ELLE NE VOIT PLUS LE CIEL

Posté par francesca7 le 10 août 2015

 

 S’OBSCURCIT TANT ET PLUS, QU’À LA FIN LOUP ET LUNE SE SENTENT UN PEU PERDUS.

« Voilà c’est fini », avoue-t-elle entre deux sanglots. « J’ai perdu… J’ai pourtant cru longtemps qu’on allait le trouver, le garder près de nous pour lui dire des secrets… … Tout ça pour rien ! Tout ce  » ÇA  » qui vous mène au chagrin. Tous les jours à attendre un petit signe de vie, et puis rien que du vent, que du vent et du temps ! » Que du Vent, que du Vent qui fait bouger les Vignes, que du vent, que du vent ET PAS LE MOINDRE SIGNE ! Lisa ne contenait plus sa fureur, elle tapait sans répit et du poing et du pied, évitant l’Araignée qui, au sol, zigzaguait.

lisa4

ÉPUISÉE ENFIN, LISA FERME LES YEUX, POUR MIEUX VOIR DERRIÈRE EUX. Elle voyait le cimetière où reposait Grand-Mère, entendait doucement sa voix rauque et tremblante, cette voix d’autrefois, que Lisa aimait tant ! « C’est tout chaud dans le cou quand ses mots dégoulinent », se souvient-elle. Cette même voix lui disait : « N’abandonne pas, ma Lisa, il est là, je le sais ! Il est si près de toi ! N’abandonne pas, Lisa, ton cœur a fait son choix, et il sera à toi… Il faut que tu me croies, retrouve confiance en toi. » Un très léger frisson parcourait son échine. Lentement, la naissance d’un joli sourire se dessina sur le bord de ses lèvres. « Elle a souri, et elle reprend vie ! » chantent tous ses amis. Mais Loup, lui, est parti. Loup s’est évanoui dans la nuit. (Il sait que Lisa n’aura bientôt plus besoin de lui.) Elle n’est plus seule aujourd’hui… … Une silhouette au loin, découpée par une lune amie, s’avance à grands pas ; ses pieds nus ne semblent toucher sol… pourtant il ressemble à un homme ? Le cœur de Lisa bat pour lui, et mon cœur bat aussi.

APRÈS TOUT, IL LUI RESTAIT ENCORE AU MOINS CENT ANS ICI ! … Quel s o u c i !

Merci… à tous ceux que… J’aime !!!

 

extrait de Lisa-Loup et le Conteur aux Éditions Anne Carriére

Publié dans LISA LOUP et le conteur | Pas de Commentaire »

DECOURAGEMENT des propos de Mylène

Posté par francesca7 le 8 août 2015

 

Les mois passent, les années passent, Lisa est lasse… parfois. Ils ont vu tant de choses, posé tant de questions qu’il faudrait des années pour décrire tout ce qui s’est passé. Bien sûr, ils se sont disputés, dit des mots qu’on voudrait oublier, mais rien aujourd’hui ne les séparerait ! Ils sont tous si différents, si délicieusement compléments ! Lisa ne portait plus ses chaussettes toute la nuit, mais des collants quand il faisait froid dedans ; elle n’utilisait plus des gommettes pour se faire des pommettes haut placées (comme les grands), elle avait grandi l’enfant… Et comment ! DÉJÀ 17 ANS !

la mort

DÉCOURAGEMENT Après des jours et des jours, après des mois sans amour, Loup et Lisa ont traversé les humeurs des uns, traversé les saisons des autres, stoppés par des murs d’incompréhension, par des tribus de bougons, les bourgeons donnaient des fleurs, les méchants, des peines au cœur. Et Lisa commençait de désespérer. Pas pour l’attitude de pauvre chien mouillé, ni pour la compassion qu’elle pourrait susciter… elle se désespérait vraiment : la lumière de ses yeux prenait un air vitreux. Ni Loup ni l’Araignée ne l’avaient vue ainsi. Elle restait là, prostrée comme une guirlande guindée qui a raté Noël. Pauvre Lisa, ses chaussettes avachies qui étaient sa fierté n’ont plus de réparties, elles sont tristes elles aussi !

« Est-ce que tu veux aller au cinéma ? » demande Loup à Lisa. « Est-ce que tu veux gagner des chats ? » lui demande l’Araignée. « La kermesse n’est pas loin et Martin a des mains ! Il peut viser les cibles, dégommer des lapins, emporter le gros lot et… Oh oh !… » (Confuse est l’Araignée, réalisant la gaffe.) « Mais j’n'ai pas fait exprès ! » dit-elle en se courbant, « Aïe ! » Évitant de mille sauts, « ouille ! » le courroux du Jeannot ; craignant Lapin Martin qui, rouge et très rageant, lui montre un peu les dents. « Ce que j’en dis, moi… C’était tout pour Lisa », s’essouffle l’Araignée, légèrement piétinée. Petite Lisa n’a pas peur du noir, ni même des cris la nuit, pas plus que des Orties, qui piquent les Orteils ; Lisa n’a pas peur des Ogres, des monstres de l’enfer, des gores du Commodore, encore moins des abeilles ! Alors qui ? Ou plutôt quoi, effrayait tant Lisa, au point de la pétrir ? Son âme était broyée, sa vie anesthésiée.

extrait de Lisa-Loup et le Conteur aux Éditions Anne Carriére

Publié dans LISA LOUP et le conteur | Pas de Commentaire »

DANS UN MOUVEMENT DE CORPS QUI RÉVEILLERAIT UN MORT

Posté par francesca7 le 8 août 2015

 

LISA SE TOURNE ALORS VERS MOI ! S’adresse à « MOI » en vrac, en pleurs, et me demande, À MOI ! L’AUTEUR de cette histoire qui fend le cœur, une solution à son problème « métaphysique et pas comique ».

« COMMENT VEUX-TU QUE JE TROUVE LA MORALE QUAND MOI-MÊME SUIS ATTEINTE PAR CE TERRIBLE MAL ? MOI AUSSI, JE M’ENNUIE, JE M’ENNUIE, JE M’ENNUIE. C’EST POUR ÇA QUE TU VIS… C’EST POUR ÇA QUE J’ÉCRIS ! »

pardon

extrait de Lisa-Loup et le Conteur aux Éditions Anne Carriére

Publié dans LISA LOUP et le conteur | Pas de Commentaire »

LISA DÉGOBILLA. PLUS RIEN DANS L’ESTOMAC

Posté par francesca7 le 5 août 2015

 

sang Un tout dernier sursaut, juste en bouquet final, le hoquet peu banal de la phase terminale, qui la force à cracher le petit cachotier : UNE PETITE GOUTTE-ENFANT UNE PERLE DE SANG.

Lisa observe et fixe son attention sur ce petit bout, qui gît, à plat sur le gazon… La sanguine souffle un peu, mais reprend vite ses esprits. Elle lui donnera son nom, et même l’objet de sa visite ! Lisa comprend que la goutte expulsée se prénomme : « L’ENNUI ». « Je suis l’ennui de siège et je coule dans tes veines !

J’étais là, prise au piège par tes peines qui sont vaines ! »

Lisa était tout ouïe : « Non pas celles du cœur, ni celles d’emprisonnement, mais celles de ton  » malheur  » qui te rongent lentement et pèsent comme un couvercle sur tes ressentiments : je veux parler de ton  » ENNUI « , Lisa, qui t’empêche de vivre. » « Mais moi, je n’y peux rien, si je m’ennuie tout le temps ? » dit-elle. « Si tout me lasse trop vite, si le matin me dit : aujourd’hui est pareil à demain qui le suit, qui m’ennuie, qui s’épuise, parce que tout est écrit ! » « Je m’ennuie ! Je m’ennuie ! Je m’ennuie ! » crie l’autiste, « je m’ennuie ! Je m’ennuie ! » dit la toute petite, qui en vomit des litres.

Une flaque opaque se répandait tout autour de Lisa. Dans une piscine d’hémoglobine, qui bientôt se meut en lac, douce COMPTINE CALIGULINE, Lisa se noie, l’humeur Caligula.

 

extrait de Lisa-Loup et le Conteur aux Éditions Anne Carriére

Publié dans LISA LOUP et le conteur | Pas de Commentaire »

LUCIFER PAR MYLENE FARMER

Posté par francesca7 le 5 août 2015

le titre

Tous sont éparpillés-séparés-solitaires, tous ont sousestimé l’emprise de : « LUCIFER ». ET DE CUEILLIR JOLI FRUIT MÛR, POUR LA BROYER EN CONFITURE.

Lisa est seule et entamée, la porte de l’église à laquelle elle s’est adossée est bel et bien close, mais néanmoins utile à l’enfant. Elle avait besoin d’une pause, pour respirer à nouveau (parce qu’elle a le cœur gros !) Quelle ne fut pas sa surprise quand elle se retrouva sur le postérieur : la porte qui s’est ouverte ??? Alors qu’elle est fermée ?… Personne à l’intérieur, pas de battements de chœurs… (Que l’odeur de l’encens qui soulage la petite, qui souffre depuis longtemps d’une drôle de sinusite.)

Alors, Lisa pénétre dans le lieu de culte, endroit qu’elle connaissait… puisqu’elle y dégustait l’hostie ! Histoire de faire comme ceux (qui nous affirment encore), que c’est, bien sûr, ici, le corps (celui d’un mort) : LE CORPS DU CHRIST.

« Il doit avoir bien mal, quand on lui mord le cou ! » pensait Lisa chaque fois qu’elle se mettait à genoux. « Hostia, ça veut dire VICTIME, en latin ! » ditelle tout fort, pour se donner la force. « C’est Mamie… qui me l’a dit… » Mais Lisa a compris… Elle sait que quelque chose d’étrange va se produire ; plus rien n’est comme avant dans cette église. Tous les cierges sont éteints, les bénitiers vidés de leur eau sanctifiée, tout est tout : chamboulé-mélangé-malaxé, un magma de papiers qui jonche sol mouillé.

« Des pages de la Bible ! » remarque la petite. Toutes sont éparpillées, c’est le Jugement dernier. Lisa se démène avec l’Invisible et, sentant sa présence maligne, se met à hurler, les yeux tout injectés : « Mais qu’est-ce que je t’ai fait, et qu’ai-je fait de mal ? Montre-toi ! Si tu es si malin ! » crie-t-elle pour cacher son chagrin.

MAIS LA BÊTE PERTURBATRICE SE PREND POUR UNE ARTISTE ! ET DE « GARBONISER » SON CHOIX : N’APPARAÎTRE QU’AUX ENDROITS OÙ L’ON NE L’ATTEND PAS.

L’obscurité du lieu n’a rien de réconfortant. Lisa tremble d’effroi, quand soudain : UNE LUMIÈRE DIVINE illumine le plafond et découvre des fresques, qui ouvrent l’horizon… Mais NON ! Lisa sait qu’il ne s’agit pas là d’une illumination, ni ne s’agit de FOI, puisqu’elle-même ne croit… (en tout cas pas comme ça). D’ailleurs, elle ne ressent aucune chaleur qui enveloppe son âme, plutôt un froid glacial qui annonce « l’ANIMAL » !

Et elle avait vu juste… Des éclairs se forment au-dessus de sa tête, manquant de peu de lui griller les yeux. Ce même froid glacial s’empare alors de l’édifice. (Elle avait vu cela dans un film :  » L’Exortriste  » ou quelque chose comme ça, et ça ne s’oublie pas !!!) « OÙ ES-TU ? » hurle l’enfant. « Montre-toi ! » reprendelle en pleurant. « Je suis à l’intérieur de toi, Lisa, je suis au fond de toi, au plus profond ancré, IL TE FAUT ME TUER ! » C’est donc une voix intérieure qui lui répondra, et non pas celle qu’elle suspectait ; et ce n’est ni la voix de Grand-Mère qui vient à son secours, ni la voix du conteur qui est grave-velours, mais celle de sa conscience… qui martèle son cerveau, et lui souffle « abondance » de 3 tout petits mots : « C’EST TON CHOIX, c’est ton choix, c’est ton choix ! jeune Lisa. »

« Que veut dire ce message ? Comment le décoder ? » sanglote-t-elle. « Tous mes amis sont partis et personne pour m’aider ?… » Lisa court au-dehors et s’effondre en pleurant. C’est alors qu’elle expulse de son corps enfantin toutes les déconfitures, tout le poids des chagrins qui s’étaient amoncelés pendant toutes ces années.

 

extrait de Lisa-Loup et le Conteur aux Éditions Anne Carriére

Publié dans LISA LOUP et le conteur | Pas de Commentaire »

LISA N’A PAS PEUR DE LA NUIT QUI EFFRAIE LES PETITS

Posté par francesca7 le 3 août 2015

 

Mais la NUIT sera différente cette fois-ci ! Parce qu’elle va profiter vilement d’un moment, d’une défaillance de l’enfant. Il y a de l’électricité dans l’air et les nerfs sont à vif ; Lisa est toute tendue comme l’arc de « Clupidon » …(ou à peu près ce nom). Seulement, pas de rencontre amoureuse qui point à l’horizon ! NON, plutôt « Sieur BELZÉBUTH (qu’on nomme aussi DÉMON). (Quelque chose qu’elle pressentait puisque son nez démangeait !)

La peur

Ses compagnons sont auprès d’elle, nul ne démentirait… Mais l’ennemi qui la guette a plus d’un tour dans son sac à épices, plus d’un jour dans sa vie de malices ! Il reconnaît tous les malheureux qui tentent de lui échapper en feignant d’être heureux, quand ils souffrent d’ennui. Et il s’amuse bien vite avec eux pour les amadouer, car :

IL SAIT LES YEUX QUI RIENT ET QUI MIMENT LA JOIE, MAIS IL SAIT AUSSI LES SOURIRES QUI SE FIXENT EN EFFROI. ET IL AIME EFFRAYER, C’EST LÀ SON MÉTIER !

Heureusement, l’église est à proximité et ils pourraient tous s’y planquer ?… (Mais la porte est fermée.) Ou peut-être là, dans le petit cimetière qui est derrière le presbytère ? Après tout, les pierres tombales sont cachettes merveilleuses pour tous les écureuils. (Lisa en avait vu des milliers qui jouaient à cache-cache.) « Pourquoi ne pas faire comme eux et frôler les cercueils, sans faire le moindre bruit, que personne ne se fâche ? » ose la petite. Personne ne sentait réellement le danger arriver. Sauf Lisa ! C’est ainsi que, de but en blanc, elle proposa à ses amis de longtemps de faire un tour chez les mangeurs de racines, les douze mille enterrés en doux col de VERMINE. « Pas question !!! » s’affole le ver.

« Moi, j’ai le mal de terre ! ET SANS MOI ! VOUS IREZ !!!!!!!. Vous entendez ???? Le jour où je dis oui, ce sera le jour J, et ce sera », dit le rampant, « les pieds devant… si je puis dire ! » « Mais qu’est-ce que ça peut faire ? » lui rétorque l’Araignée. « Tu es un ver de terre, pas un ver de salon ! Tu fais honte à tes frères qui nourrissent les poissons. Et même les vers qui grouillent sur les dépouilles se moqueront de toi, si tu es paltoquet. Tu n’as plus bien le choix », ironise l’arachnée. « Vexante tu es ! Et blessante avec moi, de surcroît ! » balance l’asticot, qui, là, est aux abois. « Il ne manquait que cela ! Puisque tout le monde se ligue contre moi, je fais fi de notre amitié et, désormais, ferai un ultime pied de nez à l’adage encombrant :  » L’union fait la force.  » Eh bien MOI, je lui dis : CROTTE ! À bon entendeur, salut ! »

LE CLIMAT SE DÉGRADE DE MINUTE EN SECONDE, ET PROMET POUR L’ÉQUIPE UNE CHUTE DE TENSION, UNE CHUTE DU MONDE !

Lapin Martin suit l’Araignée, qui, elle-même un peu outrée par le comportement navrant du ver rampant, décide de partir pour d’autres continents. Sans même dire « au revoir », ni « à bientôt », « je reviens tard ! ». Tout est cafard. Aussitôt dit, et pas d’espoir ! Tout ceci n’avait ni de fondements, ni aucun sens. (Un peu comme l’hystérie des filles de cinquante ans.) 1988-02-dL’Âne-Catin boude dans son coin, Lisa a sans doute été un peu dure avec lui… « C’est vrai ! » Mais s’il savait combien elle était triste de fui avoir parlé de la sorte ! Et elle se voudrait morte ! Il en serait probablement tout retourné de ne pouvoir lui pardonner. Mais il est ignorant et pas vraiment content… C’est ainsi. C’est aussi « l’idéal » chantier de vanité pour l’ENTITÉ, le MAL, d’avoir à sa portée une petite étoile, qui est bien mal en point, puisqu’elle est à cheval entre l’envie d’aimer et l’envie de crever.

 

extrait de Lisa-Loup et le Conteur aux Éditions Anne Carriére

Publié dans LISA LOUP et le conteur | Pas de Commentaire »

Comment dire je t’aime Mylène

Posté par francesca7 le 3 août 2015

 

MAIS, COMME JE NE M’AIME PAS, COMMENT DIRE :  » JE T’AIME  » À SOI-MÊME ? Est-ce que tu le sais, toi ? » questionne Lisa. Mais Loup ne répond pas, puisque Loup n’entend pas.

je t'aime

« Veux-tu que je te mette sur mon dos ? » questionne la petite, « tu me semblés bien à plat, même si c’est ton état ! Tu es en mauvais état, je ne le supporte pas ! » « Pas la peine », pense Loup, qui est tout mou. « Je te suis comme ton ombre, aucune chance de me perdre, ne seraitce qu’une seconde. » La grue perce le ciel ; Loup et Lisa percent les oreilles des passants : ils chantent à tue-tête des airs très populaires, qui irritent les camions qui font crisser l’essieu, agitant les gitans, qui, eux, jouent comme des dieux, contaminent les pigeons (rebuts de vieux bidets), réussissant au mieux, à nous les disperser… Mais tout ça dans un chaos général et ça, c’est bon pour leur moral ! Ils se rapprochent peu à peu du lieu de cantiques… C’est bien ici que, chaque dimanche, la petite et d’autres enfants se partageaient l’hostie et les sermons trop lents. (Pardon ! L’auteur s’égare !)

Se partageaient l’hostie et les « ENSEIGNEMENTS ». Lisa avait vu juste ! Humphrey et l’Araignée étaient assis nonchalamment, à l’ombre d’un olivier. Quant à Lapin Martin (des carottes à la main), il se frottait le nez ! (Tout de même un peu gêné…) Lisa n’avait pas envie de les incriminer. L’heure n’est plus aux règlements de comptes. À chaque jour suffit sa peine, même si demain est un problème… Rien ne sert de courir si l’on boit du bon vin… Remettre tout à demain, c’est parfois pour le bien… etc. etc. Et le vent, qui était content, faisait danser les branches du centenaire au corps noueux. (C’était d’ailleurs l’arbre favori de Grand-Mère, qui est aux cieux).

LA PETITE GLISSE ALORS TOUT BAS À L’OREILLE DU TOUT PLAT QU’UNE VAGUE FORME ET DEUX POINTES (QU’ELLE N’IDENTIFIAIT POINT) LES FIXAIENT FIÉVREUSEMENT…

« C’était troublant », pensait-elle. « Exactement comme le regard d’un enfant qui voudrait tant qu’on l’aime… qu’on lui dise tous les jours… qu’on l’inonde d’amour, pour qu’il donne en retour, sans douter, sans détour. » Et ce regard, Lisa l’avait déjà croisé, puisque son nez la grattait ! Au zoo, peut-être ? Ou à la S.P.A. ? (L’orphelinat des chats…) ou……………………… quelque chose comme ça ! Derrière l’arbre précieux se dessinaient des yeux, puis des pattes qui sont quatre, une queue insolente qui chassait les « volantes », et un flanc rebondi qui n’aime que les orties. Mais, pour identifier l’inconnu, Lisa et Loup contournent comme des Sioux le tronc de l’olivier, et découvrent avec stupeur : un âne à croix.

UN ÂNE À CROIX PRÈS DE L’ÉGLISE ??? QUELLE CRISE DE RIRE !

En effet, sur son dos, une croix dessinée s’allongeait sur le pelage de notre âne bâté ! « Bonjour ! » dit Lisa (qui semble très intriguée par ce nouveau venu). « C’est parce qu’ils t’ont crucifié que tu ne souris plus ? » L’âne ne savait que rétorquer. Après tout, il était ignorant, et comme pour s’excuser de ne combler les blancs… il montra ses douze dents, qu’il avait de fort blanches. « Qu’est-ce-que tu sais faire, à part braire ? » demande la petite. « Et puis quel est ton nom ? »

catin

« On m’appelle l’Âne-Catin… Ma maman est fille de joie, c’est pour ça ! » dit-il, très fier. « Elle est toujours contente, c’est donc ça ? Quelle chance elle a… Loup, tu vois, j’en étais sûre ! Il y a des gens sur terre qui sont des êtres élus ! » (Mais elle ne se doutait pas que l’Âne était bâtard, et toujours en pétard. Ainsi, son père ne l’a point reconnu, alors qu’il était nu… il n’avait pas crié, et déjà il était repoussé !) L’Âne a donc conté son histoire, et Lisa, pour changer, broie du noir ! « … Et en plus l’église est fermée ! » s’énerve-t-elle pour masquer son trouble. « Et en plus les puces de l’Âne qui se sont déchaînées ! ! ! » pense Loup, qui n’aime pas ça du tout !

« C’est un comble ! D’accord, la lune est ronde », reprend la petite, « mais N’EST-IL PAS ABSURDE que nul, à cette heure-ci, ne soit bien accueilli dans la maison de Dieu ? »

« N’est-il pas normal que l’on se réfugie dans ce lieu peuplé d’anges et d’hospitalité ? » s’associe l’Araignée. « C’est une sainte hypocrisie ! ajouterais-je (le ver est vert), de dire que ce lieu de prières, en somme, ouvre ses bras à n’importe quel homme, alors qu’une lourde porte s’érige devant les cieux, devant leurs vœux ! » Loup, quant à lui, n’en pense plus rien… Il fixe d’un œil « ânin » l’Âne-Catin… Lapin Martin est mécontent, il se lamente : ses carottes ont un fort goût d’amiante ! « Tout fout le camp ! » grogne-t-il, « elles n’ont même plus le goût des champs ! Mais un vilain goût de la ville. » Tout ce beau petit monde semble être au bord de la craquette !

Et pour distraire la tempête qui guette, Lisa invite toute la ménagerie à faire plus ample connaissance avec leur tout nouvel ami. Après bien des discussions, LA PETITE PHRASE MAGIQUE (que tous redoutent tant puisqu’elle fâche à chaque fois l’enfant) est libérée et, d’une seule volée, percute les feuilles de l’Âne, tout hébété. « Est-ce que tu sais raconter des histoires qui font veiller tard ? » demande Lisa avec sa toute petite voix. Sans même réfléchir (et là… craignons le pire !) l’on voit « Âne-Catin » qui s’élance en cadence dans une folle danse qui frôle l’hystérie, qui frôle le débit ! « Sssûr ! » commence-t-il… (Petite recommandation de l’auteur : à lire à mille à l’heure !)

« C’est Blanche-Neige, elle est avec les sept nains. Elle a mordu dans la pomme, elle est morte ! » s’excite-t-il. … C’est un petit garçon, il met les miettes dans la forêt, ils lui ont tout bouffé, il est mort ! » s’énerve-t-il. … C’est Cendrillon, elle a des méchantes sœurs, elle a trouvé une citrouille, elle est allée au bal, elle a perdu sa chaussure, elle est morte ! » enrage-t-il. … C’est Peau d’Âne, elle a mis une peau sur le dos, elle a fait un gâteau, elle a perdu sa bague, elle est morte ! » en bave-t-il. « Mais, arrête ! Tu dis n’importe quoi là ! » hurle Lisa. « C’est jamais court comme ça les histoires ! Les tiennes n’ont ni à manger, ni à boire. Alors, arrête maintenant ! C’est déprimant !!! Je préfère bien manger la terre, que de t’écouter braire ! » L’Àne-Catin, qui n’a de répartie, est un piètre conteur… (L’idée fut une erreur !) LISA A BIEN COMPRIS LA LEÇON : PAS DE CONTREFAÇONS ! Les deux seuls êtres qui pouvaient l’apaiser, étaient l’homme qui raconte et sa Grand-Mère aimée… Le bel homme des contes, qui jamais ne venait.

Lisa3

extrait de Lisa-Loup et le Conteur aux Éditions Anne Carriére

Publié dans LISA LOUP et le conteur | Pas de Commentaire »

Le vent qui poussait la fillette venait d’éparpiller le tout petit en miettes

Posté par francesca7 le 1 août 2015

 

« Suis-moi, si j’étais toi… j’ai une petite idée… » reprend-elle. « Allons droit vers la grue… Ils sont peut-être là-bas, nos amis disparus ? » Loup ne se fit pas prier bien longtemps, devant tant d’innocence et de tempérament, il fut conquis de suite, fut conquis sur-le-champ !

petit en miette

En un instant à peine, il se réconstitua, pour le seul plaisir d’être aux côtés de Lisa. Il eut pourtant une boule d’amertume qui trahissait une lassitude.

« JE N’EXISTE PAS, JE SUIS TOUT PLAT, ET PAS DE PAPA ! » dit Loup.

« Mais arrête de dire ça tout le temps ! Tu mens… » dit Lisa (qui perd un peu le contrôle de la situation). « C’est moi qui t’ai inventé, je t’ai créé, alors je sais… » « Non… » dit Loup, « non ! J’étais là avant toi. » « Ah ??? » s’interroge Lisa, tout en marchant. « Oui, j’étais là avant toi, puisque j’étais Moi ! » Lisa, comme vexée d’être un peu dépassée, s’empresse de lui rétorquer : « Ah bon ! Et tu étais quoi alors ? » « J’étais un dinosaure », répond Loup. « Tiens donc, et pourquoi tu es tout plat, là ?… » reprend Lisa. « Parce que c’est l’Âme de mon corps d’autrefois. » « Si tu étais là avant moi, alors pourquoi répètes-tu sans cesse :  » Je n’existe pas ?  » » « Parce que je n’attends que toi pour me le dire tout bas… », dit l’enfant plat. « …

Que tu existes en moi ? » « Oui, et je suis là pour Toi ; et toi, c’est moi ! » conclut Loup, sur le coup. Lisa n’était pas très sûre de comprendre. Pourtant, ce que Loup lui disait était important. Si Loup ne parle pas vraiment, que dans les pensées de Lisa, c’est qu’il est la partie emmurée de l’enfant :

CE QU’ELLE NE DIT PAS.

Si Loup n’entend pas, c’est qu’il est encore trop tôt pour Lisa d’entendre ce que la vie doit lui enseigner, ce que sa peur doit apprivoiser. « Ne me quitte plus jamais, d’accord ? Tu es mon meilleur ami, ma moitié d’appétit », dit Lisa dans un petit sanglot. « Si je dois dire JE T’AIME, c’est à moi qu’il me le faudra dire tout bas… C’est ça ??? Et moi, c’est Toi ! Et toi, c’est Moi ?

extrait de Lisa-Loup et le Conteur aux Éditions Anne Carriére

 

Publié dans LISA LOUP et le conteur | Pas de Commentaire »

LA RELIGION VUE PAR MYLENE

Posté par francesca7 le 1 août 2015

 

LA RELIGION SEMBLE ÊTRE UN FARDEAU QUI REND LES FOUS PLUS FOUS, QUI EN REND FOU PLUS D’UN… QUI EST TOUT POUR CERTAINS, QUI SE PERDENT EN CHEMIN !

Mais, comme Lisa était baptisée, c’est naturellement qu’elle fut envoyée tous les dimanches chez le Père Dition, (quel drôle de nom !) pour se familiariser avec la BIBLE : UN CONTE pas ordinaire, mais bien moins drôle qu’un dictionnaire ! Elle se dirigeait alors tout simplement vers l’école du catéchisme, dont elle avait longuement usé les bancs. Elle en avait parlé, bien sûr, à ses trois amis, mentionnant sa proximité avec une gigantesque grue, qui fendait l’air et plus !

Religion

était longiligne, la fille la plus haute de la ville ! Elle espérait bien trouver là ses copains. Mais c’est sur le chemin qu’elle fut percutée par une rude pensée…

POURQUOI LOUP N’ÉTAIT-IL PLUS À SES CÔTÉS ?

Lui qui devait être son ombre ! Sa moitié ! Sa pénombre ! Il ne l’a pas suivie dans la prison (mais le soleil non plus n’y rentre)… Alors ???? Bien sûr ! Le soleil ! Dehors, celui-ci était caché par des nuages au plumage qui fait rage chez les grands couturiers !

IL SUFFISAIT DE REGARDER EN L’AIR POUR PERCER LE MYSTÈRE !

Loup avait trouvé refuge dans la ouate adorée. Après l’arrestation, après tant d’émotions. Loup réclamait douceur et besoin de rêver. Les deux pieds sur terre ? QUE NENNI ! C’est un pied de nez à l’évasion. C’était pour lui indispensable d’avoir la tète dans les nuages, pour faire passer l’orage des mauvaises intentions, des gros, des gris, des gnons ! « Tu peux descendre maintenant, j’ai beaucoup de choses à te conter », dit Lisa à Loup (qui n’est déjà plus là !)

extrait de Lisa-Loup et le Conteur aux Éditions Anne Carriére

Publié dans LISA LOUP et le conteur | Pas de Commentaire »

LISA-LOUP CHERCHE UN GRAND FRERE

Posté par francesca7 le 30 juillet 2015

 

« BONJOUR, DIT LISA, JE CHERCHE QUELQU’UN DE  » RARE  » ! »

« Tu l’as devant toi », dit l’homme. « Elle s’appelle Kolia. Elle a grandi ici et finira sa vie… » « Mais je sais ! C’est une souris », dit la petite fille. « Et elle vivra longtemps, c’est très intelligent ! » « Sans doute… » répondit l’homme attendri. « Tu cherches donc quelqu’un qui parle tout le temps ? » « Il ne parle plus depuis qu’il fait chaud, il est parti de sa maison sans même dire un mot », répond Lisa. « Loup et moi, on dormait comme des marmottes, tu comprends, il faisait froid grelotte, bien sûr il aurait pu attendre mais il ne savait pas qu’on allait le surprendre… Vous savez, il écrit. Il devait me raconter des histoires et même tard ! Moi, j’ai des insomnies la nuit… » (Mais Lisa manqua de s’étouffer.) « Doucement !… » interrompit l’homme, « doucement ! Tu peux prendre ton temps ! » (Mais il ignorait que Lisa le cherchait déjà depuis si longtemps !)

L’homme lui raconte qu’il est bouddhiste, qu’il vit l’instant présent et qu’il est « sage » aussi ! s’étonne Lisa. Elle lui demande si c’est bien la même chose que « bouder ? » … « Tu sais… rester dans ton coin, quoi ! Un bouddhiste c’est le spécialiste du  » bouder  » comme le fumiste, un spécialiste du  » fumer  » !!! Mais mamie dit que c’est moche de se mettre du goudron dans le chaudron… » « Que c’est drôle », dit l’homme en s’esclaffant. « Non Lisa, c’est un peu différent ! » « Ah bon, ce n’est pas ça !?! Alors tant pis », dit Lisa, qui rougit. Même si cela nous semble bien étrange, l’homme ne sortira jamais de prison, parce qu’il est bien là et se sent libre où qu’il soit ! C’est comme ça. « Et puis il y a sa souris Kolia », pense Lisa, « elle a toute sa famille qui a trouvé refuge auprès de cet homme tout doux, le dehors, elle s’en fout ! » Il lui parle aussi brièvement de l’homo-vociférant. (Ils ont encore le temps !) Le Sage explique à Lisa, dans une langue simple (pas une langue de bois), son propre enfermement (comme il dit.) « Il avait l’occasion de s’évader avec toi, Lisa, mais en refusant de te parler, ne s’occupant que de ses pieds, il t’a dit son enfermement…

Pas besoin de barreaux, de cachot ni de clés, il faut parfois s’asseoir et y voir bien plus loin que le bout de son nez, il faut croire… » « Moi j’ai le nez qui me gratte… » s’enthousiasme Lisa sans se rendre compte qu’elle venait de la lui couper, « quand je sens quelque chose qui me dit : je connais !!!… » « Lisa », reprend l’homme qui jamais ne se fâche, « Lisa, il faut apprendre à écouter sans relâche. » « Je sais », dit Lisa, toute penaude. « Mais, c’est comme Loup qui est moi, et puis moi qui suis Loup, qui parfois n’entend pas ! Est-ce que vous savez raconter des histoires ? » demande-t-elle d’une petite voix. «…» « Il ne devrait plus être loin celui que tu cherches en vain. Tu dois continuer tes recherches », dit l’homme dans un souffle. « Lisa, écoute-moi bien. Va là où ton cœur te mène, c’est toujours le meilleur des chemins. Maintenant, cours et ne te retourne pas ! Regarde loin devant toi, garde les yeux grands ouverts… ET SACHE QUE L’EAU DU FLEUVE A TOUJOURS UN GRAND FRÈRE. »

frère

L’homme a fermé les yeux et, plus vite que l’éclair,en un tour de passe-passe, a décollé de terre. Lisa prit peur devant ce tour magique ! ! ! Mais devant tel spectacle, plus beau qu’un arc-en-ciel, plus fou que les popcorn qui pleuvent quand ils sont soûls, elle s’en alla à petits pas et jura de dire à Loup ce qu’elle a vu là-bas ! Mais voilà ! Loup n’y est pas ! Ni tous ses compagnons, qui ont tous disparu quand police fut venue… Et pas de rendez-vous non plus ! Puisqu’ils se sont tous enfuis, sans même dire sorry ! Lisa n’avait aucune idée de l’endroit où ils pouvaient bien se cacher ! La maison de l’homme qui parle longtemps était à présent très, très loin de la prison, qui elle-même était très, très loin de la maison…

Elle se mit donc à avancer dans une direction bien précise, comme invitée par un vent qui la poussait mollement, sans autre intention que l’aider à trotter dans une direction qui n’a même pas de nom… Lisa ne savait pas encore que tout naturellement son intuition la tirait par le col de son pull, comme des milliers de ballons qui conduisent les paroles de JÉSULLE. (Ou quelque chose comme ça ?) JÉSULLE-JESTICULE… étaient deux mots que Lisa avaient associés de fait. Elle avait entendu, un soir de Noël, alors qu’elle se promenait avec sa mamie, un « PRÊCHEUR » qui faisait un peu peur ! Mais cet homme d’Église, qui sentait la réglisse, n’était pas suffisamment inquiétant, puisqu’il aimait le zan ! C’est en tout cas ce qu’en conclut Lisa.

En revanche, il était quelque peu « Illuminé », voire très, très, très agité ! « Cet homme-là, tu vois… sème la  » BONNE PAROLE  » », lui enseignait Grand-Mère qui n’aimait guère les prières… trop hystériques. « Il sème la bonne parole comme on sème les pots d’colle ? » lui demandait Lisa, qui trouvait ça comique. (Sa Grand-Mère, d’évidence, n’affectionnait pas particulièrement cet enseignement, qu’elle jugeait un peu trop « voyant ». Un brin trop militant !) « Tu vois, Lisa, il faut du temps pour que chacun se fasse à l’idée de mourir. Et si c’est source de chagrin ? Il faut se prendre par la main, accompagner l’autre du mieux que l’on peut, sans avoir pour autant recours aux discours. » Elle prenait alors un temps pour rassembler ses dents… (Grand-Mère avait un dentier pas toujours bien collé !) « Le  » BON  » », reprend-elle, « est en chacun de nous… À nous de guetter, de le semer et de le cultiver. » (C’était très doux comme pensée.) Et Grand-Mère avait raison… Lisa le pressentait puisque son nez la grattait !

extrait de Lisa-Loup et le Conteur aux Éditions Anne Carriére

Publié dans LISA LOUP et le conteur | Pas de Commentaire »

LA PRISON par Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 30 juillet 2015

 

 (Devant la cellule) « Bonjour, je suis Lisa et je cherche l’homme qui parle… » « Mais on parle tous ici ! » répond l’homme, « c’est d’ailleurs la seule chose qu’on nous autorise à faire. Croix de bois, croix de fer ! Écoute-les tous… ils parlent au vide, ils parlent aux chaises, s’adressent aux murs et même aux confitures. » « Moi aussi je parle aux cailloux, mais il y a toujours quelqu’un dessous ! D’ailleurs Grand-Mère, qui est sous terre… » « Écoute… » s’agace-t-il, « j’peux pas là, j’ai trois ans à tirer et j’dois bouger mes pieds. Ton type, il parle t’as dit, c’est ça ? Eh bien moi, j’dois piétiner. » Lisa semble perdue dans ses pensées mais l’homme de la couper sans ménagement, reprend :

prison 2

« Écoute, va donc voir la cellule 102… Le type qui est dedans est aussi maboul que toi, l’Enfant ! Ça fait dix ans qu’il devrait être dehors, le mort ! Mais il veut pas bouger !!! Et même pas des barreaux pour l’en empêcher. Lui, il a tout son temps pour t’écouter chercher. Maintenant, file ! » Lisa se détourne de l’homme quand elle se ravise et vise : « A force de piétiner tu vas t’user les pieds et on n’va pas très loin comme ça, tu sais !!! C’est Grand-Mère qui le disait… » Avant que l’homme, en colère devant tant d’insolence, n’attrape le bras de Lisa, celle-ci (non sans quelque émoi) se sauva. « C’est ça, prends tes jambes à ton cou ! Avant que je ne le torde », hurla le malfrat, oubliant un instant les barreaux du cachot. SON COURROUX LUI FAISAIT DES GROS YEUX DE L’ORBITE ET LA TÊTE D’UN KAKOU, D’UN TRÈS MÉCHANT MÉROU ! Lisa, toute retournée, pensait : « À quoi bon être dehors si c’est pour blesser les gens ? De trois ans, tu pourrais bien passer à 100 » marmonna-t-elle. Elle lui aurait volontiers passé plus tôt ses souliers, mais plus maintenant ! Il est trop arrogant et les pieds en dedans ! Un monde un peu brutal s’organisait au même instant : des bruits de casseroles, des gamelles en bémols des gardiens tourbillons, et tous â l’unisson réclamaient leur ration.

prison

Lisa aussi a faim, mais elle doit se rendre à l’évidence… Pas d’argent, pas de pain ! Pas de pain, pas de chance ! Elle se rappelle une phrase que lui répétait Grand-Mère en dodelinant de la tête : « C’est tout ou rien. Et le contraire de tout… c’est rien ! » Les couloirs de la prison sont longs, un peu nauséabonds aussi, note Lisa. Elle préfère ne pas trop y penser… Elle mettrait volontiers les dix doigts dans son nez… Mais ce n’est pas des manières ? Des kilomètres de fer brut s’offrent à l’inconnue. Seule la rouille semble vouloir en excuser la nudité. Qui oserait espérer un peu de chaleur en ce lieu qui n’a ni intimité, ni même sentiment de paix ? Et ces kyrielles de tatouages qui se mélangent à la sueur de leurs porteurs. Lisa marche bien des heures… Mais ce n’est pas en vain ! puisqu’elle rencontre enfin le petit homme rond au 102. Il lui dira peut-être des choses importantes ? Elle est toutefois surprise… Pas de barreaux apparents ni de verrou méchant qui viennent l’embêter, juste un petit tapis très carré sur lequel il est posé (dans une drôle de position, il faut dire), un peu comme un melon qui ferait le fakir. Il semble auréolé de bonté. L’homme est aussi silencieux que l’autre vomissait quand il parlait. Pas celui du cimetière, bien sûr, lui il était parfait ! L’autre… Le bossu, le détenu bourru.

extrait de Lisa-Loup et le Conteur aux Éditions Anne Carriére

 

Publié dans LISA LOUP et le conteur | Pas de Commentaire »

LA RESURRECTION par Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 29 juillet 2015

 

« ÇA Y EST ! ELLE EST RESSUSCITÉE !!!!! » s’enthousiasme l’assemblée qui n’était plus très sûre… (Même l’asticot très aristo lui embrasse l’embouchure, tant il était ému de revoir son amie !) « Tu nous as fait peur », lui dit Lisa la main au cœur. « J’ai bien cru que le  » SAPIN  » n’était pas loin ! »

(En effet le seul cercueil que Lisa avait côtoyé était en fait fait de sapin, mais point de première main !) « Je m’excuse de m’excuser… » râle Humphrey, qui déjà oublie l’accolade. « Mais il me semble qu’une boîte d’allumettes faisait l’effet, nul besoin d’un cercueil en sapin qui pèse trop lourd pour l’homme et l’âme ! Foi d’animal ! » « C’est agréable ! » répond Lapin Martin, « comme toujours Humphrey !… J’ai bien cru, moi aussi, qu’elle ne reviendrait plus ! » Loup, lui, ne dit rien (il est perdu dans un moka à faire pâlir du chocolat !)

Résurection

Le spectacle de loin est plutôt peu commun : notre rampant s’élire, Lisa se mire dans l’écuelle et ne se trouve, bien sûr, pas belle ; les « grandes oreilles » sont d’humeur belle ! Quant à l’artiste (c’est habituel), elle manque à nouveau à l’appel ! Elle est tombée du cendrier et d’un salto a basculé sur le goudron grisâtre et tâte (encore groggy) du nez l’asphalte. « Quel souci ! » dit la petite, « quel souci ! Tu perds le fil… et l’équilibre ! Je te le dis ! Quel souci. Reviens ici ! » s’inquiète Lisa, « ou quelqu’un va t’écraser, là ! » C’est alors que survient un petit problème, un trouble-fête, un truc pas chouette !

PAS DE DENIERS POUR L’ADDITION, PAS DE DENIERS mais COLLATIONS QUI SONT DÉJÀ TOUTES ENGLOUTIES, ET QUI VOUS MÈNENT À LA PRISON.

Des gendarmes pas vraiment souriants sont venus chercher les « malfaiteurs ». Deux ont pris la fuite ; l’arachnée « mort subite » s’est cachée illico, quant à Loup qui est tout plat, sans grand mal il aura, à la place de la nappe retrouvé son état ! Qui reste-t-il pour témoin ? Qu’un être hostile et bien vilain, qui accuse la petite de voler sans remords : Un serveur de bistro, qui sent mauvais le rot. Tout chez lui est postillon, il parle si vite et si mal que « loin d’ici » … devient « VITAL ! » Heureusement, Lisa est immédiatement emmenée en prison. Elle n’en veut pas à ses amis de l’avoir délaissée, elle comprend parfaitement que C’EST DE LA LÂCHETÉ…

Comment en vouloir à des « dessins » animés ? Pour Loup c’est un peu différent… Mais patience et longueur de temps, ils pourront bientôt en discuter sans élever le ton, et sans montrer les dents. Il faudra à Lisa parlementer des heures et des heures avec l’autorité, pour qu’ils la laissent enfin en liberté ; Lisa n’a pas de papiers, pas de paniers d’osier, n’est pas Chaperon rouge puisque Grand-Mère ne bouge… pas marchande d’allumettes qui finit en plaquette, ni ne s’appelle Cosette, ni ne dit : « Je suis mouette. »

« ELLE EST LISA, VEUT DES MILLIERS D’HISTOIRES POUR S’ENDORMIR LA NUIT ET PEUPLER SON ESPRIT, ELLE VEUT RETROUVER L’HOMME, CELUI QUI EST PARTI, ELLE VEUT LEUR DIRE EN SOMME QU’IL EST :  » L’HOMME DE SA VIE « . »

(Même si elle ne comprend pas bien ce qu’elle dit.) Comme toute chose maintenant arrive au bon moment. Lisa veut profiter de cet instant présent, pour visiter cet endroit bizarre qu’on surnomme aussi : le « MITARD ». Des cachots qui s’alignent comme des canards sur l’eau, des colonnes assassines qui transpirent le caveau, calibrées pour cueillir des loubards décalés, décatis, en guenilles dans des vêtements souillés… s’ouvrent à elle, dans un spectacle navrant ! « On devrait bannir de tels lieux, ou au moins reconnaître que l’on pourrait faire mieux ? » pense la petite. « Comment une telle concentration d’âmes esseulées peut-elle être  » promesse  » de lendemains sérieux ? Ils n’avaient pas d’argent pour payer l’addition, comme moi ? Et sont tous envoyés dans des  » Dames  » prisons. Mais, puisqu’elles sont des Dames… »

(Lisa se souvient d’une conversation que sa Grand-Mère avait eue avec Mme Henriette, une shampouineuse très couette…) « Pas nécessairement des Dames du grand monde (ça, ce n’est pas grave), mais quand on est une Dame, il faut être coquette ? Et savoir se vêtir pour le plaisir des fêtes ? … Là, la Dame est une coquette sale !!! Elle sent mauvais des pieds et s’habille très mal ! Elle est humide et grise et plutôt mal coiffée, son toit est fait de tuiles qui sont toutes abîmées. » C’est bien triste, mais c’est ainsi ! Lisa s’empresse alors de questionner le premier prisonnier qui est devant son nez, qui ne fait que marcher !

 

extrait de Lisa-Loup et le Conteur aux Éditions Anne Carriére

Publié dans LES LIVRES de Mylène, LISA LOUP et le conteur | Pas de Commentaire »

L’HÔPITAL avec Mylène

Posté par francesca7 le 28 juillet 2015

 

Des hôpitaux il y en a partout, mais une petite fille aux os de verre, là… c’est bien plus rare.

hopital

Elle s’appelle Loulia, ne parle pas la même langue que Lisa, elle met des « tchhhe » et des « chhtte », enfin des trucs un peu bizarres, quoi. Lisa n’avait jamais rencontré de petite fille si fragile. Elle a surpris ce matin un homme à blouse blanche qui parlait de la « maladie » de Loulia… MALADIE ????? Comment peut-on même prononcer ce mot « tout rouge » quand on parle d’un cadeau !?? « Des os de verre, c’est là le cadeau, c’est bien plus léger que des os  » d’OS « , pense Lisa… Des os de verre, c’est comme l’oiseau qu’on met sur l’étagère de Grand-Mère et elle disait tout le temps :  » Un jour, il sera à toi, il m’a été offert par un roi…. C’est unique.  » (Je suppose que le roi c’était Grand-Papa ?) » Bref, Loulia cassait tout le temps quand elle se cognait… et quand elle se cognait, elle cassait. Alors, privée de jeux d’enfants ! C’est consternant ! Et en plus, pas de parents ! « Il faut faire quelque chose ! » dit Lisa. « Toi, l’Araignée, tu peux lui sauver la vie ! Si tu l’entoures de ton fil, elle sera protégée. » « ???????????? » L’assemblée reste bouche bée… « Mais oui ! Comme le cocon du papillon ou les momies des pharaons ! » « Mais il faut des tonnes de fil et je vais perdre la vie si je lui tisse un gros manteau ! » « Mais la vie ne tient qu’à un fil ! Elle est précieuse et tu es mon amie… et tu dois lui faire ce cadeau ! » rétorque Lisa.

L’Araignée, dépitée, mais qui avait un cœur gros comme celui d’un éléphant d’Iran, ne se fit pas prier bien longtemps. Et de fil en aiguille, défiant même le temps, elle surprit tous ses amis : EN UN INSTANT À PEINE, ELLE TRICOTA JUSQU’À TRÉPAS UN MAGNIFIQUE MANTEAU D’ORGANZA. Loulia est sauvée ! (Morte est l’Araignée.) « On va l’enterrer tout près de Grand-Mère, elles pourront se parler et même tricoter », dit Lisa, feignant de ne pas s’émouvoir de la disparition de leur amie. Et tous décidèrent de fêter cette nouvelle vie, trinquer à la russe en plus ! « Ah oui ? Et c’est comment à la russe ? » questionne le Lapin Martin. « On boit cul sec et on jette son verre par-dessus l’épaule… » dit Lisa. « … Et le verre se brise de mille éclats… » surenchérit Loulia, dans un éclat de joie. (Loup, qui est tout plat, s’est enivré déjà !)

Manteau

Il est grand temps pour tout le monde de se dire au revoir. Les recherches doivent se poursuivre… Et là, Loulia a un peu froid, LOULIA EST FATIGUÉE-COMA. Non, elle n’a pas vu l’homme que cherche Lisa. « Mais parfois… », dit-elle d’une voix cristalline, « il suffit de chercher dans les signes… » (sa Grand-Mère était astrologistre…) « Je crois qu’on dit comme t…çhâ !… » éternue-t-elle, parce qu’elle a attrapé froid. Il faut partir. Ils ne se reverront sans doute jamais, mais jamais ils ne s’oublieront ! La mémoire est celle du cœur et dure bien plus d’une heure ! Loulia restera gravée dans le leur pour une éternité. (Même si l’éternité est un mot inventé !) « C’est trop dur de ne pas se retourner », pense Lisa, toute fêlée, en quittant la chambre d’hôpital. « J’aurais bien aimé l’emmener avec nous ; elle était, après tout, plus légère qu’un caillou ! Dans ma poche, elle aurait pu se blottir et ne plus redouter de voir les coups venir ! »

MAIS ILS SAVENT TOUS QUE SA SURVIE EST LÀ, ENTRE CES MURS, MÊME S’ILS SONT DE CRÉPI… MÊME S’ILS ONT DES FÊLURES… « LA VIE, C’EST DUR ! »

expulse Lisa qui n’aimait pas : 1 – Ni les maladies qui prolifèrent la nuit 2- Ni même les parasites qui court-circuitent la vie 3- Encore moins les chimios qui font vomir les mots, tant il est difficile pour celui qui les fait de penser à demain, parce que vivre est trop vain. Et pourtant, Loulia a du courage ! Mais plus que tout : « la rage » qui force le respect de chacun d’entre nous.

Pas une MINUSCULE RAGE DE MOLAIRE, pas une RIDICULE RAGE DE COLÈRE, mais bien une « TENTACULAIRE » rage de vivre ! Que seuls les mal-en-point ont en commun. « C’est beau l’envie de vivre ! » pensent de concert Lisa et ses trois compagnons. Tous quittèrent l’hôpital le moral en métal ! Ils vont se battre et retrouver l’homme, parce qu’après tout, rien ne les consume que leurs disputes et leurs rhumes !!! Et tous se débarrassent de leur humeur-enclume… Aussitôt dit, légers comme plumes ! Pauvre Araignée ! Elle n’est plus guère en forme. Peut-être évanouie ? Sans doute endormie à jamais, elle aussi ? « Comme Grand-Mère qui est au cimetière… » pense Lisa qui fixe son amie quelque peu avachie. C’est avec une logique dont seuls les enfants ont le secret qu’elle conduit la troupe vers un lieu de retrait et dit : « Puisque Grand-Mère est bien en bière et que la bière ça désaltère… » « ???????????? »

…Tous restent suspendus à ses lèvres… « Alors, allons boire de l’eau, parce qu’on n’est pas des chameaux ! » conclut-elle pas très fière. Il faut bien avouer que les soucis creusent l’appétit, et ils ont petit peu soif aussi ! Les uns pour éponger l’alcool, les autres, soulager leurs guibolles, ils s’asseyent donc, sans s’interroger, a la terrasse d’un grand café. Ils vont bien rester deux heures prostrés là, parlant à voix basse, parce que Lisa se sent bien lasse ! Et d’heure en heure, le silence pesant n’attendait qu’une chose : ÊTRE PERCÉ AU FLANC, VIDÉ DE TOUT SON SANG, ÉVENTRER L’ECCHYMOSE AFIN QUE TOUT EXPLOSE !

Et qui de mieux qu’un ventru pour soulager l’atmosphère ? Le rampant de la situation : le mirliton, le ver de terre… le ver ronchon. « J’ai mal au pied », s’inquiète Humphrey qui ne boit que du lait. « Bien sûr ! C’est évident… enlève donc tes chaussures ! » ironise l’Araignée au fond du cendrier.

extrait de Lisa-Loup et le Conteur aux Éditions Anne Carriére

Publié dans LES LIVRES de Mylène, LISA LOUP et le conteur | Pas de Commentaire »

MADAME ÔNE-X de Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 28 juillet 2015

 

La femme qui reçoit nos amis s’appelle Madame ÔNE-X; elle est chinoise et, comme toutes les cartomanciennes, elle porte des boucles d’oreilles. Mais des boucles anciennes ! (Lisa en était sûre, elle avait vu les mêmes accrochées à un mur.) C’était au musée du COSTUME, et la vieille, qui portait un diadème, se tenait très droite devant le photographe… GrandMère expliquait qu’elle avait un véritable « port de reine », c’était d’ailleurs très certainement dans ses gènes !

« Moi, je la crois plutôt hautaine ! » lui rétorquait Lisa, qui n’aimait pas son quant-à-soi ! Madame ÔNE-X, d’évidence, souffrait d’asthme, car elle reprenait de l’air toutes les deux ou trois phrases ! « Que puis-je faire pour vous ? » demande-t-elle à la troupe, avec un léger accent du Levant. « On cherche un homme qui parle, l’auriez-vous vu par hasard ? » questionne la petite. « Voyons si, dans mes cartes, je peux vous éclairer ! Je sais faire ça très vite ! » « Dans des cartes ??? On voit des gens marcher ? » ironise l’arachnée. « Tout est dans la manière, je suppose ?…

dans la manière de faire », dit-elle à Loup qui erre, qui n’entend pas sonner, qui n’entend pas du tout et qui bouge sans arrêt ! En effet, une petite cloche, de temps à autre, « carillonnait ». La femme l’agitait comme pour mieux les troubler. Et troublés, ils l’étaient ! Mais pas parce qu’ils étaient impressionnés, c’est juste les chats qui, en un temps éclair, formaient toute une armée derrière notre sorcière !!! C’était très inquiétant ! Voire même paralysant ! C’est avec grande dextérité que Madame Ône-X maniait lés cartes………….. …

1880020715_small_1

ET LES CARTES SE MÉLANGEAIENT POUR FORMER UNE LIGNE, ET LA CARTOMANCIENNE, DÉJÀ, VOYAIT DES SIGNES !!!

Tout ce charabia, pour ne dire que du vent, tout un charabia et pas de directions ! « Il est parti, je vois… Et il parle, je crois… » dit-elle d’un ton austère qui imite le mystère. « Elle semble très habitée », commente Humphrey, conquis. « Habitée, habitée… OUI ! Mais habitée  » di  » rez-dechaussée !!! Hiiiiiiii ! » se gondole l’Araignée. « SANS BLAGUE ! Et moi (attaque-t-elle, bille en tête)… je vois, je crois… que je marche… oui, ma foi, si je marche, c’est bien grâce à mes pattes ! » Toute l’assemblée se mit à rire, et même les chats qui s’empêchaient de suivre.

MADAME ÔNE-X EST TRÈS VEXÉE, MADAME ÔNE-X A UN BALAI : ET DE LES METTRE TOUS À LA PORTE, AUSSITÔT DIT ET PAS D’ESCORTE !

Lisa et ses amis reprennent alors leur promenade, qui promet bien d’autres drames. Une sirène de police, déboulant de nulle part, hurle son indignation : la voiture est bloquée par une manifestation. Lisa ne voit rien à l’horizon, mais elle perçoit bien des cris, des « NON ! », des « NON ! » et des protestations. (Un peu comme la tempête qui est une rébellion.) Elle décide donc de tourner à droite et de s’engager dans une rue étroite, afin d’éviter toute mauvaise surprise. (Ce n’est pas un manque de curiosité de sa part, mais la cartomancienne l’a échaudée !). Alors, ne pas mettre partout le bout de son nez semble plus sage… je gage ? (Après tout, L’APPRENTISSAGE DE LA VIE se fait lentement !

Et elle peut bien prendre son temps.) En chemin, elle se rappelle un lieu que Grand-Mère lui avait décrit. C’est souvent blanc et c’est très souvent grand, se souvient-elle. On y met des gens qui ont perdu des dents… (Ou étaient-ce des parents ?) Lisa avait du mal avec ses propres souvenirs, sa mémoire est une mémoire dite « sélective » : elle ne retient que ce qui grise, ce qui l’effraie ou la motive. « UN ORPHELINAT ! C’est bien ça ! » dit-elle, très fière. « J’en suis sûre, c’est un orphelinat ! » Elle se rappelait les aventures d’un certain TOM SAWYURE…

(ou quelque chose comme ça !) « Il faut trouver un orphelinat ! » reprennent-ils tous en chœur. Aussitôt dit, la joie au cœur. Sur leur chemin ils ont questionné tant de personnes ! Des petits, en partie, mais des plus grands aussi ! Et nul d’assez malin pour leur parler de l’homme ; c’est après bien des kilomètres parcourus qu’ils sont tombés sur cas peu banal : UN ORPHELINAT BICÉPHALE… UN ORPHELINAT-HÔPITAL. Lisa et compagnie, ont trouvé le lieu-dit. Aussitôt dit et accompli !

 

extrait de Lisa-Loup et le Conteur aux Éditions Anne Carriére

Publié dans LES LIVRES de Mylène, LISA LOUP et le conteur | Pas de Commentaire »

LES JOURS SUIVANTS pour Mylène avec Lisa-Loup

Posté par francesca7 le 26 juillet 2015

 

LE DEUXIÈME JOUR Le jour suivant, Loup et Lisa apprendront de leurs amis, que l’homme n’était autre qu’un merveilleux conteur qui vivait une vie sans peurs et sans pleurs ; à ses côtés, un magnifique petit garçon s’offrait déjà toute son attention, son amour et ses contes. Mais le malheur s’est abattu sur l’horizon, laissant l’homme dépourvu QUAND LA MORT FUT VENUE. Son fils disparu quand la vie continue ? C’était inconcevable ! L’homme inconsolable voulait se supprimer, mais un vœu l’empêchait de commettre l’irréversible. (Une promesse qu’il avait faite à sa douce Camille.) « Je jure… RÉPÈTE avec moi ! » lui disait-elle, alors qu’il était à son chevet (parce qu’elle était malade, et d’un mal incurable). « Je jure… » (leurs deux voix se faisaient écho)… « que jamais… je ne ferai ce que mon père… a lui-même un jour fait. Je jure… que la mort n’aura jamais l’audace… de m’entraîner vers elle et de prendre ma place ! »

clip-c-est-une-belle-journee-02

LE PÈRE DE CAMILLE ÉTAIT PARTI EN VRILLE. LA FOLIE ORDINAIRE L’A CONDUIT AU CIMETIÈRE. Quant à Camille, elle n’était autre que la sœur du conteur (sa préférée sans doute !)… Un peu comme la choucroute… L’homme était une personne au grand cœur, il voyait bien qu’elle ne fermerait ses yeux qu’après l’avoir entendu prononcer ce vœu. Elle souffrait déjà beaucoup trop ! Il devait lui donner le repos. Quand il eut fini de répéter sa promesse à voix haute, elle souriait, mais d’un sourire de là-haut… Elle le quittait pour l’éternité. (Même si l’éternité est un mot inventé.) Lisa était émue devant ce récit de tant de vies perdues. Alors, pour la distraire de ce conte mortifère, plus tard, dans la soirée, les UN-DEUX-TROIS compères la passionneront quand elle apprendra comment, un matin de printemps, ILS ONT VU LE JOUR… DÉCOUVRANT LEURS CONTOURS !

La plume les chatouillait sérieusement quand l’homme les croquait ! Et le pinceau mouillé de couleurs endiablées aussi, quand il remplissait l’intérieur de leurs corps dessinés ! Mais le plus magique, ont-ils expliqué à la petite (qui est de plus en plus fascinée), était quand l’homme demandait à son fils Allan de se glisser dans son lit douillet, pour lui conter sa toute dernière histoire ! « Alors… et nous avions bien sûr tout répété, tout parfaitement synchronisé ! » racontait l’Araignée, moins gênée. « L’homme, de sa voix la plus grave commençait la lecture d’un récit sans ratures ! » « Nous, nous avions pour mission de sortir de l’ouvrage et de mimer l’action devant le petit garçon sage ! » poursuivait Humphrey. Lisa n’en croyait pas ses oreilles, tout ce récit la travaillait. Un mélange de joie et de tristesse s’entremêlait. Elle, qui avait tant rêvé qu’on lui lise des contes, être si proche du but et manquer la rencontre ! Elle avait bien compris : la vie régnait dans cette maison, et la passion était raison. Tout ce qu’ils faisaient ensemble était précieux diamant ! Ils s’apprenaient mutuellement le plus de choses sans se soucier du temps !

MAIS LA MORT JALOUSE LA PAIX DES VIVANTS, ET LA MORT AUX YEUX ROUGES A EMPORTÉ L’ENFANT. Depuis ce sinistre jour, l’homme a délaissé sa plume et ne voit plus la lune. Depuis ce sinistre jour, plus rien n’a été dit, plus rien ne s’est écrit. Et nous, personnages inventés, avons perdu gaieté et dans le livre sommes tous retournés, tout retournés ! Abandonnés sur du papier glacé, tous délaissés sur du papier, couchés. LE TROISIÈME JOUR Le troisième jour, il faisait lourd ! (Les radiateurs avaient repris « poil de la bête » et, bien que tous fussent coupés net, ils avaient décidé de leur réchauffer squelette !) Il est vrai que tout le monde dans la maison était un peu bouleversé depuis le départ de l’homme, et un peu refroidi, en somme !

Lisa2

C’EST AU BEAU MILIEU DE LA BIBLIOTHÈQUE QUE LOUP, LISA, LAPIN MARTIN, HUMPHREY ET L’ARAIGNÉE SE SONT EN ROND INSTALLÉS, DEVISANT ET RÉFLÉCHISSANT À CE QUE POURRAIT ÊTRE DEMAIN ? « Il faut retrouver l’homme ! » s’écrie Lisa en rogne. Sa soudaine colère a surpris tous les autres !!! Elle ne se veut pourtant autoritaire… .. Mais Loup est muet et bâille à s’en décrocher les écailles ! Quant à nos trois amis, ils attendent une idée À laquelle se fixer… « Toi, Loup, tu te réveilles ! » poursuit Lisa, qui est groseille. « J’ai besoin de tous tes sens en éveil ! Nous prendrons baluchons, du gruyère et du thon, et dès demain matin nous quitterons la maison ! » … « Oui, très bien, mais par quel bout commencer ? » se demandait-elle, un peu perdue. … « Je ne sais même pas où est le nord, où est l’ouest, où est le sud ? Oh ! qu’importe ! » souffle-t-elle, un peu déboussolée. … « Je dois penser très fort aux lieux dont Grand-Mère se servait pour remplir ses histoires pour dormir sans cachet ! » La journée se déroula sans incidents : Loup se cogna au moins mille fois, Lapin Martin chantait parfois, le ver Humphrey grinçait des dents, et l’Araignée cousait le temps… Petite Lisa, quant à elle, se répétait, les jambes en l’air, L’ITINÉRAIRE.

LE QUATRIÈME JOUR

Dehors, déjà les oiseaux gazouillaient, le gazon sans la neige secouait ses antennes et la troupe sur la route parcourait les ruelles, et tous, en file indienne, se réjouissaient d’avance de cette vie nouvelle. « Ce matin, un lapin a tué un chasseur… » chantonne Lapin Martin, la joie dans le cœur. « Que c’est faux ! » dit l’asticot. « Ne voudrais-tu pas plutôt te taire et réfléchir au sens du mot EXOGÈNE, pour la peine ? » « Qu’est-ce que ça peut bien faire ? » se pique le rongeur, qui tourne mauvaise humeur ! « Tu préfères, toi, qu’on nous taxe de sinistres, qu’on se ronge le plafond, ou qu’on soit apathiques ? » « C’est quoi EXOGÈNE ? » demande l’Araignée, blême. (Elle est toute pâle, parce qu’elle a mangé très mal ce matin ; trop vite et trop de mouches ! Même Loup en a gobé bien douze en douce !) « Dépêchez-vous ! » leur dit Lisa. « Vous marchez trop lentement, et là on perd du temps ! » Sur la route, une enseigne attire leur attention…

Et une enseigne qui en dit long… « CARTOMANCIENNE, VENEZ CHEZ MOI ! » est-il écrit. Invitation qui tombe à pic ! (Il ne manque que le mot pique-nique !) Lisa a faim, c’est le matin ! Tous entrent, contents, chez Madame X, pensant qu’elle serait assez classe pour leur offrir une glace. (Ils ont tous en commun doux péché capital : ils pourraient dévorer deux-trois LOUPS en cavale.) Et puisque gourmands ils sont… gourmands Ils resteront ! « Iiirrkk !!! » note Lisa, qui, au passage, écrase un chat. « Ça ne sent pas bon ici, une odeur-rance-les-yeux qui piquent ! » Puis, soudain, un deuxième (siamois celui-là), qui lui saute sur le bras. Un troisième (un peu XVIe ) qui lui mordille le doigt, et des centaines de bébés rats, qui font des bonds, des entrechats. « Ils ont mis un coup de pied dans la ruche ou quoi ? » s’effraie Humphrey très effrayé ! Le temps de prononcer ces mots, et il se retrouve nez à nez, avec un gros MATOU poilé… Et les moustaches de l’angora de titiller le ver à soie.

« MARTIN ! » hurle-t-il. « MARTIN ! Tire-moi de là !!!! » « Que dis-tu, Humphrey ? Je ne t’entends pas », lui répond Lapin Martin qui n’a pas oublié l’agacement du matin ! « Tu veux que je chante quelque chose ? » « DÉPÊCHE-TOI ! Il va me dévorer ! » supplie le ver, vert de colère. « EXOGÈNE ? C’était bien cela, n’est-il pas ? » ironise-til. « Je dois me concentrer, si tu n’y vois pas d’objections… et, de toute façon, ne peux faire en même temps, deux bonnes  » Zactions  » » (Ça, c’est pour la liaison !) Lapin Martin aide plutôt l’Araignée, qui est elle-même un peu coincée ! (Il était très content d’imiter la façon de parler du ver… tout à l’envers. Mais point d’efforts de sa part. C’est une leçon pour lui, plus tard !) Heureusement, Loup est là, pour le sortir de ce très mauvais pas ! Il l’attrape habilement, sans froisser ses vêtements ; LE VER EST SAUF, MAIS IL EST MAUVE ET POUR CAUSE !

extrait de Lisa-Loup et le Conteur aux Éditions Anne Carriére

images (1)

Publié dans LES LIVRES de Mylène, LISA LOUP et le conteur | Pas de Commentaire »

LA COMTOISE AUTREFOIS ARRÊTÉE DÉGAINAIT SA MISSIVE À CHAQUE HEURE ÉCOULÉE

Posté par francesca7 le 26 juillet 2015

images (2)

. « Il est tard, il est tard… » répétait-elle sans arrêt. « Il est tard, il est tard et chaque heure est comptée ! » Lisa, pour sa part, avait l’étrange impression que, passées les deux heures du matin, sa vie serait ratée… (Sans doute parce qu’elle avait entendu des centaines de fois de la bouche de Benoît. QUE L’AVENIR APPARTENAIT À CEUX QUI SE LEVAIENT TÔT !!!) Benoît était plombier, somnambule et fort beau ; c’était facile pour lui de se lever à l’aube. Il courait d’une pièce à l’autre, sans se casser les côtes ! À toute heure de la nuit, il pouvait s’affairer, réparer les conduits, recouder les tuyaux. Et il ne voyait même pas le travail accompli puisqu’il était toujours tout endormi ! Ce qui fît dire à Lisa : « Les plombiers c’est comme les pieds : plus ça va vite, plus c’est gonflé ! » Tous vont donc se coucher, et demain absolument tout ! ils se raconteront. Aussitôt dit… sous l’édredon ! (Grand-Mère serait bien fière de sa petite-fille : elle est allée tout droit au lit, sans faire de traîne-la-patte, ni même de grimaces.)

extrait de Lisa-Loup et le Conteur aux Éditions Anne Carriére

 images

Publié dans LES LIVRES de Mylène, LISA LOUP et le conteur | Pas de Commentaire »

LA NUIT de Mylène Farmer dans Lisa

Posté par francesca7 le 24 juillet 2015

 

 » UNE NUIT QUI N’AGITE RIEN, C’EST UNE NUIT POUR RIEN ! « 

La nuit

Lisa est en état de veille, l’œil hibou-bien-droit le cou, prête à rebondir sur n’importe quels « jnounes ». (C’est encore un drôle de nom que celui-ci !) « Pourtant il décrit un FANTÔME DANS UN PAYS ! » dit-elle tout fort, pour gêner Loup qui dort ! « Un jnoune au Maroc est un spectre en Ecosse. Dans les romans, ils sont tous effrayants puisqu’ils sont revenants ! » s’acharne-t-elle. (Enfin Loup se réveille !)

Mais Lisa n’a pas peur des fantômes, ni même des CROQUEMITAINES aux crânes de CHRYSANTHÈMES, pas plus que des GARGOUILLES qui se grattent les gribouilles, encore moins des SQUELETTES qui claquettent quand ils pètent. (N.B : Les deux dernières phrases sont à l’appréciation des enfants, mais un gros mot, souvent, fait la joie des parents !) « Ce n’est pas parce qu’ils sont morts qu’ils n’ont pas droit au vent !

Puisqu’ils veulent revenir, il faut les accueillir », renchérit-elle tout en bâillant. Loup, lui, n’est pas très chaud pour un frotti-frotta avec l’au-delà !!!!

Il préférerait s’abstenir, garder les yeux collés, et à plat s’endormir. Mais Lisa ne l’entend pas de cette oreille-là… « DEBOUT ! DEBOUT ! » crie-t-elle à tue-tête, « DEBOUT ! DEBOUT ! » L’insomnie me guette ! C’est à ce moment même que se produit l’incident : une série de cris, un concerto de bruits, une cascade, que dis-je, une dégringolade de livres !… (Il se passe quelque chose de suspect dans la bibliothèque.) Lisa le pressentait… puisque son nez la grattait ! D’un bond, attrapant d’un seul coup, Loup et manche, Lisa traîne son ami vers ce lieu d’avalanches, quand soudain elle entend :

« DÉGRINGOLE L’ESCALIER, DÉPÊCHE-TOI S’IL TE PLAÎT ! NE CRAINS PAS L’IMPOSSIBLE, NOUS SOMMES TOUS ANIMÉS ! OUVRE BIEN TES MYRTILLES ET FAIS-NOUS L’AMITIÉ… DE TRINQUER AVEC NOUS, TU NOUS AS DÉLIVRÉS ! »

Une pluie de voix… (pas d’opéra !) s’échappe du salon et chatouille l’ouïe de Lisà. Et ils chantent… Et de plus en plus fort, et de plus en plus vite, et encore et encore, jusqu’à ce que la petite, tout essoufflée, s’étale de tout son long, pauvre âme, devant, en rang d’oignons, ses nouveaux compagnons ! Loup qui suivait de près se mit à trébucher sur son amie : mais pas de grands dégâts ! Puisque Loup est tout plat… Lisa, toujours sur le ventre, découvre toute tremblante en premier lieu : des pieds… puis des jambes animées, et enfin les frimousses, de trois copains de brousse : Un lapin élancé, Une araignée gênée Et un ver solitaire.

 

(Tous un petit peu plissés, note Lisa qui, déjà, s’est redressée.) « C’est normal ! » se souvient le ver de terre nain, qui remarque aussitôt le regard moqueur de la petite. « Le livre était un peu fermé et… comment dirais-je ?… quelque peu compressés étaient nos fessiers… Nous étions de surcroît, mes amis et moi, dans une position inconfortable et puisque abandonnés… » « Moi aussi j’ai eu un sentiment d’abandon ! » interrompt Lisa déjà lasse, « quand Grand-Mère est partie au cimetière ! Mais il y a Loup avec moi et… » « PARDONNEZ-MOI », reprend le rampant, « mais il me semble que  » net coupée  » fut ma parole ! Et j’allais vous présenter MA POMME !

Lapin

Et bien sûr, mes deux compagnons. Vous me permettez donc une nouvelle intervention sans d’autres interventions ???????? » Lisa, un peu vexée d’avoir elle-même été coupée, ne dit mot et consent. Le ton de l’asticot, lui chauffe un peu les Sa manière de parler, en inversant les mots, ressemble comme deux gouttes d’eau aux tableaux de Pablo. « Mais oui ! De Pablo Picasso ! Il est très très connu et pas vraiment poilu ! » intervient à nouveau Lisa. …………… (Je ne voudrais pas me joindre aux plaintes proférées par l’asticot, mais en tant qu’auteur j’aimerais jouir de ma plume comme je l’entends ! jolie Lisa. C’est moi qui écris, là ! Aussi, à l’avenir, je souhaiterais un peu de discipline… Et être seul maître de mon imaginaire.) « Pardon… » dit Lisa, toute penaude. « Je retiendrai la leçon… » Aussitôt dit, baisser d’un ton ! « Hum… Hum…

Voici donc : MA PERSONNE… » reprend le rampant en se grattant la gorge. « Je me prénomme : HUMPHREY. » « Mais il a son EGO sur-gonflé et son MOI démesuré », constate Lisa tout bas. « Dis donc ! Ce ver ne manque pas d’air !!! Il lui faut un certain cran pour se citer en premier ! » confie-t-elle à Loup… « Et pas d’éducation du tout ! » Mais rien n’arrête Humphrey qui continue : « À ma droite ; l’Araignée ! Araignée du matin… Chagrin » entonne-t-il… « Araignée du soir… Cafard. Je suis un peu poète, je sais… » se gausse-t-il. « Un Verlaine, un Rimbaud, un Reverdy des mots ! » Pendant qu’il soûlait Lisa, l’Araignée tentait désespérément de déplier ses pattes d’acrobate. (Et ce faisant, elle gêne visiblement l’élocution du mirliton qui, pour le lui signaler, lui donne un coup de pied !) « Aïe !!! Un Molière de cimetière, tu veux dire ! Il oublie d’où il vient… » grommelle l’arachnéenne qui n’apprécie guère les vers du ver !

Mais, imperturbable, l’ondulant conclut : « Et à ma gauche !… Lapin Martin. Nous sommes inséparables et un peu cabotins. » Lisa et Loup se présentent à leur tour, non sans une pointe d’humour : « Serrons-nous les mains, les pattes et l’abat-jour ! » dit-elle d’un air coquin. J’oublie détail utile… Pourquoi un abat-jour ? Eh bien, le ver porte un chapeau, chapeau qui cache un drôle de rigolo ! Et s’il parle de cette façon, c’est parce qu’il aime l’opinion et le qu’en-dira-t-on, mais dans le fond, il est un très bon ver, même s’il est solitaire ! « C’est le milieu de la nuit, et il faut dormir ! » commande Lisa. (En effet, Loup et la petite, bien que très excités, ont les yeux en forme de frites, de frites toutes allongées.)

 

extrait de Lisa-Loup et le Conteur aux Éditions Anne Carriére

Publié dans LES LIVRES de Mylène, LISA LOUP et le conteur | Pas de Commentaire »

C’EST L’EXPRESSION GROGNON

Posté par francesca7 le 24 juillet 2015

 

Si se décomposer de rire vous dit quelque chose, c’est bien Lisa qui en a compris la pose !!!!… Et de vriller par terre… Tout comme un ver de terre. Mais d’un rire éphémère, puisqu’elle va manquer d’air ! « Guizmo, c’est pas beau ! » pense Loup qui rit mou. Le piano s’est tu à présent. La petite aussi. Seules des notes froides s’amassent sur le parquet de bois, promises à un lendemain bien chagrin : les jouvencelles qui n’ont plus d’ailes finiront toutes à la poubelle !

« La propreté avant tout ! » disait Grand-Mère quand Lisa refusait de se laver le derrière… des oreilles ! « Tout doit briller comme l’étoile du berger. » Aussitôt dit, aussitôt fait ! Balai et pelle font un très beau ballet !!!

La journée passa ainsi, Lisa passa aussi de découvertes en galipettes, de longues lectures en confitures et de tristesse en housse de couette. Dehors, Loup et Lisa n’auront pas vu que la neige avait fondu, laissant apparaître un doux duvet d’herbe et des sourires sur les visages des passants. Ces derniers semblaient d’ailleurs plus légers, plus guillerets, enfin débarrassés de ce fardeau poudré…

Quel dommage ! L’hiver est si beau dans son trop grand manteau ; mais « l’Homme » de toute évidence a besoin de se sentir plus en confiance et redoute plus que tout l’ogre blanc aux crocs mous !

lisa0

 « L’HIVER ÉTOUFFE LEURS PAS ET ILS ONT PEUR DU GLAS ! »

 lui chuchote Grand-Mère, qui est au cimetière… … laissant traîner derrière elle un petit rire « SCELLÉ » : le cercueil est en bois et la terre dure comme l’r… Il faudrait des oreilles de chauves-souris pour distinguer le bruit !

Bien sûr, Lisa ne l’entend pas. Pourtant à cet instant précis, elle a pris dans sa main le mouchoir de lin que sa mamie lui avait offert, un soir d’hiver justement !

Un cadeau merveilleux, parce qu’il était destiné à sécher ses deux yeux ! « Si tes larmes coulent, il faut les ramasser pour en faire un collier », disait Grand-Mère. « Mais pas des larmes de crocodiles, petite fille !

Ça ne deviendrait qu’un collier de billes… » prévient-elle. « Non, des larmes de dérive, de peine, ou des larmes de rire… celles-ci sont des perles de vie comme les perles de pluie. Et tes larmes sont utiles ! Elles coulent pour faire des océans, pour rafraîchir la terre, pour faire pousser la force qui vit sous ton écorce, » Lisa n’a pourtant aucun souvenir des chagrins de Grand-Mère ?

 Peut-être était-elle un DIEU DE LA MYTHOLOGIE et n’avait pas les mômes problèmes que nous, les Hommes ?

Pas les mêmes tourments, ni les mêmes ennuis ! Mais, si elle était un dieu d’antan, serait-elle parmi nous, les vivants ?

LES MORTELS ONT UN CŒUR QUI S’ÉPUISE ; LES DIEUX, DES IMMENSES POUVOIRS QU’ ILS UTILISENT À LEUR GUISE !!!

Ils sont par conséquent indestructibles et sont si peu fragiles ? Alors, c’est impossible ! Mamie est un mythe au logis. Grand-Mère est une grand-mère comme toutes les grands-mères, puisqu’elle gît au cimetière ! Bien sûr… Elle se cachait tout simplement quand ses larmes dévalaient !

LISA NE SE DÉSESPÈRE PAS MALGRÉ L’ABSENCE…

Loup est là et le lieu lumineux ! Le soleil avait timidement, de ses aiguillons dorés, envahi la maison d’une chaleur adorée. La lumière caressait les fenêtres, s’invitant humblement à déposer ses baisers sur la vitre réchauffée… (Les deux amants discrets connaissaient les limites du bonheur, et pour ne perdre du temps, s’ouvraient déjà leurs cœurs.) La journée passa ainsi. Une chose importante a été accomplie aujourd’hui :

LA MAISON DE L’HOMME S’ÉTAIT LAISSÉ APPRIVOISER PAR NOS DEUX NOUVEAUX AMIS et, bientôt, elle reprendrait vie !

 

extrait de Lisa-Loup et le Conteur aux Éditions Anne Carriére

Publié dans LES LIVRES de Mylène, LISA LOUP et le conteur | Pas de Commentaire »

ET GRAND-MÈRE ÉTERNELLE DE POUFFER AVEC Lisa Loup

Posté par francesca7 le 23 juillet 2015

 

Lisa 1Et Dieu que sa Grand-Mère lui manquait ! Lisa eut un léger soubresaut qui venait des profondeurs de son coeur… Mais, d’un petit geste de la main, elle chassa vite son chagrin ! Enfin, aidée de Loup, après s’être calée confortablement dans un fauteuil, Lisa ouvre sans ménagement le grimoire à pleines dents. (La couverture est plus lourde qu’elle. Il fallait bien trouver une aide !) Et de dévorer le contenu… Aussitôt dit, aussitôt lu !… Et d’engloutir tous les ingrédients et sans en perdre la moindre miette ! Alouette ! Mais le plus étonnant est à venir, encore plus surprenant de découvrir une petite signature à la toute dernière page :

UNE PETITE PATTE DE MOUCHE QUI SIGNALE UN NAUFRAGE…

CONTE écrit par Damien, dédié à Allan. « Mais… C’est une histoire écrite par l’homme qui parle », s’écrie Lisa qui tombe presque du fauteuil ! (Elle venait tout juste de voir la photographie dans le livre.) « Et… Et Allan… C’est forcément quelqu’un qu’il a aimé si fort qu’il met une majuscule à son prénom de mort ! » « ??????????? » « Oui, c’est aussi le prénom de quelqu’un qui est mort !… Je le sais, Grand-Mère parlait de lui, la nuit…

GASPARD ALLAN POE ? …

 Ou quelque chose comme ça. Il a écrit des fantastiques nouvelles qui font peur, et moi j’adore ça ! » dit-elle toute mauve-grenadine pour cause d’adrénaline ! Mais Loup n’entend pas et, quoi qu’il en soit, il est encore à plat : sous l’ouvrage, il enrage !

Lisa2« Quel souci ! Je t’assure, quel souci ! » s’impatiente Lisa qui l’aide encore une fois. « Mais qui peut bien être cet Allan pour l’homme à la barbe ? » poursuit-elle. « Peut-être un voisin de palier ? » pense Loup tout plié. La réponse ne se fit pas attendre, je cite : DANS SA CHUTE MAGISTRALE, LE LIVRE AVAIT DÉLIVRÉ UNE LETTRE MANUSCRITE, ÉCRITE À L’ENCRE COULEUR STYX Elle commençait comme ceci : Chere Lola Je ne peux plus vivre à présent. Ni les nuits ni les jours n’ont de sang maintenant ; mon âme erre dans un lieu qui s’ennuie et me nuit. Je me décapiterai pour l’avoir laissé mourir, je me déshabillerai devant Dieu sans rien dire… Oh, mon Allan, mon enfant. Je n’ai rien vu de pire que l’effort que je fais pour survivre au néant. Pardonne-moi de ne plus rien écrire en chantant, mais à quoi bon lâcher l’encre sur du sable mouvant… Lola, je suis mort, je suis ivre de l’audace d’être toujours vivant; je ne raconterai plus jamais d’histoire à mon petit enfant, j’aurais dû l’avertir que la vie fait semblant quand elle rit à pleines dents. Je vais partir loin, encore, plus loin, et je supplie de me perdre en chemin, je suis si fatigué demain… Damien LE SILENCE… … suintait à nouveau ses blessures, reprenant insidieusement ses droits, tant il fut bouleversé par cette longue lecture qu’elle faisait â haute voix. Lisa elle-même n’en sortait pas indemne ! Un profond soupir lui souleva la joie : les râles s’élevaient encore une fois ! Encore et encore et encore plus fort…

 MAIS LISA NE L’ENTENDAIT PAS DE CETTE FAÇON, IL LUI FALLAIT RÉOUVRIR L’HORIZON !

Il y a bien longtemps, elle avait vu au cirque Chpuck un tour unique : un LILLIPUTIEN (un peu martien) qui d’une note suraiguë, brisait des verres en cristal brut. Son contre-ut, un uppercut ! C’était un souvenir marquant, parce qu’elle avait décidé d’en faire autant, une fois rentrée à la maison ! Mais c’était sans compter avec mère nature ! Crier est une chose ; hurler, un jeu de roses ! Mais la NOTE qui lue… …

La petite peste a eu raison de ses poumons ! ! ! (Lisa n’a pu prononcer le mot « chiffon » pendant un mois environ.) Mais au diable ! Il y a urgence. Tant pis, elle décide quand même d’un nouvel essai. Un cri strident, dénudant le tympan de l’enfant, fendit l’air, remuant poussière et puis terre, et les livres tout mous de se mettre au garde-à-vous ! (Lisa a de la voix ma foi !) Qui eût cru qu’un si petit bout d’enfant pouvait faire peur au silence, ce Géant ? L’auteur s’élance :

« Elle y est parvenue, PARCE QU’ELLE EST CONVAINCUE ! » Et c’est ainsi que prit fin le combat entre « Mort et Lisa ». Le courage avait sans nul cloute vaincu la bête muette. Loup était fier de son amie et voudrait bien le lui dire, mais il resta de jais, puisque Loup ne parlait ! Il y a, Lisa le sait, un secret bien caché et elle allait surle-champ démasquer l’intrigant ! « Il faut procéder comme en mathématiques ! » dit-elle à Loup sceptique. « Il faut RAISONNER ! Raisonner comme dans… L’ab ?? plus x ?? et… Quel soucix ! » dit Lisa (qui s’emmêlait déjà). « J’étais nulle à l’école ! Là où tout le monde rigole… »

(D’ailleurs, depuis que Grand-Mère avait disparu, plus de mathématiques qui rendent neurasthénique.) Mais l’école de la vie… ÇA OUI ! Lisa se retourne alors vers Loup, tout coi. Mais Loup n’est pas narquois, puisque Loup n’entend pas… Qu’importe… Lisa, qui avait donc des oreilles pour quatre, sursauta : « 1 FOIS 4 »

 LE PIANO QUI DORMAIT DANS L’ENTRÉE SE MIT SOUDAIN À JOUER ! DES MORCEAUX DE WAGNER, DE CHOPIN, DE MAHLER, DES MONCEAUX DE MALHEUR QUI PLEURAIENT DE DRÔLES D’AIRS.

 

extrait de Lisa-Loup et le Conteur aux Éditions Anne Carriére

Publié dans LES LIVRES de Mylène, LISA LOUP et le conteur | Pas de Commentaire »

DANS LA CUISINE et la BIBLIOTHEQUE de Mylène

Posté par francesca7 le 23 juillet 2015

 

Dans la cheminée qui trône dans la cuisine, pas l’ombre d’une ambiguïté : des bûches sont alignées. Elles s’embrasent soudainement au contact des enfants, libérant une chaleur, un parfum DÉGOÛTANT. (Là c’est pour la rime, c’était bien trop tentant…) Mais l’auteur s’égare, il reprend donc… « libérant une chaleur, un parfum ENIVRANT. » « C’est incroyable ! Et c’est comme dans les contes ! » s’étonne Lisa… « Il doit у avoir un truc ! Un truc pas catholique… » s’amuse-t-elle en se remémorant GrandMere qui marmonnait tout le temps. « Bon… Qu’est-ce qu’on fait maintenant ? » interroget-elle, « C’est le matin et moi j’ai faim ! Voyons si dans le frigidaire il у a à manger… MAIS PAS DES VERS DE TERRE ! » dit-elle autoritaire, tirant Loup par la main.

« Quel souci ! » soupire-t-elle (imitant le faux agacement de l’adulte). « Quel souci ! Regarde là devant toi, il y a du chocolat : chaud, c’est bon dans le lait, le pain rond est tout frais et le beurre mou comme Loup… » s’anime Lisa. « Je ne suis pas mou du tout ! » pense Loup. « Il faut se ressaisir maintenant, comprendre pourquoi l’homme est parti. C’est moi qui me guimauve ! Je suis mou comme… comme la sauge », dit-elle en pointant la plante qui se morfond sur le comptoir… Et de plier genoux… Aussitôt dit, jambes à son cou !

Lisa3

DANS LA BIBLIOTHÈQUE Lisa se dirige alors aussi sec, vers la bibliothèque. Elle croit entendre des bruits étranges qui ressemblent à des râles de mourants. Comment une « si petite fille » pouvaitelle identifier ce son si particulier ? Peu de gens reconnaissent la mort ni même ne l’ont croisée ! Pourtant Lisa en était sûre :

ELLE SAIT LES YEUX QUI DORMENT ET QUI S’OUVRENT AUSSITÔT, MAIS ELLE SAIT AUSSI LES SOUPIRS QUI FINISSENT AU CAVEAU.

La bibliothèque est emprisonnée par une immense porte qui ne la laisse respirer. Lisa tente de l’ouvrir, mais une formidable résistance s’oppose à elle, et pire ! Lisa pousse à nouveau… manquant de s’étaler, quand enfin, dans un ultime râle, elle finit par céder, offrant au plus sceptique un tableau des plus beaux :

UN CIMETIÈRE DE LIVRES, UN MONUMENT DE MOTS.

À présent plus aucun bruit ne point son nez, que le tic-tac autiste d’une horloge éventrée. Mais Lisa n’a pas peur, elle n’entend pas son cœur… Elle court à perdre haleine retrouver Loup là-bas, juste à temps, pour le sortir de là ! (Il est juste un peu coincé entre : riz, chocolat, boîtes de purée et de maïzena. Tout a dégringolé du placard et l’écrase !) Heureusement, Loup est plat, ça va ! Il vient tout droit, l’on sait, d’un matelas épais… Quelques instants après, Loup et Lisa retournent dans ce lieu mystérieux sur la pointe des pieds, craignant d’importuner le SILENCE, leur aîné. Ils observent déjà un changement probant : une sensation d’humidité dans la pièce s’offrait la place d’une précédente sécheresse. (Un peu comme si la bête avait eu la bouche sèche.) « La pièce étouffait ! » s’écrie Lisa. « C’était comme moi, quand Grand-Mère demandait de suspendre mon souffle pour entendre les mouches… (ou peut-être était-ce les Anges ?) En tout cas sans mélange, il était question d’ailes ! Et moi, je suffoquais tant », reprend-elle, « que ma tête se vidait, tous mes membres engourdis et mon sang de la braise… »

Mais Lisa n’était plus, d’évidence, à son aise… LA LENTE AGONIE DE CETTE PIÈCE CONDAMNÉE, LA TRISTESSE DE L’HOMME Y SERAIT-ELLE ASSOCIÉE ?

Puisqu’elle contient des vies par milliers dans ses livres, puisqu’elle est remplie des rires, des coulées de pensées, pourquoi s’est-elle éteinte, elle qui était si vive ? Partout des centaines de toiles d’araignées faisaient des frises au plafond, mais plus de locataires, juste un air débonnaire… Pourtant quelles toiles de maître ! « Il faut être fou pour les abandonner ! Elle est, c’est indéniable, une véritable  » Artiste  » l’araignée qui les tisse… Et ça n’a pas de prix ! Loup, tu vois, j’en suis certaine ! » lui confie Lisa, « il y a là-dedans un secret bien caché… J’ai le sentiment que des vivants, des voyelles et des ciels sont à l’intérieur des livres mais qu’ils ont peur d’y vivre. » Au moment même où Lisa prononçait ces mots, un ouvrage aux CENT VINGT MILLE PAGES se dégageait sans ambages de l’emprise de ses frères jumeaux… manquant de peu d’aplatir un peu plus… notre petit ami ; QUEL SOUCI !

« La couverture est ce qu’il y a de plus coûteux ! » se met soudainement à penser Lisa, qui se demande, elle-même, pourquoi elle pense à ça. (Sans doute parce que sa mamie lui donnait tous les prix : des voyages… des gâteaux… même des coups… dans le dos !) « Un jour tu verras cela te servira », répétait-elle à l’enfant qui bien sûr n’écoutait pas. « Je préfère tes histoires qui me font veiller tard », ironisait-elle…

 

extrait de Lisa-Loup et le Conteur aux Éditions Anne Carriére

Publié dans LES LIVRES de Mylène, LISA LOUP et le conteur, Mylène et ses livres | Pas de Commentaire »

L’HOMME ÉТАIT PARTI SANS MÊME DIRE UN MOT

Posté par francesca7 le 21 juillet 2015

… Extrait de Lisa-loup de Mylène

lisa0C’est au petit matin qu’elle s’en est rendu compte. Elle s’est levée très tôt pour lui serrer la main, mais la chambre était vide et le lit sans ses rides ! Et pas la moindre trace de sa nuit sur l’oreiller. Lisa est si déçue… Et quelle déconvenue ! Elle avait tant, tant espéré rencontrer l’inconnu. Il lui semblait bien avoir entendu une porte qui claquait… Mais elle rêvait du vent qui mâchait du chiendent ! « Il ne faut pas mâcher la bouche pleine ! » lui criait-elle dans son sommeil, « tu fais bien trop de bruit, je n’entends plus la pluie ! » Mais celui-ci, pour seule réponse, et pour l’effrayer un brin, lui montrait sans ménagement aucun des dents très acérées, comme les dents du requin ! Et pour tout couronner, ils les faisaient claquer entre elles… Bruit de dents, bruit de porte, tout ça s’est mélangé dans son sommeil !

« C’EST DONC COMME CA LA VIE ? ELLE VOUS DONNE UN SURSIS PUIS REPREND SANS RÉPIT ? » souffre Lisa. Elle voudrait bien comprendre pourquoi l’homme ne lui a pas laissé du temps pour qu’elle lui raconte qu’elle venait tout juste de quitter Grand-Mère qui est au cimetière, qu’elle était enfin prête puisque Loup était la, pour la grande aventure, pour des pluies de lecture. Ce ne sera pas cette fois, ses nuits auront encore le goût des « pourquoi ça-pourquoi moi ? »

DANS LA MAISON

Découvrir un lieu que l’on ne connaît pas, dont on ignore tout, jusqu’à son « POURQUOI LÀ ? » a quelque chose de rude parfois, ou de grisant ma foi, voire même de bouleversant je crois. Malgré sa déception Lisa décide de rebondir. Il n’y a plus de place pour les soupirs ! « Ne pas s’apitoyer sur soi ! » lui enseignait Grand-Mère qui était fière. (Elle n’était pas corse pourtant ?…) Mais quel tempérament ! Dur dehors, doux dedans ! « Un peu comme un cercueil ! » se remémore Lisa qui n’en a vu qu’un seul et pour la première fois : celui de sa mamie était rempli de mie ! « Pour les Anges la-haut, pour les petits oiseaux, ou qui sait… Peut-être les corbeaux ? » se justifiait-elle…

(Parce qu’elle n’était pas tout a fait sûre de sa destination future quand elle disait ces mots.) « Moi je serai athée ! » lui répondait Lisa qui n’aimait ni L’IDEE DU HAUT NI MÊМE L’IDEE DU BAS. C’est d’ailleurs surtout l’idée du bas qui la chiffonnait. Pourquoi aller brûler en enfer si on a déjà eu si chaud sur notre terre ? Et chaud, elle a eu ! Elle a perdu la vie au moins trois fois déjà : Ablation des deux amygdales… Le cadre qui a chuté dans la chambre d’hôpital (manquant de peu de lui scier l’artère fémorale !) Une partie de cache-cache qui a failli terminer mal : le sac plastique était bien trop serré et l’empêchait de se cacher ! Et en plus elle étouffait dedans… et en plus il était transparent, donc découverte sur-le-champ ! (Elle aurait pu, ici, mourir de honte, c’était très, très embarrassant !)

Mais revenons a ta maison… Lisa décide donc de se familiariser avec ce monde nouveau. Elle a tous ses sens en émoi : deux yeux comme des p’tits pois tant leurs pupilles sont devenues petites de trop scruter l’endroit. Elle voudrait tout savoir, tout connaître de l’inconnu qui l’habite. Elle sent bien que l’homme avait du chagrin. Mais pourquoi a-t-il coupé les radiateurs géants ? Ce n’est pourtant pas le printemps ! Quel drôle d’élan…

 

extrait de Lisa-Loup et le Conteur aux Éditions Anne Carriére

Publié dans LES LIVRES de Mylène, LISA LOUP et le conteur | Pas de Commentaire »

LE CIMETIERE avec Lisa Loup

Posté par francesca7 le 21 juillet 2015

 

À présent il est temps, Lisa fait son baluchon et ils s’en vont. Ils traversent bien vite la ville et se dirigent alors vers le cimetière dire au revoir à Grand-Mère. Ils se retrouvent devant une très, très grande grille…Très, très fermée aússi ! Que nenni ! ni Lisa ni son nouvel ami ne se sentent menacés, ils sont non seulement tous les deux très petits, mais un petit pou plats aussi… et de se faufiler en biais… Aussitôt dit, aussitôt fait ! Lisa et Loup s’approchent de la sépulture quand soudain :

ILS ENTENDENT LA VOIX GRAVE D’UN HOMME… Une voix qui semble ne s’adresser à personne ; pourtant l’homme assis sur une tombe parle, parle, parle encore. Lisa n’entend pas bien ce qu’il dit, le vent fait des toupies ! Tous deux l’observent, mais ne font point de bruit. L’homme parle bien vingt minutes au moins, mais Lisa et Loup sont déjà loin.

« Mamie, je te présente mon ami », dit l’enfant. « Je ne suis plus seule aujourd’hui ! Loup… Grand-Mère… Grand-Mère… Loup. Voilà, c’est fait ! » Et Loup de s’incliner, mais pas pour le respect (c’est juste pour lire le nom gravé !). « Parler à un caillou, drôle d’idée ! » pense Loup un peu trop fort. « Tu viens bien d’un matelas… » rétorque Lisa. « Moi, ma Grand-Mère est là, on ne peut pas ignorer ce que les yeux ne voient pas ! » « Moi, je n’existe pas », dit Loup. « Mais c’est pas vrai du tout ! La vie nous tend les bras. Tu vois… » Au même moment, l’homme qui parlait longtemps décida qu’il était temps de partir. Il est tard… Un peu voûte, comme alourdi d’une tristesse, il quitta ce lieu sans miroir, sans vie, sans fard. « Il traîne avec lui un drôle de secret », confie Lisa. Quelque chose qu’elle connaît, PUISQUE SON NEZ LA GRATTAIT !

Lisa et Loup s’empressent alors de le suivre, mais à distance. (Après tout ils ne connaissent pas cet homme mystérieux, ne savent de lui que ce qui est déjà dit : il parle… Il parle… Ah ! si, j’oublie ! Il porte une drôle de barbe aussi.) Il fait nuit noire dehors, mais Loup n’a pas peur de ça. Le matelas, il connaît… la lumière n’entre pas. Il pourrait bien s’inquiéter des bruits étranges, des miaulements de chats de quartier ou même de ses propres pas sur le grinçant gravier. Mais tout ça n’a pas grande importance puisque : LOUP N’ENTEND PAS.

L’homme marche assez longtemps. Trop sans doute, trop vite aussi : les deux sont obligés de courir en même temps ! « Quel souci », dit Lisa, « quel souci » … Mais le grand n’entend pas. Enfin, il s’arrête devant une jolie maison tout en longueur. « Comme les jambes de Grand-Mère », pense Lisa.

cimetière

Des fenêtres partout, une porte en bois roux et la clé ouvrait déjà en deux tours la maison, son igloo. L’homme va se coucher. Lisa est fatiguée. Ils se faufilent tous deux dans la maison qui sent bon les vieux livres et les bonbons. La chambre vide au premier étage semble parfaite. Loup se glisse sous le matelas… Il doit rester tout plat… il ne connaît que ça ! Lisa se pelotonne sur l’édredon et s’endort comme un chaton ! Mais elle se réveille en sursaut et, d’une main légère pour ne pas le surprendre, s’assure que Loup est bien aplati sous ses reins ! « J’ai un ami enfin, et même s’il n’entend rien…Grand Mére, tu vois, je vais en prendre soin », chuchota-t-elle. Encore une chose contrariait Lisa et l’empêchait de se rendormir : l’homme et son manteau de chagrin… Quelque chose de familier… « Il a lui aussi sa Grand-Mère enterrée ! Et personne pour lui dire des contes de fées !… »

Mais bien sûr ! C’était ça le nez qui grattait ! Mais, pauvre Lisa, une mauvaise nouvelle allait la faucher dès que l’aube pointerait le bout de son nez.

extrait de Lisa-Loup et le Conteur aux Éditions Anne Carriére

Publié dans LES LIVRES de Mylène, LISA LOUP et le conteur | Pas de Commentaire »

LISA – LOUP ET LE CONTEUR

Posté par francesca7 le 21 juillet 2015

 

Lisa3Lisa sur son lit s’ennuie, insomnies, pas d’amis. Mais pire que tout, plus personne pour lui raconter des histoires : Grand-Mère est au cimetière… Lisa décide de partir. La vie n’est pas ici ! Mais Lisa ne veut pas partir seule. « Mais pourquoi c’est si dur ? » se dit-elle à elle-même. « C’est comme si la solitude qu’il у a dans l’espace résonnait en moi… Je me sens si seule parfois. » Petite Lisa sait que la larme qui coule sur sa joue pâle n’est qu’une toute petite goutte dans un océan de chagrin, mais elle ne veut pas pleurer plus longtemps… Il pleut déjà dedans

Une nuit, assise sur son lit, Lisa pense a Grand-Mère. Elle se concentre, se concentre jusqu’a devenir rouge comme une tomate… Qui sait ?… Peut-être va-t-elle réussir a la faire revenir. Elle se concentre toujours, quand soudain une rafale de vent force les fenêtres et s’engouffre dans la chambre, mélangeant rideaux aux papiers qui volent, cadres qui se mettent a danser sur le mur.

C’EST LA DÉCONFITURE… Pourtant Lisa ne semble pas surprise par cet intrus. Seulement deconcentree peut-être ? Mais la petite est fatiguée et s’assoupit. Quand, au beau milieu de la nuit, elle est réveillée par des bruits… sous son lit. Comme des grattements… Elle regarde sous le lit… Rien… Grattements toujours, quelqu’un gémit. Mais Lisa n’a pas d’amis ?! Et personne sous le lit !!!

ELLE DÉCOUVRE, SOUS SON MATELAS, UN PETIT GARÇON TOUT PLAT ! Fini l’ennui ! « Je t’emmène avec moi, c’est pas une vie tout ça ! »

 

Éditions Anne Carriére

Publié dans LES LIVRES de Mylène, LES TEXTES DE MYLENE, LISA LOUP et le conteur | Pas de Commentaire »

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...