POUR LE PLAISIR : la voix de Mylène F.

Posté par francesca7 le 20 mars 2014

 

FR3 ALSACEDU 20 AVRIL 1986 – Présenté par Christian DANIEL

1986-02-aMylène chante « Maman a Tort » puis rejoint Christian Daniel et s’installe sur un tabouret.

Mylène Farmer : Merci beaucoup !

Christian Daniel : Mylène, « Maman a Tort ». Mylène, j’ai relevé quelques-unes des paroles dans vos chansons et j’ai le sentiment un petit peu, votre sourire a l’air de me démentir, que vous aimez chanter un petit peu la mélancolie et la tristesse. Je me trompe ?

MF : C’est vrai, je dois être une personnalité un peu mélancolique. Il y a quelqu’un de très célèbre qui disait que la vie pourrit l’esprit et que la mort pourrit le corps. Je sais que c’est très philosophique et très macabre, mais parfois il y a des moments qui sont prodigieux dans la vie aussi.

CD : Est-ce que vous êtes comme ça dans la vie ?

Mylène hausse les épaules d’un air amusé.

CD : Mylène, je relève : « La vie est triste/Aimer c’est pleurer/J’aime ce qu’on m’interdit/Les plaisirs impolis »…

MF : C’est vrai, je pense qu’il y a des moments qui sont terriblement cruels dans la vie et également des moments qui sont prodigieux. Je dois être certainement quelqu’un de mélancolique, mais je  pense pas que ça soit incompatible avec ce métier et avec la joie de vivre.

CD : Est-ce que vous n’essayez pas également un petit peu dans vos chansons de provoquer, d’être un petit peu provocante ?

MF : Si, ça depuis le début ! « Maman a Tort », après y avait « On est Tous des Imbéciles », maintenant « Libertine », c’est vrai que j’ai le goût de la provocation mais c’est un peu le but de…comment dire ?…de vouloir défaire les choses, un peu, provoquer, oui…

CD : L’album, avec en titre le nouvel album (single, ndlr) « Libertine ». Alors, vous dites carrément « Je suis une libertine, je suis une catin » : ça, c’est de la provocation, ça !

MF : Oui, à cela je vous réponds que nous sommes tous la prostituée de quelque chose ou de quelqu’un, certainement oui !

1986-02-cCD : Ecoutez, on va écouter « Libertine ». Auparavant, je vous prends par la main pour votre amener sur notre étoile. Mylène Farmer : « Je suis libertine » (sic !)

Il joint le geste à la parole, et Mylène chante sa chanson en effectuant la chorégraphie.

Elle revient à la fin de l’émission pour le générique de fin, au milieu des autres invités et porte un grand bouquet de fleurs dans les bras.

 

 

Publié dans Mylène 1985 - 1986, Mylène en INTERVIEW | Pas de Commentaire »

Mylène  » E.T. mon ami » dans TÉLÉ 7 JOURS

Posté par francesca7 le 18 mars 2014

 

15 NOVEMBRE 1986 – Entretien avec Cécile TESSEYRE

A propos de son petit singe, E.T. :

- E.T. est entré dans ma vie, il y a un an et demi. Il prend peu de place et m’attend sagement quand je ne suis pas là, mais je précise que je ne suis pas amoureuse de lui. C’est bon pour le cinéma ! D’ailleurs, j’adore tous les animaux, même si j’ai une préférence pour les singes.

1986-30A propos des zoos qu’elle aime visiter :

- Celui que je préfère est celui du Jardin des Plantes. On y fait des découvertes à chaque fois. Hélas, j’y ai déjà entraîné tellement de monde que plus personne ne veut m’y accompagner.

A propos de son ami Gaétan, éleveur d’animaux sauvages (nb : Mylène le mettra plusieurs fois à l’honneur au début de sa carrière)

- Gaétan et sa femme Christine sont des gens formidables. Ils ont élevés leur fils de trois ans Uryen au milieu de cette faune et il n’en a pas du tout peur.

A propos de sa passion des animaux :

- Comme beaucoup d’enfants, j’ai voulu devenir vétérinaire. Honnêtement, si la chanson devait s’arrêter, j’aimerais assez me lancer dans un métier où l’on s’occupe d’animaux. Je suis arrivée en France à l’âge de 8ans et j’ai longtemps monté à cheval et, quand j’avais 16-17 ans, je suis partie en stage près de Saumur, la ville du Cadre Noir, pour passer l’examen qui aurait fait de moi une institutrice. J’avais même obtenu une dérogation de la fédération en raison de mon âge mais, finalement, je ne suis pas allée au bout. Peut-être un jour…

A propos du 45-trs sur lequel elle travaille (nb : et qui s’avéra être « Tristana »)

- La mélodie est extrêmement mélancolique. C’est un sentiment que j’affectionne particulièrement. Nous n’avons pas encore les paroles, mais Laurent mûrit déjà des idées pour le clip : des scènes grandioses tournées dans les pleines enneigées de Roumanie avec des loups.

A propos de sa rencontre avec Laurent Boutonnat :

- J’étais mannequin, j’avais passé trois ans à poser pour des photos, des publicités et à tourner dans des spots télévisés et, au cours d’un dîner, j’ai rencontré Laurent, compositeur passionné de cinéma. Il venait d’écrire « Maman a tort » et cherchait une interprète. Je n’avais jamais envisagé une carrière dans la chanson.

Ma seule expérience du chant était un petit concours gagné quand j’étais enfant.

A propos des réactions autour de « Libertine » :

- Le texte de la chanson embarrasse certains programmateurs et, à la télé, ma petite robe trop échancrée et ma façon de danser en font tiquer plus d’un. Aujourd’hui encore on hésite parfois, mais je ne suis ni provocante, ni provocatrice, et le Top 50 est là pour montrer que la chanson plaît à tous.

A propos de son goût à rester chez elle :

- Je suis très casanière. J’habite le même immeuble que Jackie Quartz, elle aussi au Top 50, et Maxime Le Forestier, mais je les vois rarement et j’aime rester chez moi de longues heures avec E.T.

A propos de son jeune frère Michel, alors âgé de 16 ans :

- Ce n’est pas un très bon élève. Je vais essayer de le faire entrer comme technicien du son au Palais des Congrès.

A propos du talent d’astrologue de son manager, Bertrand Lepage :

- Bertrand m’a monté mon thème. Je suis Vierge ascendant Vierge. Tous mes frères et soeurs ont le double signe. C’est loin d’être un avantage. Il faut éviter les dédoublements de personnalité.

Publié dans Mylène 1985 - 1986, Mylène en CONFIDENCES | Pas de Commentaire »

Six questions à Mylène Farmer sur Libertine

Posté par francesca7 le 18 mars 2014

 

TOP 50 du 3 NOVEMBRE 1986

La chanson « Libertine » a décollé grâce à son vidéo-clip. Que penses-tu de l’impact de cette forme de promo ?

- Pour moi, les clips d’Axel Bauer et celui des Rita Mitsouko ont vraiment été déterminants pour le succès de ces chansons, comme pour le clip de « Libertine » a été déterminant pour le succès de cette chanson. Quant à l’impact, il y a toujours impact quand il y a surprise et originalité. Quant aux vidéos, les gens ont l’impression que c’est à la portée de tout le monde parce que d’autres ont ouvert la voie. Les gens ne vont pas à la simplicité…

1986-29As-tu l’intention de mener une carrière à l’étranger ?

- Oui, l’adaptation de « Libertine » est en cours. Il est question que l’on aille en studio en Grande-Bretagne pour bénéficier de l’équipe et d’une dynamique anglo-saxonnes.

Le texte de « Libertine » en français est osé mais sous couvert poétique. Les textes en anglais sont toujours très ‘hard’. Va-t–il être dans cet esprit-là pour la version anglaise ?

- On ne peut pas faire de traduction littérale, mais quelqu’un a traduit « Libertine » de façon habile, c’est-à-dire en respectant l’esprit de la chanson.

Tu as rencontré récemment Depeche M ode. Comment les as-tu trouvés ? Aimerais-tu travailleravec eux ?

- Le terme d’idole est un terme que je n’emploie jamais. J’avais envie de les rencontrer parce que j’aime beaucoup leur univers. Il serait intéressant de voir le résultat d’une collaboration entre le réalisateur du vidéoclip de « Libertine » et du groupe Depeche Mode.

Ton succès a-t-il changé ta vie ? Te sens-tu différente par rapport aux autres, et comment pensestu aborder la suite ?

- Oui, depuis que je fais ce métier, je peux boire : au lieu du sempiternel Coca-cola, je m’offre du champagne millésimé. Je pense que ce sont les gens qui évoluent autour d’un ‘personnage public’ qui ont un comportement parfois plus excentrique que celui de la personne elle-même.

A ton avis, quelle a été la tête de ta M ère Supérieure lorsqu’elle a entendu ta chanson pour la première fois ?

- A mon avis, comme « c’est nu qu’on apprend la vertu », elle a laissé sa soutane pour des bas résille et des talons hauts. Où est le bien, où est le mal ?!

Publié dans Mylène 1985 - 1986, Mylène en CONFIDENCES | Pas de Commentaire »

Une drôle de libertine dans PODIUM

Posté par francesca7 le 18 mars 2014

 

NOVEMBRE 1986 – Entretien avec Robert de LAROCHE

1986-28Qu’est-ce qui te hérisse le plus dans la vie au quotidien ?

- Mon maquillage ce matin ! Tout ! De ne pas avoir eu de sucre pour mettre dans le thé ou le café, parce que j’oublie toujours d’en acheter…

On te donne une caméra, qu’est-ce que tu en fais ?

- Je la casse par maladresse.

Qu’est-ce qui te scandalise le plus en général ?

- D’avoir cassé cette caméra. C’est honteux de se comporter aussi mal, n’est-ce pas ?

Tu crois à la réincarnation ?

- Je me documente là-dessus. Pour le moment, je suis vraiment dans l’expectative.

Ton avion tombe dans la jungle. Tu paniques, ou tu deviens finalement femme-singe ?

- Si l’avion tombe, en principe, je suis morte. Mais enfin… si je survis, je termine ma vie avec les gorilles. Avec le chef, bien sûr. Tout à fait possible.

Le plus beau compliment qu’on puisse te faire ?

- De reconnaître et d’apprécier mon travail, ce que je fais.

On t’agresse verbalement dans la rue à propos de tes chansons, comment réagis-tu ?

- Je demande si la personne préfère Rika Zaraï et après quoi j’avise. Mais je me fiche des agressions de ce genre.

Qu’est-ce qui te vexe le plus ?

- Je suis susceptible, un rien me vexe. Les gens qui se mêlent de ce qui ne les regarde pas !

Tu aimerais changer de sexe ?

- On trouve déjà que je suis androgyne, alors j’ai l’impression que le chemin est tout tracé !

Tu pleures souvent au cinéma ?

- Tout le temps ! « Bambi » me fait pleurer, mais aussi « La fille de Ryan » ou « L’important c’est d’aimer ». Mais mon clip aussi !

Qu’est-ce qui te fait le plus peur ?

- Le noir, l’eau… et les bombes dans les rues.

Mylène Farmer mère de douze enfants, c’est possible ou pas du tout ?

- Ah non, certainement pas. Avec douze gorilles plutôt.

Ton gentil producteur te donne carte blanche et beaucoup de sous, que fais-tu ?

- Je lui rends l’argent et je produis son premier film.

Tu aimerais jouer Blanche-Neige ou Dracula ?

- Blanche-Neige, à la poubelle tout de suite ! A moins que je ne fasse la sorcière. Mais Dracula, je rêve de le jouer un jour.

Un autre rôle qui te plairait ?

- Celui de l’enfant sauvage.

Tu te vois réaliser un de tes fantasmes en public, à la télé ?

-          Alors là, ça nous entraînerait vraiment trop loin. Je préfère me taire !

Publié dans Mylène 1985 - 1986, Mylène en INTERVIEW | Pas de Commentaire »

Laurent Boutonnat et Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 14 mars 2014

L’Interview TV 1986

    1er Septembre 1986, Antenne 2 Midi. Laurent Boutonnat a tourné Libertine voici 3 mois et le succès de la chanson est à son apogée. Accompagné de Mylène Farmer, il parle pour la première fois du recrutement de Mylène Farmer par casting trois ans et demi plus tôt, puis de l’intérêt d’un tel investissement dans un tel clip. Laurent Boutonnat et Mylène Farmer n’ont alors que 24 ans, c’est sans doute pourquoi on sent encore la fraîcheur et l’insouciance de deux jeunes artistes sur lesquels ne pèse pas encore le poids des responsabilités, et s’amusent de leur création, sans savoir que c’est le départ d’une oeuvre majeur à laquelle ils sont en train de donner naissance.

Laurent Boutonnat et Mylène Farmer dans Mylène 1985 - 1986 libjt2

    La chanteuse prend la parole au début de l’extrait pour en parler, puis intervient à plusieurs reprises par la suite. On peut remarquer la défense qu’elle prendre pour Laurent Boutonnat quand Noël Mamère accusera à mots à peine couverts le clip de n’être qu’un plagiat du Barry Lyndon de Stanley Kubrick. Mylène Farmer l’expliquera par le manque de référence des français qui ne connaissent le XVIIIe siècle que par ce film.

Clic droit pour télécharger sur votre disque

Retranscription de l’interview

Noël Mamère : (à Mylène Farmer) Laurent Boutonnat travaille beaucoup avec vous, c’est lui-même je crois qui vous a incité à faire de la chanson.

Mylène Farmer : Oui, c’est à dire qu’on s’est rencontré et lui est compositeur, a une passion pour la musique, pour le cinéma également…

Noël Mamère : On va en parler avec lui…

libjt6 dans Mylène AU FIL DES MOTSMylène Farmer : …Il m’a proposé avec une autre personne la première chanson qui était Maman à tort, et depuis nous travaillons ensemble.

Noël Mamère : Comment bascule t-on d’un coup de l’équitation à la chanson ?

Mylène Farmer : Une bonne étoile au dessus de ma tête très certainement, beaucoup de chance et depuis deux ans beaucoup de travail aussi.

Laurent Boutonnat : On tombe de cheval !

(rires)

Noël Mamère : Laurent Boutonnat, c’est la voix, le physique de Mylène Farmer qui vous avait séduit ? Ou se sont les deux à la fois ?

libjt5 dans Mylène en INTERVIEW

Laurent Boutonnat : Oui, c’est les deux à la fois parce qu’on cherchait quelqu’un au moment où on avait fait cette chanson avec un ami, qui était Maman à tort, c’était une chanson un peu spéciale qui se passait dans un hôpital psychiatrique, d’une petite fille… Et le jour où Mylène est arrivée elle était parfaite quoi, c’était LE personnage.

 

Noël Mamère : Parce qu’elle avait l’air un peu pervers ou pas ?

Laurent Boutonnat : C’était pas tellement pervers, c’était plutôt… psychotique je dirais. Quelqu’un d’un peu renfermée.

Noël Mamère : Un peu d’ambiguïté quoi…

libjt8Laurent Boutonnat : Oui oui, très bizarre. Mais ça a été elle tout de suite. Même avant de l’entendre chanter.

Noël Mamère : Alors vous lui avez écrit Libertine, qui est un véritable succès, qui a fait un tabac cet été.

Laurent Boutonnat : C’est en train de faire un tabac. Enfin… je suis ravi que ça marche.

Noël Mamère : C’est un texte qui est aussi un peu pervers ou un peu ambigu comme on voudra…

libjt3Laurent Boutonnat : C’est un texte qui n’est pas très simple peut-être, c’est curieux que ça marche, je suis ravi que ça marche. Mais c’est drôle d’entendre dans la bouche des enfants chanter « je je suis Libertine, je suis une catin », ça change un peu.

Noël Mamère : Ca doit vous amuser ! Vous devez bien rire dans votre manteau.

Laurent Boutonnat : Je suis très très heureux oui.

(projection d’un extrait du clip, scène du bain, puis du message)

Noël Mamère : Les amateurs de cinéma verront un clin d’œil à Barry Lyndon, et à tous les styles du XVIIIe.

libjt11Mylène Farmer : On dit Barry Lyndon, c’est vrai qu’il y a une couleur, je crois que c’est une ambiance. Et je crois que les gens n’ont de référence que ce film qui retrace le XVIIIe siècle, le libertinage… c’est Barry Lyndon.

Noël Mamère : C’est un clip, un film, qui dure onze minutes, c’est pas très vendable ça à la télévision, pour passer dans un journal par exemple (sourire).

 

Mylène Farmer : Oui c’est dommage, mais je pense qu’il y aura une promotion cinématographique, c’est à dire dans les salles de cinéma. On attend, c’est en pourparlers. Ce serait l’idéal pour ce clip.

Noël Mamère : Et vous pensez que ça aide beaucoup à la promotion d’un disque, la fabrication d’un clip très sophistiqué comme celui là ?

Mylène Farmer : Je ne veux pas faire de généralités, je pense qu’en ce qui me concerne, le travail qui est fait depuis deux ans, c’est essentiel d’avoir ce clip, et le clip précédent. C’est un travail d’image, et c’est enrichir un personnage et une chanson.

Noël Mamère : Pour vous les deux sont indissociables aujourd’hui ?

 

Mylène Farmer : Pour moi, indissociables, réellement. Mais parce que Laurent Boutonnat. Vous parliez de Mentor tout à l’heure, pour moi c’est surtout un admirable metteur en scène mais dans toute sa généralité.libjt9

 

(Laurent Boutonnat sourit timidement)

 

Noël Mamère : Et ça vous donne le goût de faire du cinéma ?

MF : Je rêve de faire du cinéma depuis que je suis toute petite, et j’espère en faire une jour. Mais tout ça ce sera aussi très réfléchi.

Noël Mamère : Alors vous, Laurent Boutonnat, justement depuis que vous êtes tout petit, depuis que vous avez dix ans je crois, vous faites du cinéma. De la musique aussi, mais avant tout du cinéma.

Laurent Boutonnat : J’ai fait du piano, j’ai appris la musique et l’harmonie très jeune, et j’ai commencé à faire des films très jeune aussi, à dix ans, en Super 8, des petits films… C’est toujours deux choses que j’ai fait : mes petits films, la musique de mes petits films. (Mylène Farmer rit) C’est toujours deux activités que j’ai faites dès que j’ai pu.

libjt4Noël Mamère : Vous aviez une formation de classique ? De conservatoire ?

Laurent Boutonnat : Pas de conservatoire, mais des cours de piano que j’ai commencé à l’âge de cinq ans, jusqu’à treize quatorze ans. Ensuite j’ai tout envoyé balader mais je m’y suis remis quand même. (sourire)

Noël Mamère : C’est marrant parce qu’on assiste en ce moment à une éclosion de jeunes femmes comme vous qui ont le visage très doux, on leur donnerait le bon Dieu sans confession, et qui susurrent, qui chantent des chansons très très libertines justement.

Mylène Farmer : C’est là que réside toute la perversion de l’histoire ! (rires)

Noël Mamère : Vous croyez que c’est un phénomène d’époque ?

Laurent Boutonnat : Non, mais je pense que c’est plus intéressant de travailler… Pare qu’une chanson c’est bien, mais c’est quelque chose de très simple, mais travailler autour de ça, l’image et tout ce que ça comporte, ça c’est passionnant.

libjt10

Noël Mamère : Libertine est déjà très très connue, elle doit être dans le Top 50 déjà ? 

Laurent Boutonnat : Oui, largement !

libjt1Mylène Farmer : (méprisante mais souriante) Ca y est ! La Bible du Français actuellement c’est le Top 50 ! 

Noël Mamère : Oui, vous savez j’écoute la radio et je sais que le Top 50 c’est une référence.

Mylène Farmer : Oui, c’est vrai. Nous sommes dans le Top 50. (ironique) Ca veut dire que le disque vend, voilà. Que l’artiste fonctionne.(rire)

Laurent Boutonnat : Tant mieux.

Noël Mamère : Tant mieux pour vous.

Septembre 1986, Antenne 2 Midi.

Publié dans Mylène 1985 - 1986, Mylène AU FIL DES MOTS, Mylène en INTERVIEW | Pas de Commentaire »

Mylène Farmer, l’intrigante

Posté par francesca7 le 11 mars 2014

 

Magazine COOL du OCTOBRE 1986

 

1986-22-b« Libertine », le titre que l’on entend beaucoup en ce moment est extrait d’un album « Cendres de lune ». J’ai trouvé que c’était un LP féminin, intime. C’est ton avis ?

- Féminin, je ne comprends pas pourquoi et j’avoue que c’est le cadet de mes soucis. Cet album est un premier album. On peut dire ça. C’est quelque chose que j’aurai pu illustrer d’images. Voilà, si j’ai quelque chose à dire sur l’album. Le reste, c’est plus les personnes qui vont l’écouter qui vont dire des choses dessus.

Lorsqu’on fait un choix de chansons, on va dans une certaine direction. On pense à ce qu’on a envie de faire passer au public. Ce n’est pas un hasard…

- Non, ce n’est jamais un hasard, ce qu’on fait. Je ne sais pas s’il y a un fil conducteur dans l’album. Il y a une chanson qui va parler de Greta Garbo, une autre sur un autre sujet, « Plus grandir », une autre, « Libertine », qui est encore autre chose… Je ne pense pas que ce soit aller dans un sens. C’est essayer d’amener le maximum de choses dans un même album.

La chanson était présente dans tes rêves depuis toujours ?

- Non la chanson est pour moi, avant tout un métier qui est très difficile. Et puis c’est ma vie. Voilà !

A quel moment as-tu décidé de faire de la chanson professionnellement ?

- J’ai réellement décidé à partir du moment où je l’ai matérialisée. C’est-à-dire il y a deux ans et demi, quand « Maman a tort » est sorti. C’est à ce moment précis que j’ai décidé de travailler, de transpirer, de mener un combat pour ça.

Quelle a été la démarche ?

- Ce sont les opportunités, ce sont les rencontres de la vie. Je crois vraiment à des moments qui sont rares mais précis. J’ai rencontré des personnes et on a entrepris de faire ce métier là.

Tu estimes avoir eu de la chance ?

- J’estime que toute personne qui fait un métier public doit prendre en compte la chance, parce qu’elle existe et que pour d’autres personnes elle n’existe réellement pas. Après, c’est une aventure personnelle. Le travail n’est pas non plus inexistant. Chance, travail, c’est cela.

« Maman a tort » était un texte ambigu qui ne te définissait pas clairement. Tu peux en parler ?

- Avec le recul, d’avantage. Mais là encore, l’important n’était pas de définir « Maman a tort » mais de le chanter et puis de l’imposer. Ça  c’est plus mon aventure que d’expliquer : « Voilà, j’ai voulu dire ça, parce que ceci ou cela ». C’est un peu moins mon rôle. Enfin moi, j’estime que c’est comme ça. S’il y a quelque chose à dire sur « Maman a tort », c’est que c’est à la fois un peu une comptine tragique d’enfants, qui va dire sous des airs ingénus des choses graves. C’est vrai que si on veut approfondir, parce qu’on peut le faire, c’est l’hôpital psychiatrique, c’est les rapports indirectement avec la mère et l’enfant, et l’infirmière qui va prendre le rôle de mère. Mais est-ce qu’on a besoin de dramatiser, d’aller jusque là ? Je n’en sais rien. Maintenant, les gens ont perçu d’autres choses, des phrases comme « J’aime ce qu’on m’interdit, les plaisirs impolis »…

« Libertine » c’est la phase n°2 après « M aman a tort » ?

- Oui c’est une étape. Se complaire là dedans, ça ne m’intéresse pas non plus. Maintenant ce que je veux, c’est faire autre chose, voir autre chose, un autre univers, une autre démarche. « Libertine » c’est un peu le tremplin. Ça  va me permettre d’aller plus loin que ça, parce qu’il y a eut un succès médiatique dans les ventes, au niveau du clip aussi. Là, il y a une image qui commence à être précisée dans l’esprit des gens. A partir de ça, demain je ne vais pas refaire du « Libertine ». Ce serait à la fois facile et un suicide.

« Libertine » donne une image de toi coquine, ingénue, et à la fois tragique par rapport au clip…

- C’est à dire que dans le clip, on a fait mourir les héros. Ça  fait partie des références qu’on a du romantisme.

C’est vrai que c’est toujours poussé à l’extrême, que le héros doit mourir, parce que ça prend une ampleur plus importante, c’est peut-être ça, le côté tragique. Sinon, c’est encore quelque chose d’assez léger, « je suis libertine, mais qu’on me prenne la main ».

Qui a eu l’idée de ce clip ?

- C’est une idée commune à la personne qui travaille avec moi, qui l’a réalisé, et moi-même. Depuis le début que je pense chanson, je pense image.

Ce clip n’est pas tout à fait dans le courant actuel des vidéos. Il y a une sorte d’attachement au

passé également…

- C’est normal, je n’ai pas envie de faire partie du courant actuel. Mais il ne faut pas que ça devienne généralité.

C’est toujours ce qui me dérange. Là, dans « Libertine », c’était une démarche, c’était intéressant de traiter le 18ème siècle, les salons libertins avec les bougies, les scènes un peu osées. C’était intéressant. Mais une fois de plus, sur « Plus grandir » c’était pas ça du tout. C’était un château baroque qui pouvait se passer en 1985, comme en 1970, comme avant. C’était comme dans un rêve.

1986-22Pour toi une chanson et son clip sont des aventures ponctuelles ?

- Bien sûr. Sinon, c’est que je ne comprends pas bien. Je parle toujours de dramatisation, mais c’est vrai qu’une chanson n’est qu’une chanson. On en fait ce qu’on veut, on l’habille, on la déguise, on en fait des choses merveilleuses, mais il ne faut pas se reposer là-dessus. Sinon ou on n’avance pas, ou on ne réfléchit pas trop.

C’est peu de choses une chanson et, à la fois, c’est tout. Quand j’ai pris le chemin du studio pour une autre, l’aventure de la précédente est terminée.

Pourquoi fais-tu ce métier ?

- Parce qu’il m’est essentiel pour l’instant. Je me donne le droit de changer d’humeur dans quelques années. Je pense qu’il y a beaucoup de personnes qui se mentent, et spécialement les artistes, quant ils disent : « C’est ma vie ». C’est vrai que sur le moment, c’est ma vie aussi ! Mais il faut se donner la possibilité de faire aussi d’autres choses.

Quelles sont tes envies en dehors de la chanson ?

- Il y a le cinéma, mais pour l’instant je peux plus facilement me livrer au métier de la chanson, qu’au cinéma.

C’est encore une autre entreprise difficile.

Quels sont tes projets immédiats ?

- On va sortir un autre 45-trs qui ne sera pas extrait de l’album. On travaille dessus.

Le succès fait peur pour la suite ?

- On appréhende la suite parce que, qui dit succès, dit forcément couteau sous la gorge pour le pas suivant.

C’est quelque chose que je sais, et que je sais trop bien. Donc il faut aller un peu plus loin que ça. Bien sûr, il faut faire attention à cette identité qui tout d’un coup peu prendre des proportions démentes…

Publié dans Mylène 1985 - 1986, Mylène en INTERVIEW | Pas de Commentaire »

Rencontre du troisième clip de Mylène F.

Posté par francesca7 le 11 mars 2014

 

DANS GIRLS MAGZINE – 24 SEPTEMBRE 1986

1986-21Qui est à l’origine de ce clip ?

- Laurent Boutonnat et moi-même.

N’est-il pas rare d’investir autant dans un clip, surtout pour une chanteuse qui en est à son troisième disque ?

- Connaissez-vous le prix de revient de ce clip ?

Non.

- Voilà, je ne dirais jamais combien ce clip a coûté exactement, mais il a coûté bien moins cher que la moitié des clips. Bon, cela posé, il est vrai qu’investir sur un clip, c’est un peu à perte pour les producteurs, j’ai tout à y gagner.

N’est-ce pas un clip d’une seconde génération, c’est-à-dire que l’image prime sur la musique ?

- Non, je ne pense pas que la musique soit moins prépondérante que l’image. Au contraire, je les trouve en parfaite osmose. Quand je dis musique, je pense à la musique « Libertine » et aux musiques additionnelles, je crois que c’est là où réside la vraie nouveauté, c’est ce qui donne à ce clip cet aspect court métrage.

Parlons-en de l’aspect court métrage : qui a réalisé les décors, les costumes ?

- Pour le décor nous avons fait appel a Emmanuel Sorin spécialisé dans les décors de films publicitaires et les long métrages. Je crois qu’il a très bien su recréer cette atmosphère XIXème siècle, nous avons tourné dans un magnifique château en Normandie. Quant aux costumes de Corinne Sarfati, ils sont le reflet très rigoureux de ce qui se portait à l’époque. Je ne suis pas intervenue au niveau des décors et des costumes, à chacun son métier, en revanche j’ai choisi les comédiens principaux, la jeune fille qui joue la rivale est une danseuse professionnelle qui rêve de jouer la comédie. Le jeune homme aussi exerce un métier artistique. Quant à la figuration, ce sont des personnes qui sont passionnées de théâtre.

N’as-tu pas peur de choquer avec un texte si audacieux ?

- Choquer ? Non, si ça a été le cas, cela ne me dérange pas, mieux vaut choquer que laisser indifférent. L’idée originale du texte de « Libertine » était : « Je suis libertine, je suis une putain ». Le parolier a préféré catin, c’était plus grand siècle, et il a réussi à me convaincre. Je ne sais pas ce qui se serait passé avec ce texte là.

Peut-être la naissance d’une révolte !

Publié dans Mylène 1985 - 1986, Mylène en INTERVIEW | Pas de Commentaire »

Dix questions à Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 6 mars 2014

 

22 SEPTEMBRE 1986 - TOP 50

Tu susurres avec une douce sensualité, tel un grand programme, « Je suis libertine, je suis une catin ». Dans le clip tiré de ta chanson, tu te montres dénudée, t’abandonnant au premier venu, etc… Ca veut dire quoi tout ça ? Tu veux provoquer ?

- Je veux simplement sortir de l’ordinaire, du déjà vu.

1986-20D’accord, mais quand même, pour assurer et chanter « Je suis une catin », une putain, quoi, il faut avoir l’esprit légèrement obsédé…

- Cette chanson est venue instinctivement, pendant les séances d’enregistrement de l’album. J’étais en studio avec une équipe et à ce moment-là, il n’y avait aucun texte, seulement quelques notes que j’avais déjà en tête. La mélodie pianotée avait été préalablement composée par Laurent Boutonnat. Je me suis mis à chanter en yaourt pour coller avec la musique et tout à coup, j’ai lancé « je suis une pute ». De là est venu « je suis une catin » pour coller avec la rime de « Libertine ».

Tu viens de parler de Laurent Boutonnat. C’est un peu ton pygmalion. Tu n’as pas l’impression de n’être que sa poupée de son ?

- Pas du tout. Ma présence est totale, même si Laurent compose et écrit pour moi, me produit, dirige mes clips. Il a du talent, il l’exploite à mes fins et aux siennes. Moi je n’ai aucune prétention en musique.

Tu te considères seulement comme une interprète ? Une interprète pop ?

- Quoi ?! Mais je ne sais pas ce que veut dire, moi, pop. J’estime que je fais de la bonne variété française, au même titre que les Rita Mitsouko. Je n’aime pas classer les artistes et les groupes dans des catégories.

Tu es sensible à quel genre de musique ?

- Moi, c’est simple, je n’aime que Depeche Mode.

Quel genre de vie mènes-tu ?

- Je suis plutôt d’humeur casanière. Je préfère rester chez moi, dans mon appart du 3ème arrondissement et passer mon temps à lire. J’aime la littérature fantastique, Edgar Poe et d’autres auteurs du siècle dernier. Je suis du genre insomniaque et mes cauchemars m’inspirent.

Que fais-tu quand tu n’arrives pas à dormir ?

- Je ne me lève jamais. Je reste tranquillement dans mon lit à attendre que le sommeil me reprenne.

Tu sembles afficher un look très soigné. Même au quotidien ?

- C’est quelque chose qui me passionne, les fringues. Mes deux stylistes sont Thierry Mugler et Per Spook, un jeune suédois. Plus que tout j’adore les costumes d’époque. J’ai un goût prononcé pour les cols qui montent très haut.

Le style XVIIIème siècle, c’est quelque chose qui semble te brancher. Ton clip « Libertine » est situé à cette époque ?

- Ce clip est une super production. Il a coûté environ 500 000 francs. Il a été tourné au château de Ferrière. Il a fallu aménager certaines pièces. C’est un très bon décorateur qui s’est occupé de tout ça.

Ce clip a vraiment poussé ta chanson…

-          J’en suis sûre. Vu la super production, cela a du avoir un impact important auprès du public par son côté libertin et libidineux.

Publié dans Mylène 1985 - 1986, Mylène en CONFIDENCES | Pas de Commentaire »

GIRLS Toutes leurs premières fois avec Mylène F.

Posté par francesca7 le 6 mars 2014

 

17 SEPTEMBRE 1986 : Mon premier souvenir :

- Au Canada, à Montréal très exactement : un petit autocar, un schoolbus, qui m’amenait à l’école. J’adorais ça.

French Singer Mylene FarmerMon premier livre :

- « Oui-oui et les gendarmes ». Sans blaguer ! Le titre est génial, non ?

Mon premier film :

- « Bambi » de Walt Disney. C’est toujours mon film préféré.

Mon premier achat important :

- Mon singe.

La première fois que j’ai conduit :

- C’est une R5 Alpine, au bois de boulogne. Je n’avais pas mon permis, je me suis fais arrêter. J’ai évidemment chanté que j’étais libertine !

Mon premier fétiche :

- Mon pouce.

La première fois que je me suis maquillée :

-          J’avais dix-sept ans. Je me suis mis le bâton dans l’oeil…

La première fois que je suis sortie seule le soir :

- J’allais encore à l’école. Je me suis trompée, je ne retrouvais plus le chemin pour rentrer à la maison. C’est un car de police qui m’a ramenée.

Ma première boum :

- Je n’ai jamais été en boum. J’ai toujours eu horreur de ça. En revanche, la vraie boum pour moi au Canada, c’était la fête de Hallow een. Tous les enfants se déguisent, sortent dans la rue, et sonnent aux portes. Si les adultes ne leur donnent pas des bonbons, on leur jette de la farine dessus !

La première fois que je suis montée en avion :

- Toute petite. Pas de souvenirs marquants. En revanche, je me souviens d’une traversée en paquebot sur le France, la traversée de l’Atlantique. Six jours, très malade. Je mangeais de la macédoine de légumes.

Mon premier voyage :

- A la Guadeloupe. Un souvenir très carte postale. Et puis des moustiques géants. J’étais devenue un véritable self-service pour les moustiques.

Mon premier baiser :

- J’ai dû faire du bouche à bouche à mon nounours. Erotique, non ? Le second, avec mon capucin.

Mon premier dîner en tête-à-tête :

- Je ne m’en souviens pas. Avec Dieu, peut-être !

Mon premier « Je t’aime » :

 - Une petite lettre d’un petit garçon de Colmar qui m’a écrit : « J’aime deux choses, toi et la rose. La rose pour un jour, et toi pour toujours ». Moi je ne dis jamais « Je t’aime ».

Mon premier chagrin :

- On donnait des prix de chant à l’école. Une année, j’étais première, l’année suivante, deuxième. J’ai injurié tout le monde. Depuis ce jour, mon caractère s’est développé dans ce sens-là !

French Singer Mylene FarmerMa première dispute :

- Jamais le temps de me disputer, je tue avant !

Mon premier enregistrement :

- C’était « Maman à tort ». Vraiment magique. Après, toutes les angoisses. Une longue chevauchée en mobylette à travers Paris à la recherche d’une maison de disques !

Ma première scène :

-          Je suis venue, j’ai chantu, et j’ai beaucoup ému !!!

Publié dans Mylène 1985 - 1986, Mylène en CONFIDENCES | Pas de Commentaire »

Mylène dans le magazine GIRLS

Posté par francesca7 le 2 mars 2014

 

Le 27 AOÛT 1986

1986-14A propos de ce qu’elle a fait de son premier cachet :

- Avec l’argent que j’ai gagné pour « Maman a tort », je me suis acheté un petit singe, un capucin beige avec une petite houppette sur la tête. Je l’ai appelé E.T. et il est vraiment adorable. Immédiatement, dès que je l’ai vu j’ai craqué, et bien qu’il coûtait une petite fortune je n’ai pas pu résister.

 

le 3 SEPTEMBRE 1986

A propos de sa croyance en Dieu :

- Je pense que Dieu existe vraiment. Je l’imagine souvent comme un petit homme tout nu sur une croix et je suis convaincue que sans lui, ce serait le chaos. Je suis assez pratiquante et chaque soir, que vous me croyez ou pas, je fais ma prière avant de me mettre au lit.

 

GIRLS du 19 SEPTEMBRE 1986

A propos de sa façon de s’habiller :

- Je suis assez coquette et j’aime les jolis vêtements. Je porte des jeans, mais j’avoue que je préfère les robes et les chemisiers aux pantalons et aux T-shirts. Je pense qu’une fille a tout à gagner en portant des habits féminins, plutôt que de s’habiller comme un garçon.

1986-19

Publié dans Mylène 1985 - 1986, Mylène en CONFIDENCES | Pas de Commentaire »

Mylène et les animaux – dans OK

Posté par francesca7 le 2 mars 2014

 

28 JUILLET 1986 – Entretien avec Véronique DOKAN

1986-09-aA propos de son petit singe et de son amour des animaux en général :

- J’ai eu le coup de foudre pour E.T. il y a un an et demi en me promenant sur les quais. Il était en cage et je n’ai pas pu supporter son regard triste. Depuis je l’ai installé chez moi, dans mon appartement, et nous partageons ensemble une complicité rare. Mais je n’aime pas uniquement les singes, en réalité je crois que je suis attirée par tous les animaux qui ont du caractère. Enfant, j’ai bien entendu eu une période pendant laquelle je voulais être vétérinaire.

A propos de son ami Gaëtan, éleveur d’animaux sauvages : (nb : Mylène mettra cet ami plusieurs fois en avant par la suite)

- Quand j’ai le temps, j’adore aller chez un de mes amis en Normandie. Son boulot à lui c’est d’élever toutes sortes d’animaux qu’il loue ensuite pour le cinéma. Gaëtan a ainsi fourni les rats qui ont participé au film « Pirates » de Roman Polanski.

A propos de sa rencontre avec certains animaux sauvages pour le reportage photo qui accompagne l’article :

- Je ne m’étais encore jamais trouvée si près d’un félin et d’un serpent, et c’est vrai que ça fait un drôle d’effet.

Mais quelle sensation étonnante de toucher la peau de ce python ! Si je n’écoutais que mon coeur, j’aurais une véritable faune à la maison, mais franchement avec tous mes déplacements professionnels, ce ne serait pas raisonnable. A moins d’ouvrir un cirque !

1986-09-bA propos du clip « Libertine » :

- Certains pourront, peut-être se formaliser parce qu’on m’y voit nue, mais moi, je ne vois rien de mal à cela tant que ça n’est pas fait vulgairement.

A propos de ses envies de cinéma :

- Autant je suis impatiente en ce qui concerne la chanson, autant pour le cinéma je sais que ce sera long, mais que j’y arriverai un jour. Je ne prévois rien à l’avance. On verra bien…

Publié dans Mylène 1985 - 1986, Mylène en INTERVIEW | Pas de Commentaire »

TÉLÉ MAGAZINE : Mylène avec Laurence de WIT

Posté par francesca7 le 2 mars 2014

 

9 AOÛT 1986 – Entretien

Mylène, vous êtes née au Canada ?

- Oui, en 1961. J’y ai vécu jusqu’à l’âge de huit ans et ensuite je suis venue en France. Mon père était ingénieur des ponts et chaussées, il était parti au Québec pour participer à la construction du barrage du Manicouagan.

1986-11Vous n’aimez pas votre enfance ?

- Je n’en ai aucun souvenir, ce qui veut dire qu’effectivement je n’aime pas cette période de ma vie. Je me sens plus à l’aise avec les gens plus âgés que moi. Les enfants ne m’intéressent pas, ils sont trop naïfs, trop inconscients et ça me fait peur.

Depuis combien de temps chantez-vous ?

- J’ai arrêté mes études en terminale, à dix-sept ans. J’étais attirée par les métiers artistiques, par la chanson surtout qui me paraissait plus accessible que le cinéma. Et puis par hasard j’ai rencontré Laurent Boutonnat qui est compositeur et on a eu envie de travailler ensemble il y a deux ans. Ça  a donné ma première chanson, « Maman a tort », qu’il avait écrite avec un autre producteur. Ils ont procédé à un casting et j’ai été choisie.

Jusque-là j’avais suivi des cours de théâtre et j’avais été mannequin, et aussi travaillé dans la mode et la publicité.

Quelle qualité vous séduit le plus chez les gens ?

- La pudeur. Et ça ne va pas à l’encontre de la provocation qui m’est nécessaire pour m’exprimer. Je suis née pessimiste, mais j’aime tout ce qui est extrême, je suis passionnée et romantique, et le métier que je fais me convient parfaitement, il se passe toujours quelque chose, je ne m’ennuie jamais.

Toute votre vie est axée sur votre carrière ?

- En ce moment, forcément oui, parce que je débute. Mais je ne voudrais pas oublier le reste. Je ne sais pas encore si c’est possible ou non. Je ne lis plus, je ne peins plus, je peignais à la gouache des insectes, des animaux bizarres. Mon seul compagnon c’est E.T, un singe capucin que j’ai acheté en me promenant sur les quais il y a deux ans.

Vous avez d’autres animaux ?

- Non, mais j’aime les félins pour leur beauté et leur grâce et si je n’habitais pas dans un appartement, j’aurais un loup, un de ces grands loups blancs et gris que j’admire pour leur nature sauvage et craintive en même temps.

Votre chanson et votre clip Libertine se situent au XVIIIème siècle, pourquoi ?

- Le XVIIIème siècle est le siècle du libertinage, c’est-à-dire un doux mélange de décadence et de folie. C’est une certaine naïveté, une quête du bonheur par les plaisirs. Il me semble que les gens étaient plus heureux à cette époque-là.

Quels vêtements aimez-vous porter ?

- Je suis très à l’aise dans ces vêtements du XVIIIème siècle justement, mais bien sûr, je ne peux pas m’habiller comme ça dans la vie quotidienne. D’un autre côté, la mode ne m’intéresse pas. J’aime porter des choses sophistiquées que je découvre au hasard des boutiques.

Pensez-vous faire bientôt de la scène ?

- Je ne suis pas encore prête. Je suis perfectionniste et avant de faire un spectacle en direct, je veux encore travailler. Pour le moment, je vais me reposer un peu, je vais rester à Paris, lire, aller au cinéma, les vacances quoi ! En septembre prochain, je sors un nouveau 45Tours que je commence déjà à préparer. Les chansons seront dans la lignée des précédentes, elles seront le reflet de ce que j’aime : l’humour, la provocation, et une atmosphère entre l’innocence et la perversité.

Publié dans Mylène 1985 - 1986, Mylène en INTERVIEW | Pas de Commentaire »

ROCK FM avec Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 23 février 2014

 

JUILLET 1986 - Entretien avec Bertrand DELCOUR et Yves COUPRIE

1986-07-bCommençons par le commencement.

- J’ai suivi des cours de théâtre pendant deux ans, et après j’ai rencontré deux personnes qui ont écrit

« Maman a tort », je suis rentrée en studio et cette chanson a très bien marché.

Chez toi on a vu un petit singe dans une cage. A côté il y a une télévision sur un magnétoscope.

Qu’est-ce que tu préfères regarder ?

- Le singe qui vit.

Même pas tes clips ?

- Je déteste me regarder. On avance quand on s’observe mais le regard sur soi n’est pas le meilleur.

Tu te moques des parents avec « M aman a tort ». Et avec « Libertine » tu dois complètement terroriser le M LF quand il écoute les paroles.

- Hou la la ! Moi je suis terrorisée par ce mouvement là, alors…

Tu es bien dans ta peau ?

- Déjà pour faire ce métier je pense qu’il faut pas être très bien, mais je prends énormément de plaisir à chanter « Libertine », par exemple.

Demain c’est la Saint Donatien, c’est la fête du Marquis de Sade. En plus, cette nuit, c’est la pleine lune… Tu lis Sade ?

- J’ai lu en long, en large et en travers « Justine ». C’est assez attirant, j’avoue.

Puisque tu as envie de faire du cinéma, on ne t’a pas proposé de scénarii bien sombres qui changeraient des productions actuelles ?

- Pour l’instant non, j’aimerais bien tourner avec Roman Polanski. Faire « Le locataire », ça m’aurait fait plaisir.  (au magnéto) Je n’aime pas cette petite machine.

C’est un piège.

- C’est un viol.

Heu… en fait, tu n’as pas l’air de trop t’intéresser à la mode.

- Non, ça implique des connotations ennuyeuses. Il y a des époques, comme celle du libertinage, par exemple, qui sont attirantes. Mais j’ai été programmée pour 1986.

Tu te sens bien entre Le Pen, Le sida, Tchernobyl, Kadhafi, et toutes ces choses ?

- (rires) Et vous ?!

Si on te proposait de participer à une messe noire, tu accepterais ?

- Evidemment ! Il y a « Vieux bouc » pour ça. Si j’avais une scène à faire, j’utiliserai ce genre de chose. Le prochain clip, « Libertine », sera très beau. On va s’inspirer de toute l’ambiance de « Barry Lyndon ».

En classe, tu étais au fond ? Toute seule dans un coin…

- J’ai eu cette période. Et puis j’ai eu la période révolutionnaire.

Marxiste ! Punk !

- (rires) Non, non, non ! Du tout ! Ca s’est traduit d’une autre façon.

Comment ?

- Oh… c’était un peu de paranoïa, certainement. A chaque réflexion de la maîtresse je me disais ‘C’est pour moi’. Et puis un refus de tout.

Ça  ne s’est pas mal terminé ?

- Non, non. Toute mon adolescence, je la déteste.

On a l’impression que tu as peur de tout.

- Je me méfie un peu. Et puis je voudrais comprendre !

On ne sait même pas quel âge tu as…

- J’ai 24 ans.

Qu’est-ce que tu as pu faire en 23 ans ? Avant de chanter…

- Heeuuu…

Et si c’était à refaire, tu le referais ?

- Pendant 23 ans j’ai maudit ma mère de m’avoir mis au monde, et puis après je l’ai adorée. J’ai certainement rêvé très longtemps.

Tu rêvais à quoi ?

- C’est indiscret !

Tu voulais devenir roi de France ? M aître du monde ? Catin ?

- Catin, certainement !

Quand tu chantes ça, c’est parce que c’est vrai !

- C’est de bonne guerre. Je suis la prostituée du show bizness et de beaucoup d’autres choses.

Mylène Farmer, quel est le secret de ta réussite ?

- Je n’en sais rien ! (rires) Qu’est-ce que vous avez contre moi ? Arrêtez ! (rires)

Bon. Quand tu étais petite tu savais que tu allais devenir ce que tu es ?

- De toute façon, c’était ou ça, ou dans un autre monde…

L’hôpital psychiatrique, tu n’y a jamais pensé ?

- Mon dieu ! Quel image ils vont avoir de moi. Vous avez bu ?

Donc t’es pas bien sur Terre ?

- Si, si. Très bien.

On t’a jamais proposé des drogues ?

- Je n’ai jamais fait appel à ça.

Alors qu’est ce que tu vas faire des royalties de « Libertine » ?

- Je m’achèterai un château et j’y mettrais des milliers de singes. Voilà !

Un château du XVIIIème siècle.

- En Bavière, pour être à côté de mon ami Louis.

?

1986-07-a-          Avec Gilles de Rais, Louis II est un des mes personnages préférés.

Il a mal fini, Gilles de Rai. M ais lui au moins a sauvé son âme à la fin parce qu’il s’était repenti. Si on te proposait le repentir et la vie éternelle, tu accepterais de renier ton personnage démoniaque ?

- (long silence flippant) C’est vous qui êtes démoniaques !!

Quelles déclarations tu as à faire à la presse française ?

- Ah… je n’ai rien à leur dire. Je suis heureuse d’être là. Et… tant pis pour eux.

Bon, ben on peut couper ici ?

-          (S’approchant dangereusement de la touche STOP)

-          Je peux avoir le plaisir d’ARRÊTER CETTE MACHINE ?

Publié dans Mylène 1985 - 1986, Mylène en INTERVIEW | Pas de Commentaire »

TÉLÉ MAGAZINE – Mylène et Laurent de Wit

Posté par francesca7 le 23 février 2014

 

9 AOÛT 1986 – Entretien avec Laurence de WIT

M ylène, vous êtes née au Canada ?

- Oui, en 1961. J’y ai vécu jusqu’à l’âge de huit ans et ensuite je suis venue en France. Mon père était ingénieur des ponts et chaussées, il était parti au Québec pour participer à la construction du barrage du Manicouagan.

1986-11Vous n’aimez pas votre enfance ?

- Je n’en ai aucun souvenir, ce qui veut dire qu’effectivement je n’aime pas cette période de ma vie. Je me sens plus à l’aise avec les gens plus âgés que moi. Les enfants ne m’intéressent pas, ils sont trop naïfs, trop inconscients et ça me fait peur.

Depuis combien de temps chantez-vous ?

- J’ai arrêté mes études en terminale, à dix-sept ans. J’étais attirée par les métiers artistiques, par la chanson surtout qui me paraissait plus accessible que le cinéma. Et puis par hasard j’ai rencontré Laurent Boutonnat qui est compositeur et on a eu envie de travailler ensemble il y a deux ans. Ca a donné ma première chanson, « Maman a tort », qu’il avait écrite avec un autre producteur. Ils ont procédé à un casting et j’ai été choisie.

Jusque-là j’avais suivi des cours de théâtre et j’avais été mannequin, et aussi travaillé dans la mode et la publicité.

Quelle qualité vous séduit le plus chez les gens ?

- La pudeur. Et ça ne va pas à l’encontre de la provocation qui m’est nécessaire pour m’exprimer. Je suis née pessimiste, mais j’aime tout ce qui est extrême, je suis passionnée et romantique, et le métier que je fais me convient parfaitement, il se passe toujours quelque chose, je ne m’ennuie jamais.

Toute votre vie est axée sur votre carrière ?

- En ce moment, forcément oui, parce que je débute. Mais je ne voudrais pas oublier le reste. Je ne sais pas encore si c’est possible ou non. Je ne lis plus, je ne peins plus, je peignais à la gouache des insectes, des animaux bizarres. Mon seul compagnon c’est E.T, un singe capucin que j’ai acheté en me promenant sur les quais il y a deux ans.

Vous avez d’autres animaux ?

- Non, mais j’aime les félins pour leur beauté et leur grâce et si je n’habitais pas dans un appartement, j’aurais un loup, un de ces grands loups blancs et gris que j’admire pour leur nature sauvage et craintive en même temps.

Votre chanson et votre clip Libertine se situent au XVIIIème siècle, pourquoi ?

- Le XVIIIème siècle est le siècle du libertinage, c’est-à-dire un doux mélange de décadence et de folie. C’est une certaine naïveté, une quête du bonheur par les plaisirs. Il me semble que les gens étaient plus heureux à cette époque-là.

Quels vêtements aimez-vous porter ?

- Je suis très à l’aise dans ces vêtements du XVIIIème siècle justement, mais bien sûr, je ne peux pas m’habiller comme ça dans la vie quotidienne. D’un autre côté, la mode ne m’intéresse pas. J’aime porter des choses sophistiquées que je découvre au hasard des boutiques.

Pensez-vous faire bientôt de la scène ?

-          Je ne suis pas encore prête. Je suis perfectionniste et avant de faire un spectacle en direct, je veux encore travailler. Pour le moment, je vais me reposer un peu, je vais rester à Paris, lire, aller au cinéma, les vacances quoi ! En septembre prochain, je sors un nouveau 45Tours que je commence déjà à préparer. Les chansons seront dans la lignée des précédentes, elles seront le reflet de ce que j’aime : l’humour, la provocation, et une atmosphère entre l’innocence et la perversité.

Publié dans Mylène 1985 - 1986, Mylène en INTERVIEW | Pas de Commentaire »

Verglas et Mylène Farmer – CINQ SUR CINQ

Posté par francesca7 le 17 février 2014

 

1er MARS 1986 – Présenté par Antoine VERGLAS – LA CINQ

1986-01-c

Mylène est l’une des invités de cette émission musicale pour présenter son tout premier album qui est alors sur le point de sortir, ainsi que le premier extrait de celui-ci que personne ne connaît encore : « Libertine ».

Antoine Verglas : Aujourd’hui, je reçois Marc Lavoine, Florence Guérin…

Mylène Farmer (elle le coupe) : Et Mylène Farmer ! (rires)

AV : Et Mylène Farmer ! Bonjour, Mylène.

MF : Bonjour !

AV : Alors, vous sortez un 33-Trs…

MF : Oui, absolument, j’ai un album. C’est mon premier album et il s’intitulera « Cendres de Lune ». Et cet album sera précédé d’un 45-Trs – c’est très important – qui s’appelle « Libertine ». C’est tout un programme !

AV : Tout un programme !

MF : Oui !

L’animateur lance ensuite le clip de « Plus Grandir », où seule la partie chantée est diffusée.

AV : Ca doit vous changer d’atmosphère de vous retrouver dans un studio aussi clean par rapport à tout cet univers un peu macabre ?!

MF : Moui… Vous m’avez fait cette réflexion tout à l’heure que je n’allais peut-être pas cadrer dans le clean !  (rires) Mais ça change d’univers, ça ! On a choisi un château plus que quelque chose de dénudé : ce clip, ça pourrait être l’illustration d’un conte fantastique.

AV : Déjà dans « Maman a Tort », c’était un petit peu spécial, quand même, comme ambiance.

MF : J’ai toujours essayé de trouver des univers un peu bizarres, mais c’est sans doute parce que je suis quelqu’un de très bizarre, non ?! (rires)

AV : Déjà la façon dont vous vous habillez, je trouve ça assez marrant !

MF : Ha bon ?

AV : On dirait Dracula qui arrive…

MF : Justement, j’ai lu récemment « Dracula » de Bram Stoker et c’est un bouquin fabuleux. J’aurais bien aimé jouer le rôle de Dracula !

AV : Mais chez vous c’est comment ? C’est un petit peu comme dans ces clips ?

MF : Ca ressemble un peu, mais pour l’instant j’ai pas envie de parler de chez moi parce que souhaite déménager, donc c’est un lieu que je voudrais…

AV : Pour aller dans un endroit un petit peu plus…

MF : Ben, peut-être un endroit clean, finalement, pour changer d’image ! (rires)

AV : J’ai entendu tout à l’heure que vous aviez un singe ?

MF : Absolument, oui !

AV : Vous vivez avec lui ?

MF : J’ai un petit capucin, oui, qui demande énormément d’attention, presque comme un enfant. C’est encore une idée originale, mais c’est très agréable.

AV : C’est tout votre univers de fantasmes qu’on retrouve dans le prochain album ?

MF : Vous croyez que c’est un fantasme d’avoir un singe ?! (rires)

AV : Le singe, peut-être pas ! Mais je veux dire…

MF : Oui, l’album c’est un univers que j’aime beaucoup, et j’espère qu’il plaira. C’est en tout cas un travail de longue haleine et qui m’a plu énormément.

AV : Vous prévoyez de faire un clip ?

1986-01-aMF : J’espère qu’on fera un clip ! Tout ça c’est aussi une question d’argent, puisqu’il faut le dire. Je souhaite faire un clip sur « Libertine », donc on va voir ! Il y a de très belles choses à faire, déjà le libertinage y a toute une histoire !

Diffusion d’une sélection de clips du moment : Shade et Tears for Fears.

AV : Mylène, tu préfères quel style de musique, dans nos nouveautés ?

MF : Je trouve que c’est un bon choix, j’aime les deux. J’ai peut-être une préférence pour Shade, je trouve que c’est une femme qui est d’abord très belle, ce qui n’est pas courant, et qui a énormément de classe, ce que je trouve très important aussi.

AV : On va se quitter, on te souhaite bonne chance pour ton premier album !

MF : Merci !

 

 

Publié dans Mylène 1985 - 1986, Mylène en INTERVIEW | Pas de Commentaire »

MYLENE FARMER dans FRANCE SOIR

Posté par francesca7 le 17 février 2014

 

le 20 AOÛT 1986

Entretien avec Catherine DELMAS

1986-12

Laurent Boutonnat, à propos du comportement de Mylène face aux médias :

- Elle a beaucoup changé. Au début elle effrayait tout le monde. Surtout les animateurs radio. Elle ne disait rien, cassait les questions en une phrase…

Mylène Farmer, à propos de l’équipe qu’elle forme avec Laurent Boutonnat :

- Avec Laurent Boutonnat, nous formons une équipe de caractériels. Alors on se dispute violemment et nous tombons toujours d’accord. Ce qui, en somme, est bien l’essentiel. A propos de son image :

- Les gens me regardent bizarrement. C’est vrai que « Maman à tort » et « Libertine » sont des chansons aussi bizarres que les regards qu’ils me lancent. C’est pas mal de se sentir martienne.

A propos de sa chevelure :

- Ma mère est rousse. Ca lui ferait plaisir si je me rapprochais de sa couleur.

A propos de la provocation :

- Les gens admettent facilement de voir des paires de seins ou de fesses un peu partout. Eh bien, voyez- vous, quand j’ai enregistré cette émission de Foucault (nb : « Affaire suivante »), je me suis levée à un moment donné et j’ai posé ma jambe, galbée dans un bas résille, sur la table. Ils ont ouvert des yeux très grands.

A propos de « Libertine » et de son clip :

- L’idée de cette chanson est un fruit du hasard. Comme la rencontre avec Laurent Boutonnat. Je trouvais qu’il y avait une osmose entre le texte et l’époque héroïque de « La Marquise des anges ». Dix minutes, c’est un long-métrage. Faire un clip? Oui, décidément, c’est passionnant.

 

 

Publié dans Mylène 1985 - 1986 | Pas de Commentaire »

CINQ SUR CINQ- moment TV pour Mylène

Posté par francesca7 le 5 février 2014

 

Le 24 MAI 1986  – Présenté par Antoine VERGLAS  – LA CINQ

1986-03-a

Antoine Verglas : Mylène Farmer, on t’avait reçue y a deux mois et demi, trois mois…

Mylène Farmer : Allez, trois mois ! (rires)

AV : Trois mois, disons, au tout début, pour « Plus Grandir »…

MF : Oui…

AV : Tu nous avais promis de revenir avec ton prochain album (sic !) qui est sorti, qui s’appelle « Cendres de Lune », qui est un très bel album.

MF : Oui, qui est le premier !

AV : C’est le premier d’ailleurs, avec d’ailleurs tu reprends toutes tes premières chansons : « Maman a Tort », …

MF : « Maman a Tort » est dans l’album, « Plus Grandir » et puis « Libertine », qui est le dernier.

AV : Y a une évolution, quand même, hein, depuis « Maman a Tort », qui était une chanson plutôt pour les enfants, on va dire !

MF : Oh, c’était plus pervers que ça ! Mais c’est vrai qu’il y a beaucoup d’enfants qui ont retenu : « 1, maman a tort… », la petite comptine.

AV : (en même temps) 1, 2, 3, 4… Et puis maintenant, on arrive avec « Libertine » : « Je suis une catin » ! Même « Vieux Bouc » : « Je vous sens fragile/Êtes-vous fébrile ? »…

MF : « Aimez-vous mon petit nombril ? » (rires)

AV : Non, c’est vrai c’est un petit peu plus coquin, quand même ! (elle acquiesce) C’est toi qui le veux ?  Comment tu l’as faite, comment tu l’as sentie cette évolution ?

MF : C’est un travail d’équipe. Je travaille avec Laurent Boutonnat, qui a donc écrit pratiquement toutes mes chansons, et on en parle beaucoup, c’est des thèmes comme ça qui nous font rire et qu’il écrit en chansons, donc voilà c’est…

AV : D’accord. Hé bien, écoute : « Libertine », tout de suite !

Mylène chante « Libertine » sur le plateau en effectuant la chorégraphie du titre.

AV : Avec des paroles comme celles-là, tu nous prépares un petit clip coquin, j’espère !

MF : On va faire un clip qu’on va tourner fin mai, début juin (1986, ndlr) et qui va parler du…enfin ‘parler’, qui va s’inspirer du libertinage, de l’époque libertine. Et ce sera une ambiance avec des lumières à la bougie, un peu à la « Barry Lindon ».

AV : Kubrick ?

MF : Kubrick ! (sourire)

AV : Attention l’inspiration !

MF : Oui mais là c’est Laurent Boutonnat !

AV : Il y a plusieurs personnages, dedans ? Comment ça se passe ? Beaucoup de figurants, ou… ?

MF : Y aura des figurants, y aura des chevaux, des cascades, y aura un très, très bel endroit, un beau château…

AV : Tu exécutes des cascades aussi ?! Quel style de cascade ?

MF : Des cascades…Non, moi je monte à cheval, mais pour les besoins de clip c’est dangereux de le faire en si peu de temps comme ça fait longtemps que je suis pas remonté sur un cheval, donc ce sont des cascadeurs qui vont effectuer les cascades.

1986-03-cAV : Et on te verra nue sur un cheval ? (rire franc de Mylène) Comme, je sais pas si t’avais vu le clip de Renaud…comment ça s’appelait ? Un clip qu’avait réalisé Gainsbourg avec Bambou qui était toute nue sur une plage normande, chevauchant un cheval…

MF : J’ai pas vu, non. Mais là, je serai nue mais dans d’autres séquences !

AV : Ah dans d’autres séquences ?! Ha ! (Mylène glousse) Beau programme en perspective : Mylène Farmer nue dans son prochain clip ! Mylène, ben écoute on attend de voir ce clip avec impatience…

MF : D’ici trois semaines, quatre semaines…

AV : Trois semaines ou quatre semaines ? Merci, à bientôt !

MF : Merci !

 

Publié dans Mylène 1985 - 1986, Mylène en INTERVIEW | Pas de Commentaire »

GRANDE PREMIÈRE – Mylène sur FR3

Posté par francesca7 le 5 février 2014

 

2 AOÛT 1986 – émission Présentée par Stéphane NICOLAS sur FR3

1986-06-b

Stéphane Nicolas : Ca fait un carton depuis quelques semaines et c’est tant mieux : ça s’appelle « Libertine » et celle qui chante c’est Mylène Farmer. Elle est là, bonsoir Mylène !

Mylène Farmer : Bonsoir !

SN : Alors, Mylène passe un peu pour quelqu’un qui prend le public à rebrousse-poil depuis un peu plus de deux ans ! Y avait eu « Maman a Tort » (…), après elle avait déclaré qu’on était tous des imbéciles, et puis là c’est une catin, c’est une libertine ! C’est un peu ça, non, la démarche ?

MF : La démarche, heu…

SP : C’est prendre les gens à rebrousse-poil ?

MF : Oui, vous faites allusion au ton provocateur de mes chansons ?

SP : Voilà !

MF : C’est avant tout un plaisir !

SP : Bon tant mieux ! Et le plaisir va être prolongé puisqu’à la rentrée, il est prévu un film sur « Libertine ».

MF : Absolument, il y aura un clip qui va illustrer « Libertine » qui va sortir à la télévision et également au cinéma (ce projet de sortie cinéma sera finalement abandonné, ndlr).

SP : Un grand clip d’une dizaine de minutes. Nous on vous propose pas encore ça puisque ça sortira à la rentrée (le clip était pourtant déjà diffusé en télévision, ndlr), ce que je vous propose, c’est justement l’air que tout le monde a sur les lèvres, et tant mieux c’est un tube : « Libertine », Mylène Farmer !

L’animateur pose son micro et quitte le plateau pendant que Mylène se met en place sur l’introduction de « Libertine ».

 

Publié dans Mylène 1985 - 1986, Mylène en INTERVIEW | Pas de Commentaire »

FRANCE SOIR MAGAZINE : Libertine de Mylène

Posté par francesca7 le 29 janvier 2014

 

25 OCTOBRE 1986 – Entretien avec Laurence BERUDELEY

1986-27

A propos de l’époque mise en scène dans « Libertine » :

- J’aime l’histoire. C’est l’un de mes seuls bons souvenirs d’école. J’aurais adoré vivre à l’époque de Louis XV. Les reines, les courtisanes et les petits marquis m’ont toujours fascinée.

A propos des costumes du clip :

- Par goût, j’aime ce qui est sophistiqué et je m’inspire beaucoup, pour m’habiller des vêtements que portaient les hommes à la fin du XVIIIème siècle.

A propos des personnages romantiques historiques :

- Louis II de Bavière me fait rêver.

A propos de la mode des années 80 :

- Si je suis dans l’actualité, c’est vraiment par hasard. Je m’habille toujours de blanc, cuivre, brun et mordoré. Ce sont des nuances qui vont bien avec mon teint.

A propos des rêves :

- Je suis sujette aux cauchemars. Il faut dire que je me complais dans ces atmosphères étranges. J’y prends même un certain plaisir. 

Publié dans Mylène 1985 - 1986, Mylène en INTERVIEW | Pas de Commentaire »

LA DÉPÊCHE DU MIDI – Mylène et son singe

Posté par francesca7 le 29 janvier 2014

 

24 AOÛT 1986 – Entretien avec Catherine HIQUET

mylène2

A propos de son singe, E.T :

- Je l’ai trouvé que les quais. Il est extraordinaire et nous communiquons très bien ensemble.

Aime-t-il la musique ?

- Oui, beaucoup mais il est très triste quand je pars, ce qui m’arrive de plus en plus avec des télés, les galas, la tournée d’été avec le podium d’Europe 1.

Il semble que vous réalisiez aujourd’hui vos rêves d’enfant ?

- Oui, j’ai toujours aimé chanter. A 10 ans j’ai remporté un premier prix de chant, mais je ne pensais pas alors faire ce métier. Je suis surtout venue en France pour faire du théâtre, mais c’est la mode qui m’a tout de suite accaparée, puisque je suis devenue mannequin. En 1983, au cours d’un casting, j’ai rencontré Laurent Boutonnat qui m’a proposé une chanson, « Maman a tort ». Le côté innocent-pervers de cette chanson a plu au public et depuis, je compose avec Laurent, devenu aussi mon producteur.

A propos des thèmes de ses chansons :

- Le piquant de la vie pour moi, est de provoquer, quitte à être censurée, ce qui arriva avec mon premier disque « Maman a tort ». Subversive, je le fus encore avec « On est tous des Imbéciles ». Maintenant je ne veux « Plus grandir », titre d’une de mes nouvelles chansons. Je n’ai jamais quitté mon adolescence et je ne compte pas l’abandonner. La vieillesse me traumatise. Cette fois, je crois que le sujet touche tout le monde. Quant à « Libertine », c’est la chanson choisie par les radios. Mais je ne cherche pas à faire des tubes. On me dit souvent qu’il est difficile de durer dans ce métier, moi je mise sur une carrière et je préfère y croire, je mise sur la continuité.

A propos du clip de « Libertine » :

- Dans le gigantesque salon XVII siècle, nous avons retrouvé l’ambiance de cette époque décadente. Avec des perruques et des grimages outranciers, nous avons donné le look libertin aux personnages de notre histoire qui se veut un véritable petit film avec une héroïne –moi, en l’occurrence), des duellistes, une rivale vengeresse, un marquis, des débauchés, une horde de paysans mercenaires. Laurent s’est beaucoup amusé à écrire ce scénario mêlant romantisme et érotisme.

Publié dans Mylène 1985 - 1986, Mylène en INTERVIEW | Pas de Commentaire »

TV VIDÉO JAQUETTES avec Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 29 janvier 2014

 

JUILLET 1986 – Mylène Farmer : Cendres de lune – Entretien avec Hélène MERRICK

1986-33-a

Comment est née cette « Libertine » ?

- Le texte de la chanson ? C’est presque une idée à moi : on était en studio, et au moment de placer ma voix sur la structure musicale qu’on mettait en place, j’ai chanté des paroles au hasard. Je devais être très heureuse ce jour-là, je chantais ‘je suis une pute, une putain’ ! Le compositeur s’est dit « Bon sang, mais c’est bien sûr » et il en a fait « Libertine » !

Et l’histoire que raconte le clip dont l’esthétique fait penser à Barry Lindon ?

- C’est une déformation professionnelle de faire cette référence ! Mais c’est vrai qu’il y a un travail des lumières un peu analogue, des éclairages à la bougie, des maquillages blancs. Le libertinage évoquait le 17ème siècle, et comme j’aime beaucoup le film de Ridley Scott, « Duellistes », je voulais insérer un duel. Tout ce travail s’est fait à deux, je n’en revendique pas la maternité ! Ce qui compte, c’est le résultat ! Ma part à moi, c’est d’être présente dans tout.

Quel cinéma aimez-vous ?

- Des cinéastes, plutôt : Stanley Kubrick, Elia Kazan, Polanski, Clouzot, Jean-Jacques Annaud…

Regardez-vous les films en vidéo, chez vous ?

- De plus en plus, par fainéantise ! Je regarde tous les films que j’ai ratés pendant une période où je n’avais pas envie d’aller au cinéma, peut-être parce que j’avais envie d’en faire ! Je viens de revoir pour la cinquantième fois « Un tramway nommé désir » et bientôt je vais voir « E.T. » dont on va me prêter une cassette !

Vous a-t-on proposé de faire du cinéma ?

- Non. Je ne vais pas au devant des gens qui pourraient m’en faire faire, je sors peu et surtout, avoir fait deux clips dans un esprit cinéma ne prouve pas qu’on est une fabuleuse comédienne !

Pourquoi faites-vous mourir Libertine à la fin du clip, comme dans un film où il est ‘moral’ de supprimer une fille de petite vertu ?

- Là, j’avoue que c’est une idée du metteur en scène. Je trouve que la fin est belle, c’est une histoire triste de  toute façon, mais rassurez-vous, c’est la version cinéma ! A la télévision, elle est écourtée, on ne voit pas le duel au début. Ca commence avec le galop du cheval, et ça se termine à la sortie du salon, avant que Libertine ne meure.

Une chanson immorale devrait finir immoralement, non ? Où se situent d’après vous l’immoralité et la provocation qu’on vous attribue dans la presse ?

- Fatalement à travers mes chansons, et aussi dans les chorégraphies que je fais à la télé. Certains gestes dérangent terriblement les gens.

Vous vous déshabillez dans un clip : est-ce une provocation ou une nécessité ?

- Ce n’est jamais nécessaire de se dénuder, c’est toujours accessoire et c’est bien ou malvenu, vulgaire ou aussi normal que boire une tasse de thé. Là, en l’occurrence, je ne crois pas que ça soit vulgaire. On parle de libertinage, alors s’il n’y a pas une paire de fesses ou un moment de nudité… ! Je n’ai pas grand-chose à dire sur ce sujet, se produire devant une caméra et dévoiler des secrets, c’est aussi obscène que se mettre nu à l’écran.

Feriez-vous comme Marushka Detmers dans « Le diable au corps » ?

- C’est un peu vicieux comme question ! Là, je réfléchirais. Je pense que ce n’était pas indispensable de faire ça dans un film, sinon pour provoquer des entrées !

Cultivez-vous une image de marque ?

- Pas réellement. Je réfléchis à une pochette de disque, une télévision, des photos de presse, des interviews, je ne sais pas…

Faites-vous attention à ne pas dire certaines choses ?

- Certaines, oui. Je ne les dis plus, car elles étaient mal comprises.

Vous mentez ?

- Oui, bien sûr ! C’est le privilège de l’artiste ! Le mot de sincérité qui revient constamment partout, je le bannis complètement dans ce métier de faux-semblants !

Pensez-vous avoir innové dans le domaine de la chanson ?

- La chanson est un art mineur, comme dit Gainsbourg. Il ne faut pas se prendre au sérieux ! J’ai évoqué des sujets comme la mort, la mère, la religion… On n’en a pas trop parlé en chanson.

Qu’est-ce que vous aimiez écouter à vos débuts ?

- Rien ! Je n’aimais rien ni personne ! (rires) Si : Jacques Dutronc, je l’aime toujours d’ailleurs. Je crois n’avoir pas écouté beaucoup de musique étant enfant. Après, je me suis tournée vers la musique de films et je continue. Un peu la musique classique, aussi. Au début, j’aimais le film et la musique, à présent je n’ai pas besoin de connaître les images pour acheter un disque de musique de film, surtout celles de John Barry que j’adore.

Avez-vous pris des courts de chant ?

- Non, je bénéficie des qualités de mes défauts : une voix fluette qui intéresse les gens, telle quelle !

Avez-vous réellement suivi une éducation religieuse ?

- Je peux vous mentir, là ! (rires) J’ai été traumatisée par les bonnes sœurs : elles me tapaient, je renversais  mes desserts par terre…

Vous avez mis le feu ?

- Non, j’aurais bien aimé mais je n’avais pas encore l’esprit à ça ! Maintenant, je crois que je le ferais, et puis (prenant l’air convaincu) je me dis des fois qu’un jour, je vais rentrer dans les ordres !

Vous ne me direz pas si vous en avez souffert…

- (retenant un sourire et d’un air de regrets) Je n’ai pas envie de mentir, aujourd’hui ! (rires) Non, sincèrement, bien que je n’ai aucune attirance pour ce milieu…

On raconte que vous avez fait du dessin…

- Oui, j’ai peu de temps pour ça et je n’ai pas beaucoup d’imagination, mes dessins sont toujours un peu morbides, je fais des bonhommes désarticulés…

Avez-vous fait toutes les cascades à cheval dans « Libertine » ?

J’ai fait de l’équitation pendant cinq ans, maintenant je n’ai plus le temps, mais si j’avais un cheval, je le monterais souvent et librement, sans aller dans un manège, sans l’embêter ! Je voulais faire les cascades moi-même dans « Libertine », mais c’est finalement une cascadeuse qui est montée en selle sur le cheval au galop et m’a doublée pour certains plans de bagarre : si j’avais eu un accident, tout aurait été annulé !

Me direz-vous combien a coûté le clip de « Libertine » ?

- Non ! (rires) Ca n’a pas coûté cent briques, comme certains le prétendent. Je n’ai pas envie de donner le prix !

Si les gens le croient très cher, c’est qu’il est réussi. Il a coûté la moitié de ce que vaut un clip français habituellement : un minimum d’argent, un maximum de talent !

1986-33-cEcrivez-vous des histoires ?

- Non, je n’écris rien, j’efface !

Qu’est-ce que vous effacez ?

- Tout ! Tout ce qui s’est passé hier. J’ai un don pour ne me souvenir de rien sauf de ce qui est vraiment marquant. Mon enfance, mon proche passé, je ne veux pas y penser une seconde ! Ce serait régresser, j’ai besoin d’aller de l’avant, de ne pas regarder en arrière.

Quelle attitude ont les garçons avec vous ? Sont-ils attirés par votre célébrité ou leur faites-vous peur ?

- Tout le monde n’est pas à l’aise avec moi, je n’en tire aucune satisfaction d’ailleurs, je le remarque, et surtout je n’ai pas envie qu’ils soient à l’aise avec moi ! Je n’en sais rien, j’ai l’impression d’être une vieille grand-mère quand on me pose cette question ! Je reçois des lettres de personnes que je ne connais pas qui déclarent leur flamme (elle s’interrompt) Non, je dis des bêtises, je ne fais pas une fixation là-dessus !

Et vous, quels sont les gens qui vous attirent ?

- Très souvent ceux que je ne peux pas approcher, docteur ! Ceux qui ont un sens de la folie. La vie est déjà suffisamment laborieuse et triste, on ne va pas s’ennuyer avec les gens qui ont des problèmes dentaires !

Même en traitant des sujets durs ou morbides, vos chansons sont très gaies, non ?

- Parce qu’elles sont cyniques. Le cynisme, ça sauve tout !

Etes-vous croyante ?

- Non. Par contre, je peux être intéressée par quelqu’un comme Ste Thérèse d’Avila, qui était une folle à lier elle aussi !

‘Aussi’ ?! Vous vous considérez comme folle à lier ?

- C’est un peu l’image que je donne dans ce que je fais. Je crois être quelqu’un de pas fou du tout ! Dans la vie, on a tous des moments d’égarement, mais je suis seule dans ce cas-là, il n’y a que mon singe qui me regarde avec des yeux ronds !

Vous pourriez me définir votre caractère ?

- (en secouant énergiquement la tête) Non ! (rires) Caractérielle ?

Bon alors, pensez-vous bien vous connaître ?

- Oui, oh oui ! Dommage, mais oui…

Avez-vous trouvé ce que vous vouliez vraiment faire dans la vie ?

- Voilà le genre de questions auquel je ne réponds pas ! (rires) L’avenir dira si on m’a pendue pour ça !

Avez-vous envie de faire autre chose aussi ?

- Je veux réussir dans tous les domaines, ne pas faire la même chose pendant vingt ans. Chanson, cinéma, m’occuper d’animaux à cinquante ans, pourquoi pas, tout et rien !

Fonder une famille ?

- Non, le pauvre, pauvre enfant ! Je n’en ai tout simplement pas envie.

Pensez-vous que chacun suit une destinée bien précise ?

- C’est cruel mais je pense que oui. Après, c’est une question de volonté. A nous d’affiner les gros traits qui nous sont tracés.

Où sont l’enfer et le paradis pour vous ?

- L’enfer, c’est d’être là et le paradis, c’est d’être là aussi ! Vraiment, l’enfer, c’est la maladie, la pire chose qui puisse arriver à quelqu’un. Et puis « L’enfer, c’est les autres » comme disait je ne sais plus qui !

Oui, l’autre, là !

-          (rires dans tous les coins)

Publié dans Mylène 1985 - 1986, Mylène en INTERVIEW | Pas de Commentaire »

Mylène Farmer : bonjour l’humour noir

Posté par francesca7 le 26 janvier 2014

 

Parution à PODIUM en JUIN 1986 – Entretien avec Robert de LAROCHE

1986-06

A propos de l’accueil frileux des médias du clip « Plus Grandir » :

- Quand on touche aux tabous, à la religion, aux enfants, à la mère, ça dérange. Mettre les gens en face de leurs angoisses, c’est un choix. Je suis de nature inquiète. Quand on est un peu lucide…

A propos du lancement de sa carrière :

- Ca a démarré assez fort avec « Maman a tort », quoique la chanson ait été interdite dans certaines émissions pour les enfants. « On est tous des imbéciles » et « Plus Grandir » ont été des succès d’estime. Pour moi, ça a été très enrichissant. Mais le succès populaire est aussi une chose importante. Dans ce métier, il faut tout avoir, ce qui est assez angoissant.

A propos de ses débuts d’auteur, sur « Plus Grandir » et « Au Bout de la Nuit » :

- C’est très bien d’écrire, mais extrêmement difficile. Je préfère confier l’écriture à ceux dont c’est le domaine.

Je donne des sujets, des phrases, et c’est tout. Une chanson, c’est si rapide, il faut tant de concision. Tout vouloir faire soi-même ne mène à rien.

A propos de sa place à part dans le milieu de la chanson :

- Oui, c’est vrai que je ne me sens proche de personne. Je n’en ai pas envie. Je suis une solitaire, un peu farouche; enfin, un peu moins, à présent ! Mais c’est si difficile de communiquer. Chacun a sa vie.

A propos de son goût pour la lecture :

- J’adore lire. C’est une chose géniale. On imagine ce qu’on veut, on voyage par la pensée.

A propos des artistes qu’elle admire :

- Regardez Barbara. Elle nous a donné la preuve qu’on pouvait merveilleusement parler du quotidien, et il n’y a rien de plus difficile.

A propos de son petit singe, E.T. :

- Il est inouï. C’est incroyable comme on peut communiquer avec lui. C’est vraiment beau.

A propos de ses souhaits pour l’avenir de sa carrière :

- Beaucoup trop pour pouvoir les dire ! Ca remplirait tout le journal !

Publié dans Mylène 1985 - 1986, Mylène en INTERVIEW | Pas de Commentaire »

FRANCE SOIR – Le programme télé de Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 26 janvier 2014

 

Émission du  6 OCTOBRE 1986 – Entretien avec Florence TREDEZ

1986-24

Lundi 

• A2 15h55 – C’est encore mieux l’après-midi

C’est encore mieux avec Dechavanne, ce ‘voyou’ aux manières de gentleman, ou le contraire. Une émission dynamique en diable.

• FR3 13h30 – Muppets Show

Formidable ! Je caresse l’idée, insensée peut-être, d’être un jour l’invitée des « Muppets ». A propos de marionnettes, je voudrai en profiter pour dénoncer l’un des scandales de la télévision française. Qu’on nous rende Bart et Ernest, ces deux présentateurs-marionnettes de « 1, rue Sésame », qu’une censure imbécile a envoyés au placard ! Je pleure surtout Bart, mon préféré, quoique, à la réflexion, Ernest et Bart soient indissociables.

• La 5 19h35 – Star Trek

À chaque fois que je regarde la 5, je tombe sur les oreilles en chou-fleur de M. Spock ! Horreur ! « Star Trek », c’est tellement idiot et abêtissant qu’à côté Bart et Ernest passent pour des philosophes ! A cause de « Star Trek », je n’aurai jamais d’enfants, car je ne veux pas qu’ils voient ça !

Mercredi

A2 21h55Le Dossier d’Alain Decaux

J’aurais aimé avoir un prof d’Histoire comme Alain Decaux, j’aurais peut-être appris plus de choses. Thème du dossier : ‘150 millions de fausses livres sterling pour Hitler’. Tout ce qui a trait à Hitler, comme à tous les personnages extraordinaires (Louis II de Bavière, Gilles de Rais, Néron, le chevalier d’Eon, …le Diable) me passionne. Je déteste l’ordinaire.

• FR3 20h35 – Embarquement Immédiat

J’ai une profonde sympathie pour Gilbert et Maritie Carpentier. Je déplore qu’on ne leur ait pas assez fourni de moyens pour cette émission. C’est une bonne émission de variétés, présentée par notre comique national, Boujenah. A part ça, j’ai tourné tout l’après-midi dans un restaurant italien, le lac d’Annecy est très beau, j’y ai vu des cygnes et un message…

Jeudi

• TF1 20h30 – Columbo

Columbo, ton univers impitoyable, ton imperméable mal repassé, ta mine triste me plaisent. A priori, tu n’as rien d’attirant mais c’est ce que j’aime en toi. Si je te rencontrais, je te proposerais illico un rôle dans le « Muppets Show ». Ta série vaut tous les téléfilms français réunis.

• A2 15h00 – Sergent Anderson

Je ne connais pas cette série, mais Angie Dickinson est une comédienne que j’adore. « Cinéma, cinémas » lui avait consacré une séquence où elle expliquait, avec humour, qu’elle avait ‘raté le coche’ d’une certaine façon, et qu’elle ne serait jamais une Jane Fonda ou un Meryl Streep. « Cinéma, cinémas » ! Le générique est génial.

Disons que c’est une émission qu’on regarde plus facilement quand on a bu un verre de trop de champagne que celle de Mitterrand.

Vendredi

• A2 21h25 – Apostrophes

Comment, au cours des siècles, a-t-on regardé le corps nu de son voisin, ou son propre corps ? Quels sont les rapports entre pudeur corporelle et pudeur des sentiments ? Autant de questions qui tentent de définir ce qu’est le sentiment complexe de la pudeur. ‘Je suis libertine, je suis une catin…’ J’aurais aimé avoir une présence physique, le clip de « Libertine » par exemple, sur le plateau d’ « Apostrophes ».

Samedi

• A2 22h25 – Les Enfants du Rock

Un spécial très spécial avec Frankie goes to Hollyw ood…

Les dessins animés J’ai vingt-cinq ans, et pourtant quand je vois ce pitoyable Caliméro avec sa coquille d’œuf sur le crâne, j’ai envie de pleurer !

Dimanche

• TF1 16h30 – Les Animaux du Monde

L’émission que ET et moi attendons chaque semaine !

Publié dans Mylène 1985 - 1986, Mylène en CONFIDENCES | Pas de Commentaire »

Mylène Farmer et Laurent Boutonnat parlent du clip « Plus Grandir »

Posté par francesca7 le 22 décembre 2013

1986-01-b

STARFIX – AVRIL 1986 :  Entretien avec Christophe LEMAIRE

Mylène Farmer : J’ai rencontré Laurent au temps où il était associé avec un autre producteur. Ils ont écrit ensemble « Maman à tort ». Ils ont procédé à un casting et j’ai été choisie. Jusque-là j’avais suivi des cours de théâtre et j’avais été mannequin.

A propos du clip « Plus Grandir » :

J’ai fait le story-board et ai confectionné la poupée que l’on voit dans le clip et surtout je me suis intéressée de A à Z à l’histoire.

Laurent Boutonnat : Pour moi le clip est un moyen pour raconter une histoire.

A propos de « La Ballade de la Féconductrice » :

- Il est passé trois fois à la commission de contrôle, ce qui n’arrive jamais. La première fois, ils voulaient l’interdire complètement, puis il est passé en commission plénière où on a voulu le X-er. Finalement, sa sortie a été restreinte à une salle avec une interdiction aux moins de 18ans. J’en avais 17.

A propos de la genèse du clip « Plus Grandir » :

- Je n’aime pas les story-boards, je préfère le découpage technique. Celui-ci m’a servi à décrocher les capitaux chez Polygram / Polydor. J’avais des facilités à négocier car j’étais le producteur de Mylène et que l’on venait de signer chez Polygram pour trois albums. C’est une sorte de co-production, il y a une partie qu’on me donne et une autre qu’on m’enlève de mes royalties. Finalement, j’ai fait le clip pour 330 000 francs, ce qui est un petit budget.

A propos des fantasmes mis en scène dans le clip :

- Fantasmes principalement religieux -j’ai été longuement en pension chez les jésuites- et liés surtout au monde de l’enfance. Tu sais, toutes ces petites choses qui, petit, te font peur. J’ai tenté de les retranscrire dans mon clip comme cette statuette phosphorescente de vierge qui s’anime ou les apparitions des naines. En écoutant bien on s’aperçoit que le texte parle de la mort, de l’enfance et de la perte de la virginité. En même temps, on peut bien extrapoler et en parler en termes différents.

A propos de l’accueil frileux de certains médias :

- « Bonsoir les clips » n’en a pas voulu parce qu’il le trouvait trop morbide, ce qui est un comble vu son créneau horaire. Refusé dans les juke-boxes à clips. Une compagnie américaine, qui est en train de monter un long métrage avec une sélection des meilleurs clips de tous les pays, m’ont renvoyé la cassette en disant qu’ils l’adoraient mais qu’il ne fallait pas toucher à la religion.

A propos des cinq jours de tournage :

- On a dû tourner en studio car j’ai utilisé le scope et qu’il faut énormément de recul, le double par rapport au format normal. Les studios Sets, où nous avons filmé, sont principalement réservés à la pub. Ils nous ont permis d’utiliser leur matériel de déco : panneaux, cartons, etc. … Pour faire le plan de la poupée dans l’eau, on s’est fait prêter une énorme bassine de 500kg avec un gros hublot qui s’est mise à fuir pendant le tournage.

1986-01-aTout ça pour trois secondes de projection !

A propos de son directeur photo, Jean-Pierre Sauvaire :

- C’est un type très doué. Comme il vient de la pub, il est habitué à tout faire (noir et blanc, couleurs, effets spéciaux, scope). Pour moi il est encore plus pro qu’un chef-op de cinéma. Le résultat était tellement parfait qu’il n’a presque pas fallu d’étalonnage.

A propos de son projet de long-métrage :

- Au départ, j’étais avec un producteur qui travaillait beaucoup avec Parafrance. Il m’avait proposer de monter un film de terreur ‘à la Corman’ pour un budget de 150 briques, tourné en deux semaines. Une série z pour le circuit Parafrance qui à l’époque sortait une floppée de films de ce style dans tous les genres. Ca ne s’est pas fait. J’ai alors écrit un script en quinze jours, un conte pour grandes personnes que je suis en train de remanier.

 

 

Publié dans Mylène 1985 - 1986, Mylène en INTERVIEW | Pas de Commentaire »

FR3 NORMANDIE – ROCKING CHAIR avec Mylène F.

Posté par francesca7 le 21 décembre 2013

1985-04-d

Présenté par Jan Lou JANEIR – 2 MARS 1985

« J’ai du caractère, et même un sale caractère. »

Mylène Farmer (assise à coté du présentateur, elle prend la parole pour accueillir les téléspectateurs) :  Bonjour, vous n’êtes pas sur FR3 Toulouse, mais sur FR3 Normandie ; l’émission n’est pas présentée par Guy Lux mais par Jan Lou Janeir ; je ne suis pas Chantal Goya mais Mylène Farmer ; la moquette n’est pas bleue, mais grise ; le décor n’est pas des palmiers, ce sont…

Jan Lou Janeir (l’interrompant) : S’il te plait…s’il te plait… Bon, t’arrêtes un peu ?! C’est bien sur le numéro 61 de « Rocking Chair » avec comme invitée vedette Mylène Farmer. Ca  s’annonce…conséquent ! (Mylène rit)

(Générique)

Jan Lou JANEIR : Salut, c’est « Rocking Chair », le numéro 61. Aujourd’hui, c’est pas vraiment simple puisqu’il sera question de femmes dans « Rocking Chair ».

MF : Je n’aime pas les femmes !

JLJ : Ca commence bien ! Avec comme invitée vedette Mylène Farmer : elle chante « Maman a tort », elle chantera aussi « On est tous des imbéciles », son nouveau 45-Trs -bravo, ça commence bien, très fort- avec aussi Biba et Les Bandits. Et on débute sans plus tarder avec une dame qui s’appelle Angelfred, le titre de la chanson « J’me félicite d’être là ».

MF : Moi aussi !

(…)

JLJ : L’invitée, aujourd’hui, de « Rocking Chair » je vous l’ai dit, elle s’appelle…

MF (elle achève sa phrase pour lui) : Mylène Farmer !

JLJ : Bravo, ben tu le sais par cœur ton nom !

MF : Oui, je l’ai appris !

1985-04-cJLJ : C’est un vrai nom ?

MF : Oui, c’est mon vrai nom.

JLJ : C’est pas un pseudonyme ?

MF : Non, non…

JLJ : Bon, ben je te le dis : ça sonne bien. Tu es née où ?

MF : Je suis née à Montréal, au Canada.

JLJ : Tu es québécoise ?

MF : Je suis québécoise, donc, et puis je vis en France depuis maintenant 8 ans. Et je suis plus française que canadienne.

JLJ : T’as pas l’accent du tout !

MF : Non, du tout. J’aime pas l’accent canadien.

JLJ : Pourquoi ?

MF : Ben, c’est…j’allais dire c’est un accent vulgaire. C’est un peu fort, mais c’est un accent que j’aime pas, qui ne m’est pas très familier.

JLJ : Tu es quelqu’un qui me donne l’impression de ne pas aimer grand-chose : c’est vrai ?

MF : Ca y est ça commence ! Pas du tout, je t’aime Jan Loup ! (rires)

JLJ : J’ai l’impression que tu es quelqu’un de vif !

MF : Je suis quelqu’un, oui, qui a un caractère, et même un sale caractère.

JLJ : Pourquoi tu dis ça de toi ?

MF : Parce que les techniciens vous le diront. D’ailleurs, ils sont derrière leurs caméras, ils peuvent rien dire, là, mais je suis sûre qu’ils… (rires)

JLJ : Mais dans le métier, t’es quelqu’un d’un peu dur ?

MF : Dur ? Non, je suis quelqu’un qui aime les choses bien faites. J’essaie, moi, de faire les choses bien, et j’aimerais que les gens fassent la même chose.

JLJ : Mais t’as pas l’impression qu’on est obligé de travailler avec tout le monde ? Par exemple, quand tu fais « Maman a Tort », ce grand tube qu’on va découvrir dans quelques instants, ce n’est pas toi qui écrit ni compose.

MF : Non. En fait, nous formons une équipe de trois personnes : il y a Jérôme Dahan, Laurent Boutonnat et moi-même. Les deux garçons composent, écrivent musique et paroles, et puis moi j’interprète.

JLJ : Mais tu m’as pas répondu : c’est pas simple de travailler en équipe, faut que tout le monde s’entende bien.

MF : C’est difficile, mais c’est quand même très agréable quand on est très liés. C’est important d’avoir des équipes soudées.

JLJ : Tu es très liée avec les gens avec qui tu travailles ?

MF : Très liée, oui. Je vois ces deux personnes tous les jours depuis un an maintenant, et on s’entend très bien.

JLJ : Tu voulais faire de la chanson ou tu voulais faire d’autres choses avant ?

MF : Je m’orientais vers le métier de monitrice d’équitation, et ensuite j’ai bifurqué vers les cours de théâtre et puis j’ai terminé par le métier de chanteuse et c’est très bien !

JLJ : Tu t’entendais bien avec les chevaux ?

MF : Très, très bien !

JLJ : D’accord. Parce qu’on sait jamais ! (rires)

MF : Les pauvres !

JLJ : On va t’écouter chanter, Mylène Farmer. Tu veux ?

MF : D’accord…

JLJ : (…) Ca s’appelle « Maman a tort », et puis vous allez la retrouver dans quelques instants, Mylène Farmer, puisqu’elle est l’invitée de « Rocking Chair », et attention : pour les questions, ça va barder tout de suite après ! (rires de Mylène)

Diffusion d’une séquence où Mylène chante et danse « Maman a tort » sur le plateau de l’émission.JLJ : Voilà, c’était Mylène Farmer, ça s’appelait « Maman a tort » -ça s’appelle toujours d’ailleurs, puisque c’est le tube, le premier…

MF : Oui !

JLJ : Mylène, c’est difficile de faire un tube ? Parce qu’après, quand on veut faire une deuxième chanson, c’est pas simple !

MF : Non, ce n’est simple pour personne.

JLJ : C’est vrai !

MF : Parce que la grande phrase, c’est « On vous attend au tournant », alors qu’on fait en sorte d’avoir une chanson aussi forte que la première, et puis d’avoir des prestations aussi bonnes que les premières !

JLJ : Ouais, c’est vrai, c’est pas simple.

MF : Non c’est pas simple, parce que le public est dur et exigeant, et le métier aussi. Donc c’est comme ça que se fait le tri au fur et à mesure, et puis y en a qui restent, et puis d’autres qui partiront, y en a qui reviendront, et puis…

JLJ : T’as envie de faire une carrière, Mylène Farmer ?

MF : Bien sûr. Je crois que c’est le rêve de toute personne qui débute, enfin j’espère. Je m’y accroche.

JLJ : Oui, mais de faire une carrière ? C’est-à-dire, bon…faire ça 20 ans ?

MF : Oui, mais ça s’apprend, ça aussi. C’est un métier, la chanson, donc va falloir prendre des cours de danse, des cours de plein de choses pour pouvoir éventuellement faire de la scène.

JLJ : Ha bon, t’as envie de danser en plus ?

MF : Bien sûr, oui !

JLJ : Ca te suffit pas de chanter !

MF : Non…

JLJ : De faire du théâtre ?

MF : Oui !

JLJ : De faire du cinéma, même ?

MF : J’espère le cinéma, mais ça je vais attendre un pour l’instant…

JLJ : Mais est-ce que c’est parce que t’as 23 ans, tu es toute jeune et tu te dis que finalement t’as envie de tout faire ? Mais tu sais, quand on veut tout faire, c’est ce que dit un certain nombre de gens, t’as pas peur qu’on se disperse ?

MF : Non, non justement, c’est ce dont je parlais : je préfère pour l’instant me consacrer à la chanson et plus tard, le cinéma s’il fait appel à moi, j’y viendrai.

JLJ : Quel effet ça fait d’être très connue à 23 ans ? C’est sympa ? C’est difficile à vivre ?

MF : Pour l’instant, ça m’est pas trop pénible, c’est même plutôt agréable ! (rires)

JLJ : Oui, j’imagine !

MF : Je ne sais pas, avec peut-être cinq ans de recul, je m’en plaindrai peut-être ! Mais là, ça va…

JLJ : T’as peu parlé, en tout cas, toi ! T’as beaucoup chanté, on t’a vu beaucoup : télé, radio… Mais t’as peu parlé…

MF : Oui… Ben, ce que je disais, c’est que dans les émissions qui sont consacrées aux variétés, la plupart du temps les interview s passent un peu outre. Et puis on a tendance à interview quelqu’un qui est installé depuis cinq, dix ans dans le métier plutôt qu’une jeune personne. Et puis les questions  sont pas très souvent intéressantes non plus, faut le dire !

JLJ : Mais c’est pas facile ça, aussi, de dire « Bon, la technique ça va pas, les questions ça va pas », plutôt que de toujours avoir, comment dire, tendance à donner les torts aux autres et pas à soi ? C’est un peu comme « Maman a tort », finalement : c’est pas toi qui a tort, là, à nouveau, c’est toujours les autres qui ont les torts, c’est facile non ?

MF : C’est bien, oui, c’est agréable ! (rires)

JLJ : C’est sûr, c’est très confortable !

MF : Non, non, non, non, moi je reconnais tous mes torts mais c’est vrai que j’aime bien accuser les gens aussi, mais quand j’en ai la conviction je le dis !JLJ : Tu m’apparais pas une fille facile, comme on dit. On sent quelqu’un qui a beaucoup de caractère.

MF : Bah oui, j’ai du caractère ! Une fille facile, ça je ne sais pas… (rires)

JLJ : D’accord…

Lancement ensuite du groupe Les Bandits par l’animateur, alors que Mylène imite le bruit d’un pistolet pour illustrer le nom du groupe.

JLJ : Qu’est-ce que tu aimes, là ? C’est aller chanter devant les gens quand on fait des galas, plutôt que de faire toujours des télés, des radios, être loin du public ?

MF : Oui, je vais dire quelque chose de banal : c’est peut-être le contact direct avec le public. Et puis, c’est surtout une performance.

JLJ : Ha oui, oui, pour soi.

MF : Pour soi, oui.

JLJ : Bien sûr. Quand tu disais tout à l’heure que tu voulais danser…

MF : Hmm hmm (elle acquiesce), je suis des cours de danse une fois par jour.

JLJ : Ha bon ?!

MF : Oui !

JLJ : Combien d’heures ?

MF : Heu, une heure. C’est déjà crevant ! C’est très, très difficile en fait, la danse.

JLJ : C’est pas trop peu pour faire ce métier, par rapport à la danse ?

MF : Trop peu, une fois par jour ?

JLJ : Une heure, non ? Je sais pas, je pose la question…

MF : Une heure par jour… C’est vrai que si j’ai à monter un spectacle, ça sera huit heures par jour ! Mais pour l’instant, j’ai pas mal de choses à faire : j’ai la promotion de ce disque…

JLJ : Bien sûr, « On est tous des imbéciles »…

MF : « On est tous des imbéciles », une fois de plus !

JLJ : (…) Et tu aimes aller voir d’autres spectacles de grands de ce métier ?

MF : J’avoue que j’y vais très rarement, je vais plus facilement au cinéma.

JLJ : Pourquoi ?

MF (elle soupire) : Oh, c’est sans doute par fainéantise, aller chercher sa place, faire la queue… Mais c’est un peu en fait le même phénomène que le cinéma : une fois qu’on est dans la salle, c’est un ravissement. Mais se déplacer, aller chercher sa place, tout ça c’est très pénible. Je suis très fainéante.

JLJ : T’es très casanière ?

MF : Oui !

JLJ : Ha bon ?

MF : Oui, oui, j’aime bien rester chez moi !

JLJ : Alors qu’est-ce que tu fais quand t’es chez toi ? Tu regardes la télé ?

MF : Ca m’arrive de regarder la télé, mais je lis, je réfléchis… Il m’arrive de peindre, aussi.

JLJ : Non ?!

MF (exagérément) : Si !

JLJ : Tu peins quoi ?

MF : Je peins des horreurs !

JLJ : Des horreurs, c’est-à-dire ?

MF : Je peins des petits enfants qui sont tout maigres, un peu comme moi, je peins des paysages un peu fantastiques… Je suis attirée par ces choses.

JLJ : Avec l’envie d’aller exposer, ou c’est vraiment de l’ordre du plaisir personnel ?

MF : Heu, exposer… Je crois que rien n’est fait par hasard, il faut vraiment avoir du talent. J’irais pas exposer mes peintures, non. C’est pas quelque chose que je revendique.

Lancement d’une séquence où, toujours sur le plateau de l’émission, Mylène interprète « On est tous des imbéciles » en effectuant sa chorégraphie et en multipliant les grimaces, plus qu’elle ne le fera sur toutes les autres prestations télévisées de ce titre !

JLJ : (…) Sympa, ce titre-là !

MF : Oui, les gens ont beaucoup d’humour et le prennent très bien !

JLJ : Qu’est-ce que tu penses du rock, Mylène ? Parce que bon, « Rocking Chair » c’est une émission de rock. Je t’ai invité parce que je trouve…

MF : Parce que tu pouvais pas faire autrement !

JLJ : Non, j’avais envie de te rencontrer, savoir ce qui se cachait derrière ce visage un peu flou, cette image floue que tu renvoies.

MF : Tu veux que je te parle du rock… J’avoue que j’écoute très peu le rock et que j’ai un peu de mal à le définir.

JLJ : Qu’est-ce que tu écoutes, alors, comme musique ?

MF : J’écoute un peu de musique classique, j’aime beaucoup Wagner. Sinon, il m’arrive d’écouter de la variété française, j’aime bien Gainsbourg, j’aime bien ce qu’a fait Adjani. Et puis il m’arrive aussi d’écouter de la variété anglo-saxonne, j’aime beaucoup Paul Young, les Beatles, j’aime bien… J’aime bien Julio Iglesias !

JLJ : Non !

MF : Si ! (rires)

JLJ : Tu dis ça… ?

MF : Sérieusement ! C’est un monsieur qui a énormément de talent, je trouve.

JLJ : Alors donc, tu penses que le talent… Tu le définis comment, toi, le talent, dans le rock ou ailleurs ? C’est quoi ? C’est ce qu’on ressent, ou c’est les gens qui se précipitent, comme ça, pour décréter que quelqu’un a du talent ?

MF : Bah, le talent ça peut être –c’est un tout,surtout- ça peut être une belle voix, ça peut être de belles interprétations et puis c’est surtout une aura, enfin quelque chose qu’a une personne, ce que dégage une personne.

JLJ : T’as pas l’impression si tu dis à un certain type de public que tu aimes Julio Iglesias, ou quelqu’un d’autre, que tu peux te couper d’un autre public ? Ou est-ce que c’est de la provocation ?

MF : Je ne pense pas, parce que justement, non, ce qui se passe pour Julio Iglesias puisqu’on en parle, a quand même un public très, très, très vaste.

JLJ : Oui, mais il a pas le public rock par exemple, ça c’est évident.

MF : J’en sais rien, j’ai pas demandé à quelqu’un de rock s’il aimait Julio… Je pense qu’on peut aimer les deux, au contraire puisque dans le rock, on a tendance aussi à les mettre dans un carcan. Je trouve qu’il faut s’élargir. Le rock, y a du hard-rock j’imagine, après y a le rock… Voilà !

JLJ : D’accord. Donc, tu n’as pas peur véritablement, toi, de te couper des autres en affirmant qui tu es, ce que tu penses…

MF : Mais au contraire, je crois que je me rapprocherais des gens. Dans ce métier, c’est vrai que j’ai un privilège, c’est de pouvoir mentir et dire n’importe quoi. Je joue un peu avec les deux, donc y a à en prendre et à en laisser ! (rires)

JLJ : (…) Voilà, c’était Mylène Farmer ! (…)

L’animateur annonce ensuite l’adresse postale de l’émission et propose aux téléspectateurs d’écrire une lettre d’amour à Mylène !

JLJ : La plus jolie lettre d’amour à Mylène Farmer sera récompensée de… Mylène ?

MF : Heu… Le droit de m’écrire une deuxième lettre !

 

Publié dans Mylène 1985 - 1986, Mylène en INTERVIEW | Pas de Commentaire »

1234
 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...