Mylène est sur EUROPE 2

Posté par francesca7 le 31 janvier 2015

 

Entretien avec Frédéric FERRER du 21 DÉCEMBRE 1995

 

1995-06-bL’émission débute par un medley de chansons de Mylène par-­dessus lequel est diffusé un jingle enregistré pour l’occasion par la chanteuse : « Bonjour, c’est Mylène Farmer sur Europe 2 ».

L’entretien a été enregistré quelques jours plus tôt, comme le précise Frédéric Ferrer. Il s’agit d’un mélange entre questions lues en studio par l’animateur et diffusion de la réponse de Mylène, et questions posées ‘en direct’, face à Mylène, ce qui donne à l’ensemble un rythme assez bancal.

Frédéric Ferrer : Ravi de vous retrouver sur Europe 2 en compagnie ce soir de Mylène Farmer. D’ici 20h30, vous allez mieux faire connaissance avec l’une des plus belles représentantes de la chanson française, et l’une des plus mystérieuses aussi. Mi­ange, mi­démon, notre Mylène nationale, sulfureuse ou douce : toutes les questions que vous vous posez, elle y répondra et en plus elle vous dira tout dans un « Deux minutes chrono » très, très intime. Vous ne le savez peut­être pas, elle est née le 12 septembre 1961 à Montréal et elle y a passé toute sa jeunesse avant de rejoindre la France. Alors, première question au sujet de votre enfance :

Mylène, avez­vous des souvenirs de notre belle province, le Québec ?

Mylène Farmer : Très, très peu. Très vagues, si ce n’est que j’ai le souvenir de la neige, en tout cas ce goût de la neige, probablement de sa blancheur, de sa froideur et je crois quelques odeurs, quelques goûts. Le sirop d’érable est un goût que j’ai redécouvert en France, et c’est autant de choses qui font appel à des souvenirs. Sinon, j’avoue que c’est à peu près tout !

Diffusion de « Pourvu qu’elles soient Douces » dans sa version album.

FF : Mylène, merci d’avoir choisi Europe 2 pour vous confier. Alors là, on va parler cinéma et du film « Giorgino » que vous avez fait l’année dernière avec Laurent Boutonnat. Quelle conclusion tirez­vous de cette expérience sur grand écran ?

MF : Aucune conclusion, si ce n’est que c’était un souvenir j’allais dire de poids, dans tous les sens du terme ! (rires) C’était un moment qui était parfois difficile, un moment qui a été important. Maintenant, quant à des leçons pour le futur : non, aucune. C’est quelque chose que j’ai aimé faire, en tout cas.

FF : Comment ça vous est venu ? C’est quelque chose que vous aviez envie de faire ?

MF : Depuis très longtemps, avant même la chanson puisque c’est la chanson qui est venue à moi. J’avais envie de faire ce métier : théâtre, cinéma, en tout cas l’idée de jouer et d’interpréter des personnages.

Maintenant, une fois de plus, c’est la chanson qui est venue à moi !

FF : Parce que jouer la comédie, c’est quelque chose qui vous plaît, que vous aimez faire ?

MF : Oui. J’ai pensé que c’était quelque chose dont j’avais réellement besoin. Maintenant j’en parlerais d’une façon un petit peu plus détachée, probablement. C’est parfois un plaisir.

Diffusion de « Mylène s’en Fout »

FF : Le nouvel album de Mylène Farmer, « Anamorphosée », n’a pas failli à sa réputation en matière de mise en scène de clips. D’ailleurs, Mylène, vous nous avez dit tout à l’heure que vous aimiez jouer la comédie. Le premier extrait de l’album, « XXL », déménage ­ comme le clip, d’ailleurs, qui si on peut dire marche à la vapeur ! On aimerait en savoir un petit peu plus sur les coulisses du tournage. Racontez­nous !

MF : C’est la première fois donc que je travaillais avec ce réalisateur allemand, Marcus Nispel. Je lui ai donné la chanson, il connaissait mes clips ­ c’est quelqu’un qui s’intéresse beaucoup au travail des autres­ donc il connaissait mon univers et j’avoue que je lui ai laissé carte blanche parce que j’avais envie d’avoir justement cette fois quelqu’un d’un horizon différent qui pouvait lui m’apporter quelque chose. Il a eu donc cette idée de cette figure de proue devant le train, de cette locomotive, et j’avoue que j’ai tout de suite répondu oui parce qu’elle me semblait belle et intéressante, difficile aussi ! (rires) Le tournage a été difficile !

FF : Racontez­nous le tournage, parce que là, (…) la locomotive : vous bougez avec la locomotive ? Elle bouge pas ?

MF : Si, la locomotive bouge ! Parfois, elle bougeait très vite. J’avais de toute façon un harnais pour me protéger, pour me maintenir contre le train. Quant aux difficultés de ce tournage, elles résident en ce sens que je ne pouvais pas bouger de cette toute petite plateforme, que le train lui­même était très, très chaud, que dehors il faisait très, très chaud. Mais bon, c’est autant de choses qui ne sont pas très intéressantes pour le public ! (rires) Non, des conditions difficiles parce qu’on est bloqué en un endroit et qu’il faut tenir, tenir, tenir, tenir pour que la caméra puisse prendre le plus de choses possible !

Diffusion de « XXL »

FF : Mylène, quand on regarde attentivement le clip de la chanson, même si pour une fois il est pas signé Laurent Boutonnat, on reconnaît quand même une touche ‘farmerienne’, voire ‘boutonnesque’…

MF : Oui, oui, c’est vrai. Peut­être…Je ne sais pas…Les visages, voilà, je parlerais volontiers effectivement des choix de casting des enfants, des personnages en général. Quand j’ai vu toutes ces personnes, j’ai pensé moi à l’époque de « Désenchantée », quand nous avons fait ce clip et ce casting. Il y a des ressemblances dans le choix des visages. Quant à une manière de travailler, tous les deux sont très rigoureux, et je crois ont une grande maîtrise et de l’image et d’un plateau et ont tous les deux en commun donc cet amour pour le cinéma et l’image, tout simplement.

Diffusion de « Désenchantée »

FF : Mylène, vous êtes partie pendant près d’un an aux Etats­Unis. Qu’est­ce que vous êtes allée chercher là­bas sous le soleil de la Californie et puis surtout, qu’est­ce qui vous a motivée ?

MF : L’envie de voyage, et aussi l’idée que je connaissais quelques personnes là­bas, donc c’est une transition un peu plus facile. L’envie d’espace, de soleil je crois et d’essayer d’y trouver une liberté de tous les jours, à savoir pouvoir moi évoluer dans la vie sans être perturbée par l’idée du regard qui parfois peut déranger. Voilà, autant de choses qui sont, là encore, dans le fond très banales mais moi j’y ai trouvé une liberté, et puis découvrir des choses, découvrir un paysage, découvrir des personnes et puis des choses, des choses très, très futiles : des gestes de tous les jours que j’avais peut­être oublié pendant de longues années, parce que j’ai eu ce sentiment de m’être moi un peu repliée et renfermée sur moi­même. Voilà, des idées que j’évoquais très, très futiles : faire ses courses par exemple, aller dans des grands supermarchés. Ca peut paraître très, très bête mais j’y ai pris un réel plaisir !

Diffusion de « California »

FF : Mylène, merci d’être toujours là avec nous. Avec près de cinq millions d’albums vendus, un démarrage en flèche pour le dernier, « Anamorphosée », on peut dire que tout vous réussit. Après ce séjour aux Etats­Unis, vous n’avez pas envie de partir à la conquête de l’Ouest ?!

1995-06-aMF : Non. Je n’ai pas j’allais dire cette ambition. Je pense pas avoir en moi cette envie, en tout cas que de retravailler et je n’ai pas ce rêve américain. Et puis je crois que c’est d’abord plus du domaine de l’utopie, parce que pour pénétrer un tel pays, il faut parler ­ non pas parler, mais s’exprimer en langue anglaise, donc chanter dans cette langue sinon on ne touchera qu’un très, très faible pourcentage donc j’avoue que ce n’est pas un moteur pour moi.

FF : Non, je disais ça parce que vous avez à peu près tout prouvé, ça marche à chaque fois, donc je me dis peut­être tenter l’aventure américaine ! Chanter en anglais non plus, ça vous fait pas envie ?

MF : Non, parce que j’écris d’abord en français et qu’il m’est très difficile d’écrire en anglais. Je peux le parler, je peux converser, maintenant, maîtriser une langue, c’est une autre histoire ! C’est vrai que l’idée que de prêter ma plume à quelqu’un d’autre m’est très, très insupportable, donc c’est vrai que j’ai du mal à envisager ce passage…

Diffusion de « L’Instant X »

FF : Mylène Farmer sous toutes ses formes, sous toutes ses coutures c’est sur Europe 2 : tout ce qu’elle n’avait jamais dit, c’est maintenant dans un questionnaire vérité où tout peut arriver ! (Jingle « Deux minutes chrono »)

FF : Alors Mylène, vous êtes plutôt une couche­tard ou une couche­tôt ?

MF : Je crois que je suis plutôt quelqu’un du matin.

FF : D’où vous vient l’inspiration ?

MF : Probablement très banalement de ma vie, parfois celle des autres. En tout cas d’un regard porté sur j’allais dire le monde en général, en tout cas mon monde à moi.

FF : Est­ce que vous avez des regrets après un an passé aux Etats­Unis ?

MF : Malheureusement, j’ai été obligée de laisser derrière moi mon petit singe parce qu’on ne peut pas voyager avec un animal comme ça…

FF : Et les meilleurs souvenirs, alors ?

MF : Des rencontres. Mais bon, ce serait peut­être d’ordre intime, donc difficile pour moi d’en parler ! (sourire)

FF : Qu’est­ce qui tourne sur votre platine, actuellement ?

MF : J’écoute beaucoup « Hotel California », sinon j’écoute beaucoup Bob Marley en ce moment, j’écoute Neil Young…

FF : A quel moment de la journée écrivez­vous ?

MF : Je n’ai pas d’heure. Je n’ai pas de moment préféré, non. J’écris j’allais dire dans un état d’urgence, à savoir quand j’ai un album, sinon j’avoue que je n’ai pas la plume facile.

FF : Est­ce que vous avez envie de refaire du cinéma ?

MF : Oui, je crois…

FF : Est­ce que vous avez envie de remonter sur scène bientôt ?

MF : J’y pense. Je n’ai pas encore la réponse. Je me donne le temps pour ça. (A tout juste six mois du lancement du Tour 96, celui­ci n’était en effet toujours pas annoncé, nda)

FF : « Anamorphosée », c’est un album plus positif, quand même…

MF : Peut­être, oui. C’est peut­être l’idée que l’instant présent est quelque chose, en tout cas pour moi, d’important plutôt que de se laisser détruire par son passé et par l’idée du futur ou d’un futur hypothétique.

FF : Il est presque 20h30, Mylène : quand vous êtes dans la cuisine, qu’est­ce que vous vous faites à dîner ?

MF : Très peu de choses. J’aime beaucoup la nourriture japonaise, donc je peux cuisiner un petit peu japonais mais dans le fond, ce sont des choses qu’on plonge dans l’eau bouillante, donc… ! (rires)

Gong pour marque la fin des deux minutes chrono, puis diffusion de « Regrets » pour conclure l’émission.

Laisser un commentaire

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...