• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 25 novembre 2015

Commentaire sur Avant que l’ombre…à Bercy

Posté par francesca7 le 25 novembre 2015

Oh chouette, encore un live de Mylène Farmer ! Franchement, merci, c’est génial, c’est pas comme si ça faisait déjà le quatrième de sa carrière pour six albums studio sortis !

 

Bercy

Bon. Mieux vaut se calmer, retranscrire de la colère dès le début d’une chronique n’est pas une chose à faire. Mais tout de même, Farmer a-t-elle besoin de tirer un album live de chacune de ses tournées ? Peut-être pas elle, mais Polydor, si. La filiale d’Univers Sale est tombée sur une magnifique poule cendrée aux oeufs d’or, pas question de la lâcher ou de ne pas l’exploiter à fond, voire plus. Et hop, en décembre 2006, comme tant d’autres albums de la discographie de la rousse, Avant que l’ombre…à Bercy déboule chez les disquaires.
Le mot « Bercy » a dû faire sursauter bien des fans de Farmer. En effet, impossible de ne pas ignorer qu’un précédent live a été enregistré au Palais Omnisports de Paris-Bercy. Et pas n’importe lequel, puisqu’il s’agissait du meilleur live de Farmer, le maitre-étalon de ce que devrait être un live idéal. Il n’en faut pas moins pour espérer que la chance et le talent reproduisent l’exploit. Ah, les espoirs déçus, il y a de quoi sortir un livre épais comme une brique…

Enregistré en janvier 2006, Avant que l’ombre…à Bercy se propose donc de présenter comment Mylène Farmer et ses musiciens ont défendu le dernier album en date, Avant que l’ombre… à Bercy, à l’issue d’une série de 13 concerts donnés dans la salle polyvalente. Ça, c’était facile à deviner. Ce qui l’est moins en revanche, c’est la qualité du live qu’on nous vend en lui-même.
La tracklist de l’album, comme prévu, comporte une majeure partie de Avant que l’ombre…Jusque là, rien d’anormal. Ce qui l’est un peu, ce sont les chansons qui restent sur le carreau. Elles sont loin d’être les plus faibles, et méritaient bien une exposition live. Pour les accompagner, les tubes de Farmer viennent combler les vides. Aucune surprise ici, contrairement au Mylenium Tour. Parmi ceux-là, la joie sera a priori au rendez-vous, avec trois morceaux d’Anamorphosée et deux des trois inédits de la compile Les Mots. En revanche, à titre personnel, j’avoue que la présence de « Q.I », l’une des plus mauvaises chansons de Farmer, me déplaît très fortement. Cette chanson est nulle, et ce n’est pas le live qui la rendra meilleure.

Côté interprétation, le bât blesse, et pas qu’un peu. Bien que le talent des musiciens convoqués n’est pas contestable, ils ne sont pas tellement à leur avantage ici. Le mixage, sans pour autant être qualifié de mauvais, n’est pas top, et en termes d’arrangements, ils sont amenés à participer à une accentuation « pop médiocre » des chansons, en particulier des anciennes. Après, il ne faut pas exagérer, ce n’est pas non plus un mauvais live. Quant à Farmer en elle-même, elle reste a priori aussi bonne interprète sur scène qu’en studio. Du moins, si on en croit les albums live…rien n’exclut que sa voix ait été retravaillée. Mais elle ne sera ni la première ni la dernière, loin de là. Certaines chansons sont fort bien interprétées, et collent plus que correctement à la scène, à l’image de « C’est une belle journée », et surtout du duo « Les Mots ». Cette fois, non seulement Farmer ne fait plus l’erreur de l’interpréter toute seule, mais en plus, c’est le batteur Abe Laboriel Jr. qui l’accompagne – Heidi Klum n’est pas prêteuse. Il est évident qu’il n’égale pas la performance de Seal, mais en terme d’émotion, la chanson frappe fort.

Allez, dans l’ensemble, Avant que l’ombre…à Bercy n’est pas si mauvais qu’on pourrait le craindre. Farmer chante bien, les musiciens interprètent leurs parties de bonne manière, bref, ça aurait pu être pire. Toutefois, contrairement à ses prédécesseurs, il est bien moins important et contente plus difficilement son monde. Un manque d’attraction et d’implication de la chanteuse (malgré de forts passages comme « L’autre », par exemple) n’en font pas un essentiel. C’est donc un 3 que je donne, mais du bout des doigts.

issu du site : http://fp.nightfall.fr/index.php

Publié dans AVANT QUE L'OMBRE | Pas de Commentaire »

ouvrage baptisé Avant que l’ombre…à Bercy

Posté par francesca7 le 25 novembre 2015

.

Mylène Farmer est l’une des chanteuses les plus populaires en France. Elle a su conquérir un public très large et de tous âges à travers de nombreux succès, comme « Libertine », « Désenchantée », « Sans contrefaçon », « Les Mots », ou encore « C’est une belle journée », représentant à ce jour des millions de disques vendus. Mylène Farmer a déjà publié, aux éditions Anne Carrière, un conte illustré intitulé Lisa-Loup et le Conteur (2003).

téléchargement

Publié dans AVANT QUE L'OMBRE, Mylène et BIOGRAPHIES | Pas de Commentaire »

ainsi soit-elle en quelques phrases clés

Posté par francesca7 le 25 novembre 2015

COUVERTURE DE AINSI SOIT ELLE

  »Certaines voix, certains gestes, certains éclats changeants dans un regard de femme, certains mots employés que l’on devine en conscience possèdent un bien particulier, privilège, celui de se fixer presque sans effort apparent dans notre mémoire. 
  
 Ils y rythment de leur mélopée sinueuse prière douce, suggèrent les instants de notre vie, nous accompagnent dans la réalisation d’un destin que l’on ne maitrise pas toujours. 
  
 La chose la plus réellement importante est de préserver ces instants de grâce. Ils semblent en apparence, mais seulement en apparence, aussi fragiles que ces verres à vin du rhin, fuselés, hauts de forme et d’allure, précieux dans leurs teintes de mauve, de vert ou de bleu nocturne, mais que la moindre maladresse, la moindre attaque légère défigurent à jamais. 
  
 Sans le geste brusque qui les anéantit, ils défient les siècles sans perdre rien de leur éclat. Toutefois, ne soyons pas déroutés, ou encore moins surpris par la « forte présence », la santé de bon aloi de ces instants rares mais précis. Ils viennent de loin, du plus enfoui d’un corps de femme qui dissimule à peine. 
  
 Il y a de ces pudeurs…. une rage d’exister, une volonté tenace, un acharnement de naufragé à regagner la rive, un désespoir amer de petite fille à qui la vie a cassé les jouets, et une blessure aussi secrète. 
  
 Sa manière bien à elle de regarder les êtres, de les découvrir, sans laisser paraitre trop d’amour mais encore moins de haine, pour percer à jour un caractère, une attitude, un geste ou un mot en dit assez long sur l’étonnante conscience, la force et la maitrise qu’elle met à ne rien vivre d’autre que la passion. 
  
 Ainsi fait la bête fauve lorsqu’elle détourne les yeux sensibles blessés par le soleil. Ainsi fait le chat lorsqu’il refuse la caresse d’une main qui ne connaît pas le rite. 
  
 Aimer c’est pleurer quand on s’incline….. » 

EXTRAITS  Philippe Seguy / Sylvie Devilette, « Ainsi soit-elle » (Extraits), Ed. J.P Tallandier

 

Publié dans AINSI SOIT ELLE | Pas de Commentaire »

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...