Mylène Farmer comme au cinéma

Posté par francesca7 le 1 janvier 2013

 

Pourvu Qu’elles Soient Douces.

Mylène Farmer comme au cinéma dans Mylène et des CRITIQUES makdes3Oh, bien sûr cela ne remplace pas une vision télévisée et pour cela je vous conseille d’en guetter les passages sur votre petit écran. Mais au delà des images, au delà du film nous avons demandé à Mylène de nous raconter un peu comment est né ce petit chef-d’œuvre. Tout d’abord il faut préciser que celui-ci dure environ dix-sept minutes (c’est plus long qu’un court-métrage et que tous les clips précédents de Mylène). D’ici à l’imaginer dans un long métrage il n’y a qu’un pas qu’elle avoue avoir drôlement envie de franchir : 

« -Je ne vais  pas vous cacher qu’on y pense, Laurent et moi et un jour, c’est sûr, on le ferra. Mais ça n’est pas encore tout à fait le moment. Pour l’instant toute mon énergie est tournée vers le 18 mai 1989, date à laquelle je ferais mes débuts sur la scène du Palais des Sports. Je ne me suis encore jamais produite en public donc l’enjeu est grand ! Il n’est pas question que je me disperse. D’ailleurs je n’en ai pas le temps car, dès maintenant, je me prépare moralement et physiquement à cette aventure. Toute proportion gardée, j’ai envie de dire que je me mets en condition avec autant de sérieux que Robert De Niro le fait pour tenir un rôle. Ca veut dire régime alimentaire : j’ai remplacé le coca (ma drogue avec la cigarette) par un entraînement physique. Ca n’est pas une mince affaire mais le défis est trop grand et trop important pour moi pour que je puisse me plaindre.« 

Cette interview que Mylène accorde est donc précieuse puisqu’elle a empiété sur son planning hyper chargé. Mais revenons au tournage de la vidéo : « -On s’est installé huit jours dans la forêt de Rambouillet car tout était tourné en extérieur. Huit jours, fin Août, au rythme de dix-huit heures par jour. Pas facile physiquement mais c’était tellement exaltant ! Je ma souviens d’une scène de bagarre en particulier qui se termine dans la boue. C’était en fin de journée, j’ai passé des heures trempée, épuisée. Mais lorsque j’ai vu le résultat à l’écran j’ai compris que ça en valait la peine. » Si sur ces photos vous constatez une ressemblance avec celles qui illustrent Libertine : Pas de panique, il ne s’agit pas d’une erreur d’imprimerie mais au contraire d’une volonté délibérée de la part de Mylène et Laurent. « -Oui c’est vrai Pourvu qu’elles Soient Douces est la suite de Libertine. D’ailleurs sur l’affiche en sous-titre on a rajouté Libertine II, et le clip démarre par la dernière image de Libertine I. Ca nous a amusés de continuer à donner vie à ce personnage. L’histoire ? Je ne vais pas vous la raconter en détail, sachez simplement que cela se passe pendant la guerre de Sept Ans, trente ans avant la Révolution française, et c’est l’histoire d’un capitaine anglais qui va tomber amoureux de Libertine… Mais après une nuit d’amour, l’armée française va décimer le camp ennemi. » Voilà pour la trame, le reste étant agrémenté de scènes de cascades à cheval et de bagarres. 

affichelibertine-300x137 dans Mylène et des CRITIQUES« - Pour reconstituer ces armées on fait appel à 150 figurants (la production parlait à l’époque de 600 figurants NDLR) choisis dans l’armée française. Il y avait des soldats engagés et d’autres appelés, c’est à dire ceux qui effectuent leur service militaire. Et je peux vous dire qu’ils étaient ravis d’avoir une semaine de vacances, même si on leur a demandé beaucoup de travail. Avec Laurent, nous ne nous sommes pas lancés à la légère dans cette réalisation., on en a énormément discuté ensemble. On a pensé chaque plan en détail et on s’est même fait aider par un conseiller historique qui est resté sans cesse présent sur le plateau. Pour les costumes, il s’agissait aussi d’être dans le vrai, pas questions d’anachronismes ! Et justement à cause des costumes, quelques jours avant le premier tour de manivelle, on a failli tout annuler. Figurez-vous qu’à cause du bicentenaire de la Révolution en 1989, il y a au moins vingt films qui se tournent en ce moment sur ce sujet, et on a eu un mal inouï a trouver les habits de l’époque. La trouvaille de la moindre pair de bottines tenait du miracle !« 

Mylène aurait-elle décidé de se faire le symbole de 1789 ? « -Absolument pas. D’ailleurs, quand on a commencé à penser à ce clip, l’idée que le bicentenaire était proche ne nous a pas effleurés. Ca tombe bien mais cela n’a pas été fait exprès. » En tout cas, nous, fans, n’avons qu’à nous réjouir d’une telle coïncidence car ainsi on peut espérer que ce clip sera encore diffusé en 1989. Et le voir et le revoir ne sera jamais de trop car, on vous l’a dit, c’est vraiment un petit chef-d’œuvre. 

Véronick Dokan, O.K. 3 octobre 1988.

Publié dans Mylène et des CRITIQUES | Pas de Commentaire »

Monkey Me, critique de l’album

Posté par francesca7 le 21 décembre 2012

Mylène Farmer : ’Monkey Me’, critique de l’album

Le nouvel album de Mylène Farmer, Monkey Me, vient de sortir. N’écoutant que notre conscience professionnelle, nous nous sommes attelés à son écoute pour en faire une critique titre par titre, la plus objective possible… Nous avons également donné la parole à David, un fan de la première heure, gage de pluralisme et occasion d’une chronique à 4 mains.

Elle a dit :

 Monkey Me, critique de l'album dans Mylène et des CRITIQUES illogical-nobody-knowsL’avis d’Evous : Pour nous, l’un des meilleurs titres de l’album. Une jolie mélodie, rehaussée d’un sautillant piano sur le refrain. Une dance de facture classique, au rythme mid-tempo. Côté texte, Mylène évoque l’amour lesbien : « Elle a dit qu’elle aime, elle a dit aussi le monde est tel que l’on fuit le bruit et les sarcasmes (…) Mais Quoiqu’elle en dise, elle aime une fille. » 

A l’ombre

 L’avis d’Evous : Passons sur l’intro, atroce. Le beat appuyé et lourd apporte un certain charme à ce single. Les couplets sont prometteurs, mais le refrain manque malheureusement d’entrain et le tout peine à s’envoler. Une déception, comme l’avait été Dégénération en son époque. 

 L’avis du fan : Bon premier single, même si je regrette encore une fois le synthé. Le clip est superbe. La signature Boutonnat ne fait aucun doute.

Monkey Me

 L’avis d’Evous : La chanson-titre du disque. Une direction très pop-rock à la Instant X et des paroles tournant autour de la double identité : « Là, c’est un autre moi, c’est Monkey Me. L’animal-là, je connaissais pas un Monkey moi… » Pas désagréable mais pas un tube non plus. 

 L’avis du fan : Une intro qui ressemble fort à Devant soi, chanson issue de la B.O. de Jacquou le croquant. Mais cela reste un des très bons morceaux de l’album. 

Tu ne le dis pas

 L’avis d’Evous : « Mais où va le monde ? », se demande la chanteuse sur un refrain 100% boutonnesque. La composition se rapproche en effet de Appelle mon numéro, en un peu plus dansant. On en passerait presque à côté de la noirceur du texte, rempli de « naufrage », de « tombe »et de monde qui « s’écroule »

 L’avis du fan : C’est du 100% Farmer. Tout ce qu’aime un fan de la première heure. Cela ne s’explique pas. 

Love Dance

 L’avis d’Evous : Les petits chanceux qui avaient pu écouter l’album en avant-première nous avaient prévenus : Love Dancen’a guère d’intérêt. La création de Laurent Boutonnat s’inscrit dans le genre dance 90’s qu’il semble affectionner. Mais ce sont surtout les paroles qui font lever les yeux au ciel. « Love me do. Me do love you. Me too / If you say so… La la la la la. Won’t let me go ! Lupo lupo, mon meli melo… » 

 L’avis du fan : Le gros bémol et ce qui reste un mystère : les quelques sons qu’utilise parfois Boutonnat. Les sons des années 80 sont loin ou bien changez de synthé ! On dirait du Alizée. Mais le pire dans tout ça, c’est qu’on l’imagine bien en single ! 

Quand

 L’avis d’Evous : La lenteur de ce titre et l’incursion du saxophone sur son bridge donnent un côté plus adulte et « qualitatif » à un album dominé par la dance music. Un temps de respiration bienvenu. A noter qu’ici aussi, la rythmique peut évoquer certaines ballades enregistrées pendant les années 1990. 

 L’avis du fan : Touchante, simple, efficace, musique excellente. Je pense que Boutonnat excelle surtout dans les balades.

J’ai essayé de vivre…

a-lombre1-300x200 dans Mylène et mes BLABLAS L’avis d’Evous : Le duo Farmer / Boutonnat dans ce qu’il a de plus caractéristique. Le compositeur livre une piste pop-dance, avec un refrain propice aux envolées de l’interprète. Cette dernière signe un texte obscur et mystérieux, sur lequel bon nombre de fans se perdront en conjectures. 

 L’avis du fan : Les riffs de guitares sont superflus mais j’aime beaucoup.

Ici bas

 L’avis d’Evous : Encore une production musicale sans surprise. En revanche, les paroles s’avèrent plus intéressantes. L’auteure s’y présente avec une sincérité désarmante, évoquant l’absence douloureuse de l’être aimé : « Je rentre chez moi, tu n’es pas là. Que suis-je sans toi ? (…) Drôle de vie qui fait, pauvre de moi, un pantin de bois. » Mais la star n’y parlerait-elle pas plutôt de la relation qui l’unit à son public ? « J’existe pour qu’on m’aime », confesse-t-elle finalement. 

 L’avis du fan : Nathalie Cardone, sors de ce corps ! Attention, insulte !

http://www.evous.fr/Mylene-Farmer-Monkey   

Publié dans Mylène et des CRITIQUES, Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaire »

Mylène, sodomique de corps et d’esprit

Posté par francesca7 le 21 décembre 2012

Pourvu Qu’elles Soient Douces a intégralement été tourné au sud de la ville de Rambouillet (Yvelines), dans le parc régional de la Haute Vallée de Chevreuse, en bordure du bois de la Droue (appelé aussi « bois Saint-Benoît »). La séquence de la bagarre dans l’eau avec la rivale a été tournée au même endroit, dans une rivière nommée « La Drouette ».

Mylène, sodomique de corps et d'esprit dans Mylène dans la PRESSE clippqsdmini07S’il est bien un film qui ai valu à Laurent Boutonnat le qualificatif de « mégalo » que lui a attribué la presse, c’est bien Pourvu Qu’elles Soient Douces. Un clip de  18 mn, avec cinq jours de tournage (nuit et jour), six cent figurants et un budget de 1,5 millions de francs (et non 3 comme annoncés à l’époque) peut il être encore appelé un clip ? Au delà des moyens mis en oeuvre, reconnaissons au réalisateur d’utiliser les méthodes et le matériel d’une production cinématographique. Laurent Boutonnat utilise de la pellicule 35 mm, couleur ou noir & blanc, il use des travellings sur rail, des grues, des loumas et des steady-cam. Son cinéma est identifiable, par son vocabulaire et encore plus par la grammaire qu’il applique à l’agencement de ses plans. En ce sens, Libertine II est l’exemple type du cinéma de Laurent Boutonnat qu’il faudrait montrer à quelqu’un qui ne connaîtrait pas encore sa façon de le concevoir. PQSD obéit à une structure chère au cinéaste : on y retrouve l’héroïne, comme toujours Mylène Farmer, moitié bourreau moitié victime, on y retrouve aussi un contexte historique, daté ou non. La fin du film touche souvent à l’onirisme (Tristana, Sans Contrefaçon). L’armée de terre a mis a disposition de Laurent Boutonnat six cent hommes pour jouer les troupes anglaises et françaises. Les costumes sont confectionnés par l’équipe de Carinne Sarfati et les chevaux utiles aux cascades proviennent de l’écurie de Mario Lurashi (auquel Boutonnat refera appel pour le cheval noir de Giorgino). C’est d’ailleurs le célèbre dresseur qui tiens le rôle du lieutenant français qui achète les ribaudes. Pour mener la troupe de prostituées, Sophie Tellier est rappelée pour tenir le rôle qu’elle jouait dans Libertine I.

Contrairement à Libertine I qui a été entièrement story-boardé, cet épisode à été lui conçu sur un découpage technique  complet (méthode favorite de Laurent Boutonnat ). Voici les    commentaires de la presse « jeune » de l’époque qui retracent le travail de Laurent Boutonnat.

    Égérie clipée, sculpturale, allure rousse comme les interdits, Mylène la Farmer, sur laquelle on fantasme, a réussi la galipette majuscule d’accéder au trône de la renommée sans douleur… Révélation 1988, elle a supplanté ses consœurs, ne leur laissant que le choix des larmes. Sulfureuse, diabolique, corrompue au champ du sexe, la libertine  qu’elle ose paraître, a récidivé dans le sens, d’un empire des sens non recommandé par l’office catholique… « Sodomique de corps et d’esprit… 

clippqsdmini20 dans Mylène et des CRITIQUESDans Pourvu Qu’elles Soient Douces, telle une chevalière sans honte et sans reproche, Mylène a posé sous toutes ses coutures, et via cette violence romanesque, digne des épopées d’antan, elle a flirté avec les fleurs du mâle… Androgyne, l’ambiguïté calquée à son « Moi-je », Farmer pourchasse les bonnes manières, fouette les tabous et coupe l’herbe sous le pied des lignes « bien pensantes ». Iconoclaste et révoltée, l’âme entre deux désespoirs, Mylène joue dans ses clips celle qui n’est ni tout à fait elle, ni tout à fait une autre. Incandescente, irréelle et décadente. 

Farmer chuchote les mots et montre les images. Laurent Boutonnat, son frère d’émotion vénère sa muse. Il lui fait chanter des notes d’auteur et lui taille des portraits à travers des clips cinématographiques. Mes chers frères prions pour elle : la pécheresse officielle de cette fin de siècle. N’est-il pas vrai qu’il y a du « Marie-madeleine » en elle, mais en doutiez-vous ? Après les mots, les photos tournées en forêt de Rambouillet avec décors et costumes… S’il vous plait… quel faste !

Graffiti, Décembre 1988. 

Publié dans Mylène dans la PRESSE, Mylène et des CRITIQUES, Mylène et SYMBOLISME | Pas de Commentaire »

Monkey Me : critiques suite

Posté par francesca7 le 21 décembre 2012

Mylène Farmer : ’Monkey Me’, critique de l’album SUITE.

A-t-on jamais

 L’avis d’Evous : Peu d’intérêt à ce titre sans surprise. Mis à part le refrain (Alléluia… yeah yeah) qui pourrait s’imposer comme un des prochains hymnes live de la chanteuse, c’est bien plat. 

 L’avis du fan : Sans grand intérêt.

Nuit d’hiver

Monkey Me : critiques suite dans Mylène et des CRITIQUES 31 L’avis d’Evous : Ambiance sombre et inquiétante pour cette reprise du texte de Chloé, dont la version originale figure sur l’album Cendres de Lune (1986). Une étrange expérience que certains fans goûteront sans doute. 

 L’avis du fan : Un retour aux sources…enfin. Elle ne peut être comprise que par ses fans.

A force de…

 L’avis d’Evous : Cette fois, les voix vocodées s’ajoutent aux synthés Bontempi. Un parti pris audacieux et pas franchement heureux. A part ça, rien à signaler : c’est toujours le même registre, réservé aux fans du tandem. 

        L’avis du fan : Ma chouchoute de cet album. Une nouvelle Mylène, de l’optimisme à 100% sans demi-teinte. En boucle !

Je te dis tout

          L’avis d’Evous : Laurent Boutonnat retrouve un peu d’inspiration sur cette ballade. Du coup, Mylène s’en retrouve revigorée et nous balance l’un des plus beaux textes de l’album. « Et sur ton pull, je broderais M pour que nos sangs se mêlent au vent. Mon ADN… » Un single en puissance. 

 L’avis du fan : Je voulais écrire un pavé sur cette chanson et là, le vide, l’absence de mots devant ce texte et cette musique qui me touchent au plus profond. Pour moi, l’une des plus belle chanson de sa carrière. Tout simplement parfait… magique.

En résumé

mf-300x167 dans Mylène et mes BLABLAS L’avis d’Evous : Un album en forme d’hommage aux années 90. Pour le meilleur et pour le pire. Certains arrangements datent terriblement. Côté texte aussi, Mylène alterne paroles fades ou sans intérêt et belles réussites. Difficile de trouver dans Monkey Me un vrai tube radio. A réserver donc aux fans. 5/10

 L’avis du fan : Le retour de Boutonnat. On peut croire que c’est la seule chose que l’on retiendra de ce 9ème opus de Farmer. Mais en fait, il est plein de surprises. C’est un album coloré, du blanc, du pastel, comme bon vous semblera mais un album plus optimiste ! Tout d’abord des textes plus recherchés, une poésie plus limpide moins alambiquée qu’elle a l’habitude de nous servir. Elle s’engage un peu plus, ouvre d’autres horizons, « elle veut donner l’envie de vivre » ! C’est bien de Farmer dont on parle !!

Et puis, il y a la voix. Une voix claire, un peu plus travaillée sur un ou deux morceaux mais dans l’ensemble on comprend ce qu’elle dit à la première écoute.

Enfin, c’est un album à tubes. Beaucoup de chansons sont entêtantes, bien réalisées. Il est un mix d’Anamorphosée et surtout d’Innamoramento. On pourra juste regretter que la cohérence de tous les titres (excepté l’OVNI Nuit d’hiver) fait que l’on retrouve beaucoup de mid-tempos alors que ce qui marque le plus, ici, ce sont les ballades.
Bref un bon album qui va réconcilier les anciens fans. Une véritable bouffée d’air frais !

Un grand merci à David pour sa participation à cette critique ! 

http://www.evous.fr/Mylene-Farmer-Monkey   

Publié dans Mylène et des CRITIQUES, Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaire »

Critique Mylène – Bleu noir

Posté par francesca7 le 13 décembre 2012

Critique: Mylène Farmer – Bleu noir (2010)

  parution chez http://dimanchematin.com/

Depuis Cendres de lune, 1er album studio de Mylène Farmer paru en 1986, chaque nouveau disque est attendu plus que le précédent.  Et la démone rousse a su livrer la marchandise à maintes reprises.  Que ce soit par le biais de Anamorphosée, L’autre ou même Point de suture,Mylène a toujours su offrir à ses fans des albums d’une qualité remarquable avec, à tout coup, des pièces fracassantes qui ont marqué l’univers musical. Désenchantée, L’instant X et Sans contrefaçon en sont que quelques exemples.

Critique Mylène - Bleu noir dans Mylène et des CRITIQUES mylene-farmer-2012-300x200Par contre, avec son dernier opus, Bleu noir, Mylène déçoit.  Le premier extrait radio Oui mais non laisse présager un album semblable aux précédents avec des mélodies accrocheuses, intenses et touchantes mais il n’en est rien.  À part Oui mais non, le reste de l’album est un enchaînement lourd et pénible de chansons ternes, mornes et sans saveur.  Dès la première écoute du nouvel album de la grande et séduisante rousse, on perd l’intérêt.  On cherche l’étincelle, la flamme, l’intensité.  On y trouve rien de tout ça.  On retrouve plutôt des ballades sirupeuses saupoudrées d’un brin de trip-hop et de musique new age.  Que s’est-il donc passé?

Lorsqu’on jette un coup d’œil au petit livret qui accompagne l’album, on comprend immédiatement ce qui manque.  Laurent Boutonnat.  Son complice de toujours est absent de Bleu noir. Mylène a décidé de s’impliquer davantage pour son plus récent disque.  Elle a laissé de côté le talent exceptionnel de Boutonnat pour faire confiance à Moby, Red One et Darius Keeler.  Pour ce qui est de Moby, nul besoin de présentation, le chanteur qui a prêté sa voix au succès de Mylène en 2006 Slipping away, signe 5 des titres du dernier album de la chanteuse d’origine québécoise.  Quant à Red One, à qui l’on doit entre autre Just Dance & Poker Face de Lady Gaga, il signe trois titres dont Oui mais non. Finalement, Darius Keeler, qui a connu un succès mitigé avec son groupe de trip-hop/ rock progressif Archive, signe quant à lui, les 3 autres pièces de l’album de Mylène.

Choix surprenants de collaborateurs, résultats décevants.  Ceux qui aiment Mylène ne l’aiment pas seulement un peu; ils l’adorent.  Ils l’adulent.  Et de leur servir un tel album est honteux.  Par contre, à la défense de la chanteuse née sous le nom de Mylène Gautier à Pierrefonds, on se doit de souligner qu’elle fêtera ses 50 bougies en septembre de cette année.  Et comme plusieurs autres artistes; un virage musical plus smooth n’est pas si hors du commun rendu à un certain âge.  Tout de même dommage pour ses fidèles fans qui ont trippé comme de véritables groupies sur la démone rousse depuis maintenant 25 ans…

 

Publié dans Mylène et des CRITIQUES | Pas de Commentaire »

La reprise surprise de Mylène

Posté par francesca7 le 12 décembre 2012

Mylène Farmer par Jonatan Cerrada

VIDÉO. Actuellement en pleine préparation de son nouvel album, l’ex-vainqueur de «Nouvelle Star» vient de poster sur le net une vidéo où il reprend le tube « XXL » de Mylène Farmer. Regardez!  Article issu de TETU Magazine…

Jonatan Cerrada prépare son grand retour. Le vainqueur de la première édition de Nouvelle Star - qu’on avait un peu perdu de vue depuis son participation à l’Eurovision en 2004 – vient de diffuser sur le web une vidéo où on le voit reprendre XXL de Mylène Farmer ! En version accoustique en plus ! Accompagné d’un guitariste très mignon, le chanteur belge, aujourd’hui âgé de 24 ans (et qui a bien vieilli), propose une relecture étonnante et intimiste du tube de l’icône rousse.

Reprendre un hit de Mylène quelques jours après le passage de la star au Stade de France, rien de mieux pour créer le buzz. Jonatan Cerrada travaille actuellement sur son troisième album studio, dont la sortie est prévue en 2010. Il est également toujours à l’affiche de la comédie musicale de Laurent Ruquier J’me voyais déjà en tournée dans toute la France.

Et vous, que pensez-vous de cette reprise de Mylène Farmer?

«XXL» (version acoustique) sur ce site : http://www.tetu.com/actualites/culture/la-reprise-surprise-de-mylene-farmer-par-jonatan-cerrada-15501

Pour mémoire, Jonatan Cerrada avait représenté la France à l’Eurovision 2004 avec la chanson A chaque pas….. 

VIDEO : Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Mylène dans la PRESSE, Mylène et des CRITIQUES | Pas de Commentaire »

Critiques sur le dernier Mylène

Posté par francesca7 le 12 décembre 2012

« Le problème n’est pas que Laurent Boutonnat ait un synthé Joué Club mais qu’il l’utilise »

« Déçue par le nouveau titre de Mylène Farmer, après première écoute. Apparemment, c’est sa période électro… » écrit une fan. « Le nouveau single de Mylène Farmer prouve que cette artiste est complètement périmée » juge un utilisateur de Twitter tandis que d’autres rejettent la déception de ce titre sur la production de Laurent Boutonnat. « Le problème n’est pas que Laurent Boutonnat ait un synthé Joué Club à 50 euros, mais qu’il l’utilise » ironise un twittos. Malgré tout, la sortie du single reste un événement puisqu’il se classe 6ème sur iTunes en une heure de vente…

Les déçus espèrent désormais que l’intégralité de l’album ne sera pas du même acabit. Fort heureusement, ils pourront redécouvrir les grands tubes de Mylène Farmer puisque l’artiste repartira sur les routes dès le 7 septembre prochain à Paris-Bercy pour son « Timeless 2013« . Et la tournée est attendue puisque plus de 150.000 places se sont vendues en six heures.puremedias.com vous propose de découvrir un extrait d’ »A l’ombre » mis en ligne par nos confrères de Pure Charts : http://www.ozap.com/actu/mylene-farmer-va-t-elle-retourner-a-l-ombre/443571Critiques sur le dernier Mylène dans Mylène et des CRITIQUES pleure

Publié dans Mylène et des CRITIQUES | Pas de Commentaire »

Chronique de Bleu Noir

Posté par francesca7 le 1 décembre 2012

 

Tout le monde s’est extasié d’un duo enregistré pour le compte du nouvel album de Line Renaud, voire de la participation de la dame à un album hommage aux Australiens d’INXS (pour un duo plutôt réussi avec Ben Harper) : Mylène Gautier est bien l’ultime représentante de la chanson francophone à provoquer pareille dilatation de la poitrine des fans à la moindre de ses productions (et ce huitième album studio n’est pas la moindre de ses productions), et à faire considérer une simple interview comme un pur don du ciel. Que sa stratégie d’un silence marketing traduise – ou pas – une profonde névrose relationnelle n’a que peu d’importance : du point de vue du tiroir-caisse, cela fonctionne indubitablement. Alors, poursuivons de même, et dans la ligne froidement analytique d’une radioscopie de Bleu Noir. 

Chronique de Bleu Noir dans Mylène et des CRITIQUES photo_1299510476-300x236Les douze pièces (dont deux versions de « Inséparables ») du disque sanctionnent en premier lieu une absence, celle de Laurent Boutonnat, compagnon musical de toujours, apparemment désormais retenu sur le plateau de tournage de son prochain film, L’Ombre des autres (ne hurlons pas au loup de la séparation : Mylène Farmer y incarnera le rôle de Tess). Sans nul doute le résultat critique plus que mitigé de l’effort précédent (Point de suture, 2008) est pour beaucoup dans cet éloignement temporaire. En tout état de cause, ont donc été préférés au compositeur de « Désenchantée » le créateur de « Bad Romance » pour Lady GaGa, RedOne, Moby (on se souvient de duos antérieurs sur « Sleeping Away » en 2006 et « Looking For My Name », 2008), ou Darius Keeler, des Britanniques d’Archive. C’est bien sûr le premier qui a fourni le single en avant-poste « Oui mais…non », chanson qui a d’ores et déjà battu tous les records de téléchargement. 

La volonté d’offrir des articulations thématiques à l’opus transfigure dans l’agencement des thèmes, classés dans l’évident désir d’instaurer des climats qui perdurent (quatre chansons composées par Moby, puis trois mélodies de Keeler). En outre, et au détour d’un refrain (« Lonely Lisa »), la chanteuse en appelle à la révolution comme insurpassable processus de création : convenons toutefois que les deux productions de RedOne, clins d’œil un peu patauds à destination des radios, ne font qu’arpenter les sentiers convenus d’un electro efficace certes (pour ce qui est de l’appel à la danse), mais pas vraiment novateur. Moby parvient , quant à lui, malgré un nombre limité d’innovations harmoniques, à timidement extraire la patronne des gonds de la convention. On sera plus intéressé, et pourquoi pas intrigué, par les climats oniriques générés par les amples vagues synthétiques d’Archive : les trois pièces (les plus longues de la sélection, avec près de cinq minutes chacune) génèrent le mystère nécessaire à Farmer pour lui permettre de développer ses charmes (au sens d’envoûtement) troubles. 

Et, naturellement, Mylène Farmer, signataire de l’ensemble des textes du disque, y visite encore et encore ses obsessions (grosso modo : Eros et Thanatos sont dans un bateau), dans un aura de solitude, élevé à hauteur de l’un des beaux-arts. Seule exception (peut-être, car nous ne quittons pas ici le rivage des spéculations) : « Leïla » peut raisonnablement être considéré comme une appréciation personnelle de la situation politique en Iran, et plus particulièrement du sort qui y est réservé aux femmes. 

Bleu Noir (par ailleurs appellation d’un renommé centre de tatoo parisien) se veut plus aérien, voire insouciant, que les précédentes productions de Farmer : s’il atteint son but, l’album ne répond pas forcément à l’angoissante question, qui manifestement taraude la chanteuse. Á savoir : comment ne pas considérer la cinquantaine qui vient (qui est là, plutôt), comme une pure abomination ? 

Comme à l’accoutumée, l’album bénéficiera d’une édition standard, d’une version limitée, ainsi que d’une production en coffret collector. Mais contrairement aux sessions précédentes, il n’est pas prévu que Bleu Noir s’accompagne d’une tournée des scènes françaises et européennes. 

Article de Christian Larrède paru chez http://www.music-story.com/

 

Publié dans Mylène et des CRITIQUES | Pas de Commentaire »

Mylène Farmer analgésique – critique

Posté par francesca7 le 23 novembre 2012

Une critique rédigée par Arno Mothra journaliste et écrivain qui publie régulièrement des articles sur le monde de la musique dans différents webmagazines et à qui l’on doit le livre « A myléne analgésique« 

(citer) Bleu de méthylène, encre de Chine et cirro-cumulus

par Arno Mothra

Après deux opus envers lesquels l’accueil critique s’est avéré plutôt mitigé (reprochant majoritairement un manque de renouvellement), Mylène Farmer a décidé de chambouler ses propres codes pour la sortie de Bleu Noir, son huitième album studio, fraîchement disponible en téléchargement légal. En guise de changement, force est de constater que la belle n’a pas fait les choses à moitié : collaboration avec d’autres artistes, détachement provisoire d’avec Laurent Boutonnat, communication généreuse et maîtrisée, image plus humaine, promo en grande pompe… De quoi déboussoler suffisamment pour créer un buzz médiatique jusqu’alors inédit chez la chanteuse, ainsi qu’une curiosité aiguisée autour du projet.

 Mylène Farmer analgésique - critique dans Mylène et des CRITIQUES fanalex3

La carapace se craquelle

S’il n’existe – heureusement – aucun avis objectif en matière de critique musicale, il faut bien avouer qu’à la découverte du nouveau disque d’un artiste que l’on apprécie particulièrement (ici en l’occurrence : Mylène), on se laisse facilement déborder par une ferveur ou un rejet excessifs. Dans ce cas de figure, il ne serait pas superflu de penser avec le recul nécessaire que Point de Suture se révélait être l’album le plus inégal et routinier du tamdem Farmer / Boutonnat, dans la forme autant que dans le fond (redondance de certaines compositions, arrangements à la traîne), malgré des qualités à souligner (premier single à effet uppercut, duo atypique et planant avec Moby, efficacité, énergie).

Construit sur des critères opposés, Bleu Noir apparaît comme l’antithèse complète d’Avant que l’Ombreet Point de Suture. D’apparence plus zen par la douceur de ses arrangements et les voix brutes, ce nouvel opus ne peut cependant nullement s’assimiler à un apaisement. Son titre ambigu – jouant ouvertement sur le contraste – se révèle par ailleurs plutôt approprié puisque les images que l’on peut lui prêter sont multiples : la nuit, l’ombre, l’éclaircie, un temps instable oscillant entre le soleil et la pluie, la blessure, l’eau, l’encre, un sentiment paradoxal, une dichotomie du calme et de l’oppression. Pour l’anecdote, outre le prénom Leila qui signifie « nuit » en arabe, il est à noter que « bleu noir » est la traduction littérale d’un autre prénom, Krishna, l’une des plus importantes divinités de l’hindouisme ; anecdote somme toute inutile mais cocasse lorsqu’on connaît l’attachement de Mylène Farmer pour la spiritualité, les religions, les divinités et le symbolisme.

À travers Bleu Noir, la chanteuse se déleste de son attirail de diva afin de se livrer plus concrètement, de façon plus intime et moins chargée. Exit donc la garçonne de « Sans contrefaçon » et, plus récemment, l’entité divine de « Dégénération » : en 2010, Mylène confie ses doutes et ses peurs en entendant bien casser certains clichés qu’on lui attribue (sic !).

« Les yeux bleus vont aux cieux, les yeux noirs au purgatoire »

Déchargée de son aura sulfureuse (hormis sur le ludique « Oui mais… non », lequel confond les jeux sexuels à l’uniformité artistique sur ton de comptine enfantine) mais toujours aussi elliptique, Mylène explore ici les différents niveaux de la mélancolie et de la passion, passant par l’espoir malgré la souffrance (« Bleu noir »), la perte d’un être cher (« Toi l’amour »), l’addiction destructrice (« Diabolique mon ange »), la solitude intérieure (« Moi je veux… »), la lassitude – voire le suicide – (« N’aie plus d’amertume »), l’ennui entraînant un besoin d’échappatoire (« Lonely Lisa »), le désespoir et l’abandon de soi (« M’effondre » et « Light me up »). Ici, le champ lexical se partage la part entre le céleste (« ange », « dieu », « âme », « éternel », « cloître » [qui a remplacé le monastère d’Innamoramento]) et l’impression de chute, de démolition personnelle (« s’effondrer », « se dissoudre », « funeste », « bataille », « sombre »). Loin de compter niaisement des histoires d’amour, Mylène Farmer établit un bilan de ses angoisses, sans véritablement chercher à faire de la poésie, bien que les sens de lecture multiples s’immiscent ici et là (« Toi l’amour »).

Musicalement, les pistes composées par Darius Keeler d’Archive remportent tous les suffrages par leur trip-hop tour à tour jazzy (« Light me up »), électronique (« Leila ») et vintage (« Diabolique mon ange »). Moby, s’il ne s’éloigne généralement pas de son registre habituel, offre quant à lui des compositions plus synthétiques, ambient et familières (« Moi je veux… », le très 18 « Bleu noir », « N’aie plus d’amertume », « Toi l’amour », à cheval entre « Where you end » et « Slipping away »), avec un sursaut de génie sur « M’effondre », sombre, hypnotique et bouleversant, évoquant avec justesse La Haine de Mathieu Kassovitz (« L’important ce n’est pas la chute, c’est l’atterrissage », « Jusqu’ici tout va bien »).

Remarquons qu’en plus d’une réalisation commune Moby / Farmer sur les titres précédemment cités, le final assez dépouillé « Inseparables » est écrit et composé entièrement par le New-yorkais, sans l’intervention de Mylène qui se contentera quant à elle de réadapter le titre en français. Un partage on ne peut plus rare.

Couleur froide / nature morte

Évidemment, malgré une cohérence indéniable dans sa globalité, Bleu Noir comporte quelques aspects à débattre. Primo : les textes moins alambiqués de l’auteur sur certains textes. Si Mylène Farmer semble assumer les thèmes qu’elle souhaite désormais privilégier, on pourrait en revanche regretter un vocabulaire plutôt convenu et peu aventureux sur quelques titres (« Moi je veux… »), le terme « amour » se voyant éculé à l’envi entre des rimes quelque peu faciles. Deuxio : les deux morceaux produits par RedOne. Si leur efficacité et leur énergie permettent d’assurer un équilibre au sein du disque, leurs arrangements putassiers brisent partiellement la cohérence de Bleu Noir et font pâle figure à côté du reste. Grand bien nous fasse, David Guetta n’est pas dans le coup, c’est déjà ça. Et enfin, tertio : l’habillage esthétique. On ne boudera pas notre plaisir à voir que la belle rousse est en phase avec son art et avec elle-même, qu’elle ne ressent pas le besoin d’imposer un univers particulier afin de faire voyager par sa musique. Un bon point donc. Cependant, comment jauger un graphisme aussi brouillon et grossier ? Ces fautes de frappe récurrentes et cette mise en page aussi bâclée qu’amateur ? On aura connu Henry Neu nettement plus inspiré et Mylène perfectionniste.

 128870_jul4chbnx5p6ccgcxmgxhzlwq3twtr_mylene-farmer-by-guen-29-12-2010_h195350_l-228x300 dans Mylène et des CRITIQUES

« Jusque là tout va… Jusque là tout va bien »

Doux sans s’empêtrer dans le mollasson et le fade, ni même la ballade lacrymale à quoi l’on associe l’artiste un peu trop automatiquement, l’opus transporte vers des sensations de légèreté et de solitude, une nudité de l’esprit, aidées par une performance vocale plus technique, expérimentale et neuve.

S’il ne manquera pas de faire réagir et d’inciter à la division de par ses rythmes mid tempo, Bleu Noir se dérobe telle une surprise aboutie et audacieuse, mélancolique, échappant aux sentiers grossiers sur lesquels l’industrie du disque souhaite actuellement nous acheminer (dans le mainstream, s’entend). Ni novateur ni particulièrement différent du style estampillé Farmer (Moby respectant l’empreinte de Boutonnat sans se renier), ce huitième album, à prendre tel un secret murmuré à l’oreille, est sans aucun doute, malgré un faible potentiel commercial, ce que Mylène a créé de mieux depuis Innamoramento. Une prise de risque réussie entre new age, pop électro et trip-hop, qui devrait se dévoiler au fil du temps et des écoutes.

Publié dans Mylène et des CRITIQUES | Pas de Commentaire »

Clips de Mylène

Posté par francesca7 le 23 novembre 2012

Du dictatisme des clips de Mylène Farmer

Clips de Mylène dans Mylène et des CRITIQUES lonely2-5c4eeb-150x80Ses clips ont aussi une véritable valeur documentaire, et ce sur les sujets les plus divers. On y apprend beaucoup sur l’anatomie de la femme, Mylène prenant la peine d’expliquer elle-même de manière très claire le fonctionnement des diverses parties du corps féminin. On peut aussi apprendre quelques épisodes de l’histoire de France, notamment la guerre entre la France et l’Angleterre, ou encore la vie à la cour du roi à l’âge d’or du libertinage. Enfin, rectification culturelle importante, on apprend que Blanche-Neige était russe, que le miroir de la méchante reine n’était autre que le chasseur chargé de tuer Blanche-Neige, que d’ailleurs ce chasseur n’était pas un chasseur mais un vieux avec une coupe afro, et que Blanche-Neige n’a jamais ressuscité bien que le prince l’eût baisé tant qu’il pouvait. Véritables œuvres didactiques, les clips de Mylène Farmer ont fait l’objet de discussions en 2003 au Ministère de l’éducation nationale, qui envisageait d’encourager les enseignants à les utiliser en tant que supports scolaires.

Issu de http://desencyclopedie.wikia.com/wiki/Myl%C3%A8ne_Farmer

Publié dans Mylène et des CRITIQUES | Pas de Commentaire »

Clips de Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 22 novembre 2012

 

Clips de Mylène Farmer  dans Mylène et des CRITIQUES 40-300x223Les clips de Mylène Farmer sont de véritables œuvres à côté de l’œuvre (la chanson). Cette dernière n’apparaît parfois que durant une infime partie du clip, en vague fond sonore, plus par obligation (car il faut bien justifier l’appellation « clip ») que par véritable choix artistique. Ses clips, qui ont parfois la valeur de véritables courts-métrages, ont la volonté de présenter le moins de rapport possible avec la chanson. Par exemple, si Mylène prétend être un garçon, et non une fille comme le pauvre mortel aurait pu le croire, le clip présentera Mylène dans le rôle d’une marionnette animée par un gars un peu paumé qui se fait des potes gitans (???). Ses clips ont leur quotas : un mort pour trois vivants, un malheureux pour un vivant. La mort peut-être soit en train de se faire (suicide, meurtre, duel…) soit déjà opérée dans une époque antérieure. On reconnaît alors le mort soit au sang qui le couvre soit au corbeau dont il sert de plat. Le malheureux se reconnaît à son air triste, expression rappelant la déliquescence du foie de veau pendant la cuisson qu’on ne trouve que dans les clips de Mylène farmer, et à ses habits en toile de sac. On notera qu’une petite expérience a été menée, celle du dessin d’animation. Certains rapportent que Mylène avait de lourdes réparations à faire sur sa Peugeot, donc avait un budget réduit.

 

Issu de http://desencyclopedie.wikia.com/wiki/Myl%C3%A8ne_Farmer

 

Publié dans Mylène et des CRITIQUES | Pas de Commentaire »

Coiffure et attitude vestimentaire de Mylène F.

Posté par francesca7 le 22 novembre 2012

 

Coiffure et attitude vestimentaire de Mylène F. dans Mylène et des CRITIQUES 31L’habillement et la coiffure font partie intégrante du personnage. L’habillement, lorsqu’il ne s’inspire pas d’habits traditionnels japonais, est une apologie de la prostitution du XVIème siècle à nos jours. La coiffure, quant à elle, est à chaque fois une œuvre d’art extrêmement codifiée et complexe faisant appel à des lois physiques, telle la loi de répartition des corps soumis à la pesanteur, les mêmes lois qu’utilisent les architectes pour concevoir des ponts, des gares ou des buildings. Certaines sources rapportent que sous la chevelure se cacherait une impressionnante machinerie permettant de contrebalancer les poids mis en jeu et ainsi de conserver à l’ensemble de la coiffure son équilibre, mais ces informations n’ont pu être vérifiées et il serait tout à fait malhonnête de présenter ici, dans un article sérieux et objectif, de telles allégations. A noter la couleur adoptée par Mylène, que les plus manichéistes appellent « roux » , cette couleur lui venant en fait de son régime alimentaire imposé par sa mère, lorsqu’elle était petite : des épluchures de carottes, de mandarines et d’oranges exclusivement.

Issu de http://desencyclopedie.wikia.com/wiki/Myl%C3%A8ne_Farmer

Publié dans Mylène et des CRITIQUES | Pas de Commentaire »

Critique sur Mylène F.

Posté par francesca7 le 22 novembre 2012

Mylène Farmer VS Sharunas Bartas

 

Critique sur Mylène F. dans Mylène et des CRITIQUES mimiNotre clash de la semaine oppose deux icônes glam : Mylène Farmer, la rousse mystérieuse (et non La roux ou Larusso) et Sharunas Bartas, que vous avez la chance de ne pas connaître. (parution sur http://www.excessif.com/  )

MYLENE FARMER

AGE 49 ans 

SES CHANSONS CULTES Désenchantée, California, L’instant X, Sans contrefaçon, Maman a tort, Pourvu qu’elles soient douces…  

SON FILM CULTE Giorgino.

POURQUOI ELLE ECLATE TOUT LE MONDE : Parce que c’est la recordwoman de disque en France. A elle seule, elle a le record du monde de disques de diamant avec cinq albums au-dessus du million d’exemplaires.  

ELLE AIME : Ses fans (dont Olivier Corriez), les duos (Seal, Line Renaud, Moby, Ben Harper, Khaled), Claire Chazal, Bettina Reims, Abel Ferrara, Luc Besson, Laurent Boutonnat, se balader dans les cimetières et manger des bonbons qui piquent.

SON MOMENT DE SOLITUDE : Elle a trébuché sur les marches de l’Elysée.

ELLE A DIT… « C’est une femme belle, décalée et ­charmeuse. Je suis instinctive, le désir l’emporte dans ces moments-là. » (au sujet de Line Renaud)

SCORE 1 – Mylène rocks, depuis les années 80.

 

 

Publié dans Mylène et des CRITIQUES | Pas de Commentaire »

Cachin écrit Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 13 novembre 2012

Interview de Benoît CACHIN, suite à la sortie du livre sur MYLENE FARMER en octobre 2012 : « Au fil des Mots« ….

Cachin écrit Mylène Farmer dans Mylène et BIOGRAPHIES livre-mylene1

1) Qui êtes-vous ? ! 
Un journaliste, passionné et spécialiste de chansons françaises, notamment de Mylène Farmer.

2) Quel est le thème central de ce livre ? 
L’univers et les chansons de Mylène Farmer. Un tour d’horizon complet de sa carrière de « Maman a tort » en 1984 à « Du temps » en 2011 en passant par tous ses tubes (« Libertine », « Sans Contrefaçon », « XXL », « Les Mots », « Oui mais… non »…) et ses 5 spectacles. Le tout accompagné de 80 photos dont 40 sont inédites. Du jamais vu !

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ? 
«On hante toujours les mêmes lieux, seules les personnes avec lesquelles on voyage changent parfois. L’important, c’est que la magie des mots opère.» Mylène Farmer, 2008.

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ? 
« Ainsi soit-je… » sans aucun doute. Cette chanson de Mylène lui colle à la peau et décrit parfaitement son univers, ses angoisses, ses peurs. Une chanson égocentrique à la base qui devient universelle en parlant à tous et à toutes.

5) Qu’aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ? 
Les références littéraires, cinématographiques, picturales distillées par Mylène dans toutes ses chansons. Une belle façon de découvrir Charles Baudelaire, Edgard Allan Poe, Primo Lévy, mais aussi Stanley Kubrick, David Lean, Greta Garbo ou Egon Schiele….

Publié dans Mylène et BIOGRAPHIES, Mylène et des CRITIQUES, Mylène et les AUTEURS | Pas de Commentaire »

A l’Ombre, nouveau single de Mylène F.

Posté par francesca7 le 23 octobre 2012

Mylène Farmer : A L’Ombre son nouveau single, la réaction des fans

Article paru sur  http://www.melty.fr/

À l’ombre, le nouveau single de Mylène Farmer a été diffusé pour la première fois ce matin 12 OCTOBRE 2012. melty.fr partage avec vous les réactions des twittos.

A l'Ombre, nouveau single de Mylène F. dans Mylène et des CRITIQUES mf_timeless_2013-f5df43-202x300

Les fans attendaient ce jour avec impatience, il est enfin arrivé. Àl’ombre, le nouveau single de Mylène Farmer a été diffusé ce matinLes fans sont toujours très fidèles à leur Mylène et ne tolère pas la moindre critiques contre-elle. Mais force est de constater que ce nouveau titre ne ressemble pas à la chanteuse. Très électro, on n’entend pas beaucoup sa voix, ce qui est pourtant sa qualité première. Ce qui nous intéresse, c’est donc la réaction des fans de la première heure, ceux qui ont soutenu la chanteuse, et pour l’instant, ce titre leur plait au vu des réactions Twitter.

Les fans ont accueilli le nouveau Mylène Farmer  de manière assez positive « Tous les fans que j’ai dans mes amis Facebook aime A l’ombre… J’ai donc les meilleurs ! Aucune critique ça fait plaisir ! » A en croire Bloody_Jen, les fans sont satisfaits du nouveau titre.

La réaction de Jean-Thomas est plus mitigée  »Au secours ! Mylène Farmer dévoile son nouveau single, les fans n’aiment pas son nouveau titre « A l’ombre » et vous ? «  

Tlecointre lui défend sa chanteuse favorite en pointant le paradoxe d’acheter le titre alors que l’on aime pas la chanteuse. « Ah la blague ! !! C’est vrai qu’on a préféré télécharger légalement plutôt que Youtube mais on n’aime pas ptdr ». Il poursuit en défendant l’artiste, « Mylène Farmer déçoit les fans en effet elle est numéro 1 sur les plates formes de téléchargement… la presse travaille bien hein ? « Il fait allusion aux chiffres qui prouvent que Mylène cartonne sur Youtube. 

D’autres comme DragwayVincen’apprécient pas et le font savoir. « Tous aux abris ! Mylène Farmer est de retour. Heureusement que j’écoute Fip ». Et vous que pensez-vous de ce nouveau titre ?

Publié dans Mylène et des CRITIQUES, Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaire »

Ni révolution ni révélation sur Mylène 2009

Posté par francesca7 le 21 septembre 2012


Ni révolution ni révélation sur Mylène 2009 dans Mylène et des CRITIQUES FanKevin4On ne savait rien, alors, de sa tournée du printemps 2009 ni de son septième album. Le très commercial single Dégénération avait donné depuis quelques jours la tonalité du disque : rythmique puissante, voix très en avant, texte imperturbablement farmerien («Coma t’es sexe, t’es Styx, extatique/Coma t’es sexe, t’es Styx, test, test statique»). L’écoute des neuf autres titres du disque le confirme : il semble bien que Mylène Farmer n’envisage plus de révolution ni même de révélation. ­Écriture autarcique avec Laurent Boutonnat qui compose et produit une matière électro-pop qui ­pourra fournir la matière d’un grand spectacle, l’année prochaine. Au passage, Moby lui rend la politesse avec le duo Looking for my Name, après qu’elle eut chanté Slipping Away pour un best of paru fin 2006.

Quant au fond de l’album et à l’écriture, on pourra ricaner, si l’on veut, de la naïveté de certains ­textes («Vanité c’est laid/Trahison c’est laid/Lâcheté c’est laid/Délation c’est laid» dans C’est dans l’air) comme de son goût pour l’abstraction («D’ivoire ou de jade/Au verre aimable/Un simulacre/Stimule de nacre/Dis-moi comme/J’extase» dans Sextonik), mais l’essentiel est là : la sexualité et le malaise, les mantras et les calembours codés. L’impression qui se dégage de Point de suture est que Mylène Farmer a été d’une conformité méthodique à son cahier des charges. L’enjeu semble être surtout de préparer une tournée, de fournir des tableaux visuels aux vastes scènes à venir. De ce point de vue-là, c’est bien parti.

Il n’y a qu’une seule chose en retard : le merchandising. Mercredi soir, sur le site de la Fnac, on ­vendait encore toute la gamme Bercy 2006 sweat-shirt homme à 50 €, programme à 30 €, briquet à 3 €.

Parution http://www.lefigaro.fr/musique/

Publié dans Mylène et des CRITIQUES | Pas de Commentaire »

Avis sur un concert de Mylène

Posté par francesca7 le 21 septembre 2012

20 Septembre 2009 à 00h12 - Avis sur un concert

 

Paris, Stade de France, 12/09/2009, arrivée au stade 19h25, puis 2h d’attente avant un régal,une fusion avec une artiste sexy, coquine, envoutante et très sensible, proche de son public,avec à la fin du concert, une frénésie insoutenable pour les 3 derniers tubes avec un rappel qui ne laissera pas Mylène indifférente, à fortiori quand 80000 personnes lui chantèrent bon anniversaire, relayés par le pianniste sur scène, trop bien, pas de mot, GENIAL, sur mesure!!!! avec décors, costumes, danseurs, choristes, lumières, caméras, feux d’artifice, j’en oublie sûrement, pardon si c’est le cas,le stade était archi comble et la pelouse a bougé de façon unanime sur toute la longueur du stade!!!!

Gif etoilesGif etoiles                                                                                         Avis sur un concert de Mylène dans Mylène et des CRITIQUES coucou                                                                                                Gif etoilesGif etoiles

 

Publié dans Mylène et des CRITIQUES | Pas de Commentaire »

Mylène et son sourire d’ange

Posté par francesca7 le 9 août 2012

Mylène et son sourire d'ange dans Mylène et des CRITIQUES la-friponne-au-sourire-dange-215x300

Publié dans Mylène et des CRITIQUES | Pas de Commentaire »

Critique de tournée de Mylène

Posté par francesca7 le 9 août 2012

 

De toutes les critiques de la tournée de Mylène FARMER, dont est extrait le film, la plupart sont retranscrites dans ces trois pages. Notons que le concert figurant dans le film a exactement la même mise en scène conçue par Laurent Boutonnat que ceux qui se sont donnés dans toute la France, la Belgique et la Suisse.

 

Critique de tournée de Mylène dans Mylène et des CRITIQUES NOIR-CEST-NOIR-300x121

« Vous verrez, le public de Mylène FARMER, c’est 80% d’enfants, 20% d’adolescents, m’avait-on lancé, avant d’ajouter : Enfin, vous le verrez qu’à trois conditions : que les organisateurs ne décident pas d’annuler le show en dernière minute, que les Dieux du ciel soient déments, et qu’il y ait du public car aujourd’hui c’est l’automne et les estivants sont partis ! » Aussi, lorsqu’en arrivant à Fréjus j’ai du garer ma voiture à plusieurs centaines de mètres, j’ai tout d’abord pensé que les grévistes bloquaient la route. Mais non, c’est bien vers les arènes que le flot se dirigeait. Surprises ! Devant les portes, les enfants étaient loin d’être légion. Tout au plus plusieurs dizaines. Et les quelques spectateurs annoncés étaient en revanche plus de 5000, des couples, des étudiants, des groupes d’amis, des jeunes BCBG, quelques rockers, même des punks ! Non, Mylène FARMER n’est pas Dorothée, une bonne leçon à retenir.

Parution Le Var-Nice Matin - 24 septembre 1989.

Publié dans Mylène et des CRITIQUES | Pas de Commentaire »

Mylène Farmer, un album massif

Posté par francesca7 le 9 août 2012

 

 

Quelques jours avant sa sortie «physique», «Point de suture», son septième disque, est disponible depuis mercredi en téléchargement. Sans surprise, dix chansons pour préparer la tournée 2009.

 

Mylène Farmer, un album massif dans Mylène et des CRITIQUES vt0jj0jn-201x300Peut-on faire aussi massif et ­aussi discret, aussi commercial et aussi secret ? Depuis mercredi, Point de suture, le nouvel album de Mylène Farmer, est disponible au téléchargement légal, avant l’arrivée du disque «physique» dans les magasins lundi prochain. Et cette sortie ne ressemble guère à ce que l’on attend de la sortie de l’album donnant le signal de la rentrée : la chanteuse est plus absente que jamais du paysage médiatique, n’ayant pour l’instant parlé qu’au magazine Têtu, et le secret sur son album ayant jalousement été conservé jusqu’à mercredi. Et encore n’a-t-on que le disque, puisque la chanteuse et son entourage n’ont diffusé aucune photo et aucun des outils habituels de promotion, la maison de disques ayant été tenue hors du cercle du secret jusqu’au dernier moment et le management de la chanteuse étant même encore en vacances…

Il est vrai que, si ce silence est d’une perfection inédite, Mylène Farmer a toujours été particulièrement chiche de ses interviews. Et qu’elle peut être rassurée sur sa popularité : en mars dernier, tous les billets de son concert au Stade de France du samedi 12 septembre 2009 ont été vendus en deux ­heures. Quelques jours plus tard, les billets du 11 septembre 2009 ont été écoulés en à peine plus longtemps. Un double record qui en dit long sur la fidélité de ses fans et sur sa capacité à les mobiliser en confiance.

Parution http://www.lefigaro.fr/musique/

Publié dans Mylène et des CRITIQUES | Pas de Commentaire »

Critique sur Mylène farmer

Posté par francesca7 le 12 juin 2012

Critique sur Mylène farmer dans Mylène et des CRITIQUES MF90_33a-244x300Mylène Farmer, la plus discrète des grandes artistes françaises, tente de faire un peu parler d’elle avant ses deux concerts événements à Paris.

Pour ses 25 ans de carrière, Mylène Framer s’offre en effet deux soirées de lumière au Stade de France, les 11 et 12 septembre prochains. Ses milliers de fans ont bien sûr déjà depuis longtemps grifonné la date sur leur agenda…

Pour les nouvelles chorégraphies énigmatiques de Point de Suture, son dernier album, nous attendons de voir ce que Mylène Farmer est capable de faire à l’approche du cap de la cinquantaine. Car en plus de souffler les bougies de 25 ans de carrière, la chanteuse énigmatique soufflera aussi, le 12 septembre, celles de ses 48 ans !

 Et pour sa promo, la chanteuse de tous les records a préféré donner une interview à la radio plutôt que sur TF1. C’est RTL qui a remporté l’exclusivité grâce à Anthony Martin, le spécialiste de la musique de la rédaction. Vous pourrez retrouver l’intégralité de l’interview de Mylène Farmer le samedi 12 septembre à 15h.

 Trois ans après sa dernière scène, Mylène Farmer est sur la route depuis le début de l’année avec son Tour 2009, sa 5ème tournée d’envergure nationale.

 

Publié dans Mylène et des CRITIQUES | Pas de Commentaire »

Fans divisés sur bleu noir

Posté par francesca7 le 12 juin 2012

 

Comme souvent, le nouvel album de Mylène FarmerBleu Noir, ne fait pas l’unanimité. Disponible depuis le 29 novembre sur les plateformes de téléchargement légal, il suscite les commentaires les plus vifs sur les sites de fans. Morceaux choisis. 

Fans divisés sur bleu noir dans Mylène et des CRITIQUES MF2000_19a« Un album sublime pour ma part dés la première écoute… Mylène a encore frappé fort. Je suis une fan depuis 1986 et à chaque fois je frissonne ! Un sans faute ! »

« Mais que ce passe-t-il ? Je viens d’écouter les extraits et rien… Rien n’accroche mon oreille. Fan de la première heure, habituellement j’achetais l’album les yeux fermés, mais là, ce que j’ai entendu ne me plait pas. »

« Je ne comprends même pas comment on peut ne pas aimer ce nouvel album. Le titre Bleu Noir est tout simplement une bouffée d’émotion que nulle part dans le répertoire ’farmerien’ on ne retrouve. »

« Je ne trouve pas que les textes sont ’farmerien’ ! C’est cucul la praline, on est loin des textes sublimes d’Innamoramento  !! »

« Ca fait un bien fou que Mylène ne déprime plus, ça se sent dans cet album ! Elle a connu l’amour et cet album me donner envie de dire ’Je t’aime’… »

« Je n’aime pas cet album. En fait, il me laisse indifférent. Après la première écoute, je n’ai pas eu envie de les entendre une seconde fois… »

« Je suis un fan, et là je suis déçu. Si d’aucuns aiment cet album, tant mieux pour eux. Pour ma part, je trouve les paroles souvent peu inspirées, les musiques sont peu adaptées à sa voix singulière et, encore une fois, une catastrophe monumentale au milieu de tout ça, Lonely Lisa, qui sans doute fera se trémousser au milieu des campings, mais qui pour moi est indigne de l’auteure de Ainsi sois-je. »

« Très déçu au départ, moi vieux fan des années 80, après écoute j’aime beaucoup N’aie plus d’amertume, Inséparables, Leila… »

« Franchement, je suis plus qu’agréablement surpris ! Ce changement fait vraiment du bien ! Alors certes cet album est moins commercial que les précédents et risque de moins plaire aux adolescents, mais il est vraiment très réussi, mature, à la fois très actuel et très personnel. Enfin un vrai travail sur le chant et le voix ! »

Paru sur http://www.evous.fr    

Publié dans Mylène et des CRITIQUES | Pas de Commentaire »

Pourquoi l’ex. de Mylène

Posté par francesca7 le 25 mai 2012

 

Mylène Farmer : infos sur sa tournée 2009

 

Pourquoi l'ex. de Mylène dans Mylène et des CRITIQUES mylene-farmer-sexy-3008249995_1_3_nijswm00-img-214x300La prochaine tournée de Mylène Farmer débute demain, samedi 2 mai, à Nice. Quelques indiscrétions sur le nouveau spectacle, préparé dans le plus grand secret, de la rousse la plus célèbre.

Laurent Boutonnat, l’ex de Mylène Farmer, a travaillé sur la conception du spectacle. Même s’ils ne sortent plus ensemble, il est vrai que les 2 anciens amants ne se quittent plus, professionnellement parlant.

Le chef d’orchestre sera Yvan Cassar qui a déjà travaillé sur des concerts de Mylène et de Johnny Hallyday.

24 titres devraient être interprétés, dont DésenchantéeLibertine et l’ouverture devrait se faire sur Dégénération. Les anciens titres pourraient être remixés.

Côté décors, une rumeur évoque un squelette métallique de 10 à 20 mètres trônant au fond de la scène. On peut s’attendre de la part de Mylène Farmer, comme d’habitude, à un spectacle démesuré et époustouflant.

Les costumes que portera Mylène ont été dessinés par Jean-Paul Gautier. Il se murmure que Moby, qui a fait plusieurs duo avec la chanteuse, pourrait la rejoindre sur scène pour certaines dates de sa tournée.

Beaucoup de mystères entourent cette nouvelle tournée car pour ne pas déroger à la règle Farmer, rien n’a filtré. Toutes les personnes qui travaillent à la préparation du spectacle ont signé un contrat de confidentialité. Un peu parano la Mylène, non ?

Et côté fans, les plus allumés des admirateurs de la rouquine campent devant le palais Nikaïa de Nice depuis mardi 28 avril, soit 4 jours avant la 1ère date de la tournée.

Ne vous étonnez plus si vous êtes fans de Mylène Farmer et qu’on vous a collé une étiquette de cinglés, voilà d’où ça vient !

séparateur

Publié dans Mylène et des CRITIQUES | Pas de Commentaire »

Mylène Farmer ou la critique d’un fan

Posté par francesca7 le 25 mai 2012

Mylène Farmer est ’Bleu Noir’ 

Mylène Farmer ou la critique d'un fan dans Mylène et des CRITIQUES La critique d’un fan

Jeune trentenaire, David est fan de Mylène Farmer. Un fan de la première heure. Depuis l’annonce de la sortie de l’album Bleu Noir, il est aux aguets, impatient de découvrir les nouvelles chansons de son idole. Pour Musique.evous, il livre sa critique du disque, disponible en téléchargement depuis le 29 novembre.

« Bleu Noirun nom dont beaucoup vont se souvenir. Enfin du renouveau chez Mylène Farmer ! Enfin un album qui va rabibocher les anciens fans, au détriment peut être de la nouvelle génération. Enfin un album sans Laurent Boutonnat. Car si ce dernier est bien à l’origine de l’imagerieFarmer, le duo qu’il formait avec Mylènetournait un peu en rond. Enfin un bel album, tout simplement.

Nous l’avons attendu celui-ci, aidé de toute la machine à buzz lancée il y a plus d’un mois. Mais le voilà. Un album aux mots simples mais qui résonnent en chacun de nous, des morceaux incroyables (Diabolique mon ange, M’effondre, Inséparables, Bleu Noir), une production parfaite, une ambiance mélancolique, sombre et lumineuse à la fois. 


Archive donne un véritable souffle au projet. Quant à Moby, il a bien compris l’univers farmerien. On regrette néanmoins l’ovni Lonely Lisa qui n’apporte rien à l’album. Le travaille de Red One est juste là pour faire vendre le disque… Mais dans l’ensemble, nous sommes assez loin des tubes commerciaux habituels. Une nouvelle Mylène. Une Mylène heureuse d’aimer mais emplie des doutes des relations amoureuses. Pour que tout soit parfait et que tout le monde soit content, il ne reste plus qu’à rendre à Boutonnat la réalisation des clips, comme il a su si bien les faire par le passé. »

Achetez ici l’album Bleu Noir de Mylène Farmersyfcw3sz dans Mylène et des CRITIQUES

 

 

 

 

 

Publié dans Mylène et des CRITIQUES | Pas de Commentaire »

Mylène Farmer, vendeuse de godemiché

Posté par francesca7 le 25 mai 2012

Pour votre plus grand plaisir, offrez-vous un godemiché collector Mylène Farmer.

En pleine tournée triomphale, la chanteuse rousse propose à ses fans une multitude d’objets souvenirs. Cette année, elle ne déroge pas à la règle.

Parmi tour le marchandising mis à la disposition des fans, il y a ces délicieux objets de plaisir en plastique et de forme oblongue… Pas besoin de vous faire un dessin.

Décidément, la chanteuse aux cheveux de feu ne fait vraiment jamais rien comme tout le monde. Est-ce pour ça qu’elle a tant de fans ?

Mylène Farmer, vendeuse de godemiché dans Mylène et des CRITIQUES 2464010747_small_4

Pour la modique somme de 100 euros vous pouvez vous procurer un cercueil renfermant LE sextoy, intitulé SexTonik.

Ce god n’a été fabriqué qu’à 1.000 exemplaires et n’est vendu que sur la tournée. Un must have.

Donc pour l’acheter, il faut déjà avoir son billet pour un des concerts. C’est une affaire qui revient chère tout ça.

Le sextoy met à l’honneur la chanson Sextonik, qui figure sur le dernier album de Mylène Farmer, Point de Suture, mais qui n’est pas interprétée dans le Mylène Farmer Tour 2009.

Il n’y a vraiment qu’elle pour oser ça. Pour sa prochaine tournée, Mylène a prévu de faire fabriquer quelques tenues et accessoires en cuir sado-maso avec fouet et menottes, ça vous tente ?

t3o24g0b dans Mylène et des CRITIQUES

Publié dans Mylène et des CRITIQUES | 1 Commentaire »

12345
 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...