STUDIO GABRIEL avec Mylène sur France 2

Posté par francesca7 le 10 janvier 2015

 

1995-02-e14 DÉCEMBRE 1995 – Présenté par Michel DRUCKER sur France 2

Première apparition télévisée de Mylène Farmer depuis plus d’un an. Alors que son album « Anamorphosée » est sorti deux mois plus tôt, la chanteuse a choisi un talk­show plutôt qu’une émission de variétés traditionnelle.

Michel Drucker : Quelle ambiance !… Elle arrive ! Attendez, attendez, elle arrive, elle arrive ! Mais j’aimerais d’abord vous présentez tous mes copains. (…) Ecoutez, vous l’avez deviné, notre invitée est tout simplement Mylène Farmer. Mylène Farmer !

Le public se lève pour l’applaudir et scander son nom. Mylène arrive, vêtue d’une robe en cuir noir et d’un cardigan crème, perchée sur de très hauts talons, ses cheveux remontés en chignon. Drucker part la chercher au fond du plateau, la prend par la main et l’amène jusqu’au siège où elle doit s’asseoir, juste devant le public. Elle peine à regarder devant elle, visiblement intimidée par les cris des nombreux fans présents.

MD : Vous devriez venir, Mylène, plus souvent parce que vous savez (les cris reprennent)…Chut ! Remplir la salle avec les problèmes qu’il y a en ce moment dans la circulation (l’hiver 1995 connaît l’une des plus longues grèves que la France ait jamais connue, nda), c’est une performance et, grâce à vous, elle est vraiment remplie, avec des fans ­y a pas d’autre mot­ des fans qui vous suivent depuis longtemps. Est­ce que vous les connaissez ? Vous savez qui écoute vos disques ? Vous les rencontrez de temps en temps ? Ils vous écrivent ?

Mylène Farmer : Oui, beaucoup. Beaucoup.

MD : Vous en êtes à votre quatrième album. Ils vous suivent donc depuis déjà cinq ou six ans (sic !). La tranche d’âge, vous la connaissez ? Est­ce qu’il y a une majorité de filles ? De garçons ? Statistiquement. Plus de vingt­cinq ans, moins de vingt­cinq ans ? Des ménagères, des jeunes, des moins jeunes ? Vous ne savez pas ?

MF : Je crois que j’ai un peu de mal à répondre à cette question, si tant est qu’il y a beaucoup de jeunes, oui.

Beaucoup de filles, beaucoup de garçons. (elle regarde le public) Et je tiens à vous remercier (les applaudissements et les cris repartent de plus belle).

MD : Chut ! Attendez, attendez. Mylène Farmer est une artiste qu’on ne voit jamais à la télévision, donc j’aimerais bien en profiter et lui poser quelques questions ! D’abord, c’est vrai : pourquoi on vous voit si peu ?

Vous êtes quoi, quatre ou cinq artistes comme ça en France, qu’on ne voit pratiquement jamais. C’est parce que c’est un média qui vous fait peur ou parce que vous considérez que les disques sont faits pour être écoutés, les clips sont faits pour être vus dans certaines émissions, et que l’artiste n’a pas obligatoirement le besoin de venir parler au public ?

MF : Je pense, avant tout, que c’est un exercice qui est difficile pour moi. Et j’ai un petit peu de mal à parler de moi­même, donc c’est…

MD : Le trac.

MF : Le trac aussi, et puis le… (elle baisse la tête en souriant)

MD : Quand il s’agit de parler de votre CD, je crois quand même que, là, vous allez être beaucoup plus volubile. Mylène Farmer, « Anamorphosée », c’est le quatrième. On ne vous a pas entendue et vue depuis longtemps…

MF : Oui.

MD : Vous étiez partie à l’étranger, aux Etats­Unis ?

MF : Je suis partie un an à Los Angeles, et puis un peu à New York également. Et puis j’ai surtout enregistré cet album : c’est un travail de longue haleine.

MD : Alors, on en dit un petit mot de cet album ! Douze titres qui, d’après L’Express, sont ‘un adieu aux larmes’.

MF : Ça, je ne sais pas. Je me méfie toujours des choses très radicales comme ça. On m’a dit que c’était un album plus optimiste. Peut­être ! Mais j’aime les larmes aussi…

MD : Bon. Hé bien, on va voir, pour la première fois, on va écouter « L’Instant X » puisque, à chaque fois que vous faites un album, il y a évidemment des clips. Et c’est vrai que vos clips sont aussi célèbres que vos CD  parce qu’ils sont très bien faits. On va d’ailleurs en revoir pas mal tout à l’heure. Donc c’est la première fois…

MF : Oui.

MD : Qui est monsieur Marcus Nispel ? (le réalisateur du clip « L’Instant X », nda)

MF : C’est un réalisateur allemand, qui vit à Los Angeles je crois, et qui a réalisé de nombreux clips, jamais avec les français je crois ­ ou peut­être avec Alain Chamfort ­ et que j’aime beaucoup, qui a un grand talent.

MD : « L’Instant X », c’est le single, comme on dit ?

MF : Oui, c’est le deuxième extrait de l’album.

MD : Mais y’a quand même douze titres. Pour la première fois, en exclusivité, voici « L’Instant X » !

Diffusion d’un bref extrait du clip « L’Instant X ».

MD : « L’Instant X ». Sans entrer dans la technique, moi j’ai vu la plupart de vos clips, on va en voir un petit montage exceptionnel dans un instant, ils sont tournés beaucoup en extérieur, donc vous dépendez beaucoup de la météo…

MF : Oui ! (rires)

MD : Vous allez dans les pays chauds, et souvent dans le froid, d’ailleurs…

MF : Souvent dans le froid.

MD : Comment ça se passe ? Vous êtes dirigée, comme un metteur en scène dirige une comédienne, vous vous abandonnez complètement au metteur en scène ? Ou est­ce que Laurent Boutonnat ou vous, vous vous mêlez de ce qu’on appelle le story­board, l’histoire, ou là vous donnez le CD au metteur en scène et c’est lui qui vous dit ‘Moi, j’attends ça de vous’ ?

MF : Avec Marcus Nispel, c’est un petit peu différent. C’est vrai que je lui donne la chanson, et la nouveauté, c’est que je lui demande ‘Quelle idée avez­vous par rapport à ça ?’. J’avais besoin, en tous cas envie, que quelqu’un m’amène quelque chose de l’extérieur, un nouveau regard. Quant au travail d’avec Laurent Boutonnat ­ j’ai fait quand même beaucoup, beaucoup de clips, et j’ai été très, très gâtée ­ et là, c’était un travail commun, souvent, en parlant de l’histoire.

MD : Comme vous venez rarement à la télévision, moi je voudrais en savoir un petit peu plus sur vous. Qu’est­ce que vous gardez comme souvenirs de vos dix années passées au Québec ? Moi, la première fois que j’ai entendu parler de vous, j’en ai entendu parler comme d’une québécoise, de quelqu’un qui avait grandi à Montréal…

MF : Je crois que j’irrite beaucoup de personnes parce que j’ai très, très peu de souvenirs, si ce n’est aucun souvenir de mon enfance. Je crois le souvenir de la neige, en tous cas j’ai retrouvé une sensation agréable.

MD : C’est pour ça que la plupart de vos clips se passent dans le froid et dans la neige ?!

1995-02-aMF : Probablement ! Mais très, très, très peu de souvenirs…

MD : Et alors, ce qu’il faut savoir, c’est que votre première vocation, c’était la comédie. Vous avez pris des cours avec Mesguich, je crois, Daniel Mesguich. Votre première passion, ça a été le théâtre…

MF : Au Cours Florent, également.

MD : Et puis, pourquoi vous avez bifurqué vers la chanson, avant d’y revenir puisque vous avez également tourné au cinéma ?

MF : Ce sont les hasards de la vie, et des rencontres qu’on peut avoir, qui sont très, très importantes. Et j’ai fait la rencontre de Laurent Boutonnat donc, qui voulait lui­même se diriger vers le cinéma, et était également compositeur, adorait la musique. Et nous sommes nés de la même chose, donc de la musique.

MD : Alors, c’est vrai que vous ne feriez pas cette carrière s’il n’y avait pas Laurent Boutonnat. Vous parlez souvent de lui : on ne le voit jamais, c’est quelqu’un que je n’ai jamais rencontré. Qui est Laurent Boutonnat ?

Quelle est sa formation ? Il est musicien bien sûr. Vous l’avez rencontré dans quelles circonstances ? C’est lui qui vous a donné envie de chanter ?

MF : C’est, j’oserais dire, par hasard. C’est un ami commun qui nous a réunis, et lui m’avait parlé donc de cette première chanson, « Maman a tort ».

MD : Il est musicien au départ ?

MF : Il est de grand talent. Il est musicien, il est réalisateur, il aime l’image. C’est quelqu’un qui écrit bien.

MD : Est­ce qu’on peut dire que votre carrière aurait pris un virage différent s’il n’y avait pas eu Laurent Boutonnat ? Est­ce qu’on peut dire que les clips, car quand on parle de vos clips, on ne peut pas ne pas parler de Laurent Boutonnat, est­ce qu’on peut dire que ce sont vos clips qui sont aussi à l’origine de votre succès ?

MF : Je crois que c’est un tout. Je crois que c’est très, très important, en effet. Je crois que la musique est importante. Je pense que les mots sont très, très importants, c’est une façon de dialoguer avec l’autre. Je crois que c’est un tout.

MD : Et bien voilà un petit montage : on va aller des débuts, du premier album, jusqu’à « L’amour XXL » (sic).

Voici un petit survol de votre carrière en clips ­mais je crois que tous vos fans les connaissent, mais seront contents de les revoir !

Medley des clips avec quelques extraits de « Pourvu qu’elles soient douces », « Libertine », « Je t’aime mélancolie », « Sans contrefaçon » et « XXL ».

MD : Moi, je voudrais une explication technique : ça, c’était « L’amour XXL » (re­sic), où vous êtes à l’avant d’une locomotive à vapeur. Ça a été tourné comment ?

MF : Ça, ça a été éprouvant pour moi !

MD : C’est tourné où, ça ?

MF : A Los Angeles (à Fillmore plus précisément, nda). Et j’étais réellement attachée, donc, à l’avant de ce train, et ce pendant près de quatre, voire cinq heures, sans pouvoir descendre du train, et le train roulait réellement, et parfois à vitesse rapide. Donc c’était assez étonnant !

MD : Autre question, avant que j’oublie : quand est­ce que vous reviendrez sur scène ?

MF : Euh… Très bientôt ! (applaudissements et hurlements dans le public)

Drucker accueille alors les chroniqueurs cinéma et musique, respectivement Benjamin Castaldi et Gaël Leforestier. Comme le veut le principe de l’émission, Mylène va rester jusqu’à la fin. Elle rejoint la grande table, plus lointaine, en fond de décor en compagnie de l’animateur.

Rubrique musique : Gaël Leforestier présente une compilation de rock, avec notamment Supergrass, Oasis, Iggy Pop, Lenny Kravitz,… A Michel Drucker qui lui demande si elle connaît tous ces groupes, Mylène répond simplement ‘Oui’ en souriant. Gaël Leforestier présente ensuite un coffret de singles de Nirvana qu’il offre à Mylène.

MD : Vous aimez Nirvana ?

MF : J’aime beaucoup Nirvana, oui.

MD : Comment vous définiriez leur musique ?

MF : Leur musique, je ne sais pas. Mais le chanteur, en tous cas, avait un charisme très étonnant et assez exceptionnel.

MD : Vous l’aviez rencontré ?

MF : Non, jamais.

Pour conclure sa rubrique, Gaël Leforestier présente un CD de John Lee Hooker. Drucker s’empresse de l’offrir à Mylène…

MF : C’est une belle pochette.

C’est ensuite la rubrique cinéma de Benjamin Castaldi.

MD : Un petit mot : quel souvenir garderez­vous de votre dernier film, qui a été une longue aventure, qui est sorti il y a un an je crois, « Giorgino » ?

MF : Oui. Très électrique et très passionnant.

MD : Vous recommencerez bien sûr ?

MF : C’est mon souhait en tous cas, oui.

Benjamin présente alors « Le Président et Miss Wade », de Rob Reiner, pour sa sortie en salles.

MD : Vous avez vu le film ?

MF : J’ai vu la moitié du film !

Benjamin Castaldi : Elle est partie avant, c’est mauvais signe.

MF : Non, je m’étais trompée de séance, donc je suis entrée et le film était déjà commencé ! (rires à la fois de Mylène, des animateurs et de la salle)

MD : On va vous raconter la deuxième partie donc… !

Benjamin présente le film. Puis enchaîne avec « Smoke », de Wayne Wang et Paul Auster, que Mylène confie ne pas avoir vu.

BC : Ça se passe dans un tabac, c’est relativement gonflé parce que, en Amérique, la chasse aux fumeurs est catastrophique : on ne peut plus fumer nulle part.

MD : Vous fumez ?

MF : Oui.

MD : Comment vous faites alors quand vous êtes dans un lieu public ?

BC : Comme tout le monde, elle se cache parce que c’est absolument impossible de fumer, ni dans les restaurants…

MF : Là­bas, c’est impossible, absolument.

MD : Et quand vous allez aux Etats­Unis, dans les avions, vous tenez le coup pendant douze heures ?

MF : Oh oui, sans problème.

MD : En mangeant du chewing­gum ?

MF : Non ! (sourire)

Benjamin finit la présentation du film. Puis évoque « Des anges et des insectes » de Philip Haas.

MD : Pour terminer avec le cinéma, quels sont les acteurs et les actrices français ou outre­Atlantique, étrangers, qui vous ont fasciné quand vous étiez petite fille, et qui vous fascinent encore ? Vos légendes, vos mythes ?

1995-02-dMF : Greta Garbo. Mais, plus récemment, j’aime beaucoup Robert de Niro, Al Pacino, Michelle Pfeiffer…

MD : Et les français ?

MF : Français ? J’aime beaucoup…euh… (elle cherche puis rit de sa confusion) Gérard Depardieu. C’est facile ! (rires)

Laurent Gerra et Virginie Lemoine entrent ensuite en plateau pour leur rubrique Les Zap’tualités, puis ils rejoignent tout le monde à la grande table.

MD : (à Mylène) Je vous ai vu rire, de bon cœur (en réalité, les quelques plans de Mylène pendant le sketch ne la montrent pas vraiment sourire, nda). Merci beaucoup, chère Mylène. Je rappelle : « Anamorphosée » vient de sortir. Vous reviendrez sur scène quand ? Dans un an ?

MF : Je ne sais pas. (si en réalité le Tour 96 est déjà en préparation, aucune annonce de tournée n’a encore été faite, nda)

MD : Vous reviendrez nous voir ?

Mylène acquiesce d’un mouvement de tête alors que le public lui fait une dernière ovation en même temps qu’est lancé le générique de fin.

Laisser un commentaire

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...