Mylène : L’Alchimiste Entretien avec Thierry COLJON

Posté par francesca7 le 4 février 2016

1995-01-bAvant d’accepter de nous rencontrer, vous avez demandé à lire l’interview que vous nous avez accordée il y a six ans. (cf. « Le Soir » 12.10.1989, nda) Pourquoi ? ­

MF : Ca ne vient pas de moi, mais sûrement d’une personne qui travaille pour moi. Je ne peux donc pas vous répondre. Il y a trois ans, vous aviez refusé de nous rencontrer, ainsi qu’un confrère, parce que paraît-­il vous n’aviez pas apprécie nos comptes-­rendus du concert à Forest National.

 Aujourd’hui, vous voulez bien. Pourquoi ?

(Thierry Coljon fait allusion à une campagne menée par lui­-même et Rudy Léonet suite au refus de la chanteuse de se faire photographier sur scène pour dénoncer cette attitude, quoique commune à beaucoup d’artistes. En parallèle à cet entretien accordé par Mylène à Thierry Coljon, Rudy Léonet publiait une lettre ouverte à la star dans Télé Moustique pour une fois encore critiquer sa méthode de communication au titre qu’elle avait refusé qu’il participe à cette interview. Cette campagne a continué par la suite, toujours menée par ces deux journalistes, jusqu’à aujourd’hui encore sur le Tour 2009, nda.) ­

MF : J’ai cette faculté d’oublier le passé, à savoir des choses que je ne juge pas essentielles de retenir. En ce sens, je ne peux une fois de plus pas formuler de réponse. C’est le moment présent qui est important, c’est tout ce que je peux dire. Je n’ai donc rien à dire là­-dessus car je n’en ai pas le souvenir. Je ne peux pas être plus sincère que ça.

Venons-­en donc dans le vif du sujet : ce nouvel album mettant fin à un long silence entrecoupé d’un film, « Giorgino », qui a été un échec… ­ Un film qui a été un peu la nature de ce silence, tout de même, car celui qui a réalisé ce long-­métrage est aussi mon compositeur.

MF : L’échec a été plus difficile à vivre pour Laurent que pour moi puisqu’il est l’initiateur et le créateur de « Giorgino ». Moi, je n’ai retenu que l’expérience agréable du tournage. Après, on se dépossède de la chose. D’autre part, j’ai toujours en moi l’idée de l’échec. L’échec de « Giorgino » a été désagréable évidemment, mais de là à dire que ça a ruiné ma vie : en aucun cas. Si ce nouvel album ne doit pas marcher, j’en serai attristée ­ c’est normal ­ mais je ne suis pas attachée à cela. Je dédramatise les choses, c’est assez nouveau pour moi.

Si un disque ne marche pas, est-­ce que ça veut vraiment dire que vous n’êtes plus aimée ou simplement que ce n’était pas le bon moment ?

MF : C’est ce que j’ai essayé de décrire dans « L’Instant X », par exemple, où il y a toute cette concentration d’éléments qui font que quelque chose va ou ne va pas naître. Et puis, j’ai toujours pensé que si je devais m’effacer, je m’effacerais. C’est de la pudeur plus qu’autre chose.

 1995-01-c

Dans quelle mesure « Anamorphosée » découle­t­-il de « Giorgino » ? ­

MF :  Dès la sortie du film, moi, je suis partie aux Etats­-Unis et je suis restée là-­bas neuf mois. J’ai eu une coupure avec le monde d’avant. L’idée de prendre ses bagages, de n’avoir aucune racine, c’est assez nouveau pour moi. C’est la première fois, depuis les dix ans que je travaille, que j’ai ressenti ce sentiment de liberté, de vivre réellement. Vivre à Paris, ça me devenait insupportable ­ même si on est responsable de ça : il arrive un moment où on s’enferme dans ses propres névroses, ses propres angoisses.  Je finissais par m’enfermer et perdre quelque chose de fondamental : le succès vous isole, donc ça s’était accentué.

Vous êtes­-vous sentie à un moment agressée ? ­

MF : En aucun cas. La pression venait de l’intérieur, de mon regard sur l’autre. Etant de nature plutôt discrète, ou mystérieuse si vous préférez, je suis beaucoup moins exposée à une certaine presse, peut­-être aussi parce que j’évite de me mettre les seins nus au bord d’une piscine. Mais je ne fais pas de procès des artistes qui le font, les procédés de ces journaux à paparazzi sont de toute façon détestables. Ces gens-­là me poursuivent tout de même, plus facilement à Los Angeles qu’à Paris, parce qu’il y a l’exotisme. A Los Angeles, j’ai adopté un tout autre art de vivre. Je me déplace : bizarrement, je conduis là­-bas, mais pas ici. J’avais besoin de tourner la page. Si on a réalisé l’album là­-bas, c’est uniquement parce que j’y étais déjà. Laurent m’y a rejoint. En découvrant les photos signées Herb Ritts, la tentation est grande de faire un rapprochement avec Madonna.

Si on vous appelle la Madonna française, prenez­-vous cela pour un compliment ou une insulte ? ­

MF : Je pense d’abord qu’elle est une artiste courageuse et de grand talent, que je n’ai jamais rencontrée mais je crois qu’elle me connaît ­ c’est du moins ce qu’on m’a dit. Toutes les deux on a certainement en nous ce goût pour la provocation, d’évoquer des non-­dits et peut-­être cet intérêt pour l’image. Apparemment, c’est aussi une grande bosseuse et c’est vrai que j’aime assez le travail. Dans l’ensemble, les textes de cet album-­ci sont plus pudiques, moins provocateurs justement.

Vous y êtes plus allusive… ­

MF : Je crois que c’est une question de temps qui passe et d’un être qui change, en mouvement constant. Des choses fondamentales qui ont changé dans ma vie et ont engendré ces idées­-là. Je ne pense pas que ça soit une notion de pudeur mais d’un intérêt qui est autre, tout simplement.

LE SOIR (Belgique) 25 OCTOBRE 1995 

Laisser un commentaire

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...