FRANCE SOIR reçoit MYLENE

Posté par francesca7 le 4 avril 2015

 

giorgi-02-a1er OCTOBRE 1994 – Entretien avec Richard GIANORIO

Vous avez négligé la chanson trois ans durant pour ce film. Un risque calculé ?

­ Je n’aime pas ce mot de risque. Je ne calcule rien : je n’ai rien à prouver, aucun défi à relever. Je préfère ne pas me mesurer, je n’aime pas les choses tièdes. J’ai attendu ce film pendant dix ans…

Avez­vous appris à jouer la comédie ?

­ Avant que je ne rencontre Laurent Boutonnat, j’ai suivi le cours Florent pendant trois ans. Est­ce qu’on y apprend quelque chose… ?! C’était en tout cas une période intéressante. Pour « Giorgino », je ne m’autorisais pas le droit à l’erreur : une, deux prises maximum. Au-­delà, mes inhibitions auraient repris le dessus et je me serais enfuie pour me cacher dans ma loge. Alors, on se lance sans réfléchir et on puise l’émotion dans ses propres névroses, ses propres douleurs…

Quelle scène vous a paru le plus difficile à jouer ?

­ Celle de la pendaison. C’est la seule image que j’ai voulu voir pendant le tournage. Mon corps suspendu, comme si j’étais morte, cela me semblait si réel ! J’étais très troublée…

« Giorgino » capture tous les maux et les fantasmes de l’univers ‘farmerien’ naguère défini dans vos clips. Toujours pas guérie ?

­ Je ne guéris d’aucun de ces maux­là, bien au contraire. Les choses ne se cicatrisent pas, le temps ne fait pas son œuvre. On laisse des choses, on en trouve d’autres…Ou peut­être que je ne suis pas faite pour le bonheur. Mais je ne veux pas être dramatique, je n’ai pas le monopole de la souffrance !

Qu’est­ce qui vous chagrine ?

­ Le manque d’ambition artistique, le manque de générosité, le manque de démesure. Je me sens un peu à l’étroit dans un pays où l’on condamne l’ambition et les différences…

Justement, vous êtes plutôt ‘différente’…

­ Je me suis toujours sentie différente par rapport au monde environnant. Je suis incapable de converser ou de me sentir bien quelque part. J’ai très peu d’amis, je ne sors pas. Au fond, je mène une vie très aliénante. Je fais parfois des efforts, je fais un pas mais je me rétracte aussitôt. Il y a toujours ce paradoxe : j’ai besoin de me montrer, d’être dans la lumière et en même temps, je ne pense qu’à me cacher, à rester dans ma forteresse. J’ai peur du jugement. En fait, j’ai une vraie maladie, qui s’appelle la paranoïa. Voilà, on a tout dit.

Avez­vous déjà pensé à une analyse ?

­ Une fois, oui, récemment. J’étais en état d’urgence, je suis allé voir quelqu’un. J’ai arrêté la première séance.

Je ne peux pas m’abandonner, la confession m’est impossible.

Et la sérénité ?

­ Elle ne sera jamais au rendez­vous. Ce n’est pas pour moi.

Êtes­-vous capable de légèreté ?

­ J’ai un côté simiesque et enfantin. Alors il m’arrive d’être comique. Je n’ai pas l’impression d’être une grande personne !

Justement, vous n’en finissez pas de ne pas guérir de votre enfance. A­t­elle été trop belle ou trop terrible ? ­

giorgi-02-bJe n’ai pas de souvenirs d’enfance jusqu’à l’âge de quinze ans environ. C’est très perturbant. Que ressentez­-vous ? ­

 J’ai comme une colère qui ne m’a pas quittée, et qui va grandissant. J’ai l’impression de ne pas être comprise.

Même par Laurent Boutonnat, votre Pygmalion ? ­

Il perçoit des choses, mais j’ai aussi mes secrets à moi. C’est mon double. J’ai du mal à expliquer cette relation. Mylène Farmer dans vingt ans ? ­ Je ne peux pas l’envisager. Les cinq jours à venir m’angoissent déjà, alors vingt ans, vous pensez, c’est l’infini… ! Une certitude ? ­ Oui : on finit tous les pieds devant !

Laisser un commentaire

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...