• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 7 mai 2015

Mylène pour tous les goûts

Posté par francesca7 le 7 mai 2015

 

mylene-farmer-palais-Le niveau se relève, plus ou moins, avec le titre éponyme « Monkey Me », chanson sur le thème du double. Rien de nouveau là encore, mais la guitare électrique donne un vent frais, très « Alizéen » à la chanson qui passe toute seule. En revanche, le final est désastreux ! Rajouter 5 secondes de guitare n’aurait tué personne. Mais bon, ça reste un vrai bon single potentiel !

« Tu Ne Le Dis Pas » reprend l’intro de la chanson « A Contre-Courant » d’Alizée, un recyclage un peu décevant même si ça reste une bonne intro. Le reste de la chanson ne m’a pas vraiment convaincu, surtout le refrain (« Où va le monde, où est ma tombe ? »), avec cette nouvelle envolée de voix qui devient finalement épuisante.

J’hésite à m’attarder sur le titre suivant, « Love Dance ». C’est du boom-boom 90’s, musicalement dépassé et textuellement ridicule. Mais les « lalala » du refrain sont vraiment addictifs et la voix de Mylène est vraiment agréable à entendre sur ce titre, ça relève le niveau !

La chanson qui suit est déjà connue des fans puisqu’elle a été dévoilé la semaine dernière avec sa Lyric Vidéo, c’est le titre « Quand ». Une belle ballade très Farmer-Boutonnat qui ne manquera pas de vous faire verser une larme en live ! Je trouve simplement que l’avoir placé après « Love Dance » était une erreur, l’enchainement n’étant pas du tout naturel.  

Réveillez-vous ! Les coups de synthés qui sont la marque de fabrique du tandem reviennent ! C’est donc avec ce synthétiseur violent et une guitare électrique qui agrémente le tout que le titre « J’Ai Essayé De Vivre » commence ! Ce titre à tout pour être le prochain single de la chanteuse, il est vraiment d’une efficacité remarquable ! En live, ce titre sera très certainement un de ceux qui déchainera le plus la foule !

« Ici-Bas » est un up-tempo un peu gentillet. Des paroles pas très gaies sur un rythme fait de synthétiseur un peu Cheap. C’est cependant un titre très accrocheur qui aurait sa place parmi les prochaines sorties single de Mylène Farmer.

C’est avec un nouveau titre plus lent que l’écoute se poursuit, « A-t ’on Jamais » est un mid-tempo très efficace que l’on imagine immédiatement en live avec ses « Alléluia » qui résonne dans la salle ! Une très bonne chanson qui pourrait avoir un bon potentiel single si elle est habillée d’un beau clip scénarisé.

L’O.V.N.I de l’album arrive enfin, la chanson « Nuit D’Hiver » est plutôt un instrumental de 5 minutes où Mylène Farmer reprends une phrase de sa comptine macabre « Chloé » sortie en 1986 sur son premier opus. Le résultat est donc un titre très psychotique, dérangeant qui ferait une excellente interlude lors du Timeless 2013.

La chanson « A Force De … » démarre comme « A L’Ombre » sur un saxo ultra-daté et à la limite de l’inaudible. Les couplets ne relèvent pas le niveau puisqu’ils sont très agaçants, Mylène s’essoufflant à dire 3 phrases en 1 minute, poussant chaque syllabe en longueur. Seul le refrain est terriblement bon – « A force de mourir / Je n’ai pas su te dire / Que j’ai envie de vivre » - Ce vers semble à lui seul être un regard en arrière sur l’œuvre de l’artiste, un véritable message optimiste ! Ça fait du bien !

Et pour finir, la ballade « Je Te Dis Tout » vous tirera toutes les larmes de votre corps. Mylène Farmer et Laurent Boutonnat n’ont pas composé de si belle chanson depuis « Point De Suture » en 2008. Evidemment, un titre qui a d’ores et déjà sa place en live !

Extrait de la critique du site http://speakerphone.canalblog.com

Publié dans Mylène 2015 - 2016, Mylène et des CRITIQUES | Pas de Commentaire »

Mad World c’est pas pour Mylène

Posté par francesca7 le 7 mai 2015

 

220px-Tears_for_Fears_2008Mad World est une chanson éditée en 1982 par le groupe britannique Tears for Fears.

Écrite par Roland Orzabal et chantée par Curt Smith, cette chanson est le troisième single du groupe et son premier succès, arrivant en troisième position dans le UK Singles Chart en novembre 1982 ; c’est aussi, et dans le même temps, le premier tube international du groupe, se classant au Top 40 dans plusieurs pays à travers le monde (Allemagne, Afrique du Sud, Irlande,Nouvelle-Zélande, etc.). D’ailleurs, concernant ce succès international, il est à noter que c’est en Afrique du Sud que ce titre a atteint sa meilleure place, puisqu’il s’y est classé no 2 au printemps 1983, Tears for Fears devenant alors un groupe très populaire dans ce pays.

Mad World figure sur le premier album de Tears for Fears, The Hurting, qui parut au printemps 1983 et connut lui aussi un grand succès (no 1 au Royaume-Uni, no 7 au Canada,no 15 en Allemagne, no 16 en Nouvelle-Zélande, etc.).

En 1992, Nicola Sirkis, leader du groupe français Indochine, publie un album en solo Dans la Lune. Sur cet album de reprises de chansons qu’affectionne Nicola figure en piste 2Mad World.

En 1995, le refrain cette chanson est repris par le groupe d’Italo dance Jog et engendrera bon nombre de remixes dans le monde de la musique électronique.

En 2001, cette chanson a été reprise par Michael Andrews et Gary Jules pour la BO du film culte Donnie Darko. Cette reprise, éditée plus tard en single, connut un grand succès international, se classant même no 1 des ventes durant plusieurs semaines au Royaume-Uni, fin 2003.

Depuis, d’autres artistes ont interprété ce titre — arrangé de façon similaire à Gary Jules, avec parfois à la clé un certain succès — comme c’est le cas pour Adam Lambert lors de l’émission American Idol ou encore en France avec Benjamin Boehm, lors de l’émission La Nouvelle Star. Dernier en date, le remix de Paul Kalkbrenner.

En 2006 Sara Hickman reprend la chanson qui figurera sur son album Motherlode. Sa version a été utilisée dans l’épisode 18 de la saison 5 de The Vampire Diaries.

En 2011, la chanson est également reprise dans le jeu vidéo Gears of War 3 sur Xbox 360 lors du sacrifice d’un des personnages principaux. Seule différence, cette version n’est pas accompagnée de paroles. Ce sera d’ailleurs cette même version qui aura servi dans la présentation du moteur UnrealEngine 3.0 en 2004 avec ce qui deviendra le projet Gears of War.

Elle fut également reprise par la chanteuse Susan Boyle dans son album Someone To Watch Over Me en 2011.

En 2013, lors de sa tournée Timeless 2013, Mylène Farmer chante la chanson en duo avec Gary Jules.

La même année, Luc Arbogast et Thomas Vaccari, deux candidats de la Saison 2 de The Voice : la plus belle voix, s’affrontent en duel durant les « battles », sur cette chanson, avant de figurer dans le 6e album de Luc Arbogast : Odysseus, sorti en août de la même année.

Le voltigeur français Nicolas Andreani a notamment utilisé cette chanson pour son programme libre.

Certains voient dans Roland Orzabal, qui interprète une danse particulière dans le clip vidéo accompagnant le single, une 5446700266469sorte de précurseur de la tektonik ; en effet, les mouvements qu’il réalise se rapprochent assez de ceux que l’on peut voir dans cette danse. Cependant, cette constatation est à modérer car la musique associée au mouvement new wave du début des années 1980, marquée par l’utilisation importante des synthétiseurs (et dont Tears For Fears fait amplement partie), était aussi marquée par l’apparition de nouvelles formes de danses, aux mouvements plus robotiques, saccadés pouvant effectivement rappeler des danses actuelles, censées être novatrices, ce qui n’est visiblement pas le cas.

La chanteuse estonienne Sandra Nurmsalu reprend la chanson pour Kaks Takti Ette, un télé-crochet estonien.

En 2013, Sophie-Tith, une candidate de la Saison 9 de Nouvelle Star, reprend la chanson pour une audition et lors de la finale où le jury lui donne 4 « bleus » (sur 4).

En avril 2014, c’est Kendji Girac qui reprend la chanson de TFF sur les lives de la saison 3 de The Voice, la plus belle voix, il sera d’ailleurs sauvé par le public grâce à cette reprise.

Publié dans Mylène 2015 - 2016, Mylène dans la PRESSE, Mylène et L'ENTOURAGE | Pas de Commentaire »

L’ESSENTIEL DE MYLENE

Posté par francesca7 le 7 mai 2015

 

mylene-farmerL’essentiel du public Farmer est composé de deux vagues : ceux qui l’ont découverte dans les années 1980, et qui ont une quarantaine d’année actuellement, et ceux qui l’ont suivie plutôt depuis les années 1990. Les années 2000 ont confirmé sa place d’artiste d’exception, mais n’ont pas vraiment apporté de nouveaux « adeptes ». Si Mylène Farmer peut être appréciée à tous les âges, c’est généralement au moment de l’adolescence qu’on la découvre et que son univers « parle ». Il semble en effet, comme un conte, aborder et prévenir des secrets de la vie, des avenirs heureux ou non possible, et bien sûr de la fin de chacun.

L’univers passionnant fait que le public, une fois touché, ne le lâche pas et c’est la raison pour laquelle, actuellement, un public d’une grande diversité se retrouve pour ses concerts.  

Qu’est-ce que Mylène Farmer dit d’elle dans ses chansons ? Que confie-t-elle de sa personnalité ?

A peu près rien. Et pourtant, les gens ont l’impression qu’elle parle d’elle à travers ses textes. Mais en y regardant de plus près, elle reste dans le général. Elle parle de l’amour en général, de la mort. Mais ce n’est jamais abordé personnellement. C’est cela qui touche aussi le public finalement. C’est parce que ses paroles ne sont pas personnalisées que son public s’identifie beaucoup à elle. C’est sa grande force. Elle construit de l’intime à travers son œuvre alors même que celui-ci est très universel. Contrairement à d’autres chanteurs, il y a des éléments de sa vie personnelle, de mise en relief de sa propre histoire à l’intérieur de son univers. Par exemple, elle est capable de parler de la naissance d’un enfant ou de l’enfance en général sans jamais que l’on arrive à savoir exactement de quoi il en ressort pour elle. Si on prend Désenchantée, c’est un hymne à la révolte et à l’enfance mais à aucun moment elle ne fait appel à sa propre enfance. C’est toute l’ambigüité du personnage. Elle arrive à construire un propos autour de l’intime sans jamais livrer quelque chose de personnel. Mais elle évoque suffisamment bien les problèmes pour que son public se sente concerné, s’y reconnaît.

Mylène Farmer, entretient-elle quelque chose de commercial autour de sa part de mystère où n’arrive-t-elle pas à se confier ?

Je ne crois pas du tout à une forme de réserve. Malgré ce qu’elle dit ce n’est pas dans sa nature profonde d’être éloignée des médias. Souvenez-vous, dans les années 1980, elle faisait le Jacky show par exemple. Elle arrive en réalité à se mettre en scène dans des shows pharaoniques comme peuvent le faire les grands timides. Mais elle arrive à le faire car le lien au public n’est pas un lien où il y a un vrai contact. Elle perçoit le public comme une masse en face d’elle. 
Mais il y a aussi une dimension marketing. Ce n’est pas non plus un ange Mylène Farmer, c’est une femme d’affaires. Du coup, cela fait partie de son univers. Elle en joue. 

Mylène Farmer a-t-elle plus tendance à se confier en interview ou dans ses textes ?

Quand elle est en interview, elle est souvent mal à l’aise. Du coup, elle y va en sachant qu’elle ne voudra rien dire. Mais il faut essayer de comprendre son univers comme une tentative de poésie. C’est-à-dire qu’elle essaye de créer de l’émotion. L’enchevêtrement des phrases et des mots qu’elle emploie est très rythmique. C’est certainement son ambition : arriver à évoquer des  thèmes qui procurent de l’émotion à son public tout en en livrant le moins possible d’elle-même. Elle ne se confie pas, ni en interview, ni dans ses textes, en revanche elle donne une forme d’émotion à ses fans et cela au-delà des histoires qu’elle pourrait raconter. Elle faisait de même dans ses clips ultra-scénarisés.

Les fans campent depuis le début de la semaine devant la salle de Bercy, les places se sont arrachées en quelques heures seulement. Que vont chercher les fans dans cette personnalité si particulière ? Etre fan de Mylène Farmer, est-ce une façon de se démarquer et d’exprimer sa singularité ?

Être fan est avant tout une façon de trouver sa singularité. Au contact – même imaginaire – de celle que l’on apprécie, on apprend à se connaître soi-même. Premier temps, on s’identifie à la star au travers du personnage et de son imaginaire, puis on apprend à découvrir l’artiste pour ce qu’elle est et non seulement pour ce qu’elle donne, à mesure que l’on se découvre soi, différent et unique à la fois. Mais la grande force de Mylène Farmer c’est de faire du lien entre les individus. Par exemple, ceux que vous citez ne campent pas que pour leur star : ils se connaissent entre eux, se retrouvent, lient pour certains des liens amicaux d’une grande force, parfois plus ! Au travers de leur star, les fans vivent des émotions fortes, et cela aussi est important.  

hanteuse-mylene-farmer-au-nrj-music-awards-en-janvier-2012Pourquoi touche-t-elle un public si large et si éclectique ?

On pourrait voir Mylène Farmer comme un écran de projection : elle est le support de tous les fantasmes car incarne des visages très différents au fil des histoires qu’elle déroule dans ses clips, sur scène, etc. Son talent scénique en fait également une performeuse hors pair qui explique aussi que certaines personnes qui n’apprécient pas totalement ses titres viennent la voir pour les show qu’elle propose. Ces derniers sont unanimement reconnus pour la qualité de la direction artistique et la grande générosité de ce qui est offert au public. A la fois grandiose, intime, authentique et d’une maîtrise très pensée. C’est tout cela à la fois, Mylène Farmer. 

Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage

Publié dans Mylène 2015 - 2016, Mylène et SYMBOLISME | Pas de Commentaire »

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...