Mylène et les Thérapies racontées

Posté par francesca7 le 26 août 2015

 

image-40À quoi bon entreprendre une thérapie si c’est pour rouvrir des plaies enfouies ? 
Voilà pourquoi, sans doute, Mylène n’a jamais cédé à la tentation du divan. 
Elle s’en est expliquée. « On ne guérit jamais de son enfance. 
On peut analyser, prendre un peu de distance, pardonner. Les émotions demeurent. 
Enfouies mais entières. J’ai parfois rêvé de revivre sous hypnose, 
ou à l’occasion d’une psychanalyse, ces moments forts qui m’ont marquée.
 Pour retrouver à l’état brut l’intensité émotionnelle d’alors. 
J’ai hésité. J’hésite encore. Par peur peut-être. 
Par crainte aussi d’y perdre ma créativité. » 

Et pourtant, au détour d’une chanson, Redonne-moi, Mylène caresse l’idée
 d’émerger de ce grand trou noir. Alors qu’elle s’enfonce dans la souffrance,
 une voix amie lui murmure combien il pourrait être salutaire de
 « retrouver une trace de soi ». 
À quoi ressemblent donc ces souvenirs interdits et comme prisonniers sous la glace ?
 « Peut-être sève ? Peut-être fièvre ? », fredonne Mylène, désemparée, comme 
si elle ignorait absolument tout de son passé... 
 
Si sa mémoire demeure aussi imprécise, c’est aussi parce que l’enfance de Mylène
 n’appartient pas tout à fait au passé. « Il y a une grande part d’enfance en moi.
 Peut-être que je ne dois pas la quitter. » 
Toujours en contact avec la petite fille qu’elle fut, la star se félicite même
 de ne pas être « une grande personne » parce que « ça ne comporte aucun intérêt ».
 Si l’enfance reste aussi vivante dans son présent, on comprend qu’elle ne puisse
 faire l’objet de réminiscences. Comment pourrait-on prétendre cueillir des 
souvenirs alors qu’il n’existe aucune cloison étanche avec ce passé ? 
Pour tout cela, et pour d’autres raisons encore, Mylène est devenue une immense star.
 Loin d’être des handicaps, ces zones d’ombre  ont d’ailleurs largement contribué 
à sa reconnaissance publique. Quand la neige fond, tout semble sale et gris. 
L’éclat du blanc fait place à des paysages peu séduisants. mylène7

Mieux vaut sans doute alors garder l’image de la plaine enneigée.
 Comme une tache de lumière qui embellit la vie.
 

Extrait du livre : MYLÈNE par Hugues ROYER aux Editions Flammarion 2008

Laisser un commentaire

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...