SOUVIENS-TOI DU JOUR clip 2000

Posté par francesca7 le 9 septembre 2011

  • Paroles : Mylène Farmer 

  • Musique : Laurent Boutonnat 

  • Production : Laurent Boutonnat 

  • Mixage : Bertrand Chatenet 

  • Claviers et programmations : Laurent Boutonnat 

  • Batteries : Abraham Laboriel Sr., Mathieu Rabate et Denny Fongheiser 

  • Basses : Abraham Laboriel Sr., Jerry Watts et Billy Sheehan 

  • Guitares : Jeff Dahlgren 

  • Chœurs : Carole Rowley, Sophia Nelson, Caroline Pascaud Blandin et Johanna Ferdinand 

 

Vidéo clip 

Image de prévisualisation YouTube 

Souviens-toi du jour est le trentième single de Mylène Farmer sorti le 28 septembre 1999. C’est le troisième extrait de son cinquième album studio Innamoramento. Ce titre a comme référence le livre Si c’est un homme de Primo Levi qui relate à travers son ouvrage de son histoire vécue dans les camps de concentration. A la fin de la chanson, Mylène chante « Zahrar eth SOUVIENS-TOI DU JOUR clip 2000 dans Les Clips de Mylène 425082769_smallayom », ce qui signifie « Souviens-toi du jour » en hébreu. 

Pour le clip, Mylène fait appel à Marcus Nispel qui avait déjà réalisé les vidéos XXL  , L’Instant X    et Comme j’ai mal  Ce clip, non scénarisé, met en scène Mylène vêtue d’une robe transparente et semblant presque faite de cristal dans une maison en proie aux flammes. 

Mylène Farmer a promu la chanson dans deux émissions télévisée : Tapis rouge, diffusé le 11 septembre 1999 sur France 2, et 100% Johnny, le 12 novembre 1999 su TF1, personnellement invitée par Johnny Hallyday. 

« Souviens-toi du jour » a été interprété pendant les concerts du Mylenium Tour  en 2000 accompagné d’une chorégraphie faisant allusion au langage des signes. Elle portait une robe rouge avec une très longue traine. Après avoir interprété la chanson, Mylène Farmer a félicité le public et a dit au revoir, puis elle a répété deux fois le refrain avec le public. Cette performance figure sur le DVD du Mylenium Tour. 

 

Publié dans Les Clips de Mylène | Pas de Commentaire »

OPTIMISTIQUE MOI – clip 2000

Posté par francesca7 le 9 septembre 2011

 Réalisateur : Michael Haussman
Durée : 4’25
Année : 2000
Production : Requiem Publishing & Stuffed Monkey
Budget : environ 150.000 €

Scénario : Mylène Farmer
Photographe : Claude Gassian
Acteur : Sophie Tellier (la Rivale), Gérard Nublat (l’amant), Rambo Kowalski alias Hervé Lewis (le duelliste de Mylène)

Dates du tournage : janvier 2000 (2 jours)
Lieu du tournage : Prague, en République Tchèque

Clip présent sur :
Music Videos III 

 

Vidéo clip

Image de prévisualisation YouTube 

 

01/2000 – Tournage du clip (Deux jours de tournage à Prague, en République Tchèque)
21/02/2000 – 1ère diffusion du clip 

 

l’histoire 

 

Un spectacle de cirque. Le présentateur annonce un numéro d’équilibriste. Mylène apparaît, vêtue d’une simple robe blanche et arborant une coiffure psychédélique, en équilibre sur un fil. Son parcours est semé d’embûches, symbolisées par les autres acteurs du cirque, hostiles. Un lanceur de couteaux, un cracheur de flammes, un dresseur de lions. Pendant un instant, Mylène s’imagine même à la place de ce lion en cage… Une fois parvenue au bout de ce fil, un éléphant la dépose sur une boule d’équilibriste. Un petit singe sur l’épaule, elle avance sur la boule vers un magicien, le seul qui semble s’inquiéter de son sort et ne lui est pas hostile. Lorsqu’elle arrive devant lui, le lanceur de couteau en envoie un transpercer la boule. Mylène descend, et le magicien l’invite à prendre place dans une boîte magique, après l’avoir vêtue d’un manteau blanc. La boîte est ensuite refermée et transpercée d’épées, puis le magicien l’ouvre. Mylène a disparu, remplacée par des colombes qui prennent leur envol. Elle se trouve à l’arrière d’un camion, en pleine campagne, libérée du cirque oppressant. 

 

 

 

OPTIMISTIQUE MOI - clip 2000 dans Les Clips de Mylène Optimistique_moi2

 

Optimistique-moi fait partie des chansons de Mylène dont le texte aura été le plus disséqué par les fans. Au final des analyses assez diverses pour un texte souvent obscur ou ambigu.

Tout d’abord le titre: Optimistique-moi.
Inutile de chercher dans le petit Larousse; « optimistiquer » est un terme que vous ne retrouverez que dans le lexique de … « La Rousse ». Proche du terme « optimistic » signifiant « optimiste » en anglais, « Optimistique-moi » semble refléter à la fois le côté positif et constructif d’une relation décrite dans cette chanson mais également son côté essentiel, protecteur. 


Un titre complexe pour une chanson et une relation qui ne le sont pas moins. 

L’Analyse 


Mylene-Farmer-Optimistique-Moi dans Les Clips de MylèneTrès souvent, Optimistique-moi est présenté de façon probablement trop simpliste comme une chanson sur l’inceste. L’inceste est présent en filigrane le long du texte. Des allusions qui conduisent notre esprit à y penser sans référence directe ou évidente. La phrase « Qu’aussitôt tes calins cessent toute ecchymose » est le parfait exemple pour démontrer que Mylène souhaite avant tout suggérer. La sémantique utilisée (« petit bouton de rose »…) évoque aussi parfois indirectement ce thème. Le complexe d’OEdipe cher à Freud plane sur cette chanson ainsi que tout le trouble qui peut en découler.

 

Enfin, certains fans ont établi un parallèle entre ce texte et le clip Comme j’ai mal  réalisé en 1996 par Marcus Nispel qui montrait une petite fille maltraitée par son père trouver refuge auprès d’insectes dans un placard sombre, clip se terminant par la transformation de Mylène en un sublime insecte hybride. Et certains, de noter même, qu’il suffit d’inverser deux lettres et « insecte » devient « inceste ». 


L’analyse de ces paroles conduit aussi à comprendre que cette chanson met en scène trois personnages: le père, l’enfant mais aussi la mère non évoquée jusqu’à présent dans les lignes précédentes. Les couplets sont construits sous la forme de dialogues, dialogues de sourds? 

La mère ne comprend plus son enfant, le rejette. Les « ecchymoses » en résultant conduiront la petite fille à trouver refuge auprès de l’amour de son père. On sait l’importance de la figure paternelle dans l’enfance de Mylène qui avait déjà consacré deux textes à celui qu’elle aimait tant (Laisse le vent emporter tout, Dernier sourire).

 

Le saviez-vous ? 

 

- C’est en tchèque que parle le personnage du tout début du clip Optimistique-moi (l’élocution est un peu maladroite, mais pourtant !) : « Dobry den, damy a panove! Vitam vas v nasem cirkuse. Napriklad tuhle… ». 


Traduction : « Bonjour mesdames et messieurs ! Soyez les bienvenus dans notre cirque. Par exemple ici… » 


Il semblerait qu’il y ait une ou plusieurs phrases qui ont été coupées, d’où un rendu est un peu étrange. 

Publié dans Les Clips de Mylène | Pas de Commentaire »

DEGENERATION – Clip 2000

Posté par francesca7 le 9 septembre 2011

 

 

Images : Luc Besson
Paroles et Musique : M.Farmer L.Boutonnat 

 

VIDEO / 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

Tourné à Prague pendant une semaine et réalisé par Bruno Aveillan, la vidéo a une durée de 4’40″. 

 

Le clip montre Mylène Farmer allongée sur une table d’opération, dans un laboratoire, entourée de scientifiques. Elle se réveille, se libère de ses liens, se lève, et projette de ses paumes autour d’elle des effluves bleues agissant sur les membres du laboratoire et les militaires, qui exécutent alors des ébats charnels. 

La chanteuse y est présentée comme une créature surnaturelle enfermée dans un laboratoire militaire afin de servir de cobaye. Elle dispose de pouvoirs (que les humains souhaitaient exploiter) qui lui permettent de contrôler les mouvements des autres. Elle les utilisera pour se défaire de ses liens et pour rendre les humains inoffensifs. Elle les contraindra ensuite à s’aimer (au sens physique du terme). Les effluves bleues qu’elle diffuse représenteraient la concorde, la félicité et l’amour. 

Mylène Farmer a justifié lors de son interview par Claire Chazal, que l’idée de ce clip était de transformer « l’ultra-violence » du monde actuel en Amour. 

DEGENERATION - Clip 2000 dans Les Clips de Mylène degeneration-clipLe clip a été interdit aux moins de 10 ans en télévision. 

 

« Certains disent également que dans le clip de Dégénération, Mylène Farmer serait une extraterrestre envoyée sur Terre. Récupérée par des nazis allemands, elle se voit disséquée, d’où la grande cicatrice dans le dos sur la pochette. Mylène se réveille en pleine opération et ramène la paix en envoûtant ses agresseurs, grâce à des pouvoirs surnaturels. » 

 

 

Dégénération sera ensuite le premier extrait du 7e album studio de Mylène Farmer, Point de suture

 

En quatre mois, le titre est devenu la 22ème meilleure vente de singles de l’année 2008. 

 

 

 

 

DEGENERATION LE 5è 2LL2MENT / Image de prévisualisation YouTubeFait l’objet du Clip Non officiel 

 

Publié dans Les Clips de Mylène | Pas de Commentaire »

INNAMORAMENTO clip 2000

Posté par francesca7 le 9 septembre 2011

 

 

Date de tournage:  Septembre 1999 (live)
Juin 2000 (exterieur) 

 

Lieux de tournage: Bercy (Paris) – Oise (forêt) 

Réalisateur: François Hanss 

Durée: 5’52

 

 Vidéo 

Image de prévisualisation YouTube 

 

 

Innamoramento est le cinquième album studio de Mylène Farmer, paru le 7 avril 1999. 

 

Le clip permet la transition entre l’album studio Innamoramento dont cette chanson est le cinquième single extrait en juillet 2000 et l’album et la vidéo live Mylènium Tour qui sortiront en décembre 2000.

Les séquences live ont été filmées à Bercy lors des concerts des 24, 25, 26 et 29 septembre 1999.

Les plans en extérieur ont été tournés en juin 2000.

Les premières diffusions du clip en télévision ont commencé le 12 juillet 2000.

 

INNAMORAMENTO clip 2000 dans Les Clips de Mylène 375327_S81ZTAPXKXFS5PMTFB2EEOFW4LHQ2W_mylene-farmer-2_H170556_LLaurent ne réalisera là encore aucun clip de l’album, et se révèlera absent de la tournée Mylenium Tour. Il ne réalisera donc pas le film du concert, laissé aux mains de François Hanss. 


Le 10 mai 2000, Laurent étend ses activités financières en créant LB Société Civile Immobilière, qui s’occupe de la vente de biens immobiliers. Strictement rien à voir avec le penchant artistique de Laurent !!! 

Innamoramento comportant 13 titres dont 9 composés par Laurent Boutonnat. Mais il ne réalisera pour la première fois aucun clip et sera même complètement absent du mylenium Tour.

 

 « L’amour naissant, ou « L’Innamoramento » italien. L’étincelle dans la grisaille quotidienne. Le bonheur mêlé d’inquiétude parce qu’on ignore si ce sentiment est partagé. Un état transitoire qui débouche parfois sur l’Amour. Un phénomène comparable aux mouvements collectifs révolutionnaires ». Voilà l’édito de l’album, une citation du livre Innamoramento  amore du sociologue italien Francesco Alberoni

 

Ce mot Innamoramento provient de l’italien : la traduction française la plus proche serait « L’amour naissant », « s’énamourer » ou « l’acte ou sensation de tomber amoureux », ce moment de transition entre deux états – celui de ne pas être amoureux, et celui de l’être. 

 

Après le virage rock de Anamorphosée, la chanteuse renoue avec un style « variétés » en intégrant quelques touches ‘world’

 

mylene-farmer-adore-innamoramento-img dans Les Clips de MylèneEmpli de références aux livres de Francesco Alberoni, Primo Levi ou encore Le Petit Prince, mais aussi à Bouddha, à la peinture de Egon Schiele et au film La fille de Ryan de David Lean, Innamoramento dévoile une Mylène Farmer maîtrisant son écriture et jouant avec les mots et les doubles sens (Optimistique-moi , L’Âme-Stram-Gram

 

 

 

 

 L’album sera un nouveau succès, dépassant les 1 300 000 ventes, et permettra à Mylène Farmer de tout rafler sur son passage : Disque de diamant, disques d’argent pour la plupart des singles extraits, Artiste de l’année 1999 et 2000 aux NRJ Music Awards, Meilleur Album aux NRJ Music Awards, Meilleur Clip aux M6 Awards… 

 

 

Publié dans Les Clips de Mylène | Pas de Commentaire »

L’Ame Stram-Gram – 1999

Posté par francesca7 le 9 septembre 2011

Réalisation : Ching Siu Tung
Année : 1999
Durée : 7’50 mn
Acteurs : Mylène Farmer. Valérie Bony (son double)… 

 

Vidéo : Image de prévisualisation YouTube 


L’un des plus beaux clips de notre ange roux commence par un cliché. Pas au sens négatif, certes, mais un cliché quand même. Lequel ? Si je vous évoque la majestueuse muraille de Chine baignée des lueurs orangées de l’aurore, ça ne réveille pas vos souvenirs ? Mais comme tous les choix esthétiques de Mylène ou presque, ce cliché est loin d’être innocent, puisqu’il fait écho à l’image qui clôture le clip. Quelle signification à ce parallélisme, allez-vous me dire ? Eh bien, peut-être est-ce simplement une manière de résumer l’histoire qui va nous être présenter. De comparer la course du soleil au déroulement d’une vie. L’aurore serait ainsi l’éveil des deux âmes que sont les jumelles interprétées par Mylène et le coucher du soleil, la fusion de ces âmes dans le royaume de la mort.

Mais ce n’est pas là le dernier symbole dont Mylène est toujours si friande. Bien au contraire, l’Ame-Stram-Gram regorge de symboles, tous au service du thème principale du clip : la communion totale de deux âmes représentées par les jumelles. Il y a des symboles très simples à interpréter, comme le fait que Mylène joue le double rôle de deux sœurs jumelles, ou encore le pouvoir et la puissance magique qui naissent de l’union des fameuses langues de serpents de ces deux sœurs. Et puis il y a l’idée d’une réelle communion, totale, extraordinaire, qui passe notamment par une litanie proche d’une incantation rituelle. Par cet « Ame-Stram-Gram… » qui donne son nom et sa profondeur à la chanson. Les jumelles le murmurent au début, dans cette scène particulièrement belle, rythmée par une musique douce, où elles jouent, rient et s’enlacent au milieu d’un ballet de voiles aériens aux couleurs pastelles. Cette litanie est également le départ du refrain qui ponctue à chaque fois la réunion des langues de serpent pour terrasser l’Ennemi. 

L’Ame Stram-Gram - 1999 dans Les Clips de Mylène ClipASG02


La communion totale se passe même de mots. D’un simple regard, Mylène et son âme sœur communiquent et se comprennent. L’importance des regards magnétise ainsi tout le clip, lui offrant une intensité troublante, instillée dès la première scène. Cette compréhension silencieuse est aussi à l’origine de l’un des plus bouleversants moments du clip. Lorsque l’une des jumelles est enlevée et malmenée par une troupe d’assaillants brutaux et cruels, on voit se former sur ses lèvres son propre nom « Mylène ». Et ce cri est entendu par son âme sœur, qui pourtant est encore loin du lieu des tortures. Cet appel désespéré entraîne ainsi un acte désespéré. Lorsqu’il est entendu, l’autre jumelle, blessée pendant l’enlèvement de sa sœur, comprend qu’elle ne parviendra pas à temps à rejoindre sa sœur. Epuisée et vacillante, elle lève son visage vers le ciel pâle, ferme les yeux et se jette en arrière, dévalant les marches de l’escalier qu’elle tentait difficilement de gravir. Son âme s’élève doucement au-dessus du corps désormais sans vie et va secourir sa sœur, l’aidant à venir à bout des brutes qui la détiennent. 



A cette scène agitée, pleine de violence et de douleurs silencieuses, succède une scène plus paisible, presque magique. Les âmes sœurs réunies entrelacent leurs doigts et virevoltent dans le ciel pâle d’une aube qui s’achève. Cette communion exceptionnelle est soudain brisée par l’éblouissement d’un premier rayon de soleil. La mort reprend ses droits, les deux sœurs son séparés. L’une rejoint les cieux où elle se dissout, l’autre retombe brutalement sur terre. Mais deux âmes sœurs ne sauraient être séparées. Après avoir appelé en vain sa jumelle, Mylène monte sur la muraille de Chine. Au bord du précipice, elle ferme les yeux. Des sons flûtés accompagnent les souvenirs doux-amers de jeux et de rires qui semblent encore tellement proches. Le corps bascule. Mylène se suicide. Pour rejoindre son double, elle se mue en colombe.

Elles s’éteindront de la même façon, trouvant leur communion jusque dans la mort. Vêtues de blanc, leurs mains se retrouvent et s’agrippent. Elles sont cette fois unies dans l’infini de la mort et de l’éternité. « En moi, en moi, toi que j’aime… ». 

 

 

ClipASG03 dans Les Clips de Mylène

 

Publié dans Les Clips de Mylène | Pas de Commentaire »

JE TE RENDS TON AMOUR – 1999

Posté par francesca7 le 9 septembre 2011

Réalisation : François Hanss
Année : 1999
Durée : 5’08 mn
Acteurs : Mylène Farmer… 

 

 

Vidéo : 

Image de prévisualisation YouTube 

 

 

Phrases sibyllines, images ambiguës nimbées d’un léger parfum de soufre, accueil controversé et censuré… Je te rends ton amour n’a laissé et ne laisse encore personne indifférent. Eveillant les extrêmes, du rejet violent proche de la haine à cet amour admiratif que nous lui portons (nous les fans), Mylène a une nouvelle fois choqué la foule des biens-pensants. Et que l’on soit croyant ou résolument athée, impossible d’ignorer la vague iconoclaste qui secoue le clip, et qui offre à des paroles troubles un éclairage d’une profondeur particulière qu’il convient de savourer. Et d’interroger ? 

 

Cette fois, notre ange roux se fait ange aveugle, silhouette vacillante émergeant d’un tunnel obscur et noyé d’un voile de brume. Femme d’un autre temps, dans une longue robe rosée, elle s’aventure dans une forêt irisée d’ombre et de lumière. Et sous l’œil maléfique d’un homme vêtu de noir, elle se dirige en hésitant vers une église ancienne, abandonnée au silence et aux ballets de poussières virevoltantes. C’est dans cette abbaye délaissée, dans un confessionnal ou les confidences ne sont plus recueillies que par des statues muettes, que Mylène vient déposer un fardeau devenu trop lourd pour elle. Les mains posées à côté d’un missel ouvert dont elle a effleuré les inscriptions en braille du bout des doigts, elle s’offre sans le savoir, paumes ouvertes, au Malin qui l’a suivie jusque dans le lieu sacré. 

 

JE TE RENDS TON AMOUR - 1999 dans Les Clips de Mylène ClipJTRTA02


Avant de prendre la place du prêtre absent, l’homme caché sous une longue cape sombre bafoue un à un les symboles d’une foi ici trop longtemps oubliée. Il trouble d’une main l’eau bénite qui s’abîme dans un soupir de fumée. Il balaye d’un geste la flamme pure des cierges qui veillaient sur le repos des êtres disparus. Il renverse les chaises sur lesquelles plus aucun fidèle n’est venu prier depuis bien longtemps. « Je te rends ton amour… » laisse fuser Mylène dans un murmure triste, en déposant avec douceur son anneau de communion sur son missel. Se doute-t-elle qu’en rejetant Dieu elle s’abandonne au Diable ? A cet homme silencieux qui la fixe de ses yeux rouges à travers les grilles ouvragées du confessionnal où elle avait trouvé refuge ? 


C’est ce même confessionnal qui signera la fin de son innocence. Tel Jésus sur sa croix, une perle pourpre naît sur son poignet et glisse entre ses doigts. Suivie d’un autre stigmate, d’une autre goutte de sang, symbole douloureux dessinant la courbe d’une jambe nue. Mylène, les yeux grands ouverts sur une nuit qu’elle ne peut combattre, tente les desseins du Diable par son air fragile. 

 

L’apprivoisant de ses caresses, il la prend dans son propre sang, mare visqueuse qui s’étale lentement aux pieds du confessionnal. Mylène s’abandonne. Elle cesse de lutter. Et la longue et inévitable chute d’une statue sacrée dont le visage se brise sur le sol à l’instant même où Mylène ferme les yeux, incarne sa défaite. 

 

 

ClipJTRTA05 dans Les Clips de Mylène

 


Signe de sa foi brisée, le socle dénudé où reposait la sculpture révèle dans un souffle des inscriptions sataniques enfouies sous la pierre. Demonas… « Je te rends ton amour… » répète notre ange roux alors que la caméra survole l’église dévastée pour s’immobiliser sur la statue de Jésus crucifié. Puis sur Mylène, crucifiée à son tour. Nue, couverte de son sang, elle s’offre aux caresses du Malin. Elle est sienne, désormais. Il a profité de son désarroi, et il est parti. L’eau bénite s’est muée en une mare de sang. Seule, dans la position du fœtus, sa nudité entièrement maculée de sang séché, Mylène a droit à une nouvelle naissance.

Délivrée de sa foi, à jamais transformée par un viol qu’il n’a pas su empêcher (« Tu m’as laissée me compromettre… »), Mylène se baigne dans son sang. Puis, le regard fixe et tourmenté, elle pose son alliance dans la flaque pourpre, aveu définitif de la mort d’un amour et d’une foi trop souvent trahis. Et, vêtue d’une robe aussi noire que la cape de cet homme qui l’a attirée vers le néant, elle quitte l’église. Eglise qui restera à jamais le tombeau de son innocence. Et peut-être aussi celui de nos illusions. 

 

ClipJTRTA08

Publié dans Les Clips de Mylène | Pas de Commentaire »

Clip REVER – 1996

Posté par francesca7 le 2 septembre 2011

 

 

VIDEO CLIP 

Image de prévisualisation YouTube 

 

retrouvez également les coulisses du tournage :

 [gv data= »http://www.dailymotion.com/swf/
« Rêver » – les coulisses du tournage par zistwar-kreol-production« ][/gv]

LE CLIP RÊVER 

Le clip est un extrait des concerts.

Le single est un joli succés atteignant la 07ème place du top singles français.
Ce qui fait de Rêver un réel tube c’est non seulement sa capacité à avoir relancé les ventes de l’album Anamorphosée qui, grâce à ce single, atteindra pour la première fois la pôle position du top albums français mais aussi ses diffusions radios nombreuses et prolongées. Rêver fait à présent partie des classiques dans le répertoire de Mylène.

 

L’histoire de « Rêver » : 

Clip REVER - 1996 dans Les Clips de Mylène MF2000_100aLa chanson « Rêver » tient une place particulière dans la carrière de Mylène Farmer ! C’est une chanson forte en émotion et qui a fait couler beaucoup de larmes sur scène.

Suite à sa chute lors d’un concert à Lyon le 15 juin 1996, la chanteuse a du mettre en suspens sa tournée. Elle décide de sortir un cinquième et dernier extrait de l’album « Anamorphosée » qui a déjà dépassé le million d’exemplaires vendus (bien qu’il n’ait été prévu initialement que quatre singles). A noter que c’est ce titre qui permettra à l’album de se classer pour la première fois en première position des meilleures ventes d’albums et ce un an et demi après sa sortie !

Le single sort en CD 2 titres et en maxi CD dont une version limitée en digipak incluant un remix inédit de XXL. La face B du single sera la version live en attendant la sortie de l’album live. Le single se vendra à 100 000 exemplaires.

Pour la promotion, Mylène enregistre l’émission « Les enfants de la guerre » où elle chante sa chanson (en playback) dans la même robe que les concerts.

La chanson sera interprétée dans une version très émouvante parsemée de larmes lors de la tournée 1996. Lors du « Mylenium Tour » en 2000, la chanteuse larmoyante l’interprète et demande au public de chanter les refrains. Pour les concerts de « Avant que l’ombre… A Bercy » en 2006, Mylène retiens un peu ses larmes mais l’interprétation est toute aussi émouvante.

1215987505_degeneration-paris-match dans Les Clips de MylèneLe titre sera interprété lors des NRJ Music Awards 2003 en live et en direct accompagnée par Yvan Cassar au piano. C’est la première fois depuis plus de 17 ans que Mylène chante en direct à la télévision. Sa dernière prestation télé en direct date de 1987 pour « Tristana » où des problèmes techniques étaient au rendez-vous.

Cette chanson sera l’hymne des Enfoirés en 2002 bien que Mylène Farmer ne participe au chant. A noter qu’Alizée interprète seule le premier couplet de cette version plutôt réussie.

Un vers du refrain fait référence à un livre de Vernon Sullivan, alias Boris Vian : « J’irai cracher sur vos tombes ». Ce livre scandale avait fait polémique en 1947 par ses propos violents et sexuels. L’auteur sera même condamné à une amende de 100 000 francs pour outrage aux mœurs par l’intermédiaire de son livre.

Publié dans Les Clips de Mylène | Pas de Commentaire »

Clip COMME J’AI MAL – 1996

Posté par francesca7 le 2 septembre 2011

Date de tournage:28 août 1996 

 

Lieu de tournage: Los Angeles 

 

Réalisateur: Marcus Nispel 

 

Durée: 05’00 

 

 

VIDEO 

Image de prévisualisation YouTube 

 

 

COMME J’AI MAL 

 

Dans une maison assez sombre, une jeune fille prend plaisir à contempler ses insectes. Mais se sentant menacée par son père, elle cache ses insectes dans une boîte. L’homme arrive alors, tape la fillette. La fille, tremblante se cache alors dans son placard, un insecte à la main. Mais bientôt, elle va aller chercher dans la cuisine tous les ingrédients nécessaires à sa métamorphose. Elle se couvre alors de miel et, avec le temps, se retrouve dans un cocon. Elle commence à en sortir, le corps gluant et se retrouve dans un lieu étrange, des ailes au dos, les ongles très longs, les cheveux dans tous les sens. La métamorphose en papillon est alors terminée… 

 

 

 

Analyse

« Comme j’ai mal » est le 4e single extrait de l’album « Anamorphosée ». Un album aux tendances américaines, au son plus rock, où sa plastique prime sur les textes… enfin à première vue :-) Marcus Nispel a réalisé trois vidéos clips pour la belle rousse. « L’instant X », « XXL » et pour finir « Comme j’ai mal ». Les deux premiers clips se veulent optimistes et sexy alors que le troisième, reprend l’ambiance des premières vidéos de Laurent Boutonnat.
Clip COMME J'AI MAL - 1996 dans Les Clips de Mylène ClipCommeJaiMal01
Ce clip retrace les péripéties d’une petite fille, alias Mylène, qui subit les violences répétées de son paternel. Tout au long du clip, il y a un jeu d’obscure clarté. La fillette, Mylène, sont éclairées tout au long du clip par une lumière vive. Vêtues de blanc toutes les deux, elles représentent une « pureté/ innocence violée ». Leur lieu de refuge n’est autre que la penderie de l’enfant. Celles-ci s’y réfugient régulièrement afin de ne pas subir les mauvais traitements d’un père violent. On peut aussi ajouter à ce drame, l’absence d’une mère incapable de faire quelque chose pour son enfant. Tout le reste du clip est sombre, lugubre. On a cette impression d’être le spectateur d’une maison sans vie, décharnée d’amour et de joie.

« Je bascule à l’horizontal, démissionne ma vie verticale » signifie que l’enfant souhaite abandonner sa vie de petite fille meurtrie. 


Elle a, pour amis, des insectes de toutes sortes et une poupée borgne, qui l’accompagnent tout au long de son douloureux chemin. 


« Ma pensée se fige animale » : La petite fille a pour désir d’appartenir au monde des hyménoptères, coléoptères et autres insectes invertébrés afin de s’échapper de sa vie actuelle. 


La petite s’est imaginée un univers qu’elle seule connaît, où elle se sent bien avec ses confidents. C’est pour cela que la fillette ingurgite des quantités de sucre et de miel afin de devenir ce qu’elle désire pour échapper au sort que son père lui réserve à chaque visite nocturne. Devenir une sorte d’animal chimérique, tiré de nos rêves sans doute 


On pourrait aussi supposer que « la pensée animale » serait une régression de l’être humain, état basique d’un être sans sentiment. 

 

ClipCommeJaiMal08 dans Les Clips de Mylène« Abandon du moi, plus d’émoi » : Devenir insecte serait pour la fillette synonyme de libération, d’abolition de ses souffrances infligées à tort. La souffrance et la peur s’envoleront… sans être oubliées. Quand on est un enfant, les idées parfois les plus farfelues semblent être les meilleures.
« Je vis hors de moi et je pars » Ne plus exister sous cette enveloppe charnelle pour mieux exister ailleurs, parmi ceux qu’elle affectionne. Peut signifier aussi, l’abandon de la raison, déconnexion au monde humain…

Le refrain traduit d’une part l’analyse de la souffrance et d’autre part la libération en s’éloignant de cette souffrance. « Je te laisse parce que je t’aime » signifie que la fillette préfère s’enfuir et enterrer ses souffrances au plus profond de son être plutôt que d’affronter une personne qu’elle aime malgré les coups portés à son encontre.

Telle une chrysalide enfermée dans son cocon de soie, la gamine essaye d’atteindre son objectif. Fuir parce qu’elle souffre, fuir pour vivre. C’est à cet instant que la petite fille prend l’apparence de Mylène, et devient une sorte d’hybride entre humain et insecte. « Je m’abîme d’être moi-même, avant que le vent nous sème, à tous vents je prends un nouveau départ« . Nouveau départ ici, peut être interprété de deux manières : La première, renaître d’une autre manière, sous une nouvelle forme vivante (insecte) ; la deuxième plus terrifiante pourrait nous amener à penser à la solution extrême du suicide.

Pour la fin du clip, il est difficile de donner un point de vue, une remarque quelconque. On découvre alors Mylène, animal chimérique dans la pénombre de la nuit, et, la petite fille courant à vive allure dans les bois avec sa poupée. Les derniers moments du clip sont assez vagues : le père se réveille et s’aperçoit probablement que sa fille a disparu. Celle-ci a stoppé sa fuite et semble réfléchir dans les profondeurs de la forêt. On suppose que l’enfant reviendra auprès de ses parents mais ne pardonnera pas pour autant les blessures qu’on lui a infligé. On peut même croire que cette femme ne pardonnera pas puisque Mylène d’une part, tournera le dos (dans le rôle de l’enfant) et d’autre part, se repliera sur elle-même (dans le rôle de l’animal).

Même si Mylène a changé avec la venue de cet album, elle reprend infatigablement les mêmes thèmes tels que La Mort, la solitude, la souffrance, la fuite du temps qui passe… seule nouveauté dans cet opus, sa soudaine fascination pour la spiritualité. 

 

 

Publié dans Les Clips de Mylène | Pas de Commentaire »

Clip CALIFORNIA – 1996

Posté par francesca7 le 2 septembre 2011

Réalisation : Abel Ferrara
Année : 1996
Durée : 5’18 mn
Acteurs : Mylène Farmer (La prostituée/la femme du monde). Giancarlo Esposito (Le maquereau/l’homme du monde)… 

 

 

Vidéo : Image de prévisualisation YouTube 

 

Analyse

Los Angeles… Quelques secondes seulement pour nous plonger dans l’atmosphère moite et bruyante des nuits de celle que l’on surnomme  » La cité des Anges « . 


Une voix, une langue étrangère crépitant à travers une radio de police, l’éblouissement furtif d’immenses panneaux publicitaires, le rugissement furieux d’un moteur… en quelques flashs, Mylène vient de nous transporter dans le tourbillon fou des heures sombres de la ville. 


Le titre se dessine devant nos yeux grands ouverts : les lettres sont pâles, comme déchirées, presque effacées, symbole, peut-être, de la vie de Mylène dans ce clip.

Clip CALIFORNIA - 1996 dans Les Clips de Mylène ClipCalifornia3Les premières paroles résonnent et semblent donner vie à Mylène qui nous apparaît soudain, enveloppée d’une lumière chaude. 

Pour  » California  » elle reprend, non sans délice, un rôle qu’elle affectionne particulièrement : la voilà femme des rues, femme perdue. La voilà  » prostituée « . De luxe, évoluant dans la soie et la lueur froide des diamants, mais aussi prostituée des bas-fonds, arpentant les trottoirs et se vendant au plus offrant. Nouveau parallélisme entre deux vies si éloignées et pourtant si semblables…

 

 

La violence s’immisce dès les premières images du clip. Mylène s’accroche avec l’homme du monde dont elle dépend et à qui elle est soumise : il cherche à lui imposer une tenue, et à travers ce choix, à s’imposer lui-même. 


Mylène se révolte contre cette domination, la rejette avec une brutalité teintée de haine. Mais le choix est un mot étranger au monde dans lequel elle vit. 


Prostituée et femme entretenue s’abandonnent à leurs faiblesses, cèdent aux exigences de leurs proxénètes, se vendent pour quelques secondes de plaisirs. 


Et c’est là, au cœur d’un acte sans amour, mosaïque de gestes passionnés, que le parallélisme prend tout son sens. Strass et argent ne sont qu’habiles apparences. Quand le désir devient maître, le proxénète et l’homme du monde révèlent le même goût de la possession et de la domination. Et Mylène, alors, n’est plus que soumission.

ClipCalifornia7 dans Les Clips de MylènePuis vient la confrontation, la rupture, la faille, celle qui prend corps dans l’échange bref mais si intense d’un seul et unique regard. 


L’une contemple sa vie dans sa lumière la plus crue, à travers cette prostituée égarée, campée sur le trottoir d’une rue malfamée : elle se voit telle qu’elle est vraiment et, par contraste, comprend ce qu’aurait pu être sa vie. 


L’autre est surtout frappée par cette femme belle et lointaine, ce regard hanté et torturé si semblable au sien… 


Cela n’a duré qu’une fraction de seconde dans une vie qui, lentement, est en train de s’achever. Le proxénète et l’homme du monde ne permettent pas à leur chose d’ouvrir les yeux. La brillance et la menace d’une lame d’un côté, une main arrêtant un geste de l’autre, suffisent à briser ce lien ténu mais définitif qui s’est tissé entre les deux femmes. 


Impuissante, Mylène s’éloigne dans la luxueuse voiture, alors même qu’en elle, intimement, se glisse la conviction que ce sosie inattendu s’apprête à rendre l’âme.

Sa conscience la torture alors et ne tarde pas à la rattraper. Contemplant son visage triste dans un miroir, Mylène voit sa vie, la futilité de ce luxe et de cette domination contre laquelle tout son être se rebelle. La décision qu’elle prend soudain ne fait que puiser dans les racines de la haine et du désenchantement profondément ancrés en elle. Sur le trottoir, ce n’est plus une rouquine aux cheveux courts et au regard fatigué, mais notre Mylène en veste de tailleur et porte-jarretelles. Elle provoque le proxénète et l’entraîne dans une joute amoureuse et fatale. Le regard douloureux mais décidé, elle le poignarde sauvagement, sans remords. Dans sa tête, des images de sa vie et de celui dont elle se venge secrètement se mélangent à celles de cette prostituée dont le corps sans vie gît sur une civière.

C’est une partie d’elle qu’elle vient d’assassiner, celle-là même qu’elle ne supportait plus, cette femme soumise à un homme qui la meurtrissait et la tuait à petit feu. Tout ça s’efface et disparaît sous les coups hargneusement portés. Son ancienne vie se déchire et se meurt dans la violence et le sang. 

Mylène peut partir maintenant. Elle est libre enfin de commencer une nouvelle vie.
 » Aéroport, Aérogare, mais pour tout l’or m’en aller… « 

ClipCalifornia8

 

 

Publié dans Les Clips de Mylène | Pas de Commentaire »

Clip L’INSTANT X – 1995

Posté par francesca7 le 2 septembre 2011

 

Réalisateur : Marcus Nispel
Durée : 4’22
Année : 1995
Production : Requiem Publishing
Budget : environ 80.000 €

Synopsis : Marcus Nispel
Costumes : Jean-Paul Gaultier
Photographe : Claude Gassian

Dates du tournage : novembre 1995 (3 jours)
Lieu du tournage : sur le toit d’un immeuble de New York (New York), aux Etats-Unis

Clip présent sur :
Music Videos II 

 

Vidéo

Image de prévisualisation YouTube 

Clip  L'INSTANT X - 1995 dans Les Clips de Mylène 5d0b4deaAux Etats-Unis, un grand nuage blanc survole la ville de New York. Mylène, vêtue excentriquement semble perdue dans ce nuage. La cité, au dessous, est inondée par la mousse qui arrive de partout. Les gens prennent un plaisir enfantin à jouer avec cette mousse tandis que Mylène face à la caméra entame le refrain. Les immeubles commencent à être pris, la mousse sort par les fenêtres, le World Trade Center disparaît bientôt sous la mousse… 

Pas de réel scénario dans ce clip. Mylène se trouve sur un nuage de mousse. Des séquences de New York et de ses habitants progressivement ensevelis par cette mousse.
Beaucoup y ont vu une référence à la fin du monde ou une purification mettant fin à un ancien monde avant la découverte du nouveau.

 

 

Pour le clip, Mylène Farmer refait confiance à Marcus Nispel : la ville de New York est ensevelie de mousse. Cette métaphore de la fin du monde est assez esthétique mais le clip reste décevant dans son ensemble. On est loin des super productions à la Laurent Boutonnat ! Mylène Farmer dira à propos du clip : « J’ai voulu retracer une journée que l’on peut avoir, où tout va mal. C’est une concentration d’évènements dès qu’on se lève… et tout va mal à nouveau ! Et on attend ce moment et souvent il se passe ça ou dans une journée, ou dans un mois, où à la fois toutes les choses viennent se concentrer, se former un peu comme un puzzle et c’est le moment où tout rejaillit cette fois vers le haut et non pas vers le bas. »

 


 Deuxième clip de Mylène réalisé par Marcus Nispel après
XXL (1995) et avant Comme j’ai mal (1996) puis Souviens-toi du jour (1999).

Un budget estimé à environ 80 000 euros et trois jours de tournage à New-York par -10 degrés. 

 

Publié dans Les Clips de Mylène | Pas de Commentaire »

Clip XXL – 1995

Posté par francesca7 le 2 septembre 2011

 

Date de tournage: Août 1995 

Lieu de tournage: Fillmore une concentration d’orangeraies dans le sud de la Californie 

Réalisateur: Marcus Niespel 

Durée: 04’22 

 

Costumes : Thierry Mugler
Photographe : Claude Gassian

Dates du tournage : août 1995 (2 jours)
Lieu du tournage : Fillmore (Californie), aux Etats-Unis

Clip présent sur :
Music Videos II 

 

XXL Vidéo clip : 

Image de prévisualisation YouTube

 

Chronologie 

08/1995 – Tournage du clip (Deux jours de tournage à Fillmore (Californie), aux Etats-Unis)
18/09/1995 – 1ère diffusion du clip (Diffusion exclusive – M6 (à 20 H) 

 

Budget estimé: environ 230 000 euros (chiffre non officiel). 


Marcus Nispel a également réalisé pour Mylène Farmer les clips 
L’Instant X (1995), Comme j’ai mal (1996) et Souviens-toi du jour (1999). 

 

Synopsis 

 

 

Clip XXL - 1995 dans Les Clips de Mylène 104651316_smallDans ce clip en noir et blanc, Mylène est la figure de proue d’un train du début de siècle qui parcourt les paysages de Californie. Entourée de voiles vaporeux, elle chante partout qu’on a besoin d’amour… Des hommes et des femmes de tous âges, toutes origines et toutes catégories sociales montent, descendent et évoluent dans le train. 

 

 

 

La robe (bleu azur) portée par Mylène dans le clip a été créée par Thierry Mugler.
 C’est Thierry Mugler qui aurait eu l’idée de faire figurer Mylène en figure de proue d’une locomotive dans ce clip.

Marcus Nispel a également réalisé pour Mylène Farmer les clips L’Instant X (1995), Comme j’ai mal (1996) et Souviens-toi du jour (1999). 

 

 


Histoire: 

Clip en noir et blanc.
Mylène attachée à l’avant d’une locomotive à vapeur lancée à toute vitesse.
Dans le train des passagers: des hommes et des femmes de tous les âges, toutes les couleurs, toutes les classes sociales qui semblent tous propulser vers un destin commun le temps du clip.

La locomotive utilisée n’est pas une reconstitution. Il s’agit d’une vraie locomotive à vapeur du début du siècle et d’un train datant de 1906 et qui avait déjà servi pour le film  » Charlie Chaplin » de Richard Attenborough. 


 Mylène a refusé toute doublure y compris pour les scènes les plus dangereuses. Pour filmer Mylène à l’avant de la locomotive lancée à pleine vitesse, un autre train roulait juste devant avec à l’arrière une « louma » qui filmait Mylène sous différents angles. 


 Mylène confiait à Paul Amar le 30 mai 1996 dans l’émission « 20H Paris Première »: »J’étais cablée devant la locomotive et elle roulait vraiment. (…) le train prenait vraiment de la vitesse, et tout d’un coup, on se pose quelques questions (…) on est dans l’action, finalement comme sur scène. » 


Mylène est restée près de quatre heures attachée à la locomotive sous un soleil de plomb. 

 

fzikp2pj dans Les Clips de Mylène

Publié dans Les Clips de Mylène | Pas de Commentaire »

Clip QUE MON CŒUR LACHE – 1992

Posté par francesca7 le 2 septembre 2011

Réalisation : Luc Besson
Année : 1992
Durée : 6’44 mn
Acteurs : Mylène Farmer… 

 

 

 

Vidéo : Image de prévisualisation YouTube 

 

 

 

Analyse


C’est dans un décor sombre et austère que commence le clip. Un monde plat, froid et nuageux. Dieu, constatant le malaise du monde actuel dans son quotidien, demande qu’on lui envoie l’un de ses meilleurs anges pour une mission délicate.

Et c’est Mylène qui s’y colle. Plutôt tendance, elle arrive d’un pas enjoué vers Dieu tout en fredonnant sa chanson. Insolente, voir agacée, elle quitte ses écouteurs et accepte la mission d’un « Yes-sir » plutôt militaire.

Clip QUE MON CŒUR LACHE - 1992 dans Les Clips de Mylène ClipQMCL02Mylène arrive enfin sur Terre. Après avoir ajusté sa courte tenue, elle laisse s’envoler une plume noire, symbole du mal qui s’immisce petit à petit en elle. Notre ange prend possession, dès son arrivée, du corps d’une jeune femme en pleine dispute avec son amant. Mylène est giflée et découvre par la même occasion la violence, ce qui n’a pas l’air de lui plaire. En utilisant son hôte, elle s’empresse de rendre à son interlocuteur la monnaie de sa pièce. Devant le club privé « Q », l’ange découvre le baiser entre deux êtres qui s’aiment. Parallèlement, un homme en sueur, désireux d’entrer dans le club, se prend une claque par un impressionnant videur. Résigné, il se dirige alors vers un lieu étrange où l’on y trouve un distributeur d’amour. Sous les yeux curieux de Mylène, l’homme s’appliquera le masque et prendra sa dose avant de s’illuminer devant son fantasme qui prend la forme d’un danseur en slip kangourou. Pendant ce temps et depuis le début de la mission, Dieu, à travers sa télévision, déplore l’état actuel du sentiment alors que Mylène semble plutôt prendre goût à l’aventure.


C’est alors qu’arrive l’élément perturbateur de l’histoire, sous la forme d’une femme vêtue de noir et lunettes sombres, le SIDA. Le virus pénètre dans le club privé d’un pas décidé et Mylène reste perplexe par cette intrusion plutôt étrange. Notre ange portera pour la première fois, une attention particulière au club. Un  » Q  » très présent. Cette fois-ci, il est le reflet dans l’eau piétiné par une jeune femme qui succombe aux attouchements d’un homme très arrogant. Des caresses de la main vers des zones érogènes, la femme a l’air d’apprécier ! C’est pendant l’acte sexuel que Mylène possédera le corps de la jeune femme. Une mission que notre ange mène avec plaisir au fil des expériences. Parallèlement, un autre refoulé absorbe une dose d’amour. C’est sous la forme de Michael Jackson qu’il se manifestera… malheureusement le destin divin en décide autrement puisqu’il se retrouve malencontreusement écrasé par la sainte croix !

Après l’effort, le réconfort. C’est à l’aide d’une cigarette que Mylène le trouve. Toujours en quête d’information, Mylène vêtue désormais d’une tenue noire, très près du corps, s’apprête à entrer dans le club. En soufflant sur sa plume blanche, elle succombe définitivement à la tentation du mal et perd son innocence. Parce qu’elle l’a perdue, le videur la laissera donc entrer. Luc Besson, isole temporairement l’ange de voiles blancs, représentés pas les parois du préservatif, pour le protéger du SIDA. Par malheur, le virus n’est pas loin et attire rapidement l’ange. Les images s’accélèrent, les clubers s’agitent et les danses deviennent frénétiques. N’oublions pas que le cœur que l’on aperçoit est celui de Mylène. Son rythme s’accentue dangereusement, le virus se rapproche, l’ange accepte le masque et succombe à ses désirs. Une femme vêtue de noire, avec une capuche symbolise la Faucheuse. Mylène respire et s’abandonne. Son cœur éclate, son sang inonde l’écran. Le message est donc clair : au contact du virus, la mort suit de très près…

Pour conclure le clip, nous retrouvons notre héroïne à nouveau dans les cieux après sa métamorphose. 


Dieu constate alors les dégâts. Son ange ne sera plus jamais le même… 

 

ClipQMCL03 dans Les Clips de Mylène

 

Publié dans Les Clips de Mylène | Pas de Commentaire »

Clip BEYOND MY CONTROL – 1992

Posté par francesca7 le 2 septembre 2011

Date de tournage: 1992 

Lieu de tournage: Studios Sets à Stains  (France) Réalisateur: Laurent Boutonnat 

Durée: 05’05 

L’adultère en tant que trahison. Vengeance successives ..

VIDEO CLIP

Image de prévisualisation YouTube 

Déjà très occupé par la préparation du tournage de Giorgino, qui lui prend tout son temps, Laurent Boutonnat prend tout de même quelques jours pour réaliser un dernier court-métrage avec Mylène Farmer

Clip BEYOND MY CONTROL - 1992 dans Les Clips de Mylène fbefb0caMettre en images Pas de doute initialement prévu (suite de Libertine et Pourvu qu’elles soient douces) aurait nécessité beaucoup plus de préparation de temps, et donc d’argent, que celui-ci. Il tournera donc Beyond my Control en deux jours, aux studios de Stains avec Frédéric Lagache, le marionnettiste de Sans Contrefaçon, Christophe Danchaud en doublure masculine et  une danseuse. Le réalisateur dévie de sa narratologie filmique habituelle pour se concentrer sur des images syncopées, montées achronologiquement, mais contant tout de même, si ce n’est une histoire, du moins un « rassemblement thématique ». Dans un monde sur fond noir, dénué de décors, Boutonnat fait évoluer ses personnages autour d’objets et d’éléments forts de son univers. 

Le peu d’accessoires qui sont montrés sont en rapport avec un des deux thèmes de la chanson et du film ; soit le sexe, soit le sang. On y voit un lit à baldaquin, une meute de loups, une proie déchiquetée, un bûcher, un baiser sanguinolent et le vent, omniprésent dans l’œuvre de Laurent. Tous ces symboles mis côte à côte, juxtaposés, mélangés peuvent être interprétés de différentes façons. L’incinération en elle-même et la proie des loups peuvent être lues de manières différentes. Le bûcher et le vent qui ne s’arrête jamais de souffler évoque à nouveau un des films de chevet de Boutonnat :  Les Diables, de Ken Russel (1970). 

Pour la première fois après Plus Grandir (1985) Laurent Boutonnat est attaqué par la censure française. Ouvertement bâillonné par la chaîne M6, par Michel Drucker (alors sur TF1) et par le C.SA : Beyond my Control ne passera que très peu à la télévision française. Malgré la promesse des chaînes M6 et MCM de le diffuser après minuit, seule Canal Plus osera le programmer à n’importe quelle heure de la journée. On rappellera pour mémoire l’immortel verdict du C.S.A (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel) : « Ce nouveau clip de Mylène Farmer n’est qu’un cocktail de sexe et de sang à la puissance mille ». 

Laurent Boutonnat oublie les adaptations cinématographiques de Roger Vadim (1959), Stephen Frears (1988) ou Milos Forman (1989) pour s’attacher au roman lui seul. Dans un décor épuré, seuls un bûcher et un lit à baldaquin se détachent d’un fond noir. Dans un mélange d’images sanguinolentes et parfois vaguement érotiques, deux amants se trompent et se vengent. Dans le rôle du mari, on reconnaîtra Frédéric Lagache

Comme pour brouiller une historie que tout le monde connaît ou a vécu, le réalisateur préfère la raconter en livrant certaines images mentales. On pense au symbole de la femme trompée, à cette image d’une Mylène Farmer ligotée sur un bûcher qui crie la douleur de la trahison dont elle est victime. 

Parallèlement à cela, une scène montrera l’époux volage dévoré par deux loups. On comprendra plus tard qu’ils étaient les outils de la vengeance de la femme trompée. L’histoire racontée de manière anachronique fait écho aux paroles de la chanson qui elles non plus, ne suivent pas l’ordre chronologique de l’action. Le texte lui-même commence par les pensées de la femme venant d’accomplir sa vengeance : 

            «  Je ne comprend plus pourquoi j’ai du sang sur les doigts. Dors en paix, je t’assure, je veillerai ta sépulture mon amour ». 

C’est bien plus tard dans le clip qu’on découvrira la cause de tout cela, dans les ébats crus d’une femme blonde dans les bras de l’homme infidèle. Surpris par la femme trompée, ils se font promettre des représailles, pourtant paradoxales ! 

            « Lâche. C’est plus fort que toi. Toujours en cavale, tu nous fais du mal. Ne t’éloigne pas de mes bras ». 

3a10cbe6 dans Les Clips de MylèneElle lâchera une meute de loups sur le mari volage, qui finira dévoré. Il réapparaîtra plus tard dans une image forte de sens. Un long baiser fougueux avec Mylène Farmer se transformera peu à peu en étreinte cannibale. Le sang sortant de la bouche des deux amants se répand sur leurs visages, matérialisant la passion malsaine qui les lie. Les images dans le désordre le plus complet se succèdent. Alors qu’un loup court en leur direction, tel un vampire la chanteuse embrasse l’épaule de son concubin, de laquelle perle une goutte de sang. Les flammes du bûcher petit à petit baissent d’intensité, alors que les loups s’acharnent sur une carcasse encore sanguinolente. 

Seule, derrière la fumée du brasier qui s’est éteint, Mylène Farmer est là, encore vivante. Maintenant vengée, les tourments de la trahison sont devenus cendres, tout est fini. Mais comme un poison qui ronge, les loups qu’elle avait lâchés l’attendent au bas de son piédestal. Bientôt dévorée par son propre objet de vengeance, la chanteuse encore ficelée regarde droit devant elle. Les loups en contrebas tournent autour d’elle en la fixant du regard. Par la solitude et la mort, voici comment Laurent Boutonnat décide de clore momentanément sa collaboration avec Mylène Farmer. Il ne réalisera plus de clip pour elle pendant dix ans. 

En savoir plus sur Beyond my Control 

860d4a04« Beyond my control » est le quatrième extrait de l’album « L’autre » (qui est déjà disque de diamant pour 1 000 000 d’exemplaires). La chanson « Pas de doute » était pourtant fortement pressentie comme nouveau single par les fans. Avec ce titre, bien que peu connu du grand public, Mylène Farmer va marquer les esprits avec un clip scandale ! En 1992, la chanteuse enchaîne succès sur succès : elle passe à l’état de mythe.Il est question dans ce texte de contrôle de soi, de dérision face à la lâcheté d’un homme mais aussi d’amour et de mort. Mylène veut régler ses comptes avec la gent masculine en tuant son amant volage : « Lâche ! C’est plus fort que toi« . 


La voix que l’on entend dans le refrain de la chanson « It’s beyond my control » est un sample de la voix de John Malkovich dans le film Les Liaisons dangereuses de Stephen Frears.
Le single sort avec les supports habituels (45T, maxi 45T et maxi CD). Mais ce titre est aussi l’occasion de présenter le premier CD single 2 titres, qui aujourd’hui est très recherché par les collectionneurs.

Mylène Farmer n’enregistre aucune télé pour promouvoir le titre : il faut dire qu’avec le clip qui a été préparé, la promotion se fera à son détriment ! 

Deux jours de tournage seront nécessaires au Studio Sets à Stains, lieu où avait été tourné le clip de « Plus grandir » en 1985. Mylène habillée d’une robe longue et ample marche en regardant loin devant elle. Le clip est entrecoupé par des ébats amoureux presque pornographiques, de Mylène qui brûle sur le bûcher, qui marche en chantant, les mains ensanglantées. Pour les scènes hot du clip, c’est Christophe Danchaud (danseur de ses 3 premières tournées) qui fait la doublure de l’homme infidèle Frédéric Lagache (déjà présent sur le clip de « Sans contrefaçon » dans le rôle du marionnettiste). A noter que ce sera le dernier clip de Laurent Boutonnat avant une longue période. Il faut qu’il prépare activement son long métrage « Giorgino » dans lequel Mylène joue le rôle principal.Le clip est envoyé aux télés et leur réaction ne se fait pas attendre : c’est la censure pure et dure ! Trop de sexe, trop de sang, trop de violence ! Toutes les chaînes refusent de le diffuser (hormis Canal + et MCM). La presse s’empare du scandale et diffuse allègrement les « premières images du clip scandale » !

A l’occasion de la sortie de ce titre, la radio NRJ prépare une surprise : un maxi 45T picture-disc collector édité à quelques 50 exemplaires ! Un vrai objet de convoitise pour les fans qui s’arrache à prix d’or, malgré les nombreux pirates qui circulent !

Au final, le single se vendra tout de même à quelques 200 000 exemplaires. Il clôturera également l’exploitation de « L’autre », à ce jour l’album le plus vendu de la chanteuse avec 1 800 000 exemplaires !

Publié dans Les Clips de Mylène | Pas de Commentaire »

Clip REGRET – 1991

Posté par francesca7 le 2 septembre 2011

Réalisation : Laurent Boutonnat
Année : 1991
Durée : 6’17 mn
Acteurs : Mylène Farmer, Jean-Louis Murat. 

 

 

 

 

Vidéo : Image de prévisualisation YouTube 

 

 

 

 

Analyse


Les mugissements lugubres du vent s’adoucissent soudain pour mieux s’effacer devant un murmure lancinant et triste, une litanie de mots dépourvus de sens qui se répètent dans un soupir presque sépulcral. Puis l’écho d’une voix féminine s’ajoute à la prière inlassablement chuchotée sans pourtant l’interrompre. Perdue au milieu d’un paysage désolé noyé de brume, la silhouette sombre d’un train glisse silencieusement sur des rails blanchis par le givre, comme surgie d’un néant infini et glacé. Tout ici semble oublié et délaissé par les hommes. Même la vie s’est enfuie loin de ce chemin fantôme, emportant avec elle son tourbillon de couleurs chaleureuses. Tel un vampire assoiffé, elle a abandonné derrière elle un monde brusquement insipide, victime exsangue, succession d’images grises et mortes soumises à l’agression éternelle du temps.
 

Clip REGRET - 1991 dans Les Clips de Mylène ClipRegrets01


C’est sur ce chaos de formes effacées et endormies que s’élance le clip Regrets. Un homme descend de l’unique wagon à présent immobile, figé lui aussi dans l’atmosphère lourde et froide. L’homme s’avance lentement, balançant quelque chose dans l’une de ses mains, l’autre glissée négligemment dans la poche d’une longue veste noire. D’un geste nonchalant, il ouvre un haut portail que l’on s’attendrait presque à entendre grincer mais qui s’écarte simplement, sans un bruit, comme pour ne pas troubler le calme pesant qui règne alentours. Porte des enfers ou porte du paradis ? Clé d’un songe délicieusement amer ou clé d’une réalité troublante et incroyable ? L’homme vient de pénétrer dans un cimetière où les saisons paraissent avoir été suspendues, où le temps s’est arrêté dans sa course folle et inexorable, où l’hiver est sorti vainqueur d’une bataille âpre dont on ignore tout. Marchant entre de vieilles pierres tombales où plus une fleur n’a été déposée depuis bien longtemps, il donne l’impression d’errer sans but précis, de n’être venu jusqu’ici que pour contempler la désolation de ces tombes que plus personne ne chérit ni ne vient visiter.

L’intrusion de ses pas indolents provoque la fuite d’une biche, élément insolite dans cet endroit désert, seul signe de vie au milieu de ces monuments dressés là pour des personnes à jamais disparues. Dans les vapeurs humides et blanchâtres se dessine alors une deuxième silhouette, mince et sombre elle aussi, marchant de ce même air tranquille à quelques pas de là, ignorée de l’homme qui continue d’avancer sans rien apercevoir de ce qui se passe autour de lui. Il s’est arrêté et assis sur une tombe. Serait-ce celle d’un être aimé ? Serait-ce celle de cette femme qui s’est approché, et cache maintenant de ses mains fines les yeux de notre flâneur solitaire, faisant frémir sur ses lèvres un début de sourire ? Tels des enfants jouant à cache-cache, ils s’élancent soudain dans une course éperdue mais heureuse, s’éloignant de la tombe austère, témoignage implacable de la mort provoquée par leurs rires mais impuissante à les retenir. Puis leur joie exaltée s’apaise et leur pas ralentissent, ne laissant pour seul témoignage que les battements de leur cœur que l’on devine encore agités.
 

ClipRegrets07 dans Les Clips de Mylène


Il ne reste désormais plus entre eux que la douceur et la sérénité du goût retrouvé de leurs anciennes ballades. Ils marchent, unis par l’étreinte silencieuse de leurs doigts enlacés, semblant défier de leur visage paisible cette vie fugace qui ne cesse de leur échapper, pour les entraîner vers l’éternité douloureuse de la solitude et des amours brisés. Le soleil si timide s’éprend alors des amants téméraires et perce les voiles troubles de la brume, les couvrant de ses rayons blafards. Serait-ce là une tentative insensée pour les soustraire quelques instants à l’inflexible pénombre de la mort ? Mais la mort ne permet aucune insolence et ne connaît aucune pitié. Elle ne rend jamais les âmes de ceux qu’elle a fauché. Tout au plus ferme-t-elle les yeux sur les instants volés par ces deux êtres déchirés par leur séparation. « Au vent que je devine, nos lèvres éperdues s’offrent des noces clandestines« . Ombres jumelles, âmes sœurs, ils se lient et se confondent dans une ultime étreinte sage et résignée. Revenus à cette tombe où leur amour repose, ils savent tout deux que leurs courtes retrouvailles s’achèvent ici. C’est elle qui s’arrache finalement à la tendresse amoureuse de ces bras qui ne cherchent plus à la retenir. Elle qui s’échappe après l’avoir contemplé une dernière fois, grave et attendrie, avant de s’évanouir dans les écharpes de brume pour lui épargner sans doute la décision douloureuse de cet adieu inévitable.
 

L’homme quitte enfin le monde suspendu de ses rêves doux-amers, la main refermée sur le bouquet de fleurs séchées qu’il avait offert à sa belle, symbole pathétique et poignant de la mort sans cesse renouvelée de son amour perdu. Car l’ombre évanescente d’une femme aimée mais disparue ne peut bien sûr emporter dans sa fuite ce présent désespéré. Alors, de son pas redevenu tranquille, il remonte dans le train qui l’a patiemment attendu et qui s’ébranle aussitôt, sans une secousse, disparaissant dans l’épaisseur blanche et ouatée du brouillard. Disparaissant comme l’a fait le fantôme brièvement ressuscitée de l’amante opaline, sans un mot, sans un signe, s’évaporant comme le ferait une tendre chimère surprise par la lumière du jour, ou comme le feraient les images douces et floues d’un rêve éveillé, aux premières lueurs de l’aube. Et le paysage rendu à lui-même et à son existence dénuée de vie se soumet à nouveau aux plaintes angoissantes du vent. 

 

ClipRegrets03

 

Publié dans Les Clips de Mylène | Pas de Commentaire »

Clip DESENCHANTEE – 1991

Posté par francesca7 le 2 septembre 2011

Réalisation : Laurent Boutonnat
Année : 1991
Durée : 10’12 mn
Acteurs : Mylène Farmer, Adil Med Mejrhirrou (dans le rôle du petit gavroche) 

 

 

 

Vidéo :    Image de prévisualisation YouTube 

 

 

 


Noirceur, froideur et liberté, voilà ce qu’on retiendra de ce clip de dix minutes. Tourné dans une usine désaffectée près de Budapest en Hongrie, plusieurs journées de tournage, une centaine de figurants au visage grave (exigence du réalisateur), conditions météorologiques difficiles, des ingrédients nécessaires à un nouveau chef d’œuvre signé… Boutonnat/Farmer. Peu de moyens techniques mais, en revanche, un résultat surprenant et digne de notre tandem. Désenchantée fait un véritable carton dès sa sortie, plus d’un million d’exemplaires vendus !!!Cette chanson est d’ailleurs devenue l’hymne farmerien !!! 

 

Clip DESENCHANTEE - 1991 dans Les Clips de Mylène ClipDesenchantee03

 

 L’essence même du clip est un message : Libérer une génération en mal de futur. Mylène met en paroles l’errance d’une génération qui ne sait plus vers qui se tourner pour trouver un sens à sa vie !!! 

 

 Budapest… quelques secondes pour plonger dans la froideur du clip. Mylène, accompagnée par une geôlière ravagée par le temps, s’apprête à entrer dans une prison tenue sous haute surveillance. Soudain esseulée, elle se retrouve face à face avec les autres prisonniers qui lui réservent un accueil des plus particuliers, à coup de boules de neige et de pierres, en guise de bienvenue. 

 

On peut comprendre dans ce clip que la prison est certainement l’image que Mylène veut donner pour représenter la société. Les prisonniers n’ont plus leur liberté et sont contraints aux travaux forcés. La société n’est plus à l’image de l’espoir mais du chaos.
 » Tout est chaos, à côté, tous mes idéaux : des mots abîmés… «  

 

Ce clip est composé de deux parties : la soumission et la rébellion. On retrouve Mylène et le petit « Gavroche » assis sur un lit pendant que les autres prisonniers se reposent. Il ne faut pas oublier que ces deux personnes sont à l’initiative d’une révolte qui conduira les fuyards vers la Liberté. Plus tard, au moment de l’infâme repas quotidien (bouillie de cafards…) Mylène se révolte devant l’assemblée et révèle son impertinence ! Elle est frappée violemment au visage par une geôlière puis se rebelle. Elle arrache les planches clouées aux fenêtres et laisse jaillir la lumière. C’est alors qu’arrive enfin le temps de la rébellion. Les prisonniers se déchaînent, mettent à feu et à sang tout ce qui les entourait jusqu’à présent. 

 

On peut penser que lorsque le Christ sur la croix tombe, Mylène ne compte plus sur la religion pour trouver un sens à sa vie et même je dirais qu’elle n’y croit plus. Il ne faut pas oublier que cette croix est souvent présente dans les clips de Mylène (Sans logique, Je te rends ton amour…). N’oublions pas que  » Marie  » représente la mère de Jésus mais aussi celle de la religion chrétienne.  » à quel sein se vouer, qui peut prétendre, nous bercer dans son ventre « . 

 

Mylène ne cherche plus le réconfort d’une mère quelle qu’elle soit. 

 

On retrouve aussi dans ce clip des images très fortes sur les enfants. Regards tristes et perdus, ils fument, crachent…Des enfants trop souvent abattus par leur faiblesse et terrassés par les coups reçus. Ce sont des enfants à qui on a volé leur enfance, l’espoir et leurs rêves. Encore plus surprenant, l’image où le petit « Gavroche » emprunte le chemin vers la liberté avec la Mort à la main (une mitraillette) et abat les gardes sans aucun remords. Ces enfants deviennent des hommes malgré eux, ne serait-ce que pour survivre. 

 

 Face à cette liberté soudaine sur l’immense plaine hongroise nommée  » Pustza  » dont l’horizon se confond avec les nuages, une autre confusion encore plus grande se heurte aux  » nouveaux libres  » : Le vertige face à la liberté… et c’est sur des regards perdus dans le vaste paysage enneigé que le clip se termine. 

 

 

ClipDesenchantee05 dans Les Clips de Mylène

 

 

 

 

Publié dans Les Clips de Mylène | Pas de Commentaire »

CLIP – Je t’aime mélancolie – 1991

Posté par francesca7 le 28 août 2011

 

 

Date de tournage:  novembre 1991 

Lieu de tournage: Studios Sets à Stains (France) 

Réalisateur: Laurent Boutonnat 

Durée: 05’13 

Clip présent sur : L’autre… 

 

Production : Heathcliff S.A.
Budget : environ 45.000 €


 

VIDEO CLIP 

Image de prévisualisation YouTube
 

 

Synopsis : Laurent Boutonnat
Directeur de la photographie : Jean-Pierre Sauvaire
Montage : Agnès Mouchel
Costumes : Jean-Paul Gaultier
Costumière : Carine Sarfati
Chorégraphie : Mylène Farmer
Photographe : Claude Gassian

CLIP « JE T’AIME MELANCOLIE » 



Dates du tournage : novembre 1991
- Tournage du clip (Deux jours de tournage (un jour pour le combat de boxe, un jour pour la chorégraphie) aux studios Sets à Stains, dans la Seine-Saint-Denis) 


06/12/1991 – 1ère diffusion du clip (‘Tous à la une’ – TF1) 

 

CLIP - Je t'aime mélancolie - 1991 dans Les Clips de Mylène cbb2acb9Suite au meurtre du réceptionniste de Polydor, Mylène Farmer part aux Etats-Unis (officiellement pour passer son permis de conduire). Elle fuit en fait les réactions qu’a pu provoquer l’acte de cet homme vexé de ne recevoir aucune réponse à ses lettres !

 

Laurent Boutonnat lui, commence à préparer pendant ce temps, le tournage de Giorgino qui commencera exactement dans un an. A cette période, il est en plein repérage dans le Jura avec le décorateur du film : Pierre Guffroy. Il prendra toutefois quatre jours pour tourner le clip de Je t’aime Mélancolie.

 

Après quelques jours de préparation pour la construction (sur mesure) du grand ring de boxe, deux jours de tournage sont consacrés aux scènes de combat. Les deux autres jours de tournage sont eux réservés à la chorégraphie orchestrée par Mylène Farmer. On note que les dix danseuses derrière Mylène sont les mêmes que celles de la promotion de Désenchantée, neuf mois plus tôt.

 

Mis à part Sophie Tellier qui, pour la première fois, n’assure plus la coordination des ballets. Elle a décidé juste avant le clip de cesser momentanément sa collaboration avec Mylène et Laurent pour se consacrer à sa propre carrière. Elle attend le tournage de Giorgino pour revenir ….

 

On pressent déjà la fin proche de l’univers de Laurent Boutonnat pendant Je t’aime Mélancolie. L’histoire se fait mince, la durée se fait courte, et on succombe de lus en plus à l’esthétique du clip. Ses derniers véritables courts-métrages n’ont visiblement pour unique but d’en arriver à l’oeuvre ultime : Giorgino. Après ce film, d’ailleurs comment ne pas comprendre qu’il n’est pas la peine faire autre chose ?… Qu’aurait pu faire Laurent l’année suivante qui n’aurait pas paru comme fade ? Il ressemble tellement à u aboutissement que l’univers semble difficile à prolonger. Vu de cette façon, Je t’aime Mélancolie peut être lu comme un avant-goût de « l’après Mylène » chez Laurent Boutonnat. Des clips comme Populaire se rapprocheront d’ailleurs plus de ce film que de mises en scène plus ambitieuses telles Tristana ou Sans Logique.

 

 

 

Contexte : 

 

melancolie dans Les Clips de MylèneUn homme est à la corde à sauter. Mylène, elle ne s’entraîne pas et semble se concentrer comme pour entrer sur scène. Nous sommes dans un gymnase sombre, juste avant un combat. Des voix masculines se font entendre en bruit de fond, comme si dans une autre pièce, on pariait sur quelqu’un. Nous sommes en fait dans un vestiaire. L’entraînement de l’homme est intensif. La personne qui lui fera face ne devra pas compter sur sa pitié. Mylène elle montre son absence d’attendrissement en éteignant par la seule force du poing la flamme d’une bougie. La partie peut commencer .. Nous sommes au bord d’un ring de boxe aux dimensions irréelles. L’espace l’entourant est quant à lui plongé dans l’obscurité. Les cris lointains d’une foule font penser à des spectateurs placés trop loin pour assister correctement au combat. Les seuls intéressés sont les 2 adversaires et nous-mêmes qui sommes placés idéalement aux premières loges d’un affrontement souvent évoqué au sens figuré, mais jamais au sens propre : la guerre homme-femme, la guerre des sexes. Comme elle aime à le dire la même année que le tournage : Mylène « a encore ici quelques comptes à régler avec la gente masculine », comme précédemment dans Pourvu qu’elles Soient Douces et Pas de Doute.

 

 

Chaque combattant à son propre coach (tous deux des hommes) un arbitre vient sur le ring donner le coup d’envoi du combat (un homme aussi). Les regards sont cruels et promettent une haine réciproque qui semble aller bien au-delà des cordes d’un ring… on pense évidemment au jeu de regards entre Libertine et son adversaire duelliste, lorsque l’issue du combat penchait autant d’un côté que de l’autre partie. Après le coup d’envoi, les deux corps se tournent autour durant tout le premier couplet de la chanson. Les deux personnes sont très sérieuses et ne laissent rien transparaître, contrairement aux sourires pervers entre les adversaires de Libertine et Sans Logique. C’est là où intervient la folie de Boutonnat, éternel adepte du décalage et de l’inversion. Parallèlement au sérieux, à la durée et la virilité du combat, Mylène toute souriante danse avec deux danseuses derrière elle sur la même musique qui rythme les coups des deux adversaires, sensés être sur le même ring. Sa tenue es légèrement différente, s’étant vêtue d’un porte-jarretelle sous une guêpière faisant étrangement référence au sadomasochisme. Contrairement au départ de Thierry Rogen pour le mixage un an plus tard, on ne regrettera pas le départ de Sophie Tellier du clan Farmer-Boutonnat. La chorégraphie de Je t’aime mélancolie est d’une grande élégance et d’une très haute tenue. De plus, elle est une des plus rythmées et dansantes qu’ai inventé la chanteuse. 

 

3f458413Une brève coupure entre les deux rounds ne fera que relancer les regards haineux à défaut de les calmer. Le combat reprend de plus belle, et la tension montant de plus en plus, le combat commence à dégénérer. Les coups bas se multiplient et le soudain acharnement de l’homme sur la femme pour la mettre KO oblige l’arbitre à intervenir. Il se recevra rapidement un coup de poing dans le nez donné par l’homme qui le rendra KO se faisant ridiculement évacuer par les entraîneurs. Désormais plus de pitié, plus personne ne peut arrêter le match qui dégénère. Les deux combattants s’affronteront jusqu’à la mort. Ils enlèvent même leurs gants de boxe pour se livrer à un véritable combat d’arts martiaux. Alors la chorégraphie s’accélère et les danseuses derrière Mylène Farmer ont à présent des gants de boxe aux mains pour exécuter la chorégraphie qui devient infernale. Dans le combat, les hauts coups de pied fusent, au bord de l’épuisement, l’issue du combat est proche et la femme est en faible posture… ; elle utilisera les dernières forces qui lui restent pour tournoyer sur elle-même et envoyer à son malheureux adversaire un coup de pied dans la tête qui le fera passer par-dessus les cordes du ring.

 

[…]

 

 

 

Beaucoup verront dans ce combat l’affrontement entre la chanteuse populaire et la critique, le texte de la chanson y faisant plus ou moins référence. Ce serait plutôt un mélange de réaction vindicative contre une critique douloureuse, de masochisme (la tenue) face à l’homme croyant détenir tous les pouvoirs et de double emploi (toujours récurrent dans le cinéma de Boutonnat) entre le bourreau (elle gagne) et la victime (l’issue du combat ne lui apportant absolument rien).

 

 

 

ANALYSE SVP ………….. 

 

Le tournage de Je t’aime Mélancolie se situe avant les repérages définitifs du long-métrage Giorgino dont les prises de vue débuteront un an plus tard, pendant la promotion de Que mon cœur Lâche. Comme pour laisser la voie libre à l’ambition pour ne pas dire la mégalomanie de Girogino, Boutonnat semble avoir mis un frein sur les moyens qu’il mettait en oeuvre jusqu’à présent.

 

0Au sein de celle-ci la chanteuse interprète certaines parties de la chanson en question. L’avantage de cette structure est à la fois de mettre l’artiste en avant, de justifier tous les avantages scéniques qui lui sont attribués (éclairages, maquillages parfois outranciers, accessoires et danseurs) sans que cela nuis pour autant au récit éventuel, puis de se rapprocher du cinéma de fiction en y intégrant une histoire ou même un fil conducteur ténu qui implique une intrique auquel  le spectateur pourra se rattacher, voire s’identifier.

 

En somme, le problème que pose Je t’aime Mélancolie est sur plusieurs plans un problème de limites ; en se séparant des attributs que lui-même avait créé, comment Laurent Boutonnat peut-il continuer de se faire remarquer pour continuer de créer l’événement, la longueur en moins.

 

Afin de maquer cette carence, Boutonnat joue précisément sur le changement quasi radical au lieu d’adapter, de raccourcir, et de modifier par touches parcimonieuses ce qu’il savait faire et qu’il appliquait sans cesse depuis sept ans. Le réalisateur se décide à se battre avec les mêmes armes que ses confrères au lieu d’en chercher de nouvelles. Puisque c’est finalement bien de promotion dont il s’agit ici, c’est précisément le format-chanson, avec une histoire simple, une imagerie plus légère, des costumes et maquillages plus actuels et sans génériques, sans suite ou presque que les clips postérieurs à Désenchantée ont pu compter sur une exposition plus large dès leur sortie.

 

Peut-être orientés par les paroles de la chanson, certains critiques ont lu le clip comme une métaphore d’un combat de l’interprète contre eux. Dans cette optique, les images peuvent être vues comme l’adaptation de certaines phrases de la chanson dont elles s’inspirent : « Une sauvage née vaut bien d’être estimée, elle fait souvent la nique aux trop bien cultivé […] Pour plaire aux jaloux il faut être ignorée. » ce rapport avec la réalité du métier que subissent Laurent Boutonnat et sa muse au quotidien, le réalisateur ira jusqu’à le figurer  dans son casting ; il fera appel à un vrai boxeur poids-léger yougoslave et à un arbitre français professionnel ; Gérard Boutonet.

 

La tenue de Mylène Farmer pour les plans de chorégraphie (une guêpière en cuir ornée de clous soutenant des porte-jarretelles noirs) laissent penser à un arrière plan sado-maso appuyé par l’isolement de l’homme et de la femme sur un espace scénique (le ring). Soumis au regard d’un public, isl seraient venus sur ce ring pour se faire mal physiquement avec le consentement de l’autre. Seulement ces pistes ne mènent guère très loin par rapport au texte de la chanson, même extrapolé ; la seule suivie à l’époque fut celle de l’hyperbole sur la critique.

 

L’homme sur le ring, symbolisant la critique au sens large, perd le match ; et la phrase-titre reprise comme un leitmotiv régulièrement : « Je t’aime mélancolie », résonnerait comme une revendication face à ceux qui avaient reproché au couple Boutonnat-Farmer leur imagerie négative.

 

Après le retrait symbolique de la critique face aux coups portés par la chanteuse à la fin du clip, celle-ci se retrouve plus seule que jamais désormais livrée à elle-même, coupée du regard extérieur, près de ce public plus silencieux que jamais devant lequel elle devra tôt ou tard livrer un nouveau combat pour le distraire. Le silence de glace qui clos le clip fait pourtant bien comprendre que la gagnante a eu ce qu’elle a voulu ; et que libérée « des jaloux », elle est à présent ignorée. L’ennemi battu, elle n’est pourtant libérée de rien, prisonnière de la scène et écrasée par les faisceaux de ces projecteurs qui l’exposent peut-être davantage qu’elle ne l’aurait voulu.

 

affiche-jtm

Publié dans Les Clips de Mylène | Pas de Commentaire »

CLIP – SANS LOGIQUE – 1989

Posté par francesca7 le 28 août 2011

Réalisation : Laurent Boutonnat
Année : 1989
Durée : 5’37 mn
Acteurs : Mylène Farmer… 

 

 

SANS LOGIQUE

video : Image de prévisualisation YouTube 


 

 

Analyse (par Marylise) 

 source : http://www.ame-stram-gram.com/ClipSansLogique.html 



 

 


Mylène a toujours été attirée par les amours tortueux. Ceux qui distillent derrière eux une traînée douce-amère de larmes et de sang, de passion destructrice et de naïveté bafouée. Et Sans Logique en est le plus parfait exemple. Une terre sombre et désolée, aux allures fantomatiques, parsemée des débris de vies passées et gâchées. Un théâtre morbide, semblable dans sa noirceur à un ancien enfer délaissé par le diable. Et au cœur de ce paysage triste baigné d’un soleil livide, deux amants blottis l’un contre l’autre, réunis dans une tendre étreinte silencieuse et solennelle magnifiée par l’échange du baiser des gitans, paume contre paume, mélange de la pureté de leur sang et de leur âme d’enfants amoureux. 

CLIP - SANS LOGIQUE - 1989 dans Les Clips de Mylène ClipSansLogique03


Symbole innocent de la trahison prochaine qui rampe et s’insinue entre les deux amants, une enfant crucifie la silhouette suppliciée d’un Christ noyé dans une flaque boueuse. Comme si par ce geste la fillette venait de dénoncer le pacte muet échangé par les amants, quelques personnes s’avancent soudain dans le silence irréel, toutes vêtues de noir, marche funèbre guidée par trois femmes au visage voilé, venues soumettre le couple à un rituel mystérieux et cruel. D’autres enfants s’éparpillent sur la terre dure et brune comme de sombres corbeaux, entraînant avec eux une Mylène au sourire confiant, le visage éclairé de ce regard enfantin qui lui est propre. Le spectacle peut commencer. Le front ceint d’un ruban de métal orné de cornes tranchantes, les poignets liés dans son dos, Mylène se soumet à un jeu ancestral dont elle croit candidement connaître les règles. Les vieilles dévoilent lentement leur visage marqué par le temps, révélant un regard avide, fiévreux, scrutateur, en attente d’un événement qu’elles savent imminent. Une corrida s’improvise, les hommes agitant leur cape noire pour irriter Mylène et la forcer à venir les chercher de ses cornes meurtrières. Mais le jeu s’emballe et dérape soudain, lorsque les lames d’acier blessent la main d’un jeune torero. Les vieilles sont alors secouées d’un immense éclat de rire, prises par l’exaltation fantastique que procure la vue du sang versé par les autres.
 

ClipSansLogique07 dans Les Clips de Mylène


Dans toute l’arrogance de son mâle orgueil, l’amant sort lentement une longue épée effilée qu’il brandit, le regard fier, défiant sa bien-aimée de venir à lui. Portée par la certitude que son amant jamais ne lui fera le moindre mal, Mylène s’élance hardiment. Et la trahison qui rôdait sur ce simulacre cruel frappe brusquement, perçant la chair tendre de la jeune femme qui titube et chancelle sous le coup de cette incroyable perfidie. Les vieilles applaudissent, jettent des pièces, ne contiennent plus leur enthousiasme délirant face à ce qu’elles pressentent et attendent avec impatience.  » Souffrez qu’une autre, en moi se glisse… « . Et c’est bien de cela qu’il s’agit. Possédée par une folie désespérée qui appelle le sang, poussée par la fureur aveugle d’une bête torturée de douleur, Mylène échappe à sa propre raison. Devenue ce taureau qu’elle était censée incarnée, elle souffle et frappe le sol de ses pieds, fixant sur son amant des yeux d’une blancheur démoniaque. Alors même que l’homme savoure son amère victoire, elle le transperce de ses cornes dans un élan de rage et de vengeance.

Le silence retombe sur la scène sanglante. Telles les Moires grecques, messagères et maîtresses de la mort, les vieilles voilent à nouveau leur visage apaisé par cette joute fatale et s’éloignent sans un regard, laissant les enfants ramasser les pièces qu’elles avaient jetées dans leur sinistre emportement. Comme pour effacer toute haine et toute souffrance, des milliers de gouttes translucides enveloppent doucement le corps effondré de Mylène, tombée à genoux près de son amant blessé. Mais sa peine et sa stupeur ne sauveront pas leur amour sacrifié sur l’autel du plaisir égoïste des autres.

Abandonnée par son Autre satanique, Mylène contemple sans comprendre l’agonie douloureuse de celui qui s’est jouée de sa confiance et de cet amour trop proche de la haine cachée qui a souillé leur union. D’une main faiblement tendue, l’homme implore un pardon qui viendra bien trop tard. Et tandis que la mort fauche l’amant présomptueux, Mylène offre son visage à la caresse froide de la pluie, une larme de sang perlant de ses paupières fermées et glissant sur sa joue diaphane. 

 

ClipSansLogique08

 

Publié dans Les Clips de Mylène | Pas de Commentaire »

CLIP – ALLAN – 1989

Posté par francesca7 le 28 août 2011

Réalisateur : Laurent Boutonnat
Durée : 5’42
Année : 1989
Production : Requiem Publishing
Budget : inconnu

Synopsis : Laurent Boutonnat
Directeur de la photographie : Jean-Pierre Sauvaire
Montage : Agnès Mouchel

Partie ‘live’
Date et lieu de la captation live : 20 & 21 octobre 1989 (Bruxelles)

Partie ‘extérieur’
Dates du tournage : novembre 1989 (1 après-midi)
Lieu du tournage : un terrain privé à Marne-la-Vallée (Seine et Marne)

Clip présent sur :
Les clips – Volume III
The Videos
Music Videos (DVD uniquement

 

CLIP ALLAN 

 

VIDEO

Image de prévisualisation YouTube 

 

Allégorie du malaise d’Edgar Allan POE dans l’univers en flammes de Mylène 

Dans Farmer En Concert. 

 

 

  

CLIP - ALLAN - 1989 dans Les Clips de Mylène autre01Premier extrait live du gigantesque Mylène Farmer En Concert, Allan prolonge l’imagerie du fil et transpose celle d’Edgar Allan Poe (puisque c’est de lui dont il s’agit) pour faire se confondre les deux univers. 

 

Sans histoire à proprement dite, les images données à voir peuvent être facilement qualifiées de « bizarres » ou de « morbides ». Pour Edgar Poe, un cheval noir (symbole de la mort dans le cinéma de Boutonnat) piétine dans un enclos de boue, le portrait du poète qui brûle, illustrant la malédiction qu’il a subit non seulement de son vivant, et même après (sa tombe fut dévastée peu après sa mort, on ne sait plus où il est enterré). Ces images sont mêlées à celles du cimetière de En concert au milieu du champ. Les images retravaillées ont été assombries, on distingue difficilement les détails dans cet éclairage à mi-chemin entre une journée orageuse ou une nuit irréelle. 

 

L’introduction du film est très importante. Comme dans tous les extraits du En Concert, le clip commence par de la fumée noire dans un ciel vide. On comprendra vite d’où provient cette fumée avec la scène qui suit. Le moine du concert s’avance vers le lugubre cimetière avec un lance-flammes dans le dos. Le son est très grave, une respiration humaine se mélange avec celle puissante d’un cheval. Arrivé aux grilles du cimetière, le moine allume son lance-flammes et met le feu au cimetière noir. Les tombes brûlent, les grilles se carbonisent. L’idée qu’a Laurent Boutonnat de brûler son propre décor à la fin de son œuvre est étrangement la même que celle du groupe américain QUARTERFLASH, qui quelques années auparavant, à la fin du clip de Harden my heart (1981) fait détruire le bâtiment dans lequel la chanteuse Rindy Ross était enfermée depuis le début de la chanson. Placé au beau milieu d’un désert s’apparentant à une vaste carrière, ce décor après avoir été rasé par un bulldozer, est enflammé par un homme en smoking dissimulé par un casque de motard qui avance lentement vers lui. C’est grâce au jet du même lance-flammes qu’Allan qu’il réduira le bâtiment en cendres, et qu’il conclura ce vidéo-clip très 80′. 

 

 

 

mylene-farmer-allan dans Les Clips de MylèneLa chanson Allan commence donc avec les cris de la foule qui prennent ici, un sens bien différent que celui de l’hystérie provoquée, fondu, enchaîné, on voit simplement le public brûler en même temps que le décor de la tournée. Pour la fin du clip, Laurent Boutonnat fait un plan très ralenti de la main de Mylène, entrouverte, qui se baisse en direction du public. Cette idée sera reprise dix ans plus tard par la chanteuse puisque tout le Mylénium Tour tourne autour de cette idée de main entrouverte, tout comme le programme officiel de cette tournée, ainsi que le clip Innamoramento (François Hanss – 2000) 

 

                                                            

 

 

 

Les cènes du cheval piétinant ont été filmées en pellicule super 8 après la tournée dans un grand hangar don le sol avait été recouvert de 60 cms, de boue ;  Laurent Boutonnat avait pour l’occasion, fait de nouveau appel aux 4 danseuses (hormis Sophie Tellier) pour les revêtir de linceuls blancs et les faire marcher puis se vautrer dans la boue. Devant la violence des images tournées, Laurent Boutonnat préféra ne pas les utiliser. Il n’utilisa pas non plus la chorégraphie contemporaine d’une danseuse, pendant le concert, qui en arrière plan de Mylène Farmer sur les hauteurs du décor, apparaissait et disparaissait dans les éclairs de lumières. 

 

La sortie du film Mylène Farmer En Concert signe définitivement la fin de la première carrière de Mylène et Laurent. Ils brûlent tout, leur concert, leur public..  leur œuvre commune. Ils regardent impassiblement tout ceci se consumer : Mylène en restant debout devant, et Laurent en tournant autour lentement avec ses caméras. Le feu envahit tout, Mylène est sur scène, ou au milieu des décombres, les grilles enflammées claquent sous l’effet du vent, le portait d’Edgar Poe se consume, le cheval noir n’en peut plus de piétiner, tout devient pénible, les spectateurs, comme Mylène et Laurent attendent que tout ceci se termine, vite pour qu’un nouveau départ soit pris. 

 

 

Voir également quelques explications du tournage Allan par interview de Edwige Chandelier  sur ce blog.

 

o96oz0iv

 

Publié dans Les Clips de Mylène | Pas de Commentaire »

CLIP – A QUOI JE SERS – 1989

Posté par francesca7 le 28 août 2011

Réalisateur : Laurent Boutonnat
Durée : 4’58
Année : 1989
Production : Laurent Boutonnat, Polydor, Polygram Music
Budget : environ 30.000 €

Scénario : Laurent Boutonnat
Directeur de la photographie : Jean-Pierre Sauvaire
Montage : Agnès Mouchel
Stylisme & costumes : Carine Sarfati
Photographe : Marianne Rosenstiehl
Acteurs connus : Lila Dali (l’amant de Sans Logique), un pêcheur du coin (le « passeur »)

Dates du tournage : août 1989 (2 jours)
Lieu du tournage : lac de Grand Lieu, près de Nantes (Charente-Maritime)

Clip présent sur : Les clips – Volume III Music Videos

 A QUOI JE SERS – 1989

VIDEO CLIP  Image de prévisualisation YouTube

 

Chronologie 

08/1989 – 1ère diffusion du clip
08/1989 – Tournage du clip (Deux jours de tournage au lac de Grand Lieu, près de Nantes, dans la Charente-Maritime) 

 

 

Synopsis 

 

CLIP - A QUOI JE SERS - 1989 dans Les Clips de Mylène 2908798297_small_1Mylène s’avance sur une berge, une valise à la main. Un homme, conduisant une barque, s’approche et l’invite à monter. Il s’agit de Charron, qui va faire traverser le Styx, fleuve des morts, à Mylène. La barque évolue lentement. Mylène, qui tourne le dos à la marche, a le regard vide et lointain. Au bout d’un certain temps, alertée par les regards du passeur et les bruits derrière elle, elle consent enfin à se retourner. Tous les personnages morts dans ses clips précédents sont là, et l’attendent : Raspoukine, la rivale de Libertine, le capitaine Parker, le marionnettiste, et le toréador. Mylène va les rejoindre et ils marchent ensemble à travers le Styx. Le passeur, Charron, revient alors de son trajet, la barque vide ; si ce n’est la valise de Mylène qui reste à l’intérieur. 

Le saviez-vous ? 

- Si Sophie Tellier n’a pas repris son rôle de Rivale de Libertine dans le clip A quoi je sers, c’est parce qu’elle avait un engagement pendant l’été 89. Entre le Palais des Sports et la tournée en province, elle était sur scène pour un autre projet. Mais c’est elle qui a choisi sa doublure pour le clip. 


- Le pêcheur embauché le temps du tournage pour mener Mylène dans sa barque a raconté que celle-ci était assez froide et pas pudique pour un sou : elle se serait changée dans une caravane porte grande ouverte, tout le monde la voyant nue ! 

 

Le tournage du clip (en noir et blanc) a duré deux jours.

Budget estimé à environ 30 000 euros.

Le clip symbolise parfaitement la fin d’une époque, mettant en scène Mylène dans son propre rôle embarquée sur une barque avec un passeur et voguant sur un fleuve dans un paysage sombre et brumeux. 


On retrouve les principaux personnages des précédents clips: la rivale de « Libertine » et « Pourvu qu’elles soient douces« , l’amoureux de » Tristana« , le marionnettiste de « Sans contrefaçon« , le capitaine anglais de « Pourvu qu’elles soient douces » et le matador de « Sans logique », avec lesquels Mylène s’éloigne laissant le passeur rentrer seul. 


Ce fleuve pourrait bien correspondre au Styx que Mylène a évoqué dans certains de ses textes (« On est tous des imbéciles » en 1985, « Dégénération » en 2008). Dans la mythologie, le Styx était un fleuve qui devait être traversé sur la barque du passeur des âmes, Charon, afin d’accéder aux Enfers. 


Une Mylène est définitivement partie. La  place est libre pour une nouvelle Mylène qui apparaitra avec l’album suivant en 1991…


aquoijesers dans Les Clips de MylèneLa photographe de plateau était Marianne Rosenstiehl.

Tous les acteurs originaux des clips précédents n’ont pas pu reprendre leur rôle (la rivale, le capitaine et Rasoukine, l’amoureux). 


Sophie Tellier, par exemple, qui tenait le rôle de la rivale dans « Libertine » puis « Pourvu qu’elles soient douces » était engagée sur la tournée de Mylène et d’autres projets pour l’été 1989 l’empêchant de participer au tournage. Elle choisira elle-même sa doublure.

Mylène a tourné ce clip avant de s’accorder quelques jours de vacances en Inde. Des clichés par Marianne Rosenstiehl ont immortalisé ce voyage. 

 

 

 

 

 

Publié dans Les Clips de Mylène | Pas de Commentaire »

CLIP – POURVU QU’ELLES SOIENT DOUCES – 1988

Posté par francesca7 le 28 août 2011

Réalisation : Laurent Boutonnat
Année : 1988
Durée : 17’52 mn
Acteurs : Mylène Farmer, Sophie Tellier… 

 

POURVU QU’ELLES SOIENT DOUCES 

 

Video :  Image de prévisualisation YouTube 

 

Analyse (par Jenny) source : http://www.ame-stram-gram.com/ClipPQSD.html 

 

She’s alive… 

18 Août 1757, un détachement de l’armée de sa gracieuse Majesté George II, commandé par le courageux Capitaine Alec Parker, débarque aux Pays-Bas et entre en Prusse. Il vole au secours de Frédéric II qui est assiégé par la coalition Franco-Austro-Russe. 


Hélas pour eux, ce jour là, ils foulent le territoire ennemi puisqu’au passage, deux fantassins ont ramassé une jeune femme française blessée, qu’ils croyaient morte et qui éveille l’intérêt particulier du capitaine. Celui-ci devrait se préoccuper davantage de l’évacuation de son régiment en terre ennemie (la France en l’occurrence) plutôt que de rêvasser sur cette inconnue qui paraît si douce, si douce… 

 

 

Pendant que les Anglais évaluent une stratégie afin de quitter les terres françaises au plus vite, le capitaine, qui a l’esprit ailleurs, se préoccupe davantage d’amener de la nourriture pour notre petite rouquine en convalescence !!! Celle-ci, endormie, le pouce à la bouche (petit symbole de la femme encore enfant), se retrouve les fesses à l’air grâce au geste déplacé et intrigué du capitaine. Cependant le spectacle fut de courte durée puisque le petit tambour interrompt cette scène au grand désespoir du convoiteur. Furieux, le Capitaine décide de corriger publiquement à l’aide d’une cravache le petit garçon qui l’avait dérangé pendant ce fameux acte  » fard  » du clip. Notre Libertine se réveille, et c’est alors qu’elle interrompt le châtiment corporel injustifié. Le Capitaine lui tend la cravache, l’incitant à sanctionner le jeune garçon elle-même. Celle-ci se prête au jeu mais à la surprise générale, elle se retourne contre lui et le frappe au visage devant ses hommes estomaqués. Pas si douce notre Libertine !!! 

 

CLIP - POURVU QU'ELLES SOIENT DOUCES - 1988 dans Les Clips de Mylène ClipPQSD01


Il est humilié, outré et apporte une tenue militaire à cette insolente !!! Il exige que celle-ci la porte sur le champ et surtout en sa présence. Cette dernière se voit se dévêtir contre son gré devant ce pervers. Je vous laisse deviner la réaction du Capitaine face à la beauté des petites fesses de Mylène. Il s’approche, émerveillé, et Libertine le frappe à nouveau au visage avec une bouteille cette fois-ci, avant de s’enfuir !!! Elle vole la monture d’un cavalier en le projetant à terre avant de quitter le campement au galop. Le Capitaine la poursuit. Ils se retrouvent tous les deux dans la forêt mais un œil veille sur eux, le danger n’est pas loin, les Français sont déjà là et surtout on retrouve près d’eux, la rivale de Libertine, accompagnée de toutes ces catins vêtues de leurs atouts. Libertine est malheureusement trop faible pour s’enfuir, elle se repose quelques instants dans la forêt au pied d’un arbre et le capitaine la rejoint. Il constate que la plaie de Libertine s’est ouverte à nouveau, elle saigne. Libertine serre très fort la main du capitaine avant que celui-ci ne la ramène dans ses bras au campement. 

 

ClipPQSD04 dans Les Clips de Mylène

 

En échange d’une bourse, les filles de joie vont se donner toute la nuit aux ennemis mais n’oublions pas qu’elles font ce geste dans l’art, le vin, la nourriture… tous les ingrédients pour ces actes perdus, ces plaisirs interdits et complètement décadents. N’oublions pas que, au niveau sonore, les scratch du vinyle et les guitares électriques donnent un effet plus magistral pour les scènes de sexe. C’est le meilleur passage du clip, pendant que ces catins se donnent et enivrent les Anglais, Libertine elle, fait découvrir les joies du Kamasutra à son Capitaine. Excusez-moi si je vous choque, mais il s’agit d’actes « bestiaux » comme dans Libertine, les amants se font l’amour ou devrais-je dire, Libertine fait l’amour à l’autre. Il s’agit dans ce clip de sodomie et de rien d’autre ! D’ailleurs, on le retrouve dans la chanson : 

 

« Ton kamasutra a bien cent ans d’âge » pour l’initiation et « aimer des deux côtés » pour la sodomie. On pourrait dire aussi que les sentiments des amants deviennent pervers : 

 

« oblique, lubrique, obsession, fessée… » La nuit fait place au jour et une de nos catins, charmante par ailleurs, prévient les Français, à l’abri des regards indiscrets mais sous l’ordre de « la Reine des courtisanes ». Lorsqu’un représentant de la troupe anglaise s’aperçoit qu’il est malheureusement trop tard pour riposter. 

 

ClipPQSD08

 

On assiste alors à une boucherie, les Français contre les Anglais, mais n’oublions pas la courtisane en chef qui assassine d’une balle dans le dos le Capitaine de la troupe !!! Elle exécute l’acte qu’on lui a commandité et fut surprise de voir un fantôme, celle qu’elle croyait morte bien sûr, Libertine !!! Libertine assiste à la scène, son ennemie lui arrache à nouveau l’homme avec qui elle était étroitement liée. Le capitaine meurt sous les yeux de Libertine. Notre héroïne décide de se venger. Libertine ivre de colère, se jette sur son ennemie. Les deux femmes se battent sauvagement sous les bombardements français. La haine a pris possession de leur corps, c’est à celle qui y restera. Pendant ce temps, les balles perforent de part en part la poitrine des soldats. Le massacre perdure, les deux femmes continuent leur combat acharné dans la boue, coups de pied, de poing, gifles… Les soldats s’effondrent sur le sol tandis que la courtisane s’apprête à tuer Libertine avec une épée. Libertine se contentera d’une baïonnette de fusil. La musique s’arrête et la courtisane meurt poignardée par sa rivale. 

 

« Un silence inhumain succéda au massacre. Souvenons-nous que bêtes et gens naissent, pour un jour, exhaler leur pestilence. Dieu, dans sa miséricorde, verse le sang des hommes pour les laver de leurs péchés. La mort allait frapper une dernière fois… » Le petit tambour, seul survivant, continue d’avancer devant un peloton d’exécution. Les Français se mettent en place afin d’éliminer leur dernière victime avec honneur. « Mon père m’avait prévenu, tu reconnaîtras la Mort à son grand cheval Noir… et si par malheur elle s’arrête devant toi, surtout ne la regarde pas, ne la regarde pas… » 

 

La Mort, se présente devant le petit tambour et il prend le risque « timide » de la regarder. C’est Libertine qui se tient devant lui, et au milieu de tout ce massacre, ce paysage où règne la Mort à présent, elle lui sourit et le dérobe aux soldats prêts à faire feu pour tuer cet enfant !!! Elle l’emporte et chevauche à travers le sol souillé par le sang. 

 

« Je ne l’ai jamais revue. Mais jamais je n’oublierai l’odeur de son parfum et la douceur de sa peau, tandis qu’elle l’amenait vers la Vie »… 

 

Vous l’aurez bien compris, c’est le petit tambour qui est le narrateur de cette histoire. Il faut savoir aussi que c’est le plus gros court-métrage jamais réalisé pour une chanteuse française. Il a fallu plus de 600 figurants et de 3 à 4 millions de francs pour réaliser ce chef d’œuvre, car entre nous ce clip fait partie des meilleurs !!! 

 

ClipPQSD21

Publié dans Les Clips de Mylène | Pas de Commentaire »

CLIP TRISTANA – 1987

Posté par francesca7 le 23 août 2011

Vidéo :  Image de prévisualisation YouTube

Réalisation : Laurent Boutonnat
Année : 1987
Durée : 11’33 mn
Acteurs : Mylène Farmer (Tristana). Sophie Tellier (La tzarine).

Vladimir Ivtchenko (Rasoukine). Sacha Prijovic (Le moine)… 

 

 

Des plaines immaculées parsemées de roches stériles et brunes s’étendent à l’infini, alors que quelques notes aux allures dramatiques s’élèvent au cœur de cette image silencieuse. Toute l’atmosphère de Tristana est concentrée dans ces premières secondes, lorsque la caméra survole les steppes désertiques et s’immobilise sur une pièce sombre et menaçante, aux dorures et aux rouges lourds et sans grâce. Quelques mots de russe résonnent. Une femme s’offusque d’apprendre qu’au sein même de son royaume, une jeune fille possède plus grande beauté qu’elle. Cette femme, c’est la tsarine de Russie. Et sa rivale, c’est Tristana.

CLIP TRISTANA - 1987 dans Les Clips de Mylène ClipTristana3


Nous voilà brusquement plongés dans l’ambiance étrange et familière d’une histoire appelée « Blanche Neige et les sept nains ». Mais il est vite oublié, ce conte aux résonances joyeuses et innocentes qui a enchanté notre enfance. L’œil de Boutonnat et de Mylène l’a transformé en drame, et la beauté de Tristana sera le symbole de sa mort. Les images du palais et le rire démoniaque de la tsarine se perdent rapidement dans le silence fugitif qui plane sous l’œil sauvage et indéchiffrable d’un loup gris. Une jeune paysanne s’enfuit à travers des bois enneigés, poursuivie par un homme qui cherche vainement à la rattraper. Ils se jouent l’un de l’autre, se font face, se sourient, se séduisent. L’aveu d’un amour hésitant mais sincère est échangé contre la timide requête d’un premier baiser. Enfantine et innocente, Tristana vit ses premiers et ses derniers émois de jeune fille amoureuse, puisque le bruit menaçant d’une furieuse cavalcade brise cet instant fragile. Aux aguets, Rasoukine offre son pendentif à Tristana avant de lui adjoindre de fuir. Le visage torturé par un hurlement de terreur, la jeune Tristana voit le sang et la mort lui ravir son amant, fauché par la lame vengeresse d’un moine envoyé par la tsarine pour lui ôter sa vie et sa beauté. Tristana s’échappe, mais sa fuite se perd dans une chute interminable qui lui sauvera la vie en la soustrayant à ses assassins. 

 

ClipTristana6 dans Les Clips de Mylène


Le réveil est douloureux, déroutant, brutal. Voilà nos sept nains, petits bûcherons qui entourent la belle Tristana de leur amitié en la recueillant dans leur petite demeure éloignée et oubliée de tous. Le sourire tremblant et innocent de la jeune fille ne fait que cacher son âme torturée. « L’amour a tué les mots qui la touchent…« . Au loin, cachée dans son palais, les yeux révulsés et le visage déformé par la folie, la tsarine se délecte de ce sang qu’elle croit être celui de sa rivale. Dehors, la Révolution Russe s’éveille. Enflée de violence et de colère, elle aussi a fait couler le sang avant de s’éteindre lentement. Tristana, entourée de poussins et de rayons de lumière poudrée, caresse, songeuse, la croix de Rasoukine, son amant. Abandonnée à elle-même pendant de longues heures muettes, sa mélancolie et sa solitude la poussent peut-être à appeler désespérément la mort. 

Et c’est bien la mort qui se présente à elle, troublant le sommeil où elle s’était réfugiée pour oublier sa peine. La tsarine, ayant appris la tromperie de son moine, part à la recherche de Tristana avec, dans ses mains, une pomme empoisonnée. Le sang salit le silence paisible. Elle l’a tuée sauvagement et en hurle de joie. Ce rire dément alerte les nains, mais il est déjà trop tard. « Laissez-la mourir…« . Ce seront les loups qui se chargeront finalement de venger la jeune Tristana en poursuivant et dévorant la tsarine. Quant à son sbire, le moine repentant, sa vie lui sera ôtée par le froid glacial des steppes. Tristana, elle, repose, pâle et sereine, d’une pureté irréelle dans son linceul blanc. Rasoukine a trop tardé…

Rien n’est éternel, et l’amour s’est finalement incliné sous le joug implacable et cruel de la haine et de la jalousie. L’amant prend contre lui le corps à jamais endormi et l’emporte tendrement à travers la steppe endeuillée, tout en lui parlant une dernière fois dans l’espoir vain de la voir revenir. « Les plus beaux jours s’achèvent dans la peine…« . L’adieu d’un chaste baiser et les mots d’amours murmurés ne sortiront pas Tristana de la torpeur glacée de la mort. Elle ne sera plus désormais que l’ombre chaude et évanescente d’un souvenir, le son cristallin d’un rire et l’image fanée d’une jeune fille souriante dansant dans la neige.

ClipTristana8

Publié dans Les Clips de Mylène | 1 Commentaire »

CLIP SANS CONTREFACON – 1987

Posté par francesca7 le 23 août 2011

Video : Image de prévisualisation YouTube 

 

Réalisation : Laurent Boutonnat
Année : 1987
Durée : 8’43 mn
Acteurs : Mylène FARMER, Frédéric LAGACHE

et la participation exceptionnelle de « ZOUC ». 

IntroductionAlors que son premier album met tout particulièrement sa féminité en avant, le premier single extrait du second opus, implique une ambiguïté tant sur le plan sexuel que physique. Tourné en décembre 1987 dans La Hague, non loin de Cherbourg, le tandem FARMER/BOUTONNAT utilise un cirque ambulant et glauque sur une plage triste pour illustrer le tube. Ce clip n’est autre qu’une libre adaptation du célèbre conte  » Pinocchio  » avec pour seul bémol, une fin moins heureuse que les studios DISNEY…

CLIP SANS CONTREFACON - 1987 dans Les Clips de Mylène ClipSansContrefacon04


L’atmosphère du clip
Quelques notes sombres, une marionnette, des applaudissements… on se croirait presque dans une représentation théâtrale. Nous retrouverons, quelques années plus tard, le même style de représentation avec  » Optimistique-moi  » sauf que l’on passe de l’OMBRE à la LUMIERE ; Rapidement l’atmosphère est dès plus inquiétante et tous les personnages utilisés : Travestis, Clowns, Ballerine, Magicien et Saltimbanques… sont aussi lugubres que le clip. Parmi la noirceur du décor et celle des âmes tristes accentuées par un maquillage grossier, Boutonnat nous conte l’histoire d’un marionnettiste accompagné d’un morceau de bois articulé. En quelques sortes un compagnon d’infortune avec qu’il partage bonheur, peine et secrets. 

 


Les personnages
Dans le cirque de Boutonnat, nous sommes loin de ceux qui sont riches en couleurs où retentissent des cris de joie. Les personnages grimaçants aux figures blafardes sont agressifs et reflètent la tristesse de vivre. Pourtant et malgré son apparence, un personnage se dénotera du lot : ZOUC. Elle incarne dans le clip une femme se tenant à l’écart du reste de la troupe de saltimbanques. Tout de noir vêtue, au regard fuyant, elle reste fondamentalement seule et ne semble rien partager. Nous verrons que son rôle n’est pas anodin !
 

 

ClipSansContrefacon12 dans Les Clips de Mylène

Il était une fois… 

Le décor est ainsi planté.  » Sans contrefaçon  » est le numéro d’un marionnettiste ambulant. Alors que sous la pluie, il vient de se faire jeter dehors par des Travestis, on constate de suite que le personnage principal, le créateur de la poupée de bois, est un personnage solitaire. Si solitaire, qu’il voue à sa tendre compagne de bois une affection sans limite. Tout le clip repose alors sur le sort de ces  » inséparables « .

 

Livré à lui-même, il quitte le village et poursuit son chemin sans savoir où aller, où manger, où dormir…Traversant les paysages froids où les épouvantails sont rois et les corbeaux croassent leur douce mélodie inquiétante, notre marionnettiste va faire une curieuse rencontre. Il s’agit d’un cirque ambulant nommé  » GIORGINO CIRCUS « . Un nom qui ne nous est pas inconnu ; C’est alors que les regards se croisent et se défient. Seul celui de ZOUC retiendra l’attention. Elle regarde la poupée avec la tendresse d’une mère qui n’a pas bercé d’enfant, et l’on devine un sourire timide sur son visage inquiétant. Elle s’approche et offre sa gamelle au marionnettiste qui accepte.  Une infime complicité voit le jour entre la marionnette et ZOUC. En échange de son repas, elle reçoit l’objet (convoité en secret). L’instant de bonheur est toutefois de courte durée car ses compagnons de route arrachent la poupée de ses mains. ZOUC panique car la petite figure de bois vole autour d’elle et passe de mains en mains…Elle s’écrie à plusieurs reprises  » Ma poupée, ma poupée  » et parvient à la reprendre pour s’enfuir…

Lorsque le marionnettiste les rejoint, il découvre que l’objet qu’il croyait de bois est en réalité de chair et d’os : une jeune femme !!! On pense donc que ZOUC est une fée.


 

Subjugué par cette découverte, il s’approche des deux femmes qui jouent et entretiennent presque une relation mère/fille. Surprise, la jeune femme tente de d’enfuir à son tour et trébuche sur le sable fin. 

Le marionnettiste l’observe, saisit son visage et tente l’irréparable après l’avoir étreint contre son corps, sous le regard triste de ZOUC, et lui vole un tendre baiser. 
Jusque là, nous pourrions croire qu’il s’agit d’un conte de fée mais c’est exactement l’inverse qui se produit. La jeune femme s’éteint pour redevenir marionnette à jamais. 


 

- Quant au désir du marionnettiste d’être avec une femme, il s’envole pour toujours… 

- Pour ZOUC, c’est la cassure, on lui enlève son enfant. Déprimée, elle quitte les lieux, emportant par la même occasion son pouvoir de donner vie. 

Le marionnettiste garde sa marionnette et ainsi s’achève sa triste histoire…  

« Dis maman, pourquoi je suis pas un garçon ? »

 

Avec cette question devenue légendaire dans la carrière de Mylène, le public homosexuel s’identifie à l’icône et rejoint les autres fans. Plusieurs éléments dans le texte démontrent que notre divine rousse semble jouer sur la confusion des sexes. D’une part, le chevalier d’Eon n’est autre qu’un agent secret employé par le roi LOUIS XV. Cet agent avantagé par un physique efféminé, se transformera en femme pour mieux approcher et corrompre l’ennemi de son roi. D’autre part, la marionnette vêtue tel un garçon demande pourquoi elle n’est pas un garçon. Cela signifie que pour elle, avoir l’apparence d’un garçon ne suffit pas. Elle veut devenir garçon jusque dans la sexualité. On pourrait dire aussi que lorsque Mylène redevient poupée, cela peut dire aussi qu’elle refuse d’assumer la loi sociale qui veut qu’une fille aille avec un garçon. 

                                                                                                                                                                   

ClipSansContrefacon01

Publié dans Les Clips de Mylène | Pas de Commentaire »

CLIP LIBERTINE – 1986

Posté par francesca7 le 23 août 2011

Vidéo :  Image de prévisualisation YouTube 

 

Réalisation : Laurent Boutonnat
Année : 1986
Durée : 10’53 mn
Acteurs : Mylène Farmer, Gérard Nublat, Sophie Tellier, Rambo Kowalski…
 

 

 

 

 

Analyse (par Jenny)
Source :
http://www.ame-stram-gram.com/ClipLibertine.html 

 

 



XVIIIe siècle, c’est à cette époque qu’apparaît Mylène dans le rôle de Libertine, un nom déjà évocateur… 


C’est la période du libertinage. Une noblesse bouffée par l’ennui, comble ses besoins dans « l’érotisation de la pensée ». Libertinage mais aussi perversion et séduction, poussées au-delà des limites, au point d’en provoquer la mort (Duels, manigances, empoisonnements, règlement de comptes…). 

CLIP LIBERTINE - 1986 dans Les Clips de Mylène ClipLibertine02


D’abord, une mélodie aux notes graves, un corbeau, une étendue d’eau figée, un calme trop étrange, signe de mauvais présage. 

Des cuissardes et chaussures de noble foulent l’herbe encore mouillée de la rosée du matin, un duel se prépare. Libertine et son adversaire se retrouvent face à face, pistolets chargés et prêts à l’emploi. On constate que les duellistes ont le teint pâle et les lèvres rouges « sang », le teint est une marque de reconnaissance de la classe sociale (signe de richesse). Qui va soustraire la vie de l’autre ? Nul ne le sait ! Les plans des personnages se succèdent et s’accélèrent, un sourire se laisse entrevoir. Libertine tire, le corbeau s’envole, roulement de tambours, le jugement est rendu, l’homme s’effondre et redeviendra poussière. La catin esseulée, présente sur les lieux pour soutenir son amant, s’approche de sa dépouille. Après constat, elle dévisage Libertine qui savoure sa victoire avec un air des plus satisfait. Le corbeau s’est envolé et Libertine aussi…

ClipLibertine04 dans Les Clips de Mylène

Changement de rythme, cette fois-ci plus dynamique ! Place aux plaisirs divers (plaisir du corps, on aura jamais montré autant de chair qu’à cette époque, décadence complète, sans gène) sans oublier les plaisirs du vin qui coule à flot, de la nourriture en abondance…
On y découvre dans cette nouvelle ambiance, une jeune femme libre, audacieuse (« bercée par un petit vent, je déambule »…) mais aussi une femme encore enfant (Comme la « Grenadine », boisson préférée des enfants puis « on me tient la main »).
Ce soir Libertine séduit, Libertine dit oui, des regards profonds se croisent et s’apprivoisent, une envie mutuelle se fait sentir. On pourrait dire qu’il y a nouveau duel, mais il n’est pas question de mort juste une relation « dominant/dominé ». Libertine s’évapore après avoir adressé à son futur amant un dernier regard brûlant…


4441878Nouvelle ambiance, celle-ci se veut envoûtante, idéale pour les plaisirs charnels. Libertine et son amant se découvrent mutuellement… Nue, elle se donne et devient dominante (« Quand sur mon corps, tu t’endors, je m’évapore » mais sans oublier, « fendre la lune, baiser d’épines et de plumes »). Pendant l’acte amoureux, des hurlements de loups se laissent entendre tout comme les battements de cœur et les gémissements de Libertine. On pourrait se demander s’il ne s’agit pas, dans ce cas, d’un acte amoureux presque animal ! Fin de cet instant d’extase, Libertine s’éveille, nue, et laisse glisser le mot doux avant de rejoindre le salon pour retrouver la fête.

Epanouie, elle s’est abandonnée et nargue sa rivale, la catin, laissée pour compte par l’amant de Libertine juste avant l’acte amoureux. Libertine triomphe à nouveau et rend la jalousie de cette dernière plus grande encore. Celle-ci l’interpelle, elle répond, la situation dégénère rapidement et la violence éclate ! Tous les coups sont permis, bouteilles brisées, gifles et autres coups sont portés mais personne ne s’en mêle ! On se croirait à un combat de coq où il faut miser et apprécier le sang gicler ! Libertine finit par faiblir mais son amant la sauve in entremis. Il arrache Libertine à cette basse-cour et décide de prendre tous deux la fuite. La putain à nouveau vaincue, devient complètement folle, hystérique et jure que cette fois-ci sa vengeance n’aura pas de limites…

Les amants s’enfuient au triple galop, un roulement de tambour se laisse à nouveau entendre, les notes graves retentissent, ambiance semblable à celle du duel, n’est-ce pas ?
On aperçoit un « peloton d’exécution » composé de la catin et de ses courtisans, prêts à faire n’importe quoi pour un peu d’argent ou bien même pour quelques instants d’extase !!!
Combat inégal puisque les amants sans défense galopent vers une mort certaine ! La rivale ordonne, la poudre brûle et les balles fusent pour perforer de part en part et à plusieurs reprises, le corps des amoureux. 


La chute est brutale, lente et vraie. Les amants s’écroulent, baignant dans leur sang, sans vie… 


Fin des aventures de Libertine ? pas si sûr… 

Publié dans Les Clips de Mylène | Pas de Commentaire »

CLIP PLUS GRANDIR – 1985

Posté par francesca7 le 23 août 2011

VIDEO  :  Image de prévisualisation YouTube

Réalisateur: Laurent Boutonnat. 

Année: 1985. 

Durée: 7’32. 

Scénario: Laurent Boutonnat. 

Production: Movie Box, Laurent Boutonnat, Polydor. 

Budget: environ 45 000 euros. 

Temps de tournage: 4 jours. 

Lieux de tournage: Studios Sets à Stains et cimetière de Saint-Denis. 

Personnages: Mylène, deux naines nonnes, un violeur, une poupée. 

Animaux: un rat, des colombes. 

Thèmes principaux: Enfance, fuite du temps, déchéance physique, mort, sexe, religion.    

Pour la sortie du film, deux premières sont organisées le mercredi 13 novembre 1985 dans deux cinémas différents :  le Kinopanora (75015) et le club 70 (75016). Des invitations sont envoyées à la presse. 

CONTEXTE :

Une jeune femme venue se recueillir sur sa propre tombe revoit sa vie peuplée par l’obsession de ne pas vieillir.

CLIP PLUS GRANDIR - 1985 dans Les Clips de Mylène 98872117La narration de Plus grandir, premier des clips de Laurent Boutonnat subissant le traitement cinématographique du réalisateur, se trouve dans un certains prolongement de celle utilisée dans la vidéoclip Maman  a tort. Les différents thèmes abordés par le texte de la chanson ne le sont pas de manière allégorique, c’est leur adaptation visuelle qui en fera des cènes à l’imagerie fort et symbolique. La structure de la chanson est adaptée dans le clip en autant de scènes que de couplets, tandis que le sujet général de chacun d’eux est évoqué parallèlement à leur passage par la mise en scène de symboles s’ rapportant. Par rapport à la succession de plans statiques dans Maman a tort, le fait de découper plus Grandir en scènes et de les faire correspondre avec la structure mélodique de la chanson se rapproche du traitement narratif d’un clip traditionnel. La particularité du cinéma de Laurent Boutonnat ne se situe pas ou plus à ce niveau, mais dans l’utilisation d’une grammaire cinématographique pour la réalisation de clips. Empruntant la logique de ses raccords au cinéma classique, une partie de son esthétique et sa thématique aux cinéastes anglais, son imagerie à la littérature du XVIIIè siècle, la démarche Boutonnat n’a réellement d’originale que sa destination vers une forme aux possibilités juge-t-il inexploitées.

plus_g10 dans Les Clips de MylèneDans un cimetière envahi par les feuilles mortes, une jeune fille poussant landau vide (le deuil de la jeunesse) se dirige vers sa propre tombe. Elle contemple sa sépulture mais n’a pas l’air de se recueillir, on dirait même qu’elle éprouve du dédain. Tenant un petit bouquet, elle passe sa main derrière son oreille. C’est sans doute ce qui la fera entrer dans une phase où elle se verra ensauvagée, assise dans une aile de château, la bouche écorchée. Elle est dans une vaste chambre vide aux fenêtres ouvertes qui laisse entrer un vent puissant. La pièce est faite d’une architecture baroque (la forme triangulaire de la porte d’entrée) à l’intérieur de laquelle grouillent des rats. Au milieu trône une statue de sainte vierge devant laquelle Mylène Farmer prie en pleurant. Pendant un orage, lorsqu’un individu entre dans la chambre pendant son sommeil, Laurent Boutonnat va offrir à son public la première scène de nudité de son œuvre…

L’homme (Hervé Lewis, alias Rambo Kowalski, le duelliste de Libertine I, et futur entraîneur de la chanteuse) est un violeur, il s’acharnera à déchirer le pyjama rouge-sang de la jeune fille et lui caressera le corps jusqu’à ce qu’elle se laisse faire. Le visage de l’homme s’approche du sein lentement, ils se regardent et la jeune fille se préparera à être embrassée par son agresseur en y éprouve un plaisir certain; ça y est, le passage à l’âge adulte est consommé, la virginité est irrémédiablement perdue, et la statue de la vierge se retourne en se cachant le visage dans ses mains. Apparition onirique, deux bonnes sœurs naines volantes sont derrière une fenêtre et regardent toute la scène. Le fait qu’elles soient naines est le sens propre de ne pas grandir, non pas par volonté, mais par obligation. Comme une vengeance, même si elles flagelleront la jeune fille perverse ensuite à coups de bâtons, elles n’en sont pas moins voyeuses. Lors de sa punition, Mylène expliquera pourtant ses souhaits récurrents : « Plus grandir, j’veux plus grandir pour pas mourir, pas souffrir« . Elle souffre donc grandit. La fille blessée s’est alors réfugiée dans le coin de la pièce pour vivre sa douleur en silence. Elle s’acharnera aussi à vouloir supprimer sa poupée de chiffon, qui elle ne vieillira pas. Elle tente en vain de la noyer, de la mutiler. L’expression de la poupée change, du mécontentement au sourire sadique. Si l’on doit trouver la métaphore du temps dans ce film, ce sera forcément elle et c’est lorsqu’en voulant la couper en deux avec un couperet, que la poupée cachera son visage avec son bras qui sera mutilé et tournoiera en l’air. Mylène  Farmer comprendra alors, que la poupée ne vieillira jamais, elle si. Elle sourira donc pour la première fois du film en tournant sur elle-même dans sa chambre, les bras déployés, heurtant meubles et toiles d’araignées. Les rides couvent peu à peu son visage et son cou, le sourire se transforme en une expression qui rappelle l’incompréhension d’avoir perdu ce qu’on était, d’avoir perdu sa jeunesse et sa vie. Elle finira accoudée à la fenêtre et regardera expression une colombe se poser sur la bordure de la fenêtre devant elle, comme une communion, comme la paix avec soi-même.

1035268456_smallPlus Grandir (1985) et son arrière-plan biblique permettent de voir un clip de Boutonnat de deux façons différentes. A la fois récit d’une déchéance physique et critique d’une religion aveugle et impuissante, Boutonnat met en scène dans Plus Grandir des éléments détenant un sens pour chacun des deux niveaux de lecture. Il prend parti d’opposer au lent vieillissement du personnage des images du catholicisme comme par exemple la statue de la sainte vierge ou deux nonnes violentes et vindicatives. On peut lire la présence et l’action de ces éléments comme les signes avant coureurs d’une sérénité relative à la vieillesse prochaine du personnage, voire à sa mort inéluctable, mais également comme l’omniprésence d’une religion qui bannit de manière systématique les agissements déviants de ce même personnage. Ainsi dans le clip, la statue de pierre s’anime pour se cacher les yeux devant une prière vaine, et les nonnes punissent sévèrement par les coups la perte de virginité de l’héroïne : passage symbolique violent à l’âge adulte qui la précipitera rapidement dans la déchéance physique la plus totale.

On retrouve dans le cimetière qui a ouvert le film, Mylène Farmer a toujours la même expression sur son visage, on ne peut plus neutre. Elle jettera son petit bouquet sur sa tombe et s’en ira sans se retourner. Mylène Farmer vient d’entrer dans une phase onirique dont elle ne sort pas intacte, puisque malgré le fait qu’elle reparte vers la sortie avec son landau vide, elle extrait de son cauchemar la poupée qui s’installe définitivement dans le réel.

Publié dans Les Clips de Mylène | Pas de Commentaire »

CLIP MAMAN A TORT – 1984

Posté par francesca7 le 23 août 2011

 

VIDEO  Image de prévisualisation YouTube  

 

 

Réalisé par : Laurent Boutonnat
Diffusé le : Mars 1984
Durée : 3’50

Mylène Farmer, vêtue d’une nuisette translucide, apparaît sur un fond étoilé, peu après le début du vidéo-clip, qui présente successivement un portrait de Sigmund Freud et un portrait de jeunesse de la mère de Mylène Farmer. Elle est par la suite accompagnée de trois enfants, vêtus chacun d’un pyjama, qui brandissent des pancartes où est inscrit le titre du morceau, à CLIP MAMAN A TORT – 1984   dans Les Clips de Mylène mamanla manière de manifestants. Les images de la chanteuse divertissant les enfants alternent avec des séquences où elle sautille ou se retrouve assise aux côtés d’un mannequin qui porte sa nuisette. L’interprète finit par être décapitée et dévorée par les trois autres protagonistes attablés, alors que l’on peut voir dans une autre séquence son visage couvert de larmes. Le vidéo-clip s’achève sur le portrait de Sigmund Freud. 

Il faut pourtant faire remarquer que le vidéo-clip initialement prévu par Laurent Boutonnat est fondé sur un scénario tout autre ; ce dernier, impressionné par les réalisations de Michael Jackson en la matière, veut réaliser une vidéo à gros budget et désire y mettre en scène une jeune fille internée dans un hôpital psychiatrique, étroitement surveillée par des nonnes qui l’acculent au suicide. Toutefois, RCA refuse d’accorder les crédits demandés par le jeune cinéaste et juge le scénario trop choquant ; la maison de disques lui accorde un budget de 5 000 francs. Le vidéo-clip final est tourné aux studios Sets, à Stains, en Seine-Saint-Denis, et a notamment recours à la technique de l’incrustation sur un fond bleu. 

Une chanson et un vidéo-clip sulfureux 

Dès l’essor des ventes du single et la diffusion régulière du vidéo-clip, la chanson, sous ses apparences de comptine naïve, est comprise par la majeure partie du public et des médias comme une ode au lesbianisme. Certains chaînes refusent de ce fait de diffuser la vidéo, l’estimant malséante, et le titre laisse derrière lui un parfum de soufre. La chanteuse est pourtant la première à démentir cette interprétation du titre, allant même jusqu’à en donner une explication bien différente : « Beaucoup d’enfants qui sont dans des centres hospitaliers n’ont que des infirmiers ou infirmières pour prendre la place de leur maman. Donc c’est une petite fille qui dit « j’aime l’infirmière »… ». 

 

mylene-farmer-maman-tort_uxfw_5gln5 dans Les Clips de MylèneLe clip débute par deux photos en noir et blanc d’un homme et d’une femme. Sigmund Freud et la mère de Mylène ? On voit alors la chanteuse vêtue d’une robe blanche et sur fond noir dont on ne devine que les formes qui reste immobile. Lorsque la chanson débute, une photo de la chanteuse apparaît, sous titrée par les paroles. A chaque phrase de la comptine, on découvre un nouveau cliché. Lorsque le refrain débute, Mylène saute et chante. Le fond est noir et la chanteuse est bleutée. On la voit ensuite accompagnée d’enfants qui « manifestent » en portant des pancartes estampillées « Maman a tort ». La tête décapitée sur une assiette, prête à être dévorée par les enfants assis à table, Mylène chante sa chanson. Puis la chanteuse toujours bleutée, pleure et se reçoit des giffles…


Bref, difficile de décrire un clip d’une telle médiocrité. Heureusement, les prochains, merveilleusement scénarisés par Laurent Boutonnat et surtout bénéficiant de plus de budget, vont rendre Mylène célèbre pour la beauté de ses clips

Publié dans Les Clips de Mylène | Pas de Commentaire »

123
 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...