Mylène Farmer, une Poétesse

Posté par francesca7 le 2 mai 2015

 

Michel Onfray a litté­ra­le­ment encensé Mylène Farmer. C’est sûr, il lui voue un amour XXL…

Lundi soir, les audi­teurs de Radio Clas­sique n’en ont pas cru leurs oreilles. Invité dePassion clas­sique, l’émis­sion d’Oli­vier Bellamy, Michel Onfray, venu expo­ser ses goûts en matière de musique clas­sique, a tressé des lauriers à… la chan­teuse Mylène Farmer.

Après avoir écouté à l’an­tenne un extrait de Je te rends ton amour, extrait de l’album Inna­mo­ra­mento, le philo­sophe au discours poli­tique­ment incor­rect a d’abord évoqué la voix de la chan­teuse. « Je trouve qu’il y a chez Mylène Farmer une voix extra­or­di­naire, une sensua­lité, une volupté. » Avant de s’ex­ta­sier sur les textes de ses chan­sons. « Cette voix est au service de textes qu’on ne lit pas, qu’on n’écoute pas. Et quand on prend le texte, on s’aperçoit qu’il y a des poésies qui ne sont évidem­ment pas mallar­méennes – mais c’est pas mon truc la poésie mallar­méenne, la poésie incom­pré­hen­sible, tordue que personne ne comprend même pas ceux qui les écrivent. » 

mylene-farmer-

Puis, le penseur a osé asso­cier la talent de la chan­teuse avec celui d’autres poin­tures de la chan­son : « Il y a chez Bashung par exemple, chez Chris­tophe ou chez Mylène Farmer une poésie contem­po­raine qui est extrê­me­ment inté­res­sante et qu’on laisse de côté  parce que c’est un genre popu­laire et donc plutôt médiocre et oublié. »

Connu pour son athéisme et son enga­ge­ment dans la léga­li­sa­tion de l’eu­tha­na­sie, le philo­sophe a égale­ment théo­risé sur la place de la rouquine liber­tine dans le paysage artis­tique hexa­go­nal. « Mylène Farmer c’est aussi un corps, une mise en scène, c’est aussi une façon d’être dans le système. Elle n’est pas du tout au devant de la scène, elle est un peu secrète, discrète, on ne sait pas grand chose. Et j’aime assez que les gens produisent leur art et soient sur scène puis dispa­raissent et n’exploitent pas le filon de leur vie privée. »

Des propos qui ont, bien sûr, ravis les fans de la chan­teuse. Mais, surtout, qui tombent à pic. Le 15 mai prochain, la chan­teuse publiera Fragile, un livre en colla­bo­ra­tion avec la photo­graphe Sylvie Lancre­non (éditions Anne Carrière). On pourra y décou­vrir, face aux image, des extraits de ses chan­sons. Sans la musique, sans la voix. Exac­te­ment comme on lirait de la poésie contem­po­raine.

article source : http://www.voici.fr/news-people

Laisser un commentaire

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...