• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 29 juillet 2015

LA RESURRECTION par Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 29 juillet 2015

 

« ÇA Y EST ! ELLE EST RESSUSCITÉE !!!!! » s’enthousiasme l’assemblée qui n’était plus très sûre… (Même l’asticot très aristo lui embrasse l’embouchure, tant il était ému de revoir son amie !) « Tu nous as fait peur », lui dit Lisa la main au cœur. « J’ai bien cru que le  » SAPIN  » n’était pas loin ! »

(En effet le seul cercueil que Lisa avait côtoyé était en fait fait de sapin, mais point de première main !) « Je m’excuse de m’excuser… » râle Humphrey, qui déjà oublie l’accolade. « Mais il me semble qu’une boîte d’allumettes faisait l’effet, nul besoin d’un cercueil en sapin qui pèse trop lourd pour l’homme et l’âme ! Foi d’animal ! » « C’est agréable ! » répond Lapin Martin, « comme toujours Humphrey !… J’ai bien cru, moi aussi, qu’elle ne reviendrait plus ! » Loup, lui, ne dit rien (il est perdu dans un moka à faire pâlir du chocolat !)

Résurection

Le spectacle de loin est plutôt peu commun : notre rampant s’élire, Lisa se mire dans l’écuelle et ne se trouve, bien sûr, pas belle ; les « grandes oreilles » sont d’humeur belle ! Quant à l’artiste (c’est habituel), elle manque à nouveau à l’appel ! Elle est tombée du cendrier et d’un salto a basculé sur le goudron grisâtre et tâte (encore groggy) du nez l’asphalte. « Quel souci ! » dit la petite, « quel souci ! Tu perds le fil… et l’équilibre ! Je te le dis ! Quel souci. Reviens ici ! » s’inquiète Lisa, « ou quelqu’un va t’écraser, là ! » C’est alors que survient un petit problème, un trouble-fête, un truc pas chouette !

PAS DE DENIERS POUR L’ADDITION, PAS DE DENIERS mais COLLATIONS QUI SONT DÉJÀ TOUTES ENGLOUTIES, ET QUI VOUS MÈNENT À LA PRISON.

Des gendarmes pas vraiment souriants sont venus chercher les « malfaiteurs ». Deux ont pris la fuite ; l’arachnée « mort subite » s’est cachée illico, quant à Loup qui est tout plat, sans grand mal il aura, à la place de la nappe retrouvé son état ! Qui reste-t-il pour témoin ? Qu’un être hostile et bien vilain, qui accuse la petite de voler sans remords : Un serveur de bistro, qui sent mauvais le rot. Tout chez lui est postillon, il parle si vite et si mal que « loin d’ici » … devient « VITAL ! » Heureusement, Lisa est immédiatement emmenée en prison. Elle n’en veut pas à ses amis de l’avoir délaissée, elle comprend parfaitement que C’EST DE LA LÂCHETÉ…

Comment en vouloir à des « dessins » animés ? Pour Loup c’est un peu différent… Mais patience et longueur de temps, ils pourront bientôt en discuter sans élever le ton, et sans montrer les dents. Il faudra à Lisa parlementer des heures et des heures avec l’autorité, pour qu’ils la laissent enfin en liberté ; Lisa n’a pas de papiers, pas de paniers d’osier, n’est pas Chaperon rouge puisque Grand-Mère ne bouge… pas marchande d’allumettes qui finit en plaquette, ni ne s’appelle Cosette, ni ne dit : « Je suis mouette. »

« ELLE EST LISA, VEUT DES MILLIERS D’HISTOIRES POUR S’ENDORMIR LA NUIT ET PEUPLER SON ESPRIT, ELLE VEUT RETROUVER L’HOMME, CELUI QUI EST PARTI, ELLE VEUT LEUR DIRE EN SOMME QU’IL EST :  » L’HOMME DE SA VIE « . »

(Même si elle ne comprend pas bien ce qu’elle dit.) Comme toute chose maintenant arrive au bon moment. Lisa veut profiter de cet instant présent, pour visiter cet endroit bizarre qu’on surnomme aussi : le « MITARD ». Des cachots qui s’alignent comme des canards sur l’eau, des colonnes assassines qui transpirent le caveau, calibrées pour cueillir des loubards décalés, décatis, en guenilles dans des vêtements souillés… s’ouvrent à elle, dans un spectacle navrant ! « On devrait bannir de tels lieux, ou au moins reconnaître que l’on pourrait faire mieux ? » pense la petite. « Comment une telle concentration d’âmes esseulées peut-elle être  » promesse  » de lendemains sérieux ? Ils n’avaient pas d’argent pour payer l’addition, comme moi ? Et sont tous envoyés dans des  » Dames  » prisons. Mais, puisqu’elles sont des Dames… »

(Lisa se souvient d’une conversation que sa Grand-Mère avait eue avec Mme Henriette, une shampouineuse très couette…) « Pas nécessairement des Dames du grand monde (ça, ce n’est pas grave), mais quand on est une Dame, il faut être coquette ? Et savoir se vêtir pour le plaisir des fêtes ? … Là, la Dame est une coquette sale !!! Elle sent mauvais des pieds et s’habille très mal ! Elle est humide et grise et plutôt mal coiffée, son toit est fait de tuiles qui sont toutes abîmées. » C’est bien triste, mais c’est ainsi ! Lisa s’empresse alors de questionner le premier prisonnier qui est devant son nez, qui ne fait que marcher !

 

extrait de Lisa-Loup et le Conteur aux Éditions Anne Carriére

Publié dans LES LIVRES de Mylène, LISA LOUP et le conteur | Pas de Commentaire »

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...