Gentleman …Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 8 juin 2013


Entretien avec Didier REBOUL-SCOTTY – dans SALUT en MARS 1988

Gentleman ...Mylène Farmer dans Mylène en INTERVIEW farmerLa préparation et l’enregistrement d’un album comme « Ainsi Soit Je… » demandent quelle somme de travail ?

- Le temps d’y penser, de le préparer et enfin de concrétiser les idées. Disons cinq mois en tout.

Où a-t-il été enregistré ?

- Essentiellement au studio Méga, porte de la Muette.

Quelles sont en général vos sources d’inspiration pour écrire ?

- Elles me sont propres, mais pourraient prévenir de Baudelaire, Edgar Poe…

Ce look garçonne, est-ce une manœuvre médiatique délibérée ou est-ce un goût spontané ?

- Comme on aime changer de comportement, on aime changer d’habits sur chaque chanson. Aborder chaque fois un thème différent, c’est amusant.

Qui vous habille ?

- Différents couturiers. Fayçal Amor, avec qui j’ai beaucoup travaillé. Il y a aussi une femme que j’aime beaucoup, c’est Marie-Pierre Tattarachi.

Ne songez-vous pas à créer une griffe M ylène Farmer ?

- Non ! Ce n’est pas mon propos…

Vous aimez cultiver l’ambiguïté. Vous imaginez-vous homme ?

- Non ! De même que je ne m’imagine pas plus femme. C’est exactement le paradoxe que je n’ai pas su résoudre !

Depuis « Tristana », vous dansez dans vos chansons. Avez-vous pris des cours de danse ?

- Non, pas du tout. C’est moi qui ai inventé la chorégraphie. En fait, disons que c’était l’envie d’aborder une gestuelle plus qu’autre chose.

On ne vous a pas vue dans le disque « Band Aid » ou dans toute autre œuvre humanitaire. Pourquoi ?

- Parce que ce n’est pas mon métier, ni ma volonté que de privilégier telle ou telle cause humanitaire. Parce qu’à ce moment-là, il faudrait toutes les faire. Je préfère faire des choses que personne ne fait, et surtout ne pas médiatiser ce genre d’activités.

Un grand journal vient de publier un article concernant le play-back à la télévision en s’élevant conte son utilisation intensive. Qu’en pensez-vous ?

- Le problème, c’est que l’on ne donne pas aux artistes tous les moyens pour bien chanter en direct à la télé.

Alors pourquoi aller se casser les pieds ? Parce que c’est vraiment ça ! Ou alors, on met la technique à la hauteur de ses envies. Quant à ceux qui prônent l’autre sensibilité à la télévision, ils se trompent. Pour ça, il y a la scène. Donc laissez les gens en play-back à la télé Alain-Fournier a dit que ‘le bonheur est une chose terrible à supporter’. Qu’en pensez-vous ?

- Je ne sais pas ce qu’est le bonheur…

Vous n’êtes pas heureuse ?

- Ce n’est pas le problème. Je ne pourrais pas parler en terme de bonheur. Disons tristesse et beauté…

Qui a eu l’idée de reprendre le titre « Déshabillez-moi » ? Cela venait juste d’être fait ! (par Patty Laine, nda)

- Détrompez-vous, les deux chansons sont sorties simultanément. C’est donc purement un hasard. J’aime cette chanson, le texte est très amusant.

Si un grand magazine, genre Lui, vous proposait de poser nue, accepteriez-vous ?

- C’est déjà chose faite et je n’ai pas accepté. Je n’éprouve aucun plaisir à faire ce genre de séance…

Avant de faire ce métier, aviez-vous des illusions que vous auriez perdues en route ?

- Ma vie est faite de désillusions…

Qui dit désillusions dit également illusions, non ?

- Je n’ai jamais eu d’illusions. L’illusion, c’est se tromper soi-même. Je ne pense pas, jusqu’à présent, m’être trompée ou avoir eu à fabuler sur telle ou telle chose. Non, je pense simplement qu’il y a des découvertes.

Sortez-vous beaucoup ? Fréquentez-vous les lieux branchés ?

- Pas du tout, je sors très peu.

Pardonnez-vous facilement les erreurs des autres ?

- Disons que je pardonne en règle générale tout ce qui est pardonnable.

Et vos erreurs à vous ?

- Quelqu’un a dit ‘Avoir un remord est une seconde faute’. Voilà.

Qu’est-ce qui vous semble le plus dur dans ce métier ?

- Mais tout est difficile. Pour moi, je crois sincèrement et sans aucune animosité que ce sont les interviews.

Avec Renaud et Goldman, notamment, vous faites partie de ces chanteurs avec qui on ne sait jamais si on obtiendra un rendez-vous. Pourquoi avez-vous une telle défiance à l’égard de la presse ‘jeune’ ?

- Peut-être parce qu’elle a tendance à trahir nos propos, voulant les vulgariser au sens premier du terme. C’est déplaisant parfois de se relire et de ne pas retrouver ses mots, sa pensée…

Les projets ? Les ambitions ? M ais au fait, êtes-vous une ambitieuse ?

- Je pense que j’en suis une, oui. Les projets ? Une salle à Paris, mais je ne peux pas en parler car rien n’est encore décidé. Disons dans un futur proche…

Appréciez-vous une certaine qualité de vie ? En deux mots, êtes-vous du genre bourgeois ?

- J’apprécie simplement ‘ma’ qualité de vie, du moins je la vis.

L’argent, c’est important ?

- Oui, dans la mesure où je peux m’offrir ce dont j’ai envie. A part cet avantage, cela ne va pas au-delà.

Vous n’êtes pas matérialiste ?

- Vraiment pas du tout !

Publié dans Mylène en INTERVIEW | Pas de Commentaire »

Mylène Farmer, ainsi soit-elle : Interview

Posté par francesca7 le 8 juin 2013


venez me rejoindre sur le forum : http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

Entretien avec Hervé NAGUET – ROCK NEWS d’ AVRIL 1988

Cet entretien est d’abord paru dans « Rock News » puis le mois suivant dans « Pulsions », agrémenté de quelques questions supplémentaires et amputé d’autres. C’est la retranscription intégrale qui est proposée ici.

Hervé Naguet : Avant de parler de ton nouvel album, j’aimerais revenir sur « Sans Contrefaçon » et te demander si, à choisir, tu aurais préféré être un garçon.

Mylène Farmer, ainsi soit-elle : Interview dans Mylène en INTERVIEW ainsi-soitellleMylène Farmer  :  La seule chose que je puisse dire, c’est que toute une période de mon enfance fut un ‘purgatoire’, c’est-à-dire que, dans mon comportement, je ne figurais ni comme jeune fille ni comme jeune garçon. Une chanson, c’est plus un plaisir et un amusement. Même si aborder ce sujet n’est pas un hasard, ce qu’il faut mettre en avant, c’est une chanson.

Combien de temps as-tu travaillé avec Laurent pour arriver à sortir « Ainsi Soit Je… » ?

- Quatre mois de studio et, avec l’écriture des textes, l’écoute des musiques de Laurent, etc. on peut estimer cela globalement à cinq, six mois de travail.

« Ainsi Soit Je… », ce n’est pas un peu mégalo comme titre ?

- C’est vrai que de dire et d’affirmer ‘ainsi soit je’ est une forme de mégalomanie mais, dans mon esprit, je ne l’ai pas formulé dans cette intention. Maintenant, chacun va interpréter comme il le sent. « Ainsi Soit Je… », c’est la présentation d’une jeune fille avec tous ses paradoxes et ses ambiguïtés. « Ainsi Soit Je… », c’est aussi l’univers d’Edgar Poe et, indirectement, celui de Baudelaire. C’est la présentation d’une personne et de sa personnalité.

Y a-t-il un fil conducteur dans « Ainsi Soit Je… » ?

- On me parle d’album concept, je comprends ce que ça veut dire sans trop le comprendre. Je peux en parler différemment, car j’ai écrit tous les textes et j’ai abordé des auteurs, des personnages et des thèmes qui sortent de moi. Quand je parle d’Edgar Poe, c’est parce qu’il est quelqu’un qui a vraiment fait partie de ma vie. Baudelaire, c’est encore autre chose. « Sans Logique », c’est le paradoxe satanique et angélique. Ma personnalité et ma dualité, c’est réellement ça. Je peux basculer très facilement d’un extrême à l’autre.

Quel est ton signe astrologique ?

- Je ne suis pas très portée sur l’astrologie, mais cette dualité intense s’explique peut-être par le fait que je sois Vierge ascendant Vierge, et qu’il y a une bataille permanente entre les deux.

Tu définissais « Cendres de Lune », ton précédent album, comme un disque d’ambiance plutôt que de promotion. Comment définirais-tu « Ainsi Soit Je… » ?

- Je n’aime pas définir quelque chose. Quand on répond à des interview s, on est un peu obligé de réduire les choses. Si je vous dis que le premier album était intuitif et que le second est beaucoup plus profond, c’est caricatural, mais c’est un peu vrai. Quand on fait une première oeuvre, disque, livre, on veux parler de tellement de choses que c’est parfois un peu confus. Avec, un second album, on maîtrise mieux son oeuvre.

Tu me parles d’Edgar Poe et de Baudelaire, ce sont deux auteurs étranges aux univers bizarres. Ce qui est frappant quant on parle de toi avec d’autres artistes, c’est qu’ils adorent ce que tu fais mais tu les inquiètes par ton côté un peu morbide.

- C’est vrai que la mort, la mère, l’infanticide, tous les thèmes tabous n’ont pas été tellement abordés et, quand on en parle, on dérange et on inquiète. Ce sont des sujets qui me passionnent et qui me tourmentent comme Edgar Poe, qui faisait ressentir à travers ses écrits toutes ses angoisses sur la mort et la peur du néant.  Aborder ces thèmes dans une chanson peut déranger, voire choquer. Tout cela est dur à expliquer. Les gens ont l’air d’apprécier ce côté ambigu de ma personnalité.

C’est vrai aussi que ta promotion a l’air d’être extrêmement calculée…

- Oui, et c’est peut-être frustrant pour le public mais ça l’est aussi pour moi. Il est dur d’arriver à imposer sa personnalité et c’est facile de la détruire. Le jour où je déciderai de faire de la scène, de donner rendez-vous aux gens qui m’aiment, il se passera forcement quelque chose d’important pour le public et pour moi.

Qu’est-ce qui a changé en toi depuis un an ?

- Il y a une chose très importante, c’est le courrier. Je ne parle pas des demandes d’autographes mais des lettres qui font deux ou trois pages et qui vous disent des choses sur vous, sur la manière dont les gens vous perçoivent. Plus ça va, plus ce courrier contient des choses importantes qui me touchent réellement par rapport à ce que moi je propose. D’autre part, le succès change forcément les choses, plus par rapport à l’esprit qu’à la vie courante. Je crois que c’est un mélange d’angoisse et de plaisir qui sont décuplés, mais l’un ne va pas sans l’autre. C’est une jouissance qui vous meurtrit.

Pourquoi le choix de ne pas faire de galas ?

- Déjà, je n’aime pas les boîtes de nuit, lieu où se déroulent la plupart des galas. Je n’aime pas être au milieu du monde. Il faut être lucide : si les artistes font des galas, c’est avant tout pour l’argent et, bien sûr, je peux comme tout le monde en avoir besoin. Mais je ne ferais pas de galas pour cela car, pour moi, un gala c’est l’antiplaisir par excellence. Mon vrai plaisir, ce sera de faire de la scène.

Tu n’as pas l’impression de frustrer ton public ?

- Je ne crois pas, car il verrait une représentation qui ne serait pas mienne, que je n’aurais pas préparée.

Et ce rendez-vous ‘d’amour’, c’est prévu pour quand ?

- Un an, deux ans…En tout cas, pas au-delà de deux ans.

Le clip de « Sans Contrefaçon » a donné lieu à une rencontre surprenante, celle de Zouc et de Mylène Farmer. Comment cela s’est-il passé ?

- Je ne connaissais pas Zouc personnellement, mais j’apprécie énormément son personnage et ses spectacles. Elle a effectivement des points communs avec moi parce qu’elle a abordé, entre autres, le domaine de l’enfance et de ses problèmes, de la mort, de la naissance. C’est une femme impalpable, une artiste. C’est un personnage étonnant, dérangeant. La rencontre s’est déroulée au cours de l’émission « Mon Zénith à Moi », et quand, avec Laurent, nous avons commencé à écrire le clip, le personnage de Zouc s’est imposé. Elle représente une sorcière, mais la sorcière dans son côté ambigu : on ne sait pas si c’est une fée ou une sorcière.

Ce clip marquait un changement dans le fond…

- Il y a eu trilogie avec « Plus Grandir », « Libertine » et « Tristana ». Ensuite, il était nécessaire de changer et cela s’est fait naturellement. Le clip de « Sans Contrefaçon » inspire plus de réflexion que les autres, qui étaient plus de très belles images et des scènes intenses qu’une histoire réelle sur un thème précis. Pour « Ainsi Soit Je… », la seule chose que je puisse dire, c’est que ça va être sobre, avec tout ce que ça comporte de difficultés.

Le clip, surtout tel que vous le concevez Laurent et toi, peut pousser au cinéma. Qu’en est-il à l’heure actuelle ?

- J’espère vraiment que nous pourrons tourner un film ensemble, ce serait un beau cadeau. Maintenant, il n’y a rien de précis. Laurent a un projet qui va sûrement se concrétiser. Quant à moi, j’ai reçu des propositions mais rien de bien excitant. J’attends vraiment quelque chose qui me motive entièrement car j’ai vraiment la patience d’attendre. On fait des erreurs quand on n’a pas la force de patienter.

J’aimerais qu’on connaisse un peu mieux le côté personnel de M ylène Farmer, qu’on arrête de parler de la chanteuse pour parler de ses goûts et de ses aspirations. Pour toi, le look, la mode, c’est important ?

- Le mot ‘look’ me fait frémir, j’ai horreur de cette appellation. Quant à l’habit, c’est quelque chose que j’adore. Ma mère n’y est pas étrangère, elle adorait s’habiller et obligatoirement cela m’a marquée. Maintenant, l’aspect physique n’est pas toujours le reflet de l’aspect mental mais les chaussures sont très importantes et peuvent laisser transparaître une personnalité.

Et la politique, tu réagis à ce qui se passe actuellement ? (nda : le contexte de l’époque était le premier tour de l’élection présidentielle qui vit François Mitterrand réélu)

- Je peux avoir des opinions politiques mais je ne me prononcerai jamais, à part sur des choses très, très importantes où je pourrais profiter de mon personnage public pour faire avancer des choses, voire influencer des gens.

Justement, utiliserais-tu le fait d’être un personnage public pour soutenir une cause si on te le demandait ?

- Non. Il y a une chose que je trouve dommage, c’est qu’à l’heure actuelle de nombreuses émissions télévisées demandent des dons pour telle ou telle cause. C’est formidable, mais il arrive un moment où c’est trop, les gens ont des limites. On m’a souvent demandé de participer à des galas pour ‘X’ ou ‘Y’ : je dis non. Le jour où j’aurai envie de faire quelque chose, je le ferai directement sans que tout le monde le sache que j’ai fait un chèque de tant de francs. J’ai besoin de me respecter, et je ne pourrais pas faire autrement.

Comment définis-tu l’amour et comment le vis-tu ?

- Qui est capable de le définir ? C’est la chose la plus inabordable qui existe, c’est un mélange d’euphorie et d’horreur. Une fois de plus, je pense à Edgar Poe qui a écrit une nouvelle sur une femme qui est sans doute la femme idéale. Tous les superlatifs pour la décrire sont destructeurs et impalpables.

Arrives-tu à bien le vivre ?

- Ni bien, ni mal. Je le vis avec ce que je viens de dire, des moments d’euphorie et des moments terribles. Mais la vie, c’est ça pour tout le monde, artiste ou pas. On peut vendre des millions de disques comme être ouvrier et se lever le matin avec l’envie de te suicider. Le quotidien est la chose la plus difficile à vivre.

Quel est le mot qui te fait horreur ?

- La chose qui me tourmente le plus et qui me fait le plus mal, c’est la désillusion perpétuelle. C’est de vivre avec cette notion du dérisoire. Ça, c’est très dur à vivre.

Et le temps ?

- Il m’obsède. C’est un peu pour ça, le choix de « L’Horloge » de Baudelaire dans l’album. La fuite du temps, c’est horrible.

Publié dans Mylène en INTERVIEW | Pas de Commentaire »

Mylène et Avant que l’Ombre

Posté par francesca7 le 7 juin 2013


venez me rejoindre sur le FORUM : http://devantsoi.forumgratuit.org/

Avant que l’ombre… est sans contexte l’album studio le plus attendu de toute la carrière de Mylène Farmer. En effet, depuis Innamoramento (1999), les admirateurs avaient dû se « contenter » d’un album live, d’un premier best of et d’un album de remixes. Après six ans de rumeurs sur cet album (double album, duos inédits…) c’est Mylène elle-même qui lève le voile lors de sa première conférence de presse sur le sujet, le 16 décembre 2004 : l’album devrait sortir en mars 2005 et contenir quatorze titres…

Mylène et Avant que l’Ombre dans Mylène AU FIL DES MOTS avant-que-lombre-myleneEn fait, c’est le 4 Avril 2005 que sort enfin l’album (dans sa version collector ; il faudra attendre le 18 avril pour que sorte une version « classique »). Quinze titres (dont un caché) composent le disque – un record pour un album original de Mylène. L’ambiance de l’album est plus acoustique (avec un peu d’électronique) que celle des précédents disques, ainsi que le souligne Laurent Boutonnat lors de la conférence de presse. Et si Avant que l’ombre… apparaît d’emblée cohérent et uniforme, il n’en est pas moins déroutant par ses textes particulièrement abscons : un concentré de jeux de mots, de mots-valises, d’obscures références constitue l’essentiel des textes. Même s’il est souvent question d‘amour dans les chansons (pour une fois un amour heureux), l’ensemble paraît bien étrange. Cependant, Mylène reste Mylène et elle continue d’explorer ses grandes thématiques dans cet album qui semble encore plus personnel que les autres : la religion toujours (Avant que l’ombre .. Ange, Parle-moi), la littérature (Dans les rues de Londres), le sexe (QI – Porno graphique), l’espoir d’une vie meilleure (Redonne-moi – J’attends), l’amour (Aime, Peut-être moi – Tous ces combats –Et pourtant.. – Nobody Knows), la révolte (Fuck Then All) , le rêve (Derrière les fenêtres) et l’autodérision (Lamour n’est rien…).

Toujours fidèle au poste, Laurent Boutonnat compose toutes les musiques de l’album (celle de L’amour n’est rien est tout de même composée avec Mylène). Il assure également les arrangements, la production et la programmation. D’autres habitués sont aussi crédités sur ce disque, comme Yvan Cassar au piano sur deux titres ou Jérôme Devoise à la clarinette sur Redonne-moi. Point de chœurs sur cet album : c’est Mylène qui s’en charge entièrement .. Côté visuel, Dominique Issermann nous montre une Mylène endormie telle la Belle aubois dormant sur un fond d’ocre et de nuances de roux. Autour de son cou, une croix faite d’allumettes. De quoi enflammer le public ? Pas certain… Et même si cinq singles seront issus de cet album (Fuck Them All, QI, Redonne-moi, L’amour n’est rien.. et Peut-être toi) et que les ventes seront au rendez-vous (600 000 exemplaires, sources Polydor), aucun tube ne se détache d’Avant que l’ombre… La faute à la chanteuse ? Peut-être, car Mylène ne fera pour cet album qu’une seule prestation télévisuelle, dans le « symphonic show », sur France 2, le 12 Novembre 2005 : elle chante Redonne-moi, et cela sept mois après la sortie du disque ! Même si la chanson se fend (elle ne l’avait jamais fait) d’une écoute en avant-première pour ses fans (le 28 mars 2005 au Palais-Royal, à Paris, devant 250 admirateurs), son silence finit par lasser, et le grand public a bien du mal à comprendre l’attitude détachée de l’artiste.

Avant que l’ombre… donne son nom à l’album et ouvre  également celui-ci. c’st sans aucun doute le titre le plus mystique de la chanteuse, qui s’adresse ici directement à Jésus dans une prière : « Jésus ! J’ai peur / De la douleur…/ Des nuits de veille ». Paradoxalement, si c’est le titre le plus mystique de la carrière de la chanteuse, c’est également la chanson la plus simple à comprendre de l’album. Mylène y évoque sa mort (Avant que l’ombre, je sais / Ne s’abatte à mes pieds / pour voir l’autre côté) tout en affirmant que la vie lui aura donné au moins une chose, l’amour (Je sais que… je sais que… j’ai aimé). Un aveu de la chanteuse, qui déclare ici son amour – en évoquant sa mort certes – et qui donne ainsi le ton de l’album : Mylène amoureuse .. La musique de Boutonnat est tout bonnement magnifique, se faisant tour à tour discrète puis très présente vers la fin, avec les chœurs assurés par Mylène.

                issu du livre de Benoît CACHIN sorti en octobre 2012. Aux éditions Gründ. Page 154/220

Publié dans Mylène AU FIL DES MOTS | Pas de Commentaire »

Des chants inédits de Mylène pour Good sex Valdes

Posté par francesca7 le 7 juin 2013


venez me rejoindre sur le FORUM : http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

 

Des chants inédits de Mylène pour Good sex Valdes dans Mylène AU FIL DES MOTS mylene-good-sex

I WANT YOUR WIFE de  GOOD SEX VALDES

Que les admirateurs de Mylène ne cherchent pas ce titre dans la discographie de la chanteuse. En effet, I Want Your Wife est un titre interprété par le duo français, mais anglophone, Good Sex Valdès. Le lien avec Mylène ? Le groupe est produit par la société de Mylène et de Laurent Boutonnat, Requiem Publishing. Autre particularité, on peut entendre la voix de Mylène sur le titre le temps de quelques soupirs ; du moins cette voix ressemble-t-elle parfaitement à la sienne… La prudence est cependant de mise ici, car Mylène et/ou son entourage n’ont jamais confirmé cette participation. A noter qu’il existe différentes versions de ce I Want Your Wife, disponibles sur CD ou vinyle : Single Version, Radio Edit, Sextended Mix, Ex Hushand Club Remix, Azzido da Bass Remix, Goody Sexy Mix et S.Boumati & H.Annello Club Remix. Dernière information concernant ce titre : le clip est produit par Requiem Publishing, dont le producteur exécutif n’est autre que Benoît Di Sabatino (réalisateur du clip C’est une belle journée).

Video musique Image de prévisualisation YouTube

 

Et YOU de GOOD SEX VALDES

Après I Want Your Wife, le groupe Good Sex Valdès continue sur sa lance, toujours avec l’aide financière de Mylène Farmer, avec le titre You. Alors que pour I Want Your Wife on ne peut que supputer que la chanteuse assure les chœurs sous la forme de soupirs, ici il semble bien que ce soit elle qui chante quelques phrases en français. Des paroles assez sulfureuses, que Mylène interprète en prenant un accent anglais : « Annabelle / Je m’appelle / Glisse dans moi / Comme ça / Je m’appelle / Dans mon fesse / Valdès ». Plus tard, elle susurre les mêmes paroles quasiment a cappella. L’accent anglais se trouve justifié par la faute de genre sur le mot « fesse »… Qui a dit que Mylène n’avait pas d’humour ? Une véritable pièce de collection, car à notre connaissance, cette chanson (qui bénéficie de remixes) ne sera jamais éditée pour le commerce.

En effet, nous n’avons trouvé que la trace du CD et d’un vinyle promo…

Notons également que le petit bonhomme qui illustre les différents supports est créé à partir d’un dessin de Mylène.

 

                issu du livre de Benoît CACHIN sorti en octobre 2012. Aux éditions Gründ. Page 149/220

Publié dans Mylène AU FIL DES MOTS | Pas de Commentaire »

REMIXES de Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 7 juin 2013

 

venez me rejoindre sur le FORUM : http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

REMIXES de Mylène Farmer dans Mylène AU FIL DES MOTS 2003c’est en décembre 2003 que sort l’album Remixes. Alors qu’en 1992 l’équipe Farmer avait sorti la compilation Dance Remixes agrémentée de trois inédits, ici il ne s’agit pas d’une compilation. En effet, onze remixes inédits composent cet album.

Inédits ? Oui et non. Oui, parce qui’l s’agit de nouveaux mixes des tubes de Mylène, et non, puisque tout le monde connait les chansons originales…. Quoi qu’il en soit, c’est un beau cadeau qui est fait ici aux admirateurs, et qui les aide à patienter en vue d’un nouvel album original (Avant que l’ombre… ne sortira qu’en avril 2005). Les titres qui ont la faveur des DH sont les suivants : Sans contrefaçon, L’instant X, l’Ame stram gram, C’st une belle journée, XXL, Je t’aime mélancolie, Pourvu qu’elles soient douces, Califonia, Libertine, Optimistique-moi et l’incontournable Désenchantée. Pour revisiter ses meilleurs titres, Mylène fait appel aux plus grands DJ français et internationaux.

Sous la direction artistique de Romain Bilharz et de Paul Van Parys (une première), onze DJ remixent donc les titres : JCA (Sans contrefaçon) – One T (L’instant X) – Full Intention (L’âme trame gram) – Devill Hard (C’est une belle journée) – JXL (XXL) – Felix Da Housecat (Je t’aime mélancolie) – Paul Oakenfold ( Pourvu qu’elles soient douces) – Romain Tranchart & Rawman (California) – Y Front ( Libertine) – Junior Jack ( Optimistique) – et Thunderpuss (Désanchantée).

La crème de la crème ! Cet album, encore aujourd’hui, divise les fans. En effet, certains prétendent que c’est un crime de lèse-majesté que d’avoir refait du neuf avec du vieux alors que les remixes originaux créés à l’époque de la sortie des titres suffisent amplement ; d’autres trouvent géniale ‘idée d’avoir revisité les succès de Mylène avec les plus grands noms de la scène house-dance, comme Madonna a pu le faire par exemple… Quoi qu’il en soit, l’album Remixes se vendra à 120 OOO exemplaires, ce qui est très peu au regard des ventes de la compilation Dance Remixes de 1992 mais, dans l’absolu, reste un très bon chiffre pour un disque de chansons déjà très connues.

Trois maxi monoface (sans photo) seront édités pour l’occasion : Sans contrefaçon (JCA Remix), Je t’aime mélancolie ( Felix da Housecat Remix) et enfin L’instant X (The X Key Mix by OneT).

A noter que le remixeur Devil Head, pur C’est une belle journée, est totalement inconnu. En lisant les crédits attentivement, on découvre que le programmateur du titre est Jérôme Devoise, ingénieur du son habituel de Mylène et de Laurent Boutonnat … De là, à penser que Devil Head, qui renvoie à la « tête du diable »’ – probablement ornée d’une crinière rousse réputée démoniaque – serait un pseudo de Mylène, il n’y a qu’un pas… Mais rien, bien entendu n’est confirmé.

                issu du livre de Benoît CACHIN sorti en octobre 2012. Aux éditions Gründ. Page 148/220

Publié dans Mylène AU FIL DES MOTS | Pas de Commentaire »

Carton plein pour Mylène

Posté par francesca7 le 2 juin 2013

 

Mylène Farmer rime également avec la Spiritualité voir ICI : http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

Info Ozap.com. Un album de Mylène Farmer est toujours un événement, et comme prévu, le dernier en date réalise un très bon démarrage. Baptisé [musique:281096 "Point de suture"] (Polydor), ce nouvel album studio de la chanteuse débarque évidemment en tête des meilleures ventes d’albums, réalisant au passage le troisième meilleur démarrage de l’année.

Carton plein pour Mylène dans Mylène dans la PRESSE illogical-special-asg

Mylène, toujours un phénomène

La semaine dernière, Mylène Farmer réalisait la meilleure semaine de l’année dans le classement des meilleures ventes de singles avec [musique:280720 "Dégénération"] (Polydor). Cette fois, elle ne bat pas de record annuel, mais elle est très loin d’avoir à rougir. Son album [musique:281096 "Point de suture"] (Polydor) entre directement numéro un des ventes d’albums, avec 108..596 exemplaires au compteur.

Il s’agit du troisième meilleur démarrage de l’année, derrière Les Enfoirés (129..299) et Francis Cabrel (120..385 exemplaires). Cette performance est d’autant plus impressionnante que le reste du top est toujours plongé dans la torpeur de l’été. En deuxième position, Coldplay n’affiche en effet que 13..325 ventes pour [musique:277444 "Viva La Vida or Death and All His Friends"] (EMI). Mylène Farmer réalise d’ailleurs un bel exploit, puisqu’elle a vendu plus de disques que les 18 albums suivants combinés !

Slipknot surprend, Cléopâtre déçoit

Après une très belle entrée en deuxième position outre-Manche dimanche, Slipknot confirme sa bonne forme avec une entrée en troisième position. Leur album [musique:281022 "All Hope Is Gone"] (Roadrunner) a convaincu 8..968 acheteurs, devançant Renan Luce, qui a toujours la cote avec [musique:23206 "Repenti"] (Barclay), qui bénéficie de sa participation à une opération petits prix d’Universal, avec 8..093 ventes.

Pas en promo, Quentin Mosimann chute après une belle entrée la semaine dernière en deuxième place. Son album [musique:280012 "Duel"] (Mercury) atterit huit places plus bas avec 6..059 ventes (-46%). Il fait tout de même mieux que « Cléopatre, la dernière reine d’Egypte » (Mercury). La nouvelle comédie musicale signée Kamel Ouali se contente d’une entrée en douzième position avec 4..844 ventes. Déception aussi pour l’album de The Verve : numéro un outre-Manche, « Forth » (Virgin) n’entre qu’en 31ème position avec 2..280 exemplaires vendus.

Baldé repasse devant Farmer

Côté singles, les fans s’étaient mobilisés la semaine dernière, mais cette semaine, sans surprise, Mylène Farmer ne parvient pas à maintenir le même niveau de ventes. Après avoir convaincu plus de 27..400 acheteurs pour son single [musique:280720 "Dégénération"] (Polydor), le titre est victime d’un ralentissement de 69%, un repli très inhabituel dans les charts singles. Il affiche cette semaine 8..579 ventes. William Baldé en profite pour reprendre la tête avec son [musique:278422 "Rayon de Soleil"] (Warner), malgré des ventes en chute de 18% à 14..871 exemplaires.

En cinquième position, Laurent Wolf s’offre son deuxième top 5 consécutif avec « Wash My World » (Columbia), qui réalise la meilleure entrée de la semaine avec 6..072 ventes, devant Discobitch, nouvelle venue en huitième position avec 3..948 ventes. En revanche, c’est la surprise pour Katy Perry. Alors qu’il a dominé les charts digitaux, son hit mondial [musique:281256 "I Kissed a Girl"] (Capitol) se contente de la seizième position avec 2..419 ventes seulement.

Publié dans Mylène dans la PRESSE | Pas de Commentaire »

Mylène Farmer en Presse

Posté par francesca7 le 2 juin 2013

Téléchargements : Mylène et Madcon en tête

Mylène Farmer rime également avec la Spiritualité voir ICI :

 http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

Mylène Farmer en Presse dans Mylène dans la PRESSE mylene-farmer-20071019-326978Info Ozap.com. Mylène Farmer domine sans partage le classement des ventes d’albums, mais en digital, son avance s’est très largement réduite. Elle passe malgré tout une deuxième semaine en tête du classement, tandis que Madcon accentue sa domination dans les charts singles digitaux.

Mylène pas vraiment transcendante

La disponibilité digitale de [musique:281096 "Point de Suture"] (Polydor) quatre jours avant la sortie physique avait permis à Mylène Farmer d’écouler 5..121 albums digitaux la semaine dernière. Cette semaine, la chute est rude, puisqu’elle n’a séduit que 1..510 acheteurs, soit un gadin de 71% ! Elle conserve malgré tout la tête du classement, devant Coldplay et son [musique:277444 "Viva La Vida or Death and All His Friends"] (EMI), avec 686 ventes au compteur (+11%).

Après une entrée physique décevante, The Verve fait nettement mieux en digital. Son nouvel album « Forth » (EMI), le premier en onze ans, débarque en troisième position avec 341 ventes. Duffy est stable en quatrième position avec [musique:38658 "Rockferry"] (AZ) et ses 267 ventes, devant une autre entrée, Slipknot et [musique:281022 "All Hope Is Gone"] (Warner, 213 ventes). Toujours côté nouveautés, The Game entre en neuvième position avec [musique:280736 "LAX"] (Polydor, 176 ventes). Un peu plus bas, Gaël Faure fait mieux que la comédie musicale Cléopatre. Son album « Jardin en Ville » (Les Arts Licence) est 19ème avec 115 ventes, devant Cléopatre, 20ème avec 105 téléchargements.

Madcon en tête, Discobitch progresse

Tout va bien pour Madcon, qui passe une deuxième semaine en tête du classement des titres les plus téléchargés. « Beggin » (Jive Epic) voit même ses ventes augmenter très sensiblement à 4..866 exemplaires, en hausse de 59%. Entré la semaine dernière en quatrième position, Discobitch grimpe de deux échelons avec « C’est Beau La Bourgeoisie » (SonyBMG) et ses 3..627 ventes, en hausse de 104%.

On notera également la bonne forme de Rihanna, dont le dernier hit « Disturbia » (Barclay) s’envole de sept étages avec 1..812 ventes et une jolie cinquième position. Les ventes du single ont progressé de 46% en une semaine. En revanche, c’est la chute pour Mylène Farmer. Après un sacré rebond la semaine dernière, [musique:280720 "Dégénération"] fait une belle rechute, et passe de la dixième à la 25ème place avec 852 ventes, en repli de 41%.

Publié dans Mylène dans la PRESSE | Pas de Commentaire »

Mylène – Miss Mystic

Posté par francesca7 le 2 juin 2013

Mylène Farmer rime également avec la Spiritualité voir ICI :

 http://devantsoi.forumgratuit.org/

Depuis le clip de son premier succès, Gabriel, dans lequel elle prenait la forme d’un ange, Najoua Belyzel cultive un certain goût pour l’onirisme et le merveilleux.

Mylène - Miss Mystic dans Mylène dans la PRESSE f4Et ses rares interviews ne font qu’entretenir le mythe autour d’elle…

Mais en matière de mystère, force est de constater que Mylène est la grande prêtresse !

Elle est absente de la presse people et espace ses apparitions de longues périodes d’absence.

Androgyne, libertine ou ultra-féminine, la rousse idole brouille les pistes et sait se faire désirer, aussi bien par ses fans, que par les médias !

Show Girl :  Evidemment, côté scène, ‘y a pas vraiment photo.

Najoua est encore au début de sa carrière et a pour l’instant dû se contenter de petites salles alors que Mylène remplit les Zéniths.

Avec ses 25 années d’expérience (et de succès), la star attire les foules aux quatre coins de l’Europe.

Elle a même réussi l’exploit de vendre les 160 000 billets de ses deux concerts au Stade de France en moins de trois heures !!

Alors, pour son aura mystérieuse, ses clips d’anthologie et ses shows à l’américaine, je déclare Mylène Farmer grande gagnante !

Elle s’impose… mais gare à la concurrence !

Publié dans Mylène dans la PRESSE | Pas de Commentaire »

mylène en duo inédit avec Johnny

Posté par francesca7 le 1 juin 2013


venez me rejoindre sur le FORUM : http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

mylène en duo inédit avec Johnny dans Mylène AU FIL DES MOTS myleneC’est dans le magazine Styx Magazine, en avril 2011, que l’on apprend, via une interview de l’ingénieur du sont Thierry Rogen que Mylène a enregistré en 2002 un duo avec Johnny Hallyday. Voici ce qu’il raconte quand on évoque sa dernière collaboration avec la chanteuse :

« C’était pour des voix sur des morceaux en construction ainsi que cet étonnant duo avec Johnny Hallyday qui n’a jamais vu le jour. C’était en 2002 et c’était un hymne pour un événement sportif (une Coupe du monde je crois) [La coupe du monde de football eu lieu en 2002 en Corée du Sud et au Japon, ndla]. Une belle chanson avec des voix qui allaient bien ensemble. Cela a duré quelques jours. Les prises de voix avec Mylène et Johnny ont été un moment très sympa : le choc des titans ! »

On imagine en effet quel succès aurait pu récolter l’association de ces deux monstres sacrés de la chanson française…..

Que cette information soit réelle ou non, elle déclenche auprès des fans de Mylène Farmer et Johnny Hallyday la curiosité : les deux artistes auraient enregistré en 2002 un duo jamais publié.

Johnny Hallyday et  Mylène Farmer en duo : voilà une annonce des plus improbables. C’est pourtant celle que vous trouverez dans le Styx Magazine, entièrement consacré à l’interprète de « C’est une belle journée » (en vente depuis le 24 mars). Les rédacteurs y publient une interview fleuve de Thierry Rogen, certes datée, mais encore jamais exploitée comme elle l’est aujourd’hui. Cet ingénieur du son a débuté sa carrière en 1979 en travaillant dans plusieurs studios parisiens. Il a notamment collaboré avec Mylène Farmer sur l’album « Ainsi soit-je… » (« Sans contrefaçon », « Pourvu qu’elles soient douces« …), un disque publié en 1988. Laurent Boutonnat et Mylène Farmer ont travaillé pendant près de 15 ans avec lui. Les compétences de Thierry Rogen ont été sollicitées par d’autres comme Johnny Hallyday.

Difficile d’imaginer ce duo ! Notons par ailleurs que l’interprète de « Marie » a publié en 2002 une chanson devenue l’hymne de l’équipe de France de Football pour la Coupe du Monde. Coïncidence ou pas, il y a fort à parier que ce soit le titre qu’évoque Thierry Rogen dans cette interview. Une rumeur guère étonnante car Mylène Farmer multiplie les duos depuis 2001. Elle avait d’ailleurs enregistré « Les mots » avec le chanteur Seal (Top Singles 2) cette année-là. En 2011, pas de nouveau duo en vu (hormis la rumeur d’une collaboration avec Hurts), mais un album qui s’est déjà écoulé à 400 000 exemplaires en quatre mois. « Bleu noir » annonçait un retour aux sommets des charts, notamment par le biais du tube « Oui mais… non ». Quant à Johnny Hallyday, il publiera ce lundi 28 mars son 44ème opus : « Jamais seul ».

Publié dans Mylène AU FIL DES MOTS | Pas de Commentaire »

L’histoire d’une Fée c’est…

Posté par francesca7 le 1 juin 2013


venez me rejoindre sur le FORUM : http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

L’histoire d’une Fée c’est… dans Mylène AU FIL DES MOTS histoire-dune-fee l’histoire d’une fée c’est… est une chanson un peu à part dans le répertoire de Mylène. En effet, il s’agit d’une chanson de commande pour la bande originale du film d’animation Les Razmoket (en anglais The Rugrats) est, à l’origine, une série de dessins animés apparue en 1991 (170 épisodes de 25’). Le succès immense de la série auprès du jeune public incitera la Paramount à produire un premier long-métrage pour le cinéma (Les Razmoket, le film, de Norton Virgien et Igor Kovalyov, 1998), puis un deuxième (Les Razmoket à Paris, de Stig Bergqvist et Paul Demeyer).

Sorti en salle sen France le 7 février 2001, le film connaît un beau succès, et les admirateurs de Mylène découvrent dans la bande originale un inédit de leur chanteuse favorite, L’histoire d’une fée, c’est… Cette B.O est éditée par Maverick, la société de production de Madonna, et la petite histoire affirme que c’est la chanteuse américaine qui aurait voulu que Mylène chante sur la B.O. Néanmoins, aucune confirmation officielle ne viendra certifier cette rumeur, et l’on peut penser qu’il s’agit du « fantasme » de quelques fans… Quoi qu’il en soit, cette BO est d’une grande qualité, avec quatorze titres, notamment de Sinéad O’Connor (When you love et I want a mom that will last forever), Geri Halliwell (une reprise de The boots are made for Walkin) des 2Be3 (Excuse my french), et bien sûr Mylène Farmer. C’est une grande première pour notre chanteuse, qui écrit ici un titre destiné spécialement à un film d’animation sur une musique de Laurent Boutonnat.

Mais, commande ou pas, Mylène reste Mylène, et le titre de la chanson nous offre un de ses jeux de mots les plus amusants, L’histoire d’une fée c’est… (L’histoire d’une fessée). Plutôt bien vu pour illustrer les frasques des garnements !

La chanson raconte l’histoire de la fée Mélusine, incarnée ici par Mylène : « Faire un souhait pour de vrai / Et puis croire au mystère / C’est un style, c’est facile / Quand on est Mélusine ». Fée malicieuse et coquine qui demande « Attrapes-moi / Mais pas le bout des ailes / Une fée c’est fragile parfois / Avant que minuit ne vienne / Attrapez-moi ». Mylène, là encore, ne déroge pas à son univers (même lorsqu’il s’agit d’un dessin animé) et ne peut s’empêcher d’inclure dans son titre quelques pensées très personnelles : « Quand ma peine est immense / Je change l’or en toc / Trois p’tits tours de passe-passe / Moi j’en i des stocks… / Si ma baguette casse / Que le grand crick me croque ».

Qui dit Mylène dit forcément « peine immense »… Le titre est très sympathique et permet d’entendre une Mylène amusée, dynamique et délicieusement malicieuse. A peine 20 secondes du titre seront utilisées pour le film, et Mylène ne le chantera jamais à la télévision.

 

                issu du livre de Benoît CACHIN sorti en octobre 2012. Aux éditions Gründ. Page 143/220

Publié dans Mylène AU FIL DES MOTS | Pas de Commentaire »

c’est une belle journée pour Mylène

Posté par francesca7 le 1 juin 2013

 

venez me rejoindre sur le FORUM : http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

c’est une belle journée pour Mylène  dans Mylène AU FIL DES MOTS belle-journeec’est une belle journée  , deuxième single extrait de la compilation Les Mots , qui est commercialisé le 16 avril 2002. Une sortie qui fait donc suite à l’immense succès du duo de Mylène avec Seal. C’est une belle journée est un titre très joyeux, entrainant. En effet, le binôme Farmer-Boutonnat semble ici renouer avec les rythmes dance qui ont fait leur réputation dans les discothèques. L’air de la chanson se retient d’ailleurs très vite. Mais qu’on ne s’y trompe pas, les paroles, quant à elles, restent du Farmer à 100 % ! Sous forme de confession (et de clin d’œil), Mylène parle ici de son irrésistible besoin de voir le mauvais côté des choses, à la différence du commun des mortels : « Allongé le corps est mort / Pour des milliers / C’est un homme qui dort… / A moitié pleine est l’amphore / C’est à moitié vide / Qu’on la voit sans effort ». En un mot comme en cent, quand les autres voient le verre à demi plein, elle voit le verre à demi vide… d’où le refrain : « C’est une belle journée / Je vais me coucher ». Une chanson que l’on eut rapprocher aisément de Je t’aime mélancolie , où, sur un rythme très dance, la chanteuse déclinait la même idée. Côté champs sémantiques, la mort est toujours présente ainsi que les anges, qui semblent être une réelle obsession chez l’artiste…

Mort tellement présente que le refrain a même failli l’évoquer explicitement, comme le confie Mylène à Thierry Demaizière lors d’une interview pour « Sept à huit » le 8 janvier 2006 :

« Je me souviens quand j’ai écrit C’est une belle journée, dans le refrain j’avais mis « C’est une belle journée, e vais me tuer » à la place, aujourd’hui, de « C’est une belle journée, je vais me coucher ». Et je crois que là, ce pourrait être un appel au suicide de certaines personnes un peu fragiles, et j’ai changé ce mot pour un autre parce que c’était peut-être d’un coup quelque chose de trop fort, trop déterminant ».

A noter également que la chanteuse semble faire appel encore à Pierre Reverdy et à son poème Esprit pesant (La Lucarne ovale, 1916) pour écrire « Allongé le corps est mort / Pour des milliers / C’est un homme qui dort… », là où le poète a écrit : « Il est allongé et il dort. C’est un corps mort. Un dernier rayon éclaire son visage calme où brillent des dents sans éclat. Les heures sonnent doucement autour de sa tête… ». On peut également penser, mais dans une moindre mesure, que Mylène s’est souvenue du poème Le Dormeur du val, de Rimbaud (1870) : « Un jeune soldat, bouche ouverte, tête nue / Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu / Dort ; il est étendu dans l’herbe, sous la nue »… Le single sera un succès pour Mylène, mois fracassant que Les Mots certes, mais davantage que Pardonne-moi  , le troisième single. Il s’écoulera même à 250 000 exemplaires environ !

Grande première dans la carrière de Mylène, le clip de C’est une belle journée est en fait un dessin animé. Pour un budget estimé à environ 120 000 euros (un très gros budget pour un clip), c’est Benoît Di Sabatino (actuel compagnon de chanteuse) qui réalisera le clip à partir de dessins de Mylène elle-même. Depuis les quelques illustrations fournies pour le livre Ainsi soit-elle, de Philippe Séguy (Jean-Pierre Taillandier Edition, 1993), le programme du « Tour 1996 », la jaquette du lire de Marc Lévy Où es-tu ? (Robert Laffont, 2001) ou la pochette du disque du maxi Dessine-moi un mouton, on savait que Mylène aimait dessiner (elle le confirmera en 2003 avec les illustrations de son conte philosophique, Lisa-Loup et le conteur, Editions Anne Carrière). Elle le prouve donc encore ici en racontant l’histoire d’une jeune femme (rousse) qui s’ennui et broie du noir (notons la présence de l’araignée) en compagnie d’un mouton. Elle rencontre un enfant (sûrement son double) et se laisse entraîner dans son monde. A la fin du clip, et comme dans la chanson, elle se couche en compagnie de son mouton. La vidéo se termine pas « A suivre… ».

                issu du livre de Benoît CACHIN sorti en octobre 2012. Aux éditions Gründ. Page 139/220

 

Publié dans Mylène AU FIL DES MOTS, Mylène et SYMBOLISME | Pas de Commentaire »

12
 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...