• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 30 novembre 2013

Mylène et son fidèle collaborateur

Posté par francesca7 le 30 novembre 2013

 

Thierry Suc : «Je mets dans un écrin tous les désirs de Mylène Farmer»

Publié le 30/11/2013 à 03:57, Mis à jour dans la presse http://www.ladepeche.fr/

 

suc

Thierry Suc : «Je mets dans un écrin tous les désirs de Mylène Farmer»

Dans le show-business depuis 30 ans, Thierry Suc organise notamment les tournées de Calogero, Florence Foresti ou Louis Chedid. Manager et producteur de Mylène Farmer, il connaît parfaitement l’artiste.

Thierry Suc, 52 ans, n’a rien à voir avec la caricature du producteur à gros cigare, bagues en or et langage imagé. L’homme est posé, affable et souriant. Chez lui, aucun signe extérieur de richesse ou de pouvoir. Juste la volonté du travail bien fait, jusque dans le moindre détail, et l’envie de désacraliser un peu sa plus grosse cliente, la mystérieuse Mylène Farmer.

Vous souvenez-vous de votre première rencontre avec Mylène Farmer ?

C’était à Paris, en 1988, dans un restaurant. J’ai tout de suite eu conscience que c’était une artiste hors du commun. Dès l’année suivante, j’organisais une semaine de concerts au Palais des sports, à Paris. Chaque soir, la salle de 5 000 places était bourrée. Le phénomène était déjà là et il n’a cessé de s’amplifier depuis.

Pourquoi une telle fidélité depuis si longtemps ?

J’aime travailler avec Mylène parce que c’est une artiste complète. Elle s’intéresse à tous les aspects d’un spectacle : la technique, les costumes, les images, l’affiche… et la musique bien sûr. Elle connaît tout, sur le bout des doigts, pour tous les corps de métiers. Monter sur scène est un aboutissement. Mais avant cela, il y a eu 18 mois de réunions, de préparation. Pour Mylène, c’est sa façon, sa raison de vivre.

Comment expliquez-vous l’aura dont jouit Mylène Farmer ?

On ne peut pas tout expliquer. Nous avons une chance inouïe, incroyable. Ce que je constate, c’est que quand Mylène arrêtera, aucune autre artiste ne pourra la remplacer de cette manière. Elle est extraordinaire. Et l’attachement du public est du même ordre, tellement fort. Qui est capable de vendre 155 000 billets en une journée un an avant sa tournée ?

Quelle relation entretenez-vous avec l’artiste au quotidien. Est-ce facile de travailler avec une diva ?

Je suis producteur de tous ses spectacles depuis 1989 et je n’en ai pas manqué un seul. Le fait d’être le manager de Mylène Farmer évite les conflits avec elle. Je suis là pour mettre dans un écrin tous ses désirs. Nous travaillons toujours en collaboration. De toute façon, Mylène ne se met pas sur un piédestal. Elle est très proche des créateurs, de toutes les équipes. L’ambiance est très joyeuse. Un spectacle, c’est une famille de 130 personnes qui se crée. Nous sommes un peu tristes d’être si près de la fin de la tournée. Le 6 décembre à Nice, nous nous séparerons après 5 mois passés ensemble.

Aucune prolongation de la tournée n’est prévue ?

Non. Celle-ci a été fabuleuse. Nous avons constaté à nouveau une ferveur incroyable. Particulièrement à Minsk, Moscou et Saint-Pétersbourg fin octobre et début novembre. Chaque soir, 20 000 spectateurs reprenaient les chansons en phonétique.

La prochaine tournée est-elle déjà programmée ?

On ne sait pas encore s’il y en aura une. La décision de remonter sur scène appartient à Mylène. Aujourd’hui, rien n’est décidé.

 


images (9)«Elle ne fait jamais de caprice»

Lors des tournées, la vie de Mylène Farmer reste dictée par le spectacle à donner le soir. «Mylène arrive très tôt à la salle, explique Thierry Suc. Elle participe aux répétitions, se soumet aux maquilleuses, aux coiffeuses. Sa vie est très rythmée et le travail reste prépondérant. Le soir, elle rentre à l’hôtel et dort. Le lendemain, après le déjeuner, il est déjà temps de retourner à la salle.» A l’hôtel ou dans sa loge, Mylène Farmer ne réclame rien d’extraordinaire. «Dans sa loge, elle aime simplement ses objets à elle, ses fétiches et notamment beaucoup de livres. Mylène ne boit pas, n’exige rien, ne fait pas de caprice. C’est l’artiste la plus simple que je connaisse et je crois que c’est la marque des grands. Les caractériels, ceux qui sont arrogants avec les équipes ne m’intéressent pas», conclut Thierry Suc.

Propos recueillis par Jean-Marc Le Scouarnec

Publié dans Mylène dans la PRESSE, Mylène et L'ENTOURAGE | Pas de Commentaire »

Mylène et les défaillances techniques

Posté par francesca7 le 30 novembre 2013

téléchargement (5)

Manque de jus au Zénith de Toulouse. Mardi soir, le premier des trois concerts toulousains de Mylène Farmer a débuté avec une heure de retard, à 21 h 30, en raison d’une panne électrique. Le 12 novembre dernier, c’est Indochine qui a fait sauter les plombs. Dans le noir et sans sono, le groupe avait du coup improvisé une petite session acoustique pour le plus grand plaisir du public.

Interrogée par France 3, la direction du Zénith affirme qu’il s’agit de deux problèmes distincts. Pour le concert de Mylène Farmer, c’est le système d’éclairage des gradins qui a posé problème. Ce dispositif de sécurité permet en effet d’éclairer la salle en cas d’évacuation. Résultat : « les responsables de la salle et le producteur de la tournée ont pris la décision de tout vérifier avant de faire entrer le public », affirme Alain Dubout, le directeur du Zénith. Un retard à l’allumage qui n’a pas refroidi les fans venus très tôt pour obtenir la meilleure place possible et assister à la messe. de leur star. La chanteuse « Libertine » a pû dérouler son show Timeless sans fausses notes.

 

Gradins dans le noir, Mylène Farmer avec du retard

Les spectateurs et fans de Mylène Farmer ont simplement patienter un peu plus longtemps que prévu devant les grilles. Certains étaient d’ailleurs arrivés dès vendredipour être les premiers à entrer dans la salle. Pour Alain Dubout, le directeur du Zénithinterrogé par France 3, c’est une défaillance de l’éclairage des gradins qui est en cause : le dispositif de sécurité n’a pas été touché mais la direction de la salle et le producteur de la tournée ont pris la décision de tout vérifier avant de faire entrer le public. 

Lorsque la panne a été réparée, le concert a débuté normalement comme le montre cette vidéo d’une fan publiée sur les réseaux sociaux : 

Image de prévisualisation YouTube

Lors du show d’Indochine, « c’est la partie ‘tournée’ de l’enceinte qui a disjoncté. C’est sur cette partie électrique que se branchent les techniciens des productions qui s’installent au Zénith. Il a fallu ensuite prendre le temps de tout vérifier, de redémarrer l’électricité puis de remettre en service tous les équipements informatiques. Mais le groupe a vraiment joué le jeu et on les en remercie », ajoute Alain Dubout.

Pour éviter ce genre d’incidents à l’avenir, tout le système électrique va être testé prochainement. C’est à l’issue de cette vérification qu’il sera décidé ou non de faire des travaux de rénovation et de modernisation.

article de presse paru sur http://midi-pyrenees.france3.fr/

Publié dans Mylène 2013 - 2014 | Pas de Commentaire »

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...