Ils font vibrer le cœur de Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 26 novembre 2016

Elle n’a jamais fait mystère de son amour pour les animaux. Et pour ceux qui douteraient encore de la sincérité de ses sentiments, sachez que Mylène Farmer a tout de même vécu pas moins de vingt-cinq ans avec un singe capucin baptisé E.T., qui était tout à la fois son compagnon, son meilleur ami et son confident.

Martyre

Inconsolable après la mort de la pauvre bête, disparue en 2011, la star lui avait même dédié un album, Monkey Me. Mais alors que la chanteuse s’apprête à faire son grand retour avec un nouveau disque qui sera dans les bacs pour Noël et comprendra un duo plutôt inattendu avec Sting, une autre preuve de son affection sans limites pour toutes les formes de vie vient d’être révélée.

 chez francesca

(Mylène et Benoît ont un berger suisse blanc depuis 2012. C’est la même race que Elfi, le chien que possède Laurent Boutonnat et sa compagne. La première fois qu’on a pu l’apercevoir, c’était dans la voiture de Mylène lors de son arrivée à l’inauguration de la Cité du Cinéma de Luc Besson le 21 septembre 2012. Pour l’anecdote, Liloup a son propre… « psy » pour animaux !)

L’histoire, relatée dans les colonnes de l’hebdomadaire VSD, remonte au début du mois de mai 2009. À l’époque, l’artiste vient de faire un triomphe à Nice, envoûtant les 8 500 spectateurs du palais Nikaia.

Une fois les projecteurs éteints, Mylène Farmer monte à bord d’une berline aux vitres teintées pour rejoindre, en toute discrétion, un célèbre restaurant étoilé où l’attend un succulent souper à partager avec quelques intimes. Mais à peine a-t-elle franchi les portes de l’établissement que, vision d’horreur, la star découvre de malheureux homards baignant dans un aquarium, des crustacés destinés à être plongés vivants dans de l’eau bouillante pour satisfaire les papilles de riches gastronomes ! 

Les amateurs de fruits de mer oublient trop souvent le calvaire que vivent ces infortunées créatures pour satisfaire leur appétit, mais pas l’artiste qui, avec son cœur « gros comme ça », veut leur épargner ce martyre. « Ils vont être mangés ? Je vous les achète ! » lance-t-elle au maître des lieux.

Aussitôt dit, aussitôt fait, et voilà qu’à 2 h du matin, devant de rares témoins éberlués, notre célèbre rousse, encore plus flamboyante qu’à l’ordinaire, se hâte de traverser la promenade des Anglais pour libérer au plus vite dans la Grande Bleue une dizaine de homards, rescapés, grâce à elle, d’un carnage culinaire.

Les années ont certes passé depuis ce spectaculaire acte militant. Mais, si vous exercez la profession d’écailler et que vous voyez Mylène Farmer s’avancer à grands pas vers votre étal, dites-vous que c’est sans doute votre jour de chance.  

 

Claude Leblanc pour France Dimanche

 

Publié dans Mylène 2015 - 2016, Mylène dans la PRESSE, Mylène et des CRITIQUES | Pas de Commentaire »

Incident in a ghost land pour Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 9 août 2016

 

Incident in a ghost land, c’est le titre, encore provi­soire mais vapo­reux à souhait, du long-métrage, dont les premières scènes seront tour­nées à New York, avant des prises de vues à Toronto, en août prochain. Derrière la caméra : Pascal Laugier, nouveau maître du fantas­tique (Saint AngeMartyrs,The Secret), dont l’œil bleu faus­se­ment limpide a déjà su impo­ser une autre Mylène, plus hybride que sexuée, dans le clip de sa chan­son City of love. Mécon­nais­sable sous ses couches de maquillage et de latex, parée de griffes et d’ailes déchi­rées, la chan­teuse incar­nait une créa­ture, entre la goule et l’ange déchu, à la recherche d’une trace d’hu­ma­nité le long des couloirs d’une maison aban­don­née, dans cette dernière vidéo.

mylène blog francesca

Pour son retour sur le grand écran, la star inter­prè­tera une mère de famille qui hérite de la maison d’une de ses tantes et doit sauver ses deux filles de mani­fes­ta­tions malfai­santes, dès leur première nuit sous ce toitMais ces deux filles restent les héroïnes prin­ci­pales du film. Réunies dans la demeure seize ans après cette nuit d’hor­reur, les deux sœurs – l’une jouée par Crys­tal Reed, héroïne de la série TeenWolf ; l’autre par Anas­ta­sia Phil­lips, déjà aperçue au géné­rique des Enquêtes de Murdoch et de Skins –  vont devoir confron­ter leurs souve­nirs et les modes de vie qu’elles se sont choi­sis pour occul­ter leur passé trau­ma­tique.

Peurs remon­tant à l’en­fance, hantises, duali­té… Mylène Farmer, malgré un rôle secon­daire à l’image, avan­cera en terri­toire fami­lier. Pour la première fois cepen­dant, la chan­teuse, fantasme de femme-enfant dans l’ima­gi­naire psycho­tique de son ex-complice Laurent Bouton­nat, incar­nera une femme adulte et accom­plie. Une évolu­tion qui, après trente ans de carrière, lui semblait néces­saire et même clé pour les années à venir.

Corres­pon­dant régu­liè­re­ment avec Pascal Laugier depuis leur première colla­bo­ra­tion, à l’au­tomne dernier, « l’ange roux » a fini par s’en­ga­ger dans le projet Incident in a ghost land, il y a quelques semaines. Impos­sible, malgré le tour­nage éprou­vant de Gior­gino et le projet avorté d’une adap­ta­tion de L’ombre des autres, roman de son amie Natha­lie Rheims, de faire l’im­passe sur ce « scéna­rio extrê­me­ment intel­li­gent », « dans la veine du film Les Autres d’Alejan­dro Amena­bar », selon son entou­rage.

C’est néan­moins avec l’hu­mi­lité et la discré­tion la carac­té­ri­sant que la star souhaite désor­mais se prépa­rer à cette co-produc­tion améri­cano-franco-cana­dienne, en langue anglaise, à laquelle sont égale­ment asso­ciés les noms de Clément Mise­rez, époux d’Ales­san­dra Sublet, à la tête de Radar Films (Belle et Sébas­tien), et de Jean-Charles Lévy, diri­geant de Fore­cast Pictures (Faces).

SOURCE : http://www.gala.fr/

Publié dans Mylène 2015 - 2016, Mylène dans la PRESSE | Pas de Commentaire »

Apparition Cinéma pour Mylène F.

Posté par francesca7 le 5 août 2016

 

C’est le site spécialisé Bloody-disgusting.com qui a révélé l’information, confirmée ensuite par l’entourage de la chanteuse au magazine Gala. Mylène Farmer tournera donc sous la direction du réalisateur adepte de l’épouvante (MartyrsSaint Ange) avec qui elle a déjà collaboré cette année pour son clip City of Love, tiré de son album Interstellaires. Le tournage aura lieu dès le mois d’août entre Toronto et New York.

Image de prévisualisation YouTube

Mylène Farmer, dont la première apparition au cinéma date de 1994 avec l’énorme four Giorgino, de son complice de longue date Laurent Boutonnat, incarnera une mère de famille qui reçoit en héritage une maison peuplée de créatures malfaisantes. Installée avec ses filles, seize ans après un drame survenu dans la demeure, elle devra les protéger tant bien que mal… Ses filles seront incarnées par Crys­tal Reed (une des stars de la série pour ados Teen Wolf) et Anas­ta­sia Phillips (Les Enquêtes de MurdochSkins).

L’entourage de Mylène Farmer a évoqué un « scéna­rio extrê­me­ment intel­li­gent (…) dans la veine du film Les Autres d’Alejan­dro Amena­bar« . Tournée en anglais, cette coproduc­tion améri­cano-franco-cana­dienne pourra aussi compter sur Clément Mise­rez (mari d’Ales­san­dra Sublet) et sa société Radar Films ainsi que Jean-Charles Lévy pour Fore­cast Pictures.

La star tiendra un second rôle dans Incident In a Ghost Land, du réalisateur Pascal Laugier. Mais cependant, notre Star a décidé de ne pas partir en tournée après avoir sorti son dernier disque, elle « a tout le temps nécessaire pour se lancer dans un autre projet »…

article de Thomas Montet

blog francesca

Publié dans Mylène 2015 - 2016, Mylène en VIDEOS, Mylène FILMOGRAPHIE | 1 Commentaire »

Mylène en deuil en Juillet 3016

Posté par francesca7 le 5 août 2016

 

Vingt ans après la mort de son père, Mylène Farmer pleure celle de sa mère.

Triste nouvelle pour Mylène Farmer, en deuil. Le magazine Ici Paris, en kiosques cette semaine, nous apprend que la chanteuse canadienne de 54 ans a perdu sa maman il y a quelques jours. Si l’on ignore les causes exactes de sa disparition, la regrettée Marguerite Gauthier, ancienne secrétaire devenue mère au foyer, a été enterrée au cimetière du Père Lachaise à Paris vendredi (8 juillet) dernier. Un moment forcément douloureux pour l’interprète de City Of Love qui entretenait une relation particulière avec sa mère.

D’après le journaliste Hugues Royer qui a travaillé pour le magazine Voici et publié un livre consacré à la jolie rousse qui veille depuis toujours a entretenir le mystère autour de sa vie privée et de sa personnalité, Mylène Gauthier de son vrai nom a vécu une enfance à distance de la figure maternelle. Maman a tort pour la jeune Mylène qui grandit entourée de trois frères et soeurs – Brigitte et Jean-Loup ses aînés et Michel le petit dernier de la fratrie – mais entretient un lien privilégié avec sa grand-mère paternelle et un père qui incarne l’homme idéal.

 mylène pleure (francesca)

Publié dans Mylène 2015 - 2016, Mylène dans la PRESSE | Pas de Commentaire »

Elle fait parler d’elle notre Mylène

Posté par francesca7 le 5 août 2016

 

 

 

Un tube automnal qui n’augurait en rien la tonalité planante et particulièrement envoûtante d’un disque comprenant 11 titres au total, écrit et co-composé par Mylène Farmer avec le patron du label Cherrytree Records : Martin Kierszenbaum.

Une douceur d’été aux influences funky

De celui-ci on retient notamment la piste d’introduction, éponyme, qui prend la forme d’une invitation au voyage dans l’espace – ou plutôt dans les songes et les rêves de la chanteuse. Un titre aux accents rock rappelant d’ailleurs l’album Anamorphosée, de 1995 (« California », « XXL »…). « A rebours », lui, séduit par sa mélodie, tout comme « City of Love » qui avait par ailleurs été illustré par le réalisateur Pascal Laugier. Leur collaboration a effectivement donné lieu à un clip original dans lequel la chanteuse prend la forme d’un extra-terrestre découvrant… l’amour. Elle se prolongera cet été avec le projet de long-métrage « Incident In A Ghost Land ».

 Mylène chez francesca

 

Mais avant de s’envoler pour l’Amérique ou seront tournées les premières scènes de ce film d’épouvante, Mylène Farmer poursuit l’exploitation d’Interstellaires. Elle choisit d’en extraire la piste la plus efficace et parfaitement calibrée pour les radios à l’heure où l’été s’apprête à pointer le bout de son nez. Aux influences funky, le titre « C’est pas moi »prend des allures d’hymne anti-conformiste« La vie, mais que vaut-elle / Sans danger sans sexe / Et sans choix / Marcher sa vie entière à / Côté de soi / Tant d’âmes se méprennent / Un oui / Un non / Une ligne droite » chante Mylène sur un couplet entêtant et aussi imparable que le refrain. Une douceur d’été qui pourrait bien faire grand bruit…

La pochette du single envoyé ce main aux radios, dans sa version originale, a été réalisée d’après un dessin de Mylène Farmer, dans la veine de ceux qui avaient déjà servi à illustrer le tube « C’est une belle journée » en 2002, son livre « Lisa-Loup et le conteur »l’année suivante, et plus récemment le conte philosophique « L’étoile polaire » de Michel Onfray (2015).

 

Publié dans Mylène 2015 - 2016 | Pas de Commentaire »

Mylène a amélioré la chanson de Sting

Posté par francesca7 le 11 juin 2016

 

 

 

 chez francesca

 

 

Après 3 ans d’absence, c’est un véritable événement. Mylène Farmer a dévoilé son dixième album studio, Interstellaires.

Et si onze nouvelles chansons sont à découvrir dans ce dernier opus dévoilé, le duo avec Sting séduit déjà très largement. La collaboration de ces 2 monstres de la chanson sur la reprise de Stolen Car, a enflammé les fans.

Au micro de RTL les deux artistes ont affiché leur complicité.

« J’ai toujours aimé la musique de Sting, j’ai toujours aimé l’artiste, ses composition, sa plume qui est très belle et poétique. Il a un talent inouï et c’est quelqu’un que je respecte énormément », a déclaré Mylène FARMER.

De son côté, le chanteur britannique a loué l’entente professionnelle :

« On s’entend ben professionnellement et on vit beaucoup ensemble, on s’aime bien ». Des points communs ventés par les deux principaux intéressés.

« Pour travailler avec quelqu’un, vous devez avoir quelque point communs. Il faut qu’il vous inspire, c’est un échange, on donne, on reçoit et au final on se surpasse.

Mylène a vraiment amélioré ma chanson », a lancé Sting après la sortie d’Interstellaire.

Publié dans LES TEXTES DE MYLENE, Mylène 2015 - 2016, Mylène dans la PRESSE, Mylène et L'ENTOURAGE, Mylène et les AUTEURS | Pas de Commentaire »

Mylène Farmer va tourner un film d’horreur

Posté par francesca7 le 8 juin 2016

 

 

Un peu plus de vingt après Giorgino, drame gothique de Laurent Boutonnat, la chanteuse française s’apprête à rejouer une terrible tragédie devant la caméra. Cette fois-ci sous la direction du maître de l’épouvante au cinéma.

 1

Son tournage promet déjà d’être effroyable. Vingt-deux ans après son mystérieux rôle dans GiorginoMylène Farmer renoue avec ses premiers amours et se prépare à combattre des spectres malfaisants devant la caméra de Pascal Laugier, spécialiste de l’horreur. Selon les informations du site américain Blood Disguting, les premières prises de vues du film d’épouvante devraient débuter cet été à New York et à Toronto.

Digne héritière du roman gothique, tout droit sortie de l’univers d’un Aloysius Bertrand ou d’un Edgar Allan Poe, Mylène Farmer est sans contrefaçon l’une des plus grandes héroïnes romantiques de son temps. Révolutionnaire saturnienne (Désenchantée) et poupée athée (Libertine), la chanteuse a toujours inervé ses chants et ses performances de références noires et mélancoliques.

Présences maléfiques

Aussi n’est-il pas étonnant que l’artiste à la voix de cristal et aux yeux de velours ait décidé de jouer dans un film d’épouvante. Qui plus est, réalisé par Pascal Laugier, un maître du fantastique qui a d’ailleurs exécuté son dernier clip, City of Love, une vidéo notamment inspirée de l’univers de Tim Burton et du Labyrinthe de Pan de Guillermo del Toro

Dans Incident in a ghost land, la chanteuse aux cheveux de feu renouera avec l’esprit noir et monstrueux de ses précédents courts-métrages pour incarner une mère de famille, quelque peu déphasée, confrontée à des manifestations maléfiques. Seule avec ses deux petites filles, Crystal Reed (Teen Wolf) et Anastasia Philipps (Skins), elle devra tout faire pour protéger sa petite famille des monstres qui parcourent la maison, dont elle vient d’hériter.

Pour l’heure aucune date n’a filtré quant à la future sortie du long-métrage dans les salles obscures. Mais, à l’image de la très mystérieuse carrière de Mylène Farmer, il reste fort à parier que le tournage de Incident in a ghost land, se fera dans le plus grand secret…

 

Info de Figaro magazine

Publié dans Mylène 2015 - 2016, Mylène dans la PRESSE | Pas de Commentaire »

Idée cinéma pour Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 8 juin 2016

 

 

dans « Incident In a Ghost Land » avec une star américaine

 

Puisqu’elle a décidé de ne pas partir en tournée après avoir sorti son dernier disque, la star a tout le temps nécessaire pour se lancer dans un autre projet…

Certes, ce n’est pas dans L’Ombre des autres, son projet maudit adapté du roman de son amie Nathalie Rheims, qu’elle revient sur grand écran, mais Mylène Farmer va bel et bien remettre sa peau d’actrice ! La star tiendra un second rôle dans Incident In a Ghost Land, du réalisateur Pascal Laugier.

1

C’est le site spécialisé Bloody-disgusting.com qui a révélé l’information, confirmée ensuite par l’entourage de la chanteuse au magazine Gala. Mylène Farmer tournera donc sous la direction du réalisateur adepte de l’épouvante (MartyrsSaint Ange) avec qui elle a déjà collaboré cette année pour son clip City of Love, tiré de son album Interstellaires. Le tournage aura lieu dès le mois d’août entre Toronto et New York.

Mylène Farmer, dont la première apparition au cinéma date de 1994 avec l’énorme four Giorgino, de son complice de longue date Laurent Boutonnat, incarnera une mère de famille qui reçoit en héritage une maison peuplée de créatures malfaisantes. Installée avec ses filles, seize ans après un drame survenu dans la demeure, elle devra les protéger tant bien que mal… Ses filles seront incarnées par Crys­tal Reed (une des stars de la série pour ados Teen Wolf) et Anas­ta­sia Phillips (Les Enquêtes de MurdochSkins).

L’entourage de Mylène Farmer a évoqué un « scéna­rio extrê­me­ment intel­li­gent (…) dans la veine du film Les Autres d’Alejan­dro Amena­bar« . Tournée en anglais, cette coproduc­tion améri­cano-franco-cana­dienne pourra aussi compter sur Clément Mise­rez (mari d’Ales­san­dra Sublet) et sa société Radar Films ainsi que Jean-Charles Lévy pour Fore­cast Pictures.

source : Thomas Montet pour le journal http://www.purepeople.com/

Publié dans Mylène 2015 - 2016, Mylène dans la PRESSE | Pas de Commentaire »

Sylvie Lancrenon, une belle rencontre avec Mylène

Posté par francesca7 le 15 avril 2016

 

 

Sylvie Lancrenon est une photographe et réalisatrice française née à Casablanca le 6 février 1959.

Sa carrière a débuté à 18 ans sur un plateau de tournage de Claude Lelouch. Elle a collaboré pendant une dizaine d’années en tant que photographe de plateau avec des réalisateurs tels que Jean Becker ou Pascal Thomas.

Des liens tissés avec les acteurs, elle développe un travail intimiste qu’elle poursuit avec les médias ELLE, Marie-Claire, Glamour, Crash Magazine.

Sa production est constituée de photographies de beauté, mode, portraits de personnalités.

Elle est également auteur de campagnes publicitaires pour Mauboussin et Mixa.

1

Réalisation

En 2012, elle réalise un portrait filmé de Serge Lutens, en 2013, Emotional Rescueen 2014, Chambre 401 avec Mélanie Thierry.

Bibliographie

  • CUBA LIBRE Emmanuelle Béart Schirmer-Mosel  
  • FRAGILE Mylène Farmer Éditions Anne Carrière  

Sylvie Lancrenon s’est confiée :

 L’exposition est visible du 5 juin au 31 juillet 2015.« La beauté m’inspire.
Les femmes sont au coeur de mon travail depuis toujours.
Je cherche leur nature profonde au-delà de l’apparence.
J’aime capter la féminité affirmée, oubliée, cachée, latente.
Sensible à la fragilité qui se cache derrière la puissance d’un corps.
J’aime dévoiler la sensualité et l’élégance des femmes.
J’aime raconter des histoires.
Leurs secrets, leur fragilité, leur pureté.
Là est mon défi artistique : saisir l’intimité d’un être, sans le connaître.
La danse a toujours été pour moi une source d’inspiration. L’expression corporelle
qu’elle soit dans l’effort, dans l’abandon où le désir est une obsession.
Le corps de Mylène m’inspire, je veux en dévoiler la force dans les moindres détails.
Le challenge est de taille, je dois en une après midi raconter une histoire qui deviendra la nôtre.
C’est le moment où se construit notre relation.
Appréhender et percevoir la vérité d’une émotion.
Sans artifice, en toute sincérité.
Je lui propose de ne rien avoir d’autre que des matières comme partenaire, du talc, de l’argile, de l’eau.
Le décor est pur et minimal : une grande cerce entourée d’un voile blanc.
Pieds nus sur la terre organique.
Une robe comme une seconde peau.
Retour aux origines de l’enfance, une page blanche, intemporelle.
Je suis à la merci de l’émotion que me provoque mon sujet.
Etre à l’affût du moindre regard, du corps qui se tord et s’exprime devant moi. ».

« FRAGILE »
EXPOSITION DU 5 JUIN AU 31 JUILLET 2015

 

À partir du 5 juin 2015, acte2rivegauche & lagalerie d’enface vous proposent de découvrir l’exposition FRAGILE de Sylvie Lancrenon, réunissant une sélection de photographies issues de sa rencontre avec la mystérieuse Mylène Farmer.   Mylène Farmer a posé pour Sylvie Lancrenon. Ensemble, elles ont réalisé une série de photographies où l’artiste se mélange à l’argile. Cette seconde peau change son apparence, accentue sa sensualité, dévoile son corps, autant de facettes d’elle jamais vues. Fragile est le résumé de ce mélange de douceur et de force qui se dégage de ce travail. Du talc, de l’argile et de l’eau… rien de plus, pas d’accessoire ni de prétexte. Sans artifice et sans trucage, la série frappe par son épure. … Les photographies de Sylvie Lancrenon révèlent l’histoire d’un corps et la rencontre de deux femmes qui ont additionné leurs créativités pour les mettre au service de l’émotion. Fragile, ou l’éloge de la simplicité ! Un moment de grâce où l’artiste s’est laissée porter et laisse entrevoir la femme cachée derrière le mythe. Dans le cadre d’une galerie d’art édifiée sur une ancienne chapelle, l’ écrin idéal pour abriter cette révélation.

« Là est mon défi artistique : saisir l’intimité d’un être, sans le connaître. Le challenge est de taille, je dois en une après-midi raconter une histoire qui deviendra la nôtre. »   Sylvie Lancrenon FRAGILE – un ouvrage aux éditions Anne Carrière – sortie le 15 mai 2015

Publié dans Mylène 2015 - 2016, Mylène et L'ENTOURAGE | Pas de Commentaire »

Mylène est une Charlie, titrait Gala

Posté par francesca7 le 28 janvier 2016

 

Par le biais d’un dessin signé de son nom et diffusé sur le compte insta­gram de sa maison de disque, l’ange roux de la chan­son française a décidé de prendre parti contre la barba­rie.

image4

Ses fans ont reconnu son joli coup de crayon. A défaut de prendre la parole dans une vidéo comme Johnny Hally­day, la discrète Mylène Farmer a fait diffu­ser sur le compte insta­gram de Poly­dor, sa maison de disque, un dessin repré­sen­tant Lonely Lisa, son person­nage fétiche et son lien silen­cieux avec le public, tendant à bout de bras une pancarte « Je suis Char­lie ». La signa­ture de la star figure au pied de son drôle d’alter ego, qu’elle avait déjà esquissé sur une pleine page du quoti­dien Libé­ra­tion pour remer­cier ses fans de leur fidé­lité, en mars dernier.

Une façon pour la chan­teuse de mani­fes­ter son profond dégoût pour les actes barbares qui ont frappé la rédac­tion de Char­lie Hebdo et de rendre hommage à ses dessi­na­teurs assas­si­nés (parmi lesquels Cabu et Georges Wolinski), alors qu’elle ne manque jamais de chan­ter sur scène, depuis la fin des années quatre-vingt dix, ces quelques mots: « j’ai rêvé qu’on pouvait s’aimer/ au souffle du vent/ s’élevait l’âme, l’huma­nité/ son manteau de sang/ j’irais cracher sur vos tombeaux/ n’est pas le vrai, n’est pas le beau/ j’ai rêvé qu’on pouvait s’aimer » (chan­son Rêver).

Pour la star, idolâ­trée parfois jusqu’à l’excès, contre son gré, les évène­ments du 7 janvier ne sont pas sans réveiller le trau­ma­tisme de la fusillade d’un stan­dar­diste de Poly­dor par un de ses fans, déséqui­li­bré, au début des années quatre-vingt dix.

Mélan­geant sexe et reli­gion dans ses textes et ses clips, la chan­teuse a toujours farou­che­ment défendu la liberté d’expres­sion d’un artiste. Quitte à être elle-même victime de la censure.

Répu­tée agnos­tique, mais tout aussi oppo­sée aux anathèmes et aux amal­games, l’inter­prète de Ainsi soit-je n’hésita pas à enton­ner sur la scène du Palais Omni­sports de Paris Bercy une reprise de La Poupée qui fait non avec l’artiste Khaled, en 1996, après la montée du FN aux élec­tions muni­ci­pales de 1995.

Atta­chée à la liberté de conscience, elle compte égale­ment parmi les plus fidèles amies de l’écri­vain Salman Rush­die, auteur des sulfu­reux Versets Sata­niques, capable de lui rendre visite à Londres alors qu’il était encore sous le coup d’une fatwa.

Source originale : http://www.gala.fr 

Publié dans Mylène 2015 - 2016, Mylène Autrement, Mylène dans la PRESSE | Pas de Commentaire »

Mylène FRAGILE, et l’expo.

Posté par francesca7 le 28 janvier 2016

 

Ensemble, elles ont élaboré Fragile     , ouvrage de quatre-vingt dix clichés inédits de la star, paru le 15 mai dernier. La photo­graphe Sylvie Lancre­non rêvait de repro­duire et d’affi­cher ces photos au format XXL. C’est, depuis quelques jours, chose faite à la gale­rie pari­sienne Acte2. Et c’est tout natu­rel­le­ment que la chan­teuse Mylène Farmer, pour­tant si peu mondaine, a récem­ment assisté au vernis­sage de l’expo­si­tion. Récit d’une appa­ri­tion…

mylènearticle_769

« Trois p’tit tours et silence/ C’est ça qui m’af­fecte/ Quand on m’aime, je danse/ Quand on veut, j’ap­pa­rais », préve­nait-elle dans sa chan­son L’his­toire d’une fée, c’est…, en 2001. Alors que l’air pari­sien explo­sait le ther­mo­mètre, il faut croire que le désir était lui aussi porté à incan­des­cence, le 4 juin dernier !

D’or­di­naire rétive aux monda­ni­tés, la très discrète Mylène Farmer est en effet appa­rue au vernis­sage de l’ex­po­si­tion Fragile, mise en scène aux formats 26×40 cm, 53×80 cm et 120×80 cm de clichés de la star pris par Sylvie Lancre­non pour un livre éponyme paru aux éditions Anne Carrière.

Aussi furtive que le songe d’une nuit d’été malgré une cheville plâtrée, la star s’est présen­tée, avec sa chienne Liloup, à la gale­rie Acte2, lieu de l’ex­po­si­tion jusqu’au 31 juillet, avant l’ar­ri­vée de la plupart des autres invi­tés conviés à 19 heures. Dans son sillage : le produc­teur et direc­teur artis­tique Anthony Souchet et l’écri­vain Natha­lie Rheims, deux confi­dents avec lesquels elle s’en­tre­tient tous les jours, mais aussi Chris­tophe Danchaud, le choré­graphe de ses concerts, John Nollet, son coif­feur à l’œuvre sur le shoo­ting de Fragile, Jean Paul Gaul­tier, son coutu­rier fétiche, François Hanss, le réali­sa­teur du film de sa tour­née Time­less 2013, Jean-Chris­tophe Grangé, auteur de thril­lers, et Stéphane Célé­rier, p-dg de la société Mars Films à qui l’on doit La Famille Bélier.

Cheveux lâchés, vêtue d’un simple t-shirt blanc et souriante, « l’ange roux » a fait le tour de la gale­rie Acte2, ancienne chapelle du quar­tier de Saint-Germain-des-Prés, sans trop s’at­tar­der- modes­tie et pudeur obligent – devant les clichés de son amie Sylvie Lancre­non, propo­sés à la vente entre 2000 et 8000 euros. Pratiquant l’esquive, cepen­dant moins farouche que soucieuse de lais­ser les clichés de la photo­graphe exis­ter par eux-mêmes, l’icône a, par la suite, rejoint la courette de la gale­rie avec ses amis et son sculp­tu­ral Berger suisse blanc… avant de dispa­raître, aussi discrè­te­ment qu’elle était arri­vée !

Mis en place à quelques 15 000 exem­plaires, Fragile, ouvrage de quatre-vingt dix clichés inédits de Mylène, est déjà en quasi rupture de stock, moins d’un mois après sa paru­tion. Une ré-édition est prévue pour la fin du mois de septembre.

Patience aux fans de la star dans l’at­tente d’un retour prolongé dans la lumière. Après le temps de la récréa­tion, le temps de la créa­tion serait de plus en plus concrè­te­ment envi­sa­gé… Mais chut ! « Faire un vœu ou bien deux/ Et puis fermer les yeux/ Je suis là/ Pour celui et pour ceux/ Qui n’ont pas froid aux yeux/ Qui croient en moi/ Faire un souhait pour de vrai/ Et puis croire au mystère/ Tout est là »… C’est Mylène, elle-même, qui l’a chanté.

Expo­si­tion Fragile by Sylvie Lancre­non, jusqu’au 31 juillet, chez Acte2­ri­ve­gauche/La gale­rie d’en face, 7 rue Paul-Louis Courier, 75007 Paris.

source originale : http://www.gala.fr/ 

Publié dans Mylène 2015 - 2016, Mylène Autrement | Pas de Commentaire »

Interstellaires dans la presse

Posté par francesca7 le 5 janvier 2016

Mylène Farmer revient avec « Interstellaires ». Trois ans depuis la sortie de son neuvième album, qui avait divisé la critique, la chanteuse a cherché à se renouveler et à se révéler, apparaissant plus sereine que jamais.

mylene-farmer-tele-loisir

Mylène Farmer est de retour, mais sans son complice de toujours, Laurent Boutonnat. Comme elle l’avait fait il y a cinq ans en allant chercher Moby, Archive et RedOne pour renouveler son univers à travers l’album « Bleu noir », la chanteuse a fait appel cette fois-ci au producteur pop Martin Kierszenbaum (Natalia Kills, Robyn, Lady Gaga…), chef du label Cherytree Records qui distribue la musique de Sting. C’est d’ailleurs avec « Stolen Car », une reprise en duo avec l’ex-chanteur de Police produite par The Avener que Mylène Farmer a fait son retour. Une mise en bouche qui illustre plutôt bien l’album « Interstellaires », dont le point fort est indiscutablement sa modernité et sa légèreté, là où son prédécesseur, le déstabilisant « Monkey Me », sonnait légèrement poussiéreux et paresseux. Un changement de partenaires bienvenu !

Une artiste enfin sereine et optimiste
« Interstellaires » brille par sa cohérence, il est agréablement homogène sur le plan de la production et des arrangements, qui nous mettent en condition pour un voyage dans l’espace. Quant aux textes, ils sont une invitation à s’extirper du quotidien pour rejoindre les étoiles. Ce périple astral démarre avec la chanson éponyme de l’album, dont la tonalité rock et l’interprétation innovante font écho au disque « Anamorphosée » (1995), synonyme de fracture dans la carrière de Mylène. D’emblée la voix apparaît mieux maîtrisée pour délivrer un message optimiste. La chanteuse, qui semble moins tourmentée,  » lève les voiles  » pour  » recommencer dans un monde meilleur « . Un monde lumineux où l’amour guérit de tous les maux, comme l’artiste le chante dans « Voie lactée », « City of Love » ( » L’amour surgit du néant / N’avoir d’autres vœux que l’autre « ) et « Love Song », dont le lyrisme du refrain aérien tranche avec la sobriété des couplets.

Malgré cette sérénité apparente, il plane sur « Interstellaires » des zones d’ombre et les angoisses que les fans connaissent déjà bien. C’est ce que Mylène Farmer affirme à travers la ballade « A rebours », pièce maîtresse de ce nouveau disque. Sur des couplets parlés, contraste d’un refrain entraînant sa voix dans les aigus, l’artiste claque la porte à ses vieux démons, faisant un pas vers l’autre.  » (Nul besoin de barreaux / De croix / On s’enferme tout seul / Parfois « ). A l’aise entre l’Enfer et le Paradis, elle prend un peu de hauteur à travers « Pas d’access », piste électro captivante, utilisant la métaphore du rapace pour disserter sur la notion de liberté.

Un style plus direct et donc plus lisible
Mylène Farmer va à l’essentiel, adopte un style plus direct et délaisse la poésie ainsi que les mélodies fortes signées Laurent Boutonnat. L’anecdotique « Voie Lactée » ou la ritournelle sautillante aux accents funk, efficace, mais aux rimes aussi faciles (caricaturales), « C’est pas moi », rappellent toutefois le pygmalion. Signe que la chanteuse sait encore surprendre sans non plus provoquer de séisme. C’est aussi le cas avec le titre « Un jour ou l’autre », dont le pont aux influences celtiques conclut brillamment ce voyage dans l’espace. 

Cet album a donc les défauts de ses qualités. Plus lumineux et moins torturé, plus lisible aussi, « Interstellaires » inspire un profond sentiment d’apaisement. Malheureusement, cette recherche d’uniformité a obligé Mylène Farmer à sacrifier les gros tubes et les ballades poignantes, pourtant la marque de fabrique de son univers. Pour l’émotion, il faudra en effet se contenter d’une reprise très épurée de « I Want You to Want Me » de Cheap Trick, où l’artiste se met à nu.

Jonathan HAMARD – Source : Pure Charts

Publié dans Mylène 2015 - 2016, Mylène dans la PRESSE | Pas de Commentaire »

Le dernier tournage de Mylène

Posté par francesca7 le 26 décembre 2015

 

 

Après quelques photos volées lors du tournage en septembre dernier, on peut enfin découvrir le clip de Stolen Car, le duo de Mylène Farmer et Sting. Dans un décor parisien (on se balade sur les quais, dans les quartiers chic ou encore sous les ponts), la vidéo met en scène Sting qui vole une voiture devant un hôtel chic et s’imagine une vie à la hauteur de son luxueux véhicule. C’est là qu’apparaît Mylène Farmeren maîtresse sensuelle. Le couple factice s’enlace, s’embrasse langoureusement et finit même sous les draps dans une chambre d’hôtel, le tout dans une ambiance aussi mystérieuse que sexy (suggérée par les jeux d’ombres et de lumières et les scènes fugaces).

1 photo volée

2 Photo volée

Un clip très artistique qui a cependant été un peu difficile pour Mylène Farmer. Dans une interview pour le magazine Rolling Stone, la jolie rouquine a avoué qu’elle s’était cassé la jambe quelques mois plus tôt et que, même si tout allait bien aujourd’hui, porter des talons aiguilles n’avait pas franchement été une partie de plaisir. « Sting a été très gentil avec moi et très attentionné car je ne pouvais pas marcher. Il devait me tenir bien serrée contre lui« , a également confié la star française à propos de son partenaire de jeu.

Publié dans Les Clips de Mylène, Mylène 2015 - 2016, Mylène en DUOS | Pas de Commentaire »

Une Mylène qui fait peur

Posté par francesca7 le 26 décembre 2015

 

dans son dernier clip, c’est une Mylène flippante que nous voyons…

CLIP DE MYLENE

La chanteuse française s’est métamorphosée en étrange créature pour la vidéo accompagnant son titre City of Love, tiré de son nouvel album.

 la rousse incendiaire s’est en effet transformée en extraterrestre nue, pâle et pourvue d’ailes diaphanes, de longues griffes et d’une chevelure faite de pics oranges. Le résultat aussi beau que flippant est signé Pascal Laugier, spécialiste français du film d’horreur à qui l’on doit notamment Saint Ange et Martyrs. 

Fidèle à elle-même, c’est plus un mini-métrage qu’un simple clip que nous offre l’interprète de Libertine. Mise en scène théâtrale et très esthétique, ambiance surnaturelle, à la fois burtonesque et pesante, paroles prônant l’amour comme salut… on retrouve bien là la patte de l’artiste performeuse.

Pour se mettre dans la peau de cette curieuse créature découvrant par le biais de divers images ce qu’est l’amour tel que les humains le conçoivent avant de s’éprendre d’un mannequin en bois, Mylène Farmer a dû faire preuve de beaucoup de patience puisque sa transformation a nécessité près de 7h de maquillage avant chaque prise de vue. Heureusement, le tournage qui a eu lieu au château de Chambly dans l’Oise, n’a duré que deux jours, ou plutôt deux nuits.

 

Publié dans Les Clips de Mylène, Mylène 2015 - 2016, Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaire »

City of Love le nouveau clip de Mylène Farmer réalisé par Pascal Laugier

Posté par francesca7 le 26 décembre 2015

 

Une vidéo très atten­due, qui a demandé des heures et des heures de travail à Pascal Laugier, son réali­sa­teur : City of Love, le nouveau single de Mylène Farmer, profite enfin d’un clip. Et pas n’importe lequel : inspi­rée notam­ment d’Edward aux mains d’argent, il offre à la chan­teuse un rôle éton­nant de créa­ture ailée.

Image de prévisualisation YouTube

Elle en avait révélé les premières images il y a main­te­nant dix jours : Mylène Farmer a enfin mis en ligne le clip de City of Love, son nouveau single – après Stolen Car en duo avec Sting. Habi­tuée à produire de véri­tables petits films pour illus­trer ses morceaux, la chan­teuse n’a une fois de plus pas lésiné sur les moyens :quarante personnes ont été mobi­li­sées pour le tour­nage, qui s’est étendu sur près de 48 heures. Instal­lée au Château de Cham­blis, à une cinquan­taine de kilo­mètres de Paris, l’équipe a notam­ment passé six heures trente à maquiller Mylène Farmer – un temps néces­saire, pour la trans­for­mer en une créa­ture étrange et touchante.

 A mylène blog

Il y a du Hitchock, du Guillermo Del Toro, et surtout du Tim Burton dans le clip de City of Love. Mylène Farmer y incarne une version fémi­nine d’Edward aux mains d’argent pas de ciseaux à la place des mains ici, mais des griffes – et surtout des ailes abîmées dans le dos, inuti­li­sables. Comme son prédé­ces­seur incarné par Johnny Depp, Mylène Farmer cherche l’amour dans un manoir vide. La chan­teuse, dont le dernier album Inters­tel­laires est sorti le 6 novembre, ne trou­vera alors le récon­fort qu’auprès d’un mannequin de bois. Un ersatz d’être humain, dont l’étreinte suffit à rassu­rer la créa­ture et à lui faire réali­ser que l’amour existe – quelles que soient les appa­rences.

Article paru sur http://www.gala.fr/

 

Publié dans Les Clips de Mylène, Mylène 2015 - 2016, Mylène dans la PRESSE | Pas de Commentaire »

Mylène Farmer a dévoilé un teaser

Posté par francesca7 le 17 décembre 2015

Mylène Farmer a dévoilé un teaser du clip de son nouveau single « City of Love » qui promet d’être aussi terrifiant qu’envoûtant.

1Nouveau clip Mylène

 

Mylène Farmer continue d’assurer la promotion de son dixième album, Inters­tel­laires, déjà écoulé à près de 200.000 exem­plaires en un mois. Il y a quelques semaines, les fans avaient découvert le titre Stolen Car en duo avec le chanteur Sting. Une collaboration qui lui avait même permis d’être invité sur le plateau du Tonight Show, talk show star de la chaine NBC, présenté par Jimmy Fallon.

Cette fois ci, la chanteuse nous dévoile quelques images d’un clip vidéo qui fait froid dans le dos. D’après le teaser mis en ligne par Polydor, la vidéo qui assurera la promotion de City of Love, sera plutôt horrifique. La scène d’ou­ver­ture dépeint un château hanté, dont le perron est jonché de colombes mortes, alors qu’un orage gronde. Des carcasses d’oiseaux morts dont une voix informe qu’ils chutent du ciel « les ailes brisées » et une main (extraterrestre ?) s’écrasant contre une vitre sont aussi au programme… La vidéo reprend les codes de l’effroi qui ont fait d’elle une star notamment dans les clips de Plus grandir et de Dégénération.

Le clip de City of love a été réalisé par Pascal Laugier, que les fans de cinéma d’horreur connaissent d’ailleurs bien, notamment pour Saint-Ange ou Martyrs, film ultra-violent autant adoré que décrié, qui avait effrayé plus d’un spectateur.

 

source : http://lci.tf1.fr/people

 

Publié dans Mylène 2015 - 2016, Mylène et SYMBOLISME | Pas de Commentaire »

Mylène Farmer – City Of Love – LE CLIP

Posté par francesca7 le 17 décembre 2015

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Le réalisateur Pierre Laugier, spécialiste du film d’horreur, a revisité l’œuvre d’Alfred Hitchcock pour illustrer une chanson d’amour à double sens tirée de l’album Interstellaires.

 

Depuis ses débuts, la confusion des sentiments est une source d’inspiration infinie pour Mylène Farmer. Pour illustrer sa chanson City of love - littéralement: La Ville de l’amour - elle a décidé de travailler avec un réalisateur français, Pierre Laugier, spécialiste du film d’horreur.

En moins d’une minute, l’ambiguïté du texte de Mylène Farmer trouve ici un écrin horrifique. Une maison abandonnée, un ciel de nuit noir corbeau, la foudre qui tombe, ces premières images rappellent irrésistiblement la demeure hantée de Norman Bates dans l’un des chefs-d’œuvre d’Alfred Hitchcock, Psychose (1960).

1 Sting-et-mylene-farmer-a-la-17eme-950x0-3 - CopieLes clips de Mylène Farmer jettent l’effroi

Le lien de parenté entre le clip de City of love et la manière si particulière du maître du suspense s’observe aussi dans le message de la voix off: «Un orage électrique se dirige vers le nord… doublé d’un vent tourbillonnant fait chuter les oiseaux… leurs ailes brisées les laissant abîmés…» On peut y voir aussi un deuxième emprunt. Après Psychose Pierre Laugier s’est aussi inspiré du thriller Les Oiseaux (1963).

Mylène Farmer aime jouer avec la peur. D’autres clips de ses chansons n’ont pas hésité à jeter l’effroi sur ses fans. On peut citer Plus GrandirDégénération, et bien sûr l’excellent Beyond my control.

 

Article paru sur LEFIGARO.FR 

Publié dans Les Clips de Mylène, Mylène 2015 - 2016, Mylène dans la PRESSE, Mylène en VIDEOS | Pas de Commentaire »

Les stratégies de lancement pour Mylène

Posté par francesca7 le 13 décembre 2015

TELE POCHE

TELE POCHE1

TELE POCHE 4

Publié dans Mylène 2015 - 2016, Mylène dans la PRESSE | Pas de Commentaire »

Mylène à la Une des Magazines

Posté par francesca7 le 13 décembre 2015

TELE POCHE 3

TELE POCHE 2

Publié dans Mylène 2015 - 2016, Mylène dans la PRESSE | Pas de Commentaire »

La dernière surprise de Mylène

Posté par francesca7 le 12 décembre 2015

 

le dernier mylène

Connu pour ses longs-métrages « Martyrs » (2008) et « The Secret » (2012), le réalisateur français n’a pas été choisi au hasard : spécialiste du cinéma d’horreur, il a été chargé de donner vie aux cauchemars les plus obscurs de l’artiste. A-t-elle été inspirée par la série « American Horror Story », dans laquelle Lady Gaga campe une tenancière vampirique et démoniaque ? Quoi qu’il en soit, la vidéo de « City of Love » prend place dans un manoir sinistre balayé par les vents lors d’une nuit d’orage, à en croire un premier teaser terrifiant. Dans cette demeure, la nature semble éteinte et les cadavres sans vie de colombes sont là pour en témoigner. Dans une pièce où les meubles sont recouverts de toiles d’araignée, une voix grave émane d’un poste radio pour annoncer la météo capricieuse et l’étrange phénomène qui touche les oiseaux. Soudain, sur le carreau embué, une main blanchâtre aux griffes pointues fait son apparition… A l’évidence, Mylène Farmer nous réserve de drôles de surprises !

Mylène Farmer a fait son choix : son nouveau single sera « City of Love ». Le deuxième extrait de l’album « Interstellaires » va s’offrir un visuel sombre et terrifiant si l’on en croit le premier teaser du clip, signé du réalisateur Pascal Laugier.

Juste avant les fêtes de fin d’année, Mylène Farmer met ses fans en émoi. Pour poursuivre la promotion de son son dixième album « Interstellaires », déjà écoulé à près de 200.000 exemplaires en un mois, la chanteuse a jeté son dévolu sur « City of Love ». C’est ce nouvel extrait, lumineux et aérien, qui prend la succession de  »Stolen Car », son duo avec Sting. Alors qu’elle a défendu ce titre remixé par The Avener à la télévision américaine il y a quelques jours, Mylène Farmer songe déjà à la suite et a confié à Pascal Laugier le soin de réaliser son nouveau clip. 

Jugez plutôt !

En savoir plus sur http://www.chartsinfrance.net/Mylene-Farmer/news-100174.html#BczqSKxt5gOqejUL.99

 

Publié dans Les Clips de Mylène, Mylène 2015 - 2016 | Pas de Commentaire »

Mylène À LA TÉLÉ – TMC

Posté par francesca7 le 12 décembre 2015

 

Sans titreTMC a consacré un documentaire à la chanteuse à l’occasion de la sortie de son nouvel album (2015).

Certains construisent leur mythe sur leur présence accrue dans les médias. D’autres font tout le contraire. Ainsi Mylène Farmer, véritable stratège du silence, dont chaque single est attendu par des millions d’admirateurs en transe. Et TMC de profiter de la sortie de son nouvel album, Interstellaires (le 6 novembre), pour lui consacrer un documentaire inédit, Mylène Farmer: sur les pas d’une icône le 8 décembre 2015.

Trente ans de carrière et dix albums n’auront pas permis de lever le plus petit coin de voile sur Mylène Farmer. Depuis Libertine, l’un de ses premiers tubes, la chanteuse vend des millions de disques, réalise pour certains de ses titres des clips cinématographiques durant jusqu’à vingt minutes et joue à guichets fermés. Plus remarquable encore, la chanteuse a été érigée au rang d’icône par ses fans sans jamais sortir de son silence, sinon en de très rares occasions.

«Je trouve regrettable que la parole soit devenue si facile, si peu réfléchie, si inconséquente», confira-t-elle un jour sur le plateau d’un JT avant d’ajouter: «Tout ce temps passé à parler de soi et à se montrer, c’est autant d’heures volées à la réflexion, à l’amour, à la création. Je ne suis pas discrète par dédain. Je suis discrète par respect pour mon public, pour mon entourage et pour moi-même. C’est aussi ma nature profonde. Il n’empêche, je suis bien vivante.».

Image de prévisualisation YouTube

 

De la sortie, en 1986, de Cendres de Lune, à aujourd’hui, comment s’est-elle imposée comme une icône? D’où lui vient l’inspiration de l’univers si mélancolique qui est le sien? Pourquoi l’aimons-nous? Et qui est-elle, au juste? Réponse en images d’archives, en séquences de concerts, en extraits de clips, et au travers des nombreux témoignages de ceux qui ont eu la chance de la rencontrer et de la côtoyer. «C’est un génie!, s’exclame ainsi le producteur Dominique Besnehard. Une star fatale, lointaine, comme Marlène Dietrich ou Greta Garbo. Et, en même temps, le public, avec lequel elle a des rendez-vous espacés, mais colossaux, reste fou d’elle. C’est incroyable!»

Ce dont attestent Thierry Suc, son manager depuis toujours, Vincent Lindon, ancien camarade de conservatoire, mais aussi Pierre Palmade, Jean-Paul Gaultier et Sting, qui chante avec elle Stolen Car. Reste l’absence de l’artiste du documentaire, peut-être source de déplaisir pour certains.

Record de disques de diamant pour une chanteuse, de vente de DVD musicaux, de rapidité de vente de billets de concert (elle a rempli, lors de sa dernière tournée, l’équivalent de deux stades de France en trois heures) et record de fidélité du public. «La vie a ses hauts et sas bas, mais ma plus vive appréhension, dira-t-elle encore, serait de décevoir mon public.» Bref, depuis trente ans, la petite Française innove, progresse, célèbre l’amour, le sexe, la mort et envoûte les foules lors de shows spectaculaires. À 54 ans, Mylène Farmer vient de sortir Interstellaires, son premier album distribué aux États-Unis.

À savoir

À tous les fans qui n’auraient pas pu accéder à ses plus récentes interviews, Mylène Farmer était le 10 novembre sur le plateau du JT d’Anne-Claire Coudray (TF1) et le 4 décembre dans l’émission The Tonight Show Starring Jimmy Fallon, sa première participation à une émission de télévision aux États-Unis (NBC). Les deux programmes sont visibles sur YouTube et en replay.

 

article paru sur FIGARO.FR

Publié dans Mylène 2015 - 2016, Mylène AU FIL DES MOTS, Mylène en VIDEOS | Pas de Commentaire »

Mylène à la conquête des Etats Unis

Posté par francesca7 le 12 décembre 2015

 

mimi

Pour la première fois, un de ses album sort à l’échelle mondiale. C’est d’ailleurs très cohérent par rapport à ses envies d’ailleurs. Interstellaires, le 10e album studio de Mylène Farmer, sort en effet dans le monde entier. Une première pour la chanteuse, en 30 ans de carrière. « Martin a son propre label et il m’a proposé de m’ouvrir un peu au monde. Je lui ai dit pourquoi pas, prenons cela comme un amusement », explique la chanteuse, qui pense qu’elle a « quelque chose à faire aux États-Unis ».

En plus de son duo avec Sting, elle chante un autre titre en anglais, I Want You. Les américains la découvriront donc le mois prochain à la télé notamment dans le Tonight show, une émission très importante au États Unis. Elle y sera toujours épaulée par Sting. On a balayé pas mal de leurs points communs, il en reste un, que les deux artistes érigent en principe : refuser le conformisme. « C’est parce que je m’ennuie vite, j’ai besoin de changer constamment dans ce que je fais », lâche StingMylène Farmer acquiesce : « Moi aussi je m’ennuie vite. J’aime la différence, j’ai besoin de choses qui étonnent ».

Un thème central dans les textes : l’espace. Dès la chanson d’ouverture éponyme, on est dans l’ambiance. « J’ai fait d’abord ce voyage toute seule. J’avais envie d’inconnu, de voyage, de liberté. Je n’ai pas besoin de capsule pour aller dans l’espace », explique l’artiste. Écoutant certainement ses envies d’ailleurs, elle n’a pas travaillé avec son compositeur attitré, Laurent Boutonnat

source : http://www.rtl.fr/culture

Publié dans Mylène 2015 - 2016, Mylène Autrement, Mylène dans la PRESSE | Pas de Commentaire »

Mylène Dans le fauteuil de Jimmy Fallon

Posté par francesca7 le 6 décembre 2015

 

1 TV américaine

Avant de chanter, la star française est passée sur le gril de l’interview du facétieux Jimmy Fallon. Après les questions d’usage, l’animateur a essayé plusieurs fois et sans succès, de prononcer le nom de l’album de Mylène Farmer avant que la chanteuse, agacée, ne lui administre un coup de poêle à frire (en plastique) magistral en pleine tête.

 

Image de prévisualisation YouTube

Mylène Farmer à la télévision, c’est rare. A la télévision américaine c’est encore plus rare. Et pourtant samedi soir, la rousse la plus célèbre de France était l’invitée du célèbre Tonight Show de la chaîne NBC. En promotion pour son dernier album « Interstellaires », la chanteuse française était venue interpréter, en compagnie de Sting, le morceau « Stolen car ».

article paru sur http://www.20minutes.fr/television

 

Publié dans Mylène 2015 - 2016, Mylène en VIDEOS | Pas de Commentaire »

Mylène Farmer – Avant que minuit ne vienne

Posté par francesca7 le 21 novembre 2015

Mylène Farmer – Avant que minuit ne vienne est sorti le 22 juillet 2015, et n’est pas passé inaperçu auprès des fans.

 Avant que minuit...

Résumé (Edilivre) : Avant que minuit ne vienne est un conte dont VOUS êtes le héros ! Voyagez à travers l’univers visuel développé par Mylène Farmer et Laurent Boutonnat depuis plus de 30 ans : vos choix et votre capacité à résoudre quelques énigmes vous permettront d’atteindre le bout de cette aventure construite autour des clips de la chanteuse. Un régiment anglais égaré, 7 nains dans une chaumière, un radeau à la dérive et quelques squelettes dansant dans un cimetière… Parviendrez-vous à reconnaître toutes les références sur votre chemin ?

Et les clips de Mylène Farmer, ce sont de véritables petits courts métrages, avec une indéniable identité artistique.

Mylène Farmer : Tristana – clip officiel

 

Image de prévisualisation YouTube

Le livre-jeu de Yannik Provost donne une raison de replonger dans les clips de Mylène Farmer et, bien souvent, de son complice Laurent Boutonnat, de replonger dans cet univers féérique, quelquefois sombre, parfois libertin, à la fois tendre et cruel…

De plus, Edilivre précise que Yannik Provost reverse les bénéfices de ses droits d’auteur à l’association Rêves.

  • On peut trouver Mylène Farmer – Avant que minuit ne vienne sur Amazon
  • On peut trouver Mylène Farmer : une grande astronaute sur Amazon au format kindle et sur fnac.com au format papier et numérique avec -5% en choisissant le retrait en magasin.

Publié dans AVANT QUE MINUIT NE VIENNE, LES LIVRES de Mylène, Mylène 2015 - 2016, Mylène en VIDEOS | Pas de Commentaire »

Mylène a fait une rencontre du troi­sième type

Posté par francesca7 le 20 novembre 2015

1Sa bonne étoile s’est mise à briller un peu plus fort, comme un signal lui rappe­lant qu’elle n’avait pas encore tout dit, qu’il était temps de dessi­ner un nouveau ciel au-dessus de sa tête, à l’au­tomne dernier.

Elle venait alors de termi­ner le shoo­ting du livre Fragile, première extrac­tion de l’ima­ge­rie roman­tique et gothique qui a fait sa légende. Devant l’objec­tif de Sylvie Lancre­non, Mylène Farmer s’était mise quasi­ment à nu, tout juste habillée d’un voile de mous­se­line, de talc ou d’ar­gile. Mue et renais­sance d’une artiste dans sa façon de se présen­ter à l’autre.

Restait à trou­ver le son qui corres­pon­drait à cette envie d’épure, de recom­men­ce­ment, sans renie­ment de celle qu’elle fut. Etre diffé­rent et fidèle à soi-même, pour un artiste, c’est… tout un art !

Ecrit et enre­gis­tré sous le ciel de Cali­for­nie, l’al­bumAnamor­pho­sée, plus rock, voire plus sensi­tif, plus orga­nique, fut une première surprise, il y a vingt ans. Nouvelle pulsa­tion de vie, au-delà des ecchy­moses, avec Bleu Noir, disque aux sono­ri­tés élec­tro travaillées par Moby, RedOne et Archive, en 2010.

Proje­tée dans ses rêve­ries depuis la fin de sa tour­née Time­less, il y a deux ans, Mylène a fait une rencontre du troi­sième type : Martin Kirs­zen­baum.

Fils de scien­ti­fiques argen­tins, ce natif de La Jolla, en Cali­for­nie, ne connaît qu’une limite : le ciel ! Déni­cheur de talents (les loli­tas russes de t.A.T.u, la Cana­dienne Feist, Lady Gaga…) pour Inter­scope, label d’Univer­sal, il a fondé sa propre divi­sion, Cher­ryT­ree Records, spécia­li­sée dans l’édition, le déve­lop­pe­ment et le mana­ge­ment d’artistes (Tokio Hotel,  Robyn, Ellie Goul­ding, LMFAO…), sans délais­ser la compo­si­tion musi­cale.

Mis au piano par sa mère dès ses huit ans, membre de divers groupes durant son adoles­cence, ce multi-instru­men­tiste comprend à ce point les envies de ses talents qu’il ne put refu­ser à Sting, proche depuis bien­tôt vingt ans, l’enre­gis­tre­ment de Songs from the laby­rinth, collec­tion de pièces pour luth, en 2006! Contre toute attente, sinon celle de Sting et de Kiers­zen­baum, l’album s’est vendu à plus de 270 000 exem­plaires rien qu’aux Etats-Unis, le plus diffi­cile des marchés.

« Cela ne m’inté­resse pas d’exploi­ter ce qui est à la mode, je suis bien plus inté­ressé à l’idée de défi­nir ce qui va plaire », aime à répé­ter ce mari et père de deux grands enfants, si enjoué qu’on en devine à peine les quarante-huit ans.

Compo­si­teur de neuf titres inédits sur les onze inclus dans Inters­tel­laires, ce nouvel album de Mylène que Cher­ryT­ree Records va distri­buer à l’inter­na­tio­nal, Martin Kiers­zen­baum a très proba­ble­ment réussi son pari avec l’icône Farmer.

MYLENE 2015

Gala vous en offre un avant-goût…

1. Inters­tel­laires: Choisi au dernier moment comme titre de l’al­bum, ce premier morceau en défi­nit l’am­biance. Retour d’une batte­rie et de guitares plus rock. Niveau texte, Mylène chante le voyage. Vers un ailleurs, une autre vie, l’éter­nité ? Le refrain laisse libre cours aux imagi­naires : « Si c’était moi/ Pour nos rêves/ Mettre les voiles/ Le jour se lève/ On se prépare/ Au voyage/ Pour des ères inter­stel­laires (…) ». La voix a gagné dans les graves. Les chœurs qui l’ac­com­pagnent vers la fin évoquent une incan­ta­tion tribale. On pense à Vertige, chan­son d’ou­ver­ture de l’al­bum Anamor­pho­sée. Et on imagine déjà une entrée de scène sur ce titre.

2. Stolen car : Premier single exploité, ce deuxième morceau, inter­prété avec Sting, est le seul duo de tout le disque. Déjà chan­tée par l’ex-leader de The Police en 2003, cette reprise, remixée et produite par le dj star The Avener, est aussi le seul titre d’Inters­tel­laires aux distor­sions élec­tro. Choisi par Mylène pour ses quali­tés ciné­ma­to­gra­phiques et sa construc­tion invi­tant à un dialogue franco-anglais, cette ballade mid-tempo entre regrets et rêves, réalité et fantasme, pose la problé­ma­tique très « farme­rienne » du désir qui fait désordre.

3. A rebours : Si, avec ce troi­sième morceau, Mylène chante la tenta­tion du retour en arrière, d’un erase and rewind, quand tout pèse, tout nous accable, le début parlé, à la limite du slam, n’est pas sans rappe­ler son tout premier talk-over sur Maman a tort, il y a trente ans. Musi­ca­le­ment, on est dans l’épure : piano, guitare et batte­rie sur la fin portent des paroles aussi simples que percu­tantes, fina­le­ment posi­tives, libre­ment inspi­rées d’un certain André Malraux. « La vie ne vaut rien mais / Mais… Rien ne vaut la vie / C’est epsi­lon plus que petit / C’est epsi­lon pour­tant l’en­vie (…) ». Inspi­rant.

4. C’est pas moi : Ce quatrième morceau est peut-être l’une des meilleures surprises de l’al­bum. Sur un texte abor­dant le refus du confor­misme, de la tièdeur et de l’en­nui (« Marcher sa vie entière à…/ Côté de soi/ Tant d’âmes se méprennent/ Un oui/ Un non/ Une ligne droite (…) »), Mylène s’es­saie à… des sono­ri­tés funk ! La ligne de basse, rela­ti­ve­ment démente, en fera danser plus d’un, comme le fit – allez, osons la compa­rai­son – leThriller de Michael Jack­son.

5. Inson­dables : Deuxième teaser de l’al­bum dévoilé sur le net après Stolen car, ce cinquième morceau, qui débute avec un gimmick de métro­nome, voire de tic-tac, évoque la sépa­ra­tion, la perte de l’autre, l’ab­sence d’un être aimé qui enva­hit parfois le quoti­dien et nour­rit les regrets… Avec ce titre, Mylène prouve sa capa­cité à chan­ter sur le souffle, prouesse vocale qu’elle maîtrise désor­mais – grâce à sa coach Karen Acam­pora Nime­reala – comme nulle autre. Impres­sion d’en­tendre la plainte d’un fantôme, tout aussi inca­pable d’en­trer en connexion avec l’être qui lui a survécu. Nous reviennent les images du film Ghost, avec Demi Moore et Patrick Swayze.

6. Love song : Ponc­tué par un bruit de sonar, souli­gné lui aussi par des accords de guitare et la frappe d’une batte­rie, ce sixième morceau planant impo­sera à n’en pas douter l’al­lu­mage de briquets lors des prochains concerts de l’icône Farmer. A travers cette ballade envoû­tante, Mylène la femme laisse surtout trans­pa­raître son empa­thie pour les cabos­sés de la vie et de l’amour. « Love song / Love song/ Love song des lais­sés pour compte/ Love song/ Une Love song/ Quand je vois l’ombre/ Nous sépa­rer du monde (…) », scande-t-elle. Comme un baume répa­ra­teur.

7. Pas d’ac­cess : Recours au synthé, en complé­ment d’une basse, sur ce septième morceau, mais dans un style plus proche des Daft Punk que des dernières compo­si­tions de Laurent Bouton­nat. A nouveau, Mylène démontre toute l’éten­due de ses capa­ci­tés vocales, en oscil­lant entre registre bas et registre plus haut. Si le texte est l’un des plus sibyl­lins de l’al­bum, rédui­sant le monde à une cage pour les free-spirits (« Il n’y a pas d’ac­cess/ Il n’y a pas d’ac­cess/ Pour être libre (…) »), il permet aussi à Mylène d’ex­ploi­ter une nouvelle image­rie (« Rapace / Je m’évade/ Trou­ver son nid/ Cathé­drale/ Au Kamt­chatka/ Ou Sibé­rie (…) »). On aime, en outro, ce cri de faucon, aussi perché – dans tous les sens du terme – que déchi­rant. Nouvel animal totem ?

8. I want you to want me : Deuxième reprise de l’al­bum, après Stolen car. Origi­nel­le­ment chan­tée par le groupe de hard rock améri­cain Cheap Trick en 1978, ce huitième morceau reprend en fait les arran­ge­ments choi­sis par un autre Améri­cain, Gary Jules, proche de Mylène, lorsqu’il s’appro­pria lui-même ce titre en 2011. Moins rageuse, plus tendre, comme une confi­dence sur l’oreiller, cette version s’écoute comme une supplique amou­reuse d’un genre nouveau pour la chan­teuse. On l’y découvre en effet prête aux conces­sions les plus ordi­naires, mais sans doute les plus fonda­men­tales, de la vie de couple (« I’ll shine up my old brown shoes / I’ll put on a brand new shirt / I’ll get early from work / If you say you love me (…) »). Il n’y a pas d’amour, il n’y a que des preuves d’amour, en résumé et en version française.

9. Voie lactée : Jolie ballade, qui résume peut-être le mieux le nouvel état d’es­prit de Mylène, sa volonté de vivre en suspen­sion et en mouve­ment, entre spleen et idéal, de petites morts en renais­sances, « Comme les flocons d’air / De neige en hiver / Qui fondent au prin­temps (…) »« Pas le droit de m’en faire / Pas plus le droit de fuir (…) », « Pas le droit de me taire / Pas plus le droit d’en finir (…) » : sur ce neuvième morceau, l’ange roux entre­prend son examen de conscience. Quand bien même son reflet est une toile inache­vée, cet infini, cette « voie lactée » dont on n’aura jamais fini de mesu­rer les contours. Au début des années quatre-vingt-dix, l’ar­tiste se disait d’une « géné­ra­tion désen­chan­tée ». Avec ce titre, elle semble fina­le­ment refu­ser le renon­ce­ment, comme atti­rée par un ailleurs, la possi­bi­lité d’une autre fois. Lumi­neux dans son genre.

10. City of love : Notre coup de cœur, dès la première écoute. Piano, batte­rie, basse, chœurs, refrain impa­ra­ble… Le meilleur de Mylène Farmer se concentre dans ce dixième morceau qui n’est pas sans nous rappe­ler l’étrange mais convain­cante asso­cia­tion des groupes U2 et Boyzone sur le titre Swee­test Thing datant de 1998.« Les mots au bout des lèvres / Un chemin vers la vie / Si je m’aban­donne / Je bati­rai / The City of love (…) » : par ces quelques mots, la fragile et rétive Mylène révèle la force créa­tive et protec­trice que lui insuffle le senti­ment amou­reux. L’in­sou­mise devient maître-d’œuvre et gardienne. Il ne s’agit plus de redou­ter ce qui pour­rait corrompre l’amour, mais d’éri­ger plus haut les remparts qui sauront le préser­ver.

11. Un jour ou l’autre : Deuxième coup de cœur que ce onzième et dernier morceau. Débu­tée au piano, puis accom­pa­gnée d’un roule­ment de tambour, cette ballade évoque une bande-origi­nale de film. Ce sont les images de La fille de Ryan, le roman­tisme de David Lean, ces vastes et sauvages paysages irlan­dais chahu­tés par les vents qui défilent à l’es­prit, à mesure que la voix de Mylène monte de plus en plus haut. « Retrou­ver / Un jour ou l’autre/ Une étoile / S’en­dor­mir l’un contre l’autre (…) », et rester ainsi unis, malgré « Des ques­tions sans réponses / Des hommes qui renoncent / Des océans qui se mettent à genoux (…) ». Diffi­cile de clore plus joli­ment l’odys­sée Inters­tel­laires.

 

SOURCE http://www.gala.fr/l_actu/news_de_stars

Publié dans Les Chansons de Mylène, Mylène 2015 - 2016, Mylène dans la PRESSE | Pas de Commentaire »

1234
 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...