• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 18 mars 2014

Mylène  » E.T. mon ami » dans TÉLÉ 7 JOURS

Posté par francesca7 le 18 mars 2014

 

15 NOVEMBRE 1986 – Entretien avec Cécile TESSEYRE

A propos de son petit singe, E.T. :

- E.T. est entré dans ma vie, il y a un an et demi. Il prend peu de place et m’attend sagement quand je ne suis pas là, mais je précise que je ne suis pas amoureuse de lui. C’est bon pour le cinéma ! D’ailleurs, j’adore tous les animaux, même si j’ai une préférence pour les singes.

1986-30A propos des zoos qu’elle aime visiter :

- Celui que je préfère est celui du Jardin des Plantes. On y fait des découvertes à chaque fois. Hélas, j’y ai déjà entraîné tellement de monde que plus personne ne veut m’y accompagner.

A propos de son ami Gaétan, éleveur d’animaux sauvages (nb : Mylène le mettra plusieurs fois à l’honneur au début de sa carrière)

- Gaétan et sa femme Christine sont des gens formidables. Ils ont élevés leur fils de trois ans Uryen au milieu de cette faune et il n’en a pas du tout peur.

A propos de sa passion des animaux :

- Comme beaucoup d’enfants, j’ai voulu devenir vétérinaire. Honnêtement, si la chanson devait s’arrêter, j’aimerais assez me lancer dans un métier où l’on s’occupe d’animaux. Je suis arrivée en France à l’âge de 8ans et j’ai longtemps monté à cheval et, quand j’avais 16-17 ans, je suis partie en stage près de Saumur, la ville du Cadre Noir, pour passer l’examen qui aurait fait de moi une institutrice. J’avais même obtenu une dérogation de la fédération en raison de mon âge mais, finalement, je ne suis pas allée au bout. Peut-être un jour…

A propos du 45-trs sur lequel elle travaille (nb : et qui s’avéra être « Tristana »)

- La mélodie est extrêmement mélancolique. C’est un sentiment que j’affectionne particulièrement. Nous n’avons pas encore les paroles, mais Laurent mûrit déjà des idées pour le clip : des scènes grandioses tournées dans les pleines enneigées de Roumanie avec des loups.

A propos de sa rencontre avec Laurent Boutonnat :

- J’étais mannequin, j’avais passé trois ans à poser pour des photos, des publicités et à tourner dans des spots télévisés et, au cours d’un dîner, j’ai rencontré Laurent, compositeur passionné de cinéma. Il venait d’écrire « Maman a tort » et cherchait une interprète. Je n’avais jamais envisagé une carrière dans la chanson.

Ma seule expérience du chant était un petit concours gagné quand j’étais enfant.

A propos des réactions autour de « Libertine » :

- Le texte de la chanson embarrasse certains programmateurs et, à la télé, ma petite robe trop échancrée et ma façon de danser en font tiquer plus d’un. Aujourd’hui encore on hésite parfois, mais je ne suis ni provocante, ni provocatrice, et le Top 50 est là pour montrer que la chanson plaît à tous.

A propos de son goût à rester chez elle :

- Je suis très casanière. J’habite le même immeuble que Jackie Quartz, elle aussi au Top 50, et Maxime Le Forestier, mais je les vois rarement et j’aime rester chez moi de longues heures avec E.T.

A propos de son jeune frère Michel, alors âgé de 16 ans :

- Ce n’est pas un très bon élève. Je vais essayer de le faire entrer comme technicien du son au Palais des Congrès.

A propos du talent d’astrologue de son manager, Bertrand Lepage :

- Bertrand m’a monté mon thème. Je suis Vierge ascendant Vierge. Tous mes frères et soeurs ont le double signe. C’est loin d’être un avantage. Il faut éviter les dédoublements de personnalité.

Publié dans Mylène 1985 - 1986, Mylène en CONFIDENCES | Pas de Commentaire »

Six questions à Mylène Farmer sur Libertine

Posté par francesca7 le 18 mars 2014

 

TOP 50 du 3 NOVEMBRE 1986

La chanson « Libertine » a décollé grâce à son vidéo-clip. Que penses-tu de l’impact de cette forme de promo ?

- Pour moi, les clips d’Axel Bauer et celui des Rita Mitsouko ont vraiment été déterminants pour le succès de ces chansons, comme pour le clip de « Libertine » a été déterminant pour le succès de cette chanson. Quant à l’impact, il y a toujours impact quand il y a surprise et originalité. Quant aux vidéos, les gens ont l’impression que c’est à la portée de tout le monde parce que d’autres ont ouvert la voie. Les gens ne vont pas à la simplicité…

1986-29As-tu l’intention de mener une carrière à l’étranger ?

- Oui, l’adaptation de « Libertine » est en cours. Il est question que l’on aille en studio en Grande-Bretagne pour bénéficier de l’équipe et d’une dynamique anglo-saxonnes.

Le texte de « Libertine » en français est osé mais sous couvert poétique. Les textes en anglais sont toujours très ‘hard’. Va-t–il être dans cet esprit-là pour la version anglaise ?

- On ne peut pas faire de traduction littérale, mais quelqu’un a traduit « Libertine » de façon habile, c’est-à-dire en respectant l’esprit de la chanson.

Tu as rencontré récemment Depeche M ode. Comment les as-tu trouvés ? Aimerais-tu travailleravec eux ?

- Le terme d’idole est un terme que je n’emploie jamais. J’avais envie de les rencontrer parce que j’aime beaucoup leur univers. Il serait intéressant de voir le résultat d’une collaboration entre le réalisateur du vidéoclip de « Libertine » et du groupe Depeche Mode.

Ton succès a-t-il changé ta vie ? Te sens-tu différente par rapport aux autres, et comment pensestu aborder la suite ?

- Oui, depuis que je fais ce métier, je peux boire : au lieu du sempiternel Coca-cola, je m’offre du champagne millésimé. Je pense que ce sont les gens qui évoluent autour d’un ‘personnage public’ qui ont un comportement parfois plus excentrique que celui de la personne elle-même.

A ton avis, quelle a été la tête de ta M ère Supérieure lorsqu’elle a entendu ta chanson pour la première fois ?

- A mon avis, comme « c’est nu qu’on apprend la vertu », elle a laissé sa soutane pour des bas résille et des talons hauts. Où est le bien, où est le mal ?!

Publié dans Mylène 1985 - 1986, Mylène en CONFIDENCES | Pas de Commentaire »

Une drôle de libertine dans PODIUM

Posté par francesca7 le 18 mars 2014

 

NOVEMBRE 1986 – Entretien avec Robert de LAROCHE

1986-28Qu’est-ce qui te hérisse le plus dans la vie au quotidien ?

- Mon maquillage ce matin ! Tout ! De ne pas avoir eu de sucre pour mettre dans le thé ou le café, parce que j’oublie toujours d’en acheter…

On te donne une caméra, qu’est-ce que tu en fais ?

- Je la casse par maladresse.

Qu’est-ce qui te scandalise le plus en général ?

- D’avoir cassé cette caméra. C’est honteux de se comporter aussi mal, n’est-ce pas ?

Tu crois à la réincarnation ?

- Je me documente là-dessus. Pour le moment, je suis vraiment dans l’expectative.

Ton avion tombe dans la jungle. Tu paniques, ou tu deviens finalement femme-singe ?

- Si l’avion tombe, en principe, je suis morte. Mais enfin… si je survis, je termine ma vie avec les gorilles. Avec le chef, bien sûr. Tout à fait possible.

Le plus beau compliment qu’on puisse te faire ?

- De reconnaître et d’apprécier mon travail, ce que je fais.

On t’agresse verbalement dans la rue à propos de tes chansons, comment réagis-tu ?

- Je demande si la personne préfère Rika Zaraï et après quoi j’avise. Mais je me fiche des agressions de ce genre.

Qu’est-ce qui te vexe le plus ?

- Je suis susceptible, un rien me vexe. Les gens qui se mêlent de ce qui ne les regarde pas !

Tu aimerais changer de sexe ?

- On trouve déjà que je suis androgyne, alors j’ai l’impression que le chemin est tout tracé !

Tu pleures souvent au cinéma ?

- Tout le temps ! « Bambi » me fait pleurer, mais aussi « La fille de Ryan » ou « L’important c’est d’aimer ». Mais mon clip aussi !

Qu’est-ce qui te fait le plus peur ?

- Le noir, l’eau… et les bombes dans les rues.

Mylène Farmer mère de douze enfants, c’est possible ou pas du tout ?

- Ah non, certainement pas. Avec douze gorilles plutôt.

Ton gentil producteur te donne carte blanche et beaucoup de sous, que fais-tu ?

- Je lui rends l’argent et je produis son premier film.

Tu aimerais jouer Blanche-Neige ou Dracula ?

- Blanche-Neige, à la poubelle tout de suite ! A moins que je ne fasse la sorcière. Mais Dracula, je rêve de le jouer un jour.

Un autre rôle qui te plairait ?

- Celui de l’enfant sauvage.

Tu te vois réaliser un de tes fantasmes en public, à la télé ?

-          Alors là, ça nous entraînerait vraiment trop loin. Je préfère me taire !

Publié dans Mylène 1985 - 1986, Mylène en INTERVIEW | Pas de Commentaire »

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...