• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 31 octobre 2013

Critique du Dictionnaire des chansons de Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 31 octobre 2013


 Critique du Dictionnaire des chansons de Mylène Farmer dans Mylène et BIOGRAPHIES 413yezahhql._-181x300

1 – « Sans illustration ni photographie de la célèbre chanteuse, ce livre n’est pas une biographie de star, autorisée ou non. La vie privée de Mylène Farmer n’intéresse pas l’auteur, ce n’est pas son propos. Celui-ci est uniquement professionnel. Le journaliste présente un travail d’analyse, exhaustif et minutieux, se concentrant sur le sens des textes, attentif à recouper, retrouver les inspirations, les éclaircir. Sous la forme d’un dictionnaire que l’on se doit de compulser par ordre alphabétique, c’est le riche univers artistique de Mylène Farmer qui est présenté. Benoît Cachin ne néglige aucune version des chansons, du live au remix, sans oublier les ambiances particulières des clips et des concerts, mettant en évidence les thématiques de l’artiste provocatrice et controversée. Une introduction chronologique et circonstanciée sur le parcours de la chanteuse fait le point sur ses activités, ses collaborateurs, ses succès, mettant en valeur le talent et la carrière. Ce livre ravira les collectionneurs et les fans, adeptes de la grande prêtresse de la chanson française. »

 2- « Dans cet ouvrage, l’auteur prend le temps de retracer le parcours exceptionnel de la chanteuse, de nous faire découvrir son univers unique, fourmillant de références littéraires, picturales et cinématographiques. »

citations sur evene.fr

 

 

Publié dans Mylène et BIOGRAPHIES, Mylène et des CRITIQUES, Mylène et les AUTEURS | Pas de Commentaire »

La part d’ombre de Mylène

Posté par francesca7 le 31 octobre 2013


 La part d’ombre de Mylène dans Mylène AU FIL DES MOTS images-122

Il serait facile de ne voir en Mylène Farmer que la projection de tous nos rêves.

Ne serait-elle « que » cela, ce serait déjà formidable : il n’est pas donné à grand-monde d’incarner à ce point les aspirations d’autrui.

Mais Mylène Farmer est plus que cela. Elle est. Et quand elle nous demande : « A quoi je sers? », on a envie de lui répondre : « à être ».

La fascination que suscite Mylène Farmer a quelque chose à voir avec le culte. Cet ouvrage en est la preuve. Et si j’ai accepter de préfacer Mylène Farmer, la part d’ombre, c’est parce que les auteurs ont pris le parti de pénétrer l’univers de Mylène sous un angle intelligent, surprenant et avec la distance nécessaire. Pour eux, pas de doute : le culte existe, c’est certain.

Pour ma part, j’ai surtout aimé ce que faisait Mylène jusqu’à 1989 inclus. Pendant toute cette période, elle avait mon adhésion totale. Je crois qu’elle a atteint, à cette époque, une beauté assez invraisemblable. En tout cas une perfection formelle que je ne retrouvais pas chez d’autres chanteurs. Cela n’exclut pas que d’autres aspects m’aient plus par la suite. Car Mylène est quelqu’un de beau, qui fait de très belles choses, avec une vraie rigueur d’écriture.

Beaucoup de chansons et de clips de Mylène m’ont marquée. Et ce n’est pas au hasard si l’on retrouve des clins d’oeil à « Sans logique » ou « Maman a tort » dans certains de mes romans… Je pense que Mylène et moi avons ce point commun de donner une version « vraie » de l’enfance, qui n’est pas l’âge rose et enrubanné auquel on a tant essayé de nous faire croire à travers des textes tous plus mièvres les uns que les autres. L’enfance est l’âge de la vie qui m’a le plus bouleversée. Pour Mylène, c’est autre chose. Je l’ai beaucoup interrogée à ce sujet. Elle m’a dit n’avoir aucun souvenir de cette période avant l’âge de 12 ans. Il y a sans doute eu un phénomène d’autocensure.

Outre l’enfance, d’autres thèmes nous sont certainement communs : l’autre comme miroir des plus terribles et une très grande exigence vis-à-vis de l’amour, pour n’en citer que deux. J’ai également ressenti chez elle une sorte de fêlure, que je porte également. En ce qui me concerne, j’ai pu la transformer en un gisement formidable grâce à l’écriture. Il semblerait également que Mylène ait fait quelque chose de sa fêlure. Je suis convaincue d’une chose, dont elle n’a pas conscience : Mylène, par le biais de ses chansons, a aidé bien des personnes dans leur vie. Et rien que cela, c’est déjà un aboutissement.

Pour toutes ces raisons, j’étais très curieuse de la rencontrer, comme, je crois, elle était aussi très curieuse de me découvrir.

Notre rencontre s’est produite un peu par hasard, à l’occasion d’une interview croisée pour l’édition allemande du magazine Vogue. C’était en décembre 1995, trois jours avant Noël. Nous nous sommes retrouvées dans un grand hôtel parisien, autour de l’objectif de Marianne Rosenstiehl, dont j’adore le travail et qui a parfaitement su restituer l’atmosphère de cette rencontre. Je suis donc venue le plus simplement du monde, en métro, participer à cette interview réciproque. Quand je suis arrivée, Mylène était en train de se faire coiffer et maquiller depuis plusieurs heures, comme la vraie star qu’elle est. J’étais un peu intimidée! Ce contraste est sans doute un élément du personnage : parvenir à mettre de l’émotion et de l’intimité dans la démesure, deux sentiments que j’éprouvais par la suite.

L’interview a duré deux heures et j’ai été ravie de la façon dont il s’est déroulé. Aussi ai-je accepté avec plaisir l’invitation de Mylène Farmer à passer le reste de la journée ensemble. La soirée s’est prolongée très tard et nous avons échangé beaucoup de choses. Un vrai moment privilégié. Il n’y a pas vraiment eu de suite, mais je pense qu’elle m’a fait un très beau cadeau.

Pour avoir côtoyé Mylène, je pense qu’elle cultive l’inaccessibilité qui la caractérise. Mais je crois aussi qu’une part lui échappe. J’ai pu m’apercevoir que, lorsqu’elle est cordiale, et elle peut assurément l’être, on sent quand même, quelque part, une muraille de glace. Il semblerait qu’elle n’y puisse rien. Attention, loin de moi l’idée de présenter Mylène Farmer comme une victime. Mais cette muraille de glace, sans doute, la rend prisonnière de quelque chose

Ainsi soit-elle !

—> citation de Amélie Nothomb

Publié dans Mylène AU FIL DES MOTS, Mylène dans la PRESSE, Mylène en CONFIDENCES | Pas de Commentaire »

Mylène par Hugues ROYER

Posté par francesca7 le 31 octobre 2013

Mylène par Hugues ROYER dans Mylène dans la PRESSE telechargement-13

La biographie de Mylène Farmer (Flammarion) ayant fait un carton en librairie, Hugues Royer, notre chef d’édition, réédite son livre en poche. Une version enrichie de deux chapitres inédits, qui sortira le 24 août prochain.

Le biographe de Mylène Farmer, Hugues Royer, raconte…..

Voici.fr : Y-a-t-il du nouveau dans l’édition de poche de votre bio ?
Hugues Royer : Oui, j’ai ajouté deux nouveaux chapitres, notamment pour évoquer la tournée de Mylène – je suis allé la voir à Rouen le 30 mai dernier. Grâce à quelques fans pointilleux, j’ai également corrigé quelques coquilles dans la discographie. Bref, cette édition est totalement réactualisée.

Que savez-vous des concerts qui auront lieu au Stade de France, les 11 et 12 septembre ?

Ils seront différents des spectacles de la tournée provinciale, et ce ne sera pas seulement une question d’échelle. Bien sûr, l’écran sera plus grand, les deux grandes statues d’ « écorchés » qui encadrent Mylène s’élèveront à 25 mètres de haut ! Mais il y aura aussi une seconde scène centrale, que Mylène atteindra par une avancée dans la fosse. Une façon pour elle d’être encore plus proche de ses fans. Et elle chantera « Sextonik », le titre qui fait l’apologie du godemiché !

Savez-vous dans quel état d’esprit se trouve Mylène ?
Elle est très excitée par ce défi scénique et, en même temps, forcément un peu angoissée. 80 000 spectateurs d’un coup, c’est une vague humaine énorme. Et, après vingt-cinq ans de carrière, elle est toujours sincèrement étonnée par l’ampleur de son succès.

On parle de la présence de Moby sur ou deux concerts…
Ce n’est pas confirmé à 100 %, mais Moby a été contacté. Tout le monde espère qu’il sera là pour interpréter « Slipping away »…

On parle aussi d’un DVD en 3 D pour Noël…
Il semble, en effet, que Mylène ait l’intention de faire filmer son show en relief, comme ça a été le cas pour le spectacle « Hanna Montanah » aux Etats-Unis. En France, ce serait une grande première. Mais on ignore si le DVD sera prêt pour Noël. La maison de disques n’a, pour le moment, annoncé qu’un CD live.

Avez-vous eu des nouvelles de Mylène après la publication de votre bio ?
Pas encore ! Mais je ne désespère pas… Et certaines personnes de son entourage m’ont laissé entendre qu’elle avait plutôt apprécié le livre. Les fans, en tout cas, ont été nombreux à reconnaître leur idole. Je profite de l’occasion pour les remercier de l’accueil qu’ils ont réservé à ma « Mylène ». J’espère qu’ils aimeront aussi cette nouvelle édition.

Propos recueillis par J.D. parution dans VOICI.FR http://www.voici.fr/news-people/

Mylène, Editions de l’Archipoche, 8,50 euros. 

Publié dans Mylène dans la PRESSE | Pas de Commentaire »

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...