Mylène Farmer avant le concert à Gayant-expo à Douai

Posté par francesca7 le 23 novembre 2013

 

article paru sur http://www.lavoixdunord.fr

images (7)


Une vingtaine de tentes ont poussé devant l’entrée de Gayant-expo depuis samedi. 
On se souvient qu’en l’an 2000, en plein hiver, et en 2009, on avait constaté le même phénomène. En croisant ces dates avec les vieux programmes de la salle de spectacles douaisienne, on trouve le lien de cause à effet : Mylène Farmer. C’est elle l’idole qui envoûte ses fans, les transformant en campeurs transis.

Prenons les quatre qui, hier matin vers 11 heures, gardaient ce mini-village de tentes coincé entre une départementale et une voie de chemin de fer pour tenter de comprendre comment la passion les a pris. Dans l’ordre croissant des âges il y a Alicia (21 ans), venue de Lille, Vanessa (25 ans), d’Épernay, Corinne (31 ans), de Lille également et Grégory (32 ans), de Paris. Ces quatre-là ont la passion sereine, évidente, au point qu’ils n’essaient même pas de la justifier. Et qu’elle soit comprise ou pas est le cadet de leurs soucis.

Mylène : le coup de foudre, « une émotion qui monte »

Ils ont découvert « Mylène » en écoutant une chanson, un disque, et leur vie a pris un autre tournant. « C’est avec l’album Innamoramento que j’ai découvert Mylène. J’ai ressenti plein d’émotions. Je l’ai écoutée en boucle et à partir de là j’ai tout acheté », indique Alicia. Pour Corinne, c’est à travers l’album Live à Bercy que la rencontre a eu lieu : « C’est d’abord une émotion qui monte, qui nous fait passer progressivement vers quelque chose de beau. » Après un tel coup de foudre, pas question d’en rester là : achat de toute la discographie d’abord, et assister à ses concerts ensuite. Pas à un seul, mais à un maximum, en fait le seul moyen de voir la star.

Ils assistent deux fois au même concert en deux jours

Des concerts, ils en ont tous plus de dix au compteur : Toulouse, Nantes, Paris-Bercy, Bruxelles… Certains vus deux fois de suite. D’ailleurs Grégory en verra deux sur les trois que Mylène Farmer donne à Douai. Dans ses spectacles, Mylène Farmer est apparemment transfigurée car l’idole, qui a compris que ce qui est précieux est rare, et qui gère en conséquence ses apparitions médiatiques, est décrite par un de nos interlocuteurs comme «hyper accessible ».

« Il faut bien un endroit pour se laver, aller aux toilettes, faire une bonne nuit de temps en temps »

Pour ces gens qui sont colporteur de presse, vendeuse dans une poissonnerie, employé dans un hôpital, le coût de cette passion est loin d’être anodin. Le déplacement, le prix du billet, plus… le prix de l’hôtel. Car les tentes posées devant Gayant-expo sont davantage un moyen de s’assurer une place au premier rang, pour être au plus près de l’idole. « Mais il faut bien un endroit pour se laver, aller aux toilettes, faire une bonne nuit de temps en temps», précise Vanessa. D’où la tente et la chambre d’hôtel. Les occupants des autres tentes étaient d’ailleurs au chaud dans leur chambre pendant que nos quatre fans gardaient le mini-camping.

Il est plaisant de constater que ces fans, dont certains se sont déjà croisés à d’autres concerts comme Vanessa et Grégory, toujours dans la partie camping qui garantit une place au premier rang, constituent une franc-maçonnerie sans malice. Alicia, qui n’a pas les moyens de se payer une chambre d’hôtel, profite de celle des autres. Et les fans qui vont arriver après n’essaieront pas, le jour du concert, de passer devant ceux qui ont été les premiers à planter leurs tentes. Car nos campeurs, tous en possession d’un billet « fosse or », qui leur garantit d’être devant la scène, font tous ces sacrifices pour une seule raison : «pouvoir échanger un regard, un sourire, une émotion avec Mylène. » Respect.

 téléchargement (3)

Copy_of_13DOUAI.1.Douai_01ART3

Mylène Farmer fait frémir

l’hôtellerie douaisienne

Au Volubilis, à deux cents mètres de Gayant-expo, on sent un « effet Mylène Farmer », comme en 2009, quand l’artiste était venue donner un précédent concert. « Trente à trente-cinq de nos chambres sont réservées pour cet événement », indique la direction de cet établissement trois étoiles. Dont quelques-uns par quelques clients particuliers qui ont réservé depuis samedi mais qui dorment une nuit sur deux à l’hôtel, et le reste du temps dans une des tentes qu’ils ont plantées à deux cents mètres (lire ci-contre). Mylène Farmer jouant trois soirs quasiment d’affilée à Douai, et vu l’habitude de certains fans d’assister à plusieurs concerts de suite, la direction espère bien quelques réservations supplémentaires. Au B and B à Cuincy, on sent aussi la bonne influence de la star : «Pour le 20 (date du premier concert douaisien de Mylène Farmer), no us n’avons plus beaucoup de chambres. »

Ce surcroît d’affluence ne se fait pas sentir dans tous les établissements de Douai et sa périphérie, mais il est réel. Réel mais modeste. C’est un public de milliers de personnes qui va venir à ces trois concerts, dont certains de loin qui hésiteront sans doute à rouler quelques centaines de kilomètres juste après le concert s’ils sont venus en voiture. Quant à ceux qui sont venus en train, il faudra bien qu’ils attendent le lendemain. Dans ces conditions on aurait pu s’attendre à une avalanche de réservations. C’est loin d’être le cas.

En attendant, comme nous avons pu le constater avec les premières personnes arrivées, ce public est tout ce qu’il y a de plus tranquille et seront des clients impeccables : les fans de Mme Farmer sont des gentlemen.

 

Laisser un commentaire

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...