Point de suture, chanson up tempo

Posté par francesca7 le 5 août 2013


                      Point de suture, chanson up tempo dans Mylène AU FIL DES MOTS images-231

Point de suture   arrive trois ans et demi après Avant que l’ombre 

 

C’est ainsi, le 25 août 2008, que les admirateurs découvrent ce septième album studio qui regorge de chansons up tempo. A commencer par le premier single, Dégénération,  qui permet à Mylène de renouer avec les dance floors….

Onze titres (dont un caché) se partagent ce nouvel album, enregistré à Bruxelles au studio ICP. Nettement plus électronique que le précédent, il présente aussi une couleur plus optimiste. Mylène le précise d’ailleurs à Paris Match dans une interview accordée dès le 20 mars 2008 dans une dépêche AFP. Et comme la belle s’offre un Stade de France (en fait il y en aura deux), il lui faut du sang neuf et des chansons qui mettent de l’ambiance dans cette arène de 80 000 places ! Dont acte.

Cet album comporte ainsi des titres très dansants (particulièrement dans leurs versions live et/ou remixées) : Dégénération, Appelle mon numéro, Je m’ennui, Paradis inanimé, Réveiller le monde, Sextonik et C’est dans l’air.

Restent deux ballades très farmériennes, Point de suture au centre d e l’album, et Si j’avais au moins… un nous duo avec Moby, Looking for My Name, et un titre caché, l’Ave Maria de Schubert, complètent ce strack-listing. Mylène écrit ici tous les textes (excepté l’Ave Maria bien entendu). Ils se révèlent nettement moins abscons que ceux d’Avant que l’ombre… en effet, Mylène semble renouer dans cet album avec ses premières amours ; des textes intéressants et forts certes, mais plus accessibles ; moins de jeux de mots, moins de mot-valises, moins de références littéraires évidentes. Mais tout est relatif : Mylène reste Mylène, et ses grand thèmes sont toujours présents ici.

A savoir l’espoir d’un monde meilleur, apaisé et rempli d’amour … On notera que, dans le livret, Mylène fait figurer une réplique d’Al Pacino dans le film L’impasse (Brian de Palma, 1993) qui éclaire le choix de ce titre : « Tout les points de suture du monde ne pourront me recoudre… » Dans une interview accordée au magazine gay Têtu en août 2008, voici ce que précise la chanteuse après avoir cité cette réplique :

« C’est aussi ce que je ressens. J’au pour ma part choisi l’ambiguité ; « Point de suture » ici au singulier, évoque aussi bien qu’il n’y a aucune possibilité de suturer les plaies que l’espoir de guérison »…

telechargement-8 dans Mylène AU FIL DES MOTSSans grande surprise, c’est Laurent Boutonnat qui compose tout l’album (excepté là encore Ave Maria). Comme toujours, il assure également la production, les arrangements, la programmation et les claviers. Toujours fidèle au poste, Jérôme Devoise s’occupe de la prise de son et du mixage. A la différence d’Avant que l’ombre … où Mylène assumait seule les chœurs, six choristes sont présentes en tout pour cet album. Côté visuel, Mylène fait fort là encore avec une poupée de représentant (une œuvre d’Etsuki Miura), couverture de points de suture  et au milieu d’outils chirurgicaux. Les photos sont du Japonais Atsushi Tani. Dans le livret, une seule photo (de Simon Hawk) de Mylène, de dos, la tête tournée de profil et une cicatrice avec points de suture sur l’épaule gauche … cinq singles seront extrait de cet album ; Dégénération, Appelle mon numéro, Si j’avais au moins… , C’est dans l’air et Sextonik. Notons que pour ce dernier titre, aucun clip ne sera tourné.

Alors qu’à l’époque la chanteuse affirmait qu’elle était d’une génération désenchantée, ici elle se demande où est passée sa génération… elle donne d’ailleurs un semblant d’explication au JT de 20 heures de TFA le 31 août 2008 : « J’ai surtout le sentiment que la nouvelle génération d ‘aujourd’hui est dans un monde de l’ultra-violence et que c’est un monde qui st très, très difficile. Est-ce une dégénération ? Je ne sais pas ! Je me suis un peu amusée, je l’avoue en toute humilité, avec le mot « dégénération » puisqu’il y avait eu « génération désenchantée. Mylène se livre en effet pour écrire cette chanson à un exercice styllistique autour d’onomatopées, d’allitérations et de musiques internes au texte. La lettre et/ou la sonorité X est ici sollicité (sexy – sexe – styx …) Fidèle à ses grandes thématiques, Mylène évoque également le ‘trauma », le « coma », le « Styx » encore … Un texte au final assez abscons, le seul de l’album, et qui permet à la elle de scander pour conclure : « J’sais pas moi / mais faut qu’ça bouge », une Mylène dans l’action à la veille de ses shows »

                issu du livre de Benoît CACHIN sorti en octobre 2012. Aux éditions Gründ. Page 179 

Laisser un commentaire

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...