Vue de la Hongrie pour Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 21 septembre 2016

 

 

 

Entretien avec Dominique SIMONET

Que s’est-­il passé depuis vos derniers et mémorables passages sur scène ? ­

MF : J’ai eu une période très difficile, mais je crois que ce n’est pas une surprise quand on vit une scène. Le passage à vide a duré près de quatre mois, et puis je me suis intéressée de près à la peinture, à laquelle une personne m’a initiée. Egon Schiele, les aquarelles d’Henri Michaux, Max Ernst, Klimt, Jérôme Bosch, la liste est longue. Comme dans les milieux littéraires, on peut s’y conduire une famille de gens qui ont les mêmes goûts.

mylène chez Francesca

A propos de votre dernier clip, y a-­t-­il un rapport entre le fait qu’il parle de génération désenchantée et qu’il a été tourné en Hongrie ? ­

MF : Non. Sincèrement, non. Enfin, je n’en suis pas sûre. Nous voulions regrouper cent enfants dont les visages seraient ceux de personnes portant quelque chose en elles de grave, des personnes habitées. Etant donné la difficulté de vie dans ces pays de l’Est, on pensait pouvoir les trouver et là encore, la Hongrie est relativement privilégiée. Aller chercher la gravité dans un pays, je trouve cela un peu déplacé mais on a eu cette chance de trouver cent enfants très, très rapidement. En France, nous aurions dû faire casting sur casting. Là, on les trouvait dans la rue, dans les écoles ou dans des centres de redressement et ils ont apporté cette forme de violence avec eux. Ils n’avaient même pas besoin de jouer. D’autre part, là-­bas on trouve des techniciens très bien.

Laurent Boutonnat, qui a réalisé ce clip, y avait fait des repérages pour un long­-métrage. Ce fameux film fantôme ? ­

MF : Oui, oui. Il avait été très séduit par leur professionnalisme.

Quelles impressions vous a laissé le pays ? ­

MF : Je pourrais dire des choses, mais soyons honnêtes : je me trouvais malgré tout totalement protégée dans l’équipe de tournage. Cela reste donc une expérience en dehors du temps. Par contre, pour un tournage, le fait de changer de pays est très profitable. Le désir est le même, mais l’intensité est différente parce qu’à l’étranger, on se retrouve un peu perdu, parce qu’on a un regard d’autres.

Avez-­vous déjà imaginé faire ce métier sans clips et, à la limite, sans disques, comme au siècle dernier ? ­

MF : Je ne suis pas réellement en harmonie avec mon époque, certes, mais j’aime aussi la chanson en son tout : la musique, les mots, l’image. Dans un texte, on peut tout dire, tout suggérer mais pour moi, pour ma personne, j’ai besoin de m’exprimer à l’image. Les mots finalement ne me suffisent pas. Ou alors j’aurais été écrivain et j’aurais préféré le XIXème siècle, faire partie de cette famille-­là.

Comment est élaboré le concept d’un clip ? ­

MF :  A partir du thème de la chanson nous discutons avec Laurent pour écarter les lieux communs ou les portes ouvertes enfoncées, histoire de n’être ni démonstratif ni explicatif. Ensuite, je laisse Laurent travailler parce que moi j’ai un regard sur moi­-même qui n’est peut­-être pas le bon non plus, ou qui est en tout cas détourné. Je n’ai pas non plus le recul nécessaire par rapport à un texte que j’ai écrit.

De qui est l’idée du corbeau sur la pochette ? ­

MF : Alors là, vous me posez une colle ! Je ne sais plus du tout ! Par contre, le choix de la photo est de moi. En ce qui me concerne, je ne la trouve d’ailleurs pas effrayante du tout, mais l’inconscient collectif doit évidemment fonctionner. Pour moi, elle est plutôt très reposante. Si chez nous cet oiseau est perçu comme un symbole de mauvais augure ou de mort, il n’en va pas de même partout. En tout cas, sa présence n’a rien de provocateur.

Mais vous appréciez sûrement cette ambiguïté… ­ Le sens du paradoxe se retrouve chez tout être humain.

MF :  Il est sans doute plus prononcé chez moi parce que je peux exprimer mes sentiments. Chez moi, c’est tout noir ou tout blanc, jamais tiède

 mylèn chez Francesca

Le danger de ce métier n’est-­il pas d’en arriver à cultiver le paradoxe, à exacerber la tendance ? ­

MF : Cela fait partie effectivement des pièges, mais je crois pour ma part être assez lucide. Y a-­t-­il une once d’intelligence par rapport à cela, je ne sais pas. Je parlerais plutôt d’honnêteté. Je sens le danger de ces choses et en aucun cas je ne me laisserais diriger par elles. Si je sens que cela devient un leitmotiv ou une trop grande évidence, je crois que j’arrêterai. Finalement, on attend de chaque artiste ou de chaque album une évolution mais le fond reste le même. Un artiste qui exprime quelque chose répète inlassablement la même chose, les mêmes obsessions, les mêmes névroses, les mêmes désirs, les mêmes joies. Seule la forme change, peut-­être. Moi, cela ne me fait pas peur du tout. Je pourrais même le dire haut et fort : je crois que je répète toujours les mêmes choses, mais alors avec un climat différent. Et puis comme ces thèmes d’amour, mort et vie sont éternels, ils ne seront jamais épuisés non plus. Peut­-être pour vous dire que je n’ai pas envie du tout d’arrêter…

Quand vous chantez « Psychiatric », vous ne poussez pas un peu loin dans l’auto complaisance ?

MF :  ­ Je ne veux pas être mon propre censeur, même pas pour ce thème. Je voulais y mettre très peu de mots, donc très peu de démonstration. C’est compliqué pour moi de donner une justification par rapport à cette chanson. J’ai une attirance commune avec Laurent pour l’univers de la psychiatrie, qui nous semble très proche et en même temps très éloigné parce que je ne suis jamais allée dans un hôpital de ce type. J’en ai un désir profond, mais là serait réellement l’impudeur, par le côté voyeur. Cette chanson est venue après un reportage, qui m’a bouleversée et passionnée, sur un asile d’aliénés en Grèce où les internés sont laissés à l’abandon, livrés à eux-­mêmes et réduits à l’état d’animal. La folie me touche, tout simplement. La question du double a l’air de vous marquer assez fort.

Vous en parlez à propos de Laurent Boutonnat, et récemment à propos de Jean­-Louis Murat avec qui vous faites un duo sur l’album… ­

MF :  Dans la notion du double, il y a notre propre image. Je suis certainement en quête d’un alter ego, d’une âme sœur. Je crois que je l’ai réellement trouvée chez Laurent, mais cela peut s’épuiser aussi, nous pouvons trouver nos limites. Chez Jean-­Louis, c’est une autre forme de double. Dans l’appréhension de la vie, nous sommes à la fois très jumeaux et très différents. Pour moi, il colle réellement à l’idée qu’on se fait d’un poète.

 

 

Allez­-vous participer à l’album qu’il est en train d’enregistrer actuellement ? ­

MF :On en a parlé, mais je ne sais pas. Point d’interrogation…Je ne sais pas s’il faut le faire.

Peut-­être faut-­il une réponse à « Regrets » ? (Jean­Louis Murat a en effet écrit « La vie des bleuets » pour l’interpréter en duo avec Mylène, mais la chanson n’est jamais sortie, nda)

Vous avez plusieurs fois utilisé le terme ‘maîtrise’ dans cette rencontre. Tout contrôler vous obsède ?

MF : ­ Oui, totalement. Cela s’applique plus à l’univers de travail qu’à la maîtrise de soi. Voir que vous ne possédez pas les choses, je n’aime pas ça du tout. Finalement, je n’aime pas les surprises, je veux trop contrôler.

Chaque interview doit vous inquiéter… ­

MF : Oui. Cela m’angoisse totalement, mais on grandit aussi par rapport à ça. La notion d’interview évoque la spontanéité, cette spontanéité qui est toujours proche de moi, dans mes chansons etc. mais elle est toujours mariée à une réflexion ou un travail.

Est­-ce dans le même ordre d’idée que vous avez refusé d’être interviewée par deux de mes confrères parce que vous n’avez pas apprécié leur critique de votre dernière tournée ?

MF : La décision est­-elle de vous ? (le journaliste évoque Thierry Coljon et Rudy Léonet ­ qui ont cependant interviewé Mylène Farmer lors de son passage en Belgique en octobre 1989 ­ qui ont dès lors multiplié les articles pour dénoncer tantôt le fait qu’on ne pouvait pas photographier le spectacle, tantôt qu’on leur refusait une interview et ce encore récemment lors du Tour 2009, nda) ­

MF : Bien sûr. Tout vient de moi, même si on peut imaginer derrière moi un manager ou un producteur. Je décide de tout. Mais je n’ai pas très envie de parler de ça. On est libre de ses actes, comme de ses maladresses ou de ses mauvais jugements. La critique ne me dérange pas, mais à partir du moment où, selon moi, elles sont maladroites, j’estime que je n’ai pas forcément à accepter la rencontre de ces personnes et à me justifier quant à ces critiques parce que ce serait la porte ouverte à tout.

SOURCE : LA LIBRE BELGIQUE 30 AVRIL 1991 

Publié dans Mylène 1991 - 1992, Mylène et ses longs discours | Pas de Commentaire »

TÉLÉPRO – Entretien de Mylène avec François TRISTAN

Posté par francesca7 le 26 avril 2015

 

 

25 MAI 1991

1991-09-bA propos d’envisager les vidéo­clips comme du cinéma :

­ Je ne pense pas clip d’un côté et cinéma de l’autre. Quand nous préparons un clip, nous avons l’impression de déjà faire un film. Quant à tourner un long­métrage, nous avons déjà eu un projet qui n’a pas abouti. Il y en a un autre aujourd’hui. Sinon, on m’a proposé des rôles, mais qui n’étaient pas intéressants car les réalisateurs copiaient les personnages de mes clips, ne faisaient preuve d’aucune imagination. Une seule fois, j’ai refusé­ à regret car j’étais occupée par la scène ­ c’était avec Nicole Garcia.

A propos du titre de son nouvel album :

­ Avant, le réel ne m’intéressait que par rapport à moi, à mes angoisses. Mais j’ai changé, sans doute à cause de la scène, où j’ai découvert l’attente du public, des autres face à moi. Aujourd’hui, j’ose donner plus aux autres.

A propos du cliché illustrant la pochette :

­ Le corbeau s’est simplement imposé à nous car il a un aspect paradoxal. Si certains le considèrent comme un oiseau de malheur, il est aussi dans certaines cultures ­ en Afrique Noire, notamment, symbole de protection. J’ai aimé cette contradiction.

A propos de la présence de Jean­Louis Murat sur l’album :

­ Jean­Louis m’a écrit et, pendant une année, nous avons échangé une correspondance avant de nous rencontrer. Une rencontre qui ne m’a pas déçue. Je me suis demandée si Jean­Louis n’était pas mon double.

Très sensible, c’est quelqu’un qui a ce mélange de culture et de naïveté.

A propos du thème récurrent de la mélancolie :

­ La mélancolie peut aussi apporter un bien­être. La tristesse est aussi riche que la joie, et elle permet en outre de réunir toute une famille d’artistes.

A propos d’un éventuel retour sur scène :

­ J’ai attendu sept ans pour monter sur une scène (cinq en réalité, nda) et ce fut un plongeon bouleversant. Je n’ai pas eu envie de banaliser ensuite une telle aventure : c’est une chose d’une telle puissance… Je compte donc prendre le temps de la réflexion avant de me décider.

Publié dans Mylène 1991 - 1992, Mylène en CONFIDENCES | Pas de Commentaire »

Mylène Farmer, chanteuse désenchantée

Posté par francesca7 le 26 mars 2015

 

1991-01-aVotre première tournée fut un triomphe. A cette occasion, vous avez aussi rencontré votre public pour la première fois : comment l’avez­-vous trouvé ?

­ Je ne suis toujours pas sûre de savoir à quoi ressemble mon public. Je sais seulement qu’ils ont en commun l’envie et la recherche d’émotions intenses…

Au milieu de cette tournée, vous avez sorti un 45­ trs intitulé « A Quoi je Sers… ». Etrange interrogation de la part de quelqu’un qui est acclamé comme vous…

­ Il serait prétentieux de me considérer comme une personne utile à la société –je veux dire vraiment utile. Je ne pense pas que des applaudissements, même s’ils sont une belle récompense pour un artiste, apportent une réponse à cette question.

Votre nouvel album s’intitule « L’Autre… ». N’est­ce pas une réplique au titre de votre précédent album, « Ainsi Soit Je… » ?

­ Oui, mais ce n’est apparu qu’après la décision du titre du nouvel album. Cet autre pourrait être un autre moi-même.

Pas réellement un être physique, mais une présence qu’on a tous au- dessus de nous, qui nous protège, nous guide et parfois se révolte contre nous. J’ai cherché un mot qui puisse inclure tous les aspects de cette sensation. Schizophrénie ? Le terme exact serait plus poétique, moins clinique…

Sur cet album, vous dites être d’une génération désenchantée. Pour la première fois, vous ne parlez plus seulement en votre nom…

­ Je ne dis pas que nous sommes d’une génération désenchantée, mais que je pense appartenir à une génération de gens déçus par la vie. C’est une opinion personnelle, je ne suis pas un porte­drapeau.

Comment peut­on se sentir déçue par la vie lorsque l’on vend plus de deux millions de disques ?

­ Le vrai bonheur est ailleurs. Je pense que beaucoup de gens se sont retrouvés dans ma façon de parler de la tristesse et de la mélancolie. Une vie professionnelle comblée ne répond pas forcément à toutes les questions que l’on se pose sur la vie, avec un grand ‘v’.

A la suite de vos fameux vidéo­clips, est­il vrai que vous préparez un film pour le cinéma avec Laurent Boutonnat, votre complice dans le domaine musical ?

­ Oui, mais réunir le budget qui permettrait d’entamer sérieusement le tournage prend énormément de temps.

En réalité, c’est le projet de Laurent, il m’est difficile d’en parler avant le premier jour de tournage. Pour l’instant, c’est son film plus que le mien.

Vous restez très secrète : qui sont vos amis ?

­ Des artistes : peintres, stylistes ou photographes. Il y a un point commun entre tous mes amis proches : à un stade de notre relation, nous finissons toujours par travailler ensemble !

Pour la première fois, il y a un intrus sur votre album puisque la chanson « Regrets » est interprétée en duo avec Jean­Louis Murat…

­ J’aimais beaucoup son univers et nous nous sommes écrit. Il a accepté de chanter avec moi, du coup j’ai écrit le texte de cette chanson en pensant à lui, à son écriture et à son amour des mots. C’est aujourd’hui un ami très cher.

Vous regrettez parfois de ne plus être un visage anonyme ?

­ J’ai toujours voulu être connue ou reconnue, c’était ma raison de vivre. Je me débrouille pour que la célébrité ne me mette jamais dans des situations embarrassantes.

Pensez­vous que les gens trouvent dans vos chansons des choses que vous n’y aviez mises intentionnellement ?

­ Oui, mais c’est normal. C’est même réconfortant. C’est pareil quand on voit un film ou quand on lit un livre.

Quand l’auteur a fait son travail de création, c’est au public de faire le sien en utilisant son imagination.

source : L’HEBDO AU FÉMININ (Belgique) – 1er AVRIL 1991 – Entretien avec C. TABATHA

 

Publié dans Mylène 1991 - 1992, Mylène en CONFIDENCES | Pas de Commentaire »

MYLENE UNE ROUQUINE DANS LA BAGARRE

Posté par francesca7 le 21 mars 2015

 

1991-15-bA propos des interviews :

­ Je ne donne pas beaucoup d’interviews. Penser que des gens à côté pourraient entendre…

A propos de l’hiver :

­ J’aime l’hiver. C’est tellement moins vulgaire que le soleil, les vacances, les maillots de bain.

A propos de sa timidité qui la fait rougir très souvent :

­ Et cela peut aller si vite aux larmes !

A propos de son enfance :

­ Je n’ai pratiquement aucun souvenir. Et je sais, au fond de moi, pourquoi j’ai tout occulté.

A propos de son domicile :

­ Mon appartement est rouge et noir.

A propos de ses goûts culinaires :

­ Ma nourriture préférée ? Je n’aime pas manger. Peut­être les sushis…

A propos de ses goûts vestimentaires :

­ J’aime être emmitouflée.

A propos de ses animaux de compagnie :

­ Je vis avec mes deux singes capucins. Ils sont très bien élevés !

A propos de son comportement dans la rue :

­ J’ai peur des gens. Ma chevelure attire l’œil et la curiosité : même à l’étranger, les gens qui ne me connaissent pas me parlent d’elle.

A propos du récent drame, quelques semaines auparavant, où un fan a abattu le standardiste de Polydor en voulant la rencontrer :

­ On m’a proposé de me protéger, j’ai refusé. Il ne faut pas penser à soi, mais à celui qui est mort, qui n’y était pour rien. C’est choquant, évidemment. Forcément culpabilisant.

A propos de son pour la provocation qu’on lui prête souvent :

­ Nous vivons dans une société très frileuse. Si je fais de la provocation, elle est vraiment sage.

A propos du sexe qu’elle a beaucoup abordé frontalement au début de sa carrière :

­ Le sexe était d’abord une façon de me protéger…

A propos de Dieu, que la journaliste trouve très présent dans le dernier album :

­ Je ne crois pas en Dieu, mais j’aime ce mot. Cioran disait ‘Le vide s’appelle Dieu’.

A propos de la trentaine qu’elle aborde tout juste :

­ L’âge est parfois méchant…

A propos des enfants ­ qu’elle ne compte pas avoir :

­ Je ne saurais pas les aimer…

A propos de sa crainte de l’avenir :

­ Si un jour on m’oublie, je disparaîtrai.

A propos de la méthode qu’elle emploierait alors pour disparaître, entre revolver et somnifères… :

­ Je choisirai la méthode douce.

source : ELLE – 23 DÉCEMBRE 1991 – Rencontre avec Véronique PHILIPPONNAT

 

Publié dans Mylène 1991 - 1992, Mylène dans la PRESSE, Mylène et des CRITIQUES | Pas de Commentaire »

Mylène Farmer à SACRÉE SOIRÉE

Posté par francesca7 le 5 octobre 2014

 

17 AVRIL 1991 – Présenté par Jean-Pierre FOUCAULT -  TF1

1991-03-bPremière prestation télévisée pour Mylène Farmer depuis un an et demi, c’était d’ailleurs à Sacrée Soirée, en novembre 1989. Pour sa première interprétation de « Désenchantée », qui est déjà un tube, à la télévision, Mylène porte un costume entièrement blanc, veste et pantalon, jusqu’aux chaussures plates. Elle est accompagnée de danseuses qui l’accompagnent sur sa chorégraphie.

Avant la chanson, Jean-Pierre Foucault lance un petit montage vidéo reprenant des images de « En Concert ». Puis, une fois la chanson terminée, il s’approche de Mylène.

Jean-Pierre Foucault : Bonsoir Mylène. Quelle ambiance ! Hé bien oui, parce que quand on fait défaut comme ça pendant plusieurs mois…Y’a combien de temps qu’on s’était pas vus à la télévision, Mylène ?

MF : Je crois que ça fait presque deux ans.

JPF : Deux ans, pour bon nombre de personnes qui sont là et qui sont devant le récepteur, ça fait beaucoup.

Alors nouvel album, Mylène…

MF : Oui. Je crois que c’est le troisième également ! (sourire)

JPF : C’est toujours la même équipe…

MF : C’est la même équipe. Je travaille toujours avec Laurent Boutonnat, et depuis peu avec Thierry Suc.

JPF : Alors on a vu des images exceptionnelles de Bercy. On pense déjà à un retour sur scène ou alors c’est une question qui n’est pas d’actualité du tout ?

MF : C’est quelque chose que je délaisse un peu pour l’instant. (soupir) J’ai eu l’envie de faire cet album, maintenant je crois que tout démarre d’un désir, donc pour l’instant j’ai eu quelque chose de tellement fort que je crois que je vais attendre un petit peu. C’est un peu confus tout ça ! (sourire)

JPF : On va encore attendre ! Mylène, c’est une spécialité, nous fait attendre ! Non mais c’est bien, c’est une bonne chose parce qu’on attend avec grand plaisir les choses que l’on aime et les gens que l’on aime. Alors moi j’ai vu le clip. Superbe clip. On a vu les images dans Télé 7 jours. La question qu’on est amenés à se poser les uns les autres, c’est pourquoi pas du cinéma ? Là aussi, c’est une sensation forte !

MF : C’est quelque chose aussi que je souhaite faire. J’ai quelques propositions et j’attends les…ma réponse finalement ! (rire)

1991-03-aJPF : Bon, ben on verra bien ! Dernière question : qui fait la chorégraphie de chacune des chansons qui est toujours extrêmement réussie ?

MF : C’est moi qui la fais ! (sourire)

JPF : Mylène Farmer ! Merci beaucoup. Merci à vous. Mylène à Sacrée Soirée. A bientôt Mylène. Merci.

Mylène est chaleureusement applaudie par le public qui crie même son prénom.

Elle revient en toute fin d’émission sur le plateau pour le générique où tous les invités sont présents. Elle est longuement filmée et très mise en avant par le réalisateur, alors que son prénom fuse encore depuis le public.

 

un forum : http://devantsoi.forumgratuit.org/

Publié dans Mylène 1991 - 1992, Mylène en INTERVIEW | Pas de Commentaire »

Résumé de la vie de Mylène Farmer entre 1990 à 1995

Posté par francesca7 le 5 mars 2014

 

1538721_10151818781862273_2045186177_nMYLENE FARMER … 1990-1995

Aprés sa tournée, débute alors une période transition : sa rencontre avec le public a été trés éprouvante autant physiquement que moralement. Elle abandonne désormais son enveloppe égocentrique pour devenir toujours plus proche de son public … de l’autre. Dans cette perspective, sort au début 1991, aprés 16 mois d’absence audiovisuel, son nouvel album : L’autre. Durant cette même année, plusieurs titres tirés de cet album envahiront les ondes hertziennes : le premier, Désanchanté restera l’une de ses meilleures ventes voire la meilleure, avec plus de 800 000 exemplaires vendus ; le clip est d’ailleurs à la hauteur de son succés : tourné en Hongrie, dans la plaine de la Pousta, il a occupé 120 personnes dont 100 figurants hongrois ; c’est par un duo qu’elle continue cette année placée sous le signe de la belle rousse : elle interpréte ainsi en compagnie de Jean-Louis Murat son premier duo, Regrets ; pour finir l’année en beauté, Je t’aime mélancolie s’avére devenir un autre grand succés.Le 12 Novembre 1991, le succés de notre star nationale prend une tournure dramatique : un homme pénêtre les locaux de Polydor afin de voir Myléne ; mais celui-ci est armé d’un fusil et il abat le standardiste-réceptionniste. Mylène Farmer culpabilise mais refuse toute protection : « Dans ces cas-là, on ne pense pas à soi, à ce qui aurait pu nous arriver mais à la famille en deuil, à cet homme qui est mort et qui n’y était pour rien … »L’année suivante, en avril, Beyond my control boulverse les médias : le clip fait un scandale et est censuré par la plupart des chaines de télévision ; bien que Canal+ accepte de le diffuser peu aprés 20h, ce n’est qu’à partir de minuit qu’on peut espérer le voir sur M6 : sont en cause l’excés de sexe et de violence, et suite aux événements précédents, la modération est de rigueur ; « Ce vidéo-clip est extrémement sanglant ; c’est du Mylène Farmer à la puissance 100″ déclare un programmateur de M6. Mylène continue de nous étonner avec son single suivant, Que mon cœur lache. Ce titre qui a pour sujet le SIDA est proposé pour l’élaboration d’un album, ‘Urgence’, pour la recherche contre le SIDA ; mais ce sera finalement Dernier sourir qui sera retenu. Ce single est une mise en avant à la nouveauté : tout d’abord, il abandonne le format vynil pour laisser place au Compact-Disc ; ensuite, c’est le premier titre sur lequel n’est pas adapté un clip réalisé par Laurent Boutonnat : en effet, celui-ci travaillant sur un long-métrage céde la place à Luc Besson qui donne un aspect plus réjouissant au style farmerien. Mylène Farmer vise désormais le 7ème art : en effet, le long-métrage dont s’occupait Laurent est bel et bien à l’intention de sa protégée. Le cinéma est un rêve que Mylène couve depuis toujours et ‘Giorgino’ est un scénario que Laurent pense et repense depuis son adolescence. Malheureusement, le film est loin des espérances de nos deux stars ; on peut même le désigner comme un échec total … C’est un échec publique mais aussi un échec personnel car il a célé l’amitié intense qui existait entre les deux compéres.Jeff Dahlgren, son partenaire dans ‘Giogino’, étant désormais son seul ami trés proche, elle décide de le suivre en Californie, Etats-Unis, où elle va apprécier retrouver l’anonymat.

 

Parution sur http://www.melty.fr

Publié dans Mylène 1991 - 1992, Mylène 1993 - 1994, Mylène 1995 - 1996 | Pas de Commentaire »

Nouveau look pour Mylène

Posté par francesca7 le 20 août 2011

Nouveau visage,  


Nouveau look pour Mylène dans Mylène 1991 - 1992 248044_224486127564646_100000097824993_945546_8154396_n-189x300Souhaitant changer de visage pour marquer son grand retour, Mylène rencontre le coiffeur Jean-Marc Maniatis qui en aura la délicate mission. Si la chanteuse refus d’abandonner sa couleur rousse, elle accepte néanmoins d’adopter une coupe garçonne afin de remettre sur le devant de la scène son côté « pantin de bois » après avoir été si féminine lors de sa dernière tournée.

 

-          « J’ai voulu me changer de tête sans me transformer« .

 

Mais quand, le 7 avril 1991, Laurent Boyer affirme sur le tournage de son émission Pour un clip avec toi :

 

-          « Décidément, Mylène Farmer est de plus en plus masculine ! »

 

Mylène se défend :

 

-          « Oh, non, je ne pense pas, non. En tout cas, ce n’est pas mon souhait. Et je pense qu’on peut avoir des cheveux très courts et être très féminine quand même.

 

Avant de prendre comme exemple Audray Hepburn et de conclure sur un pied de nez :

 

-          « Et puis, c’est plus facile de se coiffer quand on a les cheveux courts ! »

 

Si la belle Mylène, toujours aussi soucieuse de son image, se fait jeune et jolie pour préparer son grand come-back, Laurent Boutonnat, lui est parti en Hongrie en janvier 1991 pour effectuer les repérages des prochains clips qui assureront la promotion des deux premiers extraits de l’album, Désanchantée et Regrets.

 

 

Publié dans Mylène 1991 - 1992 | Pas de Commentaire »

Clip Désenchantée

Posté par francesca7 le 20 août 2011

 

 

Clip Désenchantée dans Mylène 1991 - 1992 ClipDesenchantee05

 

 

 

Un mois plus tard, le tournage de Désenchantée peut enfin débuter. Pour l’occasion, un casting est organisé dans les écoles de Budapest pour trouver le garçon qui jouera le rôle du petit gavroche aux côtés de Mylène.

 

 dans Mylène 1991 - 1992L’heureux élu s’appelle Adil Med Mejrhirrou. C’est un gamin de neuf ans, haut comme trois pommes et à la bouille irrésistible ! Adil Med Mejrhirrou est un élève de l’école française de Budapest et il a l’avantage de ne pas avoir besoin de traducteur ! Les autres enfants de ce clip sont issus d’autres écoles de la ville, de maisons de handicapés et de foyers de réinsertion.

 

En tout, plus d’une centaine de figurants sont présents pour cette vidéo qui promet d’être une fois de plus impressionnante. Deux versions différentes seront montées pour l’exploitation télévisuelle du film. Une de six minutes comprenant le single et une de près dis minutes qui inclut des extraits du remix dance qui sera à son tour commercialisé.

 

Le clip de Désenchantée est aussi le premier que Laurent Boutonnat tourne à l’étranger car le coût est moins important – le budget atteint tout de même 240 000 € ! – et que, avec moins d’argent, il peut y réaliser des choses encore plus grandioses.

 

Mylène se retrouve cette fois-ci emprisonnée dans une sorte de goulag, entre des rats qui couinent et des cafards qui nagent dans les soupes servies aux prisonniers.

 

Mais voyez plutôt par vous-mêmes sur ce blog….  

 

Même si la couleur prédominante de Désenchantée reste le blanc en opposition aux teintes sombres de ses derniers clips comme Ainsi soit Je ou A quoi je sers, nous pouvons retrouver à travers ces images, les thèmes que la chanteuse affectionne : la souffrance, l’injustice, la différence et la révolte. Une révolte néanmoins vaine et inutile : l’arrivée de Mylène et de ses troupes sur la Puszra, une grande plaine barrée par un horizon aussi carcéral que le camp de prisonnier quitté avec fracas.

 

C’est bien ici que réside le désenchantement car, finalement, la victoire ne les a menés nulle part, si ce n’est à être confronté à un nouveau néant.

 

Publié dans Mylène 1991 - 1992 | Pas de Commentaire »

TV tournage de Désenchantée

Posté par francesca7 le 20 août 2011

 

 V

ideo interview pour le tournage de DESANCHANTEE 

Image de prévisualisation YouTube 

Fait exceptionnel, Mylène et Laurent Boutonnat acceptent pour la première et dernière fois de leur carrière, qu’une équipe de télévision vienne sur les lieux du tournage pour les interviewer.  En effet, lors du cinquième et avant-dernier jour de tournage, Laurent Boyer de M6 est sur place avec toute son équipe. L’émission s’appelle Pour un clip avec toi, et c’est justement cette rencontre avec Mylène qui inspirera le concept d’une autre émission qui s’intitulera plus tard Fréquenstar. Mais Mylène n’est pas dupe du sourire enjôleur qu’affiche Laurent Boyer. Elle commence à connaître les animateurs et elle est bien décidée à ne dévoiler que ce qu’elle souhaite.

 

TV tournage de Désenchantée dans Mylène 1991 - 1992 sam-raimi-tournae-spiderman-3_294Ni plus ni moins. S’il est là pour rencontrer l’héroïne de son nouveau titre Désenchantée, il aura en face d’elle ce même personnage sorti tout droit d’un roman de Charles Dickens, toujours aussi timide et tellement désenchantée, mais version chic et glamour car les costumes du clip sont une nouvelle fois signés par le talentueux Thierry Mugler !

 

 

Les photos du tournage sont prises par Marianne Rosensthiel et Thierry Suc, avec qui Mylène se sent en confiance, est toujours aux côtés de la chanteuse pour veiller au grain. Il arrive, en effet, à apaiser ses angoisses, même si, parfois elle repense avec nostalgie à son ancien manager, Bertrand Le Page, elle sait qu’elle s’en est séparée pour son bien !

 

En France, elle est attendue de pied ferme par tous ses gans qui espèrent désespérément un éventuel retour qui ne vient pas. Internet n’étant pas encore aussi développé qu’aujourd’hui, aucune rumeur ne filtre, d’autant que la chanteuse n’a pas le moindre fan-club qu’elle s’est toujours refusé à créer, comme en témoigne Danyèle Fouché, ex-attachée de presse de Farmer :

 

-          « de mon temps, elle en refusait déjà totalement l’idée. Parce que crois que cela impliquait in certain nombre de contraintes dont elle ne voulait pas. Et puis, je pense que les fans, ça la mettait mal à l’aise. Ce n’était pas quelque chose qu’elle vivait très bien.

 

040533007 dans Mylène 1991 - 1992   Laurent Boyer

 

 

De retour à Paris, Laurent Boyer est comme le Messie qui apporte la bonne nouvelle. Mylène Farmer revient et attention aux yeux ! Le public peut enfin découvrir avec ravissement les premiers clichés de ce nouveau clip qui promet d’être aussi grandiose que les précédents.

Publié dans Mylène 1991 - 1992 | Pas de Commentaire »

Sortie de Désenchantée

Posté par francesca7 le 20 août 2011

 

 

 

Sortie de Désenchantée dans Mylène 1991 - 1992 MF80_36aLe 18 mars 1991, Désenchantée sort tout juste dans le commerce que déjà il grimpe dans les premières places des hits, avant de rester durant neuf semaines numéro UN du Top 50.

 

Les paroles, traitant de cette génération sans illusions, font mouche car elles s’adaptent parfaitement à l’état d’esprit d’une jeunesse qui se cherche. La chanson est truffée de doubles sens et chaque auditeur peut faire sa propre interprétation de ce tube qui devient très vite aussi puissant qu’un hymne, même si Mylène s’en défend:

 

-          « Je dirais que cette génération n’a plus grand-chose à perdre, n’a plus grand espoir. Ou l’on se révolte, ou l’on pousse un cri. Mais il s’agit ici d’un portait narcissique. Cela n’engage que moi.

 

Le 8 avril 1991, soit le lendemain de la diffusion de l’émission de Laurent Boyer, sort ce troisième album tant attendu intitulé L’Autre… Mais justement, pourquoi l’autre ?

 

-          « j’ai un petit peu de mal à m’expliquer quant au contenu d’un album… mais je dirai que c’est de la même veine… c’est très difficile pour moi, c’est quelque chose d’assez mystérieux finalement, même pour moi…. »

 

Mylène le reconnaît :

-           » J’ai choisi de dévoiler mon moi intime beaucoup plus impudiquement que dans mes albums précédents où je me masquais derrière le jeu de la provocation. »

 

Cet album, qui sort tout juste un an après la « messe noire » de Bercy, s’en remet au ciel plutôt qu’à l’enfer. La pochette est blanche et représente la belle rousse, photographiée par Marianne Rosensthiel, avec un corbeau sur son épaule.

Publié dans Mylène 1991 - 1992 | Pas de Commentaire »

Désenchantée de Kate Ryan

Posté par francesca7 le 20 août 2011

 

Désenchantée de Kate Ryan dans Mylène 1991 - 1992 desenchantee-004Désenchantée est une chanson de Mylène Farmer, écrite par Mylène Farmer et composée par Laurent Boutonnat, sortie en 1991.

C’est le premier single extrait de l’album L’autre…, le second N°1 en France pour Mylène Farmer et son plus gros succès single, qui dépassa les frontières françaises (n°3 aux Pays-Bas, n°16 en Autriche…). Restée 9 semaines N°1, Désenchantée a été la chanson la plus diffusée en 1991, et celle qui a rapporté le plus de droits d’auteur. Elle s’est vendue à plus de 1 300 000 exemplaires.

En 2005, elle a également été la chanson française la plus diffusée dans le monde.

Désenchantée a été repris par la chanteuse belge Kate Ryan en 2002.

Désenchantée est une chanson Dance / Trance de la chanteuse belge Kate Ryan. Cette chanson a eu un grand succès commercial en Europe.

Montreal 2010.jpgKate Ryan, de son vrai nom Katrien Verbeek (née le 22 juillet 1980 à Tessenderlo, Limbourg, Belgique) est une chanteuse belge néerlandophone qui chante en anglais et en français, connue en France grâce à sa reprise du tube Désenchantée, de Mylène Farmer.

Née d’une famille musicienne, elle maîtrise rapidement le piano et la guitare. Elle a gagné de nombreux prix musicaux lorsqu’elle était enfant. Elle a toujours rêvé de devenir chanteuse, raison pour laquelle on pouvait souvent la croiser, guitare à la main, dans les bars, les cafés et les discothèques. À l’âge de 16 ans, lors d’un de ses concerts officieux, elle fut repérée par un agent d’artiste qui voulait la faire enregistrer en studio. Elle devient par la suite membre d’un groupe pop, Melt. En 2001, son disque Scream for more sort et elle devient une chanteuse dance connue en Europe, grâce à la chanson Désenchantée, une reprise de Mylène Farmer.

Le 18 mai 2006, elle représente la Belgique au Concours Eurovision de la chanson avec le titre Je t’adore, mais ne passe pas la demi-finale ; sept points seulement la séparent de la qualification. Plus récemment, Kate a repris le titre de Desireless Voyage, voyage, en français. En 2008, elle sort une adaptation de la chanson de France Gall, « Ella, elle l’a » et tente une percée sur le marché espagnol avec le titre « Tonight We Ride/No digas que no » en duo avec la chanteuse espagnole Soraya Arnelas. Le 12 avril Kate Ryan sortit un nouveau single appelé : lovelife. L’album sera intitulé « Electroshok »

 

Publié dans Mylène 1991 - 1992 | Pas de Commentaire »

L’album L’Autre…

Posté par francesca7 le 20 août 2011

Pochette de l’album « L’Autre… » 

 

 

 

-          J’aime bien ce paradoxe. Le corbeau étant un oiseau de malheur ou de mauvais augure et moi, j’ai chois plutôt quelqu’un de protecteur, ce pourrait être l’Autre, et j’aime le contraste du noir et du blanc… mais il y a de multiples symboles dans le corbeau…

 

 

L'album L'Autre… dans Mylène 1991 - 1992 mylene-farmer-plv-lautreSi la pochette de ce troisième album est différente, les thèmes sont les mêmes et l’image de l’artiste reste toujours intacte, une beauté figée et intemporelle. C’est ainsi qu’au fil de ses nouvelles chansons, Mylène tisse sa propre légende. L’album s’ouvre sur un Agnus Dei dans lequel la jeune femme retrouve ses réflexes masochistes tout en lançant un regard interrogateur vers l’Autre, vers Dieu ou tout simplement celui vers qui elle voudrait tant se diriger. Hélas, comme La fille de Ryan de David Lean qu’elle chante dans Il n’y pas d’ailleurs, la jeune femme, au regard désespéré, attend toujours les réponses à ses questions.

 

Si après avoir rencontré son propre public, Mylène souhaite se tourner à présent vers l’autre, il semble que le paradoxe soit encore présent… car enfin, l’autre ne serait-il finalement pas son propre reflet ? Je suis ici pour toi et toi c’est moi…

 

-          « Je ne peux pas lui donner de définition très précise. L’Autre suggère tellement de choses ! Cela peut être l’autre moi ; l’autre le compagnon. J’ai pris ce mot pour évoquer beaucoup de choses dont certaines ne sont pas visibles et planent au-dessus de nous. »

 

L’Autre… a un impact exceptionnel, restant classé pendant six longs mois numéro UN des ventes d’albums atteignant, au final, plus de 1 800 000 albums vendus. Un record de ventes pour Mylène. Et pourtant quand nous interrogeons tous ceux qui ont acheté cet album, la réponse est quasiment toujours la même :

 

« C’est le moins réussi de ses albums« .

 

Ce qui est le plus souvent reproché à la Mylène de cette époque, c’est essentiellement que ses textes sont trop tristes et son regard top fuyant. Il manque cette nuance, cet équilibre entre la joie de vivre et le désespoir ! Et puis, nombreux sont les fans de la première heure, les plus gothiques ou les plus rocks qui ont abandonné la partie, trouvant la musique trop synthétique.

 

ClipDesenchantee14 dans Mylène 1991 - 1992

 

 

Publié dans Mylène 1991 - 1992 | Pas de Commentaire »

Promo du Single Désenchantée

Posté par francesca7 le 20 août 2011

 

 

Promo du Single Désenchantée  dans Mylène 1991 - 1992Toutes ces réactions du public de Mylène n’ont pas lieu d’angoisser la star, même si elle avoue avoir besoin du regard de l’Autre pour continuer, un regard admiratif qui peut lui donner l’impression d’être sur une autre planète :

 

-          « Sur une autre planète et à la fois, très vigilante, c’est vrai que quand ça va très, très vite comme ça, il y a toujours… on se dit toujours que la chute sera encore plus douloureuse, mais ça c’est mon côté un petit peu anxieux et pessimiste, mais c’est magnifique. C’est la plus belle chose, je crois, qui puisse arriver à un artiste. »

 

 

Dorénavant, Mylène offre au compte-gouttes ses prestations télévisées pour défendre son single Désenchantée

 

Le 13 mai 1991, c’est sur le plateau de Stars 90, en tant qu’invitée vedette qu’elle concède une jolie interprétation de son titre l’Autre, la larme prête à perler lors des dix dernières secondes de la chanson. A voir ici …… http://www.wat.tv/video/1991-05-13-lautre-interview-1paew_2ey8j_.html

 

Vidéo interview par Michel Drucker 

Image de prévisualisation YouTube

Beaucoup trouvent alors que Mylène en fait trop. N’est-ce pas son personnage d’éternelle désenchantée qui en est la cause ? Mais où serait sa crédibilité si elle arrivait tout sourire, la blague prête à surgir, sur un plateau de télévision avant de chanter entourée de ses danseuses, ce tube jamais égalé à ce jour ? Mais peu importe : tous les éléments sont là pour plaire à la majorité des fans.

 

Et qu’elle en rajoute à son rôle de désespérée, peu importe ! A chacune de ses apparitions, le public est hystérique connaissant déjà par cœur toutes les paroles de ses nouvelles chansons. Une vraie idole est née : Mylène Farmer.

 

L’unique représentante de cette variété élégante et morbide. 

Publié dans Mylène 1991 - 1992 | Pas de Commentaire »

L’Autre…

Posté par francesca7 le 20 août 2011

 

L’Autre… est le titre du troisième album studio de Mylène Farmer. Il est paru le 9 avril 1991 (Polydor).

L'Autre... dans Mylène 1991 - 1992 LautreResté classé no 1 durant 20 semaines, il demeure la meilleure vente d’albums de la chanteuse : plus de deux millions d’albums vendus.

Le premier single extrait, Désenchantée sera également sa meilleure vente de singles : plus de 1,3 million de copies. C’est la deuxième fois que Mylène Farmer est simultanément no 1 du Top Albums et du Top Singles.

Record de vente à sa sortie, L’Autre… reste le deuxième album féminin le plus vendu en France (après D’eux de Céline Dion, paru en 1995), mais également la troisième meilleure vente de tous les temps dans ce pays.

Cet album vaudra à Mylène Farmer une récompense aux World Music Awards, afin de souligner ses ventes exceptionnelles.

Publié dans Mylène 1991 - 1992 | Pas de Commentaire »

Mylène au pôle Nord

Posté par francesca7 le 20 août 2011

 

 

Mylène au pôle Nord dans Mylène 1991 - 1992Une fois la promotion de son album achevée, elle part savourer son immense succès dans l’anonymat de la Côte Ouest des Etats-Unis où elle met en pratique son anglais car il fut un moment prévu que l’album L’Autre… soit entièrement ré-enregistré en anglais. Cela ne se fera finalement pas.

 

Son téléphone sonne un beau matin. C’est Luc Besson ! Il a vu dans l’émission Pour un clip avec toi que Mylène avait un rêve : celui de faire un tour sur la banquise !

 

-           » j’ai dîné un soir avec elle, se souvient le cinéaste. Et je lui ai dit : « Je pars la semaine prochaine, si tu veux venir, tu viens ! » Elle a dit : « D’accord ! »

 

Le réalisateur de Subway est en effet en train de tourner Atlantis, et il invite la star à venir le rejoindre quelques jours afin qu’elle puisse exaucer son rêve. Nous sommes alors en plein été 1991. Mylène s’envole pour le pôle Nord afin de vivre cette nouvelle aventure dont certains extraits sont diffusés lors d’un Stars 90 diffusé le 9 septembre 1991.

 

Ente Luc Besson et Mylène, une très forte amitié se noue et certains rêvent déjà de voir une collaboration naître entre eux pour un long-métrage à la Nikita. Mais ils ne travailleront ensemble que sur la réalisation d’un clip quelques années plus tard et sur le doublage d’un dessin animé en 2006.

 

Publié dans Mylène 1991 - 1992 | Pas de Commentaire »

Coups de cœur Mylène/Murat

Posté par francesca7 le 20 août 2011

 

Coups de cœur Mylène/Murat dans Mylène 1991 - 1992 duo-avec-mylene-farmerExtrêmement discrète quant à ses relations avec les personnalités du show-biz – nous savons juste qu’elle fréquente Alain Chamfort, Yves Lecoq et qu’elle est copine avec Lio – Mylène offre ainsi deux scoops à ses fans.

 

D’abord, elle apprécie le travail de Luc Besson et puis elle peut aussi partager un peu de sa lumière avec un autre artiste. Jean-Louis Murat en l’occurrence. Parmi les dix morceaux de nouvel album qui allient érotisme et sacré, la voix cristalline de Mylène se marie avec celle, chaude et grave, de Jean-Louis Murat sur le titre Regrets qui deviendra le deuxième extrait de l’album.

 

Ce duo est pour le moins inattendu, couronnant l’association d’une chanteuse « commerciale » souvent bafouée par la presse dite « tendance » pour son côté tourmenté et d’un chanteur plus « underground » porté aux nues par cette même presse. A cette époque, Murat n’est pas encore le chanteur célèbre et prolifique que nous connaissons. Certes, cet artiste alors âgé de 37 ans avait déjà sorti en 1981 un premier titre : « Suicidez-vous, le peuple est mort » qui avait tout pour séduire Farmer. Le titre s’était fait remarquer par la critique, mais le public n’avait pas suivi.

 

C’est en 1989 qu’il sort son premier réel album « Cheyenne Automne « qui sera acclamé par la profession et bien accueilli par le public. Si je devais manquer de toi, le premier single issu de cet album, est un tube. Ce chanteur aux faux ais de Laurent Boutonnat, le regard bleu azur est le chouchou de la presse rock comme Les Inrockuptibles qui n’est pas du genre à encenser Mylène. 

 

VIDEO Murat :       Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

2909328123_small_1 dans Mylène 1991 - 1992Et pourtant, l’univers créé sur Regrets est unique. Coup de pub ou réel coup de cœur que cette union discographique ? Le doute peut subsister même si une amitié pure et sincère naît entre les deux artistes. D’un côté il y a une belle chanteuse à qui tout sourit et qui vend ses albums par millions, mais qui recherche une crédibilité aux yeux d’un public plus pointu ; et de l’autre, il y a u artiste énigmatique, ancré dans ses montagnes natales du Massif Central, qui doit,  à l’occasion de son dernier album « Le Manteau de pluie », séduire un public plus large s’il ne veut pas abandonner la chanson !

 

Publié dans Mylène 1991 - 1992 | Pas de Commentaire »

Les voix… Remixes Mylène

Posté par francesca7 le 20 août 2011

 

 

Les voix… Remixes Mylène dans Mylène 1991 - 1992 2909329955_small_1Le clip de Regrets  est tourné au même moment que Désenchantée  dans un fascinant cimetière juif de Budapest désaffecté depuis la Seconde Guerre mondiale. Et personne n’est déçu en visionnant ce clip sobre, en noir et blanc, dans lequel les deux esprits romantiques et torturés se mêlent à merveille.

 

L’homme, Jean-Louis Murat, pénètre dans le cimetière pour renouer avec l’amour de sa femme défunte, interprétée par Mylène. Pour la première fois, Laurent Boutonnat reste fidèle aux paroles de la chanteuse sans vouloir transcender la chanson. Merveilleux, le clip baigne dans une lumière très surexposée et abuse de nombreuses superpositions de regards.

 

 

Devenus une habitude, des remixes accompagnent la sortie du single en juillet 1991. Le Stergen Dub mix est essentiellement composé de samples des voix de Mylène et de Jean-Louis Murat remasterisées et passées à l’envers, comme des messages subliminaux. On entend surtout (et dès le début) Mylène dire une phrase incompréhensible, qui se trouve être en fait nos âmes se confondent passées à l’envers. D’ailleurs, notons que le titre du remix en question est lui-même Regrets en écriture inversée….

 

Après avoir un peu craché dans la soupe au moment de la sortie du single – suite à des problèmes de droits – Jean-Louis Murat fera son mea culpa quelques années plus tard :

 

-          « dans le business, les deux personnes les plus estimables que j’ai rencontrées, ce sont Mylène et Laurent. Je les adore et les respecte infiniment. Ce sont les plus intelligents. D’une intelligence à la Warhol. Ce sont ceux qui comprennent le mieux les mécanismes de ce business, qui sont en meilleure positon pour le pervertir, en tirer tous les fruits. Ils cranent dessus tout en faisant cracher le fuit. Pas mal (…) Leur but, c’est de faire cracher les fans. C’est un challenge profondément immoral, intéressant. Laurent Boutonnat est un vrai immoraliste, au sens noble du terme. Il y a une sorte pulsion consumériste dans la population, autant être là pour en profiter. Il vaut mieux que les jeunes achètent des T-shirts de Mylène Farmer plutôt que des T-shirts de la Star Ac’ ! (…) Par rapport à Goldman, Mylène Farmer c’est du Wagner ou du Bach ! Il y a chez elle quelque chose de simple, populaire, féminin et pervers aussi. C’est très excitant sexuellement tout ça. Et c’est parfaitement maîtrisé dans une sorte de tradition décadente. A côté de Mylène, Jennifer on dirait un Caterpillar.

 

Tour en avouant :

 

-           » Grâce à ce duo, Mylène Farmer m’a offert son public ; une partie est restée, et j’ai gagné rapidement une dimension que j’aurais sans doute mis des années à acquérir !

Publié dans Mylène 1991 - 1992 | Pas de Commentaire »

L’osmose Mylène/Murat

Posté par francesca7 le 20 août 2011

 

 

L'osmose Mylène/Murat   dans Mylène 1991 - 1992 113737077L’osmose entre Mylène et Jean-Louis Murat va séduire le public, le titre se vend à 300 000 exemplaires et est même certifié disque d’or. Pour un slow, sorti à cette période de l’année plus propice aux tubes dansants, c’est une aubaine, voire un coup de génie. D’autant que, Mylène ne fait qu’une seule et unique émission télévisée chez son ami Michel Drucker. 

 

La chanson est diffusée le 7 octobre 1991 dans l’émission Stars 90, mais il s’agit d’un enregistrement réalisé quelques jours plus tôt. Enregistrement qui a tout de même demandé six heures de tournage car Jean-Louis Murat,  guère habitué à ce genre d’exercice, éprouve énormément de mal à synchroniser son play-bach. Pour se faire pardonner du travail occasionné, dès le lendemain, la chanteuse fait envoyer des caisses de champagne aux techniciens. Un joli geste.

 

  

VIDEO Image de prévisualisation YouTube 

Publié dans Mylène 1991 - 1992 | Pas de Commentaire »

Regrets

Posté par francesca7 le 20 août 2011

Regrets est le quinzième single de Mylène Farmer, ainsi que le premier duo de sa carrière (avec Jean-Louis Murat), sorti en juillet 1991. C’est le deuxième single extrait de l’album L’autre….

 Regrets dans Mylène 1991 - 1992 photos-diverses28La naissance de ce duo vient d’une correspondance par courrier entre les deux interprètes pendant un an. Déjà en 1989, Mylène Farmer déclarait apprécier les chansons de Jean-Louis Murat et son album Cheyenne Automne, ainsi que sa manière d’écrire. D’après Jean-Louis Murat, c’est Mylène Farmer qui a eu l’idée du duo. Après avoir écouté une version sur cassette audio de Regrets, dans laquelle Mylène Farmer chante les deux voix (pour les lignes de Murat, elle prendra une voix plus grave), il a accepté. A cette époque, Mylène Farmer a déclaré considérer Murat comme son « frère », son « double », son « jumeau », et un « poète ». Murat a déclaré quasiment la même chose. Cependant, d’après l’auteur Erwan Chuberre, il est impossible de savoir si le duo est réellement le résultat d’une profonde amitié ou d’une stratégie marketing. En 2004, dans le journal L’Express, Jean-Louis Murat déclarera que ce duo l’a aidé à lancer sa carrière.

 

Publié dans Mylène 1991 - 1992 | Pas de Commentaire »

Jean louis Murat dans Regrets

Posté par francesca7 le 20 août 2011

 

Jean louis Murat dans Regrets dans Mylène 1991 - 1992 pageteteJean-Louis Bergheaud, qui signe ses albums Jean-Louis Murat est un auteur-compositeur-interprète, né le 28 janvier 1952 à la Bourboule. Il passe une grande partie de sa jeunesse chez ses grands-parents dans une ferme isolée à Murat-le-Quaire (d’où il tire son pseudonyme).

Après sa naissance, à Clermont-Ferrand, l’histoire de Jean-Louis Bergheaud commence à la Bourboule, petite station thermale dans le Massif central. Fils de divorcés, c’est chez ses grands-parents, à Murat-le-Quaire, qu’il passera toute sa jeunesse. Solitaire et introverti, dès son plus jeune âge, Jean-Louis présente certains dons pour la musique et pour beaucoup d’instruments, ce qui le mènera au conservatoire où il développera son goût pour le chant. Féru de littérature romantique et tourmentée, il est le premier de sa famille à être titulaire du baccalauréat. Marié à l’âge de 17 ans, il s’inscrit pour une courte durée à l’université de Clermont-Ferrand, puis jeune papa, quitte tout pour voyager et vivre de petits boulots en France et en Europe.

Jean-Louis Murat connaît un début de carrière difficile marqué par plusieurs expériences musicales à la fin des années 1970 — notamment dans un groupe éphémère nommé Clara remarqué par William Sheller qui les invitera à faire certaines des premières parties de ses concerts — mais sans lendemain. En 1982, après la dissolution de groupe Clara, il enregistre son tout premier album intitulé Murat, puis un deuxième en 1984 intitulé Passions privées, mais devant le peu de succès, sa maison de disques rompt son contrat. On lui attribuera une tentative de suicide[réf. nécessaire] à la suite de la sortie au tout début des années 1980 de son disque Suicidez-vous le peuple est mort qui ne connaît que très peu d’écho auprès du public. La diffusion radio du titre est alors arrêtée sur Europe 1.

tournage-de-regrets-avec-jean-louis-murat-au-centre-titre-sorti-en-1991 dans Mylène 1991 - 1992S’ensuit alors une longue traversée du désert dont il ne sort que bien des années après avec le premier extrait issu de son album Cheyenne autumn paru en 1989 chez Virgin, Si je devais manquer de toi, qui lui apporte enfin une certaine notoriété (trois autres extraits de cet album, L’ange déchu, Amours débutants et Te garder près de moi, sont eux aussi diffusés sur les ondes). Deux ans plus tard, les singles Col de la Croix-Morand et Sentiment nouveau (ce dernier rentrant au Top 50), issus du disque Le manteau de pluie, remportent un succès encore plus important.

Mais c’est Regrets, un duo avec Mylène Farmer, qui le fait réellement et définitivement connaître auprès d’un plus large public, à l’aube de ses 40 ans, en 1991 (3e au Top 50 et plus de 300 000 copies vendues). Depuis cette période, ses albums rentrent régulièrement dans le Top 20 en France.

 

Publié dans Mylène 1991 - 1992 | Pas de Commentaire »

Le Clip de Regrets

Posté par francesca7 le 20 août 2011

Le Clip de Regrets dans Mylène 1991 - 1992 mylene-farmer-regretsCe clip est une production Requiem Publishing et Heathcliff SA. Il dure 6 minutes et 17 secondes. Réalisé par Laurent Boutonnat, la vidéo a été filmée à Budapest en février 1991 pendant deux jours, en même temps que celui de Désenchantée, dans un cimetière juif abandonné, avec un budget de 35 000 euros. Le train qui conduit au cimetière n’a été mis en marche que pour le tournage. Il a été diffusé à la télévision pour la première fois le 9 septembre 1991 sur TF1 dans l’émission Stars 90. Lors d’une interview, Jean-Louis Murat déclara qu’il avait été très surpris par le grand professionnalisme de Laurent Boutonnat.

Au début du clip, un tram s’arrête devant l’entrée d’un cimetière couvert de neige. Jean-Louis Murat sort du tram et entre dans le cimetière. Il passe devant une biche et s’arrête devant une tombe. Lorsqu’il s’assied, Mylène Farmer arrive derrière lui et met ses mains sur ses yeux. Jean-Louis Murat la prend par la main, puis ils courent, rient et se blottissent l’un contre l’autre. Ils s’assoupissent sur une pierre tombale puis se disent au revoir. Jean-Louis Murat reprend le tram et s’en va.

D’après une analyse effectuée par le magazine Instant-Mag, le clip est « la métaphore d’un amour passé et regretté ». Il « montre l’indispensable lien entre deux êtres, ainsi que l’inévitable destin de ce lien : nous pouvons nous attacher à l’autre mais aussi le perdre. »". Avec ce clip, Mylène Farmer  » a atteint la quintessence de l’élégante tristesse que comporte son travail ». D’après cette analyse, le personnage joué par Jean-Louis Murat serait vivant et essaierait de rencontrer le personnage de Mylène Farmer qui serait mort. Le train représenterait la transition entre ces deux mondes. La biche serait le symbole de la féminité et le bouquet de chardons évoquerait le désir d’amour « inconditionnel avec l’autre ». Quant à la neige, elle participerait à l’atmosphère morose de la vidéo et symboliserait « un masque doux mais mortel » qui isole les deux univers. Le biographe Bernard Violet a écrit que Laurent Boutonnat n’a fait que transposer la chanson en ajoutant son esthétique personnelle, dans ce cas un noir et blanc contrasté et surexposé.

Tout ce qui représente la réalité a été filmé à vitesse normale, tandis que tout ce qui décrit le rêve, l’espoir ou le regret, a été filmé au ralenti.

Le clip figure sur le DVD Music Videos I.

 

Publié dans Mylène 1991 - 1992 | Pas de Commentaire »

Laurent Berger et Mylène

Posté par francesca7 le 20 août 2011

  La rue Cavallotti – 

 

 Laurent Berger et Mylène dans Mylène 1991 - 1992 rue%20cavalotti%201aSi tout semble sourire à la chanteuse la plus désespérée de la pop française, un drame vient néanmoins frapper son quotidien fait de strass et d’ivresse. 

 

Laurent Berger est un jeune homme fou amoureux de la star depuis 1988. Alors âgé de 24 ans, il décide que Mylène sera son élue, la seule et l’unique qui pourra lui donner le bonheur qui lui manque tant dans son existence. Tel un adolescent en manque de repères, il commence à collectionner tout ce qui sort dans la presse sur son idole, sa raison de vivre

 

De nombreux kilomètres le séparent de Mylène Farmer et vivre aussi loin devient le plus en plus difficile, aussi commence-t-il à lui rédiger de longues lettres enflammées dans lesquelles il se dévoile comme jamais il ne l’avait fait avec personne d’autre. Mais ces missives restent sans réponse et chaque jour est une immense déception encore plus profonde quand il constate que sa boîte à lettres est vide. Pas même quelques phrases de son idole qui lui donneraient l’espoir de la rencontrer un jour. 

 

Le jeudi 31 octobre 1991, il prend son courage à deux mains et quitte sa ville d’Epinal pour se rendre à Paris, direction Polydor, rue Cavallotti dans le XVIIIè arrondissement. Le réceptionniste, qui a l’habitude des nombreuses visites des fans, réussit avec autorité à lui faire abandonner le projet de voir son idole. Furieux et désespéré d’avoir été rabroué de la sorte, Laurent Berger reprend l’autoroute de l’Est pour rentrer chez lui. Ses parents le savaient dépressif et fragile, mais ils n’auraient jamais pu imaginer la gravité du mal qui le rongeait

 

milo dans Mylène 1991 - 1992Quelques jours plus tard, le 12 novembre 1991, le jeune homme revient à la charge, plus décidé que jamais à rencontrer son idole. Il ne comprend toujours pas pour quelle raison celle qui chante si bien le mal de vivre n’écoute pas un traître mot de son propre désespoir. Durant des heures, il épie l’entrée de Polydor. Une Mini Austin noire se gare devant l’immeuble et son idole, juste vêtue d’un jogging, accompagnée d’une amie, en sort pour s’engouffrer dans l’entrée de la maison de disque. Il veut aller cers elle, mais une force l’empêche de faire le moindre geste. Tétanisé, il se contente de l’admirer. Ce n’est que plus tard qu’il sort de sa paralysie. A son tour, il fait irruption au siège de Polydor et tire en plain cœur sur le réceptionniste qui tente une nouvelle fois de s’interposer. 

 

Le malheureux décèdera quelques heures plus tard. Laurent Berger, pris d’hystérie, parvient à monter dans les étages et, fort heureusement pour les autres personnes présentes sur les lieux du drame, son arme s’enraye. Il est alors maîtrisé par des membres de la sécurité qui le livrent à la police.

 

 

Publié dans Mylène 1991 - 1992 | Pas de Commentaire »

Mylène se protège

Posté par francesca7 le 20 août 2011

 

 

Mylène se protège dans Mylène 1991 - 1992 MF90_185aLa presse reste alors très discrète sur ce terrible fait divers qui traumatise Mylène. Et pourtant, elle refuse catégoriquement de se promener entrée de gardes du corps : 

 

-          « On m’a proposé de me protéger, j’ai refusé. Dans ces cas-là, on ne pense pas à soi, à ce qui aurait pu vous arriver, mais à la famille en deuil, à cet homme qui est mort et qui n’y était pour rien. Face à un tel drame, on ne sait trouver les mots… On culpabilise forcément. Cette mort est tellement injuste… » 

 

C’est à partir de ce jour-là que la chanteuse commence à devenir craintive et méfiante vis-à-vis de certains fans qu’elle juge trop possessifs. Mais plutôt que de faire appel à une protection rapprochée, elle préfère s’exiler le plus souvent possible aux Etats-Unis pour u vivre plus librement ! Mylène commence à percevoir le danger de faire du mal de vivre, une recette du succès. 

 

L’heure est peut-être venue de réfléchir sérieusement à prendre un nouveau virage. 

 

Malgré cet exil aux Etats-Unis, dont la raison officielle est qu’elle y passe son permis de conduire, Mylène se doit de continuer la promotion de son album L’Autre… Qui dit promotion, dit nouveau single. Et c’est quelques semaines après le drame, le 21 décembre 1991, que sort son troisième titre, Je t’aime mélancolie, un gentil pamphlet à l’encontre d’une certaine presse qui ne se fatigue pas de descendre en flèche la chanteuse. Aussi, plutôt que de se répandre en invectives désordonnées à l’encontre de ces rapaces qui ne lui pardonnent ni sa discrétion, ni sa timidité, elle répond avec humour par le biais de ce nouveau single.

 

 

Publié dans Mylène 1991 - 1992 | Pas de Commentaire »

l’autre…TV Mylène farmer

Posté par francesca7 le 20 août 2011

Le 27 décembre 1991 par Patrick Sabatier : Interview « tous à la une »+ »l’autre… » de Mylène farmer 

 

vidéo 

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Mylène 1991 - 1992 | Pas de Commentaire »

Je t’aime mélancolie

Posté par francesca7 le 20 août 2011

 

Je t'aime mélancolie dans Mylène 1991 - 1992 MF90_123aLaurent Boutonnat, qui a déjà l’esprit très occupé par la préparation de son premier long-métrage, tourne le clip en seulement quatre jours à Los Angeles. Cette fois-ci, la vidéo se compose de deux scène montées alternativement : l’une relatant le récit d’un combat (Mylène contre un véritable boxeur des pays de l’Est) et l’autre représentant la chanteuse lancée dans une impeccable chorégraphie. On peut d’ailleurs noter que ce sont les mêmes danseuses qui avaient accompagné Mylène lors des émissions de télévisions destinées à défendre les couleurs du titre Désenchantée, neuf mois plus tôt

 

Pour les besoins de Je t’aime mélancolie, Mylène s’est enfin débarrassée de ses longs manteaux sombres pour arborer des porte-jarretelles, des guêpières et une ceinture dignes d’une dominatrice : une tenue sexy signé pour la première fois par Jean-Paul Gaultier. 

 

Lors de ce combat de boxe, même si Mylène est doublée par les scènes les plus risquées et les plus sportives, elle subit cependant toute une préparation physique intensive car il ne s’agit pas de jouer uniquement la comédie, mais d’être totalement crédible. La star, aussi féminine soit-elle, se paye d’ailleurs le luxe de mettre le mâle ténébreux K.O, allégorie de la presse mise au tapis et de l’homme tout court…. 

Publié dans Mylène 1991 - 1992 | Pas de Commentaire »

12
 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...