Mylène Farmer et Luc Besson

Posté par francesca7 le 12 août 2012

Le saviez-vous ?

 

Mylène Farmer et Luc Besson dans Mylène et mes BLABLAS MF90_33a-244x300Mylène a été figurante dans le tout premier long-métrage de Luc Besson, « Le dernier combat » ! Le film a été tourné entre le 15 août et le 31 octobre 1982, et est sorti dans sept salles à Paris le 6 avril 1983.

Cette participation de l’artiste avant même ses débuts dans la chanson, Luc Besson l’a confirmée lui-même. Il l’explique dans son livre consacré au film (« L’histoire du Dernier Combat« , publié en 1993), et l’a aussi évoqué sur France Inter le 23/11/2011 dans l’émission « Les Affranchis » d’Isabelle Giordano.

C’est donc Mylène que l’on peut voir, à tout juste 21 ans, sur deux plans du film, dont un où elle est « morte ». Elle joue le rôle d’une femme qu’un médecin garde enfermée dans une clinique après une catastrophe mondiale. Et on ne voit toujours que ses jambes :

=> Télécharger la vidéo avec les deux plans de Mylène dans le film <=

A noter que dans une autre courte scène, on peut voir le visage de ce personnage (c’est la seule fois où on le verra), et que ce n’est pas Mylène. Une autre actrice a donc été employée pour son visage. Mylène, elle, devait être là pour la beauté de ses jambes…

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaire »

Rumeurs sur Q.I

Posté par francesca7 le 5 août 2012

 

 

Rumeurs sur Q.I dans Mylène et mes BLABLAS mylene-2-225x300Mylène a offert à Nathalie Rheims la (grosse) bague qu’elle porte dans le clip Q.I.

Claude Gassian a demandé à Mylène s’il allait l’accompagner sur le tournage de Q.I. Elle lui aurait répondu « Oui, si tu veux, mais je ne validerais pas les photos ». Ce qui n’a pas empêché qu’ils ont improvisé une petite séance photo dans un escalier sur le plateau entre deux prises. Des photos que l’on ne verra sûrement jamais…

L’équipe de ’Mylène Farmer et Vous’ avait décidé d’interviewer Benoît Lestang (réalisateur du clip Q.I) pour un numéro du magazine. Julien Wagner, membre de la rédaction, avait trouvé son numéro de téléphone. Il appelle alors, et tombe sur le répondeur. Il laisse un message avec ses coordonnées téléphoniques et mail. Quelques jours plus tard, Julien Wagner reçoit un mail : Benoît Lestang lui écrivait via la boîte mail d’un ami car il ne désirait pas que la journaliste connaisse son mail perso (alors que ce dernier avait son adresse postale et son téléphone fixe, vu qu’il l’avait appelé). Le réalisateur expliquait dans ce courrier électronique qu’il ne voulait pas parler de Mylène Farmer, de son travail avec elle et qu’il ne devait répondre à ce mail sous aucun prétexte… Mystérieux, non ? 

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaire »

Mylène et Johnny

Posté par francesca7 le 5 août 2012

 

Fin 1997, Mylène a écrit la chanson « Le rêve d’un homme » pour Johnny Hallyday, pour la Coupe du Monde de football 1998. Le projet n’a pas vu le jour, et la musique a été reprise l’année d’après pour devenir « Souviens-toi du jour… ».

En 2002, Mylène et Johnny retentent la chose avec une nouvelle chanson, et cette fois le projet ira même jusqu’à l’enregistrement des voix. C’est Thierry Rogen (ancien ingénieur du son des premiers albums de MF) qui révèle cette anecdote en 2011 dans un fanzine : « C’était en 2002 et c’était un hymne pour un événement sportif (une Coupe du monde je crois). Une belle chanson avec des voix qui allaient bien ensemble. Cela a duré quelques jours. Les prises de voix avec Mylène et Johnny ont été un moment sympa : le choc des Titans ».

Deux projets avec Johnny, deux chansons pour deux Coupes du Monde, et au final deux choses qui n’ont pas vu le jour…

Mylène et Johnny dans Mylène et mes BLABLAS 9rranomi-300x199

 

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaire »

Photo dédicacée de Laurent Boutonnat

Posté par francesca7 le 27 juillet 2012

 

Comment recevoir une photo dédicacée de Laurent Boutonnat ?

 

Il faut envoyer une lettre (et joindre à l’intérieur une enveloppe déjà timbrée avec vos coordonnées) à cette adresse :

Requiem Publishing
M. Laurent Boutonnat
15 rue de Douai
75009 Paris

Photo dédicacée de Laurent Boutonnat dans Mylène et mes BLABLAS 1392163129_small-228x300

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaire »

Photo dédicacée de Mylène

Posté par francesca7 le 27 juillet 2012

Comment recevoir une photo dédicacée de Mylène ?

 

Il faut envoyer une lettre (et joindre à l’intérieur une enveloppe déjà timbrée avec vos coordonnées) à cette adresse :

Mylène Farmer
C/o Polydor
20 (ou 22), rue des Fossés Saint-Jacques
75005 Paris

Le temps d’attente avant de la recevoir peut aller de six mois à… des années ! Il faut être patient… Très patient…

Photo dédicacée de Mylène dans Mylène et mes BLABLAS b2t09j02

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | 1 Commentaire »

Choquée par « Je te rends ton amour »

Posté par francesca7 le 27 juillet 2012


Choquée par A l’époque de la diffusion du clip Je te rends ton amour, qui avait été censuré par M6, l’hebdomadaire ’Voici’ avait publié un article à propos de la commission de mères de famille ayant jugé le clip trop choquant pour être diffusé aux heures de grande écoute, racontant notamment qu’elles étaient sorties de la salle, tant elles avaient été choquées. Cet article les aurait fait mourir de rire, et elles l’auraient affiché dans leur bureau.

Ce sont en fait des femmes qui sont embauchées par la chaine pour éviter de recevoir des avertissements et des amendes de la part du CSA. Elles regardent tous les programmes qui ont été achetés. Elles n’ont pas été choquées du tout par le clip, mais ont simplement jugé que le rapport à la religion pouvait choquer certaines personnes.

Mylène a financé un film de Jean-Louis Murat en 1993 !

Extrait d’une interview de Murat dans Platine :
« Par exemple, quand j’ai fait le film « Murat en plein air » (1993), en 16 mm, en conditions cinéma, moi je n’avais pas de pognon, et cela a été entièrement financé par Mylène Farmer. Je sais qu’elle n’aime pas beaucoup que je le dise, elle m’a même demandé de ne pas mettre son nom au générique, mais elle l’a fait pour m’aider, juste pour la beauté du geste. »

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaire »

Interview d’Erwan – Bio Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 27 juillet 2012

 

Extrait de 2009

 

Vous n’en êtes pas à votre premier ouvrage sur Mylène Farmer. Qu’est-ce que « Des Mots sur nos désirs » apporte de nouveau ?

Interview d'Erwan - Bio Mylène Farmer dans Mylène et mes BLABLAS 1012327-gfComme son nom l’indique, ce nouvel ouvrage, le troisième, s’attarde plus en détails sur l’œuvre « osée » de Mylène. J’en avais un peu marre d’entendre de tous les côtés qu’elle n’était qu’une superbe reine du marketing et que ses fans achetaient tout et n’importe quoi les yeux fermés. Il ne faut pas oublier que Mylène a bâti sa carrière petit à petit. A coups de jolies provocations. Rien ne s’est fait en un album. C’est quand même la première artiste dans le milieu de la pop française à avoir soulevé des thèmes encore très tabous au milieu des années 80, voire durant la décennie suivante, comme l’homosexualité, la bisexualité, des pratiques du Kamasutra etc. Elle l’a fait avec courage et honnêteté.

 

Comment vous est venue l’envie de porter un regard sur cet aspect de sa carrière ? Est-ce que cette envie d’abolir tous les tabous est quelque chose qui vous plaît particulièrement chez elle ?

Ça m’est venu tout naturellement. Je pense que c’est un aspect très important de sa carrière et un peu trop souvent occulté derrière le mythe de la star mystérieuse et inaccessible. Et puis, c’est vrai que c’est ce côté gamine impolie qui m’a le plus séduit chez Mylène. Chacune de ses chansons devenait pour moi un hymne. Que ce soit Sans contrefaçon ou Pourvu qu’elles soient douces. Comme un hommage à mon adolescence et à mes premiers émois ! Pour ma part, c’est la première à avoir chanté avec autant de brio tous mes propres désirs. Et je ne pense pas être le seul.

Pour mener à bien votre analyse, vous avez fait appel à de nombreux témoignages: collaborateurs, admirateurs, et même à ceux de sexologues. Qu’est-ce que tous ces avis ont pu apporter à ce livre ?

Je voulais que chacun y mette son grain de sel, faire de ce livre une œuvre communautaire. En tant qu’auteur, je n’ai pas la science infuse. Seule Mylène sait le sens de ses mots, après libre à nous, à vous, de faire une analyse de textes. Comme ses paroles ont souvent des doubles sens, chacun peut se les approprier et les interpréter à sa convenance. C’est un peu comme des récits littéraires qu’on vous fait étudier au lycée. Après j’ai fait de jolies rencontres sur ce nouveau livre, comme celle avec Sophie Tellier ou ma correspondance avec Nathalie Cardone. Deux femmes fascinantes.

chloé-300x225 dans Mylène et mes BLABLASLa couverture est une peinture de Frantz Saunier, c’est quelqu’un que vous connaissez bien je crois. Vous pouvez nous parler un peu plus de lui et de son travail ?

Frantz Saunier est un immense artiste. Avec ses faiblesses et ses forces. Son sens de la couleur est inné. J’adore son travail et le pouvoir qu’il a sur le regard de ses modèles. Les yeux de ses personnages qu’il peint me parlent énormément. C’est le miroir de son âme. Une âme belle et profonde. Il a fait sa première expo Wanted Diva qui fut un grand succès. Il réfléchit à sa prochaine. C’est un vrai magicien.

Savez vous que les éditions « Archipels » sortent simultanément deux livres sur Mylène Farmer en août ? Comment expliquez vous tous ces livres qui sortent sur Mylène chaque année ? Il y a t il une concurrence chez les biographes farmeriens ?

Je pense que c’est l’actualité qui veut ça. Tout simplement. Et comme Mylène est un personnage qui fascine… Quant à la concurrence, non ! Elle n’existe pas. Il faut juste savoir faire la différence entre ceux qui écrivent par passion et ceux qui écrivent par intérêt.
Jamais je ne pourrai rédiger un livre sur une star qui ne m’interpelle pas. J’ai refusé de nombreux sujets parce que je ne voyais pas l’intérêt de m’y plonger. Les lecteurs ne s’y trompent pas.

 

Quels sont les premiers échos depuis la sortie de votre livre ?

J’avais très peur. C’était un livre osé. Mais je suis très content des premiers retours. Que ce soit chez les fans et les non fans. Beaucoup de cette deuxième catégorie ont lu le livre. La vie de Mylène ne les intéressait pas vraiment, mais son œuvre, oui !

 

Pensez-vous avoir encore des choses à écrire sur Farmer ? Quels sont vos projets ?

51tRlhGeW3L._SL500_AA300_Pour l’instant, non. Je vais un peu la laisser en paix ! Même si Mylène reste une source d’inspiration inépuisable. Quant à mes projets… ouille… je finis actuellement un livre sur Vanessa Paradis… et j’embraye sur une biographie sur Arielle Dombasle. Parallèlement à ça, j’ai mon prochain roman « Sexe, gloire et bistouri » qui doit sortir à la rentrée. Et je compte aussi monter une pièce de théâtre, « Le rôle de ma vie »… adaptée de mon roman du même nom. Je me lance aussi dans les relations presse en tant qu’attaché de presse dès la rentrée.

Bref, une tonne de projets mais comme le chante Sheila « 24 heures par jour ce n’est pas suffisant ! »

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaire »

Les beug’s du Bercy Mylène

Posté par francesca7 le 12 juillet 2012

 

Au départ, le final prévu sur Avant que l’ombre… n’était pas aquatique mais pyrotechnique ! Il était notamment question de faire voler des boules de feu au dessus de la scène, et Mylène devait disparaître dans une grande gerbe de flammes. Mais Mylène et son équipe n’ont pas trouvé cela satisfaisant lors des répétitions.

Les beug's du Bercy Mylène dans Mylène et mes BLABLAS animation8Deux magiciens avaient été engagés pour ces effets : Alpha et Philippe Bonneman. On peut d’ailleurs lire dans les crédits du programme du concert : « Effets spéciaux et magie : ALPHA / La Cie Artistique Cénomane ».

Nous vous invitons à lire notre interview exclusive de Philippe Bonneman dans la rubrique « Confidences » du site…

Aquatique Show, la société ayant créé le rideau d’eau des concerts de 2006, a tourné des images promotionnelles de celui-ci lors des répétitions à Bercy (vidéo visible sur leur site Web). C’était alors le seul lieu où le rideau avait été monté en conditions pleinement réelles. Ils ont tourné un matin, avant les répétitions de Mylène et son équipe. C’est apparemment à cette occasion que la silhouette de Mylène a été pour la première fois utilisée, alors qu’elle n’était pas encore intégrée au spectacle.

Le rideau d’eau n’était à la base pas prévu pour le final, mais pour Fuck them all. Les mots du titre devaient être écrit de la même manière que le mot « Passé » l’a été. C’est d’ailleurs peut-être pour ça que lors de la dernière date, les petits chanceux qui ont traîné encore quelques minutes dans la salle à la fin du concert ont pu, devant la grande porte fermée, voir tomber en lettres d’eau « Fuck Them All Fuck«  !

La silhouette qui est dessinée sur le rideau d’eau lors des concerts de 2006 est un effet qui s’est décidé seulement quelques jours avant le show, et même un peu par hasard. Le garçon qui avait en charge de programmer les mots s’est amusé, pendant les répétitions, à prendre l’image de Mylène qui se trouve dans le programme (l’affiche des concerts) et à la mettre dans le logiciel de programmation des écritures. Quand l’équipe a vu le résultat, ils ont décidé de garder l’effet. 

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaire »

Mylène F. une icône moderne

Posté par francesca7 le 12 juillet 2012

 

   Mylène Farmer, la part d’ombre


Les auteurs de La Part d’ombre dédicaceront leur livre jeudi 4 décembre à partir de 19h30 au bar La Petit Vertu (15, rue des Vertus, 75003 Paris)

Caroline Bee et Antoine Bioy collaborent à Parutions.com

Mylène F. une icône moderne dans Mylène et mes BLABLAS 1713230464Depuis maintenant bientôt 20 ans, Mylène Farmer est la seule artiste féminine de variété française à susciter un véritable culte auprès de ses fidèles admirateurs. Que l’on soit sensible ou hermétique à l’univers de la chanteuse, il est indéniable de constater qu’elle est en passe de devenir, et de son vivant (fait relativement rare pour le souligner), un véritable mythe… Pour les auteurs de La Part d’ombre – deux psychologues et une journaliste – ce culte existe, c’est un fait, et ne peut prendre racine que sur un réel talent artistique (même s’il est savamment entretenu par d’habiles stratégies marketing).

L’ouvrage offre l’originalité d’aborder l’univers mystérieux de Mylène Farmer sous l’angle de la psychologie, afin de le décrypter objectivement. Avec un respect certain pour l’artiste (et peut-être même un petit peu d’amour !), les auteurs se sont immergés dans cette œuvre riche et cohérente, en analysant avec pertinence les textes des chansons, les scénarii des clips, le personnage énigmatique que la chanteuse s’est façonné au cours du temps, sans occulter ce qui devient le leitmotiv des médias en ce qui concerne Mylène Farmer : la dévotion totale de ses fans.

Il en ressort un écrit complet – biographie, discographie et vidéographie à l’appui – qui propose pour la première fois certaines pistes de réflexion aux ombres volontairement tues par l’artiste. De cet émoi face à l’Autre, aux douleurs qu’engendre immanquablement tout attachement, en passant par l’obsession de la mort, de la solitude et du temps qui passe, certains concepts psychologiques ressortent de façon récurrente et permettent d’éclairer les productions de la chanteuse : le mythe d’Œdipe, l’homoérotisme, l’opposition animus/anima, la passivité, le sadomasochisme…

La Part d’ombre offre également la possibilité au lecteur de s’ouvrir aux nombreuses et éparses sources d’inspiration de Mylène Farmer et de son alter ego Laurent Boutonnat, aussi variées que Baudelaire, Poe, Cioran, le bouddhisme, Bunuel, Lynch, Géricault et bien d’autres encore. Il renseigne de même sur les positions de l’artiste quant à certaines grandes notions fondatrices : le sexe, la religion, la mort, la différence, la folie.

2645901364_1 dans Mylène et mes BLABLASL’ouvrage, s’il est accessible d’un point de vue psychologique – et permet même un véritable petit cours de vulgarisation –, s’adresse évidemment à des personnes qui connaissent parfaitement l’œuvre de Mylène Farmer dans son intégralité, tant les références sont pointues. En outre, certaines analyses, un tantinet dilettantes, frôlent parfois une interprétation toute personnelle, prêtant à discussion. Mais pour le lecteur qui s’intéresse à l’artiste, ou à ce qu’elle engendre, La Part d’ombre reste un écrit passionnant, sérieux et documenté, qui suscite plus de questions qu’il n’apporte de réelles réponses.

L’écrivain Amélie Nothomb, qui a préfacé l’ouvrage et est elle-même admiratrice de la chanteuse, ne manque pas de le souligner, en assurant : «Il serait facile de ne voir en Mylène Farmer que la projection de tous nos rêves. Ne serait-elle que cela, ce serait déjà formidable : il n’est pas donné à grand-monde d’incarner à ce point les aspirations d’autrui».

Frédéric Delayre ( Mis en ligne le 26/11/2003 )

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaire »

Petit comment’ sur Mylène

Posté par francesca7 le 21 juin 2012


Les textes qu’écrit Mylène Farmer contiennent souvent des influences de certains écrivains comme Edgar Allan Poe, Luc Dietrich, Francesco Alberoni, Oscar Wilde, ou encore Charles Baudelaire. Ainsi, ils sont imprégnés de thèmes récurrents comme le sexe, la mort, la religion, l’amour, ou le temps qui passe, souvent empreint de mélancolie. « Une part de moi habite la mélancolie, et une autre aime aussi le rire et la gaieté. Malheureusement, le monde prête plutôt à l’état mélancolique, où le bonheur émerge parfois. »

Petit comment' sur Mylène dans Mylène et mes BLABLAS 162850611_small- Sa musique a habituellement une tonalité pop, parfois accentuée de rythmes plus dance/électro, rock ou encore new wave. Elle est composée lors de ses débuts par Laurent Boutonnat.

– Dès ses débuts, la chanteuse crée la polémique autour d’elle que ce soit pour ses textes ou ses clips. Cependant, ses premiers titres, qui se distinguent par leur ambiance musicale et des textes novateurs, sont généralement perçus positivement par la presse. Néanmoins, au fil des ans, certains journalistes commencèrent à juger l’artiste trop commerciale, du fait de ses ventes importantes et de l’intérêt croissant de la presse people. De même, ses textes souvent basés sur le symbolisme, font débat : si certains y voient un véritable talent d’écriture, d’autres les considèrent pseudo-intellectualistes. Depuis quelques années, l’image de Mylène Farmer dans la presse a progressivement évolué. La durée de sa carrière et son succès ininterrompu semblent lui avoir conféré une certaine crédibilité, et son œuvre est jugée moins sévèrement ou simplement ignorée. Sa discrétion est respectée, et même saluée. Certains journaux autrefois critiques sont parfois devenus laudateurs, comme Le Monde.

– Par ailleurs depuis un événement survenu durant l’année 2001, où un fan a assassiné un homme afin de la voir, Mylène Farmer a décidé d’appliquer Une« stratégie du silence », longuement évoquée par les médias. Depuis 2001, l’artiste n’a accordé que sept interviews et a réduit le nombre de ses apparitions à la télévision, en expliquant cette faible présence médiatique par sa « nature profonde ».

– Elle a incarné Tess au cinéma, le personnage principal de L’ombre des autres, tiré du roman éponyme de Nathalie Rheims. Scénarisé par Claude Berri et produit par Luc Besson, le tournage du film était prévu fin 2009, sous la caméra de Bruno Aveillan.

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaire »

Rumeurs d’Innamoramento

Posté par francesca7 le 21 juin 2012


L’enregistrement de l’album Innamoramento s’est terminé fin octobre 1998.

Une maquette de l’album Innamoramento circulerait entre fans collectionneurs. Une rareté gardée bien égoïstement par ses heureux détenteurs !

Rumeurs d'Innamoramento dans Mylène et mes BLABLAS 115142138Le magazine ’Instant Mag’ avait publié en 2004 une série totalement inédite de photographies de Mylène signées Paolo Roversi. Cette séance, effectuée en 1999 pour la sortie de l’album Innamoramento, n’avait pas plu à la chanteuse qui aurait été effrayée par le résultat. Elle lui avait donc racheté la série pour qu’elle ne soit jamais diffusée. Dans ces cas-là, généralement elle paye également le photographe pour qu’il s’engage à ne pas revendre les photos. Ce que Paolo Roversi a pourtant fait à la rédaction du magazine ’Instant Mag’…

Contrairement à ce que dit la rumeur, il n’a jamais été question que l’album Innamoramento s’appelle Mes Moires. Pour preuve : Mylène a demandé à son designer, Henry Neu, de travailler sur les supports de l’album dès l’été 1998, soit près de neuf mois avant la sortie de l’album.

Dessine-moi un mouton est une chanson qui existe depuis au moins 1997 ! Sur un forum, en 2001, un membre avait raconté qu’en 1997 il avait eu la chance d’assister à une venue de Mylène dans l’hôpital où il travaillait et qu’elle avait chantonné un refrain qu’il avait trouvé très sympa à l’époque. Il avait eu la surprise de reconnaître Dessine-moi un mouton deux ans plus tard. Elle aurait aussi chantonné Rêver

Petite blague relevée dans le livret de l’album Innamoramento : on peut y voir le visuel d’une enveloppe qui est adressée à « Mylène Farmer, 7 place de l’Europe, PARIS« . L’adresse est barrée, et on peut lire en-dessous « N’habite pas à l’adresse indiquée« . En effet, la place de l’Europe est le seul lieu de Paris à ne compter aucun résident domicilié à cette adresse précise. Il n’existe aucune boîte aux lettres place de l’Europe ! 

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaire »

Mylène F. L’autre … et blablas

Posté par francesca7 le 9 juin 2012


Mylène F. L'autre ... et blablas dans Mylène et mes BLABLAS 2009NathalieDelepine10-300x201

Voici quelques détails au sujet de la fameuse adaptation de l’album « L’autre… » en anglais : fin 1991, suite au très, très fort succès de l’album, Alain Levy, directeur de Polygram qui venait de prendre également la tête de Polygram USA, proposa à Mylène de faire une version anglophone de l’album. Assez réticente car pas du tout à l’aise dans la langue à l’époque, elle profita de son premier séjour à Los Angeles qui suivit (hiver 1991/1992) pour ébaucher quelques traductions de quelques chansons de l’album en refusant toute aide extérieure pour l’écriture. Au final, elle abandonna le projet en cours, très peu satisfaite de son travail et rien n’a été enregistré, contrairement à ce qu’on croit savoir depuis longtemps. Quand on évoque quatre titres qui auraient été enregistrés, en fait cela correspondrait plutôt à quatre textes.

Seulement, un accord avait été signé pour une distribution initialement européenne et pour honorer ce contrat, Mylène adapta l’année d’après Que mon coeur lâche avec un traducteur. Ce dernier raconta d’ailleurs plus tard que la première version du texte qu’il avait écrit seul fût rejetée aussitôt par Mylène, qui travailla alors avec lui sur chaque mot de chaque phrase !

L’Instant-Mag disait pourtant dans un article avoir écouté Il n’y a pas d’ailleurs enregistré en anglais, et que les trois autres titres étaient L’autre…, Agnus Dei et Regrets. Que croire ? 

barre-divers13 dans Mylène et mes BLABLAS

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaire »

Point de Suture et des blablas !

Posté par francesca7 le 9 juin 2012


Point de Suture et des blablas ! dans Mylène et mes BLABLAS sac-a-bandouliere-mylene-farmer-point-de-suture-sac-bagagerie-871370755_MLDurant les sessions d’enregistrement de l’album Point de suture aux studios ICP à Bruxelles, Mylène aurait logé dans un petit appartement situé au-dessus même du studio. Elle s’y serait tellement peu plue que les sessions d’enregistrement auraient été particulièrement rapides. Ce qui n’a en rien altéré la qualité des voix sur l’album !

En avril 2008, pour la promotion de l’album Point de suture, Mylène effectue une série de photo avec John Nollet, qui est également son coiffeur depuis une dizaine d’années. Ces photos sont créditées sous un pseudonyme : Simon Hawk. En effet, lorsque John (qui s’appelle Jean, en réalité) Nollet a commencé à bosser avec l’agence H&K, ceux-ci lui ont conseillé de travailler sous un pseudonyme, car pour les magazines de mode, Nollet est un avant tout un coiffeur. Depuis peu, sa carrière de photographe étant désormais intégrée, il a souhaité reprendre son nom pour ses travaux. Mylène l’a donc tout naturellement crédité sous son nom sur les supports du single Appelle mon Numéro, bien que la série avait été entièrement déposée sous son pseudo. Etrangement, on retourne au pseudonyme « Simon Hawk » sur les supports du single Si j’avais au moins….

Ave Maria, le titre caché de l’album Point de suture, a été enregistré après le reste de l’album à Bruxelles. Il a été fait dans le home-studio de Laurent Boutonnat.
De plus, le titre a été diffusé le 30 juin 2008 à l’église Saint-François-Xavier, lors de l’enterrement de Frédéric Botton (ex-compagnon de Nathalie Rheims), deux mois avant la sortie de l’album.

L’interview de Mylène pour le magazine « Têtu » a eu lieu dans un salon de l’hôtel Park Hyatt, à Paris.

Sur le titre Je m’ennuie, le sample qu’on peut entendre sur l’introduction et le pont, et qui a inspiré à Mylène sa petite démarche façon geisha lors des concerts 2009, a été utilisé précédemment dans une vidéo promo de Jean-Paul Gaultier réalisée par Alain Escalle !

 et_vous_connaissez_vous_mylene_farmer_sur_le_bout_des_doigts_illustration_test_connaissance dans Mylène et mes BLABLAS

Le choix des premiers singles extraits de l’album était décidé très en amont. Pour preuve le tournage du clip de Si j’avais au moins… en juin 2008, alors que le single est sorti 8 mois plus tard. 

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaire »

ALICE nous dit Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 9 juin 2012


– Quand j’ai évoqué l’araignée, j’ai eu envie d’écrire sur cette petite Alice, je pensais à la face… au visage noir de l’artiste. Ce que peut ressentir… l’autodestruction de l’artiste. Donc cette envie de dire à cette araignée de s’effacer et de partir. (XXelle, MCM)

– J’ai une phobie des araignées (rires). Mais j’ai toujours eu en mémoire… C’était une toute petite histoire d’une araignée dans une cellule qui était le compagnon, le seul compagnon du prisonnier. Ce qui n’a rien à voir avec le thème d’Alice ! Mais je peux apprivoiser aussi une petite araignée ! L’araignée n’est pas un symbole particulier pour moi. L’araignée… Vous savez parfois on a des choses comme ça qui vous viennent, vous ne savez pas pourquoi. Et c’est vrai que quand j’ai entendu cette musique qui a cette boucle, cette répétition… J’y voyais bien la marche d’un petit animal, comme ça. Et puis après vous n’savez pas, vous parlez de… Alice est devenue l’artiste, la représentation du mal-être de l’artiste. (Radio Contact, 15 novembre 1995)

ALICE nous dit Mylène Farmer dans Mylène et mes BLABLAS 253221905_small

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaire »

Mylenium Tour dit Mylène

Posté par francesca7 le 2 juin 2012


Mylenium Tour dit Mylène dans Mylène et mes BLABLAS Discographie- Je suis désormais plus tournée vers la poésie. Ce spectacle est plus romantique et lyrique et j’y chante plus de chansons lentes que d’habitude. D’un autre côté, il ne présente pas qu’un concept unique et cohérent : il met en scène deux héroïnes, moi-même et cette déesse qui me protège. Le célèbre artiste suisse Giger m’a offert cette gigantesque statue qui se trouve sur la scène et dont la tête et le bras sont articulés. (…) Sa création rappelle la déesse égyptienne Isis qui représente la féminité et la fertilité. Elle est bien plus qu’un accessoire gadget, un décor impressionnant. C’est une actrice cruciale de mon barnum, cette messe païenne qui prend la forme d’un concert typique de ce qui se fait dans le show-business : la scène est recouverte de glace (?!), des lumières multicolores clignotent et des confettis argentés tombent sur le public. Des effets de lumières artistiques et mystiques, crées par cinq tonnes d’équipement luminaire, insufflent la vie à la statue. (Pulse, Russie, mars 2000)

– L’idée de ce nouveau spectacle m’est venue après avoir lu « Le livre tibétain de la vie et de la mort ». Cette philosophie a bouleversé ma vie et m’a fait voir sous un nouveau jour tout ce que j’ai vécu et tout ce qui m’entoure. Ce spectacle est une sorte de reflet, sous forme de chansons et de danse, de ma nouvelle perception de la vie. (7 Dney, Russie, 6 mars 2000)

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaire »

DVD Mylenium Tour

Posté par francesca7 le 2 juin 2012


DVD Mylenium Tour dans Mylène et mes BLABLAS MTBercy2Dans les bonus du DVD ’Mylènium Tour’, on peut apprendre que Consentement était prévu pour faire parti du spectacle mais a été annulé. Depuis, on raconte que le titre a été écarté parce que Mylène « n’arrivait pas à la chanter ». En réalité, étant donné que la chorégraphie des danseurs sur Beyond my Control avait été annulée lors des répétitions de la troupe sur scène (car les déplacements ne convenaient finalement pas), il avait été convenu de revoir tout le premier tableau, et donc choisi d’enlever une chanson. Seulement, comme après les premières répétitions aux Etats Unis, A quoi je sers… avait déjà été supprimée, Mylène aurait voulu malgré tout intégrer une autre chanson à ce tableau. Quelques titres ont été répétés en urgence, dont A quoi je sers… qui aurait eu une chance de réintégrer le show. On parle aussi de XXL, mais tout cela nécéssitait des éclairages particuliers, des programmations qu’il était impossible de mettre en oeuvre en si peu de temps. Et finalement, Rêver ne nécessitant que deux musiciens et pas d’éclairage particulier, le choix s’est arrêté sur cette chanson.

Au tout début de la tournée ’Mylènium Tour’, sur les réseaux de fans sur le Web, pas mal de fans étaient persuadés que Dernier sourire était un inédit spécialement écrit pour cette tournée. Beaucoup la rebaptisaient « Parle-moi encore ». Rares étaient ceux qui savaient qu’il existait une version originale de 1989, car il fallait avoir un support de Sans logique et le MP3 ne circulait pas énormément à l’époque… 

BARRE

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaire »

Eaunanisme dit Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 28 mai 2012


Eaunanisme dit Mylène Farmer dans Mylène et mes BLABLAS- Un texte plus sensuel que sexe, je pense. J’avais envie de l’élément eau. Maintenant l’onanisme c’est effectivement la recherche du plaisir par soi-même. Moi quand j’ai écris cette chanson je pensais à l’écriture, donc je pense qu’il y aura des milliers de lectures quant à cette chanson. J’ai essayé d’évoquer l’écriture. L’écriture est aussi un… plaisir solitaire, en tout cas dans un premier temps. Et j’avais envie d’écrire comme un petit conte, en évoquant un personnage… (NRJ, 16 octobre 1995)

J’ai essayé d’évoquer l’écriture : la liberté de la poésie, du lecteur qui essaie de puiser plus des sensations qu’une réelle explication sur un sujet. J’ai voulu parler de l’écriture, de sa sensualité, du plaisir solitaire de l’écrivain. (Le Soir, Belgique, 25 octobre 1995)

Cette chanson n’est pas vraiment une provocation. L’idée de l’onanisme, c’est d’arriver par soi-même au plaisir, à la jouissance. Je considère que c’est la même chose pour l’écriture. On écrit avant tout pour son propre plaisir, on a besoin de personne, c’est en cela qu’on peut faire le rapprochement avec le mot onanisme. (Radio FFN, Allemagne, février 1996) 

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaire »

Mylène des années 80

Posté par francesca7 le 20 mai 2012

Les influences de Mylène Farmer : les années 80.

Vidéo   Image de prévisualisation YouTube

 

 Ce clip récapitule les inspirations poétiques de Mylène Farmer dans ses trois premiers albums : cendres de lune, ainsi sois-je, l’autre.
Images du live 1989 : mylène farmer en concert
chansons : vieux bouc, allan, sans logique, regrets, il n’y pas d’ailleurs

 

Edité par miroirdevénus sur Youtube

 

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaire »

Psychiatric dit Mylène

Posté par francesca7 le 20 mai 2012


– Je voulais y mettre très peu de mots, donc très peu de démonstration. C’est compliqué pour moi de donner une justification par rapport à cette chanson. J’ai une attirance commune avec Laurent pour l’univers de la psychiatrie, qui nous semble très proche et en même temps très éloigné parce que je ne suis jamais allée dans un hôpital de ce type. J’en ai un désir profond, mais là serait réellement l’impudeur, par le côté voyeur. Cette chanson est venue après un reportage, qui m’a bouleversée et passionnée, sur un asile d’aliénés en Grèce où les internés sont laissés à l’abandon, livrés à eux-mêmes et réduits à l’état d’animal. La folie me touche, tout simplement. (La Libre Belgique, 30 avril 1991)

– Laurent a complètement développé et refait « Psychatric ». La nouvelle version est encore plus clinique (rires) ! C’est un univers qui me fascine… Du moins cette imagerie de la psychiatrie. C’est passionnant parce que bouleversant et incompréhensible. (Podium)

Image de prévisualisation YouTube

 

Clip maison réalisé et monté sur le titre « Psychiatric » de Mylène Farmer.

 

 

 

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaire »

Mylène en poubelle !!

Posté par francesca7 le 19 mai 2012

 

Je suis tombée par hasard sur un site, voyez vous-même…

 http://mylene.forumactif.com/t40876-vends-collection-mf-avant-la-poubelle

car Malin a posté : TOUT LES OBJETS SONT NEUF OU COMME NEUF, NON SCELLE car je voulais voir l’objet.
TOUJOURS CONSERVER A L’ABRI DE LA LUMIERE ET DE L’HUMIDITE OBJET COMPLET

  

si certains de ces articles vous intéressent ; bonne chance !

Mylène en poubelle !! dans Mylène et mes BLABLAS MFBercy2006_44a

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaire »

Le Paradis de Mylène

Posté par francesca7 le 19 mai 2012

 

 

Le Paradis de Mylène dans Mylène et mes BLABLAS MFBercy2006_70aEn septembre dernier, Mylène Farmer remplissait le Stade de France pour deux concerts exceptionnels, qui marquaient la fin de son « Tour 2009″. De cette tournée, la chanteuse avait tiré un album live, [musique:343564 "N°5 on tour"], sorti le 7 décembre dernier. Ses concerts dans le stade des champions du monde feront quant à eux l’objet d’un DVD, à paraître le 12 avril prochain, et dont le premier extrait, « Paradis inanimé », vient d’être dévoilé.

Présent sur son dernier album studio [musique:281096 "Point de suture"], le titre « Paradis inanimé » était la chanson d’ouverture des spectacles donnés par Mylène Farmer au Stade de France les 11 et 12 septembre derniers. Dans ce nouveau clip, la chanteuse donne donc un aperçu de ces concerts, avant la sortie du DVD, très attendu par ses fans.

Tour à tour, on y voit Mylène Farmer dans ses différents costumes de scène, sur fond de guitares électriques qui rappellent les tubes de la chanteuse dans les années 90, façon « XXL ». Dès les premières secondes, le ton est donné : « Dans mes draps de chrysanthèmes, l’aube peine à me glisser, doucement son requiem, ses poèmes adorés », chante-t-elle. L’univers mystique de la chanteuse est une fois de plus exploité dans le spectacle.

Paroles et mises en scène évoquant la mort, costume effet « corps dépecé »…Mylène Farmer se lâche plus que jamais, dans un show à l’américaine avec danseurs, chorégraphies, jeux de lumières, et autres effets pyrotechniques.

Ozap vous propose de découvrir le nouveau clip live de Mylène Farmer, « Paradis Inanimé »:

 

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaire »

Désenchantée dit Mylène

Posté par francesca7 le 3 mai 2012


Désenchantée dit Mylène dans Mylène et mes BLABLAS Desenchantee- C’est quelque chose qui m’est familier depuis très longtemps. C’est une perte d’illusion personnelle. Pour moi, ce mot est poétique, il est déjà beau comme ça. Il évoque des choses dans la sonorité des syllabes. Pour le reste je ne peux que répéter la signification du mot : plus d’illusions, plus d’enchantement… (Podium)

– Moi, je me situais dans une génération que je supposais désenchantée. Mais tous ces mots-là, on ne peut pas les mettre dans une chanson, ça fait trop de mots et ce n’est pas très joli. Donc j’étais obligée d’évoquer tout de suite la génération. Là je ne suis pas en désaccord avec ce que j’ai écrit, mais en même temps, je ne revendique pas une génération, je ne suis pas le porte-parole d’une génération. Je l’imagine désenchantée parce qu’on a l’impression… J’évoque souvent cette phrase de Cioran qui parle de liberté et qui dit « libre dans un désert ». J’ai l’impression que c’est peut-être propre à notre génération de lutter et d’avoir ces envies de révoltes, ces révoltes qui mènent… Pour moi au néant… Enfin, chacun a sa vision des choses, mais j’ai l’impression que tout ça est en ébullition et que ça nous mène à de grandes désillusions, donc un désenchantement. C’est une vision, je crois un peu pessimiste, mais parce que moi je dois l’être. (Radio 2 Belgique, 1991)

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaire »

Mylène Farmer et son Vertigo

Posté par francesca7 le 3 mai 2012


Issu du site d’origine  http://www.innamoramento.net/mylene-farmer/analyses/24/Lalbum_Anamorphosee/

Mylène Farmer et son Vertigo dans Mylène et mes BLABLAS MF2000_19aAu niveau de l’écriture même, enfin, Anamorphosée apporte un dernier renouveau à la pratique de la chanteuse : c’est avec cet album que sont inaugurées plusieurs pratiques qui resteront chères à Mylène. La première de ces pratiques, c’est le néologisme. Dans la chanson Vertige, Mylène inaugure en effet le verbe «vertiger». Si c’est un cas unique dans l’album et une première dans l’œuvre, le procédé deviendra ensuite fréquent, c’est pourquoi il n’est pas inutile de le souligner ici… Mais la véritable nouveauté ici, c’est l’utilisation massive dans l’album de la langue anglaise. Jusqu’à présent, Mylène en effet n’avait guère pratiqué la langue de Shakespeare, si ce n’est au détour de quelques chansons comme La ronde triste ou Psychiatric. A l’exception de ces deux titres, intégralement rédigés en anglais, la chanteuse avait jusqu’à alors écrit uniquement en français, et ce alors même que nombre de ses auteurs de prédilection (comme Wilde, Poe ou encore Dickinson) étaient pourtant anglophones. Comme elle l’expliqua à propos de l’adaptation anglaise de Que mon cœur lâche, il s’agissait pour elle d’une volonté de contrôler ses mots, contrôle qu’elle ne se sentait pas apte à exercer dans une langue étrangère. L’anglais cependant a toujours été présent à l’arrière plan de la carrière de Mylène. Dès ses débuts, en effet, ses remixes, tout réalisés par des français qu’ils étaient, ont porté des titres en anglais. De même, certains instrumentaux portent des titres anglais, c’est le cas de Mylène is calling ou de The Farmer’s conclusion. Cette habitude de travail, probablement héritée de Laurent Boutonnat (qui lorsqu’il écrivait encore des textes pour Mylène, avait entre autre rédigé We’ll never die, ou intégré des samples de Greta Garbo et des phrases anglaises dans plusieurs de ses chansons. On pense notamment à Vieux Bouc) n’a pas quitté Mylène, puisqu’on peut apercevoir, au détour d’un reportage sur l’enregistrement

d’Anamorphosée, que sur les feuilles de travail, Rêver était nommée au préalable the reve slow. C’est probablement à lui que revient l’utilisation du sample des Liaisons dangereuses qui donne son titre à Beyond my control. Ces éléments périphériques mis à part, on ne trouve traces d’anglais nulle part dans les textes que la chanteuse rédige avant l’album Anamorphosée. L’abondance de l’anglais ici n’en est que plus frappante. Dès la première chanson le ton est donné, puisque California est sans aucun doute l’emblème même des jeux de tissage qu’effectue Mylène entre les deux langues. Il y a dans l’utilisation de l’anglais la même dynamique d’échappée que celle que thématise l’album. Ne plus écrire avec sa langue, reconstruire les mots des autres : autant de jeux qui autorisent l’artiste à perdre son identité et à s’oublier pour retrouver une liberté d’être perdue :

J’ai plus d’I.D. mais bien l’idée
De me payer le free way

analyse site http://www.innamoramento.net/mylene-farmer/analyses/24/Lalbum_Anamorphosee/

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaire »

L’Ombre des Autres pour M.Farmer

Posté par francesca7 le 21 avril 2012

La lumière sur « L’ombre des autres »

Par Renaud Evrard

L'Ombre des Autres pour M.Farmer dans Mylène et mes BLABLAS poster_71328L’ombre des autres est un roman fantastique publié aux éditions Léo Scheer en 2006. L’auteure, Nathalie Rheims, réussit avec ce best-seller un véritable tour de force, celui de nous passionner pour la « Belle Epoque » de la fin du XIXe siècle où de grandes découvertes scientifiques côtoyaient des tentatives d’objectivation de l’âme humaine. Le livre va être adapté prochainement au cinéma avec Luc Besson à la production, et Mylène Farmer dans le rôle principal de Tess, une étudiante du grand Charcot dont nous suivons le périple entre les hystériques de Paris et les mystères de Londres. Loin de nous l’envie de critiquer cet ouvrage – ou ce film à venir – sur le plan artistique. Il s’agit plutôt d’un éclaircissement sur certains détails historiques qui touchent à l’Institut Métapsychique International. Débutant en mai 1886, le livre nous fait plonger dans une Société Métapsychique Internationale située à Londres, dont les membres sont des scientifiques de la haute société (p.49), qui se consacrent à l’étude des phénomènes paranormaux (p.48) avec le vœu secret « de communiquer avec les esprits » et la conviction « qu’un dialogue peut s’établir avec les disparus » (p.50). Lors de la promotion du livre sur Europe 1 le 1er septembre 2006, Nathalie Rheims déclarait que sa source d’inspiration n’était autre que « les travaux de l’Institut Métapsychique de cette époque » (11’ de l’émission). Présent également à cette émission, le président de l’IMI, Mario Varvoglis, a tenté d’expliquer les distinctions à faire entre l’institut de l’histoire et celui de la fiction. C’est également la visée de cet article.

Et si c’était vrai ?

Mylene-farmer-visage dans Mylène et mes BLABLASAprès le succès du Da Vinci Code de Dan Brown, on a vu profilé sur les étalages des librairies des nombreux ouvrages mêlant une enquête historique et une liberté romanesque. Si les fictions théologiques touchent sûrement plus les américains que les français, la question des phénomènes paranormaux déclenche chez nous une fascination particulière, juste retour d’une histoire complètement refoulée. Au début de XXème siècle, la France était le pays le mieux avancé dans l’étude de ces phénomènes, avec des personnalités de renom se prononçant en faveur de leur étude scientifique, débarrassée de présupposés philosophiques et religieux. C’est dans ce contexte, et avec le soutien du prix Nobel de médecine Charles Richet, que naquit l’Institut Métapsychique International en 1919, fondation immédiatement reconnue d’utilité publique. Ce que nous raconte Nathalie Rheims était donc vrai ?

C’est là que le bât blesse : l’auteure explique à maintes reprises qu’elle écrivait un roman fantastique, ou plus précisément, lors de l’émission sur Europe 1 : « Vous savez, j’ai surtout fait un roman pour emporter les gens à cette époque. Et pour les faire voyager et pour les faire rêver. Parce que malheureusement, aujourd’hui même, les gens sont très peu au courant des travaux de l’IMI (…) » (49’). Cependant, elle vante par ailleurs son souci historique : « Ce récit m’a demandé un gros travail de recherche, de documentation, et un effort de construction. ». Comment un public non averti pourra donc démêler le vrai du faux ? Ne risque-t-on pas de jouer le jeu d’un procédé pernicieux de désinformation ?

Reprenons quelques unes des imprécisions historiques : Nathalie Rheims tente de faire se croiser en 1886 les figures de Charcot, Conan Doyle, Georges Meliès (renommé Armand de Seilième) et plusieurs personnages plus ou moins fictifs. Il est dit que Charcot travaille sur ce qu’il a nommé « le somnambulisme magnétique » (p.18), alors que le nom vient du marquis de Puységur, et qu’il a été tellement désavoué que Charcot ne parle plus que d’hypnotisme ou de braidisme. Conan Doyle campe déjà ce personnage double d’un fervent spirite simultanément créateur du personnage rationaliste de Sherlock Holmes (p.19), alors que ce personnage n’apparaît dans un roman que l’année suivante. Au milieu de ces petites imprécisions, des faits véritables se glissent, comme l’achat du théâtre Robert Houdin par Georges Meliès en 1888 (p.87). Mais alors, est-ce au lecteur d’enquêter pour démêler le vrai du faux ? Ce livre peut-il aussi être décrypté, en faisant par exemple correspondre des personnages fictifs comme Edward Myer, important négociant en vins et spiritueux, membre de la Société Métapsychique Internationale, au véritable Jean Meyer qui, s’étant également enrichi par le négoce du vin sur Béziers, est le fondateur de l’IMI ? L’Oplas Dei, inspiré directement de l’Opus Dei, présenté comme une société secrète formée en marge de l’Eglise catholique, ayant pour but de rétablir l’autorité ecclésiastique et d’assurer le monopole de l’au-delà contre les découvertes spirites (p.152), ce groupuscule a-t-il vraiment existé ? Que savons-nous des luttes intestines entre ces sociétés secrètes que Nathalie Rheims n’hésite pas à comparer à nos sectes actuelles ? Voici un essai de réponse pédagogique et critique.

 

Conclusion

888272On ne peut pas en vouloir à Nathalie Rheims de n’avoir pas poussé la documentation historique assez loin. Elle explique l’importance de cette fiction pour sa vie imaginaire : « Ma vie réelle, j’allais dire « malheureusement », est totalement normale. (…) J’aimerais énormément dans la vie avoir accès à ce monde-là, mais malheureusement je n’y ai accès que dans l’écriture, et je me suis dit que, pour vivre ça, il fallait en faire des livres. » (10’ de l’émission sur Europe 1). Nous ne partageons néanmoins pas son point de vue quand il s’agit de « faire rêver les gens » alors que la plupart n’ont jamais eu accès à une source d’informations fiables sur le dossier parapsychologique, ce qui fait de ce domaine le lieu de toutes les projections fantasmatiques les plus angoissantes. L’IMI ne craint pas de revendiquer une attitude rationaliste si cela permet de faire avancer la science à ses frontières.

Quand Nathalie Rheims soupire, puisque « tout est un peu ramené à des choses non seulement rationnelles, mais, aujourd’hui on essaie même – on peut dire – de scientiser tous ces phénomènes, et je trouve ça dommage parce que ça ne laisse plus beaucoup de place aux rêves. » (49’), nous soupirons d’entendre dire que Richet « était persuadé d’être en contact avec un fantôme qui était le fantôme de la Villa Marie. » (15’). Peut-être parlait-elle de l’épisode de la Villa Carmen, et même là, comme lui répondit Mario Varvoglis, il ne s’agissait « pas tout à fait d’un fantôme, parce que lui ne croyait pas aux fantômes, mais des phénomènes qui sont attribués à des fantômes » (15’). C’est là tout l’écart entre l’étude et la croyance dont nous avons fait notre devise.

Issu du site…. http://www.metapsychique.org/La-lumiere-sur-L-ombre-des-autres.html

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaire »

Extraits du livre « Belle de scène » sur Mylène

Posté par francesca7 le 21 avril 2012


La phrase à retenir

« La déesse est donc humaine. Amen. »

La première phrase du livre

Extraits du livre « A la fin des années 80, il est une énigme qui demeure, plus pernicieuse que celle du Sphinx, plus mystérieuse que l’emplacement supposé de l’Atlantide : Mylène Farmer sait-elle chanter autrement qu’en play-back ? »

extrait

« Une musique angoissante retentit. Un moine encapuchonné vient ouvrir la porte des immenses grilles, qui s’écartent comme par magie, dévoilant un cimetière chic de discothèque, baigné par des fumigènes. Un tic-tac bien connu se fait entendre. Soudain, dans un halo de lumière ocre, une dame en noir apparaît, entre deux tombes, en haut des marches, lointaine tout d’abord, drapée dans une cape sombre. Mylène est là, coiffure à catogan, main gantée, bras en croix, un maquillage discret sur sa peau nacrée. C’est l’hystérie dans la salle. »

Extrait

« Pour son apparition sur scène, Mylène choisit la symbolique de la résurrection. Façon Blanche-Neige mangaïsée qui aurait emprunté la panoplie de Xénia la guerrière, elle descend du ciel comme si Dieu Lui-Même nous la renvoyait parmi nous, ses fidèles, dans son caisson/sarcophage/cercueil en verre illuminé. »

Extrait

« Certains fans, qui tiennent absolument à être aux premiers rangs, sont présents sur les marches du Palais omnisport de Bercy le 31 mai dès cinq heures du matin, parfois même avant. Une dévotion qui étonne la chanteuse : “L’idée de quelqu’un qui va attendre toute une nuit et toute une journée pour croiser votre regard est quelque chose d’assez perturbant, mais j’accepte ça parce que cela fait partie du métier”, confie-t-elle le jour de sa première parisienne au journal télévisé de France 3. »

Extrait

« Mais comme la star est parfois indisponible pour cause de répétitions ou entre deux avions, Dominique Borg songe à une excellente idée qui permettrait à tout le monde de gagner un temps précieux et d’avancer sur l’élaboration des costumes : un moulage du corps de la chanteuse par un sculpteur… »

Citations evene.fr  

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaire »

123456...8
 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...