• Accueil
  • > Recherche : ratage mylene farmer

Résultats de votre recherche

Une disciple de Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 17 juillet 2015

 

jeu concours1 solA l’image de Lisa-Loup qui finit par vomir une perle de sang, incarnation de son mal-être, Mylène Farmer apparaît toujours comme cette femme-enfant mal grandie, révélant sa folie au fil des mots, mêlant impudeur sadique et angoisse muette en des créations aussi belles et aussi terrifiantes qu’elle-même. Car cette dualité permanente, de la forme et du fond, du sens réel et du sens caché, de l’image et de son reflet est, chez Mylène Farmer, la clé qui permet d’entrer dans son étrange univers personnel, dont la sensibilité à fleur de peau, la sensualité perverse et le spleen romantique mènent l’auditeur dans le plus touchant des paradis empoisonnés.

Bien que Mylène Farmer soit une artiste unique en son genre, elle a créé quelques émules qui, pour l’heure, sont bien loin de connaître un succès comparable. Citons la principale “disciple” : la chanteuse RoBERT, dont la voix et les intonations semblent souvent calquées sur celles de Mylène Farmer. Personnage étrange au physique inquiétant, RoBERT tire son pseudonyme, selon la légende, du surnom décalé dont l’aurait affublée un ancien amant. Elle apparaît en 1991 avec le single Elle se Promène, qui sera son unique tube, probablement dû au fait que bien des auditeurs pensèrent qu’il s’agissait d’une chanson de Mylène Farmer.

S’ensuivront deux albums assez réussis, Sine (1992), publié sur Sony, sur lequel on trouve une frétillante reprise de The Model de Kraftwerk, et Princesse de Rien (1997), un disque plus mature, enregistré après un long silence de cinq ans suite à d’interminables problèmes avec Sony, et publié sous quatre éditions différentes, dont la dernière en date est sortie en 2000. Sur cet album, on trouve quelques textes d’Amélie Nothomb, dont RoBERT est devenue l’amie, qui signera régulièrement par la suite des paroles de ses chansons et lui consacrera même un livre : Robert des Noms Propres. Depuis, RoBERT piétine quelque peu, même si sa renommée ne cesse de grimper.

Celle Qui Tue (2002), son troisième album, est un ratage complet, suite de mélodies insipides enrobées d’arrangements technoïdes fauchés et peu inspirés. En 2004, elle sort une sorte de best of, Unutma, dans lequel on retrouve l’essentiel de ses chansons dans des versions hélas remixées, et fort mal remixées. Seul titre à bénéficier de ce lifting racoleur, Le Prince Bleu, petite bluette enfantine et nostalgique extraite de Celle Qui Tue, et qui fera l’objet d’un single, illustré par un magnifique clip en 3-D qui passera en boucle pendant tout l’été 2004, et sortira même en version DVD.

Extrait de Lumières & Trahisons Stars du spleen grand public, et autres poussières d’étoiles par Mario Glénadel et Christophe Lorentz

Publié dans Mylène dans la PRESSE, Mylène et L'ENTOURAGE | Pas de Commentaires »

Anamorphosée : un ratage voulu ?

Posté par francesca7 le 28 octobre 2012

 

Anamorphosée : un ratage voulu ? dans Mylène et mes BLABLAS qch434iw-213x300    Avec cet album à part dans la carrière de Mylène Farmer, on peut se demander si cette superficialité, ce bâclage, enfin tout cela n’était pas après tout qu’une grande blague… Après l’échec de Giorgino, Laurent Boutonnat et Mylène Farmer ont bien senti qu’ils étaient arrivés au bout d’un truc, qu’en se faisant plaisir il risquaient de s’enterrer. Alors il a fallu changer, et tout transposer dans le sens inverse, ne pas faire les choses à moitié. Les talons se sont surélevés (les cheveux aussi), les textes se sont hébétées (les interviews aussi), les sourires sont plus nombreux (à défaut d’être sincères), on fait une croix sur tout le passé et on s’enferme dans un nouveau rôle de bimbo superficielle attirant un nouveau public et théoriquement de plus grosses ventes. 

    A mon avis Laurent et Mylène n’avaient qu’une question en tête : les vrais inconditionnels suivront-ils ? Pour montrer que toute cette « anamorphose » n’est que stratégie commerciale , ils ont laissé de nombreuses clés au public. Mylène Farmer a laissé une multitude d’indices pour montrer qu’elle même ne croyait pas à ce « revirement optimiste ». Tout d’abord, le contenu de l’album Anamorphosée qui a lui seul laisse bon nombre de clés. En lisant les textes on ne peut qu’admettre être devant un terrible constat d’échec devant Giorgino. Notamment pour que qu’il implique : la fuite.  Mylène s’en fout : C’es étrange, pour moi cette chanson a toujours expliqué ce pourquoi Anamorphosée   trahissait volontairement l’univers de Mylène Farmer, qui parlerait d’elle, toujours selon moi, ici à la troisième personne. Ce qui expliquerait les jambes d’une autre qui la portaient, son cœur qui s’est fatigué, l’homme (L.B. et son univers) dont elle s’est lassé, et le fait qu’elle se soit dissoute. On peu ajouter d’autres paroles comme « t’as plus de mystère, ta poésie à pris l’eau, côté sombre : c’est mon ombre dissout dans l’éternité » mais aussi « l’abandon du moi » (==> plus d’émoi à cette époque), je vis HORS de moi et je pars… On peut ajouter à la même période la tête absente de la pochette (c’est, qu’elle le dise ou non, une manière de ne pas signer l’album…), le fait qu’elle tourne le dos à ses titres au verso (comme pour les renier) et aussi tout ce bâclage voulu pour les clips (format 4/3, non scénarisés, réalisés en vidéo…) et bien d’autres choses trop nombreuses pour être ici énumérées..

    Mylène nous a selon moi laissé de nombreuses clés pour dire à ses anciens fans pour faire comprendre qu’elle ne croyait pas à ce qu’elle faisait à l’époque. Et Eaunanisme est pour moi le texte où elle balance tout là dessus. C’est en outre la plus belle chanson de l’album selon moi, celle où on retrouve « son » style d’écriture (jeux de mots à l’appui), la seule qu’on aurait pu retrouver sur un de ses albums « traditionnels ». …et comme par hasard, c’est le seul titre d’Anamorphosée qu’elle n’a pas interprété sur scène pour le live à Bercy

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | 3 Commentaires »

Les ventes de Mylène F. Chutent

Posté par francesca7 le 27 août 2012

 

Ne vous posez plus de question, les ventes de CD ne cessent de chuter. Ne blâmez pas le piratage, nous on sait pourquoi… (http://www.avoir-alire.com/ de 2010)

 

Les ventes de Mylène F. Chutent dans Mylène et mes BLABLAS illogical-rayons1Universal vient de dévoiler le nouveau clip de Mylène Farmer. Après beaucoup de redites visuelles, la chanteuse aux chorégraphies très limitées qui remplit tout de même bien des stades, se voit une fois de plus taxée de sous Gaga par le sacro-saint magazine gay Têtu. Est-ce parce que le collaborateur musical de ce morceau est RedOne, l’un des producteurs de la Gaga soûlante ? En tout cas la chanson, simplette et sans génie, mais bien à elle, reprend les ritournelles entêtantes que la fermière rousse ressasse depuis plus de vingt ans avec un air techno-trance assez pauvre qui sonne finalement peu Gaga !

Quant à la vidéo, oserons-nous une fois de plus y voir du Gaga quand il n’y a qu’un simple copié-collé de ce qui se fait dans le domaine de la vidéo depuis 25 ans. Une nana qui se trémousse contre un mur (Britney et Madonna dans leur duo Me against the Music), des garçons à moitié à poil pour titiller la libido fatiguée des fans gays, une ambiance torrido-crade façon Madonna de l’époque Hard Candy, le fauteuil où trône Farmer rappelle encore une fois l’ouverture du show de la madone et pire son clip Human nature où l’idole des années 80-90-00 s’amusait de façon lascive.

Pas étonnant dans cette montagne de clichés que les ventes d’albums globales ne cessent de décliner (-5.5% en 2010 en France !). A moins d’avoir entre 12 et 15 ans et de n’avoir rien vécu ou d’être quadra qui rêve d’une nouvelle jeunesse qu’aucune chanteuse autocollante ne saura offrir, le constat est patent : qu’est-ce qu’on s’emmerde en musique pop variétoche ! Aujourd’hui dans le domaine, l’évènement, c’est l’apparition du répertoire des Beatles sur Itunes ! On en est arrivé là !

Aussi mesdames, rhabillez-vous toutes, arrêtez le body sur scène, le sexe à deux balles et révolutionnez l’univers du clip par la créativité. Racontez des histoires (la Gaga de Téléphone, ça c’était bon), faites nous rire (la Gaga de Bad romance et ses seins en flammes, c’était pas mal aussi), mais par pitié arrêtez de jouer aux sexy ladies. On sait que le commerce du sexe fait vendre, mais tout de même ! Pour mémoire, cela fait vingt ans que Mariah Carey s’y essaie à grand renfort de Photoshop et nous on n’en peut plus !

 Le clip :ICI

 

 

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaires »

Avoir Mylène Farmer sur Europe1

Posté par francesca7 le 23 août 2012

 

les Confidences de Daniela Lumbroso (Animatrice)

Comment ça se passe pour avoir Mylène Farmer justement, est-ce que c’est de longues négociations avant, est-ce qu’elle a des exigences particulières ?

Ah c’est pas facile, oui, parce que c’est quelqu’un qui n’aime pas aller à la télévision, qui est extrêmement rare, qui a rempli déjà Bercy intégralement donc y’a absolument pas besoin de promo. Et donc c’est le producteur de l’émission Franck Sorin et le directeur artistique Anthony Souchet qui ont travaillé pendant de longues semaines pour qu’elle vienne dans l’émission. Mais je crois qu’elle a été très séduite aussi par le concept, parce que tous les chanteurs qui viennent sont assez bouleversés de chanter avec un orchestre symphonique, et c’est une vraie performance, et je crois que ça, ça les stimule beaucoup. 

Avoir Mylène Farmer sur Europe1 dans Mylène en CONFIDENCES 1999-Fabrice-Vallon-002b-199x300Et sur le plateau, comment ça s’est passé entre vous et elle, est-ce qu’elle a un comportement de star, c’est-à-dire est-ce qu’elle est dans son coin, elle ne parle à personne, ou elle est plutôt chaleureuse ?

Pas du tout, elle est très timide, elle n’a pas du tout un comportement de star, mais je pense qu’elle est assez peu sûre d’elle, et c’est étonnant parce que c’est une immense star. Mais je crois qu’elle a le sentiment qu’elle dit tout dans ses chansons, et que du coup elle n’a pas grand chose à rajouter sur un plateau télé. Donc c’est assez difficile pour elle, mais ça s’est très bien passé, elle est extrêmement gentille, chaleureuse, agréable, pas du tout du tout… star. 

On le sait, Madonna est ce soir à la Star Academy. Vous, vous l’aviez reçue, Madonna, dans votre émission…

Oui, Madonna c’était autre chose ! (rires) 

Voilà, c’est ce que j’allais dire en fait, c’est pas du tout pareil le comportement ! Madonna avait eu beaucoup d’exigences à l’époque…

Madonna, elle était venue avec vraiment un bataillon qui l’entourait, avec des vêtements à n’en plus finir, avec des gens pour la conseiller, enfin c’est… Elle avait fait fermer tous les retours sur les loges, pour pas qu’il risque d’y avoir de piratage, elle avait fait fermer le plateau… Enfin, c’était beaucoup plus compliqué avec Madonna ! Avec Mylène, elle a… Bon, effectivement une équipe autour d’elle, mais qui est beaucoup moins importante, et qui est pas pesante, en fait. On a l’impression que l’équipe de Madonna est davantage terrorisée, donc ils mettent plus de pression sur un plateau. Là franchement, avec Mylène Farmer, c’était assez… calme et agréable. 

Alors, donc on verra ça demain à 20H50 sur France 2 dans « Symphonic Show » qui s’annonce exceptionnel. 

 

Sur Europe 1 – du 11 Novembre 2005

Publié dans Mylène en CONFIDENCES | Pas de Commentaires »

JEROME DAHAN

Posté par francesca7 le 21 août 2011

JEROME DAHAN jerome-dahan-profile

Jérôme Dahan, est un auteur-compositeur français, né en 1962 et décédé le 11 octobre 2010. Il est le premier à avoir composé pour la chanteuse Mylène Farmer  au début de sa carrière avec Laurent Boutonnat.  

 

Interview du co-auteur de Maman à tort, parue le 4 février 1994.
issu du Magazine I.A.O Mylène Farmer 

 

 

enfants

 

 

QUESTIONS / REPONSES 

 

Jérôme Dahan

A l’époque de Mylène Farmer, j’étais très complice avec Laurent Boutonnat. (…) Je n’ai jamais travaillé avec des interprètes expérimentés. J’ai commencé avec Mylène qui débutait aussi. Ensuite je n’ai travaillé qu’avec des débutants, qui savaient que j’avais été dans l’aventure Farmer, et qui n’osaient rien apporter à mes chansons. Mon passé les impressionnait et ils me laissaient les diriger, avides de mes conseils. 

 

 

1150821104Parlons de Mylène. Quand l’as-tu rencontrée ?  

 

Au début des années 80. Je l’ai connu avant qu’elle ne rencontre Laurent Boutonnat. C’était une copine. Ensuite, j’ai rencontré Laurent Boutonnat dans une boite de production cinématographique où j’étais assistant-régisseur. Laurent est venu nous montrer un scénario car il voulait faire un film. On a sympathisé en deux jours, je lui ai dit que je faisais de la musique. Avec un troisième copain, on a monté une boite d’édition et on a présenté une chanson à Lio, qui lui a plu. Malheureusement, notre troisième associé voulant garder la totalité des droits éditoriaux, Lio n’a pas pu enregistrer la chanson. Avec Laurent, on travaillait tous les deux dans ma cave. J’avais quitté la boite de prod et, pour vivre, je touchais les assedics. Un jour, on a écrit ensemble une chanson qu’on a intitulé Maman a tort, on a tout de suite senti qu’on tenait un tube, mais il nous fallait quelqu’un pour la chanter. On a d’abord trouvé une jeune fille de quinze ans dont l’âge posait tellement de problèmes juridiques qu’on a du abandonner avec elle, alors qu’on avait déjà été en studio. Avec Laurent, on a décidé d’organiser un casting, comme des pros. Quelques jeunes filles sont venues auditionner, les copines des copines, accompagnées par les parents : c’était très folklo… 

  

Mylène y était ?  

Oui, mais on la connaissait déjà. C’était une copine depuis quelques temps. On a préféré travailler avec elle, surtout qu’ont avait rencontré personne d’extraordinaire dans les dix filles qui s’étaient présentées. 

  

 

Vous n’avez pas osé lui dire non ? Ou était-elle mieux que les autres ?  

 

Je ne veux pas dire de mal de Mylène. Honnêtement, elle correspondait à ce que Laurent et moi, nous recherchions. En plus, cela m’aurait blessé de lui dire non. Quand elle a su qu’on organisait le casting, elle était déjà sur les rangs. Pourtant, elle a été humble et discrète, ne cherchant pas à s’imposer à tout prix. 

  

Une fois « Maman a tort » terminé, comment avez-vous fait pour signer chez RCA ? 

Cela a été très difficile. Personne ne voulait de Mylène. On a fait un premier tour des maisons de disques et comme toutes les réponses étaient négatives, on a prétexté qu’on avait refait le mix pour retourner les voir. En fait, c’était faux. Ils nous ont reçu une deuxième fois, mais les réponses sont tombées à nouveau. Le « Non » était unanime. On s’est accrochés, on a repris le même stratagème du « On a refait le mix », pour obtenir un troisième rendez-vous. C’était cependant toujours la même cassette. Et là, s’est produit le miracle : un an après le début de nos démarches, François Dacla a décidé de nous signer chez RCA en licence (Mylène n’était pas une artiste maison). Nous étions soulagés, mais le disque est sorti tel quel timidement, avec un instrumental en face B, car nous n’avions pas de budget pour faire un autre titre. La promo RCA n’y croyait pas beaucoup, pour eux on était des OVNI, notre production n’étant pas dans l’esprit de l’époque. Chez RCA, Michel Elmosnino, qui avait paraphé le contrat, a cependant été très sympa avec nous. 

  

 

La galère était finie ?  

 

Non, pas du tout. Car une fois qu’on a fait la pochette, tout le monde chez RCA a oublié que le disque devait sortir. On a du donner une partie des éditions à Bertrand Lepage pour qu’il défende le titre auprès des médias, et une autre partie à l’éditeur Frédérick Leibovitz. C’est à la suite de cela qu’on a fait une deuxième pochette de « Maman a tort », un maxi, et la version anglaise, My mum is wrong, qui est une idée de Leibovitz. Si on s’était écoutés, avec Mylène et Laurent, on aurait fait des versions en toutes les langues, y compris en chinois. Le disque n’est malheureusement sorti qu’en France et au Canada, puisque j’ai une copie de ce dernier pays. 

  

 

Combien de temps Maman a tort a t’elle mit  pour exploser ?  

 

Le disque n’a jamais vraiment explosé. On a du faire, à terme, 100 000 exemplaires, ce qui, pour l’époque (NDLR : l’année 1983 est l’année où le nombre de 45 tours vendus en France a atteint son record historique), n’était pas terrible, comparé au million d’exemplaires atteint par les disques de Jeanne Mas ou d’Axel Bauer. On était cependant bien exposés. 

  

 

Le disque suivant On est tous des imbéciles était aussi le fruit d’une collaboration entre Laurent et toi ?  

 

Non. Pour le premier disque, j’avais fait les textes seul et on avait fait la musique ensemble. En revanche, pour le second, j’ai fait la face A, On est tous des imbéciles, et Laurent a signé la face B L’annonciation. On est tous des imbéciles, comme Maman a tort a d’ailleurs été écrite avant que Mylène ne soit sélectionnée pour chanter. En un mot, Mylène m’a chanté, mais je n’ai jamais écrit en fonction de sa personnalité. Quand j’ai fait On est tous des imbéciles, je me disais que l’interprète ce serait moi. Aujourd’hui, je referais volontiers cette chanson dans un disque ou sur scène. C’est une belle chanson. Quand j’ai fait mon show-case à Bercy, j’y ai pensé très fortement. Mais en 1984, ce disque de Mylène n’a pas du tout marché, je dirais même que ce fut un échec, puisqu’on en a vendu 40 000. Contrairement à Maman a tort, il n’y a même pas eu de clip, car c’était une époque où la télévision n’était pas d’accord avec les producteurs de disques pour les droits sur les diffusions. En revanche, on a fait pas mal de radios. Un jour, Laurent et moi avions accompagné Mylène à RMC. Dès notre arrivée, on a entendu « Tiens, voilà les Gentleman Farmer ! ». Je dois donner toujours une impression très british, car j’ai lu sur moi dans la presse, il y a quelques mois : « Dahan, le Dandy déliquescent ». C’est une belle image, mais je ne sais pas si c’est vraiment moi

  

 

L’échec de On est tous des imbéciles, c’est ce qui a causé la fin de ta collaboration avec Mylène ?  

 

Non. On avait un contrat pour deux simples chez RCA. C’est à ce moment là qu’Alain Lévy décide de créer Polygram nouvelle version. On l’a rencontré et on a signé Mylène chez Polydor pour plusieurs albums. C’est là que les problèmes relationnels ont commencé. Pour moi, je voyais plus Mylène comme une nouvelle Françoise Hardy que comme une Jeanne Mas puissance 10. Mais tout le monde, que ce soit Laurent ou les gens de Polydor ne voyaient qu’à travers Jeanne Mas. Elle était la référence suprême. Je n’étais pas d’accord, elle ne me fascinait qu’à moitié avec sa gestuelle, sa production, son look… J’ai donc repris mes chansons que Mylène s’apprêtait à enregistrer et je suis parti. 

  

 

En 1985 sort Plus grandir et en 1986 Libertine, tu n’étais plus là ?  

 

Non. Mais je dois avouer que Laurent et Mylène ont eu raison d’aller dans cette direction. Plus grandir n’a pas marché. En revanche, Libertine a été un gros succès. J’ai été content pour eux sans comprendre qu’un phénomène était en train de naître. Il m’a fallu des mois pour réaliser ce qui se passait. Je voyais des beaux clips, des images grandioses, mais pour moi qui connaissait la petite Mylène, fragile, sensible, ça ne sonnait pas, ça ne fonctionnait pas. Je ne me rendais pas compte qu’elle allait marquer aussi fort son époque. Aujourd’hui, quand je la vois, je ne juge plus, car je ne sais pas qui elle est devenue. Je ne peux plus savoir si l’image qu’elle donne est le reflet de ce qu’elle est ou pas. 

 

 

Ça rapporte beaucoup de droits d’auteur Mylène ?  

 

Les deux singles de l’époque m’ont rapporté peu de choses. En revanche, comme elle en chante les chansons sur scène, ils sont dans son « Live », qui lui s’est très bien vendu. Je n’ai pas vu le concert, mais la version de Maman a tort que j’entends dans le disque me plait beaucoup. Je trouve cela très bien fait et puis, pour moi, c’est une énorme émotion que de l’écouter, surtout qu’elle démarrait ses concerts avec cette chanson. 

 

C’est difficile d’écrire une chanson « historique » comme celle-là ?  

 

Je ne sais pas. Il y avait une espèce de grâce sur cette chanson. Il y avait quelque chose qui nous dépassait, je le sentais à l’époque. Je ne me disais pas « Je suis génial d’avoir écrit ça », mais « Ce truc là est génial », comme si ma main avait été guidée par une force supérieure. C’est très curieux. 

 

  

Depuis Mylène vous a t’elle aidé ? Renvoyé l’ascenseur ? 

 

Quelquefois. Je tombe souvent sur des articles où elle raconte son passé de façon honnête. D’autres fois, ses propos sont moins objectifs. Mais là, je me dis que ce sont peut-être les journalistes qui ont transformé ses propos. Comme j’en souffre beaucoup, je préfère cette solution. Je ne voudrais pas que mes propos soient déformés et que Mylène ou Laurent lisent des trucs horribles sur notre passé commun, qu’en plus, je n’aurais pas dit. 

  

 

Tu as des souvenirs sympas avec eux ? 

 

2338036563_small_1Des milliers. Je me souviens quand, avec Laurent, Mylène venait chez ma mère, qui avait un grand appartement. Il y avait une grande pièce avec un piano, et on y répétait la « mise en scène » des chansons. Mylène avait du mal à appréhender tout cela, et on devait, Laurent et moi, lui apprendre les chorégraphies. Mylène n’avait pas du tout de vision, de conscience de son corps. On se mettait tous à danser sur Maman a tort ou On est tous des imbéciles et ma mère nous regardait un peu amusée. Ça ne devait pas ressembler à quelque chose de très pro. C’était tellement sympa, tellement sincère que c’est peut-être aussi grâce à cela que ça a marché. La perfection est toujours la chose la plus redoutable. Aujourd’hui, quand je la vois danser, je suis très étonné. Je n’aurais jamais imaginé qu’elle puisse arriver au niveau où elle en est

 

 

  

Pas de regrets ? 

 

Quand on me dit aujourd’hui que j’ai raté l’occasion de ma vie, je ne sais que répondre. Qui aurait pensé qu’elle aurait cette carrière ? Depuis cette époque de ma vie, la plupart des gens que j’ai rencontrés ont été fascinés par ma collaboration avec Mylène. Bien sûr que je suis flatté d’avoir participé à cette réussite, mais maintenant je ne veux pas faire ma promo à travers Mylène, je veux surtout exister par moi-même. 

 

 

ON EN PARLE …. 

 

MUSIQUE – Jérôme DAHAN  était le parolier de Mylène Farmer à ses débuts… 

 

richedahanOn lui doit le premier tube de Mylène Farmer, «Maman a tort», en 1984. Jérôme Dahan, 48 ans, est mort le 11 octobre dernier, annonce lundi Charts in France. Il a succombé à «une longue maladie qu’il combattait depuis des années et a été enterré quatre jours plus tard dans l’intimité, en présence de sa famille et de ses amis les plus proches», rapporte le site dédié à la chanson française. L’annonce de sa mort a été officialisé par Hugues Royer, auteur d’une biographie sur la chanteuse, samedi. 

 

Jérôme Dahan avait ensuite signé les paroles et la musique de la chanson «On est tous des imbéciles», le premier échec commercial de Mylène Farmer. Cette collaboration sera la dernière. Jérôme Dahan prend ensuite ses distances avec le duo Mylène Farmer-Laurent Boutonnat à cause de désaccords sur la suite à donner à la carrière de la chanteuse. Celle-ci et son pygmalion s’étaient toutefois pressés au chevet de leur ancien parolier, en février 2009, lorsque Jérôme Dahan avait été hospitalisé. 

 

 

Jérôme Dahan s’est éteint le 11 octobre 2010. 

 

Pure People 

  a publié : Le Lundi 18 Octobre 2010 à 13:48 

 

« Jérôme Dahan est l’un des artisans qui ont révélé la plus mystérieuse des stars françaises : Mylène Farmer. En 1984, avec Laurent Boutonnat, Dahan lui écrit et compose son premier tube, Maman a tort, écoulé à 100 000 exemplaires. 

 

Charts in France vient d’annoncer le décès du musicien, survenu le 11 octobre dernier, à l’âge de 48 ans. Il a « succombé à une longue maladie qu’il combattait depuis des années et a été enterré quatre jours plus tard dans l’intimité, en présence de sa famille et de ses amis les plus proches. » L’annonce de ce décès a été officialisée par Hugues Royer, auteur d’une biographie de Mylène Farmer

 

On doit également à Jérôme Dahan le second single de Farmer, On est tous des imbéciles, un échec qui marque la fin de leur collaboration, peu avant l’ascension fulgurante de la star. Pourtant, en février 2009, la chanteuse s’est rendue à plusieurs reprises au chevet de Dahan suite à son hospitalisation. 

 

 

 

JeromeDahan

 

 

Publié dans | 1 Commentaire »

Maisons de disques pour Mylène

Posté par francesca7 le 15 août 2011

  

Maisons de disques pour Mylène dans Mylène 1982 - 1984 nonQuelques semaines plus tard, les maisons de disques les reçoivent une deuxième fois, mais les réponses tombent à nouveau. Non, non et encore non ! Jamais une réponse négative n’aura autant fait l’unanimité !

 

Découragée, Mylène commence à vouloir abandonner la partie. Elle sait qu’elle n’est pas une chanteuse traditionnelle avec une voix puissante et maîtrisée et, pourtant, elle se laisse convaincre par les garçons de s’accrocher à son nouveau rêve !

 

Finalement, le trio obtient un troisième rendez-vous avec toujours le même stratagème du « On a refait une version » avec la même cassette dans leurs proches. Et  là, bingo ! le miracle se produit le jour où François Dacla décide de les signer chez RCA. Le trio est soulagé et Mylène se félicite d’avoir suivi les conseils des garçons et d’avoir tenu bon !

 

Maman a tort sort timidement dans les bacs en mars 1984, avec un instrumental en face B, car l’équipe n’a pas vraiment le budget pour enregistrer un autre titre. Rien que la photographie de la pochette en noir et blanc u 45 tours laisse à deviner le peu de moyens de l’époque : Mylène en chemise de nuit posant l’air triste. 

 

 

Mylène comment alors ? Mylène…. Euh… Farmer… un nouvel ovni qui atterrit doucement sur le sol du royaume de la variété française. Un ovni et non une étoile filante, s’il vous plait !

 

115776285_small dans Mylène 1982 - 1984

Publié dans Mylène 1982 - 1984 | Pas de Commentaires »

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...