Mylène F. a tous les charmes du libertinage

Posté par francesca7 le 25 juillet 2016

                                                                                                                                                                                                                                                                              

Mylène Farmer, l’image que vous reflétez est celle d’une libertine. Est-ce une profession de foi ?      

- C’est un état. (rires) Profession de foi, non ! Il ne faut pas trop se prendre au sérieux ! Mais c’est un plaisir, en tout cas. 

Vous donnez également dans vos chansons l’image d’une ingénue…                    

Francesca0                    

- D’habitude, on me dit perverse. Je ne sais pas si c’est compatible… Ingénue, non. Plutôt lucide. Pour moi, libertine est l’alliage de coquine et de putain. 

Vous vous sentez des affinités avec les libertines du XVIIIème siècle ?                        

- Dois-je le dire ? C’est une époque qui me fascine, qui m’attire… Oui, j’aurais pu être libertine.            

Vous savez qu’à l’époque, ces gens là étaient considérés comme les premiers révolutionnaires dans la mesure où ils démolissaient l’ordre établi, qu’il soit religieux ou moral. Ils se moquaient des vierges…  

- C’est ce que j’aurai aimé faire aujourd’hui, mais c’est un peu difficile…                                                                    

Pensez-vous qu’à notre époque la provocation érotique ait encore une fonction de perturbation sociale ?     

- Bien sûr. Ce sont des choses qui certes évoluent un peu, mais qui font toujours partie de l’interdit, c’est évident.  

Pensez-vous que la religion a encore une fonction importante dans notre société ?   

- Personnellement, je ne lui trouve aucune fonction mais je pense que c’est une chose présente, même omniprésente.         

Dans notre système actuel où l’on est entouré par l’érotisme et le sexe – que ce soit dans les films, à la télévision ou dans la pub – pensez-vous qu’il peut y avoir encore de la provocation maintenant qu’elle fait partie des choses normales et quotidiennes ?          

- Je pense que oui… Mes chansons provoquent encore des réactions. Rien n’est acquis !         

Vos costumes de scène sont très originaux par rapport à ce qu’on voit actuellement : ils sont très raffinés, coquins et très recherchés. Est-ce que vous vous habillez de cette manière provocante dans votre privée ? 

- J’adore rester toute nue chez moi ! Mais la lingerie, non, ce n’est pas quelque chose que je cultive à la maison. J’aime, mais c’est plus amusant de la présenter en public !                                                                                                     

Quel type d’homme vous attire ?                                                                                                   

- Je vais vous dire une banalité : les hommes intelligents.                                                                                      

Que faut-il faire, ou ne pas faire, pour séduire Mylène Farmer ?            

- Il y a plus de choses à ne pas faire qu’à faire ! (rires) Certainement me séduire intellectuellement…                           

Il vous arrive de ‘flasher’ sur un physique uniquement avant que l’homme ne parle ?     

- Oui, ça peut m’arriver, mais je préfère que l’homme me parle. En fait, je n’en rencontre pas souvent, des hommes. Je suis très protégée dans ma maison. J’aime bien les hommes d’un certain âge, d’une certaine expérience. C’est vrai que j’aime bien le côté papa, le côté protecteur…           

Francesca1Pensez-vous qu’à l’heure actuelle la sexualité féminine, qui est très mise en avant dans tous les domaines, est toujours dépendante de l’homme ? Existe t-elle toujours à travers les yeux de l’homme ? 

- Oui, je le pense. La femme est en représentation : c’est l’homme qui, quoi qu’il arrive, impose. Ca ne me dérange en aucun cas.          

Pour revenir aux libertins du XVIIIème avec lesquels vous avez des atomes crochus, quelle a été la première lecture érotique qui vous a troublée ?                                           

- « Justine » de Sade, et après, j’ai continué. Je l’ai lu à quinze ans.                       

Ca vous a vraiment troublée de façon érotique, ou était-ce un phénomène de curiosité ?       

- Vous êtes bien indiscrètes ! Les deux…D’autant plus que mes parents ne m’avaient jamais parlé de ‘ces choses- là’. Ce sont des choses que l’on découvre soi-même, et c’est beaucoup plus drôle de les découvrir ainsi. Il faut garder certains tabous, certains interdits pour les transgresser. C’est bien, les interdits ! 

Dans la littérature pornographique féminine, genre Xaniera Hollander ou Sylvia Bourdon, est-ce que ces femmes vous fascinent quelque part par leur attitude, par leur violence ?                                  

- Elles ont plutôt tendance à me dégoûter…                                            

Pourquoi ? Parce qu’elles en font trop ?                                                                                                     

- Oui, c’est de l’illustration bâtarde et malsaine. Moi, j’aime les choses raffinées. Je trouve que Sade est très raffiné donc c’est ça que j’aime.      

Pouvons-nous vous demander quel est votre meilleur souvenir érotique ?       

- Ca ne va pas du tout là ! Euh… mon petit singe ! Vous n’en saurez pas plus !        

Paru sur DOMINA de mai-89              

Publié dans Mylène 1989 - 1990, Mylène dans la PRESSE, Mylène en CONFIDENCES | Pas de Commentaire »

A QUOI JE SERS de Mylène, passages TV

Posté par francesca7 le 30 mars 2016

 

 

 

 1

J’Y CROIS DUR COMME TERRE
2 Septembre 1989 – TF1

Présenté par Patrick Poivre d’Arvor, Nicolas Hulot et Jean-Michel Jarre.

Première prestation télévisée pour « A quoi je sers… » dans cette émission spéciale consacrée à l’environnement. Même si elle chante en playback, Mylène est accompagnée pour la première fois par un musicien sur un plateau télé, et pas n’importe qui puisqu’il s’agit de Slim Pézin…

 

2

SACRÉE SOIRÉE
6 Septembre 1989 – TF1

Présenté par Jean-Pierre Foucault

Passage obligé à la fin des années 80, Mylène vient présenter son nouveau titre dans l’émission de Jean-Pierre Foucault. La prestation est identique à celle faite quelques jours avant sur le plateau de « J’y crois du comme terre », à la différence que cette fois Mylène a tombé la veste !

AVIS DE RECHERCHE
15 Septembre 1989 – TF1

Présenté par Patrick Sabatier

Troisième et déjà dernière prestation pour « A quoi je sers… » qui se termine sur le plateau de Patrick Sabatier. Double promotion pour Mylène, qui en plus de présenter son dernier 45-Trs s’apprête à partir sur les routes pour sa première tournée dans les jours qui suivent.

 

 

Publié dans Mylène 1989 - 1990, Mylène dans la PRESSE | Pas de Commentaire »

Des critiques sur Mylène

Posté par francesca7 le 28 mars 2016

 

 

 

 A quoi je sers… » n’a pas laissé la presse insensible, entre les éloges niaises des magazines pour ‘d’jeuns’ de la fin des 80’s et la critique purement gratuite des journaux plus ‘sérieux’, on peut dire qu’il y a à boire et à manger ! Voici une compilation de ces critiques.

 MYL

Mylène a découvert un nouvel instrument : une guitare s’est égarée dans son univers oppressant de techno-disco obsessionnel. Tous les lacaniens, toutes les lacaniennes sont contents. Revoilà la marionnette sous influence qui terminera sa tournée triomphale par Bercy en décembre.

La Farmer, toujours aussi masochiste, sait poser les bonnes questions. « A quoi je sers… » (doute, doute) est un écho misérabiliste à « On est tous des imbéciles », « Sans logique » et « Dans quel état j’erre », le prochain, encore inédit. J’ajouterais à ce propos : « Quand est-ce qu’on mange ?« .
FRANCE SOIR – 1er Août 1989

On a tout dit sur le personnage, et de savantes plumes trempées dans le vitriol s’énervent à disséquer ses textes sous prétexte d’y déceler je ne sais quelle portée psychanalytique chère à Marguerite Duras (Si vous ne savez pas qui c’est, c’est pas grave, moi non plus).
Ces pseudos-plumitifs, disais-je, considèrent notre rouquine nationale comme une attraction foraine, poussée sur le devant de la scène par un producteur esclavagiste, lui faisant ingurgiter sa dose de spleen par intraveineuse sans aucun scrupule (fin de l’introduction).

Désolé les intellos, mais j’aime « la » Farmer et je ne succomberai pas à la tentation, si facile pourtant, de dénigrer l’artiste maintenant qu’elle est une star. D’autres le font très bien à ma place ; et puis flûte après tout !!!!

Ce n’est pas la peine de s’affubler d’un gros nez rouge pour faire twister les foules (z’avez vu la tronche à Carlos ?). Le spleen peut-être une force, si on sait bien le doser sans jamais basculer dans la déraison. Ceux qui étaient au Palais des Sports à applaudir Libertine l’ont bien compris. Ce nouveau 45 tours, c’est la cerise sur le gâteau. Alors que nous attendions tous un nouvel extrait de l’album « Ainsi soit Je… » (« Allan » aurait été le bienvenu, mais bon je dis ça comme ça), Mylène Farmer se targue d’un inédit, avec, en plus du clafoutis, un remix fabuleux sur le maxi. En face B, un autre inédit, « La veuve noire », prolonge intelligemment « A quoi je sers… », alors que d’autres (des noms, des noms !!) auraient pu se contenter d’une version instrumentale.

Alors vous, les scribouillards moisis, et mous du Stypen, prenez garde !!!! A force de critiques et d’injures, à force de coups bas et d’insultes, Mylène se taire, et nous n’aurons plus personne pour faire vivre une chanson française déjà moribonde (merci Jean-Pierre François !!). Alors Mylène, s’il te plaît, continue et oublie ces vautours. Et puis… si tu as encore besoin de moi pour le tournage d’un de tes clips, fais-moi signe. Je répondrai présent.
MAXI FUN – Août 1989

A quoi elle sert ? Mais on rêve !!! Mylène, tu nous as offert le plus beau show de l’année, deux heures de bonheur, tes disques sont toujours de beaux cadeaux que l’on écoute et réécoute. Cette chanson, est-ce de la fiction ou est-ce des états d’âme ? En tout cas, elle est bien belle et on a hâte maintenant de te revoir sur scène pendant ta grande tournée le mois prochain. Mon petit doigt m’a dit aussi que tu allais sortir une vidéo et un album live à la rentrée. De quoi rassasier tous tes fans de plus en plus nombreux.
SPOTLIGHT – Août 1989

A chaque nouveau simple, Mylène avait su nous surprendre, pas cette fois-ci… Mais ça n’est absolument pas rédhibitoire… On trouve sur celui-ci (le dixième), « A quoi je sers… », une ritournelle qui ressemble en effet furieusement à « Sans logique » (un brin à « Tristana » aussi…). Une chanson fluide, gracile et vite inoubliable qui a le don de vous emmener par la main sur le piste de danse la plus proche (là, oui ! devant la platine ! …) Bref, une ritournelle qui saura susciter l’intérêt des foules… D’ailleurs je parie qu’à l’heure où vous lirez ces lignes, Mylène sera déjà haut dans le Top…
GRAFFITI – Septembre 1989

L’année 1989 fut l’année Farmer après l’énorme succès du palais de Sports, une tournée et enfin Bercy. « A quoi je sers… » est peut-être un des plus beaux textes qu’elle ait chanté. Du grand Farmer que les fans apprécieront.
JEUNE ET JOLIE – Septembre 1989

Publié dans Mylène 1989 - 1990, Mylène et des CRITIQUES, Mylène TOUR 1989 | Pas de Commentaire »

Mylène se demande encore A QUOI JE SERS

Posté par francesca7 le 28 mars 2016

 

 MYL

MYL1

 

 

À QUOI ELLE SERT ? 
Le décor est planté : nous sommes en mai 1989, Mylène vient d’achever une série de concerts au Palais des Sports, ses tous premiers concerts, et s’apprête à partir sur les routes de France et de Navarre (Belgique, Suisse, Nord-Pas-de-Calais) à la rencontre de son public pour cette première tournée qu’elle voit « à la fois comme une mort et comme une naissance. ». Une mort dont le diptyque « A Quoi je Sers… / La Veuve Noire » sera le requiem…
(Musique dramatique)

TU PÉRIRAS CE SOIR DE MAI
Ces premiers concerts sur la scène du Palais des Sports sont une étape essentielle dans la carrière de Mylène Farmer, surtout car ils signent la fin d’un cycle, le premier. Et oui, en l’espace de cinq ans, la petite Mylène aux boucles brunes qui chantait « Maman a tort » avec sa veste rose fluo sur les plateaux de FR3 Midi-Pyrénées a bien changée ! Nous en sommes en 1989, et telles des SDF dans un squat sordide de la banlieue rouennaise qui redoutent la fin de la trêve hivernale, les chanteuses made in 80’s redoutent quand à elles le passage à la décennie suivante. Et Mylène n’y échappe pas. Elle aussi a peur ne pas voir l’aube de cette décennie nouvelle qui verra naître les sitcoms AB, les chanteurs AB, les jeans tailles hautes, les t-shirts fluo, le Bigdil, les Pokémons, Lââm, Larusso, Sandy Valentino… ainsi que votre serviteur ! Et quitte à ce que tout s’arrête, autant finir en beauté. C’est ainsi que Boutonnat et Farmer concoctent peu après le Palais des Sports un 45-trs inédit intitulé « A quoi je sers… », et sa face B, « La Veuve Noire ». Deux titres fatalistes à souhait dans la pure tradition Farmer ‘première cycle’.

 

PISCINE PARTY
Le 45-trs sort le 17 juillet 1989, la pochette est illustrée, comme toutes les pochettes des singles de Mylène de 1988 à 1992, par une photo de Marianne Rosenstiehl-Sygma (C’est son nom de jeune fille), prise dans la loge de Mylène au Palais des Sports, tout un symbole ! Il ne laisse pas les médias indifférents, qui se demandent alors pourquoi Mylène, qui est au sommet de sa gloire et de son art voudrait bien mettre fin à sa carrière Car à ce moment là, la belle ne calme pas le jeu en laissant planer le doute quand à des possibles adieux. Et le clip qui accompagne le morceau enfonce le clou : on peut y voir Mylène traverser un fleuve qui fait furieusement penser au fameux Styx, si cher à son coeur, avant qu’elle ne retrouve tous les personnages cultes de ses précédents clips et qu’in fine, ils s’avancent tous ensemble vers le fond pour, on le devine, une noyade collectifve C’est tellement gai ! Et c’est de cette façon que Boutonnat et Farmer commencent à enterrer, ou plutôt noyer dans le cas présent, un cycle de cinq ans qui a atteint son apogée grâce au spectacle de 1989, dont ils ne tarderont pas à détruire le décor, toujours sous l’œil de la caméra de Boutonnat, pour dire que oui, même si l’histoire n’est pas terminée, une page se tourne. Et il faut dire que ça en jette un max’ quand même.

REQUIEM POUR L’ÉCHINE
Même si « A quoi je sers… » ne sonne pas le glas de la carrière de Mylène, il est néanmoins un préambule à ce que va être la « nouvelle Mylène Farmer ». Premier changement, même si cela peut paraître anodin, « A quoi je sers… » est le premier 45-trs de Mylène Farmer co-édité chez Requiem Publishing, société d’édition musicale fraichement créée en compagnie de Laurent Boutonnat, l’autre moitié des éditions revenant toujours à Bertrand Lepage, qui a édité tous les titres de Mylène Farmer depuis 1984. Or cette petite histoire d’ordre purement financier a mis de l’eau dans le gaz dans leur relation, Lepage n’ayant pas trop apprécié que Farmer et Boutonnat commencent à prendre leur indépendance. En octobre 1989, Mylène Farmer confessait « Aujourd’hui je suis à la fin d’un cycle. Il va y avoir des choix à faire, je ne sais pas encore lesquels« . Le premier choix sera pris deux mois plus tard à la fin de la tournée lorsque Mylène remercia (vira) Bertand Lepage, ne supportant plus ses excès en tout genre.

 

LA PROMO ? À QUOI CA SERT ? 
Autre changement, c’est à partir de ce titre que Mylène commencera à s’effacer de la scène médiatique, passant de Mylène ‘la mystérieuse’ à Mylène « l’inaccessible »., et qu’elle limitera ses prestations télévisées. Ainsi « A quoi je sers… » n’aura le droit qu’à seulement trois passages télévisés (comparé à la douzaine de prestations pour « Pourvu qu’elles soient douces » c’est pas grand chose !), mais sur trois prime-time de TF1, à grande écoute donc. Mylène devient une star et se permet d’avoir les exigences qui vont avec son statut (adieu profil gauche…)

Qui se demande encore à quoi sert « A Quoi Je Sers… » ?!

Publié dans Les Clips de Mylène, Mylène 1989 - 1990, Mylène TOUR 1989 | Pas de Commentaire »

Mylène et sa rencontre avec Bertrand Le Page

Posté par francesca7 le 26 mars 2016

BERTRAND LE PAGE : Le premier manager de Mylène (à partir de 1984) a été un intime de Mylène, avec qui elle a partagé énormément. Le caractère emporté de Bertrand a toutefois fini par avoir raison de cette amitié – et de leur collaboration – puisque Mylène s’est séparée de Bertrand Le Page en décembre 1989, après une énième colère de celui-ci.

 

1 le page et mylène

1

2

3

4

5

 

 

 

 

Publié dans Mylène 1982 - 1984, Mylène 1989 - 1990, Mylène et L'ENTOURAGE | Pas de Commentaire »

Mylène PARMI LES STARS 90

Posté par francesca7 le 20 janvier 2016

 

11 JANVIER 1993 Présenté par Michel DRUCKER TF1

Après avoir interprété « Que mon Cœur Lâche » accompagnée de deux danseuses, Mylène Farmer rejoint Michel Drucker, qui reçoit Alain Prost. Devant eux trône le disque de diamant décerné à Mylène pour un million d’exemplaires de son album « L’Autre… » vendus, qui prend la forme d’une grande pyramide en verre.

1993-02-b1993-02-a

Michel Drucker : En ce début d’année, on peut encore faire les bilans de l’année passée.

Je vous présente : Alain Prost, Mylène Farmer.

 Mylène Farmer : Bonsoir.

MD : Mylène Farmer qui était, avec ce disque de diamant une des grandes triomphatrices de l’année. Je voudrais revenir sur la chanson : le clip n’a pas été fait par votre cinéaste habituel, mais par Luc Besson.

MF : Oui.

MD : Ça a été difficile pour vous d’abandonner votre complice habituel pour vous confier à un autre metteur en scène, même si vous l’aimez bien, que vous le connaissez ?

 MF : Un petit peu difficile, mais je connais bien Luc Besson. Nous nous sommes rencontrés, il nous a invités en Arctique pour un très, très beau voyage (cf. « Stars 90 » le 09.09.1991), donc nous le connaissions bien, et puis c’est un très bon metteur en scène, donc c’était à la fois difficile et facile !

MD : Et c’était un changement. C’est un changement d’atmosphère par rapport à vos derniers clips…

MF : Oui, c’est vrai que nous avons des univers assez différents, et Luc, je crois, a su nous apporter une légèreté, et peut­être une dédramatisation par rapport au thème de la chanson.

MD : C’est une de vos dernières apparitions à la télévision comme interprète, comme chanteuse, puisque vous partez en Tchécoslovaquie pour tourner pendant plusieurs mois votre premier long métrage.

MF : Oui. (le départ de Mylène pour rejoindre le plateau de « Giorgino » est effectivement imminent, nda)

MD : Vous allez revenir à la chanson plus tard, vous ne savez pas ?

MF : Bien évidemment, oui ! Bien sûr ! (sourire)

MD : Vous voulez poser une question à Alain Prost ?

MF : Ecoutez, oui, je vais essayer…

MD : C’est un univers que vous ne connaissez pas, mais qui vous fascine quand même…

MF : Que je connais très peu, mais j’avoue que je suis capable de regarder des…

MD : Des Grands Prix de Formule 1.

MF : Des Grands Prix, oui, absolument. Je sais que M. Prost, et tous les coureurs automobiles, côtoient la mort et j’aurais voulu savoir : que représente­-t­-elle ?

MD : Que représente ce flirt permanent avec la mort ?

Alain Prost : En réalité, c’est la grande difficulté. On en parle très, très peu, mais malgré tout, sans être macabre, de temps en temps, vous laissez vos affaires dans la chambre le matin, et vous vous dites « Tiens, ce soir, on sait jamais, je vais peut­-être pas les retrouver ».

Et vous y pensez…

Avant de laisser partir Mylène, Michel Drucker présente des ouvrages sur les différents films de Luc Besson. Il offre celui de « Nikita » à la chanteuse, puis la salue, en lui souhaitant bonne chance pour son film.

Mylène le remercie, puis remercie le public. Elle reste assise, tandis que Drucker lance un autre sujet.

Publié dans Mylène 1989 - 1990, Mylène en CONFIDENCES | Pas de Commentaire »

Télévision néerlandaise : ÉMISSION INCONNUE avec Mylène

Posté par francesca7 le 29 mai 2015

 

Présenté par Monsieur X le 2 DÉCEMBRE 1990

tv-01-bEn fin d’année 1990, alors qu’elle finalise l’enregistrement de « L’Autre… », Mylène Farmer fait une apparition dans le talk­show le plus populaire des Pays­Bas à l’époque. Elle y répond à une interview et interprète « Pourvu qu’elles Soient Douces », dans les mêmes conditions que deux ans auparavant pour la promotion de ce même titre en France.

L’animateur annonce Mylène. Celle­-ci arrive sur le plateau dans sa petite robe noire « inversée » qu’elle avait déjà porté pour chanter le titre en 1988, les cheveux coiffés en chignon, et s’installe à la table, aux côtés de l’animateur. Il s’adresse à Mylène dans un français très correct. Les propos de cette dernière sont sous­titrés en néerlandais.

Monsieur X : Je ne peux pas vraiment dire que vous êtes une chanteuse française, parce que c’est différent, ce que vous faites. Vous chantez, bien sûr, mais quand même !

Mylène Farmer : Je souhaite être différente, c’est normal ! Mais je ne me considère pas uniquement comme étant une chanteuse, non, c’est vrai. J’aime en plus beaucoup Greta Garbo, j’aime le cinéma, j’aime tout ce qui peut inspirer le cinéma.

Mr X : Oui…Parce que quand vous chantez, vous faites de la danse aussi, vous faites beaucoup de spectacle en même temps…

MF : Parce que pour moi, c’est ma définition du spectacle. Le spectacle englobe beaucoup, beaucoup d’éléments, à savoir le chant, la danse, pourquoi pas le théâtre, ce sont des lumières…Tout ça, ça forme un spectacle. C’est vrai que moi je peux pas concevoir de monter sur scène sans faire un film sur scène, finalement.

Mr X : Je voudrais bien montrer un tout petit peu pendant que vous vous changez pour chanter la chanson différente (sic)… (Il poursuit en néerlandais et à l’image, des plans du clip de « Pourvu qu’elles Soient Douces » sont présentés) Vous aimez, vous venez de le dire, beaucoup le cinéma : est­ce que vous avez déjà joué au cinéma ?

MF : Non. J’ai eu quelques propositions, mais je crois que je vais attendre. J’ai un projet de long­métrage avec le réalisateur des clips, qui est également mon compositeur, qui s’appelle Laurent Boutonnat. Donc je crois que je vais attendre ce premier rôle.

Mr X : Vous êtes tellement une vedette en France, est­ce que c’est toujours important de venir peut­être par exemple ici, aux Pays­Bas ?

MF : C’est très important aujourd’hui. C’est vrai que le…je sais pas si c’est un but, en tout cas c’est une envie de tout chanteur que de traverser les frontières. C’est également mon souhait. Je sais que c’est un travail de longue haleine, ça sera difficile mais c’est aussi important, oui.

Mr X : Ce que vous faites quand vous chantez, c’est très bien, c’est toujours avec des danseurs, c’est toujours le style des vidéoclips. Quand on devient moins jeune, tout ça change : il vaut mieux chanter, plus chanter et moins danser ! Est­ce que vous avez peur de ça, de vieillir par exemple ?

MF : J’ai peur de vieillir comme tout un chacun ! Maintenant, me poser cette question­là aujourd’hui : non. Je ne pense pas de toutes façons chanter pendant dix ans, je crois que ma vie évoluera. J’ai envie de cinéma, j’ai envie d’écrire, j’ai envie de beaucoup de choses. Maintenant, est­ce que la vie me le permettra : ça, c’est une autre question !

Mr X : Dans tout ce que j’ai lu sur vous en France dans des journaux français, on dit ‘Elle n’aime pas du tout parler d’elle­même’. Mais quand même, vous avez choisi cette profession !

MF : C’est pas incompatible ! Je crois que je peux faire ce métier, j’essaie de le faire, tel que je voudrais le faire. C’est vrai que c’est difficile parce qu’on se heurte très souvent à ce problème de absolument devoir s’expliquer, s’exprimer. Moi, je pense que je n’ai pas à me justifier. Je préfère qu’on découvre la nature de mes sentiments dans mes chansons, dans mes textes. Maintenant, expliquer le pourquoi du comment je crois que, d’abord, je ne m’y sens pas du tout à l’aise, c’est la première raison. Et d’autre part, je crois que cette dame…

Mr X : (il précise) Greta Garbo…

tv-01-aMF : …a tout à fait compris ce qu’il faut faire. C’est non pas cultiver le mystère mais c’est une femme mystérieuse. Je ne sais pas si je suis une femme mystérieuse mais c’est vrai que j’ai du mal à parler de moi, donc je crois que c’est mieux de ne pas parler de soi dans ces cas­là.

Mr X : Alors je vous demande maintenant de nous montrer vos sentiments dans votre chanson !

MF : Je peux le faire ! (rires)

Mylène se lève et va se mettre en place pendant que le présentateur présente la chanson (renommée « Douces »). La prestation de Mylène pour ce titre est similaire à celle présentée en 1988. Elle est accompagnée des deux danseuses qui l’accompagnaient alors, Sophie Tellier et Dominique Martinelli, et la chorégraphie est rigoureusement identique.

Après la prestation, Mylène quitte le plateau.

 

Publié dans Mylène 1989 - 1990, Mylène en INTERVIEW | 1 Commentaire »

CARAMBA Télévision suédoise avec Mylène

Posté par francesca7 le 25 mai 2015

 

 

Présenté par Monsieur X en 1990

tv-02-bAprès un court extrait du clip « Pourvu qu’elles soient Douces », on découvre Mylène Farmer assise face au présentateur de l’émission, vêtue d’un pull crème à col roulé recouvert d’une veste bordeaux.

Le présentateur s’adresse à elle dans un français très correct, et ses questions ainsi que les réponses de Mylène sont sous­titrées en suédois.

Monsieur X : Je suis très fier et enchanté, après ça, presque un peu terrifié de voir une des meilleures artistes françaises aujourd’hui chez nous. Bienvenue à Caramba, Mylène Farmer.

Mylene Farmer : Merci ! (sourire)

Mr X : Mylène, tes vidéo­clips sont comme des vrais films et tu agis comme une grande vedette, comme une Garbo ou Dietrich d’aujourd’hui, n’est­ce pas ?

MF : (elle écarquille les yeux en souriant) Que puis­je dire à ça ?! C’est un compliment, j’aime beaucoup Greta Garbo. Je ne sais pas que répondre ! (elle hausse les épaules, toujours en souriant)

Mr X : Mais Mylène, à propos de notre programme d’aujourd’hui, on ne pourrait pas dire que tu es très diplomatique. Tu aimes la provocation, n’est­ce pas ?

MF : Je crois que ça fait partie de la vie, tout simplement, de même que la violence des clips dont vous parliez. Ca fait partie de la vie, en tout cas de ma vie.

Mr X : Pourquoi la violence ?

MF : La violence, il faudrait la remettre aussi dans son contexte : là, ça se passe au XVIIIème siècle, c’est le libertinage, ce sont les duels, ce sont autant de choses qui sont violentes. C’est vrai que la neutralité, c’est quelque chose que je n’aime pas. J’aime bien les choses excessives.

Mr X : Mais Mylène, tu joues avec les frontières sexuelles. Dans tes chansons et tes clips, tu touches avec plaisir l’interdit. Pourquoi ?

MF : Parce que j’ai décidé probablement de ne pas avoir de tabous, que ce soit dans les textes des chansons ou dans la vie en général. Je crois qu’on peut tout aborder du moment qu’il n’y a pas de vulgarité.

Mr X : Les femmes, dans tes chansons, sont presque toujours très faibles, même maltraitées et torturées.  Quelle est la raison ?

MF : Je ne sais pas si ce sont les femmes…Si j’avais été un homme, j’aurais écrit les mêmes choses. Je ne suis pas sûre que le mot ‘faible’ soit tout à fait justifié dans ce contexte. Je crois que ce sont plus des âmes torturées, ça, oui. Mais faiblesse, non, parce qu’il y a toujours une notion de force, sinon je ne serais, ou la personne que je chante ne serait plus là !

Mr X : Mais dans tout ce que tu fais, il y a une certaine folie, n’est­ce pas ?

MF : Oui, j’aime bien cette notion de folie aussi. Je crois que c’est toujours pareil : pour avoir un sens à sa vie, et puis un sel de la vie, je crois qu’il faut un peu de folie.

Mr X : Ton image est couverte de la mystique (sic), je crois. Tu ne veux pas être trop connue de ton public ?

MF : Non. A ceci, je réponds souvent que je préfère voir la nature de mes sentiments dans mes chansons que dans des interviews. C’est vrai que j’ai du mal à aborder les interviews, j’aime pas beaucoup parler de moi…

Mr X : Tu détestes nos questions ?!

tv-02-cMF : Je crois que je déteste… (elle sourit, gênée) Mais bon, c’est parce que ça m’est difficile, tout simplement.

Mr X : Merci, Mylène. Et maintenant, retournons à ton monde de fées. Merci.

MF : Merci beaucoup ! (large sourire)

Après un nouvel extrait du clip « Pourvu qu’elles soient Douces », une séquence est diffusée où sur le plateau de l’émission, Mylène interprète « Ainsi Soit Je… » (dans sa version edit) dans la grande robe verte en velours qu’elle a porté pour plusieurs des prestations télévisées en France deux ans plus tôt, à la différence près que ses cheveux sont relevés en un chignon serré, alors qu’elle portait toujours les cheveux lâchés avec cette tenue.

 

Publié dans Mylène 1989 - 1990, Mylène en INTERVIEW | Pas de Commentaire »

COIFFURE BEAUTÉ INTERNATIONAL interroge Mylène

Posté par francesca7 le 21 mars 2015

 

French Singer Mylène FarmerCe métier est plein de facettes. Avez­vous une préférence : sortir un disque, être sur scène…?

­ J’ai besoin de tout. J’aime écrire les textes de mes chansons mais j’ai également besoin de retrouver l’émotion que l’on éprouve en étant sur scène. C’est pour moi un véritable combat. Je suis plutôt discrète, mais dans ces moments­là tout est décuplé : sentiments, impressions, capacités…On est à la fois conscient et complètement inconscient. Il est difficile d’exprimer ce que l’on vit, mais c’est une émotion énorme. J’aime aussi faire des clips. L’histoire vient d’abord du texte de la chanson, mais également du dialogue que j’ai avec les gens qui m’entourent. En fait, j’ai toujours besoin de plus et d’aller plus loin.

N’aimeriez­vous pas faire du cinéma ?

­ Le cinéma est effectivement un projet. J’ai eu quelques propositions depuis deux ans, mais je n’ai pas le temps d’y songer sérieusement. Mon film culte est « La fille de Ryan », j’ai adoré aussi « L’important c’est d’aimer ». Je trouve les films de Bergman, de Spielberg et les anciennes productions splendides, certainement parce que j’ai du mal à me projeter dans notre époque. J’aime l’ambiance de ces films et l’élégance des vêtements d’autrefois. Il me semble qu’il y avait une histoire dans chacun d’eux, alors que ceux que l’on fait actuellement n’ont pas d’âme.

Qui crée vos costumes de scène ?

­ Thierry Mugler a créé les costumes du spectacle du Palais des Sports en mai dernier et ceux de Bercy.

Nous lui présentons le projet de la scène, et lui propose ses idées. Il a une démesure étonnante et sait faire abstraction de la mode. Le spectacle de Bercy sera exactement le même que celui de ma tournée en province. Nous avons essayé de créer un personnage qui évolue dans le temps en jonglant avec les ambiances et les saisons. Il y a en tout sept changements de costume.

Et vos cheveux ?

­ Ma coiffure reste très simple, je n’aime pas être sophistiquée. Je n’aime même pas l’envisager, cela ne va pas du tout avec mon caractère. Je préfère le dépouillement. Vous voyez : pas de vernis, pas de boucles d’oreilles, sinon j’ai l’impression d’être travestie. Si je porte un bijou, il est toujours très sobre.

Vos créateurs préférés ?

­ J’apprécie beaucoup ce que fait Roméo Gilli, Thierry Mugler bien entendu, Azzedine Alaïa et Fayçal Amor.

Mais je vais voir peu de défilés car je n’aime pas l’effervescence et je n’aime pas être prise en photo. Donc plutôt que de me trouver dans une situation de conflit, j’évite de me rendre dans les lieux où je vais rencontrer journalistes et photographes. Je me promène de temps en temps dans le Marais et vers la place des Victoires, où il y a de très belles boutiques.

Il paraît que vous collectionnez les chaussures…

­ En effet, je voue une véritable passion aux chaussures ! Pour les bottines très fines et les chaussures plates. Je vais souvent chez Stéphane Kélian, Philippe Model et Charles Kamer. Je ne suis pas conservatrice, sauf pour les chaussures dont je n’arrive pas à me défaire et pour mes costumes de scène. Cela me plairait de constituer un petit musée à titre privé !

Comment vivez­-vous la mode au quotidien ?

­ La silhouette que je préfère est celle de Katherine Hepburn : chemise, gilet et pantalon. Une apparence masculine qui est en fait extrêmement féminine. J’ai complètement banni jupes et robes, je m’habille de façon décontractée. Cela ne veut pas dire blue­jean / baskets, disons plutôt faussement décontractée, car j’aime l’élégance. Je porte des vêtements aux formes et aux couleurs sobres. Je trouve le pourpre très beau mais je n’en porte pas souvent, simplement parce que l’on n’en trouve pas. J’adore le blanc cassé, le noir et les tons pastel. Je préfère les vêtements d’hiver à cause de l’atmosphère de cette saison. Un grand bonheur serait d’aller faire un jour un reportage sur la banquise !

Vous devez aimez les matières confortables…

­ Je suis fascinée par le cashmere, le velours de soie et par la soie d’une façon générale. En Inde, j’ai vu des tissus fabuleux…

Vous avez beaucoup voyagé ?

­ 1989-17-bNon, très peu. Avant, je n’en éprouvais pas l’envie. Maintenant si, mais je ne trouve pas le temps ! J’aimerais retourner en Inde pour y faire quelque chose d’utile. Je n’ai pas un tempérament à apprécier le farniente, je m’ennuie très vite en vacances. En plus de découvrir un pays, il me faut un but. La Russie m’attire, mais je ne veux pas m’y rendre en tant que touriste puisque l’on ne voit rien. Je veux être en contact avec les gens des campagnes et approcher des choses fondamentales.

Vous ne parlez pas du Canada…

­ Je n’ai pas envie de retourner au Canada, ce pays me semble trop calme. Par contre aller aux Etats­Unis, ça, oui ! Pour moi, c’est un pays de gagnants, un pays qui bouge. J’ai une vie très remplie, le mode de vie des américains me plairait certainement.

Les américains sont fervents de sport, vous pratiquez une activité sportive régulièrement ?

­Je fais du jogging dans la forêt du bois de Boulogne. Au départ, je courais pour avoir de l’endurance, pour être en forme sur scène, et puis j’ai continué. C’est un bienfait extraordinaire. Je suis très persévérante, un peu bornée, même ! Je vais au parc Monceau quand j’en ai l’occasion, mais pour m’y promener simplement.

Faites­vous attention à votre image ?

­ Je ne fais pas une fixation sur mon image, mais j’ai un minimum d’hygiène de vie, bien sûr. Par contre, je ne fais pas très attention à ce que je mange, c’est trop triste de se priver ! Pour les photos, c’est vrai que je suis vigilante. J’ai un droit de regard. Ce que je ne peux hélas contrôler, ce sont les tournages télé. Je trouve la lumière rarement belle, l’ambiance est peu propice à de belles images.

Vous avez une peau magnifique : un tel atout ça s’entretient par des soins en institut, des crèmes…

­ Je ne fréquente absolument pas les instituts ! Cela me dérange et je ne m’y sens vraiment pas à l’aise. J’utilise une crème pour mon visage, c’est tout. Je ne suis pas du style à essayer les dernières crèmes qui sortent sur le marché, ça ne m’intéresse pas.

Etes­vous également fidèle à un seul parfum ?

­ J’adore les parfums. Je porte Shalimar qui est pour moi l’évocation du passé, Heure bleue, Chloé et Femme de Rochas.

Je crois que c’est Alain Divert qui vous a transformée en rousse. L’idée vient de qui ?

­ Bertrand LePage m’a donné l’idée de changer de couleur. D’ailleurs, maman est rousse. Alain Divert m’a fait ma première coloration, un roux plus électrique que maintenant. Nous avions de très bonnes relations mais à présent, je vais dans un petit salon où l’ambiance est presque familiale. Je m’y sens mieux que chez un grand coiffeur. Je me rends une fois par mois chez Margaux. Elle me coiffe de façon très naturelle : catogan ou cheveux défaits, parfois relevés mais cela n’a rien d’habituel. Chez moi : shampooing Phytosolba et après-shampooing.

Ah, je vais peut­être couper mes cheveux ! La décision n’est pas facile à prendre mais j’aime beaucoup le style garçonne qu’avait Jane Birkin au temps de « Je t’aime moi non plus ». Vous me verrez avec des cheveux courts, mais pas avant un an. (Mylène se fera effectivement couper les cheveux très courts par Jean­Marc Maniatis en janvier 1991, nda)

C’est vous qui avez lancé la mode du catogan. Cet hiver, les deux points d’orgue de la coiffure sont les rousses et les coupes boule. Vous lisez les magazines de mode ?

­ Je lis n’importe comment, je ne suis pas attachée à un magazine. De temps en temps, il m’arrive d’avoir de véritables boulimies de magazines !

 

source : DÉCEMBRE 1989 – Un sourire au bord de la fêlure – Entretien avec Valérie le MOUËL

Publié dans Mylène 1989 - 1990, Mylène en CONFIDENCES | Pas de Commentaire »

SE FAIRE DU MAUVAIS SANG POUR MYLENE

Posté par francesca7 le 22 novembre 2014

 

TÉLÉ MOUSTIQUE (BELGIQUE) 12 OCTOBRE 1989

Journaliste : Rudy Leonet

 

Cet entretien paraît à l’occasion du passage en Belgique du Tour 89.

2909154313_1Pourquoi êtes-vous si avare d’interviews ? Pourquoi est-ce si difficile de vous rencontrer ?

-Je n’aime pas banaliser les interviews, ni répéter toujours les mêmes choses… Et puis encore et encore parler de moi, ça devient aliénant. Je n’ai pas envie non plus de prolonger les chansons, de m’expliquer, de me justifier…

Je pensais que ça vous était vraiment trop pénible de devoir aborder des sujets intimes face à face avec un étranger dans un système de questions / réponses contre nature…
-… (Son nez se pince et elle secoue la tête pour acquiescer, comme embarrassée d’être prise sur le fait)

Choisir le silence, c’est aussi parfois donner le champ libre aux rumeurs…
-J’y suis vraiment indifférente. Elles sont souvent basées sur du ressentiment et de la mauvaise foi.

Comme la rumeur du play-back pendant les concerts ?
-Bien sûr. Je n’ai jamais accepté de faire une seule émission de télévision en chantant en direct (contrairement à ce qu’elle dit, Mylène s’est pourtant prêtée à l’exercice à plusieurs reprises entre 1984 et 1987, nda). Sur un plateau de télé, je n’ai aucun contrôle sur le son. Je ne veux pas jouer à la roulette russe avec mes chansons, elles me sont trop importantes. Donc, on a immédiatement conclu que je ne savais pas chanter et que mes concerts seraient en play-back. Ca m’est égal. Je sais d’où vient la rumeur, je sais où je vais et ce qu’en pensent ceux qui viennent me voir. Tant pis pour les autres…

Si la critique ne vous touche pas, êtes-vous émue par les récompenses ? Je me souviens de cette soirée des Victoires de la Musique où vous avez reçu votre trophée en déclarant : ‘Je suis contente et triste’. Mais qu’est-ce qui vous a poussée à dire que vous étiez triste alors qu’on vous récompensait ?
-J’ai passé des heures en coulisses pour les répétitions de cette soirée télévisée. Tout le gratin du show-business était là et ces gens m’ont écœurée. Ils se détestent tous. J’étais triste d’avoir été récompensée et reconnue par ces gens-là. Ce sont les Victoire de l’hypocrisie ! J’ai failli m’enfuir, mais je suis restée pour faire plaisir aux gens qui regardaient l’émission. Ils n’auraient pas compris…

Vous n’avez pas d’amis dans ce métier ?
-J’aime bien Lio et Jean-Jacques Goldman. Mais je les connais assez peu…

C’est si important, pour vous, d’être rousse ?
-(silence) Cela a été important à une époque, mais maintenant, ça l’est moins puisque ça fait partie intégrante de moi. Je ne me défie plus en me regardant dans un miroir…

Votre date de naissance imaginaire (1985 dans sa biographie officielle) correspond très exactement au moment où vous avez choisi de vous teindre les cheveux… (double confusion de la part du journaliste, puisque dans la brochure promotionnelle qu’il évoque, 1985 est présenté comme une date de fin de cycle, et le passage au roux date quant à lui d’avril 1986, nda)
-C’est vrai… C’est quelque chose que je devais vomir. J’ai toujours eu ça en moi sans oser l’afficher, cette façon d’être différente…Et en l’incarnant physiquement, je ne pouvais plus reculer. J’ai détruit quelqu’un pour en devenir un autre. C’était difficile, comme un défi aux autres…

« Ainsi soit je, ainsi va ma vie, tant pis… » (sic) ?!
-Oui… (Elle sourit, regarde le sol)

3136911786_1_8_BrDJB4OtVous vous souvenez de votre première rencontre avec Laurent Boutonnat ?
-Non.

Vous semblez si catégorique sur l’absence de souvenirs…
-En fait, j’y repense très souvent et je n’arrive pas à me rappeler. Même pas son visage. Je me souviens que quelqu’un était là, mais rien de plus. Ca m’ennuie…

Jusqu’au deuxième single, « On est Tous des Imbéciles », Laurent écrivait les chansons avec Jérôme Dahan, qui a disparu ensuite…
-C’est lui qui est parti. Je pense qu’il s’est senti comme un intrus dans la relation exceptionnelle qui se dessinait entre Laurent et moi…

Relation exceptionnelle ?
-C’est mon jumeau, mon double, mon complément vital. Il comble mes vides… On ne peut pas être doué pour tout. Ensemble, nous complétons deux personnalités pour faire un tout.

« On est Tous des Imbéciles » est un disque hybride : il n’est repris sur aucun album, n’a pas eu droit a une vidéo. Il a été écarté comme une bavure…
-J’aime beaucoup cette chanson, mais elle marquait la fin d’une époque, la fin d’un cycle. Un peu comme aujourd’hui on est à la fin d’un cycle. Il va y avoir des choix à faire, je ne sais pas encore lesquels. Les choses s’imposeront d’elles-mêmes.

C’est la phrase de « À Quoi je Sers… » : ‘A présent, je peux me taire si tout devient dégoût’ ?
-Non, non. C’est un peu léger, comme le clip avec les fantômes qui m’emmènent. C’est une image un peu facile, même si elle contient une partie de vérité.

Et la pochette en noir et blanc comme un faire-part mortuaire, comme des adieux…
-Non, il y aura d’autres disques… Plus tard… Vous aimez cette photo ? C’est Marianne(Rosenstiehl, nda) qui l’a prise dans ma loge au Palais des Sports. Je l’adore.

Y a-t-il un but secret que vous vous êtes fixé depuis le premier jour ?
-Oui, j’ai un but à atteindre…

Très précis ?
-(catégorique) Oui, très précis…

Quand vous vous déshabillez dans un clip, c’est pour répondre à l’attente de qui ?
-Du scénariste, donc de Laurent. S’il pense que c’est utile pour son film, j’ai confiance en lui. Mais aujourd’hui, je sais que c’est fini et qu’on ne le refera plus.

Quand vous parlez de Laurent Boutonnat, vous citez la confiance, le respect, l’admiration. On n’est pas très loin d’un sentiment amoureux…
-(sourire) Je ne veux pas parler de ma vie privée. Je vous dirai seulement que je ne peux pas la dissocier de ma vie professionnelle.

Vous êtes possessive ? Vous accepteriez qu’il travaille avec quelqu’un d’autre ?
-Je sais qu’il ne le ferait pas. Pour l’instant, il ne pourrait pas trouver ailleurs ce que je peux lui apporter. L’inverse est vrai aussi…

Toutes vos idoles sont des personnages historiques : Louis II de Bavière, Edgar Allan Poe, Baudelaire… Rien ne vous rattache vraiment à vos contemporains ?
-Vous savez, je ne suis pas très cultivée. Il y a probablement beaucoup de gens que j’admirerais énormément si je les connaissais. J’ai mes références, celles que j’ai trouvées dans les livres. J’ai lu beaucoup quand j’étais petite. Aujourd’hui, je ne lis presque plus. Je le regrette.

Où en est le projet de long métrage pour le cinéma de Laurent Boutonnat ?
-Il va le faire. On a trouvé l’argent pour le monter. Il commence le tournage après la tournée.(le projet sera reporté jusqu’en 1993, après que le producteur initialement trouvé par Laurent Boutonnat n’ait rien fait pour monter le film, nda)

Il y a un rôle pour vous ?
-Je ne sais pas… Peut-être…

Vous avez envie de tourner dans ce film ?
-Oui…

Laurent vous l’a proposé ?
-(amusée) Oui…

Eh bien, alors ?!
-Bon ! Oui, je jouerai dans le film.

Ca parle de quoi ?
-Il est trop tôt. Je vous le dis, mais vous me promettez de ne pas l’écrire !

C’est juré. Alors ?
-…

Vous vous êtes bien amusée sur scène, pendant les concerts ? Je veux dire dans le sens purement enfantin du terme…
-Oui, il y a eu de ça. Mais pas que ça. C’est très stimulant. En deux heures, on passe par autant de sentiments différents qu’en dix ans de vie. Je n’étais pas sûre d’aimer ça avant de le faire, c’est pour ça que ce spectacle a été conçu comme le dernier. Je n’étais pas certaine de remonter sur scène après cette première expérience. Tout dépendra de la tournée : j’ai très peur de me retrouver sur les routes, dans une chambre différente tous les soirs. Je ne sais pas…

En décembre, vous clôturerez la tournée par deux dates exceptionnelles à Bercy. La grandeur de la salle vous fait peur ?
-Oh non ! Pas du tout. J’aurais tremblé à l’Olympia, mais pas à Bercy.

images (6)Un peu comme la peur du tête-à-tête en interview ?
-Oui, une peur de promiscuité et d’intimité.

Vous êtes heureuse de tout ce qui vous arrive ?
-(soupir) Mary Shelley a dit un jour : ‘Je ne veux pas être de celles que l’on aime, je veux être de celles dont on se souvient’

Mais pour en arriver là, elle a été obligée de créer un monstre! (référence au roman « Frankenstein », de Mary Shelley, nda)
-Oui…oui…!

 

Publié dans Mylène 1989 - 1990, Mylène TOUR 1989 | Pas de Commentaire »

CARAMBA – Mylène Présentée par Monsieur X

Posté par francesca7 le 9 octobre 2014

 

1990 – Télévision suédoise

tv-02-cAprès un court extrait du clip « Pourvu qu’elles soient Douces », on découvre Mylène Farmer assise face au présentateur de l’émission, vêtue d’un pull crème à col roulé recouvert d’une veste bordeaux.

Le présentateur s’adresse à elle dans un français très correct, et ses questions ainsi que les réponses de Mylène sont sous-titrées en suédois.

Monsieur X : Je suis très fier et enchanté, après ça, presque un peu terrifié de voir une des meilleures artistes françaises aujourd’hui chez nous. Bienvenue à Caramba, Mylène Farmer.

Mylene Farmer : Merci ! (sourire)

Mr X : Mylène, tes vidéo-clips sont comme des vrais films et tu agis comme une grande vedette, comme une Garbo ou Dietrich d’aujourd’hui, n’est-ce pas ?

MF : (elle écarquille les yeux en souriant) Que puis-je dire à ça ?! C’est un compliment, j’aime beaucoup Greta Garbo. Je ne sais pas que répondre ! (elle hausse les épaules, toujours en souriant)

Mr X : Mais Mylène, à propos de notre programme d’aujourd’hui, on ne pourrait pas dire que tu es très diplomatique. Tu aimes la provocation, n’est-ce pas ?

MF : Je crois que ça fait partie de la vie, tout simplement, de même que la violence des clips dont vous parliez. Ca fait partie de la vie, en tout cas de ma vie.

Mr X : Pourquoi la violence ?

MF : La violence, il faudrait la remettre aussi dans son contexte : là, ça se passe au XVIIIème siècle, c’est le libertinage, ce sont les duels, ce sont autant de choses qui sont violentes. C’est vrai que la neutralité, c’est quelque chose que je n’aime pas. J’aime bien les choses excessives.

Mr X : Mais Mylène, tu joues avec les frontières sexuelles. Dans tes chansons et tes clips, tu touches avec plaisir l’interdit. Pourquoi ?

MF : Parce que j’ai décidé probablement de ne pas avoir de tabous, que ce soit dans les textes des chansons ou dans la vie en général. Je crois qu’on peut tout aborder du moment qu’il n’y a pas de vulgarité.

Mr X : Les femmes, dans tes chansons, sont presque toujours très faibles, même maltraitées et torturées.

Quelle est la raison ?

MF : Je ne sais pas si ce sont les femmes…Si j’avais été un homme, j’aurais écrit les mêmes choses. Je ne suis pas sûre que le mot ‘faible’ soit tout à fait justifié dans ce contexte. Je crois que ce sont plus des âmes torturées, ça, oui. Mais faiblesse, non, parce qu’il y a toujours une notion de force, sinon je ne serais, ou la personne que je chante ne serait plus là !

Mr X : Mais dans tout ce que tu fais, il y a une certaine folie, n’est-ce pas ?

MF : Oui, j’aime bien cette notion de folie aussi. Je crois que c’est toujours pareil : pour avoir un sens à sa vie, et puis un sel de la vie, je crois qu’il faut un peu de folie.

Mr X : Ton image est couverte de la mystique (sic), je crois. Tu ne veux pas être trop connue de ton public ?

MF : Non. A ceci, je réponds souvent que je préfère voir la nature de mes sentiments dans mes chansons que dans des interviews. C’est vrai que j’ai du mal à aborder les interviews, j’aime pas beaucoup parler de moi…

tv-02-aMr X : Tu détestes nos questions ?!

MF : Je crois que je déteste… (elle sourit, gênée) Mais bon, c’est parce que ça m’est difficile, tout simplement.

Mr X : Merci, Mylène. Et maintenant, retournons à ton monde de fées. Merci.

MF : Merci beaucoup ! (large sourire)

Après un nouvel extrait du clip « Pourvu qu’elles soient Douces », une séquence est diffusée où sur le plateau de l’émission, Mylène interprète « Ainsi Soit Je… » (dans sa version edit) dans la grande robe verte en velours qu’elle a porté pour plusieurs des prestations télévisées en France deux ans plus tôt, à la différence près que ses cheveux sont relevés en un chignon serré, alors qu’elle portait toujours les cheveux lâchés avec cette tenue 

Publié dans Mylène 1989 - 1990, Mylène en INTERVIEW | Pas de Commentaire »

SUICIDE BOUTONNAT-MYLENE DANS A quoi je sers (1989)

Posté par francesca7 le 7 août 2014

 

C’est en septembre 1989, en plein milieu de la tournée que sort dans le commerce A quoi je sers. Dans ce contexte de sortie, ce n’est bien évidemment pas par hasard que le texte de la chanson parle ouvertement de suicide :

 

 « Poussière vivante je n’ai pas su me diriger. Chaque heure demande pour

qui, pour quoi se redresser. Je divague, j’ai peur du vide, je tourne des pages,

mais des pages vides. […] J’avoue ne plus savoir à quoi je sers, sans doute à

rien du tout, à présent je peux me taire si tout devient dégoût. Poussière

brûlante la fièvre a eu raison de moi, je ris sans rire, je vis, je fais n’importe

quoi. Et je divague, j’ai peur du vide, pourquoi ces larmes ? A quoi bon

vivre. »

 confidences_30_02

Sitôt intégrée au milieu exact du spectacle, A quoi je sers appuie le sens que Laurent Boutonnat veut donner avec obstination à son concert. Le clip quant à lui est réalisé au milieu du mois d’août143 dans les environs de Cherbourg. Ne promouvant aucun album en vente à cette période, les ventes de ce 45 Tours n’engageront pas de lourdes sommes d’argent, si ce n’est la publicité qu’il pourra éventuellement faire pour le spectacle. Tournée qui aura repris les routes de France lors de la sortie du disque. Débarrassé d’obligations esthétiques purement promotionnelles, Laurent Boutonnat se sent donc une liberté totale pour la mise en images du clip. Il fera le choix d’aller vers une sorte d’abstraction remplie de longueurs et de symboles. 

Evoquant sous un angle biblique et symbolique le suicide (artistique) de la chanteuse, le clip représente sa longue et calme traversée en pirogue d’un fleuve144 avec pour seul accessoire une valise dont le contenu restera inconnu. Le passeur aux yeux cernés conduit la chanteuse vers une terre où l’attendent la majeure partie des personnages de ces anciens clips : sont présents Rasoukine le révolutionnaire de Tristana, la rivale de Libertine, le capitaine de Pourvu qu’elles soient douces, le marionnettiste de Sans Contrefaçon et le toréador de Sans Logique. Après les avoir rejoint, la chanteuse entreprend avec eux une marche dans les eaux boueuses, les yeux rivés vers l’horizon en direction d’une rive lointaine que l’on distingue à peine. makdes16Laurent Boutonnat supprime tous ses personnages vus de dos en introduisant leur noyade par un long plan-séquence final. Il ne filme là rien d’autre que la fin d’une époque. Son public sait dorénavant que ni Libertine ni sa rivale ne renaîtront une nouvelle fois de leurs cendres, que la chanteuse Mylène Farmer pose le voile de l’oubli sur un style qui lui fut si personnel mais qui ne sera plus jamais le même, et que la tournée qui joue alors à guichets fermés dans toute la France signe l’arrêt de mort d’une saga : celle d’un réalisateur qui se faisait une haute idée du clip et de ce qu’il pouvait véhiculer.

Poussant l’idée un cran plus loin pour bien que son public la comprenne, la face B du 45 Tours est une chanson titrée La Veuve noire qui reprend la mélodie d’introduction de la Face A A quoi je sers. Cette chanson proche par sa mélodie du ton suicidaire d’A quoi je sers parle du statut de défunte que le personnage de la chanteuse endossa dès que la date du premier concert de la tournée fut passé : « Toi veuve noire tu périras ce soir de mai ».

 

EXTRAIT DU LIVRE DE Jodel Saint-Marc  « Le Clip en tant qu’œuvre Cinématographique / aux éditions Sorbonne Nouvelle en août 2003 

 

Publié dans Mylène 1989 - 1990, Mylène et Boutonnat | Pas de Commentaire »

MYLENE sur RADIO JAPONAISE

Posté par francesca7 le 29 juin 2014

 

1990

Dans le cadre de la promotion de l’album « Ainsi Soit Je… » exporté à l’international en cette année 1990, une station de radio japonaise s’intéresse à Mylène Farmer.

radio-02-aAprès une présentation rapide de la chanteuse, on entend donc celle-ci s’exprimer, en français évidemment.

Ses propos ne sont pas parasités par une traduction simultanée, au contraire : la traduction est faite par une voix féminine après chaque intervention. Celles-ci sont séparées par des extraits de l’album « En Concert », notamment « Maman a Tort » et « Mouvements de Lune ».

A propos de sa reprise sur scène de « Je voudrais tant que tu comprennes » :

- La première chanteuse qui l’a chantée (Marie Laforêt, nda) s’adressait sans doute à une autre personne. Moi, quand je l’ai choisie, c’était dans le but de m’adresser à un public qui était venu me voir, qui s’était déplacé donc c’est pour ça que les gens réagissaient, c’est vrai, à chaque mot, à chaque évocation et puis parce qu’il y avait, oui, on peut parler d’une émotion de la part du public et ma propre émotion. C’est évidemment ce que j’attendais du public aussi, mais il s’est passé ça parce que avant toutes ces chansons il s’était déjà passé autre chose et que c’est vrai que c’est la plus belle chose pour un artiste que d’avoir ce genre de réactions. On fait ce métier pour être aimé, aussi ! (rires)

A propos de son hygiène de vie : – Par rapport à la nourriture, donc, j’ai pas de régime spécial. J’en ai eu un pendant la préparation de la scène : pendant quelques temps, j’ai fait beaucoup de sport, déjà pour me préparer justement à une condition physique et fatalement on est obligé de faire attention aussi à ce qu’on mange, c’est-à-dire que j’ai essayé de ne pas boire trop de Coca Cola et de choses comme ça ! Mais aujourd’hui, je n’ai plus de régime du tout, non. C’est pas quelque chose qui me préoccupe beaucoup. Quant aux costumes, je vois pas l’allusion directe mais en tout cas, j’aime les habits, j’aime beaucoup les stylistes. Ca, oui, c’est quelque chose d’indispensable pour moi que de rechercher toujours des nouveaux costumes.

A propos des différents artistes qu’elle cite en référence :

- On peut aimer tous les genres, j’espère ! Spielberg n’est pas si loin, pas si éloigné non pas de l’univers de Poe et de Baudelaire mais c’est quelqu’un qui à chaque image suggère une émotion, et c’est un peu ce que je retrouve, moi, dans la lecture d’un Baudelaire ou d’un Edgar Poe. C’est vrai que les deux autres sont beaucoup plus tourmentés. Je crois qu’il (Spielberg, nda) a un regard d’enfant, et en fait c’est peut-être…Est-ce que c’est quelque chose de commun entre eux tous ? Peut-être. Et puis, tout est poétique : les trois, je crois, sont poétiques. De toute façon, tous évoquent le rêve ou le cauchemar. Voilà, ça c’est vraiment quelque chose qui est très présent chez les trois.

L’entretien se clôt par la diffusion de « Plus Grandir » (live) 

Publié dans Mylène 1989 - 1990, Mylène dans la PRESSE | Pas de Commentaire »

Mylène Farmer et COIFFURE BEAUTÉ INTERNATIONAL

Posté par francesca7 le 19 juin 2014

 

DÉCEMBRE 1989 : Un sourire au bord de la fêlure

Entretien avec Valérie le MOUËL

Ce métier est plein de facettes. Avez-vous une préférence : sortir un disque, être sur scène…?

- J’ai besoin de tout. J’aime écrire les textes de mes chansons mais j’ai également besoin de retrouver l’émotion que l’on éprouve en étant sur scène. C’est pour moi un véritable combat. Je suis plutôt discrète, mais dans ces moments-là tout est décuplé : sentiments, impressions, capacités…On est à la fois conscient et complètement inconscient. Il est difficile d’exprimer ce que l’on vit, mais c’est une émotion énorme. J’aime aussi faire des clips.

L’histoire vient d’abord du texte de la chanson, mais également du dialogue que j’ai avec les gens qui m’entourent. En fait, j’ai toujours besoin de plus et d’aller plus loin.

Mylène Farmer et COIFFURE BEAUTÉ INTERNATIONAL dans Mylène 1989 - 1990 2

N’aimeriez-vous pas faire du cinéma ?

- Le cinéma est effectivement un projet. J’ai eu quelques propositions depuis deux ans, mais je n’ai pas le temps d’y songer sérieusement. Mon film culte est « La fille de Ryan », j’ai adoré aussi « L’important c’est d’aimer ». Je trouve les films de Bergman, de Spielberg et les anciennes productions splendides, certainement parce que j’ai du mal à me projeter dans notre époque. J’aime l’ambiance de ces films et l’élégance des vêtements d’autrefois. Il me semble qu’il y avait une histoire dans chacun d’eux, alors que ceux que l’on fait actuellement n’ont pas d’âme.

Qui crée vos costumes de scène ?

- Thierry Mugler a créé les costumes du spectacle du Palais des Sports en mai dernier et ceux de Bercy. Nous lui présentons le projet de la scène, et lui propose ses idées. Il a une démesure étonnante et sait faire abstraction de la mode. Le spectacle de Bercy sera exactement le même que celui de ma tournée en province.

Nous avons essayé de créer un personnage qui évolue dans le temps en jonglant avec les ambiances et les saisons. Il y a en tout sept changements de costume.

Et vos cheveux ?

- Ma coiffure reste très simple, je n’aime pas être sophistiquée. Je n’aime même pas l’envisager, cela ne va pas du tout avec mon caractère. Je préfère le dépouillement. Vous voyez : pas de vernis, pas de boucles d’oreilles, sinon j’ai l’impression d’être travestie. Si je porte un bijou, il est toujours très sobre.

Vos créateurs préférés ?

- J’apprécie beaucoup ce que fait Roméo Gilli, Thierry Mugler bien entendu, Azzedine Alaïa et Fayçal Amor. Mais je vais voir peu de défilés car je n’aime pas l’effervescence et je n’aime pas être prise en photo. Donc plutôt que de me trouver dans une situation de conflit, j’évite de me rendre dans les lieux où je vais rencontrer journalistes et photographes. Je me promène de temps en temps dans le Marais et vers la place des Victoires, où il y a de très belles boutiques.

Il paraît que vous collectionnez les chaussures…

- En effet, je voue une véritable passion aux chaussures ! Pour les bottines très fines et les chaussures plates. Je vais souvent chez Stéphane Kélian, Philippe Model et Charles Kamer. Je ne suis pas  conservatrice, sauf pour les chaussures dont je n’arrive pas à me défaire et pour mes costumes de scène. Cela me plairait de constituer un petit musée à titre privé !

Comment vivez-vous la mode au quotidien ?

- La silhouette que je préfère est celle de Katherine Hepburn : chemise, gilet et pantalon. Une apparence masculine qui est en fait extrêmement féminine. J’ai complètement banni jupes et robes, je m’habille de façon décontractée. Cela ne veut pas dire blue-jean / baskets, disons plutôt faussement décontractée, car j’aime l’élégance. Je porte des vêtements aux formes et aux couleurs sobres. Je trouve le pourpre très beau mais je n’en porte pas souvent, simplement parce que l’on n’en trouve pas. J’adore le blanc cassé, le noir et les tons pastel. Je préfère les vêtements d’hiver à cause de l’atmosphère de cette saison. Un grand bonheur serait d’aller faire un jour un reportage sur la banquise !

Vous devez aimez les matières confortables…

- Je suis fascinée par le cashmere, le velours de soie et par la soie d’une façon générale. En Inde, j’ai vu des tissus fabuleux…

Vous avez beaucoup voyagé ?

- Non, très peu. Avant, je n’en éprouvais pas l’envie. Maintenant si, mais je ne trouve pas le temps ! J’aimerais retourner en Inde pour y faire quelque chose d’utile. Je n’ai pas un tempérament à apprécier le farniente, je m’ennuie très vite en vacances. En plus de découvrir un pays, il me faut un but. La Russie m’attire, mais je ne veux pas m’y rendre en tant que touriste puisque l’on ne voit rien. Je veux être en contact avec les gens des campagnes et approcher des choses fondamentales.

Vous ne parlez pas du Canada…

- Je n’ai pas envie de retourner au Canada, ce pays me semble trop calme. Par contre aller aux Etats-Unis, ça, oui ! Pour moi, c’est un pays de gagnants, un pays qui bouge. J’ai une vie très remplie, le mode de vie des américains me plairait certainement.

1-300x252 dans Mylène en INTERVIEWLes américains sont fervents de sport, vous pratiquez une activité sportive régulièrement ?

-Je fais du jogging dans la forêt du bois de Boulogne. Au départ, je courais pour avoir de l’endurance, pour être en forme sur scène, et puis j’ai continué. C’est un bienfait extraordinaire. Je suis très persévérante, un peu bornée, même ! Je vais au parc Monceau quand j’en ai l’occasion, mais pour m’y promener simplement.

Faites-vous attention à votre image ?

- Je ne fais pas une fixation sur mon image, mais j’ai un minimum d’hygiène de vie, bien sûr. Par contre, je ne fais pas très attention à ce que je mange, c’est trop triste de se priver ! Pour les photos, c’est vrai que je suis vigilante. J’ai un droit de regard. Ce que je ne peux hélas contrôler, ce sont les tournages télé. Je trouve la lumière rarement belle, l’ambiance est peu propice à de belles images.

Vous avez une peau magnifique : un tel atout ça s’entretient par des soins en institut, des crèmes…

- Je ne fréquente absolument pas les instituts ! Cela me dérange et je ne m’y sens vraiment pas à l’aise. J’utilise une crème pour mon visage, c’est tout. Je ne suis pas du style à essayer les dernières crèmes qui sortent sur le marché, ça ne m’intéresse pas.

Etes-vous également fidèle à un seul parfum ?

- J’adore les parfums. Je porte Shalimar qui est pour moi l’évocation du passé, Heure bleue, Chloé et Femme de Rochas.

Je crois que c’est Alain Divert qui vous a transformée en rousse. L’idée vient de qui ?

- Bertrand LePage m’a donné l’idée de changer de couleur. D’ailleurs, maman est rousse. Alain Divert m’a fait ma première coloration, un roux plus électrique que maintenant. Nous avions de très bonnes relations mais à présent, je vais dans un petit salon où l’ambiance est presque familiale. Je m’y sens mieux que chez un grand coiffeur. Je me rends une fois par mois chez Margaux. Elle me coiffe de façon très naturelle : catogan ou  cheveux défaits, parfois relevés mais cela n’a rien d’habituel. Chez moi : shampooing Phytosolba et après shampooing. Ah, je vais peut-être couper mes cheveux ! La décision n’est pas facile à prendre mais j’aime beaucoup le style garçonne qu’avait Jane Birkin au temps de « Je t’aime moi non plus ». Vous me verrez avec des cheveux courts, mais pas avant un an. (Mylène se fera effectivement couper les cheveux très courts par Jean-Marc Maniatis en janvier 1991, nda)

C’est vous qui avez lancé la mode du catogan. Cet hiver, les deux points d’orgue de la coiffure sont les rousses et les coupes boule. Vous lisez les magazines de mode ?

- Je lis n’importe comment, je ne suis pas attachée à un magazine. De temps en temps, il m’arrive d’avoir de  véritables boulimies de magazines !

Publié dans Mylène 1989 - 1990, Mylène en INTERVIEW | Pas de Commentaire »

Nouveau paradoxe Mylène

Posté par francesca7 le 19 août 2011

 

Nouveau paradoxe Mylène dans Mylène 1989 - 1990 sans_logique01C’est à la mi-février 1989 que sort Sans logique, quatrième extrait de Ainsi soit je. Pour ce nouveau titre, Mylène s’attaque au thème de la schizophrénie, avec un vocabulaire oscillant sans cesse entre l’angélisme et le démoniaque. Aux yeux du grand public, la chanteuse était déjà morbide et instable. Avec Sans logique, elle ajoute le satanisme dans sa petite collection de bizarreries !

 

 

Pour ce titre, Sans logique, aucune explication de texte n’est réellement utile. C’est juste l’histoire de Mylène, cette vierge sage qui semble avoir la faculté de se glisser dans un univers de folie fait d’excès, tout en appréciant le calme et ses dîners en famille, près de Versailles avec sa sœur aînée Brigitte et de sa mère.

 

 

Mylène est comme ça : tantôt tirée vers des aspirations banales, tantôt soulevée par ce  besoin d’être sur le devant de la scène, prête à travailler d’arrache-pied pour devenir une icône.

 

Après le gigantesque clip de Pourvu qu’elles soient douces, Laurent Boutonnat aurait pu se permettre une pause cinématographique afin de se consacrer entièrement à la préparation de la première tournée de Mylène, et pourtant il n’en est rien. Il décide de tourner une vidéo dont le coût est une nouvelle fois impressionnant, environ 200 000 € ! Par manque d’espace, ce clip ne peut être tourné dans les studios de Sets de Stains où Plus grandi et Ainsi soit je avaient été réalisés. Le réalisateur en loue de plus grands à Arpajon dans le sud de Paris.

 

C’est d’ailleurs dans ces mêmes studios que Mylène enregistrera le clip de Que mon cœur lâche en novembre 1992 sous la direction de Luc Besson.

Publié dans Mylène 1989 - 1990 | Pas de Commentaire »

Tournage du clip Sans logique

Posté par francesca7 le 19 août 2011

 

Tournage du clip Sans logique dans Mylène 1989 - 1990 533143597_smallPour cette nouvelle vidéo de Sans logique, dont le scénario est écrit en collaboration avec Gilles Laurent, Boutonnat sait exactement ce qu’il veut : deux tonnes de terre qu’il fait teinter, il commande également une très grande toile peinte qui représente un ciel nuageux et gris surplombant des collines désertes.

 

Avec le vent et la lumière sombre, le résultat est parfait. Il a réussi à recréer fidèlement l’ambiance d’une peinture de Goya, et notamment Aquelarre peinte entre 1797 et 1798. Le clip peut débuter.

 

Sur un sol jonché d’animaux rampants, symboles de l’enfer, une petite fille joue avec un Christ miniature qu’elle trouve dans la boue. Des femmes voilées au visage cruel entrent dans cette arène désertique pour s’asseoir sur un banc, prêtes à assister à un spectacle bien particulier. Mylène, vêtue d’une robe noire, les cheveux détachés, se tient debout en compagnie de son amant latin, le beau Lila Dahli aux traits taillés au couteau. Des hommes malveillants viennent ensuite vers la jeune femme pour lui lier les mains et la coiffer de deux lames d’acier qui la transforment en minotaure. Dans un regard interrogateur adressé à son amant, elle tente de comprendre l’injustice dont elle est l’objet mais ne reçoit aucune réponse.

 

 

C’est alors qu’une feria baroque débute. Son amant se transforme en torero et Mylène devient le taureau à dominer, la bête à soumettre, l’animal à abattre. Et comme dit le dicton « jeux de mains, jeux de vilains »  ce qui avait tout l’air d’être un jeu cruel et puéril vire au drame. Satanique, Mylène se transforme en une meurtrière qui pourfend de ses cornes, le ventre de son amant sous le regard avide d’un public demandeur de sensations toujours plus fortes.

Publié dans Mylène 1989 - 1990 | Pas de Commentaire »

Nothomb et Mylène

Posté par francesca7 le 19 août 2011

Nothomb et Mylène dans Mylène 1989 - 1990 2120245759_1L’écrivain Amélie Nothomb confie : « Pour avoir côtoyé Mylène, je pense qu’elle cultive l’inaccessibilité qui la caractérise. Mais je crois aussi qu’une part lui échappe. J’ai pu m’apercevoir que, lorsqu’elle est cordiale, et elle peut assurément l’être, on sent quand même, quelque part, une muraille de glace. Il semblerait qu’elle n’y puisse rien. Attention, loin de moi l’idée de présenter Mylène Farmer comme une victime. Mais cette muraille de glace, sans doute, la rend prisonnière de quelque chose. »

En 2001, elle confie quant à sa discrétion médiatique : «  Je n’ai pas fait ce métier pour être connue mais pour être reconnue. »

Amélie Nothomb, née le 13 août 1967 à Kōbe au Japon, est un écrivain belge de langue française. Elle vit entre Paris et la Belgique.

En 2004, elle en était à son 53e manuscrit. Elle dit écrire près de quatre romans par an pour n’en publier qu’un seul : « J’écris 3,7 romans par an, c’est un rythme, je l’ai constaté après coup. Cela dit, n’allez surtout pas imaginer que tous ces romans sont bons. Il y a une énorme proportion de romans ratés dont il est hors de question que je les publie », « L’immense majorité [de ces manuscrits] restera dans des caisses et n’en sortira pas. Je veillerai à me protéger suffisamment pour cela ». Se disant également « enceinte de ses romans », Amélie Nothomb dit écrire depuis l’âge de dix-sept ans.

Entre 2000 et 2002, elle écrit sept textes pour la chanteuse française RoBERT. Elle romance la vie de la chanteuse dans Robert des noms propres, paru en 2002.

Dans son roman écrit en 2009, Le Voyage d’Hiver, Amélie Nothomb renoue avec ses thèmes favoris : l’autodérision (concernant la condition d’écrivain), le suicide amoureux, l’incohérence de l’existence si on ne s’attache à regarder qu’un seul fait de la vie (ici : l’amour).

 

Publié dans Mylène 1989 - 1990 | Pas de Commentaire »

Anecdote de Sans Logique

Posté par francesca7 le 19 août 2011

VIDEO CLIP  :  Image de prévisualisation YouTube 

Une vidéo des plus macabre qui reprend le thème « je t’aime, je te tue » pour le plus grand plaisir des fans de Mylène qui voient dans ce film un nombre infini de symboles à commenter !

L’écrivain belge, Amélie Nothomb, qui deviendra pour un temps proche de Mylène, évoquera à sa manière ce clip étrange dans l’un des passages de son romain Attenta, sorti en 1997.

Pour l’anecdote, la phrase qui passe en boucle dans les premiers accords de Sans logique n’était pas prévue dans la composition du titre. Après une journée de travail au Studio Mega, Laurent Boutonnat avait voulu écouter le résultat de sa composition. Seulement, il avait oublié de formater la disquette pour l’enregistrement.

Aussi, à la lecture, l’ordinateur lui répond : « This is a blank formated diskette » (ceci est une disquette vierge formatée). Aussitôt, le compositeur est séduit par cette phrase et c’est tout naturellement qu’il l’insère dans la chanson !

Sans logique reste certainement l’un des titres de Mylène associant avec autant de brio la mort, le lugubre, le tragique avec une musique de discothèque.

D’ailleurs, comme pour ses précédents singles, un Illogical club remix sort au même moment, histoire que tous les clubbers puissent à leur tour se sentir aussi angéliques que sataniques…

Vidéo chanson :Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Mylène 1989 - 1990 | Pas de Commentaire »

La face B de Sans logique

Posté par francesca7 le 19 août 2011

 

Le single Sans Logique est accompagné d’une face B que Mylène a écrite en pensant à ce père parti trop vite et dont La face B de Sans logique dans Mylène 1989 - 1990 vinylel’agonie fut longue et douloureuse. Dernier sourire est assurément le titre le plus poignant et le plus culte de ma chanteuse, comme une sorte de poème cruel sur la fin de la vie et sur l’injustice de la mort qui souffle trop vite nos bougies. Sur le visuel de la pochette de Sans logique, la chanteuse verse une larme de sang.

 

Pour défendre Sans logique, Mylène fait moins de plateaux de télévision que d’habitude et c’est seule, le plus souvent déguisée en Pierrot, qu’elle interprète sa chanson. La chorégraphie, qu’elle a répétée devant sa glace, est simple. Le regard est triste et dérangeant. Sur ce rythme de pop, la chanteuse semble se transformer en une gracile créature, à deux doigts de jouer sa vie d’ici quelques mois dans l’arène de la scène, cette fois-ci !

 

En attendant, si Sans logique ne se vend qu’à 250 000 exemplaires, il est néanmoins l’un des dis titres qui rapporte le plus de droits d’auteur à la Sacem pour l’année 1989 !

Publié dans Mylène 1989 - 1990 | Pas de Commentaire »

Dernier Sourire

Posté par francesca7 le 19 août 2011

  

Si les œuvres de Mylène sont publiques, on a le droit de réfléchir dessus. De plus, il ne faut pas oublier qu’elle n’a rien d’une déesse, et que « Dernier sourire » n’est pas une œuvre sacrée mais une chanson d’une profonde humanité. A respecter donc, mais pas à idolâtrer. 


dans Dernier Sourire,
Mylène semble se rapprocher des canons de la chanson française, avec un accompagnement classique, une mélodie simple et sans refrain et des paroles plus sobres et moins mystérieuses. Rapprochement à relativiser, puisqu’elle s’y révèle, au niveau du style et de l’ambiance, au mieux de sa forme, avec au programme expression de l’inéluctable et description en temps réel de l’agonie d’un être aimé. 


Dernier Sourire dans Mylène 1989 - 1990 215472246_smallEn fait, cette chanson est une véritable scène d’opéra, à la manière des solos des grands maîtres des temps passés, comme Verdi ou Schumann. Comment ne pas imaginer en entendant ces mots une scène tragique, avec le lit où un corps repose, pas encore mort mais s’éloignant de la vie,
Mylène le serrant dans ses bras, désirant autant le retenir que de l’accompagner dans ses derniers instants… ? 


Avec les premiers mots de la chanson (« sentir ton corps »), on a l’impression de se retrouver devant une chanson d’amour…et on a raison ! Même si la suite devient beaucoup moins romantique (« tout ton être qui se tord ») le thème de la chanson est bien la description de la mort d’un proche, le point de vue choisi est celui de
Mylène, qui voit l’être aimé lui échapper et tente de lui manifester son affection une dernière fois. D’où le titre « Dernier sourire« , d’ailleurs… 


Il y a une progression dans la chanson, un grand mouvement menant non à la mort, mais à la mémoire (« ton souvenir ne cessera jamais »), amplifié par l’absence
de refrain. D’abord, la mort (« ton heure ») « point au cœur », elle s’approche, comme une ombre menaçante. Etrange figure de style, la chambre « qui bannit le mot tendre » devient le réceptacle d’un cœur, focalisant sur celui-ci toute la dureté d’un scène.
La mort accomplit un pas
de plus, lorsque la « foi se dérobe, à chaque fois que tu sembles comprendre ». Mylène sent que l’espoir d’une guérison miracle vacille et disparaît, soufflé par la fatalité qui se fait plus pressante à mesure que la malade prend conscience qu’elle vit ses derniers instants. 


« Parle-moi encore ». C’est tout le problème du comportement qu’on doit adapter face à la mort en direct d’un proche. Que peut-on dire de juste, d’intéressant et de sensé dans ce genre
de situation ? Il suffit d’être vrai, peut-être…Mylène, femme sensible et grande amie de la malade, compatit forcément à ses affres, donc elle souffre presque autant qu’elle : « Je peux t’accompagner ». Mais aussi, elle se révolte, avec les plus beaux vers de la chanson : « Qui te condamne ? Au nom de qui ? Mais qui s’acharne A souffler tes bougies ? » Non seulement la mort est impersonnelle (pourquoi, dans aucune civilisation, nul n’a jamais donné de nom à la mort ?), mais elle est aussi absurde : puisqu’elle prend indifféremment le vieux et l’enfant, l’innocent et le coupable.
La mort est infligée sans tribunal. 

C’est parce qu’un drame est parfois ressenti avec encore plus de force lorsqu’il arrive à sa meilleur amie qu’à soi-même que « Dernier sourire » a eu un aussi fort impact sur le public, subjugué lors du Mylénium Tour. L’avantage de cette chanson par rapport à « Ainsi soit Je« , c’est qu’elle remplace la lamentation par la compassion.

Et ce qui sépare ces deux choses, ce n’est pas un océan de larmes, mais l’authenticité.

 

 

Publié dans Mylène 1989 - 1990 | Pas de Commentaire »

Publicité de mauvais goût pour Mylène

Posté par francesca7 le 19 août 2011

 

Févier 1989. Alors que Mylène répète intensivement cette première tournée, elle devient l’objet d’une récupération politique

 

Publicité de mauvais goût pour Mylène dans Mylène 1989 - 1990 2951467522huEn effet, Le Rassemblement pour une France libre, le parti ouvrier européen, avec à sa tête Jacques Cheminade, utilise pour sa campagne publicitaire une photographie extraite du clip Sans logique, entièrement sortie du contexte, avec une carte à jouer satanique qui est largement diffusée sur tous les murs de Paris, affublée du texte : « Ils promeuvent la laideur et la drogue. »

 

Trouvant le rapprochement injurieux entre la drogue et sa personne, Mylène n’hésite pas un instant et saisit le tribunal de grande instance de Paris en référé. Le jugement est rendu à la mi-juin de cette même année et donne raison à Mylène, injustement agressée. Car si la chanteuse peut employer dans ses chansons des expressions qui pourraient faire allusion à la prise de stupéfiants, comme : souffrez qu’une autre en moi se glisse, elle refuse les amalgames.

 

Toujours très intéressé par la vie de Mylène, Libération dans on numéro du 17 juin 1989 fait paraître l’affiche en question en rendant compte du jugement du tribunal : « Mylène Farmer gagne au tribunal. Elle n’a pas apprécié. Il faut dire que le Rassemblement pour une France libre n’avait pas fait dans le slogan en dentelles !… Preuve que même quand on est une rousse libertine, on n’aime pas voir sa gueule utilisée à son corps défendant« .

 

 

Mylene-Farmer-236-x-80_8146_1 dans Mylène 1989 - 1990Heureusement, la vie reprend son cours et Mylène a d’autres choses en tête que la défense contre ce genre d’attaques mal placées. Sa future grande scène parisienne l’attend et c’est pour ce combat qu’elle souhaite canaliser toute son énergie, en faisant une légère parenthèse pour organiser son déménagement.

Publié dans Mylène 1989 - 1990 | Pas de Commentaire »

La star Mylène, grandit

Posté par francesca7 le 19 août 2011

 

 

La star Mylène, grandit dans Mylène 1989 - 1990 2203012433_small_1En effet, son statut de star grandissant de jour en jour, Mylène se voit contrainte de fuir son appartement des Halles où trop de gens viennent sonner à sa porte. Quant à la torture de devoir traverser la place Beaubourg, elle n’en parle même pas ! Aussi, décide-t-elle de s’exiler au 5, rue de Monceau, dans le VIIIè arrondissement, à deux pas de l’un des jardins les plus magiques de Paris, le parc Monceau. Son nouvel appartement est décoré de grandes tentures rouges, de moulures, d’une immense cheminée, et d’un beau mobilier des années 1930. Le quartier est plus calme et plus proche de sa personnalité.

 

  

 

Toutefois, les plus malins récupère très vite sa nouvelle adresse, et le banc situé devant la grande porte marron de l’entrée principale se transforme très vite en autel à la gloire de Mylène et sa concierge, pourtant guère commode, devient la nouvelle meilleure amis de tous ces jeunes fans !

Publié dans Mylène 1989 - 1990 | Pas de Commentaire »

Grand rendez-vous pour Mylène

Posté par francesca7 le 19 août 2011

 

 

Grand rendez-vous pour Mylène dans Mylène 1989 - 1990 tournage-de-regrets-avec-jean-louis-murat-au-centre-titre-sorti-en-1991Tous les jours, un professeur vient m’entraîner avant la scène explique Mylène. Cela demande des sacrifices et une rigueur alimentaire. Finies les folies Coca Cola ! Je prends aussi des cours de chant pour donner de l’assurance à ma voix. Je ne m’étais jamais rendue compte à quel point la respiration était importante !

 

Pour que tout soit parfait, la star s’investit à corps perdu dans cette nouvelle aventure. Elle a d’ailleurs demandé à son amie Sophie Tellier de l’épauler pour assurer les premières auditions des danseurs. La jeune femme est alors fière d’endosser la casquette de directeur de casting. Mylène assure ensuite la deuxième partie de l’audition, puis les deux femmes se concertent pour savoir lequel des postulants pourra participer à ce premier concert qui doit à tout prix rester dans les anales. Mylène le souhaite comme tel car c’est la première fois qu’elle va à la rencontre de son public, la première fois qu’elle va se dévoiler sans le moindre artifice.

 

Publié dans Mylène 1989 - 1990 | Pas de Commentaire »

Casting pour Mylène

Posté par francesca7 le 19 août 2011

 

Christophe Danchaud, qui fut recalé pour la chorégraphie de Sans contrefaçon, a eu raison de croire à son rêve de travailler un jour avec la chanteuse car il est enfin engagé ! Le voilà donc qui intègre la troupe de danseurs, rejoint par Pascal, Georges Casting pour Mylène dans Mylène 1989 - 1990 2388793525_small_1et Bruno Batlo, un écrivain aussi talentueux que gay qui a justement sortie en 2006, son troisième roman Backstage chez Cylibris, mettant en scène un troublant personnage de chanteuse du nom de Daisy et qui ressemble étrangement à Mylène.

 

Ce casting est éprouvant pour tous : près de 400 postulants se pressent pour participer à l’aventure, mais seulement quatre garçons et trois filles seront finalement retenus. Lors de la deuxième sélection, Mylène aborde un domaine totalement inconnu pour elle : celui de choisir parmi une centaine de danseurs ceux qui l’entoureront durant ces longs mois de tournée à venir. Si, au départ, elle reste en retrait, elle prend progressivement de l’assurance et se montre passionnée par cette nouvelle mission, se découvrant même des velléités de chorégraphe !

 

Mylène est une grande travailleuse qui en veut, mais elle est une danseuse parfois encore assez maladroite. Aussi, les chorégraphies de ce concert sont créées en fonction des gestes qu’elle réussit à faire. Le visuel prend ainsi le dessus sur la technique elle-même. Cette manière de danser, propre à Mylène, contribue également à son succès. Dans toutes les discothèques de France, chacun peut reprendre les chorégraphies sur la piste de dans sans pour autant être un danseur professionnel.

 

Mylène fera son premier Palais des Sports du 18 au 25 mai 1989, une tournée étant prévue dès le 19 septembre 1989, avec Grenoble comme point de départ et Bercy les 7 et 8 décembre 1989 comme point final. L’affiche des concerts est des plus frappantes : la chanteuse y apparaît ouvrant les grilles de ce qui semble être un cimetière ! Tout un programme !

 

Mylène le sait : comme ce concert doit être extraordinaire, c’est-à-dire hors de l’ordinaire, il est indispensable que l’affiche le soit aussi, comme une invitation à pénétrer dans l’univers sombre et gothique de la chanteuse.

 

C’est Heathcliff, du nom du héros du roman Les Hauts de Hurlevent, la nouvelle société de production de Laurent Boutonnat créée début 1989, qui co-produit le spectacle, appuyée par Thierry Suc qui fait ainsi son entrée dans l’univers de Mylène

Publié dans Mylène 1989 - 1990 | Pas de Commentaire »

Nouvelle force dans la vie de Mylène

Posté par francesca7 le 19 août 2011

  

  

Nouvelle force dans la vie de Mylène dans Mylène 1989 - 1990 479487-thierry-suc-au-micro-de-marc-olivier-637x0-1Thierry Suc a le même âge que Mylène et Laurent Boutonnat.

 

C’est déjà un homme d’affaires très performant, propriétaire de plusieurs sociétés dans l’immobilier et dans le spectacle. Il a justement débuté sa carrière dans la production du concert en prenant en charge les premières tournées de Jean-Jacques Goldman et de Jean-Luc Lahaye. Toutefois, il n’est pas le seul à contribuer financièrement aux concerts de Mylène car des sociétés comme Toutankhammon, Polygram et Tuxedo Tour se greffent sur l’aventure.

 

Le rodage du concert doit se faire à Saint-Etienne, juste avant les dates de la grande salle du Palais des Sports. Comme il fallait s’en douter, tous les admirateurs de la jeune star cherchent à savoir par tous les moyens de quoi sera fait le spectacle, mais la chanteuse se garde bien de dévoiler quoi que ce soit à la presse, suivant ainsi à la lettre les conseils de Bertrand Le Page qui, par ailleurs, ne voit pas d’un très bon œil l’arrivée de Thierry Suc dans la vie de sa protégée. Il est vrai que tout un univers sépare les deux hommes. Le premier est un dandy qui aime le strass et le show-biz, le second est un homme d’affaires qui a les pieds sur terre.

 

Publié dans Mylène 1989 - 1990 | Pas de Commentaire »

12
 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...