Les fans de Mylène Farmer sont lucides

Posté par francesca7 le 28 avril 2016

 

A la question des préjugés, où on lit que les fans de Mylène sont gays, dépressifs et niais, aveuglés par leur passion…

Sans doute l’un des préjugés les plus ancrés dans le monde mylènaire. Les fans sont d’abord gays. C’est évident. Mais alors, même les filles? ?

Mylène compte un nombre important d’homos dans son public, c’est indéniable. A un journaliste de Pink Tv qui demandait les raisons à Mylène, cette dernière répondit avec humilité : « Pourquoi ? C’est plutôt à eux qu’il faudrait le demander. La chose qui me vient à l’esprit, c’est que peut-être ont-ils une sensibilité exacerbée comme la mienne ? En tout cas, ça me réjouit ».

1

Une partie du monde gay se reconnaît sans doute dans l’ambiguïté du personnage, installée dès 1987 avec Sans contrefaçon. Maintenant de là à généraliser à outrance… il y a un pas à ne pas franchir. De même qu’il y a chez les fans des filles, des garçons, il y a des homos, des hétéros. Seulement, il est peut-être à constater que les fans gays ont, sans sombrer nous non plus dans la généralisation, plus tendance que des fans hétéros, à vivre leur passion sous un jour expansif, démonstratif dont la collection est une manifestation parmi tant d’autres. C’est sans doute la raison pour laquelle ce sont plus souvent des fans gays que l’on retrouve dans les reportages.

Les fans sont donc tous gays. Ils sont aussi dépressifs. Comme leur idole, ils vivent cloîtrés dans des chambres au papier peint noir, sont bien sûr suicidaires… Un préjugé assez pernicieux, si bien qu’on ne sait pas, en somme si leur passion pour Mylène est une libération ou ce qui les pousse au mal-être ? Voilà un préjugé assez ancré lui aussi : qu’un fan puisse être bien dans sa peau apparaîtrait comme un dérèglement total du processus journalistique. Pour les bien-pensants, être fan (qu’il s’agisse de Mylène, de Johnny, ou de n’importe quel autre artiste) est en soi signe d’un problème qui nécessite une aide médicale : c’est bien connu, le « fan » l’est parce qu’il n’a rien d’autre dans sa vie : incapable d’aimer et d’être aimé, il reporte ce vide sur cette icône inaccessible. Donc, disions-nous, c’est un mal incommensurable d’être atteint de ce syndrome « fan ». Mais plus grave encore : être fan de Mylène Farmer. Sans commentaire.

Enfin, les fans sont définitivement niais : cette idée est véhiculée par les médias, à grands renforts de soirées promotionnelles Virgin/Fnac : les fans de Mylène vont chercher un album à minuit au lieu d’attendre quelques heures : quels moutons impatients ! Ils sont en transe pour une sortie d’album, alors que la star n’est pas présente !

Peut-être sont-ils accusés d’accorder à la musique toute la place, toute l’émotion qui est la sienne, à une époque où l’on consomme, jette la musique… Le plus dramatique quand même, c’est quand ce préjugé circule même au sein des fans : il y aurait ainsi des bons fans, ceux ayant un recul suffisant pour ne pas se confier à la presse, se rendre dans de telles manifestions ou encore être tout devant aux concerts, et les mauvais fans, précédemment évoqués… Il y a même chez les fans, des caricatures, et l’on va même jusqu’à dénigrer « ces folles pathétiques que l’on voit devant les grilles de concerts ». La tolérance est une vertu qui hélas, n’a pas à être inculquée que chez les non-fans.

J’ai ici sélectionné trois préjugés, qui me semblent les plus « récurrents » ; D’autres préjugés tout aussi présents auraient pu être analysés : Mylène Farmer passe son temps à pleurer / Mylène Farmer n’a pas de voix.Mylène Farmer, déesse de l’argent, reine commerciale. Mylène Farmer est morbide, suicidaire et gothique.

Finalement, a-t-on besoin de préciser que ces préjugés n’en reste pas moins minimes comparés aux nombreux superlatifs, éloges que le seul nom « Mylène Farmer » suffit à engendrer : « si elle n’est pas parfaite, elle tend à la perfection », « elle est humaine et sincère », « ses concerts sont exceptionnels, elle au moins ne se moque pas de son public » « Elle est toujours là, vingt ans après, avec des mélodies toujours efficaces… »

Mylène Farmer a réussi tout ce qu’elle a entrepris dans la chanson : plus de vingt ans de carrière, et aucun faux pas musical : de fait, Mylène suscite jalousie et colère, mais les fans et le public, eux, ne s’y trompent pas…

ISSU DU SITE http://parcequecestelle.pagesperso-orange.fr/prejuges.htm

Laisser un commentaire

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...