• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 26 janvier 2015

L’EXPRESS parle d’une Mylène mystique

Posté par francesca7 le 26 janvier 2015

 

2 NOVEMBRE 1995 – Entretien avec Gilles MÉDIONI

1995-04-aA propos de la chanson « Vertige » :

­ ‘Vertige’ est un mot­clé. J’ai fatalement changé : j’ai grandi, je me suis ouverte à la vie.

A propos du titre de l’album :

­ « Anamorphosée » signifie que ma perception de l’univers s’est élargie et que je la rassemble en une idée, en une essence.

A propos de la photo sans visage qui illustre la pochette :

­ C’est une allégorie de l’esprit voyageur.

A propos du ton plus lumineux de ce nouvel album :

­ J’aurais pu continuer à vivre et vivre mal : le goût du néant se révèle vite enivrant, périlleux aussi. On finit par devenir stérile. J’ai longtemps été possédée par les angoisses révélées, les angoisses absolues de la mort et de l’au­delà. J’ai suivi ce chemin guidée par des lectures et des réflexions. Et, j’oserais dire par hasard, ma route a croisé un auteur, Sogyal Rinpoche, une philosophie, « Le livre tibétain de la vie et de la mort ».

A propos de « L’Instant X » où elle évoque un manque de spiritualité :

­ Le manque de spiritualité est probablement dangereux. Je pense qu’il faut élever l’esprit, changer les comportements, faire don de soi, mais sans forcément célébrer un dieu ou une religion.

A propos de « Et Tournoie » où elle semble évoquer l’auto­analyse :

­ Bien sûr, dans une chanson il y a forcément de soi. Mais parlons plutôt de l’artiste. Le texte de cette chanson m’a été inspire par le cône de lumière de Jérôme Bosch.

1995-04-bA propos de ses goûts artistiques :

­ Je me suis fabriqué une famille de peintres et d’écrivains. Julien Green, Paulo Coelho ­ on m’a d’ailleurs offert « L’Alchimiste » quatre fois : un signe ! ­ ou Primo Levi, dont si « Si c’est un homme », une œuvre grave et pleine d’espoir, ne me quitte jamais.

A propos de sa personnalité :

­ Il y a en moi de la provocation, de la force, de l’effacement et beaucoup, beaucoup de paradoxes !

 

Publié dans Mylène en CONFIDENCES | Pas de Commentaire »

LES ENFANTS DE LA GUERRE avec Mylène

Posté par francesca7 le 26 janvier 2015

 

1996-13-a27 NOVEMBRE 1996 – Présenté par Julien COURBET sur TF1

Mylène Farmer apparaît dans ce grand show de prime time autour de Luciano Pavarotti qui parraine « War child », un réseau d’associations qui viennent en aide aux enfants touchés par la guerre à travers le monde pour interpréter « Rêver » et répondre aux questions de Julien Courbet très brièvement en raison d’un triste évènement : au moment d’enregistrer l’émission, Mylène vient d’apprendre le décès d’un proche.

Après avoir interprété son dernier single en date dans la robe lamée qu’elle porte sur scène pour la même chanson, Mylène rejoint le canapé où l’animateur se trouve aux cotés de Luciano Pavarotti sous les applaudissements du public.

Mylène Farmer : Merci beaucoup.

Julien Courbet : Mylène, cette chanson était de circonstance, « Rêver », quand on voit ­alors on a vu ensemble il y a quelques instants, avant le démarrage de cette émission, le reportage qui va suivre, puisque nous allons maintenant parler des orphelins des « Enfants de la guerre ». Quand vous avez vu ce reportage, Mylène, vos premières pensées, ça a été quoi, de voir tous ces enfants sans parents ?

MF : D’abord une grande émotion, bien sûr. Manque de mères, manque de femmes autour d’eux. Et surtout, je voudrais dire que je crois que c’est une très belle idée que d’associer la musique à cette douleur, à ce manque donc je suis toute avec eux. (sourire)

JC : En tous cas, c’était bien que vous soyez avec nous ce soir, Mylène.

Publié dans Mylène 1995 - 1996, Mylène en INTERVIEW | Pas de Commentaire »

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...