Interview Mylène 2011 pour JP Gautier

Posté par francesca7 le 13 mai 2012


Le photographe Robin a affiché sur son Facebook cette page du catalogue de l’exposition : « La planète mode de Jean Paul Gaultier. De la rue aux étoiles », contenant une interview inédite de Mylène Farmer :

Retranscription :


Interview Mylène 2011 pour JP Gautier dans Mylène en INTERVIEW La-chanteuse-Mylene-farmer-cloture-en-beaute-le-defile-du-createur-Jean-Paul-Gaultier-pour-la-saisonQuelles créations de Jean-Paul Gautier ont marqué votre imagination ?

Je vais si peu aux défilés…. Bien sûr son révolutionnaire soutien gorge conique a marqué nos mémoires. Les jupes pour hommes aussi !

Que représente son travail pour vous ?
C’est un grand artiste. Je considère donc son travail et ses créations comme des oeuvres d’art. À la manière des tatouages qui l’ont souvent inspiré, il a déjà posé une empreinte indélébile sur l’histoire de la mode, avec sa virtuosité et sa personnalité irremplaçable.

Vous avez tous les deux beaucoup exploité la thématique de l’identité sexuelle, le masculin, le féminin, l’androgynie. A-t-il eu une influence sur vous ?
Jean-Paul m’inspire beaucoup. J’espère que nos univers s’influencent mutuellement. J’en serais en tout cas très flattée.

Vous avez souvent travaillé avec Jean-Paul pour des clips ou des sorties officielles. Il a aussi créé les costumes de votre tournée en 2009. Comment s’est déroulée cette collaboration ?
Il y a beaucoup de complicité, de rires, d’attentions réciproques, de réflexion. Toutes les tenues étaient extraordinaires, les miennes comme celles des danseurs. Le costume Ecorché est un chef-d’oeuvre « ensanglanté », qui a marqué l’imaginaire collectif. Le tableau « tutuesque » nous a enchantés. Les danseurs et les danseuses étaient chaque soir très fébriles avant leur entrée en scène.

Votre plus beau souvenir au sujet de Jean-Paul Gaultier ?
Quand il a répondu «oui» à la question : «Voulez-vous travailler sur mon prochain spectacle ?»

Un mot pour décrire Jean-Paul ?
Pétillant !

C’est au Musée des Beaux-Arts de Montréal que se déroule cette exposition consacrée au couturier (17 juin au 02 octobre 2011).
La tenue « écorchée » du Tour 2009 y est exposée :

Suite des photos de l’exposition ici : http://www.innamoramento.net/mylene-farmer/haute-couture_concerts/

 

 

884c67d6 dans Mylène en INTERVIEW

A noter que vous pouvez acheter ce catalogue (avec l’interview de MF) sur Internet pour la modique somme de 84,95$ :
Catalogue THE FASHION WORLD OF JEAN PAUL GAULTIER

Publié dans Mylène en INTERVIEW | Pas de Commentaire »

Interview Mylène pour le Tour Niçois

Posté par francesca7 le 13 mai 2012

interview Mylène Farmer Tour 2009 dans Ouest France jeudi

en mai 2009 : Cette interview exclusive de Mylène Farmer a été réalisée lundi 4 mai, au lendemain de son deuxième concert niçois, dans l’hôtel où elle séjournait, à Saint-Paul-de-Vence, près de Nice.

Source OUEST FRANCE  /

http://www.ouest-france.fr/actu/actuDetFdj_-Mylene-Farmer-la-scene-c-est-la-creation-ultime_39382-924419_actu.Htm

Comment vous sentez-vous après ces deux premiers concerts niçois ?

Interview Mylène pour le Tour Niçois dans Mylène en INTERVIEW FanDaniel1Fatiguée et soulagée. Le plus dur, c’est le premier spectacle. Avant, la peur m’habite. C’est une grosse machinerie qui impose que les choses soient, au départ, bridées. Il faut ensuite passer de la répétition à la légèreté, dépasser le côté robotisé. Il y a un gros travail sur l’image, sur chaque tableau, avec toujours l’objectif d’offrir du rêve.

C’est un défi physique important ?

Six mois d’entraînement, avec un coach, mon coach. Essentiellement de l’endurance. C’est fondamental avec une telle énergie. Chanter et danser à la fois n’est pas simple.

A la moitié du spectacle, on entre dans une phase intimiste, avec des ballades. Un moment qui semble vous procurer de l’émotion, vous embrumer les yeux…

Ceux qui ne m’aiment pas vont forcément trouver ça forcé. Mais même en répétition, ça me prend. Car nous sommes dans un moment de dépouillement, dans la fragilité de l’âme. Un moment de partage avec le public (qui chante beaucoup à ce moment là, N.D.L.R.). Je crois que l’émotion passe à travers le piano d’Yvan Cassar, qui est un grand pianiste, et dans les mots. On raconte sa propre histoire et chacun peut inventer la sienne à travers les mots.


Le public est, en quelque sorte, plongé dans un tourbillon sonore et visuel quasi hypnotique. Vous l’avez voulu ainsi ?

J’espère ne pas en avoir trop fait. L’idée, sans vouloir être prétentieuse, est de titiller l’imaginaire, l’inconscient.

Quelle est la base de départ de ce spectacle ?

Vous savez, nous sommes réceptifs à ce qui nous marque profondément, dans la littérature, le cinéma, l’art. Outre des désirs picturaux, je voulais arriver à quelque chose de contemporain, avec des symboles forts. Après, ça se construit comme un collier de perles.

Ce qui domine, dans le décor, ce sont deux grands squelettes…

FanElodieAngeline1 dans Mylène en INTERVIEWLes squelettes, ce sont mes écorchés, inspirés par une sculpture du XVe siècle, qui existe dans une église en France. Après nous avoir écouté, Laurent (Boutonnat) et moi, Mark Fisher (concepteur du décor) nous a présenté cette œuvre, appelée « Le transit ». On lui a dit, il nous la faut, en immense… L’écorché, c’est le passage entre l’homme et le squelette, c’est la mort dans une certaine légèreté

Il y a aussi un tableau animé, qui apparaît à la fin de « Ainsi sois-je », impressionnant et lugubre…

Il nous a été proposé par Alain Escalle (concepteur des décors). Une errance de personnages sur une plage. Une image très retravaillée par Alain de manière à le rendre, comment dire, fantomatique.

On va encore vous reprocher de tirer vers le lugubre, voire le morbide…

L’idée d’expliquer cela m’est difficile. Comment dire ? Pour moi, ce n’est pas morbide. Je veux simplement faire appel, encore une fois, à l’imaginaire, à l’inconscient. Bien sûr, cela draine des symboles. Mais, à chacun de se les approprier comme il l’entend. Ce n’est pas un passage en force. L’envie de choquer ne fait pas partie de moi. Mais l’envie de faire réagir, si ! C’est une manière de se sentir vivant. Dans mon dernier clip, la danse des squelettes est ludique.

Et c’est vrai, qu’en tenue d’écorché, vous êtes plutôt sexy…

(Elle sourit). Autant qu’à être terrifié par la mort, parce qu’elle est inéluctable, autant le prendre avec légèreté, autant en rire. Même si ce n’est pas tous les jours facile…

Est-ce que vous vous censurez parfois ?

Je crois qu’il y a toujours un peu d’auto-censure. Mais chez moi, cela arrive plutôt dans mes mots. Je vous donne un exemple. Dans « C’est une belle journée », je chante « C’est une belle journée/Je vais me coucher. » J’avais d’abord écrit, avec cynisme et dérision : « C’est une belle journée/Je vais me tuer. » Je me suis dit que cela allait peut-être trop loin, qu’il y avait des vies fragiles, que cela pouvait avoir des incidences. Donc, j’ai changé mon texte. Par contre, un sexe peut apparaître sur un écran, s’il n’est pas obscène, il n’y a aucun problème, cela fait partie de la vie.

Il y a beaucoup de représentations du corps dans votre spectacle. Par exemple, les images d’un couple qui s’attire et se repousse. Et surtout la trentaine de poupées nues, grandeur humaine, qui vous ressemblent, exposées dans une immense bibliothèque en fond de décor…

Le corps dans sa plénitude, puis dans sa décomposition avec l’écorché. Le vie faite de contorsions… Le couple en images que vous évoquez, ce sont deux danseurs. Ils expriment des sentiments d’amour et des expressions de douleur. Parce que l’amour intègre aussi le sentiment de douleur.


Pour résumer, votre univers est beaucoup un univers d’amour et de fantastique, non ?

FanMarina1J’adore le fantastique, dans le sens magique du terme, c’est-à-dire qui nous transporte hors de la réalité. J’ai été bercée par Edgar Poe et je continue à le lire et à le relire. Comme Stefan Zweig, comme Kafka. J’ai aussi adoré une série que j’ai découverte il y a peu, qui s’appelle, en français, La caravane de l’étrange. Sur un cirque itinérant, bizarroïde. Cela pullule de symboles, avec ce qui fait un cirque, un côté hyper-sensible et effrayant. C’est très bien réalisé. Un vrai voyage, métaphysique à souhait. J’aime ces univers.

Pour revenir concrètement au concert, aujourd’hui n’avez pas l’impression de plus créer l’événement avec vos spectacles qu’avec vos disques ?

D’abord, la scène est la création ultime. Personne n’entrave quoique ce soit. Quant à l’émotion, elle est d’abord générée par le concert, par ce qui se passe avec le public. Ensuite, il ne faut pas être dupe. C’est une évidence que l’économie du disque s’écroule. C’est une réalité avec laquelle il faut composer.


A ce propos, vous remplissez deux Stade de France en quelques heures et abordez une tournée de 32 concerts tous complets ou presque. L’engouement ne faiblit pas. Impressionnant, non ?

Cela m’émeut. En toute humilité, je me dis pourquoi moi ? Mais je n’ai jamais pensé que le public était acquis. Ce serait une erreur totale. Il peut être déçu. Il peut y avoir des hauts et des bas. Bien sûr, on a envie de durer, c’est humain, mais ça ne me hante pas. On ne peut pas forcer les choses. On peut engendrer. On peut décourager. Mais on est pas maître de sa vie. Par contre, pour durer, la chose fondamentale, c’est le travail. C’est une certitude. Cela se passe parfois dans la souffrance. Mais ça vaut le coup

Même si cela peut vous valoir de vivre dans un « Paradis inanimé », comme vous le chantez dans votre dernier album. En quelques mots, être une star, c’est être seul ?

J’aurais pu choisir, un moment, une autre carrière, à l’international. J’ai souhaité rester sur la France, même si la Russie s’est offerte à moi un peu plus tard. Donc, j’aurais pu encore aller plus loin. Cela dit, je crois avoir toujours été un être solitaire avec, en même temps, une grande envie et un grand besoin de l’autre. Il faut juste bien choisir. Quoiqu’il en soit, je crois que les êtres humains ont un peu tous les mêmes appréhensions, les mêmes démons.

L’une des principales surprises de votre dernier album, c’est le côté révolutionnaire dans deux-trois titres comme « Réveiller le monde » où vous chantez : « Réveiller le monde/Rêver d’un autre été (…)/Révolus les mondes/Sans une révolution. » Surprenant ?

Je ne suis pas sûre de vouloir porter ce chapeau… Mais j’aime l’idée de la révolution, d’un peuple qui se soulève. J’aime le mouvement de masse. C’est une envie. Une espèce de cri de bête. Pas un message politique. Un regroupement est une force incroyable alors que parfois l’homme dans son individualité me terrifie.

FanCarole1
On ne peut finir cette interview sans se rappeler que vous avez du sang breton, par votre mère, qui vit en Bretagne. Que pensez-vous avoir de breton en vous ?

(Elle sourit) La ténacité, le sens des valeurs profondes de la terre. Et puis… j’adore les crêpes ! Ma mère vit du côté de Pleyben. Enfant, j’ai passé mes vacances en Bretagne, à la ferme. J’adore les paysages tourmentés de la Bretagne.

Propos recueillis par Michel TROADEC.

Publié dans Mylène en INTERVIEW | Pas de Commentaire »

Interview de Mylène sur RTL

Posté par francesca7 le 8 mai 2012

L’interview exclusive de Mylène Farmer par Anthony Martin sur RTL en  JUILLET 2010

Interview de Mylène sur RTL dans Mylène en INTERVIEW 1961734-anthony-martin-diapo-1Le 6 septembre 2009, Mylène Farmer a accordé une longue interview à Anthony Martin. Cette interview était enregistrée en début d’après-midi, dans le jardin de sa suite, donnant sur le lac Léman, à l’hôtel de la Réserve. La star s’est montrée assez prolixe au lendemain de ses premiers stades genevois et à la veille de rentrer sur Paris, pour affronter le point d’orgue de ses 20 ans de scène, avec le Stade de France…

Comment vous sentez vous au lendemain de ces premiers concerts au stade de Genève ?

Comblée mais évidemment très fatiguée (rires) mais des moments inoubliables.

Vous ne vous ménagez pas sur scène, c’est un défi physique ?

Je m’y prépare environ 6 mois avant avec mon coach Hervé Lewis. On se connaît très très bien. L’exercice physique fait partie du spectacle, mais lorsqu’on est porté par un tel public, mon public
est tellement porteur, que j’en oublie l’effort. C’est plus l’émotion qui gagne le terrain.

Vous adorez entendre chanter le public, vous les faites reprendre a capella à la fin de plusieurs chansons pour les entendre, c’est le plus beau cadeau pour un artiste ?

C’est le moment le plus magique ou un des moments en tout cas, ils s’approprient la chanson, c’est presque de l’ordre du divin, c’est exceptionnel de vivre quelque chose comme ça.

Quand on vous voit sur scène on a du mal à vous imaginer préférer l’ombre à la lumière… vous allez l’air si forte si vivante à la lumière…

Le choix de l’ombre et la lumière est le choix entre la vie privée et la vie publique, l’on peut rester vivant aussi dans l’ombre, j’ai ce paradoxe en moi, je peux vivre dans l’ombre et m’exprimer dans la lumière.

On a l’impression que votre timidité est transcendée lorsque vous êtes sur scène face à 30 000 personnes comme hier soir, vous l’expliquez comment

Je crois que je n’ai pas d’explication, je l’ignore moi-même si ce n’est que je sais mon handicap devant 3 personnes, je ne sais pas si je peux qualifier ça d’aisance devant 30 000 personne, mais il y a une
bascule qui s’opère naturellement, j’ai finalement plus de difficulté devant 2 ou 3 personnes que devant une immense audience.

 dans Mylène en INTERVIEWParce que vous n’avez pas à leur parler, vous êtes là pour leur offrir et recevoir, c’est peut-être ça ?

En tout cas les mots sont à travers mes textes, et puis là pour le coup il n’y a rien de préparé, lorsque j’ai envie de dire quelque chose c’est quand j’en ressens le besoin, là c’est place au naturel, c’est place à l’émotion en direct pour le coup. Sur scène vous incarnez vraiment l’intimité et la grâce dans une mise en scène gigantesque.

Quel est le secret pour marier tout ça ?

J’ai toujours aimé, en tout cas avoir besoin du gigantesque et du spectaculaire. J’ai aussi besoin de moments d’intimité, c’est ce que nous avons essayé de créer sur ce spectacle avec le proscénium et
la croix qui est au centre du stade même. C’est là que l’on crée un moment intime qui est de l’ordre de la communion. Malgré ce grand nombre, ce grand nombre devient alors un.

Il y a un autre couple qui vous compose sur scène, c’est discrétion et provocation. Comment les faites-vous cohabiter ?

Toutes ces facettes font partie de moi, je suis de nature discrète, parfois timide mais l’éclat de rire fait aussi partie de moi, j’ai à la fois cette fragilité mais aussi cette force qui me permet de surmonter
toutes mes peurs, tous mes démons au moment où j’en ai le plus besoin.

Il ne reste plus que 3 concerts avant la fin de cette tournée 2009, avez-vous une appréhension de l’après-tournée ?

Je l’ai depuis le premier jour, puisqu’on sait que tout a un début et une fin, maintenant quant à la gestion de ce grand vide, cela m’est très personnel mais je ne vous cache pas qu’il y est un vide qui est
presque insurmontable. Le secret c’est de se re-projeter dans une création, non pas pour oublier mais pour se redonner la force de continuer et de vivre.

Que fait Mylène Farmer dix minutes avant d’entrer en scène ?

J’ai auprès de moi Anthony (…Souchet, son meilleur ami), qui reste avec moi dans la loge. Les dix dernières minutes sont vraiment un moment de recueillement, plus de concentration. Laurent
(Boutonnat, son mentor son compositeur) passe cinq minutes avant d’entrer en scène, me sert la main et me dit «fais le vent». (rires) Ca veut dire «respire». C’est une manière d’essayer de
déstresser un peu. C’est vraiment dans le silence. Quant aux rituels je ne sais pas si je peux… là encore la pudeur regagne du terrain. Et quant aux objets ils sont là… mais, ils sont miens.

Vous en avez en tout cas ?

J’en ai… Une fois inspirée, voilà comment Mylène Farmer écrit les paroles de ses chansons : Les mots s’appuient, s’accrochent, s’harmonisent avec la musique
donc j’ai besoin de la musique avant d’écrire des mots. La musique m’inspire des sentiments, des sensations.

Vous êtes seule ? Comme un écolier à son bureau ?

Tout à fait. Dans une pièce totalement isolée. Ça j’en ai besoin. Comme un écolier, j’ai un très mauvais souvenir de la scolarité donc nous allons passer ce mot… En tout cas le travail, l’opiniâtreté est
essentielle.

Parfois dans la souffrance ?

Je crois que c’est indissociable. La douleur parce que les doutes. La douleur physique. Il faut aller au-delà de soi.

Est-ce que ce métier a été votre survie ?

Oui oui, définitivement oui. C’est quelque chose qui m’a aidée à m’incarner là où j’avais le sentiment plus jeune de n’être pas incarnée du tout, de n’être rattachée à rien. C’est fondamental.

Vos goûts musicaux ?

Je suis attentive. J’écoute beaucoup de musique. Mes goûts musicaux sont assez éclectiques. J’adore Dépêche Mode, Sigur Ros, David Bowie, Archive, Juliette Gréco. Ce sont en général des
artistes qui ont leur propre univers. Et sur scène qui proposent au public des choses incroyables.

Que vous inspire la mort de Michael Jackson ?

Le tragique, la notion d’incompatibilité de vie privée et vie publique, de médias. C’était un immense artiste. C’est quelqu’un dont j’appréciais les spectacles, mais l’homme aussi, sa fragilité, sa sensibilité. C’est tragique. C’est le mot qui me vient. Je suis triste… comme beaucoup de personnes.»

Et ses albums, ses DVD, vous les avez à la maison ?

Absolument.

Où allez vous chercher votre nourriture artistique ?

Un peu partout, je peux vous parler d’une exposition que j’ai découverte à New York l’an dernier « Our body ». Beaucoup d’écorchés, c’est l’humanité décharnée, découpée. Je n’ai pas été choquée mais très impressionnée, intriguée, cela fait partie d’une réflexion et m’a donné l’idée, l’envie d’exploiter cette idée de l’écorchée, dont j’ai fait part à Jean Paul Gaultier qui fut enchanté de pouvoir créer un écorchée multiplié par tous les danseurs pour les costumes du premier tableau sur scène. Il y a aussi la peinture (NDLR Egon Schiele) ou des auteurs comme Stefan Zweig, mais la liste serait trop longue.

Est ce que les rencontres humaines vous inspirent aussi ?

L’être humain m’inspire tout simplement. Les belles rencontres sont très très rares mais indispensables à sa vie.

Est-ce que vous avez le sentiment d’avoir construit une oeuvre ?

Non. J’ai construit quelque chose. Je suis fière de ce que j’ai pu construire, sans prétention aucune. Je suis heureuse d’avoir rencontré un public.Très sincèrement, l’obsession de laisser une trace ne fait pas partie de moi. Maintenant pour être totalement honnête j’aimerais que l’on ne m’oublie pas. Mais la vie n’est pas finie donc à moi de le construire.

Est-ce que vous avez apprivoisé vos peurs, vos souffrances avec le temps, avec le succès ?

Non. Et c’est sans doute pas grave. Ou très grave je ne sais pas. (rires) Je n’ai pas la réponse. J’ai certainement pansé des plaies. Malheureusement je ne pense pas qu’on puisse faire le deuil de
quelque chose. Maintenant on peut tenter de faire ré-émerger la vie et des choses qui vous aident à tenir, qui vous aide à vous réveiller, à sourire. Tout ce qui est doutes, tout ce qui est peur, sont là ancrés et là encore ça fait partie de votre sang, de vos veines. C’est là, c’est présent. C’est sans doute nécessaire. Ou pas. Mais c’est là en tout cas. Ca aide à une certaine créativité.

Dans votre spectacle, il y a beaucoup de têtes de morts projetées sur les écrans géants, l’idée de mort vous terrifie–telle encore ?

L’idée de la mort me terrifie chaque deux secondes de ma vie. Est ce que ma propre mort me terrifie ? Parfois oui, parfois non. Parfois le mot fatalité est plutôt serein. Je me dis «bon, ça se fera de toute
façon c’est inéluctable». Parfois elle me hante et parfois je l’oublie.

Qu’est-ce qui vous fait rire dans la vie ?

Les débuts d’interview (rires) on a un air très dramatique lorsqu’on commence. L’absurde probablement je pense. Dans toutes ces formes.

Au cinéma ?

Je voudrais aller vois le film de Tarantino, « Inglorious basterds », on m’en a dit grand bien.

Quelle est votre définition du mot mystère ?

Le mot mystère, mon dieu, déjà il n’y a pas de stratégie du mystère me concernant. C’est quelque chose de caché, de l’ordre du religieux, mais laissons cette réponse mystérieuse, je ne suis pas sûr
de pouvoir définir ce mot.

Sur votre anniversaire au Stade de France, quelques mots :

Je vais vous faire une confidence. Il y a fort longtemps que je ne célèbre plus mon anniversaire. Mais pour être tout à fait franche, un anniversaire devant 80 000 personnes au Stade de France, c’est
quelque chose qui sera, je crois, incroyable à vivre. Donc j’adore cette idée-là (rires). Et cette date évidemment n’a pas été choisie, il se trouve que le Stade de France était libre à cette fameuse date
anniversaire. Cela sera un immense cadeau de 80 000 personnes. C’est incroyable.

Avez-vous une idée du prochain disque studio ?

Absolument pas, évidemment on pense à ce qu’est ce que je vais faire demain, mais je n’ai pas les réponses. J’ai le projet d’un prochain album. Mais c’est une page totalement blanche, mais très envie de
m’y remettre très très vite.

Vos projets au cinéma…

J’ai le projet d’un long-métrage initié par Claude Berri que j’aimais profondément, tiré d’un ouvrage de Nathalie Reims,(NDLR l’ombre des autres) dont le metteur en scène sera Bruno Aveillan. Et ça sera
pour lui son premier long-métrage pour moi un premier rôle, un deuxième film, et j’espère une rencontre avec le public.

Vous essaierez de laisser une place plus importante au cinéma ?

Je n’ai aucune réponse. J’ai besoin de la musique. J’ai besoin des mots. Je suis quelqu’un d’instinctif. Le jour où je ne souhaiterai plus dire ces mots, chanter, je choisirai ce moment avant qu’il ne me
saisisse.

MF90_165aVous connaissez l’échéance ?

Non bien sûr que non. Non non.

Qu’est ce qui vous ferez arrêter la musique ?

L’absence de désir, vous allez voir un énorme silence là … lorsqu’on a plus envie de donner ni de recevoir mais j’imagine que cela survient lorsque on est un être mort et je ne me le souhaite pas. Je crois que tout art a ses limites. Cela sera spontané. Quelque chose en moi me dira «là il faut arrêter».

Cela révèle une vraie force de caractère …

Peut-être que cela fait partie de moi aussi cette force de caractère. En tout cas ne pas tricher avec soi-même. Ne pas se mentir et essayer de dormir un petit peu de temps en temps (rires).

Vous dormez tranquille enfin aujourd’hui ?

Non, non ce n’est pas possible (rires). Là encore, puisque je crois que l’on va conclure cette interview, j’ai une chance incroyable, je vis des choses incroyables. Je remercie à
nouveau de vive voix le public, de cette fidélité. Et puis je vais essayer de ne pas pleurer… on va arrêter là, merci beaucoup.

=> Retrouvez cette interview dans le livre « Mylène Farmer- écorchée live » aux éditons Artlust

Publié dans Mylène en INTERVIEW | Pas de Commentaire »

Interview de Mylène par ParisMatch

Posté par francesca7 le 25 avril 2012


Petit focus sur l’unique interview accordée par Mylène aux médias pendant l’exploitation de ce best of. C’était à « Paris Match » le 06 décembre 2001.

Paris Match : Vous si mal à l’aise dès qu’un regard se pose sur vous, vos dernières photos sont limite « porno chic ». Est-ce nécessaire pour vendre ?

Interview de Mylène par ParisMatch dans Mylène en INTERVIEW 6iao1py6vn-300x266Mylène Farmer : Il faudrait encore définir ce qu’on appelle porno chic. Il n’y a dans ces photos, que je sache, ni pornographie ni nudité apparente. A ma connaissance – pour reprendre votre terme –, la pornographie n’a jamais été chic.

Paris Match : Elles sont tout de même provocantes…

Mylène Farmer : Je ne fais pas ce métier pour provoquer. Mais, parfois, certaines provocations sont synonymes de liberté. Dans un spot télé qu’on vient de faire pour la promotion du « Best Of » comprenant les extraits de mes clips, il y a un plan de trois secondes dans lequel un homme soulève délicatement un drap avec une badine et découvre une paire de fesses. Les censeurs de la publicité nous l’ont fait couper sans donner d’explication. Quelle hypocrisie, alors qu’on nous abreuve toute la journée de violence. Tout ce qui est tiède m’ennuie, le politiquement correct, l’uniformité de pensée et d’expression… Je ne suis pas naïve, je sais très bien qu’en publiant ce genre de photos je vais provoquer un certain type de réaction. Comme je suis la première à m’insurger contre la censure, je ne peux pas être mon propre censeur ! Je vais au bout de mes désirs.

Paris Match : C’est rare de vous voir sourire sur des photos…

Mylène Farmer : Ces photos ne représentent qu’une des facettes de ma personnalité, la plus osée sans doute. Une femme qui revendique sa féminité avec peut-être plus de verve qu’une autre. C’est la situation qui me fait sourire car cette femme, sur cette photo, c’est aussi tout le contraire de moi.

Paris Match : Vous ne pensez jamais aux détraqués qui fantasment sur vous ?
Mylène Farmer : Je préfère ne pas y penser, sinon je ne ferais plus rien.

Paris Match : Vous aimez qu’on vous regarde ?
Mylène Farmer : Je choisis mes  moments. J’aime séduire avec les mots, avec les gestes. Si je n’aimais pas séduire, comment pourrais-je faire ce métier ?

Paris Match : Vous dites toujours que vous n’aimez pas vous censurer. Vous êtes pourtant une malade du contrôle…

MF2000_118a dans Mylène en INTERVIEWMylène Farmer : Je sens une certaine agressivité dans votre question. Les deux ne sont pas contradictoires. Oui, je suis quelqu’un qui contrôle, mais pourquoi le contrôle serait-il condamnable ? Contrôler c’est être aussi exigeant, avec soi-même qu’avec les autres, contrôler ce n’est pas ignorer ni ne pas respecter le talent des autres. Je fais ce métier depuis dix-huit ans. J’ai très vite compris qu’il fallait se méfier car il y a toujours détournement :  détournement de mes intentions, détournement de mes propos dans les interviews. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle je n’en donne pratiquement jamais. J’essaie de limiter les débordements, les écarts, les mensonges. Plutôt que de passer mon temps à me justifier, ce qui n’est pas dans ma nature, je préfère le silence.

Paris Match : Est-ce qu’il ne vaut pas mieux parfois se tromper plutôt que de toujours être sur ses gardes ?

Mylène Farmer : Je me méfie d’une certaine nature humaine. Plus que tout, je redoute la trahison. Mais la méfiance n’exclut pas le don de soi. Peut-être m’a-t-on beaucoup trahie. Je ne sais pas. Ou plus. Je n’ai aucun souvenir de mon enfance et mon adolescence est en train de s’effacer.

Paris Match : Je vous imagine très bien petite fille en train d’arracher les yeux de vos poupées !

Mylène Farmer : [Elle éclate de rire.] C’est vraiment comme ça que vous me voyez ? Il y a un mois, je recousais les yeux d’un vieux lapin en peluche ! Et puis, il paraît que je préférais les camions aux jeux de petites filles et que je fabriquais, comme dans “Tom et Jerry”, des petites bombes avec des bouchons de liège et, une mèche que je mettais devant les perrons avant de partir en courant !

Paris Match : Cette histoire d’amnésie, c’est vrai ou vous l’avez inventée pour ne pas parler de votre passé ?

Mylène Farmer : Je ne comprends pas comment vous pouvez penser une telle chose !

Paris Match : Pourquoi ne vous autorisez-vous jamais à vous laisser aller ?

Mylène Farmer : Il n’est pas nécessaire d’avoir des raisons pour avoir peur.

Paris Match : Vous n’êtes faite que de contradictions. Vous êtes la plus grande schizophrène que je connaisse. Lorsque je vous ai vue pour la première fois sur scène descendre du ciel à moitié nue, offerte au public, vous si pudique, si timide, perdue dans vos profondeurs, j’avoue que j’ai du mal à recoller les morceaux de votre personnalité…

Mylène Farmer : Sur scène, j’arrive à oublier le regard des autres, peut-être parce que je sais que si les gens se donnent la peine de venir me voir, c’est parce qu’ils m’aiment. La vie m’a fait un immense cadeau : j’ai une force incroyable en moi, même si parfois je vacille, elle me permet de toujours rebondir.

Paris Match : Depuis un an, vos fans vous reprochent, je cite, “de les prendre pour des vaches à lait” et de ne rien donner en échange…

MF2000_65aMylène Farmer : Ne faites pas d’un cas isolé une généralité. Je veux qu’on sache que je n’ai jamais été à l’initiative d’un fan-club, ni officieux ni officiel. Je n’adhère pas au culte de ma personnalité. Si quelqu’un ou quelques-uns ont décidé de leur plein gré de créer un fan-club, c’est sous leur entière responsabilité. Je ne me suis pas opposée à la publication de leurs journaux car ils étaient de qualité. Mais, pour autant, leur destinée n’est pas de mon ressort et ils le savent très bien. En revanche, je suis toujours étonnée de voir certains médias reprendre indéfiniment les mêmes fausses informations.

Paris Match : Mais vous ne leur donnez rien !

Mylène Farmer : Je ne pense pas qu’on « donne » nécessairement quelque chose en racontant sa vie dans les journaux. Je suis quelqu’un de très secret. Mon respect pour le public est sans ambiguïté. Mon implication morale, intellectuelle et sentimentale est la même, de l’écriture d’une chanson à la fabrication d’un clip, d’un tee-shirt ou d’un spectacle. Quand je donne un concert, il y a un investissement colossal sur scène aussi bien émotionnellement que financièrement. J’offre exactement le même spectacle à Paris, en province ou en Russie.

Paris Match : Dans un sondage, vous êtes, après Laetitia Casta, la personne qui gagne le plus d’argent dans ce métier: 35 millions de francs par an. C’est vrai ?

Mylène Farmer : C’est aussi FAUX que lorsqu’on dit que je suis enceinte, que mon vrai prénom est Marie-Hélène ou que le magazine « Marie-Claire » affirme que je suis mère d’un enfant. L’argent me donne une formidable liberté mais ce n’est pas une fin en soi.

Paris Match : Vous refusez toujours de parler de votre vie privée, alors on l’invente !
Mylène Farmer : Dans vie privée, il y a privé. Le mot est suffisamment éloquent. Je n’admets pas cette forme d’intrusion. Je suis comblée émotionnellement dans ma vie et dans ma carrière, je n’ai rien à ajouter.

Paris Match : Vous vous donnez, vous vous dérobez. Vous êtes consciente quand même que vous entretenez des rapports névrotiques avec la célébrité?

Mylène Farmer : Je n’ai pas décidé de faire ce métier pour être connue mais pour être reconnue. Je n’ai pas à me justifier. On me reproche toujours mon prétendu silence, mais le silence est ma nature profonde. Ce qui est amusant, c’est que ce que certains aiment chez moi est en même temps ce que d’autres finissent par me reprocher. Alors que faire?

Paris Match : Récemment, dans un dîner bien parisien, certains invités s’étonnaient, entre autres choses, de votre amitié avec Salman Rushdie

Mylène Farmer : J’aime l’écriture. Ceux qui m’aiment le savent. Ils ne doivent pas être dans vos dîners mondains. La culture a toujours eu une place très importante dans ma vie. J’aime Bataille, Cioran, Edgar Poe, Tchekhov, Baudelaire. La poésie me transporte. Comme je parle peu, je lis souvent.

Paris Match : Les attentats du 11 septembre aux Etats-Unis et les événements qui en ont découlé ont été un réveil pour beaucoup de gens. Et pour vous ?

Mylène Farmer : Je n’avais pas besoin d’une immense catastrophe pour me réveiller et me faire comprendre les urgences de la vie. Je ne passe pas une journée sans penser à la mort. Pour la plupart des gens, les cimetières sont chargés de tristesse. Pas pour moi. Je les visite comme on visite des musées. Je m’y sens bien quand ils sont beaux. De même qu’un arbre calciné peut être aussi émouvant qu’un arbre en fleur.

Paris Match : Est-ce que je peux parler de vos activités silencieuses auprès des enfants malades ?

Mylène Farmer : [Mal à l'aise.] Pour quoi faire ? Ces moments sont des moments d’une grande richesse, très forts et trop rares aussi. Des moments bénis, des moments silencieux qui leur appartiennent.

Paris Match : Vous venez d’avoir 40 ans. Vous projetez toujours une image de jeunesse. Il y a un moment où ça deviendra indécent…

Mylène Farmer : Il y a une grande part d’enfance en moi, peut-être que je ne dois pas la quitter. Je sais qu’il y a un âge où on ne peut plus faire le Marsupilami sur scène. C’est vrai que j’ai peur de vieillir. Ce qui est rassurant c’est que, quand les hommes parlent bien des femmes, ils disent qu’au-delà de la quarantaine elles sont en pleine possession de leur féminité.

Paris Match : Vous croyez que vous pourrez vous passer des applaudissements ?

Mylène Farmer : C’est une question cruelle mais j’y pense parfois. Je saurai quand viendra le moment où il faudra que je change. Non pas le fond de mon expression mais la forme. Je saurai ne pas faire le « combat de trop ». Partir avant de lasser
 

 Une interview qui a marqué les esprits de ceux qui la connaissent.

Publié dans Mylène en INTERVIEW | Pas de Commentaire »

Mylène Farmer par Anthony Martin

Posté par francesca7 le 14 avril 2012

L’interview exclusive de Mylène Farmer par Anthony Martin

Mylène Farmer par Anthony Martin dans Mylène en INTERVIEW 1999-Philippe-Salomon-002b-203x300Le 6 septembre 2009, Mylène Farmer a accordé une longue interview à Anthony Martin. Cette interview était enregistrée en début d’après-midi, dans le jardin de sa suite, donnant sur le lac Léman, à l’hôtel de la Réserve. La star s’est montrée assez prolixe au lendemain de ses premiers stades genevois et à la veille de rentrer sur Paris, pour affronter le point d’orgue de ses 20 ans de scène, avec le Stade de France…

Comment vous sentez vous au lendemain de ces premiers concerts au stade de Genève ?

Comblée mais évidemment très fatiguée (rires) mais des moments inoubliables.

Vous ne vous ménagez pas sur scène, c’est un défi physique ?

Je m’y prépare environ 6 mois avant avec mon coach Hervé Lewis. On se connaît très très bien. L’exercice physique fait partie du spectacle, mais lorsqu’on est porté par un tel public, mon public
est tellement porteur, que j’en oublie l’effort. C’est plus l’émotion qui gagne le terrain.

Vous adorez entendre chanter le public, vous les faites reprendre a capella à la fin de plusieurs chansons pour les entendre, c’est le plus beau cadeau pour un artiste ?

C’est le moment le plus magique ou un des moments en tout cas, ils s’approprient la chanson, c’est presque de l’ordre du divin, c’est exceptionnel de vivre quelque chose comme ça.

Quand on vous voit sur scène on a du mal à vous imaginer préférer l’ombre à la lumière… vous allez l’air si forte si vivante à la lumière…

Le choix de l’ombre et la lumière est le choix entre la vie privée et la vie publique, l’on peut rester vivant aussi dans l’ombre, j’ai ce paradoxe en moi, je peux vivre dans l’ombre et m’exprimer dans la lumière.

On a l’impression que votre timidité est transcendée lorsque vous êtes sur scène face à 30 000 personnes comme hier soir, vous l’expliquez comment

Je crois que je n’ai pas d’explication, je l’ignore moi-même si ce n’est que je sais mon handicap devant 3 personnes, je ne sais pas si je peux qualifier ça d’aisance devant 30 000 personne, mais il y a une bascule qui s’opère naturellement, j’ai finalement plus de difficulté devant 2 ou 3 personnes que devant une immense audience.

Parce que vous n’avez pas à leur parler, vous êtes là pour leur offrir et recevoir, c’est peut-être ça ?

En tout cas les mots sont à travers mes textes, et puis là pour le coup il n’y a rien de préparé, lorsque j’ai envie de dire quelque chose c’est quand j’en ressens le besoin, là c’est place au naturel, c’est place à l’émotion en direct pour le coup. Sur scène vous incarnez vraiment l’intimité et la grâce dans une mise en scène gigantesque.

Quel est le secret pour marier tout ça ?

MF2000_113a dans Mylène en INTERVIEWJ’ai toujours aimé, en tout cas avoir besoin du gigantesque et du spectaculaire. J’ai aussi besoin de moments d’intimité, c’est ce que nous avons essayé de créer sur ce spectacle avec le proscénium et la croix qui est au centre du stade même. C’est là que l’on crée un moment intime qui est de l’ordre de la communion. Malgré ce grand nombre, ce grand nombre devient alors un.

Il y a un autre couple qui vous compose sur scène, c’est discrétion et provocation. Comment les faites-vous cohabiter ?

Toutes ces facettes font partie de moi, je suis de nature discrète, parfois timide mais l’éclat de rire fait aussi partie de moi, j’ai à la fois cette fragilité mais aussi cette force qui me permet de surmonter
toutes mes peurs, tous mes démons au moment où j’en ai le plus besoin.

Il ne reste plus que 3 concerts avant la fin de cette tournée 2009, avez-vous une appréhension de l’après-tournée ?

Je l’ai depuis le premier jour, puisqu’on sait que tout a un début et une fin, maintenant quant à la gestion de ce grand vide, cela m’est très personnel mais je ne vous cache pas qu’il y est un vide qui est presque insurmontable. Le secret c’est de se re-projeter dans une création, non pas pour oublier mais pour se redonner la force de continuer et de vivre.

Que fait Mylène Farmer dix minutes avant d’entrer en scène ?

J’ai auprès de moi Anthony (…Souchet, son meilleur ami), qui reste avec moi dans la loge. Les dix dernières minutes sont vraiment un moment de recueillement, plus de concentration. Laurent (Boutonnat, son mentor son compositeur) passe cinq minutes avant d’entrer en scène, me sert la main et me dit «fais le vent». (rires) Ca veut dire «respire». C’est une manière d’essayer de déstresser un peu. C’est vraiment dans le silence. Quant aux rituels je ne sais pas si je peux… là encore la pudeur regagne du terrain. Et quant aux objets ils sont là… mais, ils sont miens.

Vous en avez en tout cas ?

J’en ai… Une fois inspirée, voilà comment Mylène Farmer écrit les paroles de ses chansons : Les mots s’appuient, s’accrochent, s’harmonisent avec la musique donc j’ai besoin de la musique avant d’écrire des mots. La musique m’inspire des sentiments, des sensations.

Vous êtes seule ? Comme un écolier à son bureau ?

Tout à fait. Dans une pièce totalement isolée. Ça j’en ai besoin. Comme un écolier, j’ai un très mauvais souvenir de la scolarité donc nous allons passer ce mot… En tout cas le travail, l’opiniâtreté est essentielle.

Parfois dans la souffrance ?

Je crois que c’est indissociable. La douleur parce que les doutes. La douleur physique. Il faut aller au-delà de soi.

Est-ce que ce métier a été votre survie ?

Oui oui, définitivement oui. C’est quelque chose qui m’a aidée à m’incarner là où j’avais le sentiment plus jeune de n’être pas incarnée du tout, de n’être rattachée à rien. C’est fondamental.

Vos goûts musicaux ?

Je suis attentive. J’écoute beaucoup de musique. Mes goûts musicaux sont assez éclectiques. J’adore Dépêche Mode, Sigur Ros, David Bowie, Archive, Juliette Gréco. Ce sont en général des artistes qui ont leur propre univers. Et sur scène qui proposent au public des choses incroyables.

Que vous inspire la mort de Michael Jackson ?

Le tragique, la notion d’incompatibilité de vie privée et vie publique, de médias. C’était un immense artiste. C’est quelqu’un dont j’appréciais les spectacles, mais l’homme aussi, sa fragilité, sa sensibilité. C’est tragique. C’est le mot qui me vient. Je suis triste… comme beaucoup de personnes.»

Et ses albums, ses DVD, vous les avez à la maison ?

Absolument.

Où allez vous chercher votre nourriture artistique ?

Un peu partout, je peux vous parler d’une exposition que j’ai découverte à New York l’an dernier « Our body ». Beaucoup d’écorchés, c’est l’humanité décharnée, découpée. Je n’ai pas été choquée mais très impressionnée, intriguée, cela fait partie d’une réflexion et m’a donné l’idée, l’envie d’exploiter cette idée de l’écorchée, dont j’ai fait part à Jean Paul Gaultier qui fut enchanté de pouvoir créer un écorchée multiplié par tous les danseurs pour les costumes du premier tableau sur scène. Il y a aussi la peinture (NDLR Egon Schiele) ou des auteurs comme Stefan Zweig, mais la liste serait trop longue.

Est ce que les rencontres humaines vous inspirent aussi ?

L’être humain m’inspire tout simplement. Les belles rencontres sont très très rares mais indispensables à sa vie.

MF2000_63aEst-ce que vous avez le sentiment d’avoir construit une oeuvre ?

Non. J’ai construit quelque chose. Je suis fière de ce que j’ai pu construire, sans prétention aucune. Je suis heureuse d’avoir rencontré un public.Très sincèrement, l’obsession de laisser une trace ne fait pas partie de moi. Maintenant pour être totalement honnête j’aimerais que l’on ne m’oublie pas. Mais la vie n’est pas finie donc à moi de le construire.

Est-ce que vous avez apprivoisé vos peurs, vos souffrances avec le temps, avec le succès ?

Non. Et c’est sans doute pas grave. Ou très grave je ne sais pas. (rires) Je n’ai pas la réponse. J’ai certainement pansé des plaies. Malheureusement je ne pense pas qu’on puisse faire le deuil de quelque chose. Maintenant on peut tenter de faire ré-émerger la vie et des choses qui vous aident à tenir, qui vous aide à vous réveiller, à sourire. Tout ce qui est doutes, tout ce qui est peur, sont là ancrés et là encore ça fait partie de votre sang, de vos veines. C’est là, c’est présent. C’est sans doute nécessaire. Ou pas. Mais c’est là en tout cas. Ca aide à une certaine créativité.

Dans votre spectacle, il y a beaucoup de têtes de morts projetées sur les écrans géants, l’idée de mort vous terrifie–telle encore ?

L’idée de la mort me terrifie chaque deux secondes de ma vie. Est ce que ma propre mort me terrifie ? Parfois oui, parfois non. Parfois le mot fatalité est plutôt serein. Je me dis «bon, ça se fera de toute façon c’est inéluctable». Parfois elle me hante et parfois je l’oublie.

Qu’est-ce qui vous fait rire dans la vie ?

Les débuts d’interview (rires) on a un air très dramatique lorsqu’on commence. L’absurde probablement je pense. Dans toutes ces formes.

Au cinéma ?

Je voudrais aller vois le film de Tarantino, « Inglorious basterds », on m’en a dit grand bien.

Quelle est votre définition du mot mystère ?

Le mot mystère, mon dieu, déjà il n’y a pas de stratégie du mystère me concernant. C’est quelque chose de caché, de l’ordre du religieux, mais laissons cette réponse mystérieuse, je ne suis pas sûr de pouvoir définir ce mot.

Sur votre anniversaire au Stade de France, quelques mots :

Je vais vous faire une confidence. Il y a fort longtemps que je ne célèbre plus mon anniversaire. Mais pour être tout à fait franche, un anniversaire devant 80 000 personnes au Stade de France, c’est quelque chose qui sera, je crois, incroyable à vivre. Donc j’adore cette idée-là (rires). Et cette date évidemment n’a pas été choisie, il se trouve que le Stade de France était libre à cette fameuse date anniversaire. Cela sera un immense cadeau de 80 000 personnes. C’est incroyable.

Avez-vous une idée du prochain disque studio ?

Absolument pas, évidemment on pense à ce qu’est ce que je vais faire demain, mais je n’ai pas les réponses. J’ai le projet d’un prochain album. Mais c’est une page totalement blanche, mais très envie de m’y remettre très très vite.

Vos projets au cinéma…

J’ai le projet d’un long-métrage initié par Claude Berri que j’aimais profondément, tiré d’un ouvrage de Nathalie Reims,(NDLR l’ombre des autres) dont le metteur en scène sera Bruno Aveillan. Et ça sera pour lui son premier long-métrage pour moi un premier rôle, un deuxième film, et j’espère une rencontre avec le public.

Vous essaierez de laisser une place plus importante au cinéma ?

Je n’ai aucune réponse. J’ai besoin de la musique. J’ai besoin des mots. Je suis quelqu’un d’instinctif. Le jour où je ne souhaiterai plus dire ces mots, chanter, je choisirai ce moment avant qu’il ne me saisisse.

Vous connaissez l’échéance ?

MF2000_94aNon bien sûr que non. Non non.

Qu’est ce qui vous ferez arrêter la musique ?

L’absence de désir, vous allez voir un énorme silence là … lorsqu’on a plus envie de donner ni de recevoir mais j’imagine que cela survient lorsque on est un être mort et je ne me le souhaite pas. Je crois que tout art a ses limites. Cela sera spontané. Quelque chose en moi me dira «là il faut arrêter».

Cela révèle une vraie force de caractère …

Peut-être que cela fait partie de moi aussi cette force de caractère. En tout cas ne pas tricher avec soi-même. Ne pas se mentir et essayer de dormir un petit peu de temps en temps (rires).

Vous dormez tranquille enfin aujourd’hui ?

Non, non ce n’est pas possible (rires). Là encore, puisque je crois que l’on va conclure cette interview, j’ai une chance incroyable, je vis des choses incroyables. Je remercie à nouveau de vive voix le public, de cette fidélité. Et puis je vais essayer de ne pas pleurer… on va arrêter là, merci beaucoup.

=> Retrouvez cette interview dans le livre « Mylène Farmer- écorchée live » aux éditons Artlust

Publié dans Mylène en INTERVIEW | Pas de Commentaire »

Interview Mylène Farmer – rôle de Catherine

Posté par francesca7 le 8 avril 2012


Propos recueillis par Gaillarc-Morgue dans Dossier de Presse – Bonne Question d’octobre 1994. (Film Giorgino )

Voilà un désir enfin réalisé, le cinéma vous y pensiez bien avant la chanson ?

Notre rencontre avec Laurent Boutonnat est né d’un même désir ; faire du cinéma. Pourtant, nous avons existé tous les eux, grâce à la chanson ; un cadeau que la vie m’a fait, même si cela n’a pas été toujours facile. Cette envie de faire du cinéma, cette envie de faire ce film, a mûri près de dix ans ; c’est long dix ans…

Quelles ont été vos premières impressions à la lecture du scénario ?

 Interview Mylène Farmer - rôle de Catherine dans Mylène en INTERVIEW GiorginoPremiereLe sujet de Giorgio m’a attiré par son étrangeté, son originalité. Pour parler plus précisément du personnage de Catherine, j’ai senti que je pouvais y mettre beaucoup d’émotions. Je crois que Laurent a puisé certaines choses de ma personnalité pour l’écriture du personnage de Catherine. Nous n’en avons jamais parlé.. Je n’ai pas réellement connu la magie de la découverte du scénario parce que j’ai suivi pratiquement 24 h sur 24, l’élaboration de ce projet : j’ai aussi vécu les difficultés d’écriture qu’ont rencontré  Laurent Boutonnat et Gilles Laurent (le coscénariste) ainsi que tous les problèmes inhérents au montage d’un tel projet. C’est malgré tout, passionnant d’apprendre tous les à côtés d’un film. Giorgino a été un accouchement dans la douleur, mais nous vivons, Laurent et moi-même, dans ce climat depuis que l’on travaille ensemble, rien ne se fait dans la facilité. Peut-être ressentirons-nous un peu de bonheur ou plutôt de soulagement, quand nous nous déposséderons totalement du film, c’st à dire le jour de sa sortie sur les écrans.

Qui est Catherine, cette femme-enfant mystérieuse que les gens disent folle ?

Catherine est différente des autres et elle pariera cette différence.. C’est avant tout sa fragilité qui m’a émue, j’aime son innocence et sa violence intérieure. Les enfants ont ça en eux : naïveté, pureté et colère… J’aime son incapacité à être dans le monde des adultes.

Quels sont selon vous, les blessures profondes de Catherine, qu’est-ce qui a provoqué cette fragilité ?

Catherine n’est pas intellectuellement de son âge, ce n’est pas un jeune fille « retardée » mais simplement colle le dit le prêtre : « elle a l’esprit d’un enfant ». Elle est restée isolé du monde extérieur, probablement protégée par ses parents, s’occupent elle-même d’enfants retardés. Pour Catherine, le noyau de sa famille pourrait représenter la beauté, et le reste du monde la laideur… Catherine n’est pas armée pour le monde extérieur et sa violence… La disparition des enfants, de sa mère, puis de son père, sont autant de traumatismes, de blessures irréversibles. Et puis, un très jeune personnage capable de dire : « Et si c’était la douleur qui faisait chanter les oiseaux ?… » n’est-ce pas suffisamment éloquent ?

GiorginoPhotos10 dans Mylène en INTERVIEWOn a l’impression que vous êtes complètement pénétrée par cette jeune fille. Comment s’est faite l’approche de ce personnage étrange ?

J’ai une très grande liberté par rapport au personnage de Catherine, c’est étrange, mais il n’y a pas eu de grande difficulté quant à savoir comment aborder ce rôle. Pour l’approche du personnage, j’ai simplement eu renvie de m’informer un peu sur l’univers psychiatrique ; j’ai pu assister à quelques entretiens entre ce qu’on appelle des « malades » et leurs docteurs, sachant que Catherine basculait dans une dite « folie », en tout cas dans un retrait d’avec une dite « réalité », j’ai écouté puis j’ai regardé la gestuelle « particulière » de ces personnes très habituées, angoissées et sous médicament pour la plupart… Vous dire que je m’en suis servie pour Catherine, je ne sais pas vraiment. J’ai abordé sa personnalité à la lecture du scénario et je savais ce que je pouvais donner au personnage. D’autre part, un costume, un décor et une envie d’incarner quelqu’un d’autre que soit, sont autant de facteurs importants pour l’approche d’un rôle comme celui-ci.

Vous vous étiez auparavant intéressée aux enfants autistes. Cette observation vous a-t-elle aidée pour le rôle de Catherine.

Aidée, je ne sais, mais avoir envie de comprendre, de percer les mystères de ce silence, de ce repliement sur soi… Catherine a un trouble profondément enfoui en elle. Le comportement des enfants autistes est tellement intrigant, leur retrait du monde est inexplicable, on ne sait pas.. Oui, j’ai peut-être la sensation d’être proche d’eux. Une communion dans le silence avec ces personnes-là me paraît plus enrichissante parfois qu’une conversation.

 

Dans votre interprétation, vous faites passer la « folie » de Catherine de façon très subtile, les gestes, les regards sont à peine esquissés, intenses mais sans excès, sans débordement. Le trouble est plus fort encore.

Je préfère les paroles murmurées aux mots cirés. En fait, je n’aime pas imposer, je préfère proposer ; cela tient d’une pudeur et d’une timidité qui font partie de moi ; C’est ma personnalité, et mon jeu s’en ressent certainement. D’autre part, Catherine me semblait plus proche de « l’introvertie » que de son contraire… Je n’avais donc pas envie, quand Catherine bascule irrémédiablement, de passer soudainement à un état épileptique et voyant. Dans cet univers de conte où l’on bascule constamment entre le vrai et le faux, le réel et l’irréel, la lecture ne doit pas être trop évidente. La présence des loups, les comportements ambigus des personnages… pendant toute l’histoire on ne sait pas, et c’est pour moi toute la magie de ce film.

Ce doit être troublant pour une comédienne d’approcher la folie…

GiorginoPhotos01En effet, troublant, attirant… Catherine semble tellement apaisée, presque sereine, dès l’instant où le monde environnant n’a plus d’empreinte sur elle. J’ai parfois le sentiment, dans des moments d’anéantissements, de frôler cette frontière « normalité-folie », mais ceci est tellement intime. Peut-on parler de traumatisme ?… Tout dépend de ce que l’on donne de soi dans une scène. Pour arriver à exprimer ses sentiments extrêmes, il faut puiser dans ses propre s névroses, faire resurgir ses plus grandes craintes, douleurs. Puis on décide que le personnage que l’on interprète n’est pas exactement comme soi ; c’est à ce moment-là que le métier d’acteur devient passionnant. Ce serait un peu comme façonner une sculpture ; il y a la matière brute (qui est soi-même avec son univers personnel) et il ya le personnage, la création, l’imagination, enlever un peu de terre ici, en rajouter là…

Quelles ont été pour vous les scènes les plus délicates à tourner ?

Il est toujours délicat de dévoiler des émotions devant plus de cinquante personnes (l’équipe) qui sont en fait cinquante étrangers. C’est d’une impudeur totale, et l’on se déteste pour ça, mais on est engagée pour le faire et le besoin de tourner, jouer, l’emporte sur le reste.

Vous éprouvez pourtant du plaisir quand vous montez sur scène, exposée à des milliers de regards !

C’est un plaisir suicidaire me concernant. Pourtant cela me manque terriblement, la scène, l’autre. Ce paradoxe de l’artiste est très réel ; avoir un désir névrotique de lumière et cette envie de se cacher. Je bascule constamment entre ce désir et ce refus. L’un ne peut pas exister sans l’autre. L’un nourrit l’autre… La notion de plaisir semble totalement abstraite pour moi. J’ai besoin du regard de l’autre, besoin de ces deux métiers pour vivre, c’est ma vie. Je refus la tricherie. Le jour où j’aurai la sensation de ne plus ressentir, de ne plus être capable de donner, je m’effacerai.

On retrouve dans Giorgino un univers qui est, semble-t-il très cher à Laurent Boutonnat et à vous-même ? Comment décrirez-vous cet imaginaire ?

C’est un monde troublé et troublant et j’espère, plein de poésie. Avec Laurent, nous aimons les paysages enneigés (je suis née au Canada). Je suis attirée par les relations, les sentiments difficiles. Tous les deux, nous sommes instinctivement attirés par les contes cruels, par l’irrationnel. Tous deux, nous refusons dans le fon, le monde des adultes. J’aime les animaux, j’aime la folie, par exemple celle des paysages fracassés, où le regard ne peut pas se promener calmement. J’ai me aussi la mouvance permanente, l’énergie sans repos possible. J’aime tout ce qui porte au rêve.

Quels sont les cinéastes qui ont parqués votre imagination ?

David Lean reste mon préféré, ou l’un de mes préférés, le personnage de Catherine m’a fait parfois penser à celui de la fille de Ryan. Jane Campion a fait un chef-d’œuvre, La Leçon de Piano, ses premiers films sont magnifiques aussi, David Lynch, Witness de Peter Weir, un film parfait, le sujet, sa façon de filmer, son choix d’acteurs, tout.. J’adore le cinéma de Bergman, j’adore Oliver Stone. Dans un tout autre genre Batman II, Steven Spielberg bien sûr… et tant d’autres… J’aime les projets ambitieux, les metteurs en scène qui ont une démesure, une folie comme Kubrick, j’aime les fous…

En littérature, vous appréciez Cioran ?

GiorginoPhotos02C’est un homme qui parle si bien « des inconvénients d’être » et qui par son cynisme arrive à nous faire rire. J »‘aime son auto-dérision. Tout ce qu’il exprime est bien au-delà du désespoir, c’est si justement formulé, cruellement drôle, si bien écrit. Il a enlevé toute poésie, tout romantisme à la « dépression », à « l’anéantissement de l’être », ce qui rend tout plus violent encore. C’est aussi un homme très séduisant.

Comment Laurent Boutonnat vous a-t-il dirigé ?

Sur le plateau, il donne des précisions techniques, en ce qui concerne le jeu, il m’a laissée une grande liberté. Il m’a donné des indications ponctuelles. Laurent sait installer un certain climat utile pour les scènes à jouer. il n’y a pas eu réellement de discussion sur le personnage. J’ai lu le scénario et je pense qu’il savait que je savais ce qu’il souhait pour Catherine. Sur le tournage, c’était « moteur ! Action! » et on parlait après. Après la prise, il donnait son jugement  » va » ou « ce n’est pas tout à fait ça. On la refait ». Cela tient au fit que nous nous connaissons parfaitement. Avec les autres acteurs, Laurent était plus volubile, je crois…

A vos yeux, quelles sont les principales qualités de Laurent Boutonnat ?

Sa démesure, sa perception du sentiment en général. Avec sa caméra et ses mots, il arrive à exprimer les troubles que l’on a en soi. Il est poétique. Pour moi qui ai suivi cet accouchement, je  peux dire que Laurent va au bout, vraiment au bout des choses. Il travaille comme un acharné, bien sûr, c’est pour lui qu’il le fait, mais il refuse de baisser les bras quitte à en payer le prix. J’aime ça. Et puis cette manière de filer, il y en a si peu qui ont ce vrai talent, cette maîtrise… Laurent fera partie, je crois, de ces quelques metteurs en scène qui ne laisseront jamais indifférent.

Que pensez-vous de Jeff Dahlgren ? Quels ont été vos rapports sur le tournage ?

Magnifiques. Le choix qua fait Laurent me paraît tellement juste. C’était lui et personne d’autre. J’aime sa façon de jouer, très économe, il me faisait parfois penser à James Dean ; et puis, il est devenu mon meilleur ami.

Après Giorgio, quel sera votre prochain rendez-vous avec le public ?

Probablement un album. Ou peut-être un autre film. J’attends que le réalisateur veuille bien délaisser ses caméras pour reprendre son piano.

Publié dans Mylène en INTERVIEW | Pas de Commentaire »

Interview paru dans IAO – Mylène 1991

Posté par francesca7 le 1 avril 2012

INTERVIEW DE MYLÈNE FARMER 1991

Propos recueillis pour FréquenstarPour un clip avec toi – animée par Laurent Boyer pour l’émission de M6 – Février 1991.

 C’est le cinquième jour de tournage, ça fait combien de temps que vous êtes installée ici Mylène ?

     Ca fait à peu près huit jour.

Interview paru dans IAO - Mylène 1991 dans Mylène en INTERVIEW 2000-c10 Il y a des conditions climatiques qui ne sont pas évidentes, je sais qu’il a fait très froid la semaine dernière…

     Oui, beaucoup plus froid qu’aujourd’hui.

 Et vous vous levez très tôt et vous tournez toute la journée, c’est ça ?

     Nous avons des horaires un peu différents chaque jour mais ce matin nous nous sommes levé à cinq heure.

 Il y a à peu près une centaine de figurants ici. Pourquoi avoir choisi des enfants, et des enfants hongrois, ici à Budapest ? Il y a une raison particulière ?

     Oui, il y a plusieurs raisons pour le choix de la Hongrie. Il y a d’abord la neige, on voulait un paysage de neige. D’autre part on voulait beaucoup de figurants et surtout des enfants qui portent quelque chose de grave dans le visage et dans le regard. Et c’est vrai que les pays de l’Est pour ça c’est fabuleux. D’autre part il y a beaucoup de techniciens en Hongrie qui sont performant et professionnels. Et enfin une des dernières raisons c’est que c’est beaucoup moins chère, et qu’on peut faire des choses grandioses avec peu de moyen finalement.

 Est-ce que ça veut dire que ça va être dans la lignée de l’imagerie Mylène FARMER ? Parce qu’on vous associe aux clips scénarisés qui sont en fait des films. Est-ce que ça s’inscrit toujours dans cette veine scénarisée et à grand spectacle ?

    Ce sera la même chose. C’est la même écriture et le même réalisateur, et pratiquement la même équipe à chaque fois sur chaque tournage.

 Est-ce qu’on peut dire aussi que si vous venez tourner ici en Hongrie ou à Budapest -on y pense souvent quand à toi- c’est pour tes ambitions cinématographiques et celles de Laurent ? On sait que Cyrano De Bergerac a été tourné ici, on peut dire aussi qu’il y a les prémices d’un futur long métrage ou le moyen aussi de repérer pour un long métrage…

    Ca c’est quelque chose d’envisageable ou qui a été envisagé, mais j’avoue que pour l’instant c’est quelque chose qui n’existe pas. Et c’est quelque chose qui appartient à Laurent pour l’instant. Je ne puis rien dire, mais ce que je sais c’est qu’il avait fait effectivement des repérages avant d’envisager le clip en Hongrie pour un long-métrage.

2000-c11 dans Mylène en INTERVIEW Vous êtes un peu avares d’images sur le travail que vous faites en équipe sur le tournage d’un clip comme en ce moment.

     Je ne sais pas si nous sommes avares mais c’est assez difficile qu’une autre équipe intervienne. Parce qu’un tournage comme celui-ci c’est une grosse machinerie. Donc s’il y a perturbation, quelque fois cela peut perturber le metteur en scène et tout le monde. Et c’est vrai qu’on a un soucis de garder les choses secrètes, mais parce que je suis probablement comme les enfants, j’aime encore les surprises. Donc j’aime bien l’effet de surprise quand on a un nouveau clip ou de nouvelles chansons. C’est pour ça que je fais très peu écouter l’album avant qu’il ne sorte. C’est une manière de préserver la chose.

Dans le clip on voit une centaine de jeunes enfants avec des têtes très particulières, grimées, masquées, habillés un peu comme toi…

    Oui, tout à fait. Encore plus sales même !

 …Assez minimalistes dans la tenue. D’où a été l’inspiration de ce choix ?

    Là j’avoue qu’il est né d’un amour commun de Laurent et moi- même pour ce qui est DICKENS, Oliver TWIST. On aime beaucoup tout les deux David LEAN, qui avait réalisé Oliver TWIST, un de ses premiers longs-métrages. Et c’est surtout cette approche du conte qui est permanente.

Dans Désenchantée c’est quoi ? On dirait un univers carcéral mais particulier…

     On a essayé d’avoir quelque chose d’intemporel. Ce qui explique aussi le choix de ces costumes, parce qu’on ne peut pas tout à fait situer l’époque. Ca se situe en effet dans un milieu carcéral, il y a une autorité autour de ces enfants, et que ces enfants n’ont plus rien à perdre donc il leur reste comme solution la révolte. Et c’est ce qui va se passer dans le clip. Il y a dans le clip de jeunes enfants qui sont handicapés. Il y a une anecdote magnifique, un handicapés qui est sur le tournage s’y est adapté en quatre jours. Son éducatrice nous a dit qu’en quatre jours il avait fait des progrès de six mois. Donc c’est une jolie récompense…

 Comment tu échanges avec tous ces jeunes hongrois qu’on voit ?

     C’est un échange uniquement de regards puisque nous n’avons pas la même langue. Les interprètes ne sont pas toujours là pour traduire. Ce sont des regards et tous ces figurants sont très justes, ils jouent mais en aucun cas ne sur-jouent et c’est ce qui est fascinant. Ils ont une spontanéité et on a l’impression qu’ils sont nés dans ces costumes dans cette époque et c’est un plus pour le tournage.

J’ai eu l’occasion de discuter avec ce qu’on appelle un casting-producer, qui me disait que dans le choix des gens, il y avait peu de comédiens hors-mis la matonne. Il y a des délinquants, des jeunes enfants d’écoles.

     Oui, il y a de tout. Ce sont des gamins de la rue…

 …Avec leurs réactions. Quand on vit à Budapest, avec la vie qu’on a eu, avec l’histoire qu’on a vécu, il y a une âme mais une pression.

     En tout cas habitée. Il y a une dureté réelle.

 dscf0012Il y a une infrastructure, une équipe très importante sur ce tournage…

     Il y a à peu près 120 personnes et 12 personnes dans l’équipe technique qui viennent de Paris.

 Des français avec qui vous avez l’habitude de travailler. 

     Oui, j’ai Jean-Pierre SAUVAIRE qui est chef-opérateur, Carine SARFATI qui est aux costumes et beaucoup d’autres. Je m’excuse de ne pas pouvoir tous les citer.

C’est une équipe de copains, on a l’impression que c’est presque une famille.

    Oh oui, ce sont des gens de grande qualité humaine et professionnelle. C’est vrai que c’est un plaisir de les réunir chaque fois à nouveau.

 

FréquenstarPour un clip avec toi – M6 – Février 1991.

Publié dans Mylène en INTERVIEW | Pas de Commentaire »

Mylène Interview Fréquenstar 91

Posté par francesca7 le 1 avril 2012

En Février 1991, Laurent BOYER part en Hongrie enregistrer le pilote de Fréquenstar alors intitulé Pour un clip avec toi, sur le tournage de Désenchantée, qui s’annonçait déjà comme l’évènement médiatique du printemps. Il est reçu pendant le cinquième jour de tournage où il interview Mylène Farmer lors de la séquence de la révolte intérieure et extérieure, puis l’équipe est encore présente le sixième jour de tournage sur le plateau (la séquence finale) où Boyer a pu interviewer Laurent Boutonnat.

 RETRANSCRIPTION

 

INTERVIEW DE LAURENT BOUTONNAT

Qu’est-ce que vous préparez ici ?

Mylène Interview Fréquenstar 91 dans Mylène en INTERVIEW 6iao1p10    Il y a une scène avec tout les figurants, avec Mylène et le petit môme qui est avec elle. C’est un raccord en fait sur ce petit monticule. Nous, nous sommes derrière avec la caméra et on va faire brûler des pneus pour avoir une grosse fumée noire pour être raccord avec l’usine d’hier où il y avait le feu. Ils sont sensés s’échapper de l’usine, et ils vont descende de cette petite colline pour courir dans cette immense plaine.

 Ce sera le dernier plan du clip ça ?

    C’est l’amorce des dernier plans en fait. C’est le premier plan où ils s’échappent de cette « prison-usine » pour partir dans la plaine. Et après on a plusieurs plans à faire de leurs visages qui courent…

Ca a été un bonheur pour vous d’avoir eu cent figurants ? Des jeunes hongrois comme ça ? C’est pas trop difficile à gérer ?…

    Non, il y a une équipe très solide qui tient bien tout ce monde là, et ils ont des têtes extraordinaires en plus. Il y a une chose qui est formidable ici, c’est qu’ils jouent bien. Ce n’est même pas jouer d’ailleurs, parce que ça leur plait de faire ça. C’est presque naturel.

1999-f10 dans Mylène en INTERVIEWOui, c’est peut-être mieux que des comédiens.

    Ah, c’est impossible des comédiens. Mais ils ont quelque chose de naturel; et en fait comme ils n’ont jamais fait ça de leur vie, ils ont une espèce de maladresse qui est formidable. Ca devient quelque chose qui donne l’impression qu’ils ont fait ça toute leur vie, que se sont de grands professionnels.

 Vous avez voulu tourner ici, ça s’appelle la Puszta, c’est la plaine hongroise…

    Absolument, c’est à dire que la Hongrie est un pays plat, où il n’y a que des plaines. Et tout le centre de la Hongrie c’est ça : sur des centaines et des centaines de kilomètres avec : Rien. C’est très impressionnant. Surtout avec la neige, on a l’impression que le ciel et la terre se rejoignent et que…

 C’est une fuite.

    Il n’y a rien quoi. C’est le néant et… c’est beau. 

FréquenstarPour un clip avec toiM6 – Février 1991.

Publié dans Mylène en INTERVIEW | Pas de Commentaire »

Interview Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 22 mars 2012

 

La couverture de STUDIO, offre deux dossiers, l’un sur Boutonnat et l’autre sur Mylène Farmer en avant première, pour la sortie de Giorgio.

 Interview de Mylène :

Qu’est ce qui vous a le plus frappée quand vous avez rencontrée Laurent Boutonnat .

 Ses yeux, je pense (rire). A la fois des yeux très doux et des yeux de fou ! Et puis j’ai tout de suite su que j’avais à faire à quelqu’un de très très talentueux, mais de très secret, et qui a du ma à s’exprimer.

 Allez-vous beaucoup au cinéma ?

 J’y vais de plus en plus. Il faut dire que maintenant, je n’ai plus cette peur que j’avais il ya quelques années, de sortir dans la rue, d’aller au cinéma, d’être regardée. Je commence à m’en débarrasser… Depuis le film.

 C’est le tournage de Giorgio qui vous a libérée de cette appréhension là ?

 Le tournage, je ne sais pas, en tout cas la rencontre de certaines personnes. Et puis aussi sans que je sache vraiment l’exprimer ou le définir, c’est comme si, pendant le film, je m’étais libérée de quelque chose qui était enfoui en moi depuis très longtemps.

 Quel a été votre sentiment lorsque vous avez lu le scénario de Giorgino ?

Interview Mylène Farmer dans Mylène en INTERVIEW GiorginoPhotos03 J’aimais beaucoup l’univers. Et cette histoire sombre et tourmentée. Le titre aussi me plaisait : il y a dans ce mot quelque chose d’enfantin et de mystérieux.

 Le tournage s’est déroulé dans le plus grand secret. Vous n’avez montré aucune image jusqu’à aujourd’hui. La seule chose que Boutonnat ait bien voulu nous dire, c’est qu’il s’agissait d’une grande historie d’amour romantique. Comment définiriez-vous votre personnage ?

 C’est une jeune fille qui a du mal à quitter l’enfance, qui a quasiment le comportement d’une autiste la plupart du temps. C’est quelqu’un d’un peu perdu, et en même temps, d’une grande lucidité. Ce’ pourrait être une enfant de dix ans mais avec une clairvoyance étonnante. C’est quelqu’un que les gens ne comprennent pas bien, il y a donc forcément une violence à son égard.

 Comment avez vous travaillé ? Vous y avez longtemps réfléchi toute seule ? Vous avez beaucoup parlé avec Laurent Boutonnat ?

 Non, très peu. Je lui ai demandé comment il voulait mon personnage, je l’ai écouté et puis on en a plus jamais reparlé. Moi, de mon côté, j’ai souhaité rencontrer des personnes en hôpital psychiatrique. Pour écouter, pour regarder… De toute façon, je suis fascinée par les enfants autistes. Par le mystère qu’ils gardent. Par leur incapacité à communiquer… En tout cas, pour le film, je ne voulais pas de choses trop évidentes ou trop outrancières. Il faut faire attention ; c’est si facile de se laisser porter par le spectacle de la folie..; J’ai donc observé, juste pour trouver de petites choses qui seront d’ailleurs, j’imagine, totalement imperceptibles aux autres. Après, ma foi, le fait de porter un vêtement particulier vous aide mieux que tout le reste. Tous, d’un coup, on bascule dans un univers qui n’est plus le sien. Ce n’est plus le quotidien.

 Le film s’est tourné en anglais, c’était un défi supplémentaire ?

 C’est une langue que j’aime beaucoup et que je trouve très belle, donc ça n’a pas été difficile. C’était encore un sentiment de décalage supplémentaire. Jouer dans une langue qui n’est pas la sienne, c’est étrange et agréable parce que c’est étrange, justement. Le film s’st fait en anglais parce que Laurent, ne trouvant pas le personnage en France est allé le chercher à l’étranger.

 Vous souvenez-vous de votre état d’esprit la vielle du premier jour de tournage de Giorgio ?

 GiorginoPhotos05 dans Mylène en INTERVIEWJ’étais angoissée bien sûr ! (rires) J’avais peur d’aller jouer… Monter sur scène, c’est très différent. ON  est seule. Seule au monde. Même s’il y a des techniciens, même s’il y a eu préméditation. Au cinéma, il faut soudain se confronter, se heurter même, à cinquante personnes qui sont autour de vous. C’est très difficile, soudain, de faire abstraction de ses inhibitions, de ses angoisses, de soi-même. Mais une fois que c’est enclenché, on a plus le temps de réfléchir et il faut y aller… En plus, ce tournage s’est déroulé dans des conditions particulièrement éprouvantes… Physiquement d’abord. Parce que Laurent m’a toujours fait beaucoup courir (rires). Eventuellement avec des robes serrées, dans la neige par moins vingt degrés, et à perdre haleine  ! Mon côté garçon manqué m’a servi… En tout cas, je voulais être là tous les jours. Même quand je ne tournais pas. J’ai donc passé cinq mois à me lever à cinq heures du matin. J’adorais voir ce puzzle se mettre en place petit à petit. Voir ces personnages qui prenaient vie.

 (…) Et vos rapports complices avec Laurent Boutonnat ?

 Il faut oublier les rapports complices avec Laurent ! (rires) Parce que sur le tournage, c’était un autre homme. Il a changé du tout au tout C’est quelqu’un qui pour moi était totalement nouveau. Il y avait d’un côté une confiance absolue – Laurent sait tellement ce qu’il veut et ce qu’il fait, il est tellement précis, il a l’œil tellement fait pour la caméra… – Et de l’autre côté, une absence de dialogue. Il a certainement eu besoin, pour mener cette entreprise jusqu’à son terme, de se protéger du monde. Je respecte ça. En tout cas aujourd’hui. Maintenant que c’est terminé. Et parce que c’est finalement conflictuel pour lui-même.

 Le tournage a-t-il changé vos rapports à tous les deux ?

 Forcément, puisque j’ai découvert un autre homme. Il n’y a pas à se demander si c’est en bien ou en mal, ils ont simplement changé. C’était avec moi qu’il était certainement le plus dur, mais ça, c’est assez normal. Ce qui était surprenant, c’était de le voir basculer dans une espèce de folie, dans sa propre folie, très raisonnable bien sûr, mais quand même. C’était une machine de guerre ! Et parfois j’ai eu le sentiment d’être là, moi, l’être le plus fragile au monde face à une machine de guerre ! (rires) Ne vous y trompez pas, il n’y a pas de rancœur dans ce que je dis. C’est juste un constat. Cela sans doute, ne pouvait pas être autrement.

 Simone Signoret disait que ce n’est pas l’acteur qui entre dans la peau du personnage, mais plus le personnage qui entre dans la sienne…

GiorginoPhotos09 Justement, pendant le tournage, je me demandais si c’était Mylène qui nourrissait Catherine, ou si c’était Catherine qui nourrissait Mylène… Je ne sais toujours pas. J’avais juste le sentiment pendant les scènes, que la frontière entre le normal et la folie est très mince, très mince…

 Ce qui est émouvant dans l’aventure de Giorgino, c’est qu’on a véritablement le sentiment que le film est né de la conjonction de deux désir s du cinéma très forts et très anciens, le votre et celui de Laurent Boutonnat.

… C’est vrai. Dès qu’on s’est rencontrés, on a parlé cinéma. D’ailleurs, on en a toujours parlé.

 … Tant est si bien que l’on ne sait pas si c’est l’aboutissent de deux démarches ou le départ d’une nouvelle aventure…

 J’ai plutôt le sentiment que c’est le départ d’une nouvelle aventure.

 

Parution dans le magazine STUDIO n° 80 en pages 42 à 49 et 125. Propos recueillis par J.P Lavoignat.

 

Publié dans Mylène en INTERVIEW | Pas de Commentaire »

Interview Mylène 2003

Posté par francesca7 le 14 mars 2012

 

Interview après projection de presse sur Giorgino, en ligne depuis le 2 avril 2003.

 

 

Jodel : Et votre rencontre avec Laurent Boutonnat ?

MF : C’est quelqu’un que j’ai tout de suite beaucoup aimé, avec lequel j’ai tout de suite eu beaucoup d’affinités. Donc ça a été un plus.

J : Par rapport à quoi ?

MF : Par rapport à un contact, à des tas de petites choses. Et ce film c’était la continuité logique du travail commun. Et surtout la volonté que de jouer.

J : Justement, de ce côté là vous avez vu beaucoup de changement sur le plateau ?

Interview Mylène 2003 dans Mylène en INTERVIEW MF2000_10aMF : Oui parce que sur un clip il n’y a pratiquement pas de répétition, c’est-à-dire que le metteur en scène, Laurent donne ses indications et on tourne directement. Alors qu’au cinéma il y a des dialogues et plein de problèmes inhérents au tournage, donc en ce sens c’est différent, le ton est différent, le temps de répétition est différent, et puis il y a plus de personnages que dans mes clips. Maintenant vous dire que c’était un autre métier, non, je ne l’ai pas appréhendé de cette façon là, il se trouve que c’est un film de trois heures.

J : Maintenant vous comptez donner rendez-vous à votre public sur scène ?

MF : Mon deuxième rendez-vous non. Je le referai sans doute une fois et j’aurai le sentiment que ce sera le dernier. Mais au jour d’aujourd’hui vous dire que je vais remonter sur scène inlassablement : jamais. Tout ça pour vous dire que c’est un moment rare et qu’il correspond réellement à une envie. En 1990, une fois que j’ai eu terminé tous les spectacles, je me suis dit que je ne remonterai plus jamais sur scène. Et aujourd’hui, je reviens sur mes souvenirs, mes impressions, et j’ai besoin d’un deuxième rendez-vous.

J : On peut dire que votre rôle dans Giorgino vous a renvoyé à votre propre enfance ?

MF : Je ne peux pas répondre à votre question dans le sens où je n’ai pas de souvenirs de mon enfance. Ce n’est pas fabriqué, c’est plutôt quelque chose de triste, je ne dis pas que ça vient d’un passé violent, mais je ne m’en souviens pas.

J : A partir de quand êtes-vous née ?

MF : A partir du moment où j’ai pu regarder l’Autre, c’est ma vraie naissance.

J : Et donner à votre tour naissance à ce film c’est important ?

GiorginoPhotos07 dans Mylène en INTERVIEWMF : Non non, là je dirais que le film appartient avant tout à Laurent. Avec lui on a voulu créer quelque chose et l’image, le cinéma, ça a été son mode d’expression. Je ne me présente pas pour ce film comme partenaire de Boutonnat, mais comme actrice. « J’exécute » ce qu’on me demande de faire. Je n’avais pour le film qu’une appréhension à la lecture du scénario, c’était « est-ce que le personnage va être accessible ou pas accessible ». Et je l’ai accepté. Dans la même idée, je me demandais comment allait rendre la scène de la réanimation, comment j’aillais développer cette histoire d’amour, comment la faire renaître.

J : Alors vous ne vous êtes pas plus investie que ça dans le film ?

MF : Si, après le tournage, je pense avoir été assez présente, le montage me passionne autant que l’étalonnage et que toutes ces choses qui sont très techniques. J’étais très souvent à ses côtés dans des moments difficiles, j’essayais d’aider, alors que le tournage ça n’a été qu’ne histoire pour moi.

J : Alors pourquoi cet excitation pour le cinéma ?

MF : C’est un problème moral.  Il restait une schizophrénie autorisée au cinéma et qui l’est moins dans la scène, et elle est plus difficile à supporter au cinéma. Je dis autorisée parce que là c’est votre métier, vous pouvez y aller, faites-le vous êtes payés pour ça. Donc tout à coup on a plus la lourdeur de sa propre schizophrénie. Sur scène c’est différent, c’est « avec moi avec moi, avec moi ».

J : Pourtant le travail sur un film c’est un travail d’équipe aussi.

MF : Oui bien sûr, c’est une équipe, mais vous n’êtes pas portée par des musiciens. Les techniciens vous les aimez mais jamais je ne me suis sentie portée, ça été plus pour moi un travail solitaire qu’un travail d’équipe.

J : Que vous direz-vous si le film ne marche pas du tout en salles ?

MF : Je me dirai qu’on a eu raison de faire ce qu’on a fait, d’aller jusqu’au bout.

J : L’envie est passée par-dessus tout ?

MF : Ce n’était pas une envie, c’était un besoin.

J : Avec quel autre réalisateur aimeriez-vous tourner au cinéma ?

MF : Si vous voulez que je cite des noms euh… Polanski dans sa première période, Bergman, Jean-Jacques Annaud, Claude Berri.

J : A l’écran vous avez l’air très à l’aise finalement. Plus qu’ici même..

MF : Bah, il eut peut-être été terrible que d’être mal à l’aise justement. Et cette retenue que j’ai depuis tout à l’heure à vous parler, je crois qu’elle tient au personnage plus qu’à moi ! Je préférais dans le film les choses suggérées, quand elles sont personnelles, que criées. Que ce soit par exemple dans la folie, dans son côté très enfantin.

J : Alors pour illustrer cette folie, vous avez puisé ces choses où ?

MF : Dans mes propres folies ! (rire)

J : Oui, c’est ça, on dirait que c’est presque naturel, c’est ça être une bonne actrice.

MF : Alors ne me le souhaitez pas ! (rires).

Publié dans Mylène en INTERVIEW | Pas de Commentaire »

Mylène interview 2007

Posté par francesca7 le 9 mars 2012

Stéphane Boudsocq (Journaliste)
Intervieweur de Mylène sur RTL en 2007

 

Rencontre avec Stéphane Boudsocq, qui a réussi l’exploit d’interviewer quelques minutes Mylène Farmer pour la promotion d’ « Arthur et les Minimoys ». Les auditeurs de RTL en frémissent encore.

Mylène interview 2007 dans Mylène en INTERVIEW NRJ2003_1Quel effet cela vous fait-il d’être l’un des quatre mousquetaires à avoir pu interviewer Mylène Farmer, même brièvement, entre novembre 2005 et décembre 2006 ?
Honnêtement, j’étais très content de pouvoir rencontrer Mylène Farmer dans le cadre d’une série d’émissions et de rendez-vous spéciaux orchestrés autour de la sortie d’ « Arthur et les Minimoys ». Il était clair que cela apportait un vrai plus, du fait de la rareté de ses interventions publiques. N’étant pas un fan de son travail, ni fasciné par l’aura qui l’entoure, j’y suis allé avec le sentiment de participer à un petit événement, mais en relativisant les choses tout de même !

Combien de temps a-t-il fallu pour que l’accord ait lieu ?
Nous en avions parlé à Luc Besson avant la spéciale « Laissez-vous tenter » et Luc m’a confirmé le lundi de l’émission que Mylène Farmer était d’accord pour quelques minutes le soir même…

Pourquoi pensez-vous qu’elle ait accepté ? Parce que RTL est la radio la plus écoutée ?
Je crois franchement que ce sont nos excellents rapports avec Besson qui ont grandement facilité les choses.

Comment s’est déroulée l’interview ? A quelle heure, en quel lieu, avec qui d’autre dans la pièce ?
J’étais seul avec elle, dans l’une des salles de projection des bureaux Luc Besson, dans le 8ème arrondissement de Paris. Mylène Farmer est arrivée à l’heure prévue, vers 19H00. Elle avait demandé mon nom avant de me rencontrer. Dès le début, sa poignée de main franche et décidée m’a mis à l’aise.

Comment vous a parue Mylène ?
Souriante et détendue. C’était juste avant l’avant-première officielle du film sur les Champs Elysées avec toute l’équipe. Elle semblait en confiance, rassurée. Elle portait un ravissant manteau vert amande orné de pierres.

Que pensez-vous de sa carrière ?
Étant plus jeune, j’ai beaucoup aimé ses premiers grands titres et le son qu’elle a su apporter à la variété française, grâce au travail de Laurent Boutonnat. Je vous avoue que j’ai un peu décroché depuis et que son dernier album ne m’a guère convaincu… Je suis allé voir son dernier spectacle de Bercy : énorme son, sublimes décors, entrée et sortie de scène époustouflantes…

Cette rencontre a-t-elle changé votre perception de l’artiste et/ou de la femme ?
Non pas vraiment, car l’entrevue a été trop courte pour me permettre un jugement ou une appréciation.

mylene-farmer-04 dans Mylène en INTERVIEWQu’avez-vous pensé de sa prestation dans « Arthur et les Minimoys » ?
Elle est parfaite dans le rôle : malicieuse, énergique, séduisante… Tout à fait Sélénia !

Quelle(s) question(s) supplémentaire(s) auriez-vous aimé lui poser ?
J’aurais voulu aller plus loin sur sa passion du cinéma, ses rencontres, ses projets avortés ou à venir, ses cours de comédie étant jeune, sa vision du clip vidéo…

Avez-vous vu « Giorgino » son premier film et si oui, pensez-vous qu’elle a un potentiel d’actrice ?
Je crois qu’elle est à la fois totalement libre de faire ce qu’elle veut mais aussi un peu prisonnière du personnage qu’elle s’est construit. Je ne sais pas ce que cela peut donner dans un film dit « classique »… Son projet de long-métrage me semble d’ailleurs plutôt tirer vers le fantastique ou l’ésotérique, ce qui lui correspond parfaitement…

Qu’avez-vous pensé de « Jacquou le croquant » de son compère Laurent Boutonnat ?
Je n’ai pas du tout aimé le film : Boutonnat est un surdoué du clip, de l’image, mais sur 2H30, je trouve que cela ne fonctionne pas. 

Mylène Farmer et vous – 2007

Publié dans Mylène en INTERVIEW | Pas de Commentaire »

Mylène Interview septembre 1994

Posté par francesca7 le 4 mars 2012

 

 

Mylène Interview septembre 1994 dans Mylène en INTERVIEW MF80_179aSeptembre 1994. Après la projection de presse, Laurent Boutonnat, Jeff Dahlgren avec l’aide d’un interprète et Mylène FARMER donnent les uns après les autres une interview au mensuel français Nostalgie. L’entretien a lieu dans un restaurant. Un homme et une femme questionnent à tour de rôle Mylène FARMER sur le film Giogino, sa carrière et ses fans.

J : Vous abordez le cinéma comme la chanson ? Avec la même approche ?

 MF : C’est un travail différent. L’émotion est prodigieuse en scène. Donc je crois qu’émotionnellement il est difficile de rencontrer quelque chose de plus fort que la scène. Maintenant d’un point de vue plus ludique, c’est un métier passionnant. Difficile  et passionnant.

 J : Laurent Boutonnat viens de nous dire que le rôle était très proche de vous. Vous le sentez comme ça ?

 MF : On va dire que ça n’engage que lui. (rire) Je ne me sens pas radicalement opposée au personnage de Catherine. Je ne suis pas Catherine, peut-être avons-nous en commun cette fragilité et cette colère rentrée qu’elle a en elle. Cette sensation parfois de n’avoir pas ou d’être pas comprise et d’avoir un comportement parois ou irrationnel ou différent, et qu’on aime bien condamner, peut-être, ça… Et puis définitivement certainement l’enfant qui est en Catherine et que je retrouve dans mon jeu.

 J : Et la « colère rentrée » que vous avez en vous, vous l’avez contre quoi ?

 MF : Contre la vie en général. Une colère en moi, quelque chose d’assez violent contre… l’injustice certainement, et la vie en général, la difficulté de vivre et toutes ces choses là. Ce n’est pas passif, voilà.

 J : Comment ça c’est passé l’écriture du scénario ? Vous étiez impliquée dedans ?

 Laurent B : Du tout, du tout. Laurent Boutonnat a écrit son scénario, ses personnages, on en a très peu parlé et mon souhait était de lire le scénario fini, terminé.

 J : Est-ce que vous avez une tendresse particulière pour certaines scènes ?

 MF : Me concernant ou du film en général ?

 J : Une scène que vous aimez …

 MF : J’aime une partie du film qui est la réanimation. J’aime aussi bien d’un point de vue narratif, que montage, toute cette partie où Marie, la gouvernante, devient complètement folle, elle est à l’extérieur, la réanimation, ce que ça suppose également. Je trouve ce passage vraiment magnifique.

 J : Comment se fait le passage du clip au film, c’est d’une chose où on doit faire passer beaucoup de choses en un temps limité, à un film, qui a le temps d’installer un personnage…

 MF : J’allais dire sans prétention aucune, très naturellement. Si ce n’est que c’est vrai qu’il y a toujours une frustration dans un clip parce qu’il n’y a pas la parole – si ce n’est qu’il y a les mots d’une chanson et qu’on n’a pas le temps de développer un personnage. En tout cas c’est très concis. Donc il y a plus une « frustration d’actrice » dans les clips. Et puis cette envie aussi dans le fond d’interpréter quelqu’un d’autre que soit. ça c’était fondamental pour moi. Même si bien évidement il y a des choses que j’ai puisé en moi. C’est quand même un personnage qui n’est pas le mien.

 J : Et l’envie de passer au cinéma date de loin pour vous ou pas ?

 MF : J’ai été très attirée par le cinéma bien avant la chanson. Et quand j’ai rencontré Laurent Boutonnat, notre naissance a été la chanson. Une naissance commune sachant qu’on pouvait aussi s’exprimer au moyen des clips. ça c’est très important pour moi. Avec toujours cette idée qu’un jour on ferait quelque chose. Lui en tout cas un film et moi également. Ensemble ou non.

 J : Doc, c’étaient des idées de départ que vous avez réalisé…

 MF : Oui, oui, absolument. Notre rencontre… Ces deux passions là étaient en chacun de nous. Je l’ai réellement décidé. je savais que c’était capital pour moi et pour mes films.

 J : ça a été dure de ne plus totalement maîtriser ce que vous alliez donner à voir ?

 MF : Justement de n’avoir plus ces inhibitions qui font partie de moi dans la vie de tous les jours. C’est-à-dire de baisser les bras et de se dire « maintenant laissons nous porter ». Et c’est quelque chose d’assez difficile. Mais en aucun cas il n’y a eu de conflit ou de choses comme ça.

 J : Et c’est la première fois dans votre carrière où vous vous laissez porter complètement ?

 GiorginoPhotos01 dans Mylène en INTERVIEWMF : Oui. c’est-à-dire cette volonté que de ne pas tout contrôler. Sachant que c’est un travail commun malgré tout avec Laurent. Avec mes propres décisions, mes textes, et des choses quand même qui m’appartiennent. Maintenant sur un film, j’étais « au service »‘ d’un metteur en scène.

 J : Oui, mais un metteur en scène que vous connaissez bien quand même…

 MF : Bien sur mais ça c’est…

 J : Est-ce que vous avez refusé des rôles déjà avant ?

 MF : Oui, on m’avait proposé quelques rôles avant, que je n’ai spas accepté parce que ne trouvais pas ce que je voulais. Mais j’aurais pu commencer avec quelqu’un d ‘autre, oui.

 J : Quel genre de film aimez-vous voir ? Quels réalisateurs ?

 MF : J’aime beaucoup de réalisateurs, donc je peux vous donner une palette de réalisateurs. J’aime beaucoup Spielberg. Je dirais que tous les Spielberg, à part peut-être Jurassic Park qui ne m’a pas vraiment touchée, mais tout s’estime. J’aime David Lean profondément, David Lynch, Olivier Stone, Jane Campion découverte il y a longtemps quand elle avait fait sn premier film que j’avais vraiment adoré. Il y en a tellement…

 J : Vous allez les voir en salle ou à la télévision ?

 MF : Non, je vais les voir en salle, parce que la télévision dénature quand même beaucoup. J’aime bien aller au cinéma.

 J : Pourquoi avez-vous refusé les films qui vous avaient précédemment été proposés ?

 MF : Soit parce que les metteurs en scène ne m’attiraient pas, ou des rôles qui ne me plaisaient pas. Maintenant c’est difficile parce que je e vais pas vous dire quoi, qui et pourquoi.

 J : Mais quels genres de rôles on vous a proposé ?

 MF : A l’époque de Sans Contrefaçon, c’était un rôle sur l’androgynie, à l’époque de Libertine c’était un rôle un peu plus dénudé…

 J : On en a connu d’autres à votre place qui font à la fois même temps chanteurs, acteurs et même quelquefois présentateur de télés..

 MF : Et qui se cassent la gueule (rires).

 J :  De qui voulez-vous parler ? (rires) C’est assez étonnant de voir que vous délaissez quand même une carrière, que vous en commencez une autre alors que beaucoup à votre place se seraient di : « Je vais tout faire en même temps… »

 MF : Pour des choses un petit peu moins élevées, déjà point de vue technique, Laurent Boutonnat étant le compositeur, s’il décide de faire un long-métrage en aucun cas, je ne peux le perturber et lui dire : « Voilà maintenant faisons un album ! »

 J : Vous pouvez aller en voir d’autres compositeurs.

 GiorginoPhotos09MF : Je n’en ai pas eu envie (silence) Je n’en n’ai pas envie. Et quand à essayer d’expliquer la scène par exemple, c’est quelque chose pour moi qui ne peux en aucun cas être routinier. Une fois de plus ça n’engage que moi c’est très personnel. L’émotion que j’ai eu au travers de la scène, c’est quelque chose que je ne pourrai spas ressentir de la même façon éternellement. Je le sais. Donc j’ai le sentiment aujourd’hui, puisqu’on en parle, que je ferais peut être une deuxième scène, et peut-être plus jamais.

 J : Vous avez peur de gâcher les moments rares ?

 MF : Evidemment il y a le risque que les choses s’affadissent… Mais je n’en ferais jamais trop je le sais aussi, je pense que j’aurais le même comportement ou appréhension par raport au cinéma qu’ la chanson, bien évidemment.

 J : Et à la scène ?

 MF : On peut voir ça comme ça aussi oui. Tout ça c’est conflictuel aussi, parfois on se dit qu’on aimerait bien penser un peu autrement, ou vivre les choses un petit peu moins intensément ou violemment – parce qu’au fon le résultat est violent – à savoir qu’une scène ou deux ou trois dans une vie d’artiste c’est peu.

 J : Ce que vous recherchez finalement c’est la pureté ?

 MF : C’est difficile de s’attribuer ses mots pour soi mais oui, c’est préserver un sentiment. C’est vrai que je ne voudrais pas arriver et avoir le sentiment que de tricher ou que de ressentir à peu près mais pas tout à fait. ça c’est quelque chose qui réellement tuerais ma vie d’artiste, ce ressentiment. Définitivement. ça paraît toujours très dramatique quand j’emploi des mots comme ça, mais c’est réellement ce que je pense.

 J : Vous dites que vous faites peu de choses pour vous expliquer. Et pourtant on à l’impression que c’est utile pour vous qu’on vous voit énormément, et on a l’impression que vous êtes très présente. Il y a comme un paradoxe. On dirait que vous dites ne pas vous montrer pour faire bien, mais en même temps vos clips, et on a l’impression que vous êtes tout le temps là ! Je m’en plains pas. Vos clips sur les chaînes de télé, beaucoup en passe. (Mylène tente de répondre « comment pourrais-je exister ? » mais se fait couper la parole) Et quand on parle aux photographes de presse, ils nous disent « Mylène FARMER , elle est très difficile à photographier ». Alors vous préservez votre image, encore un élément là. (Mylène essaie d’en placer une, en vain). Est-ce que vous jouer avec votre image ? Comment vous gérer votre image ? Vous êtres quelqu’un qui n’existez pas.. Pour beaucoup de gens, vous êtes quelqu’un… Vous avez cité des trucs tout à l’heure comme Libertine, vous représentez quelque chose…

 MF : Je crois que l’image a été très importante, le clip est né il n’y a pas très longtemps. Pour ma carrière ça a été très important. Maintenant quand à une difficulté que de me photographier ou de m’interviewer, ça a été une décision de ma part parce que c’est un moyen d’expression pour moi qui est très facile, c’est quelque chose que j’appréhende. Je n’aime pas parler de moi.

 J : ça commence bien là.

 MF : Oui bien sur. Mais en ce sens, j’ai préféré faire le minimum. Quand aux photos c’est pareil. Avec les journaux ou la presse il peut y avoir une exploitation qui est outrancière et dérangeante, c’est quelque chose que je ne veux pas m’autoriser. Donc c’est quelque chose que j’ai refusé également. Peut être aussi parce que le contrôle m’échappe. Parce que c’est difficile de demander à un journal de contrôler tout. Maintenant c’est un peu orgueilleux aussi, si des photos sont faites j’estime que j’ai le droit de choisir ces photos là, en tout cas de donner mon avis ou de demander tel ou tel photographe ; donc en général ce sont des choses qui ne sont pas acceptées.

 J : Mais il y a une différence entre dire « je vaux choisir les photos » et refuser les photographes !

 MF : (énervée) Je vais vous dire une chose. Il y a aussi beaucoup de choses qui se disent et qui n’existent pas aussi ! J’en veux pour preuve une séance de photos que j’ai dite il ya deux jours qui s’est très bien passée. Et le soir quelqu’un qui travaille à mes côté m’appelle et me dit : « Non mais qu’est ce qu’i s’est passé pendant cette séance de photos ? Tu as refusé d’aller faire des photos dans les jardins du Luxembourg ! Et c’est né de nulle part ! Donc pour vous dire que j’ai moi-même des informations d’un comportement qui n’existe pas. C’est-à-dire dans le fond plus vous êtes silencieux plus on vous reproche ce silence et on essaie de vous attribuer des comportements excentriques.

J : Et ça veut dire certainement plus intéressés.

 MF : Appelez ça comme vous voulez, c’est parfois véhément… Un silence provoque une réaction et provoque parfois une animosité.

 J : Alors comment faites vous pour monter sur scène, continuer à donner des interviews ?

 MF : Là, je parle de nature profonde, non pas de marketing ! Si c’est sa nature profonde, la nature l’accepte. Je crois que je ne sais très bien répondre à cette question, parce que c’est comme ça. Parce que je ne peux pas faire autrement.

 J : ça peut très bien être du marketing.

 MF : Non parce que le marketing ça peut marcher un an 2 ans ou 3 ans, mais pas sur la longueur, ça, ça n’existe pas. Du marketing il y en a toujours dans une carrière. Que ce soit dans un film, que ce soit dans la chanson, pour tous ces moyens d’expression. Le marketing existe on ne peut pas le nier, l’occulter. Maintenant dans ces choses là non définitivement, ce n’est pas du marketing. Et d’ailleurs, je ne cherche pas à me justifier par rapport à ça !

 J : Mais on ne vous demande pas de vous justifier, on vous pose des questions sur ce qui vous rend différente de beaucoup d’autres dans le show-biz. Qu’est-ce que vous avez prévu comme promotion pour Giorgio ?

 MF : Je crois que je vais faire les journaux de 20 h, ce sont là aussi des choses qui sont brèves, concises. Avec Patrick Poivre d’Arvor et puis aussi Antenne 2 et puis je ne sais plus.

 J : Le journal de 20 heures ou ici, même pour vous ou pour Laurent Boutonnat ce n’est pas un plaisir alors de répondre?…

 MF : Là maintenant tout de suite, sans parler de plaisir mais c’est plutôt agréable, si ce n’est que j’espère arriver à répondre à vos questions. Dire que je le fais spontanément : non. Définitivement pas.

J : Vous portez souvent ce genre de vêtements ?

 MF : Non. (rires) Bizarrement j’ai eu ça je crois il y a dix ans et je ne les ai jamais portés, j’ai décidé de les mettre aujourd’hui.

 J (ironiquement) : Un événement ! C’est pour nous. Dans l’avenir immédiat vous retournez dans la chanson ?

 MF : Oui je pense. A moins d’une proposition fulgurant au cinéma.

 J (toujours ironiquement) : Spielberg ? Jurassic Park 2 ? Ils font un casting en ce moment. ça vous manque la chanson ? Dans combien de temps la sortie.

 MF : Oui, Oui. Je ne sais pas, j’avoue que je n’ai même pas la notion du temps. Pour un album dans environ 4 ou 5 mois. Puis la préparation d’une scène peut-être un an je ne sais pas.

 J : Est-ce que vous allez voir les autres sur scène ? France Gall ou…

 GiorginoPhotos21MF : précisément France Gall non. Je vais peu dans les spectacles. Non pas par manque d’intérêt, mais parce que je ne m’y sens pas bien. Les lieux où il y a beaucoup de monde.

 J : Alors quand vous-même montez sur scène ?

 MF : Quand on est sur une scène et qu’on voit beaucoup de monde, c’est prodigieux quand on est assis et que fatalement on vous repère, j’ai toujours un petit peu de mal. Mais ç a m’arrive d’y aller. Mais ces deux dernières années quasiment personne. J’aurais adoré voir Nirvana et je regrette.

 J : Et à aucun moment il n’a été question que vous enregistriez ne serait-ce que la musique du générique du film, une chanson dans le film ?

 MF : Oui, il y eu à un moment un souhait de Laurent Boutonnat d’avoir des choses vocales, plus que des mots. Parce que des mots je pense que ça aurait été une erreur. Mais finalement ça ne s’est pas fait pour des emplois du temps différents, et finalement il a chois des chœurs d’enfants et il a eu raison (rires) et c’est magique. Mais essayer de faire une chanson à mon nom et essayer après de la mettre n clip…

 J : oui par exemple

 MF : Non je pense que ce film ne méritait pas ça. Non, je voulais dire qu’il n’avait pas besoin de ça, j’ai fais une confusion.

 J : Que pensez-vous de la musique de Laurent ?

 MF : Je la trouve très belle, très belle.

 J : En tant qu’actrice, vous vous préparez comment à un rôle comme celui-là ?

 MF : pas de préparation, j’ai juste demandé à un psychiatre d’assister à des entretiens avec des malades.

 J : Vous avez put le faire ? ça vous a apporté quoi ?

 MF : J’avais envie de voir pour trouver une gestuelle à Catherine qui était particulière. Donc je savais que je pouvais observer ça. C’est plus pour une gestuelle que pour tout autre chose. Et puis parce que le sujet est passionnant.

 J : Ces entretiens ça se passait comment, vous étiez assise à côté du docteur ?

 MF : Oui c’est ça, j’avais une blouse blanche donc j’aurais pu être quelqu’un de l’hôpital.

 J : Donc des malades qui se sont fait ausculter par Mylène Farmer il faut le savoir (rire)

 MF : Oui il est malheureusement difficile d’y trouver un sourire alors… C’était en milieu hospitalier, ça a été relativement bref et j’ai essayé d’être le plus discret possible. Mais c’est troublant, troublant.

 J : ça se passe comment ce genre d’entretien ?

 MF : Ce sont des entretiens très courts, en tout cas cette journée là avec des personnes très diverses qui ont fait des choses très diverses aussi, pour certaines qui ne sortiront probablement jamais. Et puis, vu de l’extérieur on a une vue complètement faussée. C’est-à-dire qu’on lui donnerait son bon de sortie immédiatement. Et puis des gens qui sont sous l’emprise des médicaments, alors c’est faussé.

 J : ça doit quand même être quelque chose de très choquant, soit de très bouleversant.

 MF : Oui, parce que ces gens là aussi, je fais référence à une personne lors de ces entretiens qui avait beaucoup d’humour – et c’est vrai qu’à un moment donné, c’est déjà très oppressant pour soi et qu’on se prend à rire ou à éclater de rire avec la personne et que dans le fond c’est tout sauf ça qu’il faut faire parce que c’est donner raison à cette personne. Alors qu’on est hors de ce monde.

 J : C’est quel genre de personne les patients ?

 MF : Des hommes et des femmes. D’âge très différent.

 J : C’est vous qui avez eu le besoin ?

 MF : De cette démarche ? Oui, j’avais envie. Vous dire que j’étais persuadée d’y puiser quelque chose pour Catherine, ça c’était l’inconnu. J’ai vu par exemple pour les mains, ça c’est quelque chose que j’ai retenu? Car ces malades ont souvent la tête baissée et ont une, j’allais dire une hystérie, en tout cas une raideur dans les mains, toujours les doigts très écartés. Pas des choses molles, toujours des choses très tendues. Donc c’est peut-être quelque chose que j’ai essayé de retenir.

 J : Et pourquoi ?

 MF : Je n’ai pas posé la question. Et puis je crois qu’on est soi-même quand on est dans une tension nerveuse on a des choses qui se raidissent c’est presque naturel, sauf qu’eux c’est décuplé. Et puis c’est l’inquiétude qui arrive dans les gestes et dans les mains et le regard. Ces malades c’est les yeux et les mains, le reste est plutôt inerte. C’est bouleversant, c’est perturbant, et puis on se sent totalement inutile, c’est la chose la plus inutile. Après on lit un tas de choses.

 J : Vous avez grandie à Paris ?

 MF : Non ! au Canada, à Montréal 

J : Vous en êtes revenue très tôt ?

 MF : j’ai passé 9 ans là-bas.

 J (inaudible)

 MF : du tout (rire)

 J : Qu’est ce que vous espérez du film ? Que vous allez avoir plein de propositions ?

 MF : J’espère réellement qu’il rencontrera un public dans un premier temps, c’est vraiment mon souhait principal maintenant. Dans un deuxième temps oui, j’espère qu’il m’apportera d’autres rôles. Mais ma vraie angoisse c’est ça

 J : C’est-à-dire que si ça devient un échec vous le ressentirez très mal ?

 MF : Très certainement comme un échec personnel oui. Même si dans le fond je ne suis pas responsable dans le fond. Mais oui.

 J : Vous irez le voir en salle ?

 MF : Je ne sais pas (rires) peut-être

 J : Le poids du film c’est aussi lourd sur vos épaules que le poids d’un disque ?

 MF : Non, parce que le poids du film est quand même bien distribué, il y a quand même le personnage de Giorgio qui est très important et puis…

 J : Vous savez quand même que le gros de la promotion va être fait sur votre nom.

 MF : C’est vrai, il me semble que le disque est plus dur à porter pour moi, plus lourd. Je crois que je vais presque me contredire, les deux sont très durs et très angoissants.

 J : ça fait une différence ?

 MF : Pas réellement parce que mon implication est de la même ampleur. Si ce n’est que dans la chanson il y mes mots, mon écriture. Dans le film, les mots ne m’appartiennent pas.

 J : C’est bizarre ça pourquoi vous n’avez pas essayé d’être co-scénariste ?

 MF : Parce que je pense qu’à un moment on se perd. Parce que je n’ai pas ce talent tout simplement et qu’à un moment donné je préfère que quelqu’un s’occupe de moi un peu. Non, j’ai cette envie d’avoir quelqu’un qui me dise « voilà j’ai pensé à toi, j’ai écris quelque chose, j’ai donné ces mots au personnage, débrouille-toi avec « 

 J : Vous pourriez avoir exactement la même envie pour la chanson.

 MF : Jamais non. Sinon je n’aurais pas fait ce métier.

 J : C’est-à-dire que vous êtes prête à vous abandonner quand vous êtes actrice, mais pour chanteuse, vous avez besoin de tenir les rennes du métier ?

 MF : J’ai besoin d’écrie mes mots pour donner ce que j’ai envie d’y donner, sinon ça ne m’intéresse pas.

 J : Et pourquoi pas donner des mots par un film ?

 MF : non, non

 J : Et Laurent Boutonnat fait de la promotion, des tournées ?

 MF : non jamais. Je crois qu’il doit recevoir une chaîne.

 J : Il est connu en Tchéquie ?

 MF : Il est toujours surpris d’être reconnu mais c’est quand même très modéré

 J : Il n’a pas fait de conférence de presse ?

 MF : Mais le propos n’était même pas celui-là. Vous savez on était dans les lieux tellement retirés du monde qu’on n’ a pas été vraiment confronté à la promotion.

 J : Vous faites partie des chanteuse à fan, qui sont l’objet de vénérations… Vous n’avez pas peur de ne plus arriver à gérer ça ?

GiorginoPhotos07 MF : j’ai fait attention à ça. Si ce n’est que c’est quelque chose qu’on ne maîtrise pas de toute façon, si ce n’est en refusant de faire un fan club. Voilà Parce que je pense que ça ne me convenait pas. Maintenant que de rencontrer des personnes et leur comportement. Il y a toujours des choses qui vous dérangent mais pas pour soi, qui vous dérangent pour ces personnes là. Parce que ces personnes-là sont très malheureuses et peuvent rester des journées entières parfois des nuits à attendre quelque chose. Donc si je peux le donner sur un très court instant, je vais le donner. Je préfère. Maintenant c’est vrai qu’on ne peut pas donner à tout le monde parce que c’est…

 J : Vous imaginez par exemple les charmes de jeunes avec des centaines de photos de vous, des T.shirts ?…

 MF : je ne veux pas penser à ça.

 Ce transcript a été fait avec la plus grande fidélité possible à partir des bandes sonores analogiques de l’enregistrement de l’interview. Celle-ci n’a jamais été diffusée, jamais été retranscrit nulle part. Certaines copies circulaient toutefois dans les mains de certains fans de Mylène FARMER. Cette interview en ligne depuis octobre 2001 est une exclusivité Signée J.S.M http://fr.wikipedia.org/wiki/Jodel_Saint-Marc  

Publié dans Mylène en INTERVIEW | Pas de Commentaire »

Mylène et Noël Mamère interview

Posté par francesca7 le 2 mars 2012

L’Interview de Mylène Farmer et Laurent Boutonnat par Noël MAMERE

 

    1er Septembre 1986, Antenne 2 Midi.

 

Mylène et Noël Mamère interview dans Mylène en INTERVIEW MF80_105aLaurent Boutonnat a tourné Libertine voici 3 mois et le succès de la chanson est à son apogée. Accompagné de Mylène Farmer, il parle pour la première fois du recrutement de Mylène Farmer par casting trois ans et demi plus tôt, puis de l’intérêt d’un tel investissement dans un tel clip. Laurent Boutonnat et Mylène Farmer n’ont alors que 24 ans, c’est sans doute pourquoi on sent encore la fraîcheur et l’insouciance de deux jeunes artistes sur lesquels ne pèse pas encore le poids des responsabilités, et s’amusent de leur création, sans savoir que c’est le départ d’une oeuvre majeur à laquelle ils sont en train de donner naissance.

 La chanteuse prend la parole au début de l’extrait pour en parler, puis intervient à plusieurs reprises par la suite. On peut remarquer la défense qu’elle prendre pour Laurent Boutonnat quand Noël Mamère accusera à mots à peine couverts le clip de n’être qu’un plagiat du Barry Lyndon de Stanley Kubrick. Mylène Farmer l’expliquera par le manque de référence des français qui ne connaissent le XVIIIe siècle que par ce film.

Noël Mamère : (à Mylène Farmer) Laurent Boutonnat travaille beaucoup avec vous, c’est lui-même je crois qui vous a incité à faire de la chanson.

Mylène Farmer : Oui, c’est à dire qu’on s’est rencontré et lui est compositeur, a une passion pour la musique, pour le cinéma également…

Noël Mamère : On va en parler avec lui…

Mylène Farmer : …Il m’a proposé avec une autre personne la première chanson qui était Maman à tort, et depuis nous travaillons ensemble.

Noël Mamère : Comment bascule t-on d’un coup de l’équitation à la chanson ?

Mylène Farmer : Une bonne étoile au dessus de ma tête très certainement, beaucoup de chance et depuis deux ans beaucoup de travail aussi.

Laurent Boutonnat : On tombe de cheval !

(rires)

Noël Mamère : Laurent Boutonnat, c’est la voix, le physique de Mylène Farmer qui vous avait séduit ? Ou se sont les deux à la fois ?

Laurent Boutonnat : Oui, c’est les deux à la fois parce qu’on cherchait quelqu’un au moment où on avait fait cette chanson avec un ami, qui était Maman à tort, c’était une chanson un peu spéciale qui se passait dans un hôpital psychiatrique, d’une petite fille… Et le jour où Mylène est arrivée elle était parfaite quoi, c’était LE personnage.

Noël Mamère : Parce qu’elle avait l’air un peu pervers ou pas ?

Laurent Boutonnat : C’était pas tellement pervers, c’était plutôt… psychotique je dirais. Quelqu’un d’un peu renfermée.

Noël Mamère : Un peu d’ambiguïté quoi…

Laurent Boutonnat : Oui oui, très bizarre. Mais ça a été elle tout de suite. Même avant de l’entendre chanter.

Noël Mamère : Alors vous lui avez écrit Libertine, qui est un véritable succès, qui a fait un tabac cet été.

Laurent Boutonnat : C’est en train de faire un tabac. Enfin… je suis ravi que ça marche.

Noël Mamère : C’est un texte qui est aussi un peu pervers ou un peu ambigu comme on voudra…

Laurent Boutonnat : C’est un texte qui n’est pas très simple peut-être, c’est curieux que ça marche, je suis ravi que ça marche. Mais c’est drôle d’entendre dans la bouche des enfants chanter « je je suis Libertine, je suis une catin », ça change un peu.

Noël Mamère : Ca doit vous amuser ! Vous devez bien rire dans votre manteau.

 dans Mylène en INTERVIEWLaurent Boutonnat : Je suis très très heureux oui.

(projection d’un extrait du clip, scène du bain, puis du message)

Noël Mamère : Les amateurs de cinéma verront un clin d’œil à Barry Lyndon, et à tous les styles du XVIIIe.

Mylène Farmer : On dit Barry Lyndon, c’est vrai qu’il y a une couleur, je crois que c’est une ambiance. Et je crois que les gens n’ont de référence que ce film qui retrace le XVIIIe siècle, le libertinage… c’est Barry Lyndon.

Noël Mamère : C’est un clip, un film, qui dure onze minutes, c’est pas très vendable ça à la télévision, pour passer dans un journal par exemple (sourire).

 Mylène Farmer : Oui c’est dommage, mais je pense qu’il y aura une promotion cinématographique, c’est à dire dans les salles de cinéma. On attend, c’est en pourparlers. Ce serait l’idéal pour ce clip.

Noël Mamère : Et vous pensez que ça aide beaucoup à la promotion d’un disque, la fabrication d’un clip très sophistiqué comme celui là ?

Mylène Farmer : Je ne veux pas faire de généralités, je pense qu’en ce qui me concerne, le travail qui est fait depuis deux ans, c’est essentiel d’avoir ce clip, et le clip précédent. C’est un travail d’image, et c’est enrichir un personnage et une chanson.

Noël Mamère : Pour vous les deux sont indissociables aujourd’hui ?

 Mylène Farmer : Pour moi, indissociables, réellement. Mais parce que Laurent Boutonnat. Vous parliez de Mentor tout à l’heure, pour moi c’est surtout un admirable metteur en scène mais dans toute sa généralité.

 (Laurent Boutonnat sourit timidement)

 Noël Mamère : Et ça vous donne le goût de faire du cinéma ?

MF : Je rêve de faire du cinéma depuis que je suis toute petite, et j’espère en faire une jour. Mais tout ça ce sera aussi très réfléchi.

Noël Mamère : Alors vous, Laurent Boutonnat, justement depuis que vous êtes tout petit, depuis que vous avez dix ans je crois, vous faites du cinéma. De la musique aussi, mais avant tout du cinéma.

Laurent Boutonnat : J’ai fait du piano, j’ai appris la musique et l’harmonie très jeune, et j’ai commencé à faire des films très jeune aussi, à dix ans, en Super 8, des petits films… C’est toujours deux choses que j’ai fait : mes petits films, la musique de mes petits films. (Mylène Farmer rit) C’est toujours deux activités que j’ai faites dès que j’ai pu.

Noël Mamère : Vous aviez une formation de classique ? De conservatoire ?

Laurent Boutonnat : Pas de conservatoire, mais des cours de piano que j’ai commencé à l’âge de cinq ans, jusqu’à treize quatorze ans. Ensuite j’ai tout envoyé balader mais je m’y suis remis quand même. (sourire)

Noël Mamère : C’est marrant parce qu’on assiste en ce moment à une éclosion de jeunes femmes comme vous qui ont le visage très doux, on leur donnerait le bon Dieu sans confession, et qui susurrent, qui chantent des chansons très très libertines justement.

Mylène Farmer : C’est là que réside toute la perversion de l’histoire ! (rires)

Noël Mamère : Vous croyez que c’est un phénomène d’époque ?

Laurent Boutonnat : Non, mais je pense que c’est plus intéressant de travailler… Pare qu’une chanson c’est bien, mais c’est quelque chose de très simple, mais travailler autour de ça, l’image et tout ce que ça comporte, ça c’est passionnant.

Noël Mamère : Libertine est déjà très très connue, elle doit être dans le Top 50 déjà ? 

Laurent Boutonnat : Oui, largement !

Mylène Farmer : (méprisante mais souriante) Ca y est ! La Bible du Français actuellement c’est le Top 50 ! 

Noël Mamère : Oui, vous savez j’écoute la radio et je sais que le Top 50 c’est une référence.

Mylène Farmer : Oui, c’est vrai. Nous sommes dans le Top 50. (ironique) Ca veut dire que le disque vend, voilà. Que l’artiste fonctionne. (rire)

Laurent Boutonnat : Tant mieux.

Noël Mamère : Tant mieux pour vous.

Publié dans Mylène en INTERVIEW | Pas de Commentaire »

Interview Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 25 février 2012

Mylène Farmer: « la scène c’est la création ultime »

Interview du vendredi 08 mai 2009

Cette interview exclusive de Mylène Farmer a été réalisée lundi 4 mai 2009, au lendemain de son deuxième concert niçois, dans l’hôtel où elle séjournait, à Saint-Paul-de-Vence, près de Nice.

Comment vous sentez-vous après ces deux premiers concerts niçois ?

Fatiguée et soulagée. Le plus dur, c’est le premier spectacle. Avant, la peur m’habite. C’est une grosse machinerie qui impose que les choses soient, au départ, bridées. Il faut ensuite passer de la répétition à la légèreté, dépasser le côté robotisé. Il y a un gros travail sur l’image, sur chaque tableau, avec toujours l’objectif d’offrir du rêve.

Interview Mylène Farmer dans Mylène en INTERVIEW MF90_156aC’est un défi physique important ?

Six mois d’entraînement, avec un coach, mon coach. Essentiellement de l’endurance. C’est fondamental avec une telle énergie. Chanter et danser à la fois n’est pas simple.

A la moitié du spectacle, on entre dans une phase intimiste, avec des ballades. Un moment qui semble vous procurer de l’émotion, vous embrumer les yeux…

Ceux qui ne m’aiment pas vont forcément trouver ça forcé. Mais même en répétition, ça me prend. Car nous sommes dans un moment de dépouillement, dans la fragilité de l’âme. Un moment de partage avec le public (qui chante beaucoup à ce moment là, N.D.L.R.). Je crois que l’émotion passe à travers le piano d’Yvan Cassar, qui est un grand pianiste, et dans les mots. On raconte sa propre histoire et chacun peut inventer la sienne à travers les mots.


Le public est, en quelque sorte, plongé dans un tourbillon sonore et visuel quasi hypnotique. Vous l’avez voulu ainsi ?

J’espère ne pas en avoir trop fait. L’idée, sans vouloir être prétentieuse, est de titiller l’imaginaire, l’inconscient.

Quelle est la base de départ de ce spectacle ?

Vous savez, nous sommes réceptifs à ce qui nous marque profondément, dans la littérature, le cinéma, l’art. Outre des désirs picturaux, je voulais arriver à quelque chose de contemporain, avec des symboles forts. Après, ça se construit comme un collier de perles.

Ce qui domine, dans le décor, ce sont deux grands squelettes…

Les squelettes, ce sont mes écorchés, inspirés par une sculpture du XVe siècle, qui existe dans une église en France. Après nous avoir écouté, Laurent (Boutonnat) et moi, Mark Fisher (concepteur du décor) nous a présenté cette œuvre, appelée « Le transit ». On lui a dit, il nous la faut, en immense… L’écorché, c’est le passage entre l’homme et le squelette, c’est la mort dans une certaine légèreté.


Il y a aussi un tableau animé, qui apparaît à la fin de « Ainsi sois-je », impressionnant et lugubre…

Il nous a été proposé par Alain Escalle (concepteur des décors). Une errance de personnages sur une plage. Une image très retravaillée par Alain de manière à le rendre, comment dire, fantomatique.

MF90_155a dans Mylène en INTERVIEWOn va encore vous reprocher de tirer vers le lugubre, voire le morbide…

L’idée d’expliquer cela m’est difficile. Comment dire ? Pour moi, ce n’est pas morbide. Je veux simplement faire appel, encore une fois, à l’imaginaire, à l’inconscient. Bien sûr, cela draine des symboles. Mais, à chacun de se les approprier comme il l’entend. Ce n’est pas un passage en force. L’envie de choquer ne fait pas partie de moi. Mais l’envie de faire réagir, si ! C’est une manière de se sentir vivant. Dans mon dernier clip, la danse des squelettes est ludique.

Et c’est vrai, qu’en tenue d’écorché, vous êtes plutôt sexy…

(Elle sourit). Autant qu’à être terrifié par la mort, parce qu’elle est inéluctable, autant le prendre avec légèreté, autant en rire. Même si ce n’est pas tous les jours facile…

Est-ce que vous vous censurez parfois ?

Je crois qu’il y a toujours un peu d’auto-censure. Mais chez moi, cela arrive plutôt dans mes mots. Je vous donne un exemple. Dans « C’est une belle journée », je chante « C’est une belle journée/Je vais me coucher. » J’avais d’abord écrit, avec cynisme et dérision : « C’est une belle journée/Je vais me tuer. » Je me suis dit que cela allait peut-être trop loin, qu’il y avait des vies fragiles, que cela pouvait avoir des incidences. Donc, j’ai changé mon texte. Par contre, un sexe peut apparaître sur un écran, s’il n’est pas obscène, il n’y a aucun problème, cela fait partie de la vie.

Il y a beaucoup de représentations du corps dans votre spectacle. Par exemple, les images d’un couple qui s’attire et se repousse. Et surtout la trentaine de poupées nues, grandeur humaine, qui vous ressemblent, exposées dans une immense bibliothèque en fond de décor…

Le corps dans sa plénitude, puis dans sa décomposition avec l’écorché. Le vie faite de contorsions… Le couple en images que vous évoquez, ce sont deux danseurs. Ils expriment des sentiments d’amour et des expressions de douleur. Parce que l’amour intègre aussi le sentiment de douleur.


Pour résumer, votre univers est beaucoup un univers d’amour et de fantastique, non ?

J’adore le fantastique, dans le sens magique du terme, c’est-à-dire qui nous transporte hors de la réalité. J’ai été bercée par Edgar Poe et je continue à le lire et à le relire. Comme Stefan Zweig, comme Kafka. J’ai aussi adoré une série que j’ai découverte il y a peu, qui s’appelle, en français, La caravane de l’étrange. Sur un cirque itinérant, bizarroïde. Cela pullule de symboles, avec ce qui fait un cirque, un côté hyper-sensible et effrayant. C’est très bien réalisé. Un vrai voyage, métaphysique à souhait. J’aime ces univers.

Pour revenir concrètement au concert, aujourd’hui n’avez pas l’impression de plus créer l’événement avec vos spectacles qu’avec vos disques ?

D’abord, la scène est la création ultime. Personne n’entrave quoique ce soit. Quant à l’émotion, elle est d’abord générée par le concert, par ce qui se passe avec le public. Ensuite, il ne faut pas être dupe. C’est une évidence que l’économie du disque s’écroule. C’est une réalité avec laquelle il faut composer.


A ce propos, vous remplissez deux Stade de France en quelques heures et abordez une tournée de 32 concerts tous complets ou presque. L’engouement ne faiblit pas. Impressionnant, non ?

Cela m’émeut. En toute humilité, je me dis pourquoi moi ? Mais je n’ai jamais pensé que le public était acquis. Ce serait une erreur totale. Il peut être déçu. Il peut y avoir des hauts et des bas. Bien sûr, on a envie de durer, c’est humain, mais ça ne me hante pas. On ne peut pas forcer les choses. On peut engendrer. On peut décourager. Mais on est pas maître de sa vie. Par contre, pour durer, la chose fondamentale, c’est le travail. C’est une certitude. Cela se passe parfois dans la souffrance. Mais ça vaut le coup.

Même si cela peut vous valoir de vivre dans un « Paradis inanimé », comme vous le chantez dans votre dernier album. En quelques mots, être une star, c’est être seul ?

J’aurais pu choisir, un moment, une autre carrière, à l’international. J’ai souhaité rester sur la France, même si la Russie s’est offerte à moi un peu plus tard. Donc, j’aurais pu encore aller plus loin. Cela dit, je crois avoir toujours été un être solitaire avec, en même temps, une grande envie et un grand besoin de l’autre. Il faut juste bien choisir. Quoiqu’il en soit, je crois que les êtres humains ont un peu tous les mêmes appréhensions, les mêmes démons.

L’une des principales surprises de votre dernier album, c’est le côté révolutionnaire dans deux-trois titres comme « Réveiller le monde » où vous chantez : « Réveiller le monde/Rêver d’un autre été (…)/Révolus les mondes/Sans une révolution. » Surprenant ?

Je ne suis pas sûre de vouloir porter ce chapeau… Mais j’aime l’idée de la révolution, d’un peuple qui se soulève. J’aime le mouvement de masse. C’est une envie. Une espèce de cri de bête. Pas un message politique. Un regroupement est une force incroyable alors que parfois l’homme dans son individualité me terrifie.

On ne peut finir cette interview sans se rappeler que vous avez du sang breton, par votre mère, qui vit en Bretagne. Que pensez-vous avoir de breton en vous ?

(Elle sourit) La ténacité, le sens des valeurs profondes de la terre. Et puis… j’adore les crêpes ! Ma mère vit du côté de Pleyben. Enfant, j’ai passé mes vacances en Bretagne, à la ferme. J’adore les paysages tourmentés de la Bretagne.

Voir l’article paru ce jeudi dans le quotidien Ouest-France.

Publié dans Mylène en INTERVIEW | Pas de Commentaire »

1...678910
 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...