• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 28 mai 2014

MYLENE FARMER DANS LE TIMELESS des MEDIAS

Posté par francesca7 le 28 mai 2014

 

 

AVEC LES RADIOS

Mylène n’accordé aucune interview radio pour la promotion de Timeless 2013.

 

NRJ étant la radio partenaire des concerts de Mylène en France : comme elle l’a été pour tous ses précédents spectacles depuis le premier, le Tour 89, elle est donc la seule radio à avoir diffusé des spots publicitaires pour Timeless 2013 ; à partir du 1er octobre 2012 pour l’ouverture de la billetterie, puis lors d’une seconde campagne, à partir du 3 juin 2013, annonçant les dernières places disponibles.

cinema_gaumont_opera_capucines

 

Par ailleurs, pendant la tournée, RFM, MFM, ainsi que de nombreuses radios régionales ou locales ont proposé des concours avec des billets de concerts à la clé, mais aussi des reportages s’intéressant le plus souvent au phénomène des fans qui campaient devant les salles plusieurs jours, voire semaines, avant les concerts. Enfin, pour la première fois depuis le début de sa carrière, Mylène s’est tournée vers une autre radio que NRJ pour un partenariat officiel sur un événement ; c’est ainsi RFM qui a été choisie pour accompagner la diffusion de « Mylène Farmer – Timeless 2013 Le film » au cinéma. Cette station a également proposé de faire gagner des places pour une projection privée en avant première du film le 16 mars au Gaumont Capucines à Paris.

 

AVEC LA TELEVISION

TF1 fut la chaîne de télévision partenaire des concerts de Timeless 2013 en France (à l’instar du Mylenium Tour, Avant que l’ombre ;.. à Bercy, et le Tour 2009) Elle est la seule chaîne à avoir diffusé des spots publicitaires pour l’ouverture de la billetterie à partir du 2 octobre 2012, puis pour l’album live en décembre 2013, mais aussi une publicité, le soir de la première date, le 7 septembre (vers 20 H 45). En Belgique, c’est la chaîne RTL TV1 qui a assuré la promotion télévisée des concerts de Bruxelles.

 

Si Mylène est apparue aux NRJ Music Awards (diffusé le 26 janvier 2013 sur TF1) où elle a chanté « Je te dis tout », le deuxième single extrait de « Monkey Me », elle n’y a, cependant, nullement évoqué sa tournée. En revanche, elle a parlé de Timeless 2013 à l’occasion de deux interviews télévisées :

 

le 2 décembre 2013 – JT DE 20 H (TF1) – Présenté par Claire Chazal

Mylène est présente en direct à la fin du journal de Claire Chazal. L’interview est plutôt centrée sur l’album « Monkey Me », mais Mylène est cependant interrogée sur ses futurs concerts et sur le sens à donner au mot « Timeless » : « Timeless » c’était juste pour suggérer l’intemporalité. Et je serais bien incapable de dire si c’est la dernière (tournée), si il y en aura une prochaine .. je ne sais pas. Je n’arrive pas à me projeter dans l’avenir. C’est quelque chose qui m’angoisse terriblement, donc je vis, autant que faire se peut, dans le moment présent etc… on verra » !  Quant au contenu du spectacle, voici les seules informations que Mylène dévoile : « Des surprises, certainement. Quant aux duos, je ne sais pas. Là, nous sommes à une phase de création et je ne peux pas répondre à cette question ».

 

Sans titre

 

le 8 septembre 2013 – JT DE 20 H (France 2) – Présenté par Laurent Delahousse.

Nous sommes au lendemain de la première de Timeless 2013 à Bercy. L’entretien a été enregistré dans l’après-midi, Mylène étant en concert à Bercy ce dimanche soir.

 

L’occasion pour la chanteuse, d’évoquer ses retrouvailles avec son public après quatre ans d’absence sur scène : « Très émouvant pour moi .. C’est long pour moi. Pour eux probablement, mais pour moi aussi, beaucoup … C’est une fidélité mais qui est réciproque. La mienne aussi… Je ne sais pas si on entretient une fidélité. En tout cas, c’est quelque chose qui m’est offert. Et j’en suis consciente, et j’en sui heureuse… C’est probablement le moment, effectivement, où j’ai un vrai sentiment de liberté. Pas d’entrave, pas de… pas de tabou. Riens. Liberté »

 

Mylène met également en avant le travail colossal que constituent les préparatifs des concerts : « ça fait à peu près un an que nous travaillons sur ce spectacle avec Laurent Boutonnat qui travaille à mes côtés. Et il y a tellement, tellement, tellement de métiers tout autour. Aussi bien les lumières, les chorégraphies, etc… Le diable est dans le détail. Il faut veiller. C’est pour ça qu’on est obligés de travailler, travailler, de ressasser et.. pour enfin trouver une liberté ».

 

Toujours à propos des concerts, Mylène parle de son voyage prochain en Russie, et de la longue histoire qui la lie à ce public : « Je ne peux pas l’expliquer ; Je pense que c’est venu… Je vais dire .. spontanément…. On m’a beaucoup parlé, au début, des clips à l’époque de « Tristana » qu’on avait joué en langue russe justement. Et puis après, je crois qu’il y a quelque chose de commun qui est peut-être une âme, une âme tourmentée ; On dit « l’âme slave ». Et j’avoue qu’ils m’accueillent merveilleusement. J’ai hâte d’y aller » !

 

Enfin, elle est interrogée sur l’intemporalité évoquée par le nom de la tournée : « Je ne sais pas si c’est important ou non. En tout cas pour moi… dans 2000 ans, qui va se soucier de ma personne et de mes mots et de ma musique ? Non, ce n’est pas important. C’est le moment présent qui est important, c’est la scène et c’est ce que je vis actuellement ».

 

extrait du magazine Styx TIMELESS 2013 – page 54

 

Publié dans Mylène dans la PRESSE, Mylène TIMELESS 2013 | Pas de Commentaire »

TIMELESS 2013 : Interview sur les ROBOS de Mylène F.

Posté par francesca7 le 28 mai 2014

 

 

Interview de PHILIPPE STEGEMANN par Sophie Khairallah –

Philippe Stegemann est l’homme à qui nous devons la présence des robots – les « filles » de Mylène. Sur cette dernière tournée. Pour Styx Magazine, ce passionné de robotique revient sur son parcours profession et son travail sur Timeless 2013…


 img_0942

Quel est votre parcours professionnel ?
Après un bac mécanique puis une maîtrise en robotique, j’ai travaillé chez Eurodisney (appelé Disneyland Paris aujourd’hui,) sur les robots d’animation, puis chez Kuka, sur des robots industriels allemands dans l’automobile. Ensuite, je suis parti chez Stӓubli, un fabriquant de robots industriels français du côté d’Annecy. J’y ai fait beaucoup de programmation pendant 14 ans, ce qui m’a permis de voir les robots que vous connaissez en action. Puis je suis descendu en Avignon, où j’ai créé ma propre société de prestations de services en robotique industrielle et événementielle, stegRobotics.

Qu’est-ce qui vous a donné l’idée de faire danser des robots ?
Étant aussi musicien amateur, j’ai vu qu’il serait intéressant de mettre les robots en cadence sur de la musique. En général, on programme une machine pour qu’elle fasse ce qu’elle doit faire, mais on n’a jamais le temps de faire de belles trajectoires. Or, parfois, il y en a qui sont agréables à regarder et qui donnent envie de les mettre en musique. C’est à partir de ça que l’idée a germé.

Qui vous a contacté pour Timeless 2013 ?
Je suis arrivé en demi-finale de l’émission La France a un incroyable talent sur M6, en 2010. C’est là que j’ai été remarqué par Anthony Souchet, l’ami de Mylène, qui m’a contacté. À partir de là, on a été chez Laurent Boutonnat avec Anthony, et j’ai présenté différentes vidéos montrant ce qu’on était capables de faire. Plus tard, on s’est retrouvés à la Halle Tony Garnier, à Lyon, pour faire une démonstration grandeur nature avec quatre robots.

Avez-vous rencontré Mylène à cette occasion ?
Oui, à ma grande surprise, Mylène s’est déplacée avec Anthony. J’ai pu lui présenter directement mon travail et elle a été absolument conquise, fascinée et troublée. Je lui ai montré un robot de près, et c’est là que j’ai compris qu’elle avait un regard très précis et une compréhension de la technique. J’étais évidemment impressionné par sa présence, mais elle met tout de suite à l’aise. Elle est très joyeuse ! Comme elle s’est approprié ce projet très rapidement, ça a toujours été un vrai plaisir d’en parler avec elle et de faire avancer le projet au cours des différentes réunions que nous avons eues, et pendant lesquelles elle était très investie.

Êtes-vous tout de suite tombés d’accord sur cinq robots ?
Non. Différentes configuration ont d’abord été envisagées, avec plus de robots et des apparitions à différents endroits de la scène. Puis, avec le constructeur de la scène, Artefact, on a vite conclu qu’il faudrait mettre les robots sur des « flips », c’est-à-dire qu’on les suspend sous la scène, on ouvre une trappe, et on fait une rotation pour les faire apparaitre. À partir de là, il a été décidé d’en mettre cinq, car en raison de contraintes liées à d’autres machineries noyées sous la scène, nous ne pouvions en mettre d’avantage.

Quelles furent les étapes de travail autour des robots pour ce show ?
En fait, il y a deux parties : la technique et l’artistique. On a d’abord validé la partie technique, savoir quel robot on prenait, puis on a construit un prototype pour valider le flip. Mais il restait à savoir ce qu’on mettra au bout du bras : un masque, une lumière, une fumée ? Au final, au lieu de perdre le spectateur dans différents effets spéciaux, Mylène a insisté pour que ce soit le masque que j’avais présenté à Lyon, car c’est ça qui l’avait touchée et troublée. Elle le trouvait très joli et rendant le robot plus humain.

maxresdefault

Et concernant la partie artistique ?
Là, les questions étaient : à quels moments sortent-ils, combien de fois. Cette partie a été assez difficile parce qu’ils ont mis du temps à décider sur quels titres ils apparaitraient. Ils m’ont finalement dit que deux robots feraient une sortie sur « C’est une belle journée », car Mylène voulait absolument danser avec eux ! Ils m’ont ensuite envoyé une vidéo avec la chorégraphie de la chanson. Je me suis inspiré soit du mouvement des hanches, soit de celui des jambes ou des bras et de la tête pour les transcrire en trajectoires, et ainsi faire danser les robots. Plus tard, j’ai de nouveau eu une réunion chez Laurent Boutonnat avec Mylène, car elle voulait rajouter une intrigue autour de l’apparition des robots et il fallait y réfléchir. Pour l’interlude, ce n’est que très tardivement qu’Anthony Souchet m’a appelé pour me dire qu’il faudrait faire quelque chose avec les robots. Yvan Cassar a composé la musique et me l’a fait parvenir. J’ai immédiatement adoré ! Je l’ai écoutée en boucle pendant deux semaines environ et, petit à petit, les idées du script de la chorégraphie sont venues.

Il y a eu une panne un soir à Bercy [le 18 septembre 2013, ndrl]. Que s’est-il passé ?
Il y a eu une panne de courant avant que le concert ne débute. Toutes les machines ont été redémarée, dont les miennes. Mais l’un des services informatique n’a pas redémarré normalement ni à temps. Lorsqu’il a de nouveau été fonctionnel, il était trop tard pour sortir les robots sur « C’est une belle journée ». Du coup, dans le doute, la production a préféré ne pas les sortir de la soirée.

Avez-vous été présent sur toutes les dates de la tournée ?
Oui ! Pour cette tournée, nous avons fabriqué une nouvelle régie qui se trouvait sous la scène. De mon poste je voyais tous mes robots. Chaque jour de concert, en début d’après-midi, nous faisions les tests machineries. Et pendant le concert, j’étais à la régie pour démarrer les chorégraphies avec en main, une poignée « homme-mort » que je devais lâcher pour arrêter les robots si jamais la sécurité d’une des personnes sur scène n’était pas assurée.

 

extrait du magazine Styx TIMELESS 2013 – page 52

Publié dans Mylène et L'ENTOURAGE, Mylène TIMELESS 2013 | Pas de Commentaire »

TIMELESS 2013 : Interview sur les images de Mylène F.

Posté par francesca7 le 28 mai 2014

 

 

 timeless2013

Interview : LASZELO BORDOS par Sophie Khairallah et Régis Fauconnier

qui a vu un concert de Timeless 2013 ne pas oublier les images qui introduisent le show sur « Timeless Genesis » Cette animation, nous la devons à Laszolo Bordos (les autres images du concert étant signées par la société La Maison) qui nous explique ici son travail avec Mylène Farmer pour sa dernière tournée. 

 

Quel est votre parcours professionnel ?

J’ai étudié la peinture à l’Académie des beaux-arts de Budapest, mais je trouvais que l’animation 3D était un outil beaucoup plus puissant permettant de visualiser les pensées abstraites et de satisfaire les besoins visuels contemporains. J’ai donc appris la 3 D en autodidacte et, par la suite, j’ai produit de nombreuses animations 3D abstraites qui ont été projetées durant diverses soirées. C’est comme ça que je suis devenu ce qu’on appelle un Video Jocker (VJ). E, 2000, la musique électro underground et les soirées fleurissaient à Budapest, et c’est ainsi que je me suis constitué un public, petit à petit. En 104, j’ai eu l’opportunité de travailler sur des mappings video, c’est à dir des projections vidéo en haute définition sur des bâtiments, ce qui m’a donné l’occasion de participer à de nombreux projets dans le monde entier. Aujourd’hui je vis à Budapest, en Hongrie. Je continue à faire d la projection 3D sur des immeubles, mais je travaille également pour des artistes. J’ai aussi créé ma société, Bordos. ArtWorks and Invited Artists.

 

Pour quels autres artistes du monde de la musique avez-vous travaillé ?

J’ai réalisé un clip vidéo pour un célèbre DJ hongrois, DJ Dork. J’ai également fait un mapping vidéo pour la chanteuse russe Anita Tsoy et je suis beaucoup intervenu comme VJ pour des DJs comme Sven Vath, Tommy Four Seven, Marcel Dettman, Luke Slater, Carl Cox,  Chris Liebing…

 

Connaissiez-vous Mylène Farmer et ses chansons avant de travailler pour elle ?

Oui tout à fait ; Je connaissais déjà bien la musique de Mylène et j’aimais beaucoup ses clips ; Mais pour être tout à fait honnête, ce n’est qu’avec notre projet commun que j’i réalisé à quel point c’est une immense et très talentueuse artiste.

 

Est-ce l’équipe de Mylène qui vous a contacté ?

Oui, c’est l’équipe de Mylène qui m’a contacté un an avant le début de la tournée. Je pense qu’ils ont dû voir certains de mes projets sur internet. Mais il est aussi arrivé, à plusieurs reprises, que je sois recommandé à mes clients par des agences spécialisées, des producteurs, des réalisateurs ou des organisateurs.

 

Comment cela s’est-il passé ensuite ? Avez-vous eu plusieurs réunions pour discuter du travail que vous alliez faire ensemble ?

Nous avons eu beaucoup de discussions et de rencontres. J’ai dû faire le voyage Budapest-Paris au moins quinze fois pour des brainstormings et des rendez-vous. J’ai rencontré Mylène plusieurs fois, ainsi que Laurent Boutonnat, Thierry Suc, et le grand Mark Fisher, concepteur du décor. Je leur ai montré mes travaux, mes projets. Et lors de la première rencontre, nous avons discuté de détails techniques sur l’utilisation du mapping vridéo 3D, car au début, les collaborateurs de Mylène pensaient plutôt à un décor projeté faisant appel à cette technologie ; Mais après plusieurs rendez-vous, il a semblé évident que le projet devait être réalisé avec la technologie LED, et non pas une projection vidéo. Car le LED est beaucoup plus visible combiné aux lumières de scène.

 

L’équipe de Mylène savait-elle déjà ce qu’elle voulait au niveau des images de « Timeless Genesis » ? Ou est-ce vous qui avez proposé l’idée du vaisseau spatial ?

Par la suite, quand l’équipe de Mylène a décidé d’utiliser la technologie LED, Mark Fisher et son équipe – tout en suivant les concepts du directeur artistique Laurent Boutonnat- ont créé un décor fantastique en arrière-plan, une scène futuriste rappelant un accélérateur de particules qui peut créer différentes formes, ce qui a donné comme résultat une expérience unique pour le public. Tous les éléments ont été recouverts de LED. De cette façon, nous avions une structure mouvante avec de nombreux écrans, sur laquelle nous devions créer un mapping en LED. Pour le storyboard de l’introduction, nous avons travaillé ensemble avec Laurent Boutonnat. Il avait une vision très claire de ce qu’il souhaitait, ce qui a rendu le projet beaucoup plus simple ; Mais j’ai également apporté mes idées et mes suggestions, et durant le processus de création de l’animation, j’ai aussi apporté ma propre vision et mon style .

 

AVos images ont-elles été créées avant ou après que la musique de « Timeless Genesis » soit composée ?

La musique et les animations ont été créées en parallèle, mais la musique a té terminée plus tôt que les images, ce qui m’a permis d’avoir le temps d’ajuster l’animation et de créer quelques images en fonction de la musique.

 

Votre travail a-t-il convenu tout de suite à Mylène Farmer et son équipe ?

J’ai dû apporter quelques petits ajustements aux animations, mais en définitive, tout le monde a aimé le résultat. Mylène m’a personnellement dit qu’elle aimait mon travail. J’étais heureux d’entendre ça.

Pour plus de renseignements sur le travail de Laszlo Bordos, n’hésitez pas à consulter son site internet : www.bordos.eu !

 

extrait du magazine Styx TIMELESS 2013 – page 51

 

Publié dans Mylène Autrement, Mylène et L'ENTOURAGE, Mylène TIMELESS 2013 | Pas de Commentaire »

TIMELESS 2013 : Interview sur la Logistique du spectacle de Mylène F.

Posté par francesca7 le 28 mai 2014

 

 

448477269_640

 

Interview de Koen PEETERS : qui travaille pour WIcreations, la société chargée, sur Timeless 2013, de tous les éléments qui s’articulaient sur le show : les panneaux de l’accélérateur de particules, le cercle de « XXL » et de « Rêver », ainsi que le bras articulé de « Bleu noir ». Pour Styx Magazine, Koen Peeters revient en détail sur les prestations de WIcreations pour ce spectacle gigantesque. Par Sophie Lhairallah.

 

Pouvez-vous nous présenter WIcreations ?

Notre société fournit plusieurs prestations techniques complémentaires pour les productions de spectacles. Nous faisons à la fois de l’éclairage, du son, ainsi que de la construction d’éléments de scène. Nous vérifions avec tous les corps de métiers si leurs envies sont techniquement réalisables. Et nous comme particulièrement spécialisés dans le contrôle des mouvements automatisés comme, par exemple, les panneaux qui bougent tout au long du concert de Mylène, et notamment dès l’ouverture du show.

C’est la première fois que vous travaillez pour Mylène. À partir de quand avez-vous été approchés par son équipe ?
Oui, c’est la première fois pour Mylène, mais nous avons travaillé pour d’autres artistes français avant, comme Florence Foresti, Johnny Hallyday… Pour Timeless 2013, nous avons été approchés par l’équipe de production de Mylène en décembre 2012.

L’équipe de Mylène est-elle arrivée avec des demandes précises, ou est-ce vous qui leur avez suggéré des éléments comme le bras métallique, le cercle ou les panneaux de l’accélérateur de particules ?
Le décor de Mark Fisher ainsi que les idées de mouvement et de l’accélérateur de particules étaient déjà là. Les panneaux, qui forment ce qu’on appelle un « tunnel » au début du concert, sont en réalité la réplique d’un accélérateur de particules, un instrument qui utilise des champs électriques ou magnétiques pour amener des particules chargées électriquement à des vitesses élevées. C’était donc à nous de faire en sorte que tout cela soit possible. L’idée du cercle de lumière sur « XXL » venait de la production. Nous avons fait de nombreux calculs et leur avons proposé de le monter avec des charnières, ce qui permettait de le monter et le démonter très facilement. L’idée du bras articulé était également une idée de Mark Fisher. Nous avons créé un système totalement adapté à la structure de la scène en prenant en compte les robots, les limitations des espaces sous la scène, ainsi que les charges de poids au sol.

Wicreations_Mylene_Farmer_Timeless

Le système d’accroche des panneaux est très sophistiqué. Était-ce compliqué de synchroniser tout ce système avec le poids du décor, des panneaux vidéo et des lumières ?
Oui, nous avons fait plusieurs modèles selon plusieurs calculs très détaillés. Nous avons également fait plusieurs tests en réel chez nous, en Belgique, ainsi qu’à Lyon, afin de définir le centre de gravité des panneaux, car il était clair que ce centre de gravité devait définir la position finale souhaitée. Il était donc crucial de se mettre d’accord très tôt pendant la pré-production sur tous les détails de la construction, des éléments scénique, des panneaux vidéo, des lumières, du câblage…
Artefact a construit le décor de ce show, mais vous avez construit quelques éléments également… Lesquels ?
À part le cercle de lumière pour la chanson « XXL », nous n’avons pas construit d’autres éléments scéniques. Le travail d’Artefact a été exceptionnel, car vous n’imaginez pas toute la technique qui se trouvait sous la scène !

À-t-il été difficile d’intégrer tout le système technique du bras articulé sous la scène ?
L’espace disponible sous la scène était très limité car il y avait de nombreux éléments (les robots, les trappes, la plate-forme qui fait disparaitre Mylène à la fin du show…). Nous avons donc construit le bras avec ses limites. Pascal « George » Meley (responsable technique, ndlr) a intégré toutes ces informations et a vérifié qu’il n’y avait pas de collision possible entre chaque élément.

C’est la première fois que la scène est aussi complexe pour un concert de Mylène Farmer. Y a-t-il eu des contraintes importantes pour intégrer tous ces éléments au décor avec les autres prestataires ?
Non, pas plus que ce que je viens de vous dire, et c’est déjà pas mal ! (Rires)

Avec quelles autres personnes ayant travaillé sur cette tournée avec-vous plus particulièrement collaboré ?
Nous avons surtout travaillé avec la production en général, mais aussi Artefact pour le décor et les panneaux, Alabama pour la vidéo sur les panneaux, et Dimitri Vassiliu pour les lumières.

koen-peetersMylène, participait-elle aux réunions techniques avec vous et son équipe ?
Non, elle n’était pas là pendant ces réunions.

Y a-t-il eu des désirs exprimés par l’équipe de Mylène ou vous-même qui n’ont pu être réalisés pour des raisons techniques ?
Non, nous n’avons connu aucun problème à ce niveau-là. Tout ce qui était souhaité par la production a pu se faire !

 

extrait du magazine Styx TIMELESS 2013 – page 50

 

 

Publié dans Mylène et L'ENTOURAGE, Mylène TIMELESS 2013 | Pas de Commentaire »

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...