MADAME ÔNE-X de Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 28 juillet 2015

 

La femme qui reçoit nos amis s’appelle Madame ÔNE-X; elle est chinoise et, comme toutes les cartomanciennes, elle porte des boucles d’oreilles. Mais des boucles anciennes ! (Lisa en était sûre, elle avait vu les mêmes accrochées à un mur.) C’était au musée du COSTUME, et la vieille, qui portait un diadème, se tenait très droite devant le photographe… GrandMère expliquait qu’elle avait un véritable « port de reine », c’était d’ailleurs très certainement dans ses gènes !

« Moi, je la crois plutôt hautaine ! » lui rétorquait Lisa, qui n’aimait pas son quant-à-soi ! Madame ÔNE-X, d’évidence, souffrait d’asthme, car elle reprenait de l’air toutes les deux ou trois phrases ! « Que puis-je faire pour vous ? » demande-t-elle à la troupe, avec un léger accent du Levant. « On cherche un homme qui parle, l’auriez-vous vu par hasard ? » questionne la petite. « Voyons si, dans mes cartes, je peux vous éclairer ! Je sais faire ça très vite ! » « Dans des cartes ??? On voit des gens marcher ? » ironise l’arachnée. « Tout est dans la manière, je suppose ?…

dans la manière de faire », dit-elle à Loup qui erre, qui n’entend pas sonner, qui n’entend pas du tout et qui bouge sans arrêt ! En effet, une petite cloche, de temps à autre, « carillonnait ». La femme l’agitait comme pour mieux les troubler. Et troublés, ils l’étaient ! Mais pas parce qu’ils étaient impressionnés, c’est juste les chats qui, en un temps éclair, formaient toute une armée derrière notre sorcière !!! C’était très inquiétant ! Voire même paralysant ! C’est avec grande dextérité que Madame Ône-X maniait lés cartes………….. …

1880020715_small_1

ET LES CARTES SE MÉLANGEAIENT POUR FORMER UNE LIGNE, ET LA CARTOMANCIENNE, DÉJÀ, VOYAIT DES SIGNES !!!

Tout ce charabia, pour ne dire que du vent, tout un charabia et pas de directions ! « Il est parti, je vois… Et il parle, je crois… » dit-elle d’un ton austère qui imite le mystère. « Elle semble très habitée », commente Humphrey, conquis. « Habitée, habitée… OUI ! Mais habitée  » di  » rez-dechaussée !!! Hiiiiiiii ! » se gondole l’Araignée. « SANS BLAGUE ! Et moi (attaque-t-elle, bille en tête)… je vois, je crois… que je marche… oui, ma foi, si je marche, c’est bien grâce à mes pattes ! » Toute l’assemblée se mit à rire, et même les chats qui s’empêchaient de suivre.

MADAME ÔNE-X EST TRÈS VEXÉE, MADAME ÔNE-X A UN BALAI : ET DE LES METTRE TOUS À LA PORTE, AUSSITÔT DIT ET PAS D’ESCORTE !

Lisa et ses amis reprennent alors leur promenade, qui promet bien d’autres drames. Une sirène de police, déboulant de nulle part, hurle son indignation : la voiture est bloquée par une manifestation. Lisa ne voit rien à l’horizon, mais elle perçoit bien des cris, des « NON ! », des « NON ! » et des protestations. (Un peu comme la tempête qui est une rébellion.) Elle décide donc de tourner à droite et de s’engager dans une rue étroite, afin d’éviter toute mauvaise surprise. (Ce n’est pas un manque de curiosité de sa part, mais la cartomancienne l’a échaudée !). Alors, ne pas mettre partout le bout de son nez semble plus sage… je gage ? (Après tout, L’APPRENTISSAGE DE LA VIE se fait lentement !

Et elle peut bien prendre son temps.) En chemin, elle se rappelle un lieu que Grand-Mère lui avait décrit. C’est souvent blanc et c’est très souvent grand, se souvient-elle. On y met des gens qui ont perdu des dents… (Ou étaient-ce des parents ?) Lisa avait du mal avec ses propres souvenirs, sa mémoire est une mémoire dite « sélective » : elle ne retient que ce qui grise, ce qui l’effraie ou la motive. « UN ORPHELINAT ! C’est bien ça ! » dit-elle, très fière. « J’en suis sûre, c’est un orphelinat ! » Elle se rappelait les aventures d’un certain TOM SAWYURE…

(ou quelque chose comme ça !) « Il faut trouver un orphelinat ! » reprennent-ils tous en chœur. Aussitôt dit, la joie au cœur. Sur leur chemin ils ont questionné tant de personnes ! Des petits, en partie, mais des plus grands aussi ! Et nul d’assez malin pour leur parler de l’homme ; c’est après bien des kilomètres parcourus qu’ils sont tombés sur cas peu banal : UN ORPHELINAT BICÉPHALE… UN ORPHELINAT-HÔPITAL. Lisa et compagnie, ont trouvé le lieu-dit. Aussitôt dit et accompli !

 

extrait de Lisa-Loup et le Conteur aux Éditions Anne Carriére

Laisser un commentaire

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...