Mylène Farmer et la magie des mots

Posté par francesca7 le 25 août 2013

   

Mylène Farmer et la magie des mots  dans Mylène 2013 - 2014 images-51« On hante toujours les mêmes lieux, seules les personnes avec lesquelles on voyage changent parfois. L’important, c’est que la magie des mots opère ».

Qu’elle autre citation de Mylène pouvait mieux illustrer le propos d’un livre comme « Mylène au fil des mots » de Benoît Cachin ?

Car nous l’avons vu, la chanteuse semble, de 1984 à aujourd’hui, toujours hantée par ses propres démons. Démons qu’elle exorcise au travers de ses chansons en s’adressant souvent à « son ange », son autre Moi. Une magie des mots en effet qui nous permet de toucher au plus près la sensibilité, voire l’âme, de l’artiste. Des chansons comme autant de miroir qui nous renvoient à nos propres démons, à nos propres inquiétudes, à nos propres angoisses. Et si Mylène a parfois prétendu faire de l’égotisme, il semble bien que son œuvre, dans sa globalité, soit en fin de compte universelle. Une universalité qui résonne en nous et nous permet de nous approprier la vie de Mylène en chansons pour la faire nôtre.

Depuis vingt-huit ans maintenant, la magie Farmer opère. Mylène fait désormais partie de notre famille, de notre culture musicale. Bien sûr, nous aimerions qu’elle soit plus présente, plus proche de notre vie, parfois ; mais aimerait-on Mylène sans ce grand silence entre deux albums ou tournées ? N’est-ce pas cette nature profonde de l’artiste caractérisée par la discrétion –elle se dit particulièrement timide et terrorisée à l’idée de prendre la parole en public en dehors de ses shows – qui nous fait l’aimer ?

Si elle étalait, à l’instar de certains artistes, sa vie privée dans les journaux et courrait les talk-show télévisuels pour raconter ses vacances, aurions-nous la même fascination pour la femme et l’artiste ? Je ne le crois pas. Ce silence n’est-il pas la clé du désir que l’on a de retrouver, comme un rendez-vous amoureux, les chansons de Mylène ? Et ne dit-on pas que l’attente est la moitié du plaisir ?

Car ce plaisir et ce désir sont bien au cœur de l’univers Farmer. Nous l’avons vu tout au long de ce blog, quasiment tous ses textes évoquent l’amour. Qu’il soit redouté, attendu, perdu, recherché  ou physique, l’amour comme ligne directrice de l’œuvre de Farmer. Et comment ne pas évoquer l’amour du public ? Celui pour Mylène bien entendu, mais également celui de l’artiste pour ses admirateurs. Du Palais des Sport en 1989 au Stade France en 2009, la chanteuse aura démontré toute sa générosité et son sens du spectacle. Faisant d’elle une véritable « bête de scène »’ pour reprendre la formule consacrée. Celle qui se dit apeurée quand il s’agit de parler d’elle, se livre totalement à son public lors de ses shows souvent pharaoniques, mais toujours personnels. Une vraie communion avec son public comme le démontre les DVD issus des spectacles… Des spectacles qui, nous l’avons vu également, éclairent inévitablement la personnalité de l’artiste, celle-ci étant au cœur de la conception de ses shows. Tour  à tour rockeuse, sensuelle, mélancolique, énergique, c’est certainement sur scène que Mylène se dévoile le plus, et donc nous aide à la comprendre.

Gageons que 2013 sera l’occasion pour elle de nous le démontrer encore une fois. 

Laisser un commentaire

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...