• Accueil
  • > Recherche : mylene libertine

Résultats de votre recherche

CLIP – Je t’aime mélancolie – 1991

Posté par francesca7 le 28 août 2011

 

 

Date de tournage:  novembre 1991 

Lieu de tournage: Studios Sets à Stains (France) 

Réalisateur: Laurent Boutonnat 

Durée: 05’13 

Clip présent sur : L’autre… 

 

Production : Heathcliff S.A.
Budget : environ 45.000 €


 

VIDEO CLIP 

Image de prévisualisation YouTube
 

 

Synopsis : Laurent Boutonnat
Directeur de la photographie : Jean-Pierre Sauvaire
Montage : Agnès Mouchel
Costumes : Jean-Paul Gaultier
Costumière : Carine Sarfati
Chorégraphie : Mylène Farmer
Photographe : Claude Gassian

CLIP « JE T’AIME MELANCOLIE » 



Dates du tournage : novembre 1991
- Tournage du clip (Deux jours de tournage (un jour pour le combat de boxe, un jour pour la chorégraphie) aux studios Sets à Stains, dans la Seine-Saint-Denis) 


06/12/1991 – 1ère diffusion du clip (‘Tous à la une’ – TF1) 

 

CLIP - Je t'aime mélancolie - 1991 dans Les Clips de Mylène cbb2acb9Suite au meurtre du réceptionniste de Polydor, Mylène Farmer part aux Etats-Unis (officiellement pour passer son permis de conduire). Elle fuit en fait les réactions qu’a pu provoquer l’acte de cet homme vexé de ne recevoir aucune réponse à ses lettres !

 

Laurent Boutonnat lui, commence à préparer pendant ce temps, le tournage de Giorgino qui commencera exactement dans un an. A cette période, il est en plein repérage dans le Jura avec le décorateur du film : Pierre Guffroy. Il prendra toutefois quatre jours pour tourner le clip de Je t’aime Mélancolie.

 

Après quelques jours de préparation pour la construction (sur mesure) du grand ring de boxe, deux jours de tournage sont consacrés aux scènes de combat. Les deux autres jours de tournage sont eux réservés à la chorégraphie orchestrée par Mylène Farmer. On note que les dix danseuses derrière Mylène sont les mêmes que celles de la promotion de Désenchantée, neuf mois plus tôt.

 

Mis à part Sophie Tellier qui, pour la première fois, n’assure plus la coordination des ballets. Elle a décidé juste avant le clip de cesser momentanément sa collaboration avec Mylène et Laurent pour se consacrer à sa propre carrière. Elle attend le tournage de Giorgino pour revenir ….

 

On pressent déjà la fin proche de l’univers de Laurent Boutonnat pendant Je t’aime Mélancolie. L’histoire se fait mince, la durée se fait courte, et on succombe de lus en plus à l’esthétique du clip. Ses derniers véritables courts-métrages n’ont visiblement pour unique but d’en arriver à l’oeuvre ultime : Giorgino. Après ce film, d’ailleurs comment ne pas comprendre qu’il n’est pas la peine faire autre chose ?… Qu’aurait pu faire Laurent l’année suivante qui n’aurait pas paru comme fade ? Il ressemble tellement à u aboutissement que l’univers semble difficile à prolonger. Vu de cette façon, Je t’aime Mélancolie peut être lu comme un avant-goût de « l’après Mylène » chez Laurent Boutonnat. Des clips comme Populaire se rapprocheront d’ailleurs plus de ce film que de mises en scène plus ambitieuses telles Tristana ou Sans Logique.

 

 

 

Contexte : 

 

melancolie dans Les Clips de MylèneUn homme est à la corde à sauter. Mylène, elle ne s’entraîne pas et semble se concentrer comme pour entrer sur scène. Nous sommes dans un gymnase sombre, juste avant un combat. Des voix masculines se font entendre en bruit de fond, comme si dans une autre pièce, on pariait sur quelqu’un. Nous sommes en fait dans un vestiaire. L’entraînement de l’homme est intensif. La personne qui lui fera face ne devra pas compter sur sa pitié. Mylène elle montre son absence d’attendrissement en éteignant par la seule force du poing la flamme d’une bougie. La partie peut commencer .. Nous sommes au bord d’un ring de boxe aux dimensions irréelles. L’espace l’entourant est quant à lui plongé dans l’obscurité. Les cris lointains d’une foule font penser à des spectateurs placés trop loin pour assister correctement au combat. Les seuls intéressés sont les 2 adversaires et nous-mêmes qui sommes placés idéalement aux premières loges d’un affrontement souvent évoqué au sens figuré, mais jamais au sens propre : la guerre homme-femme, la guerre des sexes. Comme elle aime à le dire la même année que le tournage : Mylène « a encore ici quelques comptes à régler avec la gente masculine », comme précédemment dans Pourvu qu’elles Soient Douces et Pas de Doute.

 

 

Chaque combattant à son propre coach (tous deux des hommes) un arbitre vient sur le ring donner le coup d’envoi du combat (un homme aussi). Les regards sont cruels et promettent une haine réciproque qui semble aller bien au-delà des cordes d’un ring… on pense évidemment au jeu de regards entre Libertine et son adversaire duelliste, lorsque l’issue du combat penchait autant d’un côté que de l’autre partie. Après le coup d’envoi, les deux corps se tournent autour durant tout le premier couplet de la chanson. Les deux personnes sont très sérieuses et ne laissent rien transparaître, contrairement aux sourires pervers entre les adversaires de Libertine et Sans Logique. C’est là où intervient la folie de Boutonnat, éternel adepte du décalage et de l’inversion. Parallèlement au sérieux, à la durée et la virilité du combat, Mylène toute souriante danse avec deux danseuses derrière elle sur la même musique qui rythme les coups des deux adversaires, sensés être sur le même ring. Sa tenue es légèrement différente, s’étant vêtue d’un porte-jarretelle sous une guêpière faisant étrangement référence au sadomasochisme. Contrairement au départ de Thierry Rogen pour le mixage un an plus tard, on ne regrettera pas le départ de Sophie Tellier du clan Farmer-Boutonnat. La chorégraphie de Je t’aime mélancolie est d’une grande élégance et d’une très haute tenue. De plus, elle est une des plus rythmées et dansantes qu’ai inventé la chanteuse. 

 

3f458413Une brève coupure entre les deux rounds ne fera que relancer les regards haineux à défaut de les calmer. Le combat reprend de plus belle, et la tension montant de plus en plus, le combat commence à dégénérer. Les coups bas se multiplient et le soudain acharnement de l’homme sur la femme pour la mettre KO oblige l’arbitre à intervenir. Il se recevra rapidement un coup de poing dans le nez donné par l’homme qui le rendra KO se faisant ridiculement évacuer par les entraîneurs. Désormais plus de pitié, plus personne ne peut arrêter le match qui dégénère. Les deux combattants s’affronteront jusqu’à la mort. Ils enlèvent même leurs gants de boxe pour se livrer à un véritable combat d’arts martiaux. Alors la chorégraphie s’accélère et les danseuses derrière Mylène Farmer ont à présent des gants de boxe aux mains pour exécuter la chorégraphie qui devient infernale. Dans le combat, les hauts coups de pied fusent, au bord de l’épuisement, l’issue du combat est proche et la femme est en faible posture… ; elle utilisera les dernières forces qui lui restent pour tournoyer sur elle-même et envoyer à son malheureux adversaire un coup de pied dans la tête qui le fera passer par-dessus les cordes du ring.

 

[…]

 

 

 

Beaucoup verront dans ce combat l’affrontement entre la chanteuse populaire et la critique, le texte de la chanson y faisant plus ou moins référence. Ce serait plutôt un mélange de réaction vindicative contre une critique douloureuse, de masochisme (la tenue) face à l’homme croyant détenir tous les pouvoirs et de double emploi (toujours récurrent dans le cinéma de Boutonnat) entre le bourreau (elle gagne) et la victime (l’issue du combat ne lui apportant absolument rien).

 

 

 

ANALYSE SVP ………….. 

 

Le tournage de Je t’aime Mélancolie se situe avant les repérages définitifs du long-métrage Giorgino dont les prises de vue débuteront un an plus tard, pendant la promotion de Que mon cœur Lâche. Comme pour laisser la voie libre à l’ambition pour ne pas dire la mégalomanie de Girogino, Boutonnat semble avoir mis un frein sur les moyens qu’il mettait en oeuvre jusqu’à présent.

 

0Au sein de celle-ci la chanteuse interprète certaines parties de la chanson en question. L’avantage de cette structure est à la fois de mettre l’artiste en avant, de justifier tous les avantages scéniques qui lui sont attribués (éclairages, maquillages parfois outranciers, accessoires et danseurs) sans que cela nuis pour autant au récit éventuel, puis de se rapprocher du cinéma de fiction en y intégrant une histoire ou même un fil conducteur ténu qui implique une intrique auquel  le spectateur pourra se rattacher, voire s’identifier.

 

En somme, le problème que pose Je t’aime Mélancolie est sur plusieurs plans un problème de limites ; en se séparant des attributs que lui-même avait créé, comment Laurent Boutonnat peut-il continuer de se faire remarquer pour continuer de créer l’événement, la longueur en moins.

 

Afin de maquer cette carence, Boutonnat joue précisément sur le changement quasi radical au lieu d’adapter, de raccourcir, et de modifier par touches parcimonieuses ce qu’il savait faire et qu’il appliquait sans cesse depuis sept ans. Le réalisateur se décide à se battre avec les mêmes armes que ses confrères au lieu d’en chercher de nouvelles. Puisque c’est finalement bien de promotion dont il s’agit ici, c’est précisément le format-chanson, avec une histoire simple, une imagerie plus légère, des costumes et maquillages plus actuels et sans génériques, sans suite ou presque que les clips postérieurs à Désenchantée ont pu compter sur une exposition plus large dès leur sortie.

 

Peut-être orientés par les paroles de la chanson, certains critiques ont lu le clip comme une métaphore d’un combat de l’interprète contre eux. Dans cette optique, les images peuvent être vues comme l’adaptation de certaines phrases de la chanson dont elles s’inspirent : « Une sauvage née vaut bien d’être estimée, elle fait souvent la nique aux trop bien cultivé […] Pour plaire aux jaloux il faut être ignorée. » ce rapport avec la réalité du métier que subissent Laurent Boutonnat et sa muse au quotidien, le réalisateur ira jusqu’à le figurer  dans son casting ; il fera appel à un vrai boxeur poids-léger yougoslave et à un arbitre français professionnel ; Gérard Boutonet.

 

La tenue de Mylène Farmer pour les plans de chorégraphie (une guêpière en cuir ornée de clous soutenant des porte-jarretelles noirs) laissent penser à un arrière plan sado-maso appuyé par l’isolement de l’homme et de la femme sur un espace scénique (le ring). Soumis au regard d’un public, isl seraient venus sur ce ring pour se faire mal physiquement avec le consentement de l’autre. Seulement ces pistes ne mènent guère très loin par rapport au texte de la chanson, même extrapolé ; la seule suivie à l’époque fut celle de l’hyperbole sur la critique.

 

L’homme sur le ring, symbolisant la critique au sens large, perd le match ; et la phrase-titre reprise comme un leitmotiv régulièrement : « Je t’aime mélancolie », résonnerait comme une revendication face à ceux qui avaient reproché au couple Boutonnat-Farmer leur imagerie négative.

 

Après le retrait symbolique de la critique face aux coups portés par la chanteuse à la fin du clip, celle-ci se retrouve plus seule que jamais désormais livrée à elle-même, coupée du regard extérieur, près de ce public plus silencieux que jamais devant lequel elle devra tôt ou tard livrer un nouveau combat pour le distraire. Le silence de glace qui clos le clip fait pourtant bien comprendre que la gagnante a eu ce qu’elle a voulu ; et que libérée « des jaloux », elle est à présent ignorée. L’ennemi battu, elle n’est pourtant libérée de rien, prisonnière de la scène et écrasée par les faisceaux de ces projecteurs qui l’exposent peut-être davantage qu’elle ne l’aurait voulu.

 

affiche-jtm

Publié dans Les Clips de Mylène | Pas de Commentaires »

CLIP – A QUOI JE SERS – 1989

Posté par francesca7 le 28 août 2011

Réalisateur : Laurent Boutonnat
Durée : 4’58
Année : 1989
Production : Laurent Boutonnat, Polydor, Polygram Music
Budget : environ 30.000 €

Scénario : Laurent Boutonnat
Directeur de la photographie : Jean-Pierre Sauvaire
Montage : Agnès Mouchel
Stylisme & costumes : Carine Sarfati
Photographe : Marianne Rosenstiehl
Acteurs connus : Lila Dali (l’amant de Sans Logique), un pêcheur du coin (le « passeur »)

Dates du tournage : août 1989 (2 jours)
Lieu du tournage : lac de Grand Lieu, près de Nantes (Charente-Maritime)

Clip présent sur : Les clips – Volume III Music Videos

 A QUOI JE SERS – 1989

VIDEO CLIP  Image de prévisualisation YouTube

 

Chronologie 

08/1989 – 1ère diffusion du clip
08/1989 – Tournage du clip (Deux jours de tournage au lac de Grand Lieu, près de Nantes, dans la Charente-Maritime) 

 

 

Synopsis 

 

CLIP - A QUOI JE SERS - 1989 dans Les Clips de Mylène 2908798297_small_1Mylène s’avance sur une berge, une valise à la main. Un homme, conduisant une barque, s’approche et l’invite à monter. Il s’agit de Charron, qui va faire traverser le Styx, fleuve des morts, à Mylène. La barque évolue lentement. Mylène, qui tourne le dos à la marche, a le regard vide et lointain. Au bout d’un certain temps, alertée par les regards du passeur et les bruits derrière elle, elle consent enfin à se retourner. Tous les personnages morts dans ses clips précédents sont là, et l’attendent : Raspoukine, la rivale de Libertine, le capitaine Parker, le marionnettiste, et le toréador. Mylène va les rejoindre et ils marchent ensemble à travers le Styx. Le passeur, Charron, revient alors de son trajet, la barque vide ; si ce n’est la valise de Mylène qui reste à l’intérieur. 

Le saviez-vous ? 

- Si Sophie Tellier n’a pas repris son rôle de Rivale de Libertine dans le clip A quoi je sers, c’est parce qu’elle avait un engagement pendant l’été 89. Entre le Palais des Sports et la tournée en province, elle était sur scène pour un autre projet. Mais c’est elle qui a choisi sa doublure pour le clip. 


- Le pêcheur embauché le temps du tournage pour mener Mylène dans sa barque a raconté que celle-ci était assez froide et pas pudique pour un sou : elle se serait changée dans une caravane porte grande ouverte, tout le monde la voyant nue ! 

 

Le tournage du clip (en noir et blanc) a duré deux jours.

Budget estimé à environ 30 000 euros.

Le clip symbolise parfaitement la fin d’une époque, mettant en scène Mylène dans son propre rôle embarquée sur une barque avec un passeur et voguant sur un fleuve dans un paysage sombre et brumeux. 


On retrouve les principaux personnages des précédents clips: la rivale de « Libertine » et « Pourvu qu’elles soient douces« , l’amoureux de » Tristana« , le marionnettiste de « Sans contrefaçon« , le capitaine anglais de « Pourvu qu’elles soient douces » et le matador de « Sans logique », avec lesquels Mylène s’éloigne laissant le passeur rentrer seul. 


Ce fleuve pourrait bien correspondre au Styx que Mylène a évoqué dans certains de ses textes (« On est tous des imbéciles » en 1985, « Dégénération » en 2008). Dans la mythologie, le Styx était un fleuve qui devait être traversé sur la barque du passeur des âmes, Charon, afin d’accéder aux Enfers. 


Une Mylène est définitivement partie. La  place est libre pour une nouvelle Mylène qui apparaitra avec l’album suivant en 1991…


aquoijesers dans Les Clips de MylèneLa photographe de plateau était Marianne Rosenstiehl.

Tous les acteurs originaux des clips précédents n’ont pas pu reprendre leur rôle (la rivale, le capitaine et Rasoukine, l’amoureux). 


Sophie Tellier, par exemple, qui tenait le rôle de la rivale dans « Libertine » puis « Pourvu qu’elles soient douces » était engagée sur la tournée de Mylène et d’autres projets pour l’été 1989 l’empêchant de participer au tournage. Elle choisira elle-même sa doublure.

Mylène a tourné ce clip avant de s’accorder quelques jours de vacances en Inde. Des clichés par Marianne Rosenstiehl ont immortalisé ce voyage. 

 

 

 

 

 

Publié dans Les Clips de Mylène | Pas de Commentaires »

CLIP – POURVU QU’ELLES SOIENT DOUCES – 1988

Posté par francesca7 le 28 août 2011

Réalisation : Laurent Boutonnat
Année : 1988
Durée : 17’52 mn
Acteurs : Mylène Farmer, Sophie Tellier… 

 

POURVU QU’ELLES SOIENT DOUCES 

 

Video :  Image de prévisualisation YouTube 

 

Analyse (par Jenny) source : http://www.ame-stram-gram.com/ClipPQSD.html 

 

She’s alive… 

18 Août 1757, un détachement de l’armée de sa gracieuse Majesté George II, commandé par le courageux Capitaine Alec Parker, débarque aux Pays-Bas et entre en Prusse. Il vole au secours de Frédéric II qui est assiégé par la coalition Franco-Austro-Russe. 


Hélas pour eux, ce jour là, ils foulent le territoire ennemi puisqu’au passage, deux fantassins ont ramassé une jeune femme française blessée, qu’ils croyaient morte et qui éveille l’intérêt particulier du capitaine. Celui-ci devrait se préoccuper davantage de l’évacuation de son régiment en terre ennemie (la France en l’occurrence) plutôt que de rêvasser sur cette inconnue qui paraît si douce, si douce… 

 

 

Pendant que les Anglais évaluent une stratégie afin de quitter les terres françaises au plus vite, le capitaine, qui a l’esprit ailleurs, se préoccupe davantage d’amener de la nourriture pour notre petite rouquine en convalescence !!! Celle-ci, endormie, le pouce à la bouche (petit symbole de la femme encore enfant), se retrouve les fesses à l’air grâce au geste déplacé et intrigué du capitaine. Cependant le spectacle fut de courte durée puisque le petit tambour interrompt cette scène au grand désespoir du convoiteur. Furieux, le Capitaine décide de corriger publiquement à l’aide d’une cravache le petit garçon qui l’avait dérangé pendant ce fameux acte  » fard  » du clip. Notre Libertine se réveille, et c’est alors qu’elle interrompt le châtiment corporel injustifié. Le Capitaine lui tend la cravache, l’incitant à sanctionner le jeune garçon elle-même. Celle-ci se prête au jeu mais à la surprise générale, elle se retourne contre lui et le frappe au visage devant ses hommes estomaqués. Pas si douce notre Libertine !!! 

 

CLIP - POURVU QU'ELLES SOIENT DOUCES - 1988 dans Les Clips de Mylène ClipPQSD01


Il est humilié, outré et apporte une tenue militaire à cette insolente !!! Il exige que celle-ci la porte sur le champ et surtout en sa présence. Cette dernière se voit se dévêtir contre son gré devant ce pervers. Je vous laisse deviner la réaction du Capitaine face à la beauté des petites fesses de Mylène. Il s’approche, émerveillé, et Libertine le frappe à nouveau au visage avec une bouteille cette fois-ci, avant de s’enfuir !!! Elle vole la monture d’un cavalier en le projetant à terre avant de quitter le campement au galop. Le Capitaine la poursuit. Ils se retrouvent tous les deux dans la forêt mais un œil veille sur eux, le danger n’est pas loin, les Français sont déjà là et surtout on retrouve près d’eux, la rivale de Libertine, accompagnée de toutes ces catins vêtues de leurs atouts. Libertine est malheureusement trop faible pour s’enfuir, elle se repose quelques instants dans la forêt au pied d’un arbre et le capitaine la rejoint. Il constate que la plaie de Libertine s’est ouverte à nouveau, elle saigne. Libertine serre très fort la main du capitaine avant que celui-ci ne la ramène dans ses bras au campement. 

 

ClipPQSD04 dans Les Clips de Mylène

 

En échange d’une bourse, les filles de joie vont se donner toute la nuit aux ennemis mais n’oublions pas qu’elles font ce geste dans l’art, le vin, la nourriture… tous les ingrédients pour ces actes perdus, ces plaisirs interdits et complètement décadents. N’oublions pas que, au niveau sonore, les scratch du vinyle et les guitares électriques donnent un effet plus magistral pour les scènes de sexe. C’est le meilleur passage du clip, pendant que ces catins se donnent et enivrent les Anglais, Libertine elle, fait découvrir les joies du Kamasutra à son Capitaine. Excusez-moi si je vous choque, mais il s’agit d’actes « bestiaux » comme dans Libertine, les amants se font l’amour ou devrais-je dire, Libertine fait l’amour à l’autre. Il s’agit dans ce clip de sodomie et de rien d’autre ! D’ailleurs, on le retrouve dans la chanson : 

 

« Ton kamasutra a bien cent ans d’âge » pour l’initiation et « aimer des deux côtés » pour la sodomie. On pourrait dire aussi que les sentiments des amants deviennent pervers : 

 

« oblique, lubrique, obsession, fessée… » La nuit fait place au jour et une de nos catins, charmante par ailleurs, prévient les Français, à l’abri des regards indiscrets mais sous l’ordre de « la Reine des courtisanes ». Lorsqu’un représentant de la troupe anglaise s’aperçoit qu’il est malheureusement trop tard pour riposter. 

 

ClipPQSD08

 

On assiste alors à une boucherie, les Français contre les Anglais, mais n’oublions pas la courtisane en chef qui assassine d’une balle dans le dos le Capitaine de la troupe !!! Elle exécute l’acte qu’on lui a commandité et fut surprise de voir un fantôme, celle qu’elle croyait morte bien sûr, Libertine !!! Libertine assiste à la scène, son ennemie lui arrache à nouveau l’homme avec qui elle était étroitement liée. Le capitaine meurt sous les yeux de Libertine. Notre héroïne décide de se venger. Libertine ivre de colère, se jette sur son ennemie. Les deux femmes se battent sauvagement sous les bombardements français. La haine a pris possession de leur corps, c’est à celle qui y restera. Pendant ce temps, les balles perforent de part en part la poitrine des soldats. Le massacre perdure, les deux femmes continuent leur combat acharné dans la boue, coups de pied, de poing, gifles… Les soldats s’effondrent sur le sol tandis que la courtisane s’apprête à tuer Libertine avec une épée. Libertine se contentera d’une baïonnette de fusil. La musique s’arrête et la courtisane meurt poignardée par sa rivale. 

 

« Un silence inhumain succéda au massacre. Souvenons-nous que bêtes et gens naissent, pour un jour, exhaler leur pestilence. Dieu, dans sa miséricorde, verse le sang des hommes pour les laver de leurs péchés. La mort allait frapper une dernière fois… » Le petit tambour, seul survivant, continue d’avancer devant un peloton d’exécution. Les Français se mettent en place afin d’éliminer leur dernière victime avec honneur. « Mon père m’avait prévenu, tu reconnaîtras la Mort à son grand cheval Noir… et si par malheur elle s’arrête devant toi, surtout ne la regarde pas, ne la regarde pas… » 

 

La Mort, se présente devant le petit tambour et il prend le risque « timide » de la regarder. C’est Libertine qui se tient devant lui, et au milieu de tout ce massacre, ce paysage où règne la Mort à présent, elle lui sourit et le dérobe aux soldats prêts à faire feu pour tuer cet enfant !!! Elle l’emporte et chevauche à travers le sol souillé par le sang. 

 

« Je ne l’ai jamais revue. Mais jamais je n’oublierai l’odeur de son parfum et la douceur de sa peau, tandis qu’elle l’amenait vers la Vie »… 

 

Vous l’aurez bien compris, c’est le petit tambour qui est le narrateur de cette histoire. Il faut savoir aussi que c’est le plus gros court-métrage jamais réalisé pour une chanteuse française. Il a fallu plus de 600 figurants et de 3 à 4 millions de francs pour réaliser ce chef d’œuvre, car entre nous ce clip fait partie des meilleurs !!! 

 

ClipPQSD21

Publié dans Les Clips de Mylène | Pas de Commentaires »

François Hanss

Posté par francesca7 le 28 août 2011

François Hanss dans Mylène 1999 - 2000 laicite_05_les_sources_vues_par_le_realisateur_mai2008François Hanss est un réalisateur et scénariste français né en 1960.

Après des études aux Beaux-Arts, il s’inscrit au conservatoire libre du cinéma français dont il sort diplômé en 1981.

De 1980 à 1987, il est assistant-réalisateur sur des films publicitaires, des courts et des longs métrages de fiction, des téléfilms et des clips. Puis il passe à la réalisation proprement dite en signant des publicités, des clips musicaux, des reportages et des documentaires.

Il est surtout connu pour son court métrage La lettre diffusé un peu partout en France, pour son film Corps à corps récompensé à deux reprises, et aussi pour ses collaborations avec Mylène Farmer et Laurent Boutonnat.

Films musicaux

Clips

  • 1986 : Libertine de Mylène Farmer (assistant réalisateur de Laurent Boutonnat)
  • 1987 : Tristana de Mylène Farmer (assistant réalisateur de Laurent Boutonnat)
  • 1999 : Je te rends ton amour de Mylène Farmer (réalisateur)
  • 2000 : Innamoramento de Mylène Farmer (réalisateur)
  • 2006 : Redonne-moi de Mylène Farmer (réalisateur)

 

 dans Mylène 1999 - 2000Son parcours se verra très souvent rattaché à l’univers de ses deux artistes Mylène et Boutonnat. Assistant sur les clips / minis films Libertine (1986) et Pourvu qu’elles soient douces (1988), hommages au film Barry Lyndon, François Hanss signera également de nombreux documentaires sur les coulisses des clips de Mylène Farmer, notamment en 1996 aux côtés d’Abel Ferrara sur le tournage de California. Son premier clip en tant que réalisateur, Je te rends ton amour (2000), déclenche les foudres de la censure en montrant la chanteuse s’étaler nue dans une flaque de sang au milieu d’une église.

Après avoir supervisé le tournage du concert Mylenium Tour sorti en vidéo en 2001, François Hanss signe et réalise son premier long métrage de cinéma aux côtés d’Arthur-Emmanuel Pierre, le thriller Corps à corps porté par Emmanuelle Seigner et Philippe Torreton

Publié dans Mylène 1999 - 2000 | Pas de Commentaires »

Album Live à Bercy

Posté par francesca7 le 27 août 2011

Le 21 mai 1997      Sortie de l’album Live à Bercy

Album Live à Bercy dans Mylène 1997 - 1998 MFBercy96_30aLive à Bercy est l’album de Mylène Farmer retraçant sa série de concerts au Palais omnisports de Paris-Bercy lors de la tournée Tour 1996.

C’est en mai 1997 que sortent l’album et la vidéo Live à Bercy.

L’album remporta un énorme succès : avec 900 000 exemplaires vendus, il détient le record de l’album Live le plus vendu en France. La vidéo remporta aussi un vif succès avec plus de 300 000 ventes.

Live à Bercy 

Live par Mylène Farmer 

Sortie 

1997 

Durée 

01:58:00 

Genre 

Poprock 

Producteur 

Laurent Boutonnat et Mylène Farmer 

Label 

Polydor 

Albums de Mylène Farmer 


 

Anamorphosée (1995

Innamoramento (1999

 

 

MFBercy96_08a dans Mylène 1997 - 1998

CD 1 

No 

Titre 

Durée 

1. 

Ouverture 

2. 

Vertige 

3. 

California 

4. 

Que mon cœur lâche 

5. 

Et tournoie… 

6. 

Je t’aime mélancolie 

7. 

L’autre… 

8. 

Libertine 

9. 

L’instant X 

10. 

Alice 

CD 2 

No 

Titre 

Durée 

1. 

Comme j’ai mal 

2. 

Sans contrefaçon 

3. 

Mylène s’en fout 

4. 

Désenchantée 

5. 

Rêver 

6. 

Laisse le vent emporter tout 

7. 

Tomber 7 fois… 

8. 

Ainsi soit je 

9. 

La poupée qui fait non (en duo avec Khaled) 

10. 

XXL 

Publié dans Mylène 1997 - 1998 | Pas de Commentaires »

Sages confidences de Mylène

Posté par francesca7 le 26 août 2011

 

 

 

 

Sages confidences de Mylène dans Mylène 1995 - 1996 MF90_78aForte de cette nouvelle image, Mylène ose même revenir sur son enfance et parler de ce physique qu’elle a mis tant de temps à accepter. 

 

-          Je pense que j’étais malade de mon enfance. Jusqu’à l’âge de 10 ans, c’est le noir total dans mes souvenirs. Un gouffre. Par la suite, mes problèmes n’ont fait que s’amplifier. La fracture s’est élargie. J’étais devenue une étrangère à mes propres yeux. En même temps, ces problèmes m’enivraient. Un cercle vicieux. J’étais en pleine ambiguïté. Et c’est de cela que j’ai joué. Les clips que je tournais augmentaient mon trouble. Or, même si je l’ai chanté, même si cet univers me fascine toujours, je ne suis ni une libertine ni une catin (…) Sur le chemin de l’équilibre, je bascule encore vers l’angoisse. Je ne me suis jamais trouvée jolie, et cela ne change.. – malheureusement – pas. Je me suis toujours trouvée trop maigre ! Cela me hante depuis des années et me hante toujours. Je préfère l’image de la femme qui a des formes. Mon nez non plus n’est pas ce que je préfère en moi… Mais la bonne évolution, dans tout ça, est que j’ai pris le parti de m’accepter telle que je suis. Je cesse de me concentrer sur moi-même et mes idées sombres. 

 

 

Anamorphosée s’impose comme l’album du changement et de la lumière. Résolument plus rock, il a fait perdre à la chanteuse une partie de son public originel tout en lui en faisant gagner un nouveau. La presse est déstabilisée et agacée par cette mutation, car certains journalistes ne savent plus comment qualifier cette chanteuse, dans quelle « case » la ranger. « Aujourd’hui, on brûle de lui demander : « Qui êtes-vous donc Mylène Farmer ? » s’interroge ainsi l’Express

Publié dans Mylène 1995 - 1996 | Pas de Commentaires »

Mylène dans Vogue

Posté par francesca7 le 26 août 2011

CR de l’Interview paru dans Vogue en mars 1995 

 

Vogue (Allemagne) : mars 1995 

 

 

 

Mylène dans Vogue dans Mylène 1995 - 1996 106161C’est avec un pas plein d’entrain qu’Amélie Nothomb entre dans la suite de l’hôtel parisien  » le Crillon «  où elle a rendez-vous pour un entretien avec Mylène Farmer. La chanteuse est déjà là. Amélie déborde d’énergie. Mylène paraît timide et fragile. L’écrivain raconte à quel point elle s’est réjouie de cette rencontre : 


 » Lorsque ‘Vogue’ m’offrit la possibilité de rencontrer la personne de mon choix, je n’ai pas hésité une seule seconde. «  


Les deux jeunes femmes rapprochent spontanément leur fauteuil ; toutes deux parlent d’une voix basse. 

                                                                             

A.N. : Je me souviens très bien de la première fois où j’ai entendu votre musique. C’était en 1986, pendant les vacances de Noël. Ma cousine entonna  » Libertine « . Je n’avais encore jamais entendu cette mélodie. Comment, me dit-elle, tu ne connais pas Mylène Farmer ? Je suis depuis une fan de vos clips. Vous êtes, pour moi, le chanteuse aux clips les plus beaux et talentueux. 

 

M.F. : Et moi j’ai lu vos livres. C’est pourquoi j’ai accepté de vous rencontrer. 

 

Je le sais. J’ai découvert, grâce à vous, un auteur qui m’a beaucoup impressionné ; vous avez précisé, lors d’une interview, que vous aimiez Luc Dietrich

 

Ce sont mes livres de chevet. 

 

 

107106604_small dans Mylène 1995 - 1996C’est un des rares auteurs qui écrit comme un enfant sans se ridiculiser. J’ai moi-même décrit mon enfance dans  » Le Sabotage Amoureux « , mais non de la manière dont je l’aurais souhaité. 

 

J’ai écrit des chansons sur l’enfance, en particulier sue la crainte de grandir. 

Dans votre chanson  » Plus Grandir « , vous évoquez le désir de rester une enfant. 

 

Je ne peux moi-même l’expliquer, mais je n’en subit aucunement un traumatisme. J’ai vécu au Québec jusqu’à l’âge de 9 ans ; il ne me reste de cette époque que le souvenir très marquant de la neige. 

 

La neige apparaît dans vos clips de façon ininterrompue ainsi que votre film. Je regrette de ne pas avoir eu la possibilité de voir  » Giorgiono « . Il ne fut projeté à Paris que pendant deux semaines et comme je vis à Bruxelles, je l’ai manqué. Je connais cependant presque tout sur ce film car j’ai dévoré tous les articles le concernant. Je suis persuadée qu’il est exceptionnel même si beaucoup de critiques prétendent le contraire. Je considère Laurent Boutonnat, le réalisateur, comme un génie

 

Notre film a subi des critiques extrêmement brutales. Nous savions d’avance qu’ils le mettraient en pièce avant sa sortie. La principale critique étant qu’il s’agissait d’un long clip. 

Je rêve d’un clip de deux heures ! 

 

Le maquillage, les costumes, la lumière ; toutes les techniques existantes ne sont pas exploitées par le cinéma. Le jeu de scène est, par ailleurs, primordial. J’interprète soit mon propre rôle, soit celui d’un autre, j’écris également les paroles de mes chansons. Ce sont les façons de m’exprimer. 

 

Cela m’a frappée, vous vous déguisez souvent et cependant, vous passez pour une artiste particulièrement discrète. 

 

Lorsque je montre ma nudité ou lors de photos sexy, les journalistes me dépeignent comme une dévergondée sans aucuns mystères. Cela leur paraît paradoxal que je sois si discrète d’ordinaire et beaucoup attendent une justification. Je déteste cela ! 

 

Vous n’avez pas non plus à vous justifiez, comme c’est le cas lorsque l’on commet des erreurs. 

 

MF2000_135aLe clip  » Libertine «  a d’ailleurs été censuré en Allemagne. Quelle hypocrisie ! J’ai déjà vu des films pornographiques sur la chaîne allemande. 

 

 

Je n’ai encore jamais eu l’honneur de me faire censurer ! 

 

Cela m’étonne. 

 

Ma famille considère mes livres comme pornographiques. Vous savez, la Belgique est aujourd’hui encore un pays du 19ème siècle. De plus, je descends d’une famille aristocratique et catholique extrêmement conservatrice. 

 

Votre famille vous repousse-t-elle ? 

 

Précisément. A l’exception de mes parents qui acceptent mes ouvrages. Mon père fut diplomate pour que nous vivions en Asie. Vous savez, ma famille ne fut pas fière de son agissement durant la seconde guerre mondiale. Je peux remercier mes parents d’avoir passer mon enfance en Extrême-Orient. Lorsqu’à 17 ans je suis allée, pour la première fois, à Bruxelles, je fut marquée par la consternation des gens à l’évocation de mon nom. 

 

Aujourd’hui encore, les Nothomb jouent un rôle important dans la vie politique belge, mais je reste en dehors de cela. 

 

Votre père n’est pas également artiste ? 

 

En effet, il est ambassadeur le jour et interprète de nos chants médiévaux le soir. 

Merveilleux ! C’est une musique mystérieuse, captivante. 

 

Le plus court dure 4 heures. Lorsque nous étions enfants, nous devions écouter l’intégralité de ces drames et ceci à genoux. Aujourd’hui, nous sommes autorisés à nous asseoir et même à nous assoupir. Combien de fois avons-nous écouté papa chanter le dimanche ! 

Je m’ennuyais terriblement, d’autant plus que je ne comprends que le japonais moderne. 

Les rapports que j’entretiens avec ma famille sont complètement différents. Bien entendu, je reste en contact avec elle, mais nous communiquons très peu. Je présume qu’elle doit être fière de mon succès. Mon père n’est plus de ce monde, il est décédé avant le début de ma carrière, lorsque j’avais 21 ans. 


Je n’ai reconnu que plus tard à quelle point il avait compté pour moi. 

 

Avec qui vivez-vous ? 

 

Avec ma sœur Juliette, un être hors du commun. 


Enfants, nous étions comme les deux doigts de la main et toutes deux anorexiques. Je fus seule à m’en sortir. Elle a cessé de grandir à 16 ans. 


Aujourd’hui, à 31 ans, c’est encore une enfant. Elle refuse tout contact social et intrusion dans notre appartement sous peine de hurler. Elle ne veut que ma présence. 

 

Pour ma part, je vis à Paris avec mon singe capucin. Pensez-vous éprouver un jour le besoin de quitter votre sœur ? 

 

Non, car je n’ai encore jamais ressenti le besoin de me marier et d’avoir des enfants. De plus, j’ai une vie sentimentale que l’on peut qualifier de normale, en dehors de chez moi. Ceci me permet de mener une existence quelque peu aventureuse qui me plaît. 

 

Me perpétuer est une chose qui me paraît, pour l’instant, inimaginable. Pourtant j’aime les enfants. 

L’écriture est pour moi plus facile comparée à d’autres choses de la vie. 

            Mais elle vous paraît également torturante. J’ai cru comprendre que vous n’étiez créative que lorsque vous avez la sensation du froid. 

 

C’est exact. Le froid s’installe tout naturellement en moi lorsque j’écris. La température de mon corps chute. Je ne suis pas habituellement aussi frileuse, mais lorsque j’écris, je m’enveloppe de longs manteaux de laine. Je porte même un bonnet. Le froid m’est très désagréable, mais le désir d’écrire prédomine. 

On dit pourtant que le désir et le tourment ne sont pas compatibles. 

 

Je vis constamment dans ce mystère et j’écris chaque jour durant quatre heures au moins. 

 

Est-il vrai que souvent vous ne dormez que trois, quatre heures ? J’imagine à quel point vos angoisses sont liées à vos nuits Cela doit être éprouvant. L’écriture est un remède à la solitude. 

 

L’insomnie ne me gêne pas, par contre, la tentative vaine de trouver le sommeil, oui. Ce qui est horrible, ce sont les pensées qui surgissent dans ces moments-là. 

 

Je connais ça aussi : le heurt de pensées différentes, à la limite de la folie. 

 

Surtout que nous possédons toutes deux une fantaisie quelque peu morbide. Lorsque je ne trouve pas le sommeil, toutes mes pensées tournent autours de la mort et de cadavre. C’est insupportable ! 


Je suis convaincue d’avoir choisi l’écriture pour échapper à cette horreur. Je ne souffre plus lorsque j’écris. Le fait même d’écrire m’apporte une plaisir formidable. Les passages les plus dramatiques d’  » Hygiène de l’Assassin « , où Pretextat Tach étrangle sa jeune compagne de ses propres mains m’ont fait éclater de rire. 

Ces passages n’apparaissent que plus cruels et plus inquiétants ! 

On m’a qualifiée de sadique. Est-ce vrai ? Certainement pas dans la vie de tous les jours

 

Je ne vous considère pas comme une sadique. Vos livres dérangent et c’est pour cela qu’ils me plaisent. Ils font naître dégoût et angoisse, des réactions très vivantes. Dans mon travail, la mort est un thème très important. Elle fait, après tout, partie de notre existence. 

J’ai eu l’occasion de vous voir dans une émission dans laquelle vous aviez le choix des reportages. Vous aviez retenu des images de cadavres et de corps sans tête. C’était très courageux. 

(Elle rit) 


Je voulais exprimer la beauté qui se trouve dans la violence et l’horreur. C’est pourquoi j’ai choisi deux reportages sur les exécutions


Une exécution est, bien entendu, répugnante et cruelle, mais il s’en dégage une réelle force. Les mots me manquent pour exprimer ce que je ressens. 

Vous aviez alors affirmé éprouver de la joie en voyant ces images.           

C’était peut-être maladroit. Il faut faire attention à ce que l’on dit et songer aux conséquences possibles. Même la mort d’un proche peut être fascinante. Voir cette personne morte me parut presque un spectacle. 

 

Suis-je morbide ou vais-je au-delà de ça ? Est-ce une preuve d’amour ? 

 

Je ne sais pas. 

 

On sent depuis peu en vous une influence tibétaine. Que s’est-il passé ? 

 

Je n’ai pas beaucoup travaillé pendant trois ans, j’avais besoin d’oxygène, c’est pour cela que j’ai voyagé aux Etats-Unis, mais le lieu n’a pas d’importance. Là-bas, par hasard, j’ai trouvé un livre tibétain traitant de la vie et de la mort. J’ai tiré quelques vérités de cet enseignement bouddhiste, à savoir qu’il y a une vie après la mort. Cette idée m’est devenue familière. Ce livre était un baume. 

 

Vous n’avez plus de doutes aujourd’hui ? 

 

Je refuse aujourd’hui l’angoisse que me crée la pensée de la mort. Je me dis qu’il existe effectivement une vie après la mort. J’ai changé de philosophie. 

 

On le devine dans votre dernier album  » Anamorphosée « . A propos d’immortalité, la notoriété d’un écrivain n’est pas comparable à celle d’une chanteuse. Ma notoriété est supportable, voire amusante. Mais votre gloire doit prendre des proportions considérables. Il paraît que des fans dorment devant votre porte. Comment vivez-vous cela ? 

 

Je dédramatise. Je ne le supporte qu’ainsi. 

 

Et quelle est l’histoire de ce meurtre ? 

 

Ce fut très douloureux. Un déséquilibré voulant me rencontrer fit irruption dans ma maison de disques, tirant autour de lui avec sa carabine. Il tua le standardiste âgé de 28 ans. Ce fut un des événements les plus marquants de ma vie. 

 

Tournerez-vous à nouveau un film avec Laurent Boutonnat ? 

 

 

Je l’ignore. L’échec de  » Giorgiono «  a été douloureux pour Laurent. 

Puis-je vous faire part d’un rêve ? Plusieurs producteurs souhaitaient adapter  » Hygiène de l’Assassin « . A ce jour, tous les projets ont avorté. Je souhaiterais que Laurent Boutonnat adapte le film et que vous interprétiez le rôle de la journaliste. 

Je n’ai offert vos livres que récemment à Laurent, mais je vais lui parler de votre souhait. Je vous le promets. 

 

 

Traduction : Barbara Volk
On peut supposer qu’il y ait eu une double traduction : du français à l’allemand puis de l’allemand au français.
Le texte que je vous propose ici est celui paru dans le « Mylene Farmer Magazine n°2″
 

Publié dans Mylène 1995 - 1996 | Pas de Commentaires »

Mylène joue dans l’anglicisme

Posté par francesca7 le 24 août 2011

 

 

Mylène joue dans l'anglicisme dans Mylène 1995 - 1996 mylene-farmer-20040920-10117Le troisième extrait, California, est sans conteste l’un des meilleurs titres de l’album Anamorphosée et celui qui se vendra le mieux, devenant ainsi le nouveau tube phare de la chanteuse. Le texte est particulièrement recherché et abouti. 

 

Dans l’esprit de Guillaume Apollinaire, Mylène joue avec les anglicismes, les sons et les onomatopées. Dans ce texte, Mylène commente son long séjour sous le ciel So sexy de Californie

 

 

Quelques semaines avant la sortie du clip, on apprend le mariage professionnel de Mylène avec le réalisateur aussi génial que sulfureux Abel Ferrara. Si Mylène reste discrète sur cette rencontre – sans doute par l’intermédiaire de Madonna-, les démarches semblent avoir été longues, car Ferrara, chantre de l’underground, ne semblait au départ pas très motivé par une éventuelle collaboration. Mais la chanteuse réussit finalement à la persuader de lui offrir le rôle d’une prostituée, une sorte de Libertine, version 1990. 

 

-          Je l’ai appelé pendant plusieurs mois, souvent à trois heures du matin, puis je me suis rendue à New York où nous avons continué à converser. Il m’a demandé ce que je voulais faire, ce que j’exprimais dans ma chanson. Je lui ai dit que je souhaitais jouer une prostituée. Il m’a alors demandé de travailler sur le scénario et de lui proposer des idées. Puis il m’a proposé les siennes

 

Avant de préciser : 

 

-          Mais je ne voulais pas d’une victime !

 

 

Publié dans Mylène 1995 - 1996 | Pas de Commentaires »

CLIP LIBERTINE – 1986

Posté par francesca7 le 23 août 2011

Vidéo :  Image de prévisualisation YouTube 

 

Réalisation : Laurent Boutonnat
Année : 1986
Durée : 10’53 mn
Acteurs : Mylène Farmer, Gérard Nublat, Sophie Tellier, Rambo Kowalski…
 

 

 

 

 

Analyse (par Jenny)
Source :
http://www.ame-stram-gram.com/ClipLibertine.html 

 

 



XVIIIe siècle, c’est à cette époque qu’apparaît Mylène dans le rôle de Libertine, un nom déjà évocateur… 


C’est la période du libertinage. Une noblesse bouffée par l’ennui, comble ses besoins dans « l’érotisation de la pensée ». Libertinage mais aussi perversion et séduction, poussées au-delà des limites, au point d’en provoquer la mort (Duels, manigances, empoisonnements, règlement de comptes…). 

CLIP LIBERTINE - 1986 dans Les Clips de Mylène ClipLibertine02


D’abord, une mélodie aux notes graves, un corbeau, une étendue d’eau figée, un calme trop étrange, signe de mauvais présage. 

Des cuissardes et chaussures de noble foulent l’herbe encore mouillée de la rosée du matin, un duel se prépare. Libertine et son adversaire se retrouvent face à face, pistolets chargés et prêts à l’emploi. On constate que les duellistes ont le teint pâle et les lèvres rouges « sang », le teint est une marque de reconnaissance de la classe sociale (signe de richesse). Qui va soustraire la vie de l’autre ? Nul ne le sait ! Les plans des personnages se succèdent et s’accélèrent, un sourire se laisse entrevoir. Libertine tire, le corbeau s’envole, roulement de tambours, le jugement est rendu, l’homme s’effondre et redeviendra poussière. La catin esseulée, présente sur les lieux pour soutenir son amant, s’approche de sa dépouille. Après constat, elle dévisage Libertine qui savoure sa victoire avec un air des plus satisfait. Le corbeau s’est envolé et Libertine aussi…

ClipLibertine04 dans Les Clips de Mylène

Changement de rythme, cette fois-ci plus dynamique ! Place aux plaisirs divers (plaisir du corps, on aura jamais montré autant de chair qu’à cette époque, décadence complète, sans gène) sans oublier les plaisirs du vin qui coule à flot, de la nourriture en abondance…
On y découvre dans cette nouvelle ambiance, une jeune femme libre, audacieuse (« bercée par un petit vent, je déambule »…) mais aussi une femme encore enfant (Comme la « Grenadine », boisson préférée des enfants puis « on me tient la main »).
Ce soir Libertine séduit, Libertine dit oui, des regards profonds se croisent et s’apprivoisent, une envie mutuelle se fait sentir. On pourrait dire qu’il y a nouveau duel, mais il n’est pas question de mort juste une relation « dominant/dominé ». Libertine s’évapore après avoir adressé à son futur amant un dernier regard brûlant…


4441878Nouvelle ambiance, celle-ci se veut envoûtante, idéale pour les plaisirs charnels. Libertine et son amant se découvrent mutuellement… Nue, elle se donne et devient dominante (« Quand sur mon corps, tu t’endors, je m’évapore » mais sans oublier, « fendre la lune, baiser d’épines et de plumes »). Pendant l’acte amoureux, des hurlements de loups se laissent entendre tout comme les battements de cœur et les gémissements de Libertine. On pourrait se demander s’il ne s’agit pas, dans ce cas, d’un acte amoureux presque animal ! Fin de cet instant d’extase, Libertine s’éveille, nue, et laisse glisser le mot doux avant de rejoindre le salon pour retrouver la fête.

Epanouie, elle s’est abandonnée et nargue sa rivale, la catin, laissée pour compte par l’amant de Libertine juste avant l’acte amoureux. Libertine triomphe à nouveau et rend la jalousie de cette dernière plus grande encore. Celle-ci l’interpelle, elle répond, la situation dégénère rapidement et la violence éclate ! Tous les coups sont permis, bouteilles brisées, gifles et autres coups sont portés mais personne ne s’en mêle ! On se croirait à un combat de coq où il faut miser et apprécier le sang gicler ! Libertine finit par faiblir mais son amant la sauve in entremis. Il arrache Libertine à cette basse-cour et décide de prendre tous deux la fuite. La putain à nouveau vaincue, devient complètement folle, hystérique et jure que cette fois-ci sa vengeance n’aura pas de limites…

Les amants s’enfuient au triple galop, un roulement de tambour se laisse à nouveau entendre, les notes graves retentissent, ambiance semblable à celle du duel, n’est-ce pas ?
On aperçoit un « peloton d’exécution » composé de la catin et de ses courtisans, prêts à faire n’importe quoi pour un peu d’argent ou bien même pour quelques instants d’extase !!!
Combat inégal puisque les amants sans défense galopent vers une mort certaine ! La rivale ordonne, la poudre brûle et les balles fusent pour perforer de part en part et à plusieurs reprises, le corps des amoureux. 


La chute est brutale, lente et vraie. Les amants s’écroulent, baignant dans leur sang, sans vie… 


Fin des aventures de Libertine ? pas si sûr… 

Publié dans Les Clips de Mylène | Pas de Commentaires »

CLIP PLUS GRANDIR – 1985

Posté par francesca7 le 23 août 2011

VIDEO  :  Image de prévisualisation YouTube

Réalisateur: Laurent Boutonnat. 

Année: 1985. 

Durée: 7’32. 

Scénario: Laurent Boutonnat. 

Production: Movie Box, Laurent Boutonnat, Polydor. 

Budget: environ 45 000 euros. 

Temps de tournage: 4 jours. 

Lieux de tournage: Studios Sets à Stains et cimetière de Saint-Denis. 

Personnages: Mylène, deux naines nonnes, un violeur, une poupée. 

Animaux: un rat, des colombes. 

Thèmes principaux: Enfance, fuite du temps, déchéance physique, mort, sexe, religion.    

Pour la sortie du film, deux premières sont organisées le mercredi 13 novembre 1985 dans deux cinémas différents :  le Kinopanora (75015) et le club 70 (75016). Des invitations sont envoyées à la presse. 

CONTEXTE :

Une jeune femme venue se recueillir sur sa propre tombe revoit sa vie peuplée par l’obsession de ne pas vieillir.

CLIP PLUS GRANDIR - 1985 dans Les Clips de Mylène 98872117La narration de Plus grandir, premier des clips de Laurent Boutonnat subissant le traitement cinématographique du réalisateur, se trouve dans un certains prolongement de celle utilisée dans la vidéoclip Maman  a tort. Les différents thèmes abordés par le texte de la chanson ne le sont pas de manière allégorique, c’est leur adaptation visuelle qui en fera des cènes à l’imagerie fort et symbolique. La structure de la chanson est adaptée dans le clip en autant de scènes que de couplets, tandis que le sujet général de chacun d’eux est évoqué parallèlement à leur passage par la mise en scène de symboles s’ rapportant. Par rapport à la succession de plans statiques dans Maman a tort, le fait de découper plus Grandir en scènes et de les faire correspondre avec la structure mélodique de la chanson se rapproche du traitement narratif d’un clip traditionnel. La particularité du cinéma de Laurent Boutonnat ne se situe pas ou plus à ce niveau, mais dans l’utilisation d’une grammaire cinématographique pour la réalisation de clips. Empruntant la logique de ses raccords au cinéma classique, une partie de son esthétique et sa thématique aux cinéastes anglais, son imagerie à la littérature du XVIIIè siècle, la démarche Boutonnat n’a réellement d’originale que sa destination vers une forme aux possibilités juge-t-il inexploitées.

plus_g10 dans Les Clips de MylèneDans un cimetière envahi par les feuilles mortes, une jeune fille poussant landau vide (le deuil de la jeunesse) se dirige vers sa propre tombe. Elle contemple sa sépulture mais n’a pas l’air de se recueillir, on dirait même qu’elle éprouve du dédain. Tenant un petit bouquet, elle passe sa main derrière son oreille. C’est sans doute ce qui la fera entrer dans une phase où elle se verra ensauvagée, assise dans une aile de château, la bouche écorchée. Elle est dans une vaste chambre vide aux fenêtres ouvertes qui laisse entrer un vent puissant. La pièce est faite d’une architecture baroque (la forme triangulaire de la porte d’entrée) à l’intérieur de laquelle grouillent des rats. Au milieu trône une statue de sainte vierge devant laquelle Mylène Farmer prie en pleurant. Pendant un orage, lorsqu’un individu entre dans la chambre pendant son sommeil, Laurent Boutonnat va offrir à son public la première scène de nudité de son œuvre…

L’homme (Hervé Lewis, alias Rambo Kowalski, le duelliste de Libertine I, et futur entraîneur de la chanteuse) est un violeur, il s’acharnera à déchirer le pyjama rouge-sang de la jeune fille et lui caressera le corps jusqu’à ce qu’elle se laisse faire. Le visage de l’homme s’approche du sein lentement, ils se regardent et la jeune fille se préparera à être embrassée par son agresseur en y éprouve un plaisir certain; ça y est, le passage à l’âge adulte est consommé, la virginité est irrémédiablement perdue, et la statue de la vierge se retourne en se cachant le visage dans ses mains. Apparition onirique, deux bonnes sœurs naines volantes sont derrière une fenêtre et regardent toute la scène. Le fait qu’elles soient naines est le sens propre de ne pas grandir, non pas par volonté, mais par obligation. Comme une vengeance, même si elles flagelleront la jeune fille perverse ensuite à coups de bâtons, elles n’en sont pas moins voyeuses. Lors de sa punition, Mylène expliquera pourtant ses souhaits récurrents : « Plus grandir, j’veux plus grandir pour pas mourir, pas souffrir« . Elle souffre donc grandit. La fille blessée s’est alors réfugiée dans le coin de la pièce pour vivre sa douleur en silence. Elle s’acharnera aussi à vouloir supprimer sa poupée de chiffon, qui elle ne vieillira pas. Elle tente en vain de la noyer, de la mutiler. L’expression de la poupée change, du mécontentement au sourire sadique. Si l’on doit trouver la métaphore du temps dans ce film, ce sera forcément elle et c’est lorsqu’en voulant la couper en deux avec un couperet, que la poupée cachera son visage avec son bras qui sera mutilé et tournoiera en l’air. Mylène  Farmer comprendra alors, que la poupée ne vieillira jamais, elle si. Elle sourira donc pour la première fois du film en tournant sur elle-même dans sa chambre, les bras déployés, heurtant meubles et toiles d’araignées. Les rides couvent peu à peu son visage et son cou, le sourire se transforme en une expression qui rappelle l’incompréhension d’avoir perdu ce qu’on était, d’avoir perdu sa jeunesse et sa vie. Elle finira accoudée à la fenêtre et regardera expression une colombe se poser sur la bordure de la fenêtre devant elle, comme une communion, comme la paix avec soi-même.

1035268456_smallPlus Grandir (1985) et son arrière-plan biblique permettent de voir un clip de Boutonnat de deux façons différentes. A la fois récit d’une déchéance physique et critique d’une religion aveugle et impuissante, Boutonnat met en scène dans Plus Grandir des éléments détenant un sens pour chacun des deux niveaux de lecture. Il prend parti d’opposer au lent vieillissement du personnage des images du catholicisme comme par exemple la statue de la sainte vierge ou deux nonnes violentes et vindicatives. On peut lire la présence et l’action de ces éléments comme les signes avant coureurs d’une sérénité relative à la vieillesse prochaine du personnage, voire à sa mort inéluctable, mais également comme l’omniprésence d’une religion qui bannit de manière systématique les agissements déviants de ce même personnage. Ainsi dans le clip, la statue de pierre s’anime pour se cacher les yeux devant une prière vaine, et les nonnes punissent sévèrement par les coups la perte de virginité de l’héroïne : passage symbolique violent à l’âge adulte qui la précipitera rapidement dans la déchéance physique la plus totale.

On retrouve dans le cimetière qui a ouvert le film, Mylène Farmer a toujours la même expression sur son visage, on ne peut plus neutre. Elle jettera son petit bouquet sur sa tombe et s’en ira sans se retourner. Mylène Farmer vient d’entrer dans une phase onirique dont elle ne sort pas intacte, puisque malgré le fait qu’elle reparte vers la sortie avec son landau vide, elle extrait de son cauchemar la poupée qui s’installe définitivement dans le réel.

Publié dans Les Clips de Mylène | Pas de Commentaires »

JEROME DAHAN

Posté par francesca7 le 21 août 2011

JEROME DAHAN jerome-dahan-profile

Jérôme Dahan, est un auteur-compositeur français, né en 1962 et décédé le 11 octobre 2010. Il est le premier à avoir composé pour la chanteuse Mylène Farmer  au début de sa carrière avec Laurent Boutonnat.  

 

Interview du co-auteur de Maman à tort, parue le 4 février 1994.
issu du Magazine I.A.O Mylène Farmer 

 

 

enfants

 

 

QUESTIONS / REPONSES 

 

Jérôme Dahan

A l’époque de Mylène Farmer, j’étais très complice avec Laurent Boutonnat. (…) Je n’ai jamais travaillé avec des interprètes expérimentés. J’ai commencé avec Mylène qui débutait aussi. Ensuite je n’ai travaillé qu’avec des débutants, qui savaient que j’avais été dans l’aventure Farmer, et qui n’osaient rien apporter à mes chansons. Mon passé les impressionnait et ils me laissaient les diriger, avides de mes conseils. 

 

 

1150821104Parlons de Mylène. Quand l’as-tu rencontrée ?  

 

Au début des années 80. Je l’ai connu avant qu’elle ne rencontre Laurent Boutonnat. C’était une copine. Ensuite, j’ai rencontré Laurent Boutonnat dans une boite de production cinématographique où j’étais assistant-régisseur. Laurent est venu nous montrer un scénario car il voulait faire un film. On a sympathisé en deux jours, je lui ai dit que je faisais de la musique. Avec un troisième copain, on a monté une boite d’édition et on a présenté une chanson à Lio, qui lui a plu. Malheureusement, notre troisième associé voulant garder la totalité des droits éditoriaux, Lio n’a pas pu enregistrer la chanson. Avec Laurent, on travaillait tous les deux dans ma cave. J’avais quitté la boite de prod et, pour vivre, je touchais les assedics. Un jour, on a écrit ensemble une chanson qu’on a intitulé Maman a tort, on a tout de suite senti qu’on tenait un tube, mais il nous fallait quelqu’un pour la chanter. On a d’abord trouvé une jeune fille de quinze ans dont l’âge posait tellement de problèmes juridiques qu’on a du abandonner avec elle, alors qu’on avait déjà été en studio. Avec Laurent, on a décidé d’organiser un casting, comme des pros. Quelques jeunes filles sont venues auditionner, les copines des copines, accompagnées par les parents : c’était très folklo… 

  

Mylène y était ?  

Oui, mais on la connaissait déjà. C’était une copine depuis quelques temps. On a préféré travailler avec elle, surtout qu’ont avait rencontré personne d’extraordinaire dans les dix filles qui s’étaient présentées. 

  

 

Vous n’avez pas osé lui dire non ? Ou était-elle mieux que les autres ?  

 

Je ne veux pas dire de mal de Mylène. Honnêtement, elle correspondait à ce que Laurent et moi, nous recherchions. En plus, cela m’aurait blessé de lui dire non. Quand elle a su qu’on organisait le casting, elle était déjà sur les rangs. Pourtant, elle a été humble et discrète, ne cherchant pas à s’imposer à tout prix. 

  

Une fois « Maman a tort » terminé, comment avez-vous fait pour signer chez RCA ? 

Cela a été très difficile. Personne ne voulait de Mylène. On a fait un premier tour des maisons de disques et comme toutes les réponses étaient négatives, on a prétexté qu’on avait refait le mix pour retourner les voir. En fait, c’était faux. Ils nous ont reçu une deuxième fois, mais les réponses sont tombées à nouveau. Le « Non » était unanime. On s’est accrochés, on a repris le même stratagème du « On a refait le mix », pour obtenir un troisième rendez-vous. C’était cependant toujours la même cassette. Et là, s’est produit le miracle : un an après le début de nos démarches, François Dacla a décidé de nous signer chez RCA en licence (Mylène n’était pas une artiste maison). Nous étions soulagés, mais le disque est sorti tel quel timidement, avec un instrumental en face B, car nous n’avions pas de budget pour faire un autre titre. La promo RCA n’y croyait pas beaucoup, pour eux on était des OVNI, notre production n’étant pas dans l’esprit de l’époque. Chez RCA, Michel Elmosnino, qui avait paraphé le contrat, a cependant été très sympa avec nous. 

  

 

La galère était finie ?  

 

Non, pas du tout. Car une fois qu’on a fait la pochette, tout le monde chez RCA a oublié que le disque devait sortir. On a du donner une partie des éditions à Bertrand Lepage pour qu’il défende le titre auprès des médias, et une autre partie à l’éditeur Frédérick Leibovitz. C’est à la suite de cela qu’on a fait une deuxième pochette de « Maman a tort », un maxi, et la version anglaise, My mum is wrong, qui est une idée de Leibovitz. Si on s’était écoutés, avec Mylène et Laurent, on aurait fait des versions en toutes les langues, y compris en chinois. Le disque n’est malheureusement sorti qu’en France et au Canada, puisque j’ai une copie de ce dernier pays. 

  

 

Combien de temps Maman a tort a t’elle mit  pour exploser ?  

 

Le disque n’a jamais vraiment explosé. On a du faire, à terme, 100 000 exemplaires, ce qui, pour l’époque (NDLR : l’année 1983 est l’année où le nombre de 45 tours vendus en France a atteint son record historique), n’était pas terrible, comparé au million d’exemplaires atteint par les disques de Jeanne Mas ou d’Axel Bauer. On était cependant bien exposés. 

  

 

Le disque suivant On est tous des imbéciles était aussi le fruit d’une collaboration entre Laurent et toi ?  

 

Non. Pour le premier disque, j’avais fait les textes seul et on avait fait la musique ensemble. En revanche, pour le second, j’ai fait la face A, On est tous des imbéciles, et Laurent a signé la face B L’annonciation. On est tous des imbéciles, comme Maman a tort a d’ailleurs été écrite avant que Mylène ne soit sélectionnée pour chanter. En un mot, Mylène m’a chanté, mais je n’ai jamais écrit en fonction de sa personnalité. Quand j’ai fait On est tous des imbéciles, je me disais que l’interprète ce serait moi. Aujourd’hui, je referais volontiers cette chanson dans un disque ou sur scène. C’est une belle chanson. Quand j’ai fait mon show-case à Bercy, j’y ai pensé très fortement. Mais en 1984, ce disque de Mylène n’a pas du tout marché, je dirais même que ce fut un échec, puisqu’on en a vendu 40 000. Contrairement à Maman a tort, il n’y a même pas eu de clip, car c’était une époque où la télévision n’était pas d’accord avec les producteurs de disques pour les droits sur les diffusions. En revanche, on a fait pas mal de radios. Un jour, Laurent et moi avions accompagné Mylène à RMC. Dès notre arrivée, on a entendu « Tiens, voilà les Gentleman Farmer ! ». Je dois donner toujours une impression très british, car j’ai lu sur moi dans la presse, il y a quelques mois : « Dahan, le Dandy déliquescent ». C’est une belle image, mais je ne sais pas si c’est vraiment moi

  

 

L’échec de On est tous des imbéciles, c’est ce qui a causé la fin de ta collaboration avec Mylène ?  

 

Non. On avait un contrat pour deux simples chez RCA. C’est à ce moment là qu’Alain Lévy décide de créer Polygram nouvelle version. On l’a rencontré et on a signé Mylène chez Polydor pour plusieurs albums. C’est là que les problèmes relationnels ont commencé. Pour moi, je voyais plus Mylène comme une nouvelle Françoise Hardy que comme une Jeanne Mas puissance 10. Mais tout le monde, que ce soit Laurent ou les gens de Polydor ne voyaient qu’à travers Jeanne Mas. Elle était la référence suprême. Je n’étais pas d’accord, elle ne me fascinait qu’à moitié avec sa gestuelle, sa production, son look… J’ai donc repris mes chansons que Mylène s’apprêtait à enregistrer et je suis parti. 

  

 

En 1985 sort Plus grandir et en 1986 Libertine, tu n’étais plus là ?  

 

Non. Mais je dois avouer que Laurent et Mylène ont eu raison d’aller dans cette direction. Plus grandir n’a pas marché. En revanche, Libertine a été un gros succès. J’ai été content pour eux sans comprendre qu’un phénomène était en train de naître. Il m’a fallu des mois pour réaliser ce qui se passait. Je voyais des beaux clips, des images grandioses, mais pour moi qui connaissait la petite Mylène, fragile, sensible, ça ne sonnait pas, ça ne fonctionnait pas. Je ne me rendais pas compte qu’elle allait marquer aussi fort son époque. Aujourd’hui, quand je la vois, je ne juge plus, car je ne sais pas qui elle est devenue. Je ne peux plus savoir si l’image qu’elle donne est le reflet de ce qu’elle est ou pas. 

 

 

Ça rapporte beaucoup de droits d’auteur Mylène ?  

 

Les deux singles de l’époque m’ont rapporté peu de choses. En revanche, comme elle en chante les chansons sur scène, ils sont dans son « Live », qui lui s’est très bien vendu. Je n’ai pas vu le concert, mais la version de Maman a tort que j’entends dans le disque me plait beaucoup. Je trouve cela très bien fait et puis, pour moi, c’est une énorme émotion que de l’écouter, surtout qu’elle démarrait ses concerts avec cette chanson. 

 

C’est difficile d’écrire une chanson « historique » comme celle-là ?  

 

Je ne sais pas. Il y avait une espèce de grâce sur cette chanson. Il y avait quelque chose qui nous dépassait, je le sentais à l’époque. Je ne me disais pas « Je suis génial d’avoir écrit ça », mais « Ce truc là est génial », comme si ma main avait été guidée par une force supérieure. C’est très curieux. 

 

  

Depuis Mylène vous a t’elle aidé ? Renvoyé l’ascenseur ? 

 

Quelquefois. Je tombe souvent sur des articles où elle raconte son passé de façon honnête. D’autres fois, ses propos sont moins objectifs. Mais là, je me dis que ce sont peut-être les journalistes qui ont transformé ses propos. Comme j’en souffre beaucoup, je préfère cette solution. Je ne voudrais pas que mes propos soient déformés et que Mylène ou Laurent lisent des trucs horribles sur notre passé commun, qu’en plus, je n’aurais pas dit. 

  

 

Tu as des souvenirs sympas avec eux ? 

 

2338036563_small_1Des milliers. Je me souviens quand, avec Laurent, Mylène venait chez ma mère, qui avait un grand appartement. Il y avait une grande pièce avec un piano, et on y répétait la « mise en scène » des chansons. Mylène avait du mal à appréhender tout cela, et on devait, Laurent et moi, lui apprendre les chorégraphies. Mylène n’avait pas du tout de vision, de conscience de son corps. On se mettait tous à danser sur Maman a tort ou On est tous des imbéciles et ma mère nous regardait un peu amusée. Ça ne devait pas ressembler à quelque chose de très pro. C’était tellement sympa, tellement sincère que c’est peut-être aussi grâce à cela que ça a marché. La perfection est toujours la chose la plus redoutable. Aujourd’hui, quand je la vois danser, je suis très étonné. Je n’aurais jamais imaginé qu’elle puisse arriver au niveau où elle en est

 

 

  

Pas de regrets ? 

 

Quand on me dit aujourd’hui que j’ai raté l’occasion de ma vie, je ne sais que répondre. Qui aurait pensé qu’elle aurait cette carrière ? Depuis cette époque de ma vie, la plupart des gens que j’ai rencontrés ont été fascinés par ma collaboration avec Mylène. Bien sûr que je suis flatté d’avoir participé à cette réussite, mais maintenant je ne veux pas faire ma promo à travers Mylène, je veux surtout exister par moi-même. 

 

 

ON EN PARLE …. 

 

MUSIQUE – Jérôme DAHAN  était le parolier de Mylène Farmer à ses débuts… 

 

richedahanOn lui doit le premier tube de Mylène Farmer, «Maman a tort», en 1984. Jérôme Dahan, 48 ans, est mort le 11 octobre dernier, annonce lundi Charts in France. Il a succombé à «une longue maladie qu’il combattait depuis des années et a été enterré quatre jours plus tard dans l’intimité, en présence de sa famille et de ses amis les plus proches», rapporte le site dédié à la chanson française. L’annonce de sa mort a été officialisé par Hugues Royer, auteur d’une biographie sur la chanteuse, samedi. 

 

Jérôme Dahan avait ensuite signé les paroles et la musique de la chanson «On est tous des imbéciles», le premier échec commercial de Mylène Farmer. Cette collaboration sera la dernière. Jérôme Dahan prend ensuite ses distances avec le duo Mylène Farmer-Laurent Boutonnat à cause de désaccords sur la suite à donner à la carrière de la chanteuse. Celle-ci et son pygmalion s’étaient toutefois pressés au chevet de leur ancien parolier, en février 2009, lorsque Jérôme Dahan avait été hospitalisé. 

 

 

Jérôme Dahan s’est éteint le 11 octobre 2010. 

 

Pure People 

  a publié : Le Lundi 18 Octobre 2010 à 13:48 

 

« Jérôme Dahan est l’un des artisans qui ont révélé la plus mystérieuse des stars françaises : Mylène Farmer. En 1984, avec Laurent Boutonnat, Dahan lui écrit et compose son premier tube, Maman a tort, écoulé à 100 000 exemplaires. 

 

Charts in France vient d’annoncer le décès du musicien, survenu le 11 octobre dernier, à l’âge de 48 ans. Il a « succombé à une longue maladie qu’il combattait depuis des années et a été enterré quatre jours plus tard dans l’intimité, en présence de sa famille et de ses amis les plus proches. » L’annonce de ce décès a été officialisée par Hugues Royer, auteur d’une biographie de Mylène Farmer

 

On doit également à Jérôme Dahan le second single de Farmer, On est tous des imbéciles, un échec qui marque la fin de leur collaboration, peu avant l’ascension fulgurante de la star. Pourtant, en février 2009, la chanteuse s’est rendue à plusieurs reprises au chevet de Dahan suite à son hospitalisation. 

 

 

 

JeromeDahan

 

 

Publié dans | 1 Commentaire »

LAURENT BOUTONNAT

Posté par francesca7 le 21 août 2011

 

LAURENT BOUTONNAT 380810000000000000                       beijing3

 

 

En 1979, il réalise avec les moyens du bord, c’est-à-dire en piochant dans le porte-monnaie de ses parents, sa troublante première fiction nommée La Ballade de la fée conductrice mettant en scène l’histoire d’une tueuse en série qui se déguise en clown avant de commettre chaque meurtre. Absolument ravi du résultat de son premier film, et espérant qu’il soit projeté balladefeeconductriceaffen salles, il propose son œuvre à la Commission de contrôle des films, qui n’en croit pas ses yeux. Tout cet amas d’images de castration et de nouveau-nés jetés dans un vide-ordures pousse l’institution à interdire le film aux mineurs.

 

Un comble pour le metteur en scène qui n’a même pas 18 ans !

 

Malgré cette censure, le film est projeté le 14 mai 1980 lors du Festival de Cannes et sort ensuite dans divers petites salles parisiennes d’art et d’essai. Mais à cause de l’obscurité du scénario et de la violence des images, La Ballade de la fée conductrice ne tient que deux semaines à l’affiche !

 

 

Après cet échec, plutôt que de retourner sur les bancs du lycée, le jeune homme se laisse vivre au gré de ses envies jusqu’à sa rencontre avec Jean-François Chauve, un grand reporter de télévision qui soit tourné plusieurs reportages scientifiques sur les énergies nucléaires. Laurent Boutonnat saisit sa chance et postule comme cameraman pour cette série d’émissions. Il avouera plus tard avoir prétendu s’y connaître en technique pour être engagé. 

Une fois embauché, il dut potasser le manuel pour que sa supercherie ne soit pas découverte par son nouvel employeur. Il part donc pour un an aux quatre coins de la France afin de tourner les images de ces reportages. Pour le jeune homme, être sur le terrain, la caméra sur les épaules, est de loin la meilleure des écoles !

 

 

 

 

Laurent Boutonnat a 20 ans quand il se lance dans une nouvelle aventure qui l’amène à conjuguer ses facultés d’écriture à son expérience récente dans le journalisme. Toujours avec le sens du subversif et le goût du morbide qu’on lui connaît, il débute des recherches pour rédiger un livre sur l’infanticide, mais le sulfureux bouquin ne verra finalement jamais le jour.

 

En attendant, il réalise des publicités télévisées, non pas par vocation, mais tout simplement pour gagner un peu d’argent. Il tourne plusieurs spots en s’associant à un producteur travaillant pour le circuit Parafrance. Ce producteur, emballé par l’énergie qui émane du jeune homme, lui propose de tourner un film d’horreur en deux semaines pour un budget de 225 000 €, qui, hélas, ne verra jamais le jour non plus.

 

 

C’est également à cette époque que le jeune réalisateur rédige réellement la première version du scénario de Giorgino.

 

 

 

 

 

trio2Mais l’aventure Mylène Farmer commence pour Laurent Boutonnat le jour où il décide avec son copain Jérôme Dahan et un troisième ami de monter sa propre boîte d’édition avec le « modeste » projet de donner naissance à des tubes !

 

Ils écrivent alors leur première chanson …. Maman a tort !

 

Et grâce à Bertrand Le Page font émerger de l’ombre la jeune Mylène

 

 

 

 

 

1356832008_smallLaurent Boutonnat. Un nom familier, surtout des admirateurs de « l’ange roux » et du milieu du spectacle, mais qui se fait de plus en plus connaître du grand public, notamment, grâce à la sortie de la super-production « Jacquou le Croquant« . Laurent-Mylène/Mylène-Laurent, un duo artistique qui dure depuis vingt-deux ans maintenant et qui n’a de cesse de nous apporter joie, bonheur, spectacles grandioses… Rappelons que selon Mylène (et il est vrai qu’elle a sûrement raison sur ce point !), si son chemin n’avait pas croisé celui de Laurent, elle n’en serait sûrement pas là où elle en est aujourd’hui… Alors merci Laurent ! Je vais tenter de vous faire découvrir un peu plus (avec le peu d’informations qui circulent à son sujet !), cet homme qui partage, comme Mylène, le goût du secret… 

 

 

Grâce à la promotion organisée par Bertrand Le Page, le manager de Mylène à l’époque, le duo Dahan-Boutonnat écrira plus tard deux autres chansons pour Mylène. « On est tous des imbéciles« , qui sortira en 45 tours avec pour face B « L’annonciation« , (chanson beaucoup plus Bouto-Farmerienne que la face A de ce vinyle) qui sera un échec. Déçu par l’accueil que reçu la chanson, et RCA (la maison de disques de l’époque) ne renouvelant pas le contrat avec le duo, Laurent se sépare de Jérôme Dahan, avec qui il est en désaccord sur la suite à donner à la carrière de Miss Farmer.

 

 

 

Un peu au hasard, Mylène écrit les paroles de Plus grandir, sur une musique de Laurent. Polydor (racheté par Universal) décide de miser sur Mylène et Laurent pour trois albums (et ils ont bien fait !), alors même que le duo n’a pour l’instant aucun véritable succès à son actif. Cela viendra très vite avec le 1er album de la rousse, « Cendres de Lune« , sorti en 1986, conçu quasi-entièrement par Laurent Boutonnat. 


Il signe la musique, presque toutes les paroles, et la pochette. Avec les photos de l’album, il commence à créer le « mythe Farmer« . Dans le livret de ce premier album, Laurent commence à se créer un délire (qu’il n’a toujours pas cessé !), en inventant des pseudonymes pour certains instruments, qui sont en réalité des samples ou des sons synthétiques. Il crée notamment pour cet album « Les Moines fous du Tibet« , pour nommer des chants Grégoriens ! 

 

 

Sur les albums qui suivirent, un certain Pol Ramirez Del Piu fait son apparition. Il s’agit en fait des sons crées par Laurent, mais cet homme sera crédité pour les flûtes, les percussions, la harpe (sur L’Autre), les bagpipes ( ?!) et cymbalum (sur Innamoramento), le xylophone (sur Avant que l’Ombre…), etc… 

 


Mieux, alors que c’est toujours Laurent lui-même qui s’occupe de programmer ses claviers, il s’invente un programmateur imaginaire sur l’album « L’Autre« , qu’il appellera Patrice Rouillon Tsernoff de Gironville !!! Sûrement un délire qui fait beaucoup rire Laurent… 


C’est pendant la promo de Cendres de Lune que Laurent veut monter son 2e long métrage dont il a écrit le script deux ans plus tôt. Il commence donc sa préparation, mais le succès inattendu de sa collaboration avec Mylène l’occupera trop pour finaliser ce projet. 


« Cendres de Lune » contient quand même d’énormes tubes comme « Libertine » (et son clip inoubliable ; le 45 tours sortira en même temps que l’album), ainsi que d’autres chansons moins connues mais tout aussi notables, telles « Vieux bouc » et « Chloé ». 


L’album sera applaudi par les critiques, « le décor Farmer-Boutonnat » est désormais planté.
La deuxième édition de l’album sortira 1 an plus tard, en 1987, avec cette fois « Tristana« . Laurent sera nominé cette même année aux Victoires de la Musique pour le clip de « Tristana« . 


« Cendres de Lune » sorti dans le commerce, Mylène et Laurent s’attèlent déjà à l’écriture du second album « Ainsi soit je… » qui sortira fin 1987. Laurent crée pour l’occasion sa première société de production discographique, Toutankhamon S.A. (qui a cessé depuis ses activités). 

 

 

Le clip de « Sans Contrefaçon » créera l’évènement, suivront ensuite Ainsi soit je…, puis le mythique clip « Pourvu qu’elles soient douces » (racontant la suite du clip de Libertine). Véritable petit film (il est le 2e clip le plus long du monde !), le clip sera nominé aux Victoires de la Musique


mfloloLe scénario du clip fût écrit avec Gilles Laurent, à qui Boutonnat présentera le synopsis du film ébauché lorsqu’il avait 18 ans : « Giorgino« . Ils travailleront dessus durant 4 ans. Une proposition de financement pour le film eut lieu, finalement abandonnée. Laurent décide alors de remanier l’histoire du film. 


Pendant que Mylène effectue la promotion de l’album, Laurent prépare sa future scène. Il crée alors Heathcliff S.A. (du nom du héros des Hauts du Hurlevent) , ce qui lui permettra de produire la tournée et ses prochains films. Pendant 2 semaines le Tour 89 se jouera à guichets fermés au Palais des Sports à Paris. Le spectacle se déplacera ensuite pour 60 dates, dont 2 à Bercy, compte tenu du succès parisien. 

 

Laurent quant à lui, filmera durant deux soirs (à Bruxelles) le spectacle, avec de gros moyens. D’autres scènes seront tournées dans les environs d’Arpajon, qui seront plus tard intégrées au film du concert. Le montage durera 1 an

Le 26 octobre 1989, Laurent et Mylène créent (à l’occasion de la sortie du CD et de la VHS En Concert) une société d’éditions phonographiques : Requiem Publishing. Cette société édite depuis tous les disques de Mylène… 


Parallèlement à la sortie du « En Concert« , Laurent écrit déjà les musiques du prochain album, L’Autre. Pendant les tournages de Désenchantée et Regrets en Hongrie (en février 91), il prend des repérages pour son prochain long métrage Giorgino. Le réalisateur sera nominé pour la 3e fois aux Victoires de la Musique pour le clip de Désenchantée

 

 

En 1992, Laurent se consacrera majoritairement à la préparation de Giorgino (décors, casting, etc…). Il tournera néanmoins « Je t’aime mélancolie » et « Beyond my control », qui sera son dernier clip pour Mylène avant de nombreuses années


En décembre 92 débute le tournage de Giorgino (d’abord les scènes d’extérieur en Hongrie, puis les plans d’intérieur en Slovaquie). 


Mars 93, montage et écriture de la musique, après un tournage éprouvant. Laurent retourne justement en Europe de l’est, afin d’enregistrer la musique avec l’orchestre philharmonique de Prague. 


La post-production de Giorgino se terminera en août 1994, soit plus d’un an après la fin du tournage. Laurent, sans doute trop perfectionniste se perdra dans les méandres. Après 2 années de travail, « Giorgino » sort enfin en salles le 5 octobre 1994. Laurent, tout comme le film, seront littéralement descendus par la critique et échoueront auprès du public. Un film trop long, et sans doute trop sombre pour le grand public, mais esthétiquement magnifique, du pur Boutonnat


L’accueil réservé à « Giorgino » blesse profondément Laurent et la relation qu’il entretient avec Mylène a également souffert durant le tournage. Le duo décide alors de stopper pour l’instant leur collaboration cinématographique, mais en maintenant bien sûr le côté musical. 

 


Mylène s’exile alors en Californie, seule, et commence à écrire quelques chansons. Laurent viendra la rejoindre en mars 1995 et lui composera la musique du futur album : « Anamorphosée ». Laurent ne réalisera pas les clips de l’album (dommage, devoir « subir » ceux de Marcus Nispel, merci bien…), ne revenant à la réalisation pour Mylène qu’en 1996, pour le Live à Bercy, dont le film fût conçu avec François Hanss, son assistant depuis longtemps. 


En 1998, le cascadeur Mario Lurashi (qui a souvent collaboré avec le duo Farmer-Boutonnat), fait appel à Laurent pour composer la musique de son premier long métrage, « Le Pèlerin« . Le résultat se rapproche de la B.O de « Giorgino« , avec des sons empruntés à « Vertige« , qu’il a composé quelques mois auparavant pour Mylène


Laurent refuse les interviews et la diffusion de Giorgino, voulant visiblement oublier ce film. Il rachète même les droits, afin, et il le dira lui-même 10 ans plus tard, de mettre dans un tiroir cette histoire et ne plus jamais en entendre parler. Le film a tout de même été diffusé en novembre 1995 sur Canal +, avant que Laurent ne rachète les droits de diffusion. Boutonnat ne reprendra vraiment la caméra qu’en 1997 pour réaliser quelques clips pour Nathalie Cardone (Hasta Siempre, Populaire, etc..). 

 

 

 

 

BoutonnatPhoto03Laurent a semble t-il à ce moment là, privilégié sa carrière d’homme d’affaires, plutôt que son côté artistique. En effet, il fondera une société de production pour Nathalie Cardone (Calliphora S.A.), le 19 juin 1997. Il délaisse peu à peu Heathcliff S.A. et Toutankhamon, qui cessera ses activités en 1997. Mylène produira désormais elle-même ses disques, via sa société de production Stuffed Monkey


En mai 1999 sort « Innamoramento », le 5e album studio de Mylène Farmer. Laurent composera 9 titres pour cet opus. L’album est, comme les 4 premiers, un succès, et s’écoulera à plus d’un million d’exemplaires. Laurent ne réalisera là encore aucun clip de l’album, et se révèlera absent de la tournée Mylenium Tour. Il ne réalisera donc pas le film du concert, laissé aux mains de François Hanss. 


Le 10 mai 2000, Laurent étend ses activités financières en créant LB Société Civile Immobilière, qui s’occupe de la vente de biens immobiliers. Strictement rien à voir avec le penchant artistique de Laurent !!! 

 

 

En mai 2000, Mylène et Laurent produisent la petite Alizée, via leur société Requiem Publishing. Mylène écrira les textes d’Alizée et Laurent se chargera de la musique. Il réalisera également le clip de « Moi…Lolita« . Le disque sortira le 4 juillet 2000, soit deux semaines avant la sortie d’ »Innamoramento« . 


En mars 2001 sortent pour la seconde fois en numérique, l’intégrale des clips de Mylène Farmer, avec un meilleur son et une meilleure image que les supports édités auparavant. 

 


En revanche, le « Tour 89 » n’a toujours pas le droit à une sortie DVD, et « Giorgino » reste introuvable dans le commerce. 


Laurent reprend la caméra pour Mylène en 2001, afin de réaliser le clip « Les Mots » et celui de « Pardonne-moi« . Il s’occupe aussi des clips d’Alizée (« Parler tout bas« , « J’ai pas vingt ans« ). La mise en scène du spectacle d’Alizée à l’automne 2003 sera également signée par Laurent


En novembre de la même année, Mylène et Laurent auraient eu d’assez grosses difficultés financières avec leurs sociétés immobilières et leurs sociétés de production, le « Pôle de Européen de gestion et d’économie » mettant son nez dans les comptes des entreprises. 

 

 

 

En 2004, un peu de nouveau pour Laurent… Il produit l’artiste kabyle Kamal Kacet et son nouvel album

 

Il part ensuite en tournage pour son nouveau film, une adaptation du roman Jacquou le Croquant. La sortie du film en salles est prévue pour le 12 octobre 2006. Gageons que Laurent sera enfin reconnu par le grand public et par la profession… Un si grand talent ne peut rester dans l’ombre !!! Toujours en 2004, Laurent fait également entrer Mylène en studio pour son nouvel album, Avant que l’Ombre… 


Il assurera également la conception du spectacle et la régie, pendant les 13 concerts de janvier 2006, au Palais Omnisports de Paris-Bercy. 


boutbout2004C’est d’ailleurs là qu’un journaliste du quotidien Libération a observé minutieusement l’attitude de Laurent : « Le compositeur Laurent Boutonnat, entouré d’une armée d’ingénieurs du son et d’informaticiens avec ordinateurs portables, fait soudain des gestes sur une partition imaginaire. Dansotte, prend des notes, prend des notes, rallume sa pipe, descend une énième bouteille d’eau. Puis, derrière sa console, redevient aussi imperturbable qu’un ingénieur de Kraftwerk. Le Pygmalion observe sa créature. Arrivé à ce point du concert, on a toujours pas saisi le phénomène.[…]«  

 

 

A ce jour, Jacquou le Croquant doit sortir le 17 Janvier 2007… Souhaitons grandement bonne chance à Laurent (même s’il y a fort à parier que son nouveau film marchera très bien !), car un autre échec, pourrait cette fois être beaucoup plus dur à supporter pour lui… Laurent Boutonnat… un TRES grand monsieur… une très belle œuvre… 

 

 

 

barre étoile

 

 

Filmographie

 

1er Film 1978 : La Ballade de la féconductrice

  • 1994 : Giorgino
  • 2007 : Jacquou le Croquant

 

1er Clip 1984 : Mylène Farmer – Maman a tort

  • 1985 : Mylène Farmer – Plus grandir
  • 1986 : Mylène Farmer – Libertine
  • 1987 : Mylène Farmer – Tristana
  • 1987 : Mylène Farmer – Sans contrefaçon
  • 1988 : Mylène Farmer – Ainsi soit je…
  • 1988 : Mylène Farmer – Pourvu qu’elles soient douces
  • 1989 : Mylène Farmer – Sans logique
  • 1989 : Mylène Farmer – À quoi je sers
  • 1990 : Mylène Farmer – Allan (live)
  • 1991 : Mylène Farmer – Désenchantée
  • 1991 : Mylène Farmer – Regrets
  • 1991 : Mylène Farmer – Je t’aime mélancolie
  • 1992 : Mylène Farmer – Beyond my control  
  • 1997 : Nathalie Cardone – Hasta siempre
  • 1998 : Nathalie Cardone – Populaire
  • 1999 : Nathalie Cardone – Mon ange
  • 2000 : Nathalie Cardone – Baïla si
  • 2000 : Alizée – Moi… Lolita
  • 2001 : Alizée – Parler tout bas
  • 2001 : Mylène Farmer – Les Mots
  • 2003 : Alizée – J’ai pas vingt ans
  • 2002 : Mylène Farmer – Pardonne-moi
  • 2004 : Kamal KacetIfkis

 

barre coeurs

 

 

Concerts

 

Composition de Laurent

  • Mylène Farmer – Cendres de Lune (1986) – Produit et compose 9 des 10 titres de l’album (assisté de Jérôme Dahan sur Maman a tort), en écrit 5
  • Mylène Farmer – Ainsi soit je… (1988) – Produit et compose 9 des 10 titres de l’album

  • Mylène Farmer – L’autre… (1991) – Produit et compose l’album dans son intégralité

  • Mylène Farmer – Dance Remixes (1992) – Compilation de remixes réalisés par Laurent Boutonnat et Thierry Rogen pour les maxi-singles – Produit par Laurent Boutonnat

  • Mylène Farmer – Anamorphosée (1995) – Produit et compose 11 des 12 titres de l’album

  • Nathalie Cardone – Album éponyme (1999) – Produit et compose 4 des 12 titres de l’album (assisté de Nathalie Cardone sur Antonio et L’homme qui saura pleurer)

  • Mylène Farmer – Innamoramento (1999) – Produit et compose 8 des 13 titres de l’album
  • Alizée – Gourmandises (2000) – Produit et compose les 10 titres de l’album
  • Mylène Farmer – Les mots (2001) – Best-of, produit et compose les 3 titres inédits
  • Alizée – Mes courants électriques… (2003) – Produit et compose les 11 titres de l’album
  • Mylène Farmer – Avant que l’ombre… (2005) – Produit et compose l’album dans son intégralité (assisté de Mylène Farmer sur L’amour n’est rien…)

  • Mylène Farmer – Point de Suture (2008) – Produit et compose 10 des 11 titres de l’album

Il est en outre l’arrangeur musical de tous les albums.

Compositions annexes : L’annonciation (1985), Dernier Sourire (1989), À quoi je sers (1989), La veuve noire (1989), Puisque (1989), Mylène is calling (1991), Que mon cœur lâche (1992), Effets secondaires (1999), L’histoire d’une fée, c’est… (Bande originale du film Les Razmokets à Paris) (2000), Devant-soi (2007) Bande originale du film Jacquou le Croquant.

 

 

 

 

 

 

 

 

VIDEO LAURENT BOUTONNAT ET MYLENE FARMER

Image de prévisualisation YouTube 

 

 

 

 

Que sait-on de Laurent Boutonnat ? 

 

Finalement peu de choses, tant ses interviews sont rares ; qu’il a été dans les années 80/90 le réalisateur de clips dont a le plus parlé sans jamais le voir ; ceux de Mylène Farmer. L’écrivain Philippe Séguy évoque le mieux, en peu de mots, le mieux le réalisateur :

 

« Laurent Boutonnat fonctionne par odeurs. Celles de la neige, du vent, du froid et celle acide de la misanthropie. L’œuvre est souvent tragique et affiche une douleur, une solitude et un univers qui lui sont propres. Ses films qui n’ont pas d’âge nous parlent d’un monde mélancolique qui a le couleur de la fatalité« .

 

 

hqdefaultMylène s’exprime sur l’absence de Laurent Boutonnat – décembre 2010 

Pour son prochain opus, intitulé « Bleu noir » qui sortira ce lundi en métropole, Mylène Farmer s’est passée des services de son compère LaurentBoutonnat pour la première fois dans sa carrière. Cette nouvelle avait fait poser beaucoup de questions chez les fans de la rousse, mais elle a tenu à rassurer ses fans.  

  

Dans une interview accordée à Paris match, elle déclare : «  Je ne me suis en aucun cas éloignée de lui. Après la tournée et les concerts au Stade de France, il s’opère une effrayante descente aux enfers malgré le succès, un vide sidéral, un manque. Vous recevez tant d’amour, de vibrations, autant de sensations qui vous donnent l’envie… d’écrire. Laurent a tout à fait compris mon besoin de créer. C’est aussi ça, la complicité  ». 

  

L’album Bleu Noir a été concocté par Mylène en personne en collaboration avec le roi de l’électro Moby, le duo anglais Archive et le producteur à succès RedOne à qui l’on doit Poker Face et Bad Romance de Lady GaGa

  

Ce nouvel opus est toujours aussi sombre et rythmé à l’instar de ces prédécesseurs. Mylène explique d’ailleurs : «  J’ai essayé la joie de vivre, mais ça n’a pas marché !  »Elle parle d’inspiration bien sûr et non de sa manière de vivre. 

 

5ml8h8xb

Si ce blog existe, c’est aussi parce que : 

Pour moi, Mylène Farmer rime également avec la Spiritualité  voir ici : http://devantsoi.forumgratuit.org/

Publié dans | Pas de Commentaires »

J.Paul Gaultier et Mylène

Posté par francesca7 le 20 août 2011

Jean-Paul Gaultier.jpgJean-Paul Gaultier, né le 24 avril 1952 à Arcueil (Val-de-Marne), est un styliste français, fondateur de la société Jean Paul Gaultier, membre de la Chambre de la Haute couture.

fils unique d’une mère caissière et d’un père comptable. Ses parents déménagent pour habiter la ville voisine d’Arcueil. Il est entouré de parents affectueux et d’une grand-mère bien-aimée qui l’initie à la couture, alors qu’il est très jeune. C’est ce milieu qui sera une des sources d’inspiration de ses futures créations. Le jeune Jean-Paul faisait déjà, alors qu’il n’avait que six ans, des expériences « stylistiques » sur son ours en peluche, après avoir découvert des corsets, dans une malle de sa grand-mère, qui deviendront les symboles de sa future marque. A 15 ans, il dessine les esquisses d’une collection de vêtements pour enfants.

C’est après avoir vu le film Falbalas, de Jacques Becker, qu’il se décide à faire de la couture sa profession. Il envoie ses croquis à Pierre Cardin. Le jour même de ses dix-huit ans, il intègre la prestigieuse maison de couture, où il restera un peu moins d’un an avant de rejoindre Jacques Esterel, puis, en 1971 l’équipe de Jean Patou.

  

J.Paul Gaultier et Mylène dans Mylène 1991 - 1992 SHEILA-ET-JEAN-PAUL-GAUTHIERSheila sera la première chanteuse habillée par Jean-Paul Gaultier pour son Zénith en 1985 et le sera encore en 2004, avant Yvette Horner avec sa robe Tour Eiffel. Puis Madonna qu’il a habillée lors de ses deux tournées Confessions Tour en 2006 et le Blond Ambition Tour en 1990à qui il fera porter ses mythiques « seins pointus ». Un soupçon de provocation s’ajoutera dès lors aux collections.

jean-paul-gaultier-apportant-un-bouquet-de-roses-noires-a-mylene-farmer-a-la-fin-de-son-defile_90621_w250 dans Mylène 1991 - 1992Jean-Paul Gaultier a aussi créé, entre autres, des tenues pour Mylène Farmer dans les années 1990 ; il signera les tenues sexy que la chanteuse porte sur le shooting de son album Anamorphosée, dans le clip Je t’aime mélancolie ainsi que la robe semi-transparente du clip L’instant X et dans le clip « Lonely Lisa » en 2011. Il l’habille à nouveau lors de sa tournée « No5 on Tour » de 2009. Il a également habillé Kylie Minogue pour sa tournée de 2008.

Il a lancé également des parfums à son nom.

En 1995, il a présenté les MTV Europe Music Awards à Paris.

En mai 2011, Jean-Paul Gaultier réalise un reportage intitulé « Gaga by Gaultier où il interview la chanteuse Lady Gaga sur sa vie intime..

Du 17 juin au 2 octobre 2011, il fera l’objet d’une exposition au MBAM (Musée des Beaux-Arts de Montréal). Elle étalera les 35 ans de travail du designer avec quelque 120 pièces de Haute-couture et certaines de prêt-à-porter.

Ouvertement homosexuel, il est considéré comme un symbole de la culture gay française et internationale.

Le 06 juillet 2011 défilé haute-couture automne/hiver 2011/2012 avec comme pour invité « exceptionnel » Mylène Farmer qui a clôturé le défilé. Elle présentait ainsi une robe de mariée noire faite de plumes comme la plupart des créations de cette collection. Cette robe prédestinée pour la chanteuse a été nommée par le créateur : Libertine Swan.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Paul_Gaultier 

 

Publié dans Mylène 1991 - 1992 | Pas de Commentaires »

Pas de Doute…

Posté par francesca7 le 20 août 2011

 - Ce n’est pas ma faute 

 

Pas de Doute… dans Mylène 1991 - 1992 MF-DJGREG-BMCLes semaines suivantes, toute l’équipe de Mylène réfléchit au choix du quatrième single. Mylène a une préférence pour Pas de doute. C’est un texte coquin sur une mélodie à la Sains contrefaçon, traitant non sans humour d’un problème purement masculin, l’éjaculation précoce !

 

Pour illustrer ce titre qui a tout pour faire un tube, Mylène aimerait que Laurent Boutonnat lui concocte une vidéo qui serait la suite des aventures de Libertine. Mais le réalisateur a l’esprit trop préoccupé par son long-métrage et ne se sent vraiment pas le courage d’entamer un tournage aussi lourd que celui de Pourvu qu’elles soient douces.

 

D’ailleurs, réflexion faite, le couple star se demande s’il est réellement judicieux de sortir un titre aussi frais et dansant après le meurtre du réceptionniste de Polydor, qui est encore dans toutes les mémoires. Leur choix s’arrête donc finalement sur Beyond my Control (ce n’est pas faute ou C’est plus fort que moi), un titre plus sombre et plus révélateur de leur état d’esprit du moment. Beyond my Control est un clin d’œil appuyé et sans équivoque au chef-d’œuvre de Stephen Frears, Les Liaisons dangereuses tiré du sulfureux roman de Choderlos de Laclos.

Publié dans Mylène 1991 - 1992 | Pas de Commentaires »

l’album L’Autre…

Posté par francesca7 le 20 août 2011

 

 

Pour  promouvoir Que mon cœur lâche, Mylène se contente de faire deux émissions de télévision, entourée de deux jeunes danseuses et où elle dévoile sous un peignoir blanc ses longues jambes. A croire que l’éloignement de Laurent Boutonnat sied à merveille à la jeune chanteuse qui en profite même pour faire pousser ses cheveux, célébrant ainsi la naissance d’une charmante créature féminine descendue du ciel. Un ange !

 

Video TV Image de prévisualisation YouTube 

 

l'album L'Autre… dans Mylène 1991 - 1992 k7_fr_dance_remixes_transparente_rectoL’album L’autre… se vend toujours aussi bien – il tutoie les deux millions d’exemplaires – et, Dance remixes sort dans ce contexte, juste avant les fêtes de Noël. Ce double album est en fait une compilation de tous les Remixes sortis depuis le début de sa carrière, mais Mylène se paye le luxe de réenregistrer Libertine et offrir une version plus techno de We’ll never Die. Les photographies de la pochette et du livret sont signées Marianne Rosentsthiel. Pour l’occasion, Mylène se transforme en une gymnaste s’essayant aux exercices physiques dans une salle de sport. Sans se vendre à des millions d’exemplaires comme les précédents albums, cette compilation atteint tout de même les 300 000 copies. Un score plus qu’honorable pour un disque exclusivement destiné aux connaisseurs !

Publié dans Mylène 1991 - 1992 | Pas de Commentaires »

Que mon coeur lâche

Posté par francesca7 le 20 août 2011

VIDEO CLIP : que mon cœur lâche 

 

Image de prévisualisation YouTube 

 

une version de Que mon cœur lâche est également enregistrée en anglais, sur un texte signé Mylène. My Soul is Slashed sortira en Mai 1993 sans toutefois remporte le succès espéré. Mais Mylène et Laurent Boutonnat n’en ont que faire car leur seule préoccupation à cette époque reste le cinéma, avec la réalisation d’un long-métrage qui se tourne dans le secret le plus total. Alors que l’on murmure que ce film mettrait en scène le personnage de Libertine, d’autres fantasment sur une Mylène qui se transformerait en madame tout le monde.

 

Tout comme le mystère de sa couleur de cheveux qui est préservé. Rousse ou brune comme cette Isabelle Adjani dont elle a toujours vanté le talent ?

 

Un seul indice filtre : le film est tourné en Tchécoslovaquie et Mylène n’y tient que le second rôle. Tout le reste n’est que folles rumeurs sur le couple le plus insolite de la variété française. Une question d’habitude, finalement….

 

 

 

Que mon coeur lâche dans Mylène 1991 - 1992 MF90_181a

Publié dans Mylène 1991 - 1992 | Pas de Commentaires »

Publicité de mauvais goût pour Mylène

Posté par francesca7 le 19 août 2011

 

Févier 1989. Alors que Mylène répète intensivement cette première tournée, elle devient l’objet d’une récupération politique

 

Publicité de mauvais goût pour Mylène dans Mylène 1989 - 1990 2951467522huEn effet, Le Rassemblement pour une France libre, le parti ouvrier européen, avec à sa tête Jacques Cheminade, utilise pour sa campagne publicitaire une photographie extraite du clip Sans logique, entièrement sortie du contexte, avec une carte à jouer satanique qui est largement diffusée sur tous les murs de Paris, affublée du texte : « Ils promeuvent la laideur et la drogue. »

 

Trouvant le rapprochement injurieux entre la drogue et sa personne, Mylène n’hésite pas un instant et saisit le tribunal de grande instance de Paris en référé. Le jugement est rendu à la mi-juin de cette même année et donne raison à Mylène, injustement agressée. Car si la chanteuse peut employer dans ses chansons des expressions qui pourraient faire allusion à la prise de stupéfiants, comme : souffrez qu’une autre en moi se glisse, elle refuse les amalgames.

 

Toujours très intéressé par la vie de Mylène, Libération dans on numéro du 17 juin 1989 fait paraître l’affiche en question en rendant compte du jugement du tribunal : « Mylène Farmer gagne au tribunal. Elle n’a pas apprécié. Il faut dire que le Rassemblement pour une France libre n’avait pas fait dans le slogan en dentelles !… Preuve que même quand on est une rousse libertine, on n’aime pas voir sa gueule utilisée à son corps défendant« .

 

 

Mylene-Farmer-236-x-80_8146_1 dans Mylène 1989 - 1990Heureusement, la vie reprend son cours et Mylène a d’autres choses en tête que la défense contre ce genre d’attaques mal placées. Sa future grande scène parisienne l’attend et c’est pour ce combat qu’elle souhaite canaliser toute son énergie, en faisant une légère parenthèse pour organiser son déménagement.

Publié dans Mylène 1989 - 1990 | Pas de Commentaires »

Mylène prépare le Tour 89

Posté par francesca7 le 18 août 2011

 Beaucoup de travail pour le Tour 89 

 

 

 

Mylène prépare le Tour 89 dans Mylène 1989 - 1990 tour89Responsable de la sonorisation, Thierry Rogan est bien évidemment de la partie. Ce concert restera d’ailleurs pour lui l’une de ses plus belles expériences professionnelles. Lui qui a presque suivi la carrière de Mylène depuis ses débuts est pressé de la voir enfin exister devant une foule.

 

Parmi les musiciens engagés sur cette tournée? se trouvent les meilleurs du moment et notamment le guitariste Slim Pezin, un « grand » qui a déjà travaillé avec Johnny Hallyday et Claude François. Il sera celui sur lequel Mylène pourra se reposer quand elle connaîtra des périodes de découragement. Les chœurs sont assurés par Carole Fredericks et Becky Bell. Bruno Fontaine , musicien classique à l’origine, est aux claviers. Il est aussi le chef de tous les artistes présents sur ces concerts dont Yves Sanna à la batterie, une autre pointure qui a lui aussi déjà tourné avec Johnny Hallyday.

 

En bourreau du travail qui en veut toujours plus pour être à la hauteur, Mylène s’entraîne comme une véritable athlète. Tous les matins, elle fait ses cinq kilomètres de footing dans le bois de Boulogne en compagnie de « Rambo » (le rival de Libertine et le violeur de Plus grandir à et se plie à ses trois ou quatre heures de danse chaque après-midi au Studio des Champs-Elysées. D’une nature plutôt maigre, la jeune femme se muscle et son corps commence à prendre des formes. Exit la période de l’androgyne de Sans contrefaçon, une sirène est en train de naître !

 

Entre-temps, l’album Ainsi soit je remporte la récompense suprême en tant étant sacré disque de diamant, soit un million d’exemplaires vendus depuis sa sortie. Pas étonnant alors que les billets de ses concerts s’arrachent comme des petits pains : en seulement deux jours, les dates parisiennes affichent complet !

Publié dans Mylène 1989 - 1990 | Pas de Commentaires »

ENTREE en Scène tour 89

Posté par francesca7 le 18 août 2011

 

 

ENTREE en Scène tour 89 dans Mylène 1989 - 1990 0Alors qu’une angoissante musique retentit dans la salle, un moine encapuchonné vient ouvrir les immenses grilles du cimetière reconstitué sur la scène. Le show débute sur L’Horloge avec une Mylène coiffure à catogan, au visage aussi grave que sa voix. Nous sommes encore loin des entrées grandioses qu’elle nous proposera plus tard, mais l’effet est bien là et le public hurle hystériquement lors de l’apparition de son idole.

 

Un public qui chante plus fort que la chanteuse sur Sans contrefaçon, qui connaît les paroles de Libertine par cœur et qui rit aux éclats face aux irrésistibles facéties  et grimaces de l’imposante Carole Fredericks qui joue le rôle de la mère de Mylène sur Maman a tort. Toujours en osmose avec la chanteuse, les spectateurs tremblent de désir en admirant la belle se débattre dans une camisole de vinyle noire sur Déshabillez-moi et vident toutes les larmes de leur âme sur Ainsi soit je et sur ce troublant final, Je voudrais tant que tu comprennes, une reprise de chanson de Marie Laforêt. Une idée que Bertrand Le Page a soufflé à Mylène étant lui-même fan de celle qui est encore aujourd’hui surnommée « la fille aux yeux d’or » tellement son regard est pénétrant.

 

Félicitations ! Le pari de Mylène est réussi et Paris est conquis !

 

Toute cette magie n’était pas qu’une illusion. Avec élégance et classe, la chanteuse était bien là entourée de ses danseurs tout aussi nobles qu’elle et ses musiciens aux doigts de fée. Et même si par excès de timidité, la belle est restée un tant soit peu en retrait de son public, sans vraiment oser s’adresser à lui pour l’affronter, l’éclat de son regard ne trompait pas ; la jeune femme était absolument ravie de fouler cette scène.

 

 Une bête de scène venait de naître.

Publié dans Mylène 1989 - 1990 | Pas de Commentaires »

je voudrais tant que tu comprennes

Posté par francesca7 le 18 août 2011

 

a été premièrement interprétée par Marie la Forêt. 

 

Marie la Forêt et Mylène Farmer, deux superbes artistes dans un registre différent certes, mais oh combien talentueux.

 

vidéo :  Image de prévisualisation YouTube

 

je voudrais tant que tu comprennes dans Mylène 1989 - 1990 mylene-farmer3Mylène Farmer n’a jamais caché son admiration pour la chanteuse et comédienne Marie Laforêt. Si les points communs entre les deux chanteuses ne sont pas évidents à première vue, ils peuvent le devenir en s’approchant un peu plus de la partie la plus personnelle de l’œuvre de Marie Laforêt. On peut trouver par exemple des réminiscences de « Prière pour aller au paradis » en 1972 signée paroles et musique Marie Laforêt (qui empruntait à cette époque le pseudonyme de Françoise They pour signer ses chansons) dans « Jardin de Vienne » (1988) de Mylène Farmer. Deux titres qui ne furent pas des tubes mais qui font souvent partie du panthéon des admirateurs de ces deux artistes. 

Il y eut ensuite cette émission de télévision du 14 janvier 1987 dans laquelle Mylène Farmer interpréta avec Guy Béart la chanson « Frantz » qui avait été un immense succès par Laforêt et Béart en 1965. Ce duo est l’occasion de d’entrevoir un peu de légèreté et d’humour dans l’univers de l’interprète de « Libertine » qui n’en serait pas dénuée par ailleurs à la ville dit-on, tout comme ne l’est pas la fantasque interprète de « Viens, viens »… Mais la rencontre “physique” entre les deux femmes aura lieu quelques mois plus tard sur le plateau d’une émission de décembre 1987 (voir en fin d’article). 

 

Voir En image :  Image de prévisualisation YouTube

 

Publié dans Mylène 1989 - 1990 | Pas de Commentaires »

clip A quoi je sers…

Posté par francesca7 le 18 août 2011

Clip Vidéo de A QUOI JE SERS 

 

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Réalisé par : Laurent Boutonnat
Diffusé le : Juillet 1989
Durée : 4’58

Au bord d’un étang, une femme tenant une valise à la main, attend au bord de l’eau. A travers le brouillard et la nature, la silhouette d’un homme dans une barque se dessine. Il s’approche de Mylène et la fait monter dans le bateau. A l’aide d’un long bâton, l’homme pousse dans les fonds marins pour faire avancer l’embarcation. Lentement et entre les herbes, tous deux se dirigent vers l’inconnu. Bientôt, d’autres silhouettes se dessinent. Elles marchent dans l’eau et rejoignent Mylène. Ces personnages sont en réalité les figurants des clips précédents : le marionnettiste de « Sans contrefaçon », la rivale de « Libertine », le torero de « Sans logique », Rasoukine de « Tristana » et le capitaine anglais de « Pourvu qu’elles soient douces ». Tous marchent sans savoir où ils vont…

Publié dans Mylène 1989 - 1990 | Pas de Commentaires »

Mylène recherche sa voie lactée

Posté par francesca7 le 18 août 2011

 

Mylène recherche sa voie lactée dans Mylène 1989 - 1990Evidemment,  nous pourrions penser que Mylène a alors tout pour être heureuse : ses disques se vendent par millions, ses concerts sont salués par la presse et ses fans sont de plus en plus nombreux à attendre des heures et des heures devant chez elle. Et pourtant, la voici qui jette, comme un pavé dans la mare, ce nouveau single avec cette interrogation sur le sens de son existence. Ses plus grands admirateurs prennent alors peur.

 

Ils sont les mieux placés pour savoir que pour leur idole, être une chanteuse célèbre n’a jamais été une fin en soi :

 

-          « Vivre de la chanson trop longtemps, je ne pourrai pas. C’est mutilant pour l’esprit. »

 

Et puis, n’aime-t-elle pas à répéter à qui veut l’entendre que l’un de ses rêves les plus fous serait de tout quitter pour connaître un jour le même destin qu’une Diane Fossey, cette éthologiste américaine qui consacra sa vie aux gorilles jusqu’à en trouver la mort le 27 décembre 1985 ? Et ce n’est pas le clip de A quoi je sers, filmé comme un symbole suicidaire du premier achèvement d’une œuvre et d’une première vie d’artiste qui pourra les rassurer.

 

Cette nouvelle vidéo est tournée en extérieur sur le lac de Grandlieu, à Passay en Loire- Atlantique en août 1989. Laurent Boutonnat prend le parti d’y « suicider » tous ses héros, soit la méchante rivale de Libertine, le séduisant marionnettiste de Sans contrefaçon, le valeureux capitaine anglais de Pourvu qu’elles soient douces et l’amant félin de Sans logique.

 

D’un commun accord avec Mylène, il semble vouloir achever l’œuvre la plus noire de la chanteuse avant de passer à autre chose. Mais à quoi ?

 

Aucune réponse n’est donnée ; d’où cette forte angoisse qui étreint le cœur des fans les plus assidus… Quelques mois plus tard, quand les décors de la tournée seront à leur tour brûlés pour les besoins d’un futur clip, Laurent Boutonnat achèvera cette destruction. Pour la réalisation du clip de A quoi je sers, comme il n’existe aucun album à promouvoir, le réalisateur est débarrassé de toute obligation promotionnelle. Aussi jouit-il d’une liberté totale quant à la réalisation de cette vidéo sombre, remplie de langueur et de symboles. Une unique valise à la main, Mylène se laisse guider par un passeur qui lui fait traverser le fleuve des enfers en direction d’un affluent qui sépare les vivants des morts….

 

Publié dans Mylène 1989 - 1990 | Pas de Commentaires »

Costumes de Thierry Mugler

Posté par francesca7 le 18 août 2011

 

 

Costumes de Thierry Mugler dans Mylène 1989 - 1990 2055882973_small_1L’ancien collège de Mylène du cours Florent, Thierry Mugler, signe les nombreux costumes du concert, et s’ils sont somptueux, ils ne sont guère adaptés à un spectacle de cette envergure. Entre le lourd manteau de Tristana qui pèse une tonne et le col à jabot fermé de Libertine, la chanteuse a de quoi suer en plus de ses harassantes chorégraphies ! 

 

Et pourtant, elle chante et danse en bluffant toute cette équipe qui pensait rencontrer une petite étoile des hit-parades sans humanité ni réel talant. 

 

Les musiciens qui pensaient cela feront très vite leur mea culpa car ils apprécient la chanteuse et reconnaissent sa vitalité positive, jamais ils ne l’ont vu se plaindre. Peur eux, Mylène est une chic fille qui n’a que faire des compliments hypocrites venant de telle ou telle personne du show-biz. Elle n’est pas le genre de femme à être attirée par tout ce qui vit et n’est pas une mondaine, car seul compte son travail. 

 

Constater par vous-mêmes, les différentes témoignes de son équipe / Interview Bruno Fontaine et Edwige Chandelier et Gilles Laurent (sur ce blog) 

 

Parallèlement à cette première tournée, une autre artiste est sur les routes : Jeanne Mas. Mylène sait que beaucoup vont vouloir faire la comparaison, aussi il n’est pas question de se laisser dépasser par cette chanteuse ! 

 

C’est avec le souvenir d’un moment exceptionnel ancré au plus profond de la mémoire que le public attend impatiemment que son idole sorte enfin l’album live qui lui permettra de revivre tous ces instants magiques. C’est chose faite le 7 DECEMBRE 1989, justement à l’heure du premier Bercy de Mylène où 17 000 spectateurs l’attendent avec fébrilité. 

 

 

 

Publié dans Mylène 1989 - 1990 | Pas de Commentaires »

En février 1987 – TRISTANA

Posté par francesca7 le 18 août 2011

 

mylene farmer C’est en février 1987 que sort un inédit, Tristana, après la sortie avortée de Au bout de la nuit, un extrait de Cendres de lune qui avait un instant été pressenti avant d’être finalement jugé trop lent pour succéder à la bombe Libertine. Au bout de la nuit qui, rappelons-le, marque le deuxième rendez-vous de Mylène avec l’écriture… 

 

Pour la plus grande joie de Laurent Boutonnat pour qui l’écriture reste un véritable calvaire, c’est Mylène qui écrit pour la troisième fois les paroles de Tristana. Une fois le texte achevé, le compositeur fait appel à un nouveau partenaire, Thierry Rogen qui a pour mission de mixer le titre. C’est vraiment lui le créateur du son « Farmer« , un son synthétique reconnaissable parmi tant d’autres dès les premiers accords. 

 

Contrairement à ce qui fut souvent écrit dans les différentes biographies parues sur la chanteuse, Mylène n’a jamais écrit les paroles de Tristana en pensant au film éponyme réalisé par l’espagnol Luis Buńuel et qui fit scandale en 1969, avec la belle Catherine Deneuve. 

 

En février 1987 – TRISTANA  dans Mylène 1987 - 1988Rappelez-vous, Tristana, c’est histoire de cette jeune fille placée sous la tutelle de Don Lope, un aristocrate âgé qui deviendra son amant. Deux ans plus tard, elle s’éprend du peintre Horacio, un jeune homme de son âge qui l’abandonne le jour où elle apprend qu’on doit lui amputer une jambe. Dépitée et blessée, Tristana revient vers un Don Lope devenu riche qu’elle épouse pour le laisser ensuite mourir. En conclusion, l’histoire d’un veuf indigne qui tente de séduire sa jeune nièce… Une histoire délicieusement perverse qui aurait pu se fondre à merveille dans le tableau Farmer-Boutonnat. Mais il n’en est rien, Mylène n’ayant d’ailleurs pas vu ce film avant l’enregistrement de la chanson. 

 

-          « c’est vrai que Tristana est plus un nom espagnol, et moi quand je pensais Tristana, je pensais russe. » 

Publié dans Mylène 1987 - 1988 | Pas de Commentaires »

Vidéo-clip de Tristana

Posté par francesca7 le 18 août 2011

 

 

Après le sulfureux clip de Libertine, tous les paris sont ouverts quant au scénario de la prochaine vidéo. 

 

Vidéo-clip de Tristana dans Mylène 1987 - 1988 ClipTristana1

 

 

Contrairement à ce que pensent certains, Laurent Boutonnat ne fera aucune allusion à la diaphane et angélique beauté de Catherine Deneuve. Au contraire, il dirige son regard vers les Etats-Unis pour réaliser un remake plutôt étrange du célèbre dessin animé Blanche-Neige et les sept nains de Walt Disney, qui s’était déjà approprié le texte des frères Grimm, le créateur originel. Si ce n’est que sa Blanche-Neige à lui se prénomme Tristana, qu’elle parle couramment le russe, que l’action se situe en pleine révolution d’Octobre et que son fiancé n’est pas un prince charmant, mais bel et bien un soldat au physique très commun appelé Rasoukine. Seuls les sept nains et la méchante sorcière (magnifiquement interprétée par Sophie Tellier) restent fidèles à ce conte de fées qui nous a tant fait rêver ! 

 

La réalisation de ce nouveau vidéo-clip suit la même trame que Libertine : une fin tragique, une durée de onze minutes et un tournage en extérieur de cinq jours sur les hauteurs enneigées de La Chapelle-en Vercors. 

 

mylene-farmer-tristana dans Mylène 1987 - 1988Un élément supplémentaire s’ajoute à cette vidéo : des acteurs et des dialogues en russe qui se ponctuent par un « Je ne sais pas » à la question de savoir si l’héroïne est vivante ou non à la fin, alors que Mylène, dans une superbe robe blanche, éclate de rire en jouant dans la neige avant le début de la musique de fin du générique. Un rire plutôt rare qui résonne comme une cascade. Et puis, on note également dans ce clip, l’apparition du loup dans l’univers de la chanteuse ; pour être plus exact, il s’agit de chiens de traîneau tout ce qu’il y a de plus inoffensifs, déguisés en véritables loups des steppes avec le délicat rôle de dévorer tout cru la vilaine sorcière et son vil serviteur qui viennent de causer la mort de la jeune et jolie Tristana

 

Pour cette insolite collaboration, Laurent Boutonnat a fait appel à ses amis Christian et Gaétan, les heureux propriétaires d’une ferme en Normandie où le couple héberge une véritable arche de Noé où l’on peut trouver chats, chiens, poules, panthère noire et chimpanzés ! Côté texte, les thèmes favoris de Mylène reviennent, comme la mort et le sang. En digne successeur de Libertine, un nouveau tube au romantisme exacerbé est né…. 

 

 

Publié dans Mylène 1987 - 1988 | Pas de Commentaires »

1...1617181920
 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...