A rebours de Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 2 janvier 2016

A rebours : Si, avec ce troi­sième morceau, Mylène chante la tenta­tion du retour en arrière, d’un erase and rewind, quand tout pèse, tout nous accable, le début parlé, à la limite du slam, n’est pas sans rappe­ler son tout premier talk-over sur Maman a tort, il y a trente ans. Musi­ca­le­ment, on est dans l’épure : piano, guitare et batte­rie sur la fin portent des paroles aussi simples que percu­tantes, fina­le­ment posi­tives, libre­ment inspi­rées d’un certain André Malraux. « La vie ne vaut rien mais / Mais… Rien ne vaut la vie / C’est epsi­lon plus que petit / C’est epsi­lon pour­tant l’en­vie (…) ». Inspi­rant.

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Paroles de la chanson

Le réel se dérobe
Les anges ont dit que rien
Ne nous est envoyé
Qu’on ne peut supporter

Un, deux
Et passe et lasse
Et moi
Je passe hélas
Questionnant l’infini
Fermant porte à l’oubli

Et d’un tour
De clé
Comme un sourd
Muet
Nul besoin de barreaux
De croix
On s’enferme tout seul
Parfois

Et l’amour
Je sais
À portée
D’aimer
Les fantômes ne nous laissent 
En paix
Tyrannie des secrets
Gardés

La vie ne vaut rien mais
Mais… rien ne vaut la vie
C’est epsilon plus que petit
C’est epsilon pourtant l’envie

Et la vie
Passe hélas
Et la bête
Passe et chasse
Toute forme de résistance
Si elle menait la danse ?

À rebours de tout
Du bon sens
S’en fout
Rêver d’enfreindre et
Mettre en terre
Ignorer et tout foutre
En l’air

Pour gagner
Les cîmes
Tout simplement 
Vivre
Aux verrous qui semblaient
Lâcher…
Je crains qu’il ne me manque
La clé

Et d’un tour
De clé
Comme un sourd
Muet
Nul besoin de barreaux de croix
On s’enferme tout seul
Parfois

Mais l’amour
Je sais… est
À portée
D’aimer
Aidez-moi
Retrouver les clés
Il faudra… m’apaiser enfin

écrit par Mylène Farmer (2015)

 A REBOURS

Laisser un commentaire

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...