• Accueil
  • > Recherche : mylene farmer enterrement

Résultats de votre recherche

Mylène Farmer apprécie Gustave Doré

Posté par francesca7 le 30 décembre 2012

 

Fichier:Gustave dore.jpgPaul Gustave Louis Christophe Doré dit Gustave Doré est un illustrateurgraveurpeintre et sculpteur français, né à Strasbourg le 6 janvier 1832, au 5 (aujourd’hui 16), rue de la Nuée-Bleue, et mort le 23 janvier 1883 à Paris dans son hôtel de la rue Saint-Dominique. Il fut reconnu internationalement de son vivant.

 En 1840, le père de Gustave, Jean-Philippe Doré, polytechnicien, est nommé ingénieur en chef des Ponts et Chaussées de l’Ain et la famille Doré s’installe à Bourg-en-Bresse. L’enfant aux dons précoces est un très bon élève du collège mais il se fait encore davantage remarquer par ses caricatures et ses dessins inspirés du monde bressan qui l’entoure : à douze ans un imprimeur local publie ses premièreslithographies sur Les Travaux d’Hercule. Elles amènent l’éditeur parisien Charles Philipon à lui proposer de s’installer à Paris où à partir de 1847 il suit les cours du lycée Charlemagne et dessine en même temps des caricatures pour le Journal pour rire de Philippon. Il connaît vite la célébrité et débute en 1848 au Salon avec deux dessins à la plume mais continue à vivre auprès de sa mère après la mort de son père en 1849.

À partir de 1851, tout en exposant ses toiles, il réalise quelques sculptures de sujets religieux et collabore à diverses revues dont le Journal pour tous. En 1854, l’éditeur Joseph Bry publie une édition des œuvres de Rabelais, illustrée d’une centaine de ses gravures. De 1861 à 1868, il illustre La Divine Comédie de Dante.

De plus en plus reconnu, à la fois autodidacte et exubérant, Gustave Doré illustra entre 1852 et 1883 plus de cent vingt volumes qui parurent en France, mais aussi en Angleterre, en Allemagne et en Russie. Lors de la campagne de Crimée, il réalise, à la fois comme auteur et comme illustrateur, L’Histoire de la Sainte Russie, une charge contre ce pays avec qui la France et l’Angleterre étaient entrées en guerre. C’est un album qui préfigure la bande dessinée, où il joue sur le décalage entre le texte et l’illustration, et où il utilise d’étonnantes astuces graphiques.

 Mylène Farmer apprécie Gustave Doré dans Mylène et les AUTEURS 186px-dore_ridinghoodIl fréquente alors la société mondaine et élargit ses activités picturales en composant de grands tableaux comme Dante et Virgile dans le neuvième cercle de l’Enfer(1861 – 311 x 428 cm – musée de Brou), L’Enigme (au Musée d’Orsay) ou Le Christ quittant le prétoire (1867-1872), un tableau mesurant six mètres de haut par neuf mètres de large. Ce tableau a été restauré de 1998 à 2003 au Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg, dans une haute salle qui lui est dédiée.

Multipliant en même temps dessins et illustrations en tous genres (fantastique, portraits-charges), sa notoriété devient européenne et il rencontre un immense succès en Angleterre avec la Doré Gallery qu’il ouvre à Londres en 1869.

Il meurt d’une crise cardiaque à 51 ans, le 23 janvier 1883, en laissant une œuvre imposante de plus de dix mille pièces qui exercera par la suite une forte influence sur nombre d’illustrateurs. Son ami Ferdinand Foch organise les obsèques à Sainte-Clotilde, l’enterrement au Père-Lachaise et un repas d’adieu rue Saint-Dominique.

En 1931, Henri Leblanc publie un catalogue raisonné qui recense 9 850 illustrations, 68 titres de musique, 5 affiches, 51 lithographies originales, 54 lavis, 526 dessins, 283 aquarelles, 133 peintures et 45 sculptures. Le musée de Brou à Bourg-en-Bresse, conserve pour sa part 136 œuvres de toute nature (peinture à l’huile, dessins, sculptures).

Dans les années 2000, son arrière-arrière petit neveu est chanteur et se nomme Julien Doré.

Ouvrages illustrés par Gustave Doré 

Gustave Doré illustra plus de cent chefs-d’œuvre de la littérature universelle

Ainsi que des ouvrages sur la tauromachie :

Peintures 

 

 

Publié dans Mylène et les AUTEURS | Pas de Commentaires »

Mylène F. et Luc Besson

Posté par francesca7 le 1 août 2012

 

 

Description de cette image, également commentée ci-aprèsLuc Besson est un réalisateur, producteur et scénariste français, né le 18 mars 1959 à Paris (France).

En tant que réalisateur, il s’est démarqué avec les films Le Grand Bleu, Nikita, Léon, Le Cinquième Élément et Jeanne d’Arc. En tant que producteur avec sa société de production Europa Corp, il est surtout connu pour la série des films Taxi. C’est la 238e fortune de France en 2009, avec 103 millions d’euros.

 

En 2000, Luc Besson fonde sa société de production et de distribution, EuropaCorp, dont l’objectif est de développer un nouveau courant du cinéma grand public en s’appuyant sur des films à succès comme la série des quatre Taxi, Yamakasi, Le Transporteur ou encore Danny the dog. Il est souvent le scénariste des films qu’il produit, privilégiant la distraction et l’action. Cette orientation lui vaut la désaffection et même le mépris de la critique, qui lui reproche d’avoir fondé un empire où il règnerait sans partage. Le « système Besson », ainsi nommé, consisterait à produire et distribuer à la chaîne des films dont le but premier est la rentabilité financière et non la qualité artistique. On déplore aussi la faiblesse, le simplisme voire la démagogie de ses scénarios qui appliqueraient toujours la même recette — pouvant être résumée de la manière suivante : un homme « costaud » est chargé de protéger une jeune femme, « jolie » de préférence, dont il va tomber amoureux avant d’éradiquer les méchants. Les Guignols de l’info se sont même emparés du phénomène, mettant en scène le cinéaste dans un sketch où il distribuait des scripts à de jeunes réalisateurs comme s’il s’agissait de plats de fast-food.

En réalité, Besson connaît en France une situation comparable à celle de Steven Spielberg aux États-Unis. Tous deux sont accusés de mettre à mort le septième art par la constitution d’un empire financier qui réduirait le cinéma à une question d’argent et à un fonctionnement industriel. Il n’est donc pas anodin que Besson soit parfois surnommé le « Spielberg français »[7]. Mais le personnage ne pourrait être réduit à sa caricature, comme le suggérait Aurélien Ferenczi, journaliste à Télérama (journal qui n’a pas toujours été très tendre avec le cinéaste) : « Bien sûr, les films qu’il écrit ne nous passionnent que rarement – et on l’aimait mieux en réalisateur du Cinquième Élément qu’en inventeur d’Angel-A ou des Minimoys. Mais sa société, EuropaCorp, investit (comme coproducteur ou distributeur) dans des films très différents, de Trois Enterrements, de Tommy Lee Jones, à Villa Amalia de Benoît Jacquot. », rajoutant que le cinéaste se tient généralement « à la bonne distance du monde politique, pourtant indispensable à la mise en œuvre de ses grands travaux tels que la Cité du cinéma. »

Mylène Farmer : premier rôle d’un film produit par Luc Besson

 

Mylène F. et Luc Besson  dans Mylène et L'ENTOURAGE mylene_farmer-STYLISTE-300x207La chanteuse Mylène Farmer, qui sera la première chanteuse française à se produire au Stade de France, a confirmé sur RTL un projet de long métrage initié par Claude Berri et dont elle aura pour la première fois aussi le rôle principal.

« J’ai le projet d’un long métrage initié par Claude Berri que j’aimais profondément, tiré d’un ouvrage de Nathalie Reims, dont le metteur en scène sera Bruno Availlan. Et ça sera pour moi un premier rôle, un deuxième film, et j’espère une rencontre avec le public », a confié la mystérieuse rousse dans un rare entretien accordé à la radio partenaire de sa tournée 2009, le premier depuis 10 ans.

Mylène Farmer devrait interpréter l’héroïne d’un roman de Nathalie Reims, L’ombre des autres. Produit par Luc Besson, le film devrait être tourné en 2010. La chanteuse sera Tess, une jeune chercheuse en médecine, assistante du professeur Charcot, à la Pitié-Salpétrière au IXXe siècle, et qui sera confrontée à des phénomènes étranges lors d’un séjour en Grande-Bretagne.

Mylène Farmer avait été dirigée au cinéma en 1994 par Laurent Boutonnat, son compositeur, dans un long métrage, Girogino, avec Jean-Pierre Aumont. Elle a aussi prêté sa voix à un personnage du film Arthur et les Minimoys, de Luc Besson.

L’intégralité de l’entretien sera diffusée sur RTL samedi, jour où Mylène Farmer fêtera son 48e anniversaire devant 80.000 spectateurs au Stade de France. La chanteuse sera en concert au Stade Roi Baudouin, à Bruxelles, le samedi suivant. (afp/7sur7)

 

Publié dans Mylène et L'ENTOURAGE | Pas de Commentaires »

Point de Suture et des blablas !

Posté par francesca7 le 9 juin 2012


Point de Suture et des blablas ! dans Mylène et mes BLABLAS sac-a-bandouliere-mylene-farmer-point-de-suture-sac-bagagerie-871370755_MLDurant les sessions d’enregistrement de l’album Point de suture aux studios ICP à Bruxelles, Mylène aurait logé dans un petit appartement situé au-dessus même du studio. Elle s’y serait tellement peu plue que les sessions d’enregistrement auraient été particulièrement rapides. Ce qui n’a en rien altéré la qualité des voix sur l’album !

En avril 2008, pour la promotion de l’album Point de suture, Mylène effectue une série de photo avec John Nollet, qui est également son coiffeur depuis une dizaine d’années. Ces photos sont créditées sous un pseudonyme : Simon Hawk. En effet, lorsque John (qui s’appelle Jean, en réalité) Nollet a commencé à bosser avec l’agence H&K, ceux-ci lui ont conseillé de travailler sous un pseudonyme, car pour les magazines de mode, Nollet est un avant tout un coiffeur. Depuis peu, sa carrière de photographe étant désormais intégrée, il a souhaité reprendre son nom pour ses travaux. Mylène l’a donc tout naturellement crédité sous son nom sur les supports du single Appelle mon Numéro, bien que la série avait été entièrement déposée sous son pseudo. Etrangement, on retourne au pseudonyme « Simon Hawk » sur les supports du single Si j’avais au moins….

Ave Maria, le titre caché de l’album Point de suture, a été enregistré après le reste de l’album à Bruxelles. Il a été fait dans le home-studio de Laurent Boutonnat.
De plus, le titre a été diffusé le 30 juin 2008 à l’église Saint-François-Xavier, lors de l’enterrement de Frédéric Botton (ex-compagnon de Nathalie Rheims), deux mois avant la sortie de l’album.

L’interview de Mylène pour le magazine « Têtu » a eu lieu dans un salon de l’hôtel Park Hyatt, à Paris.

Sur le titre Je m’ennuie, le sample qu’on peut entendre sur l’introduction et le pont, et qui a inspiré à Mylène sa petite démarche façon geisha lors des concerts 2009, a été utilisé précédemment dans une vidéo promo de Jean-Paul Gaultier réalisée par Alain Escalle !

 et_vous_connaissez_vous_mylene_farmer_sur_le_bout_des_doigts_illustration_test_connaissance dans Mylène et mes BLABLAS

Le choix des premiers singles extraits de l’album était décidé très en amont. Pour preuve le tournage du clip de Si j’avais au moins… en juin 2008, alors que le single est sorti 8 mois plus tard. 

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaires »

Succès Mylène – Décadence GRETA

Posté par francesca7 le 13 mars 2012

 

Grandeur et décadence de l’actrice Greta Gabo …

 On aurait peu de mal à imaginer cette chanson GRETA comme une commande de Mylène FARMER pour Laurent Boutonnat. La chanteuse ayant « La Divine » comme actrice favorite.

Description de cette image, également commentée ci-après Le texte parle un petit peu de la carrière de Greta Garbo, mais seulement par des mots isolés et des références plus ou moins floues sur sa carrière. Ainsi, on retrouve les rôles de femme enfant de GARBO, comme dans La Reine Christine (Ruben Mamoulian 1993) où d’ailleurs elle incorporait une dimension très androgyne. C’est aussi en référence à ce film que Laurent Boutonnat emploie dans son texte le mot reine. La Reine Christine ayant été la reine de Suède. Dans le refrain » Greta rit » fait référence au slogan du film Ninotchka (Ernest Luvitsch 1939) qui était exactement celui-ci.

 Toujours dans le refrain, on peut aisément trouver par deux fois une référence au film Le Baiser ». « La mort lui ressemble » rappelle en ce sens la scène du procès où la silhouette de Greta Garbo se découpait en forte contre-plongée sur l’arrière du tribunal. On notera le même habit de deuil noir que celui que portait Mylène FARMER lors de l’enterrement de la mère de Catherine. Les « baisers froids comme elle » rappellent le même film de par son titre.

 C’est au deuxième couplet que le texte se concentre sur la retraite de Greta GARBO, à 36 ans. Son évoquées la fuite (difficile), la nuit (persuasive), et la perte de la vie (artistique). Suite à l’échec de son dernier film (qui n’était pas de mauvais qualité, mais dans lequel Garbo n’aurait jamais du se mettre) en 1941, elle s’éloignera des studios (d’abord en prétextant l’attente de la fin de la guerre). Ce retrait provisoire sera définitif. Elle restera 50 ans loin des studios après 30 films, vieillissant en silence et en préservant pour toujours sa jeunesse gravée pour l’éternité sur les pellicules, après la sortie de La femme aux deux visages, en 1941, et jusqu’à aujourd’hui, elle n’a jamais remontré officiellement son visage. Seuls les paparazzis ont réussis à le capturer quelque fois.

 C’est justement à ce dernier film (La femme aux deux visages) que Laurent Boutonnat a extrait certaines répliques de Greta Garbo pour sa chanson. Ces extraits sont souvent passés dans le désordre par rapport à ceux du film, seulement par un souci mélodieux ou par réel soucis de sens ?… Les interruptions à l’intérieur d’une même phrase (les silences…) et les respirations sont respectées. L’actrice est souvent, dans le texte, considérée comme morte : « tu n’es plus » ; « de la vie orpheline », « Greta meurt ». Or, lors de la est sortie du titre dans l’album, Greta GARBO est encore vivante, elle ne mourra d’ailleurs que quatre ans plus tard, un lundi d’avril 1990, à 85 ans. Il s’agit donc bien de la mort artistique de la comédienne dont Laurent Boutonnat parle ici.

Succès Mylène - Décadence GRETA dans Mylène et SYMBOLISME Mylene_Farmer_et_Greta_Garbo_3_by_Anita_Garbo L’histoire de ce film, une monitrice de ski s’inventant une sœur jumelle, se prête assez au personnage de Mylène FARMER qui évoque très souvent la dualité des perosnnages, sans parler du thème du double plus qu’évoqué dans les clips de California, l’Ame Stram Gram, et Je Te Rends ton Amour. On notera que l’ordre des phrases samplées de Greta Garbo dans le texte, usent de l’alternance presque parfait entre les deux personnalités de l’héroïne, via le double qu’elle s’est inventée. L’ordre obéit aussi parfois aux questions-réponses entre les deux personnages du film qu’interprète Garbo. Karin et Katherine Borg.

 Les thèmes évoqués dans la chanson GRETA, ne sont pas anodins et laissent entrevoir quelques inspirations de la construction de l’univers de Laurent Boutonnat. On peut donc deviner en partie la source de l’atmosphère de Cendres de Lune. Le film La femme aux deux visages et les extraits choisis par Laurent Boutonnat évoquent le paradoxe, le masque, le rejet, et avant tout la solitude…

 

Signé J.S.M http://fr.wikipedia.org/wiki/Jodel_Saint-Marc

Publié dans Mylène et SYMBOLISME | Pas de Commentaires »

Quand Mylène disparaît

Posté par francesca7 le 30 octobre 2011

 

Quand Mylène disparaît  dans Mylène et mes BLABLAS animation8Mylène Farmer joue l’absence, pour mieux revenir, mais avec son album Bleu Noir par exemple, elle s’est dévoilée comme jamais, donnant même de grandes interviews dans la presse. À l’occasion de la sortie de son clip, Lonely Lisa, tourné dans le désert de la mer Morte en Israël, l’artiste a accepté de recevoir TV Magazine. 

 

Ses réponses sont courtes mais efficaces. Mlle Farmer maîtrise à merveille l’art subtil de ne pas trop en dire sans avoir l’air froid ou distant. Elle sait se confier sans s’étaler, elle sait dire l’essentiel en se protégeant comme lorsqu’elle glisse un mot sur son père Max, disparu en 1986, et son frère, disparu en 1996 : « [mon plus grand regret ?] De n’avoir pu partager mes émotions avec deux être disparus trop tôt de ma vie… Une absence trop présente, dont je souffre chaque jour. » 

 

Pour Bleu Noir, M.Farmer a travaillé avec les producteurs RedOne, Moby et le duo britannique Archive. Elle rassure ses fans en promettant de retrouver Laurent Boutonnat, son complice depuis + de 25 ans. Elle partage aussi son admiration pour Freddie Mercury, George Michael, et confie avoir craqué sur Hurts : « Un groupe anglais encore méconnu du public français, mais qui a beaucoup de talent, un son que j’aime, une image travaillée et la voix incroyable du chanteur, Theo. » Hurts a sorti son premier album, Happiness, il y a quelques mois. Un disque hanté par des titres à fois pop, baroques et 80′s, comme le superbe Wonderful Life. Le duo n’est néanmoins pas réputé pour sa subtilité, comme lorsqu’il recrée le décor d’un enterrement sur scène. 

 

TV Magazine s’interroge aussi sur Alizée et Lisa, dont Mylène Farmer a accompagné les premiers succès. L’artiste confie avoir « parfois l’envie de faire naître une nouvelle aventure » de ce genre, mais aussi qu’elle attend le coup de foudre. L’interview se termine sur une touche d’humour. A une question sur sa célébrité et ce que son statut de star l’empêche de faire, M.Farmer répond dans un sourire : « De chuter sur les marches de l’Élysée ! »… Une chute en mars 2010 qui lui a valu un orteil cassé tout de même. 

 

Retrouvez l’intégralité de cette interview dans TV Magazine, en kiosques le 15 juillet 2011. 

 

 

gifs étoiles

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaires »

Histoire de Giorgio

Posté par francesca7 le 21 octobre 2011

 

En 1918, le Docteur giorgino revient de la guerre, malade après avoir inhalé accidentellement des gaz. Il s’apprête à retrouver les douze orphelins qu’il avait à charge mais ceux-ci ont été transportés d’urgence dans un orphelinat en pleine montagne, suite aux bombardements. Passif, étrange, giorgino est quelque peu secoué par la nouvelle et aura le temps de sauver un étalon noir de la mort pour ensuite récupérer quelques dessins desdits orphelins, affichant un animal agressif très proche du loup. 


Histoire de Giorgio dans Mylène et GIORGINO GiorginoPhotos30Giorgino se rend donc à Chanteloup ( les loups chantent (peut-être)), village lugubre perdu au milieu des montagnes enneigées, aux rues glauques et aux habitants inquiétants. Il se rend chez le Docteur Degrace, être fantasque venant de perdre sa femme et veillant sur sa fille Catherine, fragile et belle. Pas de chance pour Giorgino, les orphelins sont morts depuis longtemps, dans des circonstances mystérieuses et troubles. On parle de meurtres, de noyades, de loups mais jamais la vérité ne semble s’éclaircir.

Une enquête qui sera longue et difficile pour Giorgino, amoureux de la frêle Catherine, incarnée bien entendue par Mylène, une femme enfant perturbée et envoûtante, sans doute le deuxième grand élément principal du film. Entre autisme, sensualité et solitude, la jeune fille connaîtra un amour désespéré avec le jeune homme, qui la tirera de bien des misères. La chanteuse rousse l’a déjà montré dans ses clips : c’est une grande actrice, et elle le prouve encore une fois. Jamais sa splendide chevelure rousse, ne se sera aussi bien harmonisée avec ces décors froid et blanc, et ce teint de peau très pale qui lui donne tout son charme. Le sang sera bien présent, qu’il soit d’une blessure ou de menstruations subites, coïncidant avec cette magnifique blancheur. 

S’il n’est jamais proprement dit un film fantastique, « Giorgino » s’en rapproche à très grand pas avec son atmosphère froide et morbide : ruelles désertes, orphelinat obscur, asile de fous, cimetière, marais de glaces… Entre Burton, Goya, Fulci et les films de la Hammer, Boutonnat offre un monde décoloré et désenchanté, qui coïncide parfaitement avec la personnalité de ses personnages. Et pour exemple, ce rapprochement avec l’horreur et le fantastique culminera lors de deux scènes saisissantes : l’étreinte finale des amoureux, se terminant sur une image tétanisante, et cette plongée infâme dans les sous-sols d’un asile où les fous sont parqués comme des bêtes, vivant dans la crasse et la pourriture, entre cadavres et folie furieuse. On pourra être aussi surpris par les apparitions de cette enfant monstrueux, portant une lanterne et roulant en charrette avec une étrange dame en noire : La mort ? L’enfance perdue du héros ? Un fantôme ? Un orphelin qui aurait survécu ?

Si certaines scènes marquent (l’enterrement, la réanimation, la scène d’amour dramatique sur la glace…), le film souffre par moment de petites longueurs. C’est sans doute ces petits moments en trop ou ces baisses de régimes qui empêchent « Giorgino » d’être quasi parfait. Les fans de Boutonnat et de Mylène Farmer seront aux anges, les autres rumineront sans doute dans leur coin, certains se laisseront tenter. Une petite perle inclassable, et noire de préférence.

Barre scintillante papillons dorés

Publié dans Mylène et GIORGINO | Pas de Commentaires »

Mylène et Jeff Dahlgren

Posté par francesca7 le 21 août 2011

 

Mylène et Jeff Dahlgren dans Mylène 1993 - 1994 MF2000_50aLaurent Boutonnat en est convaincu : il a enfin déniché son Giorgino. Et tant pis pour Hugh Grant qui a été contacté, mais qui avait déjà pris des engagements avec Mike Newell, le réalisateur de Quatre mariages et un enterrement. Aussi, c’est sans hésitation que Boutonnat propose à ce jeune musicien issu d’un groupe punk (les Wasted Youth, autrement dit les « Jeunesses gâchées« ) et photographe à ses heures, de participer à cette aventure

 

Arrivé à Paris, Jeff Dahlgren apprend qu’il va tourner avec la fameuse Mylène Farmer, l’une des chanteuses françaises les plus en vue du moment. Il ne la connaît pas encore mais il a des amis à Paris qui possèdent tous ses albums et surtout tous ses clips. Très impressionné, le jeune homme est pressé de faire sa connaissance. 

 

Mylène, très impliquée dans le choix du casting de Giorgino, rencontre Jeff Dahlgren. Dès les premières paroles échangées, une complicité s’installe, début d’une forte amitié qui les aidera à surmonter ensemble un tournage très dur physiquement en grande partie à cause de la météo, la température atteignant souvent les – 20° C. malgré ces conditions parfois rudes, Jeff Dahlgren ne remerciera jamais assez Laurent Boutonnat de lui avoir fait confiance et il restera toujours fidèle à Mylène qui a toujours su le réconforter quand il commençait à perdre courage

Publié dans Mylène 1993 - 1994 | Pas de Commentaires »

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...