Le vidéo-clip BOUTONNAT : “cousin” du cinéma post-moderne

Posté par francesca7 le 5 juillet 2014

 

 images (3)

 Si Laurent Boutonnat a voulu apporter au clip une construction scénaristique définie, une structure importée du long-métrage de fiction romanesque, il s’est également illustré dans des œuvres à la pure recherche formelle. Je t’aime mélancolie (1991), Baïla Si (1997) et surtout Pardonne-moi (2002) ne cherchent à procurer au spectateur qu’un « plaisir brut » et immédiat. 

Les images montrées ne revêtent alors pas d’autres sens que l’unique but formel pour lequel la scène a été tournée. Par exemple dans Je t’aime mélancolie, le discours principal est porté par les deux dispositions qui alternent tout au long du clip : une femme boxant avec un homme, puis cette même femme interprétant la chanson avec dix danseuses. Rien, ni dans les actions montrées, ni dans les mouvements de caméra, ni bien sur dans la bande son n’aura pour autre fonction la Description de l’action et n’aura à discourir sur autre chose que sur le clip lui-même.  

 Cette recherche de l’émotion forte, immédiate et brute appartient pleinement au cinéma post-moderne. Laurent Jullier nomme ce cinéma le « son & lumière ». Les vidéo-clips, dont la plupart jouent sur cette puissance de « l’image pour elle-même », obéissent aux critères énoncés par la forme et qui les rapprochent selon lui de « tours de manèges ». C’est par exemple en parlant des grands films de divertissement post-modernes qu’il reconnaît ce discours descriptif ou méta-discursif que nous évoquions. Ce qui est produit dans ces films est alors la sensation, au détriment du sens. Laurent Jullier est l’un des théoriciens qui dénonce notamment l’utilisation faite par certains longs-métrages des points de montage superposés aux battements du rythme de la chanson. Cet effet qu’il nomme d’ailleurs « effet clip », est représentatif des outils utilisés par le cinéma post-moderne. La multiplication des points de montage par exemple agit selon lui comme un remplacement du zapping qui détournerait le spectateur de l’envie de changer de chaîne. Si ces méthodes sont souvent critiquées, l’unité entre le rythme de la musique et celui du montage a pourtant pour utilité de redéfinir de manière nouvelle les rapports du son à l’image qui ne font maintenant qu’un, deviennent du coup indissociables du point de vue du rythme, en faisant du spectateur le témoin d’une symbiose entre les deux vecteurs, et décuplant l’émotion qu’ils procurent en les faisant se juxtaposer. Le nombre incalculable de vidéo-clips soumis à notre rétine depuis une vingtaine d’années nous influence sur la prétendue paternité qu’il aurait es montages calés sur le rythme d’une musique. Ce fameux « effet clip » tant décrié est tout simplement un des nombreux effets de montage du cinéma. Présent quelquefois dans le cinéma moderne, il ne fait qu’exploiter davantage la venue du son au cinéma. 

En retour, les vidéo-clips, les publicités et les jeux d’arcade s’emparent de caractéristiques cinématographiques, comme l’utilisation fréquente des formats cinématographiques panoramiques (1.85 ; 2.35) alors qu’à de très rares exceptions près dont les films de Laurent Boutonnat font partie, les vidéo-clips ne sont pas projetés en salles. Les moyens mis à disposition des tournages publicitaires, et des programmations de jeux ont également beaucoup évolué. On remarque par exemple l’apparition au début des années 90 de plans qui n’étaient alors vus qu’au cinéma, tels de larges mouvements de caméra, des travellings fluides, des points de vue aériens, ou des incrustations sans détourage. L’utilisation répétée du travelling avant, qui « transporte » le spectateur à l’intérieur de l’image est par exemple très fréquente dans les films dits post-modernes. Ce mouvement d’appareil permet de découper un personnage (souvent l’interprète objet de la chanson pour un clip) de l’arrière-plan et non pas de signifier une introspection, ou bien une attitude d’enfermement pour un personnage autour duquel le plan se ressert. Combiné à un zoom optique arrière, le premier plan, les plans intermédiaires et le fond semblent s’espacer les uns des autres (la distance focale diminuant) donnant à l’image un effet de profondeur animée qui s’adresse aux sensations du corps entier du spectateur, comme la largeur d’un écran hémisphérique ou un simulateur de vol aurait la capacité de le faire ; on en revient au phénomène de « tour de manège » évoqué par Jullier où le spectateur doit vivre le film. 

La volonté de bien des réalisateurs de retourner au « plaisir brut » que décrit Jullier se retrouve pleinement dans le clip car c’est de cette même catégorie de plaisir que se réclame la promotion de la musique populaire, ou de variété, autre vecteur sensé donner un plaisir immédiat à son spectateur. Jullier défini cette recherche de plaisir brut comme un « privilège à une lecture spectatorielle immédiate, qui sollicite de préférence les processus mentaux descendants ». On retrouve donc cette post-modernité dans la musique habituellement illustrée par le vidéo-clip. 

Elle s’y manifeste notamment par des alternances couplet/refrain, et tension/résolution pourtant anciennes, et dont la variété française comme internationale sont traditionnellement clientes. En reprenant quelquefois cette structure, bon nombre de vidéo-clips installent un climat plus pesant lors des couplets, atmosphère qui s’apaise brusquement lorsque arrive le refrain « libérateur ». On trouve également au vidéo-clip une parenté avec le cinéma post-moderne dans l’utilisation de plus en plus fréquente de la parodie, sur toute la durée du clip ou par le biais de « clin d’œil ». 

L’objet de la parodie est soit un succès du box-office, soit d’autres clips célèbres du moment. Par exemple le groupe américain Blink 182 tourne régulièrement en dérision les clips de leurs concurrents. On retrouve ici la tradition du cinéma post-moderne et de ses films allusionnistes, reproduisant telle ou telle action ou esthétique d’une œuvre déjà existante. On s’aperçoit alors que conjointement à la création luxuriante de certains réalisateurs, d’autres montrent de plus en plus de reproduction à défaut d’originaux. Mesurer la qualité d’un vidéo-clip peut alors être difficile, et l’absence des critères esthétiques qu’on peut utiliser conduit à évaluer un clip en fonction du plaisir qu’il aura donné à son spectateur. Plaisir qu’on peut rapporter à celui procuré par l’écoute de la chanson. 

 Si le post-moderne ne semble pas être un mouvement, il agit plutôt dans l’industrie du clip comme un contexte sociologique, voire commercial, et qui permettrai de dresser l’inventaire des effets de ce commerce sur l’esthétique d’une œuvre porteuse d’une ambition économique étendue. C’est peut-être par ce soucis d’être compris par le plus grand nombre, de ne laisser personne au bord de la route de ce « plaisir brut », que les clips et le cinéma post-modernes veulent s’adresser à leur public en prenant pour signifié l’image du monde qu’ils sont supposés avoir en tête et non pas ce qu’il est réellement. Par exemple lorsque qu’un film ou un vidéo-clip à tendance post-moderne parle du passé, il se limite souvent aux images du passé, noir & blanc ou sépia à l’appui ; on est encore ici dans l’ordre du référentiel. L’omniprésence de la musique implique en outre de transmettre directement des “sensations fortes” non verbalisables. En ce sens le vidéo-clip relève du concept de « film-concert » énoncé par Laurent Jullier où, outre le dispositif technologique nécessaire à sa bonne perception, prédomine la dimension sonore sur la dimension visuelle. Les vidéo-clips en particulier ne demandent définitivement pas à être compris mais à être ressentis. 

 La priorité est donc donnée à l’ornement, à la forme. Prenons l’exemple d’un vidéo-clip qui illustre parfaitement la post-modernité inhérente à la forme, et qui est de surcroît emblématique des clips des années 90 car il regroupe un bon nombre de problèmes que l’on pose dans cette étude. En 1998, le photographe et vidéaste Andréa Giacobbe réalise Push It (U.S.A) pour le groupe Indépendant Garbage. A priori forcé de s’enfermer dans la forme du vidéo-clip, Giacobbe obéit à toutes les « lois » implicites de la forme. Aucun son additionnel n’est employé, seules trois secondes ont allongé la durée initiale de la chanson, et l’interprète chante même en play-back quelques passages. 

téléchargement (1)Qu’est ce qui en fait donc un clip si particulier, à la foi exemple sémiologique du clip-type et puissant objet artistique ? Andrea Giacobbe a utilisé la forme dans laquelle il était cantonné non pas pour faire du clip un film à la dimension d’un court-métrage de cinéma en reprenant les principes de la fiction romanesque comme c’est la stratégie de beaucoup, mais pour en faire une œuvre fantastique dénuée de sens, qui se suffit à elle même. Les premières secondes muettes montrent un défilement chaotique de pellicule de cinéma (en noir et blanc) avec des inscriptions, puis un vieil intertitre en français « La projection de ce film en séance publique, gratuite ou payante, est rigoureusement interdite » qu’on imagine aisément « repiqué » pour l’occasion d’un film pornographique du début du siècle. La bobine semble se mettre en place devant le projecteur (accroches apparentes) puis après quelques grésillements le film commence. Tout dans ce clip a été réfléchi en fonction du plaisir brut que prendra le spectateur à le voir, introduit par le prétendu privilège qu’il a à découvrir ce film mystérieux. Ces quelques secondes suffisent à placer le spectateur devant un film pour lequel il n’est visiblement pas destiné, contrairement à tout le « flot clipesque » dont on il se laisse abreuver volontairement. 

Alors prévenu de son statut de témoin d’une œuvre prétendument interdite, le spectateur est assez démuni pour prendre de plein fouet la violence inouïe, le monde malsain que recouvre ce clip. Sans hémoglobine ni arme à feu, sans sexe ni morts, le clip se découpe en une quinzaine de saynètes ne comprenant pas plus de trois ou quatre plans chacune. Montées chronologiquement mais de manière volontairement confuse, l’histoire d’une femme dont les maris successifs sont anéantis par des monstres et se révélant elle même finalement aussi monstrueuse, ne peut aisément se lire qu’à la troisième ou quatrième vision du clip. 

EXTRAIT DU LIVRE DE Jodel Saint-Marc  « Le Clip en tant qu’œuvre Cinématographique / aux éditions Sorbonne Nouvelle en août 2003

 

Laisser un commentaire

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...