BAINS DE MINUIT avec Mylène

Posté par francesca7 le 13 avril 2015

 

6 NOVEMBRE 1987 – Présenté par Thierry ARDISSON – LA CINQ

1987-01-b«Je ne suis ni sadique, ni folle. »

Depuis le temple de la nuit parisienne, les Bains Douches, Thierry Ardisson se livrait déjà à un savant mélange des genres en recevant à une même table intellectuels, artistes, politiques etc. Ce soir­là, à ses côtés on retrouve ainsi le chanteur Antoine, le philosophe André Glucksmann et Mylène Farmer.

En veste noire et chemise blanche, celle­ci réagit au sujet abordé avec le philosophe, en l’occurrence Mai 68.

Thierry Ardisson : Toi tu faisais quoi en 68, Mylène ?

Mylène Farmer : Moi j’ai un esprit très individuel aussi mais c’et vrai que Mai 68, je n’ai rien vécu de toute cette époque.

TA : T’avais quel âge, en 68 ?

MF : J’avais 7 ans ! (rires)

TA : (…) Mylène, tu aimes les garçons qui ont les cheveux longs ?

MF : J’aime les hommes qui ont les cheveux fournis ! (sourire)

TA : (…) Donc ça te plaît, le style Glucksmann !

MF : Absolument.

TA : Et le style Antoine ?

Antoine : Je suis un peu dégarni !

MF : (elle éclate de rire) Il a répondu !

Un peu plus tard dans l’émission, Thierry Ardisson se livre à un de ses entretiens dont il a le secret en tête à  tête avec Mylène Farmer. Tous deux sont assis sur des marches. Notons que c’est la seule fois que Mylène répondra aux questions ­ souvent musclées ­ de l’animateur.

TA : Tu veux qu’on se vouvoie ou qu’on se tutoie ?

MF : Moi j’ai le vouvoiement…C’est une éducation, ça n’a rien d’hautain mais j’avoue que je vouvoie plus facilement, donc on va se vouvoyer. Vous avez le droit de mettre vos lunettes noires, alors. (rires)

TA : Tu veux que je mette mes lunettes ?! Alors on se vouvoie et je mets mes lunettes, d’accord ! (il joint le geste à la parole) Tu as fait une chanson que j’adorais, qui s’appelait « Je suis une catin » (sic)…

MF : C’est « Je suis libertine » ! (sic)

TA : Ouais, mais y avait « Je suis une catin » dedans !

MF : En exergue, oui.

TA : Et alors, maintenant y en a une autre, c’est « Je suis un garçon ». (sic)

MF : Oui. En fait, ce que j’aurais voulu, c’est être un caméléon.

TA : Et la prochaine fois, ça va être quoi ? « Je suis un caméléon » ?!

MF : Non, c’est dans la chanson, déjà ! « Je suis un garçon/Je suis un caméléon »…

TA : Et la prochaine fois ça va être quoi ?!

MF : Il n’y a pas encore de prochaine fois. L’album est en cours de travail, donc j’attends.

TA : Tu vas pas faire du flamenco ?!

MF : Non !

TA : Je t’ai vue chez Denisot un soir, tu choisissais des photos et tu choisissais exprès des photos avec un mec qui avait des têtes coupées à la main au Vietnam, qui les mettait dans une tombe. C’était sanglant, c’était saignant, c’était violent et tu disais que tu aimais bien ça.

MF : Non…Enfin, je l’ai peut­être dit mais ça, c’est des émissions en direct. Ce que je voudrais dire là­dessus, c’est que j’ai une fascination pour ça et que j’aime ça. Je ne suis ni sadique, ni folle. J’ai une fascination pour ça.

TA : T’es pas un peu folle quand même ?!

MF : Peut­être un peu ! Mais quant à ça : non. J’ai quand même beaucoup de respect. C’est certainement un propos qui a choqué certaines personnes.

TA : Moi ça m’a pas choqué du tout !

MF : Que je sois attirée par ça, oui certainement. Que j’aime ça, c’est un débat qui est quand même plus complexe.

TA : Je t’ai vue aux « Oscars de la Mode », tu chantais « Déshabillez­moi ». T’étais habillée tout en noir et à un moment, y avait une position comme ça, et on voyait que t’avais une petite culotte blanche. C’est fait exprès des trucs comme ça !

MF : Non, je suis désolée ! (rires)

TA : C’est fait exprès quand même, on met pas une petite culotte blanche quand on est habillée tout en noir !

MF : Comment pouvais­je savoir que le caméraman plaçait sa caméra en dessous ?!

TA : Ha ! Donc il a fait exprès ?!

MF : Certainement ! (rires)

TA : Et quand tu lèves les bras à la fin de la chanson et qu’il y a le sein qui tombe, c’était préparé ou pas préparé ? Moi je me demande des trucs comme ça, je suis vachement naïf finalement !

MF : Là, je vous laisse dans le doute.

 

TA : Alors j’ai lu une interview dans « Le Matin » où tu disais que t’habitais avec un singe. C’est vrai ?

MF : C’est vrai. C’est un singe, c’est un sajou.

TA : Ha c’est pas un capucin ?

MF : Sajou capucin, si, si, si ! Et c’est un petit singe qui est grand comme ça (elle montre la taille à l’aide de ses mains), qui a une très longue queue et qui est adorable, caractériel mai que j’aime vraiment beaucoup.

TA : Et tu disais que tu aimais bien le singe parce qu’il avait quatre mains. Quand on lit des trucs comme ça dans le journal, c’est vachement…je sais pas, moi ça me choque ce genre de trucs !

MF : (rires) Mais non, parce quand on me pose la question « Pourquoi aimez­vous les singes ? » c’est vrai que c’est difficile. Ca paraît tellement évident ! C’est vrai que non seulement il a quatre mains, c’est­à­dire qu’il peut vraiment tripoter tous les objets, reproduire tout ce que pouvez écrire, lire…Enfin, c’est assez étonnant mais ce n’est pas que ça. Un singe, c’est fascinant parce que c’est vraiment terriblement proche de l’homme.

1987-01-aC’est un mimétisme !

TA : Sauf qu’il a quatre mains !

MF : Sauf qu’il a quatre mains ! (sourire)

TA : Donc tu préfères vivre avec un singe qu’avec un homme. Tu vis pas avec un homme, là ?

MF : Non.

TA : Tu vis toute seule avec ton singe ?

MF : Quand bien même je vivrais, je ne le vous dirais pas !

TA : Tu me le dirais pas ?! Pourquoi

MF : Non parce que ça, c’est quelque chose que je tairai.

TA : Ha bon ?

MF : Oui.

TA : Tu fais très attention à ta vie privée, tu fais très attention à ton image finalement.

MF : Je sais pas si c’est faire très attention, je crois que je n’ai aucun plaisir à parler de ça, voilà.

TA : C’est quoi ton plaisir ?

MF : Mon plaisir, c’est de chanter, c’est le cinéma, c’est la musique, c’est la peinture…

TA : Tu veux faire du cinéma ?

MF : Je ne sais pas. J’aime aller au cinéma dans l’immédiat…Pourquoi pas le cinéma ? Je ne sais pas.

TA : Et le rêve de ta vie c’est quoi, à part te marier avec moi ?!

MF : A part me marier avec vous ?! Je sais pas si c’est le rêve de ma vie, mais j’ai très, très, très envie un jour d’élever des singes.

TA : Ha bon ?! Mais c’est sérieux cette histoire de singes, alors !

MF : C’est vraiment sérieux, oui, oui ! Moi j’ai vu un jour un reportage sur Diane Fossey, qui était une femme absolument…

TA : Oui, bien sûr, qui vivait au Kenya.

MF : Oui, et c’était formidable, voilà. C’est une femme qui m’a donné envie d’élever des singes.

TA : Et t’as envie d’avoir plein de petits singes chez toi ! Ils se marièrent et ils eurent plein de petits singes !

MF : (elle éclate de rire) Ou des orangs­outans, ou des gorilles.

TA : Si j’adoptais des singes, tu te marierais avec moi ?

MF : Je vais réfléchir !

TA : Ben réfléchis ! Merci !

MF : Merci ! (rires)

L’émission continue à nouveau en plateau et on retrouve ainsi Mylène parmi les autres invités. Si elle apparaît souvent à l’image, elle n’intervient toutefois plus.

 

Laisser un commentaire

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...