MYLENE – BOUTONNAT, UN CHEMIN EN SENS INVERSE

Posté par francesca7 le 29 août 2014

 

 

Mylene-Farmer Comme si toute la grammaire de Laurent Boutonnat, sa symbolique, mais aussi sa mégalomanie n’avaient servies qu’à alimenter des années durant l’aboutissement que devait être Giorgino, les productions de clips qui suivirent le long-métrage ne sont visiblement que des souvenirs ressassés des atmosphères passées. Ce qui faisait la spécificité de l’œuvre du réalisateur jusqu’en 1992, date de son dernier clip avant Giorgino, a disparu, ou relève désormais d’un seul coup de l’anecdotique. Laurent Boutonnat, pour qui l’échec de Giorgino aurait été « très douloureux », restera l’unique producteur et compositeur de la chanteuse, réinvestissant son expérience musicale pour douze nouvelles compositions. En revanche il s’abstiendra désormais de réaliser ses nouveaux clips tant le décalage entre le nouveau personnage décidé par la chanteuse et celui qu’il avait conçu pour elle durant dix ans est grand. La superficialité assumée de la suite de la carrière musicale aurait pu s’appuyer sur la technique de tournage parfaitement rodée de Laurent Boutonnat si celui-ci, après avoir raté la sortie de son long métrage, n’avait décidé de se replier entièrement sur son œuvre déjà existante, au point de ne plus pouvoir parler que d’elle, de ne citer plus qu’elle, et de se l’approprier en l’emprisonnant.

 

  Prémices d’un virage inévitable

  Pourtant, dès le come-back de Mylène Farmer en 1991, après les deux ans d’absence qui suivirent En Concert, le film du spectacle, on peut déjà s’apercevoir que Laurent Boutonnat sacrifia peu à peu de ses particularités. De retour sur le marché du clip, le début des années 90 donne le coup d’envoi de la prolifération d’interprètes calibrés pour le marché, ciblés pour tel ou tel public, se cantonnant dans un registre particulier très étroit, le plus souvent destiné aux jeunes. La sorte de variété assez dansante de Laurent Boutonnat, arrosée de paroles identifiables aux pensées qui peuplent les crises d’adolescence, est destiné au même public que la majeur partie des nouveaux artistes commerciaux qui sortent sur le marché à la même époque. Laurent Boutonnat calcule ce retour pour que Désenchantée résonne comme un événement malgré les “tubes” fonctionnant à l’époque. C’est pourquoi il tablera toute la promotion de ses clips des deux années à venir sur une évolution de la forme, en rejetant tout changement brutal, qui aurait sans doute eu pour effet de désorienter le public à reconquérir de la chanteuse. En Mars 1991 sort donc Désenchantée, clip long et coûteux, rythmé et violent qui ne passe pas inaperçu. Pour la dernière fois, Laurent Boutonnat dépasse les six minutes. Si le succès est bel et bien là, les trois clips qui suivront seront de plus en plus courts, leur narration sera de moins en moins lisible et se rapprochera de celle du clip-type, faux raccords et a-chronologie des actions à l’appui.

 

 De Regrets (1991), clip clairement diégétisé, au montage discursif, enrichi de musiques additionnelles, à Beyond my control (1992), cocktail d’images sans lien réel, sur fond noir, suite de tableaux vivants sans actions incluse, Laurent Boutonnat a rejoint le format et la narration qu’exigent les nouveaux comportements du spectateur. « Zapping » aidant, le vidéo-clip ne peut plus prétendre à l’appropriation de l’attention du spectateur sur toute sa durée, et renvoie le réalisateur à sa seule réelle mission : faire remarquer la chanson. A peine pouvait il vivre seul, le clip a été rattrapé par les contraintes commerciales qui le brideront partiellement ; et peut-être pour toute son existence. Les conséquences semblent assez simples : Des images fortes reliées à la chanson, un interprète idéalisée, une intrigue réduite à son stricte minimum. Laurent Boutonnat adapte sa grammaire à ces nouvelles exigences et par deux fois, avant de réaliser Giorgino, offre deux clips à la trame narrative quasi-nulle, aux plans courts et simples, se démarquant l’un après l’autre des ornements qu’il avait popularisé dans les années 80. Si Regrets connaît encore certaines lenteurs, obéit parfaitement aux règles de raccord du cinéma classique, Je t’aime mélancolie ne connaît plus que le bruitage omniprésent, et voit la disparition de l’utilisation du remix pour rendre la chanson différente et plus longue que la version du disque. 

Désormais Laurent Boutonnat n’utilisera en clip que ce qu’on appelle communément les version single. Beyond my control signe définitivement la fin de cette époque, tirant un trait sur tout son additionnel extradiégétique, et limitant les bruitages à quelques ambiances de fond (crépitement du feu, lointains hurlements de loups). On notera d’ailleurs que les trois clips réalisés postérieurement à Désenchantée ont une intrigue très mince comparativement aux précédentes productions courtes du réalisateur. Si on peut encore résumer Regrets à la recherche vaine, toute en symboles, d’une morte par un vivant, difficile d’aller plus loin pour raconter Je t’aime mélancolie et Beyond my control que de dire qu’il s’agit pour l’un d’un combat, et de l’autre d’un adultère. Le scénario qui avait une importance certaine dans le cinéma de Laurent Boutonnat se retrouve inutile en face du nouveau traitement développé par le cinéaste, mais qui continuent néanmoins de rendre son œuvre toujours un peu particulière.

 

 EXTRAIT DU LIVRE DE Jodel Saint-Marc  « Le Clip en tant qu’œuvre Cinématographique / aux éditions Sorbonne Nouvelle en août 2003 

 

Laisser un commentaire

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...