• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 28 juillet 2013

Mylène dans les médias

Posté par francesca7 le 28 juillet 2013

 

Mylène dans les médias dans Mylène et des CRITIQUES 1988-31-aDans les médias Dès ses débuts en 1984, les chansons et les clips de Mylène Farmer créent souvent la polémique. Ses premiers titres, qui se distinguent par leur ambiance musicale et des textes novateurs, sont généralement perçus positivement par la presse. Néanmoins, au fil des ans, certains journalistes commencèrent à juger l’artiste trop commerciale, du fait de ses ventes importantes et de l’intérêt croissant de la presse people. Mylène Farmer évoque dans ses chansons l’amour, la mort, le temps qui passe, souvent empreint de mélancolie. « Une part de moi habite la mélancolie, et une autre aime aussi le rire et la gaieté. Malheureusement, le monde prête plutôt à l’état mélancolique, où le bonheur émerge parfois. »83 Ses textes, souvent basés sur le symbolisme, font débat : si certains y voient un véritable talent d’écriture, d’autres les considèrent pseudo-intellectualistes. Ses concerts, inspirés des shows à l’américaine, ont conduit la chanteuse à être parfois accusée de mégalomanie. Parallèlement, de nombreux critiques reconnaissent la qualité musicale de ses albums, notamment Anamorphosée et Avant que l’ombre… Depuis quelques années, l’image de Mylène Farmer dans la presse a progressivement évolué. La durée de sa carrière et son succès ininterrompu semblent lui avoir conféré une certaine crédibilité, et son œuvre est jugée moins sévèrement ou simplement ignorée. Sa discrétion est respectée, et même saluée. Certains journaux autrefois critiques sont parfois devenus laudateurs, comme Le Monde : ses derniers spectacles (Tour 2009 et Avant que l’ombre… à Bercy) ont été très appréciés, alors que les précédents étaient parfois sévèrement critiqués. Toutefois, d’autres médias, devant son refus systématique d’interviews, publient des articles très critiques sur la chanteuse à partir de 2005 (Télé Star, Paris Match, France-Soir, Platine…), et certains média la boycottent (Europe 2, M6…). Le texte de la chanson Je t’aime mélancolie aborde ce thème et semble apporter une réponse indirecte de Mylène Farmer aux critiques : « J’ai comme une envie / De voir ma vie en l’air / Chaque fois que l’on me dit / C’est de la mauvaise herbe / Et moi je dis : / Qu’une sauvage née / Vaut bien d’être estimée / Après tout elle fait souvent la nique / Aux « trop bien » cultivées, et toc !  En somme c’est ça : / Pour plaire aux jaloux / Il faut être ignorée. »

Publié dans Mylène et des CRITIQUES | Pas de Commentaire »

IL attaque Mylène Farmer pour contrefaçon

Posté par francesca7 le 28 juillet 2013

Nous avons tenté de joindre par téléphone et par mail Michaël Pradignac, le responsable marketing et communication de TS3 à plusieurs reprises hier. Sans succès.

La chanteuse Mylène Farmer a baptisé sa tournée 2013 «Timeless». Sauf que le compositeur carcassonnais avait déjà déposé le nom à la Sacem et à L’INPI avant. Il va donc attaquer l’interprète de «Sans contrefaçon» en référé pour concurrence déloyale et… contrefaçon.

N’importe qui peut en faire l’expérience : lorsque vous googlisez «Timeless», vous tombez sur des pages et des pages consacrées à la tournée 2013 de Mylène Farmer. Le problème, c’est que le nom Timeless a été déposé bien avant elle par le compositeur carcassonnais, Serge André.

IL attaque Mylène Farmer pour contrefaçon dans Mylène dans la PRESSE mi«La musique a été déposée à la Sacem dès 2009, et le nom de Timeless a été déposé en tant que spectacle à l’Institut national de la propriété industrielle (INPI) en 2012», explique le musicien. Créé en 2011, ce concert néosymphonique qui a réuni cinquante musiciens de toute la France et de tous les univers musicaux, du jazz à la fanfare en passant par l’opéra, la musique classique et le métal, a même été rejoué au foyer d’Alzonne en décembre 2012.

Avant de déposer le nom, Serge André avait vérifié qu’il n’existait pas. Et il ne comprend pas que la production de Mylène Farmer n’en ait pas fait autant avant de déclencher tout le plan média et promotionnel sous ce nom déjà pris. Désinvolture ou mépris de ce «petit» compositeur de province ? «Je n’ai rien contre Mylène Farmer ni pour elle, je suis juste dans mon bon droit», insiste Serge André qui a tenté de régler le contentieux à l’amiable. D’abord par des courriers restés lettre morte, puis par l’intermédiaire de son avocat, Me Frédéric Pinet qui explique : «Le premier contact avec l’avocat d’Universal s’est déroulé très cordialement. Mais ensuite, la production, TS3 a proposé à Serge André une somme dérisoire de 5 000 € et des places de concerts pour voir ce que c’est que de la vraie musique ! C’est honteux et totalement irrespectueux de l’homme et du musicien.» Pas étonnant dans ces conditions que Serge André refuse les termes de cet arrangement de dupes : «Je, je ne suis pas une catin», parodie-t-il la chanteuse.

C’est donc fort de l’antériorité du nom Timeless qu’il s’apprête à déposer un recours en référé contre Mylène Farmer, devant le tribunal de grande instance de Marseille, compétent en la matière. «Au-delà de l’antériorité, la procédure est engagée pour concurrence déloyale et contrefaçon, observe Me Pinet. Le dossier est bouclé». Dans ce remake du pot de terre contre le pot de fer, le premier pourrait bien l’emporter.


Un préjudice considérable

Pour le compositeur carcassonnais, le préjudice n’est pas neutre. «Timeless, c’est six mois de travail d’écriture et de composition, 500 partitions individuelles. Et aujourd’hui, un spectacle qui ne peut plus tourner», se désole-t-il. En dépit de l’achat de tous les noms de domaines, «timeless.fr», «timeless.com», etc., le ver de la confusion est dans le fruitde la diffusion : pour les programmateurs, Timeless, c’est Mylène Farmer. «ça freine complètement notre histoire. Mylène Farmer fait trois dates à Montpellier en octobre, trois dates à Toulouse en novembre, juste au moment où on devait rejouer… Pour nous, l’année 2013 est grillée».


Le chiffre : 5 000

euros > pour le faire taire. Par désinvolture ou mépris, la production s’est assise sur l’antériorité de dépôt du nom Timeless. Une erreur qu’elle a essayé de racheter pour 5 000 dérisoires euros ! Cendre de thune…

 

article de Jean-Louis Dubois-Chabert dans LaDépêche de mai 2013  

Publié dans Mylène dans la PRESSE, Mylène et des CRITIQUES | Pas de Commentaire »

L’AVE MARIA de Mylène

Posté par francesca7 le 28 juillet 2013

 

Image de prévisualisation YouTube

DES QUESTIONS, toujours des questions. Mylène Farmer se dessine en points d’interrogation. Comment va-t-elle ? Que prépare-t-elle ? Parlera-t-elle ? Et ce nouvel album, alors ? Une rengaine savamment orchestrée, à grand renfort d’infos distillées au compte-gouttes, de rumeurs plus ou moins fondées. Mais depuis hier minuit, le voile est levé sur son nouvel album, « Point de suture », son septième enregistrement en studio, disponible dans un premier temps sur les plates-formes de téléchargement avant sa sortie en magasin lundi. 

Aux dix titres initiaux s’ajoutera alors un morceau caché au fond du CD. Selon nos informations, il s’agira d’une reprise de l’ «Ave Maria » de Schubert. Sa version avait été entendue lors des obsèques, en juin dernier, du compositeur Frédéric Botton, ex-mari de Nathalie Rheims et grand ami de la chanteuse.

350 000 albums en vente 

L’AVE MARIA de Mylène dans Mylène et des CRITIQUES bercyCe nouveau disque sera mis en place à près de 350 000 exemplaires. Pas loin d’être un record cette année. Parallèlement, 250 000 portables SFR-Sony Ericsson contenant l’album en exclusivité sont mis en vente, soit la plus grosse opération du genre en France. Une politique commerciale percutante amorcée dès le printemps. En avril, la chanteuse annonçait son retour sur scène en septembre 2009 pour deux soirs au Stade de France. Jackpot : 160 000 billets partis en quelques heures. Quelques jours plus tard, c’était une tournée, sa première depuis neuf ans, qui était mise en vente. Rejackpot : 100 000 tickets vendus dès la première journée. Huit mois avant le début du show en mai, près de 180 000 places ont déjà été écoulées en province. Et pourtant, rien ne filtre sur l’événement, sinon que l’artiste a commencé à dessiner des costumes dès mars avec le couturier Jean-Paul Gaultier, lors d’une escapade à Londres.

En vingt ans de carrière, Mylène Farmer s’est familiarisée avec la démesure : des spectacles vertigineux, des albums vendus par camions… Ou presque. Car la superstar reste sur un demi-échec avec « Avant que l’ombre ». De sa sortie en avril 2005 à décembre 2006, le disque ne s’est vendu qu’à 427 061 exemplaires, loin de ses scores habituels qui dépassaient le million. Trois ans après, il ne reste pas grand-chose de cet enregistrement linéaire, sans vrais tubes pour les radios.

Alors aujourd’hui, dans « Point de suture », Mylène Farmer revient à ses fondamentaux : des chansons efficaces, entre electro dansante et ballades vaporeuses, entre interrogations existentielles et insinuations sexuelles. Comment soigner son mal-être en prenant du plaisir : tel est le propos de « Dégénération », premier single percutant illustré par un clip spectaculaire. La belle Mylène, allongée sur une table d’opération, s’y réveille au milieu de médecins patibulaires et de militaires armés qu’elle envoûte par un fluide magique. Et hop, tout ce beau monde s’enlace, s’embrasse, voire plus si affinités, entre garçons, entre filles, entre garçons et filles… 

Cette ambiguïté lui a toujours valu les faveurs du public homosexuel. Pas étonnant, donc, de la voir depuis hier en couverture du mensuel gay « Têtu », seul média auquel elle a accordé une interview. Elle y pose façon garçon manqué, en train de… se raser, et confesse : « Je partage avec le public gay le sentiment d’être différent, qui provoque des difficultés de vivre dans ce monde. » On n’en saura pas davantage, tant la star est avare de confidences. Aux dernières nouvelles, une interview serait en négociation dans le premier 20 Heures de Laurence Ferrari sur TF 1, lundi soir, en direct. Pas de quoi répondre à toutes les questions en suspens.

Le Parisien

Publié dans Mylène et des CRITIQUES | Pas de Commentaire »

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...