Etienne Daho très proche de Mylène

Posté par francesca7 le 19 mars 2016

 

Le chanteur a confié qu’il était parfois invité à manger chez Mylène. Il a également dit à plusieurs reprises que l’idée de collaborer avec elle lui plairait.

 

http://www.dailymotion.com/video/x6k7gc

 

ETIENNE DAHO (CHANTEUR)

Diapo-Etienne-RES
EXTRAIT d’interview des magazines suivants :

 

Rockland : Outre les singeries, le catalogué mytho-chanteur ne manque pas de s’inspirer sans cesse d’angoisses existentielles et autres névroses maladives pour épancher son coeur. Le côté artiste tourmenté est une recette qui fonctionne…

Etienne Daho : Attention, je ne suis pas Mylène Farmer. Mais il est normal que les artistes soient fragiles. Il est vrai que j’ai passé une année difficile où j’étais tout le temps anxieux. C’était au moment où j’ai fait l’album. On écrit d’après des émotions fortes qui sont soit de grandes joies soit des flips. (Rockland – Mars 1989 – N°8)

Têtu : Vous pourriez travailler avec Mylène Farmer ou Madonna?

Etienne Daho : J’ai des contacts avec Mylène, on s’envoie des SMS, c’est quelqu’un que j’aime beaucoup, de qui je me sens assez proche. Je pourrais travailler avec elle sans problème en effet. (Têtu – Novembre 2007)

 

Publié dans Mylène et L'ENTOURAGE | Pas de Commentaire »

Jean Rochefort est un fan de Mylène

Posté par francesca7 le 19 mars 2016

jeanrochefort

Mylène et le célèbre acteur se sont rencontrés en 2010. Mylène dira de lui : « un acteur unique, un homme d’une classe folle, un charme renversant. Je suis sensible à sa grande délicatesse, c’est un être totalement décalé, si émouvant aussi. Bref…magnifique. » (Paris Match, 02 décembre 2010)

 

EXTRAIT de l’interview de JeanRochefort pour http://www.lejdd.fr/Culture/ en 2013

 

Les solitaires s’arrangent toujours pour ne pas être seuls… Êtes-vous toujours copain avec Johnny Depp, l’homme qui aime les livres, les îles et les bateaux?

Je l’ai rencontré dans des conditions pénibles [le tournage avorté du Don Quichotte de Terry Gilliam]. Un rapport filial s’est installé. Moi, le père blessé, j’ai rencontré un fils possible. De son côté, il a pu se projeter dans mes douleurs. Le film ne s’est pas fait, mais on a eu le temps de tourner deux ou trois scènes ensemble. Le talent, c’est pas rien, ça existe. Cet acteur est une Maserati… Il a voulu que je sois gâté comme lui. Il a exigé pour moi la même caravane que la sienne, venant expressément de Londres. Je n’oublierais jamais ces lumières dans le désert. Traînées par des camions immenses, c’étaient nos caravanes qui semblaient arriver, comme des cathédrales, d’un autre monde.

Il fait partie des artistes à ne pas vous avoir catalogué. Artiste de droite, c’est un luxe?

Vous avez raison, les artistes sont de gauche et ils s’arrangent toujours pour que ça sache. Moi, je me suis plu au comportement d’une classe sociale qui n’a rien à voir avec la droite agressive. Mais j’ai fait l’expérience du pouvoir : l’autre jour, je vais voir Mylène Farmer à Bercy. Me trouvant à une place VIP, j’attire rapidement les regards. Il y avait 12.000 personnes dans la salle… Comment résister? Alors, moi, pour déconner, je m’essaie à une ola, m’élançant avec les bras. Juste pour voir. Et là, j’ai vu toute la salle se lever avec moi! Ouh là là… J’ai vu ce que c’était que d’avoir un drapeau entre les mains! Ça va vite de se dire, mais l’autre, là-bas, pourquoi il s’est pas levé?! Allez hop, au goulag!

Ludovic Perrin – Le Journal du Dimanche

lundi 21 octobre 2013

 

Publié dans Mylène 2013 - 2014, Mylène et L'ENTOURAGE | Pas de Commentaire »

Mylène et Valérie Bony

Posté par francesca7 le 16 mars 2016

Danseuse sur le Tour 96 et le Mylenium Tour (1999/2000), Valérie Bony a fait partie de l’entourage proche de Mylène Farmer au moins jusqu’en 2003 (lors de la tournée d’Alizée). Après quoi on ne l’a plus du tout aperçue auprès de Mylène. Pour autant, on sait que les deux femmes sont parties en vacances ensemble après le Tour 96.

 danseuses

 

Elle participe à de nombreuses prestations télé de 1996 jusqu’en 2002. Sa dernière prestation en tant que danseuse avec Mylène est pour le titre C’est une belle journée. Rappelons que le 9 mars 1996, c’est dans l’émission Top à Maritie et Gilbert Carpentier sur TF1 que Mylène embrasse sur la bouche sa danseuse Valérie Bony. Enfin, c’est Valérie qui fait la doublure pour le titre Mylène is calling sur le Mylenium Tour permettant ainsi à la chanteuse de se changer entre 2 chansons.
Depuis 2003, Valerie a participé à de nombreuses émissions musicales sur France 2 et TF1 en tant que danseuse et chorégraphe. Entre 2002 et 2005, elle a notamment fait avec Christophe Danchaud les chorégraphies des émissions de classement du type « Les plus beaux duos », « Les plus belles chansons de comédie musicale »… Emissions généralement présentées par Daniela Lumbroso.

Elle est également la chorégraphe du film « Jacquou Le Croquant » (2005).
En 2014, elle est créditée comme chorégraphe de la pièce de théâtre « Je préfère qu’on reste amis » de Laurent Ruquier.

Danseuse et choriste pour le « Tour 96″.
Doublure de Mylène Farmer pour le clip « L’Âme-Stram-Gram » (1999).
Danseuse pour le « Mylènium Tour » (1999/2000).
Chorégraphe pour la tournée d’Alizée en 2003.
Chorégraphe pour le film Jacquou le croquant.
Coordinatrice de la chorégraphie « Oui mais non » avec Christophe Danchaud pour la tournée « Timeless 2013″

D’autres article ici : http://francescax7.unblog.fr/search/Val%C3%A9rie%20Bony

Publié dans Mylène et L'ENTOURAGE | Pas de Commentaire »

Les amitiés de Mylène avec Nathalie Delépine

Posté par francesca7 le 16 mars 2016

            
La première fois que la photographe Nathalie Delépine apparait autour de Mylène, c’est en 2009, puisque ses photos d’une Mylène au naturel illustrent le programme de la tournée qu’effectue la chanteuse cette année-là.

Par la suite, les deux femmes sont devenues – jusqu’à aujourd’hui encore – inséparables, et Nathalie a par ailleurs effectué de nombreux shootings photo pour Mylène Farmer.

Nathalie_Delepine_Home 

La photographe Nathalie Delépine a mis en ligne récemment en 2012 un site officiel regroupant un grand nombre de ses clichés.

Et, on retrouve évidemment de nombreuses photos de Mylène de l’époque Bleu Noir, du clip Oui mais… Non mais aussi des pochettes de cd et des articles de presse.

Des photos connues mais pour certaines en meilleure qualité que celles dont nous disposions auparavant.

A noter également des photos de Reed Kelly l’un des danseurs du Mylène Farmer Tour 2009.

À découvrir sur ce lien : http://www.nathaliedelepine.com

 

A toi Mylène

Publié le 27/11/2013 dans la Presse : http://www.ladepeche.fr/article

 Mylène Farmer, heureuse d’être sur scène./Photo Nathalie Delepine

 

Ses fans ne la verront que sur la scène du Zénith, ce soir encore et samedi. Ou alors, par une chance incroyable, derrière les vitres fumées de sa grosse voiture. Car avec Mylène Farmer, la discrétion entretient le mythe, depuis son arrivée en jet privé à sa chambre d’hôtel.

Ne la cherchez pas dans les rues de Toulouse, faisant son shopping entre deux gardes du corps.Mylène Farmer n’a pas l’habitude de montrer son joli minois dans les boutiques, effectuant toujours de rapides parcours entre son hôtel et le Zénith, sans détours inutiles. Quand on évoque les déplacements de la chanteuse avec son équipe, les visages se ferment, le silence s’installe. «Mylène estime qu’elle dit tout dans ses spectacles et ses disques, que sa vie privée ne regarde qu’elle, lâche une collaboratrice. Ses admirateurs l’ont compris depuis longtemps : ce sont des gens normaux qui la respectent.» http://francescax7.unblog.fr/2013/12/02/discretion-extreme-arrivee-de-mylene-farmer/

Retrouvez les archives du Blog où l’on parle de Nathalie Delépine http://francescax7.unblog.fr/search/Del%C3%A9pine

Publié dans Mylène dans la PRESSE, Mylène et L'ENTOURAGE | Pas de Commentaire »

Les amis intimes de Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 12 mars 2016

 

            Anthony Souchet
On peut considérer Anthony Souchet comme LE meilleur ami de Mylène Farmer, et ce depuis une vingtaine d’années. Sa première apparition (connue) aux côtés de Mylène remonte à 1995, lors du Festival du Centenaire du Cinéma. Depuis lors, on a pu voir Anthony Souchet à de nombreuses reprises aux côtés de Mylène, aussi bien lors d’apparitions publiques que dans le privé. Il l’accompagne notamment sur chacune de ses dates de concert.

Anthony Souchet travaille dans le milieu de la télévision. Notons d’ailleurs qu’il travaillait sur la plupart des émissions de télé où Mylène Farmer s’est produite depuis 2005 (« Symphonic Show », « Johnny Hallyday – Ca ne finira jamais », « Encore une chanson »).

 anthony

Anthony SOUCHET Directeur de la promotion du groupe EMI

Anthony Suchet est aussi le meilleur ami de Mylène, il lui rend visite très souvent et l’accompagne partout, surtout lors de ses déplacement en concert, on le voit avec elle au concert d’Elton John et au défilé J.P Gauthier entre autres…. C’est aussi lui le propriétaire du cocker dénommé Quick que certain magazines des jeunes attribuent à Mylène.

Il est aussi l’attaché de presse-france de Madonna et s’occuped’émission TV comme la chanson numéro 1 sur la A2 (dont les chorégraphies sont signées Valérie Bony et Christophe Danchaud)

 

Article Gala :

Dans un monde où il faudra bien­tôt prier pour ses quinze minutes d’ano­ny­mat, admi­rable instinct de préser­va­tion de soi. Mais ce 27 mars 2015, pour la chan­teuse, il s’agit surtout de préser­ver l’ami­tié et le respect qui la lient à toute l’équipe ayant œuvré sur le film Time­less.

SOUCHET ET MYLENEAutre ami commun, Anthony Souchet refait les présen­ta­tions. Cheveux lâchés, boléro, jupes et bas noirs, si menue, elle susurre un « merci d’être là », dans ce que je crois me remé­mo­rer être un sourire. A vrai dire, impos­sible, encore à ce jour, de me souve­nir de son regard, de la finesse de ses traits, de la pâleur de sa peau, ce 27 mars. Il fait sombre, certes. Mais surtout, l’em­preinte de sa main a tout occulté. Court-circuit,blackoutshake it off. Nulle autre rémi­nis­cence que cette poignée franche, forte, presque virile, qu’elle m’adresse. Comme Camille Clau­del, la « fragile » Mylène Farmer a des mains de créa­trice, plutôt fines mais puis­santes, incroya­ble­ment puis­santes (et, note person­nelle, dieu sait que nous abhor­rons les mains molles qui, à peine saisies, se dérobent). De ces mains, elle a, semble-t-il, long­temps fait un complexe, gantée à la mode liber­tine ou emman­chée jusqu’aux phalanges. En trente ans de carrière, elle leur en aura même fait  voir de toutes les couleurs, dans ses clips : le rouge du sang (Sans Logique,Beyond my controlJe te rends ton amour…), le blanc de la neige (Désen­chan­téeFuck them all…), le brun de la boue et de la glaise (Ainsi soit-jeA l’ombre…)… Jeux de mains, jeu de Mylène. Se pour­rait-il être, pour­tant, plus beau signe distinc­tif chez une femme qui a su prendre les rênes de sa vie, renon­cer en pleine année de termi­nale à bacho­ter pour mieux murmu­rer à l’oreille des chevaux, puis à celle d’un public tout acquis à son art ? Le reste de son histoire, vous la connais­sez.

Publié dans Mylène et L'ENTOURAGE | Pas de Commentaire »

Carole Fredericks Denise et la MYLENE

Posté par francesca7 le 11 février 2016

Carole Fredericks Denise était un chanteur américain le plus célèbre pour ses enregistrements en France. Carole sortit de l’ombre de son frère, le blues légendaires musicologue Taj Mahal , pour atteindre la gloire et la popularité en Europe et dans le monde de langue française. Depuis plus de deux décennies de Paris, France , a été adopté sa maison et à Dakar, au Sénégal, était son lieu de vacances favori. Bien que Fredericks a quitté son pays de mère, elle n’a jamais quitté ses racines.

mylene-farmer-tour-89-

Ancré dans les traditions musicales fertiles de ses parents, luttant professionnels des Carolines et les Antilles, elle est apparue comme un chanteur puissant qui tisse les fils passionnés de blues, jazz, gospel et R & B dans une tapisserie à la française

Carole est arrivée en France avec l’espoir de poursuivre une carrière de chanteuse en Janvier 1979. Elle ne connaissait personne. Dans une rencontre fortuite, Carole a rencontré le propriétaire de La Belle Hélène à l’aéroport.

« Il a appelé ses amis et je me suis retrouvé à travailler presque immédiatement. Je commençais à chanter partout. Il était à peine trois semaines après mon arrivée que je a été signé avec Carla Musique d’enregistrer un album disco intitulé Black Orchid . « 

L’un des auteurs-compositeurs pour Black Orchid est une autre chanteuse américaine, Ann Calvert. Grâce à Calvert, Fredericks a rencontré Baltimore natif Yvonne Jones. Ensemble, ils forment un trio de choristes qui étaient en demande par les plus grands artistes d’enregistrement - Dalida , Johnny Hallyday , Hugues Aufray , Carlos et Sylvie Vartan .

Fredericks était déterminé à apprendre le français le plus rapidement possible. Comme sa maîtrise de la langue améliorée, engagements étendus du studio à la scène. En 1985, Fredericks gagnait un salaire confortable en tant que chanteur et en donnant des concerts avecLaurent Voulzy , Michel Berger , France Gall et Eddy Mitchell . En 1981, elle a été choriste pour Jean-Claude Pascal sur le Luxembourge ntrée au concours de l’Eurovision , à égalité au onzième place.

1985 En 1985, Carole a été présenté dans le Gilbert Bécaud spectaculaire. Plus tard cette année, elle part en tournée en Scandinavie avec Mireille Mathieu . Elle a été coulée dans Je vous aime par Claude Berri et Roman Polanski s ‘ Pirates opposés Walter Matthau . D’autres rôles de films suivies.

1986 la détermination de Fredericks à maîtriser la langue française a grandement contribué à son succès. Non seulement la langue viennent facilement à elle, elle a compris ses nuances qui lui a permis de chanter en français comme si elle était sa première langue. En maintenant Fredericks chantait avec les principaux artistes francophones - Johnny Hallyday , Mylène Farmer , François Feldman , Patricia Kaas , Julien Clerc , et Liane Foly .

Sa réputation en tant que chanteur doué disposé à prêter son talent musical à l’appui d’un autre artiste et les compétences bilingues désireux apporté son nom à l’attention du compositeur de la musique pop Jean-Jacques Goldman .

Populaire en France et en Europe depuis plus de deux décennies, Carole Fredericks était relativement inconnu aux États-Unis. Au cours des dix dernières années, ses frères et sœurs survivants avec l’aide d’éducateurs français ont fait prendre conscience de sa carrière en utilisant la musique de Carole pour enseigner la langue française.

En mai 2002, un an après sa mort, la famille Fredericks (Connie Fredericks-Malone et ses frères, le blues icône, Taj Mahal, Edward Fredericks, Richard Fredericks et Osborne Williams) a établi CDF Musique Legacy, LLC , une entreprise familiale dédiée à la préservation de leur L’héritage de soeur défunte. CDF Musique héritage obtenu les droits mondiaux à l’ensemble des enregistrements en solo Carole Fredericks en France.

En 2003, CDF Musique héritage fixé la permission de créer des matériaux d’enseignement du français qui utilisaient le catalogue de Mme Fredericks de la musique, y compris les chansons enregistrées avec le groupe, Fredericks Goldman Jones . En hommage à sa mémoire, biographie, chansons et musique et clips de Carole Fredericks ont été transformés en livres d’activités que formellement combinés de la musique populaire française et de la méthodologie de l’enseignement. Tant Qu’Elle Chante, Elle Vit! Apprendre le français Grâce à l’héritage de Carole Fredericks a été introduit pour les éducateurs à l’ Association américaine des professeurs de français conférence en Martinique.

En 2004 ses albums solo, Springfield et Couleurs et parfums étaient disponibles pour la première fois aux États-Unis. Plus tard cette même année, CDF Musique hérités uni leurs forces avec les services éducatifs Tralco (Hamilton, Ontario, Canada) pour développer une deuxième activité livre basé sur l’album de langue française de Fredericks. En 2005 Couleurs et parfums: Apprendre le français Grâce à l’héritage de Carole Fredericks a été dévoilé au Québec, au Canada, à l’Association américaine des professeurs de français Conférence.

Carole-Fredericks1À compter d’aujourd’hui, à la fois Tant Qu’Elle Chante, Elle Vit! et Couleurs et parfums Livres d’activité sont utilisés par les professeurs de français dans plus de 2000 écoles K-12 et 65 collèges et universités à travers les États-Unis, le Canada et d’aussi loin que Singapour.

Le 18 Août 2006, la famille et une équipe d’éducateurs de langue française ont établi la Fondation Carole D. Fredericks, Inc. , un but non lucratif 501 (c) (3) organisme de bienfaisance voué à la promotion de l’étude du français comme langue seconde, la étude des cultures francophones et de la préservation de l’héritage musical Carole Fredericks. La Fondation publie les livres d’activités, et développe des méthodes connexes qui emploient sa musique.

Toujours en 2006, la vie et la contribution à l’étude du français Carole Fredericks ont été reconnus à titre posthume par la Conférence Nord-Est sur ​​l’enseignement des langues étrangères . Carole et Taj Mahal ont reçu le prix James W. avocat Dodge Memorial langue étrangère en reconnaissance de l’honneur qu’ils brillent sur ​​le vaste potentiel de la musique pour favoriser une véritable communication interculturelle et de maintenir les héritages culturels.

Jean-Jacques Goldman a écrit les commentaires suivants dans une note qui a été lu lors de la cérémonie NECTFL.

«Je suis particulièrement touché par ce prix décerné à notre ami Carole.

Carole est né fois aux États-Unis, la terre de ses parents, de son enfance, de sa préparation, de sa culture musicale. Elle est née une seconde fois en France, le pays de sa reconnaissance artistique, l’aime et les amis, de ses plaisirs, de sa maison. Pourtant, une troisième fois, elle est née au Sénégal, la terre de ses racines, de son cœur, peut-être l’endroit où elle se sentait mieux, la terre de son départ, ainsi.  »

Bien que Carole était profondément américaine, elle était le symbole du mélange des cultures qu’elle représentait dans la plus belle des manières: par sa voix, par le biais de la musique. Merci pour ce geste qui honore sa mémoire. Elle vit toujours en France, à travers ses chansons et dans de nombreux cœurs. Grâce à elle, il est l’Amérique que nous aimons « .

 

Publié dans Mylène et L'ENTOURAGE | Pas de Commentaire »

PASCAL LAUGIER et Mylène

Posté par francesca7 le 13 décembre 2015

 

AUGIER Pascal

Pascal, Repéré par Christophe Gans pour ses premiers courts-métrages, Pascal Laugier se voir offrir par ce dernier de réaliser le making-of de son film Le Pacte des loups (2001). Fort du succès du film et du making-of dont la qualité est saluée, Pascal Laugier se jette à l’eau et réalise en 2004 son premier long métrage, Saint Ange, un film d’horreur fantastique dans lequel il dirige Virginie Ledoyen et Lou Doillon. Malgré son relatif échec commercial, le film est discrètement salué par la critique pour les promesses qu’il apporte, sans qu’elles soient considérées comme tenues pour l’instant.

En 2008, il crée la polémique avec son second long-métrage Martyrs, tourné au Canada, qui, à cause de son gore extrême, passe à deux doigts d’être interdit au moins de dix-huit ans. Heureusement pour le réalisateur, l’accès n’en sera finalement limité qu’aux moins de 16 ans avec avertissement, ce qui permit au film une meilleure distribution.

Durant six mois il travaille sur le reboot de Hellraiser, mais sa version sera refusée par les studios de la Weinstein. Toutefois, il se consacre alors à The Secret.

 

City of Love » : Mylène Farmer s’offre un teaser terrifiant pour son nouveau clip titrait ce jour le site CHARTS en France

Mylène Farmer a fait son choix : son nouveau single sera « City of Love ». Le deuxième extrait de l’album « Interstellaires » va s’offrir un visuel sombre et terrifiant si l’on en croit le premier teaser du clip, signé du réalisateur Pascal Laugier.

Jugez plutôt  sur le site : http://www.chartsinfrance.net/Mylene-Farmer/news-100174.html#I1p4fw8iQbYePTjv.99

Publié dans Mylène et L'ENTOURAGE | Pas de Commentaire »

The Avener raconte Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 10 novembre 2015

 

 

 

le-23-octobreLe DJ niçois a raconté à Pure Charts comment s’est passée sa collaboration avec la chanteuse…

On lui doit la musique de Stolen Car, le duo entre Sting et Mylène Farmer qui figurera sur Interstellaires, le nouvel album de la chanteuse en vente dès ce vendredi. Le DJ niçois The Avener, alias Tristan Casara, a raconté à Pure Charts les conditions de sa rencontre avec l’auteure et interprète de Désenchantée. « C’est une personne aussi charismatique que douce, très ouverte d’esprit. Une artiste à part entière, pas du tout un projet, quelqu’un de vrai et de vraiment concentrée sur son travail. J’ai trouvé cette personne passionnante, c’est le mot », assure-t-il.

The Avener, qui s’est fait connaître pour ses « reworks » musicaux moins orientés vers le grand public, qualifie Mylène Farmer d’« icône » et se souvient qu’il se passait « en boucle », une cassette audio de la chanteuse alors qu’il avait 4 ou 5 ans. Il précise que c’est elle qui l’a contacté en vue d’une collaboration sur l’album qu’elle préparait. « J’ai la chance de compter Mylène Farmer parmi les admiratrices de mon travail. Je n’ose pas dire « fan » mais vraiment, les mots qu’elle m’a dits quand on s’est rencontrés pour la première fois m’ont beaucoup touché », se réjouit-il.

« On a tout de suite collé, Sting, elle et moi »

« Elle m’a laissé carte blanche sur l’instru et je lui ai envoyé très vite une démo. On a tout de suite collé, Sting, elle et moi », poursuit The Avener au sujet de Stolen Car, le morceau de l’ex-leader de Police qu’il a revisité. Il déplore n’avoir pas pu mettre sa patte sur d’autres chansons, faute de temps. Mais, pour lui, cette rencontre a été « un moment extraordinaire » qui l’a incité à revoir ses certitudes en matière de préférences musicales. « Il a fallu s’ouvrir un peu plus à la découverte et faire mûrir les goûts (…) Qu’on aime ou qu’on n’aime pas, il y a une vraie passion. »

De son côté, Mylène Farmer a accordé une interview pour le numéro de Gala à paraître ce mercredi. Au sujet des nouvelles collaborations qu’elle a sollicitées pour Interstellaires, elle déclare : « Je n’ai pas le sentiment de chan­ger, mais celui d’avan­cer, de décou­vrir… (…) Je ne conçois pas un nouvel album sans une dose d’aven­ture. » A en juger par ces mots The Avener et elle sont au diapason.

 


Publié dans Mylène 2015 - 2016, Mylène Autrement, Mylène et L'ENTOURAGE | Pas de Commentaire »

Une disciple de Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 17 juillet 2015

 

jeu concours1 solA l’image de Lisa-Loup qui finit par vomir une perle de sang, incarnation de son mal-être, Mylène Farmer apparaît toujours comme cette femme-enfant mal grandie, révélant sa folie au fil des mots, mêlant impudeur sadique et angoisse muette en des créations aussi belles et aussi terrifiantes qu’elle-même. Car cette dualité permanente, de la forme et du fond, du sens réel et du sens caché, de l’image et de son reflet est, chez Mylène Farmer, la clé qui permet d’entrer dans son étrange univers personnel, dont la sensibilité à fleur de peau, la sensualité perverse et le spleen romantique mènent l’auditeur dans le plus touchant des paradis empoisonnés.

Bien que Mylène Farmer soit une artiste unique en son genre, elle a créé quelques émules qui, pour l’heure, sont bien loin de connaître un succès comparable. Citons la principale “disciple” : la chanteuse RoBERT, dont la voix et les intonations semblent souvent calquées sur celles de Mylène Farmer. Personnage étrange au physique inquiétant, RoBERT tire son pseudonyme, selon la légende, du surnom décalé dont l’aurait affublée un ancien amant. Elle apparaît en 1991 avec le single Elle se Promène, qui sera son unique tube, probablement dû au fait que bien des auditeurs pensèrent qu’il s’agissait d’une chanson de Mylène Farmer.

S’ensuivront deux albums assez réussis, Sine (1992), publié sur Sony, sur lequel on trouve une frétillante reprise de The Model de Kraftwerk, et Princesse de Rien (1997), un disque plus mature, enregistré après un long silence de cinq ans suite à d’interminables problèmes avec Sony, et publié sous quatre éditions différentes, dont la dernière en date est sortie en 2000. Sur cet album, on trouve quelques textes d’Amélie Nothomb, dont RoBERT est devenue l’amie, qui signera régulièrement par la suite des paroles de ses chansons et lui consacrera même un livre : Robert des Noms Propres. Depuis, RoBERT piétine quelque peu, même si sa renommée ne cesse de grimper.

Celle Qui Tue (2002), son troisième album, est un ratage complet, suite de mélodies insipides enrobées d’arrangements technoïdes fauchés et peu inspirés. En 2004, elle sort une sorte de best of, Unutma, dans lequel on retrouve l’essentiel de ses chansons dans des versions hélas remixées, et fort mal remixées. Seul titre à bénéficier de ce lifting racoleur, Le Prince Bleu, petite bluette enfantine et nostalgique extraite de Celle Qui Tue, et qui fera l’objet d’un single, illustré par un magnifique clip en 3-D qui passera en boucle pendant tout l’été 2004, et sortira même en version DVD.

Extrait de Lumières & Trahisons Stars du spleen grand public, et autres poussières d’étoiles par Mario Glénadel et Christophe Lorentz

Publié dans Mylène dans la PRESSE, Mylène et L'ENTOURAGE | Pas de Commentaire »

LA PLANÈTE MODE DE JEAN-PAUL GAULTIER

Posté par francesca7 le 14 juillet 2015

LIVRE «  »

66414310

En juin 2011 est créée à Montréal une exposition itinérante consacrée au créateur Jean-Paul Gaultier qui parcourt ensuite plusieurs villes du monde.

Parmi les créations exposées, on retrouve, prêtée par Mylène Farmer, la tenue d’écorché portée par cette dernière pour son entrée en scène lors du Tour 2009.

Un beau livre accompagne cette exposition dans lequel on retrouve le témoignage de nombreux artistes ayant travaillé avec Jean-Paul Gaultier. La guêpière du clip « Je t’aime Mélancolie », la tenue du shooting pour « Anamorphosée », les costumes du Tour 2009 et les tenues portées par Mylène pour plusieurs apparitions publiques sont autant de raisons pour cette dernière de répondre à un petit entretien publié dans ce livre, d’autant qu’elle défilera pour le créateur peu de temps après !

Quelles créations Jean-Paul Gaultier ont frappé votre imagination ?

-Je vais si peu aux défilés…Bien sûr, son révolutionnaire soutien-gorge conique a marqué nos mémoires. Les jupes pour homme aussi !

Que représente son travail pour vous ?

-C’est un grand artiste. Je considère donc son travail et ses créations comme des œuvres d’art. A la manière des tatouages –qui l’ont souvent inspiré- il a déjà posé une empreinte indélébile sur l’histoire de la mode, avec sa virtuosité et sa personnalité irremplaçable.

Vous avez beaucoup tous les deux exploité la thématique de l’identité sexuelle, le masculin, le féminin, l’androgynie. A-t-il eu une influence sur vous ?

-Jean-Paul m’inspire beaucoup. J’espère que nos univers s’influencent mutuellement. J’en serais en tout cas très flattée !

Vous avez souvent travaillé avec Jean-Paul Gaultier pour des clips et des sorties officielles. Il a aussi crée les costumes de votre tournée en 2009. Comment s’est déroulée cette collaboration ?

-Il y a eu beaucoup de complicité, de rires, d’attentions réciproques, de réflexion. Toutes les tenues étaient extraordinaires, les miennes comme celles des danseurs. Le costume Ecorché est un chef-d’œuvre ‘ensanglanté’ qui a marqué l’imaginaire collectif. Le tableau ‘tutuesque’(sic) nous a enchantés : les danseurs et les danseuses étaient chaque soir très fébriles avant SDC12703leur entrée en scène !

Votre plus beau souvenir au sujet de Jean-Paul Gaultier ?

-Quand il a répondu ‘oui’ à la question « Voulez-vous travailler avec moi sur mon prochain spectacle ? » !

Un mot pour décrire Jean-Paul ?

-Pétillant !

 

Publié dans Mylène Autrement, Mylène et L'ENTOURAGE | Pas de Commentaire »

Une musique pour des Robots

Posté par francesca7 le 17 mai 2015

 

 

Pour la tournée, Philippe Stegemann a utilisé deux robots de 2 mètres et trois de 2,30 mètres. Il s’agit de machines employées à l’origine sur les chaînes de fabrication des industries pharmaceutique ou des semi conducteurs, par exemple. A part l’ajout d’un masque en carbone conçu spécialement par Robolounge, ils ne sont pas modifiés. « Mais on utilise des paramètres jamais utilisés dans l’industrie, notamment des accélérations et des décélérations qui leur donnent des mouvements souples », explique le fondateur. Pour ce spectacle, tous les mouvements sont pré-programmés, mais ils pourraient aussi être programmés pour réagir au BPM ou au style de musique, sur un set non connu à l’avance. 

Image de prévisualisation YouTube

La musique de l’interlude a été composée en fonction des robots

Au départ, Robolounge a créé le tableau de C’est une belle journée en travaillant sur les vidéos de la chorégraphie. Puis l’idée d’assurer le premier interlude, pendant lequel la chanteuse change de tenue au bout d’environ 35 minutes de spectacle, s’est imposée. Et là, ce ne sont pas les robots qui se sont adaptés à la chorégraphie, mais le directeur musical, Yvan Cassar, qui a composé la musique en fonction des robots. « Il a consulté nos vidéos et a très bien analysé notre registre, confie Philippe Stegemann. Cela cadre parfaitement, avec une montée en puissance en partant de la musique classique pour aller vers du dubstep. Chaque tableau a une émotion particulière. » 

Effectivement, l’effet est saisissant. Seuls sur scène, sur une adaptation de Schubert, les cinq robots-danseurs forment un ballet esthétique, puis mettent le feu sous les lasers en bougeant comme des danseurs hip-hop. On oublie complètement qu’ils ne sont même pas humanoïdes, tant l’articulation du cou, du « bassin » et des « épaules », plus le masque, suffit à imaginer des bras et des jambes. Timeless est moins coquin que les précédents shows de la star, dommage car sinon elle aurait pu signer la première chorégraphie « robo-érotique », tant on a l’impression que ces robots peuvent tout jouer. 

« On a travaillé avec Mylène sur l’introduction de la chanson »

image-40Les choses sont plus compliquées quand Mylène et les danseurs sont à côté des robots, car ils doivent respecter une distance de sécurité correspondant à leur rayon d’action. Mieux vaut éviter le choc avec un robot de 115 kg en rotation à pleine vitesse… C’est pourquoi, à ces moments là, ils n’effectuent que des mouvements latéraux. En cas de pépin, Philippe Stegemann a cependant constamment dans la main un poignée de validation et un arrêt d’urgence.  

En tout, la préparation du show a duré un an. « L’équipe de Mylène est très pro, très unie, et attentive. Cela m’a beaucoup aidé, ne venant pas du métier. » Philippe Stegemann a même travaillé en direct avec la star, qui s’est investie aussi dans cet aspect du spectacle. « Ca lui plaisait et ça l’intéressait. C’est très agréable de travailler avec elle. On a travaillé ensemble sur les détails de l’introduction de C’est une belle journée. J’ai été très surpris par la rapidité avec laquelle elle a compris les problématiques techniques, elle pourrait être ingénieur. » 

Une belle aventure, donc, pour ce pionnier de la robotique artistique, à laquelle la tournée Timeless 2013 offre une formidable exposition, au moment où la robotique française, plutôt en pointe dans le monde, est soutenue comme un des secteurs industriels d’avenir par François Hollande. D’ailleurs, Philippe Stegemann ne dit pas tout, mais on devine que cette visibilité s’est déjà traduite en contacts pour de futurs projets. « C’est la chance d’une vie ! Je suis sur un nuage », dit-il encore étonné.  

Read more at http://lexpansion.lexpress.fr

 

Publié dans Mylène 2015 - 2016, Mylène et L'ENTOURAGE, Mylène TIMELESS 2013 | Pas de Commentaire »

Mad World c’est pas pour Mylène

Posté par francesca7 le 7 mai 2015

 

220px-Tears_for_Fears_2008Mad World est une chanson éditée en 1982 par le groupe britannique Tears for Fears.

Écrite par Roland Orzabal et chantée par Curt Smith, cette chanson est le troisième single du groupe et son premier succès, arrivant en troisième position dans le UK Singles Chart en novembre 1982 ; c’est aussi, et dans le même temps, le premier tube international du groupe, se classant au Top 40 dans plusieurs pays à travers le monde (Allemagne, Afrique du Sud, Irlande,Nouvelle-Zélande, etc.). D’ailleurs, concernant ce succès international, il est à noter que c’est en Afrique du Sud que ce titre a atteint sa meilleure place, puisqu’il s’y est classé no 2 au printemps 1983, Tears for Fears devenant alors un groupe très populaire dans ce pays.

Mad World figure sur le premier album de Tears for Fears, The Hurting, qui parut au printemps 1983 et connut lui aussi un grand succès (no 1 au Royaume-Uni, no 7 au Canada,no 15 en Allemagne, no 16 en Nouvelle-Zélande, etc.).

En 1992, Nicola Sirkis, leader du groupe français Indochine, publie un album en solo Dans la Lune. Sur cet album de reprises de chansons qu’affectionne Nicola figure en piste 2Mad World.

En 1995, le refrain cette chanson est repris par le groupe d’Italo dance Jog et engendrera bon nombre de remixes dans le monde de la musique électronique.

En 2001, cette chanson a été reprise par Michael Andrews et Gary Jules pour la BO du film culte Donnie Darko. Cette reprise, éditée plus tard en single, connut un grand succès international, se classant même no 1 des ventes durant plusieurs semaines au Royaume-Uni, fin 2003.

Depuis, d’autres artistes ont interprété ce titre — arrangé de façon similaire à Gary Jules, avec parfois à la clé un certain succès — comme c’est le cas pour Adam Lambert lors de l’émission American Idol ou encore en France avec Benjamin Boehm, lors de l’émission La Nouvelle Star. Dernier en date, le remix de Paul Kalkbrenner.

En 2006 Sara Hickman reprend la chanson qui figurera sur son album Motherlode. Sa version a été utilisée dans l’épisode 18 de la saison 5 de The Vampire Diaries.

En 2011, la chanson est également reprise dans le jeu vidéo Gears of War 3 sur Xbox 360 lors du sacrifice d’un des personnages principaux. Seule différence, cette version n’est pas accompagnée de paroles. Ce sera d’ailleurs cette même version qui aura servi dans la présentation du moteur UnrealEngine 3.0 en 2004 avec ce qui deviendra le projet Gears of War.

Elle fut également reprise par la chanteuse Susan Boyle dans son album Someone To Watch Over Me en 2011.

En 2013, lors de sa tournée Timeless 2013, Mylène Farmer chante la chanson en duo avec Gary Jules.

La même année, Luc Arbogast et Thomas Vaccari, deux candidats de la Saison 2 de The Voice : la plus belle voix, s’affrontent en duel durant les « battles », sur cette chanson, avant de figurer dans le 6e album de Luc Arbogast : Odysseus, sorti en août de la même année.

Le voltigeur français Nicolas Andreani a notamment utilisé cette chanson pour son programme libre.

Certains voient dans Roland Orzabal, qui interprète une danse particulière dans le clip vidéo accompagnant le single, une 5446700266469sorte de précurseur de la tektonik ; en effet, les mouvements qu’il réalise se rapprochent assez de ceux que l’on peut voir dans cette danse. Cependant, cette constatation est à modérer car la musique associée au mouvement new wave du début des années 1980, marquée par l’utilisation importante des synthétiseurs (et dont Tears For Fears fait amplement partie), était aussi marquée par l’apparition de nouvelles formes de danses, aux mouvements plus robotiques, saccadés pouvant effectivement rappeler des danses actuelles, censées être novatrices, ce qui n’est visiblement pas le cas.

La chanteuse estonienne Sandra Nurmsalu reprend la chanson pour Kaks Takti Ette, un télé-crochet estonien.

En 2013, Sophie-Tith, une candidate de la Saison 9 de Nouvelle Star, reprend la chanson pour une audition et lors de la finale où le jury lui donne 4 « bleus » (sur 4).

En avril 2014, c’est Kendji Girac qui reprend la chanson de TFF sur les lives de la saison 3 de The Voice, la plus belle voix, il sera d’ailleurs sauvé par le public grâce à cette reprise.

Publié dans Mylène 2015 - 2016, Mylène dans la PRESSE, Mylène et L'ENTOURAGE | Pas de Commentaire »

100% JOHNNY, Mylène Farmer était là

Posté par francesca7 le 12 décembre 2014

 

12 NOVEMBRE 1999 Présenté par Jean­Pierre FOUCAULT sur TF1

1999-06-cMylène est invitée dans ce grand show mettant à l’honneur Johnny Hallyday, qui l’a invitée à participer à l’émission. Et chose exceptionnelle : après sa chanson, Mylène accepte une petite interview à trois, alors qu’elle préfère généralement les tête­à­tête. Elle ne dira cependant que quelques mots.

Jean­Pierre Foucault annonce Mylène qui vient chanter « Souviens­toi du Jour… » et Johnny en profite pour redire son admiration pour la chanteuse. Le visage de Mylène apparaît en gros plan. Ses cheveux, très roux, longs et ondulés, dansent au souffle d’un ventilateur. Elle porte une robe en résine couleur chair épousant chaque forme de son corps, sur laquelle sont brodées des flammes. On apprendra plus tard que cette tenue, signée Dominique Borg, aurait dû être portée lors du « Mylenium Tour », mais qu’elle a été écartée pour diverses raisons (trop fragile, il était difficile de l’enfiler entre deux chansons). Pour l’anecdote, elle valait, à elle seule, près de dix mille euros ! Mylène la remet presque six ans plus tard pour l’affiche du spectacle « Avant que l’ombre…à Bercy ».

Pour ce qui est de la prestation elle­même, Mylène est accompagnée des six danseurs et deux danseuses du « Mylenium Tour » qui, eux, portent leur tenue de scène du spectacle pour cette chanson. La chorégraphie est celle du spectacle, à ce détail près que les danseurs, son présents dès le début de la chanson. Comme d’habitude, en particulier dans les émissions réalisées par Gilles Amado, grand admirateur de la chanteuse, Mylène bénéficie de facilités de tournage (ampex et différentes prises) et d’une réelle volonté de faire du beau ­  lumières, flammes en incrustation, choix des couleurs, bougies au premier plan, montage dynamique : tout est voué à sublimer la prestation. La chanson à peine finie, elle est déjà assise auprès de Jean­Pierre Foucault et Johnny Hallyday !

JPF : Mylène Farmer, « Souviens­toi du Jour…». Mylène invitée par Johnny pour « 100% Johnny ».

Johnny qui nous a dit tout le bien qu’il pensait de toi, Mylène, il y a quelques instants. (notons, pour l’anecdote, que, depuis quinze ans qu’il la reçoit, c’est la première fois que Jean­Pierre Foucault tutoie la chanteuse, nda) Bonsoir Mylène.

Mylène Farmer : Bonsoir.

JPF : Tout va bien ?

MF : Très bien ! (sourire)

JPF : Bon alors, vous avez deux points communs tous les deux, si vous me permettez. C’est les tournées, parce que vous aimez, bien entendu, surprendre…

Johnny Hallyday : Je crois que Mylène est un petit peu comme moi : elle adore la scène ­ ça se voit d’ailleurs, ça se voit avec tous les décors et toutes les mises en scène qu’elle fait sur scène ­donc nous avons cette passion, déjà, en commun et puis, nous avons le public également.

JPF : Oui. Alors, est­ce qu’on pourrait concevoir ce métier, Mylène, justement sans la scène, sans ce contact direct avec le public ?

MF : C’est le meilleur moment, je crois. (sourire)

JPF : Et est­ce que c’est toi qui, directement, t’impliques dans l’imaginaire, dans la construction, dans la mise en scène du spectacle ?

MF : C’est ce qui m’intéresse en tout cas, oui.

JPF : Alors cette tournée, qui est un triomphe, hein, reprend très, très bientôt, au mois de décembre (elle reprendra en fait le 17 novembre, quelques jours après la diffusion de cette émission, après un mois de pause, nda) pour finir, on peut le dire, d’une façon assez originale, à quelques milliers de kilomètres de Paris. A quel endroit ?

MF : Je vais en Russie ! (large sourire)

JPF : Oui. Pourquoi en Russie ?

MF : Parce que c’est un public qui m’accueille ! (rires)

JPF : Oui, donc c’est à Moscou, à Kiev, Saint­Pétersbourg…

MF : (simultanément) Moscou, Kiev, Saint­Pétersbourg, oui. (le concert de Kiev n’aura finalement pas lieu, nda)

1999-06-aJPF : Donc ce sont des villes que tu connaissais certainement en tant que touriste ?

MF : Oui.

JPF : Mais jamais en tant qu’interprète et artiste ?

MF : Jamais, non.

JPF : (se tournant vers Johnny, Mylène étant à l’évidence peu bavarde) Alors, premier contact avec la Russie…

JH : Je sais que les russes adorent les chanteurs français, adorent la musique en général, mais adorent les chanteurs et les chanteuses français.

JPF : Alors, je le disais, deux points communs : le premier, c’est la scène, on vient de le voir, puis le second point commun, c’est le contact que vous avez tous les deux avec les fans, hein ? C’est vrai que Johnny tu pourrais pas imaginer un jour te passer du contact avec tes fans…

JH : Oui, enfin bon, je dirais pas que les fans, parce que c’est vrai que les fans c’est important, mais je crois que c’est le public en général. Je crois que, en général, le public, ils viennent voir d’abord des artistes qui leur donnent quelque chose. Je pense qu’il faut être généreux quand on est sur scène, ce   qui est le cas de Mylène. Et on donne autant qu’on reçoit. Tu sais, il y a pas de mystère : les gens ne te donnent rien si tu ne leur donnes pas quelque chose.

JPF : (à Mylène) C’est le même avis, je suppose ?

MF : C’est vrai ! (rires)

JPF : Ben voilà ! Donc Mylène a dit « C’est vrai » donc il y a pas de problèmes ! Merci beaucoup, Mylène, d’avoir accepté l’invitation de Johnny…

MF : Merci à vous.

L’animateur invite alors Johnny à se lever pour aller chanter une de ses nouvelles chansons.

 

Publié dans Mylène Autrement, Mylène en INTERVIEW, Mylène et L'ENTOURAGE | Pas de Commentaire »

UNE CERTAINE ESTHETIQUE PICTURALE CHEZ BOUTONNAT

Posté par francesca7 le 31 juillet 2014

 

 

 Boutonnat emprunte parfois les teintes et les compositions de peintres dont il tente de transposer des éléments d’univers. Par exemple la reprise dans Sans Logique (1989) d’une palette de couleurs et de tons autrefois identifiables au peintre Francisco Goya ne se signale pas seulement par un emprunt gratuit et uniquement stylistique. C’est pour dépeindre l’univers imaginaire d’une Espagne aux traditions barbares perpétuées par des gitans cruels que Boutonnat utilise l’esthétique des peintures de Goya.

téléchargement

 

Tourné dans les studios de cinéma d’Arpajon, le décor de Sans Logique reconstitue une étendue désertique sous un ciel de traîne très orageux. Il eut été probable de trouver un tel paysage en décor naturel mais il aurait été difficilement manipulable pour en faire ressortir les caractéristiques esthétiques propres à Goya. Boutonnat voulait une gamme de marrons, des couleurs d’ocre vieillie, de terre de sienne. Le réalisateur fera venir sur le plateau trois tonnes de terre qu’il fera teinter, et commandera une toile peinte pour l’occasion de vingt-trois mètres de long sur quatre mètres de haut représentant le ciel qu’il désirait. Les personnages présents dans le clip n’auraient pas non plus dépareillé sur une toile de Goya ; la vieillesse insoutenable des gitanes sadiques vêtues de noir rappelle les monstrueux protagonistes de certaines de ses peintures, tel le cyclope Chronos devant sa progéniture (Saturne dévorant ses enfants).

 

Du début à la fin de Sans Logique règne une atmosphère hispanique. Les personnages gitans et la présence d’une corrida un peu particulière se mêlent à la double thématique de l’amour et de la mort. Difficile de ne pas penser à Carmen (Prosper Mérimée – 1845) tant le premier thème y apparaît confondu au second. Dès là première scène, les deux mains enlacées du couple se trouvent tailladées par les deux amoureux à l’aide de la lame tranchante d’un couteau.

 

Simple avertissement au spectateur du sort réservé aux deux protagonistes qui risqueront tous deux d’être transpercé par une lame bien plus grande. La femme revêtira une couronne de cornes faites de lames rouillées tandis que l’homme se muera en matador sans pitié pour sa bien-aimée. On sait déjà que malgré leur amour, un duel à mort s’engagera et que l’un des deux n’y survivra pas. Amour et mort se côtoyant d’aussi près, l’influence thématique à Carmen et la référence esthétique à Goya confortent les aspects fortement à la fois hispaniques et tragiques du clip. Dans une critique parue en 1991, Philippe Seguy analysera d’ailleurs la diégèse du clip comme telle :

 

« Univers d’une Espagne agonisante asphyxiée par ses propres cauchemars où le

sang est l’indispensable philtre pour la grande célébration de la communion des

êtres. […] Images d’un visage saturé de souffrance, d’un homme qui meurt. Seule

l’eau du ciel peut laver le sang de la terre qui devient boue noire, tourbe épaisse où

les enfants recherchent les pièces d’argent.»

 

le-saviez-vous_clip-sans-logique-thierry-suc  De cette histoire sanglante d’une corrida qui tourne mal, plusieurs interprétations peuvent être faites au-delà des influences qu’elle rassemble. La plus probable est simplement celle d’un adultère. Tiraillé entre deux femmes, sa compagne et l’autre femme enceinte que l’on voit roder, le héros-matador doit affronter son épouse afin que l’un des deux compagnons se retire. Issue imprévue, la femme tue l’homme, assiste impuissante à son agonie et voit la famille se détourner d’elle, la laissant plus seule que jamais avec ses remords. La situation de l’héroïne en tant que femme trompée confirme la vision du clip comme étant une histoire d’amour, comme l’est d’ailleurs Carmen ; et ne dit-on pas d’une personne trompée par son conjoint qu’elle a les cornes ?

 

  Rejoindre  » La Vie Devant Soi  » pour parler de Mylène

 

 

EXTRAIT DU LIVRE DE Jodel Saint-Marc  « Le Clip en tant qu’œuvre Cinématographique / aux éditions Sorbonne Nouvelle en août 2003

 

 

Publié dans Mylène et Boutonnat, Mylène et L'ENTOURAGE | Pas de Commentaire »

Chanson sur Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 25 juin 2014

 

VIDÉO. La jeune femme s’apprête à revenir sur le devant de la scène avec un sixième album sur lequel figure un titre au nom de son ex-productrice.

Image de prévisualisation YouTube

Alizée prépare son (énième) come-back et, pour l’occasion, s’est teinte en blonde, du nom de son sixième album studio lancé cette semaine par Sony Music. « Méfie-toi des blondes décolorées », prévient-elle sur le premier single dont le clip peroxydé a été divulgué fin avril. De là à y voir à un avertissement à l’attention d’une certaine Mylène Farmer, il n’y a qu’un pas que la presse people s’est empressée de franchir. 

téléchargement (6)Car sur la tracklist de ce nouveau disque figure un titre qui a immédiatement suscité le buzz : une chanson intitulée « Mylène Farmer ». L’ex-graine de star va-t-elle régler ses comptes avec celle qui fut son mentor et la révéla au grand public en 2000 avec « Moi… Lolita » ? Les deux artistes se sont séparées en 2004 et n’auraient plus jamais été en contact depuis. 

« Ce n’est pas un hommage », admet Alizée à propos de ce titre mystérieux composé par Pascal Obispo. « Je ne suis pas là à dire que je l’aime, qu’elle me manque, des trucs improbables, ce n’est pas du tout ça… » Dans une interview à Pure Charts, la gagnante de la quatrième saison de Danse avec les stars explique toutefois qu’il ne s’agit pas d’un réquisitoire contre Mylène Farmer. « Même si ça fait dix ans que je ne travaille plus avec elle, elle fait partie de ma vie. C’est l’artiste pour laquelle j’ai le plus de respect et d’admiration », affirme-t-elle.

« Je ne suis pas Mylène »

La chanson fait donc plutôt figure de récit doux-amer sur quelqu’un qui vit dans l’ombre de la chanteuse. « Je parle de la vie d’un fan de Mylène Farmer. Moi, je suis la personne qui vit avec ce fan. Cette personne avec qui je vis est fan à tel point qu’il voudrait que je sois comme Mylène. Mais je ne suis pas Mylène. Elle a beau être parfaite, ce n’est pas moi. » 

À l’évidence, l’autobiographie n’est pas loin, ce que reconnaît Alizée. La jeune femme, révélée à 16 ans et aujourd’hui âgée de 29 ans, a ressenti le besoin de régler « plein de problèmes dans (sa) tête » et d’exprimer ses sentiments en musique. Pour passer, enfin, à autre chose ? Pas si sûr : « On me parle tout le temps de Mylène, j’en parle tout le temps et j’en parlerai toujours. »

source lepoint.fr

Pourquoi avoir attendu si longtemps pour lui consacrer un morceau ?

« Un petit clin d’oeil pour la remercier »

J’étais prête à en parler aussi parce que, cette année 2013, j’ai fait plein de choses et réglé plein de problèmes dans ma tête. Il restait cette petite parenthèse pas trop réglée. C’est bizarre pour moi car on m’en parle beaucoup et on ne la voit pas beaucoup. Evidemment, une personne qui s’en est approchée, on essaie d’en savoir plus auprès d’elle. On m’en parle tout le temps, j’en parle tout le temps et j’en parlerai toujours. Mais là j’étais prête à en parler plus. Et c’est aussi un petit clin d’œil pour la remercier. Dans mes chansons, je parle toujours des gens qui me tiennent à cœur. J’ai parlé de ma fille, dans « Plus de bye bye » je parle de Grégoire…. Et Mylène Farmer c’était une personne très importante dans ma vie et du coup j’en parle. Tout simplement.

En savoir plus sur http://www.chartsinfrance.net/Alizee/news-92506.html#LJxTQvFprvhMvySx.99

 

Publié dans Mylène 2013 - 2014, Mylène et ALIZEE, Mylène et L'ENTOURAGE | Pas de Commentaire »

Spectacle de Mylène FARMER avec Thierry FONTAINE

Posté par francesca7 le 5 juin 2014

 

Thierry FONTAINE est le directeur général de Pathé Live, la société chargé de distribuer « Mylène Farmer – Timeless 2013 le Film » dans les cinémas de France, Suisse et Belgique, mais également au Québec et en Russie. Il revient ici sur la mise en place de projet, ainsi que sur son succès. Interview de Sophie Khairallah

ob_2e78b0_timeless

 

Les spectacles (opéras, artistes de variété, comiques) diffusés en direct ou en différé au cinéma se généralisent. D’où vient cette idée ?

Nous avons commencé en 2008, avec le Metropolitan Opera de New York, qui était diffusé en direct dans les salles de cinéma en France. Ensuite, fin 2009/ début 2010, nous avons lancé les Ballets du Bolchoï, en direct au cinéma également ; L’idée, c’était de profiter de la numérisation des salles et de la retransmission par satellite, ce qui permettait – justement parce qu’il n’y avait plus besoin de pellicule – d’offrir un nouveau genre de programme aux spectateurs. Cela attire dans les salles des gens qui n’ont peut-être pas l’habitude d’aller au cinéma, mais permet aussi aux spectateurs de découvrir des œuvres qui ne sont pas accessibles facilement ; On ne va pas à New York ou à Moscou toutes les semaines. C’est donc un bon moyen de démocratiser la culture. Et l’idée a plu puisque le succès a été immédiat.

 

Qu’est-ce qui explique ce succès, selon vous ?

La qualité des programmes, l’accessibilité et le prix. Il y a aussi une vraie dimension de partage. Les spectateurs se retrouvent ensemble, en groupe, pour vivre un événement, qu’il soit en direct, ou comme dans le cas de Mylène, en différé. Pour les fans qui n’auraient pas vu le concert de Mylène, cela leur permet de vivre certaines émotions comme s’ils le voyaient « en vrai ». Pour ceux qui l’on vu, cela leur permet de revivre ces émotions et, surtout de redécouvrir le show d’une autre manière, car ils vont forcément voir des détails qu’ils n’avaient pas remarqués lors du concert. Nous espérons aussi que des gens qui n’ont jamais vu un de ses spectacles profiteront de la diffusion au cinéma pour venir la découvrir.

« L’équipe de Mylène est enchantée que les fans suivent comme ça et qu’il y ait eu cette réactivité. Tout le monde est heureux de pouvoir faire cet événement, et surtout que ce soit un événement de qualité ».

 

Mais l’effervescence dans les salles de cinéma peut-elle être identique à celle qui peut exister dans une salle de spectacle ?

Tout a fait. Il y a une dimension sociale qui est très forte quand même, avec ce sentiment de partage qui est déterminant. Au-delà de l’amour que l’on peut avoir pour l’artiste, c’est quand même plus sympa de partager un moment comme ça tous ensemble que chacun chez soi devant un DVD. La dimension événementielle est très importante aussi. C’est pour ça que l’on concentre ce genre d’événement sur une date précise à une heure précise. Si nous diffusions « Timeless 2013″ Le Film comme un film de cinéma classique, avec plusieurs dates et plusieurs séances par jour, ç n’aurait pas la même dimension. Mieux vaut vivre ce genre d’événement avec des salles pleines que de venir le matin à 11 h dans une salle où il y a trois personnes.

 

Qui est à l’origine de la demande pour la diffusion de « Timeless 2013 Le film » au cinéma ? L’équipe de Mylène ou Pathé Live ?

Tout le monde éprouvait vraiment le besoin de le faire. Il y avait déjà eu une diffusion au cinéma en 2009. Mais pas à une aussi grande échelle. Je vous avoue que j’ai harcelé mon contact chez Universal pendant pas mal de temps pour le fait (rires). On sait que Mylène Farmer est la seule qui arrive, en France, à faire d’aussi grands spectacles, et la seule qui soit vraiment attachée au fait d’offrir ce genre de show à son public. Et on sait que c’est adapté pour le cinéma car la production, l’artiste, et son management ont eu une démarche tournée vers la qualité et la dimension cinématographique dès le départ. Ce tournage a nécessité trente caméras, dont des caméras 2K utilisées pour le cinéma. Et l’image est en format cinémascope, c’est-à-dire un format d’image qui occupe toute la surface de l’écran en largeur. C’est pour ça que le titre « Timeless 2013 Le film » est tout à fait approprié. Il ne s’agit pas techniquement d la projection du DVD (qui proposera le même film que celui diffusé au cinéma) sur un écran. C’est une projection très qualitative, aussi bien au niveau de la définition de l’image que du son. C’est une vraie démarche artistique, et ce depuis le début.

 

Concernant les ventes des places pour ce film, vous attendiez-vous à un tel succès ou est-ce une surprise ?

On s’attendait à ce que ce soit un succès, car nous savons que Mylène et l’artiste française musicale la plus populaire en France, et ce depuis longtemps. Une artiste, en plus, qui a su renouveler son public au fil du temps. Mais nous ne nous attendions pas non plus à un succès de cette ampleur, ni aussi rapidement. Dès qu’on a ouvert la billetterie, 10 000 places se sont vendues en quelques heures. On n’avait jamais vus ça !

 

Sur combien de places mises en vente ?

Il n’y a pas de limite. Les cinémas adaptent la capacité en fonction du niveau de réservation. Ils commencent par envisager d’ouvrir une salle. Et s’ils voient que ç a marche, ils ouvrent une autre salle, le même jour à la même heure. Là, aujourd’hui, il est évident que Mylène va être jouée dans les plus grandes salles de tous les cinémas qui participent à l’événement. Et si les grandes salles sont complètes, comme c’est déjà le cas actuellement dans certaines villes de France, les cinémas ouvriront une deuxième grande salle.

 

Comment avez-vous, à l’origine, déterminé les villes où « Timeless 2013 LE Film » serait projeté ? Avez-vous plus particulièrement ciblé celles où Mylène est passée en tournée ainsi que les villes alentour ?

Non pas du tout. On s’est dit qu’on le faisait partout. On a d’abord mis en vente dans tous les cinémas avec lesquels on a l’habitude  de travailler, c’est-à-dire une centaine. Et après, avec le succès, on a rajouté des salles au fur et à mesure. Pour ce film, beaucoup de salles indépendantes avec lesquelles nous ne travaillions pas habituellement nous ont appelés en nous disant : « On veut Mylène Farmer ». Et dès que nous avions des demandes de fans, que ce soit sur Twitter ou Facebook, nous disant : « Mais pourquoi ne  le faites pas dans tel cinéma ou dans telle ville » nous encouragions les gens à aller au cinéma en question et à demander la diffusion de « Timeless 2013 LE Film « 

 

Avez-vous eu des retours de l’équipe de Mylène  sur ce succès ?

Ils sont enchantés. Enchantés que les fans suivent comme ça et qu’il y ait eu cette réactivité. Tout le monde est heureux d e pouvoir faire cet événement, et surtout que ce soit un événement de qualité. Le but, c’est vraiment que les salles soient pleines. Et certaines le sont déjà…

timeless_2013_cinema-650x300

extrait du magazine Styx TIMELESS 2013 – page 66

 

Publié dans Mylène et L'ENTOURAGE, Mylène TIMELESS 2013 | Pas de Commentaire »

TIMELESS 2013 : Interview sur les ROBOS de Mylène F.

Posté par francesca7 le 28 mai 2014

 

 

Interview de PHILIPPE STEGEMANN par Sophie Khairallah –

Philippe Stegemann est l’homme à qui nous devons la présence des robots – les « filles » de Mylène. Sur cette dernière tournée. Pour Styx Magazine, ce passionné de robotique revient sur son parcours profession et son travail sur Timeless 2013…


 img_0942

Quel est votre parcours professionnel ?
Après un bac mécanique puis une maîtrise en robotique, j’ai travaillé chez Eurodisney (appelé Disneyland Paris aujourd’hui,) sur les robots d’animation, puis chez Kuka, sur des robots industriels allemands dans l’automobile. Ensuite, je suis parti chez Stӓubli, un fabriquant de robots industriels français du côté d’Annecy. J’y ai fait beaucoup de programmation pendant 14 ans, ce qui m’a permis de voir les robots que vous connaissez en action. Puis je suis descendu en Avignon, où j’ai créé ma propre société de prestations de services en robotique industrielle et événementielle, stegRobotics.

Qu’est-ce qui vous a donné l’idée de faire danser des robots ?
Étant aussi musicien amateur, j’ai vu qu’il serait intéressant de mettre les robots en cadence sur de la musique. En général, on programme une machine pour qu’elle fasse ce qu’elle doit faire, mais on n’a jamais le temps de faire de belles trajectoires. Or, parfois, il y en a qui sont agréables à regarder et qui donnent envie de les mettre en musique. C’est à partir de ça que l’idée a germé.

Qui vous a contacté pour Timeless 2013 ?
Je suis arrivé en demi-finale de l’émission La France a un incroyable talent sur M6, en 2010. C’est là que j’ai été remarqué par Anthony Souchet, l’ami de Mylène, qui m’a contacté. À partir de là, on a été chez Laurent Boutonnat avec Anthony, et j’ai présenté différentes vidéos montrant ce qu’on était capables de faire. Plus tard, on s’est retrouvés à la Halle Tony Garnier, à Lyon, pour faire une démonstration grandeur nature avec quatre robots.

Avez-vous rencontré Mylène à cette occasion ?
Oui, à ma grande surprise, Mylène s’est déplacée avec Anthony. J’ai pu lui présenter directement mon travail et elle a été absolument conquise, fascinée et troublée. Je lui ai montré un robot de près, et c’est là que j’ai compris qu’elle avait un regard très précis et une compréhension de la technique. J’étais évidemment impressionné par sa présence, mais elle met tout de suite à l’aise. Elle est très joyeuse ! Comme elle s’est approprié ce projet très rapidement, ça a toujours été un vrai plaisir d’en parler avec elle et de faire avancer le projet au cours des différentes réunions que nous avons eues, et pendant lesquelles elle était très investie.

Êtes-vous tout de suite tombés d’accord sur cinq robots ?
Non. Différentes configuration ont d’abord été envisagées, avec plus de robots et des apparitions à différents endroits de la scène. Puis, avec le constructeur de la scène, Artefact, on a vite conclu qu’il faudrait mettre les robots sur des « flips », c’est-à-dire qu’on les suspend sous la scène, on ouvre une trappe, et on fait une rotation pour les faire apparaitre. À partir de là, il a été décidé d’en mettre cinq, car en raison de contraintes liées à d’autres machineries noyées sous la scène, nous ne pouvions en mettre d’avantage.

Quelles furent les étapes de travail autour des robots pour ce show ?
En fait, il y a deux parties : la technique et l’artistique. On a d’abord validé la partie technique, savoir quel robot on prenait, puis on a construit un prototype pour valider le flip. Mais il restait à savoir ce qu’on mettra au bout du bras : un masque, une lumière, une fumée ? Au final, au lieu de perdre le spectateur dans différents effets spéciaux, Mylène a insisté pour que ce soit le masque que j’avais présenté à Lyon, car c’est ça qui l’avait touchée et troublée. Elle le trouvait très joli et rendant le robot plus humain.

maxresdefault

Et concernant la partie artistique ?
Là, les questions étaient : à quels moments sortent-ils, combien de fois. Cette partie a été assez difficile parce qu’ils ont mis du temps à décider sur quels titres ils apparaitraient. Ils m’ont finalement dit que deux robots feraient une sortie sur « C’est une belle journée », car Mylène voulait absolument danser avec eux ! Ils m’ont ensuite envoyé une vidéo avec la chorégraphie de la chanson. Je me suis inspiré soit du mouvement des hanches, soit de celui des jambes ou des bras et de la tête pour les transcrire en trajectoires, et ainsi faire danser les robots. Plus tard, j’ai de nouveau eu une réunion chez Laurent Boutonnat avec Mylène, car elle voulait rajouter une intrigue autour de l’apparition des robots et il fallait y réfléchir. Pour l’interlude, ce n’est que très tardivement qu’Anthony Souchet m’a appelé pour me dire qu’il faudrait faire quelque chose avec les robots. Yvan Cassar a composé la musique et me l’a fait parvenir. J’ai immédiatement adoré ! Je l’ai écoutée en boucle pendant deux semaines environ et, petit à petit, les idées du script de la chorégraphie sont venues.

Il y a eu une panne un soir à Bercy [le 18 septembre 2013, ndrl]. Que s’est-il passé ?
Il y a eu une panne de courant avant que le concert ne débute. Toutes les machines ont été redémarée, dont les miennes. Mais l’un des services informatique n’a pas redémarré normalement ni à temps. Lorsqu’il a de nouveau été fonctionnel, il était trop tard pour sortir les robots sur « C’est une belle journée ». Du coup, dans le doute, la production a préféré ne pas les sortir de la soirée.

Avez-vous été présent sur toutes les dates de la tournée ?
Oui ! Pour cette tournée, nous avons fabriqué une nouvelle régie qui se trouvait sous la scène. De mon poste je voyais tous mes robots. Chaque jour de concert, en début d’après-midi, nous faisions les tests machineries. Et pendant le concert, j’étais à la régie pour démarrer les chorégraphies avec en main, une poignée « homme-mort » que je devais lâcher pour arrêter les robots si jamais la sécurité d’une des personnes sur scène n’était pas assurée.

 

extrait du magazine Styx TIMELESS 2013 – page 52

Publié dans Mylène et L'ENTOURAGE, Mylène TIMELESS 2013 | Pas de Commentaire »

TIMELESS 2013 : Interview sur les images de Mylène F.

Posté par francesca7 le 28 mai 2014

 

 

 timeless2013

Interview : LASZELO BORDOS par Sophie Khairallah et Régis Fauconnier

qui a vu un concert de Timeless 2013 ne pas oublier les images qui introduisent le show sur « Timeless Genesis » Cette animation, nous la devons à Laszolo Bordos (les autres images du concert étant signées par la société La Maison) qui nous explique ici son travail avec Mylène Farmer pour sa dernière tournée. 

 

Quel est votre parcours professionnel ?

J’ai étudié la peinture à l’Académie des beaux-arts de Budapest, mais je trouvais que l’animation 3D était un outil beaucoup plus puissant permettant de visualiser les pensées abstraites et de satisfaire les besoins visuels contemporains. J’ai donc appris la 3 D en autodidacte et, par la suite, j’ai produit de nombreuses animations 3D abstraites qui ont été projetées durant diverses soirées. C’est comme ça que je suis devenu ce qu’on appelle un Video Jocker (VJ). E, 2000, la musique électro underground et les soirées fleurissaient à Budapest, et c’est ainsi que je me suis constitué un public, petit à petit. En 104, j’ai eu l’opportunité de travailler sur des mappings video, c’est à dir des projections vidéo en haute définition sur des bâtiments, ce qui m’a donné l’occasion de participer à de nombreux projets dans le monde entier. Aujourd’hui je vis à Budapest, en Hongrie. Je continue à faire d la projection 3D sur des immeubles, mais je travaille également pour des artistes. J’ai aussi créé ma société, Bordos. ArtWorks and Invited Artists.

 

Pour quels autres artistes du monde de la musique avez-vous travaillé ?

J’ai réalisé un clip vidéo pour un célèbre DJ hongrois, DJ Dork. J’ai également fait un mapping vidéo pour la chanteuse russe Anita Tsoy et je suis beaucoup intervenu comme VJ pour des DJs comme Sven Vath, Tommy Four Seven, Marcel Dettman, Luke Slater, Carl Cox,  Chris Liebing…

 

Connaissiez-vous Mylène Farmer et ses chansons avant de travailler pour elle ?

Oui tout à fait ; Je connaissais déjà bien la musique de Mylène et j’aimais beaucoup ses clips ; Mais pour être tout à fait honnête, ce n’est qu’avec notre projet commun que j’i réalisé à quel point c’est une immense et très talentueuse artiste.

 

Est-ce l’équipe de Mylène qui vous a contacté ?

Oui, c’est l’équipe de Mylène qui m’a contacté un an avant le début de la tournée. Je pense qu’ils ont dû voir certains de mes projets sur internet. Mais il est aussi arrivé, à plusieurs reprises, que je sois recommandé à mes clients par des agences spécialisées, des producteurs, des réalisateurs ou des organisateurs.

 

Comment cela s’est-il passé ensuite ? Avez-vous eu plusieurs réunions pour discuter du travail que vous alliez faire ensemble ?

Nous avons eu beaucoup de discussions et de rencontres. J’ai dû faire le voyage Budapest-Paris au moins quinze fois pour des brainstormings et des rendez-vous. J’ai rencontré Mylène plusieurs fois, ainsi que Laurent Boutonnat, Thierry Suc, et le grand Mark Fisher, concepteur du décor. Je leur ai montré mes travaux, mes projets. Et lors de la première rencontre, nous avons discuté de détails techniques sur l’utilisation du mapping vridéo 3D, car au début, les collaborateurs de Mylène pensaient plutôt à un décor projeté faisant appel à cette technologie ; Mais après plusieurs rendez-vous, il a semblé évident que le projet devait être réalisé avec la technologie LED, et non pas une projection vidéo. Car le LED est beaucoup plus visible combiné aux lumières de scène.

 

L’équipe de Mylène savait-elle déjà ce qu’elle voulait au niveau des images de « Timeless Genesis » ? Ou est-ce vous qui avez proposé l’idée du vaisseau spatial ?

Par la suite, quand l’équipe de Mylène a décidé d’utiliser la technologie LED, Mark Fisher et son équipe – tout en suivant les concepts du directeur artistique Laurent Boutonnat- ont créé un décor fantastique en arrière-plan, une scène futuriste rappelant un accélérateur de particules qui peut créer différentes formes, ce qui a donné comme résultat une expérience unique pour le public. Tous les éléments ont été recouverts de LED. De cette façon, nous avions une structure mouvante avec de nombreux écrans, sur laquelle nous devions créer un mapping en LED. Pour le storyboard de l’introduction, nous avons travaillé ensemble avec Laurent Boutonnat. Il avait une vision très claire de ce qu’il souhaitait, ce qui a rendu le projet beaucoup plus simple ; Mais j’ai également apporté mes idées et mes suggestions, et durant le processus de création de l’animation, j’ai aussi apporté ma propre vision et mon style .

 

AVos images ont-elles été créées avant ou après que la musique de « Timeless Genesis » soit composée ?

La musique et les animations ont été créées en parallèle, mais la musique a té terminée plus tôt que les images, ce qui m’a permis d’avoir le temps d’ajuster l’animation et de créer quelques images en fonction de la musique.

 

Votre travail a-t-il convenu tout de suite à Mylène Farmer et son équipe ?

J’ai dû apporter quelques petits ajustements aux animations, mais en définitive, tout le monde a aimé le résultat. Mylène m’a personnellement dit qu’elle aimait mon travail. J’étais heureux d’entendre ça.

Pour plus de renseignements sur le travail de Laszlo Bordos, n’hésitez pas à consulter son site internet : www.bordos.eu !

 

extrait du magazine Styx TIMELESS 2013 – page 51

 

Publié dans Mylène Autrement, Mylène et L'ENTOURAGE, Mylène TIMELESS 2013 | Pas de Commentaire »

TIMELESS 2013 : Interview sur la Logistique du spectacle de Mylène F.

Posté par francesca7 le 28 mai 2014

 

 

448477269_640

 

Interview de Koen PEETERS : qui travaille pour WIcreations, la société chargée, sur Timeless 2013, de tous les éléments qui s’articulaient sur le show : les panneaux de l’accélérateur de particules, le cercle de « XXL » et de « Rêver », ainsi que le bras articulé de « Bleu noir ». Pour Styx Magazine, Koen Peeters revient en détail sur les prestations de WIcreations pour ce spectacle gigantesque. Par Sophie Lhairallah.

 

Pouvez-vous nous présenter WIcreations ?

Notre société fournit plusieurs prestations techniques complémentaires pour les productions de spectacles. Nous faisons à la fois de l’éclairage, du son, ainsi que de la construction d’éléments de scène. Nous vérifions avec tous les corps de métiers si leurs envies sont techniquement réalisables. Et nous comme particulièrement spécialisés dans le contrôle des mouvements automatisés comme, par exemple, les panneaux qui bougent tout au long du concert de Mylène, et notamment dès l’ouverture du show.

C’est la première fois que vous travaillez pour Mylène. À partir de quand avez-vous été approchés par son équipe ?
Oui, c’est la première fois pour Mylène, mais nous avons travaillé pour d’autres artistes français avant, comme Florence Foresti, Johnny Hallyday… Pour Timeless 2013, nous avons été approchés par l’équipe de production de Mylène en décembre 2012.

L’équipe de Mylène est-elle arrivée avec des demandes précises, ou est-ce vous qui leur avez suggéré des éléments comme le bras métallique, le cercle ou les panneaux de l’accélérateur de particules ?
Le décor de Mark Fisher ainsi que les idées de mouvement et de l’accélérateur de particules étaient déjà là. Les panneaux, qui forment ce qu’on appelle un « tunnel » au début du concert, sont en réalité la réplique d’un accélérateur de particules, un instrument qui utilise des champs électriques ou magnétiques pour amener des particules chargées électriquement à des vitesses élevées. C’était donc à nous de faire en sorte que tout cela soit possible. L’idée du cercle de lumière sur « XXL » venait de la production. Nous avons fait de nombreux calculs et leur avons proposé de le monter avec des charnières, ce qui permettait de le monter et le démonter très facilement. L’idée du bras articulé était également une idée de Mark Fisher. Nous avons créé un système totalement adapté à la structure de la scène en prenant en compte les robots, les limitations des espaces sous la scène, ainsi que les charges de poids au sol.

Wicreations_Mylene_Farmer_Timeless

Le système d’accroche des panneaux est très sophistiqué. Était-ce compliqué de synchroniser tout ce système avec le poids du décor, des panneaux vidéo et des lumières ?
Oui, nous avons fait plusieurs modèles selon plusieurs calculs très détaillés. Nous avons également fait plusieurs tests en réel chez nous, en Belgique, ainsi qu’à Lyon, afin de définir le centre de gravité des panneaux, car il était clair que ce centre de gravité devait définir la position finale souhaitée. Il était donc crucial de se mettre d’accord très tôt pendant la pré-production sur tous les détails de la construction, des éléments scénique, des panneaux vidéo, des lumières, du câblage…
Artefact a construit le décor de ce show, mais vous avez construit quelques éléments également… Lesquels ?
À part le cercle de lumière pour la chanson « XXL », nous n’avons pas construit d’autres éléments scéniques. Le travail d’Artefact a été exceptionnel, car vous n’imaginez pas toute la technique qui se trouvait sous la scène !

À-t-il été difficile d’intégrer tout le système technique du bras articulé sous la scène ?
L’espace disponible sous la scène était très limité car il y avait de nombreux éléments (les robots, les trappes, la plate-forme qui fait disparaitre Mylène à la fin du show…). Nous avons donc construit le bras avec ses limites. Pascal « George » Meley (responsable technique, ndlr) a intégré toutes ces informations et a vérifié qu’il n’y avait pas de collision possible entre chaque élément.

C’est la première fois que la scène est aussi complexe pour un concert de Mylène Farmer. Y a-t-il eu des contraintes importantes pour intégrer tous ces éléments au décor avec les autres prestataires ?
Non, pas plus que ce que je viens de vous dire, et c’est déjà pas mal ! (Rires)

Avec quelles autres personnes ayant travaillé sur cette tournée avec-vous plus particulièrement collaboré ?
Nous avons surtout travaillé avec la production en général, mais aussi Artefact pour le décor et les panneaux, Alabama pour la vidéo sur les panneaux, et Dimitri Vassiliu pour les lumières.

koen-peetersMylène, participait-elle aux réunions techniques avec vous et son équipe ?
Non, elle n’était pas là pendant ces réunions.

Y a-t-il eu des désirs exprimés par l’équipe de Mylène ou vous-même qui n’ont pu être réalisés pour des raisons techniques ?
Non, nous n’avons connu aucun problème à ce niveau-là. Tout ce qui était souhaité par la production a pu se faire !

 

extrait du magazine Styx TIMELESS 2013 – page 50

 

 

Publié dans Mylène et L'ENTOURAGE, Mylène TIMELESS 2013 | Pas de Commentaire »

TIMELESS 2013 : Interview Confidence d’un danseur du spectacle de Mylène F.

Posté par francesca7 le 23 mai 2014

 

images (4)MANU GOUFFRAN : Aperçu dans le clip « Du temps », Manu Gouffran est l’un des six danseurs ayant participé à la tournée Timeless 2013 aux côtés de Mylène. Il revient ici sur cette expérience inoubliable, faite de petits tracas physiques – parfois – mais surtout de rencontres tèrs intenses… interview de Sophie Khairallah

 

Avant de participer à Timeless 2013, nous avons pu vous découvrir dans le clip « Du temps ». Comment en êtes-vous arrivé à travailler avec l’équipe de Mylène à ce moment-là ?

J’ai travaillé en tant que danseur sur un défilé pour Who’s Next. Et un jour, le chorégraphe avec lequel j’ai travaillé sur ce projet m’a demandé de lui envoyer des photos et des vidéos pour une artiste. Mais je ne savais pas encore de qui il s’agissait à ce moment-là. Et le lendemain, on m’a appelé pour me dire que j’étais pris pour faire le clip de Mylène Farmer, « Du temps ».

 

Avez-vous été surpris lorsque vous avez appris avec qui vous alliez travailler ?

Oui, j’étais agréablement surpris et en même temps je ne connaissais pas forcément très bien l’univers de Mylène. J’avais entendu ses tubes et vu ses clips, comme tout le monde, c’est tout. Mais c’était très intéressant de vivre cette expérience.

 

Qu’est-ce qui vous a donné l’envie de retravailler avec Mylène pour cette tournée ?

J’ai aimé l’équipe et beaucoup apprécié l’artiste. Et je n’avais jamais participé à une aussi grosse tournée auparavant, ce qui est très enrichissant. Je revenais de quatre mois en Chine lorsque la production m’a appelé, fin janvier, pour savoir si je serais intéressé.

 

Combien de temps ont duré les répétitions ?

On a commencé à répéter début août. Et ça a duré un mois et demi environ. On a fait trois semaines en studio et ensuite dix jours sur scène, en conditions réelles. On commençait à répéter vers 10 H et on repartait vers 17 h ou 18 h.

 

Avez-vous répété essentiellement avec Christophe Danchaud ou Mylène était-elle là la plupart du temps ?

Justement, ce qui était bien, c’est que Mylène était là tous les jours. Elle était un peu partout à la fois car elle répétait aussi avec les musiciens, etc. Mais elle a vraiment donné beaucoup d’énergie pour la danse. Franck Desplanches, qui a chorégraphié la chanson « A l’ombre », était  assez présent également. Quant à Christophe Danchaud et Valérie Bony (ancienne danseuse de Mylène, sur le tour 1996 et le Mylenium Tour), ils étaient là tous les jours, comme Mylène.

 images (3)

Les chorégraphies de ce concert ont été revisitées. Vous et les autres danseurs avez proposé des idées ?

Oui, nous venons, pour la plupart, du milieu hip-hop ou contemporain, ce qui nous permettait d’amener un autre regard sur les chorégraphies. Donc nous proposions parfois des idées qui étaient ou non validées par Mylène et Christophe.

 

L’outro de « Je t’aime mélancolie » était le moment du show où les danseurs étaient vraiment à l’honneur. Avez-vous apprécié de le faire ?

Oui tout à fait. Et le public semble avoir aimé aussi. En fait, à l’origine, cette partie n’était pas prévue. On nous a demandé de la faire une fois arrivés à Bercy, mais on a été agréablement surpris par cette demande.

 

Vous avez été absent sue « A l’ombre » à Strasbourg, le 15 décembre, puis absent sur toutes les chorégraphies le lendemain, sauf celle de « Oui mais… non », ainsi que le 18 octobre à Genève, sauf sur « A l’ombre ». Pourquoi ?

Le 15, je me suis fait  un début de déchirure musculaire sue l’outro de « Je t’aime mélancolie ». Ça m’a un peu inquiété donc je n’ai pas dansé sur « A l’ombre ». Et Christophe Danchaud a préféré que je me repose le lendemain, d’où le fait que j’ai juste dansé sur « Oui mais … non » le 16, et sur « A l’ombre » le 18. Pendant cette tournée, je n’arrêtais jamais. Lorsque j’étais en off, je retournais sur Paris pour travailler sur d’autres projets. Donc au bout d’un moment, mon corps a lâché. Mais la production a vraiment fait en sorte de bien me soigner. C’était important pour mi de remonter sur scène très vite. Et ça a été le cas, donc tant mieux. Mais ç a m’a fait bizarre de voir le spectacle de l’extérieur sans y être.

 

Comment était Mylène avec l’équipe durant la tournée ?

C’est quelqu’un de très sympathique et de bien. Vraiment. C’est une très belle personne, sur le plan humain comme professionnel. C’est vraiment quelqu’un de normal avec de très, très belles qualités. Ce n’est pas du tout une diva. Elle est très intéressante, très intelligente. C’était très agréable de parler avec elle.

 

Que s’est-il passé lorsque Mylène a glissé à Nantes ?

Ce qu’il faut savoir, c’est que nous aussi, pendant les concerts, on est tombés ou on a glissé, mais ça ne se voyait pas forcément parce qu’on se relevait vite. Parfois il faisait très chaud dans la salle, et il y a des gouttes de transpiration ou de l’eau – quand quelqu’un buvait un peu vite – qui tombaient par terre, ce qui rendait le sol glissant ; mais ce soir-là, ce sont les bulles de savon qui sont en cause. Elles revenaient vers la scène au lieu d’aller vers la salle. Même Ivo, qui a accouru vers Mylène, a failli glisser en l’aidant à se relever ! Cette date-là tout le monde a faillé tomber (rires).

 

Avez-vous fêté la fin de la tournée avec Mylène et toute l’équipe ?

Oui on l’a fêtée avec tout le monde, dans un petit restaurant qui a été privatisé pour l’occasion. ça a duré jusqu’à 2 h ou 3 h du matin. Nous avons pu nous retrouver tous ensemble avec les gens de la production, les musiciens, les danseurs, les costumières, les techniciens, etc. J’aimerais d’ailleurs profiter de cette interview pour rendre hommage à Thierry Suc ainsi qu’à toutes les autres personnes qui ont travaillé sur le tournée. Sans eux, il n’y aurait pas eu de concerts possibles, et i n’y aurait pas eu de tournée aussi parfaite. C’est très important pour moi de remercier chaque personne qui a participé à ce projet, car on pense souvent aux artistes, mais pas assez aux gens de l’ombre.

 extrait du magazine Styx TIMELESS 2013 – page 48

Publié dans Mylène et L'ENTOURAGE | Pas de Commentaire »

TIMELESS 2013 : Interview Confidence de la Maquilleuse de Mylène F.

Posté par francesca7 le 23 mai 2014

 

 

 

téléchargement (2)CAROLE LASNIER – interview de Sophie Khaurallah

en 2006, à l’occasion de la série de concerts Avant que l’ombre ;.. à Bercy, Mylène fait la connaissance de Carole Lasnier, maquilleuse qui travaille habituellement dans le milieu de la mode. Depuis, les deux femmes ne se sont plus quittées et c’est Carole qui sublime désormais Mylène pour ses apparitions publiques. Jusqu’à la dernière et non des moindres ; la tournée Timeless 2013.

 

A partir de quand avez-vous commencé à travailler avec Mylène ?


J’ai rencontré Mylène en 2006, avant la tournée Avant que l’ombre… à Bercy. Par la suite, je l’ai maquillée pour des journaux télévisés, des shootings, puis le Tour 2009 et Timeless 2013 ainsi que de nombreux clips : « Dégénération », « Si j’avais au moins », « Appelle mon numéro », « Lonely Lisa », « Bleu noir », « Oui mais…. non »,  » A l’ombre »…

 

Comment vous êtes-vous rencontrées ?

Je connaissais John Nollet et Christophe Danchaud, son chorégraphe. Ils m’ont recommandée auprès de Mylène.

 

A près les concerts de 2006, qu’est-ce qui vous a donné envie de retravailler avec Mylène ?

C’est une personne respectueuse, touchante et attachante. Et une artiste très professionnelle que j’apprécie beaucoup. Avant Mylène, je n’avais jamais fait de tournée, car je travaille davantage dans la mode.

 

Quelles différences y a-t-il entre maquiller une artiste comme Mylène pour la scène et la maquiller pour un clip ou une télévision ?

Pour la scène, il faut trouver un maquillage qui ira avec tous les costumes, la coiffure, et l’esprit du show. Pour une télé, un clip, ou de la scène, on emploie les mêmes techniques, mais pas tout à fait les mêmes produits. Pour la scène, je choisis des produits plus adaptés aux performances que Mylène doit faire, car il y a peu de retouches possibles.

 

Et concernant les couleurs utilisées sur Mylène, y’a-t-il une différence ?

téléchargement

Pour les yeux, non. Que ce soit pour un clip, une télé, ou la scène, je vais plutôt vers des tons neutres, comme d

u brun, du gris, du noir, du beige, et du beige rosé ou sable ; Pour la bouche en revanche, il y a une différence. Les couleurs utilisées pour les concerts sont un peu plus fortes que celles d’une télé ou d’un clip.

 

Quelles sont les « exigences » de Mylène, au niveau du maquillage ? Y’a-t-il des produit sou des couleurs qu’elle adore ? D’autres qu’elle n’aime pas du tout ?

C’est difficile de parler d’exigences parce qu’à chaque fois que j’ai travaillé avec elle, elle a toujours été contente, ça s’est toujours bien passé. Spontanément, elle va plus vers les bruns pour les yeux. Concernant les joues, elle aime bien le savoir un peu roses. Et puis elle a naturellement une très jolie peau et une très jolie bouche, ce qui permet de choisir d e ne pas les maquiller. Mais contrairement à d’autres stars, il n’y a pas de produit sou de c couleurs qu’elle n’aime pas du tout.

 

Pour chaque tournée, comment travaillez-vous le maquillage qu’elle aura sur scène ?

En termes de préparation, les costumes sont créés et prêts avant la journée. La coiffure est déterminée, et moi j’interviens après ; Nous avons des journées d’essais en conditions réelles, lors des répétitions. En général, ça marche dès la première fois ! Sinon dès la deuxième ; Nous tombons vite d’accord sur le choix du maquillage pour finaliser le look de Mylène. Pour les concerts de 2006 à Bercy, j’avais vu la répétition avec les costumes et la coiffure avant que nous fassions des essais de maquillages. Du coup, le premier essai était le bon.

 

Et comment cela s’est-il passé pour Timeless 2013 ?

Cette fois-ci, j’ai vu les costumes et la coiffure le premier soir de mes essais en conditions réelles, après avoir maquillé Mylène. Après l’été, Mylène était super belle et bronzée, elle m’a inspiré un maquillage assez soft. Mais avec les lumières sur scène, ce n’était pas assez fort. Donc le deuxième soir des répétitions, Mylène et moi sommes arrivées avec la même idée d’un maquillage plus noir. Je trouvais que c’était plus glam, plus sexy. Quant à la couleur de rouge à lèvres, c’est la robe rose orangée en strass qu’elle portait sur la partie piano-voix qui nous a décidées.

 

D’un soir à l’autre, peut-il arriver que Mylène change certaines choses dans son maquillage ?

Non ! On ne change pas (rires) Une fois que c’est décidé, c’est décidé, les essais sont faits pour ça.

 

Est-ce long de maquiller Mylène avant un concert ?

Sur les précédentes tournées, cela prenait environ une demi-heure. Sur Timeless 2013, le maquillage était plus long car les produits que j’ai choisis étaient plus complexes et plus délicats à travailler. Le maquillage était aussi beaucoup plus fort ; Le temps moyen était de quarante-cinq minutes.

 

Et en général, à quelle heure Mylène se fait-elle maquiller avant de monter sur scène ?

Ce n’est pas de la dernière minute. Environ deux heures avant de monter sur scène. Là, sur la dernière tournée, on finissait vers 19 H.

 

Que vous est-il arrivé de plus drôle avec Mylène en tournée ?

Rien de drôle à proprement parler, mais énormément d’instants et de moments de joie et de gaité partagés lors de cette tournée que j’ai adorée.

extrait du magazine Styx TIMELESS 2013 – page 46

 

 

 

 

 

Publié dans Mylène et L'ENTOURAGE | Pas de Commentaire »

Johanna MANCHEC choristes de Mylène Farmer au Timeless 2013

Posté par francesca7 le 23 mai 2014

 

 

johanna manchecChanteuse protéiforme, Hohanna Manchec, se lance très tôt dans le musique en apprenant la guitare et le piano, puis se produit, dès l’adolescence, comme interprète du piano-bas La Périgourdine. Elle fait ses premiers pas de choriste lors du Stade France de Johnny Hallyday en 1998, avec qui elle chantera à nouveau en 1999, 2000, 2003 et 2006. En parallèle, elle donne des cours de chant et cape son premier rôle d’actrice à L’opéra Royal de Wallonie à Liège, en 2003, dans Simenon et Joséphine de Jean-Louis Grinda, elle y joue le rôle principal de Joséphine Baker et s’adonne même aux claquettes.

Présentée par Yvan Cassar à Mylène Farmer, elle participe en 1999 aux choeurs africains de « Mylenium » et « L’amour naissant » sur l’album « Innamoramento ». Par la suite, elle sera présente en tant que choriste sur toutes les tournées de Mylène Farmer à partir du Mylenium Tour.

La chanteuse a à son actif un album solo, « Hymne à la vie » (Février 2011), écrit, composé et arrangé par ses soins.

Image de prévisualisation YouTube

vidéo http://www.youtube.com/watch?v=Mp5QLaditB8

 

Amoureuse du spectacle vivant, Johanna Manchec-Ferdinanc mène avec talent et énergie une carrière de choriste pour Johnny Hallyday et Mylène Farmer, et avec humour et élégance, ses propres concerts…

Mylène Farmer a fait un passage par le Cours Florent. Vous avez, vous aussi, suivi une formation pluridisciplinaire bien avant que Star Academy et autres Popstars n’existent…
J’ai suivi une formation dans une école privée de spectacle. J’ai fait le Festival d’Avignon, travaillé au Cirque d’Hiver et obtenu mon diplôme. Je me suis ensuite frottée à l’école de la vie. J’ai débuté au piano-bar La Périgourdine, un soir où mon meilleur ami a demandé au patron de me laisser interpréter « Summertime ». J’ai été engagée le soir même, malgré un maigre répertoire. Au début des années 1990, j’ai travaillé au mythique cabaret des Trois Maillets. J’étais très attirée par ce lieu rempli des fantômes de Sydney Bechet ou de Nina Simone. J’ai appris à chanter et aussi à susciter l’attention des clients vers trois heures du matin. Cette expérience me sert tous les jours dans ma vie d’artiste. J’y ai croisé Nicolas Montazaud, le percussionniste de Mylène sur Avant que l’ombre… à Bercy.

De ces débuts d’interprète soliste, comment êtes-vous devenue choriste ?
Par hasard et plutôt tard ! Une amie chanteuse m’a demandé de l’accompagner à l’audition pour le Stade de France de Johnny Hallyday en 1998, mon premier engagement aux côtés de cet immense artiste. Ensuite, j’ai auditionné pour le Mylenium Tour : autre rencontre choc dans ma vie artistique avec Mylène Farmer. J’avais évidemment entendu parler de Mylène et j’ai découvert davantage son univers en travaillant avec elle sur ses chansons et sur la mise en scène de sa musique. J’ai été agréablement surprise de la sensibilité qui se dégageait de ses concerts. Comme lors de ma première collaboration avec Johnny, je me suis retrouvée au service d’une artiste renommée et j’ai découvert le fonctionnement de ces grosses machineries, tous les artistes de l’ombre et techniciens qui travaillent en coulisses pour cette grosse entreprise…

Vous aviez rencontré Mylène lors de l’enregistrement de « Dessine-moi un mouton », « Souviens-toi du jour… », « L’amour naissant » et « Mylenium ». Vous souvenez-vous de cette prise de contact ?
Vous me le rappelez… On a fait tellement de concerts depuis ! C’est par l’intermédiaire d’Yvan Cassar que je me suis retrouvée dans cette chorale de studio. Nous étions cinq filles, et notamment Angeline Annonier. J’apprécie son talent et nous travaillons d’ailleurs ensemble sur quelques textes de mon premier album. Nous avions enregistré ces voix à Los Angeles et Paris. Mylène et Laurent Boutonnat étaient présents durant les deux séances.

Quels souvenirs gardez-vous de cette première tournée débutée avec Mylène en 1999 ?
Une incroyable aventure. J’ai été si chanceuse de me retrouver dès le départ sur une telle tournée avec cinq dates à Bercy, il me semble. De plus, nous nous sommes rendus en 2000 en Russie et ce fut une belle expérience. On était habitués à des français surexcités alors que là, tous étaient assis au calme. J’ai trouvé le public de Moscou et de Saint-Pétersbourg très émouvant. Certainement le poids de l’histoire… J’ai adoré accompagner « Innamoramento » et « California » où nous nous retrouvions, avec Mylène et Esther, toutes les trois sur l’escalier central. On partage des moments inoubliables avec l’artiste sur certains titres.

Après le Mylenium Tour, la Tour Eiffel, l’Olympia et la tournée de Johnny en 2000, puis Bercy, le Parc des Princes et sa nouvelle tournée en 2003, vous avez joué le rôle-titre de Simenon et Joséphine au Forum de Liège fin 2003…

J’ai adoré jouer le personnage tumultueux de Joséphine Baker dans cette comédie musicale. Ce spectacle m’a réconfortée et m’a redonné confiance pour prendre plus de risques dans mon métier et j’ai une pensée particulière pour une personne qui m’a beaucoup encouragée. Le scénario était dense. On mettait une histoire en musique, et non l’inverse. Il s’agissait de raconter, avec un vrai orchestre symphonique qui jouait live dans la fosse, la liaison intense entre l’écrivain Georges Simenon et Joséphine.

Qui vous a rappelé pour Avant que l’ombre… à Bercy ?
Mylène et Laurent m’ont convoquée pour les premières répétitions. Nous avions tous la pression étant donné la taille du spectacle. Nous avons fait ce qu’il fallait pour que ce trac ne prenne pas le pas sur le reste.

Quel a été le plus beau moment d’émotion durant le concert de janvier dernier ?
Sans hésiter la chanson « Avant que l’ombre… » interprétée derrière le rideau d’eau. Il se dégageait une atmosphère très prenante, une émotion très particulière sur scène. Je pense que cela apparaissait au public comme une sortie grandiose. Nous sur scène, nous avions toujours le cœur serré. Franchement, je ne pouvais pas m’empêcher d’avoir les larmes aux yeux. Mylène avait une fragilité dans la voix qui laissait passer tant de sensibilité, comme on peut en ressentir lors d’un au revoir. A ce moment-là du show, les plateformes sur lesquelles nous étions installées descendaient et on ne distinguait plus que l’ombre de Mylène qui gravissait l’escalier. Superbe.

Vous étiez physiquement beaucoup moins proche qu’elle que sur le Mylenium Tour…
Pas vraiment. Elle nous rejoignait souvent, notamment sur « L’amour n’est rien… ». Pour « Désenchantée », nous traversions la passerelle pendant l’intermède musical et la rejoignions sur la scène centrale en reprenant le refrain « Tout est chaos… ». C’était un beau moment en plein cœur de Bercy et il me tarde vraiment de voir comment rendaient ces titres. On ne découvre le spectacle qu’après le public car on ne profite pas de tout le travail créatif de son et de lumière. J’ai redécouvert le Mylenium Tour en visionnant la vidéo live.

Les fans de Mylène deviennent un peu les vôtres. Est-ce troublant ?
Non, c’est une forme de reconnaissance. Certains reviennent systématiquement aux premiers rangs et on finit par créer une complicité avec eux. Nous partageons l’amour qu’ils ont pour l’artiste et c’est vrai qu’eux arrivent à nous rencontrer plus facilement que leur idole.

tf1_1209_2

Les médias évoquent souvent les similitudes entre Johnny Hallyday et Mylène Farmer. Vous qui les côtoyez tous les deux, qu’en pensez-vous ?
D’abord leur immense professionnalisme. Mylène est plus réservée au premier abord. Johnny est un artiste extraordinairement talentueux et attachant, les qualificatifs manquent pour décrire tout ce qu’il représente. Ils ont envie que ceux qui participent à leurs spectacles soient rigoureux. AU fil des jours, on crée autre chose qu’une simple relation de professionnel à professionnel… Ils ont en commun la simplicité en coulisses et la générosité envers leur public sur scène. Ils transmettent une énergie incroyable lorsqu’ils sont sous les projecteurs, et en termes de carrières artistiques, ils sont l’exemple à suivre.

Vous travaillez avec Esther Donbong’Na Essienne sur les spectacles Farmer. Est-ce un luxe de n’être que deux « sexy ladies » comme dirait Johnny, sur un spectacle ?
C’est un plaisir en tout cas. On est toujours en duo pour Mylène. En revanche, ce choix est inédit pour cette tournée plus « roots » de Johnny, nous étions habituées à être plusieurs choristes. J’ai une tonne de souvenirs avec Esther ! Il me faudrait des heures… Je me souviens de rires en répétitions sur le Mylenium Tour. Christophe Danchaud nous faisait répéter une gestuelle sur « Innamoramento ». On devait joindre nos mains pendant que Mylène retournait au creux de la main de la statue. Je me suis retournée dans le mauvais sens et je me suis retrouvée face à face avec Esther, mais comme elle est plus grande que moi, j’avais le nez dans sa poitrine. Impossible dès lors de s’arrêter de rire ! Mylène nous regardait l’air de dire…

La comédie musicale Simenon et Joséphine n’aura duré que cinq jours, tout comme Avant que l’ombre… à Bercy n’aura vécu que treize soirées uniques. Existe-t-il un manque quand tant de répétitions se soldent par si peu de concerts ?
En tant que chanteuse, danseuse et chorégraphe, je travaille sur des spectacles dans l’évènementiel avec ce même sentiment d’éphémère. Je m’investis également dans la direction artistique de la société de production que nous avons créée avec mon manager et mari. Notre plaisir est de faire découvrir d’autres artistes talentueux ou de voyager pour créer des concerts uniques pour de prestigieuses soirées privées, comme à Dallas il y a quelques mois. C’est important de ne pas se perdre dans les arcanes du métier. Je crois au pouvoir de l’expérience et je donne autant d’importance à ma vie artistique qu’à ma vie privée… Les jours off, je retrouve avec intensité ma vie de femme, d’épouse et de maman.

Que reste-t-il à vous souhaiter ?
Que la chance soit toujours au rendez-vous, notamment pour l’enregistrement de mon album. Je consacre beaucoup d’énergie à présenter des mélodies et des textes qui tiennent la route, nourris de toutes mes influences, sans limite à ma création. J’espère que mes chansons trouveront leur public.

Publié dans Mylène et L'ENTOURAGE, Mylène TIMELESS 2013 | Pas de Commentaire »

MEHDI BAKI danseur DE MYLENE FARMER

Posté par francesca7 le 23 mai 2014

 

 60362Date de naissance : 02/03/1985 

 

Mehdi est né à Epinay sur Seine (93), il vécu aux côtés de son frère et sa sœur.
Il commença la Danse à l’âge de 12 ans inspiré de son frère et de son cousin, mais c’est vers l’âge de 15-16 ans qu’il décida d’en faire son métier.
Par la suite il suivit donc une formation à l’A.I.D (Académie Internationale de la Danse) en Jazz, classique, et Contemporain et s’entraina tout seul au Hip Hop.
Mehdi Baki (le frère d’Aziz) a pu danser avec le chanteur Christophe Willem, décroche un rôle dans les comédies musicale Cléopâtre, la dernière reine d’Egypte (2009), et 1789, les amants de la bastille (2012), et figure dans le clip « A l’ombre » pour lequel il est également assistant chorégraphe.

 

Il rêve de danser pour des artistes tels que Madonna, Justin Timberlake, Janet Jackson et « a vrai dire tout les artistes qui mettent en avant la danse et leur danseurs. »

Lien(s) avec la carrière de Mylène

Danseur et assistant chorégraphe sur le clip « A l’ombre » (2012).
Danseur sur la tournée « Timeless 2013″. 

Sources / Sites Web

Facebook
Twitter 

 

Publié dans Mylène et L'ENTOURAGE | Pas de Commentaire »

ESTHA DIVINE choriste de Mylène Farmer au Timeless 2013

Posté par francesca7 le 20 mai 2014

 

 

Estha Divine 1_GWAMA-DSC_1634

Esther Dobong’Na Essienne, dite Estha Divine, est une chanteuse multi-instrumentiste d’origine camerounais née à Paris. Elle entre au conservatoire à 5ans et en ressort avec un prix au piano. Elle apprend la batterie, la basse et la guitare (en autodidacte) et compose ses premiers morceaux à  12 ans. En 1982, elle forme le trio Blackheart Daughters avec ses deux sœurs (dont Princess Erika, pour qui elle assurera plus tard les chœurs dans des enregistrements solo) en occupant la voix, la basse et la batterie.

Elle sort le single  » Ayana », aux ambiances africaine et soul et interprète, en 1997, les deux titres principaux du film « Les sœurs Soleil » : « Show Me the Way » et « Les hommes je les consomme ».

Toujours fidèle à Mylène Farmer depuis près de vingt ans, Estha Divine assure les chœurs sur Toute les tournées de la star depuis le Tour 1996, et participe comme choriste à l’enregistrement de quelques titres studio (C’est dans l’air, A force de …, A-t-on jamais, Ici-bas…, Tu ne le dis pas).

Image de prévisualisation YouTube

vidéo http://www.youtube.com/watch?v=5IpXbHgKjqw

 

Été 2010. Studio Davout, Paris. Princess Erika réenregistre son nouvel album, Juste Erika. Réalisé par Khalil Maouenne (Assia,Julien Clerc…). Parmi les choristes, la soeur aînée de Princess Erika, la grande Estha Divine Esther !

PS : comme Esther ne saurait ni se suffire, pour être envisagée, d’un seul entretien, ni, pour être appréciée, du même traitement que les autres… à moins que ce ne soit parce qu’elle est la soeur de l’artiste principale… enfin, le fait est que demain vous pourrez suivre la seconde partie de son interview-portrait.

 

Sa musique MEL ​​et délivre pop, soul, opéra, du jazz, africain, GOSPEL, DIPHONIQUE ET CHANTS diphonique ETC. .. SOULFUL RYTHMES avec des sons ethniques et un aperçu de ROCK ATTITUDE PARFOIS ainsi que la musique de Estha_Edouard_dlc2_1255273014dévotion. 

chanteur, musicien, compositeur, auteur, directeur musical, arrangeur, acteur, producteur …. 
elle a travaillé et a collaboré à un studio d’enregistrement, émissions de télévision, et des concerts ou des séances de bœuf avec de nombreux artistes comme chanteur ou musicien: COMME NUMÉRO UN POP STAR Mylène Farmer, Jimmy Cliff, Manu Dibango, Jermaine JACKSON, Jean-Luc Ponty, MARIAH CAREY, MOKHTAR SAMBA, Barbara Hendricks, MICHAEL BOLTON, GRAEME REVELL ET Nusrat Fateh Ali Khan (IN VISION II SPIRIT OF RUMI), ERA (ERIC LEVI), Joniece JAMISON (sa tante), Les Nubians, Princess Erika (sa sœur), SYLVIE VARTAN, MARIANNE JAMES, American Gospel, Linda Lee Hopkins, TITUS WILLIAMS, Tchéky Karyo, ROCH VOISINE, LES CENT VOIX, KEZIAH JONES, RICHARD BONA, FELIX ET ARMAND SABAL-LECCO, PACO SERY, TOURÉ Kounda, Angélique Kidjo, URSULINE Kairson, juste pour en nommer quelques uns … 

elle traverse DANS DE NOMBREUX PAYS, comme l’Espagne, Etats-Unis, Angleterre, CAMEROUN, AFRIQUE DU SUD, Allemagne, Russie, Italie, Suisse, ANGOLA, BELGIQUE, BÉNIN, CÔTE-D’IVOIRE, FINLANDE, BELARUS, MAROC, BÉNIN, TUNISIE, PORTUGAL, CONGO, REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO, PAYS-BAS, SÉNÉGAL, AUTRICHE, NOUVELLE-CALÉDONIE, ECOSSE ETC … Et récemment INDE … 
Prenez le temps de découvrir son univers MONDE …

 
! MUSIQUE EST SPIRITUEL AVANT ET SURTOUT
DIT-ELLE AVEC UN SOURIRE: « séjour dans la LUMIÈRE DIVINE »! 

Bénédictions divines amour et de lumière

 

 

Publié dans Mylène et L'ENTOURAGE | Pas de Commentaire »

Ivo et Manuel dansent au Timeless 2013 de Mylène

Posté par francesca7 le 20 mai 2014

 

 

Ivo BAUCHIERO (danseur) D’abord chorégraphe d’Ysa Ferrer pour les concerts donnés par cette dernière au Bataclan en 2009, Iso Bauhiero participe, en tant que danseur, au clip « du Temps » de Mylène Farmer ainsi qu’à sa prestation télévisée au NRJ Music Awards 2012.

 hqdefault

Tout comme danseur, il se produit au Théâtre du Capitole de Toulouse dans l’opéra-ballet Les Indes Galantes de Jean-Philippe Rameau, en 2012.

Les « Indes Galantes » crée à l’Opéra de Paris le 23 » août 1735, après un succès d’époque, connurent deux siècles d’oubli jusqu’ à leur retour triomphal en 1952. La relative faiblesse du livret qui n’est que le support d’un ballet chanté explique, sans doute, cette distance d’autant plus regrettable que l’œuvre est un formidable divertissement qui met en valeur des voix et donne toute sa place à la mise en scène et aux costumes. En l’occurrence, si les deux représentations de ce début août ont connu pareil succès, elles le doivent à l’originalité d’une mise en espace, d’autant plus délicate à imaginer que la majestueuse église de Saint Amand de Coly avait été d’abord conçue comme un haut lieu de prière et de recueillement mais certainement pas comme une scène de théâtre, susceptible d’héberger un opéra ballet. Des trouvailles nombreuses, l’art d’utiliser l’allée centrale pour la danse et, surtout, la richesse des costumes réalisés par l’équipe d’Henry Dupont ont participé à l’éclat de ces « Indes » dont on ne peut que regretter qu’elles n’aient pas l’occasion d’être présentées sur de grandes scènes nationales de 65737nos régions; on pense à Bordeaux ou Toulouse.

 

MANUEL GOUFFRAN (danseur)

 

Danseur français né le 27 janvier 1986, Manuel Gouffran est d’abord découvert dans l’émission La France a un incroyable talent sur M6 et aperçu dans une publicité pour la SNCF. Il rejoint l’équipe de Mylène Farmer sur le clip « Du temps » puis sa prestation sur NRJ Music Awards 2012, et enfin, sur la tournée Timeless 2013.

 

 

Publié dans Mylène et L'ENTOURAGE | Pas de Commentaire »

12345...7
 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...