• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 8 août 2015

DECOURAGEMENT des propos de Mylène

Posté par francesca7 le 8 août 2015

 

Les mois passent, les années passent, Lisa est lasse… parfois. Ils ont vu tant de choses, posé tant de questions qu’il faudrait des années pour décrire tout ce qui s’est passé. Bien sûr, ils se sont disputés, dit des mots qu’on voudrait oublier, mais rien aujourd’hui ne les séparerait ! Ils sont tous si différents, si délicieusement compléments ! Lisa ne portait plus ses chaussettes toute la nuit, mais des collants quand il faisait froid dedans ; elle n’utilisait plus des gommettes pour se faire des pommettes haut placées (comme les grands), elle avait grandi l’enfant… Et comment ! DÉJÀ 17 ANS !

la mort

DÉCOURAGEMENT Après des jours et des jours, après des mois sans amour, Loup et Lisa ont traversé les humeurs des uns, traversé les saisons des autres, stoppés par des murs d’incompréhension, par des tribus de bougons, les bourgeons donnaient des fleurs, les méchants, des peines au cœur. Et Lisa commençait de désespérer. Pas pour l’attitude de pauvre chien mouillé, ni pour la compassion qu’elle pourrait susciter… elle se désespérait vraiment : la lumière de ses yeux prenait un air vitreux. Ni Loup ni l’Araignée ne l’avaient vue ainsi. Elle restait là, prostrée comme une guirlande guindée qui a raté Noël. Pauvre Lisa, ses chaussettes avachies qui étaient sa fierté n’ont plus de réparties, elles sont tristes elles aussi !

« Est-ce que tu veux aller au cinéma ? » demande Loup à Lisa. « Est-ce que tu veux gagner des chats ? » lui demande l’Araignée. « La kermesse n’est pas loin et Martin a des mains ! Il peut viser les cibles, dégommer des lapins, emporter le gros lot et… Oh oh !… » (Confuse est l’Araignée, réalisant la gaffe.) « Mais j’n'ai pas fait exprès ! » dit-elle en se courbant, « Aïe ! » Évitant de mille sauts, « ouille ! » le courroux du Jeannot ; craignant Lapin Martin qui, rouge et très rageant, lui montre un peu les dents. « Ce que j’en dis, moi… C’était tout pour Lisa », s’essouffle l’Araignée, légèrement piétinée. Petite Lisa n’a pas peur du noir, ni même des cris la nuit, pas plus que des Orties, qui piquent les Orteils ; Lisa n’a pas peur des Ogres, des monstres de l’enfer, des gores du Commodore, encore moins des abeilles ! Alors qui ? Ou plutôt quoi, effrayait tant Lisa, au point de la pétrir ? Son âme était broyée, sa vie anesthésiée.

extrait de Lisa-Loup et le Conteur aux Éditions Anne Carriére

Publié dans LISA LOUP et le conteur | Pas de Commentaire »

DANS UN MOUVEMENT DE CORPS QUI RÉVEILLERAIT UN MORT

Posté par francesca7 le 8 août 2015

 

LISA SE TOURNE ALORS VERS MOI ! S’adresse à « MOI » en vrac, en pleurs, et me demande, À MOI ! L’AUTEUR de cette histoire qui fend le cœur, une solution à son problème « métaphysique et pas comique ».

« COMMENT VEUX-TU QUE JE TROUVE LA MORALE QUAND MOI-MÊME SUIS ATTEINTE PAR CE TERRIBLE MAL ? MOI AUSSI, JE M’ENNUIE, JE M’ENNUIE, JE M’ENNUIE. C’EST POUR ÇA QUE TU VIS… C’EST POUR ÇA QUE J’ÉCRIS ! »

pardon

extrait de Lisa-Loup et le Conteur aux Éditions Anne Carriére

Publié dans LISA LOUP et le conteur | Pas de Commentaire »

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...