IL attaque Mylène Farmer pour contrefaçon

Posté par francesca7 le 28 juillet 2013

Nous avons tenté de joindre par téléphone et par mail Michaël Pradignac, le responsable marketing et communication de TS3 à plusieurs reprises hier. Sans succès.

La chanteuse Mylène Farmer a baptisé sa tournée 2013 «Timeless». Sauf que le compositeur carcassonnais avait déjà déposé le nom à la Sacem et à L’INPI avant. Il va donc attaquer l’interprète de «Sans contrefaçon» en référé pour concurrence déloyale et… contrefaçon.

N’importe qui peut en faire l’expérience : lorsque vous googlisez «Timeless», vous tombez sur des pages et des pages consacrées à la tournée 2013 de Mylène Farmer. Le problème, c’est que le nom Timeless a été déposé bien avant elle par le compositeur carcassonnais, Serge André.

IL attaque Mylène Farmer pour contrefaçon dans Mylène dans la PRESSE mi«La musique a été déposée à la Sacem dès 2009, et le nom de Timeless a été déposé en tant que spectacle à l’Institut national de la propriété industrielle (INPI) en 2012», explique le musicien. Créé en 2011, ce concert néosymphonique qui a réuni cinquante musiciens de toute la France et de tous les univers musicaux, du jazz à la fanfare en passant par l’opéra, la musique classique et le métal, a même été rejoué au foyer d’Alzonne en décembre 2012.

Avant de déposer le nom, Serge André avait vérifié qu’il n’existait pas. Et il ne comprend pas que la production de Mylène Farmer n’en ait pas fait autant avant de déclencher tout le plan média et promotionnel sous ce nom déjà pris. Désinvolture ou mépris de ce «petit» compositeur de province ? «Je n’ai rien contre Mylène Farmer ni pour elle, je suis juste dans mon bon droit», insiste Serge André qui a tenté de régler le contentieux à l’amiable. D’abord par des courriers restés lettre morte, puis par l’intermédiaire de son avocat, Me Frédéric Pinet qui explique : «Le premier contact avec l’avocat d’Universal s’est déroulé très cordialement. Mais ensuite, la production, TS3 a proposé à Serge André une somme dérisoire de 5 000 € et des places de concerts pour voir ce que c’est que de la vraie musique ! C’est honteux et totalement irrespectueux de l’homme et du musicien.» Pas étonnant dans ces conditions que Serge André refuse les termes de cet arrangement de dupes : «Je, je ne suis pas une catin», parodie-t-il la chanteuse.

C’est donc fort de l’antériorité du nom Timeless qu’il s’apprête à déposer un recours en référé contre Mylène Farmer, devant le tribunal de grande instance de Marseille, compétent en la matière. «Au-delà de l’antériorité, la procédure est engagée pour concurrence déloyale et contrefaçon, observe Me Pinet. Le dossier est bouclé». Dans ce remake du pot de terre contre le pot de fer, le premier pourrait bien l’emporter.


Un préjudice considérable

Pour le compositeur carcassonnais, le préjudice n’est pas neutre. «Timeless, c’est six mois de travail d’écriture et de composition, 500 partitions individuelles. Et aujourd’hui, un spectacle qui ne peut plus tourner», se désole-t-il. En dépit de l’achat de tous les noms de domaines, «timeless.fr», «timeless.com», etc., le ver de la confusion est dans le fruitde la diffusion : pour les programmateurs, Timeless, c’est Mylène Farmer. «ça freine complètement notre histoire. Mylène Farmer fait trois dates à Montpellier en octobre, trois dates à Toulouse en novembre, juste au moment où on devait rejouer… Pour nous, l’année 2013 est grillée».


Le chiffre : 5 000

euros > pour le faire taire. Par désinvolture ou mépris, la production s’est assise sur l’antériorité de dépôt du nom Timeless. Une erreur qu’elle a essayé de racheter pour 5 000 dérisoires euros ! Cendre de thune…

 

article de Jean-Louis Dubois-Chabert dans LaDépêche de mai 2013  

Laisser un commentaire

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...