Mylène Farmer tout en qualité sur Scène

Posté par francesca7 le 22 octobre 2013

 Mylène Farmer tout en qualité sur Scène dans Mylène 2013 - 2014 mylene-farmer_reference_article

Annoncé depuis plus d’un an, le  »Timeless 2013«  de Mylène Farmer se dévoilait samedi dernier au Palais Omnisports de Paris-Bercy. Sont prévues dix représentations dans la capitale, avant une tournée qui emmènera la chanteuse jusqu’en Russie cet automne. La première, samedi soir, a laissé le public partagé. La faute sans doute à quelques imprécisions que l’interprète a aussitôt tenté de gommer le lendemain, hier soir, donnant à voir et entendre une prestation menée d’une main de maître pendant un tout petit peu plus de deux heures. C’est le temps que dure ce spectacle survitaminé et déroutant. Grâce à « C’est une belle journée » et  »Oui mais non« , multipliant les poses lascives dans son fauteuil écru, Mylène Farmer met tout le monde d’accord. Elle est pour l’occasion entourée de (seulement) six danseurs, mais aussi de cinq robots que l’on retrouvera à plusieurs reprises sur scène. Le titre « Slipping Away/Crier la vie » est interprété en duo avec Moby, seulement présent sur écrans géants, contrairement à Gary Jules, qui accompagnera la chanteuse « tous les autres soirs » pour reprendre avec elle « Mad World », puis « Les mots ». Le tableau « émotion » est réussi, et pas trop long, avec une Mylène très juste dans ses interprétations de  »Je te dis tout » et « Et pourtant ». C’est d’ailleurs l’un des points forts de ce spectacle : le chant est impeccable ! Notamment sur « Diabolique mon ange », extrait de son album  »Bleu noir » (2010).

S’ensuit une ribambelle de tubes (« Désenchantée », « Sans contrefaçon »…), sur lesquels Mylène Farmer danse peu. Dommage ! Mention spéciale à « Je t’aime mélancolie ». L’artiste apparaît vêtue d’une combinaison rouge sang, très sexy, pour une chorégraphie réinventée. Après la « surprise » « Maman a tort », repris le temps de deux couplets, Mylène Farmer entonne « XXL » dans une version stylée, puis  »A l’ombre », dont les arrangements plus contemporains sont plus séduisants que ceux de la version originale. Souriante, l’artiste entre ensuite en communion avec son public sur le titre « Inséparables », avec lequel elle semble lui adresser un message d’adieu, avant de regagner sa soucoupe volante dans un épais nuage de fumée au son de « Rêver« .

On se dit alors que Mylène Farmer réussit son pari audacieux, celui de surprendre un public pourtant acquis d’avance. Dans une ambiance futuriste, l’artiste propose un vrai concert, dans l’émotion, « n’en déplaise à certains » clame-t-elle en conclusion.

Un spectacle futuriste au rythme de « Monkey Me » et « Bleu noir »

mimi-live dans Mylène TIMELESS 2013Rien à voir avec le « Tour 2009″, à travers lequel Mylène Farmer avait mis en relief l’univers électro-gothique de « Point de suture ». Cette année, la chanteuse voulait prendre des risques en s’aventurant sur un terrain qui ne lui est pas familier, offrant à un public chauffé à bloc par un remix de son titre « A l’ombre » un show plus lumineux et résolument moderne. Ne cherchez pas de statues géantes aux allures de cadavre, la Mylène 2013 prend le parti d’une scène épurée, sobrement ornée de faisceaux lumineux et d’écrans géants permettant de profiter du détail de six costumes tous plus originaux les uns que les autres, signés Jean-Paul Gaultier. 

20h50. La salle est plongée dans le noir avant d’être illuminée par un rideau scintillant, masquant une scène gigantesque qu’on peine à imaginer rentrer dans les Zénith de province. Un écran géant s’allume pour une visite des tréfonds d’un vaisseau spatial, jusqu’à ce que la nacelle descende du plafond de Bercy. En haut d’un escalier, une porte ronde façon « Stargate » s’ouvre pour laisser apparaître la chanteuse, ovationnée, scintillante dans son costume crème moulant, la chevelure lâchée façon « Libertine ». Au milieu de stroboscopes et de spots illuminant la scène et la salle, Mylène Farmer entonne « A force de », extrait de son dernier album « Monkey Me ». S’enchaînent alors sans temps morts des titres cultes de sa discographie, et d’autres moins connus, dans une déferlante de lumières. La setlist est bien pensée et a le mérite de ne pas faire redite avec celle du « Tour 2009″.

Extrait de l’article paru sur Article de Jonathan HAMARD sur http://www.chartsinfrance.net

Laisser un commentaire

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...