 2013), exit « Elle a dit » et bienvenue à « l’amour n’est rien… » Lors du Tour 2009 déjà, la star avait offert cette chanson en remplacement de « A quoi je sers » lors de ses concerts à Saint-Pétersbourg (le 28 juin 2009) et Moscou (le 1er juillet 2009) en raison de sa grande popularité auprès du public russe. Et si, le 27 octobre 2013 à Minsk (en Biélorussie), « l’amour n’est rien… » a également été – comme en Russie – chantée entre « Slipping Away » et « Oui mais..non », « Elle a dit » a bien été interprétée, mais à la place de « Bleu noir » cette fois-ci et sans bras métallique ni nacelle.

Mylène aurait-elle pris goût, en Russie et Biélorussie, à chanter « l’amour n’est rien… » ? Tout porte à le croire puisque ce titre, a, par la suite, définitivement rejoint la setlist des spectacles jusqu’à la fin de la tournée, le 6 décembre, au Palais Nikaïa à Nice. Pour cette chanson, Mylène a de nouveau fait le choix de la simplicité dans la mise en scène : tandis que l’écran géant s’habille de rouge (excepté durant le pont musical où il se retrouve envahi d’une pluie de lumière blanche), plusieurs séries de projecteurs éclairent la scène pendant que la chanteuse s’y promène en interprétant le titre.

EXTRAIT du Magazine Styx Timeless 2013 page 7

 

Publié dans Mylène TIMELESS 2013 | Pas de Commentaires »

REVIEW DU CONCERT TIMELESS 2013 (partie 3)

Posté par francesca7 le 29 avril 2014

 

A partir du 7 septembre 2013, Mylène a brassé large pour la Tournée TIMELESS, piochant dans son répertoire un ou plusieurs titres, repris ici sur ce blog, de  chacun de ses albums et enchaînant les surprises, voici la suite de sa sélection au Timeless 2013:

timeless-2013-photo-03

OUI MAIS… NON

Voici l’un des titres les plus populaires de la tournée. Premier single extrait de l’album « bleu noir », « oui mais … non » n’avait bénéficié que d’une seule représentation publique, le 22 janvier 2011 aux NRJ  Awards, avant d’être enfin interprétée sur scène lors de ce TIMELESS 2013, face à des spectateurs visiblement conquis dès les premières notes.

 

Reprenant la mise en scène du clip signé Chris Sweeney – Mylène assise dans un fauteuil est entourée de danseurs, la chorégraphie de David Leighton a été, pour le coup, modifiée, mais reste largement dans la veine  de l’originale. En fond visuel, l’écran géant nous offre des ombres chinoises (n’allant pas sans rappeler le décor du tour 2009 d’ailleurs) s’animant au rythme de la chanson et reprenant le spas des danseurs sur scène. Un titre énergique qui a mis le feu chaque soir de la tournée, et qui méritera sans conteste de retrouver sa place lors des prochains concerts de Mylène.

 

INTERLUDE

 

C’est désormais un classique des concerts de Mylène Farmer : un interlude musical mettant à l’honneur les danseurs et les lumières .. Et très utile à l’artiste pour se changer en coulisses ; c’est de nouveau le cas pour cette tournée. Débutant sur un doux remix électro du « Trio opus 100″ de Schubert, ce ne sont pas les danseurs mais plutôt les robots qui sont mis en avant cette fois-ci. Encadrées par des lasers bleus qui envahissent la salle, deux créatures sortent d’abor des abysses de la scène et entament un ballet sur ce morceau classique aux teintes mélancoliques, avant d’être rejoints par trois autres robots dans cette danse langoureuse. Mais bientôt, la musique de Schubert s’efface, le rythme et les lasers s’accélèrent, tandis que les robots nous offrent une chorégraphie beaucoup plus saccadée et nerveuse. Sur l’écran géant, des étincelles sont projetées puis disparaissent, avant de laisser place à des jeux de lumière aux pouvoirs hypnotiques directement envoyés des éléments de l’accélérateur de particules ; puis la musique s’arrête, les robots s’endorment, et le calme revient sur scène ; il est temps, désormais, d’en venir à la partie la plus intime du concret, le piano-voix.

 

thumbs_timeless-2013-gayant-expo-douai-23-novembre-201MAD WORLD (EN DUO AVEC GARY JULES)

 

Dans la salle, le noir absolu, puis les premières notes du piano d’Yvan Cassar résonnent tandis que les portes qui trônent de chaque côté de la scène s’habillent d’une lumière bleue. La mélodie est triste… nous nous attendons à voir Mylène arriver pour interpréter l’un des ballades de son répertoires. Mais c’es à une surprise supplémentaire que nous avons droit : sur la scène, un homme est là, seul. Le visage encore invisible, il entame de sa voix mêlant force et fragilité les paroles d’une chanson de Tears for Fears, « Mad World ». Puis son visage nous est enfin révélé : il s’agit de Gary Jules, bientôt rejoint par Mylène, qui arrive du fond de la scène, désormais habillée d’une robe en strass échancrée, laissant entrevois ses jambes.

 

Auteur-compositeur-interprète, Gary Jules est californien. A la tête de plusieurs albums (« Greetings from the Side » en 1998, « Trading Snakeoil for Wolftickets » en 2002, « Gary Jules » en 2006, et « Brid » en 2008) il s’est mondialement fait connaître grâce à sa reprise de « Made World » que l’on retrouve tout d’abord sur la bande originale du film « Donnie Darko », sortie en 2001, mais également sur son album, « Tradding Snakeoil for Wolftickets » l’année suivante. En 2003, le titre est réédité en Angleterre où il devient un tube que l’on entendra par la suite dans de nombreuses séries américaines comme « Smallville », « Jerricho », « Les experts » et « FBI : portés disparus », ou encore dans la publicité du jeu « Gears of War ».

 

 LES MOTS (EN DUO AVEC GARY JULES) 

Depuis sa sortie en 2001, le tube « Les Mots » n’a été interprété qu’une seule fois sur scène, lors de la série de concerts Avant que l’ombre… à Bercy, en 2006. Si nous pouvions nous attendre, à cette occasion, à voir apparaître Seal pour la chanter aux côtés de Mylène, il n’en fut rien. C’est en effet Abraham Laboriel Jr, son batteur, qui prit le relais. Pour Timeless 2013, Mylène a souhaité reprendre ce titre. Mais là encore, Seal ne fut pas au rendez-vous, puisque lors de cette tournée, c’est Gary Jules qui en assura l’interprétation. 

Sur scène, tandis qu’yvan Cassar joue les premières notes, Mylène et le chanteur se tiennent côte à côte. Comme à l’accoutumée, le duo est lancé par Mylène, et Gary Jules la rejoint lors du deuxième couplet. Le couple fonctionne bien, l’alchimie des deux voix est là, et la complicité évidente. Une belle réussite pour cette deuxième fois où Mylène fait intervenir un autre artiste (extérieur à l’équipe de la tournée) sur scène. La première occasion remonte à décembre 1996, lorsque la star invita Khaled à venir chanter avec elle la reprise de la chanson de Polnareff, « La poupée qui fait non », à Genève et à Paris Bercy.

 téléchargement (10)

JE TE DIS TOUT 

Après avoir salué Gary Jules, Mylène, seule, s’en va aux côté d’Yvan Cassar (qui n’a pas bougé du côté droit de la scène depuis le début de cette séquence piano-vois), afin d’interpréter l’un des plus beaux titres de son répertoire, « Je te dis tout ». Deuxième extrait de « Monkey Me », son dernier album, cette chanson, dont les paroles lourdes de sens semblent s’adresser à un enfant, a bénéficié d’une représentation publique unique lors des NRJ Music Awards, le 26 Janvier 2013. Un vidéo-clip signé François Hanss fut également tourné, dont plusieurs éléments faisaient référence à la grande période des clips de Mylène dans les années 80, et dans lequel la coiffure qu’elle y arborait rappelle celle choisie pour ce Timeless 2013. 

Sur scène, l’interprétation est plus lente que la version studio et l’introduction au piano revisitée. Quant à la sobriété offerte par la mise en scène, elle confère à la chanson une émotion d’autant plus palpable dans la vie de Mylène que cette dernière a chois, pour ce live, de nous la livrer entièrement en acoustique. 

EXTRAIT du Magazine Styx Timeless 2013 page 8

Publié dans Mylène TIMELESS 2013 | Pas de Commentaires »

REVIEW DU CONCERT TIMELESS 2013 de Mylène (partie 5)

Posté par francesca7 le 28 avril 2014

 

A partir du 7 septembre 2013, Mylène a brassé large pour la Tournée TIMELESS, piochant dans son répertoire un ou plusieurs titres, repris ici sur ce blog, de  chacun de ses albums et enchaînant les surprises, voici la suite de sa sélection au Timeless 2013:

dessin-john-nollet-coiffure-mylene-farmer-concerts-timeless-2013-001

XXL

Excepté le Mylenium Tour, « XXL » apparaît dans la setlist de toutes les tournées de Mylène depuis le Tour 1996. Seule cette première interprétation, d’ailleurs était chorégraphiée, la chanteuse ayant préféré, par la suite, se passer de ses danseurs pour ce titre. Si c’est nouveau le cas lors de cette tournée, l’énergie qui se dégage de « XXL » version 2013 est bel et bien au rendez-vous.

Alors qu’un cercle de lumière jaillit du haut de la scène, Mylène, désormais vêtue d’un tailleur pantalon noir agrémenté d’un veston et d’une cravate de la même couleur, entame les paroles de « XXL » sur une réorchestration tout en douceur à la guitare. Celle-ci sera de mise jusqu’à la fin du premier refrain, durant lequel le cercle de lumière descend et vient se placer à l’arrière de la chanteuse, s‘habillant ainsi d’un halo de blancheur. Mais lorsque arrive le second couplet, et à la surprise générale, c’est l’introduction rock originale de la chanson qui démarre. La musique, qui retrouve alors les arrangements que nous lui connaissons, s’énerve et s’accélère, tandis que l’écran géant et les éléments de l’accélérateur de particules, désormais relevés, bombardent les spectateurs de lumière blanche. Le ton est donné ; héros de question de pousser ce cri d’amour féministe de façon gentillette. Et encore une fois, le public se laisse prendre au jeu et scande « On veut de l’amour XXL » sans relâche jusqu’à la fin avec Mylène.

A L’OMBRE

Premier single extrait du dernier album de Mylène, « A l’ombre » a énormément divisé les fans de la chanteuse. L’introduction – une espèce de son de trompette que l’on croirait sortie d’un téléphone Nokhia du début des années 2000 – a en effet majoritairement déplu, et le titre, qui fut parfois qualifié d’aussi efficace que « Désenchantée » en son temps, n’a pas remué les foules outre mesure lors de sa sortie dans les bacs. Le tout accompagné d’un clip dans lequel nous découvrions l’œuvre d’Olivier de Sagazan pouvant créer, chez certains, un sentiment de malaise, tant les images que l’on y croyait étaient parfois dérangeantes (mais tel était le but, nous dira-t-on).

Pourtant, « A l’ombre » se révèle un titre plutôt efficace en concert. Son rythme soutenu et dynamique – de nouveau accompagné, sur l’écran géant, par des images d’Olivier de Sagazan et, sur scène, par des danseurs effectuant une chorégraphie dont les mouvements et les pas sont fortement inspirés de ceux du clip – contraste avec celui de Mylène qui a préféré l’interpréter en se promenant simplement sur la scène. Son costume – le même que sur « XXL » – rappelle évidemment celui qu’elle porte dans le clip, bien qu’elle ait choisi, pour l’occasion, d’en ôter la verte et de la tenir d’une main sur son épaule. A la fin du titre, tandis que les danseurs se tiennent immobiles sur scène, la musique redémarre et les bulles remplies de fumée descendent du plafond de la salle …

Farmerbercy8

INSEPARABLES / INSEPRABLES

Retour au calme pour la dernière chanson du show avant le traditionnel rappel. Pour cet avant-dernier tableau, la scène est désormais habillée de teintes bleutées tandis que, sur l’écran géant, d’étranges formes apparaissent, laissant parfois deviner un visage. Comme un « au revoir » et un message d’amour à son public, Mylène vêtue d’une robe blanche et ivoire, courte devant, longue derrière, a choisi d’interpréter « inséparables », la toute dernière chanson (bonus) que nous retrouvons sur l’album « bleu noir » et dont la musique est signée Moby. Le message est clair pour les spectateurs qui, chaque soir, ne peuvent s’empêcher de réagir aux paroles lorsque la chanteuse entonne ; « je sais bien que c’est le signe .. / tout s’arrête ici » ou encore : « moi je sais que c’était toi… / et tu vas me manquer… »

En revanche, lors de ses concerts en Biélorussie (à Minsk, le 27 octobre 2013) et en Russie (à Moscou, le 1er novembre 2013 puis à Saint-Pétersbourg le 4 novembre 2013), la chanson fut remplacée par « Inseparables », la jumelle anglaise de « inséparables », dont, pour le coup, parles et musiques sont signées Moby. Qu’importe le version, cet avant-dernier titre du spectacle fut également l’occasion pour les cinq robots de faire, eux aussi, leurs adieux au public chaque soir de la tournée, à travers une ample révérence…

1240608_226224624202872_1865455656_n

REVER

Dernière chanson et dernière énorme surprise de ce Timeless 2013 : « Rêver ». A l’instar des concerts en stades du Tour 2009, où Mylène avait laissé coi son public en clôturant le show avec « Désenchantée », la présence de « Rêver » en toute fin de setlist a également surpris, certains s’étonnant d’ailleurs de ne pas l’avoir retrouvée plus tôt dans le spectacle – comme lors du Tour 1996 et le Mylenium Tour) ou à la place désormais habituelle, lors de la traditionnelle séquence piano-voix (comme ce fut le cas lors de la série de concerts Avant que l’ombre… à Bercy en 2006, et le Tour 2009).

Mylène a donc choisi – contrairement au Tour 2009 qui finissait sur le constat d’une génération « désenchantée » – de terminer son concert sur un message d’espoir. Côté mis en scène, la chanteuse a opté pour la simplicité puisqu’elle se tient seule, face à son public, pour interpréter ce titre, à la fin duquel le cercle métallique (que nous retrouvions sur « XXL ») descend doucement et s’arrête au-dessus d’elle. Après avoir entonné le dernier mot de la chanson (« aimer ») avec les spectateurs, Mylène disparaît dans un nuage de fumée lâché du cercle métallique tandis que les musiciens, toujours visibles continuent de jouer le refrain de la chanson avant que la scène ne soit plongée dans le noir. Notons cependant qu’à compter du 17 septembre, et jusqu’à la fin de la tournée, cette partie finale de la mise en scène a été modifiée ; après la disparition de Mylène dans le jet de fumée en effet, le rideau LED, teinté de bleu, se referme progressivement pendant que les plateformes où jouent les musiciens redescendant doucement sous la scène.

01

Tous les soirs, avant le concert, du 7 septembre à Paris Bercy au 5 octobre 2013 à Montpellier, le public présent dans la salle pouvait profiter du Remix de « A l’ombre » signé Tony Romera, le « Tony Romera Club Remix ». Mais le 8 et le 9 octobre à Nantes, c’est le remix de « Monkey Me », le « ET’s Club Remix » d’Amir Afargan qui a été proposé à la place de celui de « A l’ombre » . A compter du 11 octobre 2013 à Nantes (et jusqu’à la fin de la tournée), selon les soirs, le public pouvait entendre soit le remix de « A l’ombre », soit celui de « Monkey Me » soit les deux.

EXTRAIT du Magazine Styx Timeless 2013 page 12

Publié dans Mylène TIMELESS 2013 | Pas de Commentaires »

EDITO du STYX Magazine Timeless 2013

Posté par francesca7 le 27 avril 2014

 

 couv_mftimeless

Pour ce nouveau numéro, STYX Magazine consacre ses pages à la cinquième tournée (et sixième montée sur scène) de Mylène Farmer, Timeless 2013. Ce tour de chant de trente neuf dates a réuni près de 500 000 spectateurs de France, Belgique, Suisse et Russie venus pour applaudir celle qui, au fil de trente ans d’une carrière florissante, a définitivement assis son statut de reine de la scène française.

Nous vous invitons ici à revivre tous les évènements qui ont précédé et suivi cette tournée, mais également de rentrer au cœur de toutes les dates qui l’on composée à travers un « un jour après jour » rempli d’anecdotes et de moments d’émotions entre Mylène et son public.

Nous sommes aussi partis à la rencontre de quelques acteurs de cette tournée, comme Carole Lasnier, la maquilleuse de Mylène, Manu Gouffran, l’un de ses danseurs, ou encore Philippe Stegmann, le père des robots qui nous ont tous tellement bluffés…

Nous revenons enfin sur le regard que les médias ont porté sur ce tour de chant, ainsi que sur les rares interviews accordées par la chanteuse pour parler de ce défi que représentait pour elle cette nouvelle rencontre avec son public.

retrouver dont mon travail de saisie informatique grâce à l’achat du Magazine que je suis allée chercher moi-même à Venarey les Laumes (21) à 30 kms de chez moi juste pour le plaisir de pouvoir partager ces écrits avec vous, mes fidèles lecteurs…

la retranscription se trouve donc ici : http://francescax7.unblog.fr/category/concerts-de-mylene/timeless-2013/ 

Bonne lecture à tous et bon voyage dans l’univers intemporel de Mylène….  hello

Publié dans Mylène 2013 - 2014, Mylène Autrement | Pas de Commentaires »

PROJECTION cinéma Mylène Farmer mars 2014

Posté par francesca7 le 30 mars 2014

 

L’occasion ne se représentera peut-être pas. Les fans de Mylène Farmer avaient inscrit la date depuis très longtemps sur leur calendrier. C’est ce jeudi 27 mars 2014, à 20 heures, que le concert de la star sera diffusé dans 224 salles de cinéma. Une séance unique au tarif de 14 euros qui devrait attirer 100 000 spectateurs dans toute la France. Certains multiplexes, comme à Orléans, auraient même décidé de projeter uniquement le concert capté à la Halle Tony Garnier de Lyon, aux dépens d’autres blockbusters comme Captain America.

Image de prévisualisation YouTube

http://www.youtube.com/watch?v=ZBMzNKUjRLM

D’autres prises de vues

20664868Robots, trapèzes et accélérateur de particules seront donc toujours au rendez-vous de ce concert ambitieux qui a également été présenté au Palais Omnisports de Paris-Bercy tout le mois de septembre 2013. « On a été plus ambitieux. On voulait faire un film encore plus proche, plus humain, plus juste sur ce qu’elle est sur scène », a confié à Allociné François Hanss, réalisateur du film, qui sortira également en DVD le 16 mai.

Grande mode du moment, les concerts au cinéma ont déjà permis à des artistes comme Muse, Tal ou Katy Perry d’expérimenter d’autres prises de vues, pour plonger les fans en immersion. « J’avais très envie d’avoir le plus de plans possibles en présence scénique vers la scène, ce genre d’images inédites que le public ne voit jamais, comme s’il était à la place de l’artiste, confirme François Hanss. J’avais fantasmé d’être derrière Mylène et de travailler sur des silhouettes. » Résultat ce soir.

vue sur http://www.allocine.fr/article

Publié dans Mylène 2013 - 2014, Mylène en VIDEOS, Mylène TIMELESS 2013 | Pas de Commentaires »

les confidences de Francois Hanss sur Timeless

Posté par francesca7 le 30 mars 2014

 

Après une tournée triomphale à guichets fermés et plus de 500 000 spectateurs à travers 4 pays, Mylène Farmer débarque dans plus de 200 salles de cinéma Gaumont-Pathé pour la diffusion exceptionnelle ce jeudi à 20h du film « Timeless ». Nous avons rencontré à cette occasion son réalisateur, François Hanss, qui lève le voile sur ce projet unique et ambitieux, parfaitement à l’image de la star…

Image de prévisualisation YouTube

http://www.youtube.com/user/MyIeneFarmer?annotation_id=annotation_2050774369&feature=iv&src_vid=oZTynbKYNgs

Comment se sent-on à J-1 de la diffusion du concert au cinéma ?

images (23)François Hanss : Bien parce que demain c’est l’aboutissement, le plaisir de découvrir le film en salles, dans un cadre idéal. C’est une séance unique donc on retrouve un peu l’ADN du spectacle vivant : ce plaisir d’être ensemble, dans un même lieu; cette idée qu’une émotion collective va naître. A titre personnel, c’est aussi la fin d’une très longue période de travail. C’est fantastique en tout cas, je n’imaginais pas que ça se passerait aussi bien (…) 

224 salles vont diffuser le spectacle. Il se passe d’ailleurs quelque chose d’extraordinaire au Pathé d’Orléans : depuis que la billeterie a été mise en place il y a trois mois, les ventes sont montées en flêche, du coup ce sont les 12 salles du multiplexe qui diffuseront Timeless. Juste Mylène Farmer. C’est unique ! 

Comment regarde-t-on un concert au cinéma en tant que spectateur selon vous ?

C’est une position étrange. Je crois qu’on a envie de partir dans l’énergie, le rythme de l’émotion suscitée, suivre le beat de la musique. Je pense que ça va bouger, mais ce sera sûrement très différent d’une salle à l’autre. Le public c’est une donnée magistrale mais mystérieuse en même temps.

 

De quelle manière s’est déroulée votre collaboration avec Mylène Farmer sur ce film ?

D’abord, vous imaginez bien qu’on ne montre pas le film à Mylène Farmer au dernier moment ! Tout se fait avec elle. Elle assiste à plusieurs étapes du montage. On bichonne le film ensemble du début jusqu’à la toute fin. Et ça c’est une réalité de travail que l’on a toujours eu sur nos collaborations passées, et plus que jamais sur Timeless. C’est un film qui s’élabore lentement, dès le début des premières ébauches de la scène. 

Moi, dans un premier temps, je me positionne en tant que spectateur. Je participe dans l’ombre aux répétitions, parce que j’aime ça et parce que ça fait partie d’une maturation autour du spectacle. C’est cerner le visuel, les angles, les axes. C’est observer la scénographie, les possibilités pratiques, devancer les éventuelles difficultés. C’est se familiariser avec l’équipe aussi. 

images (24)

C’est à la Halle Tony Garnier de Lyon que le concert a été filmé. Pourquoi ce choix ?

La salle a été choisie dès le départ par Mylène Farmer et son tourneur et manager Thierry Suc parce qu’ils avaient tout simplement envie de changer. Le Palais Omnisports de Paris-Bercy est une salle très idéale, mais on l’a déjà pas mal filmée lors des précédentes tournées. Et je dois dire que je n’ai pas du tout été déçu. J’adore la Halle Tony Garnier en tant que spectateur. Elle s’intégre bien dans le design de la scène donc on en a joué. Cet écrin, cette cathédrale de fer, éclairée au sodium, qui teinte le public de doré, c’est magnifique. Ce décor spectaculaire signé Mark Fisher au beau milieu de cette salle très en profondeur, c’était la promesse d’un jeu artistique intéressant sur le plan visuel. 

 

Un concert filmé se déroule-t-il différemment ou de la même manière qu’un autre qui ne l’est pas ?

Le spectacle était identique chaque soir. C’est un respect minimum vis à vis du public. Les fans savent parfois avant l’heure que ce soir-là, on tourne. C’était le cas ici et c’est très bien ainsi. Mais dans un concert de Mylène, de toute façon, il y a toujours une forte présence et implication du public, que j’ai toujours espéré solliciter et engager à l’image. Je trouve que le public est un contrechamp extraordinaire. Et puis c’est un public extraordinaire ! Il est très large en terme de générations, il est jeune, rajeuni, donc à la caméra ils sont complices mais ils sont surtout avec elle. Mylène n’est jamais que le point d’attraction majeur. Ils oublient les caméras, qu’elles soient au-dessus d’eux, ou pointée sur eux. 

Quel était le dispositif technique mis en place ? 

 

Au plus fort du show, on a fonctionné avec 7 caméras, multipliées par 4 soirs, ce qui vous donne à peu près le nombre de points de vue, de positions idéales, auxquels il faut ajouter des plans plus anecdotiques avec de la GoPro, du 5D, des caméras fixées sur des grues… Une trentaine de caméras en tout ont été utilisées sur l’ensemble de la timeline. 

Comment avez-vous appréhendé le thème futuriste de ce show, différent des précédents ?

Le film n’est que la traduction de ce qui est sur scène : les trapézes qui se forment, l’accélérateur de particules sur l’entrée, les robots…  La liturgie des images participe un peu du mystère. Je joue avec les robots, j’ai d’ailleurs mis des caméras dans leurs têtes, il y a tout un rapport de complicité entre eux et Mylène que je voulais retranscrire… J’ai épousé le thème en l’affinant. 

Quels étaient les défis principaux de ce tournage ?

J’avais très envie d’avoir le plus de plans possibles en présence scénique vers le public, ce genre d’images inédites que le public ne voit jamais, comme s’il était à la place de l’artiste. J’avais fantasmé d’être aux côtés de Mylène sur scène, travailler sur des silhouettes… c’était une envie de principe. Après il y a l’idée d’être dans la proximité, capter l’émotion, sachant que j’adore les gros plans. 

Le but c’est qu’il y ait un vrai plus pour celui qui a vu le concert en salles. Mais mettre en place une caméra sur scène, c’est toujours compliqué, notamment pour des raisons de sécurité. Puis il faut éviter que l’artiste ne soit embarrassé de sa présence. On a donc eu recours à diverses astuces, par exemple avec des caméras posées sur scènes mais camouflées pour que personne ne les voit.

Le précédent spectacle se déroulait au Stade de France. C’était une machine gigantesque. Est-ce que Timeless vous a semblé plus simple à réaliser ?

Il y a un an, je pensais que oui, mais Timeless a bien caché son jeu ! Le plus gros défi pour le Stade de France venait du fait que l’on avait que deux dates pour tourner. C’était forcément stressant, pour elle aussi. C’était une surface inédite, gigantesque. La notion d’échelle était un problème majeur : on voit la scène comme un timbre poste en tant que spectateur. Timeless paraissait plus simple mais en réalité non. On a été plus amibitieux. On voulait faire un film encore plus proche, plus « humain », plus juste sur ce qu’elle est sur scène. 

Y’a-t-il eu un passage du concert plus compliqué à monter qu’un autre ?

Les tableaux les plus denses ne sont pas forcément les plus compliqués. Mais un tableau avec chorégrahie est forcément plus soigné. On est en tout cas plus vigilants, tant sur la rythmique que sur la synchronisation. Mylène a un oeil redoutable je dois dire et c’est très bien ainsi. C’est elle qui est à l’image, qui danse, qui chante, après tout. Mais pour les chansons avec juste Mylène et son micro sur scène, plus une douche de lumières, c’est difficile aussi. Il s’agit de garder la tension, l’émotion, l’interprétation, la traduire en dehors du son, trouver le bon contrechamp… 

Je ne vous cache pas que sur des titres très ambitieux comme Désenchantée, où il y a la reprise du public, ça prend beaucoup de temps. Il y a un gros travail de dérushage, puis il faut choisir les images afin de souligner la montée en puissance. On remet les compteurs à zéro pour chaque chanson en fait, c’est en cela que c’est très compliqué et très long. Le montage ne se fait pas dans l’ordre. Mais on est plusieurs. On se répartit le travail selon les sensibilités de chacun. On se connaît bien, on a déjà presque tous travaillé ensemble. Les monteurs me font part de leurs préférences. L’un voudra faire Je t’aime mélancolie. Un autre Comme j’ai mal. J’aime laisser le désir prendre la main sur les choix. 

Laurent Boutonnat a-t-il participé lui aussi au montage ?

On a démarré ensemble en co-réalisant le tout premier concert de Mylène en 1989 à Bruxelles, puis sur le deuxième à Bercy en 1995. En revanche, j’ai réalisé les suivants en solo, dont le dernier. On est très proches, très en phase. Je ne fais que suppléer à sa mise en scène, garder la cohérence qu’il a imaginée. Je gourmande ce qu’il a déjà mis en place avec Mylène. 

Que nous réservent les bonus présents sur le DVD et le BluRay qui sortiront le 16 mai prochain ?

J’ai mis un point d’honneur à ce qu’il y en ait beaucoup ! Je voulais vraiment rendre hommage à tous ces gens qui ont travaillé sur le film pendant deux ans. Sur les lumières, le son, les constructions… Les bonus fonctionnent par thématiques. J’ai pris le temps de voir chaque département artistique, par exemple Jean-Paul Gaultier pour les costumes, dans son atelier. Il y a aussi un module sur les robots; c’était un élément du concert très attendu et à juste titre puisque c’était une innovation, et le garçon qui s’en occupe est une personne passionnante. On verra aussi tout l’aspect backstage, les répétitions des danseurs, des musiciens…

 images (13)

Et y verra-t-on Mylène, puisqu’elle apparaît peu en général dans les bonus ?

Je pense que vous serez étonné ! (rires) 

En dehors des concerts, vous avez aussi réalisé des clips pour Mylène Farmer. Si vous ne deviez en choisir qu’un seul, lequel ce serait ?

Le premier que j’ai réalisé : Je te rends ton amour. C’est le plus cher à mon coeur. J’ai été très séduit par le scénario de Mylène et impressionné et touché qu’elle me propose de le mettre en image. C’est une amie avant tout, j’adore travailler avec elle alors ma réponse était évidente ! 

Il a suscité la controverse lors de sa sortie…

Pour des raisons très obscures, oui… En vous levant le matin, vous ne vous dites pas « je vais faire de la provoc’ aujourd’hui ! » Ce n’était pas le but. Moi j’aime le beau, l’alliance du son et des images…

 

Prévoyez-vous de réaliser un deuxième long-métrage après « Corps à corps » sorti en 2003 ?

J’essaie depuis plusieurs années d’en monter un. C’est compliqué, d’autant que le premier n’a pas marché. C’est le succès le premier déclencheur en général. Mais je suis très attaché au film. J’avais des pistes. J’en ai d’autres. On verra… 

Et filmer Mylène dans un long-métrage, vous en rêvez ?

Bien évidemment !

 

Entretien réalisé par Jean-Maxime Renault le 26 mars 2014 à Paris vue sur http://www.allocine.fr/article

 

Publié dans Mylène 2013 - 2014, Mylène et L'ENTOURAGE, Mylène FILMOGRAPHIE | Pas de Commentaires »

mylène farmer et son amour pour le cinéma

Posté par francesca7 le 14 janvier 2014

 

images (3)Si Mylène Farmer n’a jamais caché son goût pour le cinéma, à travers ses clips notamment, elle n’a joué que dans un seul film depuis le début de sa carrière. Un projet d’adaptation du roman « L’ombre des autres » de Nathalie Rheims était à l’étude depuis quelques années, mais la romancière vient de révéler qu’il n’était plus d’actualité.

Invitée sur le plateau du JT de 20h de TF1 en décembre 2006 à l’occasion de la sortie du CD/DVD »Avant que l’ombre… à Bercy », Mylène Farmer s’était exprimée au sujet de ses projets cinématographiques. Interrogée par Patrick Poivre d’Arvor, la chanteuse avait révélé qu’elle travaillait sur une adaptation du roman « L’ombre des autres » de Nathalie Rheims, sur la base d’un scénario de Claude Berri. L’artiste aurait alors incarné Tess, une scientifique bousculée par son appréhension du paranormal à la fin du vingtième siècle. Seulement, le réalisateur Claude Berri nous a quittés en janvier 2009, emportant avec lui le projet de film. On sait que le cinéma nécessite beaucoup de temps et d’importants investissements. Mylène Farmer l’avait rappelé lors de son intervention sur TF1. Sept ans se sont écoulés et il apparaît aujourd’hui clair que le film « L’ombre des autres » est définitivement enterré. 

C’est Nathalie Rheims qui l’a affirmé cette semaine lors de son passage sur le plateau de l’émission « C à vous », diffusée sur France 5. A la table d’Anne-Sophie Lapix pour présenter son nouveau livre « Maladie d’amour », la romancière a expliqué que le projet n’était plus du tout d’actualité puisqu’il reposait sur « un lien entre Claude et Mylène » : « Ça l’était tant que Claude était vivant, et qu’il était assez fou pour mettre à bien ce projet. Le cinéma est ce qu’il est, avec ses complexités. Ça a moins de sens aujourd’hui. Même si mon lien avec Mylène est toujours intense ». L’espoir pour les nombreux fans de la chanteuse de la revoir camper un rôle s’amenuise donc un peu plus. Si elle a toujours rêvé de cinéma, préférant dans sa jeunesse le Cours Florent au Conservatoire, Mylène Farmer n’a joué que dans un seul film à ce jour : « Giorgino » de Laurent Boutonnat (1994). Un échec cuisant !

« Timeless 2013 – Le Film » dans les salles obscures le 27 mars
Il faudra donc se contenter du film de sa dernière tournée « Timeless 2013″ pour voir Mylène Farmer sur grand écran. En partenariat avec Pathé Live, la chanteuse organisera le 27 mars la diffusion d’un de ses derniers concerts, capté à La Halle Tony Garnier de Lyon en septembre 2013, dans près de 150 salles de cinéma. Les lumières et le son étaient au rendez-vous pour ce spectacle à l’esthétique futuriste et faisant la part belle aux nouvelles technologies. En effet, Mylène Farmer a surpris en proposant avec « Timeless 2013″ un spectacle plus lumineux qu’à l’accoutumée, et qui a surtout marqué par la présence de robots danseurs haut de deux mètres à ses côtés. C’est son fidèle collaborateur François Hanss qui travaille actuellement sur le montage de ce film qui devrait paraître par la suite en DVD. Interrogé par Pure Charts, le directeur général de Pathé Live Thierry Fontaine a précisé que ce film sera « proposé en cinémascope », « ce qui est très rare pour ce genre de projet » a-t-il ajouté. Plus de 30.000 tickets pour cette séance unique ont déjà trouvé preneur.

source : http://www.chartsinfrance.net

 

Publié dans Mylène FILMOGRAPHIE | Pas de Commentaires »

Mylène Farmer aime être LIBRE

Posté par francesca7 le 7 janvier 2014

 

 

Exclu Gala – Mylène Farmer: « J’ai choisi une vie de liberté »

source http://www.gala.fr/

GALA 1

Heureux qui comme Mylène a fait un long voyage, avec la tournée Timeless 2013. Mais l’odyssée n’est pas finie. Après les sourires, le fragile équilibre d’être soi… Confessions.

Gala: Vous venez d’achever votre tournée Timeless 2013. Revenir à la vie normale se révèle-t-il plus vertigineux que de se lancer dans une pareille aventure?

Mylène Farmer: La fin d’une tournée est toujours un moment extrêmement brutal. C’est un peu comme la fin d’un voyage astral, il faut réintégrer son corps. Le choc est à la mesure des émotions partagées avec le public… Mais aussi avec les musiciens, les danseurs, les équipes, les proches… Il faut du temps pour reprendre le rythme du quotidien. Pour autant, je suis consciente de ne pas vivre une vie tout à fait «normale». Le mot qui me vient à l’esprit, c’est «réapprivoiser» le temps, justement. On ne s’habitue jamais à une telle charge d’émotion. Pendant une tournée, le corps et l’esprit déploient des trésors d’ingéniosité pour trouver la force. A présent, le moment est venu pour moi de lâcher prise… Et ce n’est pas simple…  

Gala: Le sentiment de solitude, à la fin d’une tournée, est donc plus une peine qu’un besoin?

Mylène Farmer: Ce n’est ni une peine, ni un besoin, mais une réalité. Après le dernier spectacle, il faut accepter de ne plus avoir rendez-vous avec des milliers de personnes. C’est ainsi. Mais l’éphémère rend aussi la scène magique et les échanges avec le public exceptionnels. Le sentiment de solitude qui s’en suit est le prix à payer.  

Gala: Vous avez pris les routes de France, de Belgique, de Suisse et même de Russie. Le dépaysement, la remise en question de vos habitudes parisiennes: cela vous demande-t-il un effort ou est-ce une attente?

M.F.: J’aime l’idée de rendez-vous. Aller au devant des autres avec sincérité et être reçue de cette façon si extraordinaire… C’est un bonheur et une chance. Je suppose que, comme tout le monde, j’ai des habitudes, mais ce n’est vraiment pas ma spécialité. Je m’ennuie vite. La normalité me fait peur. 

Gala: Vous n’êtes pas de ces artistes qui se créent des rituels en tournée?

M.F.: Je vais vous décevoir! Il n’y a ni rituels mystiques, ni incantations vaudous! (Rires) Mais pour être tout à fait honnête… Je me surprends à tout ranger, tout remettre droit dans ma loge, avant de la quitter. Pour le reste, il est question de concentration, de travail, de répétitions, de sport, de repos et, plus fondamental encore, de m’entourer d’esprits bienveillants qui essaient de me soutenir comme si j’allais courir un marathon. 

 GALA 2

Gala: Sur scène, vous étiez entourée de six musiciens, deux choristes et six danseurs. Avez-vous l’impression de recréer une famille à chaque tournée?

M.F.: Une famille recomposée, en quelque sorte. C’est l’occasion de retrouver les siens et de découvrir les nouveaux venus. Le lien entre tous ces talents est clé. L’esprit d’équipe m’aide beaucoup. Comme dans toute famille, on se redécouvre aussi avec le temps. C’est une source d’inspiration. Une tournée est une caravane qui vit à huis clos des moments intenses. On se sépare à la fin du voyage avec la promesse de se revoir…  

Gala: Quels étaient les défis de ce sixième spectacle?

M.F.: J’ai une pensée toute particulière pour Mark Fisher qui a imaginé le décor. Il nous a malheureusement quittés avant de voir le spectacle. C’était un homme discret, créatif et élégant. Je l’ai remercié chaque soir… Le principal défi artistique était de créer de l’intimité dans la démesure. Humaniser la technologie. Faire danser des robots sur une musique de Schubert… Les intégrer dans le spectacle non comme des « machines exceptionnelles », mais comme des partenaires de jeux… Philippe Stegemann, leur créateur, a aussi réussi cet exploit… Je ne remercierai jamais assez Jean-Paul Gaultier pour sa générosité, sa folie, son humilité. Ainsi que toutes les équipes pour leurs talents. Quant à l’effort physique, je remercie mes muscles d’avoir encaissé toutes ces courbatures!  

Gala: On a pu remarquer que vous mettiez désormais en avant votre voix.

M.F.: C’est un long travail sur soi. La voix est un révélateur de l’âme. Brel confessait que pour lui, chanter devant un public est anormal. Terriblement impudique. J’ai toujours partagé ce sentiment… Et pourtant… Cela passe par l’acceptation de soi et il faut au moins une vie pour s’accepter, ne serait-ce qu’un peu. Je ne suis pas encore totalement en paix avec cela, mais les pourparlers ont bien avancé…   

Gala: L’amour, comme une irrépressible «force qui va» selon la formule hugolienne, imprégnait très clairement la tournée. C’était un parti pris?

M.F.: Pour Victor Hugo, l’amour est une descente abyssale qui se termine dans le sang. L’homme amoureux qui détruit tout sur son chemin est mû par une force surnaturelle. Cela ne laisse pas beaucoup d’espoir. J’aime à penser que ce grand monsieur a aussi écrit Stella (poème sur la renaissance du monde, après sa destruction, ndlr). Une lueur peut-être? Reste à savoir si l’amour est de nature à détruire systématiquement. Je commence à comprendre pourquoi je préférais disparaître à la fin du spectacle dans un nuage de fumée! (Rires) 

Gala: En amour, le plus brûlant, pour vous, c’est: l’espérer, le vivre ou le pleurer?

M.F.: Le faire! Quand l’amour se conjugue au présent, les sens prennent le pouvoir.Au passé ou au futur, il laisse place à la raison et à son cortège de doutes qui exercent leur dictature impitoyable. 

Gala: Sur cette tournée, on vous a découverte souriante, non dénuée d’humour, voir même presque volubile…

M.F.: Les clowns tristes ne sont un mystère pour personne. Mais apparemment, les ténébreux drôles restent une énigme! L’humour est une antidote précieuse. Je n’ai jamais cessé de me le rappeler, même dans les moments les plus sombres. Un instinct de survie, je suppose…  

Gala: Le plaisir pour vous, aujourd’hui, c’est…

M.F.: Etre libre de partager les émotions simples du quotidien avec ceux que j’aime ou dans ma solitude apprivoisée … C’est dans cette liberté-là que je reconnais le plaisir. Entre l’ombre et la lumière, j’ai choisi la lumière. J’ai choisi une vie de liberté. Avant que l’ombre, je sais, ne s’abatte à mes pieds… 

Gala: La formule Timeless n’était pas sans évoquer l’idée d’immortalité. Est-ce pour vous: une ambition? Un espoir?

M.F.: L’immortalité?  Très peu pour moi. Timeless évoque plutôt l’intemporalité. S’extraire du sablier permet d’envisager la vie avec plus de sérénité, de recul. Dans un monde qui accélère, c’est un luxe aussi. L’immortalité est la promesse d’un ennui éternel, non? Je laisse cela aux dieux ou aux fous… Pour ma part, je vis chaque instant comme il vient. 

Gala: Le show inspirait un voyage dans le temps. Si vous le pouviez, reviendriez-vous dans le passé ou vous projetteriez-vous dans le futur?

M.F.: Le temps est une obsession humaine. Probablement le plus grand péché d’orgueil de l’homme. La vie d’un être est une parenthèse enchantée, avec de longues périodes de désenchantements. Le temps est un repère qui permet d’accumuler des souvenirs et donne une impression de cohérence à ce que l’on vit. Si les amnésiques dérangent, ils n’en sont pas moins vivants. Le bonheur se cache probablement dans le droit à l’oubli. 

Gala: Sont-ce vos souvenirs ou vos rêves à réaliser qui vous tourmentent le plus?

M.F.: Nous n’avons aucun pouvoir sur les rêves, même éveillés, ils sont intrusifs… Ils ne facilitent pas le bonheur… Mes souvenirs me laissent en paix, puisque pour la plupart, je les ai oubliés… Enfouis…. Égarés. 

Gala: Etes-vous capable d’indulgence et de pardon pour les proches qui vous auraient déçus?

M.F.: D’indulgence, je ne crois pas… Pour moi, il s’agit d’une posture, d’un renoncement à son instinct. J’ai le sentiment qu’avec l’indulgence, l’autre n’existe pas…  Le pardon, lui, me semble une nécessité. Pardonner, c’est prendre le chemin de la remise en question de l’autre et de soi. Chemin certes plus long, mais indispensable au bonheur. Pour les  bouddhistes, le pardon permet de savoir que rien ne sera plus jamais comme avant, unique condition pour progresser. 

Gala: A plusieurs reprises, durant la tournée, vous avez fait monter de jeunes enfants sur scène. Vous semblez extrêmement à l’aise avec eux. 

M.F.: Quand je croise leurs regards, ils me bouleversent… Une petite fille, dans mes bras au milieu de cette scène immense, émue aux larmes, est un moment fragile et fort.  

Gala: Vous avez fréquenté le Cours Florent. Si vous aviez le choix: à quel acteur donneriez-vous la réplique, devant la caméra de quel réalisateur?

M.F.: Si j’avais le choix? Steve McQueen dans un film de David Lean… Ou… Idris Elba dans un film de Jane Campion! 

Gala: Votre vie a déjà fait l’objet de biographies plutôt «romanesques». Etes-vous flattée, amusée ou irritée d’être «l’héroïne» de certains écrits?

M.F.: Je ne lis aucune biographie me concernant, mais je suis plutôt amusée par les extravagances qui circulent. Certains ont horreur du vide, alors ils donnent libre cours à leur imagination. C’est du fantasme, pas de l’information. Un signe de notre temps.

GALA à la une 

Gala: Un singe capuçin, prénommée E.T., a partagé votre quotidien pendant près de trente ans. Depuis plus d’un an, c’est au tour d’un berger suisse blanc, Liloup, aux allures de louve. Qu’est-ce que ces deux compagnons révèlent de vous? 

M.F.: Je les considère comme des intimes. Ce sont des êtres sensibles pour qui seul le regard suffit.Ils sont la preuve que l’on peut aimer au-delà des mots. 

Gala: A la fin de chacun de vos concerts, vous avez disparu dans un nuage de fumée. Vous quitterez le métier avec autant de douceur?

M.F.:  »S’il te plaît prends ma main, ne te fais plus attendre, il est temps de s’étreindre, il est temps de s’éteindre, une dernière cigarette ». Comme le chante si bien Saez… Je ne sais que vous répondre puisque… Je n’ai moi-même la réponse. Partir en fumée… De toutes façons… C’est inéluctable.  

Gala: Mylène Farmer est-elle une insatiable?

M.F.: « Souviens-toi que le Temps est un joueur avide qui gagne sans tricher, à tout coup! C’est la loi. » (elle cite le poème L’Horloge, de Baudelaire, ndlr) Jouons encore un peu... En attendant la fin de la partie.

 

Publié dans Mylène 2013 - 2014, Mylène en CONFIDENCES, Mylène en INTERVIEW | Pas de Commentaires »

Mylène Farmer crève l’écran 2014

Posté par francesca7 le 22 décembre 2013

Les billets pour le film de sa tournée Timeless s’arrachent déjà

 

titrait le journal SOURCE : http://www.gala.fr/l_actu/news_de_stars

 

concert_mylene_farmer_c_jean_paul_gaultier_leader

Pendant 4 mois, au fil des 39 dates de sa tournée Timeless 2013 en France, Suisse, Belgique et Russie, Mylène Farmer a fait danser quatre robots à ses côtés, sur scène. Aujourd’hui, elle affole les serveurs informatiques…

Mises en vente ce vendredi 20 décembre, les places pour assiste à la projection du film de la tournée Timeless 2013 de Mylène Farmer, dans plusieurs salles Pathé Gaumont de l’Hexagone, s’arrachent littéralement.

En moins d’une journée, ce sont en effet plus de 10 000 tickets qui se sont envolés! Réalisé par François Hanss, collaborateur de trente ans et auteur de plusieurs des clips de la chanteuse (Je te rends mon amourJe te dis tout..), le film, dont un teaser a été mis en ligne il y a quelques jours, ne sera pourtant pas à l’affiche avant le 27 mars prochain

La rousse Libertine détrône ainsi Florence Foresti, précédente détentrice du record du genre, qui avait vendu 2000 tickets de sa Foresti Party, dès le jour de leur mise sur le marché.

Icône vivante, Mylène Farmer peut compter sur son public pour honorer les rares mais précieux rendez-vous qu’elle lui donne. Au total, plus de 450 000 personnes l’ont applaudie lors de ses concerts Timeless 2013. Et alors que l’album live de ce show futuriste n’est sorti dans les bacs que le 6 décembre dernier,plus de 75 000 exemplaires ont déjà trouvé des oreilles attentives.

Timeless donc… et priceless aussi pour ses nombreux fans!

Publié dans Mylène 2013 - 2014, Mylène dans la PRESSE, Mylène FILMOGRAPHIE | Pas de Commentaires »

rétrospective sur le Timeless 2013

Posté par francesca7 le 19 décembre 2013

 

2014 mylene-farmerMylène Farmer donnait le coup d’envoi de sa tournée Timeless 2013. La star débute par dix dates au Palais Omnisports de Paris Bercy avant d’embarquer son show futuriste dans l’hexagone et à l’étranger. Dimanche, Mylène Farmer entamait son deuxième jour après avoir répondu aux questions de Laurent Delahousse - une interview diffusée lors de son JT de 20 heures – au moment même où elle montait sur scène pour une représentation à laquelle nous avons assisté.

Cercueil climatisé

Pour son grand retour sur scène samedi, après quatre ans d’absence, Mylène Farmer a vécu de « très émouvantes retrouvailles » avec son public. Dans un Bercy plein à craquer, un spectateur un peu particulier en la personne de Laurent Delahouse. Le beau gosse du JT de France 2 assistait au show avant d’interviewer la chanteuse pour son 20 heures de dimanche. Visiblement sous le charme, Laurent Delahousse n’a guère bousculé l’idole qui lui a répondu avec la simplicité qu’on lui connaît. Il y était question de discrétion, celle de Mylène Farmer qui peut entraîner « beaucoup de commentaires« , parfois « violents« . Il y était question de ce qu’elle ressent sur scène. « C’est probablement le moment où j’ai un vrai sentiment de liberté, pas d’entrave, pas de tabou. » La star s’amuse également des fantasmes qu’elle suscite en indiquant qu’elle dort bien dans un cercueil et que celui-ci est climatisé.

Six mois d’entraînement

Il a fallu un an à l’artiste et son complice Laurent Boutonnat pour mettre en scène le spectacle Timeless. Mylène Farmer s’entraînait physiquement depuis six mois pour ce retour, le temps pour elle d’imaginer les chorégraphies et de se préparer avec ses danseurs. La scénographie a été confiée au regretté Mark Fisher qui a livré pour la star un décor à la fois futuriste et minimal, un immense plateau, un vaisseau spatial et des invités surprises : des robots articulés aux mouvements surprenants. Décédé dans son sommeil le 25 juin dernier, Mark Fisher a conçu ses dernières années les décors du MDNA Tour de Madonna et ceux du Born This Way Ballde Lady Gaga. Il n’aura pas la chance de voir sa machinerie de rêve prendre vie grâce à Mylène Farmer et son public.

Dimanche soir, Mylène Farmer est montée sur scène vers 20h50. Dans la salle, des personnalités comme Orelsan, Julien Doré,Isabelle Boulay, Caroline Loeb et le cinéaste François Ozon qui n’a pas caché son enthousiasme. Mylène Farmer fait son apparition au coeur d’une porte étincelante donnant sur l’immensité stellaire. On pense un peu à Stargate, mais les étoiles sont surtout dans les yeux des 15 000 spectateurs comme soufflés par l’arrivée de la star. À 52 ans – jeudi 12 septembre – Mylène Farmer livre un spectacle à la mise en scène pointue d’une grande élégance, où seule sa voix semble compter. Ses musiciens sont parfois cachés et il n’y a alors plus qu’elle sur cet immense plateau, magnifiquement habillée par son complice Jean-Paul Gaultier, pour tenir ce Bercy gigantesque.

Collection de tubes

Mylène Farmer fait son entrée sur À Force de, extrait de l’album Monkey Me (2012) écoulé à 450 000 exemplaires. La première partie de son show est composée de quelques-uns de ses plus grands tubes des dix dernières années. Les fans ont même droit à un duo virtuel avec Moby surSlipping Away. Après un interlude impressionnant durant lequel les robots assurent une étrange chorégraphie (on a rarement vu autant d’écrans de téléphone portable braqués sur une scène), Mylène Farmer revient avec Gary Jules, première surprise du show, pour chanter Mad World etLes Mots (duo qu’elle interprétait à l’origine avec Seal). Elle rejoint ensuite son directeur musical,Yvan Cassar, installé au piano pour deux chansons piano-voix à fleur de peau, Et pourtant et Je te dis tout.

Nouvelle pause et nouveaux costumes. Mylène Farmer revient en rouge pour communier avec ses 15 000 fans sur Désenchantée. Un classique des spectacles de la chanteuse qui soulève la foule. Durant le reste du show, plus personne n’osera se rassoir, car elle enchaîne les tubes Sans contrefaçonBleu Noir, Je t’aime mélancolie (grand moment) et XXL. En réécoutant ses chansons, on prend la mesure de l’importance de la chanteuse dans le paysage pop français et dans notre vie, si l’on a eu la chance de grandir avec ses premiers tubes. En plus d’un catalogue solide, c’est une artiste qui met sa voix sur la table (quelles que soient ses petites faiblesses) et ne fait pas de son spectacle une démonstration sportive et acrobatique. Timeless est à la mesure de son talent : mature.

30 ans de carrière

images (6)Quand elle annonce une nouvelle surprise à ses fans, Mylène Farmer ajoute avec humour : « Oui, c’est la même qu’hier soir. » Quand bien même, on est beaucoup à hurler de plaisir en entendant les premières mesures de Maman à tort, son premier 45 tours sorti en 1984. Ce n’est pas le seul clin d’oeil de Mylène Farmer à ses débuts : elle portait un catogan de chevalier d’Eon et durant l’interlude on pouvait entendre le Trio pour piano et cordes n° 2 de Franz Schubert utilisé par Stanley Kubrick dans son film Barry Lyndon, référence principale de Boutonnat et Farmer pour le diptyque Libertine et Pourvu qu’elles soient douces.

En rappel, elle craint de ne pouvoir aller au bout d’Inséparables et de l’inusable Rêver. Mais si ses yeux trahissent son immense émotion et son trouble, sa voix tiendra le spectacle du début à la fin. Elle disparaît alors dans une colonne de fumée. Le Timeless Tour, tournée ambitieuse de tous les records, ne fait que commencer. Plus de 420 000 spectateurs applaudiront Mylène Farmer jusqu’en décembre.

 

 

Publié dans Mylène dans la PRESSE, Mylène TIMELESS 2013 | Pas de Commentaires »

Clip de « Diabolique mon ange »

Posté par francesca7 le 14 décembre 2013

 : Mylène Farmer dévoile les images de « Timeless 2013″

Après « Monkey Me », place à « Diabolique mon ange ». C’est le titre que Mylène Farmer a choisi pour assurer l’exploitation de son nouvel album live « Timeless 2013″. Découvrez son clip sur Pure Charts !

 téléchargement (4)

Va-t-elle faire plier Stromae avec son nouvel album live ? Le chanteur belge caracole en tête du Top Albums avec « Racine carrée » depuis 14 semaines, et personne ne semble en mesure de lui passer devant. A moins que… Mylène Farmer publie cette semaine « Timeless 2013″, la captation audio de son dernier spectacle, dont elle a extrait le titre « Diabolique mon ange ». Envoyé aux radios il y a quelques jours dans une version raccourcie, le nouveau single de Mylène Farmer est à présent doté d’un clip tiré du film « Timeless 2013″, actuellement en cours de montage en vue d’une commercialisation en début d’année prochaine.

Quelques images de ce film ont été dévoilées à travers un teaser vidéo accompagnant le double-CD. Le public a donc droit à de nouvelles images du film « Timeless 2013″ avec ce clip, sur le même principe qu’en 2009 avec la sortie de l’album live « N°5 on Tour ». Il y a quatre ans, la chanteuse proposait le clip live de « C’est dans l’air ». Cette fois-ci, c’est donc avec le titre « Diabolique mon ange », paru en 2010 sur l’album « Bleu noir », qu’elle entend défendre son nouveau disque.

Cependant, il ne devrait pas être beaucoup diffusé, les radios ayant déjà très peu soutenu les singles « A l’ombre »« Je te dis tout » et « Monkey Me », extraits du dernier album « Monkey Me » de Mylène Farmer. D’autant plus que les morceaux enregistrés en public sont généralement boudés par les programmateurs. La chanteuse devra donc compter sur son clip signé François Hanss, à travers lequel le public découvre véritablement la scène de « Timeless 2013″.

 Découvrez le nouveau clip « Diabolique mon ange » de Mylène Farmer : http://www.chartsinfrance.net/Mylene-Farmer/news-89502.html

Résolument moderne, le show « Timeless 2013″ tranche avec les précédents spectacles de Mylène Farmer, plus sombres. La chanteuse, qui a évolué vocalement, excelle sur le titre « Diabolique mon ange », tout comme sur « A force de » et « Bleu noir ». Parmi les points forts de cette tournée : l’entrée en scène, laissant imaginer que la chanteuse débarque sur terre en descendant de son vaisseau spatial, les robots dansants qu’il l’accompagnent sur « C’est une belle journée » et « Inséparable », et la reprise chaque soir du titre « Mad World » en duo avec l’Américain Gary Jules, présent à ses côtés. « Timeless 2013″ a rassemblé 500.000 spectateurs et devrait continuer de faire rêver les fans de la chanteuse, qui craignent qu’il s’agisse de sa dernière tournée.

par Jonathan HAMARD

Publié dans Les Clips de Mylène, Mylène 2013 - 2014, Mylène en VIDEOS | Pas de Commentaires »

le point final à une tournée triomphale de Mylène F.

Posté par francesca7 le 7 décembre 2013

2014 avril-

Article paru sur la presse de NICE-MATIN : http://www.webtimemedias.com

Mylène Farmer vendredi soir en concert à Nice au Palais Nikaïa. Un concert qui mettra le point final à une tournée triomphale entamée en septembre à Bercy. Une tournée pour laquelle la chanteuse libertine s’appuie sur ses deux derniers albums, tout en faisant la part belle à ses anciens succès. Si avec Mylène Farmer, le grand spectacle est toujours au rendez-vous, la star a néanmoins opté pour cette tournée pour une relative simplicité en étant plus vers le concert pur que dans la recherche du show à tout prix.

Mylène Farmer mettra le point final à Nice à sa tournée « Timeless 2013″ (DR)

3 jours avant la sortie de son nouvel album live « Timeless 2013« , Mylène Farmer mettra vendredi à Nice, au Palais Nikaïa, le point final à sa tournée du même nom. Une tournée triomphale puisque, depuis le premier concert donné en septembre à Bercy, la chanteuse libertine a réuni plus de 500 000 spectateurs dont certains n’hésitent pas à camper près d’une semaine devant les salles de spectacles pour être sûr d’être aux premières loges. Ces concerts 2013 s’appuient sur les deux derniers albums de Mylène Farmer « Monkey Me » et « Bleu noir » avec des titres comme « Diabolique mon Ange », son nouveau single. Mylène Farmer fait aussi la part belle à ses anciens succès comme « Les Mots« , « Désenchantée« , « Sans contrefaçon » ou « Rêver » qui clôture le show. La star a également concoctée une séquence piano/voix dans laquelle elle communique son émotion et son plaisir d’être au milieu de ses fans qui lui sont fidèles depuis des années.

le point final à une tournée triomphale de Mylène F. dans Mylène 2013 - 2014 Myl%C3%A8ne%20Farmer%20-%20Timeless%2002%20-%20Legende

La recherche d’une certaine simplicité

Une séquence qui donne la tonalité de cette tournée 2013, plus orientée vers le concert pur que vers le show à tout prix. Même si Mylène Farmer fait une entrée fracassante, sortant des entrailles d’une machine futuriste, elle se retrouve plusieurs fois  seule sur scène micro à la main avec les musiciens en arrière scène. Alors qu’elle avait habitué son public à une certaine démesure dans les effets, elle a manifestement opté cette fois pour une relative simplicité. Que les amateurs de grand spectacle se rassurent, ils n’ont pas été totalement oubliés et le show reste visuellement impressionnant, notamment lorsque des robots surgissent du sol pour danser avec Mylène Farmer  qui arbore toujours de magnifiques tenues signées Jean Paul Gaultier. Si la chanteuse n’est pas une grande communicante, elle parvient toujours à instaurer sur scène une véritable communion avec son public et nul doute que vendredi soir cette magie opérera encore au Palais Nikaïa.

Mylène Farmer – Palais Nikaïa – Vendredi 6 décembre à 20h00.

Publié dans Mylène 2013 - 2014, Mylène TIMELESS 2013 | Pas de Commentaires »

Pourquoi ils aiment tant Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 4 décembre 2013

 

Publié dans la presse le 29/11/2013 sur : http://www.ladepeche.fr/article

 

 images (2)

Mylène Farmer a un public d’une extraordinaire fidélité. Certains font le siège du Zénith pour avoir les meilleures places. D’autres – la majorité – la suivent sans l’idolatrer mais avec une ferveur intacte.

Peu d’artistes arrivent à tisser avec leurs fans des liens aussi forts que Mylène Farmer. De tous horizons et de tous âges, ils n’ont d’yeux que pour «Mylène», dont ils suivent la carrière atypique, les tournées superlatives et la discrétion médiatique avec une ferveur rare. Mercredi, trois d’entre eux se sont retrouvés au Zénith autour de cette passion commune, ciment de leur amitié. Il y a, avant tout, Marina, infographiste à Toulouse et fan depuis… toujours.

«Dès le premier jour et la première chanson, Maman a tort, j’ai découvert une artiste hors-norme. Alors qu’elle a été démontée par tout le monde, je trouvais ses chansons ténébreuses et mélancoliques, mais tellement vraies. Quelque chose s’est construit. J’adorais ses clips extraordinaires, son premier album faramineux, ses costumes : le rêve absolu. J’en ai pleuré de rage de ne pas la voir en concert et me suis jurée – j’ai tenu parole – je ne plus jamais rater une tournée de Mylène. J’aime sa part d’ombre : elle est très timide et inaccessible. Elle donne énormément dans ses spectacles et, à l’instar d’un Nicola Sirkis que je suis allée voir récemment, elle a un vrai respect, une sincérité véritable, un réel amour pour son public. Elle se protège, après avoir été déboîtée par les médias, quand elle parlait de sida, d’homosexualité, des thèmes aujourd’hui bien dans les clous. On lui reproche de pleurer sur scène, toujours aux mêmes moments, mais c’est parce qu’elle est très émotive. A chaque fois, je me fais un concert parisien et un autre en région. A Toulouse, forcément, je serai là, après avoir vu celui de Bercy le 18 septembre dernier. Je suis fan, mais aussi critique quand il faut l’être, et il y avait quelques ratés : des robots qui ne marchaient pas, des problèmes de son… Une façon de préparer ses fans, je pense, à des choses plus simples à l’avenir.»

«Juste lui faire un bisou»

Marina se rendra au concert avec une amie, Hélène, qui a sa place, elle aussi, depuis un an : «Je ne vais pas voir les autres artistes, seulement elle. Elle donne tout à son public et lui transmet toutes ses émotions:

c’est magique, magnifique. J’aime surtout ses textes : ça parle beaucoup et c’est subtil à la fois…» Le troisième de la bande est Joffrey, jeune frère de Marina. Joffrey est trisomique, et sa sœur rêve de pouvoir un jour lui présenter Mylène Farmer, car elle sait que la star «fait beaucoup pour ses fans handicapés». Joffrey, qui avoue «écouter Mylène tous les jours», a une faible pour la chanson «Libertine» et les costumes que la chanteuse «super belle» porte dans le clip. Bien sûr qu’il aimerait la rencontrer. Pour lui parler, bien sûr. Mais avant tout «pour lui faire un bisou».

Mylène Farmer en concert samedi 30 novembre au Zénith de Toulouse (11, avenue Raymond Badiou). Complet.


Un live pour tous

La tournée 2013 de Mylène Farmer se terminera dans une semaine exactement, le vendredi 6 décembre à Nice. Et trois jours plus tard sera disponible en CD, DVD, téléchargement, etc. le nouveau live de la star, intitulé «Timeless 2013». Le concert a été enregistré à Lyon, à la Halle Tony Garnier, en septembre, au tout début de la tournée en province.

Yves Gabay

Publié dans Mylène 2013 - 2014 | Pas de Commentaires »

MYLENE en concert à DOUAI

Posté par francesca7 le 29 novembre 2013

2014 mai

  Vingt-sept mille spectateurs à Douai pour Mylène Farmer

Il fallait du courage pour attendre, sous une pluie glaciale, l’ouverture des portes de Gayant-expo. Mais hier, les fans de Mylène Farmer ne se sont pas laissés si facilement décourager. Certains avaient déjà pris position jeudi, devant l’entrée de la halle polyvalente douaisienne. Et ont même dormi sous la tente. Une poignée de fans seulement. Mais leur nombre s’était considérablement étoffé hier après-midi. Malgré la pluie glaciale, tous n’attendaient qu’une chose : que les portes de la salle s’ouvrent enfin. Ainsi Paul et Danièle, de Feignies, près de Maubeuge. Ils ont la soixantaine et avouent apprécier beaucoup cette artiste «intergénérationnelle ».

« On l’a déjà vue à Paris, au stade de France ». Et Paul de préciser, bien à l’abri sous un auvent : « C’était en septembre, et il faisait bien meilleur… » Difficile d’imaginer le contraire… Ceci dit, ils venaient juste d’arriver et n’avaient pas eu le temps de voir leurs doigts bleuir de froid. « À Paris, il y avait des tentes partout. Même jusqu’au bord du périphérique. Quatre-vingt mille personnes, ça fait du monde… »

Mylène Farmer, ils l’ont découverte en écoutant des disques et en regardant des DVD. «Parce qu’on ne la voit pas souvent passer à la télé. Elle sait se faire désirer… » Ils avaient eu l’occasion d’apercevoir sur le net quelques morceaux choisis de son nouveau spectacle, et espéraient que la prestation serait à la hauteur de leurs attentes. « On est très excités ! »

Pas moins de 9000 personnes avaient acheté leurs précieux sésames pour mercredi soir, premier des trois concerts prévus cette semaine à Gayant-expo Douai.

Arrivés souvent très tôt – certains étaient déjà là dès jeudi dernier – beaucoup avaient attendu sous une pluie glaciale que les portes s’ouvrent enfin, avant de pouvoir aller se masser dans le parterre et les gradins. Et ils ont dû patienter encore une bonne demi-heure après le début annoncé, avant de voir enfin apparaître leur idole sur scène. Une entrée en matière digne de La Guerre des étoiles avec, en décor, une gigantesque parabole lumineuse.

Ils voulaient un grand show, ils l’ont eu

Les moyens techniques déployés par l’artiste sont d’ailleurs impressionnants. Pas moins de vingt-neuf camions, dont un uniquement pour les costumes et le merchandising, plus six bus ! Du très lourd.

Il faut bien cela pour transporter autant d’éclairages destinés à illuminer la star et lui permettre notamment de se promener au-dessus de son peuple, comme à l’extrémité d’une échelle de pompiers. Sans oublier les fameux robots, la grande nouveauté de cette tournée 2013.

Question chorégraphies, pour le reste, la belle a pris un peu de retrait, laissant sa horde deboys, assurer le spectacle.

Un sujet parfaitement maîtrisé. Trop peut-être…

Restent encore deux séances : ce soir et samedi soir, avec à chaque fois autant de spectateurs.

Mais pas pour les retardataires. C’est complet depuis longtemps. 

 

article J.-F. G. du magazine http://www.lavoixdunord.fr

 

Publié dans Mylène 2013 - 2014, Mylène TIMELESS 2013 | Pas de Commentaires »

Mylène Farmer à Bruxelles – Palais 12

Posté par francesca7 le 20 novembre 2013

 

Pour la première des 3 dates bruxelloises de sa tournée, l’icône aurait mérité mieux.

images (10)

Ce n’est pourtant pas faute d’avoir fait tout ce qui est en son pouvoir – et face à ses fans, il est grand – pour dynamiser la salle du Palais 12 du Heysel, mais il aura fallu longtemps ( soit à mi-parcours l’hymne Désenchantée) avant que Mylène Farmer ne reçoive l’accueil qui lui est dû, à Bruxelles.

Faute à une nouvelle salle (tellement neuve que même les stewards ne savent pas où diriger le public…c’est dire!) dont la disposition ne convaint pas les habitués d’autres grands lieux d’événements? Pas faute, en tout cas, aux moyens techniques mis en oeuvre par l’icône rousse pour impressionner, une fois de plus son public. Un show de lumières et de décors (avec en fond un écran sans cesse alimenté) gigantesque et inventif, chorégraphies effectuées par des robots (non humains), Mylène et son équipe n’ont pas lésiné sur les effets pour emmener la salle dans une autre dimension. 

Quant au répertoire quasi inépuisable de la chanteuse, il s’exprime, trop souvent peut-être, sur ce Timeless 2013 Tour, via les deux derniers albums de l’artiste. Alors, quand résonnent les premières notes d’un classique tel que Je t’aime Mélancolie, on se réjouit de retrouver la Mylène des débuts. Qui garde des yeux d’enfant, tout du moins le sourire émerveillé, d’une artiste qui ferait ses premiers pas sur scène. Mais quand vient le temps de s’émouvoir jusqu’aux larmes avant ses duos avec Gary Jules (sur Mad World et Les Mots) , le professionnalisme d’un spectacle pensé et minuté dans les moindres détails reprend le dessus. Mais on pardonne tout à une idole telle que Mylène. Rendez-vous encore – pour un accueil plus chaleureux? – ces 15 et 16 novembre 2013, au même endroit.

Pour ne pas plomber l’ambiance, Le Magazine  http://www.dhnet.be/medias a d’abord listé les choses qui ont été appréciées, mercredi soir, lors de la première prestation bruxelloise de Mylène Farmer pour son Timeless Tour 2013, au Palais 12 du Heysel. Avant les représentations de ce soir et de samedi, dans la même salle.

Sans conteste, et aussi sans surprise (on s’y attendait à vrai dire, vu la réputation de l’iconique rousse), le show visuellement délivré est SPECTACULAIRE.

téléchargement (5)Certes, Mylène Farmer, qui n’a plus rien à prouver à personne, ne bénéficie ni de l’aura ni du budget (à un peu plus de chiffres) d’une star américaine telle que Madonna (pour ne citer qu’une artiste de la même génération). Mais une entrée en scène d’une autre dimension, des jeux de lumière à donner le tournis, un écran géant sans cesse alimenté et, surtout, des robots (qui n’ont rien d’humain) effectuant une danse millimétrée complètement improbable subjuguent.

Le mythe

Et la Mylène, le mythe Farmer, au milieu de toute cette technologie ? Elle trône, même si elle feint d’encore s’étonner de son succès, de l’indéfectible lien qui l’unit à son public. Un public, par cette première soirée bruxelloise, plutôt – et même trop – calme. Il n’exprimera son admiration qu’au bout d’une petite dizaine de chansons. La sauce avait bien failli prendre avec le titre Oui mais… non. Mais finalement non, pas tout de suite.

Vinrent alors les duos, émouvants, de la star avec l’excellent Gary Jules (sur Mad World et Les Mots). On passera sur les larmes télécommandées de Mylène, synchros à chaque concert (à moins qu’elle n’en ait vraiment gros sur le cœur comme par hasard au moment d’entamer ces 2 chansons). On passe, on passe,…

Car, c’est vrai , Mylène Farmer transporte avec elle, dans chacun de ses titres, sa grande sensibilité. On en oublie les playback et quelques faussetés tant son charisme est grand. Tant la carrière est longue. Des morceaux tels que Désenchantée, Je t’aime Mélancolie (le titre par excellence, encore aujourd’hui !), Sans contrefaçon ou encore XXL suffisent, finalement, à embraser un public apparaissant presque apathique comparé au déferlement d’amour dont l’icône Farmer fait d’habitude l’objet.

Le moins bon

Et puis, et surtout peut-être, il y a cette nouvelle salle du Palais 12 qui, après le passage en mode dancefloor de David Guetta, réalisait là son véritable test. Plutôt raté. Des files d’attente interminables avant de franchir les portes (à l’heure dite du concert, une bonne centaine de personnes attendaient toujours de pouvoir entrer dans le palais 12), des stewards pas toujours accueillants ni informés,…

Bref, en préambule – et au cours – de ce concert événement, beaucoup de désillusions. Parce qu’on en attendait beaucoup de cette nouvelle grande salle bruxelloise, tant le projet semblait ambitieux. Nous, on s’est retrouvés, pour le coup, réellement désenchantés (hormis l’accès facile au site et l’excellent son dans l’enceinte de la salle). Des remarques – comme celles de quelques spectateurs – qui ont été rapidement prises en compte par les responsables du Palais 12, nous garantit Daniel Bei, directeur général de la salle.« On va tirer le meilleur enseignement de cette première afin d’améliorer l’expérience. » Et ce, dans l’immédiat.

Dès ce vendredi, des modifications seront apportées au fonctionnement du Palais 12. « Nous avions 6 points de contrôle, donc 6 endroits de scanning des tickets, à l’entrée. Nous allons en mettre 20 ces vendredi et samedi pour accélérer les opérations. Nous allons tripler d’attention. » De bonne volonté (somme toute logique) après quelques erreurs de jeunesse. Des maladresses qui ont un peu gâché la fête que pouvaient réserver certains fans de Mylène à leur déesse.

article de Ch. V. paru sur  http://www.dhnet.be/medias/

Publié dans Mylène AU FIL DES MOTS, Mylène dans la PRESSE, Mylène et des CRITIQUES | Pas de Commentaires »

Point sur MYLÈNE FARMER AU PALAIS 12

Posté par francesca7 le 20 novembre 2013

Rires d’enfant et larmes de diva hollywoodienne, la chanteuse a signé une prestation millimétrée pour le premier de ses trois concerts complets au Palais 12. Voilà ce qu’on en retiendra.

téléchargement (4)

1 – LA SALLE

Un parking géant à côté de la salle, un station de métro à moins de cinq minutes à pied, des stewards pas encore bien briefés mais courtois, des bars où on ne fait pas la file, des distributeurs self-service de snacks et de boissons et, c’est le plus important, une acoustique optimale… Le Palais 12 a décidément beaucoup d’atouts pour nous faire oublier Forest National. Seul bémol: les accès aux différentes sections de la salle ne sont pas suffisamment bien indiqués. Une question d’habitude sans doute…

2 – LE PUBLIC

Arrêtons les clichés. Mylène attire plusieurs générations (et pas forcément désenchantées) de fans. Une majorité de couples hétérosexuels, des mamans venues avec leur fille, des vieux potes que la vie de famille a éloignés mais qui se font une sortie « chez Mylène » comme on va « à Indochine », des jeunes et des moins jeunes qui n’arrêtent pas de regretter les années 80 et aussi beaucoup de néerlandophones. L’effet Kate Ryan sans doute… Pour l’anecdote, on a vu aussi un sosie de Johnny, un mec avec un T-shirt AC/DC et un autre avec celui du « Paradize tour »… Mais ça, c’était peut-être un technicien de Nicola Sirkis venu en repérage.

3 – LA MYLÈNE

Toujours en voix, professionnelle jusqu’à la pointe des pieds, elle reste d’une élégance folle (merci Jean-Paul Gaultier) et continue à entretenir avec abnégation le mythe Mylène. Elle este particulièrement touchante quand elle pouffe de rire et exécute comme un gosse ses chorégraphies  qui tiennent plus du mime que de la performance physique (notamment sur C’est une belle journée ou Désenchantée). On l’aime moins quand elle pleure sur commande à chaque représentation (pendant Les Mots) ou lorsqu’elle va extraire des premiers rangs une fillette -qui, bien sûr, n’était pas là par hasard- pour un pas de danse scénarisé qui sonne complètement faux.

téléchargement (5)4 – LE SHOW

Entrée sur scène, fondu au noir, grue qui l’amène au-dessus du public, écrans, plates-formes qui font apparaître et disparaître les musiciens, poursuite mauve sur la chevelure de l’épuisant pianiste Yvan Cassar… Tout est réglé comme un programme de la Nasa.  Le truc génial, ce sont ces robots qu’elle a vus dans une pub télé pour Citroën et qu’elle a perfectionné depuis.  Même Kraftwerk n’a pas fait mieux. Comme on l’a déjà écrit après son concert à Bercy, les deux morceaux chantés avec Gary Jules (la reprise de Tears For Fears Mad World et Les Mots) sont particulièrement bluffants.

5 – LES SURPRISES

Il n’y en pas et c’est le seul regret.  Mylène ne prend plus aucun risque et, tout en introduisant fort logiquement ses nouvelles chansons dans son répertoire de scène, elle reproduit exactement les mêmes codes depuis ses débuts. Son seul enjeu et de rester fidèle à l’image que le public a d’elle. C’est pour ça qu’on l’aime ou qu’on la déteste.

 

Mylène Farmer se produit encore les 15 et 16/11 au Palais 12.

article paru sur http://www.moustique.be

Publié dans Mylène 2013 - 2014, Mylène TIMELESS 2013 | Pas de Commentaires »

12
 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...