• Accueil
  • > Recherche : photo mylene farmer 2013

Résultats de votre recherche

Un casting prestigieux pour Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 25 septembre 2013


 

Un casting prestigieux pour Mylène Farmer dans Mylène 2013 - 2014 images-24Les costumes sont une nouvelle fois signés Jean Paul Gaultier. Six tenues de scène de couleurs blanche, rouge, puis noire, et une somptueuse robe constellée de centaines de strass Swarowski aux reflets orangés. Contrairement à une des nombreuses rumeurs qui ont couru ces jours derniers, Mylène n’apparaîtra pas en blond platine, elle conserve ses cheveux roux. John Nollet a créé une coiffure qui n’est pas sans rappeler « Libertine ». Yvan Cassar sera au clavier et signe la direction musicale du spectacle. Mylène est entourée de six danseurs français, les chorégraphies sont de Christophe Danchot, de Mylène Farmer et de Franck Desplanches pour la chanson « À l’ombre »… Six musiciens et deux choristes – dont Esther, soeur de la chanteuse Princess Erika – complètent l’équipe. Mark Fisher a conçu la scénographie. Cinq robots se promènent sur scène dans un décor hyper futuriste, des lasers, le spectacle est conçu comme un voyage intemporel. Olivier de Sagazan, concepteur du clip « À l’ombre », était également de la partie. 

Une set-list très étudiée

Mylène Farmer entre en scène avec « À force de… » (album Monkey Me), puis interprète « Comme j’ai mal » (album Anamorphosée), et enchaîne avec « C’est une belle journée », premier titre chorégraphié. De nombreuses surprises émaillent ce show de deux heures, rappels compris : un duo virtuel avec Moby, des titres comme « L’instant X » ou « Sans contrefaçon » se refont une beauté avec de nouvelles orchestrations. Et deux autres titres, dont « Les mots », sont interprétés en duo sur scène avec Gary Jules, un auteur-compositeur-interprète américain de haut niveau. Parmi les moments forts de la mise en scène, signalons l’envol de Mylène au-dessus des spectateurs, suscitant une immense clameur dans la salle. 

Au final, les 15 000 spectateurs de Bercy en 2013 sont sortis ébahis de ce premier rendez-vous de la tournée Timeless. « Ce concert est une tuerie », clamait l’un. « C’est fantastique », reconnaissait un autre, à peine le dernier rappel achevé à 23 h 5.

Un programme « hyper » collector

Il se présente comme une boîte à crayons Caran d’Ache d’autrefois en métal de couleur rouge et numérotée. À l’intérieur, un livre regroupe 23 portraits de Mylène Farmer signés Bettina Rheims. Des photos ultra glamour où la chevelure rousse de l’artiste est mise en valeur. C’est la première fois que Mylène pose pour cette photographe. Une partie de ces clichés sera publiée dans Paris Match la semaine prochaine.

Des records, encore des records

La tournée Timeless 2013 s’arrête pour 10 soirs à Bercy. Les 156 000 places ont été vendues en quelques heures. L’ensemble des 39 dates (France, Belgique, Suisse, Biélorussie et Russie) attirera 450 000 spectateurs. Une fois encore, Mylène Farmer, Laurent Boutonnat et Thierry Suc n’ont pas lésiné sur la mise en scène, le son et les lumières. Cent trente personnes travaillent depuis de longues semaines sur le show, et vingt-quatre semi-remorques sillonneront la France pour transporter infrastructures, éléments de décor et costumes.

Une entrée spectaculaire

Lorsque les lumières s’éteignent, un mur d’images donne l’impression aux spectateurs de pénétrer dans un gigantesque vaisseau spatial. On est comme happé dans un dédale de couloirs et de boyaux. Quelques minutes encore, puis la musique et les lumières se réveillent. Au loin, on aperçoit un oeil, il grandit puis s’ouvre. Mylène trône dans son centre, tel James Bond dans ses génériques. On découvre alors la chanteuse en haut d’un grand escalier. Elle descend quelques marches, le spectacle commence..

Publié dans Mylène 2013 - 2014 | Pas de Commentaires »

La ballade « Quand » par Mylène Déc. 2012

Posté par francesca7 le 19 septembre 2013


 La ballade « Quand » par Mylène Déc. 2012 dans Mylène et mes BLABLAS photo_1323450810

Mylène Farmer a dévoilé ce soir, en avant-première, une minute du clip de son nouveau single « A l’ombre », après le JT de 20 heures de Claire Chazal, auquel elle participera demain dimanche 2 décembre. Une minute pour créer l’évènement et toucher un maximum de téléspectateurs puisque c’est l’émission « Danse avec les stars » qui est diffusée ce soir sur TF1 et qui réunit chaque semaine plus de 5 millions de Français. C’est Laurent Boutonnat qui est aux commandes de cette nouvelle vidéo. A l’exception du clip du single « Du temps » l’an dernier, il n’avait pas réalisé de clip pour Mylène Farmer depuis « Beyond My Control » en 1992. Cette vidéo est inspirée par le travail de l’artiste français Olivier de Sagazan, pas si éloigné de celui de la chanteuse, et qui associe la peinture et la sculpture, pour un résultat dérangeant pour certains (Le Point.fr).

L’album « Monkey Me », qui compte douze titres dont la ballade « Quand », dévoilée sur le site de TF1 la semaine dernière, met en avant la voix de la chanteuse. Il ne compte que deux ballades et davantage de titres midtempo dont les mélodies sont une nouvelle fois imparables. On imagine déjà certains titres sur scène et ça tombe bien : parallèlement à la sortie de son nouvel opus, Mylène Farmer a annoncé son retour sur scène l’an prochain. Le « Timeless Tour », dont 160.000 places ont trouvé preneur en l’espace de 6 heures le 4 octobre - un record -, débutera le 7 septembre 2013 au Palais Omnisports de Paris-Bercy. 

Huit concerts y sont organisés, et il ne reste que quelques places. L’interprète de « California » sillonnera ensuite l’Hexagone en passant par les plus grandes salles pendant trois mois, à Nantes notamment, où le Zénith affiche sold out pour quatre soirs. Mylène Farmer s’envolera ensuite pour la Russie, la Belgique et la Suisse. Dans une interview accordée à TV Magazine, l’artiste a déclaré qu’elle aimerait transporter son prochain show au Canada, d’où elle est originaire.

 

Parution dans http://www.chartsinfrance.net/

 

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaires »

marée humaine au spectacle de Mylène

Posté par francesca7 le 17 septembre 2013

marée humaine au spectacle de Mylène dans Mylène 2013 - 2014 telechargement-2À 20h20, le 8 septembre 2013, les murs de Bercy se mettent à trembler, le son explose. Des longs faisceaux blancs jaillissent et font scintiller les nuages de vapeur d’eau qui flottent au dessus des gradins. Il fait déjà chaud. Mylène Farmer fera son apparition à 20h50 mais les fans sont déjà déchaînés: pour chauffer la salle, la sono ne diffuse que du Mylène. Certains ont passé la nuit dehors, sous une tente, pour être sûr de se retrouver au premier rang. Les bras en l’air, ils forment une impressionnante marée humaine.

Isabelle Boulay, l’autre rousse de la chanson, prend place au premier rang des gradins réservés aux VIP. Portables à la main, la foule prend des photos en hurlant «Isabelle!» puis «Juuuuuulien!» quand Julien Doré en blouson noir gagne sa place. Il est accompagné d’Olivier Kahn, l’agent qui monte dans le cinéma (Louise Bourgoin, Joey Starr, Mathilde Seigner…). Badge backstage en sautoir sur son costume sombre, John Nollet, coiffeur de Vanessa Paradis, de Monica Belluci et, bien sûr, de Mylène Farmer grimpe quatre à quatre les gradins VIP. Ses cheveux sont tortillés au sommet du crâne. «Vous avez la même coiffure», glisse-t-on à Julien Doré que la remarque amuse beaucoup. À 20h50 précises, Bercy est plongé dans le noir. La clameur monte de la fosse. Un beau ciel étoilé apparaît au plafond. Des faisceaux blancs et bleu fendent l’obscurité et électrisent la foule.

La danseuse étoile Marie-Agnès Gillot devise avec Thierry Messonnier, en charge du protocole à l’Opéra de Paris. Venu en chapeau, ce dandy a eu droit à une inspection en règle de la sécurité: «C’est la première fois qu’un vigile demande à voir l’intérieur de mon couvre-chef», s’amuse-t-il. Derrière lui, Caroline Loeb, qui chantait C’est la ouate en 1986, picore du pop corn. François Ozon, le réalisateur de Jeune & jolie, et Mathieu Gallet, président de l’INA, se faufilent au bar. Jérôme Béglé, journaliste au Point et grand ami de Mylène Farmer, confie: «Son producteur Thierry Suc met tous les soirs 350 places en vente pour casser le marché noir.»

 

Publié dans Mylène 2013 - 2014 | Pas de Commentaires »

Le mystère -biographie de Mylène

Posté par francesca7 le 30 août 2013

interview presse Mathias Goudeau (Écrivain)
Auteur d’une biographie Le mystère – Biographie de Mathias Goudeau Date de parution: 13 août 2003

Le mystère -biographie de Mylène dans Mylène dans la PRESSE images-32

Rencontre avec l’auteur de l’abécédaire « Mylène Farmer, le mystère ».

Qui a eu l’idée de faire ce bouquin : toi ou l’éditeur ?
Les deux. Lui voulait lancer cette collection, Portrait (ndlr : dont ce livre est le premier, d’autres suivront par la suite). Moi, de mon côté, je m’intéresse à la chanson française, donc j’avais forcément envie d’écrire sur Mylène Farmer. Je ne suis pas fan, mais c’est un objet de curiosité.

Tu n’es pas fan ?
Non. J’aime bien. J’ai quelques disques à la maison. Mais je suis plus Souchon, Goldman, Cabrel, Renaud, les Beatles…

Pourquoi sortir un livre maintenant alors que Mylène n’est pas dans l’actualité ?
Elle n’y est pas mais y est toujours. Tu es mieux placé que moi pour le savoir (rires).

J’imagine que tu étais au courant que beaucoup d’autres bouquins lui étaient consacrés ces derniers temps. Pourquoi avoir maintenu le tien ?
Quand le projet s’est mis en route, en janvier, aucun bouquin n’était sorti.

Comment expliques-tu que tant de livres sur Mylène sortent cette année alors qu’il n’en sortait jamais avant ?
Je ne sais pas. En tout cas, dire que ce sont des coups d’éditeurs qui savent que ça va se vendre parce qu’il y a des fans, ça me paraît un peu facile : ça fait déjà pas mal d’années que le phénomène des fans de Mylène Farmer existe. Je pense que c’est plus une sortie de dynamique. Un peu comme les chansons : il suffit qu’un nouveau son arrive et d’autres s’engouffrent dans la brèche.

Pourquoi avoir fait le choix d’un dessin en couverture ?
D’abord, je dois dire que ce n’est pas de mon fait. C’est le travail de l’éditeur. Je crois que c’est une identité visuelle qu’il souhaite donner à sa nouvelle collection. Pour les petits Music Books, ce sont des caricatures. Pour la collection Portrait, ce sont des dessins plus adultes. J’aime beaucoup cette couverture.

Et le choix de ne pas mettre de photos à l’intérieur ?
Je crois qu’il est très difficile d’obtenir des photos de Mylène, je ne t’apprends rien. Et puis, c’est surtout un livre d’information. Il s’agissait pour moi de démêler le faux du vrai dans le flot de rumeurs qui courent autour de Mylène Farmer. Un vrai travail de fourmi. Information, précision, vérification. Tout simplement un travail de journaliste.

Quelle a été ta méthode de travail ?
Comme pour tous les abécédaires que j’ai pu faire, le truc c’était de se mettre plein de Mylène Farmer dans la tête : musique, clips, infos… Et de classer tout ça. Le but était d’être le plus lisible possible à l’arrivée et de permettre la lecture-zapping. Ces livres-là sont faits pour les fans et pour les novices.

Tu t’es octroyé la collaboration de Jérémy Courtytera. Quelle a été sa contribution au livre ?
Les compléments d’information. Tous les petits plus et les précisions sur les faits concrets, c’est lui. De même qu’un point de vue général, une relecture. Pour ce qui est des nouvelles infos, c’est moi.

Parlons-en. En lisant ton livre, j’ai appris quelques petites choses. En particulier l’existence d’une publicité pour le loto que Mylène a tournée à son époque mannequin et dont j’ignorais l’existence. Je n’en dirais pas plus pour ne pas gâcher l’effet de surprises à tes futurs lecteurs. J’aimerais juste savoir si l’on a une chance de la voir un jour dans « Plus vite que la musique » (où l’on a déjà pu découvrir celle de la Caisse d’Épargne) ?
Je ne pense pas.

Pourquoi ?
(Silence). Je ne sais pas si on peut la récupérer.

Puisqu’on parle de « Plus vite que la musique », est-ce qu’un nouveau numéro spécial Mylène est prévu ?
Pas pour l’instant.

Est-ce que les deux précédentes spéciales que vous lui avez consacrées ont obtenu de bonnes audiences par rapport à la moyenne de l’émission ?
Oui, même si la dernière (ndlr : diffusée en février 2003) n’a pas réalisé les scores escomptés.

Vous aviez pourtant retrouvé des gens qui l’ont côtoyée de près, en particulier son premier attaché de presse. Est-il difficile d’obtenir des interviews de l’entourage de Mylène ?
C’est plus facile avec ceux qui ne travaillent plus avec elle. Mais c’est la même chose pour la plupart des artistes. Le plus difficile avec Mylène, c’est d’avoir une interview d’elle, contrairement à Marc Lavoine ou Pascal Obispo. De ce fait, on est obligé d’aller chercher des gens qui l’ont connue.

Est-elle au courant de la sortie de ton livre ?
Oui. Je vais lui envoyer avec un petit mot. Je n’ai pas encore eu le temps de le faire.

Au fil des pages, tu reviens très souvent sur l’échec de « Giorgino ». Pourquoi ?
L’abécédaire est forcément une source de redondances car il faut que le lecteur puisse prendre le livre à n’importe quelle page et comprendre parfaitement les tenants et les aboutissants de ce dont on parle. Pour ce qui est de l’échec de « Giorgino », il revient régulièrement parce qu’il y a clairement un avant et un après « Giorgino » dans la carrière de Mylène Farmer.

Que retiens-tu de Mylène Farmer après avoir écrit ce livre ?
Tout ce que j’ai appris et retenu du personnage est dans les premières pages du livre, avant l’abécédaire. J’y donne mon avis sur l’artiste et le phénomène. Ce sont les pages que j’ai écrites en dernier. J’ai un grand respect pour les gens professionnels. Le moins que l’on puisse dire sur Mylène Farmer et Laurent Boutonnat, qu’on les aime ou qu’on ne les aime pas, c’est que quand ils font un truc, ils y vont à fond. Quand on connaît mal Mytlène Farmer, on peut penser que c’est du glauque, de l’ésotérique et qu’elle n’est adulée que par des barjos. Je sais que c’est un peu provocateur de dire ça ici (rires). Quand tu te plonges dedans, tu vois que c’est une grande pro. Mylène sait s’entourer de gens compétents et apprendre à leur contact. Avec Laurent, elle forme un vrai couple de créateurs.

Que penses-tu du phénomène ?
Je suis étonné par ce mouvement de fans. C’est exceptionnel en France, et dans le monde. Les stars qui suscitent un tel engouement se comptent sur les doigts d’une main. C’est quelque chose que j’ai du ma à expliquer. J’ai du mal à comprendre comment on peut dépenser un RMI ou s’endetter pour s’offrir un objet qui, au final, reste un objet. C’est passionnel, irraisonnable donc je ne juge pas. Mais la fascination que Mylène exerce sur tant de gens reste un véritable mystère.

Justement, ton livre s’intitule « Mylène Farmer, le mystère ». Penses-tu l’avoir percé à jour ?
Je pense oui. Le but était d’essayer de comprendre le phénomène Mylène Farmer – son succès, sa longévité, ses fans. Je pense y être parvenu.

Mylène Farmer Magazine paru en 2003

Publié dans Mylène dans la PRESSE, Mylène et BIOGRAPHIES, Mylène et L'ENTOURAGE, Mylène et les AUTEURS | Pas de Commentaires »

Fermeture d’un site

Posté par francesca7 le 25 août 2013

Fermeture d'un site  dans Mylène 2013 - 2014 mimi

Comme beaucoup de divas de la pop, Mylène Farmer suscite une véritable admiration de la part de ses fans. Pour preuve, les nombreux sites internet à sa gloire, celui-ci y compris, mais notamment l’un des plus importants :  mylene.net. qui m’avais fait des misères d’ailleurs, enfin bref ! Il était en ligne depuis 14 ans, comptait 50.000 inscrits et avait été visité 10 millions de fois en 2012.

Mais voilà, Mylène Farmer et Polydor ne semblent pas aimer la publicité gratuite et encore moins les sites de ce genre. C’est un coup de massue qui vient de tomber aujourd’hui : Menaces à répétition – Le site Mylène.net est dans l’obligation de fermer ses portes suite « à des menaces répétées de Polydor et des avocats de Mylène Farmer ».

Bizarre bizarre, j’ai une drôle d’impression là tout de suite en lisant cela, car sur ce blog ici présent, justement c’est le site mylene.net qui m’avait fait des misères pour que je ferme mon blog… ayant soit disant des photos exclusives (que l’on trouve dans tous les magazines). La justice divine y serait-elle pour quelque chose !!! eh bien moi j’y crois !

Mais tout cela est fini. Le site a dû fermer sous la pression de la chanteuse et de sa maison de disques Polydor.

Explication du site en question sur sa page d’accueil : « Nous devons suspendre définitivement notre site suite à des menaces répétées de Polydor et des avocats de Mylène Farmer ». D’après ce texte, les créateurs se voyaient demander d’importantes sommes d’argent pour continuer à exploiter leur site.

Je vous remercie de me suivre sur mon blog, souhaitant sincèrement rester l’une de ses Fans Spiritualiste, jusqu’au bout.

 

PS : le 20/08/13 par angie dans Commentaire :
ce n’est pas « l’agence de Mylène Farmer » qui  fermé ce site, merci de ne pas répendre des rumeurs comme celle-ci: MF s’en fout de ce site, elle est à l’aube  d’une grande tournée donc j’imagine que cette histoire est la dernière de ses préoccupations…et ce site mylenenet encore +!!!

 

vous aviez raison angie; message du 30/8/2013 sur mylènenet :  Réouverture du site Mylène.Net aujourd’hui avec une nouvelle équipe. Des explications détaillées vous seront données.

En attendant, écoutez et téléchargez le remix inédit de Monkey Me déjà dispo sur iTunes et calibré pour les radios :
https://itunes.apple.com/fr/album/monkey-me-remix-single/id694603243

amour-coeur-00011 dans Mylène dans la PRESSE

 

fleche-a-droite dans Mylène et des CRITIQUES MISE A JOUR EN DATE DU 12/10/2013

 Il semblerait bien que j’ai enfin trouvé ma réponse à cette grande magouille qu’aurait créé une fois de plus le site mylène . net : voici leurs pratiques en détails ici :  

  »ils n’en seraient pas à leur premier coup d’essai pour attirer l’attention  ! »

 et le pire, c’est que ça marche hihi !

http://www.lephare-ouest.fr/culture/musique/mylene-farmer-et-polydor-naiment-pas-la-publicite-gratuite/3210

 

 

MERCI DE VOTRE PRESENCE et à ceux qui m’ont soutenue également sur mon forum : http://devantsoi.forumgratuit.org/f61-mylene-farmer !

Publié dans Mylène 2013 - 2014, Mylène dans la PRESSE, Mylène et des CRITIQUES, Mylène et L'ENTOURAGE, Mylène et mes BLABLAS, Mylène et SYMBOLISME | 4 Commentaires »

PRESSE de Têtu…. avec Mylène

Posté par francesca7 le 24 août 2013


PRESSE de Têtu…. avec Mylène dans Mylène dans la PRESSE images-12Le premier numéro du magazine paraît en juillet 1995.

Pour la première fois, un magazine homosexuel obtient dans ses pages des budgets annonceurs généralistes : couturiers, stylistes, opérateurs de téléphone, fournisseurs d’accès à Internet, parfumeurs, marques d’eau minérale, etc. Le journal est d’ailleurs financé par Pierre Bergé, cofondateur du groupe Yves Saint Laurent, qui revendique une action militante. À son apparition, il a pris le relais du magazine Gai Pied, disparu à l’automne 1992 (1979-1992).

Depuis son numéro 142 (mars 2009), il se décompose entre un magazine principal, axé sur la culture, la mode, le people, les voyages, le lifestyle, la psycho, et un deuxième magazine plus petit, inséré à l’intérieur et intitulé Têtu News, centré sur l’actualité LGBT (lesbienne, gay, bi et trans) en France et dans le monde et sur les associations LGBT françaises.

Chaque numéro comprend une rubrique sur le sida coordonnée jusqu’en mai 2007 par Christophe Martet, qui était aussi rédacteur en chef du guide gratuit Têtu+ d’information sur le VIH, diffusé tous les deux ans à 200 000 exemplaires. Ces pages sont désormais incluses dans Têtu News et coordonnées par Luc Biecq.

Certaines personnalités choisissent Têtu pour faire leur coming-out, tandis que certains hommes politiques y acceptent les interviews pour montrer leur ouverture d’esprit ou leur solidarité avec la communauté homosexuelle (notamment dans la lutte contre les discriminations et pour l’égalité des droits). Une nouvelle formule paraît en mars 2009 : le magazine s’ouvre alors sur une grande interview d’une personnalité comme Pedro Almodovar, Ewan McGregor, Catherine Deneuve, Florence Foresti, Stéphanie de Monaco, Jean-Paul Gaultier, David Ginola, Nikos Aliagas, Beth Ditto, Adil Rami, Ali Baddou, Laurent Ruquier, Antonio Banderas, etc..

Thomas Doustaly, a été son rédacteur en chef, puis son directeur de la rédaction pendant plus de dix ans. En juillet 2007, Têtu subit une crise interne avec le licenciement de plusieurs membres de la rédaction, la presse s’en est fait écho, dont le site Rue89. Finalement, Thomas Doustaly quitte ses fonctions en mars 2008.

Le 1er juillet 2008, Pierre Bergé nomme Gilles Wullus rédacteur en chef de Têtu, puis directeur de la rédaction à partir de novembre 2009. Gilles Wullus fut, jusqu’en 2007, le rédacteur en chef Édition du quotidien Libération. Dans un contexte de crise de la presse depuis l’automne 2008, il parvient à contenir l’érosion des ventes dans les limites de celle du marché des magazines (Source OJD )

 Après le recrutement d’un nouveau directeur artistique, Nicolas Valoteau, en août 2010, et d’un nouveau directeur délégué, Jean-Marc Gauthier, venu du groupe Lagardère, le magazine paraît sous une nouvelle formule à partir du 21 septembre 2011, entièrement re-designée, enrichie de nouvelle rubriques (sport, cuisine, auto, sexo, 15-20 ans, déco), et qui voit l’arrivée de nouveaux chroniqueurs, les écrivains Philippe Besson, par ailleurs animateur de l’émission Paris Dernière, et Abdellah Taïa, prix de Flore 2010 .

 Depuis février 2009, Têtu est également décliné en deux sites internet, l’un à destination des gays, têtu.com, l’autre à destination des lesbiennes, têtue.com. Ces sites sont également les hôtes de la radio numérique Têtu Radio, développée par le groupe Goom Radio. Le site a été meilleur site de magazine pour l’année 2010 par le Syndicat de la presse magazine (source: http://www.spmi.info/). Les deux sites sont rapidement devenus le principal portail d’information en France à destination des gays et des lesbiennes. Sur Facebook, le site se classe premier parmi les magazines masculins en termes de nombre de fans (source: http://www.rue89.com/presse-sans-presses/2011/08/17/reseaux-sociaux-le-monde-est-champion-france-24-cartonne-218204).

Une des rares fois où Mylène Farmer évoque son statut d’icone gay, de plus les clichés du photographe la font apparaître plus garçon manqué que jamais.

  • Styx magazine : Spécial Mylène Farmer « Tour 2009″ de avril 2010
  • Styx magazine : Spécial Mylène Farmer « L’Autre… » de mars 2011
  • Styx magazine : Spécial Mylène Farmer « Cendres de lune / Ainsi soit je… / En concert » de août 2011

 

Article Wikipédia.

 

Publié dans Mylène dans la PRESSE | Pas de Commentaires »

Mylène se lance seule dans la commercialisation

Posté par francesca7 le 9 août 2013


Mylène se lance seule dans la commercialisation dans Mylène AU FIL DES MOTS fanelodieonlygirl4-222x300L’événement fait sensation parmi les admirateurs de Mylène ! Pour la première fois, la chanteuse commercialise un album sans aucune collaboration avec son binôme historique, Laurent Boutonnat. Un résultat étonnant, en partenariat avec Moby, RedOne et Archive.

C’est le 27 septembre 2010 qu’un communiqué officiel de Polydor annonce le scoop : la chanteuse va sortir un nouveau single (en téléchargement légal à compter du 11 octobre et en support physique le 29 novembre, mais en diffusion radio dès le 29 septembre). OUI  mais… NON, écrit par Mylène et composé et produit par RedOne.

Le 21 octobre 2010, un autre communiqué dévoile le titre de l’album, Bleu Noir, et la participation à la production et à la composition de RedOne donc, mais aussi de Moby et d’Archive. Mylène écrit les textes de onze chansons sur douze (le titre en anglais Inseparables est l’œuvre entière de Moby). Exit Laurent Boutonnat pour cet album très électro-dance ! Le nouvel opus de Mylène sera finalement disponible en téléchargement légal le 29 novembre et en support physique le 6 décembre… Mais les admirateurs ne sont pas au bout de leur surprise, puisque l’équipe Farmer décide de créer un site éphémère (et officiel, ce qui avait été le cas pour Point de suture et le « Tour 2009 », mais dans une moindre mesure), mylenefarmer-bleunoir.com  ,  qui ouvre le 4 novembre. De quoi patienter jusqu’au 29.

Ici l’équipe se livre à un teasing insoutenable ! En effet, plus les gens se connectent sur le site, plus sont révélées d’informations sur l’album. Autant dire que certains admirateurs passeront leurs journées à actualiser l’adresse pour faire monter le nombre de pages vues… Et ça marche !

Le jour de l’ouverture, le site présente un remix inédit de Oui mais .. non, celui de Jeremy Hills (en version Edit), puis dans la même journée, c’est le visuel de l’album qui est dévoilé. Sur fond bleu-noir, une photo de Nathalie Delépine occupe le centre de la pochette ; on y voit la tête de Mylène, floue, devant un miroir de salle de pains constellé de gouttes d’eau, les yeux baissés et les bras relevés sur ses cheveux. Le lendemain, les admirateurs ont droit à un extrait de 30 » » de la chanson Leila. *

Le 7 novembre, l’équipe diffuse la première partie du track-linsting, le 8 novembre un nouveau remix de Oui mais… non, celui de la ChewFu, le 9 novembre les paroles manuscrites du titre M’effondre, le 10 novembre la seconde partie du track-listing, ainsi qu’Inséparables, version française du titre précédent). Le compte à rebours ne s’arrête pas là : les 11 et 12 novembre sont diffusées sur le site deux photos du clip Oui mais… Non, le 16 novembre le clip intégral, le 19 novembre un extrait de la chanson Toi l’amour et le 22 novembre le clip Leila. Le site a alors vécu : l’album sort en téléchargement le 29 novembre. Cette opération de communication d’envergure (pour Mylène…) s’accompagne de plusieurs interviews, notamment le 2 décembre pour Paris Match, qui accord pour la première fois sa une à la chanteuse. Notons que Mylène défendra particulièrement cet album, même si elle n’en chantera qu’un titre à la  télévision, Oui mais … non, lors des NRH Music Awards le 22 janvier  2011.

Publié dans Mylène AU FIL DES MOTS | Pas de Commentaires »

D’entre les Morts de MYLENE

Posté par francesca7 le 9 août 2013

 

D’entre les Morts de MYLENE dans Mylène AU FIL DES MOTS images-1

Ce spectacle N° 5 ON TOUR est certainement l’un des plus attendus de Mylène : d’abord parce que pour la première fois elle s’offre le Stade de France (deux soirs de suite), ensuite parce que la chanteuse n’a pas fait de tournée depuis neuf ans. L’événement est donc d’importance pour ses admirateurs de province et de l’étranger, qui découvrent dans un premier temps, une affiche très particulière annonçant le spectacle ; on y voit Mylène étalée sur le sol, jambes ouvertes et regard hagard, comme si elle venait de se jeter d’un toit.

Une photo choc pour un spectacle qui ne l’est pas moins, avec Mylène et Laurent Boutonnat à la conception et à la direction artistique, Yvan Cassar à la direction musicale, Alain Escalle pour les images de scène et Thierry Suc à la production. Le spectacle au Stade de France étant sold out en quelques heures, les moyens sont de mise. C’est toujours Mark Fisher qui réalise les décors. Les spectateurs découvrent d’abor un écran géant avec en son centre, une tête de mort (cet accessoire est réservé aux stades ; pour les spectacles en salles, des projecteurs orange sont dirigés vers le public).

La scène, gigantesque bénéficie d’une avancée sur la moitié de la pelouse du stade et se termine en étoile à cinq branches. La tête de mort sur l’écran laisse bientôt sa place à l’œil de Mylène, qui s ’ouvre et referme sur la musique de l’introduction, D’entre les morts

Image de prévisualisation YouTube

Suivant les lieux où elle se trouve et la dimension de la salle, Mylène module son track-linsting. Pour ce qui est des salles en France, type Zénith, elle propose des chansons issues de l’album Point de Suture et ses tubes extraits d’anciens albums… reste A quoi je sers… « orpheline » d’album original, et les instrumentaux D’entre les Morts pour l’introduction et l’Interlude Avant que l’ombre… entre Ainsi soit- je.. et Libertine. Pour ce qui est des spectacles russes, Mylène oublie A quoi je sers… et d’autres chansons. A Saint Pétersbourg, elle chantera également Je t’aime mélancolie. Quant au Stade de France, elle y laisse de côté A quoi je sers… je te rends ton amour et Si j’avais au moins. Elle ajoute en revanche California, Laisse le vent emporter tout, l’Instant X et Fuck Them All.

C’est le track-linsting de la tournée qui sera gravé sur disque, tandis que celui du Stde de France servira pour la captation (DVD et Bly-ray Mylène Farmer Stade de France, respectivement Polydor 532 543-5 et Polydor 532 543-8). A noter que trois titres ajoutés au Stade de France se retrouvent sur un CD dans le coffret collector du DVD Mylène Farmer Stade de France (Polydor 532 543-1) et uniquement, tandis que Laisse le vent emporter tout ne fait l’objet d’aucune version audio gravée sur CD… Pour finir, dans le DVD, filmé par François Hanss, on peut entendre le pianiste Yvan Cassar jouer quelques notes de joyeux anniversaire, entre Rêver et Laisse le vent emporter tout. Normal ; le spectacle a eu lieu et a été filmé le 12 Septembre 2009, jour des 48 ans de Mylène !

issu du livre de Benoît CACHIN sorti en octobre 2012. Aux éditions Gründ. Page 196

 

 

Publié dans Mylène AU FIL DES MOTS | Pas de Commentaires »

Bruno Aveillan et Mylène farmer

Posté par francesca7 le 5 août 2013

 

Diplômé de l’École supérieure des Beaux-Arts de Toulouse, Bruno Aveillan rejoint la société de production QUAD en tant que réalisateur. Il a notamment réalisé de nombreux films publicitaires pour des marques telles que Cartier, Orange, Perrier, Louis Vuitton, Audi, Nike, Paco Rabanne, Quézac, Lanvin, Nissan, Christian Lacroix, Rochas, Lexus, Chanel, Time Warner, Lacoste, Miller,Nintendo1, Gaz de France, Toyota, BMW, etc.

Bruno Aveillan et Mylène farmer dans Mylène en DUOS 936456_10151758601994108_1296927804_n-300x225

Une des premières réalisation de Bruno Aveillan fut le spot Perrier La Foule mettant en scène une pléiade de personnages colorés sortant de leur affiche respective. Outre une avalanche de prix internationaux, le film fut élu « Film préféré des Français » suite à un sondage IPSOS/Stratégie.

En 1999, succédant aux réalisateurs Lars von Trier et Roland Joffé, Bruno Aveillan réalise un nouvel épisode de la saga publicitaire CNP. Il fut également le metteur en scène du film pour le lancement du parfum Oxygène de Lanvin. Considéré comme l’un des plus beaux films de parfum jamais réalisé, il met en scène, pour la première fois à l’écran, Gisèle Bündchen. Il a également filmé un grand nombre de célébrités parmi lesquelles on peut citer : Monica Bellucci, Claudia Schiffer, Amy Smart, Mélanie Thierry, Olga Sherer, Shalom Harlow, Sharon Stone, Milla Jovovich, Jessica Stam, Inna Zobova, Morgane Dubled, Virginie Ledoyen, Mylène Farmer, Daiane Conterato, Vlada Roslyakova, Elsa Benitez, Julia Stegner, Rachel Weisz, Freida Pinto, Leila Bekhti, etc.

Il a ensuite réalisé le film Anthem pour la marque Infiniti qui fut présenté en avant-première lors de la cérémonie des oscars 2002. La même année, il signe un des quatre films de lancement de la marque Orange, aux côtés des réalisateurs Martin Scorsece et Oliver Stone. Il a également travaillé avec le Land artiste Nils Udo pour concevoir l’univers visuel du Parfum Mahora de Guerlain. On peut également citer le film Magnum 5 senses, réalisé avec une approche expérimentale, proche de l’art vidéo.

En 2008, l’entreprise Louis Vuitton fait appel à Bruno Aveillan pour réaliser le premier film publicitaire de son histoire, intitulé Where will life take you. D’un format de 90 secondes et traduit en 14 langues, ce film a remporté de nombreux prix dont un Gold Clio Award, un Gold Award aux London International Awards, un Epica Award, un Cristal. La musique de ce film est signée Gustavo Santaolalla.

En 2010, il réalise une campagne mondiale pour Shangri-La, dont il signe les films et les photos, qui raconte l’histoire d’un homme sauvé par des loups. Plébiscitée par le public et les médias, La campagne a reçu de nombreuses distinctions dont Adfest, Spike Awards, ADstars, et un Lion.

En 2011, Swarovski propose à Bruno Aveillan une collaboration artistique par le biais de la réalisation d’un film court, symbolisant l’héritage de la marque. Le film a été présentée en avant première à Time Square et au Rockfeller Center à New York, au début de l’année 2011.

En 2012, Bruno Aveillan réalise le film L’Odyssée pour Cartier. D’une durée exceptionnelle de trois minutes trente, ce film illustre les grands moments de l’histoire de la marque en mettant en scène le voyage surréaliste d’une panthère, animal symbole de Cartier. Après avoir été présenté en avant première au MOMA de New York et au Grand Palais à Paris12. En trois mois, il a été vu par plus de 160 millions de spectateurs dans le monde

Bruno Aveillan soutient également l’action d’ONG telles que Reporters sans frontières ou la Banque alimentaire pour lesquelles il a réalisé plusieurs films.

Bruno Aveillan (Toulouse, 24 février 1968) est un réalisateur, un photographe et un artiste multimédia français.

Il réalisa The Farmer Project : un court-métrage de plus de 15’ générique compris, pour Mylène Farmer et réunissant les clips de la belle : Dégénération et Si j’avais au moins

Ce clip The Farmer Project sera diffusé pour la première fois sur M6 le 17 Janvier 2009 (une semaine plus tôt sur le Net). Chronologiquement, Universal choisit de découper ce court-métrage en deux et d’en taire l’existence. La partie Dégénération (le début) est ainsi diffusée telle quelle le 10 juillet 2008, sans que personne ne se doute qu ‘il y aura une suite (tournée en même temps) en janvier…. Il s’agira donc du clip de Si j’avais au moins   …., les deux s’enchaînant parfaite pour former un tout, le Farmer Project

Sa Dernière réalisation pour : Orange « The Little Finger »

 

Image de prévisualisation YouTube

Dans sa démarche de plasticien, Bruno Aveillan entend s’éloigner d’une représentation illusoirement réaliste pour privilégier une approche plus impressionniste, fragmentaire et certainement poétique. « Mon travail touche à l’intime, parfois aux frontières de l’abstraction. C’est un panorama mental qui ouvre plus qu’il ne ferme, déploie l’imaginaire du spectateur. » confie l’artiste. Dans un interview récent, il précise au journaliste Stephen Whelan : “Il s‘agit pour moi de proposer des espaces d’incertitudes qui offrent à l’esprit la possibilité de se réapproprier l’instant, à la manière d’un carnet de voyage intuitif et sensoriel. ». La journaliste et critique Zoé Balthus souligne également le “talent affirmé, à l’imagination vive et puissante  de Bruno Aveillan (…), poète en harmonie avec l’invisible, en intelligence avec le sacré, de cette trempe d’hommes en profonde communion avec leur art, qui explore des territoires où il laisse son regard hypersensible apprivoiser l’infime mouvement de la matière, s’immiscer au cœur du mystère des éléments, assister aux subtiles mutations alchimiques de la vie, guetter la grâce indomptable de la lumière… »


Publié dans Mylène en DUOS, Mylène et L'ENTOURAGE | Pas de Commentaires »

L’important c’est d’aimer pour Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 5 août 2013


Mystérieuse, elle craint le désir des autres mais, pour la sortie de « Bleu Noir », Mylène Farmer s’est confiée à Nathalie Rheims.

L’important c’est d’aimer pour Mylène Farmer dans Mylène en CONFIDENCES images-25Paris Match. Tu n’as jamais été aussi belle et épanouie. As-tu des ­secrets de beauté ?
Mylène Farmer. La seule chose importante est d’aimer et d’être ­aimée. C’est bien la seule certitude que j’ai aujourd’hui. Et la beauté ­dépend du regard que l’on pose sur les gens. Quand ce regard est celui de l’être aimé ou tout simplement celui de la bienveillance, il agit comme un baume enchanteur. La chance qui m’est donnée de vivre en harmonie avec ce que je fais est alors mon secret de beauté, c’est un lien fragile que je m’efforce à la fois de remettre en cause et de protéger.

Qu’es-tu capable de faire aujourd’hui et que tu n’aurais pas pu faire hier ?
Affronter des regards quand j’entre dans un lieu public sans ­vouloir fuir l’endroit dans la fraction de seconde. Souffrir d’un manque de confiance en soi, d’une timidité qui vous fait parfois passer pour quelqu’un de distant, de froid, n’est pas un atout majeur pour faire un métier public. Pourtant, depuis longtemps déjà, je n’ai eu d’autre choix que de dépasser mes peurs, les surmonter, n’en être pas – ou plus – l’otage. Quand j’y pense, c’est d’une violence inouïe de dépasser ce handicap… Seules les personnes qui sont de vraies timides peuvent ­comprendre ce par quoi l’on passe pour y parvenir.

“Bleu noir” est le premier album que tu fais sans Laurent Boutonnat. Pourquoi t’es-tu éloignée de lui ?
Je ne me suis en aucun cas ­éloignée de lui. Après la tournée et les concerts au Stade de France, il s’opère une effrayante descente aux enfers malgré le succès, un vide sidéral, un manque. Vous recevez tant d’amour, de vibrations, autant de sensations qui vous donnent l’envie… d’écrire. Laurent a tout à fait compris mon besoin de créer. C’est aussi ça, la complicité. Nous nous retrouverons pour le prochain ­album.

As-tu conscience que cet album est plus sombre que les précédents ?
Non… pas vraiment… Cet ­album, comme son titre, “Bleu noir”, l’indique, passe de la lumière au sombre puis à l’obscurité. Ou l’inverse, je ne sais plus.

« La Corse est mon refuge »

On te dit solitaire, voire recluse. ­Travailler avec une nouvelle équipe fut-il un travail compliqué ?
Je m’adapte à de nouvelles ­manières de travailler si tant est que l’on respecte ma “bulle”, mes ­silences, autant que je respecte moi-même l’autre. Je suis quelqu’un de solitaire. Mais j’ai aussi un grand ­besoin de l’autre et je réfute le terme “recluse”… Quand j’étouffe, je prends un train, un avion, et vais voir d’autres cieux… C’est une ­liberté, une chance inestimable de pouvoir voyager quand j’en ressens le désir ou la nécessité. Face à un paysage de neige, je suis émue. J’ai grandi au ­Canada, je suis certaine que cette ­attirance pour les paysages immaculés vient de là-bas. Le grand froid a un parfum très particulier, un son qui lui est propre. J’ai retrouvé cette même émotion quand je suis allée en Russie découvrir Saint-Pétersbourg, en plein hiver. Au bord de la Neva, ses canaux gelés… on guette Catherine II de Russie…

D’autres endroits que tu aimes ?
La Corse est mon refuge. Le jour venu, la tentation pourrait être la Toscane. M’apaiser devant des ­collines d’oliviers et de vignes…

Tes biographes écrivent les mêmes clichés sur toi. Qu’as-tu à cacher ?
Je n’ai pas de biographe, c’est certainement pourquoi ce sont les mêmes clichés.

Dans ce qui a été écrit à propos de toi, qu’est-ce qui t’a fait le plus ­sourire ?
J’ai entendu parler de bain de jus de tomate, qui m’aurait conduite à une “phobie attractive” du sang, et de lit-cercueil. Je crois que tous les fantasmes me font ­sourire quand il ne s’agit pas de mes proches ou de ma vie privée. Pourtant, quand on me rapporte les médisances d’un animateur de jeu télévisé, quant à mon prétendu play-back sur scène, je finis par me demander si je ne préfère pas l’histoire tout aussi fausse du jus de ­tomate. C’est ­impressionnant de voir à quel point certaines ­personnes se sentent grandies en dénigrant, en tentant de blesser… Il s’agit bien souvent de gens qui rêveraientd’une vie ­meilleure. Encore faut-il en être à la hauteur. Je crois à la vertu de la décence. La critique est nécessaire ; la grossièreté, inutile.

Es-tu obsédée par l’idée de laisser une trace de toi après ta mort ?
Obsédée, non. Le moment ­présent m’importe. Laisser une trace… dans le cœur de quelques personnes, j’espère que oui.

Qu’aimerais-tu que l’on dise de toi ?
“C’était une grande astronaute.”

Quel regard portes-tu sur la variété française ? Y a-t-il des artistes qui t’intéressent ?
J’ai découvert Stromae, ce jeune artiste vraiment original. J’aime beaucoup son titre “Alors on danse”, sa silhouette, son phrasé et son timbre de voix si particuliers. Il dit des choses graves sur un ton léger.

Pourquoi as-tu enregistré un duo avec Line Renaud ?
Je l’ai rencontrée lors d’un dîner et, comme chacun semble le dire, quand on croise le regard bleu de Line… une magie s’opère. C’est une femme belle, décalée et ­charmeuse. Je suis instinctive, le désir l’emporte dans ces moments-là. Son énergie ­vitale est impressionnante. Mais c’est aussi quelqu’un qui doute, c’est imperceptible mais touchant.

Tu navigues continuellement entre Eros et Thanatos. L’amour et la mort sont-ils tes deux seules sources d’inspiration ?
Il y a aussi la solitude. L’isolement. J’ai essayé la joie de vivre, mais ça n’a pas marché !

La politique t’intéresse-t-elle ? As-tu de l’estime pour ceux qui nous ­gouvernent ?
J’ai de l’estime pour le courage de tous ceux qui acceptent cette lourde responsabilité sans abuser de leur pouvoir.

Quelle est ton image idéale du couple ?
Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre : l’intelligence complice.

Comment t’imagines-tu dans dix ans ?
Ailleurs…

« Remonter sur scène au moins une dernière fois »

Ta dernière tournée a été un triomphe, envisages-tu de remonter sur scène ?
Oui… au moins une dernière fois !

Pourrais-tu renoncer un jour à la chanson ? A la scène ?
Comment renoncer à ce et ceux qu’on aime ? Mais je vais devoir ­apprendre…

images-26 dans Mylène en CONFIDENCESLors de tes concerts, tu attaches une importance particulière aux ­créateurs de mode : recherches-tu de nouveaux talents, de nouvelles marques, de nouvelles inspirations ?
Quand il s’agit de préparer un spectacle, oui. Ce choix est toujours délicat. Il ne suffit pas de faire du “couture”, ce n’est pas un défilé 
de mode. Le créateur doit être aussi ­capable de transposer les costumes pour une scène, qui devront s’intégrer aussi à un décor, à des ­lumières, à un univers afin de rendre le tout homogène. Il faut rencontrer alors des stylistes inspirés et qui ­acceptent de se fondre dans l’univers de l’artiste, afin que celui-ci ne disparaisse pas derrière le costume, justement, mais se sente comme dans un écrin… Je ne suis pas ­certaine que tous les créateurs de mode en soient capables, il faut beaucoup d’humilité…

« Bleu noir » (Polydor/Universal).

Retrouvez l’intégralité de notre reportage et toutes les photos de Mylène Farmer dans Paris Match n°3211 en vente en kiosque. Un numéro à ne pas manquer.

Publié dans Mylène en CONFIDENCES | Pas de Commentaires »

Point de suture, chanson up tempo

Posté par francesca7 le 5 août 2013


                      Point de suture, chanson up tempo dans Mylène AU FIL DES MOTS images-231

Point de suture   arrive trois ans et demi après Avant que l’ombre 

 

C’est ainsi, le 25 août 2008, que les admirateurs découvrent ce septième album studio qui regorge de chansons up tempo. A commencer par le premier single, Dégénération,  qui permet à Mylène de renouer avec les dance floors….

Onze titres (dont un caché) se partagent ce nouvel album, enregistré à Bruxelles au studio ICP. Nettement plus électronique que le précédent, il présente aussi une couleur plus optimiste. Mylène le précise d’ailleurs à Paris Match dans une interview accordée dès le 20 mars 2008 dans une dépêche AFP. Et comme la belle s’offre un Stade de France (en fait il y en aura deux), il lui faut du sang neuf et des chansons qui mettent de l’ambiance dans cette arène de 80 000 places ! Dont acte.

Cet album comporte ainsi des titres très dansants (particulièrement dans leurs versions live et/ou remixées) : Dégénération, Appelle mon numéro, Je m’ennui, Paradis inanimé, Réveiller le monde, Sextonik et C’est dans l’air.

Restent deux ballades très farmériennes, Point de suture au centre d e l’album, et Si j’avais au moins… un nous duo avec Moby, Looking for My Name, et un titre caché, l’Ave Maria de Schubert, complètent ce strack-listing. Mylène écrit ici tous les textes (excepté l’Ave Maria bien entendu). Ils se révèlent nettement moins abscons que ceux d’Avant que l’ombre… en effet, Mylène semble renouer dans cet album avec ses premières amours ; des textes intéressants et forts certes, mais plus accessibles ; moins de jeux de mots, moins de mot-valises, moins de références littéraires évidentes. Mais tout est relatif : Mylène reste Mylène, et ses grand thèmes sont toujours présents ici.

A savoir l’espoir d’un monde meilleur, apaisé et rempli d’amour … On notera que, dans le livret, Mylène fait figurer une réplique d’Al Pacino dans le film L’impasse (Brian de Palma, 1993) qui éclaire le choix de ce titre : « Tout les points de suture du monde ne pourront me recoudre… » Dans une interview accordée au magazine gay Têtu en août 2008, voici ce que précise la chanteuse après avoir cité cette réplique :

« C’est aussi ce que je ressens. J’au pour ma part choisi l’ambiguité ; « Point de suture » ici au singulier, évoque aussi bien qu’il n’y a aucune possibilité de suturer les plaies que l’espoir de guérison »…

telechargement-8 dans Mylène AU FIL DES MOTSSans grande surprise, c’est Laurent Boutonnat qui compose tout l’album (excepté là encore Ave Maria). Comme toujours, il assure également la production, les arrangements, la programmation et les claviers. Toujours fidèle au poste, Jérôme Devoise s’occupe de la prise de son et du mixage. A la différence d’Avant que l’ombre … où Mylène assumait seule les chœurs, six choristes sont présentes en tout pour cet album. Côté visuel, Mylène fait fort là encore avec une poupée de représentant (une œuvre d’Etsuki Miura), couverture de points de suture  et au milieu d’outils chirurgicaux. Les photos sont du Japonais Atsushi Tani. Dans le livret, une seule photo (de Simon Hawk) de Mylène, de dos, la tête tournée de profil et une cicatrice avec points de suture sur l’épaule gauche … cinq singles seront extrait de cet album ; Dégénération, Appelle mon numéro, Si j’avais au moins… , C’est dans l’air et Sextonik. Notons que pour ce dernier titre, aucun clip ne sera tourné.

Alors qu’à l’époque la chanteuse affirmait qu’elle était d’une génération désenchantée, ici elle se demande où est passée sa génération… elle donne d’ailleurs un semblant d’explication au JT de 20 heures de TFA le 31 août 2008 : « J’ai surtout le sentiment que la nouvelle génération d ‘aujourd’hui est dans un monde de l’ultra-violence et que c’est un monde qui st très, très difficile. Est-ce une dégénération ? Je ne sais pas ! Je me suis un peu amusée, je l’avoue en toute humilité, avec le mot « dégénération » puisqu’il y avait eu « génération désenchantée. Mylène se livre en effet pour écrire cette chanson à un exercice styllistique autour d’onomatopées, d’allitérations et de musiques internes au texte. La lettre et/ou la sonorité X est ici sollicité (sexy – sexe – styx …) Fidèle à ses grandes thématiques, Mylène évoque également le ‘trauma », le « coma », le « Styx » encore … Un texte au final assez abscons, le seul de l’album, et qui permet à la elle de scander pour conclure : « J’sais pas moi / mais faut qu’ça bouge », une Mylène dans l’action à la veille de ses shows »

                issu du livre de Benoît CACHIN sorti en octobre 2012. Aux éditions Gründ. Page 179 

Publié dans Mylène AU FIL DES MOTS | Pas de Commentaires »

Gaga, Madona ou Mylène

Posté par francesca7 le 26 juillet 2013

 

 Gaga, Madona ou Mylène dans Mylène dans la PRESSE eaunanisme

«Born This Way» ressemble à «Express Yourself» disent les fans de la Madonne. Mais aussi à «Libertine» assurent certains en France. Alors?

 

  Une affaire de plagiat de plus: après Rihanna et David La Chapelle, Johnny Halliday et le groupe réunionnais Ziskakan, c’est au tour de Lady Gaga d’être accusée d’avoir copié sur ses camarades. En cause: le dernier titre de la diva préférée des bouchers, Born this way. Le single était à peine diffusé que des médias et des internautes trouvaient que la ressemblance entre le nouveau titre et Express Yourself de Madonna était trop flagrante. Contrairement au photographe David LaChapelle qui a décidé d’attaquer Rihanna en justice pour le clip de S&M, Madonna n’a pas fait de commentaire. Seule réaction: l’ajout sur son compte youtube de sa prestation aux MTV Video Music Awards… en 1989 avec Express Yourself, histoire de laisser l’internaute juger par lui-même.

Interrogée dans le Tonight show de Jay Léno, Lady gaga a voulu couper court à la polémique: «Il n’y a pas plus fan de Madonna que moi. Je suis sa plus grande admiratrice, personnellement et professionnellement. Et la bonne nouvelle, c’est que j’ai reçu un mail d’elle et de son entourage pour me dire qu’ils m’aiment et qu’ils me soutiennent complètement pour le single. Et si la reine dit que ça doit être comme ça, c’est comme ça.» Une explication convaincante, mais une représentante de Madonna vient d’expliquer qu’elle n’était pas au courante de l’envoi de ce mail.

Une comparaison des deux titres en video: 

Image de prévisualisation YouTube

La maison de disques de Mylène Farmer n’a pas encore embrayé sur ces accusations, mais celle de Madonna a déjà des idées. Selon Examiner.com, devant le succès de Born this way (numéro un des ventes aux Etats-Unis, en Angleterre et en France), la maison de disques aurait décidé de ressortir Express Youself.

Article paru chez ; http://next.liberation.fr/  

Publié dans Mylène dans la PRESSE, Mylène et des CRITIQUES | Pas de Commentaires »

La libertine Mylène de Thierry Wolf

Posté par francesca7 le 21 juillet 2013

En 2008, je vous parlais il y a peu d’une nouvelle biographie de Mylène, écrite par Hugues Royer (lire : nouvelle biographie de

La libertine Mylène de Thierry Wolf dans Mylène dans la PRESSE libertine-203x300

 Mylène Farmer). Aujourd’hui, je vous propose de découvrir ci-contre la couverture de ce livre qui paraitra le 5 novembre 2008 aux éditions Flammarion … Sobre, sulfureux, sexy, cette couv’ s’intègre avec harmonie dans l’univers Mylènesque ! Mais il y a un hic, voyez plutôt la suite !

Depuis jeudi dernier, les Editions de la Lagune proposent elles aussi une biographie inédite de notre star. Baptisée de manière on ne peut plus originale “Mylène Farmer la libertine”, cette bio a été rédigée par Thierry Wolf. Arrivant tel un cheveu sur la soupe, cette biographie aurait-elle été publiée en urgence pour surfer sur la vague Mylène et concurrencer Hugues Royer ?

la couverture de cette seconde bio (ci-contre) est identique à celle d’Hugues Royer, divulguée il y’a de celle plusieurs semaines : même photo, simplement retournée et habillée d’un voile rouge qui ne cache pas du tout la supercherie

publié à l’époque chez http://talent.paperblog.fr

Publié dans Mylène dans la PRESSE, Mylène et BIOGRAPHIES | Pas de Commentaires »

Mylène Farmer toujours médiatique

Posté par francesca7 le 16 juillet 2013

 Mylène Farmer toujours médiatique dans Mylène dans la PRESSE 1-2-300x160La chanteuse est ce week-end chez Claire Chazal, donne deux interviews dans la presse et dévoile un clip qui fera date.

Mylène Farmer déteste faire parler d’elle. Et plus encore que l’on parle d’elle. Quand elle n’est pas en tournée et qu’elle ne sort pas un album, elle est d’une discrétion rare. Jamais une petite phrase, pas une frasque, pas une prise de parole intempestive, pas une paparazzade orchestrée pour entretenir sa notoriété. Quand elle offre un disque ou des concerts à ses fans, elle consent à lever un (petit) coin du voile. 

Ce dimanche, elle répondra aux questions de Claire Chazal sur TF1. En amont et en aval de cette interview, elle a accordé deux entretiens dans lesquels elle aborde des thèmes et des sujets sur lesquels elle ne s’était jamais exprimée. 

Dans TV Mag, elle évoque ses goûts en matière de télévision. « Il m’arrive de dévorer des séries comme Downton AbbeyDexter ouLes Tudors. » L’artiste est moins enthousiaste des émissions destinées à faire émerger de nouveaux talents musicaux : « Je suis toujours un peu gênée quand l’art devient un concours », confesse-t-elle pudiquement. Ce qui ne l’empêche pas de conserver une oreille très attentive pour les chanteurs émergents. « Je suis impressionnée par Muse. Et par Matthew Bellamy, qui est aussi fascinant que Freddie Mercury ! »

« Je suis bouleversée »

À l’occasion de la sortie de Monkey Me, son huitième album, Mylène Farmer avait annoncé une tournée dans toute la France. Six heures après l’ouverture des réservations, 156 000 billets avaient déjà été écoulés pour la tournée Timeless, établissant ainsi un nouveau record. Presque une habitude chez elle. « Je suis bouleversée à chaque fois ! Et, quelques instants plus tard, totalement affolée ! Il est impensable d’être blasée par un geste d’amour comme celui-ci. »

Pour le magazine Têtu qui sera en kiosque le 18 décembre, l’interprète de Désenchantée donne son avis sur quelques questions de société. Et avec humour : « Je préfère un mariage gay à un mariage triste. » À l’appui de sa prise de position en faveur du mariage pour tous, elle reprend la Déclaration des droits de l’homme : « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. » Pour l’adoption, elle enfonce le clou : « Si c’est le droit pour des orphelins d’investir un foyer chaleureux, c’est un progrès. L’amour panse les plaies quand il est réel et authentique. » 

À l’appui de ses propos, l’artiste pose sous l’oeil de la photographe Nathalie Delépine vêtue d’un smoking et fumant un cigare ! Un hommage à « des femmes courageuses qui n’hésitaient pas à jeter le trouble dans une époque où les femmes étaient confinées au foyer ». 

Un clip hallucinant ! 

Ce soir, à la fin de son journal de 20 heures, Claire Chazal diffusera une petite minute du clip À l’ombre, premier extrait de Monkey Me. Réalisé par Laurent Boutonnat, il reprend le travail de l’artiste français Olivier de Sagazan. Son oeuvre est un mélange beau, et parfois dérangeant, de peinture et de sculpture qui joue avec les apparences et les peurs. Le travail de ce performer ressemble tellement à l’univers de la chanteuse que l’on se demande pourquoi l’un et l’autre ne se sont pas trouvés plus tôt.

Un apéritif de l’album qui sera disponible dès lundi 3 décembre. Douze titres d’où émergent, outre la chanson Tu ne le dis pas qui donne toute la richesse de la voix de Mylène, un émouvant Je te dis toutainsi qu’un tonique J’ai essayé de vivre. Des chansons servies par des textes très littéraires et très aboutis. Un album profond qui mélange des rythmes dance et des mélodies plus lentes.

article paru dans Lepoint.fr décembre 2012

Publié dans Mylène dans la PRESSE | Pas de Commentaires »

Interview de Mylène Farmer dans GIRLS 1984

Posté par francesca7 le 13 juillet 2013


Le 22 NOVEMBRE1984

Entretien avec Elisabeth Chamak

« Si les gens préfèrent attribuer à cette chanson un sens pervers, ça les regarde ! »

Interview de Mylène Farmer dans GIRLS 1984 dans Mylène en INTERVIEW mylene-debut-300x260

A propos du texte de « Maman a Tort » et du fait qu’elle a adopté de suite :

- Non pas que le texte ait eu pour moi une signification particulière. Car la plupart des gens s’évertue à vouloir l’interpréter de façon complexe. Alors, il y a la version ‘analyse’ qui veut qu’il s’agisse d’un transfert de l’amour d’une fille pour son infirmière qu’elle prend, au fond, pour sa mère ; et la version ‘intellectuelle’ qui tient beaucoup à ce que les paroles soient interprétées au deuxième, troisième, voire quatrième degré… La réalité est beaucoup plus simpliste. Les auteurs de la chanson sont partis de l’idée d’une petite fille dans un hôpital qui se prend d’amitié pour son infirmière et, à partir de ce thème, ont aligné des phrases drôles et insolites, non pas pour leur soi-disant sens caché, mais pour le rythme et l’originalité des mots. Mais si les gens préfèrent attribuer à cette chanson un sens pervers, au fond, ça les regarde !

A propos de l’effort sur elle-même pour se produire devant les caméras :

- J’étais tellement terrorisée lors de mon premier passage télé que j’ai cru un moment que j’allais tomber sur scène !

A propos de son rapport au monde :

- J’aime très peu de gens, je suis très exigeante. Mes critères de sélection sont l’intelligence, le charme et l’esprit. Par contre, j’ai horreur de la misère morale ou physique, je ne supporte pas la vulgarité. Je hais la médiocrité, l’exubérance…

dans  GIRLS le 29 NOVEMBRE1984

« J’avais une réputation d’élève indisciplinée. »

A propos de ce qu’elle faisait à 18 ans :

- J’ai 23 ans aujourd’hui. Il y a 5 ans j’en avais 18. Ah oui, je me souviens. A 18 ans, je fréquentais un centre hippique. C’était une école spécialisée où j’apprenais de façon intensive l’équitation. J’ai suivi ces cours entre 14 et 19 ans. Ca se passait à Versailles. Je rêvais alors de devenir monitrice d’équitation. En dehors de cela, je n’avais pas beaucoup d’occupation. Je suis et j’ai toujours été assez casanière. J’avais quelques rares amis (je n’en ai pas beaucoup plus aujourd’hui) avec lesquels je sortais de temps en temps. Mais les trois quarts du temps, je lisais ou je dessinais. A l’école, j’avais une réputation d’élève indisciplinée mais j’arrivais quand même à me maintenir dans la bonne moyenne. Sauf en maths où j’étais carrément nulle. De temps en temps j’allais au cinéma. Je faisais aussi quelques photos pour gagner de l’argent de poche. C’était des photos de pub ou de presse. Je travaillais aussi beaucoup pour les Japonais en tant que mannequin. Voilà c’est à peu près tout.

Dans GIRLS le 6 DÉCEMBRE1984

Mylène Farmer répond aux questions des lectrices de « Girls »

Gabrielle, 15 ans, Fontainebleau : Aimerais-tu faire du cinéma ?

- Chère Gabrielle,

Pour l’instant je préfère me consacrer entièrement à la chanson. On m’a proposé récemment un scénario mais le sujet ne m’a pas intéressé. Si un jour on me proposait quelque chose de sérieux, je verrais d’abord si ça ne nuirait pas à ma carrière. C’est déjà très difficile d’être chanteuse.

Muriel, 14 ans, Fréjus: Quelssont tes projets ?

- Chère Muriel,

Je viens d’enregistrer la version anglaise de « Maman a tort » qui va sortir en Allemagne, en Italie, en Scandinavie et peut-être en Angleterre et aux Etats-Unis. En janvier je sortirai un autre 45-trs mais le titre n’a pas encore été choisi.

Valérie, 13 ans, Compiègne : Comment passeras-tu les fêtes de fin d’année ?

- Chère Valérie,

Hélas je ne pourrai pas prendre de vacances cette année car la sortie de mon prochain 45Tours me donne beaucoup de travail. Je passerai peut-être le réveillon chez mes parents avec quelques amis.

Madeleine, 16 ans, Paris: Quel genre de garçons préfères-tu ?

- Chère Madeleine,

Je n’ai pas de critères bien définis. Mais s’il est beau, intelligent, cultivé et qu’il a le sens de l’humour, il ne peut que me plaire !Je ne suis pas difficile ! N’est-ce pas ?

Juliette, 14ans, Bordeaux: A quelle adresse peut-on t’écrire ?

- Chère Juliette,

Si tu désires m’écrire, adresse ton courrier à Mylène Farmer, C/O RCA, 9, avenue Matignon, 75008 Paris.

Rachel, 15ans, Libourne : Es-tu fiancée ?

- Chère Rachel,

Je le suis. J’ai rencontré le garçon de mes rêves et je suis très heureuse de vivre avec lui un grand amour. Mais, vois-tu, je n’ai pas encore l’intention de me marier.

Publié dans Mylène en INTERVIEW | Pas de Commentaires »

Mylène Farmer chez ROCK LAND

Posté par francesca7 le 13 juillet 2013


NOVEMBRE1988

Alors Mylène, heureuse ?

Entretien avec Gilles RENAULT & Marc POTIN

« Je chante pour essayer de donner un sens à ma vie… Ce n’est pas facile ! »

Mylène Farmer chez ROCK LAND dans Mylène en INTERVIEW rmymi-adio-02-c-261x300

Avant l’entretien, Mylène fait part aux journalistes de sa réticence à ce que celui-ci soit enregistré au magnétophone :

- Les journalistes font leur métier comme des cochons. Ils ne respectent rien et surtout pas la personne qu’ils ont en face. Quelquefois, ça peut se passer très mal. Mais en général, on a su parler de moi avec justesse, en bien ou en mal… Je hais les magnétophones parce qu’il y a des mots, des pensées que j’aimerais effacer.

Avouez que c’est malgré tout une jouissance pour vous !

Pour débuter l’interview, le duo de journalistes demande à Mylène de parler d’elle :

- Je chante pour essayer de donner un sens à ma vie… Ce n’est pas facile ! Pour les morceaux d’un album, j’ai besoin avant tout d’une musique sur laquelle mes mots vont se greffer. Laurent Boutonnat va en studio, puis j’effectue mon travail d’écriture dans l’isolement. L’évolution entre les deux albums a été pour moi la découverte de l’écriture. Je me suis aussi découverte, comme si je m’étais moi-même déflorée. C’était presque un viol… mais c’était fondamental. Si je n’avais pas découvert l’écriture et cette façon de m’exprimer, je pense que je ne serais pas là, aujourd’hui. Je n’ai pourtant pas le sentiment d’écrire des chansons à messages, si ce n’est pour démolir les tabous -ce sont des thèmes qui me passionnent. J’agis vraiment comme je l’entends en parlant de sujets souvent occultés, tels la mort, le désespoir, des thèmes rarement abordés par les auteurs français.

Gainsbourg en a usé et abusé, mais c’est l’un des rares. Je ne calcule pas ce genre d’idées, ce sont des choses très proches qui me viennent naturellement. Depuis que j’ai commencé ce métier, je n’ai jamais agi dans le sens du commercial, jamais fait aucune concession, même si ça n’a pas été facile.

Comment expliquez-vous cette fascination pour de tels sujets ?

- Il y a certainement une part d’éducation religieuse pendant laquelle on apprend à rejeter tous ces tabous. On n’en parle pas… J’ai aussi eu très peu de dialogue avec mon milieu familial, beaucoup de questions sont restées sans réponses et cela correspond maintenant chez moi à une volonté de ne pas constamment se voiler la face comme le font beaucoup de gens.

N’est-ce pas aussi une ‘image’ destinée à brouiller les pistes, pour donner l’impression d’une variété originale et plus surprenante ?

- Toutes ces ‘perversités’ que j’interprète sont profondément ancrées en moi. « Sans contrefaçon », c’est vraiment quelque chose que j’ai vécu : je me souviens, à l’âge de douze ans avoir mis un mouchoir dans mon pantalon. Je pense que j’aurai toujours ces sentiments en moi, mais qu’ils vont évoluer au fil du temps.

Pourtant, une partie du public semble prendre avec beaucoup de légèrement ces tiraillements intérieurs…

- Cela ne me dérange pas. Ils dansent sur mes chansons, c’est très bien. Chacun y trouve ce qu’il veut. C’est un risque à courir, je l’accepte. Je serais certainement plus sévère si j’avais à écrire un livre.

Comment vivez-vous la célébrité ?

- L’aspect des choses le plus oppressant, le plus difficile pour moi, est d’être là, à répondre à vos questions…

Mais j’ai toujours voulu être célèbre. Cela dit, je préfère prendre des calmants lorsque je sais que deux journalistes vont me poser des questions, me demander des justifications. Il y a beaucoup d’appréhension avant une interview : on attend tellement de choses de moi, je dois être performante dans toutes mes réponses et ça m’est difficile. Dans le métier proprement dit, je n’ai pas beaucoup d’amis. Il y a des gens que je croise dans les couloirs, des personnes qui ont ma sympathie et réciproquement, des artistes que j’aime bien, mais je n’ai jamais réellement dialogué avec quiconque, si ce n’est Alain Chamfort et un peu Lio.

Et dans le privé ?

- Il y a très peu de personnes près de moi. Ma photographe, et un jeune homme qui fait plein de métiers différents et que j’aime beaucoup. Voilà, c’est tout.

L’argent a-t-il une importance capitale pour vous ?

- Je gagne de l’argent, c’est normal quand on vend des disques. Mais est-ce vraiment intéressant ? Ce n’est pas une jolie question…

Les journalistes orientent ensuite la conversation sur sa vision de la mise en images de ses chansons :

- J’ai toujours rêvé d’images avec les mots et le clip est un bonheur. J’aime tous ceux que Laurent a mis en scène. En ce qui concerne le dernier (« Pourvu qu’elles soient Douces »,), mes réactions sont trop personnelles pour que je puisse les dévoiler. Laurent a écrit le scénario et j’ai laissé faire la construction. C’est vrai qu’il a coûté très cher, et on peut penser à une folie douce. Mais justement, la seule liberté au monde, c’est la folie. Il est déjà difficile de donner un sens à sa vie… De toute façon, c’est nous qui mettons l’argent dans nos clips. Ça ne me gêne pas de devoir manger des pâtes tous les soirs pour m’offrir cette folie. Je sais qu’un jour il faudra revenir à une sobriété totale, car la barre est placée de plus en plus haut. J’aime beaucoup plus les images que les actes, j’aime la notion de provocation. La nudité dans mes clips n’est pas si facile que ça, ils ne sont pas si sexuels. Je pense plus à l’oeuvre d’un peintre ou d’un sculpteur… J’ose espérer que tout ce qui a été dévoilé jusqu’à maintenant a toujours été essentiel à l’histoire. Mais à présent, ça suffit : on attend toujours d’une femme de voir son corps nu. De toute façon, le cinéma, je me dis que je dois y venir, sinon j’en mourrai. J’ai eu des propositions, mais ça n’est pas encore le moment. J’aimerais me plonger dans un univers proche de celui de mes chansons. C’est peut-être un piège, mais je ne me vois absolument pas jouer des comédies ! Si j’avais un rôle à reprendre, ce serait dans « La Fille de Ryan » de David Lean. J’aimerais aussi aller vers Louis Malle, Jean-Jacques Annaud, Polanski… Malgré tout, j’aurais peur de m’en remettre à quelqu’un d’autre, c’est pourquoi mon choix sera très pensé : soit ça marchera, soit on me coupera la tête. C’est vraiment quelque chose qui me torture l’esprit.

Vous semblez vraiment anxieuse, toujours désécurisée (sic), torturée… Là encore, est-ce une image que vous vous donnez pour mieux servir le ‘personnage’ Mylène Farmer ?

-          Je déteste ces questions ! (Elle rit pour la première fois, puis long silence) Je ne sais pas répondre à ça. Je donne l’image de ce que je pense être dans la vie. Je crois que mon public est composé de beaucoup de gens mal dans leur peau qui ont envie d’entendre autre chose que ‘la vie est belle, tout va bien’… Je pense instaurer un dialogue avec eux à travers mes chansons. Mais c’est vrai que je me sens torturée en tant qu’être humain, cela me paraît tellement évident. J’aimerais ne plus avoir à répondre à ce genre de questions. Ça semble logique : ma vie est pesante. Mais à côté de ça, je ressens de façon magistrale les choses qui paraissent futiles à d’autres. Je trouve beaucoup de joie dans la lecture d’un livre. C’est comme une jouissance. Mais tout cela semble confus, je voudrais savoir aller à l’essentiel 

Publié dans Mylène en INTERVIEW | Pas de Commentaires »

Styx et IAO de Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 6 juillet 2013

Les deux magazines paruent respectivement le 20 avril et début mai derniers, tous deux 100% consacrés à l’actu de MylèneFarmer, sont toujours disponibles en ligne…

 Styx et IAO de Mylène Farmer dans Mylène et mes BLABLAS styx-240x300
Petit récap!

Styx Magazine

Prix de vente: 18 euros (frais de port pour la France inclus)
Composition: 36 pages / Format 24×30 cm
Contenu:
– Photos inédites de: Nathalie Delépine, John Nollet, Marianne Rosenstiehl…
– Retour sur l’album Monkey Me, ses singles, ses clips… 
– Référentiels
– Interviews:Olivier de Sagazan, TYP, Guéna LG…

Tirage limité à 2000 exemplaires!
En vente exclusivement sur: http://www.styxmagazine.net/

IAO magazine « Meli-Melo »

Prix de vente: 25 euros
Composition: 36 pages // format 24×34 cm
Photos inédites de: Nathalie Delépine, Laurent Zabulon…
Journal de bord des actus depuis la sortie de Monkey à aujourd’hui
Interviews: Olivier de Sagazan, Mario Luraschi

Tirage limité. Nombre d’exemplaire non communiqué.
De nombreux anciens numéros du fanzine sont encore dispo, dépéchez vous!
En vente exclusivement sur: http://www.iaomag.fr/boutique.html

 

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaires »

Entretien de Mylène sur NRJ

Posté par francesca7 le 30 juin 2013


un forum : http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

20 AVRIL 1988 – Entretien avec Dominique DUFOREST

Entretien de Mylène sur NRJ dans Mylène en CONFIDENCES soi-je

Dominique Duforest : (après avoir salué Mylène et expliqué aux auditeurs qu’ils pouvaient appeler le standard de NRJ pour poser leurs questions à Mylène) Alors, « Ainsi Soit Je… » : c’est un très bel album, ce titre « Ainsi Soit Je… », et puis il y a une poupée à ton effigie sur la pochette de l’album…

Mylène Farmer : Oui, c’est la poupée qui était présente dans le clip de « Sans Contrefaçon ».

DD : « Ainsi Soit Je… », la poupée à ton effigie, cela a une signification, tout ça ? Tu te regardes ?
MF : C’est difficile de résumer un titre comme ça. Moi, je donne beaucoup d’importance aux trois points de suspension d’ « Ainsi Soit Je… ». Si on peut résumer « Ainsi Soit Je… », ce serait un portrait.

DD : Ce sont des points de suspension lourds de sens ?
MF : Lourds de sens en ce qui me concerne, oui ! (sourire)

DD : Pourquoi ? Parce que ce que tu racontes dans l’album c’est la partie immergée de l’iceberg ?
MF : Probablement, oui. C’est vrai que c’est un exutoire que d’écrire des chansons. Là, en l’occurrence, c’est un album qui est, c’est vrai, très, très, très proche de moi.

DD : Oui, personnel, quand même. Alors tu cultives quand même depuis le début, depuis le premier disque, depuis « M aman a Tort », un personnage un peu ambigu, un peu mi-fille, mi-garçon, peu souriante, loin du monde…
MF : Je suis d’accord pour tout, sauf pour le terme ‘cultiver’.

DD : Ah bon ?
MF : Parce que je pense qu’on ne peut pas tricher. C’est-à-dire qu’on ne peut pas tricher quatre ans.

DD : J’ai pas dit que tu trichais, j’ai dit que tu cultives !
MF : Non, non, je sais. Mais c’est vrai que le mot ‘cultiver’ quelquefois m’ennuie un peu…

DD : M ais l’air lointain, tout ça, c’est toi ?
MF : Oui !

DD : Tu as toujours été un peu détachée, comme ça, du monde, du monde ‘bas’ ?
MF : Détachée, parfois complètement impliquée et en avoir très peur… Mais très souvent, on cherche toujours son lieu de prédilection. Il est rare.

DD : Je pense qu’on en parlera beaucoup tout à l’heure avec les auditeurs. Dans un instant, ce sera « Libertine » !

Diffusion de « Libertine ».

DD : Elle est libertine et elle est sur NRJ ce soir jusqu’à 20h : Mylène Farmer. (…) Je pense que nous avons un premier auditeur en ligne…- Allo ?
DD : Bonsoir ! (…) Ton nom ?

- Olivier.

DD : Olivier, bonsoir.
MF : Bonsoir…
– Salut Dominique, salut Mylène !

DD : Bonsoir !
– Vous allez bien ?

MF : Très, très bien, merci !
DD : Ta question ?

- Alors, ma question : Mylène, peux-tu me dire à quel âge as-tu commencé la musique, et quelle passion as-tu à part ce métier ?

MF : Oh ! La première question est plus facile : j’ai commencé à l’âge de vingt-deux ans. Quant à la passion, elle est toujours là, c’est une découverte. C’est une succession de découvertes…

- Ca a été un coup de foudre ?

MF : C’est un coup de foudre, oui. Je pense qu’on pourrait pas exercer ce métier sans coup de foudre.
DD : C’est indiscret de te demander ce que tu faisais avant de chanter ?
MF : Non ! Avant, je faisais beaucoup d’équitation et parallèlement, je suivais des cours de théâtre.

DD : Ha d’accord, donc tu avais déjà quand même un pied dans un domaine artistique.
MF : Une fibre artistique, alors !

DD : Une fibre artistique ! Olivier, merci de ta question…
MF : Merci !

DD : Je ne sais pas si on va en retrouver une autre tout de suite (…) Si tu veux bien, on va écouter un autre extrait de ce superbe album « Ainsi Soit Je… », et c’est une chanson que tu n’as pas écrite, c’est une chanson qui était chantée au départ par Juliette Gréco.
MF : Absolument : « Déshabillez-Moi ».

DD : C’est une référence, pour toi, la chanson ou Juliette Gréco, ou les deux ?
MF : Non, j’avoue que je connais peu Juliette Gréco. Cette chanson en l’occurrence, je l’aimais beaucoup et j’avais très envie avec Laurent Boutonnat de la réactualiser, à savoir faire d’autres…

DD : Un autre style…
MF : D’autres styles, oui.

DD : Alors, « Déshabillez-M oi » par Mylène Farmer, qui a laissé à tout le monde un souvenir ému le soir des Oscars de la M ode à la télévision, chère Mylène !

(Mylène éclate de rire alors que commence la chanson.)
DD
: (…) On rappelle la chute quand même, c’est « Déshabillez-vous », pour ceux qui ne connaissent pas la chanson !

MF : C’est évident, il faut la réciproque !

DD : Une question tout de suite au standard, allo ?
– Salut, Mylène !
MF : Bonjour !

DD : Bonjour, ton prénom ?
– Martin

DD : (…) Bonjour, ta question !
– Alors, je voudrais savoir comment est-ce que tu définis ton style de musique, selon toi ?

DD : Ha, question fondamentale !
MF : Fondamentale et difficile, une fois de plus ! Je pense que j’essaye de privilégier avant tout l’émotion. Quant à définir le style musical, je sais pas. Je pense que c’est du domaine de la variété… J’avoue que j’ai pas la notion des castes et que ça ne m’intéresse pas. Voilà, l’émotion avant tout, je pense.

DD : La réponse te satisfait, Martin ?
– Je suis très content (rires de Mylène)

DD : Merci de ta question, au revoir !
DD : Allo, est-ce qu’il y a quelqu’un au standard ?
– Oui, bonsoir Dominique, bonsoir Mylène !
MF : Bonsoir Dominique…

DD : Quelle voix ! Ton prénom ?
– Nadège
MF : (elle réalise son erreur) Nadège ?! Bonsoir, Nadège (rires)

DD : (…) Dominique, c’est moi ! Alors, ta question, Nadège…

- Alors tout d’abord, je voudrais féliciter Mylène pour tout ce qu’elle fait.

MF : C’est gentil.
– Je trouve que tu es vraiment une très grande chanteuse !
MF : Merci beaucoup !

DD : Ca commence bien ! La suite ?!
– Ma question, alors comptes-tu faire un concert, notamment à Paris ou en région parisienne ?
MF : C’est quelque chose auquel je pense, que je n’ai pas encore défini. S’il faut donner des dates, je pense d’ici un ou deux ans.

DD : Oui parce que je te signale qu’en dehors de la question de Nadège, les questions sur ce sujet sont très, très nombreuses au standard. Tout le monde veut absolument te voir sur scène !
MF : J’en ai très, très envie aussi. C’est vrai que je veux le faire absolument aux côtés de Laurent Boutonnat qui, lui, parallèlement a d’autres projets, donc nous allons privilégier ces projets. Et puis le temps de la préparation, aussi, de penser cette scène me prendra une année ou deux années.

DD : Voilà, Nadège, merci de cette question qui a permis de satisfaire beaucoup de gens qui voulaient avoir une réponse. (à Mylène) Laurent Boutonnat et toi, ça fonctionne vraiment d’une façon incroyable : c’est vraiment un duo de travail extraordinaire.
MF : C’est fabuleux. Je crois qu’on a peu de rencontres, en tout cas en ce qui nous concerne, peu de rencontres comme ça.

DD : C’est ton Pygmalion, un peu ?
MF : On peut dire Pygmalion, mentor… On dit ce qu’on veut ! C’est avant tout quelqu’un que j’aime énormément évidemment et avec qui il y a vraiment un parallélisme et une correspondance énorme dans tous domaines artistiques.

DD : En tout cas, entre autres, sur cet album « Ainsi Soit Je… », vous avez commis une autre superbe chanson qui s’appelle « Sans Logique ». Elle fait partie de celles que tu aimes ?
MF : Bien sûr. J’espère ! (rires)

DD : Alors, on l’écoute !
DD : C’est « Sans Logique » et c’est sur NRJ et c’est M ylène Farmer. Encore une belle chanson ! On va en écouter d’autres tout à l’heure, je vous promets, de cet album, en découvrir parce que c’est vraiment très, très bien. On a sûrement quelqu’un au standard de NRJ, allo ?
– Bonjour !

DD : Une voix très jeune ! Ton prénom ?
– C’est Isabelle !
DD : (…) Ta question ?
– Alors je voulais savoir pourquoi on parle si peu de Mylène Farmer dans les magazines à part quand elle sort un disque, tout ça…C’est vraiment dommage parce qu’on aimerait en savoir plus sur cette chanteuse qui a plein de talent, enfin je vais passer le baratin… !

elles dans Mylène en INTERVIEW

DD : En tout cas, on va parler d’elle ce soir !
MF : (sourire) C’est quelque chose qui est, là, volontaire. A savoir que je pense que trop parler de soi, déjà c’est quelque chose qui ne m’est pas propre – depuis ma tendre enfance, j’ai beaucoup de mal à parler de moi-même – et d’autre part, je pense que ça démystifie très, très, très vite quelqu’un et que le public peut se lasser d’une personne, à savoir aussi bien les prestations télévisées que les interview s. Je pense qu’il faut les raréfier, voilà.

DD : Il est bon de se faire rare, de se faire envier, de se faire désirer je veux dire…
MF : C’est vrai que je préfère ça, moi.

DD : Parce que tu as peur de rien, toi ! Je me souviens, je t’ai vue chanter devant cinquante mille personnes à Marseille ‘Je suis libertine, je suis une catin’, faut quand même oser, dans un stade… (lors de la tournée d’été Europe 1 en 1986 à laquelle Mylène participa, nda)
MF : Oui, ça, ça ne me dérange pas ! (rires)

DD : Ca te dérange pas ! A quoi tu penses, dans un cas comme ça, tu es devant cinquante mille personnes à qui tu chantes ‘Je suis libertine, je suis une catin’ : qu’est-ce qui se passe dans ta tête à ce moment-là ?
MF : Je serais incapable de vous le dire ! (rires)

DD : Non, tu peux pas ?
MF : Non, incapable !

DD : Bon, ça fait rien. On le regrette !
MF : C’est quelque chose d’enivrant, mais c’est la seule chose que je pourrais dire !

DD : En tout cas, y avait quelque chose qui nous avait bien enivré, qui avait enivré beaucoup de gens, c’était une superbe chanson qui s’appelait « Tristana ». Elle a quelque chose de particulier pour toi, cette chanson, « Tristana » ?
MF : Elle m’évoque la neige. C’était mes débuts, à savoir je suis née au Canada. J’aime la neige et la Russie.

DD : Ha, tu es née au Canada ? (Mylène confirme d’un murmure) Ha bon ! Et tu es canadienne de nationalité ?
MF : J’ai les deux nationalités.

DD : Ha, très pratique !
MF : Pas pour les impôts, je vous le garantis ! (rires)

DD : Ha bon, d’accord ! (rires) « Tristana », Mylène Farmer avec nous sur NRJ jusque 20 heures. Diffusion de l’extended remix de « Tristana »
DD : « Tristana » sur NRJ, Mylène Farmer, dans sa version remix. D’ailleurs, y a toujours des remixes importants sur tes chansons.
MF : Oui, j’adore ça, et Laurent aussi !

DD : Ha, c’est vrai ?
MF : J’avoue qu’on prend un plaisir incroyable en studio que de faire des remixes.

DD : On dit ‘On va mettre un petit bout là, puis on va faire ci, on va faire ça…’ ?!
MF : (rires) Oui, oui ! On travaille aux côtés d’un ingénieur du son qui s’appelle Thierry Rogen et qui adore ça aussi, donc c’est particulier !

DD : Ca s’entend parce qu’en général, ils sont extrêmement réussis ! Téléphone, allo ?! (…) Ton prénom ?
– Sylvie
MF : Bonsoir Sylvie.

DD : (…) Ta question à Mylène ?
– Je voudrais savoir : quel personnage Mylène aimerait-elle interpréter au cinéma ?
DD : Ha ! Y a beaucoup de questions sur le cinéma. Y a des projets, d’ailleurs ?
MF : Pas actuellement. Je vais répondre à brûle-pourpoint le premier rôle qui me vient à l’esprit, ce serait le rôle de Frances Farmer…

DD : Joli rôle…
MF : …qui a été interprété par Jessica Lange, et qui est donc…

DD : Et dont tu portes le nom !
MF : Et dont je porte le nom. Je ne l’ai pas fait exprès, presque ! (rires gênés)

DD : (dubitatif) Oui, tu l’as fait exprès, non ?
MF : (expéditive) Un petit peu, oui ! Et que dire d’autre ? Voilà, c’est une femme, est-ce que je me sens proche d’elle ? Je ne sais pas. Je pense que c’est un personnage qui est passionnant à interpréter. C’est une femme qui a eu beaucoup de mal et qui a été complètement écrasée par son milieu, en l’occurrence c’était Hollyw ood.

DD : Excuse-moi, tu es très femme, si j’ose dire, dans tes textes etc. Quelles sont les femmes que tu admires, dans celles qui ont compté dans l’Histoire ? Il y a des femmes que tu admires en dehors de Frances Farmer ? Est-ce qu’il y a d’autres actrices, ou des femmes politiques, des gens comme ça, que tu admires ?
MF : Oui. J’aime Greta Garbo.

DD : Tu aurais aimé interpréter des rôles comme Greta Garbo, éventuellement ?
MF : Je ne sais pas. C’est la femme, là, qui m’inspirerait, plus que ses rôles. Y a une femme que je connais pas du tout mais vers qui je vais aller, qui s’appelle Lou Andrea Salomé, qui a été le femme de, entre autres, Freud et de Rilke, qui était un poète, et qui en l’occurrence elle aussi écrivait, et c’est une vie qui me passionne, vers qui je vais aller.

DD : Voilà, je dis au revoir à notre amie Sylvie, je lui fais un bisou et on a un disque maintenant que nous a demandé M ylène, c’est un groupe australien qu’on adore alors ce choix nous a ravi : c’est le groupe INXS (…)

Diffusion de « Need You Tonight »

DD : Qu’est-ce que c’est bien, ça : INXS sur NRJ, « Need You Tonight »…
MF : Et on peut se faire cette réflexion que de ne pas comprendre un texte, si l’on n’est pas bilingue en l’occurrence, c’est pas du tout important. C’est l’ambiance qui compte !

DD : Oui, et puis le texte est pas très compliqué. Il est provocant, d’ailleurs, comme les tiens ! Et puis je signale aux demoiselles qui ne connaissent pas encore ce groupe que le chanteur est quand même extrêmement mignon…
MF : Et très, très sensuel !

DD : Il faut bien le dire, il faut bien le dire ! Dans un instant, on écoutera un autre extrait de « Ainsi Soit Je… », une chanson qui s’appelle « Les Jardins de Vienne » (sic). C’est très beau, ça évoque quelque chose de particulier pour toi ?
MF : Oui, très particulier puisque j’ai connu cette personne, et c’était une personne qui s’est effectivement pendue dans un jardin de Vienne.

DD : Alors écoutez cette très, très belle chanson dans une petite minute !

Diffusion de « Jardin de Vienne »

DD : « Les Jardins de Vienne », sur NRJ, Mylène Farmer. Il est toujours extrêmement cruel de couper une chanson, surtout quand elle est très belle et en plus quand on a l’auteur et l’interprète à côté de soi. Je suis vraiment désolé, mais y a vraiment beaucoup de gens au téléphone qui veulent te poser des questions et tu es quand même là pour ça, alors on fait : allo ?!
– Allo ?
DD : Bonsoir, tu t’appelles ?
-Estelle.
DD : (…) Alors, ta question à Mylène, qui t’écoute très attentivement.
– Bonjour !
MF : Bonjour…
– Je voulais savoir pourquoi Mylène a adopté un look spécial pour chaque chanson…

DD : Pourquoi pour chaque chanson un look différent ?
MF : Pour chaque chanson… Je pourrais appeler ça presque la toilette de l’âme. Et pour être un peu plus terre à terre, parce chaque chanson suscite un univers. Par exemple, sur « Tristana » ça pouvait évoquer la Russie, donc j’avais des habits qui pouvaient évoquer aussi la Russie. « Sans Contrefaçon », c’était un petit garçon, donc c’était abordé avec la casquette. Et puis, c’est avant tout un plaisir que de s’habille et que de changer.

DD : C’est le goût du costume, c’est le goût du théâtre, c’est le goût de l’art en général, quoi…
MF : Oui, et je crois que les personnes qui sont devant leur poste de télévision aiment aussi ce goût-là, ont le goût de l’habit, de la représentation, et voilà…

DD : Ca fait partie du métier, ça fait partie d’une part de ton métier…
MF : Je porte très, très mal le blue-jean en plus ! (rires)

DD : Raison supplémentaire ! Estelle, voilà la réponse à ta question, on te fait une grosse bise.
– Je voudrais savoir si je peux avoir une photo dédicacée de Mylène…
DD : Hé bien, on va noter ton nom hors antenne et on va t’envoyer ça, d’accord ?
MF : Absolument !
– Merci ! Au revoir !
MF : Au revoir…

DD : Alors, à propos de clip justement, celui de « Ainsi Soit Je… » va bientôt sortir ?
MF : Il va sortir je crois le 17 avril…non…mai ?! (rires)

DD : Heu oui, ça sera plutôt le 17 mai, puisque nous sommes déjà passé le 17 avril !
MF : Oui, oui. Je vais être en tournage dimanche prochain.

DD : Ha bon, très bien. Et alors, y a une question qui est posée très, très, très souvent aussi : alors si on veut écrire à Mylène, une seule adresse, c’est la bonne, le courrier est à adresse à la maison de disque qui s’appelle Polydor, ça se trouve 2 rue Cavalloti (il prononce ‘Cavayoti’) 75018 Paris. Ai-je été précis, ma chère Mylène ?
MF : C’est ‘Cavalloti’ (elle rectifie la prononciation).

DD : Pardon !
MF : Et c’est très important pour moi !

DD : C’est très important, le courrier…Tu lis beaucoup le courrier qu’on t’envoie ?
MF : Je lis tout, j’ouvre tout moi-même, je réponds moi-même. Très souvent, on me dit ‘Je pense que ça sera quelqu’un d’autre qui signera à [ma] place’ : ça, c’est quelque chose que je me dois de faire. Par contre, c’est vrai qu’on a beaucoup de retard, parce qu’il y en a beaucoup et qu’on a pas toujours le temps, donc d’avance, je m’excuse de ce retard !

DD : Alors si vous voulez donner du boulot à Mylène, écrivez ! « Sans Contrefaçon » sur NRJ.

Diffusion du Boy Remix de « Sans Contrefaçon »

DD : Retour au standard. Allo ? (…)
– Alors je voudrais savoir ce que vous aimez comme lecture, et j’aimerais vous faire une proposition de scénario-roman, mais je ne sais pas où m’adresser…
DD : Ha…Alors… ?!
MF : Je réponds à la première question ?!

DD : Réponds à la première question.
MF : Le genre de lecture… Je crois que j’aime avant tout les auteurs qui ont des âmes tourmentées. J’ai un livre de chevet – des livres de chevet – d’Edgar Poe. J’aime beaucoup Baudelaire. J’aime bien August Strindberg, que j’ai découvert justement quand j’étudiais le théâtre. Mais je peux aussi aimer tous les contes, des contes extraordinaires. Je peux passer très facilement du morbide au merveilleux.

DD : (ironique) Les bonnes lectures du soir de Mylène Farmer ! Alors pour la deuxième partie de ta question, je pense que tu peux tout simplement envoyer ton projet à l’adresse que j’ai donné tout à l’heure pour le courrier de Mylène Farmer, chez Polydor (il redonne l’adresse)
MF : Bien sûr !

DD : Et ça sera transmis, c’est promis !
– Ben parce que je l’ai déjà fait, et puis j’ai toujours pas de réponse…
DD : Hé bien tu auras une réponse, Mylène a dit tout à l’heure qu’elle s’excusait, qu’elle avait beaucoup de retard, d’accord ? On te fait un gros bisou, au revoir.
– Oui, d’accord, au revoir…

DD : Et juste avant de te quitter, je voudrais détailler, Mylène, deux, trois petits symboles qu’il y a dans le petit bouquin splendide qui a été envoyé à toutes les radios avec l’album. (Dominique Duforest évoque la brochure que les collectionneurs appellent communément ‘le programme « Ainsi Soit Je… », envoyé aux médias, et qui contient photos, documents et présentation de l’artiste, nda) Alors, il y a un landau d’abord, avec deux da tes qui sont 1962 / 1985 : c’est quoi ça ? Le landau, ça a une signification ?
MF : Pas réellement. Le landau fait plus allusion à un corbillard ou à une tombe qu’à un vrai landau ! (rires)

DD : Oui, d’ailleurs il est pas très gai, ton landau ! Pourquoi y a Bambi également dans les photos ?
MF : Bambi, parce que je crois que c’est le personnage au monde que je préfère. J’ai vu « Bambi » énormément de fois, et je voudrais me réincarner en Bambi, pourquoi pas !

DD : Baudelaire, maintenant on vient de savoir pourquoi : tu aimes les tourmentés, et là tu es gâtée ! Louis II de Bavière ?
MF : Louis II de Bavière, on avait dédicacé sur le disque de « Maman a Tort » ‘à Louis II de Bavière’, parce que c’est un homme dont la vie me fascine, c’est…

DD : Tourmenté également, d’ailleurs…
MF : Tourmenté également, oui.

DD : Bon, Laurent Boutonnat : maintenant on sait que vous vous adorez. Edgar Allan Poe ?
MF : Edgar Poe parce que, comme je le disais, c’est aussi quelqu’un qui a une écriture qui est pour moi une des plus belles écritures, et puis qui a un univers qui me fascine et dans lequel je me complais volontiers.

DD : Ainsi est elle : c’est Mylène Farmer. On vient de passer une heure avec toi, on en est ravis.
MF : Moi aussi !

DD : Merci Mylène, on espère te revoir très vite. On attend avec impatience la sortie de ce clip, et puis que tout aille bien. « Ainsi Soit Je… »
MF : Ainsi soit-il ! (rires)

Diffusion de « Ainsi Soit Je… » pour clore l’entretien

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Mylène en CONFIDENCES, Mylène en INTERVIEW | Pas de Commentaires »

Mylène Farmer se confie à Paris Match

Posté par francesca7 le 29 juin 2013

Mylène Farmer se confie à Paris Match dans Mylène dans la PRESSE match

Ca aurait pu passer inaperçu tant la une de Paris Match est discrète à propos de l’interview que la Star rousse a accordé au journaliste, Jérôme Béglé. La belle Mylène Farmer ne fait pas la une, juste un petit encard qui signale cette interview. Pour l’édition belge dont la couverture est accordée à Sophie Marceau, rien ne signale que le magazine a obtenu une interview de l’artiste…pourtant, l’interview est déjà annoncée sur tous les forums et/ou sites consacrés à la mystèrieuse chanteuse.

Si Paris Match n’a pas fait grand bruit de cette interview, la toile s’en est chargée car Mylène Farmer sait créer l’évènement. L’interview montre une artiste qui est loin de l’image pop glacée qu’on veut bien généralement lui coller. Le journaliste d’ailleurs en interview sur le site de Paris Match explique que la flamboyante rousse est loin d’être le personnage distant, froid et mélancolique qu’on veut trop souvent faire endosser. C’est une femme qui sait s’amuser, rire.

Dans l’article, illustré par de superbes photos de Claude Gassian, Mylène apparaît mutine comme un personnage de manga (dixit le magazine). Une Mylène qui semble avoir envie de communiquer avec le journaliste. Elle explique son envie de scène et le pourquoi de ce Stade de France en 2009. Elle confirme par ailleurs qu’il y aura bien une tournée. Que le choix du 12 septembre 2009 n’a rien à voir avec le fait que ce sera le jour de son anniversaire. Elle parle de la relation privilègiée qu’elle entretien avec son public et va même jusqu’à raconter comment elle a rencontré l’homme de sa vie, le réalisateur de films d’animation, Benoît Di Sabatino.

L’article permet également de lever un court instant le voile qui recouvre le nouvel album de Mylène. Un album qui devrait être plus électro avec des titres « up tempo ». Enfin, La jolie rouquine évoque les rapports qu’elle entretien avec la mort et l’au-delà.

Une interview intéressante à lire dans le Paris Match du 20 au 26 mars 2008 ou à consulter dans son intégralité sur www.parismatch.com

A lire sur le site http://www.paperblog.fr/ 

 

Publié dans Mylène dans la PRESSE, Mylène en INTERVIEW | Pas de Commentaires »

Sophie Tellier et Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 15 juin 2013


 

Sophie Tellier et Mylène Farmer dans Mylène et L'ENTOURAGE tellier-sSophie Tellier est une actrice française.

Après un parcours de danseuse, notamment chez Roland Petit et Redha, Sophie Tellier se forme à l’art dramatique avec Jack Waltzer et Redjep Mitrovitsa, et au chant lyrique avec Jorge de Léon.

  • Danseuse et chorégraphe de Mylène Farmer de 86 à 92 pour la TV ,le Palais des sports, et Bercy (elle incarne aussi sa rivale vénéneuse dans 3 vidéos clips de Laurent Boutonnat) Mais aussi de plusieurs comédies musicales dont Piaf, je t’aime au théâtre du Gymnase Marie Bell,Crime of Passion de Pierre Philippe et Astor Piazzolla, mise en scène de Vincent Vittoz au festival d’Edimbourg 2001. En 2010, pour Le gros,la vache et le mainate de Pierre Guillois au théâtre du Peuple, et pour Mike de Gadi Inbar mise en scène de Thomas Le Douarec au Comédia.
  • Chorégraphie pour L’opéra :

Avec le metteur en scène Philippe Calvario L’amour des 3 oranges de Prokoviev au festival d’Aix en Provence , Angels in America de Tony Kushner et Peter Oetvos au Châtelet, Iphigénie en Tauride de Glück à l’Opéra de Hambourg. Avec le metteur en scène Frédéric Bélier-Garcia : La Traviata de Verdi aux Chorégies d’Orange et au festival de Baalbeck.

  • Comédienne et chanteuse, elle incarne l’horloge dans Émilie jolie de Philippe Chatel et Tiger Lily dans Peter Pan, mise en scène d’Alain Marcel au Casino de Paris, Carla dans Nine aux Folies Bergère, mise en scène de Saverio Marconi.
  • Jérôme Savary la choisit pour incarner l’Amour dans Y’a d’la joie et d’l'amour et Guadalena dans La Périchole d’Offenbach au théâtre national de Chaillot puis à l’Opéra Comique.
  • En 2004, elle chante Linetta dans L’Amour des trois oranges de Prokoviev
  • Au théâtre de l’Œuvre, elle incarne Camille Claudel dans Camille C. de Jonathan Kerr, mise en scène de Jean-Luc Moreau (metteur en scène), spectacle musical qui reçoit le Molière de L’inattendu 2005 (5 nominations).
  • Collaboration artistique :

En 2007, pour les « Opéras en plein air », elle est la collaboratrice de Julia Migenes pour sa première mise en scène Le Barbier de Séville, puis en 2008 celle de Julie Depardieu et Stephan Druet pour Les Contes d’Hoffmann de Jacques Offenbach.

Dans Pouvu qu’elles soient douces : 18 Août 1757, un détachement de l’armée de sa gracieuse Majesté George II, commandé par le courageux Capitaine Alec Parker, débarque aux Pays-Bas et entre en Prusse. Il vole au secours de Frédéric II qui est assiégé par la coalition Franco-Austro-Russe.
Hélas pour eux, ce jour là, ils foulent le territoire ennemi puisqu’au passage, deux fantassins ont ramassé une jeune femme française blessée, qu’ils croyaient morte et qui éveille l’intérêt particulier du capitaine. Celui-ci devrait se préoccuper davantage de l’évacuation de son régiment en terre ennemie (la France en l’occurrence) plutôt que de rêvasser sur cette inconnue qui paraît si douce, si douce.

 farmer1 dans Mylène et L'ENTOURAGE

Voici l’interview qu’a accordé Sophie Tellier au magazine Platine en février 1997. Elle évoque ses tournages sous la direction de Laurent Boutonnat. La chorégraphe de Mylène Farmer mène la danse…

    Sophie Tellier s’occupe de la coordination des chorégraphies pour Mylène Farmer de 1986 à 1991. Elle recrute les danseurs et danseuses, leur apprend les mouvements, les enchaînements et veille à leur bonne synchronisation. Elle sera également chargée du casting des danseurs pour le concert de 1989. On peut d’ailleurs la voir dans les  chorégraphies lors des promotions de Tristana (1987), Pourvu Qu’elles Soient Douces (1988) et Sans Logique (1989). Ensuite, on la reverra dans les danseuses lors de la promotion de Désenchantée en mars 1991 où elle occupe toujours les mêmes taches. Suite à ça, elle décide de se consacrer entièrement à sa propre carrière et part en tournée avec une troupe de théâtre. Christophe Danchaud (qu’elle avait présenté à Mylène Farmer en 1987) assurera la relève pour le travail chorégraphique  auprès de la chanteuse. Il travaillera encore avec elle de longues années, quoique disparaissant de la scène pour les tournées postérieures à 1999..

  Sophie Tellier compte toutefois revenir en 1993 auprès de Mylène et Laurent Boutonnat sur le tournage de Giorgino où on lui a proposé un rôle. Elle passera aussi par Canal Plus en 1994 où elle participera aux sketches d’Antoine DeCaunes. Elle joue encore aujourd’hui plusieurs pièces et comédies musicales à Paris et en Province. Elle est d’ailleurs remonté une nouvelle fois sur scène en septembre 2000 pour une comédie musicale : Du Vent dans les branches de Sasaffras. Elle a aussi joué dans le film de Jean-Pierre Jeunet Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain (Dans la scène où Bretodeau se remémore son enfance avec la petite boîte, il se rappelle aussi des combinaisons de la tante Josette qu’il regarde par un trou caché par une photo… Cette tante Josette, c’est Sophie Tellier).

Elle participe après 2000 à plusieurs pièces de théâtre et comédies musicales comme Piaf, je t’aime (au Théâtre dy Gymnase à Paris), Roberto Zucco (aux bouffes du Nord), elle incarne Camille Claudel en 2005 dans Camille C. (au théâtre de l’oeuvre), puis partage l’échec du Clérambard (de Marcel aymé) conçu par Bigard en 2008.

tellier-300x130

INTERVIEW

Sophie Tellier :     « Après avoir rencontré Mylène au festival du clip de Juan-Les-Pins en 1984, elle m’a rappelé pour travailler sur le corps, le physique et la danse, en séances particulières chez elle. A la suite de ça, Laurent Boutonnat à écrit le clip de Libertine, et m’a proposé de tenir le rôle de la méchante. »

Étiez-vous surprise de sa démarche ? Avant elle, les clips français étaient plutôt simplistes…

    J’étais surprise sans être surprise, parce que Laurent et elle véhiculaient un univers très personnel, que j’adorais. Je suis folle du XVIIIe siècle, je suis très grandes robes, duels, calèches. Depuis que je suis une toute petite fille, la seule chose qui m’intéresse, c’est d’être une marquise ! (rires) Même la danse classique, quand j’étais ballerine, nous amène dans cet univers un peu gothique, les cimetières… C’est intéressant de le remettre au goût du jour, c’était parfaitement assorti aux chansons et chacun des trois tournages fut un bonheur. Mylène m’a donné la chance de jouer des personnages de composition. J’étais toute jeune et je jouait des personnages de quadragénaires. A l’époque, je n’avais pas encore fait de courts-métrages, elle m’a donc vraiment mis le pied à l’étrier. Ca a un peu projeté la lumière sur moi, parce que nous représentions une entité, à nous deux. Moi, j’étais le mal, elle était le bien, on fonctionnait en opposé. 

Étiez-vous très dirigée ?

    En me proposant le rôle, Laurent savait que j’allait en faire des kilos, que j’avais une démesure expressionniste, presque baroque, qui convenait à ce qu’il cherchait. Donc il me laissait une vraie marge de manœuvre. Il tournait souvent que deux prises. A la troisième il disait : « - Je ne coupe pas, fais ce que tu veux. » Alors j’enlevais ma perruque, je délirais…

Comment s’est déroulé le tournage de Tristana, dans le Vercors ?

    C’étais un peu Blanche-Neige et les Soviets, une ambiance de contes de fées qui parlait à mes origines bretonnes. Il y avait tout un début parlé, ce qui était très rare dans les clips, et en russe pour corser le tout ! Une interprète est venue nous faire répéter. J’étais complètement néophyte, contrairement à Mylène qui a un petit peu appris cette langue à l’école. J’ai une photo où je fais du bobsleigh des neiges avec elle, on est méconnaissables sous nos chapkas et nos lunettes… Ils m’ont proposé de passer pendant le montage, et c’était très dur de me découvrir à l’écran. Au moment où on le vit, on ne se rend pas compte de l’impact que ça peut avoir. J’étais aveuglée par mes yeux blancs de sorcière, j’avais les machines qui me tenaient les mains et les bras quand je courais… Au montage, j’étais hyper choquée. Et encore, Laurent l’a édulcoré ! Je ne pense pas qu’il ait gardé les rushes.

Vous vous étiez vue dans le premier clip ?

    Ils ont été assez malins. Par exemple, quand je crache le sang, ils m’interdisaient de ma regarder dans un miroir. On m’a nettoyé entre les deux prises sans que je ne voit rien. Je savais bien que j’étais un personnage féminin un peu extrême mais quand je l’ai vu à l’écran, j’étais très étonnée. Aujourd’hui, quand je retombe par hasard sur une rediffusion, ça me fait rire. Les gens me reconnaissent d’avantage dans la rue parce qu’avec dix ans de plus, je ressemble plus au personnage ! (Rires.)

Collaborer avec Mylène et Laurent devait être quelque chose d’éprouvant,. Quelqu’un de timide aurait été balayé, à côté des exubérances de son manager Bertand LePage… Vous sentiez-vous plus solide qu’une autre fille de votre âge ?

    Je n’ai jamais eu de problèmes avec Mylène et  Laurent, à part quelques non-dits… Bertrand est quelqu’un d’incroyable, il a été à la base de tout. Moi, je ne pouvais pas péter les plombs. Il fallait que je reste à ma place (Bertrand LePage a fait un scandale lors de la reception donnée en honneur de Mylène FARMER à l’école des beaux arts en décembre 1989. Elle s’en sépara quelque jours plus tard. NDCP). Je sentais que Mylène avait confiance en moi, et que je pouvais m’appuyer sur elle en retour. Elle était très introvertie, très parano. Elle avait besoin de travailler avec des pointures qui ne soient pas stars, qui aient bon caractère. J’étais chargée de former les équipes avec qui elle allait bien s’entendre. D’ailleurs, elle a continué à travailler avec tous les gens que je lui ai présentés.

Après Pourvu Qu’elles Soient Douces, on ne vous voit plus dans les clips mais vous réglez les chorégraphies du EN CONCERT 89… (On voit Sophie TELLIER dans le clip de A quoi je sers en 1989 NDLR)

    Oui, j’ai fait le casting des danseurs et des danseuses de Sans Conterfaçon et j’ai participé aux télés jusqu’en 1991. Là; je me suis dit que je devais travailler pour moi, me lancer dans la comédie.

Avez-vous regretté de ne pas être de l’aventure Giorgino ?

    Au début j’avais un rôle. (celui de Marthe, encore une rivale! NDLR.) J’ai été écartée quand ils ont opté pour une distribution internationale. Ca m’a fait un peu de peine et je me suis détachée. J’ai l’impression que Mylène n’a jamais voulu le comprendre. On en a vaguement parlé, mais elle n’a pas dû saisir que c’était important pour moi. Quand j’ai vu le film, j’étais un peu déçue. Les images étaient splendides, mais c’était trop long… Laurent était plus carré dans ses clips, plus efficace. Il est très sûr de ce qu’il veut, il ne fait pas n’importe quoi n’importe comment. Je crois qu’il a fait ce qu’il a voulu. Il voulait un film à la David LEAN, très long, avec des étendues de paysages, la petite calèche qui traverse la neige pendant deux heures…

Propos recueillis le 12 février 1997. 

Platine, n°39, mars 1997, pp.19-20. 

Publié dans Mylène et L'ENTOURAGE | Pas de Commentaires »

Mylène Farmer, on fait le Tour

Posté par francesca7 le 13 juin 2013

Mylenium Tour (2000)

Description du live :

Mylène Farmer est de retour sur scène et, une fois de plus, la chanteuse a mis le paquet pour impressionner son public et lui offrir un show hors du commun : décor pharaonique, effets spéciaux, chorégraphies réglées au millimètre près…

 La scène est dissimulée sous une grande toile blanche. Le public est au comble de l’excitation. Soudain, la toile s’éclaire de bleu et Mylènium, morceau instrumental à l’ambiance tribale résonne dans la salle. L’enthousiasme du public frôle l’hystérie lorsque tombe enfin le décor. Trônant au milieu de la scène, une immense statue de 17 m de haut inspirée d’un tableau de Giger (le créateur d’Alien), hybride de Bouddha et de sphinx, monopolise tous les regards…

Soudain, la lumière s’intensifie, de la fumée apparaît et la tête de la statue s’ouvre en deux laissant apparaître l’ombre de Mylène. Lentement, majestueusement, la chanteuse vole, loin au dessus de la scène tandis que la main articulée de la statue s’élève pour recueillir la star. Tout est fluide et époustouflant, les effets de lumière rendant le spectacle impressionnant. Le public n’en croit pas ses yeux.

Mylène Farmer, on fait le Tour dans Mylène et BIOGRAPHIES mimi3-296x300

 

 Puis l’orage éclate et Mylène attaque alors le premier titre L’amour naissant. Elle descend de la main et s’approche du public en dépliant ses bras à chaque refrain. Mylène est belle, le public enthousiaste… Une photo est prise et illustrera la pochette de ce tour.

 La musique de L’âme-stram-gram débute et on voit Mylène accroupie autour d’une dizaine de danseurs. Elle entame alors sa chanson, chorégraphie à l’appui. Tout est merveilleusement bien synchronisé. Puis la star dialogue un peu avec le public et demande ensuite de chanter le refrain avec elle, chose qu’il fera en chœur.

 Dans la salle résonne « It’s beyond my control » puis la musique débute. Mylène demande alors à ses fans de taper dans leurs mains pour l’accompagner. Elle nous offre pour la première fois une version live de ce titre. Mylène est rayonnante.

 Puis la scène se plonge dans le noir. La mélodie de Rêver s’étend dans la salle et la star, seule sur le côté entame sa chanson, la voix nouée. Elle demande ensuite au public de reprendre ce titre. Mylène ne chante plus et écoute, les larmes aux yeux, le public chantant en harmonie son refrain. Il se dégage une telle émotion que Mylène ne peut parler. Elle fredonne quelques mots et remercie le public…

 Puis Mylène nous offre Il n’y a pas d’ailleurs. Seule, debout dans la main de la statue, elle interprète cette chanson pour la première fois en concert. Son interprétation est bouleversante. Entourée de ses deux choristes, elle termine sa chanson, descend de la main et quitte la scène. Puis l’obscurité se fait à nouveau.

 Au milieu de la scène, vue de dos et lumière intense, la chanteuse dont on ne devine que les formes, reprend ensuite un titre quasi inédit de son répertoire : Mylene is calling (face B de « Je t’aime mélancolie« ). « Allo oui c’est moi tu n’es pas là… ». Ce clin d’œil à ses fans est en fait une habile transition au prochain tube de la star…

 Les premières notes d’Optimistique-moi résonnent dans la salle. Tous de noir pailleté vêtus, Mylène et ses danseurs entament une chorégraphie dont la synchronisation et la rapidité ne peuvent que rendre admiratifs les plus sceptiques. Puis la chanteuse demande au public en délire de reprendre le refrain avec elle.

 Un medley de ses premiers succés sont enchaînés à une cadence incroyable. Pour l’occasion, Mylène ressort le « club remix » de Pourvu qu’elles soient douces. Accompagnée de ses danseurs, la chanteuse nous offre une chorégraphie digne des plus grandes. La star chante Maman a tort dont le public aime à reprendre les paroles enfantines, effets pyrotechniques et feux d’artifice à l’appui. Elle enchaîne ensuite Libertine puis Sans contrefaçon puis l’obscurité se fait à nouveau.

myl7ne-1987-05-c-243x300 dans Mylène et mes BLABLAS

 Seule dans le coin droit de la scène, Mylène chante Regrets en solo. Cette interprétation sans Jean-Louis Murat est bouleversante et la salle, conquise, suit des yeux la main de la statue dans laquelle brûle un feu de Bengale rouge et lumineux. Puis la flamme s’éteint et Mylène termine sa chanson, petites larmes aux yeux.

 Quand Désenchantée commence ensuite, l’ensemble de la salle se déchaîne. La version est très techno et les danseurs, attachés au sol, se penchent presque à l’horizontale, de gauche à droite. Entourée de ses deux choristes, la chanteuse nous offre des jeux de main pour chorégraphie et le public, endiablé, saute dans tous les sens. C’est l’euphorie !

 Dans la salle résonne un bruit de porte, puis des pas. Le rire de Mylène s’étend et la musique de Méfie-toi débute. Vêtus de blanc et manteau noir, la star et ses danseurs sortent du corps de la statue. Ils entament alors une chorégraphie et Mylène chante le refrain. Le titre terminé, la chanteuse se débarrasse de son manteau et s’assoie sur les marches.

 Deux doigts dans la bouche, le coup de siffler fait démarrer Dessine-moi un mouton, clin d’œil au Petit Prince de St Exupéry. Une balançoire descend du ciel et la salle est inondée de confettis d’argent… Mylène retrouve son âme d’enfant et les danseurs autour d’elle jouent à saute mouton. Elle en profite pour présenter son petit monde au public. Magnifique !

 Puis la star, entourée de ses deux choristes, nous offre une version acoustique de son tube California. Bien que celle-ci soit magnifique, on regrette une version plus énergique comme dans le tour 96. Puis Mylène quitte la scène et la salle est plongée dans le noir.

 La chanteuse revient en longue robe blanche nous interpréter en version accoustique Pas le temps de vivre, un hommage à son frère. Mylène pleure, les flammes scintillent un peu partout dans la salle. L’émotion est telle que la star ne peut terminer le refrain. C’est le public, en harmonie, qui le finira. La chanteuse demande ensuite à un fan de monter avec elle sur scène. Le chanceux ! L’émotion est à son comble quand celui-ci tombe à ses genoux et que Mylène, les larmes aux yeux, l’aide à se relever. Elle remercie alors le public pour ces moments si intenses…

 Après un court instant d’obscurité, la statue s’éclaire de rouge sang. La chanteuse, vêtue d’une longue robe rouge, revient alors interpréter Je te rends ton amour. Sur la scène, de la fumée apparaît et la star est soulevée vers le ciel. Là, immobile, elle termine son titre… Epoustouflant !

 Suivra ensuite Souviens-toi du jour. Mylène attaque l’intro (« Quand le vent a tout dispersé… »). Le public tape dans ses mains pour accompagner la chanteuse. Chorégraphie à l’appui, elle nous offre une version live magnifique de ce titre. Elle demande alors au public de reprendre le refrain deux fois avec elle avant de quitter la scène.

 Des notes de piano, se font entendre et la chanteuse vient interpréter un second titre inédit magnifique : Dernier sourire (face B de « Sans logique« ). Son interprétation est bouleversante. La voix nouée, et très émue, elle chante ce titre mélancolique, accompagnée par le public. Le 2e couplet terminé, on entend dans la salle un fan hurler « Mylène on t’aime ! ». La star répondra alors « Moi aussi ! ». Le public frôle l’hystérie. Cette chanson est très riche en émotions. Elle remercie le public.

 Puis Innamoramento débute. Mylène chante merveilleusement bien ce titre éponyme de son dernier album. Les sonorités aiguës de ce titre rendent son interprétation magnifique. La star, ne voulant pas quitter la scène, demande au public de reprendre 4 fois le refrain avec elle avant de disparaître dans la main de la statue. Mylènium résonne à nouveau dans la salle. Puis le rideau tombe : C’est la fin ! Deux heures viennent de s’écouler à une vitesse foudroyante. Personne n’en revient !

Publié dans Mylène et BIOGRAPHIES, Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaires »

Mylène Farmer en Une du mensuel « Têtu »

Posté par francesca7 le 9 juin 2013

 

Mylène Farmer rime également avec la Spiritualité vor ICI : http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

C’est un énorme coup que le mensuel Têtu vient de réaliser pour son numéro de septembre qui paraîtra en kiosques le 20 août 2008 prochain. Le magazine gay a en effet décroché en exclusivité l’unique interview de Mylène Farmer à l’occasion de la sortie de son nouvel album, Point de suture, qui paraîtra le 26 août 2008 (dès le 20 août en digital).

Très rare dans les médias, la star française ne donnera que cette unique interview pour promouvoir son nouveau disque. Elle a également accepté de participer à une séance photos inédite pour le magazine où elle campe le rôle d’un homme avec ce titre : « Si j’étais un homme, j’aimerais être terriblement sexy ». Dans un look androgyne, la chanteuse apparait même en slip rose et blouson de cuir (!). Titre de Une : « Les gays et moi », Mylène Farmer étant considérée comme une « icône homosexuelle » en France. Les pages du magazine sont disponibles sur des sites de fans de la chanteuse.

http://www.ozap.com/actu/mylene-farmer-mensuel-tetu-photos/155806

Mylène Farmer en Une du mensuel

 

Publié dans Mylène dans la PRESSE | Pas de Commentaires »

REMIXES de Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 7 juin 2013

 

venez me rejoindre sur le FORUM : http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

REMIXES de Mylène Farmer dans Mylène AU FIL DES MOTS 2003c’est en décembre 2003 que sort l’album Remixes. Alors qu’en 1992 l’équipe Farmer avait sorti la compilation Dance Remixes agrémentée de trois inédits, ici il ne s’agit pas d’une compilation. En effet, onze remixes inédits composent cet album.

Inédits ? Oui et non. Oui, parce qui’l s’agit de nouveaux mixes des tubes de Mylène, et non, puisque tout le monde connait les chansons originales…. Quoi qu’il en soit, c’est un beau cadeau qui est fait ici aux admirateurs, et qui les aide à patienter en vue d’un nouvel album original (Avant que l’ombre… ne sortira qu’en avril 2005). Les titres qui ont la faveur des DH sont les suivants : Sans contrefaçon, L’instant X, l’Ame stram gram, C’st une belle journée, XXL, Je t’aime mélancolie, Pourvu qu’elles soient douces, Califonia, Libertine, Optimistique-moi et l’incontournable Désenchantée. Pour revisiter ses meilleurs titres, Mylène fait appel aux plus grands DJ français et internationaux.

Sous la direction artistique de Romain Bilharz et de Paul Van Parys (une première), onze DJ remixent donc les titres : JCA (Sans contrefaçon) – One T (L’instant X) – Full Intention (L’âme trame gram) – Devill Hard (C’est une belle journée) – JXL (XXL) – Felix Da Housecat (Je t’aime mélancolie) – Paul Oakenfold ( Pourvu qu’elles soient douces) – Romain Tranchart & Rawman (California) – Y Front ( Libertine) – Junior Jack ( Optimistique) – et Thunderpuss (Désanchantée).

La crème de la crème ! Cet album, encore aujourd’hui, divise les fans. En effet, certains prétendent que c’est un crime de lèse-majesté que d’avoir refait du neuf avec du vieux alors que les remixes originaux créés à l’époque de la sortie des titres suffisent amplement ; d’autres trouvent géniale ‘idée d’avoir revisité les succès de Mylène avec les plus grands noms de la scène house-dance, comme Madonna a pu le faire par exemple… Quoi qu’il en soit, l’album Remixes se vendra à 120 OOO exemplaires, ce qui est très peu au regard des ventes de la compilation Dance Remixes de 1992 mais, dans l’absolu, reste un très bon chiffre pour un disque de chansons déjà très connues.

Trois maxi monoface (sans photo) seront édités pour l’occasion : Sans contrefaçon (JCA Remix), Je t’aime mélancolie ( Felix da Housecat Remix) et enfin L’instant X (The X Key Mix by OneT).

A noter que le remixeur Devil Head, pur C’est une belle journée, est totalement inconnu. En lisant les crédits attentivement, on découvre que le programmateur du titre est Jérôme Devoise, ingénieur du son habituel de Mylène et de Laurent Boutonnat … De là, à penser que Devil Head, qui renvoie à la « tête du diable »’ – probablement ornée d’une crinière rousse réputée démoniaque – serait un pseudo de Mylène, il n’y a qu’un pas… Mais rien, bien entendu n’est confirmé.

                issu du livre de Benoît CACHIN sorti en octobre 2012. Aux éditions Gründ. Page 148/220

Publié dans Mylène AU FIL DES MOTS | Pas de Commentaires »

Mylène – Miss Mystic

Posté par francesca7 le 2 juin 2013

Mylène Farmer rime également avec la Spiritualité voir ICI :

 http://devantsoi.forumgratuit.org/

Depuis le clip de son premier succès, Gabriel, dans lequel elle prenait la forme d’un ange, Najoua Belyzel cultive un certain goût pour l’onirisme et le merveilleux.

Mylène - Miss Mystic dans Mylène dans la PRESSE f4Et ses rares interviews ne font qu’entretenir le mythe autour d’elle…

Mais en matière de mystère, force est de constater que Mylène est la grande prêtresse !

Elle est absente de la presse people et espace ses apparitions de longues périodes d’absence.

Androgyne, libertine ou ultra-féminine, la rousse idole brouille les pistes et sait se faire désirer, aussi bien par ses fans, que par les médias !

Show Girl :  Evidemment, côté scène, ‘y a pas vraiment photo.

Najoua est encore au début de sa carrière et a pour l’instant dû se contenter de petites salles alors que Mylène remplit les Zéniths.

Avec ses 25 années d’expérience (et de succès), la star attire les foules aux quatre coins de l’Europe.

Elle a même réussi l’exploit de vendre les 160 000 billets de ses deux concerts au Stade de France en moins de trois heures !!

Alors, pour son aura mystérieuse, ses clips d’anthologie et ses shows à l’américaine, je déclare Mylène Farmer grande gagnante !

Elle s’impose… mais gare à la concurrence !

Publié dans Mylène dans la PRESSE | Pas de Commentaires »

Olivier Theyskens et Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 25 mai 2013

Venez me rejoindre sur le forum  http://devantsoi.forumgratuit.org/ 

Olivier Theyskens et Mylène Farmer dans Mylène et L'ENTOURAGE rmymi-adio-02-cOlivier Theyskens est né en 1977 d’un père belge ingénieur en chimie et d’une mère française. Enfant, doué pour le dessin et doté d’un sens précis du détail, il veut « être une fille », car il est« jaloux que les filles deviennent des princesses et portent des jupes, ça m’a tourmenté ».

Ses parents ont encouragé son intérêt pour la couture apparu très jeune : à sept ans il déclare déjà qu’il souhaite « faire de la haute couture ».

En octobre 1995, à l’âge de 18 ans, il entre à l’école de École Nationale Supérieure des Arts Visuels de la Cambre pour étudier la couture. Il la quitte dès 1997 pour lancer sa propre marque. Ses premières collections sont souvent qualifiées d’« extravagances gothiques » ; il n’hésite pas à utiliser de simples draps de lits réclamés à sa grand-mère. Mais disposant de peu de moyens financiers, l’expérience tourne court, malgré un certain succès commercial. Son amie Laetitia Crahay, assistante-designer chez Chanel dira « je ne m’inquiète jamais pour Olivier, c’est un gagnant ».

Olivier Theyskens poursuit alors son expérience en créant les costumes du Théâtre de la Monnaie. Mais il continue à dessiner des vêtements comme un passe-temps. Il se fait remarquer à seulement 21 ans quand la chanteuse Madonna, en 1998, porte l’une de ses robes en satin noir aux Academy Awards. Viendra également Mylène Farmer qui apparait alors dans JE TE REND TON AMOUR lorsqu’elle entre dans un confessionnal, vêtue d’une superbe robe rose et blanche du couturier Olivier Theyskens.

Depuis trois saisons, le créateur belge Olivier Theyskens, qui défile à la Fashion Week de New York ce lundi 10 septembre 2012, triomphe chez Theory. Portrait. 

S’il ressemble à Jésus, Olivier Theyskens est surtout, depuis peu, le visage du « middle luxury », concept qui associe un design créatif et de jolies matières à des prix franchement raisonnables. Voilà trois saisons, ce beau page au teint d’albâtre encadré de baguettes noires soyeuses choisissait en effet de donner un virage tout à fait iconoclaste à sa carrière couture. Après avoir enchanté -et parfois étonné- comme directeur artistique de Rochas (de 2002 à 2006) puis de Nina Ricci (2006-2009), il quittait Paris pour New York, et les salons ouatés du VIIIe arrondissement pour une entreprise plus mass market: Theory, une griffe lancée en 1997. 

Les vêtements y sont contemporains mais ni trop pointus ni trop chers, afin de toucher l’Amérique moyenne. La marque est entrée en 2004 dans le giron de Fast Retailing, le groupe japonais propriétaire d’Uniqlo ou deComptoir des cotonniers. En même temps qu’il a l’oeil sur l’ensemble de Theory, le créateur signe Theyskens’ Theory (TT), sa ligne dotée d’une touche plus personnelle et plus affûtée. Où l’on retrouve les tocades de ce trentenaire exigeant: des lignes pures, une allure urbaine et néanmoins enchanteresse, un romantisme aux tonalités sombres. En somme, avec TT, on s’offre du Theyskens démocratisé, de la même manière qu’on s’achète désormais du Felipe Oliveira Baptista à prix accessible chez Lacoste

« Je suis heureux de dessiner de « vrais » vêtements »

« Je ne pense pas être sorti du luxe », assure Theyskens, qui s’appuie sur une équipe de six stylistes et un atelier d’une centaine de personnes, installé à Meatpacking, à New York. « Cette notion m’habite depuis mes débuts, mais je ne voulais pas m’emprisonner dans ce privilège. Je suis heureux de dessiner de « vrais » vêtements, qui vont aller à la rencontre de femmes réelles dans la rue, confie-t-il. Cela me convient parfaitement, car je n’ai jamais travaillé à partir d’un fantasme ou d’une muse. De plus en plus, quand je dessine, je me dis : « Si j’étais une fille, aurais-je envie de porter cela ? » ou « Au-delà du délire esthétique, est-ce flatteur ? »" 

Un sens du réel assez nouveau pour Theyskens, Belge diplômé en 1997 de l’Ecole nationale supérieure des arts visuels de la Cambre, à Bruxelles, à la sortie de laquelle il fit sensation en lançant sa griffe, d’une grâce folle et nourrie de références oniriques. Dès 1998, alors qu’il n’a que 21 ans, Madonna porte aux Oscars une de ses fameuses robes éthérées en satin noir, suivie par d’autres reines des red carpets, Nicole KidmanReese Witherspoon. Ses premiers défilés parisiens restent dans les mémoires des cérémonies à la grâce planante, emplie de robes d’héroïnes tourmentées façon épopée XVIIIe siècle, une esthétique qu’empruntera Riccardo Tisci quelques années plus tard chez Givenchy

olivier-theyskens dans Mylène et L'ENTOURAGE

« On m’a traité de gothique, je ne savais même pas ce qu’était ce courant ! »

« Beaucoup de clichés ont circulé sur moi à la suite de ces collections assez « dark », mélancoliques. On m’a traité de gothique, je ne savais même pas ce qu’était ce courant ! » En mars 2009, il est congédié de Nina Ricci par le propriétaire, le groupe Puig, sept mois avant l’expiration de son contrat, prétendument parce que ses collections coûtent trop cher à produire commercialement. Dans l’édition d’avril du VogueaméricainAnna Wintour, l’un de ses plus fervents soutiens, écrit que « le rôle vital du talent artistique a été dissous dans le climat économique actuel. Nous avons été choquées, mon équipe et moi, d’apprendre que le contrat de Theyskens ne serait pas renouvelé ».  

C’est peu après qu’Andrew Rosen, président et fondateur de Theory, parfois présenté comme le « Bernard Arnault de l’alternatif » depuis ses investissements récents dans Proenza Schouler, lui fait les yeux doux. « Il y a de brillants créateurs aux Etats-Unis mais je cherchais quelqu’un doté d’une sensibilité européenne, pour ne pas dire couture, explique Rosen. J’adore l’idée que quelqu’un comme Olivier veuille faire des vêtements démocratiques. Sa force vient du fait qu’il suit le design d’aussi près que le business. » 

La féminité que Theyskens esquisse aujourd’hui chez TT est moins empruntée, plus ambiguë et androgyne. Il y mêle des classiques urbains (vestes, jeans, shorts et tee-shirts), quelques pièces luxueuses (cuir, manteaux en fourrure), et toujours une poignée de robes longues à la gravité trouble. « La fille theyskénienne n’a jamais été premier degré, trop sexy, trop fatale. Mais, avant, j’étais dans une quête de perfection absolue, explique le créateur. Maintenant, j’apprécie au contraire une pointe de laisser-aller, quelque chose de plus cool. » Une nouvelle dégaine immédiatement désirable, un glamour street cousu de pantalons loose et de vestes masculines collant bien à New York, ville où il compte ses plus grandes fans, Anna Wintour, donc, mais aussi Sarah Jessica Parker ou Julia Restoin-Roitfeld.  

« Theyskens traduit en version américaine son style poétique et rock’n'roll, analyse Agnès Barret, fondatrice d’Agent Secret, agence de conseil en luxe. Il réalise avec Theory un produit moderne adapté au marché, très réaliste, portable et abordable, sans pour autant rien renier de son immense talent. Il apporte un coup de frais et de poésie urbaine sur ce que l’on appelle aux Etats-Unis le « contemporary market » (les vêtements destinés aux femmes actives). Il a gagné en maturité, et, fort de ce succès notamment commercial, je le vois bien revenir un jour vers une grande maison de luxe. » Ayant fait preuve de sa capacité de vendre, Theyskens est lui-même devenu plus « bankable » sur l’échiquier des créateurs. 

« Je n’ai pas oublié qu’il y a encore quelques années je n’aurais jamais osé entrer dans une boutique de luxe. »

Lui semble plus détaché que jamais du jeu des ego couture. « Je prends mes distances par rapport à la mode ; je me suis surpris à ne pas aimer quand les gens sont trop modeux. Je déteste les désirs de consommation liés à un affichage social. Beaucoup de gens réfléchissent à trois fois avant d’acheter un vêtement à 500 dollars. Même moi, d’ailleurs ! Je n’ai pas oublié qu’il y a encore quelques années je n’aurais jamais osé entrer dans une boutique de luxe. » Theyskens a grandi en Belgique au côté d’une mère « qui était la première à dire qu’elle n’était pas sapée », et d’un père ingénieur chimiste. Petit, il révèle un talent hors du commun pour le dessin et le sens méticuleux du détail : « J’ai vite compris, enfant, que je pouvais me faire aimer en donnant mes dessins », se souvient ce grand admirateur d’Yves Saint Laurent. Il griffonne toujours énormément, des croquis de mode et de voyage, des peintures à l’huile ou des aquarelles esquissées au Chili ou en Asie. 

L’homme est plus instinctif que cérébral. « Je laisse parler mes petites voix intérieures et ne perds pas trop de temps à tergiverser. En règle générale, j’ai assez confiance en moi. Je ne suis jamais nerveux même si je ne suis pas exempt de doutes. » Seule la vision d’un chat noir peut déclencher, chez ce superstitieux assumé, une « crise de nerfs ». « J’ai toujours aimé les contrastes dans les caractères, comme les limites entre bonheur et tristesse. La fragilité émotionnelle m’intéresse. La délicatesse, aussi », poursuit ce lecteur de Stefan Zweig. L’Antechrist de la mode ajoute : « Melancholia, de Lars von Trier, c’est moi en film. » On ne lui souhaite pas la même fin. 

http://www.lexpress.fr/

Publié dans Mylène et L'ENTOURAGE | Pas de Commentaires »

12345
 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...