MYLENE FARMER raconte ses relations Amoureuses

Posté par francesca7 le 29 juin 2016

                                                                                                                                                                                                 

Présenté par France ROCHE                    

Entretien avec Monique CHOURAQUI      

ANTENNE 2 SEXY FOLIES du 17-déc-86    

                                                            1                                                               

Voix off : Tous les mois, une personnalité nous parle en toute liberté de sa vie intime. Mylène Farmer nous dit tout, tout, tout.          

Monique Chouraqui : (bien qu’assise face à Mylène, la journaliste n’apparaît pas à l’écran si ce n’est parfois partiellement de dos) Est-ce que vous prenez des initiatives en amour ?                                                                                                                                                                                                                             

Mylène Farmer : (Mylène est filmée en gros plan. Elle porte un haut noir et des gants noirs brodés de brillants) Celle de choisir. J’aime séduire avant tout. Et posséder, peut-être dans un second temps.                                                                      

MC : Vous parlez avec les hommes avec qui vous avez une relation sexuelle ?          

MF : (dans un sourire) Un peu ! Il faut agir plus que parler ! (rires) J’aime bien le toucher, j’adore.                 

MC : Vous préférez faire l’amour en silence ?                                         

MF : Le regard…                                                                                                                                                                           

MC : Vous n’aimez pas qu’on vous parle ?                                                      

MF : Non. Parler, c’est pour construire l’avenir.                                                                                                                 

MC : Vous pourriez imaginer une scène d’amour idéale pour vous ?              

MF : L’ascenseur, j’aime bien.                                                                                                                                                 

MC : Faire l’amour dans un ascenseur ?                                                                           

MF : C’est vous qui le dites ! (rires)                                                                                                                                       

MC : Ca se passe très vite, on se quitte sans se dire au revoir et sans se dire un seul mot…    

MF : Ca peut être ça…                                                                                                                                                                  

MC : …et on fait l’amour sans se parler.                                                                 

MF : Voilà.                                                                                                                                                                                     

MC : Il vous est arrivé de passer plusieurs mois sans faire l’amour, plusieurs semaines ?           

MF : Oui, toute mon adolescence, toute mon enfance.                                                                                                      

MC : Et vous l’avez vécu comment ? C’était difficile ? C’était une frustration ?         

MF : C’est quelque que, je crois, j’ai appréhendé et que j’ai occulté et dont j’ai eu horreur aussi avant de le connaître, et même aussi un peu après.                                                                                                                                                                                               

MC : Vous vous souvenez de la première fois ? Vous voulez le raconter ?         

MF : La première fois…Je crois, contrairement à beaucoup de personnes, c’est un moment plutôt certainement décisif dans la continuité, quelque chose de laborieux, de difficile. C’est quelque chose de très fragile, voilà. C’est-à-dire qu’on ne connaît pas, que personne ne maîtrise.                                                                                                                                                                                          

2

MC : Ca s’est passé comment ?                                                                                                         

MF : Une chambre…Une chambre banale, un lit même pas douillet…Une chose incroyable. C’est un peu un viol. Le viol de l’enfance, un peu le viol de l’imaginaire.                                                                                                                                                                                  

MC : La fin de l’innocence…                                                                                                                                                                                                                             

MF : C’est un peu ça. C’est quelque chose après qu’on reconstruit, mais ça vrai que ça a été un peu un film de Walt Disney qui…pouf ! qui s’en va.                                                                                                                                                                                                     

MC : Un souvenir désagréable, la première fois ?                               

MF : Pas désagréable, parce que c’est moi qui suis allée vers ça donc j’ai voulu les choses. Maintenant je maîtrise beaucoup plus, et puis je vais vers ces choses avec un peu plus de vice.                                                                                                                                              

MC : Quelle sorte d’hommes vous attire ? Qu’est-ce qui vous trouble chez un homme ?          

MF : Je crois que c’est, ça a été de tous temps, les gens qui ont une existence sociale. C’est-à-dire que ça peut être du domaine de la littérature, politique, chanson, autant d’arts qui existent.                                                                                                                                        

MC : Quelqu’un qui détient le pouvoir, une forme de pouvoir ?           

MF : Un certain pouvoir, une forme de pouvoir.                                                                                                                 

MC : Vous avez besoin d’admirer ?                                               

MF : J’ai besoin d’admirer, oui.                                                                                                                                            

MC : De vous sentir dominée ?                                             

MF : La domination, elle peut s’effectuer effectivement quand il s’agit de plaisir.                                                 

MC : Elle peut s’effectuer physiquement aussi ? Vous aimez être dominée quand vous faites l’amour ?          

MF : Une certaine domination, oui.                                              

MC : Vous aimez la violence ?                                                                                                                                                                                                                              

MF : Je vous parlais de viol, j’avoue que c’est –mais là aussi il faut aller doucement quand même parce que c’est quelque chose de grave- mais c’est vrai que le viol a 3% de très excitant et d’assez incroyable.                                                                                                              

MC : Vous avez besoin d’avoir mal, ou besoin de faire mal pour éprouver du plaisir ?              

MF : J’ai besoin de faire mal et j’ai besoin d’avoir mal, oui.                                                                                          

MC : Pour parvenir au plaisir.                                                                                                            

MF : Oui, oui. Je veux bousculer, je veux…                                                                                                                         

MC : Vous n’aimez qu’un homme qui vous fait souffrir, vous ne pouvez aimer qu’un homme qui vous ferait souffrir 

MF : Si on veut un peu schématiser, aller vite, ça serait un peu ça. La facilité, les choses évidentes ne sont pas intéressantes.                       

MC : Vous pouvez vivre plusieurs histoires d’amour en même temps ?                                                                                       

MF : Oui.                                                                                                                                                                                       

MC : Les hommes concernés le savent, les hommes de votre vie ?                                                                               

MF : Si j’avais à choisir ma vie, et c’est là que réside la chose la plus difficile, c’est peut-être la… comment appelle-t-on ça ? On dit bigame ? Mais peut-être multiplié par quatre ! C’est avoir trois, quatre hommes dans ma vie. Si j’avais une métaphore à faire, je prendrais volontiers la mante religieuse. C’est-à-dire que, si j’en avais le pouvoir parce que bon ! je suis pas encore tombée dans la folie totale, mais je crois que je couperais la tête volontiers.        

MC : Après.                                                                                                                                                                                   

MF : (elle acquiesce)                                                                                                                                      

MC : Vous leur voulez du mal ?                                                                                                 

MF : Je les aime pas, c’est tout ! (sourire)                                                                                                 

Fin de l’entretien et suite de l’émission.                                      

Laisser un commentaire

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...