• Accueil
  • > Recherche : manager laurent boutonnat

Résultats de votre recherche

Dans un livre sur Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 18 février 2012

Dans le magazine GALA, on pouvait lire :

Et un pavé de plus dans la mare glacée, où Mylène Farmer engloutit tous ses secrets depuis bientôt vingt-cinq ans! Mylène, c’est un peu l’Ophélie des temps modernes… Une héroïne noyée, remontant de temps à autre à la surface, mais jusqu’ici insaisissable. Alors, que peut bien draguer Hugues Royer des troubles profondeurs du «mystère Farmer», avec son Mylène (éditions Flammarion)? Eh bien…

Dans un livre sur Mylène Farmer dans Mylène dans la PRESSE MFBercy2006_39aSurprise! S’appuyant sur divers témoignages, le journaliste de Voici Hugues Royer, également psy de formation, offre une clé qui décadenasse l’œuvre de la chanteuse, plombée par l’inceste, l’hystérie et une fascination pour le morbide. Chez les Gautier, véritable patronyme de l’icône libertine, maman a longtemps eu tort, alors que papa incarnait l’homme idéal. Comme Mylène le confirmera à une amie, la photographe Elsa Trillat, alors qu’elles contemplent des photos d’enfance, en 1987, tout commence par une «déchirure» : sa naissance à l’hôpital du Sacré-Cœur de Montréal, ville où son père, Max, a été dépêché pour participer en tant qu’ingénieur des Ponts et Chaussées à l’édification du barrage Daniel-Johnson.

La chanteuse est un bébé robuste. L’accouchement est un traumatisme pour sa mère, Marguerite. Fragilisée physiquement par des problèmes de dos, cette dernière minimise les contacts avec son enfant. Son époux doit ainsi installer une planche amovible au dessus de leur baignoire pour faciliter la toilette du bébé. Mylène ne prend conscience de son corps, en grandissant, qu’à travers le jeu et l’expérimentation. Gamine intrépide aux cheveux courts et châtains, elle ne ressemble en rien à sa sœur ainée, Brigitte, sage petite fille blonde. Au grand désespoir de Marguerite, femme discrète, sa benjamine aime tremper les doigts dans les pots de sirop d’érable, se rouler sur les pelouses et grimper aux arbres, dans leur jardin de Pierrefonds. Mais ce que maman supporte le moins, ce sont les phases de mutisme de cette enfant, sa capacité à se replier dans le silence, héritée de son père mais vécue comme une provocation.

MFBercy2006_56a dans Mylène dans la PRESSEDeuxième «déchirure», le retour des Gautier en région parisienne, à Ville-d’Avray, ne fait que creuser ce goût pour la réserve. A l’école, l’accent québécois de Mylène, alors âgée de huit ans, suscite les moqueries. Des séances chez l’orthophoniste l’aideront à corriger sa prononciation, expliquant aujourd’hui encore son phrasé précieux. Mais, humiliant, ce travail ne l’encourage guère à s’ouvrir aux autres. Au domaine de la Ronce, où les Gautier se sont installés, l’enfant prend la fuite à chaque fois que des inconnus sonnent à leur porte. Max, qui lui passe tout, est bien le seul à en sourire. Vivant avec la famille depuis la mort de son mari, Mamie Jeannette, la grand-mère paternelle, devient une confidente privilégiée. La vieille femme n’a pas seulement le chic pour agacer sa belle-fille, Marguerite. Premier prix du conservatoire de Marseille, elle initie également sa petite-fille à la musique, à la littérature, à la peinture… et aux promenades dans les cimetières.

Mylène s’épanouit enfin

A sa disparition, Mylène continuera d’apprivoiser la mort en se rendant au chevet d’autres enfants, à Garches. De même, à l’adolescence, elle préférera philosopher avec les garçons plutôt que de les suivre dans la découverte des plaisirs sexués. Un comble pour une future libertine ! La troisième «déchirure» se produit à sa majorité. Au bout de deux jours en terminale A4, Mylène annonce à Marguerite et Max, aussi catastrophés l’un que l’autre, qu’elle snobe le bac pour devenir monitrice d’équitation. Elle quittera en fait ses parents pour leurs doubles: Laurent Boutonnat et Bertrand Le Page. Le premier, qui la choisit pour chanter sa comptine sur mesure Maman A Tort, se montrera aussi doux et patient que son père, décédé avant le succès, en 1982. Le second, son premier manager, sera aussi exigeant que sa mère. Certes, il lui apprendra à incarner son corps et à en faire un objet de désir. Mais il n’aura de cesse de lui répéter: «Tu es divine, mais tu ne seras jamais belle.» Jusqu’à ce qu’elle le congédie et qu’il se suicide, en 1999.

ClipDesenchantee12Les liens se desserreront avec Boutonnat, après l’échec de leur film Giorgino… Libérée de toute relation triangulaire, Mylène s’épanouit aux côtés du producteur Benoît Di Sabatino, depuis 2001. Nul rapport de force ou de séduction ambiguë entre eux. Dans le clip de son nouveau single, Appelle Mon Numéro, que Benoît a réalisé, la belle offre même un nouveau visage, moins tourmenté, plus souriant. Le même qu’elle présente aujourd’hui à sa mère lors de leurs déjeuners dominicaux…

Commentaire de Thomas Durand -  http://www.gala.fr/

Publié dans Mylène dans la PRESSE | Pas de Commentaires »

Mylène, une vraie professionnelle

Posté par francesca7 le 8 novembre 2011

Mylène, une vraie professionnelle dans Mylène et mes BLABLAS MF90_122aEn vraie professionnelle, Mylène Farmer écrit la quasi totalité des paroles de ses chansons et compose même parfois la musique. Laurent Boutonnat, son manager, le réalisateur de nombre de ses clips, a composé la majorité des musique qui accompagne ses chansons.

La musique de Mylène Farmer sont assez souvent mélancoliques et empreintes d’une vive émotion, elle développe avec talent un imaginaire romantique et sensuel. Mystérieuse, ambiguë et provocante, Mylene Farmer développe à travers ses musiques un

univers riche et complexe. Avec l’aide de Laurent Boutonnat, la chanteuse aligne les tubes. Elle est l’une des artistes françaises les plus populaires.

Écouter la musique de Mylene Farmer :

- CD Musique Mylène Farmer
- Musique vidéos-clips Mylène Farmer
- Paroles Mylène Farmer

Plus d’informations sur la musique de Mylène Farmer :

Retrouvez toutes les informations sur la musique de Mylène Farmer sur le portail communautaire Mylène Farmer.

barre de séparation

 

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaires »

Paroles de Mylène !

Posté par francesca7 le 6 novembre 2011

Paroles de chansons écrites par Mylène Farmer !

 

Paroles de Mylène ! dans Mylène et mes BLABLASLes paroles de Mylene Farmer : découvrez plus de 84 textes de paroles de chansons de Mylène Farmer de 1984 à 2009. Retrouvez aussi les paroles et citations de Mylène Farmer sur le site Mylene-01.

En vraie professionnelle, Mylene Farmer écrit la quasi totalité des paroles de ses chansons. Laurent Boutonnat, son manager, le réalisateur de nombre de ses clips, compose la musique qui accompagne ses chansons quand elle ne décide pas de la faire elle même.

Les paroles des chansons de Mylène Farmer sont assez souvent mélancoliques et empreintes d’une vive émotion, elle développe avec talent un imaginaire romantique et sensuel. Mystérieuse, ambiguë et provocante, Mylene Farmer développe à travers ses chansons un univers riche et complexe. Avec l’aide de Laurent Boutonnat, la chanteuse aligne les tubes. Elle est l’une des artistes françaises les plus populaires.

Recherche rapide de paroles de Mylene Farmer :

- Paroles de Mylene Farmer de A à Z

chat

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaires »

TOMER G parle de Mylène

Posté par francesca7 le 7 octobre 2011

 

 

INTERVIEW DE TOMER G Remixeur de Dégénération, Sextonik et Oui mais… Non

il se confie….. 

 

TOMER G parle de Mylène  dans Mylène 2011 - 2012 Tomer+G+photo2Après « Dégénération » et « Sextonik », vous proposez un remix pour le nouveau single de Mylène ‘Oui mais… Non’. Est-ce pour vous le début d’une love-story? 

 

Je crois que nous nous sommes immédiatement bien entendus avec le remix de “Dégénération” ce qui s’est confirmé avec “Sextonik”.

Puis, lorsque “Sextonik” a fait vibrer le public lors des concerts de Mylène juste avant que le show débute et, quand j’ai reçu tant d’amour de tous ses fans et des réactions tellement incroyables, il me semblait alors naturel qu’il y aurait une suite à cette histoire si romantique, en particulier quand tu travailles avec des personnes aussi gentilles – Mylène et son entourage – je suis fier de rester à ses côtés.

Concernant « Oui mais… Non », est-ce vous qui avez proposé une nouvelle collaboration à la production ou est-ce elle qui vous a sollicité à nouveau ? 

 

En fait, c’est une histoire très drôle. Alors que j’envoyais mes félicitations à Mylène pour son nouveau single que j’aimais beaucoup et espérais remixer – au même moment mon manager recevait une demande pour que je le remixe…. donc vous pouvez vraiment dire qu’on a pensé pareil. (sourire) 

 

Est-ce plus difficile de remixer un titre produit par RedOne qu’un titre produit par Laurent Boutonnat ? Et en quoi ? 


En fait je ne pense pas que cela soit plus difficile. Habituellement, quand je remixe pour Mylène, je reçois seulement les voix et je me dirige alors dans une toute nouvelle direction. La seule chose qui est peut-être un peu différente est que le mix original avait une très bonne production “dansante” et afin de créer un club remix, je devais me diriger vers un style club différent ce qui représentait un beau défi, mais dès que j’ai reçu les fichiers avec la voix de Mylène, l’inspiration est arrivée, et là, tout a roulé.

Avez-vous été surpris par le fait que Mylène ait fait appel à un producteur de renommée mondiale pour ce single ? 

 

En fait, pas vraiment. Mylène est une artiste exceptionnelle et n’a pas de frontières. Elle sait toujours comment surprendre, comment se réinventer et comment le faire à sa manière. Qu’elle ait choisie de partir vers de nouvelles aventures telle que celle-ci c’est ce qui la rend si spéciale et unique et je l’admire pour cela. 

Le public et les médias ne cessent de comparer Mylène à Lady Gaga ? Qu’en pensez-vous ? 

 

Mmm… en fait dans l’industrie de la musique il y a toujours eu des comparaisons telles que Madonna et Lady Gaga. Je pense que ces comparaisons sont liées au fait que les deux artistes sont extrêmement talentueuses et uniques en leur genre dans une époque donnée. Lady Gaga et Mylène Farmer sont deux artistes uniques et influentes dans leur manière de penser, leurs performances vocales, leur présence sur scène, leur attitude envers la mode et leur capacité d’être des artistes multifacettes : écrire, composer, produire, chanter, danser et plus. Donc, bien que chacune soit différente et ait sa spécificité, il est simplement normal que des gens les comparent.

 

2984142519_1_3_lguBNkmt dans Mylène 2011 - 2012Combien de remixes avez-vous réalisé pour ce nouveau single ? 

J’ai produit deux remixes – un club remix et un radio edit. 

Quand avez-vous écouté le single pour la première fois et combien de temps vous a-t-on donné pour réaliser les remixes ? 

 

J’ai écouté le nouveau single sur le net. En fait, mon ami Chaim Richental d’Universal Music Israël me l’a envoyé dès qu’il a été mis en ligne. J’en suis immédiatement tombé amoureux. 

Concernant une « deadline » le staff de Mylène ne m’en a pas donnée. J’ai demandé 2-3 semaines pour le produire et ils ont accepté. J’étais en plein milieu d’une tournée quand j’ai reçu la demande, donc ils ont été très sympas avec moi concernant une « deadline » me laissant autant de temps que nécessaire afin que je (et Mylène) sois satisfait. 

 

Avez-vous dû faire des retouches ou vos remixes ont tout de suite plu à la production de Mylène?  

 

En fait, pour vous dire la vérité, aucune retouche ne fut nécessaire (sourire). Je leur ai présenté le remix brut et ils l’ont aimé. J’ai terminé le mix et l’ai envoyé. J’étais très heureux.  


Connaissiez-vous la carrière de Mylène avant de remixer ses titres en 2008 ? 

 

Oui. Je connaissais quelques titres de son répertoire, mais, pour être honnête mon manager Gabby Biton est celui qui m’a conduit à tomber amoureux d’elle. Il a toujours été un grand fan de Mylène et a suivi sa carrière depuis ses débuts et jusqu’à aujourd’hui. Donc, c’est à lui qu’en revient le mérite et je l’en remercie. 

Avez-vous pu la voir sur scène lors de sa tournée en 2009 ? L’avez-vous rencontré ? 

 

Hooo… c’est une triste histoire. Je devais venir au concert du Stade de France et j’attendais vraiment de voir enfin Mylène en live, mais, malheureusement j’étais en répétitions et je devais me produire en direct dans l’émission Miss Israël à la télévision au même moment que le concert. Donc, je l’ai uniquement regardé sur DVD – quelle performance incroyable ! En tout cas la prochaine fois, j’y serai, c’est sûr ! 

Savez-vous que l’un de vos remixes  de « Sextonik » a été programmé lors de la tournée avant que Mylène n’arrive sur scène. L’accueil a été unanime de la part de fans! 

 

OUIIII ! C’est une histoire très excitante – j’ai eu un coup de téléphone en temps réel du manager de Mylène alors qu’il était dans la salle de concerts et il m’a fait écouter la public pendant que le mix était diffusé pour la première fois avant le show. J’étais tellement excité… bien que ce fut par l’entremise du téléphone, je pouvais entendre le public crier. Il m’a dit que c’était tellement incroyable qu’il avait ressenti le besoin de m’appeler immédiatement. Puis, de nombreux fans m’ont envoyé des liens des vidéos qu’ils avaient filmé sur mon Facebook ou mon Myspace me posant des questions sur le remix. Puis, quand j’ai regardé l’intro du DVD « Stade de France » j’ai eu le souffle coupé… vraiment, j’avais des frissons. 

 

Mylène a visiblement eu un vrai coup de cœur pour ce remix puisqu’elle vous a remercié dans le livret de son DVD live… Une consécration ? 

 

Bien sûr. Je suis honoré de travailler avec une artiste aussi étonnante et d’avoir des retours émanant directement d’elle – c’est vraiment excitant. Merci Mylène. (sourire) 

Avez-vous travaillé sur d’autres remixes qui au final n’ont pas été retenus ?

Si vous me demandez concernant des remixes pour Mylène alors JAMAIS. Tous les remixes que j’ai fait sont officiellement sortis. Quand je ne ressens pas de connexions avec un artiste pour lequel je remixe, je préfère me passer de remixer pour lui. Cela doit coller entre les deux artistes afin de collaborer.

 

Ecoutez-vous d’autres remixes de Mylène avant de travailler les vôtres ? 

Mmm… pas vraiment. Puisque généralement je commence à travailler sur mon remix avant que les autres remixes soient disponibles. J’écoute seulement la version originale. Mais, dès que j’ai terminé mes remixes et envoyé les master j’essaie d’écouter tous les autres remixes juste pour apprécier la créativité des autres. J’aime ça. Je pense que c’est très intéressant que de s’exposer à l’esprit et aux idées des autres producteurs, cela te donne une grande inspiration. 

 

Quel accueil avez-vous lorsque vous jouez vos remixes de Mylène en club ? 

Je joue mes remixes de Mylène partout où je vais. Je les inclus toujours dans mes sets. Mes fans les connaissent très bien et réagissent… les remixes de Mylène correspondent au style de musique que je joue pendant mes sets – et l’association de ce style de production et de la voix extraordinaire de Mylène est une tuerie pour les clubs. 


photo_69430838_small_33Avez-vous écouté d’autres titres de l’album « Bleu Noir » ? Certains vous donnent-ils envie de proposer de nouvelles choses ? 

 

Je viens juste d’avoir l’album !!!! (l’interview a été réalisée début décembre 2010, NDLR) et je suis sur le point de l’écouter. Je suis certain qu’il y aura plusieurs titres que j’aurai envie de remixer… après tout, c’est comme vous le dites, une véritable histoire d’amour. (sourire).

J’ai encore une chose à vous dire avant de terminer ….

je veux remercier tous les fans de Mylène – merci pour votre fidèle soutien, vos témoignages et votre amour, j’apprécie vraiment tout cela.

 

barre de séparation

 

Publié dans Mylène 2011 - 2012 | Pas de Commentaires »

THIERRY SUC

Posté par francesca7 le 18 septembre 2011

Thierry Suc, Mylène Farmer et Laurent Boutonnat
Conférence de presse Décembre 2004
Photo: Claude Gassian 

 

THIERRY SUC 2004cp1

Thierry Suc a le même âge que Mylène et Laurent Boutonnat.

 

C’est déjà un homme d’affaires très performant, propriétaire de plusieurs sociétés dans l’immobilier et dans le spectacle. Il a justement débuté sa carrière dans la production du concert en prenant en charge les premières tournées de Jean-Jacques Goldman et de Jean-Luc Lahaye. Toutefois, il n’est pas le seul à contribuer financièrement aux concerts de Mylène car des sociétés comme Toutankhammon, Polygram et Tuxedo Tour se greffent sur l’aventure.

 

 

Interview de Thierry Suc, producteur de Mylène Farmer 

En  mai 2008    

Dans le métier depuis 26 ans, Thierry Suc, 46 ans, a produit les concerts de Jean-Jacques Goldman et la dernière tournée de Claude Nougaro. Il a aussi, dans son écurie, Calogero, Raphaël, Yannick Noah, Zazie, Juliette Greco, Henri Salvador jusqu’à il y a quelques semaines. Depuis 20 ans, il est aussi le producteur des concerts de Mylène Farmer. Un an avant la tournée, premières confidences… 

« Qu’est-ce qui pousse Mylène Farmer, si discrète en privé, à vouloir toujours jouer sur scène dans le grandiose ? » 


Thierry Suc : Mylène aime le show et est heureuse dans la démesure, dans les grands espaces. Je l’ai toujours connue comme ça depuis le jour de son premier spectacle, il y a 20 ans au Palais des sports de Paris. Un besoin d’avoir du monde devant elle, comme autour d’elle d’ailleurs sur scène. 

« Ce nouveau spectacle, il était dans l’air depuis longtemps ? » 


autrenrj-1Lors de sa dernière conférence de presse, fin 2004, pour annoncer les 13 concerts qu’elle allait donner à Bercy en 2006, Mylène avait promis de revenir en province. Et elle a choisi de le faire en 2009 dans les dix plus grandes salles dont le Zénith toulousain, avant de finir dans les stades : Genève, les 4 et 5 septembre, le Stade de France à Paris les 11 et 12, et enfin Bruxelles, le 19. 

« Comment l’avez-vous imaginé ? » 


Les premières réunions de préparation commencent à peine, mais rien n’est imaginé encore. 

« On a pourtant déjà parlé de « scène de verre »… » 


(Rires) Non, vraiment, cela relève du pur imaginaire de certaines personnes. Je peux vous assurer que rien n’est encore décidé. Et même pas un plan de décor ! A ce jour, nous ne connaissons de ce spectacle que les besoins techniques. 

« Par exemple ? » 


Ce sera de l’ordre de onze ou douze semi-remorques, comme pour la dernière tournée. 

« Les musiciens ? » 


Nous ne savons pas… Mais toute l’équipe sera nouvelle. 

« Autour d’Yvan Cassar ? » 


Ce n’est pas certain. Parce que Johnny Hallyday sera lui aussi sur les routes en même temps… 

« Quel est votre budget ? » 


Avec plus de cent personnes tous les soirs, ce sont évidemment des spectacles chers. Au point que techniquement comme financièrement la capacité des salles doit être au minimum de 9 000 places. 

« Il y aura donc les stades et les Zénith. Le spectacle présenté au Zénith sera un spectacle « au rabais » ? » 


suc_0Je suis provincial, je viens de Lyon, et je n’ai jamais fait de spectacle plus petit en province qu’à Paris ! Bien sûr il faudra 30 ou 40 camions pour les stades, mais le spectacle, au iota près et à une personne près sera à l’identique. 

« Et ce nouvel album prévu pour l’automne ? » 


Laurent Boutonnat et Mylène sont en train de travailler. Pour l’instant, la seule chose certaine, c’est que son premier single, « Dégénération », sera en radio le 19 juin. 

« Mylène devrait aussi jouer dans « L’ombre des autres », un film produit par Claude Berri… » 


Oui, mais forcément après la tournée!… 

Propos recueillis par La Dépêche

Thierry Suc nous livre de nouvelles infos sur le spectacle et dément certaines rumeurs… Il annonce également la sortie évènementielle du DVD live pour mars 2010, il sortirait également sous forme de film au cinéma !!! Une première !

A ceux qui voudraient garder la surprise j’ai noirci volontairement les phrases qui divulguent les parties du concert, c’est à surligner avec votre souris pour les autres!   

 

barre


Quelles sont les nouveautés par-rapport à la tournée indoor ?

atris774GHLe spectacle a été redimensionné. Tout a été rehaussé, agrandi. 4 chansons ont été ajoutées : L’Instant X, California, Fuck them all et Le Vent emporte tout que Mylène Farmer n’avait pas chanté depuis 1996. Deux choristes et deux danseuses ont rejoint l’équipe. C’est la plus grande scène couverte d’Europe conçue pour faire face à des problèmes éventuels de météo.

Que fait Mylène Farmer juste avant un concert ?

Après le temps de maquillage et de coiffure, elle se retire une heure seule dans sa loge. Généralement, elle a très très peur avant d’entrer sur scène. Là encore davantage.

La rumeur a évoqué cet été des menaces d’annulation du spectacle du Stade de France pour cause de grippe A ? Quid des assurances ?

Le show est assuré car le contrat a été souscrit en 2008, avant l’épidémie, il ne comporte pas de clause d’exclusion.

On parle d’un Stade de France en 2011 ?

C’est faux. Et la rumeur ne vient pas de nous.

Quand sortira le live qui sera enregistré les 11 et 12 septembre ?

En mars prochain, sous la forme d’un DVD ou peut-être d’un film pour le cinéma, rien n’est encore décidé. Mais ce ne sera pas en 3D comme j’ai pu le lire.

Quels sont vos passages préférés du concert ?

J’adore le tableau des chansons lentes. Un grand moment d’émotion. 

 

Thierry Suc, se confie sur EUROPE – Mylène Farmer 

VIDEO  Image de prévisualisation YouTube 

En janvier 2006, Mylène s’apprête à monter 13 fois sur la scène de Bercy. Puisque la chanteuse refuse de faire sa promotion, c’est son manager qui s’en charge ! Retranscription de l’entretien accordé par Thierry Suc à l’antenne de RTL. 


Mylène Farmer est de retour sur scène, six ans après ! Elle entame demain soir à Bercy une série de treize concerts qui affichent complet depuis longtemps. Thierry Suc, bonsoir. 


Bonsoir. 


Vous êtes le manager de Mylène Farmer, vous travaillez avec elle depuis dix-sept ans maintenant. Treize dates, vendredi treize, treize mille places à Bercy… Elle est joueuse, superstitieuse ? 


3010860767_1_3_hH9NG9E7Pas du tout ! Très sincèrement, c’est un joli hasard. Lorsque nous avons décidé d’organiser ce spectacle uniquement à Bercy, il s’avère que la période qui était disponible faisait que, vu le nombre de répétitions qu’il nous fallait, je me suis rendu compte que démarrer un vendredi était bien,
avant le week-end, pour que les gens de province puissent venir, il s’est avéré que c’était un vendredi treize. Alors j’ai commencé à calculer, en sachant que Mylène chantait X nombre de soirs par semaine et qu’elle avait besoin de jours de repos, pour l’équipe, etc. Et le hasard a fait qu’on est tombés sur un joli vendredi treize avec treize dates possibles, et lorsque nous avons eu l’idée de faire plusieurs scènes, puisque Mylène va se produire pour la première fois, bien sûr sur une scène comme d’habitude au fond de salle à Bercy, mais également avec plusieurs scènes centrales, c’est-à-dire qu’elle sera au cœur du public par moments dans le show. Et lorsque nous avons eu cette idée, forcément, la sécurité a fait qu’on a perdu environ 3 500 places par rapport à la jauge totale de Bercy, et donc au lieu de 17 000 places habituelles, qui est la capacité totale de la salle de Bercy normalement, nous sommes à 13 500 places, quelque chose comme ça. Donc le vendredi treize, treize concerts, treize mille et quelques places… Je dirais que c’est un joli clin d’œil de la vie. 


Treize concerts, elle aurait pu en remplir beaucoup plus ? 


Beaucoup plus. Je pense que, malheureusement, on aurait pu en faire probablement entre vingt et vingt-cinq… Mylène, le show qu’elle va présenter fait qu’on avait besoin de beaucoup, beaucoup de répétitions, que c’est pas quelque chose qu’on peut répéter ailleurs puisqu’il est intransportable ce spectacle, donc il fallait qu’on soit sur place, et de fait on ne pouvait pas aller plus loin. 


Son dernier disque s’est un peu moins bien vendu que les précédents… 


Oui, alors ça… Pardon, je vous interromps mais… Ca, c’est un raccourci, en ce moment, que tout le monde se plaît à prendre, mais aujourd’hui, nous sommes très contents des chiffres de vente, nous venons de sortir le troisième single qui est rentré numéro sept au Top cette semaine, donc rentrer septième en troisième single c’est très bien. Nous sommes à plus de 500 000 albums, le marché du disque a perdu 40 % de ses ventes, donc si on reprend un petit peu toutes 


les sorties singles… 

 

Mais Johnny vient d’en vendre 800 000 par exemple… Mais de toute façon c’est pas grave de vendre moins, ça arrive, il y a des albums qui se vendent moins bien que d’autres… 


Ah non, non, mais tout va bien ! Tout va bien ! Pour nous tout va bien !
Non, non… 


2356681279_small_1Oui apparemment… 


Et je suis pas sûr que celui-ci se vendra moins bien que les autres parce qu’il est loin d’être terminé, il y a quatorze titres dedans, nous avons encore plusieurs singles, et tout va bien. Et je rappelle aussi que Mylène a fait le choix, lors de la sortie de cet album, de ne faire aucune promotion. 


Le mystère, toujours ? 


Le mystère sur le spectacle ? 


Sur le spectacle, sur elle… 


Sur elle, je crois qu’il y a eu cette émission que beaucoup de gens ont vue récemment… Elle l’a exprimé elle-même, donc je ne vais pas paraphraser ses propos… C’est pas un mystère, c’est pas un calcul, c’est, en tout cas, ce qu’elle ressent elle-même, c’est-à-dire de pas avoir envie de parler d’elle plus qu’elle ne le fait, premièrement, et deuxièmement sur le spectacle, c’est tout simplement par respect pour le public. C’est-à-dire je pense que ceux qui vont être là ce vendredi treize… C’est agréable d’arriver avec des yeux d’enfants, d’ouvrir les yeux et de voir quelque chose qu’on n’a pas déjà lu partout. « Alors elle va rentrer comme-ci, elle va faire comme ça, etc. » Donc il y a eu quelques petites fuites, mais c’est formidable quand on peut garder, non pas le secret pour le secret,mais le secret pour le plaisir. 


Ses fans, justement, ils lui donnent beaucoup, ils attendent beaucoup d’elle. Est-ce que, en retour, elle ne donne pas trop peu ? 


Ca, faut le demander aux fans, mais moi je pense qu’un artiste est là pour donner de l’émotion et du plaisir, et lorsque je les vois tous les soirs face à elle – dans les précédents spectacles en tout cas, puisque celui-ci va démarrer – j’ai pas l’impression qu’elle leur donne trop peu, j’ai l’impression qu’il y a beaucoup de bonheur dans les yeux des gens qui sont là, et que justement, pour
avoir cette qualité d’émotion, il faut que ce soit rare. 


Ca donne lieu à des comportements… Bon, qui ne sont pas majoritaires, mais à des comportements un peu excessifs, de fans qui attendent en bas de chez elle, quasiment ad vitam aeternam, qui sont en état de transe… C’est pas justement parce qu’on ne leur donne pas assez en temps normal, hors concerts ? 


Non, moi, je ne pense pas ça. Je pense que ça concerne beaucoup d’artistes, Mylène l’a dit elle-même dans l’interview qu’elle a faite, elle est pas la seule à avoir cela. C’est vrai que pour elle il y a un attachement très particulier, et peut-être par le fait aussi qu’on la voit peu puisque, comme vous le mentionnez on travaille ensemble depuis dix-sept ans, et c’est le quatrième spectacle que nous produisons, donc, en tout et pour tout en vingt ans de carrière, Mylène ne s’est produite « que » quatre fois sur scène. Les gens l’ont très peu vue en fait… 


Vous la connaissez donc parfaitement. Qu’est-ce qui fait, au bout de dix-sept ans, qu’est-ce que vous pouvez dire de sa force, de ce qui fait sa réussite ? 


Son intelligence, et sa qualité d’écoute, sa qualité d’émotion, sa qualité… Il y en a beaucoup, c’est un être très précieux et très rare. Je ne dis pas ça parce que je travaille avec elle, mais c’est une amie personnelle et très proche pour moi.

Elle disait dans « Sept à Huit » la semaine dernière sur TF1 qu’elle
« a toujours autant de colère en elle », ça veut dire quoi, ça ? 


Ca… Ca lui appartient. 


Elle a parfois de la colère contre son manager ? 


Non. Nous ne sommes pas dans ce genre de relation. 


Parce qu’elle dit de la colère, elle dit beaucoup de peur aussi, ça donne l’image de quelqu’un de fragile… 


Bien sûr. Mais je pense que d’abord tout artiste a une fragilité, ça c’est certain, et puis… Mylène est un être sensible, fragile, et fort à la fois, c’est son paradoxe.
Ce qu’on a pu voir encore une fois dans cet interview, et qu’elle a laissé transparaître d’elle-même. 


Elle a une place à part dans le showbiz, est-ce qu’elle a des amis, déjà, dans le showbiz ? 


Mylène, non, c’est quelqu’un qui ne sort pas, qui ne connaît pas en fait, les gens… Non pas par mépris ou par distance, mais c’est quelqu’un qui se protège beaucoup, et je dirais que, dans les moments où elle ne travaille pas, elle est plutôt à l’étranger, donc lorsqu’on se retrouve aux 


États-Unis, là elle connaît pas mal de gens, là elle rencontre des écrivains, des cinéastes, des acteurs, des actrices, des artistes chanteurs. Donc c’est plutôt à l’étranger, je dirai, que sa vie d’ouverture se passe. 


Elle a dit sur TF1 encore, dimanche dernier, que c’était sa dernière interview. Vous pensez que c’est vrai ? 


Je pense que c’est vrai, oui. 


Elle l’avait déjà dit il y a dix ans, chez Paul Amar… 


Oui, alors voilà, on peut se dire que… Voilà, tous les dix ans, peut-être que dans dix ans il y en aura une autre, j’en sais rien… Mais en tout cas… Il est évident qu’il y en aura pas un mois prochain, ça c’est certain, ou dans un an. 

RTL – 2006 

Publié dans | Pas de Commentaires »

Dégénération

Posté par francesca7 le 16 septembre 2011

Dégénération, l’annonce du retour 2008 de Mylène Farmer.

Dégénération dans Mylène 2007 - 2008 1375910-mylene-farmer-degeneration-diapo-1l’affiche est dévoilée : une Mylène Farmer allongée sur le béton, comme défenestrée, inerte, shootée par Claude Gassian. Un mini buzz s’empare du net, et les médias couvrent l’évènement.
Mais les fans ne savent pas si il y aura une tournée… Et certains se demandent si ce ne sera pas une tournée des stades.

Un mois plus tard les billets étaient mis en vente et la folie des places s’est emparée. Le stade de France s’est vendu en moins de 2 heures, un record jamais vu. Les serveurs des sites internet complètement saturés et les points de vente aussi. Une deuxième date est mise en vente, le 11 septembre 2009, vendue en moins de 2 heures également. Mylène ne fera donc pas de promo en télé. La colère des fans grondent alors qui lancent une pétition contre la revente des places à des prix multipliés parfois par 10 !

C’est le 21 mai qu’est enfin dévoilé le titre du nouveau single de Mylène Farmer « Dégénération », dans une interview donnée par Thierry Suc (manager de la chanteuse) dans le quotidien Ouest-France. On apprend alors que le titre sera diffusé en exclusivité le 19 juin 2008.

Quelques jours plus tard, 30 secondes d’extrait du titre filtrent sur internet. « Sexy coma, sexy trauma ». Une musique changeante, presque électro. Les fans sont ravis. Par la même occasion, une pochette est dévoilée. Beaucoup pensent d’abord à un fake. Mylène, de dos, nue dont la pose rappelle une photographie de l’artiste Man Ray : « Le violon d’Ingres », datant de 1924. Le 14 juin, jour de l’anniversaire de Laurent Boutonnat et 5 jours avant sa diffusion radio, le titre est mis, par erreur, en téléchargement légal sur internet, rendant soit disant « très furieux » Thierry Suc, le manager de la chanteuse. Le nouveau Mylène Farmer c’est donc une déferlante électro à souhait, entrainante avec des paroles susurrées, assez légères ! Certains fans sont dubitatifs par rapport à la légèreté et à la quasi absence de paroles et pensent que cela pourrait être un remix. D’ailleurs, venant de Farmer, cela ne peut qu’être un remix… D’autant qu’il est annoncé que certaines radios diffuseront une version remixée, probablement par Martin Solveig.

Le 19 juin, jour de diffusion du titre sur NRJ, c’est bien la version que l’on connaissait qui est diffusée. Dégénération sera donc un titre (quasi) sans paroles ! La cassure chez les fans est bien nette. Beaucoup n’aiment pas ce nouveau son. Cela ne ressemble pas à du Farmer. Mylène Farmer, ce sont les mots et la poésie. Ce ne sont pas 3 vulgaires syllabes qui riment qui sont enchaînées… Quelque jour plus tard, un CD promotionnel de remixes (fond noir) est édité contenant 2 remixes, un par Tomer G et l’autre par Martin Solveig.

Le clip, réalisé par le publicitaire Bruno Aveillan est diffusé le 10 juillet 2008. Il a été tourné à Pragues et s’inscrit dans la grande tradition farmérienne, renouant avec le genre cinématographique de ses débuts. Mylène Farmer y joue le rôle d’un personnage aux pouvoirs exceptionnels, qui de par ses mains, laisse s’échapper un pouvoir qui fait qu’hommes et femmes s’embrassent, s’enlacent fougueusement et bien plus encore… un clip très esthétique où toutefois, les plans cadrés sur la chanteuse sont rares. Dégénération, une absence de mots et de Mylène Farmer ?

mylene-farmer-le-clip-choc-de-degeneration_6487_w250 dans Mylène 2007 - 2008Il faudra attendre le 12 aout pour que l’album de Mylène Farmer, Point de suture, soit leaké sur le net et ce grâce (à cause) à un site russe qui a mis en vente légale l’album avant sa sortie. A sa sortie, les fans restent assez divisés : certains apprécient le renouveau, le rythme soutenu aux tonalités électro, d’autres aiment moins la légèreté des paroles et la longueur des 11 titres de cet album. Quoi qu’il en soit l’album fait parler de lui et se vendra la première semaine à près de 110 000 exemplaires, un vrai record !

Le 20 août, le magazine TETU consacre sa une à Mylène Farmer (une femme en Une c’est du quasi jamais vu pour ce magazine dédié à la communauté homosexuelle). Une longue interview par Benoît Cachin illustrée par des photos inédites du photographe Robin où Mylène pose en garçon manqué. Mylène parle de son album, de son rapport avec les homosexuels, de sa tournée. « Dans le livret de l’album « Point de suture », il y a une réplique d’Al Pacino qui incarne Carlito dans le film « L’impasse ». Avant de mourir, en voix off, il dit : « Tous les points de suture du monde ne pourront me recoudre. ». C’est aussi ce que je ressens. J’ai pour ma part j’ai choisi l’ambigüité. « Point de suture », ici au singulier, évoque aussi bien qu’il n’y a aucune possibilité de suturer les plaies que l’espoir de guérison ».

Dix jours plus tard, Mylène Farmer est l’invitée en direct du JT de 20H de TF1. Finalement ce sera pour le JT de Claire Chazal et non de Laurence Ferrari (celle-ci aurait refusée le direct et préféré le duplex). La chanteuse est très souriante, gênée et évoque Dégénération : « J’ai le sentiment que la nouvelle génération d’aujourd’hui est dans un monde d’une ultra violence et que c’est un monde qui est très très difficile. 


Un objet promotionnel inédit fait son apparition quelques jours plus tard : un préservatif Mylène Farmer ! De taille normale et logoté par l’association AIDES, celui est enfermé dans un emballage en carton, noir, estampillé en rouge « J’sais pas moi mais faut qu’ça bouge » au recto et « MF Dégénération » au verso. Ces préservatifs étaient soit disant sensés être distribués lors de certaines dates de la tournée 2009.

Publié dans Mylène 2007 - 2008 | Pas de Commentaires »

Mylène sort de l’Ombre

Posté par francesca7 le 11 septembre 2011

Comme suite à la conférence de presse donnée le 16 décembre 2004, au Salon France Amérique, avenue Fraklin-Roosevelt, dans le VIIIè arrondissement de Paris, à deux pas des Champs-Elysées, avec la participation de Thierry Suc, de Laurent Boutonnat et.. de Mylène, bien évidemment ; Mylène sort de l’ombre…. 

Mylène sort de l’Ombre dans Mylène 2005 - 2006 conference01

 

On compte une cinquantaine de journalistes dans la salle baignée d’une lumière rouge et décorée, pour l’occasion, d’une multitude de bouges. La conférence de presse dure une demi-heure. Et pas une seconde de plus. C’est Thierry Suc qui prend le premier la parole. Il fait un rapide bilan du Mylenium Tour avant d’annoncer officiellement le retour sur scène de Mylène, fixé le 13 Janvier 2006, et ce pour treize concerts à Bercy ! Et si le chiffre 13 revient souvent, ce n’est pas que le fruit d’un joli hasard. Thierry Suc s’explique :

-          Lorsque nous avons appelé Bercy pour réserver la salle en janvier, elle n’était disponible qu’à partir du 13, et pour seulement 13 dates….

Le manager précise ensuite que, malheureusement, l’infrastructure de ce show étant trop lourde, le spectacle ne peut pas être exporté dans les salles de province. Quant aux tarifs, ils varient de 54 € pour la fosse à 132 € pour la première catégorie en gradins ! Après les dix premières minutes de présentation par Thierry Suc, Laurent Boutonnat et Mylène font leur entrée. Laurent Boutonnat est fidèle à lui-même décoiffé, détendu et grisonnant genre artiste bohème, et Mylène le suit de près. Le visage légèrement fatigué, la star est coiffée de son éternel chignon, vêtue d’une verte écrue (brodée de fleurs bleues) sur un bustier blanc, d’une mini jupe blanche et portant de longues cuissardes noires.

Visiblement stressée, la chanteuse répond néanmoins naturellement aux questions de journalistes qui s’en donnent à cœur joie ! L’occasion est si rare qu’ils ne vont pas bouder ce plaisir inédit. Bien évidemment, la première question fuse : Pourquoi cette conférence ?

Vidéo 

Image de prévisualisation YouTube 

pour ce qui est du prochain album, il devrait être prêt très bientôt, d’ici le mois de mars 2005. La chanteuse insiste sur l’importance des guitares tandis que Laurent Boutonnat met l’accent sur le changement de la production avec beaucoup d’électro et d’acoustique.

jacquou_le_croquant_1280x960 dans Mylène 2005 - 2006Laurent Boutonnat, quant à lui, confirme que le tournage de Jacquou le croquant – après plusieurs mois de retard – commencera mi-mars. Pour la première fois, il accepte aussi de revenir sur le douloureux échec de Giorgino  avec une promesse, dite à mi-mots, qu’une sortie en DVD ne serait pas exclue. Un jour, peut-être.

Publié dans Mylène 2005 - 2006 | Pas de Commentaires »

Mylène et Gilles Laurent

Posté par francesca7 le 10 septembre 2011

Interview exclusive de GILLES LAURENT co-concepteur 

 

« l’idée de base était l’inexorable écoulement du temps » 

 

 

 

Source IAO7 avril 2006 – spécial Live 

 

 

QUESTIONS/REPONSES 

 

Mylène et Gilles Laurent dans CONCERTS DE MYLENE barreClients

 

 

Sur le Tour 89, vous êtes crédité comme « co-concepteur du spectacle », avec Mylène et Laurent Boutonnat. Qu’avez-vous fait exactement ? 

 

Il existait un vrai univers porté par Mylène Farmer – j’ignore si c’est encore le cas, aujourd’hui. Mon travail était d’y apporter de la matière grise. Il y avait chez Mylène et Laurent une forte volonté de mettre du sens dans ce spectacle. De la même façon que Laurent a toujours eu ce souci de ne pas juste faire de l’illustration avec des clips, mais e raconter une histoire. 

 

MFConcert89_06a dans Mylène TOUR 1989Pourquoi avaient-ils besoin de vous pour cela ? 

 

Il s’agissait d’une certaine continuité, je crois. J’avais travaillé avec Laurent sur le scénario des clips « Pourvu qu’elles soient douces » et « Sans logique ». Très naturellement, lorsque le projet du spectacle du Palais des Sports est arrivé, Laurent m’a demandé de le concevoir avec lui et Mylène. Il s’agissait de savoir ce qu’on pouvait imaginer pour amener le personnage de Mylène sur scène. 

 

Vous avez accepté tout de suite ? 

 

Non car autant j’étais proche de Laurent et de Mylène, autant je trouvais Bertrand Le Page, le manager de Mylène, assez effrayant. D’habitude, je me cantonnais dans la partie « images » de Mylène (clips, cinéma), mais là, on me demandait de mettre les pieds dans le domaine de Bertrand. Il ne faut pas oublier son importance dans la carrière de Mylène. C’est notamment lui, le rouquin qui a eu l’idée de singulariser Mylène par ses cheveux…  « rouges » disait-il. Une part de lui existait indéniablement à travers elle. Donc je voulais bien accepter ce travail, mais il me fallait l’acceptation de Bertrand….. 

 

Une fois que vous avez eu son aval, vous vous êtes donc mis au travail avec Mylène et Laurent pour le Tour 89. Comment cela c’est organisé ? 

 

J’ai fait des propositions, nous nous sommes réunis, et nous avons débattu ensemble de toutes les questions : Quelles chansons ? Quel ordre ? Quel décor ? Quelles affiches pour être symboliquement en accord avec le « monde de Mylène » ? 

 

Quels ont été les éléments principaux qui se sont dégagés de vos réunions de travail ? 

 

L’idée de base était l’inexorable écoulement du temps. On a donc choisi un ordonnancement reprenant la ronde des saisons, organisée autour de « L’horloge » de Beaudelaire. L’affiche illustre un monde fermé, rendu mystérieux par la brume, auquel le commun des mortels n’a pas forcément accès, et dont Mylène est le gardien. Elle invite le public à y entrer à la manière d’un Hitchcock nous disant : « c’est ici que tout a commencé, entrez, je vais vous expliquer comment c’est arrivé … » 

 

18858394C’était donc en référence à Hitchcock ? 

 

Entre autres. On avait, avec Laurent, une fascination commune pour une certaine littérature, qu’on pourrait illustrer par « Le tour d’écrou ». Un roman angoissant et tragique à la fin obscure, que beaucoup de cinéastes ont vainement essayé de restituer. Il s’agit de l’histoire d’une hantise qui touche un enfant. Le visuel du spectacle de Mylène a très naturellement été imprégné par cette littérature du XIXème, morbide, effrayante et romantique. Mais je ne sais pas trop ce qui en est resté dans le spectacle, au final. 

 

Comment cela ? 

 

Je n’ai jamais vu ce spectacle, ni en vrai, ni en vidéo. 

 

Pour quelle raison ? 

 

Disons que, à la suite de situations rocambolesques, je n’ai pas assisté au spectacle. Je n’en dirai pas plus car ça n’a pas grand intérêt. 

 

Parlez-nous du décor. Pourquoi un cimetière ? 

 

Ce n’était pas vraiment un cimetière. On est parti de photos de Stonehenge que j’avais trouvées – des pierres en ruine mystérieusement agencées, véritable observatoire des planètes, qui raconte les hommes face au temps. On y trouvait une liaison symbolique évidente avec l’idée maîtresse des saisons et du temps qui passe. Que cela ait revêtu des habits de cimetière au final, c’est une dérive, sans doute, mais qui raconte aussi « le temps assassin » dont parle « L’horloge ». La mort  a toujours été une attirance très profonde, tant chez Mylène et Laurent que chez moi. A l’époque où Laurent ne connaissait pas encore Mylène, j’avais fait un court métrage, « La lettre à Dieu », et je lui avais demandé de bien vouloir filmer en tant que cadreur (car Laurent cadre fort bien !) La fin se déroulait dans un cimetière. Cela fait partie de ces choses qui nous ont réunies. Il y avait un aspect de la foi chez Laurent qui m’intéressait énormément. On en a beaucoup parlé. Il avait un rapport à la mort aussi qui me touchait ; quand nous nous sommes connus, il répétait tout le temps qu’il pourrait à 20 ans ! 

 

Vous parlez beaucoup de Laurent et assez peu de Mylène ? 

 

Oui, car j’étais plus proche de lui au quotidien. Mylène échangeait beaucoup plus avec Bertrand. Mais nous avons tout de même travaillé à trois. Mylène est quelqu’un d’intelligent, de particulier. Elle est écorchée, elle a une craie sensibilité, une réelle écoute, et un instinct tout à fait remarquable. 

 

A la fin du film « en concert », le décor du spectacle est brûlé dans un champ. Etes vous à l’origine de cette idée ? 

 

Non pas du tout. J’avoue d’ailleurs que je ne le savais pas puisque je n’ai pas vu le film. C’est quelque chose qui ne me parle pas. Les ruines de Stonehenge m’impressionnent par leur éternité figée au-delà de nos existences humaines. Les brûler, je ne comprends pas très bien… 

 

 

Une purification peut-être ? 

 

Dans ce cas, j’airais personnellement choisi d’y faire tomber la neige. Mais il s’agit ici de mon fantasme. J’ignore les motivations de Laurent et Mylène dans ce décor brûlé, puisque comme e vous le disais tout à l’heure, je n’ai pas vu le spectacle, et j’ai même perdu de vue Mylène et Laurent pendant près de deux ans après son élaboration. 

 

Vous en êtes néanmoins le co-scénariste, avec Laurent. Comment est né ce projet ? 

 

giorgino5C’est parti d’une musique au piano… qui fait d’ailleurs partie des thèmes musicaux du film final. Laurent avait le fantasme d’une histoire se construisant autour de ces notes. 

 

 

Vous n’avez participé ni au tournage, ni au montage du lm. Donc vous l’avez découvert une fois fini. Y avez-vous retrouvé ce que vous aviez écrit avec Laurent ? 

 

Oui, bien sûr. J’y ai aussi vu la perte de certaines choses, comme les traits d’humour présents dans le projet original. Par exemple, quand Giorgino rentre des marais après avoir regardé l’endroit où les enfants se sont noyés, ses chaussures mouillées étaient censées faire un « pschout pschout » ridicule qui faisait se retourner tous les gens de l’auberge ; un brin de légèreté qui rendait la douleur un peu plus supportable, mais qui a disparu. 

 

Pourquoi Laurent a-t-il enlevé ce type de détails ? En avez-vous parlé avec lui ? 

 

Non. Si on ne vous appelle pas au montage, quand le film est fini, il est fini. On retrouve rarement à l’écran le film qu’on a écrit. Hélas ! C’est une souffrance que connaissent régulièrement les scénaristes (et dont la majorité des critiques n’ont aucune idée ! » 

 

Avez-vous été satisfait du casting ? 

 

J’imaginais le personnage de Giorgio plus solide, plus fort, un héros américain. Jeff est trop frêle, trop enfantin. L’enfant dans l’histoire, c’était censé être Catherine (Mylène). 

 

Avez-vous été sensible aux critiques lors de la sortie de « Giorgino ? » 

 

Bien sur ! j’ai essentiellement été frappé par les attaques personnelles visant Laurent. Je lui ai d’ailleurs envoyé une lettre à l’époque pour lui dire à quel point je trouvais certaines attaques indignes. On a le droit de s’attaquer au metteur en scène, mais à l’homme. C’était immonde. Et c’était sans aucun doute lié au succès et au personnage de Mylène Farmer 

 

Vous auriez aimé participer au nouveau long métrage de Laurent ? 

 

Non, je crois que la mise en commun de nos imaginaires fait partie du passé ! Laurent m’a rappelé un jour pour que nous discutions du projet de film. J’étais heureux e le revoir, mais les choses en sont restées là. 

 

Donc les ponts ne sont pas coupés ? 

 

Non. Mais je n’ai pas de nouvelles récentes.

barre de séparation

Publié dans CONCERTS DE MYLENE, Mylène TOUR 1989 | Pas de Commentaires »

Mylène et Bruno Fontaine

Posté par francesca7 le 10 septembre 2011

Interview exclusive de BRUNO FONTAINE – Claviers, direction musicale. 

 

« certains soirs, il y avait un quart d’heure de rappel » 

 

 

QUESTIONS / REPONSES 

 

Source IAO7 avril 2006 – spécial Live 

 

Mylène et Bruno Fontaine dans CONCERTS DE MYLENE barreClients

 

 

Comment êtes-vous arrivé sur le Tour 89 de Mylène Farmer ? 

 

Par l’intermédiaire de Thierry Suc qui s’occupait de cette tournée et avec qui je venais de travailler pour Alain Chamfort.il m’a contacté et m’a demandé de travailler sur la première tournée de Mylène. 

 

Avez-vous dit oui aussitôt ou avez-vous demandé à y réfléchir ? 

 

J’ai évidemment pris le temps de la réflexion car une tournée, c’est un vrai investissement au niveau du temps. Ce qui m’a convaincu, c’est la rencontre avec Laurent Boutonnat et Mylène. Ils m’ont expliqué ce qu’ils voulaient faire ; j’ai rapidement été séduit. 

 

danseurs89 dans Mylène TOUR 1989Et la rencontre avec Mylène ? 

 

C’était peu de temps après ma rencontre avec Laurent, à l’ancien studio Mega, Porte de la Muette, tandis que l’on commençait une longue préparation pour cette tournée. Je crois me souvenir que c’était bien six mois en amont. Il s’agissait notamment de préparer des bandes additionnelles et de travailler sur les arrangements. 

 

Vous avez eu un bon feeling avec elle ? 

 

Très bon oui. On a rapidement eu une relation amicale basée, comme pour Laurent, sur pas mal d’intérêts communs, que ce soit en musique ou en littérature. On avait notamment une passion commune pour Cioran (auteur d’essais sur le néant tels que « La tentation d’exister et « de l’inconvénient d’être né », NDLR). Dans un autre domaine, on appréciait tous les deux beaucoup les sushi. Pendant la tournée, et encore quelques temps après, une vraie relation amicale s’est nouée ; on se voyait pas mal. 

 

Mylène donne l’image d’un être torturé, c’était encore plus vrai à l’époque ; avait-elle néanmoins des fous rires parfois sur la tournée ? 

 

Elle est beaucoup plus rigolote qu’on ne l’imagine. On s’est beaucoup  amusé. Laurent aussi. Il a un humour incroyable. 

 

Correspondait-elle à l’image vous pouviez en avoir avant de la rencontrer ? 

 

Disons que je la voyais en icône assez lointaine et cet a priori s’est rapidement dissipé. C’est une fille assez simple finalement. A l’époque du moins car je ne la fréquente plus d’aussi près depuis un moment. 

 

Elle est très en marge dans le paysage musical français. Qu’en pensez-vous ? 

 

Je pense que c’est très sain qu’elle se maintienne ainsi à part des gens du métier. J’ai toujours trouvé qu’elle et  Laurent avaient une manière très intelligente d’appréhender les choses. La façon dont ils ont fabriqué l’image de Mylène est fascinante ; je précise que je ne mets aucune connotation péjorative dans le terme « fabriqué ». 

 

Comment fonctionnait le duo Boutonnat/Farmer sur le Tour 89 ? 

 

Sans entrer dans les détails de leur vie privée, il me semble que c’était très fusionnel entre eux. Ils étaient assez touchants. Mais leur relation pouvait être très électrique parfois ; ça l’est sûrement encore aujourd’hui. 

 

Vous voulez dire qu’il y avait des accrochages fréquents ? 

 

Des conflits artistiques, oui. Ça se chicanait pas mal en studio, lors des préparations de la tournée ou pour la post production. Mais c’était pour la bonne cause. Mais, encore une fois, je les trouvais très touchants. Lors des premiers concerts, ils contemplaient leur œuvre. C’était d’autant plus émouvant que je savais combien ils s’étaient investis là-dedans, à tous points de vue. Je garde un souvenir précis de Laurent à la fin du premier concert, à Saint Etienne ; il était totalement bouleversé. Comme s’il venait de voir leurs réalisations prendre vie. 

 

 

qu’avez-vous pensé du public de Mylène Farmer sur cette tournée ? 

 

 ça m’a totalement scotché ; Il y avait une sorte de vénération pour elle qui était hallucinante ; j’imagine que ça n’a fait que s’accentuer depuis. Je  me souviens que chaque soir, quand elle apparaissait sur scène, c’était la Madone. Je me rappelle aussi de l’hystérie avant la dernière chanson (« Je voudrais tant que tu comprennes », NDLR). Certains soirs, il y avait un quart d’heure de rappel ! Je n’ai jamais vécu un truc aussi fou ! 

 

 

Dans quel état se trouvait Mylène après chaque spectacle ? 

 

Les dernières minutes du concert étaient très chargées émotionnellement. Après la chanson finale, on lançait un instrumental que Laurent et moi avions presque improvisé en studio avant la tournée, en à peine deux heures. Il s’appelait « Mouvements de Lune » ; c’était une sorte de long adagio. Quelque chose de vraiment très intense. Mylène était chaque soir très bouleversée à sa sortie de scène. D’autant qu’il y avait pour elle quelque chose que, par définition, elle ne pourra plus connaître : la découverte qu’elle pouvait le faire. Elle en était très inquiète pendant les sessions préparatoires ; elle avait peur que sa voix ne tienne pas. Elle a beaucoup bossé. Elle a pris des cours de chant pour renforcer sa voix. 

 

 

MFConcert89_10aMylène restait-elle dans sa tour d’ivoire ou se mélangeait-elle à l’équipe ? 

 

Elle voyageait séparément pour pouvoir réellement se reposer, mais sinon elle était assez proche de la troupe. L’ambiance était vraiment très bonne. Même si, au bout des deux tiers de la tournée, les relations entre Mylène et Bertrand le Page, son manager, sont devenues assez tendues. Je crois d’ailleurs qu’elle s’en est séparée après le dernier Bercy. Il est vrai que, pour des raisons que j’ignore et que je ne veux pas connaître, j’ai vu Bertrand totalement basculer à un moment de la tournée. J’ai l’impression qu’il voyait son bébé lui échapper et qu’il aurait voulu avoir plus de crédit pour ce qu’il avait apporté à Mylène. C’était ma théorie en tous cas. Quoiqu’il en soit, ça a créé un climat assez lourd. Mylène et Laurent me semblaient moins détendus sur la fin. Ça a réellement perturbé les quinze derniers jours de la tournée. 

 

Pour ce qui est du film du concert, est-il vrai que vous ayez tourné dans une salle vide pour que Laurent puisse obtenir tous les plans qu’il désirait, puis que le tout ait été mixé à un vrai enregistrement en public ? 

 

Oui, J’avais totalement oublié ça. C’était au Forest, à Bruxelles. 

 

Ce n’est pas une pratique très courante. Cela vous a choqué ? 

 

Non. C’est un grand luxe. 

 

Quelle place tient le Tour 89 dans votre parcours professionnel ? 

 

Une place toute particulière. D’abord parce que j’en suis très fier, d’autant que c’était le premier de Mylène et qu’il est le fruit d’une collaboration très intéressante avec elle et Laurent, deux êtres passionnés et passionnants. C’était un spectacle énorme ; la seule chose comparable à laquelle j’ai participé, c’est Johnny Halliday à Bercy deux ans avant. Ce Tour 89 est particulier pour moi aussi parce que c’est une période assez douloureuse de ma vie ; au moment des dernières répétitions, quelques jours avant la première date, j’ai perdu mon père. Ce spectacle est donc très chargé émotionnellement dans ma mémoire. 

 

Le fait qu’il soit assez morbide – des lumières sombres, un cimetière comme décor – ne devait pas vous faciliter la tâche alors ? 

 

Non, ça allait. A la limite, c’était même presque une manière d’exorciser. 

 

Avez-vous un regret quant à votre travail avec Mylène ? 

 

Que la vie de chacun nous ait ensuite emmenés dans des directions différentes. J’aurais aimé que l’on se perde moins de vue ; je pense qu’elle l’aurait souhaité aussi. C’est vraiment une des rares personnes avec qui j’ai travaillé que j’aurais beaucoup de plaisir à revoir, même en dehors des activités professionnelles. 

 

 

 

 

« lors des premiers concerts, Laurent et Mylène contemplaient leur œuvre. J’avais l’impression d’avoir en face de moi deux gamins émerveillés qui réalisaient leur rêve ». 

 

Publié dans CONCERTS DE MYLENE, Mylène TOUR 1989 | Pas de Commentaires »

Interview Mylène presse décembre 2004

Posté par francesca7 le 4 septembre 2011

  

Yves (La dernière heure Belgique) : On a annoncé, à tort ou a raisons, que ce concert serait votre concert d’adieu, que vous n’en feriez plus après, est-ce exact ? 


Interview Mylène presse décembre 2004 dans Mylène 2003 - 2004 0Mylène : Vous m’annoncez quelque chose que j’ignore. Ce n’est pas mon concert d’adieu. Je souhaite faire ce métier le plus longtemps possible. 

Michel Troadec (Ouest France) : Juste une question facile : c’est la symbolique des 13 concerts à partir d’un vendredi 13. Comment est venue l’idée ? 


Mylène : Écoutez, c’est vraiment un pur hasard et j’avoue qu’on s’amuse de cette idée en tout cas (rires). C’est juste un hasard. 


Thierry Suc : Juste pour la petite histoire, c’est un vrai hasard car Bercy est peu disponible pour les spectacles car c’est avant tout une salle de sport. Quand on a téléphoné pour parler de notre projet, une des seules possibilités était à partir de ce vendredi 13 janvier et juste pendant 13 dates… Et si vous additionnez 13 janvier 2006, la somme des chiffres fait encore 13. (Ndlr : 1+3+0+1+2+0+0+6=13) 

 

Un journaliste (anonyme) : Si c’est un spectacle intransportable, c’est que vous avez prévu des choses un peu particulières. Est ce qu’on peut en savoir plus… 


Mylène : Cela fait pour l’instant à peut près 6 mois qu’on travaille sur ce spectacle avec quelques idées, vous dire que ce sera magique, je l’espère… Que ce sera émouvant, je le souhaite,…. Ma foi, après, il faut continuer pour nous de travailler tous les trois (rires). Si monsieur Boutonnat veut rajouter des choses, non ? 


Laurent Boutonnat : Par rapport au fait que ce soit intransportable… L’idée c’est en fait d’utiliser toute la salle de Bercy, qui est une salle assez incroyable, et de pouvoir l’utiliser complètement, c’est à dire de se dire que tout à coup on n’a pas besoin de restreindre la scène… Qu’on peut tout faire : avoir plusieurs scènes, maquiller la salle, mettre du son partout, mettre des caissons de basses sous tous les gradins… Par exemple, mettre du son de façon à ce que tous les gens, où qu’ils soient dans la salle, aient la même vision direction sonore, qu’il n’y ait pas de direction sonore face à une scène. Donc, on essaie plein de choses, on va essayer plein de choses comme ça. Voilà… Plus des tas d’éléments qu’on ne peut pas transporter. 

 

Daniel Beaucourt (Télé Poche) : Je voudrais vous parler de ce qu’on a qualifié de « stratégie du silence », qui vous a plutôt réussi ces dernières années… Pourquoi la brisez-vous  aujourd’hui ? La conférence de presse n’est pas un exercice auquel vous êtes rompue, en tout cas, pas en France… 


Mylène :

 

Daniel Beaucourt : Pourquoi avez vous décidé de vous adresser aux médias de cette façon ?


mylene-farmer-17 dans Mylène 2003 - 2004Mylène : Écoutez, je l’ai fait vraiment pour une raison, pour répondre à une demande de Thierry Suc, qui est mon ami, mon manager et mon producteur de spectacles. Parce que je pense que parfois il faut être quelqu’un d’autre que soi-même. Ma nature profonde est le mystère. Je ne cultive pas le mystère, contrairement à tout ce qu’on peut dire sur moi, c’est ma nature profonde. J’ai beaucoup de mal à me justifier, maintenant je pense qu’il était important de répondre à cette demande. 

 

Sonia (NRJ) : Est ce que vous pouvez parler du contenu du spectacle ? Nouvel album ? Pas de nouvel album ? Nouvelles chansons sur scène ? 


Mylène : Alors, oui j’ai un nouvel album qui sortira, je pense, mi-mars. Nous sommes en quasi-finalité de cet album, en mixage donc. Vous dire qu’il existera sur scène, certainement, dans sa majorité, avec, bien sur, d’autres chansons d’autres albums… Quant au contenu de la scène, là, j’avoue que je ne peux pas répondre précisément car c’est en cours d’élaboration. 

 

Sonia : L’atmosphère des chansons peut être ? 


Mylène : L’atmosphère, ce sera en terme de production qu’il y aura de petits changements, mais moi je reste la même, donc, c’est la même atmosphère (rires). 

Laurent Boutonnat : C’est difficile de répondre précisément sur quelque chose qu’on fait soi-même, d’avoir du recul dessus, sur les choses qui changent, qui sont différentes…

barre fleurs mult...

Publié dans Mylène 2003 - 2004 | Pas de Commentaires »

Tournage du Clip les Mots… Mylène

Posté par francesca7 le 3 septembre 2011

 

Tournage du Clip les Mots… Mylène dans Mylène 2001 - 2002 225891035Le tournage du clip se déroule les 8 et 9 octobre 2001 dans les immenses studios d’Arpajon, où fut déjà tourné Sans logique en 1989. Il faut avouer qu’un lieu de cette envergure est indispensable pour réussir à filmer cette variation sur le thème de la célèbre toile de Théodore Géricault. Le Radeau de la Méduse, une impressionnante fresque mettant en scène le terrible naufrage de La Méduse en juillet 1816 avec, à son bord, plus de 150 personnes. L’ambiance du clip reprend les couleurs et les impressions du tableau et Laurent Boutonnat filme avec sobriété les corps de Mylène et de la doublure de Seal. En effet, le tournage se déroulant quelques semaines après les attentats du 11 septembre 2001, le chanteur craignait de prendre l’avion pour traverser l’Atlantique. C’est donc un autre acteur, avec le visage caché, au même gabarit, qui interprète son rôle. De son côté, Seal fait quelques plans à Los Angeles. Laurent Boutonnat utilise là ses premiers effets spéciaux ; en effet, contrairement à ce que nos yeux peuvent voir, les icebergs n’existent pas, ils sont virtuels ! Ce sont tout simplement des images de synthèse incrustées… 

 

Voir l’histoire du clip sur ce blog… 

 

Le titre, atteignant les 500 000 exemplaires vendus, Mylène ne peut que se féliciter d’avoir un jour pris l’initiative d’appeler le manager du chanteur pour lui proposer de collaborer sur ce duo. Seal a bien sûr, été flatté qu’une artiste comme Mylène souhaite chanter avec lui en France, pays qu’il apprécie depuis longtemps. Sans oublier qu’il a toujours admiré le travail de la chanteuse, qu’il qualifie d’unique ! 

Publié dans Mylène 2001 - 2002 | Pas de Commentaires »

BERTRAND Le PAGE

Posté par francesca7 le 21 août 2011

 

BERTRAND Le PAGE jerome-dahan_001

Bertrand Le Page est né au Maroc en 1955, dans une ville qu’il fera découvrir plus tard à Mylène

 

Il partira vivre en Allemagne, à l’âge de 5 ans. Il y restera 12 années avant de vivre successivement à Angoulême, cognac et St Malo d’où ses parents sont originaires. 


D’un père militaire de carrière, aux manières rudes, ne voit pas d’un très bon œil l’attirance de son fils pour tout ce qui a un rapport avec l’univers du showbiz ! 

 

En effet, les idoles du jeune homme s’appelle Dalida, Sylvie Vartan et Rika Zaraï, des références que son père juge superficielles alors qu’il voudrait lui imposer la lecture des écrits de Saint Exupéry ! 

 

A 20 ans, tel un Julien Sorel aux jeans troués, mais au cœur rempli de rêves, le jeune homme décide de quitter sa province pour conquérir Paris. 


En 1974, Bertrand remonte donc à Paris avec seulement 500 francs en poche. Après des petits boulots et quelques cours de théâtre, Bertrand fera beaucoup de publicité pour les magazines, la télévision. 

 

Très vite, il troque sa première ambition de percer dans la chanson contre celle de devenir comédien et s’inscrit dans la foulée à des cours de théâtre. Comme Mylène, son physique de jeune play-boy rouquin lui permet de décrocher quelques contrats de modèles, histoire de subvenir à ses besoins. Mais cette activité de « pot de fleur » ne lui plaît guère car il veut avant tout créer et pas être un simple produit. C’est ainsi qu’il préfère tenter sa chance dans l’univers de la radio. Son projet d’émission intitulé : « Que sont-ils devenus » attire l’attention des responsables de Radio Bleue. 


Il rejoindra Radio Bleue, il produira par la suite grâce à la radio des musiques de films et de feuilletons. 

 

Grâce à cette nouvelle carrière qui s’ouvre à lui, le jeune dandy devient très rapidement une figure incontournable du milieu de la nuit parisienne et principalement de la nuit gay.

 

0Au bout de quelques mois, il noue une amitié avec Raymonde, l’une des chanteuses des Parisiennes, un groupe vocal féminin qui connut un succès en 1960 avec le tube « Il fait trop beau pour travailler. » et c’est justement l’époux de cette nouvelle amie, Jean-Bernard Rétreux, patron de Lorgère Musique qui lui propose d’embrasser la carrière d’éditeur musical. 

 

Ainsi, durant plusieurs années, Bertrand Le Page se spécialise dans les musiques de séries de télévision et de films. Il en écrit même parfois la chanson du générique. Nous lui devons notamment celle de « Pause Café «  interprétée par Véronique Jeannot … 

 

 

 

puis celle de l’émission de « Croque la vie » chantée par Fabienne Thibault. 

 

 

VIDEO : Image de prévisualisation YouTube

 

Le jeune homme est ravi ! Ses rêves d’enfant se concrétisent, car il fréquente enfin le milieu du show-biz et côtoie toutes ces étoiles du spectacle qui l’ont toujours tant fait rêver ! 

 

C’est Gérard Anfosso, le compositeur de Croque la vie qui va lui parler pour la première fois d’une jeune chanteuse prometteuse. Jacky Quartz. En 1983, Bertrand Le Page  rencontra Jackie Quartz  et acceptera de la coacher et de devenir son manager en association avec son ami marseillais qui endosse la casquette de producteur. Un choix qu’il ne regrettera pas car durant tout l’été 1983,   »Mise au point » qui fera un gros succès avec plus d’un million de 45 tours. 

 

Et pourtant, à la sortie du deuxième album en 1988 rien n’ira plus entre la chanteuse et son manager. Officiellement, il semblerait que Jackie Quartz ait été un peu trop indépendante pour cet être aussi dévoué qu’exclusif. Ils se séparent à cause de problèmes relationnels.

Bertrand Le Page  rencontra Laurent Boutonnat au début d’années 80 lorsque que Laurent frappe à sa porte. Laurent lui apporta l’affiche d’un film qu’il avait intitulé Giorgino et qu’il voulait le réaliser. Il lui présenta la chanteuse auréolée de son dernier succès : Bertrand Le Page rejoindra le groupe, en 1984, en devenant éditeur.

 

 

 

trio2Bertrand Le Page fut lemanager de nombreuses chanteuses françaises. (à droite). 


Il commença avec
Jakie Quartz et participa à son succès à l’époque de Mise au point (1983) jusqu’en 1989. Il s’occupa à la même période de Mylène Farmer, dès sa première chanson, Maman a tort. Il contribua à installer son statut de star jusqu’en 1989, date à laquelle la chanteuse aretta leurs collaboration. Parallèlement il s’occupait deBuzy, notamment à l’époque de Body physical, son plus gros succès. 

Dans les années 90, il manage Lio puis Ysa Ferrer, juste après son succès Mes rêves, et l’aide à finaliser son album Kamikase. Ils se séparent en 1998 à la demande de la maison de disques de la chanteuse. 

 

Bertrand revendra son catalogue d’éditions, soit 77 chansons. Pendant ces années, grâce à cet argent, il produira des disques et managera des comédiens, mais la recette ne marche pas…. 

 

Comme la plupart des proches de l’ex-manager, la chanteuse a appris par le carnet des décès de Libération du vendredi 9 avril 1999. Rédigée par un ami journaliste de Le Page, l’annonce débute et se termine ainsi : 

«Votre route a peut-être un jour croisé la sienne… Merci d’avoir une pensée pour lui et pour ceux qui l’ont aimé.» [...] 

 

Le magazine Elle (Farmer en fait la une, NDLR) est déjà dans les kiosques depuis plusieurs jours quand Farmer apprend la terrible nouvelle : Bertrand Le Page a mis fin à ses jours à l’âge de 46 ans

 

463618582_smallChaque nouvelle production farmérienne était reçue par  (Le Page) comme une souffrance supplémentaire. 

 

Un ami raconte : «Un jour de l’année 1996 (Après la rupture entre la chanteuse et son manager, NDLR, je l’ai vu s’effondrer en larmes au vu de l’affiche du concert de Bercy. Puis il s’est repris : « Bon, on oublie, on revient à Lio ! »» Depuis sa séparation d’avec Mylène, Bertrand s’occupait, on s’en souvient, des intérêts de l’interprète de Banana Split. [...] Entre excès, échecs professionnels et dépression, le cœur n’y était plus.

Bertrand Le Page était réputé pour son fort caractère et ses « coups de gueule », mais aussi sa capacité à « stariser » les artistes. Il se suicida en 1999 et fut enterré le jour de la sortie de l’album Innamoramento de Mylène Farmer. Ysa Ferrer lui dédia en 2002 une chanson, Mourir pour elles, tandis que son single Flash in the night (1999) était dédicacé « A Bertrand ». 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est donc à l’âge de 46 ans que Bertrand Le Page s’est donné la mort, apparemment gravement malade, il fût enterré le 7 avril 1999 à Saint Malo … eh oui, lors de la sortie du cinquième album de Mylène qui n’est autre qu’Innamoramento !

Pour moi, Mylène Farmer rime également avec la Spiritualité : http://devantsoi.forumgratuit.org/

La mort, Mylène l’a comprise ou presque et l’exprime….

 

fleurs

 

Publié dans | Pas de Commentaires »

LAURENT BOUTONNAT

Posté par francesca7 le 21 août 2011

 

LAURENT BOUTONNAT 380810000000000000                       beijing3

 

 

En 1979, il réalise avec les moyens du bord, c’est-à-dire en piochant dans le porte-monnaie de ses parents, sa troublante première fiction nommée La Ballade de la fée conductrice mettant en scène l’histoire d’une tueuse en série qui se déguise en clown avant de commettre chaque meurtre. Absolument ravi du résultat de son premier film, et espérant qu’il soit projeté balladefeeconductriceaffen salles, il propose son œuvre à la Commission de contrôle des films, qui n’en croit pas ses yeux. Tout cet amas d’images de castration et de nouveau-nés jetés dans un vide-ordures pousse l’institution à interdire le film aux mineurs.

 

Un comble pour le metteur en scène qui n’a même pas 18 ans !

 

Malgré cette censure, le film est projeté le 14 mai 1980 lors du Festival de Cannes et sort ensuite dans divers petites salles parisiennes d’art et d’essai. Mais à cause de l’obscurité du scénario et de la violence des images, La Ballade de la fée conductrice ne tient que deux semaines à l’affiche !

 

 

Après cet échec, plutôt que de retourner sur les bancs du lycée, le jeune homme se laisse vivre au gré de ses envies jusqu’à sa rencontre avec Jean-François Chauve, un grand reporter de télévision qui soit tourné plusieurs reportages scientifiques sur les énergies nucléaires. Laurent Boutonnat saisit sa chance et postule comme cameraman pour cette série d’émissions. Il avouera plus tard avoir prétendu s’y connaître en technique pour être engagé. 

Une fois embauché, il dut potasser le manuel pour que sa supercherie ne soit pas découverte par son nouvel employeur. Il part donc pour un an aux quatre coins de la France afin de tourner les images de ces reportages. Pour le jeune homme, être sur le terrain, la caméra sur les épaules, est de loin la meilleure des écoles !

 

 

 

 

Laurent Boutonnat a 20 ans quand il se lance dans une nouvelle aventure qui l’amène à conjuguer ses facultés d’écriture à son expérience récente dans le journalisme. Toujours avec le sens du subversif et le goût du morbide qu’on lui connaît, il débute des recherches pour rédiger un livre sur l’infanticide, mais le sulfureux bouquin ne verra finalement jamais le jour.

 

En attendant, il réalise des publicités télévisées, non pas par vocation, mais tout simplement pour gagner un peu d’argent. Il tourne plusieurs spots en s’associant à un producteur travaillant pour le circuit Parafrance. Ce producteur, emballé par l’énergie qui émane du jeune homme, lui propose de tourner un film d’horreur en deux semaines pour un budget de 225 000 €, qui, hélas, ne verra jamais le jour non plus.

 

 

C’est également à cette époque que le jeune réalisateur rédige réellement la première version du scénario de Giorgino.

 

 

 

 

 

trio2Mais l’aventure Mylène Farmer commence pour Laurent Boutonnat le jour où il décide avec son copain Jérôme Dahan et un troisième ami de monter sa propre boîte d’édition avec le « modeste » projet de donner naissance à des tubes !

 

Ils écrivent alors leur première chanson …. Maman a tort !

 

Et grâce à Bertrand Le Page font émerger de l’ombre la jeune Mylène

 

 

 

 

 

1356832008_smallLaurent Boutonnat. Un nom familier, surtout des admirateurs de « l’ange roux » et du milieu du spectacle, mais qui se fait de plus en plus connaître du grand public, notamment, grâce à la sortie de la super-production « Jacquou le Croquant« . Laurent-Mylène/Mylène-Laurent, un duo artistique qui dure depuis vingt-deux ans maintenant et qui n’a de cesse de nous apporter joie, bonheur, spectacles grandioses… Rappelons que selon Mylène (et il est vrai qu’elle a sûrement raison sur ce point !), si son chemin n’avait pas croisé celui de Laurent, elle n’en serait sûrement pas là où elle en est aujourd’hui… Alors merci Laurent ! Je vais tenter de vous faire découvrir un peu plus (avec le peu d’informations qui circulent à son sujet !), cet homme qui partage, comme Mylène, le goût du secret… 

 

 

Grâce à la promotion organisée par Bertrand Le Page, le manager de Mylène à l’époque, le duo Dahan-Boutonnat écrira plus tard deux autres chansons pour Mylène. « On est tous des imbéciles« , qui sortira en 45 tours avec pour face B « L’annonciation« , (chanson beaucoup plus Bouto-Farmerienne que la face A de ce vinyle) qui sera un échec. Déçu par l’accueil que reçu la chanson, et RCA (la maison de disques de l’époque) ne renouvelant pas le contrat avec le duo, Laurent se sépare de Jérôme Dahan, avec qui il est en désaccord sur la suite à donner à la carrière de Miss Farmer.

 

 

 

Un peu au hasard, Mylène écrit les paroles de Plus grandir, sur une musique de Laurent. Polydor (racheté par Universal) décide de miser sur Mylène et Laurent pour trois albums (et ils ont bien fait !), alors même que le duo n’a pour l’instant aucun véritable succès à son actif. Cela viendra très vite avec le 1er album de la rousse, « Cendres de Lune« , sorti en 1986, conçu quasi-entièrement par Laurent Boutonnat. 


Il signe la musique, presque toutes les paroles, et la pochette. Avec les photos de l’album, il commence à créer le « mythe Farmer« . Dans le livret de ce premier album, Laurent commence à se créer un délire (qu’il n’a toujours pas cessé !), en inventant des pseudonymes pour certains instruments, qui sont en réalité des samples ou des sons synthétiques. Il crée notamment pour cet album « Les Moines fous du Tibet« , pour nommer des chants Grégoriens ! 

 

 

Sur les albums qui suivirent, un certain Pol Ramirez Del Piu fait son apparition. Il s’agit en fait des sons crées par Laurent, mais cet homme sera crédité pour les flûtes, les percussions, la harpe (sur L’Autre), les bagpipes ( ?!) et cymbalum (sur Innamoramento), le xylophone (sur Avant que l’Ombre…), etc… 

 


Mieux, alors que c’est toujours Laurent lui-même qui s’occupe de programmer ses claviers, il s’invente un programmateur imaginaire sur l’album « L’Autre« , qu’il appellera Patrice Rouillon Tsernoff de Gironville !!! Sûrement un délire qui fait beaucoup rire Laurent… 


C’est pendant la promo de Cendres de Lune que Laurent veut monter son 2e long métrage dont il a écrit le script deux ans plus tôt. Il commence donc sa préparation, mais le succès inattendu de sa collaboration avec Mylène l’occupera trop pour finaliser ce projet. 


« Cendres de Lune » contient quand même d’énormes tubes comme « Libertine » (et son clip inoubliable ; le 45 tours sortira en même temps que l’album), ainsi que d’autres chansons moins connues mais tout aussi notables, telles « Vieux bouc » et « Chloé ». 


L’album sera applaudi par les critiques, « le décor Farmer-Boutonnat » est désormais planté.
La deuxième édition de l’album sortira 1 an plus tard, en 1987, avec cette fois « Tristana« . Laurent sera nominé cette même année aux Victoires de la Musique pour le clip de « Tristana« . 


« Cendres de Lune » sorti dans le commerce, Mylène et Laurent s’attèlent déjà à l’écriture du second album « Ainsi soit je… » qui sortira fin 1987. Laurent crée pour l’occasion sa première société de production discographique, Toutankhamon S.A. (qui a cessé depuis ses activités). 

 

 

Le clip de « Sans Contrefaçon » créera l’évènement, suivront ensuite Ainsi soit je…, puis le mythique clip « Pourvu qu’elles soient douces » (racontant la suite du clip de Libertine). Véritable petit film (il est le 2e clip le plus long du monde !), le clip sera nominé aux Victoires de la Musique


mfloloLe scénario du clip fût écrit avec Gilles Laurent, à qui Boutonnat présentera le synopsis du film ébauché lorsqu’il avait 18 ans : « Giorgino« . Ils travailleront dessus durant 4 ans. Une proposition de financement pour le film eut lieu, finalement abandonnée. Laurent décide alors de remanier l’histoire du film. 


Pendant que Mylène effectue la promotion de l’album, Laurent prépare sa future scène. Il crée alors Heathcliff S.A. (du nom du héros des Hauts du Hurlevent) , ce qui lui permettra de produire la tournée et ses prochains films. Pendant 2 semaines le Tour 89 se jouera à guichets fermés au Palais des Sports à Paris. Le spectacle se déplacera ensuite pour 60 dates, dont 2 à Bercy, compte tenu du succès parisien. 

 

Laurent quant à lui, filmera durant deux soirs (à Bruxelles) le spectacle, avec de gros moyens. D’autres scènes seront tournées dans les environs d’Arpajon, qui seront plus tard intégrées au film du concert. Le montage durera 1 an

Le 26 octobre 1989, Laurent et Mylène créent (à l’occasion de la sortie du CD et de la VHS En Concert) une société d’éditions phonographiques : Requiem Publishing. Cette société édite depuis tous les disques de Mylène… 


Parallèlement à la sortie du « En Concert« , Laurent écrit déjà les musiques du prochain album, L’Autre. Pendant les tournages de Désenchantée et Regrets en Hongrie (en février 91), il prend des repérages pour son prochain long métrage Giorgino. Le réalisateur sera nominé pour la 3e fois aux Victoires de la Musique pour le clip de Désenchantée

 

 

En 1992, Laurent se consacrera majoritairement à la préparation de Giorgino (décors, casting, etc…). Il tournera néanmoins « Je t’aime mélancolie » et « Beyond my control », qui sera son dernier clip pour Mylène avant de nombreuses années


En décembre 92 débute le tournage de Giorgino (d’abord les scènes d’extérieur en Hongrie, puis les plans d’intérieur en Slovaquie). 


Mars 93, montage et écriture de la musique, après un tournage éprouvant. Laurent retourne justement en Europe de l’est, afin d’enregistrer la musique avec l’orchestre philharmonique de Prague. 


La post-production de Giorgino se terminera en août 1994, soit plus d’un an après la fin du tournage. Laurent, sans doute trop perfectionniste se perdra dans les méandres. Après 2 années de travail, « Giorgino » sort enfin en salles le 5 octobre 1994. Laurent, tout comme le film, seront littéralement descendus par la critique et échoueront auprès du public. Un film trop long, et sans doute trop sombre pour le grand public, mais esthétiquement magnifique, du pur Boutonnat


L’accueil réservé à « Giorgino » blesse profondément Laurent et la relation qu’il entretient avec Mylène a également souffert durant le tournage. Le duo décide alors de stopper pour l’instant leur collaboration cinématographique, mais en maintenant bien sûr le côté musical. 

 


Mylène s’exile alors en Californie, seule, et commence à écrire quelques chansons. Laurent viendra la rejoindre en mars 1995 et lui composera la musique du futur album : « Anamorphosée ». Laurent ne réalisera pas les clips de l’album (dommage, devoir « subir » ceux de Marcus Nispel, merci bien…), ne revenant à la réalisation pour Mylène qu’en 1996, pour le Live à Bercy, dont le film fût conçu avec François Hanss, son assistant depuis longtemps. 


En 1998, le cascadeur Mario Lurashi (qui a souvent collaboré avec le duo Farmer-Boutonnat), fait appel à Laurent pour composer la musique de son premier long métrage, « Le Pèlerin« . Le résultat se rapproche de la B.O de « Giorgino« , avec des sons empruntés à « Vertige« , qu’il a composé quelques mois auparavant pour Mylène


Laurent refuse les interviews et la diffusion de Giorgino, voulant visiblement oublier ce film. Il rachète même les droits, afin, et il le dira lui-même 10 ans plus tard, de mettre dans un tiroir cette histoire et ne plus jamais en entendre parler. Le film a tout de même été diffusé en novembre 1995 sur Canal +, avant que Laurent ne rachète les droits de diffusion. Boutonnat ne reprendra vraiment la caméra qu’en 1997 pour réaliser quelques clips pour Nathalie Cardone (Hasta Siempre, Populaire, etc..). 

 

 

 

 

BoutonnatPhoto03Laurent a semble t-il à ce moment là, privilégié sa carrière d’homme d’affaires, plutôt que son côté artistique. En effet, il fondera une société de production pour Nathalie Cardone (Calliphora S.A.), le 19 juin 1997. Il délaisse peu à peu Heathcliff S.A. et Toutankhamon, qui cessera ses activités en 1997. Mylène produira désormais elle-même ses disques, via sa société de production Stuffed Monkey


En mai 1999 sort « Innamoramento », le 5e album studio de Mylène Farmer. Laurent composera 9 titres pour cet opus. L’album est, comme les 4 premiers, un succès, et s’écoulera à plus d’un million d’exemplaires. Laurent ne réalisera là encore aucun clip de l’album, et se révèlera absent de la tournée Mylenium Tour. Il ne réalisera donc pas le film du concert, laissé aux mains de François Hanss. 


Le 10 mai 2000, Laurent étend ses activités financières en créant LB Société Civile Immobilière, qui s’occupe de la vente de biens immobiliers. Strictement rien à voir avec le penchant artistique de Laurent !!! 

 

 

En mai 2000, Mylène et Laurent produisent la petite Alizée, via leur société Requiem Publishing. Mylène écrira les textes d’Alizée et Laurent se chargera de la musique. Il réalisera également le clip de « Moi…Lolita« . Le disque sortira le 4 juillet 2000, soit deux semaines avant la sortie d’ »Innamoramento« . 


En mars 2001 sortent pour la seconde fois en numérique, l’intégrale des clips de Mylène Farmer, avec un meilleur son et une meilleure image que les supports édités auparavant. 

 


En revanche, le « Tour 89 » n’a toujours pas le droit à une sortie DVD, et « Giorgino » reste introuvable dans le commerce. 


Laurent reprend la caméra pour Mylène en 2001, afin de réaliser le clip « Les Mots » et celui de « Pardonne-moi« . Il s’occupe aussi des clips d’Alizée (« Parler tout bas« , « J’ai pas vingt ans« ). La mise en scène du spectacle d’Alizée à l’automne 2003 sera également signée par Laurent


En novembre de la même année, Mylène et Laurent auraient eu d’assez grosses difficultés financières avec leurs sociétés immobilières et leurs sociétés de production, le « Pôle de Européen de gestion et d’économie » mettant son nez dans les comptes des entreprises. 

 

 

 

En 2004, un peu de nouveau pour Laurent… Il produit l’artiste kabyle Kamal Kacet et son nouvel album

 

Il part ensuite en tournage pour son nouveau film, une adaptation du roman Jacquou le Croquant. La sortie du film en salles est prévue pour le 12 octobre 2006. Gageons que Laurent sera enfin reconnu par le grand public et par la profession… Un si grand talent ne peut rester dans l’ombre !!! Toujours en 2004, Laurent fait également entrer Mylène en studio pour son nouvel album, Avant que l’Ombre… 


Il assurera également la conception du spectacle et la régie, pendant les 13 concerts de janvier 2006, au Palais Omnisports de Paris-Bercy. 


boutbout2004C’est d’ailleurs là qu’un journaliste du quotidien Libération a observé minutieusement l’attitude de Laurent : « Le compositeur Laurent Boutonnat, entouré d’une armée d’ingénieurs du son et d’informaticiens avec ordinateurs portables, fait soudain des gestes sur une partition imaginaire. Dansotte, prend des notes, prend des notes, rallume sa pipe, descend une énième bouteille d’eau. Puis, derrière sa console, redevient aussi imperturbable qu’un ingénieur de Kraftwerk. Le Pygmalion observe sa créature. Arrivé à ce point du concert, on a toujours pas saisi le phénomène.[…]«  

 

 

A ce jour, Jacquou le Croquant doit sortir le 17 Janvier 2007… Souhaitons grandement bonne chance à Laurent (même s’il y a fort à parier que son nouveau film marchera très bien !), car un autre échec, pourrait cette fois être beaucoup plus dur à supporter pour lui… Laurent Boutonnat… un TRES grand monsieur… une très belle œuvre… 

 

 

 

barre étoile

 

 

Filmographie

 

1er Film 1978 : La Ballade de la féconductrice

  • 1994 : Giorgino
  • 2007 : Jacquou le Croquant

 

1er Clip 1984 : Mylène Farmer – Maman a tort

  • 1985 : Mylène Farmer – Plus grandir
  • 1986 : Mylène Farmer – Libertine
  • 1987 : Mylène Farmer – Tristana
  • 1987 : Mylène Farmer – Sans contrefaçon
  • 1988 : Mylène Farmer – Ainsi soit je…
  • 1988 : Mylène Farmer – Pourvu qu’elles soient douces
  • 1989 : Mylène Farmer – Sans logique
  • 1989 : Mylène Farmer – À quoi je sers
  • 1990 : Mylène Farmer – Allan (live)
  • 1991 : Mylène Farmer – Désenchantée
  • 1991 : Mylène Farmer – Regrets
  • 1991 : Mylène Farmer – Je t’aime mélancolie
  • 1992 : Mylène Farmer – Beyond my control  
  • 1997 : Nathalie Cardone – Hasta siempre
  • 1998 : Nathalie Cardone – Populaire
  • 1999 : Nathalie Cardone – Mon ange
  • 2000 : Nathalie Cardone – Baïla si
  • 2000 : Alizée – Moi… Lolita
  • 2001 : Alizée – Parler tout bas
  • 2001 : Mylène Farmer – Les Mots
  • 2003 : Alizée – J’ai pas vingt ans
  • 2002 : Mylène Farmer – Pardonne-moi
  • 2004 : Kamal KacetIfkis

 

barre coeurs

 

 

Concerts

 

Composition de Laurent

  • Mylène Farmer – Cendres de Lune (1986) – Produit et compose 9 des 10 titres de l’album (assisté de Jérôme Dahan sur Maman a tort), en écrit 5
  • Mylène Farmer – Ainsi soit je… (1988) – Produit et compose 9 des 10 titres de l’album

  • Mylène Farmer – L’autre… (1991) – Produit et compose l’album dans son intégralité

  • Mylène Farmer – Dance Remixes (1992) – Compilation de remixes réalisés par Laurent Boutonnat et Thierry Rogen pour les maxi-singles – Produit par Laurent Boutonnat

  • Mylène Farmer – Anamorphosée (1995) – Produit et compose 11 des 12 titres de l’album

  • Nathalie Cardone – Album éponyme (1999) – Produit et compose 4 des 12 titres de l’album (assisté de Nathalie Cardone sur Antonio et L’homme qui saura pleurer)

  • Mylène Farmer – Innamoramento (1999) – Produit et compose 8 des 13 titres de l’album
  • Alizée – Gourmandises (2000) – Produit et compose les 10 titres de l’album
  • Mylène Farmer – Les mots (2001) – Best-of, produit et compose les 3 titres inédits
  • Alizée – Mes courants électriques… (2003) – Produit et compose les 11 titres de l’album
  • Mylène Farmer – Avant que l’ombre… (2005) – Produit et compose l’album dans son intégralité (assisté de Mylène Farmer sur L’amour n’est rien…)

  • Mylène Farmer – Point de Suture (2008) – Produit et compose 10 des 11 titres de l’album

Il est en outre l’arrangeur musical de tous les albums.

Compositions annexes : L’annonciation (1985), Dernier Sourire (1989), À quoi je sers (1989), La veuve noire (1989), Puisque (1989), Mylène is calling (1991), Que mon cœur lâche (1992), Effets secondaires (1999), L’histoire d’une fée, c’est… (Bande originale du film Les Razmokets à Paris) (2000), Devant-soi (2007) Bande originale du film Jacquou le Croquant.

 

 

 

 

 

 

 

 

VIDEO LAURENT BOUTONNAT ET MYLENE FARMER

Image de prévisualisation YouTube 

 

 

 

 

Que sait-on de Laurent Boutonnat ? 

 

Finalement peu de choses, tant ses interviews sont rares ; qu’il a été dans les années 80/90 le réalisateur de clips dont a le plus parlé sans jamais le voir ; ceux de Mylène Farmer. L’écrivain Philippe Séguy évoque le mieux, en peu de mots, le mieux le réalisateur :

 

« Laurent Boutonnat fonctionne par odeurs. Celles de la neige, du vent, du froid et celle acide de la misanthropie. L’œuvre est souvent tragique et affiche une douleur, une solitude et un univers qui lui sont propres. Ses films qui n’ont pas d’âge nous parlent d’un monde mélancolique qui a le couleur de la fatalité« .

 

 

hqdefaultMylène s’exprime sur l’absence de Laurent Boutonnat – décembre 2010 

Pour son prochain opus, intitulé « Bleu noir » qui sortira ce lundi en métropole, Mylène Farmer s’est passée des services de son compère LaurentBoutonnat pour la première fois dans sa carrière. Cette nouvelle avait fait poser beaucoup de questions chez les fans de la rousse, mais elle a tenu à rassurer ses fans.  

  

Dans une interview accordée à Paris match, elle déclare : «  Je ne me suis en aucun cas éloignée de lui. Après la tournée et les concerts au Stade de France, il s’opère une effrayante descente aux enfers malgré le succès, un vide sidéral, un manque. Vous recevez tant d’amour, de vibrations, autant de sensations qui vous donnent l’envie… d’écrire. Laurent a tout à fait compris mon besoin de créer. C’est aussi ça, la complicité  ». 

  

L’album Bleu Noir a été concocté par Mylène en personne en collaboration avec le roi de l’électro Moby, le duo anglais Archive et le producteur à succès RedOne à qui l’on doit Poker Face et Bad Romance de Lady GaGa

  

Ce nouvel opus est toujours aussi sombre et rythmé à l’instar de ces prédécesseurs. Mylène explique d’ailleurs : «  J’ai essayé la joie de vivre, mais ça n’a pas marché !  »Elle parle d’inspiration bien sûr et non de sa manière de vivre. 

 

5ml8h8xb

Si ce blog existe, c’est aussi parce que : 

Pour moi, Mylène Farmer rime également avec la Spiritualité  voir ici : http://devantsoi.forumgratuit.org/

Publié dans | Pas de Commentaires »

TV tournage de Désenchantée

Posté par francesca7 le 20 août 2011

 

 V

ideo interview pour le tournage de DESANCHANTEE 

Image de prévisualisation YouTube 

Fait exceptionnel, Mylène et Laurent Boutonnat acceptent pour la première et dernière fois de leur carrière, qu’une équipe de télévision vienne sur les lieux du tournage pour les interviewer.  En effet, lors du cinquième et avant-dernier jour de tournage, Laurent Boyer de M6 est sur place avec toute son équipe. L’émission s’appelle Pour un clip avec toi, et c’est justement cette rencontre avec Mylène qui inspirera le concept d’une autre émission qui s’intitulera plus tard Fréquenstar. Mais Mylène n’est pas dupe du sourire enjôleur qu’affiche Laurent Boyer. Elle commence à connaître les animateurs et elle est bien décidée à ne dévoiler que ce qu’elle souhaite.

 

TV tournage de Désenchantée dans Mylène 1991 - 1992 sam-raimi-tournae-spiderman-3_294Ni plus ni moins. S’il est là pour rencontrer l’héroïne de son nouveau titre Désenchantée, il aura en face d’elle ce même personnage sorti tout droit d’un roman de Charles Dickens, toujours aussi timide et tellement désenchantée, mais version chic et glamour car les costumes du clip sont une nouvelle fois signés par le talentueux Thierry Mugler !

 

 

Les photos du tournage sont prises par Marianne Rosensthiel et Thierry Suc, avec qui Mylène se sent en confiance, est toujours aux côtés de la chanteuse pour veiller au grain. Il arrive, en effet, à apaiser ses angoisses, même si, parfois elle repense avec nostalgie à son ancien manager, Bertrand Le Page, elle sait qu’elle s’en est séparée pour son bien !

 

En France, elle est attendue de pied ferme par tous ses gans qui espèrent désespérément un éventuel retour qui ne vient pas. Internet n’étant pas encore aussi développé qu’aujourd’hui, aucune rumeur ne filtre, d’autant que la chanteuse n’a pas le moindre fan-club qu’elle s’est toujours refusé à créer, comme en témoigne Danyèle Fouché, ex-attachée de presse de Farmer :

 

-          « de mon temps, elle en refusait déjà totalement l’idée. Parce que crois que cela impliquait in certain nombre de contraintes dont elle ne voulait pas. Et puis, je pense que les fans, ça la mettait mal à l’aise. Ce n’était pas quelque chose qu’elle vivait très bien.

 

040533007 dans Mylène 1991 - 1992   Laurent Boyer

 

 

De retour à Paris, Laurent Boyer est comme le Messie qui apporte la bonne nouvelle. Mylène Farmer revient et attention aux yeux ! Le public peut enfin découvrir avec ravissement les premiers clichés de ce nouveau clip qui promet d’être aussi grandiose que les précédents.

Publié dans Mylène 1991 - 1992 | Pas de Commentaires »

Faux pas de Le Page

Posté par francesca7 le 18 août 2011

Le faux pas du Dandy Le Page 

 

 

En concert est enfin dans les bacs et tous se ruent sur cet album qui a été enregistré les 20 et 21 octobre 1989 à Bruxelles et qui est mixé par Thierry Rogen. 

 

Faux pas de Le Page dans Mylène 1989 - 1990 f956ffe9En concert paraît d’abord en double album, accompagné d’un superbe livret comprenant des photos signées Marianne Rosentiehl. Par ailleurs, c’est aussi la dernière fois qu’un album de Mylène est édité par Bertrand Le Page car la chanteuse et Laurent Boutonnat ont créé en octobre 1989, leur propre société d’édition musicale, Requiem Publishing. Tout comme l’album Cendres de lune, ce live ressortira en 2005 dans un nouveau boîtier CD. 

 

La tournée est donc enfin terminée. L’édition du journal France Soir du 8 décembre 1989 titre : « Mylène Farmer a gagné à Bercy : » Ces deux derniers concerts ont en effet clôturé dans l’apothéose cette tournée marathon, et c’est avec l’accord de Polydor que Bertrand Le Page décide d’organiser une grande fête au cours de laquelle on doit remettre à Mylène son disque de diamant certifié par l’album Ainsi soit je

 

 

Pour que tout soit fabuleux et démesuré comme il en rêve, il invite le 8 décembre 1989 plus de 500 personnes à l’école des Beaux-Arts, à Saint-Germain-des-Prés, pour célébrer la formidable réussite de sa protégée. Il veut quelque chose de très star et de très solennel, digne de la diva qu’il est certain d’avoir façonnée. Il invite ainsi tout le gratin du show-biz et de la presse. 

 

Hélas pour lui, cette soirée, qui devait être aussi extraordinaire qu’un feu d’artifice du 14 juillet, est un véritable flop. Alors qu’il ne souhaitait que faste et fanfare, le disque de diamant est remis par Alain Lévy, PDG de Polydor, à la jeune star pendant que tous les convives ont le nez plongé dans leur assiette. Personne ne fait attention et le drame éclate. Le manager entre dans une foudroyante colère en brisant des chaises. Face à ce scandale naissant, Mylène menace de sortir de la salle sur le champ s’il ne se calme pas immédiatement, mais c’est déjà trop tard car de nombreux invités ont déjà pris congé. 

 

Le lendemain, Mylène qui s’était pourtant habituée à tous ces débordements, n’en peut plus : son manager vient ce soir-là de dépasser les limites du raisonnable. Elle en parle à Laurent Boutonnat et ils décident d’un commun accord de se séparer de ce génie du spectacle. Bertrand Le Page se sent trahi par celle qu’il surnommera la « mygale » avant de confier plus tard à la presse : « Mylène m’a tué » !

 

 

Publié dans Mylène 1989 - 1990 | Pas de Commentaires »

Nouveau manager Mylène

Posté par francesca7 le 18 août 2011

Nouveau manager : Thierry Suc 

 

 

 

Nouveau manager Mylène dans Mylène 1989 - 1990 autrenrj-1Depuis le divorce professionnel et personnel d’avec Bertrand Le Page, c’est Thierry Suc, jugé plus apte à gérer les intérêts de la chanteuse, qui devient son nouveau manager; en effet, la chanteuse ressent le besoin d’être entourée par une personnalité moins excentrique. Une époque s’achève. 

 

 

Thierry Suc a le même âge que Mylène et Laurent Boutonnat.

 

C’est déjà un homme d’affaires très performant, propriétaire de plusieurs sociétés dans l’immobilier et dans le spectacle. Il a justement débuté sa carrière dans la production du concert en prenant en charge les premières tournées de Jean-Jacques Goldman et de Jean-Luc Lahaye. Toutefois, il n’est pas le seul à contribuer financièrement aux concerts de Mylène car des sociétés comme Toutankhammon, Polygram et Tuxedo Tour se greffent sur l’aventure.

Publié dans Mylène 1989 - 1990 | Pas de Commentaires »

Mylène à Sacrée soirée

Posté par francesca7 le 17 août 2011

Mylène à Sacrée soirée : mai 1988. 

 

Mylène à Sacrée soirée dans Mylène 1987 - 1988 arton21166Le 18 mai 1988, c’est l’heure de Sacrée soirée. Une émission de variété pleine de paillettes et de bonne humeur  dans laquelle Mylène est l’une des invitées principales. Lors de cette émission, chaque personnalité doit raconter un événement marquant de sa vie. Fait étonnant, la chanteuse choisit un drame en évoquant la disparition d’un proche…. 

 

-          « Et paradoxalement, cette absence m’insuffle une force pour continuer. Durant toutes les télés que je fais, je pense à cette personne« . Dira Mylène. 

 

(dommage, cette vidéo n’existe plus sur youtube, elle a été supprimée

 

 

En voyant le regard brillant de la jeune femme à la fin de cette confidence, Jean-Pierre Foucault insiste. Parle-t-elle de son père qu’elle a récemment perdu ?  D’un autre proche ? 

 

Mais, il aura beau faire, aucune réponse ne sort de la bouche de la jeune femme, apparemment très émue d’en avoir déjà trop dit. En coulisses, c’est un tout autre visage que la chanteuse offre à son équipe. Furieuse, Mylène se sent trahie. Elle entre dans une énorme colère car elle a très peu apprécié l’indélicatesse de l’animateur. Puisqu’elle est obligée de rester continuellement sur ses gardes, elle se promet de ne plus s’étaler d’une manière aussi indécente dans ce genre d’émissions 1421803377_small dans Mylène 1987 - 1988destinées à chercher du sensationnel dans le vécu des invités. Quant au film qui a été diffusé pendant l’émission, mettent en scène des images de cette enfant qu’elle a toujours refusé de dévoiler, elle en veut énormément à Bertrand Le Page de les avoir si facilement confiées à la production ! 

 

Cet épisode marque certainement le début des hostilités entre la chanteuse et son manager, comme une incompréhension mutuelle qui va s’installer jusqu’au divorce total quelques mois plus tard. De son côté, Bertrand Le Page reproche à Mylène d’en avoir un peu trop fait, surtout lorsqu’un Bambi en peluche lui a été offert par le responsable du nouveau parc Disney en France. Avait-elle réellement besoin de fondre en larmes ? 

 

Sans rien dire, Mylène acquiesce. Elle reçoit le message. C’est réellement à partir de ce Sacrée soirée qu’elle décide, d’un commun accord avec Laurent Boutonnat, que ses futures émissions devront se faire au compte goutte car elle veut pouvoir tout contrôler : de la lumière au montage. Idem pour ses interprétations : Mylène refusera dorénavant de chanter si toutes les conditions ne sont pas réunies pour faire de sa prestation un moment inoubliable.

 

 

Publié dans Mylène 1987 - 1988 | Pas de Commentaires »

1ère écriture de Mylène

Posté par francesca7 le 16 août 2011

 

Ode à la jeunesse éternelle 

 

1ère écriture de Mylène dans Mylène 1985 - 1986 blog60Ils le savent, comme le risque est gros, la barre est placée très haut : Mylène doit à  tout prix sortir une chanson qui marche si elle veut continuer l’aventure dans cet univers qui lui apporte tant de joie malgré les ars supérieurs de certains qui la toisent toujours de haut. Mais elle ne renoncera jamais  mener son combat pour prouver à tous ces loups qu’elle a sa place !

 

Malgré cette pression angoissante, Laurent Boutonnat se plonge dans la composition de quelques musiques tandis que Mylène tente d’évacuer son stress en se tournant vers l’écriture. De son côté, leur manager réfléchit au virage que la carrière de la jeune femme pourrait prendre pour éclater enfin. Il insiste alors auprès du compositeur pour que le prochain titre colle davantage à la personnalité complexe de la jeune femme.

 

C’est dans cette ambiance tendue, mais génératrice d’une incroyable énergie créatrice que Mylène s’essaye à son premier texte, Plus grandir. Une écriture qui s’est faite un peu par hasard, avoue la principale intéressée, même si elle doute encore à ce moment-là de réitérer cet exercice :

 

-          «  Je ne sais pas si je renouvellerai cette expérience. C’est très difficile d’écrie un texte. Ça doit être concis, précis et j’avoue que j’ai eu du mal. Je crois qu’il faut beaucoup de tranquillité et la tranquillité d’esprit que je n’ai pas !  »

 

Pour finalement avouer :

 

-          « L’écriture a été comme une thérapie. Je l’ai découverte tard, car j’ai particulièrement mal vécu mon passage de l’adolescence à l’âge adulte. J’ai ressenti comme un viol de mon moi. Ecrire, c’est s’avouer des choses. Il m’est arrivé de rayer des phrases que ma main exprimait, mais mon esprit me poussait à les retirer. Je ne me sentais pas encore prête pour me les avouer.  »

Publié dans Mylène 1985 - 1986 | Pas de Commentaires »

Déménagement de Mylène

Posté par francesca7 le 16 août 2011

    

 

Déménagement de Mylène dans Mylène 1985 - 1986 mylene-farner-3-jpgProfitant du succès de Libertine, Bertrand Le Page persuade Mylène de quitter son ancien arrondissement trop excentré à son goût de la vie mondaine pour déménager dans un quartier de Paris plus approprié à son statut de star naissante. Il lui choisit alors le quartier des Halles, en plein cœur de Paris, l’endroit branché par excellence. Ce dont il ne se doute pas, c’est que l’ironie du sort la fait emménager dans le même immeuble, rue de Quincampoix, qu’une certaine Jackie Quartz ! 

 

 Le comble pour son manager ! 

 

-          « C’était horrible ! je ne pouvais pas voir l’une sans être vu par l’autre ! Finalement, leur cohabitation aura duré trois ans. Si Mylène se montrait réservée, ce n’était pas le cas de Jackie  ». Nous dira Bertrand

 

Jackie Quartz, un tantinet désemparée, de répondre à propos de sa nouvelle voisine : 

 

-          « Il n’y avait pas de jalousie de ma part. je ne sais pas si Bertrand voulait que je m’entende bien avec Mylène car il pratiquait la loi du « diviser pour mieux régner ». il n’a rien fait pour qu’on se parle. Mylène est venue un jour, elle m’a emprunté quelques habits. Je les lui avais prêtés par gentillesse, mais elle n’était pas ouverte sur les autres. En revanche, Laurent Boutonnat était plus sympathique !  » 

 

 

L’immeuble est bourgeois et l’intérieur de l’appartement se compose de deux pièces ornées de poutres apparentes. Ce lieu deviendra, selon les propres dires de Mylène, « sa prison dorée » où elle reste enfermée la plupart de son temps livre, entrée de ses intimes, c’est-à-dire Laurent Boutonnat et Bertrand Le Page, les deux hommes de sa vie : 

 

-          « j’éprouve de plus en plus de difficultés à me promener dans la rue. Je déteste sortir le soir, aller au restaurant. En même temps, je n’ai jamais envisagé de vivre ailleurs qu’à Paris. J’ai besoin d ‘être au centre de l’action  ».

 

 

Publié dans Mylène 1985 - 1986 | Pas de Commentaires »

Bertrand Le Page

Posté par francesca7 le 15 août 2011

 Un nouvel éditeur : Bertrand Le Page 

 

1984 – L’arrivée du Messie 

 

Voyant que son équipe et lui-même risquent de se faire dévorer tout cru par la grosse machine RCA, Laurent Boutonnat contacte aussitôt un éditeur du nom de Bertrand Le Page qui vient justement de signer un méga tube avec Mise au point Bertrand Le Page dans Mylène 1982 - 1984 Laurent-Boutonnat-Mylene-Farmer-Jerome-Dahan-Maman-a-tort1d’une certaine Jacky Quartz, dont il est l’heureux manager. Laurent Boutonnat est prêt à en mettre sa main au feu : ce personnage haut en couleur pourra certainement donner un coup d’accélérateur au timide début de carrière de Mylène

 

Pour l’heure, quand Laurent Boutonnat frappe à la porte de Bertrand Le Page en 1984, la chanteuse auréolée de son dernier succès, ne voit pas d’un très bon œil que son manager aille faire un tour du côté de chez Mylène

 

Après un seul rendez-vous, l’excentrique et excessif Bertrand Le Page est séduit par la pugnacité du trio et par la fraîcheur de la jeune Mylène, et c’est sans la moindre hésitation qu’il accepte de lancer ce Maman a tort qui a tant de mal à s’imposer. Et puis, Laurent Boutonnat ne lui était pas si inconnu que cela pour l’avoir déjà rencontré quelques années auparavant quand le jeune compositeur recherchait justement un éditeur musical pour la musique du projet d’un certain film nommé Giorgino

 

Encore et encore….. 

 

 

A son arrivée, le nouveau manager reprend tout en main et, miraculeusement, le tais rouge se déroule enfin aux pieds de nos jeunes artistes ! Il faut dire que dès le premier coup d’œil, Bertrand Le page est certain du formidable potentiel de Mylène. Il voit qu’il peut faire de cette jeune femme timide une très grand e star ! 

 

Il le répète à tous : cette fille est née pour connaître un parcours hors normes ! C’est une diva en devenir, comme toutes ces chanteuses qu’il a toujours idolâtrées dans sa jeunesse ! 

 

Mais pour l’heure, dans le milieu du show-biz, il reste le seul à être persuadé que derrière cette étonnante femme à la voix suraigüe se cache un superbe cygne flamboyant. Il est tellement sur de lui qu’il ne demande aucun cachet en échange de ses services : il deviendra juste l’éditeur, tant il est persuadé de son choix ! 

 

Il a appris à écouter son intuition qui ne le trompe jamais. Dès la prise de ses nouvelles fonctions, Bertrand Le Page tape du poing sur la table de chez RCA en exigeant qu’une deuxième pochette du 45 tours soit créée. Exit le noir et blanc qui n’attire pas assez l’œil du public chez les disquaires, il faut du peps et de la couleur ! Aussi, photographie-t-il lui-même la chanteuse en couleur et avec le sourire aux lèvres, s’il vous plaît ! 

 

 

 

 

178258-mylene-farmer-a-l-epoque-de-maman-637x0-3 dans Mylène 1982 - 1984Lors  de l’été 1984, Maman a tort sort dans son deuxième emballage. Grâce aux nombreuses relations que Bertrand Le Page s’est faites au sein des média, la rotation du titre en radio devient plus importante et, surtout Mylène commence à investir les plateaux de télévision. 

 

Les Français la découvrent réellement pour la première fois. Et la jeune chanteuse ne lésine ni sur les émissions, ni sur les reportages photos destinés à la presse jeune, comme dans le magazine Boys and girls du 26 juillet 1984 intitulé : «Les pulls de Mylène Farmer ». 

 

 

 

 

 

Un reportage assez insolite qui nous apprend sa passion pour les pulls en laine, faits maison, bien sûr ! Avec un scoop à la clef : la mère de Mylène aime aussi lui en tricoter, tous plus coquets les uns que les autres… Nous sommes encore bien loin de la star aux phrases si recherchées et au vocabulaire sophistiqué. 

 

 

v172676_12441_9

  

Publié dans Mylène 1982 - 1984 | Pas de Commentaires »

123
 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...