• Accueil
  • > Recherche : mylene farmer boutonnat

Résultats de votre recherche

Interview Mylène presse décembre 2004

Posté par francesca7 le 4 septembre 2011

  

Yves (La dernière heure Belgique) : On a annoncé, à tort ou a raisons, que ce concert serait votre concert d’adieu, que vous n’en feriez plus après, est-ce exact ? 


Interview Mylène presse décembre 2004 dans Mylène 2003 - 2004 0Mylène : Vous m’annoncez quelque chose que j’ignore. Ce n’est pas mon concert d’adieu. Je souhaite faire ce métier le plus longtemps possible. 

Michel Troadec (Ouest France) : Juste une question facile : c’est la symbolique des 13 concerts à partir d’un vendredi 13. Comment est venue l’idée ? 


Mylène : Écoutez, c’est vraiment un pur hasard et j’avoue qu’on s’amuse de cette idée en tout cas (rires). C’est juste un hasard. 


Thierry Suc : Juste pour la petite histoire, c’est un vrai hasard car Bercy est peu disponible pour les spectacles car c’est avant tout une salle de sport. Quand on a téléphoné pour parler de notre projet, une des seules possibilités était à partir de ce vendredi 13 janvier et juste pendant 13 dates… Et si vous additionnez 13 janvier 2006, la somme des chiffres fait encore 13. (Ndlr : 1+3+0+1+2+0+0+6=13) 

 

Un journaliste (anonyme) : Si c’est un spectacle intransportable, c’est que vous avez prévu des choses un peu particulières. Est ce qu’on peut en savoir plus… 


Mylène : Cela fait pour l’instant à peut près 6 mois qu’on travaille sur ce spectacle avec quelques idées, vous dire que ce sera magique, je l’espère… Que ce sera émouvant, je le souhaite,…. Ma foi, après, il faut continuer pour nous de travailler tous les trois (rires). Si monsieur Boutonnat veut rajouter des choses, non ? 


Laurent Boutonnat : Par rapport au fait que ce soit intransportable… L’idée c’est en fait d’utiliser toute la salle de Bercy, qui est une salle assez incroyable, et de pouvoir l’utiliser complètement, c’est à dire de se dire que tout à coup on n’a pas besoin de restreindre la scène… Qu’on peut tout faire : avoir plusieurs scènes, maquiller la salle, mettre du son partout, mettre des caissons de basses sous tous les gradins… Par exemple, mettre du son de façon à ce que tous les gens, où qu’ils soient dans la salle, aient la même vision direction sonore, qu’il n’y ait pas de direction sonore face à une scène. Donc, on essaie plein de choses, on va essayer plein de choses comme ça. Voilà… Plus des tas d’éléments qu’on ne peut pas transporter. 

 

Daniel Beaucourt (Télé Poche) : Je voudrais vous parler de ce qu’on a qualifié de « stratégie du silence », qui vous a plutôt réussi ces dernières années… Pourquoi la brisez-vous  aujourd’hui ? La conférence de presse n’est pas un exercice auquel vous êtes rompue, en tout cas, pas en France… 


Mylène :

 

Daniel Beaucourt : Pourquoi avez vous décidé de vous adresser aux médias de cette façon ?


mylene-farmer-17 dans Mylène 2003 - 2004Mylène : Écoutez, je l’ai fait vraiment pour une raison, pour répondre à une demande de Thierry Suc, qui est mon ami, mon manager et mon producteur de spectacles. Parce que je pense que parfois il faut être quelqu’un d’autre que soi-même. Ma nature profonde est le mystère. Je ne cultive pas le mystère, contrairement à tout ce qu’on peut dire sur moi, c’est ma nature profonde. J’ai beaucoup de mal à me justifier, maintenant je pense qu’il était important de répondre à cette demande. 

 

Sonia (NRJ) : Est ce que vous pouvez parler du contenu du spectacle ? Nouvel album ? Pas de nouvel album ? Nouvelles chansons sur scène ? 


Mylène : Alors, oui j’ai un nouvel album qui sortira, je pense, mi-mars. Nous sommes en quasi-finalité de cet album, en mixage donc. Vous dire qu’il existera sur scène, certainement, dans sa majorité, avec, bien sur, d’autres chansons d’autres albums… Quant au contenu de la scène, là, j’avoue que je ne peux pas répondre précisément car c’est en cours d’élaboration. 

 

Sonia : L’atmosphère des chansons peut être ? 


Mylène : L’atmosphère, ce sera en terme de production qu’il y aura de petits changements, mais moi je reste la même, donc, c’est la même atmosphère (rires). 

Laurent Boutonnat : C’est difficile de répondre précisément sur quelque chose qu’on fait soi-même, d’avoir du recul dessus, sur les choses qui changent, qui sont différentes…

barre fleurs mult...

Publié dans Mylène 2003 - 2004 | Pas de Commentaires »

Mylène Interview partie 3

Posté par francesca7 le 4 septembre 2011

David Lelait (Nous Deux) : Vous présentez depuis des années des spectacles très impressionnants, vous êtes une show-woman, je voulais savoir si vous n’aviez pas envie par moment de présenter un spectacle plus intimiste, pourquoi pas à l’Olympia, pourquoi pas un tour de chant


Mylène Interview  partie 3 dans Mylène 2003 - 2004 mylene-farmer-documentaire-inedit-sur-m6-music-hits-15940Mylène : Ca peut être envisageable dans l’avenir, mais c’est vrai que j’ai encore envie de grandes salles, d’immensité… Mais, pourquoi pas ? C’est possible. Je ne connais pas, en tout cas, cette expérience, mais de dont je suis sûre c’est que même si on fait un Bercy ou j’imagine un Stade de France, pour ceux qui ont envie de le faire… on peut tout à fait créer une intimité dans cette immensité, donc ça ne me  manque pas à priori. Peut-être pas au Stade de France, me dit-on (Ndlr : Laurent), je ne sais pas alors (rires). Peut-être dans l’avenir, pourquoi pas ? 

 

 

 

 

 Stéphane Lecarrier (Radio 6 Calais) : Bon nombre de vos clips sont de véritables productions cinématographiques, est-ce qu’on peut s’attendre à un concert réalisé dans un environnement cinématographique avec des effets 5.1


Mylène (s’adressant à Laurent) : A toi ! (rires) 


Laurent : Non, le problème du 5.1 c’est que ça demande une direction. Si vous envisagez du 5.1, il faudrait que les gens soient face à une scène. L’idée est effectivement de jouer avec ça, mais sans avoir de direction, mais d’avoir le même son où que soient les gens. Par contre, jouer avec le son, avec les basses, avec les effets… Ponctuer, entre des moments, des chansons, avec des effets de lumières, de sons, bien sûr… 


Thierry Suc : Le son va être habillé avec un jeune ingénieur du son très talentueux, avec lequel on a déjà travaillé, qui s’appelle Stéphane Bisson. 

 

Jean-Louis Gérard (MCM) : C’est aussi une question pour Laurent Boutonnat, quel est la couleur musicale de l’album, qu’est-ce qui vous a inspiré ? Vous étiez revenu avec un single aux sonorités électro… « L’Âme-Stram-Gram »… Qu’en-est-il cette fois-ci


Laurent Boutonnat : C’est difficile, c’est très difficile. On aime, Mylène et moi-même, les mélanges… C’est un album où il y a beaucoup de musiciens, un mélange de musiciens… de sons électroniques et d’instruments acoustiques


Mylène : Je vais t’interrompre… Mais il y a sans doute, par rapport aux autres albums, beaucoup plus de guitares. 


Laurent : Oui… beaucoup d’instruments … acoustiques ! (rires dans la salle). 

 

Jean-Christophe Fédérici (Star Club) : J’ai une question sur les concerts, vous vous déplacez assez souvent en concert. Est-ce qu’il y a un performer ou un concert récent qui vous a plu ou moins marquée ? Avez-vous une préférence scénique personnelle qui vous tient à cœur


Mylène : La première… Le premier groupe qui me vient à l’esprit, c’est U2, qui j’avoue et pour sa musique et pour la performance, la voix, l’âme… surtout, m’impressionne énormément. C’est toujours quand on vous pose la question qu’on a un énorme trou (rires). 


Laurent : Contrairement à ce que vous dites. Mylène ne va pas très très souvent en concert… 

 

Un journaliste : Je crois que vous êtes allée voir Madonna. Qu’en avez-vous pensé, est-ce que ça vous a inspiré


Mylène : Écoutez, je trouve que c’est évidemment une personne de grand talent, une grande professionnelle. Si je puis formuler une toute petite critique, je trouve que ça manque un tout petit peu de sentiment, manque d’âme… Maintenant, voilà, ce n’est pas à moi d’en juger. Vous me posez la question. J’y réponds. Mais néanmoins, c’est une personne, évidemment de grand talent

 

Daniel Beaucourt (Télé poche) : Contrairement à ce que dis ma consœur, vous n’avez pas de fan club en France, vous n’avez jamais voulu en avoir… 


Mylène : Non, je n’ai jamais souhaité… 

 

Daniel : Toutefois, il y a eu des publications qui, je sais pas, ont vu le jour, peut-être avec votre assentiment ou non. Je pense que l’Instant-Mag faisait partie de celles-là… 


Mylène : Qui est de qualité… 

 

Daniel : Justement, que vous évoque la fin de ce magazine


Mylène : La fin… Il y a une fin à tout. Donc, je la prends avec sérénité et je crois qu’ils ont l’intention de poursuivre un autre magazine, il me semble… 


Thierry Suc : Oui, ils en démarrent un autre. Mais comme rien n’est initié par Mylène, ni par son entourage, en fait, les fans qui décident de créer un fan club, peuvent le faire. On les a toujours laissé complètement libre de le faire. Et ceux qui décident d’arrêter quelque chose sont bien évidemment libres de le faire également. C’est leur choix de faire ou de ne pas faire

 

Daniel : Je pensais que vous aviez un droit de regard… 


Mylène : Non, absolument pas… 


Thierry Suc : Non, aucune ligne éditoriale n’est contrôlée, regardée… Ils font ce qu’ils veulent, ils disent ce qu’ils veulent… 

 

Gilles Médioni (L’Express) : je croyais que vous aviez des projets cinéma. Est-ce qu’ils sont mis entre parenthèses à cause de la scène


Mylène : Écoutez, j’ai été moi-même assez surprise de beaucoup d’annonces concernant le cinéma. Pour l’instant, il ne s’agit pas pour mois de faire de cinéma, en revanche, j’aime le cinéma. J’espère un jour faire un autre film et pourquoi pas m’essayer à la production, en tout cas, c’est un métier qui me passionne… C’est très très difficile, mais c’est un univers qui m’intéresse. 

 

Un journaliste (anonyme) : Laurent Boutonnat, n’avez-vous pas aussi un projet cinéma


Laurent Boutonnat : C’est  plus qu’un projet, j’ai un film en préparation. Il se tournera en mars prochain

 

Le journaliste : On peut savoir le sujet


Laurent : C’est une adaptation du roman de XIXème siècle qui s’appelle « Jacquou le Croquant » (Ndlr : cela a été un téléfilm célèbre des années 70 avec Eric Damain). 

 

Un journaliste (anonyme) : Pourquoi « Giorgino » n’est-il pas sorti en DVD ? C’est une question de droits


Laurent : Non, c’est que cela a été une histoire assez difficile à vivre, « Giorgino ». Ce film n’a pas marché du tout. A l’époque, j’ai presque financé moi-même 80 % de ce film, donc, il a fallu rebondir. J’ai pu en fait récupérer les droits de ce film, d’exploitation vidéo, etc. Et à ce moment-là, je n’avais eu qu’une envie, c’était prendre les droits, les mettre dans un tiroir, le fermer, et ne plus jamais en entendre parler. C’est aussi simple que ça. Peut-être qu’un jour, je le sortirai en DVD. Peut-être après un autre film… Voilà

 

Sophie (Too Much) : Je voudrais vous poser deux petites questions. La première était par rapport à l’album. J’avais entendu parler de collaborations sur les musiques avec d’autres artistes… 


Mylène : Absolument pas, non, jamais, jamais envisagé. 

 

Sophie : et la deuxième, c’était tout simplement ce que vous pensez de la biographie sur vous de Bernard… 


Mylène (Personne n’a entendu le nom) : Bernard qui ? (rires) C’était facile


(Éclat de rires général


Laurent (discrètement à Mylène) : Mais tu l’as lue, non


Mylène : (rires gênés) 

 

(Applaudissements de la salle

Mylène : Je vous remercie d’être venu en tout cas, merci beaucoup.

Barre de Séparation

Publié dans Mylène 2003 - 2004 | Pas de Commentaires »

Mylène incognito…

Posté par francesca7 le 3 septembre 2011

 

Mylène incognito…  dans Mylène 2001 - 2002 MF2000_03a 

Même si Mylène coache avec attention sa jeune protégée, elle se permet néanmoins quelques petites excursions à Paris quand elle ne s’envole pas à Londres, son nouveau refuge, une ville que Marc Levy lui a fait découvrir et qu’elle apprécie. Très star, accompagnée de son inséparable Thierry Suc et d’une ribambelle de gardes du corps, engagés pour l’occasion, elle fait sensation le 27 Juin 2001 lors de son entrée sur les gradins VIP de Bercy pour assister au dernier concert de sa copine Madonna à l’occasion de son Drowned World Tour. Le public de la star américaine, étant proche du sien, lui réserve une véritable ovation… Mais cette flamboyante rousse, si chaleureusement acclamée, est-elle bien Mylène Farmer ? 

 

Comme elle l’avait fait déjà lors du concert de Cher à Bercy en 1999, n’a-t-elle pas demandé à un sosie de faire diversion. Et alors que tous les regards se tournent vers cette belle rousse, la vraie Mylène, elle est ailleurs. Cette petite brune non loin de là, mais que personne ne reconnaît ; c’est elle… Une manière de rire de sa célébrité et de prendre du recul mais, surtout, de pouvoir garder un certain anonymat au milieu de la foule ! 

 

Quant à Alizée, elle sort le 28 avril 2001 son premier slow, Parler tout bas, Laurent Boutonnat à cette occasion lui concocte un superbe clip onirique où la jeune femme se retrouve entourée de poupées en tissu et qui prennent vie. Quelques mois plus tard, le premier extrait de l’album, le single Gourmandises débarque avec des remixes réussis qui offrent une deuxième  jeunesse à ce titre dansant et frais. Hélas, l’extrait est distribué dans le commerce alors que tous les adolescents préparent leur rentrée scolaire. Et comme ils constituent la majorité de son public, le titre est un tantinet boudé malgré un clip signé Boutonnat, et qui met en scène des jeunes filles et des garçons se gavant de fruits et de crème chantilly lors d’un pique-nique dans une verdoyante forêt…. 

Publié dans Mylène 2001 - 2002 | Pas de Commentaires »

Seal et Mylène

Posté par francesca7 le 3 septembre 2011

 

 

Mylène a choisi le chanteur anglais Seal qui a connu un succès mondial avec des tubes comme Crazy en 1991 ou plus récemment Kiss from a Rose en 1994. La chanson s’intitule Les Mots. C’est une ballade née de Laurent Boutonnat à la musique et de Mylène aux paroles, mi-française, mi-anglaises ! 

 

Seal et Mylène dans Mylène 2001 - 2002 large_mylene-farmer-seal-1024x768_1a751dSi ce titre langoureux est propice aux longues étreintes passionnées devant un ardent feu de cheminée, il ne brille guère par son originalité, rappelant à quelques accords près ou Il n’y a pas d’ailleurs) . Heureusement, le mariage du timbre de crooner de Seal à la voix de la star fonctionne à merveille et, très vite, les radios diffusent ce titre à outrance. Un nouveau tube est né ! 

 

 

Les physiques des deux interprètes sont par ailleurs aussi complémentaires : Mylène aussi pâle que la neige et Seal, aussi noir que l’ébène. Sur la pochette du single, qui sort le 13 novembre 2001, on peut admirer ce mariage des couleurs grâce a cliché d’Isabel Snyder, spécialiste de la photo glamour. Ce single marque aussi le retour de Laurent Boutonnat à la réalisation du vidéo-clip qui accompagne la chanson, deux ans après Beyond my Control 

 

 

Publié dans Mylène 2001 - 2002 | Pas de Commentaires »

Les Mots

Posté par francesca7 le 3 septembre 2011

 

 

Nous sommes en octobre 2001. Mylène se fait très rare dans les médias. Des rumeurs annoncent un prochain album compilation : un « Dance remixes 2″, un « Best-of » ?
Après le dernier single « L’histoire d’une fée, c’est… » avait été annoncé un deuxième extrait live « Regrets » avorté. Des rumeurs Les Mots dans Mylène 2001 - 2002 2430980145_1voient Mylène en tant que metteur en scène d’une comédie musicale sur « Le petit prince ». MF travaille également en parallèle avec Alizée.
D’autres rumeurs annoncent le prochain single comme un duo avec une star internationale. Oui mais laquelle ?

Le single promotionnel « Les mots » est envoyé en octobre 2001 aux radios en duo avec Seal (connu pour son tube « Crazy » dans les années 90). Une sublime ballade où Mylène monte dans la gamme. Le succès est immédiat auprès du public et accueilli assez tièdement par les fans. Le best-of est alors annoncé avec 3 inédits.

Le single sort le 13 novembre 2001 et c’est une bombe. Il entre directement dans le top 3 et se vendra à près de 500 000 exemplaires. (Plus gros succès de la star depuis « Désenchantée » en 1991). Un maxi 45T est édité et un maxi CD européen est exporté.

Le clip annonce le retour de Laurent Boutonnat qui n’avait plus tourné de clip depuis « Beyond my control » en 1992. Mylène et Seal sont perdus sur un radeau au beau milieu de l’océan (inspiré du « Radeau de la Méduse »). A noter que les deux artistes n’ont pas tourné le clip ensemble. Les plans de Seal étant filmés à part. (en raison des attentats du 11 septembre 2001, Seal ne voulait pas prendre l’avion jusqu’à Paris).
« Les mots » est à ce jour le 4e plus gros succès de Mylène.

Le titre est nominé aux NRJ Music Awards dans la catégorie « Meilleur duo » mais le prix sera décerné à Garou et Céline Dion pour « Sous le vent ».
Lors de la soirée, Mylène Farmer et Seal nous offre leur unique prestation télé (ampexée) pour cette chanson.

A noter que lors des concerts « Avant que l’ombre… A Bercy » de 2006, c’est le batteur Abraham Jr. Laboriel qui reprend les passages de Seal. La version live est elle aussi un véritable bijou !

 

 

Publié dans Mylène 2001 - 2002 | Pas de Commentaires »

Tournage du Clip les Mots… Mylène

Posté par francesca7 le 3 septembre 2011

 

Tournage du Clip les Mots… Mylène dans Mylène 2001 - 2002 225891035Le tournage du clip se déroule les 8 et 9 octobre 2001 dans les immenses studios d’Arpajon, où fut déjà tourné Sans logique en 1989. Il faut avouer qu’un lieu de cette envergure est indispensable pour réussir à filmer cette variation sur le thème de la célèbre toile de Théodore Géricault. Le Radeau de la Méduse, une impressionnante fresque mettant en scène le terrible naufrage de La Méduse en juillet 1816 avec, à son bord, plus de 150 personnes. L’ambiance du clip reprend les couleurs et les impressions du tableau et Laurent Boutonnat filme avec sobriété les corps de Mylène et de la doublure de Seal. En effet, le tournage se déroulant quelques semaines après les attentats du 11 septembre 2001, le chanteur craignait de prendre l’avion pour traverser l’Atlantique. C’est donc un autre acteur, avec le visage caché, au même gabarit, qui interprète son rôle. De son côté, Seal fait quelques plans à Los Angeles. Laurent Boutonnat utilise là ses premiers effets spéciaux ; en effet, contrairement à ce que nos yeux peuvent voir, les icebergs n’existent pas, ils sont virtuels ! Ce sont tout simplement des images de synthèse incrustées… 

 

Voir l’histoire du clip sur ce blog… 

 

Le titre, atteignant les 500 000 exemplaires vendus, Mylène ne peut que se féliciter d’avoir un jour pris l’initiative d’appeler le manager du chanteur pour lui proposer de collaborer sur ce duo. Seal a bien sûr, été flatté qu’une artiste comme Mylène souhaite chanter avec lui en France, pays qu’il apprécie depuis longtemps. Sans oublier qu’il a toujours admiré le travail de la chanteuse, qu’il qualifie d’unique ! 

Publié dans Mylène 2001 - 2002 | Pas de Commentaires »

Clip Pardonne-moi

Posté par francesca7 le 3 septembre 2011

 

 

Réalisé par : Laurent Boutonnat
Diffusé le : Octobre 2002
Durée : 4’13 

Clip Pardonne-moi dans Mylène 2001 - 2002 303839281Le clip de « Pardonne-moi » est un des plus simples mais aussi un des plus beaux que Laurent Boutonnat ai jamais réalisé. En effet, finis les scénarios et les courts-métrages, ce clip sobre en noir et blanc nous fait découvrir une Mylène sublissime. Le clip commence avec Mylène, une sœur, en position de prière (plutôt sexy d’ailleurs puisqu’elle laisse entrevoir ses cheveux et ses bras). Vient ensuite une série de plans sur Mylène, aux cheveux longs et portant un voile noir qui fredonne les paroles de la chanson. Entre les deux couplets, on peut voir Mylène qui gesticule dans une fumée blanche. Le refrain, est illustré par un autre plan de  » soeur Mylène  » qui implore le pardon dans une lumière enfumée venue de là-haut. On aperçoit aussi un cavalier, sûrement le prince noir dont elle parle plus loin. De nouveau, Mylène qui gesticule dans des flashs et nous la retrouvons comme précédemment, assise et regardant la caméra, fumée blanche en guise de décor. Mylène a maintenant des yeux blancs (qui n’est pas sans rappeler le clip « sans logique »). On retrouve ensuite Mylène et ses yeux de serpents tandis qu’apparaît la sœur dans la fumée qui gesticule dans tous les sens, les cheveux enfumés au vent. Un serpent est désormais filmé en gros plan et le prince noir a accéléré sa course. Tout s’accélère, Mylène qui gesticule, qui prie et on recommence… L’effet rendu est magnifique… Sœur Mylène lève ensuite la tête, regardant vers la lumière pour finalement, la baisser tout doucement et regarder vers le sol.

 

 

Publié dans Mylène 2001 - 2002 | Pas de Commentaires »

Clip L’INSTANT X – 1995

Posté par francesca7 le 2 septembre 2011

 

Réalisateur : Marcus Nispel
Durée : 4’22
Année : 1995
Production : Requiem Publishing
Budget : environ 80.000 €

Synopsis : Marcus Nispel
Costumes : Jean-Paul Gaultier
Photographe : Claude Gassian

Dates du tournage : novembre 1995 (3 jours)
Lieu du tournage : sur le toit d’un immeuble de New York (New York), aux Etats-Unis

Clip présent sur :
Music Videos II 

 

Vidéo

Image de prévisualisation YouTube 

Clip  L'INSTANT X - 1995 dans Les Clips de Mylène 5d0b4deaAux Etats-Unis, un grand nuage blanc survole la ville de New York. Mylène, vêtue excentriquement semble perdue dans ce nuage. La cité, au dessous, est inondée par la mousse qui arrive de partout. Les gens prennent un plaisir enfantin à jouer avec cette mousse tandis que Mylène face à la caméra entame le refrain. Les immeubles commencent à être pris, la mousse sort par les fenêtres, le World Trade Center disparaît bientôt sous la mousse… 

Pas de réel scénario dans ce clip. Mylène se trouve sur un nuage de mousse. Des séquences de New York et de ses habitants progressivement ensevelis par cette mousse.
Beaucoup y ont vu une référence à la fin du monde ou une purification mettant fin à un ancien monde avant la découverte du nouveau.

 

 

Pour le clip, Mylène Farmer refait confiance à Marcus Nispel : la ville de New York est ensevelie de mousse. Cette métaphore de la fin du monde est assez esthétique mais le clip reste décevant dans son ensemble. On est loin des super productions à la Laurent Boutonnat ! Mylène Farmer dira à propos du clip : « J’ai voulu retracer une journée que l’on peut avoir, où tout va mal. C’est une concentration d’évènements dès qu’on se lève… et tout va mal à nouveau ! Et on attend ce moment et souvent il se passe ça ou dans une journée, ou dans un mois, où à la fois toutes les choses viennent se concentrer, se former un peu comme un puzzle et c’est le moment où tout rejaillit cette fois vers le haut et non pas vers le bas. »

 


 Deuxième clip de Mylène réalisé par Marcus Nispel après
XXL (1995) et avant Comme j’ai mal (1996) puis Souviens-toi du jour (1999).

Un budget estimé à environ 80 000 euros et trois jours de tournage à New-York par -10 degrés. 

 

Publié dans Les Clips de Mylène | Pas de Commentaires »

Clip BEYOND MY CONTROL – 1992

Posté par francesca7 le 2 septembre 2011

Date de tournage: 1992 

Lieu de tournage: Studios Sets à Stains  (France) Réalisateur: Laurent Boutonnat 

Durée: 05’05 

L’adultère en tant que trahison. Vengeance successives ..

VIDEO CLIP

Image de prévisualisation YouTube 

Déjà très occupé par la préparation du tournage de Giorgino, qui lui prend tout son temps, Laurent Boutonnat prend tout de même quelques jours pour réaliser un dernier court-métrage avec Mylène Farmer

Clip BEYOND MY CONTROL - 1992 dans Les Clips de Mylène fbefb0caMettre en images Pas de doute initialement prévu (suite de Libertine et Pourvu qu’elles soient douces) aurait nécessité beaucoup plus de préparation de temps, et donc d’argent, que celui-ci. Il tournera donc Beyond my Control en deux jours, aux studios de Stains avec Frédéric Lagache, le marionnettiste de Sans Contrefaçon, Christophe Danchaud en doublure masculine et  une danseuse. Le réalisateur dévie de sa narratologie filmique habituelle pour se concentrer sur des images syncopées, montées achronologiquement, mais contant tout de même, si ce n’est une histoire, du moins un « rassemblement thématique ». Dans un monde sur fond noir, dénué de décors, Boutonnat fait évoluer ses personnages autour d’objets et d’éléments forts de son univers. 

Le peu d’accessoires qui sont montrés sont en rapport avec un des deux thèmes de la chanson et du film ; soit le sexe, soit le sang. On y voit un lit à baldaquin, une meute de loups, une proie déchiquetée, un bûcher, un baiser sanguinolent et le vent, omniprésent dans l’œuvre de Laurent. Tous ces symboles mis côte à côte, juxtaposés, mélangés peuvent être interprétés de différentes façons. L’incinération en elle-même et la proie des loups peuvent être lues de manières différentes. Le bûcher et le vent qui ne s’arrête jamais de souffler évoque à nouveau un des films de chevet de Boutonnat :  Les Diables, de Ken Russel (1970). 

Pour la première fois après Plus Grandir (1985) Laurent Boutonnat est attaqué par la censure française. Ouvertement bâillonné par la chaîne M6, par Michel Drucker (alors sur TF1) et par le C.SA : Beyond my Control ne passera que très peu à la télévision française. Malgré la promesse des chaînes M6 et MCM de le diffuser après minuit, seule Canal Plus osera le programmer à n’importe quelle heure de la journée. On rappellera pour mémoire l’immortel verdict du C.S.A (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel) : « Ce nouveau clip de Mylène Farmer n’est qu’un cocktail de sexe et de sang à la puissance mille ». 

Laurent Boutonnat oublie les adaptations cinématographiques de Roger Vadim (1959), Stephen Frears (1988) ou Milos Forman (1989) pour s’attacher au roman lui seul. Dans un décor épuré, seuls un bûcher et un lit à baldaquin se détachent d’un fond noir. Dans un mélange d’images sanguinolentes et parfois vaguement érotiques, deux amants se trompent et se vengent. Dans le rôle du mari, on reconnaîtra Frédéric Lagache

Comme pour brouiller une historie que tout le monde connaît ou a vécu, le réalisateur préfère la raconter en livrant certaines images mentales. On pense au symbole de la femme trompée, à cette image d’une Mylène Farmer ligotée sur un bûcher qui crie la douleur de la trahison dont elle est victime. 

Parallèlement à cela, une scène montrera l’époux volage dévoré par deux loups. On comprendra plus tard qu’ils étaient les outils de la vengeance de la femme trompée. L’histoire racontée de manière anachronique fait écho aux paroles de la chanson qui elles non plus, ne suivent pas l’ordre chronologique de l’action. Le texte lui-même commence par les pensées de la femme venant d’accomplir sa vengeance : 

            «  Je ne comprend plus pourquoi j’ai du sang sur les doigts. Dors en paix, je t’assure, je veillerai ta sépulture mon amour ». 

C’est bien plus tard dans le clip qu’on découvrira la cause de tout cela, dans les ébats crus d’une femme blonde dans les bras de l’homme infidèle. Surpris par la femme trompée, ils se font promettre des représailles, pourtant paradoxales ! 

            « Lâche. C’est plus fort que toi. Toujours en cavale, tu nous fais du mal. Ne t’éloigne pas de mes bras ». 

3a10cbe6 dans Les Clips de MylèneElle lâchera une meute de loups sur le mari volage, qui finira dévoré. Il réapparaîtra plus tard dans une image forte de sens. Un long baiser fougueux avec Mylène Farmer se transformera peu à peu en étreinte cannibale. Le sang sortant de la bouche des deux amants se répand sur leurs visages, matérialisant la passion malsaine qui les lie. Les images dans le désordre le plus complet se succèdent. Alors qu’un loup court en leur direction, tel un vampire la chanteuse embrasse l’épaule de son concubin, de laquelle perle une goutte de sang. Les flammes du bûcher petit à petit baissent d’intensité, alors que les loups s’acharnent sur une carcasse encore sanguinolente. 

Seule, derrière la fumée du brasier qui s’est éteint, Mylène Farmer est là, encore vivante. Maintenant vengée, les tourments de la trahison sont devenus cendres, tout est fini. Mais comme un poison qui ronge, les loups qu’elle avait lâchés l’attendent au bas de son piédestal. Bientôt dévorée par son propre objet de vengeance, la chanteuse encore ficelée regarde droit devant elle. Les loups en contrebas tournent autour d’elle en la fixant du regard. Par la solitude et la mort, voici comment Laurent Boutonnat décide de clore momentanément sa collaboration avec Mylène Farmer. Il ne réalisera plus de clip pour elle pendant dix ans. 

En savoir plus sur Beyond my Control 

860d4a04« Beyond my control » est le quatrième extrait de l’album « L’autre » (qui est déjà disque de diamant pour 1 000 000 d’exemplaires). La chanson « Pas de doute » était pourtant fortement pressentie comme nouveau single par les fans. Avec ce titre, bien que peu connu du grand public, Mylène Farmer va marquer les esprits avec un clip scandale ! En 1992, la chanteuse enchaîne succès sur succès : elle passe à l’état de mythe.Il est question dans ce texte de contrôle de soi, de dérision face à la lâcheté d’un homme mais aussi d’amour et de mort. Mylène veut régler ses comptes avec la gent masculine en tuant son amant volage : « Lâche ! C’est plus fort que toi« . 


La voix que l’on entend dans le refrain de la chanson « It’s beyond my control » est un sample de la voix de John Malkovich dans le film Les Liaisons dangereuses de Stephen Frears.
Le single sort avec les supports habituels (45T, maxi 45T et maxi CD). Mais ce titre est aussi l’occasion de présenter le premier CD single 2 titres, qui aujourd’hui est très recherché par les collectionneurs.

Mylène Farmer n’enregistre aucune télé pour promouvoir le titre : il faut dire qu’avec le clip qui a été préparé, la promotion se fera à son détriment ! 

Deux jours de tournage seront nécessaires au Studio Sets à Stains, lieu où avait été tourné le clip de « Plus grandir » en 1985. Mylène habillée d’une robe longue et ample marche en regardant loin devant elle. Le clip est entrecoupé par des ébats amoureux presque pornographiques, de Mylène qui brûle sur le bûcher, qui marche en chantant, les mains ensanglantées. Pour les scènes hot du clip, c’est Christophe Danchaud (danseur de ses 3 premières tournées) qui fait la doublure de l’homme infidèle Frédéric Lagache (déjà présent sur le clip de « Sans contrefaçon » dans le rôle du marionnettiste). A noter que ce sera le dernier clip de Laurent Boutonnat avant une longue période. Il faut qu’il prépare activement son long métrage « Giorgino » dans lequel Mylène joue le rôle principal.Le clip est envoyé aux télés et leur réaction ne se fait pas attendre : c’est la censure pure et dure ! Trop de sexe, trop de sang, trop de violence ! Toutes les chaînes refusent de le diffuser (hormis Canal + et MCM). La presse s’empare du scandale et diffuse allègrement les « premières images du clip scandale » !

A l’occasion de la sortie de ce titre, la radio NRJ prépare une surprise : un maxi 45T picture-disc collector édité à quelques 50 exemplaires ! Un vrai objet de convoitise pour les fans qui s’arrache à prix d’or, malgré les nombreux pirates qui circulent !

Au final, le single se vendra tout de même à quelques 200 000 exemplaires. Il clôturera également l’exploitation de « L’autre », à ce jour l’album le plus vendu de la chanteuse avec 1 800 000 exemplaires !

Publié dans Les Clips de Mylène | Pas de Commentaires »

Clip REGRET – 1991

Posté par francesca7 le 2 septembre 2011

Réalisation : Laurent Boutonnat
Année : 1991
Durée : 6’17 mn
Acteurs : Mylène Farmer, Jean-Louis Murat. 

 

 

 

 

Vidéo : Image de prévisualisation YouTube 

 

 

 

 

Analyse


Les mugissements lugubres du vent s’adoucissent soudain pour mieux s’effacer devant un murmure lancinant et triste, une litanie de mots dépourvus de sens qui se répètent dans un soupir presque sépulcral. Puis l’écho d’une voix féminine s’ajoute à la prière inlassablement chuchotée sans pourtant l’interrompre. Perdue au milieu d’un paysage désolé noyé de brume, la silhouette sombre d’un train glisse silencieusement sur des rails blanchis par le givre, comme surgie d’un néant infini et glacé. Tout ici semble oublié et délaissé par les hommes. Même la vie s’est enfuie loin de ce chemin fantôme, emportant avec elle son tourbillon de couleurs chaleureuses. Tel un vampire assoiffé, elle a abandonné derrière elle un monde brusquement insipide, victime exsangue, succession d’images grises et mortes soumises à l’agression éternelle du temps.
 

Clip REGRET - 1991 dans Les Clips de Mylène ClipRegrets01


C’est sur ce chaos de formes effacées et endormies que s’élance le clip Regrets. Un homme descend de l’unique wagon à présent immobile, figé lui aussi dans l’atmosphère lourde et froide. L’homme s’avance lentement, balançant quelque chose dans l’une de ses mains, l’autre glissée négligemment dans la poche d’une longue veste noire. D’un geste nonchalant, il ouvre un haut portail que l’on s’attendrait presque à entendre grincer mais qui s’écarte simplement, sans un bruit, comme pour ne pas troubler le calme pesant qui règne alentours. Porte des enfers ou porte du paradis ? Clé d’un songe délicieusement amer ou clé d’une réalité troublante et incroyable ? L’homme vient de pénétrer dans un cimetière où les saisons paraissent avoir été suspendues, où le temps s’est arrêté dans sa course folle et inexorable, où l’hiver est sorti vainqueur d’une bataille âpre dont on ignore tout. Marchant entre de vieilles pierres tombales où plus une fleur n’a été déposée depuis bien longtemps, il donne l’impression d’errer sans but précis, de n’être venu jusqu’ici que pour contempler la désolation de ces tombes que plus personne ne chérit ni ne vient visiter.

L’intrusion de ses pas indolents provoque la fuite d’une biche, élément insolite dans cet endroit désert, seul signe de vie au milieu de ces monuments dressés là pour des personnes à jamais disparues. Dans les vapeurs humides et blanchâtres se dessine alors une deuxième silhouette, mince et sombre elle aussi, marchant de ce même air tranquille à quelques pas de là, ignorée de l’homme qui continue d’avancer sans rien apercevoir de ce qui se passe autour de lui. Il s’est arrêté et assis sur une tombe. Serait-ce celle d’un être aimé ? Serait-ce celle de cette femme qui s’est approché, et cache maintenant de ses mains fines les yeux de notre flâneur solitaire, faisant frémir sur ses lèvres un début de sourire ? Tels des enfants jouant à cache-cache, ils s’élancent soudain dans une course éperdue mais heureuse, s’éloignant de la tombe austère, témoignage implacable de la mort provoquée par leurs rires mais impuissante à les retenir. Puis leur joie exaltée s’apaise et leur pas ralentissent, ne laissant pour seul témoignage que les battements de leur cœur que l’on devine encore agités.
 

ClipRegrets07 dans Les Clips de Mylène


Il ne reste désormais plus entre eux que la douceur et la sérénité du goût retrouvé de leurs anciennes ballades. Ils marchent, unis par l’étreinte silencieuse de leurs doigts enlacés, semblant défier de leur visage paisible cette vie fugace qui ne cesse de leur échapper, pour les entraîner vers l’éternité douloureuse de la solitude et des amours brisés. Le soleil si timide s’éprend alors des amants téméraires et perce les voiles troubles de la brume, les couvrant de ses rayons blafards. Serait-ce là une tentative insensée pour les soustraire quelques instants à l’inflexible pénombre de la mort ? Mais la mort ne permet aucune insolence et ne connaît aucune pitié. Elle ne rend jamais les âmes de ceux qu’elle a fauché. Tout au plus ferme-t-elle les yeux sur les instants volés par ces deux êtres déchirés par leur séparation. « Au vent que je devine, nos lèvres éperdues s’offrent des noces clandestines« . Ombres jumelles, âmes sœurs, ils se lient et se confondent dans une ultime étreinte sage et résignée. Revenus à cette tombe où leur amour repose, ils savent tout deux que leurs courtes retrouvailles s’achèvent ici. C’est elle qui s’arrache finalement à la tendresse amoureuse de ces bras qui ne cherchent plus à la retenir. Elle qui s’échappe après l’avoir contemplé une dernière fois, grave et attendrie, avant de s’évanouir dans les écharpes de brume pour lui épargner sans doute la décision douloureuse de cet adieu inévitable.
 

L’homme quitte enfin le monde suspendu de ses rêves doux-amers, la main refermée sur le bouquet de fleurs séchées qu’il avait offert à sa belle, symbole pathétique et poignant de la mort sans cesse renouvelée de son amour perdu. Car l’ombre évanescente d’une femme aimée mais disparue ne peut bien sûr emporter dans sa fuite ce présent désespéré. Alors, de son pas redevenu tranquille, il remonte dans le train qui l’a patiemment attendu et qui s’ébranle aussitôt, sans une secousse, disparaissant dans l’épaisseur blanche et ouatée du brouillard. Disparaissant comme l’a fait le fantôme brièvement ressuscitée de l’amante opaline, sans un mot, sans un signe, s’évaporant comme le ferait une tendre chimère surprise par la lumière du jour, ou comme le feraient les images douces et floues d’un rêve éveillé, aux premières lueurs de l’aube. Et le paysage rendu à lui-même et à son existence dénuée de vie se soumet à nouveau aux plaintes angoissantes du vent. 

 

ClipRegrets03

 

Publié dans Les Clips de Mylène | Pas de Commentaires »

Clip DESENCHANTEE – 1991

Posté par francesca7 le 2 septembre 2011

Réalisation : Laurent Boutonnat
Année : 1991
Durée : 10’12 mn
Acteurs : Mylène Farmer, Adil Med Mejrhirrou (dans le rôle du petit gavroche) 

 

 

 

Vidéo :    Image de prévisualisation YouTube 

 

 

 


Noirceur, froideur et liberté, voilà ce qu’on retiendra de ce clip de dix minutes. Tourné dans une usine désaffectée près de Budapest en Hongrie, plusieurs journées de tournage, une centaine de figurants au visage grave (exigence du réalisateur), conditions météorologiques difficiles, des ingrédients nécessaires à un nouveau chef d’œuvre signé… Boutonnat/Farmer. Peu de moyens techniques mais, en revanche, un résultat surprenant et digne de notre tandem. Désenchantée fait un véritable carton dès sa sortie, plus d’un million d’exemplaires vendus !!!Cette chanson est d’ailleurs devenue l’hymne farmerien !!! 

 

Clip DESENCHANTEE - 1991 dans Les Clips de Mylène ClipDesenchantee03

 

 L’essence même du clip est un message : Libérer une génération en mal de futur. Mylène met en paroles l’errance d’une génération qui ne sait plus vers qui se tourner pour trouver un sens à sa vie !!! 

 

 Budapest… quelques secondes pour plonger dans la froideur du clip. Mylène, accompagnée par une geôlière ravagée par le temps, s’apprête à entrer dans une prison tenue sous haute surveillance. Soudain esseulée, elle se retrouve face à face avec les autres prisonniers qui lui réservent un accueil des plus particuliers, à coup de boules de neige et de pierres, en guise de bienvenue. 

 

On peut comprendre dans ce clip que la prison est certainement l’image que Mylène veut donner pour représenter la société. Les prisonniers n’ont plus leur liberté et sont contraints aux travaux forcés. La société n’est plus à l’image de l’espoir mais du chaos.
 » Tout est chaos, à côté, tous mes idéaux : des mots abîmés… «  

 

Ce clip est composé de deux parties : la soumission et la rébellion. On retrouve Mylène et le petit « Gavroche » assis sur un lit pendant que les autres prisonniers se reposent. Il ne faut pas oublier que ces deux personnes sont à l’initiative d’une révolte qui conduira les fuyards vers la Liberté. Plus tard, au moment de l’infâme repas quotidien (bouillie de cafards…) Mylène se révolte devant l’assemblée et révèle son impertinence ! Elle est frappée violemment au visage par une geôlière puis se rebelle. Elle arrache les planches clouées aux fenêtres et laisse jaillir la lumière. C’est alors qu’arrive enfin le temps de la rébellion. Les prisonniers se déchaînent, mettent à feu et à sang tout ce qui les entourait jusqu’à présent. 

 

On peut penser que lorsque le Christ sur la croix tombe, Mylène ne compte plus sur la religion pour trouver un sens à sa vie et même je dirais qu’elle n’y croit plus. Il ne faut pas oublier que cette croix est souvent présente dans les clips de Mylène (Sans logique, Je te rends ton amour…). N’oublions pas que  » Marie  » représente la mère de Jésus mais aussi celle de la religion chrétienne.  » à quel sein se vouer, qui peut prétendre, nous bercer dans son ventre « . 

 

Mylène ne cherche plus le réconfort d’une mère quelle qu’elle soit. 

 

On retrouve aussi dans ce clip des images très fortes sur les enfants. Regards tristes et perdus, ils fument, crachent…Des enfants trop souvent abattus par leur faiblesse et terrassés par les coups reçus. Ce sont des enfants à qui on a volé leur enfance, l’espoir et leurs rêves. Encore plus surprenant, l’image où le petit « Gavroche » emprunte le chemin vers la liberté avec la Mort à la main (une mitraillette) et abat les gardes sans aucun remords. Ces enfants deviennent des hommes malgré eux, ne serait-ce que pour survivre. 

 

 Face à cette liberté soudaine sur l’immense plaine hongroise nommée  » Pustza  » dont l’horizon se confond avec les nuages, une autre confusion encore plus grande se heurte aux  » nouveaux libres  » : Le vertige face à la liberté… et c’est sur des regards perdus dans le vaste paysage enneigé que le clip se termine. 

 

 

ClipDesenchantee05 dans Les Clips de Mylène

 

 

 

 

Publié dans Les Clips de Mylène | Pas de Commentaires »

L’âme-stram-gram

Posté par francesca7 le 2 septembre 2011

L'âme-stram-gram dans Mylène 1999 - 2000 1182764334_1Nous sommes fin 1998. Voila plus d’un an et demi que l’on n’entend plus parler de Mylène Farmer ! Mais comme on le sait, la chanteuse aime bien prendre le temps de peaufiner à la perfection ses albums. Des premières rumeurs voient le jour, comme un hypothétique titre du nouvel album « Mes moires » qui sortirait mi 1999. Mais comme presque toujours avec la chanteuse, rien ne filtre avant le jour J !

Mi février, le single est diffusé sur les radios. C’est un titre très dansant qui fait alors croire à certains fans que la star s’est tournée vers des sonorités techno. Il évoque explicitement la sexualité avec des jeux de mots érotiques (« ‘jouis tout ce que tu confesses ») où l’on pourra aisément soutirer les mots « jouis », « con » et « fesse ». Il traite de plus de l’enfance avec la comptine de l’am-stram-gram (chansonnette récitée par les enfants pour la séance du « ploufage » = désignation au hasard d’une personne parmi un groupe d’enfants). On retrouve également la psychanalyse avec le thème du divan et de l’oreille amie ainsi que le « complexe d’Œdipe » décelé par Freud.

Le single sort le 9 mars 1999 en CD 2T, maxi single et maxi 45T. On notera à partir de l’époque de l’album « Innamoramento » l’absence de « l’équipe Boutonnat » pour réaliser les remixes des chansons de Mylène Farmer. Le single se classe directement en deuxième position des meilleures ventes de singles mais retombe aussi vite qu’il est entré. Il se vendra au final à 125 000 exemplaires. La chanteuse est devenue une vendeuse d’albums, pas de singles !

Les concerts manquant à Mylène Farmer, elle décide de remonter sur scène plus rapidement. Ce sera donc le « Mylenium Tour », une série de 20 dates à partir du 24 septembre 1999 partout en France ainsi que trois autres dates en Russie (Moscou et Saint-Pétersbourg).

L’album « Innamoramento » quant à lui sort un mois plus tard. C’est encore une Mylène plus optimiste, avec de superbes ballades et des mélodies plus dansantes. Comme toujours, elle écrit toutes les paroles, mais elle compose également la musique de quatre titres !

Le clip va encore faire parler de la chanteuse ! Il a été tourné à Pékin sur 5 jours par Ching Siu Tung. Une mise en scène magnifique, des images sublimes ! Deux sœurs jumelles sont séparées et violentées par une horde de chevaliers. Leur amour les délivrera de ceux-ci quitte à les mener vers la mort. Un clip de plus de 7 minutes avec un budget colossal !

Pour la promotion, Mylène enregistre 3 télés où elle nous présente une chorégraphie de son cru réglée au millimètre près accompagnée de ses 2 danseurs !

La chanson ne sera chantée que lors du « Mylenium Tour » dans une version réorchestrée aux accents hispaniques.

Publié dans Mylène 1999 - 2000 | Pas de Commentaires »

Mylène, un article dans Elle

Posté par francesca7 le 2 septembre 2011

 

 

Toujours à la même période, le magazine Elle dans son édition du 5 avril 1999 offre une interview exclusive de la chanteuse, accompagnée d’un shooting signé par Jean-Marie Périer sur lequel il reviendra à l’occasion de son livre Flash : « On fait une première photo, je la sors du châssis et la lui tends. Mylène pose l’épreuve sur une table et se penche pour la regarder de près (…) Puis elle se relève en dodelinant de la tête et dit doucement : « Non ! » Et elle déchire la photo ». 

 

 

Mylène, un article dans Elle  dans Mylène 1999 - 2000 MF2000_133aVraie ou fausse rousse ?
Ma couleur naturelle est châtain, c’était fade. Je suis devenue rousse quand j’ai commencé à chanter.

Pourquoi pas platine ou corbeau ?
Parce que j’ai une peau de rousse. Il y a eu une erreur de la nature: j’aurais dû naître rousse.

Physiquement, comment se trouve-t-elle ?
(moue, gêne, silence) Je ne me supporte pas. Je me regarde peu, je ne vois jamais mes clips. C’est très douloureux.

Ce corps mince et musclé ?
Je me trouve trop maigre; je rêve de prendre cinq kilos.

Si peu s’aimer et sans arrêt se cacher derrière des masques, des déguisements, des maquillages
Mais ces masques, c’est moi qui les choisis. Forécement, ils traduisent quelque chose. C’est difficile de trouver le mot juste. Je ne suis pas portée sur les confessions. Je ne me livre pas parce que je ne sais pas. Je ne peux pas parler de moi. C’est douloureux. On peut en mourir.

La psychanalyse ?
Ça m’intéresse, d’un point de vue intellectuel. Mais je n’ai pas le temps, et je ne suis pas sûre d’avoir envie de ce genre d’introspection.

Son enfance au Québec
Je n’ai aucun souvenir d’enfance. C’est comme un trou noir : rien.

La neige dans ses clips et dans Giorgino
Je ne me sens bien que dans le froid. Pendant longtemps, je ne supportais ni le soleil ni la chaleur.Ça va mieux depuis que j’ai vécu en Californie.

Ses parents ?
Pardon, mais c’est mon seul territoire privé.

Laurent Boutonnat
Il compose, j’écris, il s’agit d’une vraie collaboration artistique. Tout ce que je peux vous dire c’est que je n’ai jamais fait quelque chose que je n’avais pas envie de faire.

L’atmosphère dix-huitièmiste de certains de ses clips

Je ne peux pas expliquer pourquoi mais je m’y sens bien. Je crois que je me sentirais mal dans toutes les époques. Mais tout compte fait, c’est au XIXè siècle que j’aurais aimé vivre, ne me demandez pas pourquoi.

L’ambiance sadomaso de ses clips ?
Cela doit correspondre à des fantasmes que je porte en moi.

Les cimetières, la mort qui plane partout ?
J’adore les cimetières, c’est un des endroits dans lesquels je me sens bien. Où que j’aille dans le monde, j’y vais, cela apprend beaucoup sur une culture, un peuple. Ce goût doit me venir de l’enfance. J’ai retrouvé des lettres de ma grand-mère dans lesquelles elle me disait : « Dimanche, je t’emmènerai dans tel cimetière ».

MF2000_16a dans Mylène 1999 - 2000Ses collaborations avec Luc Besson et Abel Ferrara
Je les ai appelés tout simplement. Ferrara, cela a été dur, des mois de négociation, de coups de fil à trois heures du matin.

Son désir de cinéma
J’en avais un désir presque clinique, le désir est toujours là. J’attends qu’un réalisateur ait envie de moi.

La notoriété lui pèse-t-elle ?
J’aime cet état-là, j’aime qu’on me reconnaisse, j’aime l’idée d’avoir accompli ce petit bout de chemin, mais je m’égare… C’est vrai que c’est aussi pesant. Quand j’ai besoin d’un réel anonymat, je vais le chercher à l’étranger. Je crois que je pourrais vivre à New York, je m’y sens bien. Je peux y marcher dans la rue sans me soucier de savoir si je suis jolie ou si je marche droit, entrer dans un café, des choses toutes bêtes.

Choses qu’elle ne peut plus faire à Paris ?
En tout cas, je ne me les autorise pas. On peut toujours faire tout ce qu’on veut, mais c’est dur d’être observée quand on n’a pas envie de l’être.

La vie de Mylène Farmer à Paris ?
Ma vie est essentiellement consacrée à mon travail. Je sors très peu, je vois peu de gens. Je vis comme une recluse. C’est vrai, parfois j’ai le sentiment d’être enterrée vivante. Mais il y a des choses plus douloureuses dans la vie.

Son singe capucin ?
Il est extraordinairement intelligent et agile; vous savez, ce sont ces singes qui aident les handicapés.

L’actualité ?
Le Pacs, la parité, non, je ne suis pas tout ça.

L’amour ?
On voudrait tellement que la passion dure, mais la réalité nous contraint à dire que, non, ça ne dure pas.
 

Publié dans Mylène 1999 - 2000 | Pas de Commentaires »

Disparition de Bertrand Le Page

Posté par francesca7 le 2 septembre 2011

 

Depuis son éviction de la bande Farmer-Boutonnat, Bertrand Le Page  n’avait jamais caché sa déception, même si cette séparation ne l’avait pas empêché de travailler avec d’autres – à nouveau Jackie Quartz et des artistes issus d’AB Productions. En 1998, il avait rencontré la jeune Ysa Ferrer après avoir craqué sur son tube Mes rêves et lui avait proposé de la manager pour la sortie de son deuxième album Kamikaze. 

 

-          En plus d’être mon manager, il devient pour moi comme un père, presqu’un amant, entre guillemets, un Pygmalion, un mentor ! se souvent-elle. C’était vraiment quelqu’un de très intelligent… Il m’a apporté l’expérience qu’il a eue avec Mylène, mais contrairement à moi, il a façonnée Mylène comme il l’a voulu. C’est Bertrand qui lui a imposé le « moins on en dit » et « plus on est désirable ». et malgré toute l’affection que je lui portais, je comprends que Mylène n’en soit séparée car il était absolument ingérable ! Il voulait tout construire et tout détruire, en même temps, il pouvait être dangereux

 

Disparition de Bertrand Le Page dans Mylène 1999 - 2000 2896059689_small_1A cette époque, l’entourage de Bertrand Le Page pense qu’Ysa Ferrer lui redonnera goût à la vie. Et même si la jeune femme n’est pas Mylène, elle a ce même amour pour les textes bien écrits et un charisme impressionnant. Comme il n’y a pas de hasard, dans l’équipe d’Ysa Ferrer, nous pouvons retrouver un autre rescapé de l’aventure Mylène Farmer ; Thierry Rogen. Parallèlement, Bertrand Le Page s’occupe aussi de La Cloche d’or, un restaurant situé dans le quartier de Pigalle, mais il  se retrouve rapidement sans un centime et harcelé par les huissiers. C’est ainsi qu’il passe d’un superbe appartement parisien à un petit studio à Toulon où il fait de la voyance. Et c’est dans ce lieu exigu, rejeté, qu’il décide de tirer sa révérence… 

 

La calligraphie qu’il utilisait pour les premiers albums de Mylène sera celle qui se retrouvera sur sa pierre tombale, comme un ultime message… « Il dépend de celui qui passe que je sois tombe ou trésor, que je parle ou me taise : Ami, n’entre pas sans désir ». 

 

Contre toute attente, Mylène ne reviendra jamais sur la disparition de son ancien manager. On la sait très affectée, mais il n’est pas dans ses habitudes de se répandre en commentaires et encore moins dans la presse. Comme pour disparition de son frère, les plus grandes douleurs sont muettes et le show doit toujours continuer .. 

Publié dans Mylène 1999 - 2000 | Pas de Commentaires »

Un amour trop lourd pour Mylène ?

Posté par francesca7 le 2 septembre 2011

 

Un amour trop lourd pour Mylène ? dans Mylène 1999 - 2000 404645968_smallA peine le succès mitigé de l’Ame-stram-gram retombé – vendu tout de même à 125 000 exemplaires – le deuxième extrait est pensé par la maison de disques. Au début, c’est le titre Dessine-moi un mouton qui est annoncé. Il est d’ailleurs prévu qu’un clip soit tourné en Corse, avec pour scénario le crash d’un avion représentant celui de Saint-Exupéry ! 

 

Mais finalement, Mylène veut décider. Elle préfère opter pour son titre préféré. C’est pourquoi Je te rends ton amour prend le relais sur les ondes radio dès ce début du mois de Juin 1999

 

Si le premier titre était destiné à être écouté d’une oreille distraite, Je te rends ton amour montre à quel point l’écriture de la chanteuse a progressé. C’est un superbe texte traitant d’un amour trop lourd à porter ou du poids d’un artiste sur son œuvre. 

 

 

Cette lancinante et envoutante mélodie fut à l’origine écrite par Laurent Boutonnat pour Nathalie Cardonne, mais la jeune chanteuse la trouva trop calme. Tant mieux, car Mylène l’apprécie énormément et profite de cet air pour décrie pour la première fois son amour pour la peinture se référant à Gauguin et à Egon Schiele – un peintre maudit qui mourut à seulement 28 ans et qui peignaient notamment des femmes rousses au corps décharné. Mylène avoue s’être toujours sentie très proche de ce peintre de génie. 

 

-          Il y a sans cesse chez lui un  mélange de vie et de mort, comme s’il avait toujours su qu’il mourrait jeune. La peinture, c’est l’exaltation la plus intime, la vraie folie. J’ai connu quelque chose qui se rapproche de cette exaltation lorsque je suis montée sur scène la première fois. Ça a été la plus belle expérience de ma vie, mais aussi la plus déstabilisante

Publié dans Mylène 1999 - 2000 | Pas de Commentaires »

Dessine-moi un mouton

Posté par francesca7 le 1 septembre 2011

Paroles : Mylène Farmer
Musique : Laurent Boutonnat

Dessine-moi un mouton dans Mylène 1999 - 2000 DessineMoiUnMoutonSingleAu niveau des paroles, « Dessine-moi un mouton » aurait mérité d’être un hymne mylénien, juste à la suite de « Désenchantée ». Bien que la musique ne manque pas de charme et de mélodie, elle n’atteint pas, en puissance et en tension, le brillant refrain du tube des tubes. Le motif principal, obsédant, revient tout de même seize fois et tourne, pour certaines oreilles, au bourrage de crâne. Ça ne m’empêchera pas de défendre cette ouvre qui, si elle paraît assez claire à la première écoute, s’inscrit dans une réflexion qui nous concerne tous, du plus petit au plus grand.

La progression de la pensée mylénienne est visible de couplets en couplets, chaque étape marquée par l’exclamation « quelle solitude ». (notons, au passage, la beauté de la voix de Mylène, semblant mourir sur des mots aussi significatifs que « solitude » ou « rien »). D’abord, l’artiste se plaint de son ignorance face à l’au-delà, puis de sa petitesse face à l’univers. Ces deux sentiments sont soulignés par la musique, à la fois dédramatisée par les synthés, rythmée par les guitares électriques sur la base solide du piano, ce qui donne un cadre assez simple pour que le timbre doux de la voix ne soit pas perdue dans une masse de notes.

Mylène cherche des réponses dans « le petit Prince » de Saint-Exupéry, référence avouée explicitement : « ignorer ce que les yeux ne peuvent pas voir » renvoie à la célèbre phrase « l’essentiel est invisible pour les yeux ». Ce qu’est la vie, nos cinq sens humains sont incapables de le traduire sous une forme intelligible. Nous sommes comme aveugles… ou aveuglés. Le « monde adulte » n’a rien d’attirant. Il est « isolé », référence aux excès de l’individualisme, et « abrupt », une dureté renforcée par l’allitération en « r » : abrupt, broie, noir. Quitte à être ignorante, Mylène préfère rester enfant. Remarquons quand même qu’elle se place dans le monde adulte (« et là je broie du noir »), la petite fille a fini par grandir et à assumer sa féminité, mais elle se sent seule.

En fait, toute la chanson est basée sur la double opposition enfant/adulte (thème redondant chez Mylène) et imagination/raison (thème plus inédit !). Les adultes bien éduqués vont utiliser pour aborder le monde leur raison, apprise par coeur à l’école, avec sa méthode mathématique. Mais de quoi cette raison est-elle capable ? Simplement de nous écraser en nous faisant prendre conscience de l’infinité de l’univers (univers qui n’est qu’immense que lorsqu’on le parle avec le langage des mètres et des équations !). Voilà pourquoi Mylène souffre. A partir du moment où la raison gouverne le monde adulte, Mylène a recours à une arme redoutable (cf. « Méfie-toi ») : l’imagination. C’est-à-dire les yeux, non du corps, mais de l’esprit. Et seul l’esprit permet de voir l’essentiel de la vie, d’échapper à l’abrupte logique adulte.

107815265 dans Mylène 1999 - 2000L’imagination va combler le « vide du ciel » : par la religion. C’est une référence au christianisme : on doit être comme des enfants pour ouvrir son coeur à un Dieu incompréhensible à la raison. Et l’imagination permet de rendre le monde moins « triste » : par l’amour. Le voilà, l’essentiel de la vie. La raison ne peut que détruire les rêves, elle est négative. L’imagination, au contraire, est une force créatrice, positive. La raison est limitée puisqu’elle est incapable de se représenter ce qu’il y a après la mort, elle ne cause donc que souffrance, ce qui était fait à l’origine pour grandir l’homme le soumet : c’est « absurde ». En réalité, la vraie, et peut-être la seule, puissance de l’homme est le feu de son imagination. Pour en voir une bonne illustration, je vous conseille d’aller voir « Histoire sans fin ». mais vous y trouverez la même opposition entre un découragement destructeur (le Néant) et les rêves d’un enfant qui va sauver le monde. Le cogito (« je pense donc je suis ») de Descartes est dépassé. La conscience de l’homme ne lui permet pas d’être plus qu’un « point minuscule ». L’imagination est incarnée par le mouton. C’est le double symbole de l’enfant (mignon, pur, qui ne pense pas à mal, sans souci) et de la chose insignifiante, banale sur laquelle Mylène, comme Saint-Exupéry, va baser son message. En réalité, ce n’est pas le mouton en soi qui est important, ç’aurait aussi bien pu être un lapin blanc, mais le fait de le dessiner.

L’injonction de Mylène, « dessine-moi un mouton », montre que chacun peut faire ce qu’elle tente de faire. Par cette ouvre, la chanteuse montre qu’elle a su dépasser le stade de « Plus grandir ». Elle est adulte, mais, au fond d’elle-même, elle a su garder une parcelle de son enfance : un grain de sable, un mouton qui égaiera sa vie. Ce n’est pas le secret de l’immortalité, c’est le secret du bonheur.

Publié dans Mylène 1999 - 2000 | Pas de Commentaires »

CLIP – Je t’aime mélancolie – 1991

Posté par francesca7 le 28 août 2011

 

 

Date de tournage:  novembre 1991 

Lieu de tournage: Studios Sets à Stains (France) 

Réalisateur: Laurent Boutonnat 

Durée: 05’13 

Clip présent sur : L’autre… 

 

Production : Heathcliff S.A.
Budget : environ 45.000 €


 

VIDEO CLIP 

Image de prévisualisation YouTube
 

 

Synopsis : Laurent Boutonnat
Directeur de la photographie : Jean-Pierre Sauvaire
Montage : Agnès Mouchel
Costumes : Jean-Paul Gaultier
Costumière : Carine Sarfati
Chorégraphie : Mylène Farmer
Photographe : Claude Gassian

CLIP « JE T’AIME MELANCOLIE » 



Dates du tournage : novembre 1991
- Tournage du clip (Deux jours de tournage (un jour pour le combat de boxe, un jour pour la chorégraphie) aux studios Sets à Stains, dans la Seine-Saint-Denis) 


06/12/1991 – 1ère diffusion du clip (‘Tous à la une’ – TF1) 

 

CLIP - Je t'aime mélancolie - 1991 dans Les Clips de Mylène cbb2acb9Suite au meurtre du réceptionniste de Polydor, Mylène Farmer part aux Etats-Unis (officiellement pour passer son permis de conduire). Elle fuit en fait les réactions qu’a pu provoquer l’acte de cet homme vexé de ne recevoir aucune réponse à ses lettres !

 

Laurent Boutonnat lui, commence à préparer pendant ce temps, le tournage de Giorgino qui commencera exactement dans un an. A cette période, il est en plein repérage dans le Jura avec le décorateur du film : Pierre Guffroy. Il prendra toutefois quatre jours pour tourner le clip de Je t’aime Mélancolie.

 

Après quelques jours de préparation pour la construction (sur mesure) du grand ring de boxe, deux jours de tournage sont consacrés aux scènes de combat. Les deux autres jours de tournage sont eux réservés à la chorégraphie orchestrée par Mylène Farmer. On note que les dix danseuses derrière Mylène sont les mêmes que celles de la promotion de Désenchantée, neuf mois plus tôt.

 

Mis à part Sophie Tellier qui, pour la première fois, n’assure plus la coordination des ballets. Elle a décidé juste avant le clip de cesser momentanément sa collaboration avec Mylène et Laurent pour se consacrer à sa propre carrière. Elle attend le tournage de Giorgino pour revenir ….

 

On pressent déjà la fin proche de l’univers de Laurent Boutonnat pendant Je t’aime Mélancolie. L’histoire se fait mince, la durée se fait courte, et on succombe de lus en plus à l’esthétique du clip. Ses derniers véritables courts-métrages n’ont visiblement pour unique but d’en arriver à l’oeuvre ultime : Giorgino. Après ce film, d’ailleurs comment ne pas comprendre qu’il n’est pas la peine faire autre chose ?… Qu’aurait pu faire Laurent l’année suivante qui n’aurait pas paru comme fade ? Il ressemble tellement à u aboutissement que l’univers semble difficile à prolonger. Vu de cette façon, Je t’aime Mélancolie peut être lu comme un avant-goût de « l’après Mylène » chez Laurent Boutonnat. Des clips comme Populaire se rapprocheront d’ailleurs plus de ce film que de mises en scène plus ambitieuses telles Tristana ou Sans Logique.

 

 

 

Contexte : 

 

melancolie dans Les Clips de MylèneUn homme est à la corde à sauter. Mylène, elle ne s’entraîne pas et semble se concentrer comme pour entrer sur scène. Nous sommes dans un gymnase sombre, juste avant un combat. Des voix masculines se font entendre en bruit de fond, comme si dans une autre pièce, on pariait sur quelqu’un. Nous sommes en fait dans un vestiaire. L’entraînement de l’homme est intensif. La personne qui lui fera face ne devra pas compter sur sa pitié. Mylène elle montre son absence d’attendrissement en éteignant par la seule force du poing la flamme d’une bougie. La partie peut commencer .. Nous sommes au bord d’un ring de boxe aux dimensions irréelles. L’espace l’entourant est quant à lui plongé dans l’obscurité. Les cris lointains d’une foule font penser à des spectateurs placés trop loin pour assister correctement au combat. Les seuls intéressés sont les 2 adversaires et nous-mêmes qui sommes placés idéalement aux premières loges d’un affrontement souvent évoqué au sens figuré, mais jamais au sens propre : la guerre homme-femme, la guerre des sexes. Comme elle aime à le dire la même année que le tournage : Mylène « a encore ici quelques comptes à régler avec la gente masculine », comme précédemment dans Pourvu qu’elles Soient Douces et Pas de Doute.

 

 

Chaque combattant à son propre coach (tous deux des hommes) un arbitre vient sur le ring donner le coup d’envoi du combat (un homme aussi). Les regards sont cruels et promettent une haine réciproque qui semble aller bien au-delà des cordes d’un ring… on pense évidemment au jeu de regards entre Libertine et son adversaire duelliste, lorsque l’issue du combat penchait autant d’un côté que de l’autre partie. Après le coup d’envoi, les deux corps se tournent autour durant tout le premier couplet de la chanson. Les deux personnes sont très sérieuses et ne laissent rien transparaître, contrairement aux sourires pervers entre les adversaires de Libertine et Sans Logique. C’est là où intervient la folie de Boutonnat, éternel adepte du décalage et de l’inversion. Parallèlement au sérieux, à la durée et la virilité du combat, Mylène toute souriante danse avec deux danseuses derrière elle sur la même musique qui rythme les coups des deux adversaires, sensés être sur le même ring. Sa tenue es légèrement différente, s’étant vêtue d’un porte-jarretelle sous une guêpière faisant étrangement référence au sadomasochisme. Contrairement au départ de Thierry Rogen pour le mixage un an plus tard, on ne regrettera pas le départ de Sophie Tellier du clan Farmer-Boutonnat. La chorégraphie de Je t’aime mélancolie est d’une grande élégance et d’une très haute tenue. De plus, elle est une des plus rythmées et dansantes qu’ai inventé la chanteuse. 

 

3f458413Une brève coupure entre les deux rounds ne fera que relancer les regards haineux à défaut de les calmer. Le combat reprend de plus belle, et la tension montant de plus en plus, le combat commence à dégénérer. Les coups bas se multiplient et le soudain acharnement de l’homme sur la femme pour la mettre KO oblige l’arbitre à intervenir. Il se recevra rapidement un coup de poing dans le nez donné par l’homme qui le rendra KO se faisant ridiculement évacuer par les entraîneurs. Désormais plus de pitié, plus personne ne peut arrêter le match qui dégénère. Les deux combattants s’affronteront jusqu’à la mort. Ils enlèvent même leurs gants de boxe pour se livrer à un véritable combat d’arts martiaux. Alors la chorégraphie s’accélère et les danseuses derrière Mylène Farmer ont à présent des gants de boxe aux mains pour exécuter la chorégraphie qui devient infernale. Dans le combat, les hauts coups de pied fusent, au bord de l’épuisement, l’issue du combat est proche et la femme est en faible posture… ; elle utilisera les dernières forces qui lui restent pour tournoyer sur elle-même et envoyer à son malheureux adversaire un coup de pied dans la tête qui le fera passer par-dessus les cordes du ring.

 

[…]

 

 

 

Beaucoup verront dans ce combat l’affrontement entre la chanteuse populaire et la critique, le texte de la chanson y faisant plus ou moins référence. Ce serait plutôt un mélange de réaction vindicative contre une critique douloureuse, de masochisme (la tenue) face à l’homme croyant détenir tous les pouvoirs et de double emploi (toujours récurrent dans le cinéma de Boutonnat) entre le bourreau (elle gagne) et la victime (l’issue du combat ne lui apportant absolument rien).

 

 

 

ANALYSE SVP ………….. 

 

Le tournage de Je t’aime Mélancolie se situe avant les repérages définitifs du long-métrage Giorgino dont les prises de vue débuteront un an plus tard, pendant la promotion de Que mon cœur Lâche. Comme pour laisser la voie libre à l’ambition pour ne pas dire la mégalomanie de Girogino, Boutonnat semble avoir mis un frein sur les moyens qu’il mettait en oeuvre jusqu’à présent.

 

0Au sein de celle-ci la chanteuse interprète certaines parties de la chanson en question. L’avantage de cette structure est à la fois de mettre l’artiste en avant, de justifier tous les avantages scéniques qui lui sont attribués (éclairages, maquillages parfois outranciers, accessoires et danseurs) sans que cela nuis pour autant au récit éventuel, puis de se rapprocher du cinéma de fiction en y intégrant une histoire ou même un fil conducteur ténu qui implique une intrique auquel  le spectateur pourra se rattacher, voire s’identifier.

 

En somme, le problème que pose Je t’aime Mélancolie est sur plusieurs plans un problème de limites ; en se séparant des attributs que lui-même avait créé, comment Laurent Boutonnat peut-il continuer de se faire remarquer pour continuer de créer l’événement, la longueur en moins.

 

Afin de maquer cette carence, Boutonnat joue précisément sur le changement quasi radical au lieu d’adapter, de raccourcir, et de modifier par touches parcimonieuses ce qu’il savait faire et qu’il appliquait sans cesse depuis sept ans. Le réalisateur se décide à se battre avec les mêmes armes que ses confrères au lieu d’en chercher de nouvelles. Puisque c’est finalement bien de promotion dont il s’agit ici, c’est précisément le format-chanson, avec une histoire simple, une imagerie plus légère, des costumes et maquillages plus actuels et sans génériques, sans suite ou presque que les clips postérieurs à Désenchantée ont pu compter sur une exposition plus large dès leur sortie.

 

Peut-être orientés par les paroles de la chanson, certains critiques ont lu le clip comme une métaphore d’un combat de l’interprète contre eux. Dans cette optique, les images peuvent être vues comme l’adaptation de certaines phrases de la chanson dont elles s’inspirent : « Une sauvage née vaut bien d’être estimée, elle fait souvent la nique aux trop bien cultivé […] Pour plaire aux jaloux il faut être ignorée. » ce rapport avec la réalité du métier que subissent Laurent Boutonnat et sa muse au quotidien, le réalisateur ira jusqu’à le figurer  dans son casting ; il fera appel à un vrai boxeur poids-léger yougoslave et à un arbitre français professionnel ; Gérard Boutonet.

 

La tenue de Mylène Farmer pour les plans de chorégraphie (une guêpière en cuir ornée de clous soutenant des porte-jarretelles noirs) laissent penser à un arrière plan sado-maso appuyé par l’isolement de l’homme et de la femme sur un espace scénique (le ring). Soumis au regard d’un public, isl seraient venus sur ce ring pour se faire mal physiquement avec le consentement de l’autre. Seulement ces pistes ne mènent guère très loin par rapport au texte de la chanson, même extrapolé ; la seule suivie à l’époque fut celle de l’hyperbole sur la critique.

 

L’homme sur le ring, symbolisant la critique au sens large, perd le match ; et la phrase-titre reprise comme un leitmotiv régulièrement : « Je t’aime mélancolie », résonnerait comme une revendication face à ceux qui avaient reproché au couple Boutonnat-Farmer leur imagerie négative.

 

Après le retrait symbolique de la critique face aux coups portés par la chanteuse à la fin du clip, celle-ci se retrouve plus seule que jamais désormais livrée à elle-même, coupée du regard extérieur, près de ce public plus silencieux que jamais devant lequel elle devra tôt ou tard livrer un nouveau combat pour le distraire. Le silence de glace qui clos le clip fait pourtant bien comprendre que la gagnante a eu ce qu’elle a voulu ; et que libérée « des jaloux », elle est à présent ignorée. L’ennemi battu, elle n’est pourtant libérée de rien, prisonnière de la scène et écrasée par les faisceaux de ces projecteurs qui l’exposent peut-être davantage qu’elle ne l’aurait voulu.

 

affiche-jtm

Publié dans Les Clips de Mylène | Pas de Commentaires »

CLIP – SANS LOGIQUE – 1989

Posté par francesca7 le 28 août 2011

Réalisation : Laurent Boutonnat
Année : 1989
Durée : 5’37 mn
Acteurs : Mylène Farmer… 

 

 

SANS LOGIQUE

video : Image de prévisualisation YouTube 


 

 

Analyse (par Marylise) 

 source : http://www.ame-stram-gram.com/ClipSansLogique.html 



 

 


Mylène a toujours été attirée par les amours tortueux. Ceux qui distillent derrière eux une traînée douce-amère de larmes et de sang, de passion destructrice et de naïveté bafouée. Et Sans Logique en est le plus parfait exemple. Une terre sombre et désolée, aux allures fantomatiques, parsemée des débris de vies passées et gâchées. Un théâtre morbide, semblable dans sa noirceur à un ancien enfer délaissé par le diable. Et au cœur de ce paysage triste baigné d’un soleil livide, deux amants blottis l’un contre l’autre, réunis dans une tendre étreinte silencieuse et solennelle magnifiée par l’échange du baiser des gitans, paume contre paume, mélange de la pureté de leur sang et de leur âme d’enfants amoureux. 

CLIP - SANS LOGIQUE - 1989 dans Les Clips de Mylène ClipSansLogique03


Symbole innocent de la trahison prochaine qui rampe et s’insinue entre les deux amants, une enfant crucifie la silhouette suppliciée d’un Christ noyé dans une flaque boueuse. Comme si par ce geste la fillette venait de dénoncer le pacte muet échangé par les amants, quelques personnes s’avancent soudain dans le silence irréel, toutes vêtues de noir, marche funèbre guidée par trois femmes au visage voilé, venues soumettre le couple à un rituel mystérieux et cruel. D’autres enfants s’éparpillent sur la terre dure et brune comme de sombres corbeaux, entraînant avec eux une Mylène au sourire confiant, le visage éclairé de ce regard enfantin qui lui est propre. Le spectacle peut commencer. Le front ceint d’un ruban de métal orné de cornes tranchantes, les poignets liés dans son dos, Mylène se soumet à un jeu ancestral dont elle croit candidement connaître les règles. Les vieilles dévoilent lentement leur visage marqué par le temps, révélant un regard avide, fiévreux, scrutateur, en attente d’un événement qu’elles savent imminent. Une corrida s’improvise, les hommes agitant leur cape noire pour irriter Mylène et la forcer à venir les chercher de ses cornes meurtrières. Mais le jeu s’emballe et dérape soudain, lorsque les lames d’acier blessent la main d’un jeune torero. Les vieilles sont alors secouées d’un immense éclat de rire, prises par l’exaltation fantastique que procure la vue du sang versé par les autres.
 

ClipSansLogique07 dans Les Clips de Mylène


Dans toute l’arrogance de son mâle orgueil, l’amant sort lentement une longue épée effilée qu’il brandit, le regard fier, défiant sa bien-aimée de venir à lui. Portée par la certitude que son amant jamais ne lui fera le moindre mal, Mylène s’élance hardiment. Et la trahison qui rôdait sur ce simulacre cruel frappe brusquement, perçant la chair tendre de la jeune femme qui titube et chancelle sous le coup de cette incroyable perfidie. Les vieilles applaudissent, jettent des pièces, ne contiennent plus leur enthousiasme délirant face à ce qu’elles pressentent et attendent avec impatience.  » Souffrez qu’une autre, en moi se glisse… « . Et c’est bien de cela qu’il s’agit. Possédée par une folie désespérée qui appelle le sang, poussée par la fureur aveugle d’une bête torturée de douleur, Mylène échappe à sa propre raison. Devenue ce taureau qu’elle était censée incarnée, elle souffle et frappe le sol de ses pieds, fixant sur son amant des yeux d’une blancheur démoniaque. Alors même que l’homme savoure son amère victoire, elle le transperce de ses cornes dans un élan de rage et de vengeance.

Le silence retombe sur la scène sanglante. Telles les Moires grecques, messagères et maîtresses de la mort, les vieilles voilent à nouveau leur visage apaisé par cette joute fatale et s’éloignent sans un regard, laissant les enfants ramasser les pièces qu’elles avaient jetées dans leur sinistre emportement. Comme pour effacer toute haine et toute souffrance, des milliers de gouttes translucides enveloppent doucement le corps effondré de Mylène, tombée à genoux près de son amant blessé. Mais sa peine et sa stupeur ne sauveront pas leur amour sacrifié sur l’autel du plaisir égoïste des autres.

Abandonnée par son Autre satanique, Mylène contemple sans comprendre l’agonie douloureuse de celui qui s’est jouée de sa confiance et de cet amour trop proche de la haine cachée qui a souillé leur union. D’une main faiblement tendue, l’homme implore un pardon qui viendra bien trop tard. Et tandis que la mort fauche l’amant présomptueux, Mylène offre son visage à la caresse froide de la pluie, une larme de sang perlant de ses paupières fermées et glissant sur sa joue diaphane. 

 

ClipSansLogique08

 

Publié dans Les Clips de Mylène | Pas de Commentaires »

CLIP – ALLAN – 1989

Posté par francesca7 le 28 août 2011

Réalisateur : Laurent Boutonnat
Durée : 5’42
Année : 1989
Production : Requiem Publishing
Budget : inconnu

Synopsis : Laurent Boutonnat
Directeur de la photographie : Jean-Pierre Sauvaire
Montage : Agnès Mouchel

Partie ‘live’
Date et lieu de la captation live : 20 & 21 octobre 1989 (Bruxelles)

Partie ‘extérieur’
Dates du tournage : novembre 1989 (1 après-midi)
Lieu du tournage : un terrain privé à Marne-la-Vallée (Seine et Marne)

Clip présent sur :
Les clips – Volume III
The Videos
Music Videos (DVD uniquement

 

CLIP ALLAN 

 

VIDEO

Image de prévisualisation YouTube 

 

Allégorie du malaise d’Edgar Allan POE dans l’univers en flammes de Mylène 

Dans Farmer En Concert. 

 

 

  

CLIP - ALLAN - 1989 dans Les Clips de Mylène autre01Premier extrait live du gigantesque Mylène Farmer En Concert, Allan prolonge l’imagerie du fil et transpose celle d’Edgar Allan Poe (puisque c’est de lui dont il s’agit) pour faire se confondre les deux univers. 

 

Sans histoire à proprement dite, les images données à voir peuvent être facilement qualifiées de « bizarres » ou de « morbides ». Pour Edgar Poe, un cheval noir (symbole de la mort dans le cinéma de Boutonnat) piétine dans un enclos de boue, le portrait du poète qui brûle, illustrant la malédiction qu’il a subit non seulement de son vivant, et même après (sa tombe fut dévastée peu après sa mort, on ne sait plus où il est enterré). Ces images sont mêlées à celles du cimetière de En concert au milieu du champ. Les images retravaillées ont été assombries, on distingue difficilement les détails dans cet éclairage à mi-chemin entre une journée orageuse ou une nuit irréelle. 

 

L’introduction du film est très importante. Comme dans tous les extraits du En Concert, le clip commence par de la fumée noire dans un ciel vide. On comprendra vite d’où provient cette fumée avec la scène qui suit. Le moine du concert s’avance vers le lugubre cimetière avec un lance-flammes dans le dos. Le son est très grave, une respiration humaine se mélange avec celle puissante d’un cheval. Arrivé aux grilles du cimetière, le moine allume son lance-flammes et met le feu au cimetière noir. Les tombes brûlent, les grilles se carbonisent. L’idée qu’a Laurent Boutonnat de brûler son propre décor à la fin de son œuvre est étrangement la même que celle du groupe américain QUARTERFLASH, qui quelques années auparavant, à la fin du clip de Harden my heart (1981) fait détruire le bâtiment dans lequel la chanteuse Rindy Ross était enfermée depuis le début de la chanson. Placé au beau milieu d’un désert s’apparentant à une vaste carrière, ce décor après avoir été rasé par un bulldozer, est enflammé par un homme en smoking dissimulé par un casque de motard qui avance lentement vers lui. C’est grâce au jet du même lance-flammes qu’Allan qu’il réduira le bâtiment en cendres, et qu’il conclura ce vidéo-clip très 80′. 

 

 

 

mylene-farmer-allan dans Les Clips de MylèneLa chanson Allan commence donc avec les cris de la foule qui prennent ici, un sens bien différent que celui de l’hystérie provoquée, fondu, enchaîné, on voit simplement le public brûler en même temps que le décor de la tournée. Pour la fin du clip, Laurent Boutonnat fait un plan très ralenti de la main de Mylène, entrouverte, qui se baisse en direction du public. Cette idée sera reprise dix ans plus tard par la chanteuse puisque tout le Mylénium Tour tourne autour de cette idée de main entrouverte, tout comme le programme officiel de cette tournée, ainsi que le clip Innamoramento (François Hanss – 2000) 

 

                                                            

 

 

 

Les cènes du cheval piétinant ont été filmées en pellicule super 8 après la tournée dans un grand hangar don le sol avait été recouvert de 60 cms, de boue ;  Laurent Boutonnat avait pour l’occasion, fait de nouveau appel aux 4 danseuses (hormis Sophie Tellier) pour les revêtir de linceuls blancs et les faire marcher puis se vautrer dans la boue. Devant la violence des images tournées, Laurent Boutonnat préféra ne pas les utiliser. Il n’utilisa pas non plus la chorégraphie contemporaine d’une danseuse, pendant le concert, qui en arrière plan de Mylène Farmer sur les hauteurs du décor, apparaissait et disparaissait dans les éclairs de lumières. 

 

La sortie du film Mylène Farmer En Concert signe définitivement la fin de la première carrière de Mylène et Laurent. Ils brûlent tout, leur concert, leur public..  leur œuvre commune. Ils regardent impassiblement tout ceci se consumer : Mylène en restant debout devant, et Laurent en tournant autour lentement avec ses caméras. Le feu envahit tout, Mylène est sur scène, ou au milieu des décombres, les grilles enflammées claquent sous l’effet du vent, le portait d’Edgar Poe se consume, le cheval noir n’en peut plus de piétiner, tout devient pénible, les spectateurs, comme Mylène et Laurent attendent que tout ceci se termine, vite pour qu’un nouveau départ soit pris. 

 

 

Voir également quelques explications du tournage Allan par interview de Edwige Chandelier  sur ce blog.

 

o96oz0iv

 

Publié dans Les Clips de Mylène | Pas de Commentaires »

CLIP – A QUOI JE SERS – 1989

Posté par francesca7 le 28 août 2011

Réalisateur : Laurent Boutonnat
Durée : 4’58
Année : 1989
Production : Laurent Boutonnat, Polydor, Polygram Music
Budget : environ 30.000 €

Scénario : Laurent Boutonnat
Directeur de la photographie : Jean-Pierre Sauvaire
Montage : Agnès Mouchel
Stylisme & costumes : Carine Sarfati
Photographe : Marianne Rosenstiehl
Acteurs connus : Lila Dali (l’amant de Sans Logique), un pêcheur du coin (le « passeur »)

Dates du tournage : août 1989 (2 jours)
Lieu du tournage : lac de Grand Lieu, près de Nantes (Charente-Maritime)

Clip présent sur : Les clips – Volume III Music Videos

 A QUOI JE SERS – 1989

VIDEO CLIP  Image de prévisualisation YouTube

 

Chronologie 

08/1989 – 1ère diffusion du clip
08/1989 – Tournage du clip (Deux jours de tournage au lac de Grand Lieu, près de Nantes, dans la Charente-Maritime) 

 

 

Synopsis 

 

CLIP - A QUOI JE SERS - 1989 dans Les Clips de Mylène 2908798297_small_1Mylène s’avance sur une berge, une valise à la main. Un homme, conduisant une barque, s’approche et l’invite à monter. Il s’agit de Charron, qui va faire traverser le Styx, fleuve des morts, à Mylène. La barque évolue lentement. Mylène, qui tourne le dos à la marche, a le regard vide et lointain. Au bout d’un certain temps, alertée par les regards du passeur et les bruits derrière elle, elle consent enfin à se retourner. Tous les personnages morts dans ses clips précédents sont là, et l’attendent : Raspoukine, la rivale de Libertine, le capitaine Parker, le marionnettiste, et le toréador. Mylène va les rejoindre et ils marchent ensemble à travers le Styx. Le passeur, Charron, revient alors de son trajet, la barque vide ; si ce n’est la valise de Mylène qui reste à l’intérieur. 

Le saviez-vous ? 

- Si Sophie Tellier n’a pas repris son rôle de Rivale de Libertine dans le clip A quoi je sers, c’est parce qu’elle avait un engagement pendant l’été 89. Entre le Palais des Sports et la tournée en province, elle était sur scène pour un autre projet. Mais c’est elle qui a choisi sa doublure pour le clip. 


- Le pêcheur embauché le temps du tournage pour mener Mylène dans sa barque a raconté que celle-ci était assez froide et pas pudique pour un sou : elle se serait changée dans une caravane porte grande ouverte, tout le monde la voyant nue ! 

 

Le tournage du clip (en noir et blanc) a duré deux jours.

Budget estimé à environ 30 000 euros.

Le clip symbolise parfaitement la fin d’une époque, mettant en scène Mylène dans son propre rôle embarquée sur une barque avec un passeur et voguant sur un fleuve dans un paysage sombre et brumeux. 


On retrouve les principaux personnages des précédents clips: la rivale de « Libertine » et « Pourvu qu’elles soient douces« , l’amoureux de » Tristana« , le marionnettiste de « Sans contrefaçon« , le capitaine anglais de « Pourvu qu’elles soient douces » et le matador de « Sans logique », avec lesquels Mylène s’éloigne laissant le passeur rentrer seul. 


Ce fleuve pourrait bien correspondre au Styx que Mylène a évoqué dans certains de ses textes (« On est tous des imbéciles » en 1985, « Dégénération » en 2008). Dans la mythologie, le Styx était un fleuve qui devait être traversé sur la barque du passeur des âmes, Charon, afin d’accéder aux Enfers. 


Une Mylène est définitivement partie. La  place est libre pour une nouvelle Mylène qui apparaitra avec l’album suivant en 1991…


aquoijesers dans Les Clips de MylèneLa photographe de plateau était Marianne Rosenstiehl.

Tous les acteurs originaux des clips précédents n’ont pas pu reprendre leur rôle (la rivale, le capitaine et Rasoukine, l’amoureux). 


Sophie Tellier, par exemple, qui tenait le rôle de la rivale dans « Libertine » puis « Pourvu qu’elles soient douces » était engagée sur la tournée de Mylène et d’autres projets pour l’été 1989 l’empêchant de participer au tournage. Elle choisira elle-même sa doublure.

Mylène a tourné ce clip avant de s’accorder quelques jours de vacances en Inde. Des clichés par Marianne Rosenstiehl ont immortalisé ce voyage. 

 

 

 

 

 

Publié dans Les Clips de Mylène | Pas de Commentaires »

CLIP – POURVU QU’ELLES SOIENT DOUCES – 1988

Posté par francesca7 le 28 août 2011

Réalisation : Laurent Boutonnat
Année : 1988
Durée : 17’52 mn
Acteurs : Mylène Farmer, Sophie Tellier… 

 

POURVU QU’ELLES SOIENT DOUCES 

 

Video :  Image de prévisualisation YouTube 

 

Analyse (par Jenny) source : http://www.ame-stram-gram.com/ClipPQSD.html 

 

She’s alive… 

18 Août 1757, un détachement de l’armée de sa gracieuse Majesté George II, commandé par le courageux Capitaine Alec Parker, débarque aux Pays-Bas et entre en Prusse. Il vole au secours de Frédéric II qui est assiégé par la coalition Franco-Austro-Russe. 


Hélas pour eux, ce jour là, ils foulent le territoire ennemi puisqu’au passage, deux fantassins ont ramassé une jeune femme française blessée, qu’ils croyaient morte et qui éveille l’intérêt particulier du capitaine. Celui-ci devrait se préoccuper davantage de l’évacuation de son régiment en terre ennemie (la France en l’occurrence) plutôt que de rêvasser sur cette inconnue qui paraît si douce, si douce… 

 

 

Pendant que les Anglais évaluent une stratégie afin de quitter les terres françaises au plus vite, le capitaine, qui a l’esprit ailleurs, se préoccupe davantage d’amener de la nourriture pour notre petite rouquine en convalescence !!! Celle-ci, endormie, le pouce à la bouche (petit symbole de la femme encore enfant), se retrouve les fesses à l’air grâce au geste déplacé et intrigué du capitaine. Cependant le spectacle fut de courte durée puisque le petit tambour interrompt cette scène au grand désespoir du convoiteur. Furieux, le Capitaine décide de corriger publiquement à l’aide d’une cravache le petit garçon qui l’avait dérangé pendant ce fameux acte  » fard  » du clip. Notre Libertine se réveille, et c’est alors qu’elle interrompt le châtiment corporel injustifié. Le Capitaine lui tend la cravache, l’incitant à sanctionner le jeune garçon elle-même. Celle-ci se prête au jeu mais à la surprise générale, elle se retourne contre lui et le frappe au visage devant ses hommes estomaqués. Pas si douce notre Libertine !!! 

 

CLIP - POURVU QU'ELLES SOIENT DOUCES - 1988 dans Les Clips de Mylène ClipPQSD01


Il est humilié, outré et apporte une tenue militaire à cette insolente !!! Il exige que celle-ci la porte sur le champ et surtout en sa présence. Cette dernière se voit se dévêtir contre son gré devant ce pervers. Je vous laisse deviner la réaction du Capitaine face à la beauté des petites fesses de Mylène. Il s’approche, émerveillé, et Libertine le frappe à nouveau au visage avec une bouteille cette fois-ci, avant de s’enfuir !!! Elle vole la monture d’un cavalier en le projetant à terre avant de quitter le campement au galop. Le Capitaine la poursuit. Ils se retrouvent tous les deux dans la forêt mais un œil veille sur eux, le danger n’est pas loin, les Français sont déjà là et surtout on retrouve près d’eux, la rivale de Libertine, accompagnée de toutes ces catins vêtues de leurs atouts. Libertine est malheureusement trop faible pour s’enfuir, elle se repose quelques instants dans la forêt au pied d’un arbre et le capitaine la rejoint. Il constate que la plaie de Libertine s’est ouverte à nouveau, elle saigne. Libertine serre très fort la main du capitaine avant que celui-ci ne la ramène dans ses bras au campement. 

 

ClipPQSD04 dans Les Clips de Mylène

 

En échange d’une bourse, les filles de joie vont se donner toute la nuit aux ennemis mais n’oublions pas qu’elles font ce geste dans l’art, le vin, la nourriture… tous les ingrédients pour ces actes perdus, ces plaisirs interdits et complètement décadents. N’oublions pas que, au niveau sonore, les scratch du vinyle et les guitares électriques donnent un effet plus magistral pour les scènes de sexe. C’est le meilleur passage du clip, pendant que ces catins se donnent et enivrent les Anglais, Libertine elle, fait découvrir les joies du Kamasutra à son Capitaine. Excusez-moi si je vous choque, mais il s’agit d’actes « bestiaux » comme dans Libertine, les amants se font l’amour ou devrais-je dire, Libertine fait l’amour à l’autre. Il s’agit dans ce clip de sodomie et de rien d’autre ! D’ailleurs, on le retrouve dans la chanson : 

 

« Ton kamasutra a bien cent ans d’âge » pour l’initiation et « aimer des deux côtés » pour la sodomie. On pourrait dire aussi que les sentiments des amants deviennent pervers : 

 

« oblique, lubrique, obsession, fessée… » La nuit fait place au jour et une de nos catins, charmante par ailleurs, prévient les Français, à l’abri des regards indiscrets mais sous l’ordre de « la Reine des courtisanes ». Lorsqu’un représentant de la troupe anglaise s’aperçoit qu’il est malheureusement trop tard pour riposter. 

 

ClipPQSD08

 

On assiste alors à une boucherie, les Français contre les Anglais, mais n’oublions pas la courtisane en chef qui assassine d’une balle dans le dos le Capitaine de la troupe !!! Elle exécute l’acte qu’on lui a commandité et fut surprise de voir un fantôme, celle qu’elle croyait morte bien sûr, Libertine !!! Libertine assiste à la scène, son ennemie lui arrache à nouveau l’homme avec qui elle était étroitement liée. Le capitaine meurt sous les yeux de Libertine. Notre héroïne décide de se venger. Libertine ivre de colère, se jette sur son ennemie. Les deux femmes se battent sauvagement sous les bombardements français. La haine a pris possession de leur corps, c’est à celle qui y restera. Pendant ce temps, les balles perforent de part en part la poitrine des soldats. Le massacre perdure, les deux femmes continuent leur combat acharné dans la boue, coups de pied, de poing, gifles… Les soldats s’effondrent sur le sol tandis que la courtisane s’apprête à tuer Libertine avec une épée. Libertine se contentera d’une baïonnette de fusil. La musique s’arrête et la courtisane meurt poignardée par sa rivale. 

 

« Un silence inhumain succéda au massacre. Souvenons-nous que bêtes et gens naissent, pour un jour, exhaler leur pestilence. Dieu, dans sa miséricorde, verse le sang des hommes pour les laver de leurs péchés. La mort allait frapper une dernière fois… » Le petit tambour, seul survivant, continue d’avancer devant un peloton d’exécution. Les Français se mettent en place afin d’éliminer leur dernière victime avec honneur. « Mon père m’avait prévenu, tu reconnaîtras la Mort à son grand cheval Noir… et si par malheur elle s’arrête devant toi, surtout ne la regarde pas, ne la regarde pas… » 

 

La Mort, se présente devant le petit tambour et il prend le risque « timide » de la regarder. C’est Libertine qui se tient devant lui, et au milieu de tout ce massacre, ce paysage où règne la Mort à présent, elle lui sourit et le dérobe aux soldats prêts à faire feu pour tuer cet enfant !!! Elle l’emporte et chevauche à travers le sol souillé par le sang. 

 

« Je ne l’ai jamais revue. Mais jamais je n’oublierai l’odeur de son parfum et la douceur de sa peau, tandis qu’elle l’amenait vers la Vie »… 

 

Vous l’aurez bien compris, c’est le petit tambour qui est le narrateur de cette histoire. Il faut savoir aussi que c’est le plus gros court-métrage jamais réalisé pour une chanteuse française. Il a fallu plus de 600 figurants et de 3 à 4 millions de francs pour réaliser ce chef d’œuvre, car entre nous ce clip fait partie des meilleurs !!! 

 

ClipPQSD21

Publié dans Les Clips de Mylène | Pas de Commentaires »

Le bébé de Mylène

Posté par francesca7 le 28 août 2011

 

Le bébé de Mylène dans Mylène 1999 - 2000 1199696566_smallComme d’habitude, le secret était jalousement gardé, à l’abri des regards et des oreilles indiscrètes… Mais l’hebdomadaire Voici révèle, le 8 mai 2000, que le couple le plus mystérieux de show-biz va mettre au monde un bébé ! 

 

Mylène Farmer serait-elle enceinte ? 

Après avoir affirmé au début de sa carrière que « chaque mère est infanticide » est-elle enfin décidée à suivre le chemin de stars comme Madonna, désormais maman ? 

 

D’autant que la presse people montre des photos de la chanteuse aux côtés de l’écrivain Marc Levy, l’heureux auteur du best-seller, Et si c’était vrai ? Mais non, ce n’est pas encore aujourd’hui que Mylène va connaître les joies de la maternité. Il s’agit de tout autre chose : Laurent Boutonnat et Mylène sont tout simplement heureux d’annoncer la naissance d’un bébé « discographique », qui se prénomme Alizée. C’est une jeune fille de 15 ans, qu’ils décident de produire et qui sera l’interprète de Moi… Lolita, un futur tube planétaire ! 

Publié dans Mylène 1999 - 2000 | Pas de Commentaires »

Parrainages artistiques de Mylène

Posté par francesca7 le 28 août 2011

Parrainages artistiques de Mylène dans Mylène 1999 - 2000 8Alizee-MoiLolitaEn 1994, Mylène Farmer produit et compose les musiques de l’album Shade : Underbelly de Headmess, un projet de Henry Biggs (son professeur d’anglais aux États-Unis) mêlant rythmes hip-hop et symphoniques. L’album ne verra jamais le jour, mais elle reprendra la musique d’un des titres, Madeleine, pour sa chanson Et si vieillir m’était conté sur l’album Innamoramento.

En 2000, Mylène Farmer et Laurent Boutonnat décident de produire la chanteuse Alizée, en lui écrivant son premier album Gourmandises. C’est dans ce disque que se trouve le titre Moi… Lolita, qui permet à la jeune Corse de devenir très populaire dans le monde entier. Après plusieurs succès (L’Alizé, Gourmandises, J’en ai marre, J’ai pas vingt ans, etc.), ses mentors travaillent sur la conception de son premier spectacle qui aura lieu en 2003, juste après la sortie de son second album Mes Courants Électriques… En deux albums, Alizée a vendu plus de 6 millions de disques. Elle poursuit désormais sa carrière sans ses anciens producteurs.

En 2001, elle produit le single I’m not a boy de Christia Mantzke, une chanteuse australienne découverte par Jeff Dahlgren. En 2003, elle produit un groupe électro, Good Sex Valdes, qui édite deux singles, I want your wife et You (pour lequel elle fait les chœurs).

 dans Mylène 1999 - 2000En 2008, elle signe les paroles du générique du dessin animé Drôle de Creepie, interprété par sa propre nièce, Lisa. Le titre atteindra la 6e place du Top Singles.

Publié dans Mylène 1999 - 2000 | Pas de Commentaires »

LISA

Posté par francesca7 le 28 août 2011

LISA dans Mylène 1999 - 2000 lisa-gautier-creepie.66919728.2681595952.1Lisa, de son nom complet Lisa Gautier, née en 1997, est une danseuse, actrice et chanteuse française.

Lisa est inscrite à l’école des enfants du spectacle.

Lisa a une sœur.

Lisa est la nièce de Mylène Farmer, et fille de Michel Gautier. Elle a étudié dans une école appelée «Enfants du Spectacle » ou « Children’s show » pour la pratique de la danse. Lisa a commencé à danser à l’âge de 5 ans, quinze heures par semaine, alliant le classique et le jazz, la danse sur scène à l’Opéra Garnier. Elle a joué le rôle de la jeune fille dans « Medea’s Dream » qui a été chorégraphiée par Angel Preljocaj.

Lisa s’est également aventurée dans le cinéma, en ayant un petit rôle dans le film Jacquou Le Croquant de Laurent Boutonnat, au côté de sa cousine Clémence Gautier, fille de Jean-Loup Gautier.

Lorqu’elle chante, elle prend un ton mélancolique caractéristique qu’elle partage avec sa tante, la chanteuse Mylène Farmer. Le producteur du dessin animé Drôle De Creepie, voulait quelqu’un pour interpréter la chanson du générique et aussi quelqu’un pour l’écrire. Mylène et Lisa se sont donc partagé les tâches.

Connaître sa bio ici…. 

Publié dans Mylène 1999 - 2000 | Pas de Commentaires »

Alizée

Posté par francesca7 le 28 août 2011

Rmjalizee-20110130-French Singer Alizee at Les Enfoires concert in Montpellier France- DSC3136.jpgAlizée est une chanteuse française née le 21 août 1984 à Ajaccio (Corse-du-Sud). Après sa participation à l’émission Graines de star, elle est repérée par la chanteuse Mylène Farmer, qui lui écrit deux albums (Gourmandises et Mes courants électriques) avec Laurent Boutonnat. Son premier single, Moi… Lolita, fut un des tubes de l’été 2000 en France et connut un grand succès en Europe et en Asie.

 

En 2007, elle devient sa propre productrice pour son troisième album, Psychédélices, composé en grande partie par son mari Jérémy Chatelain. L’album lui a permis d’asseoir sa renommée au Mexique, où elle a donné une série de concerts à guichets fermés en juin 2008.

Publié dans Mylène 1999 - 2000 | Pas de Commentaires »

1...2526272829...31
 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...