le point final à une tournée triomphale de Mylène F.

Posté par francesca7 le 7 décembre 2013

2014 avril-

Article paru sur la presse de NICE-MATIN : http://www.webtimemedias.com

Mylène Farmer vendredi soir en concert à Nice au Palais Nikaïa. Un concert qui mettra le point final à une tournée triomphale entamée en septembre à Bercy. Une tournée pour laquelle la chanteuse libertine s’appuie sur ses deux derniers albums, tout en faisant la part belle à ses anciens succès. Si avec Mylène Farmer, le grand spectacle est toujours au rendez-vous, la star a néanmoins opté pour cette tournée pour une relative simplicité en étant plus vers le concert pur que dans la recherche du show à tout prix.

Mylène Farmer mettra le point final à Nice à sa tournée « Timeless 2013″ (DR)

3 jours avant la sortie de son nouvel album live « Timeless 2013« , Mylène Farmer mettra vendredi à Nice, au Palais Nikaïa, le point final à sa tournée du même nom. Une tournée triomphale puisque, depuis le premier concert donné en septembre à Bercy, la chanteuse libertine a réuni plus de 500 000 spectateurs dont certains n’hésitent pas à camper près d’une semaine devant les salles de spectacles pour être sûr d’être aux premières loges. Ces concerts 2013 s’appuient sur les deux derniers albums de Mylène Farmer « Monkey Me » et « Bleu noir » avec des titres comme « Diabolique mon Ange », son nouveau single. Mylène Farmer fait aussi la part belle à ses anciens succès comme « Les Mots« , « Désenchantée« , « Sans contrefaçon » ou « Rêver » qui clôture le show. La star a également concoctée une séquence piano/voix dans laquelle elle communique son émotion et son plaisir d’être au milieu de ses fans qui lui sont fidèles depuis des années.

le point final à une tournée triomphale de Mylène F. dans Mylène 2013 - 2014 Myl%C3%A8ne%20Farmer%20-%20Timeless%2002%20-%20Legende

La recherche d’une certaine simplicité

Une séquence qui donne la tonalité de cette tournée 2013, plus orientée vers le concert pur que vers le show à tout prix. Même si Mylène Farmer fait une entrée fracassante, sortant des entrailles d’une machine futuriste, elle se retrouve plusieurs fois  seule sur scène micro à la main avec les musiciens en arrière scène. Alors qu’elle avait habitué son public à une certaine démesure dans les effets, elle a manifestement opté cette fois pour une relative simplicité. Que les amateurs de grand spectacle se rassurent, ils n’ont pas été totalement oubliés et le show reste visuellement impressionnant, notamment lorsque des robots surgissent du sol pour danser avec Mylène Farmer  qui arbore toujours de magnifiques tenues signées Jean Paul Gaultier. Si la chanteuse n’est pas une grande communicante, elle parvient toujours à instaurer sur scène une véritable communion avec son public et nul doute que vendredi soir cette magie opérera encore au Palais Nikaïa.

Mylène Farmer – Palais Nikaïa – Vendredi 6 décembre à 20h00.

Publié dans Mylène 2013 - 2014, Mylène TIMELESS 2013 | Pas de Commentaire »

Mylène Farmer : un show grandiose au Zénith de Toulouse nov. 2013

Posté par francesca7 le 2 décembre 2013

 

 

images (22)28 000 spectateurs vont venir applaudir la chanteuse mardi 26, mercredi 27 et samedi 30 novembre 2013 à Toulouse. Tout sur un show spectaculaire qui affiche complet.

Nous ne l’avons pas vue de près mais nous pouvons affirmer une chose : Mylène Farmer est une femme, une vraie, pas une extraterrestre ni un robot (comme ces créatures d’acier et de haute technologie qui «dansent» avec elle sur scène). Deux indices concordent : la star de la chanson française transpire, légèrement, au-dessus de la lèvre supérieure et sur ses rondes pommettes; elle boit aussi, parfois, après une chorégraphie très physique, mais elle le fait à sa manière : en toute discrétion, en tournant le dos au public.

Dans les coulisses de Bercy, à Paris, un spectateur pas comme les autres nous le confirme : «Je connais Mylène Farmer depuis plus de 20 ans: c’est une femme extraordinaire». Et l’homme s’y connaît, à la fois en femmes, en célébrité et en secrets (rendus obligatoires, des années durant, contre son gré) puisqu’il s’agit de Salman Rushdie, l’immense écrivain.

Quelques mètres plus loin, on croise Luc Besson et madame, et puis des amis du show-biz qui se bisent à qui mieux mieux. Evidemment, on ne saurait réduire le public de Mylène Farmer au monde du spectacle, fasciné lui aussi par cette chanteuse à l’aura incroyable. Dans la salle, l’ambiance est familiale et hétéroclite : «vieux» couples qui se rappellent leurs années d’avant, gamins surexcités, ados rêveurs, gros moustachus en marcel, jeunes garçons filiformes qui se sont passé la bague au doigt…

Des fans, oui, mais incroyablement sages. Ils hurlent parfois «Mylène, on t’aime» mais restent le plus souvent paisiblement assis, voulant sans doute vivre pleinement cet instant de communion avec leur idole.

Un concert de Mylène Farmer

se joue en deux temps, qui s’entrecroisent continuellement. Il y a du grand show, parce que c’est ce qu’on attend d’elle : en prendre plein les mirettes, genre grand huit. De l’avis des connaisseurs, le millésime 2013 est moins spectaculaire que le précédent. On reste pourtant cloué sur le siège au moment du lancement du concert, sorte d’hommage au cinéma de science-fiction, de «2001, l’odyssée de l’espace» à «Alien» avec bombardement d’étoiles et musique ronflante.

Les confidences d’une reine

L’écran ne diffuse pas toujours des images aussi fracassantes, privilégiant l’accompagnement sobre, à l’exception de «Désenchantée» (ambiance «Mad Max», avec déluge de feu) ou de «A l’ombre», un des derniers tubes (magnifique et inquiétante vidéo qui évoque la peinture de Jérôme Bosch ou de Francis Bacon).

La danse joue aussi son rôle avec six beaux mâles, le plus souvent torse nu et affublés de curieux jupons sur leurs pantalons (signés Jean-Paul Gaultier). Mais ce qu’attend le plus le public, ce sont les moments d’intimité – certes relative – quand la star passe aux ballades, racontant l’amour qui fait mal, la passion mélancolique, le désastre des ruptures. «Les mots», susurrés d’une voix haut perchée, sont émouvants. Seulement accompagnée au piano, Mylène Farmer verse une larme sur «Je te dis tout» et poursuit avec un autre slow, «Et pourtant». La chanteuse est une reine, qui surplombe la foule, telle Cléopâtre, dans «Bleu noir». Elle sourit légèrement, multiplie les «merci» et va jusqu’à lâcher «Vous êtes magnifiques». En rappel, deux morceaux qu’on peut interpréter comme des confidences. «Inséparables» sont les fans et leur rousse préférée. «Rêver» avec eux ramène à un amour impossible. Au bout de deux heures de concert, la chanteuse échappe à sa prison de lumière. Un nuage blanc l’enveloppe avant de s’estomper. Roulements de tambours. Mylène Farmer a disparu de la scène. Une vraie femme ? Sans doute. Une apparition aussi, venue d’un autre monde.

Vous aimez Mylène à la folie? Envoyez-nous vos photos au Zénith de Toulouse sur le mail suivant: hub31@ladepeche.fr

Publié dans Mylène 2013 - 2014, Mylène TIMELESS 2013 | Pas de Commentaire »

discrétion extrême : Arrivée de Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 2 décembre 2013

 

Publié le 27/11/2013 dans la Presse : http://www.ladepeche.fr/article

 

images (20)Mylène Farmer, heureuse d’être sur scène./Photo Nathalie Delepine

 

Ses fans ne la verront que sur la scène du Zénith, ce soir encore et samedi. Ou alors, par une chance incroyable, derrière les vitres fumées de sa grosse voiture. Car avec Mylène Farmer, la discrétion entretient le mythe, depuis son arrivée en jet privé à sa chambre d’hôtel.

Ne la cherchez pas dans les rues de Toulouse, faisant son shopping entre deux gardes du corps. Mylène Farmer n’a pas l’habitude de montrer son joli minois dans les boutiques, effectuant toujours de rapides parcours entre son hôtel et le Zénith, sans détours inutiles. Quand on évoque les déplacements de la chanteuse avec son équipe, les visages se ferment, le silence s’installe. «Mylène estime qu’elle dit tout dans ses spectacles et ses disques, que sa vie privée ne regarde qu’elle, lâche une collaboratrice. Ses admirateurs l’ont compris depuis longtemps : ce sont des gens normaux qui la respectent.»

En chasse dans les hôtels

Christina, qui sera ce soir dans la «fosse or» du Zénith (tarif : 105 €) confirme cette impression : «J’adore Mylène depuis des années mais il ne me viendrait pas à l’esprit de lui courir après. Je m’arrête aux concerts, j’achète des objets. Le temps d’un spectacle je rêve et cela me fait du bien quelques jours». A Paris, il y a bien des ultrafans qui pistent la star et l’approchent quand elle sort de son domicile. «J’en connais qui ont pu lui adresser la parole, poursuit Christina. Elle est restée correcte, elle ne les a pas jetés; elle les a gentiment salués».

A Toulouse aussi, il existe quelques dizaines d’irréductibles (sur les 28 000 spectateurs du Zénith) qui ont fait le siège des hôtels de luxe, des allées Jean-Jaurès au Capitole. «Elle n’est pas chez nous mais plusieurs personnes l’ont demandée depuis ce week-end, raconte une réceptionniste du Grand Hôtel de l’Opéra. Certains veulent laisser des lettres (d’amour évidemment!) qu’on leur refuse, forcément».

Directeur général du Crowne Plaza, à deux pas de là, Didier Vincent a vécu en direct cette effervescence lors de la précédente tournée de la star, en 2009. «Tout s’est très bien passé, se souvient-il. Mylène Farmer est une diva mais reste discrète, avec un côté timide. Je l’ai accueillie, elle s’est montrée simple et charmante. Pour sa chambre, qu’elle n’a quasiment pas quittée de la journée, elle n’a rien demandé de spécial. Une retenue que j’ai ressentie avec les fans. Ils attendaient tranquillement, des heures et des heures. Ce n’a pas été le cas récemment avec les fans de Bruno Mars. Les gens étaient hystériques. On a été obligés de cacher sa voiture dans le patio pour qu’il puisse y monter et partir».


Gros retard pour le premier concert

Il s’en est fallu de peu, hier soir, au Zénith, pour que le premier des trois concerts toulousains de Mylène Farmer soit annulé. Pas parce que l’impressionnant dispositif du show n’était pas prêt mais à cause d’une panne des lumières de sécurité, censées éclairer le public…quand les plombs sautent. Après de longues recherches, le problème a pu être réglé. Mais cela a contraint les 9 300 spectateurs à attendre dehors dans le froid, ce qu’ils ont accepté de bonne grâce.

Le concert, quant à lui, a démarré à 21 h 20 (soit 50 minutes de retard) déployant son déluge de feu, d’effets spéciaux et de décibels dans une mise en scène grandiose. Outre ce spectacle énorme, les fans auront retenu que Mylène Former sait dire «merci», «c’est magique» et «c’est magnifique» et qu’elle verse immanquablement sa larme au moment de «Je te dis tout», un slow imparable. Les plus gênés par ce retard à l’allumage sont les marchands du temple. Ils ont eu moins de temps pour écouler leurs 25 objets du culte,de 5 € pour un stylo à 70 € pour un sweat-shirt.


images (21)À l’aéroport, une arrivée de chef d’Etat

A 15 h 15, hier, en provenance du Bourget, un petit Cessna blanc s’est posé sur le tarmac de l’aéroport de Toulouse-Blagnac. L’avion a roulé jusque devant l’ancienne aérogare historique de Toulouse, devenue aérogare d’affaires. Une file de plusieurs voitures, une Citroën C 8 grise et deux fourgonnettes, qui patientaient depuis quelques instants en bord de piste, a gagné l’aéronef. En une dizaine de minutes, quelques bagages ont été chargés puis la C 8 s’est glissée au pied de l’avion. De Mylène Farmer, nulle apparition, tout au moins visible depuis l’aérogare. Précédé d’une voiture de la gendarmerie jusqu’à la sortie des pistes, le convoi a quitté l’aéroport en direction du centre-ville de Toulouse et de l’hôtel Pullman où la chanteuse réside pour deux nuits. L’arrivée de la star, que personne n’attendait dans la petite aérogare, s’est faite selon un scénario très discret digne d’un chef d’Etat. Car les voitures ne pénètrent ainsi que rarement dans l’enceinte de l’aéroport pour cueillir le visiteur à sa descente même de l’avion. La semaine dernière, Bruno Mars, pourtant célébrité mondiale, a, lui, improvisé un petit concert devant le personnel ravi alors qu’il passait par le bâtiment de l’aérogare. Le groupe californien, LMFAO, a lui aussi laissé un souvenir haut en couleur. Mylène Farmer elle-même, lors de sa dernière venue à Toulouse il y a quatre ans, avait franchi l’habituel portique, «tout emmitouflée», se souvient un personnel de l’aéroport. Et ses fans étaient nombreux à l’attendre dans une certaine cohue. Cette année, la star a choisi la plus grande discrétion.

J.-N. G. et F. Ab.

Publié dans Mylène 2013 - 2014, Mylène TIMELESS 2013 | Pas de Commentaire »

MYLENE en concert à DOUAI

Posté par francesca7 le 29 novembre 2013

2014 mai

  Vingt-sept mille spectateurs à Douai pour Mylène Farmer

Il fallait du courage pour attendre, sous une pluie glaciale, l’ouverture des portes de Gayant-expo. Mais hier, les fans de Mylène Farmer ne se sont pas laissés si facilement décourager. Certains avaient déjà pris position jeudi, devant l’entrée de la halle polyvalente douaisienne. Et ont même dormi sous la tente. Une poignée de fans seulement. Mais leur nombre s’était considérablement étoffé hier après-midi. Malgré la pluie glaciale, tous n’attendaient qu’une chose : que les portes de la salle s’ouvrent enfin. Ainsi Paul et Danièle, de Feignies, près de Maubeuge. Ils ont la soixantaine et avouent apprécier beaucoup cette artiste «intergénérationnelle ».

« On l’a déjà vue à Paris, au stade de France ». Et Paul de préciser, bien à l’abri sous un auvent : « C’était en septembre, et il faisait bien meilleur… » Difficile d’imaginer le contraire… Ceci dit, ils venaient juste d’arriver et n’avaient pas eu le temps de voir leurs doigts bleuir de froid. « À Paris, il y avait des tentes partout. Même jusqu’au bord du périphérique. Quatre-vingt mille personnes, ça fait du monde… »

Mylène Farmer, ils l’ont découverte en écoutant des disques et en regardant des DVD. «Parce qu’on ne la voit pas souvent passer à la télé. Elle sait se faire désirer… » Ils avaient eu l’occasion d’apercevoir sur le net quelques morceaux choisis de son nouveau spectacle, et espéraient que la prestation serait à la hauteur de leurs attentes. « On est très excités ! »

Pas moins de 9000 personnes avaient acheté leurs précieux sésames pour mercredi soir, premier des trois concerts prévus cette semaine à Gayant-expo Douai.

Arrivés souvent très tôt – certains étaient déjà là dès jeudi dernier – beaucoup avaient attendu sous une pluie glaciale que les portes s’ouvrent enfin, avant de pouvoir aller se masser dans le parterre et les gradins. Et ils ont dû patienter encore une bonne demi-heure après le début annoncé, avant de voir enfin apparaître leur idole sur scène. Une entrée en matière digne de La Guerre des étoiles avec, en décor, une gigantesque parabole lumineuse.

Ils voulaient un grand show, ils l’ont eu

Les moyens techniques déployés par l’artiste sont d’ailleurs impressionnants. Pas moins de vingt-neuf camions, dont un uniquement pour les costumes et le merchandising, plus six bus ! Du très lourd.

Il faut bien cela pour transporter autant d’éclairages destinés à illuminer la star et lui permettre notamment de se promener au-dessus de son peuple, comme à l’extrémité d’une échelle de pompiers. Sans oublier les fameux robots, la grande nouveauté de cette tournée 2013.

Question chorégraphies, pour le reste, la belle a pris un peu de retrait, laissant sa horde deboys, assurer le spectacle.

Un sujet parfaitement maîtrisé. Trop peut-être…

Restent encore deux séances : ce soir et samedi soir, avec à chaque fois autant de spectateurs.

Mais pas pour les retardataires. C’est complet depuis longtemps. 

 

article J.-F. G. du magazine http://www.lavoixdunord.fr

 

Publié dans Mylène 2013 - 2014, Mylène TIMELESS 2013 | Pas de Commentaire »

Mylène Farmer avant le concert à Gayant-expo à Douai

Posté par francesca7 le 23 novembre 2013

 

article paru sur http://www.lavoixdunord.fr

images (7)


Une vingtaine de tentes ont poussé devant l’entrée de Gayant-expo depuis samedi. 
On se souvient qu’en l’an 2000, en plein hiver, et en 2009, on avait constaté le même phénomène. En croisant ces dates avec les vieux programmes de la salle de spectacles douaisienne, on trouve le lien de cause à effet : Mylène Farmer. C’est elle l’idole qui envoûte ses fans, les transformant en campeurs transis.

Prenons les quatre qui, hier matin vers 11 heures, gardaient ce mini-village de tentes coincé entre une départementale et une voie de chemin de fer pour tenter de comprendre comment la passion les a pris. Dans l’ordre croissant des âges il y a Alicia (21 ans), venue de Lille, Vanessa (25 ans), d’Épernay, Corinne (31 ans), de Lille également et Grégory (32 ans), de Paris. Ces quatre-là ont la passion sereine, évidente, au point qu’ils n’essaient même pas de la justifier. Et qu’elle soit comprise ou pas est le cadet de leurs soucis.

Mylène : le coup de foudre, « une émotion qui monte »

Ils ont découvert « Mylène » en écoutant une chanson, un disque, et leur vie a pris un autre tournant. « C’est avec l’album Innamoramento que j’ai découvert Mylène. J’ai ressenti plein d’émotions. Je l’ai écoutée en boucle et à partir de là j’ai tout acheté », indique Alicia. Pour Corinne, c’est à travers l’album Live à Bercy que la rencontre a eu lieu : « C’est d’abord une émotion qui monte, qui nous fait passer progressivement vers quelque chose de beau. » Après un tel coup de foudre, pas question d’en rester là : achat de toute la discographie d’abord, et assister à ses concerts ensuite. Pas à un seul, mais à un maximum, en fait le seul moyen de voir la star.

Ils assistent deux fois au même concert en deux jours

Des concerts, ils en ont tous plus de dix au compteur : Toulouse, Nantes, Paris-Bercy, Bruxelles… Certains vus deux fois de suite. D’ailleurs Grégory en verra deux sur les trois que Mylène Farmer donne à Douai. Dans ses spectacles, Mylène Farmer est apparemment transfigurée car l’idole, qui a compris que ce qui est précieux est rare, et qui gère en conséquence ses apparitions médiatiques, est décrite par un de nos interlocuteurs comme «hyper accessible ».

« Il faut bien un endroit pour se laver, aller aux toilettes, faire une bonne nuit de temps en temps »

Pour ces gens qui sont colporteur de presse, vendeuse dans une poissonnerie, employé dans un hôpital, le coût de cette passion est loin d’être anodin. Le déplacement, le prix du billet, plus… le prix de l’hôtel. Car les tentes posées devant Gayant-expo sont davantage un moyen de s’assurer une place au premier rang, pour être au plus près de l’idole. « Mais il faut bien un endroit pour se laver, aller aux toilettes, faire une bonne nuit de temps en temps», précise Vanessa. D’où la tente et la chambre d’hôtel. Les occupants des autres tentes étaient d’ailleurs au chaud dans leur chambre pendant que nos quatre fans gardaient le mini-camping.

Il est plaisant de constater que ces fans, dont certains se sont déjà croisés à d’autres concerts comme Vanessa et Grégory, toujours dans la partie camping qui garantit une place au premier rang, constituent une franc-maçonnerie sans malice. Alicia, qui n’a pas les moyens de se payer une chambre d’hôtel, profite de celle des autres. Et les fans qui vont arriver après n’essaieront pas, le jour du concert, de passer devant ceux qui ont été les premiers à planter leurs tentes. Car nos campeurs, tous en possession d’un billet « fosse or », qui leur garantit d’être devant la scène, font tous ces sacrifices pour une seule raison : «pouvoir échanger un regard, un sourire, une émotion avec Mylène. » Respect.

 téléchargement (3)

Copy_of_13DOUAI.1.Douai_01ART3

Mylène Farmer fait frémir

l’hôtellerie douaisienne

Au Volubilis, à deux cents mètres de Gayant-expo, on sent un « effet Mylène Farmer », comme en 2009, quand l’artiste était venue donner un précédent concert. « Trente à trente-cinq de nos chambres sont réservées pour cet événement », indique la direction de cet établissement trois étoiles. Dont quelques-uns par quelques clients particuliers qui ont réservé depuis samedi mais qui dorment une nuit sur deux à l’hôtel, et le reste du temps dans une des tentes qu’ils ont plantées à deux cents mètres (lire ci-contre). Mylène Farmer jouant trois soirs quasiment d’affilée à Douai, et vu l’habitude de certains fans d’assister à plusieurs concerts de suite, la direction espère bien quelques réservations supplémentaires. Au B and B à Cuincy, on sent aussi la bonne influence de la star : «Pour le 20 (date du premier concert douaisien de Mylène Farmer), no us n’avons plus beaucoup de chambres. »

Ce surcroît d’affluence ne se fait pas sentir dans tous les établissements de Douai et sa périphérie, mais il est réel. Réel mais modeste. C’est un public de milliers de personnes qui va venir à ces trois concerts, dont certains de loin qui hésiteront sans doute à rouler quelques centaines de kilomètres juste après le concert s’ils sont venus en voiture. Quant à ceux qui sont venus en train, il faudra bien qu’ils attendent le lendemain. Dans ces conditions on aurait pu s’attendre à une avalanche de réservations. C’est loin d’être le cas.

En attendant, comme nous avons pu le constater avec les premières personnes arrivées, ce public est tout ce qu’il y a de plus tranquille et seront des clients impeccables : les fans de Mme Farmer sont des gentlemen.

 

Publié dans Mylène 2013 - 2014, Mylène dans la PRESSE, Mylène TIMELESS 2013 | Pas de Commentaire »

Point sur MYLÈNE FARMER AU PALAIS 12

Posté par francesca7 le 20 novembre 2013

Rires d’enfant et larmes de diva hollywoodienne, la chanteuse a signé une prestation millimétrée pour le premier de ses trois concerts complets au Palais 12. Voilà ce qu’on en retiendra.

téléchargement (4)

1 – LA SALLE

Un parking géant à côté de la salle, un station de métro à moins de cinq minutes à pied, des stewards pas encore bien briefés mais courtois, des bars où on ne fait pas la file, des distributeurs self-service de snacks et de boissons et, c’est le plus important, une acoustique optimale… Le Palais 12 a décidément beaucoup d’atouts pour nous faire oublier Forest National. Seul bémol: les accès aux différentes sections de la salle ne sont pas suffisamment bien indiqués. Une question d’habitude sans doute…

2 – LE PUBLIC

Arrêtons les clichés. Mylène attire plusieurs générations (et pas forcément désenchantées) de fans. Une majorité de couples hétérosexuels, des mamans venues avec leur fille, des vieux potes que la vie de famille a éloignés mais qui se font une sortie « chez Mylène » comme on va « à Indochine », des jeunes et des moins jeunes qui n’arrêtent pas de regretter les années 80 et aussi beaucoup de néerlandophones. L’effet Kate Ryan sans doute… Pour l’anecdote, on a vu aussi un sosie de Johnny, un mec avec un T-shirt AC/DC et un autre avec celui du « Paradize tour »… Mais ça, c’était peut-être un technicien de Nicola Sirkis venu en repérage.

3 – LA MYLÈNE

Toujours en voix, professionnelle jusqu’à la pointe des pieds, elle reste d’une élégance folle (merci Jean-Paul Gaultier) et continue à entretenir avec abnégation le mythe Mylène. Elle este particulièrement touchante quand elle pouffe de rire et exécute comme un gosse ses chorégraphies  qui tiennent plus du mime que de la performance physique (notamment sur C’est une belle journée ou Désenchantée). On l’aime moins quand elle pleure sur commande à chaque représentation (pendant Les Mots) ou lorsqu’elle va extraire des premiers rangs une fillette -qui, bien sûr, n’était pas là par hasard- pour un pas de danse scénarisé qui sonne complètement faux.

téléchargement (5)4 – LE SHOW

Entrée sur scène, fondu au noir, grue qui l’amène au-dessus du public, écrans, plates-formes qui font apparaître et disparaître les musiciens, poursuite mauve sur la chevelure de l’épuisant pianiste Yvan Cassar… Tout est réglé comme un programme de la Nasa.  Le truc génial, ce sont ces robots qu’elle a vus dans une pub télé pour Citroën et qu’elle a perfectionné depuis.  Même Kraftwerk n’a pas fait mieux. Comme on l’a déjà écrit après son concert à Bercy, les deux morceaux chantés avec Gary Jules (la reprise de Tears For Fears Mad World et Les Mots) sont particulièrement bluffants.

5 – LES SURPRISES

Il n’y en pas et c’est le seul regret.  Mylène ne prend plus aucun risque et, tout en introduisant fort logiquement ses nouvelles chansons dans son répertoire de scène, elle reproduit exactement les mêmes codes depuis ses débuts. Son seul enjeu et de rester fidèle à l’image que le public a d’elle. C’est pour ça qu’on l’aime ou qu’on la déteste.

 

Mylène Farmer se produit encore les 15 et 16/11 au Palais 12.

article paru sur http://www.moustique.be

Publié dans Mylène 2013 - 2014, Mylène TIMELESS 2013 | Pas de Commentaire »

Mylène pour un monde d’Initiés

Posté par francesca7 le 17 novembre 2013

 

Toujours aussi insaisissable, la star française est au Palais 12 pour trois soirs.

images (5a)

Grâce à Mylène Farmer, ses fans découvrent du pays, ça c’est sûr. Au propre comme au figuré. Au propre, parce qu’on a croisé, mercredi soir, au Palais 12 de Bruxelles, des Québécois, des Français et des Suisses qui suivent presque à la trace les déplacements de leur préférée. Le matin même, certains arpentaient les pavés de Bruges avant de se rendre à Anvers au lendemain du concert. Au figuré, puisque « Timeless », nom de la dernière tournée de la star française est un grand spectacle de 2 heures, intergalactique, interstellaire, intersidéral – pour ne pas dire sidérant. « Timeless » (éternel) porte bien son nom qui voit Mylène Farmer, 53 ans, en paraître, sur scène, une bonne dizaine de moins.

« Timeless » est la sixième tournée de Mylène Farmer (sur la place depuis 1984) entamée début septembre à Paris et qui devrait prendre fin le 6 décembre. Côté chiffres, très parlants : 39 concerts, 450 000 exemplaires écoulés de son 9e album studio « Monkey Me », 420 000 places vendues dont trois Palais 12 (45 000 spectateurs).

Sur le coup de 21 h, Mylène Farmer fait son apparition après une longue, très longue intro dans des tunnels angoissants et claustrophobes. Le voyage semble interminable, c’est sans doute le prix à payer pour rallier l’univers si particulier de l’artiste. Celle qu’en son temps on surnommait la rousse la plus tourmentée de la variété française semble aujourd’hui quelque peu apaisée. Elle arbore un sourire angélique, façon Julie Andrews de « La Mélodie du bonheur ».

Un monde pour initiés

Premier morceau : « A force de » (« mourir, je n’ai pas su te dire/Que j’ai envie de vivre/Donner envie de vivre »). L’on comprend assez bien les paroles (dans le sens auditif ; pour leur signification, c’est une autre affaire, disons que sa poésie laisse la porte ouverte à toutes les fenêtres). Bonne nouvelle pour l’acoustique de cette tout fraîche salle de grande capacité sise à Bruxelles. Le show mis en scène par le fidèle Laurent Boutonnat et scénographié par Mark Fisher a tout l’heur de s’y déployer. A chaque fin de morceau, les lumières s’éteignent, le temps de mettre en place un nouveau décor, une nouvelle chorégraphie, parfois, aussi, de changer de toilette et peut-être, pour la chanteuse, de reprendre son souffle – même si elle ne se meut pas de façon démesurée. Ci et là, on la sent presque mal à l’aise. Surprenant pour celle qui se révèle si bonne actrice. Depuis le début, elle pleure sur les mêmes chansons – foi de ces fans qui, pour certains, en sont à leur cinquième date (sur la même tournée !). Ceci explique peut-être cela : il faut être initié pour pénétrer le monde de Mylène, pas étonnant dès lors que l’on soit resté complètement hermétique. On ne frissonne même pas quand elle laisse le chanteur californien Gary Jules (Tears for Fears) poser sa noble voix sur un dépouillé « Mad World » (1982) et l’accompagner sur « A-t-on jamais », avec l’unique piano d’Yvan Cassar (cela nous change, quand elles sont mises en avant, des caricaturales batterie et guitares voire de la pop techno). Etonnamment, ce sont les robots qui, émergeant de temps à autre du plancher, dégagent quelque humanité.

La chanteuse s’entoure aussi, régulièrement, de six danseurs bodybuildés au corps luisant. Mais c’est le public masculin qui se montre le plus démonstratif. Ainsi quand la belle souffle « pose une main/sur mon front/sur mes seins » (« Je te dis tout »), c’est un « oh oui » qui surgit du milieu de l’assemblée. Une assemblée à la rencontre de laquelle elle ne manquera pas de partir plus tard, grâce à un bras télescopique intégré, lui aussi, dans le dispositif scénique. La voilà transportée. C’est ce qu’elle voulait, non ?

article paru sur http://www.lalibre.be/culture/musique

 

Publié dans Mylène 2013 - 2014, Mylène dans la PRESSE, Mylène TIMELESS 2013 | Pas de Commentaire »

THIERRY SUC (confidence sur Mylène)

Posté par francesca7 le 17 novembre 2013

téléchargement

Avant Lyon, Mylène Farmer a joué dix fois à Bercy, tout s’est bien passé ?
Ce n’est pas à moi d’en juger, mais je crois que oui. C’est quelque chose d’exceptionnel. Qui peut jouer dix soirs de suite à Bercy ? Il n’y a que Mylène. C’est une aventure unique. Ca n’est jamais arrivé avant.

Vous êtes à la fois producteur et manager. Qu’est-ce que ça veut dire ?
Je travaille avec elle depuis 25 ans. On s’est rencontrés en 1988, pour son premier spectacle, que je produisais. À l’issue de sa tournée en 1990, elle m’a demandé de la manager. Le manager est l’interface entre l’artiste, les medias, la maison de disques et tous les partenaires. Je suis à la croisée de tout ce qui peut arriver dans la carrière de l’artiste. 

Le producteur s’entend bien avec le manager ?
Il n’y a aucun désaccord entre mes deux fonctions. Je sais que toute décision va dans le sens du long terme, de la carrière, de la longévité.

Est-ce que Mylène est très exigeante ?
Elle est perfectionniste. Depuis un an et demi, on a fait réunion sur réunion et Mylène suit personnellement toutes les corporations. Parce qu’elle est une artiste complète. Elle s’intéresse au son, à la vidéo, à la lumière, au décor…

Elle a parfois des demandes irréalistes ?
Non, elle est toujours dans l’attention. On a des rêves communs, mais on voit ensuite si c’est possible. Mais il n’y a jamais de frottements. En 25 ans, il n’y a pas eu de remise en question.

Vous évoquez parfois son avenir ?
Ca peut arriver. Mais on vit quelque chose de tellement fort avec ce spectacle que nos forces sont toutes centrées sur le show.

Jouer à Lyon, ça vous touche ?
Toujours, parce que c’est ma ville. D’ailleurs on va enregistrer le DVD à la Halle. Mais je trouve quand même qu’il manque une belle salle de 10 000 places dans cette ville. La Halle est trop grande, et tout en longueur. Il faudrait un Zénith… 

article paru sur Leprogres.fr – 24/09/2013

Publié dans Mylène et L'ENTOURAGE, Mylène TIMELESS 2013 | Pas de Commentaire »

installation du Palexpo pour Mylène en vidéo

Posté par francesca7 le 16 novembre 2013

 

 

Image de prévisualisation YouTube

Sites webs/blogs, copiez cette vidéo avec le bouton « Intégrer » ! Si vous voulez télécharger, allez sur http://myreplay.tv/v/ObnCdMIA .

Direction Genève où une salle de spectacle a été construite spécialement pour accueillir deux concerts de la chanteuse Mylène Farmer. 

Plus sur http://wizdeo.com/s/tv8montblanc . Pour exploitation TV, droits réservés, nous contacter sur http://wizdeo.com/s/banqueimages

 

 

Publié dans Mylène en VIDEOS, Mylène TIMELESS 2013 | Pas de Commentaire »

Mylène Farmer à Montpellier en concert à l’Arena

Posté par francesca7 le 6 novembre 2013


article paru sur http://www.midilibre.fr

Deux heures de show spectaculaire et parfois tendre. Encore ce mercredi et samedi, à Pérols (Hérault), mardi soir dans une Park & Suites Arena comble et comblée.
Mylène Farmer à Montpellier en concert à l'Arena dans Mylène 2013 - 2014 telechargement-41

Première surprise dans la salle : pas de dress code. On sait que Mylène Farmer va décliner du Gaultier sur mesures mais on l’attend en jean et T-Shirt. Pas plus de rousses que d’habitude non plus mais davantage d’hommes sans femmes que pour Rihanna. A 20 h 30, le public est prêt mais pas elle. Le moins qu’on puisse attendre avec cette artiste qui n’a honoré que six tournées en près de trente ans de carrière, c’est d’attendre un peu…

Une intro high tech pour une artiste venue d’ailleurs

Après une demi-heure, le noir et le grand aaaaaaaaaaahhhhh libérateur. Et commence alors une intro high tech qui nous fait comprendre d’emblée que Mylène n’est pas d’ici, qu’elle vient d’ailleurs, qu’elle est une étoile, une production indestructible issue d’un foudroyant chaos. Le contraire de la voisine de palier, quoi. Et c’est comme ça qu’on l’aime, évidemment. Le type responsable de la scénographie, Mark Fisher, doit être un fils caché de Kubrick qu’on a abandonné plusieurs années à Disneyland… C’est en blanc, telle une divinité que Mylène Farmer ouvre son récital (peut-on appeler ça comme ça ?) par A force de. Elle enchaîne, toujours seule en scène, avec Comme j’ai mal.

Des danseurs « mimi » mais des enchaînements « Danse des canards »

Les musiciens peuvent alors surgir des profondeurs, cachés en partie par la chevelure bas-Moyen-Âge d’Yvan Cassar, maître à orchestrer de la variété française depuis une bonne vingtaine d’années. Il y a de l’épate mais pas encore d’extase. On sourit avec de jolis robots et une première chorégraphie qui montre que Mylène est restée trop longtemps loin de la Terre. Ses garçons sont “mimi”, mais leurs enchaînements, c’est limite danse des canards.

Transitions laborieuses

Sur Monkey Me, titre phare de son dernier album, elle-même ne bouge pas très bien. On regrette aussi que la débauche technologique comme son besoin irrépressible de changer de godasses pour un oui pour un non rendent un peu laborieuses les transitions. Le spectateur a l’impression d’être sur des montagnes russes, un coup en haut, un coup en bas. Un interlude rappelle Kubrick, encore, puisque les robots sont d’abord accompagnés du trio opus 100 de Schubert, celui-là même qui accompagnait les peines de cœur de Mrs Lyndon. Mais on se réjouit trop vite et un truc bien bourrin, bien technoïde, fait qu’on se demande si l’on n’a pas rêvé cette pépite du romantisme allemand.

Après le déluge techno, version cabaret

Une techno parade donc, pour robots à yeux rouges mais soudain la récompense. Avec quatre titres d’une séquence plus apaisée, plus “ballade”, dont deux sont partagés avec l’excellent Garry Julesnotamment pour ce magnifique duo bilingue, Les Mots. Sur l’écran géant, on est passé au noir et blanc, l’orchestre s’est calmé, la pluie de météorites a cessé…La belle pleure un peu au milieu de Je te dis tout, envoyée façon cabaret près du piano…

Elle survole son public

Après un nouvel interlude d’Yvan Cassar, la Désenchantée revient avec des grandes bottes noires, avec des danseurs en camisoles et des araignées géantes un peu partout. Elle utilise ensuite un bras articulé géant pour survoler son public et les piétons du “carré d’or” comprennent pourquoi ils ont payé plus cher que les piétons du fond…

Robe rouge et danseurs idem dans des costumes inspirés des arts martiaux annoncent Sans contrefaçon, succès ancien puis Mylène déroule avec charme jusqu’au final et un titre joli, Rêver.

Mylène est passée comme un rêve, parfois un peu perdue dans une mise en scène privilégiant l’artifice, mais généreuse et visiblement heureuse de retrouver physiquement son public. On ne chipotera donc pas devant cette belle et longue histoire d’amour.

retrouvez l’original sur http://www.midilibre.fr/2013/10/02/une-mylene-epatante,764455.php

Publié dans Mylène 2013 - 2014, Mylène TIMELESS 2013 | Pas de Commentaire »

Mylène au retour de Nantes

Posté par francesca7 le 3 novembre 2013

 

Mylène au retour de Nantes dans Mylène 2013 - 2014 images-25

 

 

 

Mardi et mercredi, mais aussi ce soir et demain, Mylène Farmer va faire le plein au zénith de Nantes. Plus de 34 000 spectateurs au total.

Mardi soir, pour sa première sortie nantaise, les spectateurs, venus d’un peu partout en France et même de plus loin… ont d’abord attendu 1/2 heure avant que l’artiste ne pénètre sur scène. Mais l’intro était tellement magique, avec un son et lumières en 3D remarquable que ses fans ne lui en ont pas voulu. Comme d’habitude, avec Mylène Farmer, les shows sont travaillés à la perfection, tant au niveau des lumières que de la chorégraphie, des tenues et naturellement de la musique. Avec cette année, en prime, un orchestre qui monte de l’au-delà, des danseurs body-buildés qui ont séduit, d’étranges robots mécaniques dont la danse s’est avérée communicative et une extraordinaire grue téléscopique qui permet à la chanteuse de voler au-dessus de ses fans.

Image de prévisualisation YouTube

Ravis, ceux-ci n’ont pas manqué de reprendre en chœur ses plus grands succès, de pleurer d’émotion avec elle… mais surtout de danser, agiter des ballons rouge et blanc. Au final, tout le monde est reparti ravi après deux heures d’un spectacle parfaitement maîtrisé.

Seul bémol, les seules photos autorisées à publier ont été prises à Bercy, puisque seuls ses photographes peuvent prendre la star. Regrettable, car l’ambiance nantaise de mardi soir n’avait rien à envier à la capitale. Qu’importe, tout le monde aura pu saisir quelques instants magiques des concerts avec son smartphone.

article paru http://www.presseocean.fr

Publié dans Mylène 2013 - 2014, Mylène TIMELESS 2013 | Pas de Commentaire »

MYLÈNE FARMER : TRACKLIST DE L’ALBUM 2013

Posté par francesca7 le 1 novembre 2013


 MYLÈNE FARMER : TRACKLIST DE L’ALBUM 2013 dans Mylène 2013 - 2014 1

Le 9 décembre prochain, Mylène Farmer sortira l’album live « Timeless 2013 » de sa tournée à succès du même nom. Il s’agit du 6ème album live de la chanteuse depuis « N°5 on Tour » en 2009.

Après avoir sorti son album « Monkey Me » en décembre 2012, Mylène Farmer est partie sur les routes de France avec un passage remarqué au Palais omnisport de Paris Bercy où la chanteuse a donné 10 concerts.

Cette tournée phénoménale qui affiche quasiment complet chaque soir se terminera le 6 décembre prochain à Nice. Mais les fans de la chanteuse peuvent se rassurer puisque 3 jours plus tard, l’album live « Timeless 2013 » sortira en trois éditions différentes. Il sera disponible en « Coffret Collector Edition Limitée », « Double CD » et en «Triple LP ».

Concernant le DVD/Blu-ray du spectacle, il faudra semble-t-il patienter encore un peu puisque ce dernier ne devrait pas voir le jour avant le début de l’année 2014. La bande-annonce de « Timeless 2013 Le Film » sera néanmoins présente en bonus sur le CD Rom.

Découvrez la tracklist de l’album « Timeless 2013 » :
Timeless Genesis
A force de…
Comme j’ai mal
C’est une belle journée
Monkey Me
Slipping Away (crier la vie) – en duo avec Moby
Oui mais… Non
Mad World – en duo avec Gary Jules
Les Mots – en duo avec Gary Jules
Désenchantée
Bleu Noir
Diabolique mon ange
Sans contrefaçon
Je t’aime mélancolie
XXL
A l’ombre
Inséparables
Rêver

article paru sur http://www.quai-baco.com

Publié dans Mylène 2013 - 2014, Mylène AU FIL DES MOTS, Mylène TIMELESS 2013 | Pas de Commentaire »

émotion de Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 1 novembre 2013


Entre tendresse et grand spectacle, la divine rousse a présenté un show sans fausses notes vendredi soir pour sa première halte à Genève, le 18 octobre 2013.

Elle est arrivée comme une déesse, vêtue d’une robe blanche vaporeuse, sous un déluge d’étoiles électroniques, façon Star Wars. Vendredi soir, dans une hall 6 de Palexpo aux trois quart comble, Mylène Farmer n’a pas raté son entrée. Ni sa sortie d’ailleurs, ponctuée de quelques larmes filmées en gros plan. «Vous allez me manquer, c’est sûr», a lancé la star à son public, peu avant de disparaître dans un épais rideau de fumée.

 émotion de Mylène Farmer dans Mylène 2013 - 2014 telechargement-5

Entre ce début intergalactique et cette fin toute en émotion, un concert parfait, deux heures d’une performance parfaitement agencée. Plutôt techno dans sa partie initiale, intimiste au milieu, pour finir avec les grands tubes incontournables que sont «Désenchantée», «Sans contrefaçons» et autres «Je t’aime mélancolie». «Avec moi!», réclame Mylène en tapant dans ses mains dès l’entame de «Comme j’ai mal», alors que le concert ne fait que commencer. Dans la salle, les fans répondent au quart de tour, entonnant les paroles qu’ils connaissent par cœur. Sur scène, juste après, deux robots articulés aux yeux lumineux, ondulent au rythme de «C’est une belle journée».

C’est une belle soirée, en fait, portée notamment par un superbe duo avec Gary Jules sur «Les mots», épuré juste ce qu’il faut et soutenu par le piano d’Yvan Cassar. Plus tard, une petite fille installée au premier rang est invitée par la star à monter sur scène. Elle se love dans les bras de Mylène tandis que celle-ci revisite un de ses tout premiers tubes, «Maman a tort». Rideau, bientôt. «J’ai rêvé qu’on pouvait s’aimer», chante encore la divine rousse en regardant la foule droit dans les yeux. Des yeux humides, de part et d’autre.

images-4 dans Mylène TIMELESS 201324 Heures avant le spectacle : Visite dans la Halle 6, transformée pour le concert de la star.

La belle et la bête. Mylène Farmer et la Halle 6. La rousse la plus intrigante de la pop dans le hangar le plus vaste de Palexpo, monstre de béton et d’acier, 27’000 m2 au sol, 18 mètres jusqu’au plafond de ce Léviathan de tôle assoupi devant l’aéroport.

Mylène sur scène, ce sera vendredi et samedi. En attendant, dans la Halle, il n’y a rien d’autre que la dalle grise et froide. Et les cloisons métalliques tout autour, immenses. Michael Drieberg, de Live Music, a décidé de faire là le concert de la diva française.

«Où donc!?» s’étonnait la production de la chanteuse. Un an a passé et le projet, unique sur la tournée Timeless, s’est mis en route. L’Arena trop petite, c’est la Halle 6 qui s’y colle, comme pour Depeche Mode en 2009. «Le plus difficile était de trouver un mois disponible.»

Les premiers camions sont arrivés. Pas encore les semi-remorques de l’artiste, ceux-là n’arriveront que jeudi. Ce qu’il a fallu construire, douze jours avant le premier concert, ce sont les trois gigantesques gradins, 8000 sièges fixés boulon après boulon, à la main. Et qu’il faudra encore numéroter sans la moindre erreur. «Les gradins, c’est 600 000 francs de frais, explique Michael Drieberg. La sécurité du public est à ce prix. Nous avons fait appel à une entreprise lyonnaise, la seule capable de monter pareille infrastructure.» Les mêmes travaillent pour la Coupe du monde au Brésil. «On m’a assuré que ça ne tomberait pas!»

Développement dans les éditions payantes du lundi

de Tribune Libre de Genève : http://www.tdg.ch/

Publié dans Mylène 2013 - 2014, Mylène TIMELESS 2013 | Pas de Commentaire »

John Nollet coiffeur de Mylène au Timeless

Posté par francesca7 le 26 octobre 2013

 

John Nollet coiffeur de Mylène au Timeless dans Mylène et L'ENTOURAGE images-121« Je ne suis pas né à Londres ou à New York mais à Courchelettes [59], une petite commune du nord de la France, le 17 octobre 1970. Je suis fils unique. Mon père était belge et, à l’époque, c’était la grande mode des prénoms à consonance anglophone en Belgique. Alors… Peut-être que j’ai toujours été bon en anglais à l’école pour justifier ce choix de mes parents. »

Naissance d’une vocation

« Du plus loin que je me souvienne, j’ai toujours voulu coiffer. Dès l’âge de 4 ans, j’étais fasciné par les mariées qui venaient fêter ce grand jour dans le petit hôtel-restaurant de mes parents, leurs coiffures, leurs voiles… Je me dépêchais de reproduire la texture des cheveux avec des fils et de la laine. À 8 ans, j’ai demandé à Noël toute la panoplie du coiffeur, et ma grand-mère me l’a offerte. Dans la famille, on était ravi de constater que j’avais déjà une passion dans la vie. »

Premiers pas

« Vers 10 ou 11 ans, j’ai décidé de travailler durant la moitié des vacances scolaires chez Michel, qui possédait un salon de coiffure à quelques kilomètres de chez nous. J’adorais l’odeur des produits, observer la technique des coupes… À 14 ans, j’ai décroché mon CAP en travaillant également chez Maurice, à Valenciennes. J’ai obtenu un 19,25 sur 20. J’ai réussi à inviter Maurice pour le Festival de Cannes cette année. Il est ravi. Je lui dois bien ça! »

Premières marches

« Ma grand-mère Renée m’a permis de monter pour la première fois les marches à Cannes à 14 ans. Devenue veuve, elle avait quitté le Nord pour s’installer au soleil. Elle savait qu’elle m’offrait mon rêve. J’étais fasciné par cet événement où les femmes brillaient de beauté et d’élégance. En marchant sur le tapis rouge, j’ai décidé d’évoluer dans cet univers-là. J’ai mis dix ans à y parvenir. En 1995, je faisais partie de la bande de Jean-Pierre Jeunet qui présentait La Cité des enfants perdus en ouverture du Festival, et depuis, je reviens tous les ans. Cette année, je m’occupe exclusivement de Nicole Kidman. »

Monica

« J’ai rencontré Monica Bellucci en 1996, sur le tournage du film L’Appartement. Elle a aimé mon travail et m’a imposé sur tous ses shootings. C’est mon amie et ma bonne fée. Depuis, je slalome entre mode et cinéma. » bb La quintessence « Ce que j’aime avant tout, c’est lorsque la femme que je coiffe change soudainement son regard sur elle, lorsqu’elle découvre, étonnée, sa beauté. »

P.H. – Le Journal du Dimanche

 

Publié dans Mylène et L'ENTOURAGE, Mylène TIMELESS 2013 | Pas de Commentaire »

Mylène Farmer tout en qualité sur Scène

Posté par francesca7 le 22 octobre 2013

 Mylène Farmer tout en qualité sur Scène dans Mylène 2013 - 2014 mylene-farmer_reference_article

Annoncé depuis plus d’un an, le  »Timeless 2013«  de Mylène Farmer se dévoilait samedi dernier au Palais Omnisports de Paris-Bercy. Sont prévues dix représentations dans la capitale, avant une tournée qui emmènera la chanteuse jusqu’en Russie cet automne. La première, samedi soir, a laissé le public partagé. La faute sans doute à quelques imprécisions que l’interprète a aussitôt tenté de gommer le lendemain, hier soir, donnant à voir et entendre une prestation menée d’une main de maître pendant un tout petit peu plus de deux heures. C’est le temps que dure ce spectacle survitaminé et déroutant. Grâce à « C’est une belle journée » et  »Oui mais non« , multipliant les poses lascives dans son fauteuil écru, Mylène Farmer met tout le monde d’accord. Elle est pour l’occasion entourée de (seulement) six danseurs, mais aussi de cinq robots que l’on retrouvera à plusieurs reprises sur scène. Le titre « Slipping Away/Crier la vie » est interprété en duo avec Moby, seulement présent sur écrans géants, contrairement à Gary Jules, qui accompagnera la chanteuse « tous les autres soirs » pour reprendre avec elle « Mad World », puis « Les mots ». Le tableau « émotion » est réussi, et pas trop long, avec une Mylène très juste dans ses interprétations de  »Je te dis tout » et « Et pourtant ». C’est d’ailleurs l’un des points forts de ce spectacle : le chant est impeccable ! Notamment sur « Diabolique mon ange », extrait de son album  »Bleu noir » (2010).

S’ensuit une ribambelle de tubes (« Désenchantée », « Sans contrefaçon »…), sur lesquels Mylène Farmer danse peu. Dommage ! Mention spéciale à « Je t’aime mélancolie ». L’artiste apparaît vêtue d’une combinaison rouge sang, très sexy, pour une chorégraphie réinventée. Après la « surprise » « Maman a tort », repris le temps de deux couplets, Mylène Farmer entonne « XXL » dans une version stylée, puis  »A l’ombre », dont les arrangements plus contemporains sont plus séduisants que ceux de la version originale. Souriante, l’artiste entre ensuite en communion avec son public sur le titre « Inséparables », avec lequel elle semble lui adresser un message d’adieu, avant de regagner sa soucoupe volante dans un épais nuage de fumée au son de « Rêver« .

On se dit alors que Mylène Farmer réussit son pari audacieux, celui de surprendre un public pourtant acquis d’avance. Dans une ambiance futuriste, l’artiste propose un vrai concert, dans l’émotion, « n’en déplaise à certains » clame-t-elle en conclusion.

Un spectacle futuriste au rythme de « Monkey Me » et « Bleu noir »

mimi-live dans Mylène TIMELESS 2013Rien à voir avec le « Tour 2009″, à travers lequel Mylène Farmer avait mis en relief l’univers électro-gothique de « Point de suture ». Cette année, la chanteuse voulait prendre des risques en s’aventurant sur un terrain qui ne lui est pas familier, offrant à un public chauffé à bloc par un remix de son titre « A l’ombre » un show plus lumineux et résolument moderne. Ne cherchez pas de statues géantes aux allures de cadavre, la Mylène 2013 prend le parti d’une scène épurée, sobrement ornée de faisceaux lumineux et d’écrans géants permettant de profiter du détail de six costumes tous plus originaux les uns que les autres, signés Jean-Paul Gaultier. 

20h50. La salle est plongée dans le noir avant d’être illuminée par un rideau scintillant, masquant une scène gigantesque qu’on peine à imaginer rentrer dans les Zénith de province. Un écran géant s’allume pour une visite des tréfonds d’un vaisseau spatial, jusqu’à ce que la nacelle descende du plafond de Bercy. En haut d’un escalier, une porte ronde façon « Stargate » s’ouvre pour laisser apparaître la chanteuse, ovationnée, scintillante dans son costume crème moulant, la chevelure lâchée façon « Libertine ». Au milieu de stroboscopes et de spots illuminant la scène et la salle, Mylène Farmer entonne « A force de », extrait de son dernier album « Monkey Me ». S’enchaînent alors sans temps morts des titres cultes de sa discographie, et d’autres moins connus, dans une déferlante de lumières. La setlist est bien pensée et a le mérite de ne pas faire redite avec celle du « Tour 2009″.

Extrait de l’article paru sur Article de Jonathan HAMARD sur http://www.chartsinfrance.net

Publié dans Mylène 2013 - 2014, Mylène TIMELESS 2013 | Pas de Commentaire »

vidéos officielles de la tournée « Timeless 2013″

Posté par francesca7 le 19 octobre 2013

 vidéos officielles de la tournée

Article sur http://www.chartsinfrance.net

Le 7 septembre 2013, Mylène Farmer donnait le coup d’envoi de sa nouvelle tournée « Timeless 2013″, annoncée un an plus tôt et pour laquelle près de 420.000 billets se sont écoulés. C’est au Palais Omnisports de Paris-Bercy que la chanteuse a entamé son tour de chant. Dix représentations étaient prévues, et deux restent encore à honorer ce week-end. D’emblée, la critique s’est montrée élogieuse, à l’exception d’un article récemment publié par le journal Ouest France, qui attend néanmoins la chanteuse de pied ferme au Zénith de Nantes le 8 octobre. Car c’est bel et bien en province que Mylène Farmer se produira à compter du 24 septembre, première date de sa résidence lyonnaise à la Halle Tony Garnier. L’artiste a prévu de donner quatre shows dans la grande salle, et c’est d’ailleurs là que le DVD de « Timeless 2013″ sera capté en vue d’une sortie physique dans les prochains mois.

Mylène Farmer se rendra ensuite au Park&Suite Arena de Montpellier pour trois soirs à compter du 3 octobre, au Zénith de Strasbourg les 15 et 16, au Gayant Expo de Douai du 20 au 23 novembre, à Toulouse du 26 au 30, avant de chanter au Zénith de Clermont-Ferrand le 3 décembre et au Palais Nikaïa de Nice le 6. Entre la fin du mois d’octobre et le début du mois de novembre, la chanteuse s’envolera également pour la Suisse, la Belgique, la Russie et la Biélorussie, où elle devrait présenter le même spectacle, ponctué par ses dernières chansons.

Car ce sont les titres de ses deux derniers albums « Bleu noir » (2010) et  »Monkey Me » (2012) qui sont les mieux mis en valeur. Dans une ambiance futuriste et accompagnée de ses robots danseurs, Mylène Farmer interprète notamment sur scène son tube  »Oui mais… non », les singles »Je te dis tout » et « A l’ombre », et n’oublie pas ses fans de la première heure en reprenant quelques-uns de ses classiques dont « Je t’aime mélancolie » et « Sans contrefaçon ». Quelques images de ce spectacle ont été dévoilées lors de différents reportages télé ces derniers jours. Des images officielles aujourd’hui rendues publiques, à découvrir sur le site suisse LiveMusic. De quoi faire patienter les plus fervents admirateurs d’ici la sortie du DVD. 

 l’entrée de Mylène Farmer (« Timeless 2013″) :

Image de prévisualisation YouTube

  »Oui mais… non » de Mylène Farmer (« Timeless 2013″) :

Image de prévisualisation YouTube

Le démarrage de cette tournée coïncide avec le lancement d’un nouveau single, « Monkey Me », envoyé aux radios dans deux versions différentes. Des supports physiques seront disponibles à partir du 7 octobre, jour de la sortie de nouvelles éditions 33 Tours de ses anciens disques « Bleu Noir » (2010), « Point de suture » (2008), « Innamoramento » (1999) et « Ainsi soit-je… » (1988).


 

Publié dans Mylène 2013 - 2014, Mylène AU FIL DES MOTS, Mylène en VIDEOS, Mylène TIMELESS 2013 | Pas de Commentaire »

Y aura-t-il un DVD de « Timeless 2013″

Posté par francesca7 le 19 octobre 2013

 Y aura-t-il un DVD de

De retour cette semaine sur la scène du Palais Omnisports de Paris-Bercy, Mylène Farmer s’apprête à donner le coup d’envoi de sa nouvelle tournée « Timeless 2013″. François Hanss, réalisateur de ses derniers DVD et de son clip « Je te dis tout », annonce qu’il y aura bien un film de ce spectacle, et qu’il prépare sa captation à Lyon.

la tournée « Timeless 2013″ enregistrée à la Halle Tony Garnier de Lyon

Plus de 400.000 billets ont été mis en vente pour ce qui s’annonce comme l’un des évènements musicaux de la rentrée ! Mylène Farmer s’envolera ensuite pour la Belgique, la Suisse, la Russie et la Biélorussie pour quelques dates. Mais ce n’est pas là-bas que les images et le son seront captés en vue de publier par la suite les CD et DVD live de ce spectacle. C’est à Lyon, à la Halle Tony Garnier, où la chanteuse se produira du 24 au 28 septembre, que le tournage se déroulera.

C’est François Hanss, fidèle collaborateur de l’artiste, un temps second de Laurent Boutonnat, qui vient de révéler l’information sur les réseaux sociaux, expliquant qu’il était déjà en repérage dans la grande salle pouvant accueillir près de 17.000 spectateurs. Ce n’est pas la première fois qu’un show de Mylène Farmer fera l’objet d’une captation à Lyon. Son précédent disque live  »N°5 on Tour »(2009) l’avait été, tout comme plusieurs plans du DVD « Stade de France » (2010). Ce n’est pas non plus la première fois que François Hanss planche sur des supports enregistrés en public pour Mylène Farmer. En effet, il a lui-même réalisé les films des précédents spectacles « Mylenium Tour » (2001), « Avant que l’ombre… à Bercy » (2006) et « Stade de France » (2010). Plus récemment, François Hanss a signé le clip du single « Je te dis tout », deuxième extrait de l’album « Monkey Me ».

Article sur http://www.chartsinfrance.net

Publié dans Mylène dans la PRESSE, Mylène TIMELESS 2013 | Pas de Commentaire »

Mylene Farmer chute au Zenith de Nantes

Posté par francesca7 le 16 octobre 2013

Mylene Farmer chute au Zenith de Nantes dans Mylène dans la PRESSE telechargement-5

Selon Ouest France, les énormes bulles de savon projetées sur scène ne sont sans doute pas étrangères à cette péripétie. Mais la flamboyante rousse a poursuivi le show de sa tournée Timeless, le 11 octobre 2013,  célébrée par 39 000 inconditionnels. Rien ne gâche leur plaisir, puisque chaque concert de la star qui a fêté ses 52 ans le 12 septembre, reste un événement, tant celle-ci limite ses apparitions.

Le troisième des quatre concerts donnés par Mylène Farmer, la semaine dernière, au Zénith de Nantes, a été marqué par une chute de la star, devant près de 9 000 personnes.

« Une gamelle et une magnifique petite fille. » Mylène Farmer s’est vite relevée, vendredi, sur la scène du Zénith après une mauvaise chute, survenue alors qu’elle venait récupérer une jeune spectatrice, juste après avoir interprété A l’ombre.

Les énormes bulles de savon projetées sur scène ne sont sans doute pas étrangères à cet accident sans gravité, qui ne l’a pas empêchée de poursuivre le concert donné dans le cadre de sa tournée Timeless, applaudie par quelque 39 000 personnes à Nantes.

 «Oh merde !» entend-t-on dans le public, alors que Mylène Farmer vient de choir sur la scène, en glissant sur ses talons aiguilles vendredi soir. «Une gamelle et une magnifique petite fille !» commente la star en se relevant aux côtés d’une fillette qu’elle était venue chercher, après avoir interprété «À l’ombre». 

 Son public l’applaudit sans faillir. Mais «celle-là, elle est collector !» s’écrie un fan, venu pour ce troisième volet des quatre concerts du Zénith de Nantes. 

Image de prévisualisation YouTube

Trois ans après sa chute à l’Elysée

En mars 2010, la chanteuse était déjà tombée sur les marches de l’Elysée. Robe fendue sur tapis rouge, sa chute avait fait le régal des photographes regroupés sur le perron pour filmer les invités du dîner, organisé par Nicolas Sarkozy, en l’honneur du président russe Dmitri Medvedev. En ratant une marche, elle s’était fracturée un orteil. 

Article du site leparisien.fr

Publié dans Mylène dans la PRESSE, Mylène en VIDEOS, Mylène et des CRITIQUES, Mylène TIMELESS 2013 | Pas de Commentaire »

Mylène en concert à Nantes

Posté par francesca7 le 16 octobre 2013

Mylène en concert à Nantes dans Mylène 2013 - 2014 telechargement-4

Depuis le 19 septembre 2013, les tentes s’accumulent sur les pelouses du Zénith de Nantes. Ce mardi vers midi, une centaine de fans étaient déjà rassemblés devant les grilles, devant l’attente du concert de ce soir.

Mardi, vers midi. Devant le Zénith de Nantes, une vingtaine de tentes a fleuri sur la pelouse. Et devant les grilles d’entrée, ils sont une petite centaine à patienter. Et la file d’attente ne cesse de grossir, de minute en minute. Dans les rangs, chacun patiente, armé de couvertures de survie, de sandwich. Ce soir, c’est le grand soir. Mylène Farmer s’installe quatre soirs au Zénith.

Au milieu de la file, Didier, Sébastien et Jérôme attendent gaiement. Ils ont chacun posé une semaine de vacances pour s’organiser. « Je suis Mylène en concert depuis 1999 et j’ai un billet pour les quatre dates nantaises », raconte Didier, 32 ans, originaire de Nantes. « C’est tellement rare que je m’offre ce plaisir de passer ces soirées avec elle. » Un budget – un billet en fosse or vaut 105 euros -, qui vaut le coup. Car à en croire ses fans, Mylène est dotée de toutes les qualités : « Elle a beaucoup de simplicité, de naturel, de discrétion. Et elle est talentueuse », raconte Sébastien, venu de Rennes. Les trois visent le deuxième rang et sont parés à l’attente. « Quand le show commence, les 12 heures d’attente sont vite oubliées. »

Installés depuis le 19 septembre

Mais les mieux lotis sont ceux qui occupent la tête de la file. Comme le groupe de Mariane et Sophie, originaires de Tours. Elles ont planté leur tente au Zénith le 21 septembre. « On ne comptait pas venir si tôt », confessent-elles. « Mais Vincent, un fan nantais, nous a appelées disant qu’il était là depuis le 19. Alors il faut suivre. »

Pour garder les premières places, elles se sont organisées. « On a continué à travailler, mais on s’est relayé par équipe de quatre ou cinq, toutes les semaines. » Et la vie au grand air ne leur fait pas peur : « On a fait pareil à Paris en septembre. On est équipé. » D’ailleurs Nantes n’est qu’une étape. La plupart des fans comptent déjà suivre la chanteuse rousse dans ses prochaines scènes : Genève, Bruxelles, ou encore Toulouse. « Mylène est tellement rare, fait des tournées tous les 4 ans, qu’on essaie de suivre. Ça vaut le coup dans une vie de s’offrir des petites parenthèses ! »

http://www.metronews.fr/nantes

 

Publié dans Mylène 2013 - 2014, Mylène dans la PRESSE, Mylène TIMELESS 2013 | Pas de Commentaire »

Mylène Farmer à la UNE de Le Progrès (Lyon)

Posté par francesca7 le 10 octobre 2013

 

  • le journal titrait :  Concert. Mylène Farmer : un show abracadabrantesque et poétique en date du 25/09/2013 , voici le contenu :

Mylène Farmer à la UNE de Le Progrès (Lyon) dans Mylène 2013 - 2014 en-rouge

Hier soir. Dans un déluge d’effets, le show de Mylène Farmer n’oublie pas l’intimité. Moments forts et moments de grâce devant près de 12 000 personnes.

Des tourbillons de lumières sur des écrans géants. Des milliers de téléphones portables scintillants dans l’ombre de la fosse. Mylène Farmer arrive au milieu d’un big-bang, comme une extraterrestre débarquant d’un vaisseau spatial. Objectif Lyon !

La mélodie de « A force de » est déjà lancée, la diva rousse et gracile apparaît, au centre d’une débauche d’effets. Elle se tient droit comme un « I », comme un défi lancé aux 12 000 spectateurs de la Halle.

Le public est chaud comme du métal en fusion. Une simple question de la chanteuse : « Vous allez bien ? » et la réponse ressemble à une éruption. Une clameur qui accompagne le premier changement de tenue de la soirée. La longue cape blanche s’est transformée en ensemble près du corps. Mylène lance « Comme j’ai mal », en s’approchant de la fosse. Le son est parfait, comme un CD posé sur une platine de bonne facture. On distingue tous les instruments, à défaut de voir les musiciens, encore en retrait, laissant Mylène Farmer un peu seule en piste.

Heureusement, elle est rejointe par deux amis. Deux robots dégingandés aux yeux lumineux qui ondulent aux rythme de « C’est une belle journée ». Musiciens et danseurs ont rejoint la fête, et le tableau est saisissant, entre la grâce animale des corps et la mécanique domptée des robots blancs…

C’est « Monkey Me » qui prend la suite, portée par un riff de guitare. Une mélodie sinueuse, calibrée pour la voix de Mylène Farmer. Après « Oui mais non », retour des robots pour un interlude plein de poésie, qui permet à Mylène de revenir avec un invité et une surprise.

Gary Jules à ses côtés, le duo enchaîne « Mad World » de Tears for Fears. « Les Mots » profitent du même traitement épuré et intimiste, transformant la halle en un cabaret enchanté par le piano de Yvan Cassar.

« Elle est quand même incroyable. Quel autre artiste propose un spectacle aussi ambitieux et pourtant populaire ? », s’enflamme Denis, un dentiste venu du pays de Gex, passer la semaine à Lyon et applaudir les quatre shows de son idole.

Après « Et Pourtant », arrive «Désenchantée » qui ramène beaucoup à leur prime jeunesse, tout comme «Sans contrefaçon » ou « XXL », des tubes anthologiques. « Le show s’appelle Timeless » et elle est vraiment intemporelle », conclut le fan dentiste.

Publié dans Mylène 2013 - 2014, Mylène dans la PRESSE, Mylène TIMELESS 2013 | Pas de Commentaire »

presse sur le TIMELESS 2013 – Mylène

Posté par francesca7 le 6 octobre 2013


 presse sur le TIMELESS 2013 - Mylène dans Mylène 2013 - 2014 images-1

La presse s’est révélée nettement séduite par le spectacle proposé, soulignant l’inventivité des décors, la prestation convaincante de Mylène, le soin apporté à la setlist, ainsi que l’émotion ressentie sur certains morceaux (notamment Je te dis tout, extrait de l’album Monkey Me).  Le Monde : « Mylène Farmer met de côté les imageries les plus sombres, tout comme les accroches libertines. Elle propose un show pop et techno, qu’elle porte plutôt bien vocalement, tourné vers la joie amoureuse et le romantisme plus que vers le mal-être qu’elle a pu explorer à d’autres périodes. »  Paris-Match : « Visuellement, le show est impressionnant. Le charme de Mylène opère plus que jamais. Peu importe sa voix parfois au bord de la rupture, Mylène est bel et bien intemporelle, plus que jamais, faite pour durer… »  Le Parisien : « Bluffants, ces danseurs d’acier aux yeux rouges venaient se mêler aux chorégraphies. A bientôt 52 ans, la chanteuse a fait se lever Bercy sur Désenchantée. »  20 Minutes : « Après quatre ans d’absence, la discrète du showbiz s’épanouit dans un show conçu comme un écrin autour de sa personnalité gothico-flamboyante. Un show cosmique, organique… Mylène Farmer cultive son aura hors-norme. Populaire et lointaine. Pop et diva. Quinquagénaire, au physique de Libertine. »  Europe 1 : « Des spectateurs ravis des deux heures qui se sont offertes à eux. La plupart des fans confessent de la même manière leur joie d’un show qui, seul petit regret, n’a pas surpassé en qualité, en surprise et en gigantisme ceux présentés en 2006 et 2009. »  L’Express : « C’est en tout cas une chanteuse plus incarnée, plus charnelle, plus calme aussi, et même en retrait dans les six chorégraphies du show de deux heures, mais qui tient d’une main de dentellière un spectacle divisé en plusieurs périodes. »  

Image de prévisualisation YouTube

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Le Point : « Une fois encore, Mylène Farmer, Laurent Boutonnat et Thierry Suc n’ont pas lésiné sur la mise en scène, le son et les lumières. Parmi les moment forts de la mise en scène, signalons l’envol de Mylène au-dessus des spectateurs, suscitant une immense clameur dans la salle. » Et vous ? Avez-vous aimé le concert 2013 de Mylène Farmer ? Donnez-nous votre avis en cliquant ici. Retrouvez prochainement notre critique et en attendant, découvrez ci-dessous quelques vidéos amateurs.

En savoir plus sur http://www.evous.fr  

 

 

Publié dans Mylène 2013 - 2014, Mylène AU FIL DES MOTS, Mylène en VIDEOS, Mylène TIMELESS 2013 | Pas de Commentaire »

Philippe Stegemann pour Timeless 2013 de Mylène

Posté par francesca7 le 5 octobre 2013

  Robots de Philippe Stegemann

Robots de Philippe Stegemann

Sur sa tournée « Timeless 2013« , Mylène Farmer s’est entourée de robots-danseurs qui assurent le show et sont une des surprises du concert. Les confidences de Philippe Stegemann, le roboticien qui les a programmés.

Sur scène à Bercy, le 11 septembre 2013. Mylène Farmer les appelle « ses filles ». Des danseuses ? Il n’y en a aucune sur sa dernière tournée, « Timeless 2013« , qui a débuté le 7 septembre à Bercy. Non, elles, c’est plutôt le gabarit 115 kilos, deux mètres de haut. Des robots. La chanteuse française de tous les records, habituée des mises en scène spectaculaires, a encore une fois créé la surprise avec sesrobots-danseurs, une première mondiale pour un show de cette envergure. D’autant que ces robots à usage habituellement industriel ne sont pas un élément parmi d’autres du décor, mais sont intégrés aux chorégraphies et assurent même un peu plus de 4 minutes du spectacle à eux seuls.

Au troisième morceau, deux bras articulés blancs portant un masque aux yeux lumineux font leur apparition sur scène. Présence menaçante. Mylène Farmer les regarde l’un, puis l’autre, d’un air attendri qui les habille aussitôt d’humanité, avant d’entamer les premiers pas de danse de C’est une belle journée. Les robots embrayent, mimant les mouvements de la star. Six danseurs de chair et d’os rejoindront le tableau, les robots devant. Et ça fonctionne, le public est archi-conquis.

« Montrer que la robotique peut être artistique »

Le marionnettiste, derrière les vedettes de métal de Timeless 2013, s’appelle Philippe Stegemann. Ce spécialiste en automatismes et en robotique a créé en 2006 sa société de prestations en robotique, après 18 ans passés à programmer des robots industriels. Musicien amateur, il s’amuse alors à programmer des robots pour qu’ils bougent en rythme sur de la musique. En 2008, il crée sa première chorégraphie en hommage à Daft Punk, vite repérée sur YouTube. Ce qui l’incite à creuser ce filon en créant une deuxième activité, roboLounge, dédiée à l’événementiel. « L’idée, c’est de s’amuser avec la robotique et de montrer que cela peut être artistique. J’essaie d’humaniser les robots, de les rapprocher des gens », explique-t-il.

Image de prévisualisation YouTube

Ce type de chorégraphie (préprogrammée ou en temps réel) est principalement destiné à être produit sur scène. Les possibilités d’emploi de ces robots dans le cadre culturel et artistique sont sans limites.

Son business fonctionne bien et prend même progressivement le pas sur son activité de conseil dans l’industrie. La société réalise des prestations dans des salons professionnels, pour créer du trafic sur les stands des exposants. Jusqu’à ce que la production de l’émission « La France a un incroyable talent » le remarque, et l’invite à participer au divertissement de M6. Robolounge va jusqu’en demi-finale avec une chorégraphie de trois robots se battant au sabre laser. C’est là que l’équipe de Mylène va le repérer. « Anthony Souchet, le meilleur ami de Mylène, m’a appelé en 2012 pour me rencontrer. J’ai cru à une farce. Il m’a expliqué qu’ils avaient envie de quelque chose de futuriste pour le concert. » De fait, les tableaux avec les robots ont quelque chose de froid mais s’intègrent parfaitement à l’univers de Timeless, dont l’affiche donnait déjà le ton.

La musique de l’interlude a été composée en fonction des robots

Au départ, Robolounge a créé le tableau de C’est une belle journée en travaillant sur les vidéos de la chorégraphie. Puis l’idée d’assurer le premier interlude, pendant lequel la chanteuse change de tenue au bout d’environ 35 minutes de spectacle, s’est imposée. Et là, ce ne sont pas les robots qui se sont adaptés à la chorégraphie, mais le directeur musical, Yvan Cassar, qui a composé la musique en fonction des robots. « Il a consulté nos vidéos et a très bien analysé notre registre, confie Philippe Stegemann. Cela cadre parfaitement, avec une montée en puissance en partant de la musique classique pour aller vers du dubstep. Chaque tableau a une émotion particulière. »

 En savoir plus sur http://lexpansion.lexpress.fr      

Publié dans Mylène 2013 - 2014, Mylène en VIDEOS, Mylène et L'ENTOURAGE, Mylène TIMELESS 2013 | Pas de Commentaire »

Mylème et Gary Jules

Posté par francesca7 le 5 octobre 2013

Gary Jules Aguirre, né le 19 mars 1969 à Fresno (Californie), est un auteur-compositeur-interprète américain.

Mylème et Gary Jules dans Mylène et L'ENTOURAGE gary-jules-2013

Gary Jules enregistra avec son ami Michael Andrews une reprise de la chanson Mad World du groupe Tears for Fears pour le film Donnie Darko.

En décembre 2003, deux ans après la sortie de ce film, le single fut réédité en Angleterre, à l’occasion de Noël, où il devint un énorme tube se classant 1er durant trois semaines consécutives ; puis se propagea au Canada et aux États-Unis où il fut souvent présent dans des séries télévisées (Smallville ou encore Jericho et même Les Experts et FBI : Portés disparus) ainsi que dans la bande-annonce du jeu vidéo Gears of War, et est maintenant la bande son du trailer de The Crazies. Cette reprise fut également un grand succès en Europe continentale, notamment en Allemagne, en Autriche, au Danemark, aux Pays-Bas et en Suède, atteignant dans ces pays le Top 20.

Il est présent lors du Timeless Tour de Mylène Farmer, dès le 7 septembre 2013 à Bercy. Il interprète avec elle Mad World puis Les Mots.

son site officiel : http://www.garyjules.com/

Pour ceux qui ont eu la chance de voir le film « Donnie Darko », ils pourront dire à quel point ce film est marquant. Une oeuvre étrange, inclassable, entre drame et fantastique, véritable plongée dans la folie et la schizophrénie.
Difficile d’expliquer le film: chacun peut en avoir sa propre vision, mais en résumé, il s’agit de l’histoire d’un adolescent en souffrance qui trouve refuge dans ses pensées morbides, et qui a pour seul ami, un lapin géant et monstrueux.
Mais un évenement peu banal va être le déclencheur d’une série d’événements étranges. Je n’en dirai pas plus. Mieux vaut voir le film pour se forger sa propre opinion.

http://www.dailymotion.com/video/xlt9c

En vérité, « Donnie Darko » est une oeuvre touchante et bouleversante. La fin, également étrange, révélera toutes les clés de l’intrigue.
Pour rendre la fin du film encore plus marquante, le réalisateur choisit une chanson magnifique, « Mad World » interprétée par Gary Jules.

En vérité, la voix de Jules, particulièrement sensible, fait surtout penser à celle du chanteur de R.E.M. Le clip est somme toute assez classique mais efficace.
La vidéo nous montre bien sûr des extraits du film, mais Gary Jules apparaît par moments sur une sorte d’écran immense. Pour ceux qui seraient intéressés, « Mad world » est tiré de l’album « Trading snakeoil for worlftickets », sorti en 2002.
Un morceau brillant, en tout cas infiniment triste, qui a tout à fait sa place sur ce film encore une fois étrange et chaotique.

Eelsoliver

Publié dans Mylène et L'ENTOURAGE, Mylène TIMELESS 2013 | Pas de Commentaire »

Mylène en duo avec Gary Jules

Posté par francesca7 le 2 octobre 2013


Lors de son passage à Paris Bercy dans le cadre de sa tournée « Timeless 2013″, Mylène Farmer invite Gary Jules pour partager un moment intime sur Mad world (reprise de Tears for Fears) et Les mots. Magnifiques duos !

Image de prévisualisation YouTube

Comme pour sa dernière tournée (Tour 2009), Mylène Farmer a fait appel au maître de la scénographie de concerts, Mark Fisher (décédé récemment, architecte de scènes pour U2, Madonna et Tina Turner). Ce dernier a conçu une structure métallique gigantesque rappelant l’intérieur de vaisseaux spatiaux. Cette thématique futuriste, faisant écho au nomTimeless, est exploitée dès l’arrivée sur scène de la chanteuse.

Accompagné d’images psychédéliques qui plongent le public dans un dédale de couloirs, le visage de l’icône se dessine sur des écrans à LED. Et c’est un œil en spirales qui permet à la chanteuse d’apparaître sur la chanson A force de…, extraite de son dernier album Monkey Me. Les 15 000 spectateurs reprennent alors en chœur le refrain de ce titre. Mylène Farmer est parée d’une robe/combinaison signée Jean-Paul Gaultier(dessinateur des 6 costumes de scène) qui lui confère les traits d’une héroïne fantastique hors du temps.

Chansons récentes et les duos
 

Mylène en duo avec Gary Jules dans Mylène 2013 - 2014 farmerbercy4garyjules-2013Parti pris marquant de ce concert : Mylène Farmer a choisi beaucoup de titres récents de son répertoire. La plupart des chansons sont issues des deux derniers albums Bleu Noir (Oui… mais non ; Diabolique mon ange ; Inséparables) et Monkey Me (A l’ombre, Elle a dit). Le show fait également la part belle aux duos. Le premier est un échange virtuel en vidéo avec Moby (Sleeping Away). Pour les deux suivants, Mylène Farmer partage la scène avec Gary Jules (chanteur californien). Ils interprètent Les Mots (chanté auparavant avec Seal) et la reprise de Mad World (Tears for fears).

Néanmoins, quelques grands succès des années 80/90 tels Sans contrefaçon (réorchéstré avec des sonorités asiatiques), XXL, Je t’aime mélancolie ou l’incontournable hymne farmerien Désenchantée ponctuent le concert. Chacun de ces succès entraîne systématiquement la liesse, témoignage de la fidélité inconditionnelle du public. Le spectacle alterne entre tubes efficaces chorégraphiés (Mylène Farmer y est alors entourée de six danseurs et même de robots articulés) et chansons au piano (Et pourtant ; Rêver), privilégiant la communion avec la salle.

 

Publié dans Mylène 2013 - 2014, Mylène en DUOS, Mylène en VIDEOS, Mylène et L'ENTOURAGE, Mylène TIMELESS 2013 | Pas de Commentaire »

mylène et Incroyable talant 2013

Posté par francesca7 le 2 octobre 2013

mylène et Incroyable talant 2013 dans Mylène 2013 - 2014 farmerbercy5vynil-2013

Un des passages TV de roboLounge sur « La France a un incroyable talent »:
Pour la tournée, Philippe Stegemann a utilisé deux robots de 2 mètres et trois de 2,30 mètres. Il s’agit de machines employées à l’origine sur les chaînes de fabrication des industries pharmaceutique ou des semiconducteurs, par exemple. A part l’ajout d’un masque en carbone conçu spécialement par Robolounge, ils ne sont pas modifiés. « Mais on utilise des paramètres jamais utilisés dans l’industrie, notamment des accélérations et des décélérations qui leur donnent des mouvements souples », explique le fondateur. Pour ce spectacle, tous les mouvements sont pré-programmés, mais ils pourraient aussi être programmés pour réagir au BPM ou au style de musique, sur un set non connu à l’avance.

La musique de l’interlude a été composée en fonction des robots

Au départ, Robolounge a créé le tableau de C’est une belle journée en travaillant sur les vidéos de la chorégraphie. Puis l’idée d’assurer le premier interlude, pendant lequel la chanteuse change de tenue au bout d’environ 35 minutes de spectacle, s’est imposée. Et là, ce ne sont pas les robots qui se sont adaptés à la chorégraphie, mais le directeur musical, Yvan Cassar, qui a composé la musique en fonction des robots. « Il a consulté nos vidéos et a très bien analysé notre registre, confie Philippe Stegemann. Cela cadre parfaitement, avec une montée en puissance en partant de la musique classique pour aller vers du dubstep. Chaque tableau a une émotion particulière. »

Effectivement, l’effet est saisissant. Seuls sur scène, sur une adaptation de Schubert, les cinq robots-danseurs forment un ballet esthétique, puis mettent le feu sous les lasers en bougeant comme des danseurs hip-hop. On oublie complètement qu’ils ne sont même pas humanoïdes, tant l’articulation du cou, du « bassin » et des « épaules », plus le masque, suffit à imaginer des bras et des jambes. Timeless est moins coquin que les précédents shows de la star, dommage car sinon elle aurait pu signer la première chorégraphie « robo-érotique », tant on a l’impression que ces robots peuvent tout jouer.

Image de prévisualisation YouTube

« On a travaillé avec Mylène sur l’introduction de la chanson »

Les choses sont plus compliquées quand Mylène et les danseurs sont à côté des robots, car ils doivent respecter une distance de sécurité correspondant à leur rayon d’action. Mieux vaut éviter le choc avec un robot de 115 kg en rotation à pleine vitesse… C’est pourquoi, à ces moments là, ils n’effectuent que des mouvements latéraux. En cas de pépin, Philippe Stegemann a cependant constamment dans la main un poignée de validation et un arrêt d’urgence.

En tout, la préparation du show a duré un an. « L’équipe de Mylène est très pro, très unie, et attentive. Cela m’a beaucoup aidé, ne venant pas du métier. » Philippe Stegemann a même travaillé en direct avec la star, qui s’est investie aussi dans cet aspect du spectacle. « Ca lui plaisait et ça l’intéressait. C’est très agréable de travailler avec elle. On a travaillé ensemble sur les détails de l’introduction de C’est une belle journée. J’ai été très surpris par la rapidité avec laquelle elle a compris les problématiques techniques, elle pourrait être ingénieur. »

Une belle aventure, donc, pour ce pionnier de la robotique artistique, à laquelle la tournée Timeless 2013 offre une formidable exposition, au moment où la robotique française, plutôt en pointe dans le monde, est soutenue comme un des secteurs industriels d’avenir par François Hollande. D’ailleurs, Philippe Stegemann ne dit pas tout, mais on devine que cette visibilité s’est déjà traduite en contacts pour de futurs projets. « C’est la chance d’une vie ! Je suis sur un nuage », dit-il encore étonné.

En savoir plus sur http://lexpansion.lexpress.fr

Publié dans Mylène 2013 - 2014, Mylène en VIDEOS, Mylène TIMELESS 2013 | Pas de Commentaire »

123456
 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...